Vous êtes sur la page 1sur 5

CAPTEURS – PRINCIPES DE BASE

1. Capteurs de pression
○ à colonne de liquide ○ piézoélectrique
La hauteur H est proportionnelle à la piézoélectricité : propriété de certains matériaux
différence de pression entre les deux (quartz, titane de baryum BaTiO3, titane de zirconate de
surfaces p=k×H plomb PZT, ...) de développer une charge électrique
proportionnelle à la contrainte qui leur est appliquée.

○ à déformation de solide . La jauge d'élongation


Sous l'action de la pression, un solide se
déforme de manière élastique. Cette
déformation donne une image de la
pression.

Le conducteur de longueur l et de section S a une


ρ×l
résistance R= .
S

piézorésistivité : la résistivité ρ de la plupart des


matériaux varie quand celui-ci est soumis à une
contrainte mécanique

○ à jauge d'élongation
Soit une jauge d'élongation collée sur un
corps d'épreuve

La déformation que la jauge subit est égale


à la déformation du corps d'épreuve sur
lequel elle est collée. Elle se traduit par
une variation de la résistance R de la jauge
« image » de la déformation donc de la
pression.
2. Capteurs de température
○ à résistance
Tout conducteur présente une variation de
résistance électrique lors d'une variation de
température.
On utilise de préférence des conducteurs en
cuivre, nickel et surtout platine.

Une sonde Pt100 est une sonde Platine qui


a une résistance de : 100 Ω à 0°C
138,50 à 100°C

○ thermocouple
Dans un circuit fermé constitué de deux
conducteurs de nature différente, il circule un
courant I lorsqu'on maintient entre les deux
jonctions une différence de température.

Dans un circuit ouvert constitué de deux


conducteurs de nature différente, une tension eAB
apparaît à la jonction des deux métaux différents A
et B, elle est fonction de la température de la
jonction.

Tous les métaux dissemblables présentent cet effet.


3. Capteurs de niveau
○ méthodes hydrostatiques Le paramètre mesuré est proportionnel aux :
déplacements poids apparent d’un plongeur variations de la pression
d’un flotteur partiellement immergé différentielle entre
haut et bas de la cuve

○ méthodes électriques Elles utilisent les propriétés électriques des liquides

Si le liquide est conducteur, on mesure le courant électrique Pour la détection de niveau, on


que l’on fait passer entre elles : il est proportionnel à la hauteur place une électrode au fond du
d’électrode immergée. réservoir et, dès que le liquide
Si le liquide est isolant, on mesure les variations de capacités arrive au niveau de l’autre
entre les deux électrodes. Elles varient avec la quantité de électrode, le courant passe.
liquide entre les électrodes, et donc avec le niveau.

○ méthodes à rayonnement Elles s’appuient sur l’interaction d’un


rayonnement (optique, sonique, ultrasonique, radioactif, radio-
électrique) avec le produit.

Un train d’onde émis vers le produit est (en partie) réfléchi par celui-ci vers un
récepteur. Le temps qui s’écoule entre l’émission et la réception est fonction de la
distance parcourue par le train d’onde.
4. Capteurs de débit
V Débit massique q m=q v ×
Débit volumique q v= ou q v =U×S
t

○ compteur volumétrique

. Il mesure le volume écoulé directement, en emprisonnant de façon répétée


un volume élémentaire de fluide. Le volume total de liquide traversant le
débitmètre pendant un laps de temps donné est le produit du volume
élémentaire par le nombre d’emprisonnements.
Ils en existent plusieurs types : à piston, à palettes (ou rotors), à roues ovales,
à disque oscillant ...

○ mesure de la vitesse U du fluide (S étant connue)


débitmètre à turbine débitmètre électromagnétique
L’écoulement du fluide entraîne la rotation loi de Faraday : quand un conducteur rectiligne
d’une turbine. La vitesse de rotation ω est se déplace dans un champ magnétique, une force
mesurée en comptant la fréquence de passage électromotrice est induite dans ce conducteur.
des ailettes détectée à l'aide d'un détecteur de Cette f.e.m. est proportionnelle à la vitesse U.
proximité. ω est proportionnelle à la vitesse U
du fluide.

débitmètre à ultra-son
L'entraînement des ondes ultra-sonores par le débitmètre à effet vortex
mouvement du fluide a pour effet de modifier Lorsqu'un fluide rencontre un corps non profilé,
les temps de propagation entre sondes. il se divise et engendre des tourbillons de part et
d'autre du corps. La fréquence de ces tourbillons
est proportionnelle au débit.
○ organe déprimogène
. Il mesure la vitesse U du fluide (S étant
connue) à partir de la pression différentielle
Δp = p1 – p2.
. U est proportionnelle à   p
Il en existe différents types :

ou encore les tubes de Pitot ...

○ débitmètre à section variable


. mesure de la section S de passage (U étant connue)
Il est constitué d’un petit flotteur placé dans un tube de section
croissante. Le flotteur reste en équilibre à une certaine hauteur
qui est fonction de trois actions constantes :
– son poids ;
– la poussée d’Archimède ;
– la traînée (poussée dynamique du fluide).

Le repérage de la position du flotteur se fait par une lecture


directe (graduation) ou par l’intermédiaire d’un couplage
optique ou magnétique.

○ débitmètres massiques
Ils donnent le débit massique depuis la mesure d'une autre grandeur.
débitmètre à action thermique mesure d'une température
débitmètre à effet Coriolis mesure de la force de Coriolis