Vous êtes sur la page 1sur 187

Etude sur l’impact de la crise politico

sociale 2009 sur le secteur Eau-


Assainissement- Hygiène

Novembre 2009

1
SOMMAIRE
SOMMAIRE .......................................................................................................................................................... 2
LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................................................... 4
LISTE DES ANNEXES ........................................................................................................................................ 5
1. INTRODUCTION ........................................................................................................................................ 7
1.1. CONTEXTE : RAPPEL DES TERMES DE REFERENCE ................................................................................... 7
1.2. METHODOLOGIE ..................................................................................................................................... 7
2. SITUATION DU SECTEUR AVANT LA CRISE .................................................................................... 8
2.1. ACCES DE LA POPULATION A L’EAU ET A L’ASSAINISSEMENT AVEC LES SITUATIONS EN EAH AU NIVEAU
DES ECOLES ET CENTRES DE SANTE ...................................................................................................................... 8
2.1.1. Accès à l’eau potable .................................................................................................................... 9
2.2.1. Accès aux latrines ....................................................................................................................... 10
2.2. ORGANISATION INSTITUTIONNELLE ET PROCESSUS DE DECENTRALISATION, AVEC ANALYSE DES
RESSOURCES HUMAINES .................................................................................................................................... 11
2.2.2. Historique ................................................................................................................................... 11
2.2.3. Organisation institutionnelle ...................................................................................................... 11
2.2.4. Décentralisation.......................................................................................................................... 13
2.2.5. Ressources humaines .................................................................................................................. 14
2.3. PROGRAMME ET PRIORITES NATIONALES .............................................................................................. 16
2.4. MECANISME DE SUIVI ET EVALUATION (ANNEXES XVI A XIX) ............................................................ 17
2.5. FINANCEMENT DISPONIBLE ET EN COURS DE NEGOCIATION : FINANCEMENT INTERNE ET EXTERNE ...... 18
2.6. PARTENARIAT AU SEIN DU SECTEUR ..................................................................................................... 20
2.7. REALISATION FIN 2008, PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS ET RESULTATS PLANIFIES ................................. 22
3. IMPACT DE LA CRISE SUR LE SECTEUR......................................................................................... 23
3.1. IMPACT DIRECTE OU IMMEDIAT ET A COURT TERME ............................................................................. 23
3.1.1. Impacts sur les conditions d’accès à l’eau potable et à l’assainissement .................................. 23
3.1.1.1. Eau potable en milieu urbain .................................................................................................................. 23
3.1.1.2. Eau potable en milieu rural ..................................................................................................................... 23
3.1.1.3. Collecte des déchets .............................................................................................................................. 25
3.1.1.4. Perception de la population sur la situation de l’eau et de l’assainissement ........................................... 25
3.1.2. Impacts sur l’Organisation institutionnelle et processus de décentralisation, avec analyse des
ressources humaines..................................................................................................................................... 27
3.1.2.1. Organisation et administration du Ministère de l’eau ............................................................................. 27
3.1.3. Impacts sur le Programme et priorités nationales ...................................................................... 29
3.1.4. Impact sur le Mécanisme de suivi et évaluation ......................................................................... 31
3.1.5. Impact sur le Financement disponible et en cours de négociation : financement interne et
externe 33
3.1.6. Impact sur le Partenariat au sein du secteur .............................................................................. 36
3.2. IMPACT DANS LE MOYEN TERME ET LE LONG TERME ............................................................................ 37
3.3. IMPACT INDIRECT DANS D’AUTRES SECTEURS ENGENDRES PAR LES IMPACTS DIRECTS DANS LE SECTEUR
EAH 38
3.3.2 Secteur social : Education et santé ................................................................................................. 38
3.3.3 Secteur économique......................................................................................................................... 39
3.4. CONCLUSION ........................................................................................................................................ 39
4. PROPOSITION D’ACTIONS POUR L’ATTENUATION DE L’IMPACT DE LA CRISE SUR LA
POPULATION ET POUR LA RELANCE DU SECTEUR A TOUS LES NIVEAUX ................................ 40
4.1. PRINCIPAUX PROBLEMES A RESOUDRE ................................................................................................. 40

2|Page
4.2. ACTIONS ............................................................................................................................................... 42
4.3. REALISATION DU PNAEPA 2010 ......................................................................................................... 44

3|Page
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 01. Programme d’affectation des ressources humaines recrutées .....................15


Tableau 02. Performance budgétaire du Ministère de l’eau pour 2008 ............................18
Tableau 03. Taux d’engagement par projet .....................................................................19
Tableau 04. Comparaison révision et réalisation en nombres d’infrastructures pour 2008.
....................................................................................................................22
Tableau 05. Situation de la population additionnelle devant être approvisionnée en potable
....................................................................................................................24
Tableau 06. Situation de la population additionnelle devant accéder aux latrines ............24
Tableau 07. Comparaison des priorités avant et après la crise.......................................30
Tableau 08. Situation budgétaire 2009 ............................................................................33
Tableau 09. Performances atteintes en fonction des budgets nécessaire, PGE, décaissés
....................................................................................................................34
Tableau 10. Evolution des taux de décaissement (le tableau financier complet fourni par le
ministère chargé de l’eau sur les dépenses se trouve en annexe) ................40
Tableau 11. Situation du budget alloué par rapport au budget nécessaire ......................41
Tableau 12. Programme à réaliser et budget à mobiliser ................................................44

4|Page
LISTE DES ANNEXES
ANNEXE I. TABLEAU : TAUX D’ACCES A L’EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN.......... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE II. TABLEAU : TAUX D’ACCES A L’EAU POTABLE EN MILIEU RURAL ....... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE III. TABLEAU: TAUX D’ACCES AUX LATRINES EN MILIEU URBAIN ........... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE IV. TABLEAU: TAUX D’ACCES AUX LATRINES EN MILIEU RURAL ............. ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE V. EVOLUTION DE L’ACCES A L’EAU POTABLE : (DERNIERS CHIFFRES
CALCULES PAR INVENTAIRES PAR LE MINISTERE CHARGE DE L’EAU PAR LA BDEA)
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE VI. EVOLUTION DE L’ACCES AUX LATRINES (DERNIERS CHIFFRES OFFICIELS
OBTENUS PAR ENQUETES PUBLIES PAR EPM2005/INSTAT) ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE VII. ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE
LATRINE
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE VIII. ECOLES PRIMAIRES PRIVEES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE
LATRINE
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE IX. TOTAL DES ECOLES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE LATRINE ..... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE X. POURCENTAGES D’ECOLES DISPOSANT DE POINTS D’EAU ERROR! BOOKMARK
NOT DEFINED.
ANNEXE XI. SITUATION DES CSB ..........................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XII. DOCUMENT : ORGANISATION INSTITUTIONNELLE ET PROCESSUS DE
DECENTRALISATION, AVEC ANALYSE DES RESSOURCES HUMAINES....... ERROR! BOOKMARK
NOT DEFINED.
ANNEXE XIII. TABLEAU DE REPARTITION DES 60 CADRES ...........ERROR! BOOKMARK NOT
DEFINED.
ANNEXE XIV. DOCUMENT : PROGRAMME ET PRIORITES NATIONALES (EXTRAIT DU
PROGRAMME NATIONAL DE L’EAU POTABLE ET DE L’ASSAINISSEMENT - PNAEPA) . ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XV. DOCUMENT : MECANISME DE SUIVI ET EVALUATION ..... ERROR! BOOKMARK
NOT DEFINED.
ANNEXE XVI. TABLEAUX SNISE PRESENTES DANS LE PNAEPA .......ERROR! BOOKMARK NOT
DEFINED.
ANNEXE XVII. COURBES DE SUIVI-EVALUATION............ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XVIII. DOCUMENT : BASE DE DONNEES DU SECTEUR EAU ET ASSAINISSEMENT
(BDEA)
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XIX. DOCUMENT : ENQUETE PERIODIQUE AUPRES DES MENAGE (EPM) .... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.

5|Page
ANNEXE XX. TABLEAU : LE BUDGET DE LA DEPA – ALLOCATIONS BUDGETAIRES 2008
MILLIONS D'AIARY ..........................................................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXI. TABLEAU : DEPENSE DE FONCTIONNEMENT ET D’INVESTISSEMENT PAR
SOURCE DE FINANCEMENT EN MILLIERS AR (REALISE) 2008 .............ERROR! BOOKMARK NOT
DEFINED.
ANNEXE XXII. DOCUMENT : DECRET CHARTE DIORANO WASH ..ERROR! BOOKMARK NOT
DEFINED.
ANNEXE XXIII. TABLEAU : REALISATION FIN 2008, PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS ET
RESULTATS PLANIFIES (RAPPORT SNISE - DIRECTION DES OPERATIONS -MINISTERE DE
L’EAU) ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXIV. DOCUMENT : EXTRAIT RAPPORT DE PASSATION EN MARS 2009 ...... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXV. TABLEAU : CALCULS DES COUTS ENGAGES PAR LES PARTENAIRES
PRIVES EN MILLIONS DE US$........................................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXVI. TABLEAU : LE BUDGET DE LA DEPA – LES ALLOCATIONS BUDGETAIRES
PAR PROGRAMME 2000-2008 MILLIONS D'ARIARY ...............ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXVII. TABLEAU : DEPENSE DE FONCTIONNEMENT ET D’INVESTISSEMENT PAR
SOURCE DE FINANCEMENT (REALISE) 2000-2008 ..................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXVIII. TABLEAU : PGE 2009 ET EXECUTION BUDGETAIRE 2009..................... ERROR!
BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXIX. TABLEAU : REALISATIONS 2009 ................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXX. DOCUMENT : EXTRAIT DU RAPPORT D’ACTIVITES – FIN JUILLET 2009
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXI. SITUATION DES DIRECTIONS INTER-REGIONALES ET REGIONALES
ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXII. EXTRAIT RAPPORT SUR LA REUNION DE COORDINATION DU SECTEUR
EAU, ASSAINISSEMENT, HYGIENE DU 13 AOUT 2009 A L’HOTEL PANORAMA-
ANTANANARIVO ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXIII. ORGANIGRAMME : CADRE LOGIQUE ...ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXIV. TABLEAU DE CADRE LOGIQUE................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXV. PHOTO EN AOUT 2009 ...................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXVI. PHOTO EN 2005...............................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.
ANNEXE XXXVII. LES FAMILLES PREFERENT ALLER LAVER LEURS LINGES DANS LES
RIVIERES ET LES CANIVEAUX .....................................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.

6|Page
1. INTRODUCTION

1.1. CONTEXTE : RAPPEL DES TERMES DE REFERENCE

Depuis le début de la crise politique, les informations précises relatives au secteur de l’eau et
de l’assainissement ne sont pas disponibles à tous les niveaux alors que l’impact effectif du
secteur sur le développement socio-économique du pays n’est plus à démontrer.

L’état de fonctionnement des comités régionaux WASH, organe palliatif aux représentations
décentralisées du Ministère de l’Eau, reste inconnu au niveau central du fait de la forte
perturbation rencontrée au niveau régional.

Face à cette situation qui paralyse les avancés du secteur de l’eau et de l’assainissement,
une étude de l’impact de la crise au secteur est nécessaire afin de définir les priorités à
considérer en tenant compte de l’aspect bien social et bien économique de l’eau et de
l’assainissement. Cette étude doit porter une attention particulière sur l’organisation
institutionnelle aux niveaux central et décentralisés, et sur la formulation des perspectives et
des actions à entreprendre pour une sortie de crise bénéfique à la population en ce qui
concerne le secteur eau et assainissement.

Les résultats attendus de cette étude sont alors :

Un rapport d’analyse complet de l’impact de la crise politico sociale de 2009 sur le


secteur eau - assainissement - hygiène avec propositions de plan d’action pour la
relance du secteur qui inclut à part les différentes analyses:
Les stratégies d’interventions au niveau central et au niveau décentralisé
Le partenariat à mettre en place pour réinstaurer la confiance mutuelle des différents
acteurs du secteur à tous les niveaux

La situation des comités régionaux WASH est à présenter séparément en tant qu’entité
ayant une forte implication des différents responsables régionaux issus de différents
secteurs. Une réorientation de la plate-forme Diorano-WASH pourrait découler de ce
diagnostic.

1.2. METHODOLOGIE

L’analyse de la situation du secteur du fait de la crise a été faite dans le cadre d’une
méthodologie comprenant :

Une analyse documentaire des différentes stratégies, politiques, programmes et


engagements dans le secteur
Une observation de la dynamique actuelle au sein du secteur
des visites et diagnostics des comités régionaux WASH en place.

Des interviews auprès des différents responsables et partenaires ont été conduits en
prenant les mesures adéquates pour obtenir des informations objectives.

7|Page
Les missions de diagnostic de la situation des comités régionaux Diorano-Wash et de la
situation du secteur eau, assainissement, hygiène, ont été effectuées dans les 16 régions où
le comité régional Diorano-Wash existe et dans la région Androy du fait du contexte
particulier de l’accès à l’eau dans la dite région. Les rapports relatifs à ces missions sont en
annexe.

Des fiches d’enquêtes ont été distribuées aux 16 comités régionaux et aux acteurs EAH à
Ambovombe, concernant les acteurs EAH, la commune chef lieu de région, les ménages (10
ménages d’un fokontany par commune chef lieu de région). Les thèmes des questionnaires
portent, en ce qui concerne les comités régionaux, les acteurs et les communes, sur les
activités entreprises, les conditions dans lesquelles les dites activités étaient développées
avant puis pendant la crise, les appréciations des différents acteurs sur leurs situations
actuelles, et pour les ménages, les conditions d’accès à l’eau potable, aux latrines et à
l’hygiène.

Les coordonnateurs régionaux (et le représentant de l’Unfpa/Paear à Ambovombe) avaient


la responsabilité d’envoyer les fiches à Antananarivo, les moyens financiers pour le faire leur
ayant été donnés.

2. SITUATION DU SECTEUR AVANT LA CRISE

En application de la méthodologie proposée les données présentées dans ce rapport


concernent, l’accès de la population à l’eau potable et aux infrastructures d’évacuation
d’excréta, l’Organisation institutionnelle et processus de décentralisation, avec analyse des
ressources humaines, les Programme et priorités nationales, le Mécanisme de suivi et
évaluation, les Financements disponibles et en cours de négociation ainsi que le partenariat
au sein du secteur.

2.1. ACCES DE LA POPULATION A L’EAU ET A L’ASSAINISSEMENT AVEC LES


SITUATIONS EN EAH AU NIVEAU DES ECOLES ET CENTRES DE SANTE

L’analyse de la situation de l’accès des populations à l’eau potable et à l’assainissement de


base (infrastructure d’évacuation des excréta) va se faire à partir des documents et calculs
officiels les plus récents. Les informations concernent les données statistiques disponibles
sans faire mention de la fonctionnalité ou non des infrastructures.

Pour l’accès à l’eau potable, le ministère de l’eau a effectué des calculs en fin d’année 2008
par l’inventaire des points d’eau réalisés jusqu’à fin 2008 par tous les acteurs du secteur qui
lui ont transmis des données, pour le milieu rural, et par les données transmises par la
JIRAMA pour ce qui concerne le milieu urbain.

Pour l’assainissement de base, les dernières données disponibles, couvrant les 22 régions
de Madagascar se trouvent dans EPM 2005, et c’est à partir de ces informations que
l’analyse de la situation de l’accès aux latrines sera faite. Les calculs des taux ont été
effectués en se référant aux nomenclatures adoptées par le Comité Diorano-Wash,

8|Page
(plateforme de concertation qui réunit tous les acteurs du secteur, mise en place en 2003),
pour définir ce qui est considéré à Madagascar comme latrines hygiéniques

Pour les écoles, le document exploité est une liste complète qui a été fournie par le ministère
de l’éducation, donnant les chiffres, sans mention de l’état des infrastructures.

Pour les CSB des données ont été fournies par le ministère de la santé et par les équipes de
l’Unfpa d’Atsimo-andrefana et de Melaky.

A partir de l’exploitation de ces documents la situation en 2008 de l’accès aux infrastructures


d’eau et d’assainissement, en termes de taux d’accès, se présente selon ce qui est décrit ci-
dessous.

2.1.1. ACCES A L’EAU POTABLE

Sur le plan national en fin 2008, les taux d’accès à l’eau potable sont de 50,29% pour le
milieu urbain et de 36,92% pour le milieu rural, soit 39,86%1 pour tous milieux confondus.2

Il apparaît que le taux en milieu urbain a diminué, puisqu’ en 2007 il était de 57,32%3,
poursuivant ainsi sa constante régression depuis 2005 où il avait atteint son plus haut niveau
(63,49%4).

Ceci est constaté dans la réalité sur le terrain par la longueur des queues au niveau des
bornes fontaines et par les difficultés pour les ménages à obtenir de nouveaux
branchements particuliers.

Ce phénomène est dû à la croissance démographique supérieure à l’augmentation de la


capacité de production de la JIRAMA, société d’Etat chargée de la production et de la
distribution de l’eau potable pour 65 centres urbains.

Déjà en 2000, une mission d’évaluation de la BANQUE MONDIALE.(Aide –Mémoire :


Madagascar-Alimentation en Eau Potable et Assainissement en Zone Urbaine Situation du
Secteur et Propositions pour le Développement à Moyen Terme(14 février au 1 mars 2000))
a constaté que «L’évolution de la consommation d’eau potable… a été caractérisée par une
croissance du nombre d’abonnés domestiques de 2.9% par an inférieure à la croissance de
la population urbaine estimée à 3.5% par an » et que « ….A part quelques extensions de
réseaux de distribution, aucun investissement important n’a été effectué au cours des dix
dernières années dans le secteur de l’AEPA… » (Situation constatée en 2000 et qui reste en
vigueur jusqu’à présent).

En milieu rural, l’accès à l’eau potable s’améliore puisque la courbe présente une croissance
de 22,20% en 2000 à 36,92% en 2008. Ce résultat est obtenu grâce aux réalisations du
PAEPAR (Projet Pilote d’approvisionnement en Eau Potable et Assainissement en milieu
rural, financé par la Banque mondiale) par les projets de forages d’eau et de réalisation

1
Source : Calcul à partir de la BDEA du Ministère de l’Eau.
2
Source : Voir annexes I à VI les tableaux de chiffres et les courbes d’évolutions
3
Source : Calcul à partir de la BDEA du Ministère de l’Eau.
4
Source : Calcul à partir de la BDEA du Ministère de l’Eau.
9|Page
d’adduction d’eau par pompage par la Jica, les forages d’eau du projet AEPA-Fad, du
PAEAR (Programme d’approvisionnement en eau potable et assainissement en milieu rural),
financé par la Bad, ceux de l’Unicef et des autres acteurs.

On constate une distorsion entre le milieu rural (36,92%) et le milieu urbain (50,29%) alors
qu’il y a plus de personnes en milieu rural (78% contre 22%).

Les inégalités existent aussi entre les régions. Les variations des taux sont, en milieu urbain
de 1,37% pour l’Androy à 78,43% pour Diana, et en milieu rural, de 1,16% pour Melaky à
98,8% pour Itasy.

Pour les écoles primaires, la situation de l’existence de point d’eau pour l’usage de l’école
est montrée par les chiffres suivants : 13% des écoles publiques, 39% des écoles privées, et
19% pour l’ensemble.

Ce qui est très faible et justifie la mise en œuvre du programme « écoles amies des Diorano-
Wash » dont l’un des objectifs est de doter les écoles d’infrastructures d’eau (avec les autres
composantes de Diorano-Wash, c'est-à-dire les latrines, le système de lavage des mains
avec du savon, l’éducation à l’hygiène).

L’inégalité entre les régions se manifeste ainsi : de 5% pour Atsimo-Atsinanana et 6% pour


Sofia à 48% pour Analamanga.

Au niveau des centres de santé, le taux d’accès à l’eau est de 15% tandis que l’accès aux
latrines est de 40% avec toujours la même disparité régionale qui va de 2% pour la région
Atsinanana à 42% pour la région Analamanga en matière d’accès à l’eau et de 12% pour la
région Haute Matsiatra à 60% pour la région Amoron’i Mania en matière d’accès aux latrines.
(Voir tableau liste CSB par région en annexe XI)

2.2.1. ACCES AUX LATRINES

Les calculs effectués pour 2005, année de la dernière EPM disponible, montrent que les
taux sont de 68,70% en milieu urbain, 47% en milieu rural, et 52% pour le taux national. .
(Voir en annexes III, IV,VI, les tableaux de chiffres et les courbes d’évolutions)

Des disparités existent aussi entre les régions, en milieu urbain de 18,19% pour l’Androy à
97,15% pour Itasy, et en milieu rural de 6,41% toujours pour l’Androy, à 94,46% toujours
pour Itasy.

Pour les écoles, les pourcentages d’établissements disposant de latrines sont les suivants :
24% des écoles publiques, 51% des écoles privées, et 30%% pour l’ensemble.

En qui concerne l’existence de latrines dans les CSB, rappelons que les données sont
incomplètes. La situation à partir des informations disponible montre un taux le plus élevé
pour Betsiboka 68,3% et le plus faible à Analanjirofo avec 10,3%. D’après une présentation
faite lors de l’Assemblée générale de Diorano-Wash en février 2009, il est rapporté que
« …. Durant l’année 2008, 116 CSB (Ndlr : sur 2493 CSB à Madagascar selon les chiffres
transmis par le Ministère chargé de la Santé) ont été en phase de labellisation en CSB-Amis
de Wash par les partenaires USAID à travers les projets HIP, SantéNet2 et Voahary Salama,
l’UNFPA dans ses 8 régions d’intervention…et pour cette année 2009, nous nous sommes

10 | P a g e
engagés d’atteindre le nombre de 400 CSB labellisés. ». Le label « CSB-Amis de Wash » est
octroyé pour un CSB qui dispose d’eau potable et de latrine.

Le nombre de réalisation est très faible, et malheureusement le contexte fait qu’il ne semble
pas possible d’atteindre les résultats prévus pour 2009.

2.2. ORGANISATION INSTITUTIONNELLE ET PROCESSUS DE DECENTRALISATION,


AVEC ANALYSE DES RESSOURCES HUMAINES

2.2.2. HISTORIQUE

L’organisation actuelle institutionnelle du secteur de l’eau résulte d’un processus de réforme


qui a débuté en 1991, qui a permis de mettre en place 3 documents fondamentaux sur
lesquels se base l’organisation sectorielle actuelle. Ce sont La stratégie sectorielle et Plan
d’Action (SSPA) du secteur Eau et Assainissement, la Déclaration de politique sectorielle de
l’eau et de l’assainissement, le code de l’eau (Loi No 98-029) et ses 13 décrets d’application.

A partir de 2000, les acteurs du secteur eau, assainissement, hygiène (partenaires


techniques et financiers, ministères et institutions gouvernementales concernées,
administrations décentralisées, secteur privé, ONGs, société civile, communautés de base)
ont entrepris des actions pour aboutir à une organisation structurelle, dotée de plusieurs
documents de politique, de stratégie, d’un programme et de plans d’actions.

Un des documents stratégiques de base, qui a résulté de ces actions, est le document
« « Elaboration d’un Manuel de Procédure pour la mise en place des projets Eau et
Assainissement », validé en 2005, dans lequel l’organisation institutionnelle du secteur est
définie.

Cette organisation institutionnelle comprend les différents acteurs présentés ci-dessous.

2.2.3. ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

Les différents acteurs intervenants dans le secteur eau et assainissement sont les
suivants :

Le Ministère Chargé de l’Eau

Le Ministère chargé de l’eau a été mis en place en juillet 2008 pour répondre concrètement à
une recommandation formulée lors de la revue sectorielle de 2007.

Son organisation générale est fixée comme suit : Le Ministre et les STRUCTURES qui lui
sont rattachées directement : LE CABINET DU MINISTRE, (un Directeur de Cabinet, cinq
Conseillers Techniques, deux Chargés de mission, un Attaché de Presse, un Chef du
Protocole, le Service du Partenariat, le Service de l’Information et de la Communication , le

11 | P a g e
Service des Affaires Juridiques et du Contentieux , le Secrétariat Particulier du Ministre ,
l’Unité de Gestion de la Passation des Marchés Publics), la DIRECTION GENERALE, la
Direction Administrative et Financière (le Service Financier, le Service des Ressources
Humaines , le Service de la Logistique et du Patrimoine, le Service Médico-social), la
Direction des Opérations (le service de l’Approvisionnement en Eau Potable ,le service de
l’Assainissement et du Génie Sanitaire, le Service d’Appui à la Gestion des Ressources en
Eau, le Service de la Banque des Données) .

Il n’y a pas de Secrétariat Général.

D’après le décret d’instauration, le ministère est chargé de la conception, de la gestion et de


la mise en œuvre de la politique du Gouvernement visant un développement durable et
soutenu du pays conformément aux objectifs du Madagascar Actions Plan (MAP), en
matière d’eau potable et d’assainissement avec comme finalité d’assurer les conditions de
croissance économique et de bien-être de la population.

Les organismes rattachés sont : le Centre National de l’Eau, de l’Assainissement et du Génie


Rural (CNEAGR), l’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine
d’Antananarivo (APIPA), le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo
(SAMVA), l’Agence pour l’Eau Potable dans le Sud (AGEPS), l’Autorité Nationale de l’Eau et
de l’Assainissement (ANDEA), le Jiro sy Rano de Madagascar (JIRAMA-EAU).

