Vous êtes sur la page 1sur 227

Ordre........../F.S.S.A/UAMOB/2019

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE


MINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE
SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE AKLI MOHAND OULHADJE-BOUIRA

Faculté des Sciences et des Sciences Appliquées


Département Génie civil

Mémoire de fin d’étude


Présenté par :
OUADI Nadia
ZERROUK Roza

En vue de l’obtention du diplôme de Master 2 en :

Filière : GENIE CIVIL


Option : Structure

Thème :

ETUDE D’UN PONT FERROVIAIRE MIXTE ACIER-BETON


A TRAVEES CONTINUES SUR LA LIGNE ELECTRIFIEE
THENIA –BORDJ BORIRIDJ
Devant le jury composé de :

Pr AIT TAHAR .H UAMOB Président


Mr ABDELHAMID .A UAMOB Encadreur
Mr REFFAS .B UAMOB Examinateur
Mr SAOUDI .B UAMOB Examinateur
Mr DJAFER KHODJA .M UAMOB Co-Encadreur

Année Universitaire 2018/2019


Dédicace
Je dédie ce travail aux maitres de l’école de ma vie et mon enfance, qui m’ont appris à
aller au delà de mes capacités, avec courage et persévérance : à la mémoire de mes
parents .Puisse dieu, le tout puissant les avoir en sa sainte miséricorde.
A mon mari, qui m’a encadré le long de ce projet techniquement et moralement.
A mes deux familles OUADI et GUENDOUZI.
A ma collègue ROZA , en lui souhaitant un avenir prospère.
A SABRINA et ABDESLAM (Ingénieurs au BET PHENIX BUILDING) , qui ont
contribué à l’élaboration de ce projet.
A tous ceux que j’aime et qui m’aiment.

A toute la famille Génie Civil Etudiants – Enseignants

Nadia
Dédicace
Tout d’abord je remercie “ALLAH” qui nous a aidé à terminer ce travail.
Je dédie ce modeste travail :
A mes chers parents Mohamed et Khokha , Aucun hommage ne pourrait à la hauteur de
l’amour dont ils ne cessent de me combler. Que dieu leur procure la bonne santé et
longue vie.
A mon cher mari AZZOUZ Mohamed, qui m’a aidé moralement et financièrement à
poursuivre mon parcours universitaire et à atteindre mes objectifs dans la vie, je le
remercie beaucoup d’être compréhensif et de m’avoir soutenu tout le long de ce
parcours.
A celui que j’aime beaucoup : mon frère Rachid ; mes sœurs Leila, Lahna, Nabila et
toute la famille ZERROUK et AZZOUZ .
A ma collègue Nadia pour son soutien moral, sa patience et sa compréhension tout le
long de ce projet.
A toutes mes amies sans exceptions et la promotion de 2019.

ROZA
Remerciements

Tout d’abord, nous remercions Dieu, le tout puissant, de nous avoir donné la
santé et la volonté d’entamer et d’achever ce mémoire.
Nous tenons à manifester toute notre reconnaissance à Monsieur Abdelhamid
Abdelmalek et Monsieur Djafer Khodja Miloud, nos promoteurs pour leurs
conseils. Qu’ils trouvent ici l’expression de notre profond respect.

Nous remercions les deux BET : SNC PHENIX & RABIA ; SNC ERTP
GUENDOUZI & Cies pour leur disponibilité, leurs précieux conseils et
motivations qui nous ont gardés sur le droit chemin afin de réaliser ce travail.

Nos vifs remerciements s’adressent à Monsieur le président de jury et les


membres de jury d’avoir accepté d’évaluer et de porter un jugement objectif sur
le travail et nous honorer de leur présence.
‫ملخص‬
‫) من الصلب والخرسانة مع امتدادات مستمرة‬43 ‫يهدف هذا العمل الى دراسة جسر على السكة الحديدية (منشاة فنية رقم‬
.)IIa( ‫في البويرةتصنف على أنها منطقة زلزالية متوسطة‬EUROCODES ‫ و‬RPOA. ‫تشمل الدراسة النظرية والتطبيق في التحجيم‬
‫ ثم اختيار البديل األكثر فائدة على أساس تحليل‬،‫ أنواع‬4 ‫ مع اقتراح‬،‫لقد بدأنا عملنا عن طريق العموميات في التصميم العام للهيكل‬
‫ دراسة‬،‫ دراسة القسم المختلط‬،‫ ثم عن طريق األبعاد التفصيلية للمتغير المختار وهو تقييم األحمال والحمولة الزائدة‬،‫متعدد المعايير‬
.‫ الدعامات‬، ‫ األكوام‬:‫ تصميم ودراسة البنية التحتية للمشروع‬، ‫عناصر السطح وأخيرا‬
‫ من اجل دراسة هذا المشروع‬SAP 2000 version 14 ‫تم إنشاء النموذج بواسطة برنامج‬

‫ سكة‬، ‫ جسر مختلط‬:‫الكلمات الرئيسية‬

Résumé
Ce travail consiste en l’étude d’un pont ferroviaire OA 34, mixte acier-béton à travées continues à Bouira
classée en zone de moyenne sismicité IIa. L’étude englobe la théorie et la pratique dans le
dimensionnement et le calcul, conformément aux règlements des EUROCODES et RPOA.
Nous avons entamé notre travail par des généralités sur la conception générale de l’ouvrage, en proposant
3 variantes, puis le choix de la variante la plus avantageuse en se basant sur une analyse multicritère,
ensuite par le dimensionnement détaillé de la variante retenue à savoir l’évaluation des charges et
surcharge , l’étude de la section mixte , l’étude des éléments du tablier. Enfin, la conception et l’étude de
l’infrastructure de l’ouvrage : Les piles, les culées.

La modélisation a été établie par le logiciel avec le logiciel SAP 2000 (Structural Analytique Program)
version 14.

Mots clés : Pont mixte, ferroviaire, tablier, modélisation, RPOA, SAP2000, piles, culées.

Abstract
This work consists of the study of an OA 34 steel-concrete Bridge with continuous spans in Bouira
classified as a medium seismic zone IIa. The study encompasses theory and practice in sizing and
calculation, in accordance with the EUROCODES and RPOA regulations.
We began our work by generalities on the general design of the structure, proposing three variants, and
then the choice of the most advantageous variant based on a multicriteria analysis, then by the detailed
dimensioning of the chosen variant namely the evaluation of loads and overload, the study of the mixed
section, the study of the elements of the deck. Finally, the design and study of the infrastructure of the
bridge: piers, abutments.
The software with the software SAP 2000 (Structural Analytique Program) 14 version
Keywords: Mixed bridge, railway, deck, modeling, RPOA, SAP2000, piers, abutments.
TABLE DES MATIERES

RESUME
INTRODUTION GENERALE….…………………………………………………….02

PARTIE I : ETUDE PANORAMIQUE


CHAPITRE 01 : INTRODUCTION AU PROJET
1.1 Localisation géographique du projet………...………………………………..……..05
1.2 Présentation de l’ouvrage……...… ……………….……………………………..….06
1.3 Données du projet...………………………….………………………………….…..08

CHAPITRE 02 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE


2.1 Les ponts mixtes ………………..……………………………………......................13
2.2 Types de ponts mixtes……………………………..…………………….…….........15
2.3 Liaison Acier-Béton…..………………………………………………………..........17
2.4 Entretoisement des poutres......………………………………………………...........18
2.5 Connexion dalle-poutres………………………………………………………….....18
2.6 Avantages des ponts mixtes…………………………………………….………..….19

CHAPITRE 03 : ETUDE DES VARIANTES


3.1 Introduction………………………………………………………………...………..22
3.2 Choix du type d’ouvrage……………..…………………………………….………..23
3.3 Analyse multicritères ……………….……………………………………………...37
3.4 Aspect architectural des ouvrages d’art ……………………..……...…………….…40

PARTIE II : ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE


CHAPITRE 04 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX
4.1 Béton………………………………………………………………………………...45
4.2 Aciers pour béton armé…………………………………………………..……….…48
4.3 Aciers pour construction métallique………………………………………………...49
CHAPITRE 05 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER
5.1 Pré dimensionnement……...………………………………………………………...51
5.2 Equipements du pont ferroviaire…………...………………......................................57
CHAPITRE 06 : EVALUATION DES CHARGES ET DES SURCHARGES
6.1 Evaluation des charges................................................................................................69
6.2 Evaluation des surcharges...…………………………………………..………..……72
6.3 Actions sismiques……………………………………………..………………….….77
6.4 Les combinaisons d’actions ………………………………..………..……………....80
CHAPITRE 07 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS
7.1 Logiciel de calcul. .................................................................................................... 83
7.2 Modélisation………………………….………………………………………….…...83
7.3 Différents cas de charges………………………………………………………..…...90
7.4 Affectation des charges………………….……………………...................................90
7.5 Résultats de la modélisation.………………………………………...…………….....92
CHAPITRE 08 : ETUDE DE LA SECTION MIXTE
8.1 Vérification de la section d’acier................................................................................105
8.2 Hypothèses de calcul ...............................................................................................110
8.3 Calcul de la section mixte .........................................................................................111
8.4 Etude des efforts appliqués à a section mixte............................................................113
CHAPITRE 09 : VERIFICATION DES ENTRETOISES
9.1 Introduction………………...……………………………………………………...121
9.2 Vérifications des sections………………………………………………………….122
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE
10.1 Calcul des sollicitations de la dalle.............................................................………127
10.2 Combinaisons d’action ...............................................................................………130
10.3 Ferraillage de la dalle...............................................................................………...131

CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS


11.1 Définition................................................................................................................136
11.2 Choix du connecteur...............................................................................................136
11.3 Principe de calcul....................................................................................................137
PARTIE III : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES
12.1 Choix du type de pile………………………………………………………….....142
12.2 Prédimensionnement des piles...…………………………………………………143
12.3 Descente des charges…….………………………………………………………146
12.4 Etude des fondations……………………………………………………………..149
12.5 Etude du chevêtre………………………………………………...………………158
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES
13.1 Choix du type de culée……….………………………………………......………162
13.2 Pré dimensionnement des culées…………………………………………………163
13.3 Stabilité et évaluation des efforts………………………………………………...166
13.4 Etude des fondations……………………………………………………………...169
13.5 Etude de la semelle…………………………………………………………….....173
BIBLIOGRAPHIE…………………………………….……………………………..177
CONCLUSION GENERALE………………………………………….………….....180
ANNEXES.....................................................................................................................181
LISTE DES TABLEAUX
PARTIE I : ETUDE PANORAMIQUE
CHAPITRE 03 : ETUDE DES VARIANTES

Tableau 3-1: Estimation financière de chaque variante………………….………………..38


Tableau 3-2: Critères de choix………………………………………………..…………...39

PARTIE II : ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE

CHAPITRE 04 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

Tableau 4-1 : Type de béton adopté pour chaque élément structuralselon la Norme
NF EN-206-1………….………..……………………………………..…….45
Tableau 4-2 : Résumé des caractéristiques de calcul ……………………...………………48
Tableau 4-3 : Les enrobages minimaux et nominaux des armatures passifs…...……….…49
Tableau 4-4 : Les limites d’élasticité de l’acier en fonction des épaisseurs………….........49

CHAPITRE 05 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Tableau 5-1 : Dimensions des éléments de structure (PRS)………..………..……………...54


Tableau 5-2 Variation des épaisseurs de la poutre PRS (Travée de 40Ml)……...…………..55
Tableau 5-3 Variation des épaisseurs de la poutre PRS (Travée de 32 Ml)…...….…………56

CHAPITRE 06 : EVALUATION DES CHARGES ET DES SURCHARGES

Tableau 6-1 : Variations de section de la poutre de travée 40 ML……………………….....69


Tableau 6-2 : Variations de section de la poutre de travée 32 ML…………………....….....70
Tableau 6-3 : Valeurs recommandées de la composante linéaire de gradient thermique pour
différents types de tabliers de pont routiers ; de passerelles pour piétons et de
ponts de chemin de fer………...………………………………………………75
Tableau 6-4 : valeurs de T1, T2 et S pour la composante horizontale………………………78
Tableau 6-5 : Valeurs de T1, T2 et S pour la composante verticale……………..………….79

CHAPITRE 07 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Tableau7-1 : Les différents cas de charges…...…………………………………………….90


CHAPITRE 08 : ETUDE DU TABLIER
Tableau 8-1 : Limite d'élancement de la semelle dans la section d’appui ……….…….….105
Tableau 8-2 : Largeurs effectives de la dalle………………………………..……………..107
Tableau 8-3 : Récapitulatifs de calcul et vérification…………………………....…………109
Tableau 8-4 : Récapitulatifs de calcul et vérification………………...………….…………109
Tableau 8-5 : Les valeurs du coefficient d’équivalence n……………...…………………..111
Tableau 8-6 : Caractéristiques géométriques de la poutre métallique………..……………112
Tableau 8-7 : Caractéristiques statiques de la poutre métallique…………………...…...…113
Tableau 8-8 : Caractéristiques géométriques de la section mixte
(dalle +poutres métalliques)……...………………………………………..113
Tableau 8-9 : Caractéristiques statiques de la section mixte (dalle +poutres métalliques)..113
Tableau 8-10 : Définition géométriques des poutres metalliques……………………..…...113
Tableau 8-11 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres metalliques………….114
Tableau 8-12 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes sur appuis
(dalle fissurée)………………………………..…………………………..114
Tableau 8-13 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes sur appuis
court durée n=6……………………………………………………...………114
Tableau 8-14 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes en travée pour
les actions permanentes longue durée n=16……...……………………....115
Tableau 8-15 : Caractéristiques élastiques des sections des poutres mixtes sur appuis pour
les actions de retrait (n=17)………………………………………………115
Tableau 8-16 : Valeurs du moment de flexion relatives aux poutres métalliques...........….115
Tableau 8-17 : Valeurs de l'effort tranchant relatives aux poutres métalliques (KN)……..116
Tableau 8-18 : Valeurs du moment de flexion relatives aux poutres mixtes (KN-M)….…116
Tableau 8-19 : Valeurs de l'effort tranchant relatives aux poutres mixtes (KN)…………..116
Tableau 8-20 : Valeurs des moments fléchissant et efforts tranchants à l’ELU
et l’ELS de la section mixte…..…………………....………………….….117
Tableau 8-21 : Tableau : Vérification des contraintes aux différentes sections d’appuis…118
Tableau 8-22 : Tableau : Vérification des contraintes aux différentes sections de travée…118
CHAPITRE 09 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

Tableau 9-1 : Les efforts tranchants et moments fléchissant des entretoises………………122


Tableau 9-2 : Les caractéristiques géométriques et élastiques du PRS 2000…………..…..124
CHAPITRE 10 : ETUDE DE LA DALLE

Tableau 10-1 : Récapitulatif des moments fléchissant dans la dalle (KN.m)………….….131


Tableau 10-2 : Récapitulatif des efforts tranchants dans la dalle (KN)…………….……..131
Tableau 10-3 : Récapitulatif des résultats de calcul de ferraillage à l’ELU……………….132
Tableau 10-4 : Vérification des contraintes………………………..………………….......133

CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

Tableau 11-1 : Valeurs des résistances au cisaillement longitudinal (KN/m)……………..139

PARTIE III : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Tableau 12-1 : Dimensions des piles…………………………………………....................146


Tableau 12-2 : Evaluation des sollicitations dûs à la pile N°02…………………….……..147
Tableau 12-3 : Evaluation des efforts dû au tablier………………………….…….………148
Tableau 12-4 : Combinaison des efforts…………………………………….…...………...149
Tableau 12-5 : Paramètres géotechniques……………………………………………….…150
Tableau 12-6 : Calcul de portance d'un pieu (Cas dynamique)……….……………….…...152
Tableau 12-7 : Calcul de portance d'un pieu (Cas statique)…………….……………….…152
Tableau 12-8 : Réactions sur le pieu………………………………………………….……154
Tableau 12-9 : L’effort tranchant et moments fléchissant maximaux du chevêtre…….…..159
Tableau 12-10 : Ferraillage du chevêtre…………………………………………………....159

CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Tableau 13-1 : Calcul du coefficient de poussée Kad………………………………….…..166


Tableau 13-2 : Evaluation des efforts dû à la culée…………………………….………….167
Tableau 13-3 : Somme des efforts dû à la culée………………………………….………..168
Tableau 13-4 : Somme des efforts dû au tablier………………………………..…..………168
Tableau 13-5 : Combinaison des efforts……………………………………..…………….169
Tableau 13-6 : Calcul de portance d'un pieu (Cas dynamique)……………..……………..170
Tableau 13-7 : Calcul de portance d'un pieu (Cas statique)…………………………..……170
Tableau 13-8 : Réactions sur le pieu…………………………………………………….....172
LISTE DES FIGURES
PARTIE I : ETUDE PANORAMIQUE
CHAPITRE 01 : INTRODUCTION AU PROJET
Figure 1.1 Image Google du Tracé de la nouvelle ligne ferroviaire Thénia / BBA..…….05
Figure 1.2 Plan de localisation………………...……………………………….………...07
Figure 1.3 Plan de situation du projet (OA34)…………………………………………...07
Figure 1.4 Vue en plan de l’ouvrage OA34………………..…………………………….07
Figure 1.5 Vue en plan…………………………………...…..……………………….….09
Figure 1.6 Coupe longitudinale……………………...………..…………………….……10
Figure 1.7 Coupe transversale du tablier…………………...…………………...………..11

CHAPITRE 02 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE


Figure 2.1 Tablier à ossature mixte…………………………………………………..…..13
Figure 2.2 Pont routier métallique………………………………………………………..14
Figure 2.3 Pont mixte (Munich), Allemagne………………………………………..……14
Figure 2.4 Comportement plastique d’une poutre mixte connectée…………………..….15
Figure 2.5 Tabliers bipoutres (a) et multi poutres(b)…………………………………..…15
Figure 2.6 Exemple d’un pont mixte bipoutre……………………………………………16
Figure 2.7 Exemple d’un pont mixte quadri poutre……………………..…………….…16
Figure 2.8 Types de caissons………………………………………………..……………16
Figure 2.9 Poutre en caisson………………………………………………..………….…17
Figure 2.10 Model tridimensionnel du tablier en treillis……………………...….………17
Figure 2.11 Entretoisement des poutres…………………………….……………………18
Figure 2.12 Connexion entre les poutres métalliques et la dalle…………………………19
Figure 2.13 Connecteurs de type goujons…………………………………..……………19

CHAPITRE 03 : ETUDE DES VARIANTES


Figure 3.1 Coupe transversale d’ouvrage …………………………………...…...……24
Figure 3.2 Répartition des travées……………….………………………….…………24
Figure 3.3 Schéma statique………………………………………………………….…25
Figure 3.4 Section de poutre métallique…………………………………………….…25
Figure 3.5 PRS à gauche (section sur appuis), à droite (section à mi- travée)………...27
Figure 3.6 Pont en poutre mono-caisson au cours d’exécution………………..………29
Figure 3.7 Principe de la méthode de construction en encorbellement…………..….…29
Figure 3.8 Schéma statique d’un pont en béton précontraint construit en
encorbellement……………………………………………………………….30
Figure 3.9 Coupe transversale d’un pont en poutre mono-caisson………………………30
Figure 3.10 Elément précontraint………………………………………………………...32
Figure 3.11 Coupe longitudinale du pont à poutre précontrainte par post-tension………33
Figure 3.12 Coupe transversale du tablier………………………………………………..34
Figure 3-13 Les trois variantes de pont……..……………………………………………38
PARTIE II : ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE
CHAPITRE 04 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

Figure 4.1Diagramme parabole rectangle du béton……..…………………………….…46


CHAPITRE 05 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER
Figure 5.1 Tablier en bipoutres mixte à entretoise……………………………...…..……51
Figure 5.2 Coupe type du tablier ………………………………...………………………51
Figure 5.3Caractéristiques géométriques d’une poutre métallique et leurs notations……52
Figure 5.4 Tablier en bipoutres mixte à entretoise……………………………….………52
Figure 5.5 Section en I…………………………………………………………...……….53
Figure 5.6 Dimensions des éléments de structure (PRS)…………...…………………….54
Figure 5.7 Schéma présentant les variations d'épaisseur de la membrure inférieure
des poutres dans la travée principale………….…..………………………….55
Figure 5.8 Caractéristiques géométriques du HEA600 (Selon la norme européenne
EN10034) En travée…………………..……………………….….….…..….56
Figure 5.9Caractéristiques géométriques du PRS 2000 en appui …....…………...………57
Figure 5.10 Traverses en béton……………………………………………..…………….59
Figure 5.11 Le rail…………………………………………………..………………….…59
Figure 5.12 Appareils d’appuis à pot……….……………………………………………61
Figure 5.13 Appareils d’appuis mobiles à balancier….…………………………………..61
Figure 5.14 Appareils d’appuis mobiles à rouleau simple ou à balancier et rouleau
Multiple………………………………………………………………………..61
Figure 5.15 Appareils d’appuis en élastomère fretté…………………………………….61
Figure 5.16 Appui à noyau de plomb LRB………………………………………………63
Figure 5.17 Figure de l’Appui guidé - longitudinal de type « POT» - M……………….63
Figure 5.18 Amortisseur viscoélastique (FVD)…………………………………………..63
Figure 5.19 Ressort amortisseur précontraint (PDS)……………………………………..65
Figure 5.20 Dispositifs amortisseurs précontraints disposé transversalement sur piles….65
Figure 5.21 Comportement du (PDS) au cours d’un séisme…………………………..…66
Figure 5.22a) Joint de dilatation - sous ballast pour la culée C01 ……………………….67
Figure 5.22b) Joint de dilatation Gard pour la culéeC02…………………………………67
Figure 5.23 Joint de dilatation sur trottoir………………………………………………..67

CHAPITRE 06 : Evaluation des charges et des surcharges


Figure 6.1 Dimensions du PRS2000……………………………………………………...70
Figure 6.2 Modèle de charges LM71……………………………………………………..72
Figure 6.3 Modèle de charges SW/0………………………………………...………..…..73
Figure 6.4 Modèle de charges SW/2……………………...………………..………..……73
Figure 6.5 Gradient thermiquede la séction mixte…………………….…………... …....75
Figure 6.6 Le phénoméne de retrait…………………………………….………………..76
Figure 6.7 Effets du retrait du béton dans la section mixte……...………….……….…...76
CHAPITRE 07 : Modélisation et évaluation des efforts
Figure 7.1 Tableau de modèle (SAP2000)………………………………….……………83
Figure 7.2 Représentation de la fenêtre « Bridge Wizard »…………………..………….84
Figure 7.3 Choix du type de tablier…………………………………………..………..…84
Figure 7.4 Dimension des sections du tablier…………………………………………….85
Figure 7.5 Les Charges…………………………………………………………...………85
Figure 7.6 Les surcharges……………………………………...………..………………..86
Figure 7.7 Vue en 3D du modèle du tablier…………………………...…………………86
Figure 7.8 Matériaux utilisés……………………………………….…………………… 88
Figure 7.9 Pile01 et pile 01Base……………………………………...……….………….88
Figure 7.10 Pile 02 et pile 02 base………………………………..………………………88
Figure 7.11 Pile 03 et pile 03 base……………………………………………….……….88
Figure 7.12 Pile 04 et pile 04 base…………………………………...…..……….………89
Figure 7.13 Pile 05 et pile 05 base…………………………………………………..……89
Figure 7.14 Chevêtre et Poutres principale (PRS)………………..……………………....89
Figure 7.15 Entretoise HEA600, Entretoise PRS 2000……….……………………..…90
Figure 7.16 Modélisation du modèle LM71……………………………..……………….91
Figure 7.17 Modélisation du modèle SW/2……………………………..………………..91
Figure 7.18 Modélisation du modèle SW/0…………………………………..…………..92
Figure 7.19 Diagramme des moments sous charge DEAD……………..……..…………93
Figure 7.20 Diagramme des efforts tranchant sous charge DEAD………………………93
Figure 7.21 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge DEAD…...………94
Figure 7.22 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge DEAD………………94
Figure 7.23 Diagramme des moments fléchissant sous charge CCP……………….…….95
Figure 7.24 Diagramme des efforts tranchant sous charge CCP…………………....……95
Figure 7.25 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge CCP……...…....…96
Figure 7.26 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge CCP…….…….….…96
Figure 7.27 Diagramme des moments fléchissant sous charge ACASE1……....……..…97
Figure 7.28 Diagramme des efforts tranchant sous charge ACASE1…….….……….….97
Figure 7.29 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge ACASE1…..….…98
Figure 7.30 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge ACASE1……....……98
Figure 7.31 Diagramme des moments fléchissant sous charge TEMP1…………...….….99
Figure 7.32 Diagramme des efforts tranchant sous charge TEMP1………………...…....99
Figure 7.33 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge TEMP1…..…....…100
Figure 7.34 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge TEMP1………..……100
Figure 7.35 Diagramme des moments fléchissant sous charge TEMP2………….……...101
Figure 7.36 Diagramme des efforts tranchant sous charge TEMP2………….....………..101
Figure 7.37 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge TEMP2….…….…102
Figure 7.38 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge TEMP1……...…...…102
Figure 7.39 Diagramme des moments fléchissant sous charge Retrait………..…..……..103
Figure 7.40 Diagramme des efforts tranchant sous charge Retrait……………...……..…103
CHAPITRE 08 : ETUDE DE LA SECTION MIXTE
Figure 8.1 Dimensions du PRS……………………………………………………….….105
Figure 8.2 Calcul de la largeur efficace de la dalle (Selon EN 1994-2)………………...106
Figure 8.3 Distribution plastique des contraintes normales :
Cas de l'axe neutre plastique dans la dalle (flexion positive)……….……...108
Figure 8.4 Section mixte……………...……………………………………….……..…110
Figure 8.5 Section mixte : Position de l’axe neutre dans une section mixte….….…….111
Figure 8.6 Section d’appui (section fissurée) ………………………………..………..112
Figure 8.7 Comportement d’une section mixte connectée…………………..…..…..…117
CHAPITRE 09 : ENTRETOISES
Figure 9.1 Section des entretoises PRS sur appui……………………………………....121
Figure 9.2 Dimensions de l’entretoise HEA600 sur travée …………………………....121
Figure 9.3 Dimensions du PRS 2000………………………………………………..….125
CHAPITRE 10 : ETUDE DE LA DALLE
Figure 10.1 Modèle poutre sur deux appuis (h=0.40 m et b= 1.00m)……………..……127
Figure 10.2 Répartition de la force d’essieu ponctuelle 250 KN
sur une bande longitudinale…………………….…….…………………….128
Figure10.3 Répartition de la force d’essieu ponctuelle 250 KN
sur deux bandes longitudinales ………………..……………………………128
Figure 10.4 Diffusion des surcharges……………...……………………………………129
Figure 10.5 Les efforts sur rails…………………………………………………………129
Figure 10.6 1er cas de chargement de la dalle…………………………………..………130
Figure 10.7 2eme cas de chargement de la dalle…………………………..……………130
Figure 10.8 Coupe de ferraillage de la dalle…………………………….………………133
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS
Figure 11.1 Liaison entre l’acier et le béton…………………………………………….136
Figure 11.2 Exemples de connecteurs utilisés dans les sections mixtes acier –béton.….129
Figure 11.3 Connecteurs de type goujons………………………………………………137
Figure 11-4 Goujon à tête……………………………………………………………….137
Figure 11-5 Dimensions du goujon TRW Nelson KB 7/8"-200……………..…………138
Figure 11-6 Disposition de connecteur de type goujons………………..………………139

PARTIE III : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE


CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES
Figure 12.1 Schéma de la pile………………………………………………………..…142
Figure 12.2 La pile type (élévation latérale et frontale)……………………………...…144
Figure 12.3 Les différentes coupes transversales sur la pile……………………………145
Figure 12.4 La pile P2.......................................................................................................146
Figure 12.5 Disposition des pieux………………………………………………..……..154
Figure 12.6 Ferraillage du pieu (pile)………………………………………………...... 155
Figure 12.7Semelle de la pile N°02……………………………………………………. 155
Figure 12.8 Semelle de la pile N°02…………..……………………………………….. 155
Figure 12.9 Semelle de la pile N°02…………………..………………………………. 156
Figure 12.10 Méthode des bielles…………………………………………………...…. 156
Figure 12.11 Ferraillage de la semelle pile N°02………………………………..….…. 158
Figure 12.12 Schéma du chevêtre …………………………………………..……. 158
Figure 12.13 Schéma statique du chevêtre……………………………………...……... 158
Figure 12.14 Ferraillage du chevêtre…………………………………………………... 160
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES
Figure 13.1 Vue panoramique d’une culée remblayée……………………………..…...162
Figure 13.2 Culées C01 et C02………………………………………………………….163
Figure 13.3 Mur Frontal……………………………………………..…………………..164
Figure 13-4 Disposition des pieux (semelle de la culée C01)………………..………….172
Figure 13.5 Ferraillage du pieu (culée)…………………………………...………….…173
Figure 13.6 Semelle de fondation de la culée C01……………...………………………174
Figure 13.7 Vue en plan de la semelle de la culée C01………...…………………….…174
Figure 13.8 Ferraillage de la semelle de la culée C01…………...…………………...…176
LISTE DES PHOTOS

PARTIE I : ETUDE PANORAMIQUE

CHAPITRE 03 : ETUDE DES VARIANTES

Photo 3.1 Poutre métallique en I……………………………………….…………….25


Photo 3.2 L’art du dialogue entre ingénieur et architecte
(L’architecte met en scène un espace)………..…………………………..41
Photo 3.3 Aspect architectural (forme des structures)…………………………...…..41
Photo 3.4 Aspect architectural (intégration dans l’environnement)…………..……..42
Photo 3.5 Aspect architectural (la couleur des structures)……………………..……42
Photo 3.6 Aspect architectural (Liaison)………………………………………….…43

PARTIE III : ETUDE DE L’INFRASTRUCTURE

CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Photo 12.1 Disposition du ferraillage du pieu …………………………………..155


LISTE DES ABREVIATIONS
A : Aire

Av : Aire de cisaillement

ANP : Axe Neutre Plastique

B-P : Béton précontraint

BBA : Bordj Bou Arreridj

CDG : Centre de Gravité

C1 ; C2 : Les culées

C40/50 : Classe de béton

ELS : Etats Limite de Service

ELU : Etats Limite Ultime

Fa : Effort appliqué dans l’acier

Fb : Effort appliqué dans le béton

HA : Haute Adhérence

HEA : Poutrelles normales européennes à larges ailes

Ht : Hauteur total

LM1: Load Model 1

LM2: Load Model 2

P.K : Point kilométrique

P : Poids

P1, P2, P3, P4 : Piles

PRS : Profilés reconstitués soudés

S1 , S2, S3 : Les numéros de sondages

OA34 : Ouvrage d’art N034

T : Trottoir

Temp : Température

RL : Rond lisse

Sa : Aire de charpente métallique


Sb : Aire de béton

Ecm : Module d'élasticité du béton

Ea : Module d'élasticité de l'acier de charpente.

