Vous êtes sur la page 1sur 10

1.

Notion sur les fluides :

Un fluide est une substance déformable lorsqu'elle est soumise à une force, c'est-à-dire qu'elle a la capacité
de prendre la forme du contenant dans lequel elle se trouve.

On regroupe sous cette appellation les gaz, qui sont des fluides compressibles, et les liquides, qui sont
des fluides peu ou pas compressibles.

Les gaz et les liquides sont constitués de molécules qui sont toujours en mouvement. Leurs molécules
se frappent continuellement entre elles et frappent les parois du contenant qui les renferme.

Ces molécules exercent donc une force sur la surface du contenant et c’est cette force, causée par le
nombre de collisions, qui est à l’origine de la pression.
1.2  fluide incompressible

 est un fluide dont on ne peut changer le volume, c'est-à-dire qu'on ne peut pas le comprimer dans un espace
plus restreint. Les liquides sont des fluides incompressibles (eau, huile, mercure, etc.).

Exemple :

Interprétation de l’image (spitch)

Si on ferme l'orifice d'une seringue avec un doigt et qu'on essaie de pousser pour comprimer l'eau,
l'eau ne se comprimera pas: elle essaiera de sortir par l'orifice.
1.3

Un fluide compressible est un fluide dont on peut changer le volume,


c'est-à-dire qu'on peut le comprimer dans un espace plus restreint en
exerçant une pression sur ce dernier. La totalité des gaz sont des fluides
compressibles (air, oxygène, hydrogène, azote, etc.).
La pression d'un gaz dépend du nombre de collisions des particules du fluide entre elles et
avec le récipient. Ainsi, plus le nombre de collisions est grand, plus la pression est grande.

Les facteurs qui influencent le nombre de collisions et donc la pression sont:

 le nombre de particules dans le fluide : un nombre plus grand de particules signifie
plus de collisions, donc une plus grande pression;

 le volume du fluide : plus le volume est petit, plus il y a de collisions et plus la


pression est grande;
 la température :plus la température augmente,plus l'énergie des particules est
grande,ce qui les amènera à se déplacer plus vite, ce qui augmente le nombre de collisions et,
par le fait même, la pression.

*On science de la nature il est essensiel de pouvoir connaitre la quantité de fluide qui circule à
l’intérieur des différentes éléments (artères veines….). D’où il est néssesaire de déterminer la notion
de débit

2.Débit

Est la quantité de matière (exprimée par masse ou


volume qui passe dans une section pendant une unité de
temps.

 Si on choisi d’exprimer la quantité de matière, alors on parlera de débit massique. Si on


choisi un volume on parlera de débit volumique. On notera qm le débit massique et qv
le débit volumique.
On étudiera le cas : Si un volume V franchit la section de passage pendant
l’intervalle de temps t .
on calculera le débit volumique qV de la manière suivante :
3.Relation entre le débit et la vitesse

Interprétation de la relation

Supposant que la section est grande alors la quantité de matière qui va traversé le fluide est grande

Si la section est constant est en varie la vitesse alors automatiquement on reçoit une grande
quantité.

4.Relation entre débit massique et débit volumique :

on obtient :

6. nombre de Raynols
Re<<Re(critique)=2500 on dit écoulement laminaire

Re==Re(critique)=2500 on dit écoulement instable(transitoire)

Re>>Re(critique)=2500 on dit écoulement Turbulant.

5.Conservation du débit volumique :

https://fr.khanacademy.org/science/physics/fluids/fluid-dynamics/a/what-is-volume-flow-rate
12.1 Débitmètre électromagnétique
Un débitmètre électromagnétique est un compteur volumétrique qui ne comporte pas
de pièces mobiles et il est idéal pour les applications d'eaux usées ou de tout autre
liquide souillé qui est conducteur ou à base d'eau. Le débitmètre électromagnétique
ne fonctionne généralement pas avec les hydrocarbures, l'eau distillée et bon
nombre de solutions non aqueuses. Le débitmètre électromagnétique convient
également parfaitement pour les applications où une faible perte de pression et peu
d'entretien sont nécessaires.
Les débitmètres électromagnétiques sont une application de la mesure des
débits par mesure directe de la vitesse d’écoulement
C’est M. Faraday, à Londres, en 1832 qui tenta la première fois d’utiliser ce type de
débitmètre ; il voulait mesurer le débit volumique de la Tamise.
Le débitmètre électromagnétique est aujourd’hui un outil de mesure incontournable

Un débitmètre électromagnétique industriel est constitué par

* un tube en matériau non magnétique.