Le Centre National de l’Eau, de l’Assainissement et du Génie Rural

Le CNEAGR est chargé de réaliser des études et recherches en matière d’Eau,


d’Assainissement et du Génie Rural ,de réaliser des formations initiales et continues
diplômantes ,de perfectionner des cadres techniques aptes à mener efficacement des
travaux relatifs à l’Eau, à l’Assainissement et au Génie Rural, de vulgariser et valoriser les
résultats des études et recherches, d’effectuer des travaux, des contrôles, des surveillances
et suivis nécessaires à tout projet de construction, d'aménagement et de réhabilitation relatifs
à l’Eau, à l’Assainissement et au Génie Rural d'organiser des séminaires et ateliers.

L’Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo

L’APIPA est un établissement public à caractère administratif chargé de la police, de


l’exploitation et de la maintenance des ouvrages et équipements destinés à la protection
contre les inondations de la plaine comprise dans le périmètre du Grand Tanà,

Le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo

Le Service Autonome de Maintenance de la Ville d’Antananarivo (SAMVA) est responsable


de l’assainissement urbain sur la commune Antananarivo, notamment en ce qui concerne
le volet ordures ménagères. L’assainissement urbain en ce qui concerne le volet eaux usées
et eaux pluviales relève du Ministère chargé de l’Eau.

12 | P a g e
L’Agence pour l’Eau Potable dans le Sud,

L’Agence pour l’Eau Potable dans le Sud (AGEPS) est l’organisme chargé de
l’approvisionnement en eau potable dans l’extrême-sud de Madagascar par camions-
citernes, à partir de systèmes d’adduction d’eau par pompage avec groupe électrogène à
Antanimora, Andalatanosy, Beraketa,Tsivory, Isoanala, et à partir de systèmes d’adduction
d’eau par pompage solaire à Ambondro, Bemavorika, Andrebasy, Ifotaka, Lovasoa,
Mahavelo, Itoby.

L’Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement (ANDEA)

L’Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement (ANDEA), assure la Gestion


Intégrée des Ressources en eau (GIRE) à Madagascar. Il est actuellement en phase
d’attente d’une restructuration.

La JIRAMA

La JIRAMA, société d’Etat est chargée de la production et de la distribution de l’eau potable


pour 65 centres urbains. Elle fait l’objet d’un processus de restructuration, qui a débuté en
2005 et qui est actuellement dans une phase d’attente du fait de la suspension du contrat du
Directeur général expatrié qui a été remplacé par un Directeur général malgache en 2009.
Cette restructuration est passée par la mise en place d’un contrat de gérance avec
Lahmeyer de 2005 à 2007, puis par un contrat de gestion avec un directeur général
expatrié en 2008.

2.2.4. DECENTRALISATION

Un processus de décentralisation et de déconcentration est engagé par le gouvernement.


L’un des quatre objectifs fixés par le Programme National de la Décentralisation et de
Déconcentration est de tendre vers l’ajustement des budgets programmes des ministères. A
terme, l’objectif est de permettre aux Collectivités Territoriales Décentralisées (CTD) et aux
Services Territoriaux Décentralisés (STD) de planifier et de piloter le développement local.

Le ministère de l’eau a entrepris plusieurs actions pour s’intégrer dans ce Programme de


décentralisation par l’application des principes des transferts des responsabilités, des
capacités et des moyens vers les régions.

Le Ministère a mis en place, en fonction des moyens budgétaires disponibles, 11 Directions


Régionales/inter-régionales dont 3 Directions régionales qui sont Atsimo – Andrefana,
Atsimo Atsinanana, Vatovavy Fitovinany et 8 Directions inter-régionales, à savoir :

1. Analamanga –Alaotra Mangoro,


2. Vakinankaratra – Menabe – Melaky,

13 | P a g e
3. Androy – Anosy,
4. Diana – Sava,
5. Boeny – Bestiboka – Sofia,
6. Haute Matsiatra – Amoron’i Mania – Ihorombe,
7. Itasy – Bongolava
8. Atsinanana-Analanjirofo

Ces directions déconcentrées ont été mises en place, pour assurer la planification et la
supervision des activités du programme national du secteur et appuyer les régions et les
communes dans les tâches de planification, exécution et suivi des actions menées.

Les moyens en ressources humaines, techniques, et financiers ont été octroyés, mais se
sont révélés très insuffisants. Sur les 60 cadres recrutés, 50 ont été programmés pour être
affectés dans les Régions5

Au niveau des bureaux, 5 Directions ont pu être logées (Analamanga, Atsimo-Andrefana,


Atsinanana, Boeny, Haute Matsiatra), les autres se trouvant dans des locaux provisoires.

Le Budget de fonctionnement varie entre 26 Millions d’Ariary et 76 Millions d’Ariary suivant la


région, et aucune Direction déconcentrée ne dispose de budget d’investissement.

Sur le plan du renforcement de capacité du personnel affecté, un programme d’installation


de la BDEA, pour assurer les activités de suivi-évaluation, a été mis en œuvre avec la
formation des cadres pour les manipulations de base concernant principalement la collecte
et les saisies des données. Pour les activités de Programmation et Planification, il a été
aussi commencé en 2008, par la mise en place du BPOR, et la formation des cadres
décentralisés pour la maitrise de cet outil.

La BDEA et le BPOR, n’ont pas pu être rendus efficacement fonctionnels, du fait de la


suspension des activités de formations par des décisions administratives, alors que les
moyens financiers étaient disponibles.

2.2.5. RESSOURCES HUMAINES

Le recrutement des 60 cadres a commencé mais durant le premier trimestre 2009, les
dossiers étaient soient en attente de visas administratifs, soit les cadres étaient en attente
d’affectations.

La répartition des cadres recrutés en termes de quantité est la suivante :

5
Voir tableau 1 : programme d’affectation des ressources humaines recrutées

14 | P a g e
Tableau 01. Programme d’affectation des ressources humaines recrutées6
N° Directions inter-régionales Régions concernées nombre de cadres affectés
ALAOTRA MANGORO 4
1 ANALAMANGA-ALAOTRA MANGORO
ANALAMANGA 5
ANDROY
2 ANDROY ANOSY 5
ANOSY
ATSINANANA
ATSINANANA - ANALANJIROFO 4
3 ANALANJIROFO
VAKINAKARATRA 4
4 VAKINANKARATRA-MENABE -MELAKY MENABE 5
MELAKY 0
BOENY
5 BOENY - BETSIBOKA - SOFIA BETSIBOKA 4
SOFIA
DIANA
DIANA - SAVA 4
6 SAVA
HTE MATSIATRA
HTE-MATSIATRA - AMORON'I MANIA- AMORON'I MANIA 4
IHOROMBE
7 IHOROMBE
ITASY
ITASY-BONGOLAVA 4
8 BONGOLOAVA
Directions régionales Régions concernées nombre de cadres affectés
1 VATOVAVY FITOVINANY VATOVAVY FITOVINANY 4
2 ATSIMO ATSINANANA ATSIMO ATSINANANA 1
3 ATSIMO ANDREFANA ATSIMO ANDREFANA 2
Total cadres affectés en régions 50
Ministère central nombre de cadres affectés
1 DIR/CAB Min.Eau ANTANANARIVO 2
2 U G P M Min.Eau ANTANANARIVO 1
3 DIR OPERATIONS Min.Eau ANTANANARIVO 6
4 DAF/Min.Eau ANTANANARIVO 1
Total au ministère central 10
Total général 60

6
Source : Rapport de passation de Mars 2009 (annexe XXIV)
15 | P a g e
Les recrutements des directeurs régionaux et interrégionaux ont été faits, mais la majorité
d’entre eux ne connaissent pas suffisamment bien le secteur, notamment tous ses défis et
approches stratégiques :

 Seuls les directeurs d’Atsimo-andrefana et de Haute Matsiatra-Amoron’i Mania-


Ihorombe, sont des ingénieurs hydrauliciens issus des anciennes directions
interrégionales de l’énergie et des mines,
 Le premier responsable du secteur EAH pour la direction inter-régionale Boeny-
Betsiboka-Sofia est un ingénieur hydraulique mais il n’est pas nommé directeur
 2 viennent de la JIRAMA,
 1 est un ancien cadre de la direction interrégionale de l’énergie et des mines, mais l’a
quitté pour des études en environnement, et est revenu après,
 1 est un ancien cadre de L’ANDEA,
 1a été Directeur technique de l’Aes, puis SG de la Région de l’Androy,
 les 3 autres viennent de l’extérieur du secteur (Analamanga-Alaotra Mangoro,
Atsinanana-Analanjirofo, Atsimo-Atsinanana.

Cette situation est celle rencontrée avant mars 2009.

2.3. PROGRAMME ET PRIORITES NATIONALES

Le secteur eau et assainissement dispose d’un programme national, établi de façon


participative avec tous les acteurs, et validé lors de la revue sectorielle de 2007. Il s’agit du
Programme National d’Accès à l’Eau Potable ou PNAEPA.

Dans ce document le secteur s’est fixé deux défis à relever, à savoir « Améliorer de manière
significative l’accès à l’eau potable et à l’hygiène » et « Approvisionner la population en eau
potable et généraliser les pratiques hygiéniques et sanitaires ».7

Ce document contient les résultats chiffrés en nombres d’infrastructures d’Eau potable et


d’assainissement, à réaliser annuellement en se basant sur les objectifs à atteindre, en taux
d’accès à l’eau potable et à l’assainissement de base, en partant des taux de 1990 qu’il faut
réduire de moitié d’ici 2015.

Les objectifs à atteindre sont les suivants :

1. pour l’accès national à l’eau potable, passer de 38% en 2006 à 65% en 2012, c’est à
dire fournir de l’eau potable à au moins 7,2 millions de personnes additionnelles,
2. pour l’accès national aux infrastructures d’assainissement de base (latrine), passer
de 52% en 2005 à 71% en 2012, soit permettre à 6 millions de personnes
additionnelles l’accès aux infrastructures d’assainissement de base (latrine).

Les objectifs du PNAEPA ont été fixés en se basant sur les recommandations, formulées
lors de la revue sectorielle de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, en mars 2007, et
qui sont présentées en annexe XIV.

7
Voir un extrait du Pnaepa détaillant ces 2 objectifs en annexe XIV

16 | P a g e
En Novembre 2008, lors des « Dialogues présidentiels » tous les acteurs du secteur ont
adopté les engagements pour les actions à entreprendre en vue de contribuer à
atteindre les objectifs du Millénaire pour le Développement.

Ces engagements devant être exécutés en 2009 sont présentés en annexe XIV.

2.4. MECANISME DE SUIVI ET EVALUATION (ANNEXES XVI A XIX)

Le système de suivi-évaluation comprend le Système National Intégré de Suivi-Evaluation


ou SNISE, la Base de données du secteur eau et assainissement (BDEA), les enquêtes
périodiques auprès des ménages (EPM).

Le SNISE comprend
 Une fiche de collecte d’informations pour le suivi-évaluation du MAP, à remplir
annuellement par tous les ministères et à envoyer au Service de suivi-évaluation du
Ministère chargé des Finances et du Budget, et dont le format permet de présenter :
les 2 Défis à relever, les indicateurs ( taux de la population ayant accès de façon
permanente à l'eau potable au niveau national, en milieu urbain, en milieu rural, taux
de la population ayant accès de façon permanente aux infrastructures d'hygiène au
niveau national, en milieu urbain, en milieu rural), les objectifs (pourcentages à
atteindre pour l’année, les réalisations en nombre d’infrastructures) , pourcentage (%)
de réalisation entre ce qui est réalisé par rapport à ce qui a été prévu, explication des
écarts (forces et faiblesses), entités responsables ;
 Le Tableau de suivi des réalisations des recommandations des Dialogues
Présidentiels montrant la liste des réalisations, les explications des écarts, les
problèmes et obstacles, les propositions de solutions prioritaires ;
 Le Tableau de suivi des réalisations à remplir par quadrimestre, dont la fiche
spécifique pour le secteur EAH donne les nombres de points d’eau et de latrines
réalisés ;
 Les tableaux Snise utilisés par le PNAEPA et reprenant le système de comptage par
an du BPOR : (Matrice des résultats : les 2 Défis, Effets, Produits, hypothèses et
risques : facteurs externes non maitrisés ); Un tableau de suivi-évaluation : Défis,
Résultats, Indicateurs, baseline et cible, sources de vérification, fréquence de
collecte ; Un tableau de suivi de la progression annuelle ; les courbes ODMs ; Un
tableau de suivi du Costing global ; Un tableau de récapitulation des financements
nécessaires pour atteindre les objectifs des ODM ;
La Base de Données du Secteur Eau et Assainissement (BDEA) : collectes des
données de tous les points par inventaires sur terrains, reportées sur des fiches
d’inventaires IPO (Inventaires Point d’Eau) qui sont systématiquement envoyées aux
agents chargés de la BDEA au niveau central et dans les 6 BDEA installées dans les
chefs lieux des ex-provinces, lesquels doivent effectuer les saisies sur fichiers Excel
et sur fichiers Accès, et effectuer les opérations de transfert automatique sur carte
MapInfo au 1 :500 000 et 1 :100 000 sur lesquelles sont indiquées automatiquement
les limites des Régions, Districts, Communes, les localités (Villes et villages de
Madagascar officiellement inventoriés par FTM) ; calculs des taux d’accès en utilisant
la base officielle « Populations de Madagascar » de L’INSTAT ( utilisant une
projection par taux de croissance démographique depuis RGPH 1993), cartographie
automatique des points d’eau avec les noms, les descriptions et le numéro de code

17 | P a g e
d’identification informatisée (numéro IPO, marqué sur le point d’eau sur le terrain),
identification du bassin versant et du contexte géologique et hydrogéologique du
point d’eau, permettant une cartographie des ressources en eaux ;
L’Enquête Périodique auprès des Ménage (EPM) qui permet de calculer les taux
d’accès aux latrines, par des données obtenues par enquêtes. L’EPM concerne
plusieurs secteurs, mais selon les informations fournies par les responsables de
l’INSTAT c’est l’enquête la plus complète si on considère le secteur de
l’assainissement, car son échantillonnage en nombre de ménage est plus grand que
celle de l’EDS (de plus l’EPM 2005 a des données pour les 22 régions).

2.5. FINANCEMENT DISPONIBLE ET EN COURS DE NEGOCIATION : FINANCEMENT


INTERNE ET EXTERNE
Les informations fournies dans ce rapport sont tirées des données contenues dans un
dossier de la Direction des Opérations de l’ancienne organisation du ministère de l’eau.

La situation du budget 2008 est montrée par le tableau ci-dessous.

Tableau 02. Performance budgétaire du Ministère de l’eau pour 2008

Budget 2008 Alloué Dépensé %

en millions en millions
AR en millions Us$ en millions AR Us$

TOTAL INVESTISSEMENT 76 409 866 42,45 21 645,93 12,03 28%

TOTAL FONCTIONNEMENT 926 307 0,51 777,82 0,43 85%

COMPTE PARTICULIER 80 000 0,04

TOTAL 77 416 173 43,01 22 423,75 12,46 29%

L’examen de ce tableau montre que le Taux de décaissement est de 29,06%, soit


85% pour le budget de fonctionnement et 28% pour le budget d’investissement.

En termes de TAUX D’ENGAGEMENT par projet selon les documents du ministère, la


situation est la suivante :

18 | P a g e
Tableau 03. Taux d’engagement par projet8

Conclusion

Pour assurer l’atteinte des ODMs il est stipulé dans le document le PNAEPA que le budget
nécessaire est de 147,23 millions de US $ pour 2008.

L’ensemble du financement mobilisé en 2008 comprend 43,01 millions de us$ pour le


ministère et 11,3 millions de us$ pour les partenaires privés, soit au total 54,31millions de
us$. Ce qui fait 37% du budget nécessaire.

Pour les décaissements, le ministère a décaissé 12,46 millions de us $ et les partenaires


11,9 millions de us$. (annexe XXV le tableau de réalisations 2008 par les partenaires,
annexes XXVI et XXVII les tableaux du budget 2008). Le taux de décaissement est de 61%.

Ces différents chiffres montrent que le secteur ne peut pas, dans le contexte de la
performance budgétaire de 2008, atteindre les objectifs ODMs. En effet, pour atteindre les
taux d’accès à l’eau potable et aux infrastructures d’évacuation d’excréta prévus en 2015,
des résultats concrets exprimés en nombres de points d’eau et de latrines réalisés par an
doivent être constatés, obtenus par des activités financées par les montants de budgets
annuels présentés dans le PNAEPA, devant correspondre à l’allocation budgétaire du PGE
(Programme Général de l’Etat). Or le budget du PGE n’a pas atteint le chiffre prévu par le
Pnaepa, d’une part, et d’autre part, même pour ce montant budgétaire non adéquat, le taux
de décaissement est faible. Ainsi, le nombre d’infrastructure réalisé ne correspond pas aux
résultats nécessaires permettant d’atteindre les ODMs.

8
Source : Rapport d’activités de juillet 2009 (annexe XXX)
19 | P a g e
2.6. PARTENARIAT AU SEIN DU SECTEUR

Le partenariat s’exprime par l’existence d’actions coordonnées, synergiques et


complémentaires, concrétisées par des interventions techniques et financières, visant
l’atteinte d’un objectif commun en appliquant des principes et des approches basés sur des
valeurs partagées. Il s’appuie aussi sur la concertation, le dialogue objectif, les échanges
d’informations et d’expériences, dans le cadre d’une plateforme de rencontres et de
discussions pérenne.

Le secteur de l’EAH dispose de ce processus et de ce cadre, par l’existence de nombreux


intervenants actifs, les ministères autres que celui chargé directement de l’eau, les
collectivités décentralisées , le secteur privé, société civile et ONGS, les usagers, les
partenaires techniques et financiers, et le comité Diorano-Wash qui est une plateforme
réunissant tous les acteurs.

Les interventions de ces acteurs sont décrites ci-dessous.

Les Ministères autres que le Ministère de l’Eau

Les autres Ministères impliqués dans le secteur de l’eau et de l’assainissement, de l’hygiène,


sont les Ministères chargés : de la Décentralisation, de l’Aménagement du Territoire, de
l’Environnement, des Eaux et forêt, des Finances – économie - budget, de l’Agriculture, de
l’élevage – de la pêche, de la Météorologie et sont représentés au conseil d’administration
de l’ANDEA.

En 2008 la Politique et Stratégie nationale de l’assainissement a été également adopté par


un décret interministériel.

Dans ce document, il est annoncé la mise en place d’un comité interministériel de pilotage
de développement de l’Assainissement en général, indiquant entres autres la définition
claire et le partage, des rôles et responsabilités des acteurs concernés par l’assainissement,
notamment les ministères et les collectivités décentralisées.

Les collectivités décentralisées

Les communes sont les maîtres d’ouvrages des systèmes d’approvisionnement en eau
potable et d’assainissement. Cependant, pendant une période transitoire et conformément
aux dispositions de la Loi et du décret d’application, l’Etat assure la maîtrise d’ouvrage
déléguée des dits systèmes. Elles assurent la gestion du service d’évacuation des eaux
usées et pluviales, ramassage et des ordures ménagères.

Dans les centres dont les installations ne sont pas gérées par la JIRAMA, la responsabilité
de fourniture d’eau potable est confiée soit aux communes qui l’assurent en régie, en
mettant en place des gestions communautaires par les associations d’usagers au niveau des
bornes-fontaines, soit à des gestionnaires délégués où il existe des possibilités de
branchement particulier et des bornes fontaines gérées par des fontainiers.

20 | P a g e
Le secteur privé, la société civile et les ONG

Le secteur privé, la société civile et les ONG participent à l’exécution des études, des
travaux et des actions d’Information-Education-Communication, de la gestion des
infrastructures d’approvisionnement en eau potable par passation des contrats de gestion
délégué.

Les usagers

Les usagers participent aux décisions, aux travaux, à la maintenance, à la gestion des
installations et aux recouvrements des coûts, notamment par le paiement des services
d’eau, en tenant compte des mesures prises pour les plus pauvres et les plus démunis, ainsi
que de leur volonté et de leur capacité a payer.

Les partenaires techniques et financiers

Les partenaires techniques et financiers interviennent dans le secteur par le financement de


l’exécution des études, des IEC, et travaux et des actions de renforcement de capacité des
intervenants, notamment au niveau des communes, du secteur privé, des ONG par la
pérennisation des systèmes mis en place.

Une assistance dans les orientations de la stratégie et de la politique sectorielle a été aussi
apportée, notamment par des appuis au niveau de l’expertise technique.

Dans l’évaluation des réalisations en termes d’infrastructures, les rapports du ministère font
apparaître des latrines et des points d’eau exécutés par des organisations privées financés
par différents bailleurs de fonds. (Voir en annexe XXV le tableau de réalisations 2008)

La plate-forme Diorano-Wash

La plate-forme Diorano- Wash est une structure de concertation et de coordination de tous


les intervenants du secteur eau, assainissement, hygiène, dont les Ministères, les ONG
internationales et nationales, le secteur privé, les partenaires techniques et financiers en
sont membres. Cette mission est un appui à la coordination du secteur EAH, assurée par le
ministère chargé de l’eau. Il s’agit « d’assurer une fluidité d’information en son sein et entre
ses membres et les autorités compétentes, de telle sorte qu’une communication à la fois
verticale et horizontale dans les deux sens soit une règle au sein de Wash » (extrait de la
Charte Diorano-Wash : III-3. Principes).

Elle est officiellement mise en place par le DECRET N° 2008 – 094 , portant approbation et
adoption de la charte Diorano –WASH, le 15 janvier 2008.

Cette charte et une stratégie sont ainsi en place depuis janvier 2008 pour définir, entres
autres, les rôles et responsabilités du Diorano-Wash.

21 | P a g e
Le Diorano-Wash a comme missions l’appui et l’assistance aux organismes officiels
responsables du secteur de l’eau, par la mise en œuvre d’activités de FACILITATEUR, à
partir des ACTIONS de ses 6 axes stratégiques présentés dans la charte Diorano-Wash (voir
en annexe XXII) et le document « Stratégie nationale Diorano-Wash ». Un résumé de ces
axes stratégiques se trouve également dans l’annexe XXII.

2.7. REALISATION FIN 2008, PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS ET RESULTATS


PLANIFIES

Lors de la réunion sectorielle tenue au Panorama le 13 août 2009, une présentation sur les
réalisations 2008 a été faite et montre une synthèse suivante :

3 362 points d’eau réalisées dont 1369 nouveaux branchements (742 JIRAMA et
627 Privés) et 1993 nouveaux points d’eau dans les zones hors JIRAMA (736 sur
RPI et 1257 réalisations hors PIP).
190 pompes à motricité humaines posées dans les régions d’Anosy et d’Ihorombe
Adoption des documents cadres (PNAEPA, PSNA, Charte Diorano Wash),
Réalisation de 3587 latrines dont 878 sur RPI et 2709 réalisations hors PIP

En termes de performance, en se référant au PNAEPA (annexe XIV) et au projet de budget


2008 (annexe XX) la situation est la suivante :

Tableau 04. Comparaison prévision et réalisation en nombres


d’infrastructures pour 20089

En termes de populations additionnelles desservies, il y a 40% de satisfactions pour l’accès


aux points d’eau et aux latrines.

9
Sources : Tableau x en annexe XX,XXI,XXV
22 | P a g e
3. IMPACT DE LA CRISE SUR LE SECTEUR

3.1. IMPACT DIRECTE OU IMMEDIAT ET A COURT TERME

3.1.1. Impacts sur les conditions d’accès à l’eau potable et à


l’assainissement

3.1.1.1. EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN

Le niveau d’accès à l’eau potable s’est dégradé.

Les chiffres de 2009 de la JIRAMA ne sont pas disponibles mais l’analyse de la situation en
termes de réalisation concrète pour augmenter le nombre de point d’eau fait apparaître les
différents points décrits ci-après.

Le PGE 2009 prévoit la mise en place de 950 bornes-fontaines et 9 500 Branchements


particuliers. Or, il n’ y a que 71 BF réceptionnées pour le projet financé par l’Unicef et le
reste des actions n’a produit que des études dont 14 APD sur 30 prévus concernant les
grands centres approuvés, pour le Paear.10

L’amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu urbain provient en grande partie des
actions menées par la JIRAMA.

Les mêmes sources d’informations citées 11 indiquent que la JIRAMA n’a pas pu augmenter
la production d’eau et accroitre les réseaux de distributions, tous ses programmes pour
l’amélioration de sa performance étant en phase d’étude et en attente de non objection (BEI,
BADEA).

Il n’y aura pas d’amélioration de l’accès à l’eau potable en milieu urbain si on se réfère au
résultat de 71 bornes-fontaines sur 950.

Lors des missions de diagnostic, cette situation est confirmée par les réponses des agents
JIRAMA dans toutes les réunions organisées par les missionnaires (sauf à Antananarivo où
la JIRAMA n’était pas représentée), qui ont mentionné la nécessité d’agir rapidement pour
l’augmentation de la production et de la distribution d’eau.

3.1.1.2. EAU POTABLE EN MILIEU RURAL

Une évaluation de l’évolution de l’accès à l’eau potable peut être faite en comparant la mise
en place effective de nouveaux points avec ce qui doit être le nombre de points d’eau
nécessaire à réaliser pour améliorer effectivement la situation.