Es : Module d'élasticité de l'acier des armatures passives.

EM : Module de déformation du sol

F : Effort ; force appliquée.

I : Moment d'inertie

Le : Portée équivalente ou effective

Ly : Portée selon y

Lx : Portée selon x

L : Portée ; longueur

M : Moment

MEd : Moment de dimensionnement

Mpl,Rd : Moment résistante plastique

NPHE : Le niveau des plus hautes eaux

N : Effort

R : Réaction

S : Section homogénéisée.

Same : Section de l’âme

Vsd : Effort tranchant de calcul

Vpl,Rd : Valeur de calcul de l’effort tranchant résistant plastique

Z : Distance de la fibre (inferieure ou supérieure) à l’axe neutre plastique ANP

PL : pression limite

Q : Charge

W : Module de résistance.

Y : Position d'un centre de gravité d'une section.

τ : Contrainte de cisaillement

τ : Contrainte de cisaillement admissible


INTRODUCTION GENERALE
INTRODUCTION GENERALE

Un effort exceptionnel a été consenti par l'Etat, durant la dernière décennie, en matière
de réalisation de grands projets d’infrastructures et d’équipements publics, notamment dans le
domaine ferroviaire.
Le transport ferroviaire représente un des piliers fondamentaux du développement
durable et de la prospérité de tout pays. Des systèmes de transport efficaces et des réseaux
modernes sont donc une nécessité pour le développement économique, et la préservation de
l’environnement.
Le réseau ferroviaire de l'Algérie connaît depuis peu, des investissements pour
l'installation de trains à grande vitesse qui devraient relier les villes les plus importantes du
pays.
Certes, l’Algérie aujourd’hui investie beaucoup sur l’infrastructure routière ; mais cet
effort seul ne suffit pas car rapidement ces routes et autoroutes nouvellement réalisées sont vite
saturées.
De plus, aujourd’hui l’enjeu mondial est celui du réchauffement climatique et le souci
d’économie de pointe.
Dans le cadre de son programme pour le développement des transports ferroviaires en
Algérie, L’Agence Nationale d’Étude et de Suivi des Réalisations des Investissements
Ferroviaires (ANESRIF) a adopté un programme de restructuration du réseau ferroviaire
national par la modernisation des lignes existantes.
Cette modernisation comprend l’augmentation des vitesses de circulation par la
rectification du tracé des lignes, la remise en état des plateformes ferroviaire, l’électrification
et le renouvellement de la voie et du ballast.
La stratégie du développement du réseau ferré en Algérie intègre aussi la construction
de nouvelles lignes modernes qui répondent aux nouvelles exigences ;Parmi ces lignes
stratégiques figure la réalisation d’une ligne à double voie à trafic mixte (voyageurs,
Marchandises) électrifiée entre les villes de Thénia et Bordj Bou Arreridj (BBA) d’une longueur
de 162 kilomètres environ, circulée à 160 km/h qui est destinée à diminuer les temps de parcours
ferroviaires entre Alger et Constantine.
Dans le souci permanent d’améliorer toujours les conditions de vie de citoyens dans les
villes et les campagnes, nous inscrivons notre modeste contribution au titre de notre mémoire
de fin d’études par l’étude d’un pont ferroviaire mixte acier-béton à travées continues sur la
ligne électrifiée Thénia -BBA ;ainsi le mémoire est structuré en Trois parties et Quatorze
chapitres :

2
INTRODUCTION GENERALE

La première partie est consacrée aux généralités sur la conception générale de l’ouvrage,
et des définitions sur les ponts mixte ; puis une présentation du projet, objet de notre mémoire.
La deuxième partie de ce travail est réservée à l’étude de la superstructure (tablier,
modélisation, la section mixte, les entretoises, la dalle, les connecteurs et les équipements du
tablier).
La troisième partie comprend l’étude de l’infrastructure qui traite les piles et les culées
; puis nous terminons, ce modeste travail par une conclusion générale mettant en avant les
principaux points retenus durant ce travail.
Il est à signaler que notre projet est modélisé avec le logiciel SAP 2000 (Structural
Analytique Program), version 14.

3
PARTIE I :
ETUDE PANORAMIQUE
CHAPITRE 1 :

INTRODUCTION AU PROJET

1-1: Localisation géographique du projet

1-2 : Présentation de l'ouvrage

1-3: Les données du projet

1-3-1: Données naturelles.

1-3-2: Données sismiques.

1-3-3: Données fonctionnelles.

4
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

1.1 LOCALISATION GEOGRAPHIQUE DU PROJET

La nouvelle ligne ferroviaire est située au Sud-Est de la capitale Alger, elle traverse
quatre wilayas de l’Est Algérien démarrant de Boumérdes, Bouira, Bejaïa et Bordj Bou
Arreridj (BBA).
Le Pk 0+000 origine de la nouvelle ligne ferroviaire se trouve à la sortie de tunnel
existant de la ville de Thénia, elle traverse la wilaya de Boumérdes par quatre(4) communes,
ensuite la wilaya de Bouira où se situe le tronçon le plus le long du projet, 11 communes sont
traversées dans cette wilaya.
A la sortie de Bouira le tracé traverse la wilaya de Bejaia par un petit tronçon de voie. Le
reste du tracé se situe à la willaya de Bordj Bou Arreridj (BBA), il traverse 4 communes et se
termine à l’intérieur de la gare existante de la ville de BBA.
La nouvelle liaison ferroviaire relie six (6) villes importantes de l’Algérie qui sont la ville de
Thénia, la ville de Lakhdaria, la ville de Bouira, la ville de Béni-Mansour, la ville de
Mansoura, et Bordj Bou Arreridj.

Figure 1.1 Image Google du Tracé de la nouvelle ligne ferroviaire Thénia / BBA

5
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

3.1. PRESENTATION DE L’OUVRAGE


Notre projet de fin d’étude consiste à faire une étude et un dimensionnement d’un pont
ferroviaire, dans la commune de Bouira (wilaya de Bouira) ; faisant partie de la future ligne
électrique à double voie ferrée d’un linéaire global de 162 Km , reliant Thenia à Bordj Bou
Arreridj de la ligne Alger-Constantine , traversant la wilaya de Bouira sur un linéaire de 90
km, allant de son entrée nord à sa sortie Est, et seize (16) tunnels d’une longueur globale de
20 km ,et 55 ouvrages d’arts d’une longueur globale d’environ 20 Km .
Ce méga projet qui s'ajoute à l'axe autoroutier qui traverse la wilaya sur une centaine de
kilomètres, demeure une preuve de la place stratégique qu'occupe la wilaya de Bouira, de plus
il a pour objectif d’optimiser le trafic mixte (voyageurs – marchandises) et d’améliorer la
ligne pour permettre des vitesses plus élevées réduisant le temps de parcours et le rendant plus
compétitif. Le projet vise également à améliorer les conditions d’exploitation avec la création
d’une gare multimodale à Bouira et l’intégration de technologie moderne de signalisation et
de télécommunication.
Dans ce mémoire nous examinerons la conception et l’étude d’un pont rail se situant entre
le PK59+000 au PK59+224 de la ligne ferroviaire électrique en dédoublement, reliant la ville
THENIA à celle de BORDJ BOUARIRIDJ, dont l’étude technique est en phase Avant-
projet sommaire enrichi (APS enrichi).
Ce pont permet le franchissement de chabet Ighil Nezaka , constitué d’un tablier continue
mixte acier béton de 224 m de longueur, avec quatre(04) travées intermédiaires de 40 m et
deux (02) travées de rives de 32 m . Ce pont ferroviaire est constitué par un tablier mixte
bipoutre acier-béton de hauteur constante. Ce dernier est composé de deux poutres à âme
pleine, réalisées à partir de profilés reconstitués soudées (PRS), reliées entre elles par une
dalle en béton armé, connectée aux poutres métalliques et réalisée en seconde phase.
Les poutres sont liées par entretoises en profilé HEA 600, chaque huit (08) m en travée, et
entretoise en diaphragme sur appuis en PRS 2000, comportent un trou d’homme qui permet la
circulation à l’intérieur de l’ouvrage et une butée de sécurité.

6
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

Figure 1.2 Plan de localisation

Figure 1.3 Plan de situation du projet (OA34) commune de Bouira

Figure 1.4 Vue en plan de l’ouvrage OA34

7
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

3.2. LES DONNEES DU PROJET


L’ouvrage qui fait l’objet de notre étude franchit une vallée avec une portée de 224m.
Les contraintes naturelles nous poussent à envisager une solution technico-économique
adéquate à travées hyperstatiques.
3.2.1. Données naturelles
C’est l’ensemble des éléments de son environnement influant sur sa conception et qu’il
faut respecter et ne pas modifier, on distingue :
a) Les données géotechniques
Comme tout projet l’étude géotechnique un rôle très important pour le choix du système
d’ouvrage.
La reconnaissance du sol est une opération délicate. Il faut se rendre compte, avant d’établir
les fondations, de la nature du sol, de sa résistance, de la profondeur à laquelle on devra
descendre pour établir les fondations, du niveau de la nappe aquifère.
Les sondages ont pour but de prélever des échantillons de sol, non seulement des couches sur
lesquelles on doit établir une fondation, mais également des couches inférieures qui peuvent
provoquer des tassements dans les ouvrages.
Les travaux de reconnaissance géologiques et géotechniques sont fondamentaux, ils
conditionnent l’implantation des fondations et leur fonctionnement mécanique
Les travaux de reconnaissance sont effectués aux endroits de cet ouvrage d’art ont compris
trois sondages carottés et un sondage pressiomètrique : * Trois (03) sondages carottés :
 S1 : sondage F-104-11 (L=20 m) au PK59+093à la culée C1
 S2 : sondage F-84-10 (L=25 m) au PK 59+263.6 entre P4 et P5
 S3 : sondage F-103-11 (L=12 m) juste après la culée C2.
Un (01) sondage pressiomètrique :
S4 : sondage PR-52-10 (L=25 m) au PK59+247 à la pile P4

Remarque : Ils est à signaler que d’autres sondages préssiometriques seront prévus
ultérieurement pour compléter cette étude géotechnique ;car à cette phase c'est-à-dire
l’élaboration de notre projet ;l’étude est en phase de l’avant-projet sommaire .

Les terrains rencontrés dans le secteur d’étude sont constitués par trois (03) formations :

 ARQ4 Argile limoneuse Quaternaire du plateau Bouira.


 QA2-PQG Alluvions et conglomérats du plateau Bouira.
 MA Miocène Inferieur marneux argileux de Bouira.

8
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

b) Données hydrauliques
Le pont franchira le chabet Ighil Nezaka. Le niveau des plus hautes eaux (NPHE) est de
503.86m pour une période de retour de 100 ans et 504.16m pour une période de 500 ans.
3.2.2. Données sismiques
 Catégorie pour l'ouvrage : Groupe 1 "Pont stratégique"
 Coefficient d'accélération de la zone pour l'ouvrage : A = 0.25
 Classification du site de l'ouvrage : S2
 Zone sismique : zone IIa.

3.2.3. Données fonctionnelles


Les données sont fixées par le maitre de l’ouvrage, on distingue :
a) Données relatives à la voie portée
Tracé en plan

L’axe en plan se composera d’un alignement rectiligne, droit constitué de 6 travées dont
quatre travées centrales de 40m et deux travées de rives de 32m.

Figure 1.5 Vue en plan

Profil en long
Le profil en long de l’axe de roulement définissant en élévation le tracé en plan, est en
fonction des paramètres liés aux contraintes fonctionnelles de l’obstacles à franchir ou aux
contraintes naturelles que l’on définit le profil en long, il présente quatre travées centrales de

9
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

40m et deux travées de rives de 32m ,ce qui nous donne une longueur totale de 224m, muni
de culées ainsi que de cinq (05) piles.
 Le profil en long se développera sur une pente constante de -1.519 %, descendante de
la culée C1 vers la C2.

Figure 1.6 Coupe longitudinale

Profil en travers

Le profil en travers, constituant l’ensemble des éléments qui définissent la géométrie


et les équipements de la voie dans sens transversal, Il doit être soigneusement étudié car il est
très difficile de le modifier (par exemple, de l’élargir). Le tablier est constitué d’une double
voie d’une largeur totale de 12,80m, qui ont une distance entraxe de 4 m .L’écartement entre
les rails de chaque voie est de 1,435 m. La voie sera continue tout au long de l’ouvrage ayant
un appareil de dilatation (AD) sur la culée C2.Ci-joint la coupe transversale du tablier :

10
CHAPITRE 1: INTRODUCTION AU PROJET

Figure 1.7 Coupe transversale du tablier

11
CHAPITRE 2 :
RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE
2-1: Les ponts mixtes

2-2: Types de ponts mixtes

2-3: Liaison Acier - Béton

2-4 : Entretoisement des poutres

2-5 : Connexion dalle-poutre

2-6 : Avantages des ponts mixtes

12
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

2.1 LES PONTS MIXTES


L’intérêt principal de notre projet de fin d’étude concerne les ponts ferroviaires mixtes. Ce
sont des structures qui combinent l’acier et le béton armé. Ce type de construction est très
populaire en Europe et aux États-Unis.
La construction métallique possède d’incontestables atouts liés à l’excellent rapport
poids/performance du matériau, à la fabrication de pièces en atelier dans des conditions
optimales pour l’obtention de la qualité et à des processus de montage rapides. La baisse
graduelle du prix de l’acier et la hausse des coûts de main-d’œuvre ont conduit les ingénieurs
à simplifier au maximum la conception des structures, voire à abandonner certains types
d’ouvrages. Cette forte tendance à la simplification a largement orienté la conception des
ponts vers les ossatures mixtes constituées par une dalle en béton armé associée à deux ou
plusieurs poutres métalliques en I [1].

Figure 2.1 Tablier à ossature mixte

Les ponts alliant l’acier et le béton sont constitués de poutres porteuses en acier
(élément principal) et d’une dalle de roulement en béton (élément secondaire). Connectée aux
poutres métalliques ; la dalle de béton permet d’apporter la raideur nécessaire au pont pour le
franchissement d’un véhicule circulant à grande vitesse. De plus, l’utilisation de ces deux
matériaux permet de réaliser des ouvrages simples avec un minimum d’assemblage. Ainsi les
problèmes de fatigue des assemblages, sièges de concentrations de contraintes cycliques, sont
moins nombreux et la pérennité de ces constructions est mieux assurée [3].

13
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Figure2.2Pont routier métallique

Figure2.3 Pont mixte (Munich), Allemagne

La construction mixte associe la dalle en béton à la résistance de la structure globale. Elle est
bien connue aujourd’hui. La mixité acier béton utilise ces deux matériaux de la manière la
plus satisfaisante. Le béton procure la raideur à la structure et une grande part de son poids
propre. Il est le plus souvent en compression. L’acier porte l’ouvrage sur de grandes distances
tout en apportant de la légèreté. Il récupère alors les contraintes de traction[3]

14
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Figure 2.4 Comportement plastique d’une poutre mixte connectée

2.2. TYPES DE PONT MIXTES


La dalle de béton se conjugue en trois formes de poutraisons sous chaussée :

a) Poutres à âmes pleines (bipoutres et multi poutres) :


Le tablier bipoutre constitue le tablier métallique le plus simple avec un platelage en
béton armé connecté à la poutraison (Figure2.5a), le bipoutre mixte est actuellement le type
de tablier le plus économique. Le tablier multi poutre comprend plusieurs poutres espacées de
3 à 5m (Figure2.5 b), cette formule est généralement réservée aux tabliers très larges ou très
élancés[1] .

Figure 2.5 Tabliers bipoutres (a) et multi poutres(b)

15
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Figure2.6Exemple d’un pont mixte bipoutre

Figure 2.7 Exemple d’un pont mixte quadri poutre

b) Poutres en caissons :
Dans sa forme la plus simple, la poutre en caisson comporte deux âmes, verticales ou
inclinés, reliées à leur base par une tôle de fond raidie formant la semelle inférieure (Figure 2-
7 et 2-8)
La semelle supérieure identique à celle du tablier à poutres est adaptée au type de platelage
choisi. La semelle inférieure, largement mince, donc sensible à l’instabilité de voilement, est
raidi e par des raidisseurs longitudinaux et transversaux [1].

Figure 2.8Types de caissons

16
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Figure 2.9 Poutre en caisson

c) Poutres en treillis :
La poutre latérale en treillis est l’alternative à la poutre latérale à âme pleine et se
substitue définitivement à elle (Figure 2-10), dès que la portée dépasse la soixantaine de
mètres et pose problème du besoin en inertie flexionnelle pour contenir la déformabilité dans
les limites admissibles [1].

Figure 2.10 Model tridimensionnel du tablier en treillis

2.3 LIAISON ACIER -BETON


La liaison de l’acier au béton doit présenter une « résistance complète », c’est-à-dire que
le nombre de connecteurs doit être suffisant pour reprendre l’effort rasant maximal que
chaque .partie de la section transversale peut transmettre et ceci indépendamment des
contraintes de cisaillement qui résultent du calcul de l’ensemble de la structure. Cette liaison
doit présenter aussi une « résistance adéquate », signifiant que la liaison doit être capable de
remplir sa fonction en suivant les déformations prévues par le calcul de la structure. Il est
primordial d’utiliser une liaison flexible ou ductile, capable de s’adapter aux déplacements
dûs au transfert des efforts de cisaillement et aux glissements.

17
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Il faut en outre, se préoccuper avec attention des effets locaux aux extrémités des poutres,
dûs au fluage et au retrait du béton [4].
2.4 ENTRETOISEMENT DES POUTRES
Réparti de manière régulière sur la longueur du tablier, l’entretoisement se présente sous
deux aspects :

Entretoisement souple fait d’un profilé soudé sur les montants et placé environ à mi-
hauteur des poutres (entretoise, Figure2.11a) ou en partie haute sous le platelage
(pièce de pont, Figure2.11b).

Figure 2.11 Entretoisement des poutres

Entretoisement rigide de type triangulé (figure 2.11c) est fait de barres assemblées
souvent par boulons (membrures, diagonales et montants).
La fonction de l’entretoise dans le pont à poutre est résumée comme suit :

 La stabilisation des poutres contre le déversement,


 Le contreventement horizontal avec le platelage, pour le report des charges
horizontales du vent sur les appuis,
 Répartition des charges entre les poutres principales en imposant le déplacement
« en bloc » de l’ensemble des poutres, transmission des réactions d’appuis verticales et
horizontales sur les lignes d’appuis, par un entretoisement spécial renforcé sur appuis [1].
2.5 CONNEXION DALLE – POUTRES
La connexion entre les deux parties du tablier mixte est d'importance essentielle. S'il n'y a
pas de connexion adéquate, les deux pièces se comporteront indépendamment, ce qui n’est
pas conforme aux hypothèses de calculs, lorsqu’ils sont correctement assemblés, les poutres
métalliques et la dalle en béton agissent en tant que structure entière, augmentant
considérablement l’efficacité de la structure. La connexion par goujons est souvent la plus

18
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

utilisée (Figure 2.12 et Figure 2.13). Soudés à la semelle supérieure de la poutre métallique,
les goujons sont généralement placés en rangées. L’espacement et le nombre par unité de
longueur dépend de la force de cisaillement entre la poutre et la dalle.

Figure 2.12 Connexion entre les poutres métalliques et la dalle

Figure 2.13 Connecteurs de type goujons

2.6 AVANTAGES DES PONTS MIXTES


Les ponts en composite (acier – béton) est déjà devenu une solution populaire dans de
nombreux pays et une alternative bien établie de ponts en béton. Leur compétitivité dépend de
plusieurs circonstances telles que les conditions du site, les coûts locaux de matériel et de
personnel et de l'expérience de l'entrepreneur. Un avantage remarquable de ponts mixtes par
rapport aux ponts en béton, est que les poutres en acier peuvent supporter le poids du coffrage
et du béton frais lors de la coulée.
Le nombre de piles d’un pont mixte peut être réduit de moitié par rapport à un pont en béton
armé, et leur durabilité est supérieure en raison de la possibilité de réfection de la protection
anticorrosion. Un autre avantage majeur est le gain de temps de construction, ce qui réduit la
perturbation du trafic, et fait économiser de l'argent à l'entrepreneur, mais encore plus pour les
usagers de la route, un fait que pendant longtemps a été négligé.

19
CHAPITRE 2 : RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Récemment, ce facteur attire de plus en plus l’attention, parce que les dernières études
montrent la nécessité de prendre en compte au moment de la décision pour un type de pont
spécifique, non seulement les coûts de production mais aussi le temps de construction et les
coûts de maintenance.

20
CHAPITRE 3 :

ETUDE DES VARIANTES

3-1: Introduction.

3-2: Choix du type d'ouvrage.

3-2-1:Variante 1: Pont mixte bipoutres.


3-2-2 :Variante 2: Pont à poutre monocaisson en béton
précontraint , en encourbellment.
3-2-3 :Variante 3: Pont à poutre en béton précontraint.

3-3 : Analyse multicritères

3-4 : Aspect architectural des ouvrages d'art

21
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

3.1 INTRODUCTION

Parmi les constructions importantes fréquemment utilisées dans la vie humaine c’est la
famille des ouvrages d’art. Les ponts constituent une partie assez grande de cette famille vu sa
présence dans le site terrestre et maritime.

La conception des ponts est en constante évolution grâce à l’emploi de matériaux aux
performances rigoureusement contrôlées et sans cesse accrues ,au développement de
méthodes de construction à la fois rapides et précises, à la création de formes originales
apportant de nouvelles solutions aux problèmes posés par le franchissement d’obstacles aux
dimensions et à des moyens de calcul permettant d’établir des modèles de comportement très
sophistiqués. La démarche de conception d’un pont particulier suppose, de la part de
l’ingénieur, une vaste culture technique lui permettant d’identifier les solutions les plus
économiques, tirant le meilleur parti des propriétés des matériaux dont il peut disposer,
limitant au maximum les aléas prévisibles lors de l’exécution et intégrant une préoccupation
esthétique forte.

Une bonne connaissance des principaux types de structures, de l’étendue de leur domaine
d’emploi et de leurs méthodes de pré-dimensionnement est indispensable pour entreprendre
les études de définition d’un pont dans un site donné. Mais un pont n’est pas seulement un
ouvrage d’art : il est construit dans le but d’assurer un service pour lequel l’opinion publique
exige un haut niveau de qualité, de sécurité et de fiabilité. En ce qui concerne la résistance
structurale, ce niveau est normalement garanti par le respect de règles et, de normes
européennes : les Eurocodes. Mais le seul respect de règles ou de normes n’est pas suffisant :
l’étude de la stabilité de certains grands ponts conduit l’ingénieur à en étudier de plus en plus
systématiquement, en dehors de toute codification, le comportement dynamique sous l’effet
d’actions telles que celles du trafic porté, du vent ou d’un éventuel séisme, et donc à définir
lui-même les marges de sécurité de la structure qu’il conçoit. La sécurité et le confort des
usagers sont également pris en compte, à travers un choix motivé des équipements satisfaisant
aux exigences spécifiées et en adoptant des dispositions constructives de nature à garantir à
l’ouvrage la meilleure durabilité possible. A la base de tous ces paramètres, l’ingénieur doit
faire recours à une conception visant l’optimisation entre plusieurs paramètres déterminants
(l’économie, la sécurité des usages, l’esthétique de l’ouvrage et les délais de réalisation) en
tenant toujours compte des contraintes naturelles et fonctionnelles susmentionnées

22
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Après la proposition des variantes issues de la réflexion de l’ingénieur, celles-ci


doivent être vérifiées d’une façon sommaire, pour déterminer la variante optimisée la plus
performante, donc la plus satisfaisante de nos besoins en fonction des moyens disponibles

3. 2 CHOIX DU TYPE D’OUVRAGE

La conception d’un pont résulte, le plus souvent, d’une démarche itérative dont
l’objectif est l’optimisation technique et économique de l’ouvrage de franchissement projeté
vis- à- vis de l’ensemble des contraintes naturelles et fonctionnelles imposées, toute en
intégrant un certain nombre d’exigences de durabilité et de qualité architecturale. Lors de la
conception d'un pont, les processus de décision des concepteurs sont conditionnés par des
facteurs tels que les portées à surmonter, le système structural souhaité, les méthodes de
construction, les coûts et également l'esthétique, d'où l'importance de chacun de ces facteurs
dans un projet. Il n’y a pas d’ordre spécifique, c’est-à-dire qu’il n’existe pas deux projets de
ponts identiques ni d’ordre imposé en ce qui concerne ces facteurs.

Notre objectif dans ce chapitre est de déterminer le type d’ouvrage le plus économique
capable de satisfaire le mieux possible à toutes les conditions imposées. Il faut pour cela
connaître à la fois l’ensemble des contraintes à respecter et l’ensemble des types d’ouvrages
qui peuvent être envisagés. L’examen de ces deux ensembles permet de retenir la solution qui
apparaît en première vue comme la meilleure et qui fera ensuite l’objet d’étude plus
approfondie.

Pour le choix du type d’ouvrage, on prend en considération les éléments principaux suivant :

 Profil en long de la voie.


 Position possible pour les appuis.
 La nature du sol « rapport hydrologique : hydrologie du oued (le débit) ».
 Le gabarit à respecter.
 La brèche de l’ouvrage.

Cette opération fait appel à l’expérience et les connaissances de l’ingénieur.

On peut envisager les trois variantes suivantes :

23
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

3.2.1 Variante1 : Pont mixte bipoutres :


L’introduction de l’acier a permis de réaliser des types de ponts qui n’étaient pas
réalisables. L’évolution des caractéristiques mécaniques de l’acier, la résistance et la limite
élastique ont permis de réaliser des ouvrages légers de grandes portées voir très importantes
pouvant dépasser les 1000m.

La gamme usuelle des poutres métalliques est de 25 à 90m environ pour les travées
indépendantes.

a) Forme de la section transversale


Le béton assure le rôle de table de compression et les efforts de traction sont repris parle
profilé métallique, la garantie du non glissement entre l’hourdis et la semelle supérieure du
profilé est assurée par des connecteurs (petits éléments métalliques soudés sur la semelle
supérieure du profilé)

Les connecteurs sont dimensionnés pour reprendre la totalité des efforts de glissement ,la
dalle ainsi liée à l’ossature métallique de manière à intervenir dans la flexion générale.

On obtient ainsi un pont mixte dans lequel la dalle est considérée comme participante à la
résistance d’ensemble [1].

Figure3.1 Coupe transversale d’ouvrage.

b) Schéma statique :

Figure 3.2 Répartition des travées

24
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Pour notre projet le schema statique se presente comme suit :

0,80L=32m L=40m L=40m << L=40m L=40m


0.80L=32m

224 m

Figure 3.3 schéma statique

c) Pré-dimensionnement de la poutre

Actuellement, ce sont les poutres en I les plus utilisées car leur fabrication est
relativement simple (Figure3.4).

Grâce aux poutres à âmes pleines, le concepteur est libre de choisir les dimensions de
chaque semelle et celle de l’âme, Les semelles doivent être assez larges pour assurer leur
stabilité durant la construction. L’âme est relativement de faible épaisseur car elle n’apporte
pas une contribution efficace dans la résistance à la traction. Les poutres principales, en I
espacées de 6,00 m, ont une hauteur de 2,50 m pour une portée assez classique de 40 m, ce
qui donne un élancement moyen de 16 en ouvrage continu. L’entretoisement est assuré tous
les 6 à 7 m par des diaphragmes porteurs de la dalle à laquelle ils sont connectés [1] .

Photo 3.1 Poutre métallique en I Figure 3.4 Section de poutre métallique

Elancement de poutres
Dans le cas des ponts ferroviaires, le rapport suivant L / h = 14 à 18 peut être utilisé pour
des portées comprises entre 30 m et 80 m. Dans notre cas on a opté pour L / H = 16, soit
H=40 /16= 2,50 m on prendra H=2,50 m.

25
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Epaisseur de l’âme des poutres :


 L’épaisseur de l’âme de la poutre maîtresse doit respecter les quatre conditions suivantes :
 Résistance à la corrosion.
 Résistance au cisaillement.
 Flambage vertical de la semelle dans l’âme.
 Fatigue.

Un élancement de 70 <d / tw<200 est généralement utilisé.

 En travée : tw= 16 mm.


 En appuis : tw= 25 mm.
Semelles

Les semelles sont déterminées par les efforts au bétonnage et en exploitation par des
conditions de :

a) résistance.
b) instabilité.
Les semelles sont généralement dimensionnés pour être pleinement efficaces à l'état limite
ultime, ce qui, selon EN1993 [2], équivaut à c / t <10ε avec ε =√ (235 /fy)

 ε : coefficient de réduction plastique.


 fy: la valeur nominale de la limite élastique (fy =355N/ mm2)

235
ε=√ =0,81. Ceci conduit à utiliser des semelles d'épaisseurs généralement comprises entre
355

30 et 150 mm.

Semelle supérieure en travée


La largeur de la semelle à mi- travée est fixée à 800mm, l’épaisseur à 30mm.
Semelle supérieure sur appui
La largeur de la semelle est fixée à 800mm et l’épaisseur à 65mm.
Semelle inférieure en travée
La largeur de la semelle à mi- travée est fixée à 1100 mm, l’épaisseur à 45mm.
Semelle inferieure sur appui

26
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

La largeur de la semelle à mi- travée est fixée à 1100 mm, l’épaisseur à 85mm.
Dans le cas des ponts mixtes, les dimensions dessemelles des poutres métalliques sont fixées
aussi bien par les conditions de montage que par celle de service, car avant que la liaison acier
béton ne soit réalisée, les poutres métalliques assurent la résistance d’ensemble de l’ouvrage.

Figure 3.5 PRS à gauche (section sur appuis), à droite (section à mi- travée).

c) Avantages et inconvénients :
 Les avantages :
 Simplicité de mise en œuvre
 Rapidité d’exécution
 Légèreté du tablier
 Les poutres sont fabriquées en usine donc respect des normes métallurgiques
 Permet d’atteindre des portées importantes.
 Gain de temps (délai).
 Les inconvénients :
 Le problème majeur des ponts métalliques et mixtes est la maintenance contre la
corrosion et le phénomène de fatigue des assemblages.
 La résistance et la stabilité de la structure en place doivent être vérifiées à tous les stades
importants du montage ainsi qu’un contrôle strict sur le chantier.
 En construction mixte les phénomènes de retrait et de fluage influent sur la répartition
des efforts intérieurs.

27
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

 Les sollicitations climatiques comme la différence de température entre le béton et


l'acier influent surtout lorsque les poutres ne sont pas encore protégées par le tablier en
béton.
3.2.2Variante 2 : Pont à poutre mono-caisson en béton précontraint construit en
Encorbellement
La construction par encorbellements successifs, qui consiste à exécuter un ouvrage
élément par élément, sans contact avec le sol, est une technique très ancienne, ils sont de plus
en plus souvent utilisés pour le franchissement de très grandes portées, et pour franchir des
rivières larges et profondes ; des rivières à fortes crues ou pour construire des ouvrages
possédant des piles de grande hauteur.