* Deux bobines d’induction : sont disposées de part et d’autre de la conduite. Elles créent un
champ magnétique alternatif pour éviter une polarisation des électrodes, et un champ
magnétique basse fréquence pour éviter les parasites.

Figure 1 : débitmètre électromagnétique

Il utilise la loi de Faraday : Quand un conducteur rectiligne se déplace dans un champ


magnétique, une force électromotrice est induite dans ce conducteur.
Un champ magnétique est crée par deux enroulements inducteurs placés de part et d’autre
d’un même diamètre de la canalisation. Le conducteur est le fluide lui-même, il circule
dans une canalisation isolée électriquement à l’intérieur. La force électromotrice est
mesurée par deux électrodes au contact avec la liquide et placées aux deux extrémité d’un
diamètre perpendiculaire aux lignes d’induction. La force électromotrice mesurée est
proportionnelle à la vitesse moyenne du liquide, donc au débit volumique du liquide. Le
signal de sortie à une amplitude de quelques millivolts et indique également le sens de
l’écoulement.
Cette création de tension électrique s’explique simplement si on observe les forces qui
s’exercent sur les anions et cations présents au sein du liquide. Une charge électrique
(électron, anion, cation) qui se déplace dans un champ magnétique subit une force (force
de Laplace) qui tend à faire dévier cette charge de sa trajectoire initiale.

Selon que cette charge est positive ou négative elle sera déviée dans un sens ou dans le
sens opposé. Cette force s’exprime de la façon suivante : F=qv∧B où q est la charge de la
particule, v est le vecteur vitesse et B le vecteur champ magnétique

 domaine d’utilisation : liquide visqueux, pâteux, chargés d’impuretés, abrasifs ou


très corrosifs à condition qu’ils soient conducteurs de l’électricité (ce qui n’est pas
le cas des hydrocarbures).
 bonne précision de l’ordre de 1 % (limitée pour les faibles vitesses d’écoulement)
 mesure ne dépendant pas des caractéristiques physique du liquide (viscosité,
densité, granulométrie) et possible à haute température (450 °C) et haute pression
(1000 bar)

Le débitmètre à ultrasons
est un instrument utilisant les ultrasons pour mesurer la vitesse moyenne d'un fluide. La
connaissance de la section permet d'avoir la mesure du débit.  La mesure de débit par
ultrasons fait appel à plusieurs techniques mettant en œuvre des sondes émettrices et
réceptrices (les deux pouvant être confondues). Différentes méthodes sont possibles :

 débitmètre à effet Doppler : l’effet Doppler consiste à analyser la fréquence de


l'ultrason qui est « réfléchi » par une particule du fluide. La variation de
fréquence est une image de la vitesse de la particule, et donc du fluide ;
 débitmètre par mesure de différence des temps de transit : on mesure le temps
de parcours de l'onde ultrasonore d'amont/aval à aval/amont. Cette différence
de temps est en fait l'image de la vitesse moyenne du fluide.
12.2.1 Débitmètre par mesure de différence des temps de transit
principe
Un émetteur et un récepteur sont montés en opposition de manière à ce que les ondes
acoustiques allant de l’un à l’autre soient à 45 ° par rapport au sens d’écoulement dans la
conduite. La vitesse du son allant de l’émetteur au récepteur constitue la vitesse intrinsèque du
son, plus un apport dû à la vitesse du fluide. La mesure du temps t mis par le signal pour
parcourir la distance L permet de connaître la vitesse du fluide et d’en déduire le débit.

Le temps mis par l’onde ultrasonore pour aller de l’émetteur vers le récepteur est :

La connaissance du temps t permet alors de déterminer la vitesse U, et par suite le débit Q


connaissant la section de la conduite.

Il est primordial que le fluide ne véhicule pas de gaz ou de solides, pour éviter la dispersion
des ondes acoustiques entre les deux transducteurs. L’ensemble du dispositif, à l’extérieur de
la conduite, est insensible à l’agressivité du fluide et n’entraîne aucune perte de charge

12.2.2 Débitmètre à effet Doppler


principe
Il utilise lui aussi deux éléments transducteurs, mais montés tous deux dans un
même boîtier, d’un des deux cotés de la conduite. Une onde ultrasonore de
fréquence constante est émise dans le fluide par l’élément émetteur, les solides ou
bulles présents dans les fluides réfléchissent le son, le renvoyant à l’élément
récepteur avec un glissement de fréquence. La variation de fréquence est
proportionnelle à la vitesse moyenne du fluide.

Le bac hydraulique il travail avec un système de valance