Dans le document PNAEPA les calculs pour les réalisations à entreprendre pour le secteur
EAH pour l’atteinte des ODMs ont permis d’estimer les nombres de points d’eau à mettre en
place par année.

10
Source : tableau de PGE 2009(annexe XXVIII), le rapport de passation en mars 2009(annexe XXIV), rapport
d’activités de fin juillet 2009 du ministère de l’eau (annexe XXX).
11
Source : Rapport de passation (annexe XXIV) et rapport d’activités (annexe XXX).
23 | P a g e
En se référant à ces objectifs, les prévisions d’exécution faites dans le PGE, et ce qui a été
réellement exécuté, il apparaît que la situation de l’accès à l’eau potable milieux urbain et
rural s’est dégradée.

Cela est montré dans le tableau ci-dessous (les calculs détaillés sont dans les tableaux en
annexes)12

Tableau 05. Situation de la population additionnelle devant être


approvisionnée en potable

Ce tableau indique qu’il y a 1 571 700 personnes de plus qui n’auront pas accès à l’eau
potable en 2009. 13

.Assainissement

Par le même raisonnement fait pour l’accès à l’eau potable, l’évaluation de l’accès
aux latrines en 2009 est la suivante :

Tableau 06. Situation de la population additionnelle devant accéder aux


latrines14

Il y aura 322 880 personnes de plus sans accès à des latrines en 2009.

Dans tous les cas, la priorité du secteur assainissement est d’augmenter rapidement le
nombre des familles ayant accès à des latrines respectant les normes et utilisées
rationnellement de façon durable. Cela ne peut être obtenu que par l’application de
l’approche-demande responsable dont le concept « CLTS ». Plusieurs acteurs du secteur
s’impliquant dans l’éducation sanitaire et la mobilisation communautaires ont développé
malgré la crise des activités basées sur cette approche et ont obtenu des résultats tangibles

12
Source : Tableaux de budgets en annexes XXV, XXVI, XXVII,XXVIII
13
Sources : TableauxSnise/Pnaepa(annexe XVI), PGE 2009(annexe XXVIII), rapports d’activités fin juillet
2009(annexe XXX)
14
Source : Tableaux de budgets en annexes XXV, XXVI, XXVII,XXVIII
24 | P a g e
en termes d’augmentation des familles ayant acquis des latrines. L’impact de la crise se fait
ainsi sentir par le fait que le ministère chargé de l’eau, dirigé par des personnes issues de
l’extérieur du secteur, applique l’approche consistant à « offrir des latrines » (Réalisations
BAD-AEPA : voir annexe XXX-page 155) qui peut remettre en cause le développement
efficace du secteur, si des solutions ne sont pas trouvées rapidement.

3.1.1.3. COLLECTE DES DECHETS

D’après l’étude sommaire effectuée à Antananarivo, les services de collecte des déchets
souffrent énormément de manque de moyens financier et matériels depuis janvier, réduisant
leur capacité d’intervention à 50% du niveau habituel. L’UNICEF a apporté un appui à la
collecte a été assuré de février à Avril 2009.

La situation dans les autres villes pouvait être évaluée par les réponses contenues dans la
« fiche commune » et dans la « fiche ménage », dans lesquelles la question sur la gestion
des déchets a été posée. Malheureusement, seules 6 régions ont envoyé leurs documents
(Atsimo andrefana, Boeny, Melaky, Sava, Analanjirofo, Amoron’i Mania), et 3 seulement ont
indiqué que les collectes d’ordures se font convenablement (Toliara, Maintirano, Ambositra),
les autres n’ayant rien mis dans la rubrique « déchets ».

3.1.1.4. PERCEPTION DE LA POPULATION SUR LA SITUATION DE L’EAU ET DE


L’ASSAINISSEMENT

Cette évaluation est une synthèse des résultats d’enquêtes dans les 17 localités visitées par
les missions Wash et entreprises avec les 16 comités régionaux Diorano-Wash et l’équipe
Unfpa/Paear d’Ambovombe. Le temps dévolu pour mener cette étude n’a permis
d’entreprendre que quelques enquêtes sommaires dans les chefs lieux des régions
visitées.15

L’étude de l’impact de la crise sur la population, notamment dans sa situation par rapport au
secteur eau-assainissement-hygiène, s’est faite autour de 3 thèmes :

Accès à l’eau potable


Utilisation des latrines
Lavage des mains avec du savon

Accès à l’eau potable


Les enquêtes ont porté sur les familles utilisant les bornes-fontaines, les fokontany choisi
étant dans les quartiers populaires

D’après les réponses des familles les constats suivants sont faits

La longueur des queues aux bornes-fontaines a augmenté ; ceci est dû un


accroissement plus grand du nombre population par rapport à l’augmentation du
nombre de borne fontaine, et d'autre part à l'incapacité de certains ménages à payer
la facture de JIRAMA les obligeant à arrêter leurs abonnements et aller ainsi grossir
le rang des usagers de bornes-fontaines ;

15
voir en annexe les rapports d’avancement des missions.

25 | P a g e
La part du budget alloué à l’eau par la famille a diminué (ce qui est normal, car les
prix du riz, de l’huile, de la viande, ont augmenté alors que d’après les familles les
revenus n’ont pas bougé) ;
Le nombre de seau d’eau acheté et le volume d'eau utilisée dans les ménages ont
diminué ;
Il a été constaté des abandons des bornes fontaines par les gérants, du fait de
déclarations politique spécifiant que l'eau devra être gratuite, et surtout au refus du
paiement de l'eau par des usagers car la volonté et la capacité à payer des ménages
auraient diminué ;
L’eau achetée est réservée en priorité à la préparation de la nourriture, un peu pour
se laver sommairement une fois dans la journée, généralement le matin avant d’aller
sortir (et donc le principe de se laver les mains aux moments critiques est accepté
mais pas pratiqué) , jamais pour nettoyer la dalle de latrine, et si la situation
géographique du logement le permet, la lessive se fait dans les eaux de rivières, un
puits traditionnel ou une source en bordure de rizière, ou dans les caniveaux, sinon,
de temps en temps il y a un achat spécifique d’un volume limité d’eau pour laver le
linge dans une bassine.16

Utilisation des latrines

La majorité des familles enquêtées utilisent des latrines traditionnelles en très


mauvaises conditions hygiéniques
La DAL est encore pratiquée quand l’espace le permet, et surtout quand la famille
constate qu’il est préférable de ne pas entrer dans la latrine devant l’état
complètement dégoutant de celle-ci.
Des dépenses pour les latrines ne sont pas dans les priorités budgétaires des
familles (le riz d’abord) ;
Les résultats (évaluation obtenue lors des missions Diorano-Wash en juillet-aout-
septembre 2009) de la mobilisation faite dans les chefs lieux de 8 régions
(consultations publiques du Paear en Février-Mars 2009) pour amener les familles à
présenter des demandes pour avoir des latrines montrent :
 Qu’il y a très peu de demande sauf pour la ville de Sambava (cette exception
s’explique par le fait que cette ville avait mis en place un dina obligeant toutes les
familles à avoir des latrines ; la crise a eu comme impact la suppression de ce dina et
cela va faire augmenter le nombre de familles pratiquant la défécation à l’air libre) ;
 Les familles semblent prêtes à plutôt « recevoir » des latrines avec le minimum
possible de contribution. Elles semblent toujours vouloir recourir à l’ancienne
approche qui est de contribuer par des apports de matériaux locaux et par des
participations en main d’œuvre. Ce qui n’est pas du tout conforme à l’approche
demande responsable. Le nombre de demandes de latrines n’est pas connu des
responsables contactés lors des rencontres avec les comités régionaux, et n’est pas
mentionné dans les fiches d’enquêtes qui ont été collectées

Lavage des mains avec du savon


Le savon n’est pratiquement pas utilisé pour se laver les mains sauf cas exceptionnel
où il est vraiment constaté que la main a été en contact avec de la matière
dégoutante, dont les matières fécales ;

16
Dans les files d’attente au niveau des bornes fontaines, en 2008, il y avait 3 à 5 seaux sur une ligne ;
en 2009, il a 2 rangées sur environ 10 m, dont des bidons de 20l. Voir photos en annexeXXXV et
XXXVI.

26 | P a g e
Le savon est acheté, en strict minimum, pour être utilisé pour laver le linge, les
ustensiles de cuisine et de repas, un peu pour le lavage corporel du matin quand
c’est possible et quand il y a une nécessité exceptionnelle d’enlever une matière
dégoutante.
Le lavage des mains, même sans savon, n’est pas pratiqué. (les informations
données lors des rencontres, qui rappelons le ne durant qu’une demi-journée, restent
« qualitatives », de même les réponses trouvées dans les fiches d’enquêtes qui ne
concernent aussi que 10 familles dans un fokontany de la localité chef lieu de la
région visitée.)

3.1.2. Impacts sur l’Organisation institutionnelle et processus de


décentralisation, avec analyse des ressources humaines

3.1.2.1. ORGANISATION ET ADMINISTRATION DU MINISTERE DE L’EAU

Dans le nouveau gouvernement mis en place par la Haute Autorité de la Transition (HAT), le
Ministère de l’Eau continue d’exister parmi les 22 ministères. Le nouveau ministre a entrepris
à mettre en place un nouvel organigramme avec une structure complète, c'est-à-dire avec un
secrétariat général, une direction générale et plusieurs directions17.

Dans la nouvelle équipe dirigeante, seuls le Directeur général, déjà en poste dans le
précédent ministère de l’eau, le directeur de l’Assainissement et de la Gestion des
Ressources en Eau (DAGRE), déjà directeur de l’eau en 2000 et qui s’est mis à l’écart du
secteur durant ces dernières années, sont des ingénieurs hydrauliciens.

Les autres responsables sont de nouvelles personnes, au Secrétariat général, à la DEP


(Direction des Etudes et des Projets), la DAAJ : Direction des Affaires Administratives et
Juridiques, à la DSIC : Direction du Système d’Information et de la Communication, à la DF
(Direction Financière).

Selon la gestion des finances de l’Etat, les postes budgétaires sont créés par la loi des
Finances votée par les parlementaires avec un budget de fonctionnement supporté par l’aide
budgétaire des bailleurs de fonds comme la banque mondiale et la Bad. Or les nominations
de ces nouveaux directeurs se sont effectuées alors que le parlement a été dissous et que
les aides budgétaires suspendus. De ce fait la question se pose si ces nouvelles directions
ont des « existences » légales.

Dans le rapport d’activités jusqu’au mois de juillet 2009, il est fait mention d’un compte-rendu
suivant (rapport d’activités du Min eau en annexe XXX) : Traitement des dossiers de
nomination des Hauts Emplois de l’Etat (SG- DG – Directeurs)- Identification des besoins en

17
Voir en annexe XXX l’organigramme dans le rapport d’activités du ministère jusqu’en juillet 2009

27 | P a g e
postes budgétaires compte tenu de la nouvelle organisation en vue de la mise en place des
directions régionales (envoi de la demande au MFB)18.

Le contexte sociopolitique a fait aussi de sorte que les relations entre ces personnes et les
cadres existants n’ont pas été bonnes. Un dialogue objectif n’a pas pu s’établir et les
échanges concernant les dossiers en cours ne sont pas efficaces.

La revue sectorielle régulièrement organisée à la fin du premier trimestre de chaque année


n’a pu avoir lieu et le dialogue Ministère/Partenaires instauré depuis la création du Ministère
de l’Eau n’est plus d’actualité.

3.1.2.2. DECENTRALISATION ET RESSOURCES HUMAINES

Le projet d’affectation prévue lors du processus de recrutement des 60 cadres n’a pas été
mené dans sa totalité. Un tableau détaillé montrant la situation réelle du personnel (le
directeur, les anciens cadres et les nouveaux cadres) présent dans les directions régionales
et inter-régionales est donné en annexe XXXI.

L’évaluation des effectifs dans les régions qui ont été visitées par les missionnaires montre
que les directions inter-régionales d’Analamanga-Alaotra Mangoro et de Haute Matsiatra-
Amoron’i Mania –Ihorombe sont à 100% de l’effectif, Atsimo-Andrefana et Diana-Sava à plus
de 50%.

La mobilisation et la motivation du personnel font aussi défaut et ont remis en cause


l’efficacité et la performance attendues de ce renforcement en quantité du personnel.

Le développement de la capacité n’a pas été fait selon une approche adéquate : des
formations des directeurs et des cadres, y compris les nouveaux recrus, ont été organisées,
mais se sont déroulées sous forme de cours magistraux accélérés par des conférences
surchargées, expédiées rapidement en séminaires bloqués à Antananarivo.

Les formations sur la BDEA et le BPOR n’ont pas été suivies d’applications pratiques.

A l’issu des discussions avec les directeurs régionaux et interrégionaux dans les régions
visitées le constat suivant est fait (voir en annexe les rapports d’avancement des
missionnaires) :

19 nouveaux cadres sont installés dans les régions sur les 50 prévus19
Le personnel nécessaire pour le fonctionnement des directions régionales n’est pas
en place (Dans le rapport d’activités jusqu’au mois de juillet 2009, il est fait mention

18
Le rapport d’activités ne donne pas d’information sur les demandes d’autres postes budgétaires

19
Voir en annexe XXXI le tableau de situation des directions régionales

28 | P a g e
parmi les perspectives jusqu’en fin 2009 : « Recrutement du personnel nécessaire au
fonctionnement des Directions Régionale : à mettre en place ».)
les 12 directeurs sont en principe nommés, mais lors des missions, ceux de Diana-
Sava, de Vakinakaratra-Melaky-Menabe n’ont pas été rencontrés sur place.20, celui
de Boeny-Betsiboka-Sofia ne porte pas le titre de Directeur ;
le BPOR et la BDEA ne sont pas fonctionnels :le processus BPOR nécessite
l’organisation de missions dans les régions pour des discussions de travail entre les
directions régionales/inter-régionales et les maires des communes, et la mise en
fonctionnalité de la BDEA se base sur la remontée des fiches IPO-ILA, une
communication d’information fluide entre les directions régionales et la direction
centrale pour les saisies de mise à jour, et donc la formation urgente des nouveaux
responsables dans ces directions décentralisées sur la manipulation des BDEA
régionales ;
les moyens logistiques et financiers sont limités ;
Les directions ne sont au courant ni du PGE 2009, ni du PNAEPA ; elles n’ont pas
participé à des activités ni de programmation ni de réception technique

3.1.2.3. SITUATION DES COMITES REGIONAUX DIORANO-WASH (VOIR EN ANNEXE LES RAPPORTS D’AVANCEMENT DES MISSIONNAIRES)

Les comités Régionaux WASH sont intégrés au sein des Régions avec des Responsables
de Régions comme membres dirigeants du bureau exécutif.

La crise a eu comme impacts des changements de personnes au sein des bureaux.

Toutefois les relations sont restées positives, après des campagnes d’explication et de
plaidoyer.

Les seuls contraintes des comités sont une baisse significative de leurs activités car il n’y
presque plus de projets en cours de réalisations.

De plus les financements internes pour leur fonctionnement ne sont pas en place, en
attendant les financements demandés dans les PTA. Les membres actifs rencontrés lors des
visites ont affirmés que pour assurer certaines activités du Comité, ces derniers se trouvent
dans l’obligation de financer par leurs propres moyens les frais de fonctionnement de ces
comités.

3.1.3. Impacts sur le Programme et priorités nationales

Par l’analyse du rapport d’activité jusqu’en juillet 2009 du Ministère l’eau (annexe XXX), il est
constaté que celui-ci s’est fixé comme mission : « l’utilisation rationnelle des ressources en
eau, plus particulièrement la sécurisation de l’accès en eau potable, d’une part, et de
promouvoir les infrastructures relatives à l’assainissement ».

Cette mission se réfère aux ODMs.

20
Le directeur de Sava-Diana était en mission à Antananarivo, d’après l’information
reçue ;concernant celui de Vakinakaratra, au moment de la visite la direction inter-régionale n’avait
pas encore de bureau à Antsirabe.
29 | P a g e
Les activités prioritaires sont définies comme suit :

Tableau 07. Comparaison des priorités avant et après la crise21

Le ministère se concentre ainsi surtout sur le volet « Performance du Secteur Eau et


Assainissement améliorée à travers le renforcement du Cadre institutionnel de coordination,
de programmation, et de suivi-évaluation du secteur », et pour une part sur la
décentralisation et la déconcentration.

Les priorités fixées avant la crise et qui ne sont plus mentionnées maintenant sont :

Développement de l’accès à l’eau potable, par le renforcement, l’extension des


infrastructures existantes et la construction de nouvelles infrastructures.

Développement de l’accès à l’assainissement sain, par l’amélioration de l’accès de toute


la population aux infrastructures d’assainissement adéquates, pour la protection de la santé
des populations, la salubrité de l’environnement, et pour la protection des ressources en eau
contre la pollution.

Développement du Partenariat Public Privé , par la mise en place de services de


distribution d’eau de qualité satisfaisante et de quantité suffisante avec la garantie de

21
Sources : PNAEPA (annexe XIV) et Rapport d’activités (annexe XXX)
30 | P a g e
pérennité des infrastructures par la responsabilisation et la mise en fonctionnalité de
l’organisme régulateur du secteur.

Gestion Intégrée des Ressources en eaux, par la mise en œuvre d’une politique et
stratégie de d’inventaires et de gestion des ressources en eaux, pour un usage rationnel et
équitable (entre les différents utilisateurs), ainsi que pour leur protection et conservation.

En se référant au document produit lors de l’Atelier de Coordination organisé au


PANORAMA le 13 août 2009, contenant des recommandations, les priorités du Ministère
concernent :

Rôle de pilotage et de contrôle du Ministère


Besoin d’outils de Coordination (Normes, Manuels d’organisation et de Procédures,
Textes,…)
Ressources techniques:
 Opérationnalisation des structures
 Mise à jour des Bases de Données
 Formations
Bonne volonté et engagement des Acteurs

3.1.4. Impact sur le Mécanisme de suivi et évaluation

Le rapport d’activités du Ministère de l’eau, indique que les activités de suivi ont concerné :

 Collecte de données sur les réalisations 2009


 Saisie des données
 Vérification des données acquises
 Confrontation des données acquises avec celles de l’INSTAT
 Statistique EPP ayant accès en infrastructure en eau potable et utilisation des latrines
(le document en Excel a été distribué ; il a été exploité pour ce rapport)
 Statistique CSB I et CSB II ayant accès en infrastructure en eau potable et utilisation
des latrines établi et réalisation de la cartographie des CSB. (Ces données ont été
demandées au Ministère de la Santé ; le document accessible en annexe est très
incomplet.).
Cette énumération qui consiste à rapporter fidèlement ce que le ministère annonce comme
« activités » permet de comparer la situation actuelle avec celle du mécanisme de suivi-
évaluation existant avant la crise. La comparaison montre que dans le contexte actuel, le
mécanisme de suivi-évaluation d’avant crise n’est pas appliqué (les tableaux snise ne sont
pas remplis).

En perspectives jusqu’en fin 2009, le ministère a établit les résultats suivants :

 Base de données accessible a l’Internet du ministère de l’eau


 Validation des données acquises
 Mise en place de la Base de Données de l’Eau et de l’Assainissement dans les
nouveaux Direction Interrégionale
 Formation des responsables de la BDEA des Direction Interrégionale
 Mise en place du Budget Par Objectif Régional (BPOR)

31 | P a g e
 Formation des cadres du Ministère et des techniciens des Régions sur l’outil de la
BPOR

Cette deuxième énumération permet de confirmer que la BDEA et le BPOR ne sont pas
fonctionnels, puisqu’il est écrit ci-dessus qu’ils sont en « perspective à atteindre jusqu’à la fin
2009 ».

Le ministère a entrepris une activité de suivi-évaluation (voir dans le rapport d’activité du


ministère arrêté au 31 juillet 2009, en annexe XXX) dans lequel se trouve un tableau de
performance 22 de la Direction financière, intitulé « réalisation du premier semestre 2009 »,
qui aux pages,139 et 140, montre des taux de réalisations physiques qui atteignent plus de
80% de résultats positifs (exemple le taux a atteint 41% pour un objectif de 50% pour
l’accès à l’eau potable : code programme 205,indicateur 205-3-1) alors que le décaissement
financier est à 18% de performance (taux de décaissement de 12,54% alors qu’il faut
atteindre 70% : code programme 032, indicateur 032-1-1 taux d’exécution budgétaire : page
138).

Il est apparu intéressant de présenter ce tableau, car le ministère a fixé comme taux à
atteindre en 2009, les chiffres du PNAEPA pour les réalisations physiques, mais n’a pas
utilisé les tableaux de suivi-évaluation y afférents, et de ce fait comment expliquer les
« valeurs cibles réalisées » qui paraissent très élevées, si par exemple on se réfère au
tableau de situation des projets en cours, présenté également dans ce rapport d’activités.23

Le ministère explique que les écarts entre les valeurs prévues et les valeurs ciblées sont
dues en général « aux Doutes des Partenaires et à l’Exécution budgétaire tardive » et que
les recommandations pour y remédier sont « Mise en confiance des Partenaires et Révision
et accélération de l’Avis Général de Passation de Marché ». (annexe XXX, pages 139,140)

Cette analyse du tableau de performance est juste faite pour comprendre comment s’est
effectué le mécanisme de suivi-évaluation et quels sont les problèmes sur lesquels il faut
réfléchir et apporter des propositions de mesures comme demandé selon les termes de
référence de cette étude.

Nous pouvons constater en effet, qu’il y a des incohérences entre les chiffres indiqués dans
ce rapport d’activités, avec des taux de décaissement faibles (exemple cité ci-dessus pour
la performance budgétaire globale, ou exemple du Programme national d’alimentation en eau
potable ayant un taux de décaissement de 0,69% :annexe XXX- page 136- section
convention 062), et des taux de réalisation physiques très élevés ( exemple cité ci-dessus,
pour la performance globale, et les exemples en taux de desserte en eau potable, réalisé
41% contre 50% prévu, taux de desserte en eau en milieu urbain 72% réalisé contre 84%
prévu, eau potable en milieu rural 35% réalisé et 41% prévu : annexe XXX- pages 137 et
138 ; pour le programme national d’alimentation en eau, réalisation de 2339 points d’eau sur
les 3000 prévus : annexe XXX- page 146).

22
Voir rapport d’activités (annexe XXX)
23
Rapport d’activités : Partie technique-Direction générale- Direction assainissement et gestion des
ressources en eaux-direction études et projets-Direction Régionales et interrégionales Réalisations-
ACTIVITÉS RÉALISÉES EN 2008 AU 31/07/09).
32 | P a g e
La question se pose ainsi, si l’activité de suivi-évaluation effectuée peut permettre d’avoir
une connaissance fiable sur la situation du secteur EAH en 2009, et si la capacité disponible
au sein du ministère de l’eau pour entreprendre cette activité est suffisamment efficace.

3.1.5. Impact sur le Financement disponible et en cours de négociation :


financement interne et externe

Budget
Selon le PNAEPA, le document de PGE 2009 qui nous été remis, les informations
présentées dans le rapport d’activités du ministère de l’eau, la situation globale du budget
2009 est la suivante24 :

Tableau 08. Situation budgétaire 2009

Le budget alloué par le PGE est déjà à 25% de ce qui est nécessaire. Le crédit
effectivement ouvert est réduit à 11,99 millions de us $, c'est-à-dire à 26,35% du
budget annoncé dans le PGE. Or, à cause de la crise, le budget effectivement utilisé est
uniquement de 5, 89 millions de us$, soit 49,12% de ce qui avait été prévu, et en définitif
sur ce budget extrêmement réduit, il n’est engagé à fin juillet 2009, que 2,11 millions de
us$ soit un taux de décaissement de 35,85%.

L’impact de cette situation de la mobilisation de financement est montré dans le


tableau ci-dessous, en termes de nombre de population additionnelle qui devait avoir
accès à l’eau potable et aux latrines :

24
Source : Tableaux Snise/PNAEPA (annexe XVI-pages 69,70), PGE 2009 (annexe XXVIII- pages 119 ;
annexe XXIX-pages 120à125);, rapport d’activités (annexe XXX- pages 135,136,137,138,139,140).
33 | P a g e
Tableau 09. Performances atteintes en fonction des budgets nécessaire,
PGE, décaissés25
millions us$ pop additionnelle pop additionnelle
desservie eau desservie latrines

budget nécessaire 182,22 2 437 500 350 000

Budget en temps normal 45, 5 1 056 000 128 000

décaissé durant la crise 2,11 865 800 27 120

Conclusion
Du faite de l'insuffisance de crédit obtenu il y a 1 381 500 personnes additionnelles qui
n’auront pas accès à l’eau potable.

Du fait de la crise, il y 190 200 supplémentaires qui n’auront pas cet accès à l’eau potable, et
au total en 2009, il y a 1 571 700 personnes en plus dépourvue d’eau potable.

En ce qui concerne les latrines, par l’insuffisance de budget alloué, 222 000 personnes
additionnelles n’y ont pas accès, à cause de la crise 100 880 en plus, et au total, en 2009 il y
aura 322 880 personnes additionnelles privées de latrines.