L’emploi très fréquent de la méthode de construction en encorbellement témoigne des


nombreux avantages de ce mode d’exécutions.

Ce mode de construction consiste à exécuter l'essentiel du tablier d'un pont sans cintre
ni échafaudages au sol.

Ces ponts sont en général, construits à partir des piles en opérant par tronçons
successifs dénommés voussoirs coulés en place ou préfabriqués, chacun de ces éléments étant
construit en encorbellement par rapport à celui qui le précède. Après exécution d'un voussoir,
les câbles de précontrainte qui aboutissent à ses extrémités sont mis en tension, ce qui permet
de les plaquer contre les voussoirs précédents et de constituer ainsi une console autoporteuse
pouvant servir d'appui pour la suite des opérations.

28
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Figure 3.6 Pont en poutre mono-caisson en cours d’exécution

Lorsque ces extrémités atteignent le voisinage de la clé des deux travées situées de part
et d’autres de la pile considérée, on dit que l’on a construit «un fléau».

En règle générale ; lorsque le premier fléau est achevée ;on le solidarise immédiatement
avec la partie exécutée sur cintre correspondante; cette opération s’appelle «clavage».

Figure 3.7 Principe de la méthode de construction en encorbellement

Dans les ouvrages deportée40à65m, les ponts en béton précontraint construits en


encorbellement sont généralement avec une hauteur constante.(hp=hc)

 hp: la hauteur du tablier sur pile


 hc: la hauteur du tablier sur culée

C’est le type qui convient pour des travées de longueur moyenne, mais une fois la portée
grande, il faut construire le tablier avec une hauteur variable, pour des raisons économiques et
esthétiques.

29
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

 Schéma statique d’un pont en béton précontraint construit en encorbellement :

Figure 3.8 Schéma statique d’un pont en béton précontraint construit en


encorbellement
a) Pré dimensionnement de la poutre mono-caisson

 LT: largeur totale :


 LT= 12.80 m
 LI : largeur de la nervure de l’intrados
 LI = 0,5LTLI= 6m
 h : hauteur de la dalle
L=50m avec h=L/25
Donc : h=50/16= 3.12m donc : h=3.20m
 Largeur de l’encorbellement :
E= ((LT- LI)/2)=3.40m donc E=3.40 m
Soit e1>15cm on prend e1=20cm

Figure 3.9 Coupe transversale d’un pont en poutre mono-caisson.

30
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

b) Avantages et inconvénients :
 Les avantages :
 La construction des tabliers s'effectue, pour l'essentiel du linéaire, sans aucun
contact avec le sol, ce qui permet de construire des ouvrages au-dessus de rivières
à fortes crues ou au-dessus de vallées très accidentées ou très profondes.
 La méthode permet d'autre part d'exécuter des ouvrages de géométries très
diverses, ainsi en élévation, il est possible de projeter des tabliers de hauteur
constante ou variable. Dans ce dernier cas, il est possible de faire des variations
paraboliques, cubiques ou linéaires.
 La méthode est également extrêmement tolérante à l'égard de la géométrie de la
voie portée puisque, tous les profils en long et tracés en plan peuvent être
construits sans difficultés.
 Enfin, la construction par éléments de 3 à 4 m de longueur permet un bon
amortissement des outils de coffrage du tablier, même si les travées sont peu
nombreuses et de longueurs différentes.
 Dans le cas de voussoirs préfabriqués, la petitesse de ces éléments permet aussi
de limiter le poids des éléments à poser et, donc de réduire le coût du matériel de
pose.
 Elleéconomiseconsidérablementencoffrageetellepermetleréemploides coffrages
 Le ferraillage demandant peu de façonnage, ne nécessite pas une main d’œuvre
hautement qualifiée, exception pour la précontrainte.
 S’adapte mieux pour les ponts biais.
 Une meilleure utilisation de la matière puisqu’il n’y a pas de béton inutile, le béton situé
autour des armatures de précontraint est toujours comprimé, donc on limite ainsi le
risque de corrosion des aciers.
 Les inconvénients :
 A portées identiques, les ouvrages construits par cette méthode sont beaucoup plus
lourds que des ouvrages mixtes, ce qui conduit à des appuis et des fondations plus
importantes que celles de ces ouvrages. Bien évidemment, ceci pénalise la méthode,
en particulier lorsque les terrains de fondations sont médiocres ou lorsqu'on est en
zone sismique.
 Un autre inconvénient important de cette méthode est l'importance des tâches à
effectuer in situ tant pour le coulage du tablier que pour l'aménagement des accès au

31
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

chantier. Bien évidemment, lorsque les voussoirs sont préfabriqués, l’importance de


ces tâches diminue.
 Lorsque l’ouvrage franchit des voies circulées, l'importance de ces tâches peut
compromettre la sécurité des utilisateurs de ces voies et/ou celle du personnel du
chantier : il faut alors les neutraliser, ce qui constitue souvent des sujétions
importantes.
 Sur le plan esthétique, les ponts construits par encorbellements successifs sont des
ouvrages dont le tablier est assez épais, ce qui peut poser des problèmes dans certains
sites.
 Le découpage en petits éléments et la multiplicité des phases de bétonnage qui en
résulte favorisent aussi les différences de teinte entre deux voussoirs successifs.
 Consomme plus de béton et d’acier par rapport à un pont à poutre en béton armé.
 La nécessité de disposer d’un personnel qualifié pour la vérification de la pose des
gaines et câbles et pour la mise en tension des câbles.
3.2.3. Variante 3 : Pont à poutres en béton précontraint
La précontrainte est certainement l’innovation la plus importante de notre siècle
dans le domaine des structures en béton, elle tient actuellement une large place dans le
domaine des structures en béton. Le béton est un matériau hétérogène qui présente une très
bonne résistance à la compression, par contre, il a une très mauvaise résistance à la traction.

La précontrainte a pour objectif, en imposant aux éléments un effort de compression


axial judicieusement appliqué, de supprimer (ou fortement limiter) les sollicitations de
traction

Figure 3.10 Elément précontraint

32
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

On distingue deux types de tabliers, selon la technique de précontrainte utilisée pour les poutres

 Les ponts à poutres précontraintes par pré-tension :

Dans ce procédé, les câbles de précontrainte sont tendus entre deux massifs solidement
ancrés avant le coulage du béton, utilisé pour des portées allantde10mà35m.

 les ponts à poutres précontraintes par post-tension :

Le procédé de la poste tension consiste à tendre les câbles de précontrainte, après coulage
et durcissement du béton, en prenant appui sur la pièce à comprimer. Cette technique est
utilisée pour les ouvrages importants est, généralement, mise en œuvre sur chantier.
Le domaine d’emploi de la structure correspond en effet à des portées de 30 à 35mètres.

On va s’intéresser à la précontrainte par post tension à cause de l’avantage qu’elle fournit par
rapport à l’utilisation du béton sur de grandes portées, allant de 30 à 45 m.

a) Pré-dimensionnement :

Dans ce cas on optera pour un système isostatique de six (06) travées : deux (2) travées de
rives de 36,80m de longueur chacune, et quatre (4) travées centrales de 37,60m de longueur
chacune.

Figure3.11Coupe longitudinale du pont à poutre précontrainte par post-tension.

33
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Figure 3.12 Coupe transversale du tablier

Elancement des poutres

L/18<ht<L/14

L=37,6m

donc 2,08<ht<2 ,68m ht= 2 ,50m

Nombre de poutre(N)

Le nombre de poutre est déterminé entre le rapport de la largeur du tablier et l’espacement


La
entre les poutres .N= +1
E

La : La largeur du tablier 12, 80 m moins 1,1× 2 =10,60 cm.

E : l’espacement entre les poutres.

Avec 1,5≤ E ≤2,5cm.

On prend E=2,08cm.

10,60
N= + 1 = 6,09 on prend N=6
2,08

34
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Largeur de la table de compression :

0,6ht≤ b ≤0 . 7 ht

On prend : b= 1,79m

Epaisseur de table de compression(e) :

12 ≤e≤15cm.

Donc : e= 20cm

Largeur du talon (Lt) :

50 ≤Lt ≤80cm

Pour la valeur Lt on prend 88cm, cette valeur peut être modifiée après l’étude de la
précontrainte : Lt= 88cm

Epaisseur du talon et:

On prend : et= 30cm

Epaisseur de l’âme en travée (b0) :

b0 est donné par: 18cm ≤b0 ≤25cm

On fixe : b0= 24cm

Epaisseur de l’âme à l’about (b0) :

On fixe : b0= Lt= 88cm

Goussets :

C’est l’angle disposé pour permettre d’améliorer la section et de placer les armatures d’acier
et les câbles précontraints. Cet angle est fixé entre :45°< θ<60°

35
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

 Les angles des goussets

Gousset du talon : Entravée :θ=45° et e3=20cm

Gousset de la table de compression : Entravée : θ=6° et e1=10cm

Sur appui :θ = 6°et e1=10cm

Hourdis (la dalle) h0:20cm ≤ h0 ≤ 30cm

On fixe h0= 20cm

Coupe de section à mi- travée coupe de section sur appui

b) Avantages et inconvénients :
 Avantages
 Une meilleur utilisation de la matière puisque il n’y a pas de béton inutile.
 L’effort de précontraint agissent en sens inverse des charges extérieurs limites les
déformées.

36
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

 La possibilité d’assembler des éléments préfabriqués sans échafaudages.


 La possibilité de franchir de plus grandes portées qu’avec des ouvrages en béton armé.
 Eviter en principe les fissurations
 Le pont à poutres en B.P ne nécessite pas beaucoup d’entretien.
 Inconvénients :
 Poids très important
 Nécessite une main d’œuvre qualifiée pour la précontrainte
 Perte économique (cout et délai)

3.3 ANALYSE MULTICRITERES

Lors de la conception d'un pont, les processus de décision des concepteurs sont
conditionnés par des facteurs tels que les portées à surmonter, le système structural souhaité,
les méthodes de construction, les coûts et également l'esthétique, d'où l'importance de chacun
de ces facteurs dans un projet. Il n’y a pas d’ordre spécifique, c’est-à-dire qu’il n’existe pas
deux projets de ponts identiques ni d’ordre imposé en ce qui concerne ces facteurs.

Une présentation de variantes consiste à mener une étude comparative entre deux ou
plusieurs variantes et d’en choisir une qui réponde techniquement et économique aux
exigences du projet et qui fera ensuite l’objet d’une étude approfondie en vue de fournir les
notes de calcul, les plans d’exécution.

Dans notre cas, on effectue une étude comparative de Trois (3) variantes de pont :

Variante 1 : Pont mixte bipoutres


Variante 2 : Pont en poutre mono-caisson en béton précontraint construit en encorbellement
Variante 3 : Pont à poutres en béton précontraint

37
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Variante 01 : Pont mixte bipoutres

Variante 2 : Pont en poutre mono-caisson en béton précontraint construit en encorbellement

Variante 3 : Pont à poutres en béton précontraint


Figure 3.13 Les trois variantes de pont

Tableau 3-1 : Estimation financière de chaque variante

Prix unitaire en euros €/m2 €/ml Montant HT


(hors taxes)
Mixte 1 300,00 16 640,00 3 727 360,00
Caisson 1 550,00 19 940,00 4 466 560,00
B-P 1 320,00 16 896,00 3 784 704,00

38
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Tableau 3-2 : Critères de choix

Economie Comportement Aspect Entretien/ Méthode de Matériaux total


structural architectural durabilité construction, (monolithe,
délais léger)
Variantes 25% 25% 15% 15% 10% 10% 100%
Mixte 18 16 16 15 17 16 16,45
Caisson 15 17 17 17 15 17 16,30
B-P 17 15 16 16 16 16 16,00
c) Conclusion
Après avoir recensé l’ensemble des données relatives à notre ouvrage, il est important
d’examiner la marge disponible sur ces données, ce qui permet de mettre en évidence les
contraintes qui ressortent de cette analyse :

* Pour le pont mixte : les points sensibles de cette variante sont« l’économie, exécution et le
délai » :
o Pour l’économie : Pont économique par rapport aux autres variantes
o Pour l’exécution : rapide à réaliser et ne nécessite pas une main d’œuvre
qualifiée.
o Pour le délai : délais court par rapport aux autres variantes.

* Pour le pont caisson : les points sensibles de cette variante sont « l’économie, exécution et
le délai » :
o Pour l’économie : procédure de réalisation coûteuse.
o Pour l’exécution : nécessite des moyens importants et spéciaux et une main
d’œuvres qualifiées.
o Pour le délai : délais important par rapport aux autres variantes.

* Pour le pont à poutres en béton précontraints : les points sensibles de cette variante
sont« comportement structural, l’économie, exécution » :

 Pour le comportement structural : Pont lourd


 Pour l’économie : procédure de réalisation coûteuse.
 Pour l’exécution : nécessite des moyens importants et spéciaux et une main d’œuvres
qualifiées.

Le choix de la solution (pont mixte acier-béton) résulte de critères techniques et


économiques intégrant les possibilités d’implantation des appuis et la légèreté de la
superstructure et d’adaptation des structures des tabliers, le mode de construction, les

39
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

dispositions facilitant la gestion ou la maintenance de l’ouvrage. Aussi cette solution est de


plus en plus considérée comme solution la plus compétitive sur les ponts routiers et
ferroviaires actuels, au détriment des solutions en béton armé précontraint qui étaient
préférées jusqu'à récemment.

Donc, parmi les trois solutions proposées nous en venons à choisir la variante N°01(Pont
mixte), qui fera l’objet de notre étude.

3.4. ASPECT ARCHITECTURAL DES OUVRAGES D’ART :

L’insertion d’une infrastructure linéaire dans le paysage marque toujours une espèce
de blessure.

Quand même, notamment les ponts, ont été toujours l’objet d’admiration par les peuples
et marquent d’une manière spectaculaire les vallées ou voies traversées. En conséquence le
traitement architectural des divers éléments est pleinement justifié. Le pont doit valoriser le
paysage. Seulement l’intervention été conditionnée par une préoccupation d’économie et une
facilité de construction :

 Faire un traitement architectural des piles ;


 Proposer une couleur pour les éléments en acier du tablier, de façon à valoriser les
ouvrages et contribuer à sa meilleure intégration dans le paysage.
Les options prises ont comme préoccupation aussi de trouver des solutions de valorisation à
cout réduit , sans aggraver aussi les couts de maintenance.

 Les situations présentées sont des ouvrages en campagne ou traversant des voies de
communication, sans les soucis d’intégration dans un environnement urbain. La
solution d’intervention proposée c’est centré sur les piles (leur forme) et les chevêtres
qui ont subi une évolution marquée par l’inclinaison de leurs faces latérales, ce qui
marque la légèreté du chevêtre par la réflexion de la lumière.

40
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Photo 3.2 L’art du dialogue entre ingénieur et architecte (L’architecte met en scène un espace)

Photo 3.3 Aspect architectural (forme des structures)

41
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Photo 3.4 Aspect architectural (intégration dans l’environnement)

Photo 3.5 Aspect architectural (la couleur des structures)

42
CHAPITRE 3 : ETUDE DES VARIANTES

Photo 3.6 Aspect architectural (Liaison)

43
PARTIE 2 :
ETUDE DE LA SUPERSTRUCTURE
CHAPITRE 4 :
CARACTERISTIQUES DES
MATERIAUX

4-1: Béton

4-2: Acier pour béton armé

4-3: Acier pour construction métallique

44
CHAPITRE 4 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

4.1 BETON
➢ La qualité de béton dépend de la qualité de ces constituants, des techniques de fabrication et
de mise en œuvre.
Les bétons sont conformes à la norme NF EN 206-1 [5].
➢ Le béton est défini par la valeur de sa résistance à la compression à l’âge de 28 Jours
➢ Le béton est de classe 40/50 pour la superstructure et C30/37 pour l’infrastructure.
Tableau 4-1 : le type de béton adopté pour chaque élément structural,
selon la Norme NF EN-206-1
Elément structurel Béton
Propreté C 16/20
Semelles C 35/37
Pieux C 35/37
Murs des culées et murs en aile C 30/37
Dalle C 40/50
Piles C 30/37
Culées C 30/37

a) Poids volumique
La masse volumique du béton armé : γ =25 KN/m3.
b) Les caractéristiques mécaniques du béton :
 La résistance caractéristique à la compression
La résistance à la compression du béton (fcj) est la caractéristique la plus importante, elle
est souvent utilisée seule pour caractériser le béton.
Cette résistance varie avec l’âge j du béton, dans le calcul, on se réfère habituellement à la
résistance à 28 jours (fc28).
On peut admettre une résistance au plus égale à 1,10 fc28 lorsque l’âge du béton dépasse
28 jours (bétons non traités thermiquement dont fc28 ne dépasse pas 40MPa).
Pour ce projet on opte :
 Pour le béton de la superstructure fc28 = 40Mpa.
 Pour le béton de l’infrastructure fc28 = 30Mpa.
 La résistance caractéristique à la traction :
La résistance à la traction est liée à la résistance à la compression :
ftj= 0,6+0,06fcj
 Pour le béton de la superstructure ft28 = 3,0 MPA
 Pour le béton de l’infrastructure ft28 = 2,4 MPA

45
CHAPITRE 4 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

c) Contraintes admissibles :
Nous fixons les valeurs des contraintes qui ne peuvent être dépassées en aucun point de
l’ouvrage ces contraintes sont appelées contraintes admissibles.
 Contraintes admissibles à la compression :
 Calcul à l’ELU :

Pour le calcul à l’ELU on adopte le diagramme parabole-rectangle suivant :

Figure 4.1: Diagramme parabole rectangle du béton

Le diagramme de calcul comporte un arc de parabole du second degré depuis l'origine


des coordonnées et jusqu'à son sommet de coordonnées 𝜺𝒃𝒄 = 2‰ et d'une contrainte de
𝟎,𝟖𝟓 ×𝐟𝐜𝟐𝟖
compression de béton donnée par : fbu = 𝛉×𝛄𝐛

Le coefficient θ prend en compte la durée probable d'application de la combinaison


d’actions.
Le coefficient θ est fixé à :

1 t > 24 heures
θ= 0,9 1h< t < 24h t : durée d’application de la charge.
0,85 t < 1h
1.15 En situations accidentelles.
Ɣb =
1.5 En situations durables ou transitoires.
D’où :
29,56 MPA. En situations accidentelles pour fc28 = 40 MPA.
fbu= 22,66 MPA. En situations durables ou transitoires pour fc28 =40 MPA.
22 ,17 MPA. En situations accidentelles pour fc28 = 30 MPA.
17 MPA. En situations durables ou transitoires pour fc28 = 30 MPA.

46
CHAPITRE 4 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

 Calcul à l’ELS : Pour le calcul à l’ELS on suppose que l’on reste dans le domaine
élastique :

0,5fc28 en service.
σb =
0,6 fc28 en construction.
Pour notre cas : 20 MPA en service.
σb (pour la superstructure) =
24 MPA en construction.
15 MPA en service.
σb (pour l’infrastructure) =
18 MPA en construction.

d) Déformation du béton :
Déformation longitudinale E : On définit deux modules de déformation pour le béton
Module de déformation instantanée Eij (courte durée < 24h) :
𝟑 𝐟𝐜𝐣
Eij= 22000 √𝟏𝟎 (MPa)

Module de déformation différé (longue durée) : Evj= 3700 𝟑√𝐟𝐜𝐣 (MPa)


Pour notre cas :
fc28 =40 MPA. Ei28= 37619,47 MPA
j=28Jours Ev28=12653,82 MPA

fc28 = 30 MPA. Ei28= 34179,55 MPA


Ev28=11496,76 MPA
Déformations transversale G : Elle est donnée par la formule suivante :
𝐄
G=
𝟐(𝟏−𝛎)

Où :
υ : représente le coefficient de poisson
E : module élastique longitudinale
e) Coefficient de poisson
Le coefficient de poisson ν représente la variation relative de dimension transversale d’une
pièce soumise à une variation relative de dimension longitudinale. Le coefficient ν du béton
pour un chargement instantané est de l’ordre de 0,3 mais il diminue avec le temps pour se

47
CHAPITRE 4 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

rapprocher de la valeur 0,2. Quant au cas d’un béton fissuré, ν devient nul. On prend pour les
calculs de béton la valeur :
ν =0,2 pour un béton non fissuré.
ν = 0 pour un béton fissuré.
4.2 Aciers pour béton armé
Les aciers utilisés dans les ouvrages mixtes (acier-béton) sont de deux natures différentes :
a) Armatures du béton armé :
Les valeurs de la limite élastique sont les mêmes en traction et en compression.
Les aciers utilisés sont du type S500NR, sa limite élastique égale à fe=500 MPA.
Module d’élasticité longitudinale de l’acier :
Es = 2×105 MPA.
 La limite élastique :
Dans les calculs relatifs à l’ELU on introduit un coefficient γs tel que :
= 1 en situation accidentelle
γs=
= 1.15 en situation durable ou transitoire.
 Contraintes admissibles :

 ELU :
𝒇
Fsu= 𝜸𝒆 D’où Fsu= 434,78 MPA
𝒔

 ELS :
𝜎̅𝑠𝑡̅ ̅ =min ((2 /3) ; 110 √ (𝜂.𝑓𝑡28)) = 240,99 MPA
(Fissuration préjudiciable) pour la superstructure.

𝜎̅𝑠𝑡̅ ̅ =min ((2 /3) 𝑓𝑒 ; 110 √(𝜂. 𝑓𝑡28)) =215,55 MPA


(Fissuration préjudiciable) pour l’infrastructure.
Tableau 4-2 : Résumé des caractéristiques de calcul :
Etat considère ELS ELU
Fissuration peu nuisible Rien à vérifier

Fissuration préjudiciable σst≤inf(2/3 Fe ;110√𝑛𝐹𝑡𝑗) Fsu=Fe/δs


où n=1 pour RL où δs=1.15
n=1.6 pour HA
Fissuration très préjudiciable σst≤inf(Fe /2 ;90√𝑛𝐹𝑡𝑗)

48
CHAPITRE 4 : CARACTERISTIQUES DES MATERIAUX

b) Enrobage des aciers


C'est une protection des armatures, leurs valeurs varient selon leur domaine d’application,
le tableau ci-dessous nous donne les valeurs de l’enrobage A.

Tableau 4-3 : Les enrobages minimaux et nominaux des armatures passifs


Elément Enrobage minimal (mm) Enrobage nominal (mm)
structurel
/ Face inférieure 65
Les fondations Les côtés 50
Les pieux / 70
Les culées 40 50
Les piles 40 50
Le tablier 30 45

4.3 Aciers pour construction métallique


En construction on définit un acier par sa limite élastique ce qui représente la contrainte
limite élastique sa qualité qui représente le facteur de qualité de la soudabilité.
Ils sont classes en trois catégories :
➢ Aciers normaux: σ ≤ 300MPa
➢ Aciers à haute limite élastique: 300MPa ≤ σe ≤ 400MPa.
➢ Aciers à très haute limite élastique: σe ≥ 400MPa.
Tableau 4-4 : Les limites d’élasticité de l’acier en fonction des épaisseurs :
Epaisseur (mm) ≤16 16≤e≤40 40≤e≤63
S355 (σe en MPa) 355 345 335
Epaisseur (mm) 63≤ e ≤80 80≤ e ≤100 100≤ e ≤150
S355 (σe en Mpa) 325 315 295

L’acier utilisé pour les poutres PRS est le S355, la limite élastique est donc : σe = 355 N/mm²
Pour les poutres, on utilise des profilés reconstitués soudés (PRS).
 les contraintes admissibles :
 Traction simple : σa = (3/4) σe = 266,25 MPA
 Cisaillement : τ = 0,6 x σe = 213 MPA
 Compression simple : σa’ = (2/3) σe= 236,66 MPA
 Conventions de signes
- Les contraintes de compression sont positives.
- Un moment positif tend la fibre inférieure et comprime la fibre supérieure.

49
CHAPITRE 5 :
CARACTERISTIQUES DU TABLIER
5-1: Prédimensionnement
5-1-1: Dalle
5-2: Equipements du pont ferroviaire
5-2-1: Dispositifs de retenue.
5-2-2: Ballast.
5-2-3: Traverses.
5-2-4: Rail.
5-2-5: Appareils d'appuis.
5-2-6: Joints de dilatation

50
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

5.1 PRE DIMENSIONNEMENT


De toutes les formes de tablier métalliques, le bipoutre mixte à entretoises est le plus
économique, ce mode de construction présente plusieurs avantages par rapport aux tabliers
traditionnels à poutres multiples, dont les principales sont :
Le premier est un gain sur le tonnage d'acier dû à un meilleur rendement des sections
d'acier mises en œuvre. En effet, la répartition des charges entre les deux poutres est sans
ambiguïté et permet d'ajuster la résistance en flexion de chacune des poutres au plus près des
besoins, sans excès de matière. Même remarque en ce qui concerne les âmes d'un bipoutre :
avec un élancement plus faible, l'âme du bipoutre possède un meilleur comportement vis-à-vis
du risque d'instabilité par voilement.
Le second avantage est un gain sur les coûts de construction : on observe une réduction
des dépenses de fabrication, de transport, de montage ainsi que de la protection anticorrosion
en raison, tout simplement, de la diminution du nombre des poutres à réaliser et d'une grande
simplification dans le dessin et l'assemblage des éléments transversaux d’entretoisement [1].

Figure 5.1 Tablier en bipoutres mixte à entretoise

Figure 5.2 Coupe type du tablier

51
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

5.1.1 DALLE
La dalle mixte est une solution pour résoudre les problèmes des grands,
franchissements en pont-rail du fait qu’elle est légère. Dans notre cas, la dalle est constituée
en béton armé, elle assure le rôle de table de compression, relié à la semelle supérieure des
profilés métalliques par des éléments de liaison appelés connecteurs, dont le rôle est d’éviter
tous glissements relatifs du tablier par rapport aux poutres.
Les connecteurs sont dimensionnés pour reprendre la totalité des efforts de glissement,
la dalle ainsi liée à l’ossature de manière à intervertir dans la flexion générale. On obtient
ainsi un pont mixte dans lequel la dalle est considérée comme participante à la résistance
d’ensemble.
C'est donc bien une structure mixte, puisque les deux matériaux sont liés pour
travailler ensemble afin de reprendre les efforts de flexion locale et de cisaillement.
Pour les ponts ferroviaires l’épaisseur de la dalle est comprise entre 30 et 45 Cm, pour notre
projet on prend une épaisseur de 40cm, en assurant un élancement total (poutre +dalle) de
1/14 [3].
a) CHOIX DES POUTRES PRINCIPALES :
Nous avons opté pour des poutres reconstituées soudées (PRS), à âmes pleines, ce qui
laisse le libre choix au concepteur des dimensions de chaque semelle et celle de l’âme. Les
semelles doivent être assez larges pour assurer leur stabilité durant la construction. L’âme est
relativement de faible épaisseur car elles n’apportent pas une contribution efficace dans la
résistance à la traction.
Deux poutres de pleine épaisseur, dont la liaison avec la dalle de béton se fait par des
connecteurs renforcés transversalement et longitudinalement [1].

Figure 5.3 Caractéristiques géométriques Figure 5.4 Tablier en bipoutres


d’une poutre métallique et leurs notations mixte à entretoise

52
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

L’écartement des poutres aest de l’ordre de 0.5× la largeur de l’ouvrage (12,80m), soit
6.4m on prend donc : a= 6 m, etb=3.4 m
Dans le système hyperstatique, le moment fléchissant est négatif est maximal sur les
appuis de piles, ainsi que l’effort tranchant, ce qui nous amène au pré dimensionnement
suivant :
L'élancement de la poutre est compris entre L/18 et L/14 (avec L : longueur de la
travée égale à 40m).

Donc on prend l’élancement de l’ordre de L/16, soit h = 2.50 m

Figure 5.5 Section en I

* Les semelles sont généralement dimensionnés pour être pleinement efficaces à l'état limite
𝐂
ultime, ce qui, selon EN1993-1-1 [6], équivaut à <10ε : avec ε : coefficient de réduction
𝐭

𝟐𝟑𝟓
plastique : ε = √
𝐟𝐲

Avec fy : valeur nominale limite élastique = 355 N/mm2 (Acier S355)


Ceci, nous conduit à utiliser des semelles d'épaisseurs généralement comprises entre 30 et
150 mm.
* Les âmes sont dimensionnées pour que leur résistance post-flexion soit mobilisée. Un
𝐡𝐰
élancement de 70mm < <200mm est généralement utilisé.
𝐭𝐰

L’épaisseur de l’âme dépend :


-De l’usinage (difficultés d’usinage si l’âme est trop mince).
-De l’esthétique (déformations des âmes au niveau des raidisseurs visibles de l’extérieur).
L’épaisseur de l’âme de la poutre doit respecter les conditions suivantes :
 Résistance à la corrosion.