Situation des différents projets en fin juillet 2009


Cette description des situations des projets reprend entièrement ce qui est présenté dans le
rapport d’activités jusqu’à fin juillet 2009 du ministère de l’eau, qui est aussi la période dans
laquelle cette analyse de l’impact de la crise 2009 est faite. Il n’est pas possible d’avoir plus
d’informations puisque d’une part lors des missions sur terrain, les rencontres avec les
acteurs se sont tenues en une demi-journée, et d’autre part les données fournies dans les
fiches d’enquêtes sont incomplètes. Il apparaît aussi extrêmement hasardeuse de se lancer
dans des spéculations ou des estimations approximatives sur ce qui va se passer pendant
le deuxième semestre 2009, pour prévoir comment les activités du secteur vont se
développer.

Les tableaux aux pages 141 à 153 de l’annexe XXX donnent en détail les situations des
projets.

En résumé, il ya des projets qui sont en en attente de réponse de non objection (Extension
du système d’AEP de l’agglomération d’Antananarivo, financement BEI) ou de DAO en cours
d’examen (Eau potable et assainissement d’Ambalavao et de Manjakandriana, financement
BADEA), ou dans une phase de procédures d’appels d’offres (construction de latrines,
recrutement de prestataires pour l’IEC pour le Paear, financement BAD.

Les réalisations concrètes sont de 2 558 points d’eau et 2 712 latrines. ( annexe XXIX-
26
tableaux réalisations 2009) . Pour les autres projets, ce sont des études d’APD ou APS,

25
Sources : Tableaux Snise/PNAEPA (annexe XVI-pages 69,70), PGE 2009 (annexe XXVIII- pages 119 ;
annexe XXIX-pages 120à125);, rapport d’activités (annexe XXX- pages 135,136,137,138,139,140).

34 | P a g e
des études d’implantations de forages, des livraisons de matériels, des missions sur terrain,
des préparations de dossiers (protocole de partenariat, arrêtés, collectes de données,
etc.…).

Budget prévu pour 2010

Pour le projet de budget 2010, la seule information disponible est cette annonce que
« l’élaboration du budget 2010 sera faite en fonction des besoins réels du Ministère ».

Dans le système « d’avant la crise », le budget est établit à partir de la prise en compte
des demandes écrites des maires et des chefs de régions, en général envoyées par les
directions chargées de l’eau déconcentrées vers la direction centrale en charge de la
programmation.

Pour la préparation du programme qui est appelé le PTA (Programme de travail Annuel),
le ministère avait aussi comme méthode de travail de demander officiellement par écrit à
tous les acteurs impliqués dans la réalisation d’activités d’exécution d’infrastructures et
dans les actions d’éducation sanitaire et de mobilisation communautaire, de lui envoyer
les PTA respectifs en indiquant les nombres de réalisations prévues, les zones
d’interventions, les montants, les délais. Ces données étaient incluses dans le projet de
PGE du ministère.

Pour l’application du PNAEPA, le processus BPOR demande des réunions


décentralisées avec les maires organisées par les directions régionales.

En conclusion, le projet de budget 2010 et la méthode de travail annoncée comme


devant être appliquée pour sa préparation, ne sont pas du tout conformes à l’approche-
programme pourtant officiellement déclarée par le ministère de l’eau et le gouvernement
comme devant être dorénavant le seul système de programmation à utiliser, selon le
consensus acquis à l’issu de toutes les discussions lors des revues sectorielles où les
partenaires techniques et financiers et les partenaires sociaux de développement
(collectivités territoriales décentralisées, les communautés de base, les ongs, les
operateurs privés, la société civile en général ) ont activement participé.

Dans le cadre de recommandations pour remédier à la situation du secteur EAH, des


mesures concrètes basées sur ce qui a été ainsi déjà acquis, doivent être proposées

26
Une remarque peut être faite concernant le Programme national d’alimentation en eau potable
disposant d’un financement RPI (Ressources Propres Internes) qui a un taux de décaissement de
0,69% (12 688, milliers AR sur 3 690 000,00 milliers AR) et une réalisation de 2339 points d’eau sur
les 3000 prévus.

35 | P a g e
dans le cadre de la stratégie de Programmation et de Suivi-Evaluation que le ministère
devra appliquée.

3.1.6. Impact sur le Partenariat au sein du secteur

Le Ministère a organisé des rencontres de discussions avec les acteurs du secteur, en


partenariat avec WaterAid pour discuter de certains aspects du développement stratégique
(la maitrise d’ouvrage, avec ACORDS, le développement du secteur privé, la coordination du
secteur : réunion du Panorama).

A l’issu de la rencontre de Panorama, une évaluation du partenariat au sein du secteur est


faite. Par souci d’objectivité nous produisons intégralement en annexe XXXII, le rapport
intitulé « Rapport de la réunion de coordination du secteur eau, assainissement, hygiène du
13/08/2009-Panorama », et nous pensons qu’il faudra tenir compte des recommandations
qui y sont formulées.

Le partenariat est marqué surtout par la possibilité de dialogue, de concertation, d’échanges


de données et d’informations, en vue de pouvoir établir, un PGE prenant en compte tous les
PTA des acteurs, les demandes venant des maires déposées auprès des directions
régionales, et aussi d’établir ensemble les tableaux de réalisations du PGE par
quadrimestre.

L’analyse du rapport d’activités qui contient la présentation de ce qui a été fait mais aussi les
perspectives, permet de constater qu’il n’y a pas mention de collectes de demandes, pas de
programme de contacter les partenaires pour connaître ni ce qu’ils ont fait ni ce qu’ils
prévoient de faire.

Dans les discussions tenues lors des missions sur terrain et dans les quelques fiches
acteurs collectées, ces aspects ne sont pas abordés.

Les fiches IPO et ILA, outils mis en place pour collecter les informations et les données
venant de la base, ne sont pas non plus mentionnées.

Pour le partenariat avec le comité Diorano-Wash, dans le rapport de la réunion du


Panorama, il est spécifié (annexe XXXII-page 156):

« Il existe une certaine confusion *entre le rôle de plateforme telle que Diorano-
WASH et le Ministère de l’Eau, la définition des rôles des Partenaires Techniques et
Financiers et acteurs est aussi à revoir de près pour éviter toute confusion »27….
« Pour assurer la remontée des données depuis chaque acteur, la plateforme
Diorano-WASH va jouer le rôle de mobilisateur. »

Dans le rapport d’activités du Ministère de l’eau, plusieurs directions interrégionales


ont mentionné la réalisation d’activités en partenariat avec les comités régionaux
Diorano-Wash.

27
Dans le cadre d’une analyse de cette affirmation (annexe XXXII-page 156), concernant cette
« confusion », du Ministère de l’eau, la question se pose s’il s’agit d’une confusion dans les textes
légaux, ou dans l’interprétation, ou dans la mise en œuvre des différentes stratégies.

36 | P a g e
Lors des missions effectuées dans les régions les directions inter-régionales ont participé
pleinement aux réunions.28

Ceci montre que sur le terrain le partenariat entre le ministère de l’eau et le Diorano-Wash
fonctionne.

Concernant les autres partenaire , des activités et tâches se sont poursuivies comme, le
programme de réalisation de forages et de latrinisation dans les régions Androy-Anosy,
surtout dans les écoles, par l’Unicef, le lancement d’ appels d’offres pour la réalisation
d’inventaire de point de mobilisation des ressources (point d’eau potable, ouvrages hydro
agricoles par le Pnud, …),des activités concernant le CLTS et la mise en place du Fonds
d’Appui pour l’Assainissement par l’Unicef et les membres du Wash.

Un point qui mérite d’être signalé est cette décision de certains partenaires techniques et
financiers, de ne pas avoir des rencontres officielles avec des agents de l’administration, ou
d’aller dans les bureaux des ministères.

Cela a eu comme impacts, la « mise en attente » de certains projets, l’absence de réunion


d’échanges et de concertations entre le ministère et les partenaires techniques et financiers
concernés (par exemple, ceux-ci n’ont pas participé à l‘atelier sur la coordination des acteurs
du 13 août à l’hotel Panorama), la mise en place d’une forme d’appuis financier et technique
utilisant une collaboration directe avec des ongs et ne passant plus par le ministère.

Malgré cela, pourtant des contacts « officieux » ont pu avoir lieu, notamment comme il est
mentionné ci-dessus, à travers le comité Diorano-Wash.

En conclusion, le point qui parait le plus négatif est l’insuffisance d’échanges d’informations,
notamment pour les collectes de données, la préparation du Programme et budget 2010 par
le BPOR et intégrer convenablement le PNAEPA. Mais il est apparu aussi que des activités
concertées (Projet Unicef dans le sud), des échanges (atelier du Panorama), et même des
rencontres (réunions sur le Fonds d’appuis sur l’Assainissement, rencontres de diagnostics
des comités régionaux Diorano-Wash) ont permis de maintenir une base positive de
concertation qui permettra de relancer certainement assez vite les activités du secteur EAH,
dès la fin de la crise.

3.2. IMPACT DANS LE MOYEN TERME ET LE LONG TERME

A moyen et long terme, le secteur EAH risque de subir une régression considérable du fait
de la prise en compte de l’hypothèse suivante :

Le faible rendement des activités réalisées affectent directement les indicateurs de


performance du secteur. Plus le secteur ajourne la mise en œuvre des activités de
redressement et de sortie de crise, plus le fossé séparant l’objectif défini pour l’année 2008
et la situation actuelle prendra de l’ampleur par conséquent, il sera relativement difficile de
rattraper le GAP en activité et en résultat, consécutif à cette période de crise.

En fait ces GAP d’activité et de résultat sont justifiés par :

28
Voir les rapports d’avancement des missionnaires
37 | P a g e
 L’augmentation en nombre de la population ne disposant pas d’infrastructures en eau
potable et en assainissement. En d’autre terme, risque de diminution du taux
desserte en eau et en infrastructures d’assainissement

 La nécessité de mobiliser plus de moyens pour satisfaire cette augmentation en


nombre des besoins alors que dans le cas actuel il est déjà relativement difficile de
trouver les moyens financiers, matériels et humains pour assurer un niveau d’ activité
normale de service d’accès aux infrastructures en eau potable et en assainissement.

 La nécessité de procéder au renforcement et à l’amélioration de l’organisation


institutionnelle du secteur et de rétablir la notoriété du Ministère de l’eau, de
réinstaurer la confiance des acteurs et des partenaires techniques et financiers par
conséquent engager plus d’effort pour redynamiser le secteur et produire un
rendement meilleur que ce qui a été réalisé au cours des années précédentes.

3.3. IMPACT INDIRECT DANS D’AUTRES SECTEURS ENGENDRES PAR LES IMPACTS
DIRECTS DANS LE SECTEUR EAH

3.3.2 SECTEUR SOCIAL : EDUCATION ET SANTE

Les impacts similaires ressentis au niveau du secteur Education et santé peuvent être
résumés comme suit :

Dégradation flagrante de l’état des infrastructures en AEPA installé au sein des


centres de santé ou des établissements scolaires du fait de l’absence de continuité
des actions initiées notamment :
 Absence de structures locales de gestion et de maintenance
 Lacune au niveau de la mise en œuvre d’actions d’éducation sanitaire, de
mobilisation et de sensibilisation des bénéficiaires en matière d’hygiène, et de
pérennisation d’infrastructures
 Lacune dans la mise en œuvre d’actions de renforcement de capacité des communes
en matière de maitrise d’ouvrage
L’annulation pour des raisons politiques de certaines décisions concernant des
actions consistant à sensibiliser la population sur les pratiques favorables à l’eau,
hygiène et l’assainissement, a abouti au développement de la saleté, de l’insalubrité
de l’habitat, au retour vers la défécation à l’air libre ;
Les activités d’éducation sanitaire n’ont pu être réalisées à cause du manque de
financement ;
Un rapport d’une enquête sommaire réalisée en février 2009 par la croix rouge, et le
Conseil de développement d’Andotapenaka (CDA) sur décision du cluster WASH, a
noté que les maladies liées à l'eau ont été perçues en hausse par rapport à
décembre 2008, et que les maladies diarrhéiques et les gastro-entérites occupent
plus de 45% des consultations dans les Centres de Santé de Base.

38 | P a g e
3.3.3 SECTEUR ECONOMIQUE

D’après l’enquête sommaire menée par les missionnaires, les faits marquants qui ont pu être
identifiés sont les suivants :

Les activités de production de fournitures et de services des sociétés et des ONGS


impliquées dans l’EAH sont suspendues ; le personnel de ces organisations est
envoyé en chômage ;
la capacité d'intervention de l'équipe de la JIRAMA dans la réparation des fuites,
cassures et autres ont été considérablement réduites selon le responsable technique
de la JIRAMA eau
D’une manière générale, l’impact de la crise sur le secteur EAH se fait ressentir
surtout par rapport à la baisse de la motivation des usagers à honorer les coûts
d’acquisition des infrastructures d’assainissement et du prix de l’eau à cause de la
baisse générale du pouvoir d’achat de la population qui l’oblige à réduire les
dépenses courantes journalières et à prioriser ses besoins en fonction de ses
moyens.

3.4. CONCLUSION

Cette analyse de l’impact de la crise socio-économique de 2009 sur le secteur EAH,


montre une nette dégradation de la situation de l’accès des populations à l’eau
potable et aux latrines, par rapport aux prévisions faites dans le cadre des
engagements pris dans le programme national sectoriel.

Cette situation résulte, toujours à la suite de conclusions pouvant être tirées de l’analyse :
- de problèmes au niveau de l’application de la programmation budgétaire élaborée
sur la base de l’approche-programme, partant de la prise en compte des besoins
réels des populations ou BPOR, c'est-à-dire de la mise en œuvre du Pnaepa selon
les engagements pris, par le ministère de l’eau;
- de l’implication insuffisante des partenaires sociaux, à savoir les collectivités
décentralisées, les communautés de base, les opérateurs privés, les ongs,
- de lacune au niveau de la coopération avec les partenaires techniques et financiers,
se traduisant à la fois, par l’impossibilité de mobiliser les financements nécessaires
pour entreprendre efficacement les actions devant répondre effectivement aux
besoins réels des populations, mais aussi par les faibles taux de décaissement des
financements qui ont pu être acquis ;
- de l’insuffisance de visibilité et de transparence, des marchés publics.

A moyen terme la faible performance du secteur enregistrée en 2009 affectera directement


l’atteinte des objectifs nationaux et ceux de l’OMD.

Les interventions prioritaires (présentées dans le paragraphe 4 ci-dessous) qui s’imposent


pour pallier à la situation sont principalement :

- La mobilisation de plus de ressources financières, humaines et matériel les pour


assurer combler les gaps des années antérieures et couvrir les besoins pour l’atteinte
des objectifs fixés ;

39 | P a g e
- Le renforcement et l’amélioration de l’organisation institutionnelle du secteur, ainsi
que le rétablissement de la notoriété du Ministère de l’eau, pour lui permettre de
mettre en œuvre effectivement le Pnaepa, en appliquant ses principes et ses
concepts ; et de rétablir avec
- L’implication effective et le renforcement des capacités, des acteurs de
développement socio-économique du secteur EAH, passant par la réinstauration de
la confiance de ces acteurs et des partenaires techniques et financiers, et par
conséquent engager plus d’effort pour redynamiser le secteur et produire un
rendement meilleur que ce qui a été réalisé au cours des années précédentes.
- La mise en place d’un marché visible, à moyen et long terme, permettant d’instaurer
une responsabilisation saine et efficace des acteurs.

4. PROPOSITION D’ACTIONS POUR L’ATTENUATION DE L’IMPACT DE


LA CRISE SUR LA POPULATION ET POUR LA RELANCE DU SECTEUR A
TOUS LES NIVEAUX

4.1. PRINCIPAUX PROBLEMES A RESOUDRE

Une analyse objective de la situation du secteur EAH, à partir des informations décrites ci-
dessus, montre que les problèmes principaux, affectant tous les aspects du développement
de l’accès efficace et durable de la population à l’eau potable et à l’assainissement, sont :

La capacité d’exécution :
Depuis 2000, les taux de décaissement présentés dans le tableau 10 ci-dessous
apparaissent comme très peu performants:

Tableau 10. Evolution des taux de décaissement (le tableau financier


complet fourni par le ministère chargé de l’eau sur les dépenses se
trouve en annexe)29

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

59,14% 43,23% 31,75% 26,53% 45,68% 83,52% 61,60% 48,47% 28,97%

Ce tableau montre que mis à part 2005, le taux de décaissement a toujours été faible.

Les facteurs à l’origine de cette situation sont:

procédures administratives liées au contrôle de la chaine de dépense (engagement,


mandatement, DEF/TEF, etc.) qui peuvent retarder l’exécution des dépenses ;
ajustements de dépense en cours d’année qui peuvent prendre différentes formes
comme les amputations de crédit, le blocage des engagements, la mensualisation
des dépenses ou encore l’indisponibilité des fonds de contrepartie. Ces ajustements

29
Source : Tableau d’évolution du budget du Ministère 2000-2008 (annexe XXVI)
40 | P a g e
pénalisent lourdement le secteur dont les Ressources Propres Internes (RPI) déjà
jugées insuffisantes ;
sur le plan technique, problèmes retard dans la nomination des différents
gestionnaires de crédit, PTA et Plan de Passation de Marchés non adaptés, retard de
démarrage des projets/travaux, insuffisance du budget de fonctionnement qui ne
couvre pas les frais liés au suivi et contrôle des travaux ;
difficultés de reprise des activités après une crise sociopolitique (par exemple le
niveau le plus bas ,26%, est rencontré en 2003 reflétant le redémarrage difficile du
secteur après la crise de 2002) ;
fréquents changements survenus à la tête du secteur causant des lacunes au niveau
de la maitrise des dossiers par les nouveaux responsables entrants,(qui d’ailleurs
viennent de l’extérieur du secteur et sont nommés pour des raisons politiques), qui se
mettent à entreprendre des actions mettant en cause les avancées techniques
acquises, perturbant souvent le bon déroulement des projets (par exemple en 2008,
la DGEA a pris du retard dans la finalisation des dossiers d’appel d’offres des
travaux devant être financés sous RPI (US$2,5 millions) et à la fin du mois de juin
2008, les procédures de passation des marchés n’ayant pas encore commencé, une
suspension d’engagement est décidée par circulaire, en date du 10 juin 2008, du
Ministère des Finances et du Budget ).

La capacité de mettre en place et d’exécuter un programme permettant de répondre


aux défis des ODMs.
Le tableau 11 ci-après montre qu’il y a très fort décalage entre les besoins financiers
nécessaires pour réaliser les ODMs et les budgets octroyés réellement par le Ministère des
finances.

Tableau 11. Situation du budget alloué par rapport au budget


nécessaire30

En millions de Us $ 2008 2009

Budget nécessaire pour atteindre les objectifs du MAP


147,23 182,22
(et donc des ODMs)

Budget alloué selon le PGE 43,009 45,53

Ce tableau montre que le ministère ayant calculé qu’il lui faut 147,23 millions de dollars en
2008 et 182,22 millions de dollars en 2009, pour pouvoir atteindre les ODMs, n’arrivent à
l’issu de ses actions de plaidoyer auprès du ministère des finances, qu’à obtenir 43 millions
de dollars en 2008 et 45,53 millions de dollars en 2009.

Les principales raisons de tels écarts sont que le Ministère des Finances base son
allocation sur les prévisions de ressources disponibles pour l’année considérée, les priorités
nationales globales du développement national, et dans une certaine mesure sur la capacité

30
Source : Snise/PNAEPA(annexe XVI) - PGE 2008 ( annexe XX) et 2009 (annexe XXVIII)
41 | P a g e
d’absorption du secteur. Celui-ci ne tient donc pas compte (ou n’est pas bien informé du fait
de lacune au niveau du plaidoyer entrepris par le ministère de l’eau) des principes de l’approche-
programme que doit mettre en œuvre le ministère de l’eau dans sa démarche basée sur la nécessité
absolue de réaliser des résultats précis par année pour atteindre les ODMs.

En conclusion, les 2 tableaux 10 et 11 résument parfaitement le problème à résoudre et


montrent que c’est dans la « programmation » que doit se porter l’effort. Ceci veut dire en
termes d’actions urgentes :

 exécuter le PNAEPA (voir le tableau 12 « réalisation du PNAEPA 2010 », ci-


dessous)
 mettre en œuvre la BDEA et le BPOR.

4.2. ACTIONS

Un cadre logique, indiquant le but fondamental à réaliser (Vision), objectifs fixés, résultats à obtenir
par année, activités à entreprendre pour l’obtention des résultats, moyens à mobiliser pour pouvoir
exécuter les activités, est fourni dans le présent rapport en annexes XXXIII et XXXIV). Il est résumé de
la façon suivante :

1-Le but fondamental est que « Le Ministère chargé de l'eau met en œuvre le PNAEPA
pour obtenir des résultats annuels permettant d'atteindre les ODMs »

2- Les objectifs sont :

Le ministère est organisé avec des directions efficacement opérationnelles dont une
direction de la programmation et du suivi-évaluation
Les acteurs institutionnels et privés sont impliqués et s’engagent de façon durable
dans la promotion de l’EAH
Le marché EAH pour les services et fournitures sont transparents, visibles sur le
moyen et long terme, sans corruption
3- Les résultats à atteindre sont :

i. Le Ministère entreprend sa mission en se référant aux objectifs activités, résultats


définis pour le secteur dans le PNAEPA et dans la PSNA, et applique les approches
stratégiques qui y sont mises en place,

ii. Les 60 cadres nouvellement recrutés ainsi que les 26 en cours de recrutement sur le
financement BAD, ont leurs situations complètement régularisées, et sont affectés,
installés, formés et opérationnels

iii. Les directions régionales sont régularisées, dotées des moyens adéquats,
fonctionnelles, et assurent effectivement et efficacement leurs fonctions de
coordination, de programmation-planification, de mise en œuvre des contrats pour
l’exécution des études et travaux, de suivi-évaluation (exploitation de la BDEA mise à
jour, élaboration des rapports de suivi du PGE, calculs des taux d’accès), d’appui
technique aux acteurs du secteur,

iv. La BDEA est fonctionnelle (réception, collecte et saisi des fiches IPO-ILA,)

v. Le BPOR est mis en œuvre

42 | P a g e
4-Les activités sont présentées, avec le but, les objectifs, et les résultats, dans le tableau
de cadre logique avec, la budgétisation afférente31

5- Comme actions immédiates, il est proposé :

i. De mettre en place une gestion coordonnée de tous les projets et programmes du


secteur, notamment pour les projets BDEA, BEI-AFD, Restructuration de l’AES,
Restructuration de l’ANDEA, Restructuration de la JIRAMA, Mise en place de la
SOREA, Projet pilote de mise en place de maitrise d’ouvrage des communes avec
les 11 centres dotés de canalisation par la Banque mondiale

ii. De mettre en œuvre un processus de redynamisation du Paear

iii. D’organiser une réunion destinée à mettre en place une harmonisation et synergie
des activités du Programme d’appui financé par le PNUD, et voir dans quelles
mesures le financement disponible va appuyer l’exécution du PNAEPA.

iv. De mettre en œuvre un fort plaidoyer pour obtenir au moins (puisqu’il y a encore les
décalages de 2008 et 2009 par rapport aux ODMs) le budget nécessaire pour 2010
présenté dans le tableau 12 suivant :

31
Organigramme du cadre logique (annexe XXXIII) et tableau du cadre logique (annexe XXXIV).

43 | P a g e
4.3. REALISATION DU PNAEPA 2010

Tableau 12. Programme à réaliser et budget à mobiliser 32

COSTING (en millions de US $)

Résultats

Défis Effets et Produits Activités 2010

Engagement 2 Défi 7: Améliorer de Effet 1 : Accès de la population à Construire et 104,13


manière significative l’accès à l’eau l’eau potable assuré de manière gérer des points
potable et à l’hygiène et Engagement 2 durable d’eau
Défi 7:Approvisionner la population en
eau potable et généraliser les pratiques Effet 2 : Accès de la population Construire et 4,6
hygiéniques et sanitaires aux infrastructures d’Hygiène, gérer des
assuré de manière durable latrines

Sous Total 1: Engagement 2 Défi 108,73


7 Activité 1 et 2 et Engagement 5
Défi 8 Activité 1

Engagement 7 Défi 2 : Réduire le Effet 1: Les grands principes de 1,25


processus de dégradation des ressources la GIRE sont mise en œuvre dans Gérer les
naturelles le secteur de l’eau potable et de ressources en
l’assainissement et contribuent à eau pour l’eau
la pérennisation des potable et
investissements et à la durabilité l’assainissement
des systèmes AEPA

Sous Total 2 : Engagement 7 Défi 1,25


2 Activité 12

TOTAL GENERAL 109,98

FINANCEMENT INTERNE (20%) 22

FINANCEMENT EXTERNE (80%) 87,98

32
Source : Snise/ PNAEPA (annexe XVI-page 70)
44 | P a g e
45 | P a g e
IMPACT DE LA CRISE SOCIO POLITICO SOCIALE 2009 SUR LE SECTEUR EAU-
ASSAINISSEEMNT-HYGIENE

Résumé Exécutif

Sur le plan national en fin 2008, les taux d’accès à l’eau potable sont de 50.29% pour le
milieu urbain et de 36.92% pour le milieu rural, soit 39.86% pour tous les milieux confondus.
Pour l’accès à l’eau potable la tendance présente une décroissance de 63.49% en 2005 à
50.29% en 2008 pour le milieu urbain tandis que celle du milieu rural présente une
croissance de 30.05% en 2005 à 36.92% en 2008. L’accès à l’eau potable est marqué par
une disparité régionale significative aussi bien pour le milieu urbain ; de 1.37% pour Androy
à 78.43% pour DIANA, que pour le milieu rural ; de 1.16% pour Melaky à 98.81% pour Itasy.
Le taux d’accès à l’assainissement suit aussi la même tendance avec une décroissance de
73.83% à 68.70% entre 2004 et 2005 pour le milieu urbain et une croissance de 44.20% à
47% pour la même période pour le milieu rural. La disparité régionale persiste pour l’accès à
l’assainissement avec un taux allant de 18.19% pour Androy à 97.15% pour Itasy en milieu
urbain et allant de 6.41% pour Androy à 94.46% pour Itasy en milieu rural.