53
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

 Résistance au cisaillement.
 Flambement.
 Fatigue.
 Voilement
 Sur appui : l'épaisseur de l’âme dépend des efforts que doit reprendre la section
(effort tranchant et moment de flexion). Elle est souvent comprise entre 25 et 28 mm.
La poutre qui est sur les piles est sollicitée à un effort tranchant et un moment
fléchissant prépondérants, donc la section de la poutre doit être conçu pour répondre
aux différentes sollicitations de cisaillement ainsi que la flexion, ce qui nous amène
au choix de : tw = 25 mm
 Ami travée : En service, l'effort tranchant est faible. Cependant l’âme est sollicitée
pendant le lancement et ne doit donc pas être trop fine (pas moins de 16mm).
L’épaisseur de l’âme à mi-travée est souvent comprise entre 16 et 18 mm. On prendra
16 mm : tw = 16 mm. En général l’épaisseur de l’âme est supérieure à 12mm.
Les dimensions des poutres (PRS) sont mentionnées dans le tableau suivant :
Tableau 5-1 : Dimensions des éléments de structure (PRS)
Unité (mm) Sur appui Mi- travée
Largeur 800 800
Semelle supérieure (bs)
Epaisseur 65 30
(t)
Hauteur 2 350 2 425
âme (hw)
Epaisseur 25 16
(tw)
Largeur 1 100 1 100
Semelle inférieure (bi)
Epaisseur 85 45
(t)

Figure 5.6 Dimensions des éléments de structure (PRS)

54
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

b) Variation de la section d’acier


On considère des poutres métalliques de hauteur constante. Les changements d'épaisseurs
des semelles se font vers l'intérieur des poutres. Pour les portées considérées, les épaisseurs de
tôles varient le long de l'ouvrage (épaisseur de la semelle inférieure, de la semelle supérieure,
et de l'âme). Pour la travée centrale, les changements d'épaisseurs se feront selon le schéma
ci-dessous [4] :

Figure 5.7 : Schéma présentant les variations d'épaisseur de la membrure inférieure des poutres
dans la travée principale
c) Limitation des variations d'épaisseur des semelles :
Pour limiter les problèmes de fatigue, on limitera les variations d'épaisseur dans les semelles :
tfmax ≤ 1.5 tfmin
Avec : tfmin: épaisseur de la semelle inférieure dans un tronçon
tfmax : épaisseur de la semelle inférieure dans le tronçon suivant
*Par exemple si une semelle inférieure mesure 60 mm d'épaisseur dans un tronçon, elle ne
devra pas mesurer plus de 90 mm (ou moins de 40 mm) dans le tronçon voisin.
Dans le cadre de notre projet la variation des épaisseurs de la poutre PRS se fait
graduellement par des sections comme indiqué sur les tableaux suivants :
 Travée (40 Ml) :
Tableau 5.2 Variation des épaisseurs de la poutre PRS (Travée de 40 Ml) :
Sections 0 – 4m 4 – 6m 6 -10m 10 -14m 14 – 20m
Unité (mm) Sur appui Mi- travée
Largeur 800 800 800 800 800
Semelle supérieure (bs)
Epaisseur 65 45 45 30 30
(t)
Hauteur 2 350 2 390 2 390 2 425 2 425
âme (hw)
Epaisseur 25 25 20 20 16
(tw)
Largeur 1 100 1 100 1 100 1 100 1 100
Semelle inférieure (bi)
épaisseur 85 65 65 45 45
(t)

55
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

 Travée (32 Ml) :

Tableau 5.3 Variation des épaisseurs de la poutre PRS (Travée de 32 Ml) :


Sections 0 – 4m 4 – 6m 6 -10m 10 -16m
Unité (mm) Sur appui Mi- travée
Largeur 800 800 800 800
Semelle supérieure (bs)
Epaisseur 65 45 45 30
(t)
Hauteur 2 350 2 390 2 390 2 425
âme (hw)
Epaisseur 25 25 20 16
(tw)
Largeur 1 100 1 100 1 100 1 100
Semelle inférieure (bi)
Epaisseur 85 65 65 45
(t)

d) Entretoise :
Les entretoises réduisent la finesse de l’âme et augmentent par conséquent la résistance aux
contraintes transversales. Les espacements entre entretoises doivent être de l’ordre de 8
mètres. Dans les zones de charges concentrées, telles que les appuis, des diaphragmes sont
prévus.
*En travée : Nous avons opté pour des profilés laminés du type HEA600

Figure 5.8 : Caractéristiques géométriques du HEA600


(Selon la norme européenne EN10034[ 8])
En travée
 En appui :
Nous avons opté pour des PRS (poutres reconstituées soudées) de plus grandes dimensions.
Les entretoises sont soudées aux semelles des montants verticaux des âmes des poutres
principales.

56
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Figure 5.9 Caractéristiques géométriques du PRS 2000 en appui

5.2 EQUIPEMENTS DU PONT FERROVIAIRE :


Ces éléments ne participent pas à la résistance de l’ouvrage, il faut constater que leur
présence n’est pas sans incidence sur l’aspect (c’est le cas de corniches et des dispositifs de
retenue), mais pour la sécurité (dispositifs de retenue),et la pérennité de l’ouvrage (étanchéité,
assainissement et joints de dilatation…)
5.2.1 Disposition de retenue
C’estdesdispositifssusceptiblesd’êtreutiliséspourréduireouannulerlesconséquences qui
pourraient être graves lorsque le train quitte accidentellement la zone qui lui est réservée.
Leur présence n’est pas sans incidence sur l’aspect de l’ouvrage, elles contribuent à modifier la
face vue du tablier, donc leur choix et leur implantation doivent répondre aux critères de
sécurité, d’esthétique, et être compatibles avec la destination de l’ouvrage (pont,
passerelles….).
On distingue trois classes :
 Les garde-corps.
 Les glissières.
 Les barrières.

a) Garde-corps
Les garde-corps courants ne retiennent guère que les corps humains, un garde-corps
renforcé parait difficile à mettre au point et ne semble pas pouvoir retenir un train.
Ils sont classés en trois catégories :
*Les garde-corps de type S : qui équipent les ouvrages sur lesquels la circulation piétonnière
est normalement admise.

57
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

*Les garde-corpsdetype1 : réservés où il existe des passages des services mais sur lesquels la
circulation piétonnière n’est pas admise.
*Les garde-corps de type U : qui en fait ne sont pas normalisés ,et donc la conception reste
souvent sur l’initiative des architectes.
Pour notre pont on va employer des gardes corps standardisés en Algérie
5.2.2 Ballast
On appelle ballast le lit de pierres ou de graviers sur lequel repose une voie de chemin
de fer. Le ballast est constitué de roches dures concassées (généralement, il s’agit de roches
éruptives granite, rhyolite, quartzite...) qui doivent résister à l’attrition, qui émousse les
angles. L’épaisseur du ballast est fonction de la charge et de l’intensité du trafic, au minimum
30 cm au sur ligne classique, 40 cm sur LGV. Son rôle est de transmettre les efforts engendrés
par le passage des trains au tablier, sans que celui-ci ne se déforme. Le rôle du ballast est aussi
d'enchâsser les traverses afin d'assurer une résistance aux déformations longitudinales
(particulièrement important pour la technique des longs rails soudés).
On utilise généralement de la pierre concassée, de granulométrie variant entre 25 mm et
50mm, de type plutonique : granite, diorite, etc. On utilise du gravillon fin (10 mm à 35 mm)
pour le nivellement. Les carrières où l'on extrait et transforme ces matériaux sont appelées
ballastières. Il est aussi possible d'utiliser le laitier (produit par les hauts-fourneaux)
Les éléments du ballast doivent s'imbriquer, de façon à former une masse compacte, mais
perméable. Les traverses sont enchâssées dans le ballast, ce qui assure la fixité de la voie. Le
ballast subit deux types d'usure :
 Contamination par des matériaux parasites, par exemple de la terre. On procède à des
désherbages, mais il est nécessaire de remplacer le ballast régulièrement ;
 Tassement du ballast sous les traverses, ce qui provoque une déformation verticale de
la voie. Il est alors nécessaire de réinjecter du ballast de faible granulométrie sous les
traverses ; ou bien de réaliser une opération d'entretien à l'aide d'une bourreuse.
5.2.3 Traverse
Les traverses assurent la transmission de la charge au ballast, et le maintien de
l’écartement et de l’inclinaison des rails. Le travelage, c’est-à-dire le nombre de traverses au
kilomètre est variable. Les traverses peuvent être :
En bois (généralement du chêne, mais on utilise aussi d’autres bois , de durée de vie (20 à 30
ans) mais faciles à mettre en œuvre) ;
En acier (plus bruyantes, ne sont plus utilisées en France en pose neuve) ;

58
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

En béton, de durée de vie importante (50 ans), il en existe de deux types : bi bloc, reliées par
une barre métallique, monobloc en béton précontraint. Les traverses en béton sont appelées
des blochets.
Pour notre cas on prend des traverses en béton

Figure 5.10 Traverses en béton

5.2.4 Rail
Le rail moderne est généralement du type « Vignole » ; dans une section transversale,
on distingue le patin qui s’appuie sur la traverse, le champignon qui constitue le chemin de
roulement, et l’âme, filet vertical qui relie le champignon au patin. Sur les lignes importantes,
Le rail à double champignon, dont la section est symétrique, avait été conçu pour permettre de
retourner le rail usé et donc doubler sa durée de vie. Ce principe a été abandonné. Des rails à
gorge (type « Broca ») sont utilisés pour les voies encastrées dans des chaussées routières,
notamment pour les installations industrielles et les lignes de tramway.

Figure 5.11 Le rail

59
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

5.2.5 Les appareils d’appuis :


Ce sont des éléments importants pour la structure et non des équipements pour lesquels
il existe une notion d'usure et de durabilité inférieure à celle de l'ouvrage et que l'on considère
alors comme de la matière consommable. A ce titre, on devra donc apporter tout le soin
nécessaire à leur choix, leur qualité, leur conception et leur mise en œuvre.
Le rôle d’un appareil d’appui, placé à la liaison d’une structure et son support, est de
permettre dans certaines limites et sous certaines conditions :
 La transmission des efforts normaux
 La liberté des déplacements et rotations tout en garantissant la stabilité d’ensemble.
Le tablier d’un pont repose sur ses appuis (piles et culées) par l’intermédiaire d’appareils
d’appui, conçus pour transmettre dans les meilleures conditions possibles des efforts
principalement verticaux (poids de l’ouvrage, composante verticale des efforts dû aux charges
d’exploitation), mais aussi horizontaux (dilatations, forces de freinage, d’accélération,
centrifuges, force sismique, etc….).
Il existe essentiellement quatre types d’appareils d’appui qui sont :
 Les appareils d’appuis en béton ;
 Les appareils d’appuis spéciaux ;
 Les appareils d’appuis en acier ;
 Les appareils d’appuis en élastomère fretté ;
Autres comme :
 Glissants élastomère téflon ALVEOFLON.
 A pot fixe ou mobile NEOTOPF, antisismique, anti-soulèvement, métallique à grain,
amortisseur.

60
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Figure 5.12 Appareils d’appuis à pot

.
Figure 5.13 Appareils d’appuis mobiles à balancier

Figure 5.14 Appareils d’appuis mobiles à rouleau simple ou à balancier et rouleau multiple

Figure 5.15 Appareils d’appuis en élastomère fretté

61
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Les appareils d'appui en élastomère fretté (AAEF) et les appareils d'appui à pot (AAP)
représentent plus de 90 % des appareils d'appui utilisés sur les ponts en France. Le choix du
type d'appareil d'appui dépend de nombreux facteurs : descente de charge, rotation maximale,
déplacements horizontaux, durabilité, coût, le type d'ouvrage, son environnement et ses
dispositions constructives. C'est pourquoi il est délicat de pouvoir préciser le domaine
d'emploi respectif d'une technique par rapport à une autre.
Pour des réactions d'appui limitées à 12 MN (calculées à l'ELU), l'appareil d'appui en
élastomère fretté convient parfaitement. Cette valeur correspond à des dimensions en plan de
l'ordre de 700 x 700 mm Au-delà de 20 MN, les appareils d'appui à pot sont préférables car ils
limitent l'encombrement du dispositif.
Pour notre ouvrage on adopte des appareils d’appuis suivants :
 Pour les piles : Appareil d’appui du type « Appui à noyau de plomb - LRB »
 Pour les culées : Les culées seront munies d’appareils d’appuis à pot glissants
longitudinalement (Appui guidé - longitudinal de type « POT » « M ») et
d’amortisseurs à ressort précontraint (PDS) sur la culée C1 et d’amortisseurs à fluide
visqueux (FVD) sur la culée C2 pour limiter les déplacements longitudinaux en
service et en cas de séisme.
Le système d’isolation sismique est composé par :
 Des amortisseurs à ressort précontraint (PDS) à la culée C1 qui fixent le
tablier à la culée pour les actions de service ;
 Des appareils d’appui en néoprène à noyau de Plomb (LRB) sur les piles
qui permettent les déplacements thermiques, fixent transversalement le
tablier en service et contribuent pour l’isolation et l’amortissement en cas de
séisme.
 Des amortisseur à fluide visqueux (FVD) sur la culée C02, qui permettent
les déplacements longitudinaux en service et contribuent à la limitation des
déplacements en cas de séisme majeur.
a) Appui à noyau de plomb - LRB :
Ce sont des dispositifs de protection sismique (isolation sismique), qui peuvent réduire et
limiter l'énergie transférée du sol aux structures supérieures, en particulier en cas de séisme.
Les plaques renforcées et le caoutchouc assurent le support de la charge de la structure, tandis
que le caoutchouc lui-même peut également assurer l'isolation et la déformation. De plus, le
noyau de plomb à l'intérieur peut fournir un plus haut niveau d'amortissement et dissiper

62
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

l'énergie par la chaleur sous déformation. Ils sont principalement utilisés dans les nouvelles
structures (ponts et bâtiments), ou pour améliorer la résistance des structures existantes et la
résistance aux forces sismiques.

Figure 5.16 Appui à noyau de plomb LRB

b) Appui guidé - longitudinal de type « POT » - M- :

Ils sont constitués de dispositifs de support structurel avec un disque d'élastomère confiné.
Les rotations autour de tout axe horizontal sont assurées par la déformabilité d'un disque, ou
palier, élastomère non armé, confiné dans une base en acier monolithique.

Figure 5.17 Figure de l’Appui guidé - longitudinal de type « POT» - M

63
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

c) Amortisseurs à fluide visqueux (FVD) :

Figure 5.18 Amortisseur viscoélastique (FVD)

Un dispositif amortisseur interposé entre deux structures a pour but principal de


dissiper de l’énergie sous forme de chaleur lorsque ces dites structure se déplacent l’une par
rapport à l’autre sous l’action d’un séisme.
Pour assurer la protection parasismique d’ouvrages d’art, un amortisseur efficace doit remplir
les deux fonctions suivantes :
 Il doit opposer une résistance négligeable au mouvement relatif entre les deux
structures résultant des déplacements lents imposés tels que ceux dus à la variation de
température, au retrait, au fluage, etc…
 Sous des sollicitations dynamiques importantes, telles que chocs, vent, séisme, etc…,
il doit réagir en dissipant une énergie suffisante pour réduire les effets des valeurs
acceptables, tout en opposant une réaction admissible pour les structures à protéger.
Généralement, les cylindres et les pistons sont en acier ou en inox et le fluide peut être
une huile de synthèse ou une fluide silicone très visqueuse.
d) Amortisseurs à ressort précontraint (PDS) :

64
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Figure 5.19 Ressort amortisseur précontraint (PDS)

Figure 5.20 Dispositifs amortisseurs précontraints disposé transversalement sur piles

Un ressort amortisseur précontraint, a pour but d’assurer, dans un sens d’action donné
et lorsqu’il est interposé entre deux structures, trois fonctions :
 En service, il se comporte comme une liaison rigide entre les deux structures
dans le sens d’action (Figure a)
 Sous des sollicitations dynamiques tels que chocs, vent, séisme, etc…, il doit
se comporter comme l’association en parallèle d’un ressort et d’un amortisseur
dissipateur d’énergie dans le sens d’action (Figure b)
Après la fin de la sollicitation dynamique précédente, les deux structures S 1et S2
peuvent ne pas être repositionnées comme avant la dite sollicitation, alors le dispositif (PDS)
doit assurer automatiquement ce repositionnement par lui-même (Figure c), de plus le
dispositif (PDS), devra assurer ces mêmes fonctions avec des caractéristiques non
dégradées[20].

65
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

(a) (b) (c)


Figure 5.21 Comportement du (PDS) au cours d’un séisme

5.2.6 Joints de dilatation


La fonction d’un joint de dilatation de pont rail est similaire à celle des ponts routes,
qui consiste à permettre la dilatation du pont, avec néanmoins la nécessité impérative de tenir
compte de l’armement de la voie et d’assurer la continuité du chemin de roulement.
L’interaction de la voie et de l’ouvrage d’art est une donnée importante prise en
compte dans la conception de tout projet ferroviaire. Les joints de ponts rails se rencontrent
essentiellement sur les ponts relativement récents. En effet, les ponts anciens sont, soit en
maçonnerie et ne comportent donc pas de joint, soit métallique à pose de voie directe. Dans ce
cas, l’extrémité du tablier côté appui mobile permet la dilatation moyennant en général la
coupure des rails (AD : Appareil de dilatation de voie, ou joints de rails) sans joint particulier
en dehors d’éventuel traitement de lacunes vis-à-vis de la sécurité du personnel. Pour les
ponts plus récents, en général à pose de voie ballastée, la conception du joint de tablier
dépend de la longueur dilatable de ce tablier, qui peut nécessiter la présence d’appareil de
dilatation de la voie elle-même.
En fonction de la longueur dilatable des tabliers et de la nature de ces derniers, il est
fait usage de différents types de joints dont certains peuvent permettre également la coupure
du ballast. Les joints les plus simples réalisés à partir de simple porte-à-faux du tablier sur le
mur garde grève permettent la dilatation, pour les longueurs les plus faibles, du tablier vers le
remblai. Sur des ouvrages plus anciens, de simples tôles peuvent faire la liaison entre le
tablier et le muret d’about. Pour des longueurs plus importantes, il est fait usage de joints sous
ballast (Figures 5.22a et 5.22b).
Différents modèles de joints de ce type sont également utilisés en cas de pose de voie
directe sans ballast. Enfin, pour des viaducs de longueurs importantes, il est fait usage de
joints coupe ballast. Ces joints très spécifiques se situent au droit des joints de dilatation de la
voie. Il est bien sûr souhaitable que la zone de joint ne soit pas un point de passage privilégié
de l’eau. Des dispositions techniques indépendantes du joint peuvent être adaptées.

66
CHAPITRE 5 : CARACTERISTIQUES DU TABLIER

Figure 5.22a) Joint de dilatation - sous ballast Figure 5.22b) Joint de dilatation Gard
pour la culée C01. pour la culéeC02.

Figure 5.23 Joint de dilatation sur trottoir.

67
CHAPITRE 6 :
EVALUATION DES CHARGES ET
DES SURCHARGES
6-1: Evaluation des charges.
6-1-1:Charges permanentes :PP
6-1-2: Charges permanentes supplémentaires (CCP).
6-2: Evaluation des surcharges.
6-2-1: Surcharges ferroviaires .

6-2-2: Surcharges sur les trottoirs.

6-2-3: Effets dynamique

6-2-4: Effet du vent.

6-2-5: Le gradient thermique.

6-2-6: Le retrait.

6-3: Actions sismiques.

6-4: Les combinaisons d'actions.

68
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

6.1 EVALUATION DES CHARGES


Le but de ce chapitre est de calculer les différentes charges et surcharges appliquées au
pont, l’ouvrage doit résister aux efforts appliqués qui sont les suivantes :
 La charge permanente dû au poids propre (PP).
 La charge permanente supplémentaire ( CCP).
 Les surcharges.
Nous utilisons les valeurs des charges usuelles données ci-dessous.
 Eléments en béton armé 25KN/m3
 Elément en gros béton 22KN/m3
 Chape d’étanchéité 24KN/m3
 Ballast 20KN/m3
 Acier pour profilé reconstitué 78.5KN/ m3
 Rails 1.20 KN/ ml
 Corniche + garde cops 1.60KN/ml
 Conduite à enfouir 0.90 KN/ml
6.1.1 Charges permanentes : PP
Ce sont le poids propre des poutres principales PRS, des entretoises, et de la dalle (tablier) :

a) Poids propre des poutres PRS structure métallique et dalle :

 Poids propre des poutres principales PRS :


La section transversale des poutres est variable tout au long des travées, avec une
valeur maximale de poids propre sur appuis et une valeur minimum en travée :
* Poids de la poutre en fonction de la variation de la section pour une travée de 40 ML
(On procède par symétrie) :
Tableau 6-1 : Variations de section de la poutre de travée 40 ML
Sections (m) 0 - 4m 4 - 6m 6 -10m 10 – 14m 14 – 20m
Unité (mm) Sur appui Mi- travée
Semelle Largeur 800 800 800 800 800
supérieure épaisseur 65 45 45 30 30
Ame Hauteur 2 350 2 390 2 390 2 425 2 425
épaisseur 25 25 20 20 16
Semelle Largeur 1 100 1 100 1 100 1 100 1 100
inférieure épaisseur 85 65 65 45 45

Aire de la section (M2) 0,2043 0,1673 0,1553 0,1220 0,1123

Poids de la poutre (KN) 256,54 105,03 195,06 153,23 211,57


Poids total de la poutre (KN) 921,43

69
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

*Poids de la poutre en fonction de la variation de la section pour une travée de 32ML


(On procède par symétrie) :
Tableau 6-2 : Variations de section de la poutre de travée 32 ML
Séctions (m) 0 - 4m 4 - 6m 6 - 10m 10–14m 14 – 16m
Unité (mm) Sur appui Mi- travée
Semelle Largeur 800 800 800 800 800
supérieure épaisseur 65 45 45 30 30
Ame Hauteur 2 350 2 390 2 390 2 425 2 425
épaisseur 25 25 20 20 16
Semelle Largeur 1 100 1 100 1 100 1 100 1 100
inférieure épaisseur 85 65 65 45 45

Aire de la section (M2) 0,2043 0,1673 0,1553 0,1220 0,1123

Poids de la poutre (KN) 256,54 105,03 195,06 153,23 70,52

Poids total de la poutre(KN) 780,38

Poids total PRS=2 x 780, 38 + 4 x 921, 43= 5246, 48 KN

=5246,48/224 = 23,42 KN/ML

b) Poids propre de la dalle :


Le poids de la dalle coulée en place, appliqué sur les poutres du tablier (épaisseur moyenne) :
Pdalle= 0.375 x 12,8 x 25 = 120 KN/ml
c) Les entretoises :
* Sur travée : on a choisi des HEA600 qui ont chacune un poids de 1.78KN/ML, et
espacées de Huit (08) m, au total on a 22 entretoises HEA600
* Sur appui : On a opté pour des PRS2000, donc on a Sept (07) PRS au total, de dimensions :

Figure 6.1 Dimensions du PRS2000

Le poids du PRS est : PPRS2000= (0.8×0.060 +0.075×1+ 1.865×0.025) ×78.5


= 13.32 KN/ML

70
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

Le poids total des entretoises est :


Pentretoise = (1.78 x22+ 13.32 x7) x 6 = 794.40 KN
= 3.55 KN/ML

PP= 23,42 + 120 + 3.55 = 146.97 KN/ml

6.1.2 Charges permanentes supplémentaires (CCP )


Les charges permanentes supplémentaires (CCP) sont celles des superstructures, qui
contiennent les éléments suivants :
 Ballast
 Chape d’étanchéité
 Traverses en béton
 Muret garde ballast
 Rail
 Corniche et garde-corps
 Conduites à enfouir
En ce qui concerne le ballast et la membrane d’étanchéité, on doit considérer un poids
maximal et un poids minimum, avec une variation de plus ou moins 30% pour le ballast et
20% pour la membrane d’étanchéité, par rapport aux valeurs caractéristiques.
 Ballast : PMax= (0.54×8.5×20) ×1.30 = 119.34 KN/ml
PMin= (0.54×8.5×20) ×0.7 = 64.26 KN/ml
 Chape d’étanchéité : PMax= (0.04×12.4×24) ×1.20 = 14.28 KN/ml
PMin= (0.04×12.4×24) ×0.8 = 9.52 KN/ml
 Traverses en béton : P= 2 ×4.80 = 9.60 KN/ml
 Muret garde ballast : P= 0.70×0.25×25×2 = 8.75KN/ ml
 Rail : P= 2 ×1.20 = 2.4 KN/ml
 Corniche et garde-corps : P= 2 ×1.60 = 3.2 KN/ml
 Conduites à enfouir : P= 2 ×0.90 = 1.8 KN/ml

SUPMax= 160 KN/ml SUPMin= 100 KN/ml

P total Max = PP+ SUPMax= 285.89 KN/m P total Min = PP+ SUPMin= 225.89 KN/ml

71
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

6.2 EVALUATION DES SURCHARGES


6.2.1 Surcharges ferroviaires
L’EN 1991-2 [9] définit des modèles de charges simulant les actions du trafic
ferroviaire. Cinq modèles de charges sont donnés :
• Le modèle de charge 71 (et le modèle SW/0 pour les ponts à travées continues), pour
représenter le trafic normal sur les grandes lignes
• Le modèle SW/2 pour représenter les charges lourdes
• Le modèle HSLM pour représenter la charge de trains de voyageurs circulant à des vitesses
supérieures à 200 km/h.
• Le modèle « train à vide » pour représenter l’effet d’un train à vide
Les actions ferroviaires sont définies au moyen de deux modèles de chargements
ferroviaires, l’un pour représenter le trafic normal sur les grandes lignes (modèle de charge
LM 71) et l’autre pour représenter les charges anormalement lourdes (modèle de charge SW).
Puisqu’il s’agit d’une ligne a double voie, les actions du trafic ferroviaire sont
appliquées en supposant que deux trains-type pourront charger toutes les deux voies ; donc le
dimensionnement des ouvrages entraine les modèles de charge suivants :
a) Schématisation des trains de charge :
Modèle de charge LM71 (α=1.0) : Le modèle de charge 71 représente l’effet
statique du chargement vertical du a trafic ferroviaire standard.
La disposition et les valeurs caractéristiques des charges verticales doivent être celles
de la figure6-1

Figure 6.2 Modèle de charges LM71


250 KN : représente le poids de l’essieu de la locomotive.
80KN/m : représente le poids par mètre linéaire des wagons.
Les valeurs caractéristiques de la figure 6-1 doivent être multipliées par un coefficient
sur les lignes ou circule un trafic ferroviaire plus lourd ou plus léger que le trafic ferroviaire
normal. Lorsqu’elles sont multipliées par le coefficient α, les charges sont appelées « charges
vertical classifiées ». Ce coefficient α doit être choisi parmi les valeurs suivantes : 0,75-0,83-
0,91-1,00-1,10-1,21-1,33-1,46.

72
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

Modèle de charge SW/0 (α=1.0) : Le modèle de charge SW/0 représente l’effet


statique de chargement vertical résultant d’un trafic ferroviaire normal sur les
poutres continues.
La charge est caractérisée par deux systèmes de charge uniforme mise en place à 5.3 m de
distance chacune, le système de charge a une longueur de 15 m et un poids de 133 KN/ml.

Figure 6.3 Modèle de charges SW/0


Modèle de charge SW/2 (α=1.0): Le modèle de charge SW/2 représente l’effet
statique du chargement vertical généré par un trafic ferroviaire lourd.

Figure 6.4 Modèle de charges SW/2


6.2.2 Surcharges sur les trottoirs
Les surcharges sur les trottoirs sont définis d’accord avec la NF EN 1991-2[9] , en
considérant la charge la plus défavorable pour le dimensionnement :
- Charge uniforme de 5.0 kN/m2, appliqué dans une largeur utile de trottoir de 1.50 ml :
Trottoir = 5.0 x 1.50 = 7,50 kN/ml, dans chaque trottoir.
6.2.3 Effet dynamique
Les effets dynamiques dus au trafic ferroviaire doivent être prises en compte par une
analyse dynamique ou par une analyse statique en considérant l’amplification des efforts et
déformations par un coefficient de majoration dynamique
Les critères de choix pour effectuer une analyse statique équivalente ou bien une
analyse dynamique détaillée sont définis à l'aide du logigramme de la figure 6.9 de l'EN 1991-
2. [9] ; on peut vérifier que :
- La vitesse de projet (160 km/h) reste inférieur à 200 km/h ;
- L’ouvrage est constitué par un tablier continu.
Ainsi, on peut conclure qu’il n’est pas nécessaire une analyse dynamique et on doit
calculer la valeur du coefficient de majoration des sollicitations statiques.

73
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

Ce coefficient dynamique, multiplicateur des sollicitations et déformations statiques sous les


schémas de charges LM71 et SW/0(et donc sous les deux chargements LM71+SW/0 et SW/2)
est :
𝟐,𝟏𝟔
Ф3 = + 𝟎, 𝟕𝟑 1,00 ≤ Ф3 ≤ 2,00 pour un entretien de la voie courant.
√𝐋𝐐−𝟎.𝟐

LФ=longueur caractéristique en m définie au tableau I.3. (Chapitre 1, page 19, livret 2.01) [10]
Dans le sens longitudinal :
LФ = 1.5 x Lm = 56 m
4×40+2×32
Avec Lm = =37,33 m
6

Donc Ф3= 1.03


Du côté de la sécurité, le coefficientФ3 = 1.1 sera pris au calcul.
Dans le sens transversal :
LФ= 6 m donc Ф3 = 1,69
6.2.4 Effet du vent
L’application des charges dues au vent sur le tablier et sur les trains est définie par la
NF EN 1991-1-4[11].Le vent souffle horizontalement dans une direction normale à l’axe
longitudinal de la voie. En général, la valeur représentative de la pression dynamique du vent
est égale à 2 KN/m²

Remarque :
P =2 KN/m2 pour les ouvrages en service.
P =1,25 KN/m2 pour les ouvrages en cours de construction
Pour notre ouvrage l’application des charges dus au vent sur le tablier et sur les trains est
prise égale à 02KN/m2 correspondant à la phase de service.
6.2.5 Le gradient thermique
Le gradient thermique résulte d’un échauffement ou de refroidissement unilatéral de
courte durée de la structure porteuse. La variation uniforme de température se réfère de la
température moyenne du lieu.
Il y a lieu de prendre en compte l’effet d’un même gradient thermique vertical tout le
long de l’ouvrage. Il est admis une variation linéaire de température sur la hauteur de la
section selon NF EN 1991-1-5[12]
Le gradient est positif si la température de la fibre supérieure du tablier est plus
grande que celle de la fibre inférieure.

74
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

Les valeurs numériques à prendre en compte pour le gradient thermique vertical sont données
dans le tableau ci-après :
Tableau 6-3 : Valeurs recommandées de la composante linéaire de gradient thermique
Pour différents types de tabliers de ponts routiers, de passerelles pour piétons
et de ponts de chemin de fer

Les efforts dus au gradient thermique sont évalués sur la base d’une différence de
température entre les fibres extrêmes du tablier .Les valeurs à prendre en compte sont les
suivantes :
 Tablier métallique (en construction) : ∆T = ±18 ºC
 Tablier mixte (en service) : ∆T = ±15 ºC
Avec prise en compte du module instantané de déformation longitudinale du béton.
La courbe représentative du gradient thermique est définie dans la figure 6.5 :

Figure 6.5 Gradient thermique de la séction mixte

75
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

6.2.6 Le retrait
Le retrait est un phénomène courant qui touche les matériaux conçus à partir d’eau et
de ciment. Il est dû aux contraintes qui s’exercent sur ces matériaux de construction utilisés et
se produisant lorsque la résistance des ouvrages ne suffit plus. Le retrait du béton est pris en
compte dans le calcul des efforts à long terme du tablier mixte.
Sous l’action du retrait seule la dalle d’un pont mixte tend à diminuer de volume, donc
à se raccourcir ; s’il n’y avait pas de connexion entre l’ossature et la dalle, cette derniére
glisserait librement sur l’ossature métallique, et il n’y aurait ni effort, ni contrainte dans la
structure. En pratique, la dalle est toujours connecté à la charpente métallique.
Les deux éléments sont donc astreints à subir la même déformation à leur contact.
Le béton, étant lié à l’acier,ne peut se raccourcir librement. N’ayant pu ainsi accomplir
totalement son retrait, le bétonreste tendu. En revanche, il entraine partiellement l’acier situé à
son contact, qui par conséquent, se raccourcit et est comprimé.
Les contraintes ainsi créées dans le béton et l’acier de l’élément mixte sont des
contraintes internes, les efforts extérieurs étant nuls. Si la poutre est hyperstatique, c'est-à-dire
si elle a des liaisons surabondantes, celles-ci risquent de s’opposer à ladéformation que la
poutre prendrait librement si elle étaitisostatique : il nait alors des réactions d’appui
hyperstatiques de retrait. La somme de ces réactions est évidemment nulle.
Le retrait hyperstatique est généralement introduit sous la forme d’une déformation et d’une
courbure imposées aux sections mixtes non-fissurées (Acier de charpente +Béton)[13] .

Figure 6.6 Le phénoméne de retrait


Le retrait est pris en compte dans le calcul des efforts à long terme au tablier mixte.

Figure 6.7 Effets du retrait du béton dans la section mixte

76
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

La distribution des contraintes primaires aux sections est calculée directement à partir
de la valeur de raccourcissement de retrait, du module d’élasticité du béton pour l’action du
retrait et descaractéristiques mécaniques des sections :
εr ×Ab ×Ea
Nm=
nret

Avec : εr : raccourcissement du au retrait pris égal à 4x10-4.

Ab : Aire de la section en béton.


Ea : 2x105MPa.
nret: Coefficient d’équivalence (pour le retrait nret=17 )
4∗10−4 ∗12.80∗0.375∗2∗108
Nm= 17
= 22 588,23KN

Pour le tablier complet ,on doit diviser par 2(on a deux poutres) donc :
22 588,23
Nm= 2
=11 294,11KN /par poutre

Cet effort crée un moment de déformation de la section mixte :


M=Nmx bn
bn :Distance entre centre de gravité beton et celui de la poutre métallique.
0.40
M = 11 249,11 ∗ (0.962 − ) = 10.819,39 KN. m
2

Les efforts hyperstatiques resultants du retrait relatifs à notre modèle de calcul du tablier sont
calculés par le logiciel .

6.3 ACTIONS SISMIQUES


L’analyse par le spectre de réponse est une analyse élastique des réponses dynamiques
maximales de tous les modes significatifs de la structure. La méthode se base sur un calcul
dynamique multimodal spectral et tient compte de façon statique des déplacements
différentiels
L’action sismique résulte des mouvements du sol qui sont pris en compte sous deux
aspects ,les spectres de réponses, élastiques ou de dimensionnement, qui dépendent de la
catégorie du site de, l’ouvrage, du coefficient d’accélération de zone (A) et du taux
d’amortissement critique par le biais du facteur de correction d’amortissement η=√ (7/ (2 +ζ)
quand ce taux est différent de 5%[14] :

77
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

➢ Spectre de réponse élastique: Le spectre de réponse élastique constitue généralement la


donnée de base pour le calcul sismique, les deux composantes horizontales et verticales sont
considérées:
❖Composante Horizontale: Le spectre de réponse élastique sera pour les deux composantes
horizontales, est donné en fonction de la période élastique (T) et du taux d’amortissement (ζ)
de l’ouvrage paru:

Avec :
g: accélération de la pesanteur (g=9,81m/s²)
A : coefficient d’accélération (tableau 3-1)
S : coefficient de site.
T1, T2 : période caractéristique associées à la catégorie de site (tableau 3-3)
ζ: taux d’amortissement (Chapitre 4-2-4, pour béton armé : ζ = 5 %)
η: facteur de correction de l’amortissement.

Tableau 6-4 : valeurs de T1, T2 et S pour la composante horizontale


Site S1 S2 S3 S4
T1 (S) 0,15 0,15 0,20 0,20
T2 (S) 0,30 0,40 0,50 0 ,70
S 1 1,1 1,2 1,3

❖Composante verticale: Le spectre de réponse élastique pour la composante verticale est


défini pour un taux d'amortissement de 5% (η=1,0) par :

Avec :
g: accélération de la pesanteur (g=9,81m/s²)

78
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

A : coefficient d’accélération (tableau 3-1)


α : coefficient qui tient compte de l’importance de la composante verticale en zone
de forte sismicité :(α = 0,7 pour notre projet zone IIa)
T1,T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site (donnée dans le tableau 3-4) :

Tableau 6-5 : Valeurs de T1, T2 et S pour la composante verticale

Site S1 S2 S3 S4
T1 (S) 0,15 0,15 0,20 0,20
T2 (S) 0,30 0,30 0,40 0,40

Spectre élastique -composantes horizontale et vérticale-


Pour un amortissement de 5%
8.000
Spectre Sae/A

6.000
Composante horizontale
4.000 Composante verticale

2.000

0.000
0 1 2 3 4
Période (Sec)

❖Spectre de dimensionnement:
Le spectre de dimensionnement pour les deux composantes horizontales et verticale à
utiliser, pour le calcul de résistance (approche du comportement inélastique par le calcul
élastique équivalent), avec un coefficient de comportement (q) qui est introduit et pris en
compte en 4.4 et 5.5.1. Pour la composante verticale, le coefficient de comportement q est pris
égal à 1.

Avec :
η : est défini en 3.2

79
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

g: accélération de la pesanteur (=9,81m/s2)


T2 : période caractéristique donnée dans le tableau 3.3
S : coefficient de site donne dans le tableau 3.3
A : est donnée dans le tableau 3.1

spectre de dimensionnement-composante horizontale-(5%)d'amortissement


8.000
7.000
6.000
spectre Sad

5.000
4.000
composante horizale
3.000
2.000 spectre de dimensionnement
1.000
0.000
0 1 2 3 4
Période (sec)

6.4 LES COMBINAISONS DES CHARGES


Composantes des actions sismiques :
La combinaison des forces sismiques orthogonales est employée pour tenir compte de
l’incertitude directionnelle du séisme. L’effet probable de l’action maximale E de l’apparition
simultanée des actions sismiques le long des axes horizontaux X et Y et l’axe vertical Z, peut
être estimé, à partir des effets d’actions maximales Ex, Ey et Ez qui sont dues à l’action
sismique indépendante le long de chaque axe, les effets des différentes composantes du
mouvement d’ensemble sont combinés de la manière suivante :
 E1= Ex± 0,30 Ey ± 0,30 Ez
 E2= Ey ± 0,30 Ex± 0,30 Ez
 E3= Ez± 0,30 Ex ± 0,30 Ey
E1, E2 et E3 : sont les effets des actions sismiques dans chacune des directions
a) Combinaisons d’actions
Les combinaisons à prendre en compte et le coefficient partiels de sécurité ont été définies
selon la norme NF EN 1990 [15];
Etats Limites Ultimes (E.L.U.)
Sd,1 = 1.35 (SPP+SSUP) + 1.45 (SLM71,1 + SLM71,2) + 1.5 x 0.8 SSUR,T
Sd,2 = 1.35 (SPP+SSUP) + 1.45 SLM71,1 + 1.20 SSW2,2 + 1.5 x 0.8 SSUR,T
Sd,3 = 1.35 (SPP + SSUP) + 1.35 (SPPt + SPT) + 1.45 (SLM71,1 + S LM71,2)

80
CHAPITRE 6 : EVALUATION DES CHARGES ET LES SURCHARGES

+ 1.50 x0.80 SSUR, T + 1.50 x (0.60 SVUT + 0.60 x 0.75 SGT) + 1.50 x 0.80 SPQ
+ 1.50 SFw.
Sd, 4 = 1.35 (SPP + SSUP) + 1.35 (SPPt + SPT) + 1.45 SLM71,1 + 1.20 SSW2,2
+ 1.50 x 0.80 SSUR,T + 1.50 x (0.60 SVUT + 0.60 x 0.75 SGT) + 1.50 x 0.80 SPQ
Combinaisons sismiques :
Ssisx,1 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SSisx + 0.5 SVUT + 0.5 x 0.75 SGT
+ 0.30 (SLM71) + 0.30 SPQ + SPS
Ssisy,1 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SSisy + 0.5 SVUT + 0.5 x 0.75 SGT
+ 0.30 (SLM71) + 0.30 SPQ + SPS
Ssisz,1 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SSisz + 0.5 SVUT + 0.5 x 0.75 SGT
+ 0.30 (SLM71) + 0.30 SPQ + SPS
Etats Limites de Service (E.L.S.) :
Scaract,1 = SPP + SSUP + SDif + SLM71,1 + SLM71,2 + 0.8 SSUR,T + 0.6 SGT
Scaract,2 = SPP + SSUP + SDif + SLM71,1 + SSW2,2 + 0.8 SSUR,T + 0.6 SGT
Scaract,5 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SLM71,1 + S LM71,2 + 0.80 SSUR,T
+ 0.60 SVUT + 0.60 x 0.75 SGT + 0.70 SPQ + SFw .
Scaract,7 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SLM71,1 + SSW2,2 + 0.80 SSUR,T + 0.60 SVUT
+ 0.60 x 0.75 SGT + 0.70 SPQ + SFw
Avec :
- PP – Poids propre de la structure ;
- SUP – Superstructures - poids des équipements et matériaux à appliquer sur le tablier
(poids maximal ou poids minimum) ;
- LM71 – Actions dûes au trafic ferroviaire (modèles LM71); ont été considérés les
surcharges ferroviaires affectées du coefficient dynamique, accélération,
freinage et forces centrifuges ; LM71,1 –Voie 1 chargée et LM71,2 – Voie 2
chargée ;
- SW0 – Actions dues au trafic ferroviaire sur poutres continues (modèles SW0) ; ont
eté considérés les surcharges ferroviaires affectées du coefficient dynamique,
accélération, freinage et forces centrifuges ;
- SW2 – Actions dues au trafic ferroviaire (modèles SW2) ; ont été considérés les
surcharges ferroviaires affectées du coefficient dynamique, accélération,
freinage et forces centrifuges ;
- SURT – Surcharges sur les trottoirs ;
- GT – Gradient thermique ;

81
CHAPITRE 7 :
MODELISATION ET EVALUATION
DES EFFORTS.
7-1: Logiciel de calcul

7-2: Modélisation

7-2-1: Choix de type d'ouvrage

7-3: Les différents cas de charges

7-4: Affectation des charges

7-5: Résultats de modélisation

82
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

7.1 LOGICIEL DE CALCUL


La structure du mémoire repose sur l'utilisation de modèles numériques
Le projet est modélisé avec le logiciel SAP 2000 (Structural Analytique Program), version
14 .C’est un logiciel de calcul des structures d’ingénieur, particulièrement adapté aux
ouvrages de génie civil, permettant le calcul des efforts interne dans une structure, et qui
utilise le principe des éléments finis. Il offre de nombreuses possibilités d’analyse des efforts
statiques et dynamiques avec des compléments de vérification des structures en béton armé,
charpente métallique.
Le post processeur graphique disponible facilité considérablement l’interprétation et
l’exploitation des résultats et la mise en forme des notes de calcul et des rapports explicatifs.
Le logiciel permet d’effectuer les étapes de modélisation (définition de la géométrie,
conditions aux limites, chargement de la structure, etc.) de façon totalement graphique,
numérique ou combinée, en utilisant les innombrables outils disponibles.
L’ouvrage une fois réaliser nous permettra d’avoir une appréciation réelle du
comportement de notre structure via les sollicitations appliquées à travers les efforts internes
résultant d’une analyse numérique sous les différents cas de charge.

Figure 7.1 Tableau de modèle (SAP2000)

7.2 Modélisation
Notre ouvrage est hyperstatique avec 6 travées continues, deux (02) travées de rives de
32 m de longueur et Quatre (04) travées centrales de 40 m (2x32+4x40), on étudiera une seule
travée (40 m), Une dalle de 40 cm d’épaisseur avec deux (02) poutres en PRS.

83
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

7.2.1 Le choix de type d’ouvrage


L’ouvrage a été réalisé en choisissant le modèle « Blank», les étapes suivies par la
modélisation sont indiquées comme suit :

Figure 7.2 Représentation de la fenêtre « Bridge Wizard »

Figure 7. 3 Choix du type de tablier

84
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.4 Dimension des sections du tablier


Pour bien analyser le tablier, on a besoin des combinaisons dans l’Etat Limite Ultime(ELU) et
autres dans l’Etat limite de Service (ELS), et les combinaisons des actions sismique, et pour
les définir on doit passer d’abord par la notation des chargements nécessaire dans l’étude,
calculé dans le Chapitre relatif aux charges et surcharges.

Figure 7.5 Les Charges

85
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.6 Les surcharges

Figure 7.7 Vue en 3D du modèle du tablier

86
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

 Définition des matériaux utilisés :

Figure 7-8 Matériaux utilisés

 Définition des différentes parties de l’ouvrage :

87
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.9 Pile01 et pile 01Base

Figure 7.10 Pile 02 et pile 02 base

Figure 7.11 Pile 03 et pile 03 base

88
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.12 Pile 04 et pile 04 base

Figure 7.13 Pile 05 et pile 05 base

Figure 7.14 Chevêtre et Poutres principale (PRS)

89
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.15 Entretoise HEA600, Entretoise PRS 2000


7.3 Les différents cas de charges
L’ouvrage une fois modélisé par le SAP2000, cela nous permettra d’avoir une
appréciation réelle du comportement de notre structure via les sollicitations appliquées à
travers les efforts internes résultants d’une analyse numérique sous les différents cas de
charges :
Tableau 7-1 : Les différents cas de charges
Cas de charge Nature des charges
SPP Charge permanente Statique linéaire
SSUP Charge permanente Statique linéaire
supplémentaire
SLM71,1 Surcharge Analyse de cas de charges roulantes
SLM71,2 Surcharge Analyse de cas de charges roulantes
SSW2,2 Surcharge Analyse de cas de charges roulantes
SW0 Surcharge Analyse de cas de charges roulantes
SSUR,T Surcharge Statique linéaire
SGT Surcharge Statique linéaire
Retrait Surcharge Statique linéaire

7.4 Affectation des charges


Les charges appliquées à l’ouvrage sont dues aux :
 Poids propre PP
 Charges supplémentaires CCP
 Surcharges

90
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.16 Modélisation du modèle LM71

Figure 7.17 Modélisation du modèle SW/2

91
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.18 Modélisation du modèle SW/0

Les combinaisons de calcul :


 Etats Limites Ultimes (E.L.U.) :

1.35 (SPP + SSUP) + 1.45 (SLM71,1 + S LM71,2) + 1.50 x 0.80 SSUR,T +1.50 x 0.60 x
0.75 SGT

 Combinaisons sismiques :
Ssisx, 1 = SPP + SSUP + SSisx+ 0.5 x 0.75 SGT + 0.30(SLM71) + 0.30 SPQ + SPS
Ssisy, 1 = SPP + SSUP + SSisy + 0.5 x 0.75 SGT + 0.30(SLM71) + 0.30 SPQ + SPS
Ssisz, 1 = SPP + SSUP + SPPt + SPT + SSisz+ 0.5 x 0.75 SGT + 0.30(SLM71) + 0.30 SPQ
+ SPS
 Etats Limites de Service (E.L.S.) :
SPP + SSUP + SLM71, 1 + SSW2, 2 + 0.8 SSUR, T + 0.6 SGT

7.5 RESULTATS DE LA MODELISATION


Les résultats obtenus par logiciel sont donnés ci-dessous, les tableaux représentants les
moments de flexion, les efforts tranchants.
Nous considérons les efforts obtenus sous charges permanentes et pour les
combinaisons défavorables à l’état limite ultime (ELU) et à l’état limite de service (ELS).

92
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.19 Diagramme des moments sous charge DEAD

Figure 7.20 Diagramme des efforts tranchant sous charge DEAD

93
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.21Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge DEAD

Figure 7.22 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge DEAD

94
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.23 Diagramme des moments fléchissant sous charge CCP

Figure 7.24 Diagramme des efforts tranchant sous charge CCP

95
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.25Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge CCP

Figure 7.26 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge CCP

96
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.27 Diagramme des moments fléchissant sous charge ACASE1

Figure 7.28 Diagramme des efforts tranchant sous charge ACASE1

97
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.29 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge ACASE1

Figure 7.30 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge ACASE1

98
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.31Diagramme des moments fléchissant sous charge TEMP1

Figure 7.32 Diagramme des efforts tranchant sous charge TEMP1

99
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.33 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge TEMP1

Figure 7.34 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge TEMP1

100
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.35 Diagramme des moments fléchissant sous charge TEMP2

Figure 7.36 Diagramme des efforts tranchant sous charge TEMP2

101
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.37 Valeurs Max et Min du moment fléchissant sous charge TEMP2

Figure 7.38 Valeurs Max et Min de l’effort tranchant sous charge TEMP2

102
CHAPITRE 7 : MODELISATION ET EVALUATION DES EFFORTS

Figure 7.39 Diagramme des moments fléchissant dû au retrait

Figure 7.40 Diagramme des efforts tranchant dû au retrait

103
CHAPITRE 8 :
ETUDE DU TABLIER

104
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

8.1 VERIFICATION DE LA SECTION D’ACIER


8.1.1 Classification de la section :

Figure 8.1 Dimensions du PRS


Sur appui : Ami travée :
bs= 800mm bs= 800mm
ts= 65 mm ts= 30 mm
tw= 25 mm tw= 16 mm
ti= 85mm ti = 45mm
bi= 1100mm bi= 1100mm
a) Classe de résistance
Classification de la section en phase de construction selon les dispositions de la norme EN
1993-1-1 [6] en considérant pour l'acier S355 une valeur de ε = 0,81.

235
ε=√
fy

ε : Coefficient de réduction plastique.


fy : valeur nominale de la limite élastique (fy =355N/ mm2)
Selon EN1994-1.1 : Une section est classée selon la classe la moins favorable des éléments en
acier comprimés.
a : Dans la section sur appui :
 Semelles : Nous avons la semelle supérieure sujette à la traction ; la semelle
inférieure de classe 1 comme indiqué dans le tableau ci-dessous.
Tableau 8-1 : Limite d'élancement de la semelle dans la section d’appui
Classe 1 Classe 2 Classe 3
c [mm] t [mm] c/t c/t = 9 ε c/t = 10 ε c/t = 14 ε
537,50 85 6,32 7,29 8,10 11,34

105
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

 Âme :
d 2350
≤ 124 ε = = 94 < 100,44 Section de Classe 3
tw 25

Dans la section de mi- travée


 Semelles : Nous avons la semelle supérieure de classe1, ce qui empêche les
phénomènes de flambement local ; semelle inférieure sujette à la traction
Âme : de classe 4
2425
= 151,6 > 100,44
16

La section est donc de classe 4


8.1.2 Détermination de la largeur efficace de la dalle (Selon EN 1994-2) [16] :
La largeur efficace ou effective est donc la largeur dans laquelle se diffusent
suffisamment de contraintes pour obtenir une bonne association mixte acier béton. Pour une
poutre maîtresse dans une section donnée du tablier, la largeur efficace de la dalle est la somme
de 3 termes : beff =b0+β1be1+β2be2
Avec:
b0 : représente l’entraxe des rangées extérieures des connecteurs goujons, on prendra
b0=bS-200mm (bs : largeur de la semelle supérieure de la poutre) .
bei = min(Le/8 ; bi) : où Le est la portée équivalente dans la section considérée et où bi
est la largeur géométrique réelle de la dalle associée à la poutre maîtresse
Le : est la distance approximative entre les ponts de moments fléchissant nul
bi : la largeur géométrique réelle de la dalle associée à la poutre principale ;
β1= β2 =1 : sauf pour les sections sur culées où βi =0.55 +0.025 x Le/bei ≤1.0 avec
bei égale à la largeur efficace à mi- travée de rive

Figure 8.2 Calcul de la largeur efficace de la dalle (Selon EN 1994-2) [16]

106
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

 Pour notre projet


Travée intérieure : Le = 0,70*L
Appui intérieur : Le = 0,25*(L1+L2)
Tableau 8-2 : Largeurs effectives de la dalle

Section b0[mm] Le [mm] bei[mm] b1 [mm] b2 [mm] beff[mm]

Appui 600 20000 2500 3100 2700 5600

mi travée 600 28000 3500 3100 2700 6400

 Vérifications à l'état limite ultime


(Vérification de la résistance à la flexion selon EN 1994-2) [16]
a) Vérification vis-à-vis du moment fléchissant :
Condition à vérifier : MEd < Mpl,Rd
MEd : Moment de dimensionnement
Mpl,Rd : Moment résistante plastique
On calcule d’abord :
σe
Fa= Aa × (Acier)
γa
0,85×fc28
Fb= hb × beff × (Béton)
γb

Où Aa est l'aire de la section de la poutre en acier et beff la largeur efficace de la dalle e


flexion positive.
Application numérique:
 Pour la dalle en béton
Fb= 40000×0,38×6,4×0,85/1,5
= 55 125 KN
 Pour les poutres en acier (S355) :
Semelle supérieure :
Fa1= 800×30×345× 10-3= 8280 KN
Âme :
Fa2= 2425×20×345× 10-3 = 16 733 KN
Semelle inferieure :
Fa3= 1100×45×335× 10-3 = 16 582 KN
D’où Fa= Fa1+ Fa2+ Fa3
= 42 091 KN

107
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

On remarque bien que :


Fb= 55 125KN > Fa = 42 091 KN Axe neutre plastique dans la dalle

 Axe neutre plastique situé dans la dalle de béton :

Figure 8.3 Distribution plastique des contraintes normales : cas de l'axe neutre plastique
dans la dalle (flexion positive) [16]
La cote z de l'axe neutre plastique (A.N.P.) est donnée par :
Fa
Z= 0,85×fc28 ≤ hb
beff ×
γb

42 091
= 0,85×40000 = 0,29 m
6,4×
1,5

D’où à partir de la fibre inferieure, l’ANP se trouve à :


Z = 2,90-0,29= 2,61 m
Le moment résistant plastique de calcul est :
M pl.Rd = Fa (0, 5 ha + hc+hp-0, 5 z)
Dans notre cas hp=0
M pl.Rd = Fa (0,5 ha + hc-0,5 z)

Le calcul a été fait en fonction de la variation de la section pour une travée de 40 ML


(On procède par symétrie), et les résultats sont portés sur le tableau ci-après :

108
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-3 : Récapitulatifs de calcul et vérification


6 7 8 9 10 11
Section
x 10.00 12.00 14.00 16.00 18.00 20.00
Dalle en béton Fb (kN) 55 125 55 125 55 125 55 125 55 125 55 125
Semelle Fa1 (kN) 8 280 8 280 8 280 8 280 8 280 8 280
supérieure
Âme Fa2(kN) 16 733 16 733 13 774 13 774 13 774 13 774
Semelle inférieur Fa3 (kN) 17 078 17 078 17 078 17 078 17 078 17 078
Axe neutre ANP (m) 0.29 0.29 0.27 0.27 0.27 0.27
plastique

Moment M Rd,pl 62 505 62 505 58 502 58 502 58 502 58 502


résistante (kN.m)
plastique

Moment de MEd(Kn.m) 17 940 24 178 29 052 32 551 34 495 35 057


dimensionnement
Vérification de la 0.29 0.39 0.5 0.56 0.59 0.6
sécurité MEd/MRd,pl
C.V C.V C.V C.V C.V C.V

b) Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant :


Condition à vérifier :TEd < TRd,pl
TEd : Effort tranchant de dimensionnement
TRd,pl : Effort tranchant résistant plastique
Av
TRd,pl =0,58 ×fy×
γM0

fy : représente la limite élastique de l'acier


Av : Aire de cisaillement
γM0 : représente le coefficient partiel de sécurité pour l'acier pris égal à : 1.1
Le calcul a été fait en fonction de la variation de la section pour une travée de 40 ML
(On procède par symétrie), et les résultats sont portés sur le tableau ci-après :
Tableau 8-4 : Récapitulatifs de calcul et vérification
1 2 3 4 5 6
Section
Distance(m) 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0
TEd (KN) 5 400 5 000 4 515 4 034 3 556 3 087
Av (mm2) 58 750 58 750 59 750 47 800 48 500 38 800
TRd,pl(KN) 10 687,15 10 687,15 10 869,07 8 695,25 8 822,59 7 058,07
Vérification
de la TEd< TRd,pl
sécurité

109
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

8.2 HYPOTHESES DE CALCUL D'UNE SECTION MIXTE


Les hypothèses de calcul d'une section mixte sont basées sur le comportement sous
l'action des efforts qui lui sont appliquées, pour cela nous supposerons que les deux hypothèses
suivantes sont vérifiées :
La liaison entre l'acier et le béton est supposée rigide, tout déplacement entre les deux
matériaux est rendue impossible par la présence des organes de liaisons appelées
« Connecteurs ».

Figure 8.4 section mixte


L'acier et le béton sont supposés être des matériaux élastiques, ils obéissent donc à la loi de
Hook, la variation relative de la longueur de deux fibres, l'une dans l'acier l'autre dans le béton
est :
𝛅𝐋 σa
Pour l’acier : ×a =
L Ea
𝛅𝐋 σb
Pour le béton : ×b =
L b

D’après la première hypothèse on a :

𝛅𝐋 𝛅𝐋 σa Ea
×a= × b => = Eb
L L σb
Ea
n= Eb

n : Coefficient d'équivalence qui varie en fonction de Ea et de Eb, ce dernier croît avec la


résistance du béton et décroît lorsque la durée du chargement augmente (effet de fluage).
On définit plusieurs valeurs de n correspondant à tous les types de sollicitation, et différents
modèles :

110
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-5 : Les valeurs du coefficient d’équivalence n

Modèles Sollicitation Champ n


d’application
Modèle 1
Poutres en acier Charge de longue durée PP ∞
Modèle 2 Charges permanentes
Poutres acier-béton à additionnelles SUP 16
long terme (Charge de longue durée)
Modèle 3 Surcharge et variations de
Poutres acier-béton à température différentielles Surcharge 6
court terme (Charge instantanée)
Modèle 4
Poutres acier-béton Effet différés Retrait 17

8.3 CALCUL DE LA SECTION MIXTE


1/Position du centre de gravité de la section mixte

Figure 8.5 section mixte


a) Centre de gravité de la section d’acier :
(∑si × yi)
yGa=
∑si

yGA= 101,00cm.
b) Caractéristiques géométriques de la section mixte :
𝐒𝐛
Section homogénéisée : S=Sa +
𝐧
Sa : section d’acier.
Sb : section du béton
n: coefficient d’équivalence acier -béton
IA: inertie propre de l’acier par rapport à Ga.
IB: inertie propre de l’acier par rapport à Gb.
n : coefficient d’équivalence

111
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Notation :
(Δ) :L'axe pris au niveau de la fibre inférieur extrême.
IΔ : Moment d'inertie / Δ.
SΔ : Moment statique /Δ.
V'= (S/Δ)/ Sb : Distance du CDG de la fibre inférieur.
V = Ht - V' : Distance du CDG de la fibre supérieure.
Io : Moment d'inertie /CDG
b×h3
Pour une section rectangulaire Io =
12
2
I∆ = I0+ B×Z
L’inertie de la section mixte rapportée à son centre de gravité G est :
𝐈𝐁 𝐒𝐚 ×𝐒𝐛
I = IA+ + × 𝐜𝟐
𝐧 𝐧×𝐒
Ou bien IG= I∆ - SΔ×V'
On a pris comme exemple de calcul des caracteristiques géometriques et statiques de
la section mixte en appuis (c'est-à-dire séction fissurée ,où il a été pris en considération
seulement la poutre métallique et la participation des aciers passifs de la dalle avec une double
nappe de 47 T20 ,qui donnent une surface d’armature de 295,30 Cm2) :

Figure 8.6 Section d’appui (section fissurée)

Tableau 8-6 : Caractéristiques géométriques de la poutre métallique :


Désignatio Dimensio Bi (cm2) Z(cm) Z2 m SΔ =B*Z Io (cm4) IΔ (cm4)
n n (cm3)
(Cm)
1 80 x 6.5 520 246,75 60 128 310 1830 .83 31 662 323,33
885.56
2 2.5 x 235 587.50 126 15876 74 025 2 703 723.96 120 300 873.96
3 110 x 8.5 935 4.25 18.06 3 973.75 5 629.48 2 2517.92
B 2042.50
SΔ 206 308.75
I∆ 4 375 715.21

112
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-7 : Caractéristiques statiques de la poutre métallique


Hauteur Bnet(cm2) Snet(cm3) I∆(cm4) V’=SΔ / A V=Ht-V’ IG= I∆ - SΔ x V'
totale (cm) (cm) (cm) (cm4)
250 2042.50 206 308.75 4375715.21 101.00 149.00 22 878 531.46

Tableau 8-8 : Caractéristiques géométriques de la section mixte (dalle +poutres métalliques):


Désignation Hauteur Aires (cm2) Z SΔ =B*Z IΔ (cm4)
totale (cm)
(cm)
Poutre 2042.50 206 308.75 4375715.21
290
Dalle (40cm) 295.30 270 79 731 21 527 370 ,00

Tableau 8-9 : Caractéristiques statiques de la section mixte (dalle +poutres métalliques) :


Hauteur Bnet(cm2) Snet(cm3) I∆ (cm4) V’=SΔ / V=Ht-V’ IG= I∆- SΔ x V'
totale A (cm) (cm4)
(cm) (cm)
290 2 337,80 286 039,75 65 243.085,21 122,40 127,60 30.231.819, 81

Dans le calcul, on a considéré la moitié de la section car elle est symétrique. Les efforts
déterminés par le logiciel SAP2000 Version14 et les efforts obtenus sont augmentés des
coefficients de sécurité pour les actions permanentes et les surcharges, c'est-à-dire : 1.35 et 1.45.
Pour la suite de calcul ,on a récapitulé dans les tableaux ci-dessous les caractéristiques
géométriques et élastiques pour les différentes sections de 2.00 m d’intervalle pour la portée
de poutre de 40.00 ML ,et on a procédé par symétrie ,et ce pour chaque modèle.
8.4 ETUDE DES EFFORTS APPLIQUES A LA SECTION MIXTE
8.4.1 Caractéristiques géométriques et élastiques pour les différentes sections de poutre

Tableau 8-10 : Définition géométriques des poutres metalliques


section 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
x 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0

Hauteur H 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5 2.5

Semelle bs 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8 0.8
supérieure tfs 0.065 0.065 0.065 0.045 0.045 0.045 0.03 0.03 0.03 0.03 0.03
d 2.35 2.35 2.35 2.39 2.39 2.39 2.425 2.425 2.425 2.425 2.425
âme tw 0.025 0.025 0.025 0.025 0.02 0.02 0.02 0.02 0.016 0.016 0.016

Semelle bi 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10 1.10
inferieure tfi 0.085 0.085 0.085 0.065 0.065 0.065 0.045 0.045 0.045 0.045 0.045

113
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-11 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres metallique

section 1 2 3 4 5
x 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0
Aire A
0.2338 0.2338 0.2338 0.1848 0.1515
(m2)
Centre de Zsup
1.276 1.276 1.276 1.248 1.17
gravité (m2)
Zinf
1.224 1.224 1.224 1.252 1.33
(m2)
Moment
0.3023 0.3023 0.3023 0.2452 0.1960
d’inertie I (m4)

Tableau 8-12 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes sur appuis
(dalle fissurée)

section x 6 7 8 9 10 11
10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0
Aire A 0.9876 0.5241 0.5241 0.5144 0.5144 0.5144
(m2)
Centre de Zsup 1.098 0.596 0.596 0.576 0.576 0.576
gravité (m2)
Zinf 1.802 2.34 2.34 2.324 2.324 2.324
(m2)
Moment I 0.9380 0.4039 0.4039 0.3880 0.3880 0.3880
d’inertie (m4)