Au niveau des écoles primaires publiques 13% disposent d’infrastructure d’eau et 24% sont
équipées de latrines. Les disparités régionales vont de 4% à 32% pour l’accès à l’eau et de
9% à 54% pour l’accès aux latrines. La région Atsimo Atsinanana enregistre les taux les plus
faibles et la région d’Analamanga présente les taux les plus élevés.

Au niveau des centres de santé, le taux d’accès à l’eau est de 15% tandis que l’accès aux
latrines est de 40% avec toujours la même disparité régionale qui va de 2% pour la région
Atsinanana à 42% pour la région Analamanga en matière d’accès à l’eau et de 12% pour la
région Haute Matsiatra à 60% pour la région Amoron’i Mania en matière d’accès aux
latrines.

Conformément au Programme Nationale d’Accès à l’Eau Potable et Assainissement, les


objectifs visés pour l’année 2009 pour permettre d’atteindre les objectifs du MAP se
traduisent par près de 2 500 000 personnes additionnelles à approvisionner en eau potable
et 350 000 personnes additionnelles avec latrines. Le budget nécessaire pour la réalisation
de ces objectifs au titre de l’année 2009 s’élève à $US 182.22 Millions.

L’impact de la crise politico sociale de 2009 se traduit pour le secteur eau-assainissement et


hygiène par :
- Près de 1 571 700 personnes, soit 63% par rapport à la prévision sans accès à l’eau
potable en 2009
- Environ 322 880 personnes resteront sans accès aux latrines, soit 92% par rapport
aux résultats attendus en 2009
- $US 170 Millions de gap pour 2009 par rapport au budget nécessaire à la réalisation
des objectifs
- Moins d’échanges d’informations entre les partenaires et le Gouvernement central
rendant difficile la mise en œuvre du PNAEPA et ralentira l’atteinte des objectifs
visés

1
La perception ressentie directement au niveau de la population se traduit par :
- La longueur des queues au niveau des bornes-fontaines; ceci est dû d’une part à
l’accroissement plus élevé des usagers des bornes fontaines par rapport au nombre
d’infrastructures disponibles, et d'autre part à l'incapacité de certains ménages à
payer la facture de JIRAMA les obligeant à arrêter leurs abonnements et aller ainsi
grossir le rang des usagers de bornes-fontaines ;
- La diminution de la part du budget alloué à l’eau au niveau des ménages au vu de
l’augmentation de prix des denrées alimentaires tels que le riz, l’huile, la viande alors
que les revenus des familles n’ont pas bougé;
- La diminution de nombre de seau d’eau acheté et le volume d'eau utilisée dans les
ménages, situation qui ne favorise pas la pratique correcte d’hygiène;
- Les abandons des bornes fontaines par les gérants, du fait de déclaration politique
opposée au code de l’eau spécifiant que l'eau devra être gratuite, et surtout au refus
du paiement de l'eau par des usagers car la volonté et la capacité à payer des
ménages auraient diminué ;

Pour 2009, l’organisation institutionnelle autour du secteur eau-assainissement-hygiène est


marquée par :
- Des équipes dirigeantes au niveau du Ministère de l’Eau à plus de 70% venant des
autres secteurs sans liens directes avec l’eau-assainissement-hygiène et relations
professionnelles critiques avec les techniciens en place
- Installation des cadres nouvellement recrutés au niveau des régions réalisée à
hauteur de 38%, soit 19 cadres sur poste sur les 50 prévus
- Financement interne non disponible pour le fonctionnement des directions régionales
- Mécanisme de suivi et évaluation du secteur non opérationnel du fait de l’échange
d’informations défaillante entre le niveau central, le niveau régional et les
partenaires.

Cette analyse de l’impact de la crise socio-économique de 2009 sur le secteur EAH,


montre une nette dégradation de la situation de l’accès des populations à l’eau
potable et aux latrines, par rapport aux prévisions faites dans le cadre des
engagements pris dans le programme national sectoriel.

Cette situation résulte, toujours à la suite de conclusions pouvant être tirées de l’analyse :
- de problèmes au niveau de l’application de la programmation budgétaire élaborée
sur la base de l’approche-programme, partant de la prise en compte des besoins
réels des populations ou BPOR, c'est-à-dire de la mise en œuvre du Pnaepa selon
les engagements pris, par le ministère de l’eau;
- de l’implication insuffisante des partenaires sociaux, à savoir les collectivités
décentralisées, les communautés de base, les opérateurs privés, les ongs,
- de lacune au niveau de la coopération avec les partenaires techniques et
financiers, se traduisant à la fois, par l’impossibilité de mobiliser les financements
nécessaires pour entreprendre efficacement les actions devant répondre
effectivement aux besoins réels des populations, mais aussi par les faibles taux de
décaissement des financements qui ont pu être acquis ;
- de l’insuffisance de visibilité et de transparence, des marchés publics.

2
A moyen terme la faible performance du secteur enregistrée en 2009 affectera directement
l’atteinte des objectifs nationaux et ceux de l’OMD.

Les interventions prioritaires qui s’imposent pour pallier à la situation sont principalement :
- La mobilisation de plus de ressources financières, humaines et matériel les pour
assurer combler les gaps des années antérieures et couvrir les besoins pour
l’atteinte des objectifs fixés ;
- Le renforcement et l’amélioration de l’organisation institutionnelle du secteur, ainsi
que le rétablissement de la notoriété du Ministère de l’eau, pour lui permettre de
mettre en œuvre effectivement le Pnaepa, en appliquant ses principes et ses
concepts ; et de rétablir avec
- L’implication effective et le renforcement des capacités, des acteurs de
développement socio-économique du secteur EAH, passant par la réinstauration de
la confiance de ces acteurs et des partenaires techniques et financiers, et par
conséquent engager plus d’effort pour redynamiser le secteur et produire un
rendement meilleur que ce qui a été réalisé au cours des années précédentes.
- La mise en place d’un marché visible, à moyen et long terme, permettant d’instaurer
une responsabilisation saine et efficace des acteurs.

3
Annexe I. TABLEAU : TAUX D’ACCES A L’EAU POTABLE EN MILIEU URBAIN

Annexe II. TABLEAU : TAUX D’ACCES A L’EAU POTABLE EN MILIEU RURAL


Annexe III. TABLEAU: TAUX D’ACCES AUX LATRINES EN MILIEU URBAIN

Annexe IV. TABLEAU: TAUX D’ACCES AUX LATRINES EN MILIEU RURAL


Annexe V. EVOLUTION DE L’ACCES A L’EAU POTABLE : (DERNIERS CHIFFRES CALCULES PAR INVENTAIRES
PAR LE MINISTERE CHARGE DE L’EAU PAR LA BDEA)

Annexe VI. EVOLUTION DE L’ACCES AUX LATRINES (DERNIERS CHIFFRES OFFICIELS OBTENUS PAR
ENQUETES PUBLIES PAR EPM2005/INSTAT)
Annexe VII. ECOLES PRIMAIRES PUBLIQUES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE LATRINE

Ecole du secteur public

Régions ayant point d'eau ayant latrines


Total
recensées
Nombre % Nombre %

Alaotra-Mangoro 988 145 15% 347 35%

Amoron'i Mania 910 112 12% 292 32%

Analamanga 1 381 442 32% 750 54%

Analanjirofo 1 116 139 12% 309 28%

Androy 582 63 11% 78 13%

Anosy 504 51 10% 89 18%

Atsimo
929 92 10% 113 12%
Andrefana

Atsimo
894 37 4% 78 9%
Atsinanana

Atsinanana 1 353 136 10% 284 21%

Betsiboka 361 29 8% 73 20%

Boeny 519 48 9% 107 21%

Bongolava 412 69 17% 106 26%

Diana 554 107 19% 106 19%

Haute Matsiatra 971 88 9% 248 26%

Ihorombe 376 18 5% 38 10%

Itasy 549 130 24% 204 37%

Melaky 208 19 9% 30 14%

Menabe 454 63 14% 87 19%

Sava 1 000 92 9% 193 19%

Sofia 1 681 62 4% 258 15%

Vakinakaratra 1 104 249 23% 448 41%

Vatovavy
1 754 188 11% 260 15%
Fitovinany

TOTAL
18 600 2 379 13% 4 498 24%
MADAGASCAR
Annexe VIII. ECOLES PRIMAIRES PRIVEES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE LATRINE
Régions Ecole du secteur privé

ayant point d'eau ayant latrines


Total recensées
Nombre % Nombre %

Alaotra-Mangoro 169 78 46% 102 60%

Amoron'i Mania 203 43 21% 66 33%

Analamanga 1 537 971 63% 1 181 77%

Analanjirofo 52 18 35% 26 50%

Androy 94 23 24% 15 16%

Anosy 77 22 29% 35 45%

Atsimo Andrefana 251 75 30% 75 30%

Atsimo Atsinanana 15 8 53% 8 53%

Atsinanana 104 79 76% 75 72%

Betsiboka 19 8 42% 10 53%

Boeny 149 82 55% 90 60%

Bongolava 278 56 20% 100 36%

Diana 157 79 50% 55 35%

Haute Matsiatra 481 72 15% 146 30%

Ihorombe 48 23 48% 23 48%

Itasy 453 106 23% 203 45%

Melaky 15 7 47% 6 40%

Menabe 54 19 35% 20 37%

Sava 215 46 21% 60 28%

Sofia 112 39 35% 39 35%

Vakinakaratra 916 249 27% 449 49%

Vatovavy Fitovinany 120 40 33% 51 43%

TOTAL MADAGASCAR 5 519 2 143 39% 2 835 51%


Annexe IX. TOTAL DES ECOLES DISPOSANT DE POINT D’EAU ET DE LATRINE
Ecole du secteur public et privé

Régions ayant point d'eau ayant latrines


Total
recensées
Nombre % Nombre %

Alaotra-Mangoro 1 157 223 19% 449 39%

Amoron'i Mania 1 113 155 14% 358 32%

Analamanga 2 918 1 413 48% 1 931 66%

Analanjirofo 1 168 157 13% 335 29%

Androy 676 86 13% 93 14%

Anosy 581 73 13% 124 21%

Atsimo Andrefana 1 180 167 14% 188 16%

Atsimo Atsinanana 909 45 5% 86 9%

Atsinanana 1 457 215 15% 359 25%

Betsiboka 380 37 10% 83 22%

Boeny 668 130 19% 197 29%

Bongolava 690 125 18% 206 30%

Diana 711 186 26% 161 23%

Haute Matsiatra 1 452 160 11% 394 27%

Ihorombe 424 41 10% 61 14%

Itasy 1 002 236 24% 407 41%

Melaky 223 26 12% 36 16%

Menabe 508 82 16% 107 21%

Sava 1 215 138 11% 253 21%

Sofia 1 793 101 6% 297 17%

Vakinakaratra 2 020 498 25% 897 44%

Vatovavy Fitovinany 1 874 228 12% 311 17%

TOTAL MADAGASCAR 24 119 4 522 19% 7 333 30%


Annexe X. POURCENTAGES D’ECOLES DISPOSANT DE POINTS D’EAU
Annexe XI. SITUATION DES CSB
Annexe XII. DOCUMENT : ORGANISATION INSTITUTIONNELLE ET PROCESSUS DE DECENTRALISATION, AVEC
ANALYSE DES RESSOURCES HUMAINES

Organigramme du Ministère de l’eau en 2008

A L’ECHELON CENTRAL

LES STRUCTURES RATTACHEES DIRECTEMENT AU MINISTRE :

Le Cabinet du Ministre

- 1 (un) Directeur de Cabinet


- 5 (cinq) Conseillers Techniques
- 2 (deux) Chargés de mission
- 1 (un) Attaché de Presse
- 1 (un) Chef du Protocole

Le Service du Partenariat (SPa)

Le Service de l’Information et de la Communication (SIC)

Le Service des Affaires Juridiques et du Contentieux (SAJC)

Le Secrétariat Particulier du Ministre (SP)

L’Unité de Gestion de la Passation des Marchés Publics (UGPM)

DIRECTION GENERALE

Direction Administrative et Financière (DAF)


Service Financier (SF)
Service des Ressources Humaines (SRH)
Service de la Logistique et du Patrimoine (SLP)
Service Médico-Social (SMS)

Direction des Opérations (DOP)


Service de l’Approvisionnement en Eau Potable (SAEP)

Service de l’Assainissement et du Génie Sanitaire (SAGS)

Service d’Appui à la Gestion des Ressources en Eau (SAGRE)

Service de la Banque des Données (SBD)


. A L’ECHELON REGIONAL

Dans le cadre de la déconcentration et l‘appui aux Régions, des Directions Interrégionales / ou


Régionales de l’Eau sont mises en place :

1. Direction Inter Régionale de l’Eau : Analamanga - Alaotra Mangoro


2. Direction Inter Régionale Vakinankaratra – Menabe – Melaky
3. Direction Inter Régionale Androy – Anosy
4. Direction Inter Régionale Diana – Sava
5. Direction Inter Régionale Boeny – Bestiboka – Sofia
6. Direction Inter Régionale Haute Matsiatra – Amoron’i Mania – Ihorombe
7. Direction Inter Régionale Atsinanana-Analanjirofo
8. Direction Inter Régionale Itasy – Bongolava
9. Direction Régionale Atsimo Atsinanana
10. Direction Régionale Vatovavy Fitovinany
11. Direction Régionale Atsimo – Andrefana

. Les projets du Ministère


- Le PAEAR
- AEPA FAD
- JICA

Les organismes rattachés


- CNEAGR
- APIPA
- AGEPS
- ANDEA
- JIRAMA (EAU)
- SAMVA (budget)
Annexe XIII. TABLEAU DE REPARTITION DES 60 CADRES

ALAOTRA MANGORO (04)


1 RANDRIAMISATA Sehenoarinoro IM 318172 Economiste Affectation en cours
2 RANDRIANJANAHARIZAKA Hervé Gérard IM. 318 175 Hydraulicien Affectation en cours
3 RAKOTOARIMANGA Rado Andrianaivo IM 318 158 Hydrogéologue Affectation en cours
4 RAKOTOARINOSY Hajandrianony J.D Géophysicien Visa CDE
ANALAMANGA (05)
5 RANDRIANARISOA Harilala Fara IM 318 160 Hydrogéologue Affectation en cours
6 RATSIMBAZAFY Jodie Harinala Gestionnaire Visa CDE
Attente équivalence
7 RAKOTOBE Raheliarisoa Holinantenaina Hydrogéologue diplôme
8 RAKOTONOELY Minasoa IM 318 177 Hydrogéologue Affectation en cours
9 ANDRIAMANANTENASOA Mialy Rolande Hydraulicien Visa FIN
ANDROY ANOSY (05)
10 RAKOTOMALALA Andrianarivo P.A. Ing.Economiste IM en cours
11 RAHARISOA Jeanne Lydia Francine Hydraulicien en cours
12 RATSIMBAZAFY Lalaina Patricia IM 318 434 Gestionnaire Affectation en cours
13 RAKOTONDRATOVO Ramanamirija Géophysicien Visa FIN
14 RAZAFY Randriamalazandro IM 318 173 Hydraulicien Affectation en cours
ATSIMO ANDREFANA (02)
15 REBERE Mallogia Rolland IM 318 170 Economiste Affectation en cours
16 RANDRIANILAINA Herimampionona Hydrogéologue Visa CDE
VAKINANKARATRA (04)
17 RAHARIVOLA Lanto Mirisoa Hydrogéologue Visa CDE
18 ANDRIANAIVOMIHAJAMANANA H.R.G. IM 318 162 Hydraulicien Affectation en cours
19 RAKOTOARISOA Hery Vonjy IM 318 438 Economiste Affectation en cours
Ing Génie Eau &
20 RANDRIANARIVELO Diavao Environ. Visa FIN
VATOVAVY FITOVINANY (04)
21 ADA Herinjaka Niravoana IM 318 178 Géophysicien Affectation en cours
22 SALAMONA Jaonary Philippe IM 318 164 Hydraulicien Affectation en cours
23 ANDRIAZAFIMAHAZO Fridolin IM Géophysicien Affectation en cours
24 RAKOTONIRINA Alexandre Gestionnaire Visa FIN
ATSIMO ATSINANANA (01)
25 HERINAIVO Noelison Elisé Gestionnaire Visa FIN
ATSINANANA - ANALANJIROFO (04)
26 BARAKA Dominique IM 318 169 Economiste Affectation en cours
27 VELOMIASA Léonard IM 318 436 Hydraulicien Affectation en cours
28 RAMAROSAHANINA Naina IM 318 165 Hydraulicien Affectation en cours
29 VOAVY Gino Frank IM 318 442 Affectation en cours
BOENY - BETSIBOKA - SOFIA (04)
30 BENINAZY Andriamitombarivo Elia IM 318 439 Géophysicien Affectation en cours
31 RATOVONIAINA Thierry Emmanuel Géophysicien Visa FIN
32 RANDRIANJAFY Harisendra Manoa IM 318 435 Economiste Affectation en cours
33 TSIAMBAKAY André Hydraulicien IM en cours
DIANA - SAVA (04)
34 RAKOTONIAINA Armand IM 318163 Hydraulicien Affectation en cours
35 MOHAMED Yasser IM 318 171 Economiste Affectation en cours
36 LANTO-HARIMANGA Malalarisoa IM 318 174 Hydrogéologue Affectation en cours
37 TSIRINASY Hydraulicien IM en cours
HTE-MATSIATRA - AMORON'I MANIA-IHOROMBE(04)
38 ANDRIANARIJAONA Riana IM 318 157 Hydrogéologue Affectation en cours
39 RAMAROSON Hantamiary Roger Economiste Visa CDE
40 FENOMANANA Rakotonirina Damien IM 318 176 Hydraulicien Affectation en cours
41 HASIVELO Joseph Elisé IM 318 167 Géophysicien Affectation en cours
ITASY-BONGOLAVA (04)
42 ANDRIAMBALA Vola Harinivo IM 318 161 Hydraulicien Affectation en cours
43 RAFALIARIVAO Charlot IM 318 166 Géophysicien Affectation en cours
44 STEPHANE Andrianarisoa Gasparri Economiste Visa FIN
45 RABEARIJAONA Fanomezana IM 318 440 Hydrogéologue Affectation en cours
MENABE -MELAKY (O5)
46 RAKOTOHARIMANANA Belse Antonellah IM 318 441 Gestionnaire Affectation en cours
47 RAZAFIMAHALEO René Philibert Hydrogéologue IM en cours
48 RAZAFIMAHATRATRA Arnaud F. IM 318437 Hydraulicien IM en cours
49 ANDRIANANDRASANA Grégoire Emile Géophysicien Visa FIN
50 RANDRIANARISON Nirilala Emile Géophysicien IM en cours
DIR/CAB Min.Eau ANTANANARIVO
51 Corinne GOULAM Communication Equiv. Diplôme
52 Herintsoa Davi RAKOTONARIVO Sc Pol & Rel Internat° Equiv. Diplôme
U G P M Min.Eau ANTANANARIVO
53 RAZAFINDRAKOTO Lantomangaharijaona Hydraulicien IM en cours
DIR OPERATIONS Min.Eau ANTANANARIVO
54 MIKA MENJAHARISOA Nambinina Hydrogéologue IM en cours
55 RANDRIAMAHOLIMANANA Tsiritiana F. IM 318 433 Hydraulicien Affectation en cours
56 RAKOTONDRASOA Niry Lanto J.M. IM Ing. Génie Civil Affectation en cours
57 RAVALOERA Antsatiana Ing Bât T.P. Visa FIN
58 ANDRIAMANANTENA Lucia Dorés IM 318 432 Hydraulicien Affectation en cours
59 MIALINORO Barintsoa IM 318 159 Hydrogéologue Affectation en cours
DAF/Min.Eau ANTANANARIVO
60 RASOLOMANANA Harinavalona N. Olivia IM 318 159 Economiste Affectation en cours
Annexe XIV. DOCUMENT : PROGRAMME ET PRIORITES NATIONALES (EXTRAIT DU PROGRAMME NATIONAL
DE L’EAU POTABLE ET DE L’ASSAINISSEMENT - PNAEPA)
Nouvelle stratégie et actions prioritaires pour résoudre les Principaux problèmes à court et à
long termes :

L’objectif du secteur consiste à assurer de manière durable l’accès de la population à l’eau


potable et aux infrastructures d’assainissement.

La stratégie qui consiste, à partir des objectifs fixés dans le MAP, à définir les résultats (défis, effets
et produits), devant être atteints à travers les activités, mesurés par des indicateurs, avec les
données sur les coûts et les sources de financements, est présentée dans les tableaux des sections 5
et 6.

La nouvelle stratégie nationale du secteur eau et assainissement pour atteindre les objectifs
du MAP consiste à :

Pour les actions prioritaires :

Pour l’Eau potable et l’Assainissement,

- mettre en place et opérationnaliser un cadre institutionnel de coordination de


programmation, de suivi-évaluation eau et assainissement disposant de suffisamment de
poids institutionnel ayant la capacité adéquate de discussions et de négociations avec les
partenaires techniques et financiers, pour défendre les objectifs et les programmes d’actions
du secteur, et mobiliser les financements nécessaires. Cela sera obtenu par :
o la mise à jour du Programme National de l’Eau Potable et de l’Assainissement
(PNAEPA)
o une déconcentration / régionalisation technique et financière effective avec
déploiement de personnel sur le terrain, pour assurer la planification et la supervision
des activités du programme national du secteur et appuyer les régions et les
communes dans les tâches de planification, exécution et suivi des actions menées.
o le recrutement dans les meilleurs délais au moins 60 cadres, dont 1 cadre pour 30
communes, seront affectés dans les directions interrégionales / régions sous la tutelle
du ministère de l’Energie et des Mines avec le budget de fonctionnement
correspondant
o l’allocation annuelle des montants nécessaires pour l’augmentation du nombre
d’infrastructures d’eau et à d’assainissement construites
o la restructuration de l’AES afin de rendre le service d’eau dans le sud plus efficace et à
coût abordable et de mettre fin aux subventions qui représentent actuellement 70 %
du budget de fonctionnement de la DEPA.
o la mise en place et opérationnalisation de l’organisme régulateur du secteur (SOREA)
o le renforcement de capacité de planification, de programmation et de suivi évaluation
aux niveaux central et régionaux
o le renforcement de la coordination et concertation entre les institutions concernées
par le secteur dans la mise place des différentes infrastructures d’approvisionnement
en eau potable et d’assainissement au niveau des établissements publics (école, CSB,
marchés, …)
o la mise en œuvre d’une enquête détaillée pour obtenir des chiffres fiables et
comparables sur le plan international concernant le taux d’accès aux latrines
respectant les normes
- renforcer la capacité des secteurs publics et privés en matière d’adduction d’eau et
d’assainissement par :

o la promotion du PPP (visibilité, prévisibilité, augmentation taille du marché, marché


pluriannuel, …)
o la création d’institutions de formations de métier
o la formation des personnels des cadres à tous les niveaux

Pour l’Assainissement,

- mettre en œuvre la Politique et Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA)

Pour le moyen terme :

Pour l’Eau potable

- renforcer la production eau dans les grands centres urbains


- renforcer les systèmes d’Alimentation en Eau Potable (AEP) existants en milieux rural et
périurbains
- développer le Partenariat Public Privé (PPP) dans la réalisation et la gestion des systèmes
d’AEP
- renforcer la capacité de l’Administration, des CTD, du Secteur Privé, de la Société Civile
en moyens nécessaires humain, financier, logistique
- élaborer une politique de branchements économiques
- mettre en place et opérationnaliser une politique tarifaire axée vers le recouvrement
des coûts d’exploitation

Pour l’Assainissement

- améliorer l’accès aux infrastructures d’évacuation d’excrétas par la mise en œuvre :


o d’un programme d’éducation à l’hygiène auprès des ménages, dans les écoles et les
centres de santé, pour amener les populations à se construire des latrines respectant
les normes, et à les utiliser effectivement et rationnellement.
o d’un programme de construction de latrines respectant les normes par l’implication
effective des opérateurs privés et des ONGs (mobilisation et éducation
communautaires, productions et ventes de dalles et de fosses, prestations de
constructions de latrines.)

Pour le long terme :

Pour l’Eau potable et l’Assainissement

- assurer la disponibilité des fonds pour les réhabilitions /extension et/ou nouvelles
constructions
- assurer la formation continue du personnel central/régional et la préparation des relèves
- assurer la préservation, la protection quantitative et qualitative de la ressource
- appuyer les initiatives tendant à une utilisation rationnelle et efficace de l’eau

Pour l’Eau potable

- mettre en place le financement à taux concessionnel pour la réalisation des grandes


infrastructures d’AEP
- mettre en place des contrats de gestion déléguée avec des opérateurs privés motivés et
compétents des systèmes d’AEP,
- assurer la couverture totale de tout Madagascar pour l’accès à l’eau potable efficace et
durable
- assurer un suivi et contrôle des systèmes d’Eau potable systématique et continu

Pour l’Assainissement

- assurer la couverture totale de tout Madagascar pour l’accès aux infrastructures


d’assainissement de base efficace et durable
- créer une ligne budgétaire spécifique à l’assainissement de base (séparation du montant
alloué à l’eau et à l’assainissement)
- assurer un suivi et contrôle des systèmes d’Assainissement systématique et continu.

RECOMMANDATIONS DE LE REVUE SECTORIELLE DE MARS


2007
Pour le court terme :

1. Améliorer la desserte en eau potable et l’accès aux infrastructures d’assainissement


de base par :

 le renforcement de la production eau dans les grands centres urbains

 le renforcement des systèmes d’Alimentation en Eau Potable (AEP) existants en


milieux rural et urbain
 le développement du Partenariat Public Privé (PPP) dans la réalisation et la gestion
des systèmes d’AEP

 Renforcement de capacité de l’Administration, les CTD, le Secteur Privé, la Société


Civil en moyens nécessaires humain, financier, logistique

 l’élaboration d’une politique de branchements économiques

 la mise en place et opérationnalisation d’une politique tarifaire axée vers le


recouvrement des coûts d’exploitation

2. Mettre en place et opérationnaliser un cadre institutionnel et programmatique eau et


assainissement disposant de suffisamment de poids institutionnel ayant la capacité
adéquate de discussions et de négociations avec les partenaires techniques et
financiers, pour défendre les objectifs et les programmes d’actions du secteur, et
mobiliser les financements nécessaires. Cela est obtenu par :

 la mise à jour du Programme National de l’Eau Potable et de l’Assainissement


(PNAEPA)

 une déconcentration / régionalisation technique et financière effective avec


déploiement de personnel sur le terrain, pour assurer la planification et la
supervision des activités du programme national du secteur et appuyer les régions
et les communes dans les tâches de planification, exécution et suivi des actions
menées.

 le recrutement dans les meilleurs délais au moins 60 cadres, dont 44 seront affectés
dans les directions interrégionales / régionales sous la tutelle du ministère de
l’Energie avec le budget de fonctionnement correspondant

 l’allocation annuelle des montants nécessaires pour l’augmentation du nombre


d’infrastructures d’eau et à d’assainissement construites

 la restructuration de l’AES

 la validation de la Politique et Stratégie Nationale de l'Assainissement (PSNA)

 la mise en place et opérationnalisation de l’organisme régulateur du secteur


(SOREA)

 la mise en place d’un dispositif de planification, de programmation et de suivi


évaluation aux niveaux central et régional.

 le renforcement de la collaboration/concertation entre les institutions concernées par


le secteur dans la mise place des différentes infrastructures d’approvisionnement en
eau potable et d’assainissement au niveau des établissements publics (école, CSB,
marchés, …)

Pour le long terme :

1. Mettre en place le financement à taux concessionnel pour la réalisation des


grandes infrastructures d’AEP
2. Mettre en place des contrats de gestion déléguée avec des opérateurs privés
motivés et compétents des systèmes d’AEP,
3. Assurer la couverture totale de tout Madagascar pour l’accès à l’eau potable et à
l’assainissement de base efficace et durable
4. Assurer un suivi et contrôle des systèmes d’AEPA systématique et continu
5. Créer une ligne budgétaire spécifique à l’assainissement de base (séparation du
montant alloué à l’eau et à l’assainissement)
6. Assurer la disponibilité des fonds pour les réhabilitions /extension et/ou nouvelles
constructions
7. Assurer la formation continue du personnel central/régional et la préparation des
relèves.
[Tapez un texte]

ENGAGEMENTS POUR LES ACTIONS A ENTREPRENDRE PRIS LORS DES


« DIALOGUES PRESIDENTIELS » DE NOVEMBRE 2008, PAR TOUS LES
ACTEURS DU SECTEUR.

19
[Tapez un texte]

20
[Tapez un texte]

Annexe XV. DOCUMENT : MECANISME DE SUIVI ET EVALUATION

21
[Tapez un texte]

22
[Tapez un texte]

Annexe XVI. TABLEAUX SNISE PRESENTES DANS LE PNAEPA

23
[Tapez un texte]

24
[Tapez un texte]

25
[Tapez un texte]

Annexe XVII. COURBES DE SUIVI-EVALUATION


Une courbe dénommée « Courbe Map » ou « courbe ODM » dont les dernières courbes réalisées sont
présentées ci-dessous (présentées dans les rapports de réalisation du Map)

26
[Tapez un texte]

Annexe XVIII. DOCUMENT : BASE DE DONNEES DU SECTEUR EAU ET ASSAINISSEMENT (BDEA)


Le secteur dispose d’une base de données mise en place au sein du Ministère chargé de l’Eau sur un
financement de la Banque mondiale (Paepar-Pgdi).

Il permet de calculer l’évolution du taux d’accès à l’eau potable par des calculs basés sur les données
venant de l’inventaire des points d’eau réalisés en milieu rural par les intervenants du secteur, pour le
milieu urbain, sur les informations fournies annuellement par la Jirama concernant les bornes-fontaines
et les branchements particuliers.

La délimitation entre milieu urbain et rural est celle appliquée par l’INSTAT, pour être en harmonie avec
les analyses statistiques des autres secteurs.

Les nombres de populations sont les chiffres des études démographiques faites officiellement par
l’INSTAT qui les calcule à partir du RGPH 1993 en utilisant des taux de croissance entre 2,7% à 3%
selon les niveaux d’hypothèse.

La définition de point d’eau potable a été harmonisée avec les nomenclatures utilisées dans les rapports
de suivi-évaluation des Nations Unies (Pnud-Unicef-OMS), tandis que le concept du nombre de
population ayant accès à chaque type de point d’eau a été mis au point conjointement par les experts
ayant réalisé la mise en place du BPOR (Budget de Programme par Objectifs Régionaux) et les
consultants nationaux ayant travaillé sur la BDEA, et ceci pour assurer l’harmonisation, la synergie et
surtout la cohérence des activités de Programmation-Planification avec les actions de Suivi-évaluation.
Ces concepts sont :

CONCEPTS ET DEFINITIONS EAU POTABLE

1- Milieu urbain : la Capitale, les chefs lieux de province et les chefs lieux de fivondronana.

Milieu rural : Le reste des régions

La notion d’urbain ou de rural a été celle définie avec les limites administratives lors du Recensement Général de la
population et de l’Habitat de 1993

2- Eau potable : eau provenant d’un point d’eau (PDO) contrôlé, à savoir: branchements particuliers (BP), bornes
fontaines,(BF) forages munis de pompe à motricité humaine (FPMH), puits munis de pompe à motricité humaine (PPMH).

3- Taux de desserte : Rapport du nombre de population ayant accès au point d’eau (PDO) sur le nombre de population
totale, estime de la façon suivante (en accord avec ce qui est appliqué dans les autres pays africains, permettent ainsi de faire
les comparaisons ):

• 1 BP: 10 personnes
• 1 BF: 250 personnes
• 1 FPMH:300 personnes
• 1 PPMH: 300 personnes

En ayant fait les calculs, à partir des données depuis 1990, année de départ du processus ODM, on
obtient des résultats qui peuvent concerner l’ensemble des entités du découpage adminstratif depuis les
Régions jusqu’aux communes, et qui peuvent aussi être obtenus pour des découpages selon les
bassins versants. Ces sont disponibles sous forme de tableau, de courbes, de cartes à différentes
échelles du 1 :7

Rôle de la BDEA dans la cartographie des réalisations et dans la programmation


27
[Tapez un texte]

Tous les points de couleur bleue sont des localités sans point d’eau. Les localités dont les noms sont en rouge
surligné jaune disposent de points d’eau. Si les saisies dans la BDEA sont à jour, l’évolution de l’accès à l’eau est
suivie sur la carte. Celle-ci permet aussi de programmer où les nouveaux points d’eau doivent être faits.

28
[Tapez un texte]

Annexe XIX. DOCUMENT : ENQUETE PERIODIQUE AUPRES DES MENAGE (EPM)

L’Enquête Périodique auprès des Ménage (EPM) a comme objectif d’établir les Informations de base relatives à la
condition de vie des ménages.

Les EPM existants sont de 1993, 1997, 1999, 2001, 2002, 2004,2005. Ils sont ainsi plus nombreux que les EDS
(Enquêtes Démographiques et de Santé), et concernent un nombre plus élévé de ménages enquêtés et se rapportent
à plus de thèmes que les ESD, d’après un responsable de l’Instat qui est impliqué dans le processus JMP.

De ce fait pour le secteur EAH, c’est l’EPM qui a été utilisé pour suivre les taux d’accès aux latrines. Le dernier
EPM de 2005 donne la situation de l’accès aux latrines par régions.

Les concepts utilisés sont les suivants :

CONCEPTS ET DEFINITIONS ASSAINISSEMENT

1- Pour le terme “assainissement” on ne considère que l’accès aux latrines

2- Il n’y a pas d’inventaire exhaustif de latrines

3- Pour une analyse de la situation nationale on ne peut se baser que sur les résultats d’enquêtes Nationales (et non pas
régionales comme CAP)

4- il est proposé d’utiliser les résultats de EPM: (Enquete Periodique aupres des Ménages)-On dispose des résultats 2004 et
2005 contrairement à EDS qui n’existe que pour 2004.

5- on ne dispose pas des chiffres détaillés concernant les situations par régions.

Latrines prises en compte dans les calculs

DEFINITION EPM 2005:

Taux d’utilisation de latrines ou mieux : proportion des ménages disposant de type d’évacuation d’excretas hygiéniques tels
que cabinets avec siège ou avec chasse d’eau, latrines avec dalles, en bois ou en terre.

Exclut les ménages utilisant des tinettes, de simples trous ou ne disposant pas de toilette.

Les chiffres disponibles permettent de calculer les taux de Défécation à l’air libre par régions.

29
[Tapez un texte]

Annexe XX. TABLEAU : LE BUDGET DE LA DEPA – ALLOCATIONS BUDGETAIRES 2008 MILLIONS


D'AIARY
INTITULE 2008
Fonctionnement (Salaire, hors solde, AES)
Direction de l'Eau et de l'Assainissement 926,31
Compte Particulier 80
Autorité National Eau et Assainissement (ANDEA) 1190,21
AEP Antsirabe (JIRAMA/MEM) 0
Développement Eaux Souter, Sud Ouest M/car 0,00
Approv, Eaux potable et Assainissement 1 092,10
Projet Pilote d'AEP en Milieu Rural 0,00
Etude Amél,Gestion Ress, Eaux Sout,Méthode Nuclé, 0,00
Mise en valeur Gest° des Ress, En Eaux Grand Sud 0,00
Travaux d'Amélioration AEP Mahajanga 0,00
Etude Alim, En Eau Potable de ville Hell ville 0,00
Alim, Eau dans le Sud AES 1 882,62
Alim, Eau Potable et Assainissement Milieu Rural 6 242,30
Etudes et Travaux Hydrauliques Eaux 0,00
Travaux d''Urgence d'AEP 0,00
Forages et Aliment en Eau ( IPPTE) 0,00
Approvisionnement EN Eau Potable Autonome et Durable dans le Sud 2 719,50
Programme Nantional d'AEP 5 075,82
Approv, Eaux potable et Ass, Ambalavao/Manjaka, 3 612,92
Extension du syssttème d'AEP de l''Agglomération D'Antananarivo 16 514,76
Programme d'AEP en Milieu Rural (PAEAR) 37 409,63
Service Militaire d'Appui au Développement 670,00
TOTAL 77 416,17
en millions de us$ 43,009

30
[Tapez un texte]

Annexe XXI. TABLEAU : DEPENSE DE FONCTIONNEMENT ET D’INVESTISSEMENT PAR SOURCE DE FINANCEMENT EN


MILLIERS AR (REALISE) 2008

2 008
Fonctionnemt 777,82
Indemnité (salaire ECD,Cnaps,etc…) 114,52
Hors solde (biens et service) 183,30
AES 480,00
Investissemnt intérieur 10 326,07
RPI 8 881,22
DTI –TVA 1 421,86
IPPTE -
Compte Particulier 22,99

Investissement Extérieur 11 319,86


Emprunt 11 319,86
Don

TOTAL 22 423,75
en millions de us$ 12,46

31
[Tapez un texte]

Annexe XXII. DOCUMENT : DECRET CHARTE DIORANO WASH

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA
Tanindrazana – Fahafahana – Fandrosoana
--------------
MINISTERE DE L’ENERGIE ET DES MINES
MINISTERE DE LA SANTE ET DU PLANNING FAMILIAL
MINISTERE DE L’EDUCATION NATIONALE
ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
--------------
DECRET N° 2008 - 094
Portant approbation et adoption de la charte Diorano -WASH
LE PREMIER MINISTRE, CHEF DU GOUVERNEMENT,
- Vu la Constitution ;
- Vu la loi N° 98-029 du 20 Janvier 1999 portant Code de l’Eau ;
- Vu l’ordonnance N° 62-072 du 27 Septembre 1962 portant codification des textes
législatifs concernant la Santé Publique ;
- Vu le décret N° 2003-941 du 9 Septembre 2003 relatif à la surveillance de l’eau, du
contrôle des eaux destinées à la consommation humaine et aux priorités d’accès à la
ressource en eau ;
- Vu le Décret N°2007-022 du 20 Janvier 2007, portant nomination du Premier Ministre,
Chef du Gouvernement ;
- Vu le Décret N°2007-926 du 27octobre 2007 portant nomination des membres du
Gouvernement ;
- Vu le Décret N°2007-986 du 19 Novembre 2007 fixant les attributions du Ministre de
l’Energie et des Mines ainsi que l’organisation générale de son Ministère.
Sur proposition du Ministre de l’Energie et des Mines, du Ministre de la Santé, du
Planning Familial, du Ministre de l’Éducation Nationale et de la Recherche Scientifique.
En conseil du Gouvernement :
DECRETE:
Article 1 : Conformément à la résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU du 21 Décembre 1990,
de la conférence internationale de l’eau douce à Bonn en 2001, et pour
renforcer l’intégration des actions pour l’eau potable, l’assainissement et l’hygiène dans
le« Madagasikara Am-Perin’asa » (MAP), l’initiative DIORANO-WASH lancée à Madagascar depuis
2002, est officialisée par la création d’une plate-forme régie par la Charte DIORANOWASH.
Article 2 : On entend par DIORANO-WASH, l’ensemble des actions concernant la trilogie : «EAU,
ASSAINISSEMENT, HYGIENE» de l’anglais « WATER, SANITATION and HYGIENE» en abrégé
WASH.
Article 3 : La plateforme est dénommée : DIORANO-WASH.
Article 4 : La présidence d’honneur de DIORANO-WASH est assurée par les trois Ministères
chargés, de l’EAU POTABLE et de l’ASSAINISSEMENT, de l’HYGIENE et de la SANTE, de
l’EDUCATION.
Article 5 : Le Coordonnateur National élu selon la Charte qui régit le fonctionnement de
DIORANO-WASH, est responsable devant l’Assemblée Générale.
Article 6 : L’adhésion à l’initiative DIORANO-WASH est volontaire, la démarche adoptée est
participative ; cette adhésion est manifestée par la signature de la Charte de DIORANOWASH.
Article 7 : DIORANO-WASH élit domicile au siège du Ministère de l’Energie et des Mines, chargé
de l’Eau Potable et de l’Assainissement.
Article 8 : Les parties signataires sont membres de la Charte, et acceptent de se conformer aux
dispositions organisationnelles qui y sont contenues.
Article 9 : Peuvent adhérer à la Charte les ONG, associations, le secteur privé, toute
personne physique ou morale animée de la volonté de s’investir dans les activités relatives au
DIORANO-WASH.
32
[Tapez un texte]

Article 10 : Chaque partenaire financier, qui souhaite s'investir dans des activités Diorano-WASH,
est libre d’adopter le mode d'intervention qui lui convient dans le respect de la Charte.
Article 11 : Le Coordonnateur National est garant du respect par les parties signataires des
dispositions de la Charte.
Article 12 : La Charte de DIORANO-WASH est adoptée et annexée à ce présent décret.
Article 13 : Le Ministre Chargé des Finances et du Budget, le Ministre de L’Energie et des Mines, le
Ministre de la Santé et du Planning Familial, le Ministre de l’Education Nationale et de la Recherche
Scientifique, sont chargés chacun en ce qui les concerne de l’exécution du présent décret qui sera
publié au Journal Officiel de la République.

Fait à Antananarivo, le 15 Janvier 2008

Charte de Diorano-WASH

Préambule

Sous l’égide de Conseil de Collaboration pour l’Eau et l’Assainissement (Water Supply and Sanitation
Collaborative Council - WSSCC) établi par la résolution n° A/RES/45/181 de l’Assemblée Générale de l’ONU
en date du 21 décembre 1990 , l’Initiative WASH instaurée lors de la Conférence Internationale de l’eau
douce, tenue à Bonn, Allemagne en 2001 et mise en exergue lors du Sommet Mondial pour un
Développement Durable tenu à Johannesburg en août 2002 est un effort de sensibilisation afin de donner
une position ferme à l’assainissement et l’hygiène sur les agendas politiques et de faire de l’eau, de
l’assainissement et de l’hygiène une réalité pour tous.

Après l’aval du Président de la République, l’Initiative Diorano-WASH était lancé officiellement à Madagascar
le 10 septembre 2002 par le Premier Ministre en présence du Président de WSSCC, des hautes autorités du
pays, des différents chefs d’agences des Nations Unies, des représentants des coopérations bilatérales et
multilatérales ainsi que des représentants de la société civile et du secteur privé.

L’initiative Diorano-WASH est née du constat que l’adduction d’eau potable pris isolément n’apporte qu’une
réduction relativement limitée (de l’ordre de 17 %) de la maladie liée à l’eau alors que sa combinaison aux
services d’assainissement et d’hygiène selon les statistiques pourrait avoir un impact très significatif sur cette
réduction (de l’ordre de 39%).

Compte tenu de la reconnaissance de l’Initiative Diorano-WASH qui dépasse la frontière malgache et du


progrès enregistré en terme de décentralisation du Comité WASH, l’élaboration de la dite charte s’avère
indispensable pour à la fois canaliser les actions et instaurer un environnement propice au développement
des nouvelles initiatives et des innovations.

33
[Tapez un texte]

La formalisation de l’Initiative Diorano-WASH s’effectue à travers de la publication d’une Charte à la quelle les
différents membres et partenaires adhèrent. Cette disposition respecte le principe de l’organisation des
acteurs du secteur au sein d’une plate forme d’échange et d’action.

La Charte régit les activités de l’Initiative WASH à tous les niveaux (communautaires, scolaires, communales,
régionales, inter régionales et nationales). Elle constitue d’abord un socle commun d’engagements et des
principes de ses membres. Elle définit aussi la nature des relations entre les différentes structures qui
constituent le comité WASH ainsi que ses partenaires externes. En effet, elle délimite les contours des
interventions de l’Initiative WASH à tous les niveaux et décrit les structures, les modalités, les engagements et
les prérogatives de chaque entité de WASH.

L’Initiative Diorano-WASH s’appuie sur deux documents d’orientations : la Charte et le Document de Stratégie
Nationale. La stratégie Nationale WASH précise pour sa part les orientations stratégiques et les activités
opérationnelles.

But, objectif général et principes

III.1 BUT :
Contribuer à la réduction de la pauvreté à travers la campagne nationale sur l’importance de la trilogie eau
potable, assainissement et hygiène au niveau des politiques et stratégies ainsi que leur mise en œuvre.

III.2 OBJECTIF GENERAL :

Contribuer à la réduction des maladies d’origine hydrique et liées aux mauvaises habitudes en matière
d’hygiène et d’assainissement .

III.3 PRINCIPES :

L’Initiative Diorano- WASH se doit d’assurer que l’intégration des trois composantes eau,
assainissement et hygiène soit effectuée systématiquement dans l’ensemble du processus,

L’initiative Diorano-WASH reconnaît que l’accès à l’eau et à l’assainissement ainsi qu’à l’hygiène
constitue un droit humain dont le respect nécessite une politique de pérennité et d’équité dans le
secteur,

L’Initiative Diorano- WASH fait appel à la démarche collective en rassemblant tous les partenaires à
tous les échelons du territoire en vue d’atteindre le but de l’initiative,

Chaque échelon de Diorano WASH s’organise sur la base d’une plateforme d’échange et d’action,

L’Initiative Diorano- WASH s’inscrit dans la politique de déconcentration et de la décentralisation en


vigueur à Madagascar en accueillant en son sein des comités décentralisés en fonction du
découpage territorial et en favorisant une démarche concertée avec les structures décentralisées,

34
[Tapez un texte]

L’initiative DIORANO-WASH est un catalyseur et un accélérateur des actions visant à soutenir les
efforts à l’échelle en matière d’eau, d’assainissement et d’hygiène pour l’atteinte des objectifs
nationaux d’une part et du millénaire d'ici 2015 d’autre part,

L’Initiative Diorano-WASH se positionne comme un cercle de réflexion en matière technique,


d’approches et de processus dans le secteur Eau Potable, Assainissement et Hygiène afin notamment
de valoriser les expériences et d’encourager les innovations,

L’Initiative Diorano-WASH est persuadée de l’apport considérable du secteur eau, assainissement et


hygiène pour la réduction de la pauvreté,

L’Initiative Diorano-WASH s’assure que ses interventions à travers ses membres intègrent les
dimensions « pauvreté et vulnérabilité » ainsi que « genre »,

L’Initiative Diorano-WASH est tenue d’assurer une fluidité d’information en son sein et entre ses
membres et les autorités compétentes de telle sorte qu’une communication à la fois verticale et
horizontale dans les deux sens soit une règle au sein de WASH,

L’Initiative Diorano-WASH a pour ultime objectif un changement positif de comportements relatifs à


l’eau, à l’assainissement et à l’hygiène.

Structure de WASH

Présidence d’honneur

La présidence d’honneur composée de trois ministères à savoir le Ministère chargé de l’eau potable, le
Ministère chargé de la santé et le Ministère chargé de l’éducation constitue l’instance suprême de WASH. La
présidence des grands évènements et les interventions directes auprès du gouvernement sont du domaine
exclusif de la présidence d’honneur de WASH.

Cette présidence d’honneur bénéficie aussi de la participation des autres Ministères techniques dont les
compétences sont directement ou indirectement liées à l’eau, l’assainissement et/ou l’hygiène.

Comité National et Assemblée Générale

Le Comité National WASH est l’entité qui regroupe tous les membres de Diorano-WASH ayant signé la Charte.
Ses membres se réunissent en Assemblée Générale qui se tient au moins une fois par an. L’Assemblée
générale est un lieu, espace et moment de prise de décisions et d'orientations.

Le Comité National Restreint

Le comité National restreint est composé des trois ministères à savoir le Ministère chargé de l’eau potable, le
Ministère chargé de la santé et le Ministère chargé de l’éducation, des représentants de partenaires
techniques et financiers, des représentants des ONG internationales, des représentants de ONG
nationales, des représentants du secteur privé et des personnes ressources à raison de deux
représentants par entité soit un titulaire et un suppléant.

35
[Tapez un texte]

Le Comité National Restreint est chargé de proposer pour validation du Comité National des orientations
stratégiques et s’assurer que la stratégie Nationale soit respectée par toutes les entités concernées. Pour ce
faire, il a pour rôles et attributions de :

Saisir les opportunités, partenariats, projets et programmes stratégiques,

Coordonner les activités des structures décentralisées de Diorano-WASH,

Commanditer la capitalisation des expériences de DIORANO WASH,

Mettre en place des commissions thématiques pour développer les réflexions au sein du secteur en
fonction des besoins,

Veiller au bon fonctionnement de toutes les structures et à une bonne mise en œuvre des plans
d’action à tous les niveaux,

Assurer une bonne collaboration entre les différents ministères et Diorano-WASH,

Faciliter la recherche de financement auprès des partenaires financiers et des bailleurs de fonds
pour les activités transversales qui s’inscrivent dans l’Initiative Diorano-WASH . La recherche de
financement pour la mise en œuvre des projets d’approvisionnement en eau potable,
d’assainissement et d’hygiène relève de chaque membre dans son domaine respectif,

Garantir une bonne circulation des informations entre tous les membres.

Le Comité National Restreint est dirigé par un Coordonnateur National élu en Assemblée Générale pour un
mandat de deux ans renouvelable.

Les membres du Comité National Restreint issus des ministères sont nommés par ces derniers. Le reste des
membres est proposé par chaque entité et présenté en Assemblée Générale pour validation.

Le Coordonnateur National et le Secrétariat Exécutif Diorano-WASH doivent être issus de deux catégories
d’acteurs différents pour éviter le monopole de l’Initiative par une entité.

Le Coordonnateur National

Le Coordonnateur National assure la représentation de Diorano-WASH aux niveaux national et international.