Tableau 8-13 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes sur appuis
court durée n=6

6 7 8 9 10 11
section x
10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0

Aire A 0.3061 0.2728 0.2728 0.2631 0.2631 0.2631


(m2)

Centre de Zsup 1.074 0.961 0.961 0.936 0.936 0.936


gravité (m2)

Zinf (m2) 1.826 1.939 1.939 1.964 1.964 1.964

Moment I (m4) 0.4006 0.3246 0.3246 0.3153 0.3153 0.3153


d’inertie

114
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-14 : Caractéristiques Elastiques des sections des poutres mixtes en travée pour les
actions permanentes longue durée n=16

section x 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0
Aire A 0.2043 0.2043 0.2043 0.1673 0.1553 0.1553 0.122 0.122 0.1123 0.1123 0.1123
(m2)
Centre Zsup 1.49 1.49 1.49 1.503 1.523 1.523 1.502 1.502 1.525 1.525 1.525
de (m)
gravité Zinf 1.01 1.01 1.01 0.997 0.977 0.977 0.998 0.998 0.975 0.975 0.975
(m)
Moment I 0.2288 0.2288 0.2288 0.1781 0.1715 0.1715 0.1272 0.1272 0.1218 0.1218 0.1218
d’inertie (m4)

Tableau 8-15 : Caractéristiques élastiques des sections des poutres mixtes sur appuis pour les
actions de retrait (n=17)

section 1 2 3 4 5
x 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0
Aire A(m2) 0.3462 0.3462 0.3462 0.3092 0.2972
Zsup 1.197 1.197 1.197 1.121 1.10
Centre de gravité (m2)
Zinf (m2) 1.703 1.703 1.703 1.779 1.80
Moment d’inertie I (m4) 0.4699 0.4699 0.4699 0.4026 0.39348

8.4.2 Calcul des efforts intérieurs des poutres


Tableau 8-16 : Valeurs du moment de flexion relatives aux poutres métalliques (KN)

Section 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
X 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0
Distance
(m)

Poids
propre de M
la (SM) -1215.67 -860.61 -537.89 -247.50 10.57 209.77 376.63 511.17 613.38 656.73 667.74
structure
métallique

Poids de la M
dalle en (dalle) -7531.13 -5319.70 -3321.60 -1536.83 34.60 1286.02 2324.12 3148.89 3760.32 4051.75 4129.85
béton

115
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-17 : Valeurs de l'effort tranchant relatives aux poutres métalliques (KN)

Section 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

X
Distance (m) 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0
Poids propre
de la structure V(SM) 350.09 -135.81 -274.75 -239.88 -204.36 -169.81 -135.27 -100.40 -64.88 -30.33 4.22
métallique

Poids de la
dalle en béton V(dalle) 1050.26 -407.44 -824.25 -719.63 -613.08 -509.44 -405.80 -301.19 -194.63 -90.99 12.65

Tableau 8-18 : Valeurs du moment de flexion relatives aux poutres mixtes (KN-M)

Section X 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

Distance (m) 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0

superstructure Msup -10608.41 -7578.36 -4868.30 -2478.25 -408.20 1341.86 2771.91 3881.96 4672.02 5142.07 5292.12

max
Msup -6630.26 -4736.48 -3042.69 -1548.91 -255.13 838.66 1732.45 2426.23 2920.01 3213.80 3307.58

min
Retrait MRet -8123.22 -8178.58 -8080.47 -7982.37 -7884.26 -7786.16 -7688.05 -7589.95 -7491.84 -7393.74 -7295.63

Gradient MGT+ 2116.30 2095.74 2075.18 2054.62 2034.06 2013.51 1992.95 1972.39 1951.83 1931.27 1910.71

thermique MGT- -2539.55 -2514.88 -2490.22 -2465.55 -2440.88 -2416.21 -2391.54 -2366.87 -2342.20 -2317.53 -2292.86

LM71 MLM71,1 -11734.55 -8995.91 -6923.83 -5507.89 -4809.85 6632.45 7962.44 8986.97 9703.14 10140.56 10268.09

MLM71,2 -3231.09 -2580.36 -2046.20 -1701.21 -1600.18 2056.81 2473.66 2807.32 3052.81 3179.78 3215.50

SW2 MSW2,1 -15936.50 -11888.08 -8628.97 -6626.16 -5921.82 7466.91 9200.29 10514.45 11420.57 11965.66 12131.04

MSW2,2 -4303.44 -3329.25 -2491.20 -2031.68 -1931.03 2236.02 2774.54 3197.98 3506.57 3667.21 3716.39

Surcharge aux MSurt -994.54 -710.47 -456.40 -232.34 -38.27 125.80 259.87 363.93 438.00 482.07 496.14

trottoirs

Tableau 8-19 : Valeurs de l'effort tranchant relatives aux poutres mixtes (KN)

Section X 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
Distance (m) 0.0 2.0 4.0 6.0 8.0 10.0 12.0 14.0 16.0 18.0 20.0
superstructure Tsup 1595.04 1435.04 1275.04 1115.04 955.04 795.04 635.04 475.04 315.04 155.04 0.00
max
TLM71,1 1881.46 1790.30 1628.37 1483.37 1356.26 1224.69 1101.77 986.59 888.78 786.52 693.20
LM71
TLM71,2 403.93 405.48 392.47 366.83 326.74 298.92 270.10 241.58 204.89 181.18 158.18

Surcharge aux trottoirs TSurt 149.54 134.54 119.54 104.54 89.54 74.54 59.54 44.54 29.54 14.54 0.00

Les combinaisons :

ELU : 1.35xPP+1.35xSup+1.45xLM71+1.20xStrot+1.5x0.6x0.75xTemp

ELS: PP+Sup+LM71.1+LM71.2+0.80 x Strot + 0.60 xTemp

116
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

Tableau 8-20 : Valeurs des moments fléchissant et efforts tranchants à l’ELU et l’ELS de la
section mixte

Section 6 7 8 9 10 11

Distances (m) 10.00 12.00 14.00 16.00 18.00 20.00

Sollicitations

ELU 17 940 24 178 29 052 32 551 34 495 35 057


Moment fléchissant
(Kn.m)
ELS
13 670 18 550 22 338 25 041 26 540 26 980

Efforts tranchant ELU 4 293 3 659 3 037 2 428 1 831 1 256

(Kn)
ELS 3 087 2 625 2 171 1 726 1 289 868

8.4.3 Vérification des contraintes dûes aux efforts appliqués à la section mixte
La distribution des contraintes dans une section mixte soumise à un moment fléchissant
positif (M) est la suivante :
Les contraintes sont données par les relations suivantes en tenant compte de l'homogénéité de
la section,
𝐌×𝐕𝐒
Acier : Fibre supérieur : σs =
𝐈
𝐌×𝐕𝐢
Fibre inférieur : σi =
𝐈
𝐌×𝐕𝐢
Béton : σb =
𝐧×𝐈

La vérification de la section mixte sera menée selon le modèle ci-après :

Figure 8.7 Comportement d’une section mixte connectée

117
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

a) Les contraintes admissibles :


*Acier :
Sur appui:
Semelle supérieure : e= 65 mm donc σe= 325MPA
Semelle inferieur : e= 85 mm donc σe= 315MPA
Sur travée :
Semelle supérieure : e= 30 mm donc σe= 345 MPA
Semelle inferieur : e= 45 mm donc σe= 335MPA
* Béton :
σb= 20 MPA
Tableau 8-21 : Tableau : Vérification des contraintes aux différentes sections d’appuis
section Contraintes Phase 1 Phase2 Phase3 Phase 4 Total Etat de
(MPA) contraintes

0.00 ϭinf -52.13 -57.98 -101.22 -44.40 -255.73


Ϭsup -76.90 -60.45 -105.49 -46.28 -289.12
2.00 ϭinf -36.83 -41.42 -76.35 -44.70 -199.30
Ϭsup -54.34 -43.18 -79.58 -46.60 -223.70 Vérifiées
4.00 ϭinf -6.55 -26.61 -56.15 -44.17 -133.48
Ϭsup -9.66 -27.74 -58.52 -46.04 -141.96
6.00 ϭinf -13.48 -17.08 -54.85 -54.98 -140.39
Ϭsup -20.33 -17.03 -54.56 -54.70 -146.62
8.00 ϭinf -0.35 -3.74 -64.44 -71.50 -140 .03
Ϭsup -0.54 -3.29 -56.72 -62.94 -123.49

Tableau 8-22 : Tableau : Vérification des contraintes aux différentes sections de travée
section Contraintes Phase 1 Phase2 Phase3 Phase 4 Total
(MPA)
ϭinf 11.47 8.27 35.07 0 54.81
10.00 Ϭsup 17.87 3.05 13.59 0 34.51
Ϭbét 0 0.30 3.56 0 3.86
ϭinf 29.19 22.41 126.83 0 178.43
12.00 Ϭsup 45.69 6.46 8.69 0 60.84
Ϭbét 0 0.69 5.07 0 5.76
ϭinf 39.56 31.38 143.34 0 214.28
14.00 Ϭsup 61.92 9.05 9.82 0 80.79
Ϭbét 0 0.97 5.73 0 6.7
ϭinf 47.27 39.32 160.40 0 246.99
16.00 Ϭsup 73.99 10.78 12.30 0 97.07
Ϭbét 0 1.17 6.64 0 7.81
ϭinf 51.86 44.54 169.55 0 265.95
20.00 Ϭsup 81.16 12.21 13.00 0 106.37
Ϭbét 0 1.30 7.01 0 8.31

118
CHAPITRE 8 : ETUDE DU TABLIER

8.4.4 Vérification des contraintes de cisaillement :


Justification à l’effort tranchant : τmax ≤ τ
Effort tranchant maximal positif : T = 5 400 KN (ELS)
T
τmax== b×e

τ =0.6 σe

Épaisseur de l’âme e= 25 mm donc σe=345MPa


b= 2350 mm

τ =0.6 34,50 = 20,70 Kg/mm2


5400
τmax= 2350×25
= 0, 09191 KN/mm2
2
= 9,191 Kg/mm

On a bien τmax ≤ τ
2 2
9,191 Kg/mm < 20, 70 Kg/mm
D’où le cisaillement maximal au niveau de la section la plus sollicitée est vérifié.

119
CHAPITRE 9 :
VERIFICATION DES ENTRETOISES

9-1: Introduction

9-2 : Vérifications des sections

9-2-1 : Entretoises type HEA 600

9-2-2 : Entretoises type PRS 2000

120
CHAPITRE 9 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

9.1 INTRODUCTION
Les entretoises sont des éléments verticaux, normaux à l’axe du pont qui solidarisent les
poutres principales entre elles, leur rôle principale est d’assurer l’indéformabilité de la section
transversale de l’ouvrage. D’autre part, elles transmettent certains efforts dues au vent et elles
permettent de fixer les semelles supérieures et inférieures aux poutres principales.
Elles servent aussi de contreventement transversal de l’ouvrage en s’opposant au
déversement des poutres. Leurs déformations sont négligeables puisqu’elles sont supposées
infiniment rigides.
Pour notre calcul, nous aurons à considérer deux types d’entretoises :

 Entretoises en appuis
 Entretoises en travées
a) Entretoises sur appui : sont généralement choisies à âme pleine, pour notre cas on a
choisi un P.R.S de hauteur totale de 2 m, au nombre de(07) PRS 2000 :
b) Entretoises sur travée : On choisit des HEA600 au nombre de 22 entretoises

Figure 9.1: Section des entretoises PRS sur appui

Figure 9.2 Dimensions de l’entretoise HEA600 sur travée

121
CHAPITRE 9 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

Les valeurs des efforts tranchants et les moments fléchissant, après, combinaisons des
charges sur les entretoises, sont donnés par le logiciel de calcul SAP2000. :
Les résultats de l’effort et du moment transversal max sont les suivants :
Tableau 9-1 : Les efforts tranchants et moments fléchissant des entretoises
ELU ELS

MMax (KN-M) V(KN) MMax (KN-M) V(KN)

Entretoise HEA600 246,285 60,825 187,64 42,95


en travée
PRS 2000 en appui 979.792 168.55 745.59 127.345

9.2 VERIFICATIONS DES SECTIONS


9.2.1 Entretoise type HEA600 :

a) Vérification vis-à-vis du moment fléchissant


Condition à vérifier : Msd < Mpl,Rd

 Msd : Moment de calcul =MMax


 Mpl,Rd : Moment de résistance plastique de la section brute

 Msd = 246,285KN.m

Avec :

 γM0 : Coefficient partiel de sécurité (pour l’acier), pris égal à 1.1 (selon CCM97) [17]
 Wpl,y: Module de flexion plastique
 Wpl,y = 5350 ×103mm3 (Abaque HEA600)
5350×103 × 355×10−3
Mpl,Rd = 1,1

= 1726,5911KN.m
Msd= 246,285KN.m < Mpl,Rd = 1726,5911 KN.m Condition vérifiée

b) Vérification vis-à-vis de l’effort tranchant :

Condition à vérifier : Vsd < Vpl,Rd

Vsd = 60,825 KN

122
CHAPITRE 9 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

0,58 ×fy × AV
Vpl,Rd=
γM0

Avec :

Av : Aire de cisaillement.

Av = 150 Cm2 (Abaque HEA600)

0,58 ×355×150×102
Vpl,Rd=
1,1

= 2807,727 KN

Vsd = 60,825 KN < Vpl,Rd= 2807,727 KN Condition vérifiée

c) Vérification au cisaillement :

Condition à vérifier :

Avec :

2 2
Ʈadm= 0,6 × σe = 0.6× ×355 = 142 N/mm²
3 3

0,825 ×103
Ʈ= = 8,664N/mm2
540×13

Ʈ = 8,664 N/mm² < 142 N/ mm2 Condition vérifiée

9.2.2 Entretoise type PRS 2000


La vérification se fera vis-à-vis de l’effort des vérins, lors du soulèvement du tablier
pour changer les appareils d’appuis, les entretoises vont supporter le poids propre du tablier
sans surcharges d’exploitation.
Les vérins seront disposés de façon à avoir les mêmes réactions à leur niveau, suivant
le schéma suivant :

123
CHAPITRE 9 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

R1 et R2 sont respectivement les réactions ramenées par la poutre 1 et 2 dues au poids du


tablier : R1=R2= 5784,09 KN

 Calcul des réactions des vérins : RA et RB

RA=RB=5784,09 KN

 Sollicitations max :

Mmax= 5784, 09× 0.5 = 2892, 04 KN.M Tmax= 5784, 09 KN

 Choix du profilé
Tableau 9-2 : Les caractéristiques géométriques et élastiques du PRS 2000 :

Ht (cm) Bnet (cm2) Snet (cm3) I (cm4) V'(cm) V (cm)

200.00 1 696.25 144 347.19 24 727 957.60 85.10 114.90

124
CHAPITRE 9 : VERIFICATION DES ENTRETOISES

Figure 9.3 Dimensions du PRS 2000

 Vérification de la contrainte :
I 24 727 957,60
Winf= = = 215 212,86cm3
V 114,90

M 2892,04 ×105
𝝈𝒇 = = = 1343,80N/cm2 = 13,43 MPA < 𝜎 = 345 MPA
W 215 212,86

I 24 727 957,60
WSup= V′ = = 290 575,29 cm3
85,10

2892,04 ×105
𝝈𝑺𝒖𝒑 = = 995.28 N/ cm2 = 9.95MPA <σ =345 MPA
290 575,29

 Vérification au cisaillement :
𝐓
τ= ≤τ
𝐒𝐚𝐦𝐞

Épaisseur de l’âme e=25mm donc σe=345 MPA


2 5784,09 ×103
τ=0.6×3×σe= 138 MPA τ= = 12 405, 55 N/cm2 = 124, 55 MPA
2.5×186,5

τ < τ donc le cisaillement au niveau de l’entretoise est vérifié.


σf: Au niveau de la fibre neutre
(σf2+3 τ2)1/2= (0+3×124,552)1/2= 215,73 MPA < 2/3σe = 230 MPA Condition vérifiée

125
CHAPITRE 10 :
CALCUL DE LA DALLE

10-1: Calcul des sollicitations de la dalle.

10-2 : Combinaisons d'actions.

10-2-1 : Les résultats numériques.

10-3: Ferraillage de la dalle.

126
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

10.1 CALCUL DES SOLLICITATIONS DE LA DALLE


La dalle en béton armé, sert de couverture pour le pont. Elle est destinée à recevoir
diverses charges (charges permanentes, et les charges permanentes supplémentaires), et les
surcharges ferroviaires, puis à transmettre ces dernières aux poutres, en assurant la répartition
transversale des efforts.
Pour notre projet, la dalle de couverture a une largeur totale de 12,80mdont deux
encorbellements de 3.40m.
Pour chaque cas de charge, les sollicitations ont été déterminées pour deux sections
caractéristiques de la dalle, au droit de la poutre métallique et à mi- portée transversale de la
dalle.
Le calcul de la dalle se fera selon le modèle suivant :
NB : Il n'importe pas de calculer le moment fléchissant dans le sens longitudinal car la
présence de poutres fait que la dalle porte dans un seul sens.
Ly 6
On a = = 0.15m < 0.4m
Lx 40

Figure 10.1 Modèle poutre sur deux appuis (h=0.40 m et b= 1.00m)

a) Calcul de la dalle sous l’effet des charges permanentes, et charges permanentes


supplémentaires :
 Les charges permanentes :
Poids propre de la dalle : PPdalle=0.375 x 1 x 25= 9.37 KN/ ml.
 Les charges permanentes supplémentaires (maximales) :
160 ×1,00
SUPMax= = 12,50 KN/ ml
12,80

b) Calcul la dalle sous l’effet des surcharges ferroviaires :


Selon le livret 2.01- chapitre 01 (Bases de dimensionnement)[10], pose de voie ballastée,
on tient compte de la répartition due au ballast et aux rails, en considérant les répartitions
suivantes :

127
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

 La force d’essieu ponctuelle de 250KN, se répartit sur une bande longitudinale


continue de largeur a1=2.25+e/2 où e est défini sur le schéma ci-dessous (e en m).
 La charge sur la bande est uniforme, et égale à :
𝟐𝟓𝟎
P= 𝟏,𝟔𝟎×𝐚𝟏 en KN/M2

Figure 10.2 Répartition de la force d’essieu ponctuelle 250 KN


sur une bande longitudinale
 La force d’essieu ponctuelle de 250KN, se répartit sur deux bandes longitudinales
continue de largeur a2=0.30+e/2 où e est défini sur le schéma ci-dessous (e en m).
 La charge sur la bande est uniforme, et égale à :
𝟐𝟓𝟎
P= 𝟏,𝟔𝟎×𝟐𝐚𝟐 en Kn/m2

Figure 10.3 Répartition de la force d’essieu ponctuelle 250 KN sur deux


bandes longitudinales

 Modèle de charge LM 71 :

Avec :
LQ = 6,00 m ∅3 = 1,69

128
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

Diffusion des surcharges :

Figure 10.4 Diffusion des surcharges


 La largeur d’influence : b = 1,00m
 La surface d’influence : A = 1,00 x 1,60 = 1,60 m2
𝐼 1,60 ×12
 Le module de résistance : W = = = 0, 266 m3
𝑉 6

 Chargement de la voie de service gauche :

Figure 10.5 Les efforts sur rails


QV= 250 KN
On a : N1 + N2 = 250KN
Après calcul on aura :
5 𝑄𝑉 5×250
N1= = = 139 KN
9 9
4 𝑄𝑉 4×250
N2 = = = 111KN
9 9
La charge sur la dalle sera :
𝑁1 ×∅3 139 ×1,69
Q’1V= = = 146,81 KN/m2
𝐴 1,60

129
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

𝑁2 ×∅3 111 ×1,69


Q’2V= = = 117,24 KN/m2
𝐴 1,60
 Surcharges sur les trottoirs :
Trottoir = 5.0 KN/ml dans chaque trottoir.

10.2 COMBINAISONS D’ACTION


* ELU : 1.35 (SPP+SSUP) + 1.45 SLM71 + 1.20 SUR, T
* ELS : SPP+SSUP +SLM71 + SUR, T
Le calcul des sollicitations (M, T) dans la dalle est effectué par le logiciel SAP2000.
10.0.1 Les résultats numériques
La dalle a été modélisée en élément « Frame », en considérant deux modèles de chargement
possible afin de déterminer les cas les plus défavorables en appui et en travée.
a) 1er cas de chargement :
Deux voies chargées par le convoi LM71, et les deux trottoirs chargés selon le schéma
suivant :

Figure 10.6 1er cas de chargement de la dalle


b) 2 eme cas de chargement :
Un trottoir chargé et une voie chargée par le convoi LM71 selon le schéma suivant :

Figure 10.7 2eme cas de chargement de la dalle


Les valeurs maximales des moments et les efforts tranchants obtenus après analyse de
notre model sous les combinaisons propres au tablier sont résumés dans le tableau ci-après :

130
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

Tableau 10-1 : Récapitulatif des moments fléchissant dans la dalle (KN.m)


ELU ELS

Travée Appui Travée Appui


Moment (KN.m)
355,48 202 243,59 152

Tableau 10-2: Récapitulatif des efforts tranchants dans la dalle (KN)

ELU ELS

Effort tranchant (KN) 429,18 300,53

10.3 FERRAILLAGE DE LA DALLE :


On va étudier une section rectangulaire en flexion simple, on aura le moment longitudinal
le plus défavorable sous combinaisons, en prenant une bande de 1m :
- Fissuration préjudiciable
- fc28= 40 MPA
On a une dalle de (40) cm d’épaisseur, on détermine le ferraillage par un mètre linéaire,
pour cela, on prend la largeur b=1m.
a)En travée :
MELU= 355, 48KN.m
0,85×fcj 0,85×40
fbu= =
γ×ө 1×1,5

fbu= 22.67 MPA


d= 0,9h= 0, 9×0, 40 =0,36m
Mu 355,48
µu = =
b×d2 ×fbu 1× 0,362 ×22670

µu : le moment ultime réduit.


µu = 0,121<µR = 0,186 (pivot A) → Section à simple armature

α = 1,25 (1 –√(1 − 2𝜇𝑢 ) = 0.161


z = d (1-0,4 α) = 33,68 Cm
AS= M/ z x σs avec : σs= fe / γs= 434.78MPa

131
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

355,48 ×102
AS= = 24,27 Cm2
33,68 ×43,478

On adopte alors un ferraillage 7 HA 25= 34,36 cm2


Tableau 10-3 : Récapitulatif des résultats de calcul de ferraillage à l’ELU en travée et appui

Travée Appui

Mu (KN-m) 355,48 202


µu 0,121 0,069
α 0.161 0,089
Z (Cm) 33,68 34,72
AS(Cm2) 24,27 13,38
Ferraillage adopté 7 HA25 (34,26 Cm2) 7HA20 (21,99Cm2)

a) Vérifications à l’ELS :
MS=243,59 KN.m
 Détermination de la position de l’axe neutre :
x2
b× + n × ASC × (X − d′ ) − n × ASt × (d − x) = 0
2

Avec :
ASC=0
𝐸𝑆
n : coefficient d’équivalence = , pris égal à 15
𝐸𝑉𝑗

50 x2 − 15×34,36 (36 − x) = 50 x2 + 515,40 x −18 554,40=0


√Δ= 1994,1568
x = 14,79 cm
 Détermination des contraintes :

MS=243,59KN.m
MS ×x x3
σbc= Avec : I= b + nAst (d − x)2
I 3

Donc :
I = 339 708, 68 cm4
4
σbc= 243,59 ×10 × 14,79
339 708,68
= 106,05 Kg/cm2

σbc= 10,60 MPA


σbc = 0.6 x 𝑓𝐶28= 24MPA

132
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

On a σbc= 10,60 MPA<σbc = 24MPA Condition vérifiée

𝑀𝑆 (𝑑−𝑥) 243,59×( 36−14,79)×104


σSt= 𝑛 = 15 × = 2 281,31 Kg/ cm2
𝐼 339 708,68

σSt= 228,13 MPA >σSt = 241,00 MPA Condition vérifiée


Les choix de ferraillage de l’hourdis, après vérifications des contraintes sont résumés dans le
tableau ci-dessous :
Tableau 10 - 4 : Vérification des contraintes
Transversal
Moments (KN.m) Travée Appui

ELS 243,59 152

σbc (MPA) 10,60 7.17 σbc= 24 MPA

σSt (MPA) 228,13 217 σSt=241 MPA

ASt (Cm2) 34,26 22

Choix des armatures 7 HA 25 7 HA 20

Espacement (Cm) 15 15 C.V

Figure 10.8 : Coupe de ferraillage de la dalle


 Vérification de la condition de non fragilité :
𝑓𝑡28
Amin ≥ 0.23 × b × d ×
𝑓𝑒
3
D’où Amin≥0.23 × 1 × 0.36 × =4,97 x10-4m2
500
= 4,97 Cm2 Condition vérifiée

 Vérification de l’effort tranchant : 𝜏𝑢 < 𝜏𝑎𝑑

133
CHAPITRE 10 : CALCUL DE LA DALLE

Tu = 429,18 KN
𝑇𝑢 429,18 ×103
𝜏𝑢 = = =1.19 MPA
𝑏0 X d 10−3 × 360

τ 0.15×fC28
ad=min( 1.5
, 4MPA)=4MPA

On a bien 𝜏𝑢 = 1.19 < 𝜏𝑎𝑑 = 4MPA Condition vérifiée

134
CHAPITRE 11 :
CALCUL DES CONNECTEURS

11-1: Définitions .

11-2 : Choix du connecteur .

11-3: Principe de calcul.

11-3-1: Dimensionnement d'un goujon.

135
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

11.1 DEFINITION
La liaison entre l’acier et le béton est supposée rigide, tout déplacement entre les deux
matériaux est rendu impossible par la présence des organes de liaisons appelés «
Connecteurs».

Figure 11.1 Liaison entre l’acier et le béton

Les connecteurs sont des éléments qui assurent la liaison entre l’acier et le béton et
empêchent le glissement relatif des deux matériaux à leur surface de contact, ainsi que la
séparation de la dalle et de la poutre métallique, les connecteurs prouvent être classé en
plusieurs catégories :
 Goujons à tête.
 Equerres en acier façonné à froid.
 Butées

a) Goujons a tète b) Equerres c) Butées.


Figure 11.2 Exemples de connecteurs utilisés dans les sections mixtes acier –béton

11.2 CHOIX DU CONNECTEUR


Dans notre projet on a opté pour des goujons à tête, car ce type de connecteur est le plus
couramment utilisé à cause de la facilité et la rapidité de pose ; de plus ces connecteurs ont

136
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

l’avantage de présenter la même résistance dans toutes les directions, ce qui permet une bonne
redistribution de l’effort rasant (effort tranchant).
Les goujons sont des connecteurs souples constitués d’une tige cylindrique de faible
diamètre, soudée sur la membrure supérieure de la poutre avec un pistolet électrique (soudage
par résistance). La tête du goujon permet d’empêcher l’arrachement et le soulèvement de la
dalle de béton. La résistance d’un goujon est inférieure à celle des autres types de
connecteurs. Il en faut donc un plus grand nombre, mais ils ont une grande facilité de mise en
œuvre.

Figure 11.3 Connecteurs de type goujons

j
Figure 11.4 Goujon à tête
11.3 PRINCIPE DE CALCUL
Le but est de définir le nombre nécessaire de ces connecteurs. La connexion acier-béton
à la poutre mixte est garantie par des goujons à tête soudés.
La résistance de la liaison est vérifiée en conformité avec la norme NF EN 1994-2 [16]
en considérant la résistance des poutres en domaine élastique. Pour notre ouvrage le choix
s’est porté sur les goujons, déterminés selon EN 1994-1-1[18]
Acier : S235 J2 + C450 Fy > 350 MPA ; Fu > 450 MPA.

137
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

Le type de goujon utilisé est le :TRW Nelson KB 7/8"-200 (les dimensions du goujon
sont données par le tableau relatif aux aciers des connecteurs en annexe).

Figure 11.5 Dimensions du goujon TRW Nelson KB 7/8"-200


11.3.1 Dimensionnement d’un goujon
 16 ≤ d ≤25 soit d =22mm
 h ≥ 4×d h ≥ 88 mm soit h = 200mm
 Largeur de la tête du goujon : L ≥ 1,5× d soit L=35mm
 Epaisseur de la tête du goujon : e ≥ 0,5×d soit e=10mm
a) Résistance du goujon
 Résistances au cisaillement longitudinal :
L’effort rasant par unité de longueur qui sollicite la liaison est proportionnel à l’effort
tranchant à la poutre mixte :
𝑽𝒄,𝑬𝒅 × 𝑨𝒁
VL,Ed= 𝑰

𝑉𝑐,E𝑑 : Effort tranchant dû aux actions appliquées au tablier après coulage de la dalle,
déterminé à t0 (sans les effets rhéologiques) qui représente la situation la plus défavorable.
𝐴z : Moment statique de la dalle par rapport à l’axe neutre de la section mixte ;
I : Moment d’inertie de la section mixte calculé avec le coefficient d’équivalence élastique
approprié pour chaque type d’action.
Suivant la NF EN 1994-2[16], l’effort rasant est toujours calculé avec les caractéristiques des
sections non fissurés, même aux sections d’appui.

138
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

Figure 11.6 Disposition de connecteur de type goujons


Les valeurs des différentes valeurs de résistance au cisaillement longitudinal sont
portées sur le tableau ci-après :
Tableau 11-1 : Valeurs des résistances au cisaillement longitudinal (kN/m)
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
0,00 m 2,00m 4,00m 6,00m 8,00m 10,00m 12,00m 14,00m 16,00m 18,00m 20,00m
VL,Ed à to
2259,00 1952,00 1756,00 1575,00 1474,00 1489,00 1274,00 1056,00 852,00 652,00 461,00
(KN)
Espacement
0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,20 0,40 0,40
longitudinal
entre
goujons (m)
Nombre de 5,00 5,00 5,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00 3,00
5,00
goujons
VL, Rd (KN) 2737,00 2737,00 2737,00 2737,00 1642,00 1642,00 1642,00 1642,00 1642,00 821,00 821,00

 Résistance de calcul des goujons à tête :


La résistance des goujons dépend de l’écrasement du béton (la résistance de calcul du
goujon par écrasement du béton contre le goujon), et de la rupture de la tige ( la résistance de
calcul du goujon par cisaillement de l’acier ) , ainsi la valeur minimale obtenue aux deux
équations suivantes doit être considéré comme la valeur de la résistante d’un goujon :
 Résistance d’un goujon :
d2
0,8 ×fu ×(π× )
R1 = 4
γV

0,29×α×d2 √fCK ×Ecm


R2= γV

Avec :
fck : Valeur caractéristique de la résistance à la compression du béton sur cylindre à 28 jours
pour notre cas fck= 40 MPA.

139
CHAPITRE 11 : CALCUL DES CONNECTEURS

d : diamètre de la tige d'un goujon.