A ce titre, il veille au bon fonctionnement du Comité National et du Comité National Restreint en travaillant
étroitement avec le Secrétariat Exécutif.

Le Secrétariat Exécutif Diorano-WASH

Le Secrétariat Exécutif Diorano-WASH assure la facilitation de la coordination de tous les aspects technique,
organisationnel et logistique et une bonne circulation d’informations émanant de l’initiative Diorano--WASH au
niveau national et international. En travaillant étroitement avec le Coordinateur National, il facilite le bon
fonctionnement du Comité National et le Comité National Restreint.

36
[Tapez un texte]

Le choix de l’entité en charge du secrétariat émane d’une proposition du Comité National Restreint de
Diorano-WASH soumise à la validation de l’assemblé générale.

Le Secrétariat Exécutif est désigné pour un mandat de trois ans.

Les commissions thématiques Diorano-WASH

Chaque commission thématique Diorano-WASH est composée des représentants des organisations
spécialisées dans le thème en question.

Une commission thématique est chargée d’assurer une bonne circulation des informations et un partage
d’expérience sur le thème dont elle est responsable. Elle anime des débats au sein du secteur sur le thème
focal en vue d’harmoniser les actions et de susciter les innovations.

Les structures décentralisées Diorano-WASH

Des comités décentralisés peuvent être créés à l’initiative des acteurs locaux. Il n’y a pas d’obligation à ce
que des comités soient créés à chaque niveau administratif : l’existence d’une dynamique locale doit
prévaloir.

Les Comités inter régionaux Diorano-WASH

Un Comité inter régional de Diorano-WASH est composé des représentants des tous les comités régionaux
existants au niveau de l’ex- province.

Cette structure fédérative joue un rôle d’interface entre le Comité National Restreint et les comités régionaux.

Les Comités régionaux Diorano-WASH

Un comité régional est composé des acteurs dynamiques dans le secteur incluant les services déconcentrés
de l’Etat, les collectivités décentralisées, la société civile, le secteur privé et les communautés de base.

Les comités régionaux sont des représentations de la structure Diorano-WASH au niveau régional selon le
découpage administratif. Ils développent les activités Diorano-WASH, assurent les tâches et liens avec Comité
National Restreint et participent aux Assemblée Générale de Diorano-WASH.

Chaque Comité régional est tenu d’élaborer et/ou de mettre régulièrement à jour un règlement intérieur lui
permettant de définir sa structure et ses modalités pratiques.

Les Comités communaux Diorano-WASH

Un comité communal est composé des services déconcentrés de l’Etat, collectivités décentralisées, la société
civile, le secteur privé et les communautés de base.

Les comités communaux Diorano-WASH représentent la structure Diorano-WASH au niveau communal. Ils
coordonnent et mènent les activités WASH tant en matière de sensibilisation que de plaidoyer dans leurs
circonscriptions respectives. C’est une structure intermédiaire entre les comités villageois et les comités
régionaux.

37
[Tapez un texte]

Chaque Comité communal est tenu d’élaborer et/ou de mettre régulièrement à jour un règlement intérieur lui
permettant de définir sa structure et ses modalités pratiques.

Les comités Fokontany/villageois ou de quartier Diorano-WASH

Un comité villageois est composé des représentants du Fokontany, des structures traditionnelle et
religieuses, des comités de l’eau, de l’assainissement et de l’hygiène, des groupements paysans, des comités
des usagers et autres groupes d’intérêt présents au village.

Les comités villageois Diorano-WASH assurent la sensibilisation et la mobilisation autour des trois messages
clés Diorano-WASH. Ils sont aussi en charge des entretiens et de la maintenance des infrastructures
d’adduction d’eau potable et d’assainissement installées au niveau communautaire.

Chaque Comité villageois est tenu d’élaborer et/ou de mettre régulièrement à jour un règlement intérieur lui
permettant de définir sa structure et ses modalités pratiques.

Les Comités scolaires WASH ou « Les Ecoles Amies de WASH »

Un comité scolaire Diorano-WASH est composé des représentants des élèves, des enseignants et des parents
d’élèves ainsi que d’autres intervenants présents au niveau des écoles.

Les comités scolaires Diorano-WASH sont chargés de mener des sensibilisations autour des trois thèmes clés
d’hygiène de Diorano-WASH et de s’assurer que les systèmes d’adductions d’eau potable et
d’assainissements installés au niveau des écoles soient bien entretenus.

Chaque Comité scolaire est tenu d’élaborer et/ou de mettre régulièrement à jour un règlement intérieur lui
permettant de définir sa structure et ses modalités pratiques.

Les obligations et prérogatives

Chaque membre du Comité Diorano-WASH pris individuellement ou agissant dans une plate forme, forum ou
réseau s’engage à :

Véhiculer les trois messages clés de Diorano-WASH à savoir le lavage des mains avec du savon aux
moments critiques, l’utilisation effective des latrines hygiéniques et la préservation de la potabilité de
l’eau du lieu de puisage jusqu’à la consommation dans le cadre de ses interventions que ce soit sur le
plan opérationnel ou en terme de plaidoyer,

Partager les expériences et les outils en matière d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène,

Favoriser la circulation des informations à sa disposition pour un public le plus large possible,

Faciliter les débats sur des thèmes spécifiques en fonction des besoins du secteur,

Participer aux différentes structures de Diorano-WASH au niveau de son territoire d’intervention,

Respecter le Manuel de procédure en vigueur dans le secteur de l’eau, de l’assainissement et de


l’hygiène,

38
[Tapez un texte]

Envoyer des rapports d’activités aux services déconcentrés, aux collectivités décentralisées et aux
ministères techniques,

Envoyer les fiches d’Inventaire de Points d’Eau (IPO) et d’Inventaire de Latrines (ILA) qui détaillent les
caractéristiques des réalisations physiques au représentant du Ministère chargé de l’eau potable le
plus proche.

Chaque Comité de WASH a toute latitude d’adopter la structure selon sa convenance.

L’utilisation du label Diorano-WASH est un droit naturel pour un membre ayant signé la Charte Diorano-WASH.

Le logo de Diorano-WASH étant un patrimoine de tous les membres et peut être utilisé par ceux-ci pour des
actions répondant aux principes et dans leur zone d’intervention.

Chaque entité de Diorano-WASH peut procéder à une médiatisation de la campagne Diorano-WASH si cela ne
remet pas en cause la philosophie de Diorano-WASH.

Chaque Comité Diorano-WASH peut représenter l’Initiative Diorano-WASH sur le plan international à condition
que celui-ci en informe le Comité National Restreint.

Les comités décentralisés Diorano-WASH peuvent nouer des partenariats techniques et financiers au niveau
local en informant au préalable le Comité National Restreint.

Les comités régionaux se dotent d’un règlement intérieur leur permettant de gérer leurs relations
partenariales.

Les comités régionaux doivent rendre compte de l’état d’avancement de leurs activités au moins une fois par
an au Comité National Restreint.

Dispositions diverses :

Adoption :

Cette charte entre en vigueur dès son adoption par une majorité de deux tiers des membres de l’assemblée
générale.

Elle est opposable à chaque membre une fois que celui-ci a procédé à sa signature.

Amendements :

Les amendements relatifs à cette charte entrent en vigueur quand la majorité de deux tiers des membres de
l’Assemblée générale les ont adoptés.

Non respect de la Charte

Le manquement aux principes de la présente Charte pourra donner lieu à un rappel à l’ordre ou une prise
des dispositions appropriées par le Comité National Restreint Diorano-WASH.

Adhésion et signature de la Charte:

39
[Tapez un texte]

La Campagne Diorano-WASH est ouvert à toutes personnes morales oeuvrant dans le domaine de l’eau,
l’assainissement et l’hygiène si celles –ci respectent l’esprit et la vision de Diorano- WASH.

L’adhésion à l’initiative Diorano-WASH est matérialisée par la signature de la dite Charte de Diorano-WASH.
La signature doit être fait par la personne qui est habilitée à représenter l’entité concernée.

A la Charte, sont annexées les signatures d’adhésion à l’initiative Diorano-WASH des différents comité et
membres.

Une copie dûment certifiée conforme de la Charte sera mise à la disposition de chaque entité signataire. En
foi de quoi, cette entité a signé la présente charte.

La version officielle de la charte est disponible en deux langues : Français et Malgache

Fait à Antananarivo, le

RESUME DES 6 AXES STRATEGIQUES

 Activités pour l’axe « Coordination, Suivi et Évaluation »

Apporter un appui aux ministères responsables du secteur pour la Coordination-


Programmation : amener les acteurs du secteur, à s’inscrire dans l’ inventaire des
intervenants tenus par le ministère chargé de l’eau, à transmettre périodiquement au dit
ministère leurs programmes d'activités de réalisations d'infrastructures d'eau et
d'assainissement, et activités d'IEC ( éducation sanitaire et mobilisation communautaire
pour développer la maitrise d'ouvrage) pour que celui-ci puisse remplir les tableaux de
suivi du SNISE.
amener les acteurs, les communes, les membres des comités Wash et les comités de
points d'eau à remplir les fiches IPO et ILA et à les envoyer au ministère chargé de l’eau,
pour le Suivi-évaluation:

 Activités pour l’axe « Renforcement des capacités »

Pour la mobilisation communautaire pour la maitrise d’ouvrage: favoriser la mise en place


des comités communaux Wash, des comites de points d'eau motivés, des contrats et
conventions de gestion déléguée….)
Informer, éduquer, mobiliser les communes pour les amener à s’intégrer dans le
processus BPOR
Amener les acteurs à se mettre en contact avec les BDEA régionales pour accéder aux
données sur les ressources en eaux, sur la situation des points d’eau, sur les taux d’accès;
Informer, éduquer, mobiliser les acteurs et les communes concernant les données
existantes au sein du Ministère chargé de l’eau pour les impliquer dans des activités
permettant d’assurer la Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE).

40
[Tapez un texte]

 Activités pour l’axe « Partenariat »

Organiser de réunions d’échanges d’informations et d’expériences, pour l’harmonisation


des actions et des zones d’interventions;
Développer et pérenniser les contacts et communications (par internet et e-mail) entre
tous les acteurs du secteur, au niveau local, régional, national, international
 Activités pour l’axe « Plaidoyer et mobilisation de fonds »

Véhiculer les messages qu’il faut toujours intégrer les 3 composantes, eau potable,
assainissement et hygiène, dans tous programmes et projets concernant le secteur, et de
ce fait s’en servir pour assurer la mobilisation de fonds synergiques pour la
complémentarité;
Plaider pour que le secteur soit une priorité
Développer des activités d'éducation sanitaire (changement de comportement) aboutissant
à la création de la demande d'infrastructure d'eau et d'assainissement

 Activités pour l’axe « Changement de comportement »

Informer, éduquer, mobiliser les familles et les communes pour mettre en œuvre le
processus de collectes de demandes venant des familles et les envoyer aux communes,
puis aux régions, et au Min eau, pour élaborer les BPOR;

 Activités pour l’axe Recherche et action

Développer et pérenniser les circulations d’informations sur les expériences et pratiques,


par e-mail
Développer et pérenniser le Partage de documents
Organiser des réunions d’échanges thématiques
Amener les acteurs disposant de moyens à organiser, des « vitrines », réunions techniques
thématiques, formations sur des thèmes spécifiques

41
[Tapez un texte]

Annexe XXIII. TABLEAU : REALISATION FIN 2008, PAR RAPPORT AUX OBJECTIFS ET RESULTATS PLANIFIES (RAPPORT
SNISE - DIRECTION DES OPERATIONS -MINISTERE DE L’EAU)

42
[Tapez un texte]

43
[Tapez un texte]

44
[Tapez un texte]

Annexe XXIV. DOCUMENT : EXTRAIT RAPPORT DE PASSATION EN MARS 2009

REPOBLIKAN’I MADAGASIKARA

Tanindrazana – Fahafahana – Fandrosoana

---------------------------------------

MINISTERE DE L’EAU

-------------------

PASSATION DE SERVICE

Entre

Monsieur RASOLOFONIAINA Jean Donné, Ministre de l’Eau, sortant ,

Et,

Monsieur RAKOTOVAO Mariot Jean Florent, Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts, entrant.

45
[Tapez un texte]

PROCES VERBAL DE PASSATION DE SERVICE

L’an deux mil neuf, le lundi vingt trois mars, était effectuée la passation de service entre :

D’une part,

Monsieur RASOLOFONIAINA Jean Donné


Ministre de l’Eau

Et d’autre part,

Monsieur le RAKOTOVAO Mariot Jean Florent,


Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts

Il a été passé au Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts la liste des dossiers cotée et paraphée
par les deux personne citée ci - dessous .

Le Ministre de l’Eau Le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts

RASOLOFONIAINA Jean Donné RAKOTOVAO Mariot Jean Florent

46
[Tapez un texte]

LES DOSSIERS DE PASSATION

1 Dossiers administratifs

1.1 Historique du secteur

1.2 Le Ministère de l’Eau : sa mission, son organisation

1.3 Les activités en cours et à entreprendre

2 Dossiers techniques :

2.1 PGE 2009

2.2 Situation des projets en cours

2.3 Principaux bailleurs de fonds du secteur

2.4 Les dossiers en cours et à entreprendre

3 Dossiers comptabilités matières et financiers

4 Annexes

4.1 Liste des personnels


4.2 Liste des matériels et mobiliers de bureau
4.3 Liste des matériels roulants
4.4 Situation du budget 2009
4.5 Les projets
4.6 Les organismes rattachés

47
[Tapez un texte]

1 DOSSIERS ADMINISTRATIFS

1.1 Historique de la mise en place du Ministère de l’Eau

 Avant 1960 : Ministere charge de l’hydrogeologie, de l’eau, de l’electricite, de l’énergie

 Epoque Jean Laborde : rattaché à la royauté :(Alimentation en eau du Rova Manjakamiandana à partir
d’Ambohimalaza) 1835

 1895 Epoque coloniale : Service géologique : Gouvernorat des colonies de Madagascar et dépendances

 Après 1960 : Ministère d’Etat chargé de l’Economie Nationale

 1960-1966: service de l’hydrogéologie, service de l’eau, et service de l’électricité de la Direction des


Mines.

 1966-1970 : Ministère de l’Industrie et des Mines (MIM)


o Division hydrogéologie et division de l’eau au sein d’un service de l’eau et de l’électricité, de la
Direction des Mines et de l’Energie.

 1970-1972 : Ministère d’Etat chargé des Mines, de l’Industrie et du Commerce- Secrétariat d’Etat chargé
des Mines et du Ravitaillement
o Subdivision d’hydrogéologie au sein de la division de l’eau dans un service de l’électricité, de la
Direction des Mines et de l’Energie.

 1971-1973 : Ministère de l’Economie et des Finances


o Subdivision d’hydrogéologie au sein de la division de l’eau dans un service de l’électricité, de la
Direction des Mines et de l’Energie.

 1973-1975 : Division hydrogéologie, division de l’eau, du service de l’électricité, de la Direction des Mines
et de l’Energie.

 1975-1986 : Ministère de l'Industrie, de l'Energie et des Mines (MIEM)


o Division hydrogéologie et division de l’eau au sein d’un Service de l’Electricité.

 1986-1988 : MIEM - Service de l'eau et de l’Hydrogéologie et Service de l’Electricité

 1988-1991 : MIEM - Direction de l'Energie et de l'Eau

48
[Tapez un texte]

 1991-2005 : Ministère de l'Energie et des Mines (MEM) - Direction de l’Eau et Direction de l’Energie

 2006 : Ministère de l'Energie et des Mines (MEM) - Direction de l’Eau et de l’Assainissement

 2007 : Février : Ministère de l'Energie - Direction de l’Eau Potable et de l’Assainissement

 2007 : Novembre : Ministère de l’Energie et des Mines - Direction de l’Eau Potable et de


l’Assainissement et Direction de l’Hydrogéologie

 2008 : 1er Janvier : Ministère de l’Energie et des Mines - Direction Générale de l’Eau et de
l’Assainissement
 2008 : 2 Juillet : Ministère de l’Eau : eau potable, assainissement et GIRE

1.2 Le Ministère de l’Eau, sa mission et son organisation


Le Ministère de l’Eau est créé par décret 2008-829 du 02 septembre 2008.

1.2.1. La mission du MinEau

Il est chargé de la conception, de la gestion et de la mise en œuvre de la politique du Gouvernement


visant un développement durable et soutenu du pays conformément aux objectifs du Madagascar Actions
Plan (MAP), en matière d’eau potable et d’assainissement avec comme finalité d’assurer les conditions de
croissance économique et de bien-être de la population.

Dans le cadre de ses attributions, le Ministre de l’Eau est chargé de :

 mobiliser les citoyens et les partenaires financiers pour une meilleure gestion des ressources en eau ;
 renforcer l’efficacité de l’administration ;
 effectuer des sensibilisations pour le changement des mentalités, des comportements et des
habitudes en matière d’assainissement ;
 développer la synergie avec les autres Ministères et secteurs concernés (Ministère de l’Agriculture,
de l’Elevage et de la Pêche, Ministère de l’Energie et des Mines, Ministère de l’Environnement, des
Forêts et du Tourisme, Ministère de la Santé et du Planning Familial, Ministère de la Réforme
Foncière, des Domaines et de l’Aménagement du Territoire,...) pour une meilleure santé de la
population afin de soutenir le processus de développement rapide et durable.

1.2.2. L’organisation générale du Ministère de l’Eau est fixée comme suit :

. A L’ECHELON CENTRAL

49
[Tapez un texte]

LES STRUCTURES RATTACHEES DIRECTEMENT AU MINISTRE :

Le Cabinet du Ministre

- 1 (un) Directeur de Cabinet


- 5 (cinq) Conseillers Techniques
- 2 (deux) Chargés de mission
- 1 (un) Attaché de Presse
- 1 (un) Chef du Protocole

Le Service du Partenariat (SPa)

Le Service de l’Information et de la Communication (SIC)

Le Service des Affaires Juridiques et du Contentieux (SAJC)

Le Secrétariat Particulier du Ministre (SP)

L’Unité de Gestion de la Passation des Marchés Publics (UGPM)

DIRECTION GENERALE

Direction Administrative et Financière (DAF)


Service Financier (SF)
Service des Ressources Humaines (SRH)
Service de la Logistique et du Patrimoine (SLP)
Service Médico-Social (SMS)

Direction des Opérations (DOP)


Service de l’Approvisionnement en Eau Potable (SAEP)

Service de l’Assainissement et du Génie Sanitaire (SAGS)

Service d’Appui à la Gestion des Ressources en Eau (SAGRE)

Service de la Banque des Données (SBD)

. A L’ECHELON REGIONAL

50
[Tapez un texte]

Dans le cadre de la déconcentration et l‘appui aux Régions, des Directions Interrégionales / ou Régionales de l’Eau
sont mises en place :

1. Direction Inter Régionale de l’Eau : Analamanga - Alaotra Mangoro


2. Direction Inter Régionale Vakinankaratra – Menabe – Melaky
3. Direction Inter Régionale Androy – Anosy
4. Direction Inter Régionale Diana – Sava
5. Direction Inter Régionale Boeny – Bestiboka – Sofia
6. Direction Inter Régionale Haute Matsiatra – Amoron’i Mania – Ihorombe
7. Direction Régionale Atsimo – Andrefana
8. Direction Inter Régionale Itasy – Bongolava
9. Direction Régionale Atsimo Atsinanana
10. Direction Régionale Vatovavy Fitovinany

1.2.3. Les projets du Ministère


- Le PAEAR
- AEPA FAD
- JICA

1.2.4. Les organismes rattachés


- CNEAGR
- APIPA
- AGEPS
- ANDEA
- JIRAMA (EAU)
- SAMVA (budget)

1.3 Les activités en cours et à entreprendre


E n matières de Ressources Humaines

En cours :

- Finalisation du recrutement des 60 Cadres reçus après le test du mois d’Août 2008
Par le Ministère de l’Eau-UNICEF-BAD-PAEAR (Cf situation en annexe)

A entreprendre : (suivant PTA 2009)

- Recrutement des 26 Cadres – conditions BAD


- Recrutement des Cadres et agents d’appui des Directions Régionales
- Intégration dans le cadre des fonctionnaires et/ou recrutement des agents ECD
du Ministère de l’Eau (Cf liste des agents ECD avec proposition)

51
[Tapez un texte]

Les listes suivantes se trouvent en annexes :

- Liste des 60 nouveaux cadres avec les observations sur la situation respective de leur dossier de
recrutement
- Liste de tous les personnels du ministère de l’eau : centrale et régionale
- Liste des ECD proposés pour intégration ou recrutement en tant que EFA
- Situation des effectifs

52
[Tapez un texte]

2 - DOSSIERS TECHNIQUES
2- 1 Le Politique Général de l’Eau (PGE) du MinEau 2009

Spécification de l’indicateur et Financements Début et Fin


Partenaires Projets et activités Indicateurs règle de calcul Sources Montants en 2009

ENGAGEMENT 2 : INFRASTRUCTURE RELIEE


Défi 7 : Améliorer de façon significative l'accès à l'eau potable et à l'hygiène

ENGAGEMENT 5 :

Défi 8 : Approvisionner la population en eau potable et généraliser les pratiques d'hygiènes et sanitaires

MinEau -MRFDAT - Construire et gérer des 5 000 points 1 Borne Fontaine/ un puits ou BAD-FAD- Intérieur : 14 Janv-déc
MINSANPFPS - systèmes d'Alimentation d'eau construits forage équipé de pompe à UNICEF- 417 686 000
MID- MEN - en Eau Potable et gérés milieu motricité humaines pour 250 JAPON- intérieur : 61
Partenaires rural et 950 BF personnes FONDEM- 339 180 000
Techniques et en milieu urbain BADEA-UE-
Financiers - BEI-ETAT
JIRAMA- Secteur
privé – ONG 9 500 BP 1Branchement Particulier pour JIRAMA 9 500 000 000 Janv-déc
10 personnes BADEA BEI

15 contrats de PPP Janv-déc


gestion

53
[Tapez un texte]

500 école/400 WATERAID- PM Janv-déc


CSB/ amis de UNICEF
WASH, 100
comités WASH

Construire des 13 500 latrines 1 latrine familiale pour 5 pers. GSF-WSUP- PM Janv-déc
infrastructures WATERAID-
d'assainissement en 1 latrine scolaire pour 100 élèves FSG…
respectant les textes en 1 latrine par CSB
vigueur y afférents

Opérationnaliser les SOREA ; AES, Fonctionnement effectif des 3 BAD-ETAT 2 300 000 Janv-Sept
structures rattachées au CNEAGR structures
MinEau tout en
renforçant la stratégie Stratégie PPP élaborée
PPP

ENGAGEMENT 1 : GOUVERNANCE RESPONSABLE

Défi 6 : Décentraliser l'administration publique

54
[Tapez un texte]

MinEau - MID- Mettre en place et 12 DIRE/DRE 12 DIRE/DRE vont assurer MinEau, Fonctionnemen Janv-déc
MRFDAT opérationnaliser des mises en place toutes les activités des 22 MFB t : 577 632 000
directions interrégionales et régions
et / ou régionales opérationnelles
(DIRE/DRE)

55
[Tapez un texte]

Spécification de Financements Début et Fin


l’indicateur et règle de
Partenaires Projets et activités Indicateurs Sources Montants en 2009
calcul

ENGAGEMENT 2 : INFRASTRUCTURE RELIEE


Défi 1 : Accorder une priorité aux infrastructures de développement pour les pôles de croissance

MinEau - Anosimahavelona 50 Ha de place de ETAT 4 985 000 000 Janv-déc


MRFDAT - recasement aménagé
MTPM- MID-
SESP-APIPA-
Partenaires . Communes 1500 Ha assainie ou ETAT 300 000 000 Janv-déc
Techniques et périphériques protégée
Renforcer les programmes de d’Antananarivo
Financiers -
protection contre les inondations
Secteur privé
– ONG
. Mamba, Sisaony et 3000 m du réseau ETAT 650 000 000 Janv-déc
Ikopa et le chenal de d'écoulement gravitaire
Bevomanga, curé et calibré

. Grand Tana 600 km de canaux curés .et ETAT 1 700 000 000 Janv-déc
5 stations de pompage géré

56
[Tapez un texte]

Spécification de
Financements Début et Fin
l’indicateur et
Partenaires Projets et activités Indicateurs en 2009
règle de calcul Sources Montants

ENGAGEMENT 7 : PRENDRE SOIN DE LENVIRONNEMENT

Défi 2 : Réduire le processus de dégradation des ressources en eau naturelles


MinEau -MID- Restructurer l'ANDEA et ANDEA restructurée et opérationnelle, 6 Rapport de PNUD Exterieur : Janv-
APIPA- les agences de bassin Agences de bassins restructurées, restructuration déc
Partenaires 1schéma directeur pilote élaboré, 10 BAD 1 200 000 000
Techniques et comités de bassins réorganisés , 5
ETAT Interieur :
Financiers - périmètres de protection mise en place
Secteur privé 240 000 000
– ONG

Mettre en place la base 1 Système d'information sur les Système BAD, extérieur : Janv-
de données sur la GIRE ressources en eau opérationnel et d'information ETAT déc
accessible 500 000 000

intérieur :

153 000 000

Mettre en œuvre les Nombre de communes sensibilisées Rapport de partenaires PM Janv-


campagnes de campagne déc
communication pour le
changement de
comportement

57
[Tapez un texte]