PRd : Valeur de calcul de la résistance au cisaillement d'un connecteur.
As : Aire de section de l'armature.
Ecm : Module d'élasticité du béton pour notre cas d’après la norme 1992-1-1[19] tableaux 3.1
Ecm=35000 MPA
fu : Résistance ultime à la traction.
α: Facteur, paramètre avec α=1 car h/d > 4.
γV : Coefficient partiel pour la résistance de calcul au cisaillement d'un goujon à tête avec
γV = 1,25.
La résistance à la rupture d’un connecteur est donc PRd = min (R1 ; R2)

Soit R1=PRd (1)


3,14×222
0,80×450× 4
= 1,25

Donc
R1 = 109,42 KN
R2=PRd (2)
0,29×1×222 √40×35000
= 1,25

Donc R2 =132,86 KN

D’où PRd = min (109,42 KN ; 132,86KN)

Donc PRd =109,42 KN.


Espacement des connecteurs longitudinalement e > 5×d=110mm

140
PARTIE III :
ETUDE DEL’INFRASTRUCTURE
CHAPITRE 12 :
ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12-1: Choix du type de pile.


12-1-1: Introduction.
12-1-2: Structure des piles.
12-1-3: Critéres de conception.
12-1-4: Modèle de pile adopté.
12-2: Prédimensionnement des piles.
14-2-1: Déscription.
12-3: Déscentes des charges.
12-3-1: Efforts dûs à la pile.
12-3-2: Efforts dûs au tablier.
12-3-3: Combinaisons des efforts.
12-4: Etude des fondations.
12-4-1: Géotechnique.
12-4-2: Etude des pieux.
12-4-3: Etude de la semelle
12-5 : Etude du chevêtre.

141
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.1 CHOIX DU TYPE DE PILE


12.1.1 Introduction :
La pile est un appui intermédiaire supportant le tablier de l’ouvrage. Il s’agit d’un
appui massif et permanent, elle est défini essentiellement par ses caractéristiques
géométriques et mécaniques. Ses caractéristiques géométriques doivent répondre aux
exigences du franchissement.
On peut classer les piles en deux familles :
a) Les piles constituées des éléments larges (voiles) : Elles sont généralement
préférables pour les ouvrages courants aux appuis à base de colonnes ou de poteaux et
elles sont plus favorables mécaniquement.
b) Les piles constituées des éléments minces (poteaux ou colonne) : Elles peuvent être
libres en tête si elles sont placées au droit des descentes de charges par l’intermédiaire
des appareils d’appuis, ou liées par un chevêtre dans le cas contraire.
12.1.2 Structure des piles
Le dimensionnement d’une pile fait appel à trois critères :
 La résistance mécanique
 La robustesse
 L’esthétique
D’une manière générale, une pile comporte deux parties bien distinctes :
*Une superstructure ou fût, sur laquelle repose le tablier par l’intermédiaire d’appareils
d’appui. Elle est constituée soit par un ou plusieurs voiles, soit par une série de colonnes ou
poteaux généralement surmontés d’un chevêtre.
*Une fondation, constituée soit par une simple semelle reposant directement sur le sol ou
sur un massif de béton non armé (puits), soit par un ensemble de pieux réunis en tête par une
semelle de liaison.

Figure 12.1 Schéma de la pile

142
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.1.4 Critères de conception


a) Critère mécanique :
Le modèle de pile à choisir doit présenter une rigidité suffisante dans les deux sens, ou
encore la nécessité de pouvoir résister sans dommages appréciables aux différents types
d’actions accidentelles.
Les dimensions des fûts dépendent de la hauteur totale de la pile et les efforts à
transmettre par le tablier.
b) Critère économique :
Le choix d’un modèle économique est le souci de l’ingénieur dans la conception et l’étude
des ouvrages d’art.
c) Critère esthétique :
Ce critère est lié à l’emplacement de l’ouvrage (rural ou urbain), ainsi que les instructions
de maitre de l’ouvrage.

12.1.5 Modèle de pile adopté :


Pour notre cas on a opté pour des piles prismatiques, creuses à voiles, ce choix est
motivé d’une part par le fait que les piles creuses présentent l’avantage de réduire les masses
ce qui est très favorable du point sismique , cependant ce choix favorise un meilleur
rendement géométrique de la section ,il lui confère une grande inertie ,qui augmente sa
capacité de résistance aux différentes sollicitations et favorise une optimisation
dimensionnelle nettement notable pour la conception des systèmes de fondation. Par ailleurs
la conception volumétrique de ce type de piles, donne un aspect architectural assez
remarquable.

12.2 PRE DIMENSIONNEMENT :


12.2.1 Description :
Les piles présentent une section en caisson de dimensions variables en hauteur, avec
6.0 x 2.8 m2 au sommet, croissante du haut vers la base, avec un fruit de 1/40 dans les faces
transversales et 1/20 dans les faces longitudinales et les âmes auront une épaisseur variable,
avec 0.5 m dans le tronçon supérieur, 0.8 m à mi-hauteur et 1.1 m en bas
La typologie structurale des piles est telle qu’en tête de pile, la section est pleine, et sur
toute la hauteur restante de la pile, la section est évidée comme l’indique la figure suivante :

143
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Figure 12.2 La pile type (élévation latérale et frontale)

Les piles présentent une section en caisson de dimensions variables en hauteur, avec
6.0 x 2,8 m2 au sommet, croissante du haut vers la base, avec une variation de H/40 dans les
faces transversales et H/20 dans les faces longitudinales et les âmes auront une épaisseur
variable, avec 0,5 m dans le tronçon supérieur, 0,8 m à mi-hauteur et 1,1 m en bas. Les fûts
des piles seront construits en béton C30/37 et acier S500NR et possèdent une section variable
entre 6,00 m de profondeur et de 2,80 m de largueur au sommet et 7,50 m de profondeur et de
5,81 m de largueur à la base.

144
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Figure 12.3 : Les différentes coupes transversales de la pile


a) Dimensions
 Chevêtre : C’est l’élément sur lequel repose les poutres et assure la transmission
des charges aux fûts par le biais des appareils d’appuis (Un appareil d’appui pour
chaque poutre) :
- Longueur : L = 10,00 m ;
- Largeur : e = 2.80 m ;
- Hauteur : H = 2,4 0 m.
 Semelles : Son rôle est de transmettre les efforts au sol.
* Sous les piles P1, P2, P3, les dimensions de la semelle sont les suivantes :
- Epaisseur : 4,00 m ;
- Largeur : 13,00 m ;
- Longueur : 14,00 m ;
- Béton de propreté : 0,15 m.
* Sous les piles P4, P5, les dimensions de la semelle sont les suivantes :
- Epaisseur : 3,00 m ;
- Largeur : 13,00 m ;
- Longueur : 14,00 m ;
- Béton de propreté : 0,15 m.
Selon les résultats des reconnaissances géologiques et géotechniques, et sur la base des
actions (statiques et sismiques), le système des fondations choisi est les fondations profondes
avec 9 pieux de 1.5 m de diamètre pour les piles P1, P2, P3, et d’un diamètre : Φ = 1,20 m pour
les piles P4 et P5. Les caractéristiques géométriques des piles sont reportées sur le tableau ci-
après.
Les hauteurs H des piles sont définies par :

145
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

HFût = côte projet – côte fondation– h (happareil + hdé-appui + htablier.).


Tableau 12-1 : Dimensions des piles

Hauteurs des Hauteurs des Sections Dimensions Dimensions des


piles (m) fûts (m) des semelles chevêtres
Sommet Base
(m) (m)

P1 25,30 22,90 6 x 2,80 7,14 x 5,09 13 x 14 x 4 10,00 x 2,80 x 2,40


P2 32,50 30,00 6 x 2,80 7,50 x 5,81 13 x 14 x 4 10,00 x 2,80 x 2,40
P3 26 23,60 6 x 2,80 7,18 x 5,16 13 x 14 x 4 10,00 x 2,80 x 2,40
P4 19,50 17,10 6 x 2,80 6,85 x 4,51 13 x 14 x 3 10,00 x 2,80 x 2,40
P5 14,50 11,78 6 x 2,80 6,58 x3,97 13 x 14 x 3 10,00 x 2,80 x 2,40

12.3 Descente des charges


Pour la suite de calcul notre étude portera sur la pile qui présente une hauteur max à
savoir la pile P2 caractérisée par les dimensions portées sur la figure ci-après :

Figure 12.4 : La pile P2

146
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.3.1 Efforts dûs à la pile


Selon le RPOA [14], l’action sismique applique à l’ouvrage ainsi qu'aux terres qui lui
sont solidaires une accélération horizontale maximale caractérisée par le coefficient sismique
kH et une accélération verticale concomitante caractérisée par le coefficient sismique kv.
Les coefficients sismiques sont donnés par les expressions suivantes (aux ouvrages
non déplaçables) :
KH= A KV= ± 0,3 KH
Le coefficient A est le coefficient d’accélération de zone, dans notre cas : A= 0.25
On a fait les calculs aux trois cas favorables du séisme correspondant aux coefficients
sismiques KHetKV àsavoir :
1èr cas : cas normale sans séisme : KH = KV = 0
2ème cas : cas de séisme « horizontal + verticale vers le bas » :
KH= 0,25
KV = 0,075
4ème cas : cas de séisme « horizontal + verticale » :
KH= 0,25
KV = -0,075
Les résultats des efforts sont résumés dans le tableau ci-après :
Tableau 12-2 : Evaluation des sollicitations dûs à la pile N°02
Sollicitations
Désignation e (m) Moment
Cas P(KN) H=KH x P N= (1 ± KV) x P Bras de renversant
(KN) (KN) levier (KN.m)
N°01 0,00 18 200,00 0,00
Semelle N°02 18 200,00 4 550,00 19 565,00 2,00 9 100,00
N°04 4 550,00 16 835,00 9 100,00
N°01 0 11 340,00 0,00
Fût N°02 11 340,00 2 835,00 12 190,50 19,05 53865.00
N°04 2 835,00 10 489,50 53865.00
N°01 0,00 1 680,00 0,00
Chevêtre N°02 1 680,00 420,00 1 806,00 35,20 14 826,00
N°04 420,00 1 554,00 14 826,00
N°01 0,00 2 770,00 0,00
Poids des N°02 2 770,00 692,50 2 977,75 4,50 3 116,25
terres
N°04 692,50 2 562,25 3 116,25
N°01 0,00 33 990,00 0,00
Somme N°02 8 497,50 36 539,25 80 865.25
N°04 8 497,50 31 440,75 80 865.25

NB : Le calcul des efforts dûs à la pile N°02 a été fait par rapport au bas de la semelle.

147
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.3.2 Efforts dûs au tablier :


Les efforts dus au tablier sont résumées dans le tableau ci-après :
Tableau 12-3 : Evaluation des efforts dû au tablier
Sollicitations
Désignation N H e M
(KN) (KN) (m) (KN.m)
SPP 5 636.90 0.00 0.00
(Poids propre) 0.00

SSUP 6 448.00 0.00 0.00 0.00


(Charges supplémentaire)

Sur, t 604.50 0.00 0.00 0.00


(Surcharge sur trottoir)
Surcharge 4 518.00 0.00 0.00 0.00
S LM71,1
Surcharge 4 518.00 0.00 0.00 0.00
SLM71,2
Surcharge 5 725.00 0.00 0.00 0.00
SSW/2,2
Surcharge 0.00 800.00 32.70 26 160.00
Freinage
Surcharge 0.00 296.00 32.70 9 679.20
Vent SFW (charge Q)
Surcharge 0.00 270.04 16.35 4 415.15
Vent SFW (charge q)
Surcharge 0.00 67.78 32.70 2 216.41
(retrait +fluage)
Séisme 0.00 3 021.23 32.70 98 794.22

 Action du vent : La pression du vent par mètre carré est égale à : P = 2 ,00 KN/M2

 En tête du fut la charge est concentrée : Q= (2,90+ 0,8) 40 × 2 = 296,00KN/m2


 Sur le fut la charge est répartie : q = (2,80 + 5,80)×2 = 8,60 KN/ml

148
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.3.3 Combinaisons des efforts :


Tableau 12-4 : Combinaison des efforts
N H M
Cas Combinaisons (kN) (kN) (kN.m)
(Spp+Ssup) + LM 71,1 + 0,80 Surt+ 0.45 GT + SFw 50 142.64 1 366.04 40 254.35
(Spp+Ssup) + (LM 71,1 + LM 71,2)+ 0,8 Surt + 0.45 GT + 54 660.64 1 366.04 40 254.35
Sfw
ELS (Spp+Ssup) + LM 71,1 + SSW2, 2+ 0,80 Surt+ 0.45 GT + SFw 55 867.64 1 366.04 40 254.35
(Spp+Ssup) + 0.80 LM 71,1 + 0,80 Surt+ 0.75 GT + SFw 49 239.04 1 206.04 35 022.35
(Spp+Ssup) + 0.80 (LM 71,1 + SSW2,2) + 0,80 Surt + 0.75 GT 53 335.44 1 206.04 35 022.35
1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 Surt+ 0.70 GT + 1,50 68 216.90 784.42 21 676.77
SFw
1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 (LM 71,1 + LM 71,2) +1,2 Surt + 0.70 74 768.00 310.82 6 190.05
GT + 1,50 SFw
ELU 1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 +1,20 SSW2, 2+ 1,20 Surt+ 75 086.90 1 590.82 48 046.05
0.70 GT + 1,50 SFw
(Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 Surt+ 0.70 GT + 1,50 SFw 68 216.90 310.82 6 190.05
(Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 SSW2, 2 + 1,20 Surt+ 0.70 74 619.20 310.82 6 190.05
GT
ELA Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 49 045.69 11 525.26 179 873.00
1èr Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 49 045.69 11 525.26 176 007.47
CAS
ELA Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 43 947.19 11 525.26 179 873.00
2ème Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 43 947.19 11 525.26 176 007.47
CAS

Les sollicitations les plus défavorables sont :


 ELS: NMax= 55 867, 64 KN M= 40 254.35KN.m
 ELA: NMax= 49 045.69 KN M= 179 873.00KN.m
12.4 Etude de fondation
La base de l’ouvrage, reçoit la descente des charges et les fait transmettre aux semelles
reposant directement sur le sol ou sur un ensemble de pieux réunis en tête par une semelle de
liaison parmi les types courants des fondations il y a : les fondation superficielles et les
fondations profondes.
D’après le rapport géotechnique réalisé et les considérations géologiques et
géotechniques, ou les matériaux superficiels, montrent de faibles caractéristiques géo
mécaniques, le type de fondation qui a été adopté est de type fondations profondes sur pieux
forés.
12.4.1 Géotechnique :
Les travaux de reconnaissance sont effectués aux endroits de cet ouvrage d’art ont
compris trois sondages carottés et un sondage pressiomètrique :

149
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

* Trois (03) sondages carottés :


 S1 : sondage F-104-11 (L=20 m) au PK59+093à la culée C1
 S2 : sondage F-84-10 (L=25 m) au PK 59+263.6 entre P4 et P5
 S3 : sondage F-103-11 (L=12 m) juste après la culée C2.
* Un (01) sondage préssiomètrique :
S4 : sondage PR-52-10 (L=25 m) au PK59+247 à la pile P4
Les terrains rencontrés sont constitués par trois (03) formations :

MA1 : Marne argileuse aquitanienne

MA2 : Marne argileuse aquitanienne

QA2 : Alluvions constituées de graves et de sable dans une matrice limoneuse


Marne Argileuse aquitanienne

a) Données pressiometriques :
Le tableau ci-après montre les résultats des sondages pressiométriques effectués dans le
site du projet :
Tableau 12-5 : Paramètres géotechniques

Couches géologiques Paramètres

PL*(MPA) EM(MPA)
MA1 1 ,30 20,30
QA2 2,70 61,30
MA2 4,00 36,10

b) Calcul de la capacité portante ultime des pieux :


La capacité portante ultime des pieux est déterminée selon l’Eurocode 7 [21].
La profondeur des pieux de fondation des culées et des piles a été fixée sur la base des
paramètres géotechniques du sous-sol (tels que supposé ci-après) et en fonction de la charge
max en exploitation sur chaque pieux. La formule adoptée pour l’évaluation de la charge
limite en terrain cohésif est la suivante :
Qu = Qlat + Qpointe – Woù : Qlat = π×D×Στ(z) ×Δz ;
D = 1.5m : diamètre de pieux ;
τ(z) = αC × CU
CU=0, 1 PL + 0, 25 [bar]

150
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

αC = 0.5
Δz = 1.0m ;
Qpointe = π×D2/4×(NC×Cub×β+q’b)
Nc = 9 (facteur de forme)
Cub= 150-450 KPA (argile compacte et marne en profondeur)
β = 1.0 (argile compacte) ;
q’b = γ’×Lpieux ;
γ’= (γ – γxW) = 10.0 KN/m3 (γ=19.0 KN/m3 valeur moyenne considérée) ;
W = poids du pieu.
Les facteurs de sécurité min. pour la détermination de la charge admissible sont :
Conditions statiques F.S. = 2,5 ;
Conditions dynamiques F.S. = 1,5 (2,5/1.5) ≅1.7
La valeur de la charge admissible résulte pourtant :
Q adm. = (Qlat + Qpointe)/F.S. – W.
Les valeurs de la profondeur des pieux, évaluées sur la base des hypothèses ci-dessus décrites,
Les tableaux récapitulatifs des calculs effectués sont reportés ci de suite.

151
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

 Cas dynamique :

D(m)=1,50 A(m2)=.767 F.S=1.50


Nc=9 Alpha =0.5
Tableau 12-6 : Calcul de portance d’un pieu
Prof. Pl Cu Rl (kN) Rl_tot Rp (kN) Rl+Rp (Rl+Rp)/F.S W Qadm
(m) (kN/m2) (kN/m2) (kN) (kN) (kN) (kN)
1 1 300.00 155.00 365.21 365.21 2 482.84 2 848.05 1 898.70 44.18 1 854.52
2 2 700.00 295.00 695.08 1 060.29 4 727.12 5 787.40 3 858.27 88.36 3 769.91
3 2 700.00 295.00 695.08 1 755.36 4 744.79 6 500.15 4 333.43 132.54 4 200.90
4 2 700.00 295.00 695.08 2 450.44 4 762.46 7 212.90 4 808.60 176.71 4 631.89
5 2 700.00 295.00 695.08 3 145.52 4 780.13 7 925.65 5 283.77 220.89 5 062.87
6 4 000.00 425.00 1 001.38 4 146.90 6 865.36 11 012.26 7 341.51 265.07 7 076.44
7 4 000.00 425.00 1 001.38 5 148.28 6 883.03 12 031.32 8 020.88 309.25 7 711.63
8 4 000.00 425.00 1 001.38 6 149.67 6 900.70 13 050.37 8 700.25 353.43 8 346.82
9 4 000.00 425.00 1 001.38 7 151.05 6 918.38 14 069.43 9 379.62 397.61 8 982.01
10 4 000.00 425.00 1 001.38 8 152.43 6 936.05 15 088.48 10 058.99 441.79 9 617.20
11 4 000.00 425.00 1 001.38 9 153.82 6 953.72 16 107.53 10 738.36 485.97 10 252.39
12 4 000.00 425.00 1 001.38 10 155.20 6 971.39 17 126.59 11 417.73 530.14 10 887.58
13 4 000.00 425.00 1 001.38 11 156.58 6 989.06 18 145.64 12 097.10 574.32 11 522.77
14 4 000.00 425.00 1 001.38 12 157.96 7 006.73 19 164.70 12 776.46 618.50 12 157.96
15 4 000.00 425.00 1 001.38 13 159.35 7 024.40 20 183.75 13 455.83 662.68 12 793.15
16 4 000.00 425.00 1 001.38 14 160.73 7 042.08 21 202.81 14 135.20 706.86 13 428.35

 Cas statique :
D(m)= 1.50 A (m2)= 1.767 F.S= 2.50
Nc= 9 alpha 0.5
Tableau 12-7 : Calcul de portance d’un pieu
Prof Pl (kN/m2) Cu Rl (kN) Rl_tot (kN) Rp (kN) Rl+Rp (Rl+Rp)/F.S W Qadm (kN)
.(m) (kN/m2) (kN) (kN)
1 1 300.00 155.00 365.21 365.21 2 482.84 2 848.05 1 139.22 44.18 1 095.04
2 2 700.00 295.00 695.08 1 060.29 4 727.12 5 787.40 2 314.96 88.36 2 226.60
3 2 700.00 295.00 695.08 1 755.36 4 744.79 6 500.15 2 600.06 132.54 2 467.52
4 2 700.00 295.00 695.08 2 450.44 4 762.46 7 212.90 2 885.16 176.71 2 708.45
5 2 700.00 295.00 695.08 3 145.52 4 780.13 7 925.65 3 170.26 220.89 2 949.37
6 4 000.00 425.00 1 001.38 4 146.90 6 865.36 11 012.26 4 404.91 265.07 4 139.83
7 4 000.00 425.00 1 001.38 5 148.28 6 883.03 12 031.32 4 812.53 309.25 4 503.28
8 4 000.00 425.00 1 001.38 6 149.67 6 900.70 13 050.37 5 220.15 353.43 4 866.72
9 4 000.00 425.00 1 001.38 7 151.05 6 918.38 14 069.43 5 627.77 397.61 5 230.16
10 4 000.00 425.00 1 001.38 8 152.43 6 936.05 15 088.48 6 035.39 441.79 5 593.61
11 4 000.00 425.00 1 001.38 9 153.82 6 953.72 16 107.53 6 443.01 485.97 5 957.05
12 4 000.00 425.00 1 001.38 10 155.20 6 971.39 17 126.59 6 850.64 530.14 6 320.49
13 4 000.00 425.00 1 001.38 11 156.58 6 989.06 18 145.64 7 258.26 574.32 6 683.93
14 4 000.00 425.00 1 001.38 12 157.96 7 006.73 19 164.70 7 665.88 618.50 7 047.38
15 4 000.00 425.00 1 001.38 13 159.35 7 024.40 20 183.75 8 073.50 662.68 7 410.82
16 4001 426 3 547.51 16 706.85 7 057.98 23 764.83 9 505.93 706.86 8 799 .07

152
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

12.4.2 Etude des pieux


a) Nombre de files de pieux
Le nombre de fils de pieux est essentiellement lié au choix du schéma mécanique de
résistance, ces éléments vont essentiellement travailler à la pointe. Pour le choix de l’entraxe
et le nombre de file de pieux, il est préférable de faire un espacement trop grand entre les
pieux ; en général 3Φ car un espacement trop faible présente des inconvénients tant à
l’exécution que sur le plan mécanique (remontée ou rupture de pieux voisins au battage), et
éviter l’effet de groupe.
b) Nombre de pieux
Le nombre de pieux est en fonction de la capacité portante d’un pieu donné par le rapport
géotechnique et l’effort verticale du au tablier et la culée.
NMax
NP=
Qadm

Avec :NMax : Effort normal maximal à l’ELS,

Q adm : Capacité portante d’un pieu à 16m :


* à l’ELS : Q adm = 8 799.07 KN

* à l’ELA : Q adm =13 428.35 KN


 Application Numérique :
Nmax = 56 801,50 KN
ELS : Q adm = 8 799.07 KN

ELA : Q adm = 13 428.35 KN


L = 16 ml
D = 1,50 m
nP = 6,45 On prend : 8 pieux de 16m de profondeur.
c) Réactions des pieux
Les pieux représentent une symétrie par rapport à (XY). Chaque fut ramène un moment et
un effort normal. L’effort normal ou réaction qui revient à chaque pieu est donné par la
formule suivante :
N M x yi
Ri= ± ∑ y2i
n

Avec :
n : nombres de pieux ;
N : effort normal ;

153
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Mx dans le sens x ;
X,Y : la distance des pieux par rapport à l’axe de la semelle.
N MX
La formule peut s’exprimer aussi par : Ri = ±
n WY

Avec : W = Module de résistance


∑ 𝑌𝑖 2
WY = 𝑋𝑖

Figure 12-5 : Disposition des pieux

n1 ×Y2 + n2 ×Y2 4×52 + 4×(−5)2 )


W= = = 40m3
Y 5
n = 8 Pieux
Les valeurs des réactions du pieu sont résumées sur le tableau ci-après :
Tableau 12-8 : Réactions sur le pieu

Sollicitations N (KN) M (KN.m) R(KN)


R1 R2

ELS 56 801,50 40 254,35 8 106,55 6 093,83

1er cas 49 979,55 187 507,00 10 935,13 1559,76


ELA

2eme cas 44 881,05 187 507,00 10 297,82 922,44

d) Sollicitations les plus défavorables :


 ELS :
R1 =8 106,55KN<8 799.07 KN (La condition de poinçonnement est vérifiée)
R2= 6 093,83KN<8 799.07 KN
R2> 0 (pas de soulèvement)

154
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

 ELA :
R1 = 10 935,13 KN<13 428.35KN
R2= 1559,76KN <13 428.35 KN
Le ferraillage du pieu adopté pour le pieu de la pile est le suivant :

Figure 12.6 Ferraillage du pieu (pile) Photo 12.1 Disposition du ferraillage du pieu

12.4.3 Etude de la semelle


 Epaisseur H : 4,00 m ;
 Largeur : 13,00 m ;
 Longueur : 14,00 m ;
 Béton de propreté : 0,15 m.

Figure12.7 Semelle de la pile N°02 Figure12.8 Semelle de la pile N°02

155
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Figure12.9 Semelle de la pile N°02


a) Evaluation des efforts :
RMax = max {R1, R2}
ELS: R1= 8 106, 55 KN
R2 = 6 093, 83 KN
→ Ram= 8 106, 55 KN
ELA:R1=10 935, 13 KN
R2 = 1559, 76KN
→ Rmax= 10 935, 13 KN
e) Ferraillage de la semelle (méthode des bielles) :
 Armatures transversales inférieures :
Pour le ferraillage de la semelle on utilise la méthode des bielles :

Figure 12.10 Méthode des bielles


 La condition de la méthode est :
α ≥ 45°d = H – 10 ,
etAvec : b’ : entraxe des pieux ;

b b
d≥ 2 – 4b : épaisseur du fût

156
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

b’ = 550 cm;
b = 110 cm;
d = 400 – 10 = 390 cm ;
b′ b 550 110
– = - = 247,50 < d = 390cm Vérifiée
2 4 2 4
d
tgα= b′ b
= 1,57 ⇒α= 57,50° ≥ 45° Vérifié

2 4

b′ b
RMax –
AS= × 2 4
σ d
f) Application Numérique:

ELS RMax= 8 106,55 KN σst= 255,55 MPA


ELA RMax= 10 935,13 KN σst= 500 MPA
AS ELS = 201,31Cm2
AS ELA = 139Cm2
Donc
AS =201,31Cm2
On prend70HA20 (AS = 220Cm2)
On opte pour un espacement de 20 cm
 Armatures longitudinales inférieures :
𝐴𝑆
As1 = Cm2 Soit : HA20, avec un espacement de 20 cm.
3
 Armatures transversales supérieures :
𝐴𝑆
As2 = Soit : HA16 avec un espacement de 20 cm.
4

 Armatures longitudinales supérieures :


𝐴𝑆
As3 = Soit : HA14, avec un espacement de 20 cm.
10
 Armatures latérales :
𝐴𝑆
As4 = Soit : HA14, avec un espacement de 20 cm.
10
La coupe de ferraillage de la semelle est représentée dans la figure ci-après :

157
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Figure 12.11 Ferraillage de la semelle pile N°02

12.5 ETUDE DU CHEVETRE


Le chevêtre est un élément porteur, il joue un rôle actif dans le transfert des descentes
des charges et éventuellement des efforts horizontaux transmis par le tablier (freinage,
séisme…), il permet également de placer des vérins pour soulever le tablier en cas de
changement des appareils d’appuis.
Pour notre projet, le chevêtre àdes dimensions en plan de 9.0 x2.8 m2, pour installer
deux appareils d’appui, un par poutre ;
Le système {semelle + colonnes + chevêtre}, est assimilé à une poutre reposant sur 2 appuis.
C’est seulement le poids du chevêtre qui crée sa flexion. En effet la compression venant de la
superstructure est transmise directement aux colonnes qui jouent le rôle de poteaux. Les 2
parties extrêmes se comportent comme des consoles.

Figure 12.12 : Schéma du chevêtre Figure 12.13 : Schéma statique du chevêtre

158
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

Les résultats numériques :


Le chevêtre a été modélisé en élément poutre, les valeurs du moment fléchissant et de
l’effort tranchant maximales, sont obtenues après analyse de notre model sous les
combinaisons propres au tablier.
Tableau 12-9 : L’effort tranchant et moments fléchissant maximaux du chevêtre
ELU ELS

MMax(KN .m) 796,35 589,89

TMax(KN) 601,02 445,20

 Armatures en flexion :
Tableau 12-10 : Ferraillage du chevêtre
MMAX
ELU
Mu (KN-m) 796,35
µu 0,0026
Α 0.033
Z (Cm) 216
AS (Cm2) 8,49
ELS
MS (KN-m) 589,89
σbc (MPA) 0,95 σbc= 24 MPA
σSt (MPA) 131 σSt=241 MPA
ASt (Cm2) 23,09
Choix des armatures 15 HA14 CV
Espacement (Cm) 20

 Vérification de la condition de non fragilité :


𝑓𝑡28
Amin ≥0.23 × b × d ×
𝑓𝑒
3
D’où Amin≥0.23 × 280 × 216 × =84,46Cm2 Condition vérifiée
500

 Vérification de l’effort tranchant : 𝜏𝑢 < 𝜏𝑎𝑑


Tu = 601,02 KN
𝑇𝑢 601,02 ×103
𝜏𝑢 = 𝑏 = = 0,082 MPA
0 Xd 2800× 2160

159
CHAPITRE 12 : ETUDE ET CONCEPTION DES PILES

𝜏𝑎𝑑=min(0.15×𝑓𝐶28, 4𝑀𝑃𝐴)= 4MPA


1.5

On a bien𝜏𝑢 = 0,082 MPA < 𝜏𝑎𝑑 = 4MPA Condition vérifiée


Le ferraillage du chevêtre se présente comme suit :

Figure 12.14 Ferraillage du chevêtre

160
CHAPITRE 13 :
ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES
13-1: Choix du type de culée
13-1-1: Introduction
13-1-2: Choix de la culée adopté
13-2: Prédimensionnement de la culée
13-3: Stabilité et évaluation des efforts
13-4: Etude de fondations
13-4-1: Capacité portante du pieu
13-4-2: Etude des peiux
13-5: Etude de la semelle
13-5-1: Evaluation des efforts
13-5-2: Ferraillage de la semelle

161
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

13.1 CHOIX DU TYPE DE CULEE :


13.1.1 Introduction :
La culée est l’un des éléments fondamentaux de l’ensemble de la structure du pont,
appelée aussi appui d’extrémité. Elle peut être partiellement ou totalement enterrée,
implantées en crête ou en flacon de talus. On peut également réaliser des culées massives
remblayées, à contrefort (voile) apparent, implantées en pied de talus, principalement
lorsqu’on souhaite limiter au strict nécessaire la longueur de tablier, les murs latéraux associés
sont soit des murs en aile, soit des murs en retour. Son rôle principal est d’assurer le
raccordement de l’ouvrage au terrain de façon à avoir une continuité entre la chaussée de la
route et celle portée par le pont.
Il existe deux types de culées :

 Le choix de la culée peut se faire progressivement, il résulte une analyse englobant :


 La nature et le mode de construction du tablier
 Les contraintes naturelles du site.
 Les contraintes fonctionnelles de l’ouvrage

Figure 13.1 Vue panoramique d’une culée remblayée


1) Mur garde grève.
2) Muret cache.
3) Corbeau arrière.
4) Mur de front ou frontal.
5) Mur en retour (mur en aile).
6) Des d’appui.
7) Semelle.
8) Pieu.

162
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

13.1.2 Modèle de culée adopté :


Notre choix s’est porté sur les culées remblayées creuses ; Il faut prévoir une culée qui
maintient les terres de remblai donc on choisit la culée remblayée qui joue le double rôle de
soutènement des terres et de structure porteuse. Une culée remblayée est constituée par un
ensemble de murs ou voiles en béton armé.
Sur l’un d’entre eux, appelé mur de front ; les autres sont les murs latéraux appelés
mur enaile ou en retour selon qu’ils sont parallèles ou non à l’axe longitudinal de l’ouvrage
projeté.
Les culées de type creuses, seront fermées créant ainsi des chambres entre les voiles qui
seront remplies de gros béton, profitant de leur poids pour la stabilité globale de la structure.
Cette solution élimine les voiles dans la zone des blocs techniques qui sont disposés à
l’extrémité de l’ouvrage pour assurer la transition entre l’ouvrage et le remblai courant.

Culée C01 Culée C02


Figure 13.2 Culées C01 et C02

13.2 PREDIMENSIONNEMENT DE LA CULEE :


La culée qui est prise en considération pour le calcul est celle qui présente une hauteur
maximale. Soit la Culée C01 (Côté gauche) au PK :59 + 096, d’une hauteur de 12.27m
(d’après le profil en long).

a) Mur garde grève :


La hauteur : H = 3.20 m
L’épaisseur : e ≥ Max (0,3m ; H/8).
On opte e = 1,00 m

b) Mur en retour :

163
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Longueur = 8,80 m
Hauteur = 12,27 m
L’épaisseur= 1,00 m.

c) Mur frontal :
C’est un élément sur lequel repose l’about du tablier, sa largeur et sa longueur doivent être
suffisantes pour recevoir les appareils d’appuis, et permettre leur entretien plus tard.
Pour notre projet, le mur frontal est en caisson (évidé)
La longueur du sommier L= Largeur de pont à savoir 12,80 m.
Largeur l = 9,07 m.
L’épaisseur= 5.20 m.

Figure 13.3 Mur Frontal

d) La semelle de liaison :
L’épaisseur de la semelle : e = 1,50 m
La largeur de la semelle : L = 15,00 m
La longueur de la semelle : L= 16,00 m
Béton de propriété : Bp = 0,15 m.

13.3 STABILITE ET EVALUATION DES EFFORTS :


La stabilité de la culée sera vérifiée à vide et en service, aussi bien dans les conditions
normales ainsi que dans les conditions sismiques.

 Calcul du coefficient de poussée : Selon RPOA Ver-2008 [14]


Les efforts d’inertie du mur ou des terres reposant sur la semelle sont calculés à partir des
coefficients sismiques KH ; KV :

164
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

KH= A
KV= ± 0,3 KH
KH : Coefficient sismique horizontale ;
KV : Coefficient sismique verticale.
Sous séisme, la poussée dynamique globale, comportant à la fois les effets statiques et
dynamiques de la
Poussée active des terres, s'exerce à mi-hauteur de la paroi (diagramme de pression
rectangulaire) et a pour valeur :
1
Fad= × γ × (1 ± K V ) × H 2 × K ad
2

Dans les conditions sismiques, le coefficient de poussée sera déterminé par la formule de
MONOBE-OKABE, citée dans le RPOA[14] :

Avec :
H : est la hauteur du mur ;
γ : est le poids des terres ;
Ø = 30° : angle de frottement interne du remblai sans cohésion ;

θ = 0 : angle de talus avec l’horizontale ;

Le calcul a traité les Quatre (04) de séisme à savoir :


1er cas : cas normale sans séisme :
KH = KV = 0
2ème cas : cas de séisme « horizontal + verticale vers le bas » :
KH = 0,25
KV = 0,0753ème cas : cas de séisme « horizontal » :
KH = 0,25
KV = 0
4ème cas : cas de séisme « horizontal + verticale vers le haut » :
KH = 0,25KV = - 0,075

165
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Les résultats de calculs sont résumés dans le tableau ci-après :


Tableau 13-1 : Calcul du coefficient de poussée Kad

Action du séisme Cas N° KH KV θ (rad)

Condition normale Cas N°1 0,00 0,000 --

Vertical + horizontal Cas N°2 0,25 0,075 0,228

Horizontal Cas N°3 0,25 0,000 0,245

Vertical + horizontal Cas N°4 0,25 -0,075 0,264

166
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Les résultats des efforts sont résumés dans le tableau ci-après :


Tableau 13.2 : Evaluation des efforts dû à la culée

Cas N° P (KN) H N h (m) V(m) Moment Moment


Sollicitation H = KH x P N=(1±KV) x P Renversant Stabilisant
(kN) (kN) (kN,m) (kN,m)
N°01 0.00 9000.00 0.75 0.00
Semelle N°02 9 000.00 2 250.00 9675.00 1687.50
N°03 2 250.00 9000.00 1687.50
N°04 2 250.00 8325.00 1687.50
N°01 0.00 7722.00 3.10 6.04 0.00 23938.20
Mur N°02 7 722.00 1 930.50 8301.15 11650.57 25733.57
frontal
N°03 1 930.50 7722.00 11650.57 23938.20
N°04 1 930.50 7142.85 11650.57 22142.84
N°01 0.00 1024.00 0.50 12.17 0.00 512.00
Mur garde N°02 1 024.00 256.00 1100.80 3115.52 550.40
grève
N°03 256.00 1024.00 3115.52 512.00
N°04 256.00 947.20 3115.52 473.60
N°01 0.00 5276.00 4.30 7.64 0.00 22686.80
Mur en N°02 5276 1 319.00 5671.70 5671.70 24388.31
retour
N°03 1 319.00 5276.00 5671.70 22686.80
N°04 1 319.00 4880.30 5671.70 20985.29
N°01 0.00 22793.00 4.30 7.64 0.00 98009.90
Poids des N°02 22 793.00 5 698.25 24502.48 24502.48 105360.66
terres
N°03 5 698.25 22793.00 24502.48 98009.90
N°04 5 698.25 21083.53 24502.48 90659.18

N°01 2 601.30 0.74 1924.96


Poussée sur N°02 3 921.48 2901.89
semelle
N°03 4 046.47 2994.39
N°04 4 202.70 3110.00
Poussée sur N°01 5 266.34 5.59 29438.84
mur garde N°02 8 011.22 44782.72
grève +
mur frontal N°03 8 266.56 46210.06
N°04 8 585.73 47994.24
N°01 1141 0.00 1141.00 7.64 4.4 0.00 5020.40
poids des N°02 285.25 1226.58 2179.31 5396.93
surcharges
N°03 285.25 1141.00 2179.31 5020.40
N°04 285.25 1055.43 2179.31 4643.87
N°01 594.27 6.89 4094.51
poussée des N°02 895.87 6172.51
surcharges
N°03 924.42 6369.24
N°04 960.11 6615.16

167
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

La somme de ces efforts est résumée dans le tableau ci-après :


Tableau 13.3 Somme des efforts dûs à la culée
Sollicitations
H N M M
Cas N° (KN) (KN) Renversant Stabilisant
(kN.m) (kN.m)
SOMME
N°01 8 461.91 46 956.00 35 458.32 150 167.30
N°02 24 567.57 50 477.71 102 664.20 161 429.87
N°03 24 976.44 46 956.00 104 380.77 150 167.30
N° 04 25 487.54 43 434.31 94 875.90 138 904.77

 Efforts dûs au tablier :


Les réactions dûes au tablier sont résumées dans le tableau ci -après :
Tableau 13.4 Somme des efforts dûs au tablier
Sollicitations
Désignation N H e M
(KN) (KN) (m) Renversant
(kN.m)
SPP
(Poids propre) 1 751.00 0,00 0.00 0.00

SSUP
(Charges supplémentaire) 1 906.29 0,00 0.00 0.00

Sur,t
(Surcharge sur trottoir) 179.00 0,00 0.00 0.00

Surcharge
S LM71,1 3 221.00 0,00 0.00 0.00

Surcharge
SLM71,2 3 221.00 0,00 0.00 0.00

Surcharge
SSW/2,2 3 240.00 0,00 0.00 0.00

Surcharge
Freinage 0.00 320.00 10.87 3 478.40

Surcharge 0.00
(retrait +fluage) 0,00 67,78 10.87

Séisme 0,00 914.32 5.44 0.00

168
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

 Combinaisons des efforts :


Tableau 13-5 : Combinaison des efforts
Cas Combinaisons N H M
(kN) (kN) (kN.m)
(Spp+Ssup) + LM 71,1 + 0,80 Surt+ 0.45 GT + SFw 53 977.49 8 781.91 110 493.81
(Spp+Ssup) + ( LM 71,1 + LM 71,2)+ 0,8 Surt + 0.45 GT + 57 198.49 8 781.91 110 493.81
Sfw
ELS
(Spp+Ssup) + LM 71,1 + SSW2,2+ 0,80 Surt+ 0.45 GT + SFw 57 217.49 8 781.91 110 493.81
(Spp+Ssup) + 0.80 LM 71,1 + 0,80 Surt+ 0.75 GT + SFw 52 468.31 8 717.91 111 189.49
(Spp+Ssup) + 0.80(LM 71,1 + SSW2,2) + 0,80 Surt + 0.75 GT 55 925.29 8 717.91 111 189.49
1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 Surt+ 0.70 GT + 1,50 73 213.19 11 491.36 113 972.21
ELU SFw
1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 (LM 71,1 + LM 71,2) +1,2 Surt + 0.70 77 883.64 11 491.36 113 972.21
GT + 1,50 SFw
1.35 (Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 +1,20 SSW2,2+ 1,20 Surt+ 77 101.19 12 003.36 108 406.77
0.70 GT + 1,50 SFw
(Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 Surt+ 0.70 GT + 1,50 SFw 55 498.54 11 491.36 113 972.21
(Spp+Ssup) + 1.45 LM 71,1 + 1,20 SSW2, 2 + 1,20 Surt+ 0.70 59 386.54 11 491.36 113 972.21
GT
ELA Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 55 101.30 25 577.89 47 783.49
1èr Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 55 101.30 25 577.89 48 090.24
CAS
ELA Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 51 579.59 25 986.76 34 804.35
2ème Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 51 579.59 25 986.76 35 111.10
CAS
ELA Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 48 057.90 26 497.86 33 046.69
3ème Sis xx+ (Spp+Ssup) + 0.30 LM 71,1 48 057.90 26 497.86 33 353.44
CAS

 Remarque :
Le calcul des efforts sur la culée a été fait par rapport au point situé :
- Bas de la semelle
- Pied intérieur du mur frontal
Sollicitations les plus défavorables :

 ELS : Nmax = 57 217,49 KN M = 110 493,81 KN.m


 ELU : Nmax = 77 883,64 KN M = 113 972,21 KN.m
 ELA : Nmax = 55 101,30 KN M = 48 090,24 KN.m

13.4ETUDE DES FONDATIONS :


13.4.1 Capacité portante du pieu :

a) Cas dynamique :

169
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Tableau 13-6 : Calcul de portance d’un pieu

D(m)= 1.20 A(m2)= 1.131 F.S= 1.50


Nc= 9 Alpha = 0.5
Prof.(m) Pl Cu Rl Rl_tot (kN) Rp (kN) Rl+Rp (kN) (Rl+Rp)/F.S W Qadm
(kN/m2) (kN/m2) (kN) (kN) (kN)
1 1 300.00 155.00 292.17 292.17 1 589.02 1 881.19 1 254.12 28.27 1 225.85
2 2 700.00 295.00 556.06 848.23 3 025.35 3 873.58 2 582.39 56.55 2 525.84
3 2 700.00 295.00 556.06 1 404.29 3 036.66 4 440.96 2 960.64 84.82 2 875.81
4 2 700.00 295.00 556.06 1 960.35 3 047.97 5 008.33 3 338.88 113.10 3 225.79
5 2 700.00 295.00 556.06 2 516.42 3 059.28 5 575.70 3 717.13 141.37 3 575.76
6 4 000.00 425.00 801.11 3 317.52 4 393.83 7 711.35 5 140.90 169.65 4 971.26
7 4 000.00 425.00 801.11 4 118.63 4 405.14 8 523.77 5 682.51 197.92 5 484.59
8 4 000.00 425.00 801.11 4 919.73 4 416.45 9 336.19 6 224.12 226.19 5 997.93
9 4 000.00 425.00 801.11 5 720.84 4 427.76 10 148.60 6 765.73 254.47 6 511.26
10 4 000.00 425.00 801.11 6 521.95 4 439.07 10 961.02 7 307.34 282.74 7 024.60
11 4 000.00 425.00 801.11 7 323.05 4 450.38 11 773.43 7 848.96 311.02 7 537.94
12 4 000.00 425.00 801.11 8 124.16 4 461.69 12 585.85 8 390.57 339.29 8 051.27
13 4 000.00 425.00 801.11 8 925.26 4 473.00 13 398.26 8 932.18 367.57 8 564.61
14 4 000.00 425.00 801.11 9 726.37 4 484.31 14 210.68 9 473.79 395.84 9 077.95
15 4 000.00 425.00 801.11 10 527.48 4 495.62 15 023.10 10 015.40 424.12 9 591.28

b) Cas statique :
Tableau 13-7 : Calcul de portance d’un pieu
D(m)= 1.20 A(m2)= 1.131 F.S= 2.50
Nc= 9 alpha 0.5
Prof.(m) Pl Cu Rl (kN) Rl_tot Rp (kN) Rl+Rp (Rl+Rp)/F.S W Qadm
(kN/m2) (kN/m2) (kN) (kN) (kN) (kN)
1 1 300.00 155.00 292.17 292.17 1 589.02 1 881.19 752.47 28.27 724.20
2 2 700.00 295.00 556.06 848.23 3 025.35 3 873.58 1 549.43 56.55 1 492.88
3 2 700.00 295.00 556.06 1 404.29 3 036.66 4 440.96 1 776.38 84.82 1 691.56
4 2 700.00 295.00 556.06 1 960.35 3 047.97 5 008.33 2 003.33 113.10 1 890.23
5 2 700.00 295.00 556.06 2 516.42 3 059.28 5 575.70 2 230.28 141.37 2 088.91
6 4 000.00 425.00 801.11 3 317.52 4 393.83 7 711.35 3 084.54 169.65 2 914.90
7 4 000.00 425.00 801.11 4 118.63 4 405.14 8 523.77 3 409.51 197.92 3 211.59
8 4 000.00 425.00 801.11 4 919.73 4 416.45 9 336.19 3 734.47 226.19 3 508.28
9 4 000.00 425.00 801.11 5 720.84 4 427.76 10 148.60 4 059.44 254.47 3 804.97
10 4 000.00 425.00 801.11 6 521.95 4 439.07 10 961.02 4 384.41 282.74 4 101.66
11 4 000.00 425.00 801.11 7 323.05 4 450.38 11 773.43 4 709.37 311.02 4 398.36
12 4 000.00 425.00 801.11 8 124.16 4 461.69 12 585.85 5 034.34 339.29 4 695.05
13 4 000.00 425.00 801.11 8 925.26 4 473.00 13 398.26 5 359.31 367.57 4 991.74
14 4 000.00 425.00 801.11 9 726.37 4 484.31 14 210.68 5 684.27 395.84 5 288.43
15 4 000.00 425.00 801.11 10 527.48 4 495.62 15 023.10 6 009.24 424.12 5 585.12

13.4.2 Etude des pieux :

a) Nombre des pieux :


Le nombre de pieux est en fonction de la capacité portante d’un pieu donné par lerapport
géotechnique et l’effort verticale dû au tablier et à la culée.

170
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

NMax
NP=
Qadm

Q adm : Capacité portante d’un pieu à16m :


* à l’ELS : Q adm = 5 585,12 KN

* à l’ELA : Q adm =9 591,28KN

b) Application Numérique :
Nmax = 57 217,49 KN à l’ELS
ELS: Q adm = 5 585, 12 KN

ELA: Q adm = 9 591, 28 KN


L = 15 ml
D = 1,20 m
nP = 10,24 On prend : 16 pieux de 15 m de profondeur.

c) Réactions des pieux :


Les pieux représentent une symétrie par rapport à (XY). Chaque fut ramène un moment et un
effort normal. L’effort normal ou réaction qui revient à chaque pieu est donné par la
formule suivante :

N M x yi My xi
Ri= ± ∑ y2i
± ∑ x2i
n
Avec :
n : nombres de pieux ;
N : effort normal ;
Mx, My : moments dans les sens x,y ;
X,Y : la distance des pieux par rapport à l’axe de la semelle.
N MX MY
La formule peut s’exprimer aussi par : Ri = ± ±
n WY WX

Avec : W = Module de résistance


∑ 𝑋𝑖 2
WX = 𝑌𝑖

∑ 𝑌𝑖 2
WY = 𝑋𝑖

171
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Figure 13.4 Disposition des pieux (semelle de la culée C01)

n1 ×Y1 2 + n2 ×Y2 2 2×4(6,802 +2,272 )


WY= = = 60m3
Y1 6,80

n = 16 Pieux
Les valeurs des réactions du pieu sont résumées sur le tableau ci-après :
Tableau 13.8 Réactions du pieu

Sollicitations N (KN) M (KN.m) R(KN)


R1 R2

ELS 57 217,49 110 493,81 5403,58 1748,61

1er cas 55 101,30 48 090,24 4239,21 2648,45


ELA
2eme cas 51 579,59 35 11,10 3799,36 2648,09

3eme cas 48 057,90 33 353,44 3550,19 2457,05

172
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Sollicitations les plus défavorables :


ELS :
R1 =5403,58KN<5 585,12 KN (La condition de non poinçonnement est vérifiée)
R2= 1 748,61KN < 5 585, 12 KN
ELA:
R1 = 4 239, 21KN <9 591, 28KN
R2= 2648,45KN <9 591,28 KN
Le ferraillage adopté pour le pieu de la culée est le suivant :

Figure 13.5 Ferraillage du pieu (culée)

13.5 ETUDE DE LA SEMELLE


- Epaisseur H : 1.50 m ;
- Largeur : 15,00 m ;
- Longueur : 16,00 m ;
- Béton de propreté : 0,15 m.
13.5.1 Evaluation des efforts :
Max = max {R1, R2}
ELS :R1 =5 403,58KN
R2 =1 748,61 KN
→ RMax= 5 403,58KN
ELA : R1 = 4 239,21KN
R2 = 2 648,45KN
→ RMax = 4 239,21KN

173
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

13.5.2 Ferraillage de la semelle (méthode des bielles) :

Figure13.6 Semelle de fondation de la culée C01

Figure13.7Vue en plan de la semelle de la culée C01

174
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

a) Armatures transversales inférieures :


Pour le ferraillage de la semelle on utilise la méthode des bielles (déjà énumérée dans le
chapitre relatif à la pile) :
La condition de la méthode est :
α ≥ 45°d = H – 10 ,
et Avec : b’ : entraxe des pieux ;

b b
d≥ 2 − 4 b : épaisseur du fût

b’ = 420 cm;
b = 620 cm;
d = 150 - 10 = 140 cm;
b′ b 420 620
− = - = 55 Cm < d = 140 cm condition vérifiée
2 4 2 4

= 2,54 ⇒α= 68,58° ≥ 45°condition vérifiée


d
tg α= b′ b

2 4

b′ b
RMax −
AS= × 2 4
σ d

b) Application Numérique:
 ELSRMax= 8 106,55 KN σst= 255,55 MPA
 ELARMax = 10 935,13 KN σst= 500 MPA
AS ELS = 99,74Cm2
AS ELA = 77,47Cm2
Donc AS = 99,74Cm2On prend 21HA25 (AS = 103,08 Cm2)
On opte pour un espacement de 15 cm

 Armatures longitudinales inférieures :


𝐴𝑆
As1 = Cm2 Soit : HA16, avec un espacement de 20 cm.
3

 Armatures transversales supérieures :


𝐴𝑆
As2 = Soit : HA14 avec un espacement de 20 cm.
4

 Armatures longitudinales supérieures :


𝐴𝑆
As3 = Soit : HA12, avec un espacement de 20 cm.
10

175
CHAPITRE 13 : ETUDE ET CONCEPTION DES CULEES

Armatures latérales :
𝐴𝑆
As4 = Soit : HA12, avec un espacement de 20 cm.
10
La coupe de ferraillage de la semelle est représentée dans la figure ci-après :

Figure 13.8 Ferraillage de la semelle de la culée C01

176
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

[1] : DUCOUT, Jean-Pierre. Ponts métalliques-conception générale. Construction/travaux

publics, Techniques de l’ingénieur. 1997.

[2] : AFNOR Norme française ENV 1993-1-5. Eurocode 3 : Calcul des structures en acier

[3] : SIEFERT, Yannick. L’entretoisement des ponts mixtes ferroviaires. INSA de Lyon,

Thèse en génie civil.2004.

[4] : MUZEAU, Jean-Pierre. Construction mixte/ponts mixtes. Les cahiers de l’APK.

[5] : AFNOR. Norme française EN 206-1.BETON, partie1 : Spécifications ; performances et

Conformité

[6] : AFNOR. Norme française EN1993-1-1.Eurocode 3 : Calcul des structures en acier

Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments

[7] : Aude PETEL - Gilles LACOSTE - Jean-Michel LACOMBE. (2012) PROJET DE

PONT : Partie 3/3 POA Pont mixte acier béton,( 2012)

[8] : Normes européenne EN10034Structural steel I and H sections - Tolerances on shape

and dimensions

[9] : AFNOR. Norme française EN 1991-2.Eurocode 1 : Actions sur les structures

Partie 2 : Actions sur les ponts, dues au trafic

[10] : Cahier des prescriptions communes applicables aux marchés de travaux d’ouvrages

d’art et autres constructions Livret 2.01 : Règles de conception et de calcul des ouvrages

en béton ; en métal ou mixtes

[11] : AFNOR Norme française ENV 1991-1-4. Eurocode 1 : Actions sur les structures

Partie 1-4 : Actions générales-Actions du vent

[12] : AFNOR Norme française ENV 1991-1-5. Eurocode 1 : Actions sur les structures

Partie 1-5 : Actions générales-Actions thermiques

[13] : THOMAS BOOS, Etude de pont à poutres mixtes utilisant le principe de la double

action. INSA STRASBOURG-Génie civil, Mémoire finale ,2015

[14] : Ministère des travaux publics. Document technique réglementaire D.T.R Règles

parasismiques applicables au domaine des ouvrages d’art RPOA. Algérie. 2008.

177
[15] : AFNOR Norme française EN 1990. Eurocode 0 : Bases de calcul des structures

[16] : AFNOR Norme française EN 1994-2. Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes

Acier-Béton Partie 2 : Règles générales et règles pour les ponts

[17] : CCM97 : Règles de conception et de calcul des structures en acier

Partie 1-5 : Règles générales -Règles supplémentaires pour les plaques planes, raidies

ou non, chargées dans leur plan.

[18] : AFNOR Norme française EN 1994-1-1. Eurocode 4 : Calcul des structures mixtes

Acier-Béton Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les ponts

[19] : AFNOR Norme française EN 1992-1-1. Eurocode 2 : Calcul des structures en béton

Partie 1-1 : Règles générales et règles pour les bâtiments

[20] : Recommandations sur l’emploi des dispositifs pour le pont, 2014

[21]: AFNOR Norme française EN 1997 : Calcul géotechnique

Webographie :

www.cours génie civil.com


www.afnor.com
www.calameo.com
www.technique-béton.com

178
CONCLUSION GENERALE
CONCLUSION GENERALE

Ce projet de fin d’études concernant l’étude d’un pont mixte, est une occasion pour
savoir qu’une structure mixte doit sa capacité portante à la collaboration structurale entre
l’acier et le béton ,qui exploite les caractéristiques favorables de ces matériaux de façon
optimale ,bien que ceux-ci soient de nature différentes ,ils se complètent fort , le béton
procure la raideur à la structure et une grande part de son poids propre. Il est le plus souvent
en compression, l’acier porte l’ouvrage sur de grandes distances tout en apportant de la
légèreté, il récupère alors les contraintes de traction. La mixité de la section, nous a permis
d’aborder quasiment tous les aspects de la conception et de la justification d’un ouvrage
bipoutre ferroviaire. Il a d’abord fallu nous familiariser avec la technologie et les exigences
spécifiques aux ouvrages ferroviaires. En effet, ces ouvrages se doivent d’être robuste, d’avoir
un bon comportement en torsion et en dynamique sous le passage de convois. Il y a également
des critères ferroviaires à satisfaire qui sont souvent très sévères et pénalisant par le suivi des
règlements des EUROCODES, notamment en termes de déformation du tablier.
L’étude technique complète du tablier d’un pont mixte est un rude et long exercice
qui nécessite une attention particulière de l’ingénieur. Elle fait appel à plusieurs notions
importantes dont l’ingénieur se doit de cerner voire même de maitriser.
Tout d’abord nous avons réalisé une étude d’avant-projet, qui consiste à choisir et à
caractériser le type d’ouvrage puis à l’étudier en détail : Un pont mixte à Six (06) travées :
Deux travées de rive de 32 m, et Quatre (04) travées centrales de 40M. Le dimensionnement a
été fait selon les normes EUROCODES qui constituent la nouvelle norme de conception en
vigueur en matière de construction et d’ingénierie civile.
Vu la complexité géométrique et mécanique de la structure ,la conception et le
dimensionnement général du pont ont nécessité une modélisation par le logiciel SAP 2000,
ainsi que l’étude et la vérification , qui nous a permis non seulement d’étudier le
comportement global mais aussi le comportement local de chaque élément constituant le pont
en termes de déformations et d’efforts.
Enfin, à travers ce travail, nous avons compris que la structure mixte est une solution
intéressante dans le cas des ponts ferroviaires, et une réelle innovation et optimisation des
ouvrages de type bipoutre mixte ferroviaire, et le recours à cette technique permet de faciliter
l’exécution, un gain financier et dans le délai et nécessite moins de mains d’œuvre toute en
garantissant une meilleure qualité, ont grandement orienté la conception des ponts modernes.

180
Organigramme permettant de déterminer si une analyse dynamique est requise ou
non (Selon le logigramme de la figure 6.9 de l'EN 1991-2. [9])
ANNEXE I
PROFILE Données générales

Rayon
Type de Rayon de
Masse Dimensions Aire Inertie Modules de flexion Inertie Modules de flexion de Aire de cisaillement
profilé giration
giration
G (kg/ml) h (mm) b (mm) tw (mm) tf (mm) r (mm) S (cm2) Iy (cm4) Wely (cm3) Wply (cm3) iy (cm) Iz (cm4) Welz (cm3) Wplz (cm3) iz (cm) Ayz (cm2) Azy (cm2)

HEA 100 16.7 96 100 5 8 12 21.24 349.2 72.76 83.01 4.06 133.8 26.76 41.14 2.51 7.56 16
HEA 120 19.9 114 120 5 8 12 25.34 606.2 106.3 119.5 4.89 230.9 38.48 58.85 3.02 8.46 19.2
HEA 140 24.7 133 140 5.5 8.5 12 31.42 1033 155.4 173.5 5.73 389.3 55.62 84.85 3.52 10.12 23.8
HEA 160 30.4 152 160 6 9 15 38.77 1673 220.1 245.1 6.57 615.6 76.95 117.6 3.98 13.21 28.8
HEA 180 35.5 171 180 6 9.5 15 45.25 2510 293.6 324.9 7.45 924.6 102.7 156.5 4.52 14.47 34.2
HEA 200 42.3 190 200 6.5 10 16 53.83 3692 388.6 429.5 8.28 1336 133.6 203.8 4.98 18.08 40
HEA 220 50.5 210 220 7 11 18 64.34 5410 515.2 568.5 9.17 1955 177.7 270.6 5.51 20.67 48.4
HEA 240 60.3 230 240 7.5 12 21 76.84 7763 675.1 744.6 10.05 2769 230.7 351.7 6 25.18 57.6
HEA 260 68.2 250 260 7.5 12.5 24 86.82 10450 836.4 919.8 10.97 3668 282.1 430.2 6.5 28.76 65
HEA 280 76.4 270 280 8 13 24 97.26 13670 1013 1112 11.86 4763 340.2 518.1 7 31.74 72.8
HEA 300 88.3 290 300 8.5 14 27 112.5 18260 1260 1383 12.74 6310 420.6 641.2 7.49 37.28 84
HEA 320 97.6 310 300 9 15.5 27 124.4 22930 1479 1628 13.58 6985 465.7 709.7 7.49 41.13 93
HEA 340 105 330 300 9.5 16.5 27 133.5 27690 1678 1850 14.4 7436 495.7 755.9 7.46 44.95 99
HEA 360 112 350 300 10 17.5 27 142.8 33090 1891 2088 15.22 7887 525.8 802.3 7.43 48.96 105
HEA 400 125 390 300 11 19 27 159 45070 2311 2562 16.84 8564 570.9 872.9 7.34 57.33 114
HEA 450 140 440 300 11.5 21 27 178 63720 2896 3216 18.92 9465 631 965.5 7.29 65.78 126
HEA 500 155 490 300 12 23 27 197.5 86970 3550 3949 20.98 10370 691.1 1059 7.24 74.72 138
HEA 550 166 540 300 12.5 24 27 211.8 111900 4146 4622 22.99 10820 721.3 1107 7.15 83.72 144
HEA 600 178 590 300 13 25 27 226.5 141200 4787 5350 24.97 11270 751.4 1156 7.05 93.21 150
HEA 650 190 640 300 13.5 26 27 241.6 175200 5474 6136 26.93 11720 781.6 1205 6.97 103.2 156
HEA 700 204 690 300 14.5 27 27 260.5 215300 6241 7032 28.75 12180 811.9 1257 6.84 117 162
Tableau : Acier des connecteurs

(Dimensions du goujon TRW Nelson KB 7/8"-200)


Tableau : Critères pour la classification des semelles pour un profilé métallique
ASSEMBLAGE
CULEE
CULEE
EQUIPEMENTS DU TABLIER : APPAREILS D’APPUIS SUR CULEE
EQUIPEMENTS DU TABLIER : APPAREILS D’APPUIS SUR CULEE
APPAREILS D’APPUIS SUR PILE
LES JOINTS DE DILATATION
Les goujons
Répartition des goujons
LA PILE