GIRE : Gestion Intégrée de Ressources en Eau


PPP : Partenaire Public Privé
SOREA : Société de Régulation de l’Eau et de l’Assainissement
PTA: Partenaires techniques et Financiers

ANDEA : Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement

AES : Adduction d’Eau dans le Sud

DIRE/DRE : Direction (Inter) Régionale de l’Eau

PM : Pour Mémoire

58
[Tapez un texte]

2- 2 PROJETS EN COURS

INTITULE DU PROJET
ET PARTENAIRES
CONSISTANCE SITUATION

- Réalisation de 71 Bornes Fontaines (BF) dans la CUA et CR - 71 BF réceptionnées


Atsimondrano - Demande de devis déposé à la JIRAMA
Approvisionnement - Signature du PTA 2009 MINEAU-UNICEF - Travaux en cours
en eau potable et - Réalisation de 30 points d’eau et 8 latrines dans le District de
assainissement – Fénérive Est Région Analanjirofo
UNICEF - Préparation des listes de fokontany nécessitant la mise en
place des blocs sanitaires publics
Alimentation en eau - Passation des marchés pour le Contrôle et suivi des travaux, - AOI pour les 120 Forages lancé et remise des
potable et pour l’exécution de l’IEC et la fourniture de 120 PMH offres le 27 mars 2009
assainissement en - Exécution de 120 Forages équipés de Pompe à Motricité - 729 latrines construites (719 familiales et 10
milieu rural dans le Humaines FPMH (60 dans la région d’Ihorombe et 60 dans la institutionnelles)
grand sud (AEPA) –
région d’Anosy) - 1 438 moustiquaires distribuées
- Construction de 5 000 latrines
BAD
- Distribution de 16 000 moustiquaires imprégnées
Programme - Réalisation des études d’adduction d’eau : 30 grands Etudes :
d'approvisionnement centres, 180 petits centres ; 230 réhabilitation et implantation
en eau potable et de 1250 forages - 14 sur 30 APD des grands centres approuvés
- Exécution des travaux : - 48 sur 180 APS des petits centres approuvés
assainissement en
1250 FPMH (600 au sud et 650 au nord) - 48 sur 230 APS réhabilitations approuvés
milieu rural (PAEAR) -
- Assainissement : Construction de 3700 blocs sanitaires et Travaux :
BAD
6460 latrines
- Réalisation de l’étude stratégique environnementale et - 93 forages positifs réalisés (23 au sud et 70 au
Programme de Gestion Environnemental du programme (P nord)
GEP) dont 10 forages sont équipés de PMH au nord
- Notification de l’entreprise pour la construction
des blocs sanitaires attend la non objection de la
59 BAD
[Tapez un texte]

- études stratégiques environnementales approuvée


- PGEP approuvé par le programme et l’ONE
Extension du système
d'alimentation en eau Réalisation des conditionnalités des bailleurs :
potable de - Elaboration des TDR du Groupe de travail
l'agglomération
- La mise en place d’un groupe de travail sur le recouvrement approuvé par la BEI
des coûts d’exploitation des bornes fontaines (BF) dans le - Groupe de travail mise en place. Les travaux de
d'Antananarivo –UE –
Grand Tana ; collectes des informations sont en cours
BEI - Le lancement de l’appel d’offres pour l’assistance technique - Lancement des AMI pour l’établissement de liste
à l’UGP. restreinte études hydrogéologiques et surveillance
- Le lancement de l’appel d’offre pour la réalisation de l’étude des travaux de mise en place des puits à drains
d’impact environnemental (ci-après « EIE ») relative au rayonnant et recrutement du bureau d’étude pour
Projet ; lancement de l’AO pour les études hydrogéologiques l’assistance à l’unité d’exécution du projet.
des ressources souterraines
- Préparation des DAO et lancement des AO pour les mesures
d’urgence (amélioration des zones de desserte d’Itaosy et - envoi à BEI de la liste restreinte pour avis de non
d’Iavoloha, réhabilitation des installations électriques MT à objection et envoi de l’avis d’appel d’offre pour
Mandroseza, acquisition des débitmètres et des compteurs) publication.

- Réalisation des EIE pour la construction de la


Passation des marchés pour : nouvelle station de traitement d’eau à Faralaza
- Envoi du résultat des EIE à ONE pour examen

- la réalisation des études hydrogéologiques et surveillance - APD de l’amélioration des zones de desserte
des travaux de mise en place des puits à drains rayonnant d’Itaosy et d’Iavoloha,
- la réalisation des travaux pour les mesures d’urgence - Envoi à BEI du projet de DAO pour l’acquisition
(amélioration des zones de desserte d’Itaosy et d’Iavoloha, des appareils de mesure (débitmètres) et des
réhabilitation des installations électriques MT à Mandroseza, compteurs pour demande de non objection
acquisition des débitmètres et des compteurs) - DAO pour les études hydrogéologiques et
surveillance des travaux de mise en place des
puits à drains rayonnant.

60
[Tapez un texte]

DIORANO- WASH
- Préparation de la célébration de la Journée Mondiale de l’Eau - Mobilisation des Comités régionaux WASH

- Réalisation des tâches pour les 6 axes stratégiques de - Participation à la mise en place du FMA pour la
DIORANO WASH Latrinisation

- Mise en place de 22 comités régionaux WASH - 06 mises en place

- Mise en place de 500 CSB amis de WASH - 100 CSB Amis de Wash en cours

- Mise en place de 400 écoles amies de WASH - 100 Ecoles Amies de Wash réalisées.

Contribution à l’organisation de la consultation


publique pour l’étude stratégique environnementale du
PAEAR

INTITULE DU PROJET
ET PARTENAIRES
CONSISTANCE SITUATION

Eau potable et - Lancement des Appels d’Offres Internationaux pour la réalisation - Remise des rapports d’APD de l’AEP et de
assainissement des travaux pour les deux villes, l’Assainissement, en version définitive, pour les deux
d'Ambalavao et - Remise, évaluation des offres villes.
- Passation des marchés pour la réalisation et la surveillance et - Approbation des rapports APD des 2 villes
Manjakandriana
contrôle des travaux pour les deux villes, - Examen des DAO des travaux en cours
BADEA

Projet d’Amélioration - Démarrage du projet : octobre 2008


de la gestion des - Discussion entre la JICA, les équipes de consultant
systèmes - Amélioration de la gestion des systèmes d’AEP et de japonais et les autorités concernées par le projet
comportement en matière d’hygiène dans la région Sud Ouest : (MinEau-MEN-MINSANPFPS) sur le contenu du
d’approvisionnement
- Amélioration des capacités de gestion et maintenance des projet

61
[Tapez un texte]

en eau potable comités de points d’eau - Rectification de la liste des personnels du Min Eau
- Réhabilitation des infrastructures d’approvisionnement en eau membre du comité de pilotage, homologues,
et des potable groupe de travail.
changements de - Acquisition des matériels bureautiques (ordinateur,
comportement en imprimante, photocopieuse, vidéo projecteur, ..)
matière d’hygiène - Formations des personnels (au niveau central et
déconcentré) du MinEau en réhabilitation des
dans la région
forages et entretien des pompes manuelles et
d’Atsimo immergées
Andrefana -JICA

Eau potable et - Lancement des Appels d’Offres Internationaux pour la réalisation - Remise des rapports d’APD de l’AEP et de
assainissement des travaux pour les deux villes, l’Assainissement, en version définitive, pour les deux
d'Ambalavao et - Remise, évaluation des offres villes.
- Passation des marchés pour la réalisation et la surveillance et - Approbation des rapports APD des 2 villes
Manjakandriana
contrôle des travaux pour les deux villes, - Examen des DAO des travaux en cours
BADEA

Projet d’Amélioration
- Démarrage du projet : octobre 2008
de la gestion des
- Amélioration de la gestion des systèmes d’AEP et de - Discussion entre la JICA, les équipes de consultant
systèmes japonais et les autorités concernées par le projet
comportement en matière d’hygiène dans la région Sud Ouest :
d’approvisionnement (MinEau-MEN-MINSANPFPS) sur le contenu du
- Amélioration des capacités de gestion et maintenance des
en eau potable comités de points d’eau projet
- Réhabilitation des infrastructures d’approvisionnement en eau - Rectification de la liste des personnels du Min Eau
et des potable membre du comité de pilotage, homologues,
changements de groupe de travail.
comportement en - Acquisition des matériels bureautiques (ordinateur,
matière d’hygiène imprimante, photocopieuse, vidéo projecteur, ..)
- Formations des personnels (au niveau central et
dans la région
déconcentré) du MinEau en réhabilitation des
d’Atsimo forages et entretien des pompes manuelles et
Andrefana -JICA immergées

62
[Tapez un texte]

Approvisionnement
en eau potable,
assainissement –
hygiène -WATER AID

Village du Millénaire - Approvisionnement en eau potable et assainissement de 15 fokontany - Elaboration du protocole d’accord entre le
PNUD de la commune rurale de Sambaina de District de Manjakandriana dans PNUD et le Ministère de l’Eau
la Région d’Analamanga

Appui au Plaidoyer, Sensibilisation, Education sanitaire, Appui au - Nomination effective des membres du
développement à développement de l’accès aux infrastructures d’assainissement et à Mécanisme de Coordination du fonds dont le
l’accès à l’hygiène notamment pour les plus pauvres et les démunie Président
l’assainissement et à - Finalisation du cahier des charges en cours
l’hygiène notamment
les plus pauvres -
WSSCC

63
[Tapez un texte]

3. 3 – PRINCIPAUX BAILLEURS DE FONDS DU SECTEUR

Intitulé du projet Date de début Date prévue pour la fin Valeur totale
Partenaires
du projet ($)

Projet d’alimentation en eau potable et assainissement dans le grand Sud (AEPA- 07/2003 12/2009 13 934 000 FAD
FAD

Programme d’Alimentation en Eau Potable et Assainissement en milieu Rural 06/2006 06/2010 87 000 000 BAD
(PAEAR)

RANOTSARA 08/2007 07/2010 2 625 000 Facilité Eau UE- DDC Suisse – DGCID France – MEDAIR
International

Projet d’amélioration de la production des agglomérations d’Antananarivo 0 3/2008 03/2012 68 150 000 UE - BEI

Projet d’Appui à la Maîtrise d’Ouvrage d’Eau Local et Assainissement (PAMOELA) 09/2007 08/2012 7 250 000 UE

Programme MEDDEA : Mise en œuvre du mécanisme durable d’accès à l’eau 01/2008 01/2012 1 810 100 UE – AFD
potable et à l’assainissement de 4 districts de la région de VAKINAKARATRA

1 958 824
Appui au Communes et des Organisations Ruraux pour le Développement du Sud 2006 2009 UE
(ACORDS)

64
[Tapez un texte]

Date de Date prévue pour Valeur totale Principaux


Intitulé du projet
début la fin du projet ($) commanditaires

Travaux d’amélioration des systèmes d’alimentation en eau potable et assainissement 2005 2009 3 400 000 BADEA
de la commune rurale d’Ambalavao

Travaux d’amélioration des systèmes d’alimentation en eau potable et assainissement 2005 2009 3 100 000 BADEA
de la commune rurale de Manjakandriana

Fonds d’Intervention de Développement (FID) 2009 2011 40 000 000 Banque Mondiale

Approvisionnement Eau et assainissement 2008 2011 6 575 000 UNICEF

Alimentation en Eau Potable, Assainissement et Hygiène 2009 2012 6 977 000 Water Aid

Appui au développement à l’accès à l’assainissement et à l’hygiène notamment les 2009 2014 5 000 000 WSSCC
plus pauvres

Amélioration de l’accès à l’eau potable, à l’assainissement et à l’hygiène de 220 000 de 2008 2010 3 320 000 WSUP
12 communes périphériques d’Antananarivo

65
[Tapez un texte]

2.4 Les dossiers en cours et à entreprendre

ANDEA

Depuis la fin de l’année 2008, la structure ANDEA a été suspendue pour cause de la restructuration de cette institution, tous les personnels sont remis à leur
ministère d’origine. Le PNUD a financé les activités afférentes à cette restructuration mais il reste beaucoup à faire, le financement a pris fin le mois de
février 2009.

AGEPS (AES)

Lors de l’atelier effectué à Ambovombe au mois de janvier 2009, il a été convenu avec tous les acteurs : les représentants des bénéficiaires, les partenaires
et les différents responsables des trois régions concernés par l’AES le changement de nom d’abord, puis la restructuration totale avec la mise en place
d’une direction basée à Ambovombe et non pas à Antananarivo. Le décret a déjà eu un numéro et il faut demander auprès du service législatif de la
primature la suite de la procédure pour le publier.

66
[Tapez un texte]

Annexe XXV. TABLEAU : CALCULS DES COUTS ENGAGES PAR LES PARTENAIRES PRIVES EN MILLIONS DE US$

Ministère de l'Eau
Direction Générale

Latrines Point d’eau TOTAL


Région Admist Borne Branchement Latrine Point
CSB Scolaire Familiale. Puits/Forage CSB Scolaire Intervenants
ration Fontaine Part. d'eau
17 0 17 BUSH PROOF

ANALAMANGA
20 150 0 170 SANDANDRANO
35 200 0 235 FAMONJENA

19 0 19 WSUP

24 728 76 5 44 752 1629 WATER AID

VAKINANKARA
TRA 13 2 17 15 47 FID
7 0 7 FAMONJENA

11 0 11 CRS

ALAOTRA
43 0 43 ARCC
MANGORO

67
[Tapez un texte]

10 0 10 BUSH PROOF
87 15 87 189 WATER AID
799 19 799 1617 St. GABRIEL

ATSINANANA

15 20 4 14 25 39 102 FID
11 9 11 31 CARE USAID
9 0 9 CRS

150 11 156 150 467 MEDAIR


10 371 1 4 381 767 WATER AID
ANALANJIROF
O
1 3 1 5 CARE USAID
0 0 CRS

1 0 1 BUSH PROOF

ATSIMO 19 0 19 ACORDS
ATSNANANA

5 0 5 CRS

16 2 15 18 51 FID
VATOVAVY
FITOVINANAY 92 0 92 ACORDS
4 0 4 CRS

68
[Tapez un texte]

10 80 0 90 SANDANDRANO
HAUTE 13 3 29 16 61 FID
MATSIATRA
142 0 142 ACORDS
3 0 3 CCPREAS

72 0 72 ACORDS
MORON'I
MANIA

ITASY

BONGOLAVA

MELAKY

5 0 5 BUSH PROOF
13 374 23 9 4 387 810 WATER AID
MENABE
57 0 57 ACORDS

SOFIA

69
[Tapez un texte]

BETSIBOKA

BOENY

SAVA

DIANA 8 20 0 28 FID

1 0 1 BUSH PROOF
ATSIMO
ANDREFANA
32 1 2 33 68 FID

2 0 2 BUSH PROOF
ANDROY
65 19 65 149 CRS

IHOROMBE 30 0 30 BUSH PROOF

1 0 1 BUSH PROOF
ANOSY
52 0 52 PIC

70
[Tapez un texte]

41 79 0 120 CARE USAID

15 153 12 2574 692 525 0 52 476 2754 1745

Latrines Point d’eau TOTAL


Borne Branchement Latrine Point d'eau
CSB Scolaire Admistration Familiale. Fontaine Puits/Forage CSB Scolaire Part.

TOTAL GENERAL 15 153 12 2574 692 525 0 52 476 2754 1745

POPULATION DESSERVIES EN AEP: 453 190 309 010

POPULATION ACCES A LATRINES: 27 540

RECAPITULATION DES REALISATIONS REPARTIES DANS LES 22 REGIONS


POPULATION
PREVUE REALISEE DESSERVIES/ACCES
304
1200 1269
NOMBRE DES POINTS D'EAU (PUITS/FORAGE, BORNE FONTAINE) 250
AEP
1369 dont 742 JIRAMA et 627 4
1000
NOMBRE DE BRANCHEMENT PARTICULIER (JIRAMA, PRIVE) PRIVE 760
LATRI 27
NE NOMBRE DE LATRINES 7000 2754 540

71
[Tapez un texte]

Annexe XXVI. TABLEAU : LE BUDGET DE LA DEPA – LES ALLOCATIONS BUDGETAIRES PAR PROGRAMME 2000-2008 MILLIONS D'ARIARY
ALLOUE
INTITULE 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008
Fonctionnement (Salaire, hors solde, AES)
Direction de l'Eau et de l'Assainissement 409,04 416,04 431,56 401,96 401,96 406,10 440,54 546,66 926,31 0,51
Compte Particulier 900,00 900,00 900,00 80 80,00 80 0,04
Autorité National Eau et Assainissement (ANDEA) 1 023,20 1 525 1 185,00 1190,21 0,66
AEP Antsirabe (JIRAMA/MEM) 42,04 1 978,40 1 180,62 1 812,40 2 307,40 1 218,00 1 325,00 0,00 0 0,00
Développement Eaux Souter, Sud Ouest M/car 1 226,80 1 372,00 2 431,58 3 256,00 5 077,44 6 740,80 3 838,00 0,00 0,00 0,00
Approv, Eaux potable et Assainissement 474,00 908,30 918,30 518,30 691,00 701,00 678,00 678,00 1 092,10 0,61
Projet Pilote d'AEP en Milieu Rural 3 548,00 466,00 2 256,22 7 030,00 2 503,40 4 785,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Etude Amél,Gestion Ress, Eaux Sout,Méthode Nuclé, 128,00 540,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Mise en valeur Gest° des Ress, En Eaux Grand Sud 431,80 9 504,22 2 105,00 0,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Travaux d'Amélioration AEP Mahajanga 26,00 10,00 1 028,70 0,00 0,00 0,00 0,00
Etude Alim, En Eau Potable de ville Hell ville 87,00 1 950,00 0,00 0,00 0,00 0,00
Alim, Eau dans le Sud AES 4 980,76 2 803,28 1 059,60 884,20 1 623,00 1 882,62 1,05
Alim, Eau Potable et Assainissement Milieu Rural 2 173,00 1 038,00 2 749,50 11 170,00 6 159,00 6 242,30 3,47
Etudes et Travaux Hydrauliques Eaux 1 489,78 2 489,78 2 489,80 0,00 0,00 0,00
Travaux d''Urgence d'AEP 514,60 734,00 8 643,60 0,00 0,00 0,00
Forages et Aliment en Eau ( IPPTE) 1 000,00 3 000,00 0,00 19 381,00 0,00 0,00 0,00
Approvisionnement EN Eau Potable Autonome et Durable dans le Sud 2 132,00 2 719,50 1,51
Programme Nantional d'AEP 4 450,00 5 075,82 2,82
Approv, Eaux potable et Ass, Ambalavao/Manjaka, 0,00 772,40 2 000,00 125,00 445,00 3 612,92 2,01
Extension du syssttème d'AEP de l''Agglomération D'Antananarivo 2 082,00 16 514,76 9,17
Programme d'AEP en Milieu Rural (PAEAR) 7 316,50 37 409,63 20,78
Service Militaire d'Appui au Développement 0,00 670,00 0,37
TOTAL 7 272,68 18 044,96 11 251,98 23 176,80 21 818,66 31 816,60 39 446,74 26 697,16 77 416,17 43,01

en millions de us$ 4,04 10,02 6,25 12,88 12,12 17,68 21,91 14,83 43,009 0,023893879
1$=1800 ar

72
[Tapez un texte]

Annexe XXVII. TABLEAU : DEPENSE DE FONCTIONNEMENT ET D’INVESTISSEMENT PAR SOURCE DE FINANCEMENT (REALISE) 2000-2008
REALISE
millions d'Ariary oct-08
2 000 2 001 2 002 2 003 2 004 2 005 2 006 2 007 2 008
Fonctionnemt 391,60 408,80 431,10 400,20 383,50 398,80 413,94 518,19 777,82
Indemnité (salaire 65,80 77,20 80,80 85,70 97,10 103,30 111,99 124,09 114,52
ECD,Cnaps,etc…)
Hors solde (biens et service) 21,10 19,50 26,00 32,60 11,20 13,60 20,01 14,10 183,30
AES 304,70 312,10 324,30 281,90 275,20 281,90 281,94 380,00 480,00
Investissemnt intérieur 1 096,30 5 502,20 1 749,80 3 351,80 4 852,90 9 128,20 11 914,77 9 873,95 10 326,07
RPI 267,30 1 650,40 85,60 832,80 991,10 883,50 850,30 7 275,90 8 881,22
DTI –TVA 481,30 1 727,70 576,00 796,00 559,50 1 498,20 1 436,47 2 546,31 1 421,86
IPPTE - 1 805,80 959,90 989,90 2 196,40 6 655,00 9 625,04 - -
Compte Particulier 347,70 318,30 128,30 733,10 1 105,90 91,50 2,96 51,74 22,99

2 813,30 1 890,40 1 391,50 2 4 730,00 17 047,00 11 971,12 2 547,32 11 319,86


Investissement Extérieur
397,00
2 801,30 1 888,40 1 391,50 2 3 040,00 9 344,00 11 971,12 2 547,32 11 319,86
Emprunt
397,00
Don 12,00 2,00 - - 1 690,00 7 703,00

TOTAL 4 301,20 7 801,40 3 572,40 6 149,00 9 966,40 26 574,00 24 299,83 12 939,46 22 423,75
Millions de Dollars 2,39 4,33 1,98 3,42 5,54 14,76 13,50 7,19 12,46

73
[Tapez un texte]

Annexe XXVIII. TABLEAU : PGE 2009 ET EXECUTION BUDGETAIRE 2009


en milliers d'AR Exécution budgétaire en fin juillet 2009 Type de crédit alloué selon le PGE 2009
Crédit modifié suivant Montant Taux FINANCEMENT EXTERNE FINANCEMENTS INTERNES
Crédit ouvert taux de régulation engagé Crédit disponible d’engagement TOTAL
section
Subvention Emprunt AEP SOUS-TOTAL RPI TVA DTI SOUS-TOTAL
convention Projets-programmes Gestionnaire d’activités
Directeur de
l’assainissement et de la
069 PROGRAMME NATIONAL DE GESTION DES RESSOURCES EN EAU-ETAT
Gestion des Ressources en
Eau 2300000 1 150 000,00 24 134,00 1 135 000,00 1,30% 2 300 000,00 2 300 000,00 2 300 000,00
062 PROGRAMME NATIONAL D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE-ETAT Directeur des Etudes et des 3690000 1 845 000,00 12 688,00 1 832 312,00 0,69% 3 690 000,00 3 690 000,00 3 690 000,00
066 APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE AUTONOME ET DURABLE DANS LES SUD-Japon Projets 141000 70 500,00 7 300,00 63 200,00 10,35% 13 094 466,00 13 094 466,00 80 000,00 60 000,00 1 000,00 141 000,00 13 235 466,00
Directeur du Système
068 PROGRAMME NATIONAL DE L'ASSAINISSEMENT-ETAT d’Information et de la 0,91% 1 650 000,00 1 650 000,00 1 650 000,00
Communication 1650000 825 000,00 7 500,00 817 500,00
REHABILITATION DES INFRASTRUCTURES DANS LES COMMUNES PERIPHERIQUES D'ANTANANARIVO (EX-
071
SAMVA)-ETAT 237313 118 656, 50 - 118 656,50 0,00% 237 313 237 313 237 313
072 EVACUATION DES EAUX USEES ET ORDURES MENAGERES DE LA VILLE D'ANTANANARIVO (APIPA)-ETAT 237313 118 656,50 - 118 656,50 0,00% 237 313,00 237313 237313
073 CURAGE ET RECALIBRAGE ENTRE CONFLUENT DES RIVIERES ET CHENAL DE BEVOMANGA (APIPA)-ETAT 475374 237 687,00 - 237 687,00 0,00% 475 374,00 475 374,00 475 374,00
Directeur général
063 EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT D'AMBALAVAO ET MANJAKANDRIANA-ETAT 980 000,00 152 000,00 170 000,00 1 302 000,00 1 302 000,00
651 000,00 588 000,00 63 000,00 90,32%
063 EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT D'AMBALAVAO ET MANJAKANDRIANA-BADEA 1302000 2 000 000,00 2 000 000,00 2 000 000,00
054 ALIMENTATION EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL DANS LE GRAND SUD (AEPA/FAD) 702 000,00 175 500,00 210 000,00 34 500,00 119,66% 866 589 866 589,00 350 000,00 1000 0 351 000,00 1217589
0 531 559,00 265 779,50 44 800,00 220 979,50 16,86%
070 PROGRAMME D'APPUI AU DEVELOPPEMENT DU SECTEUR EAU ET ASSAINISSEMENT-ETAT 1 977 100,00 1 977 100,00 42 400,00 946 150,00 4,29% 1 977 100 1 977 100 1 977 100
056 APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT (Unicef) 130 000,00 65 000,00 7 500,00 57 500,00 11,54% 4 941 310,00 4 941 310,00 100 000,00 20 000,00 10 000,00 130 000,00 5 071 310,00
058 GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU (ANDEA)-FAD 155 000,00 77 500,00 7 500,00 70 000,00 9,68% 1 235 327,00 1 235 327,00 100 000,00 50 000,00 5 000,00 155 000,00 1 390 327,00
059 ALIMENTATION EN EAU DANS LE SUD (AES)-Fondem 659 300,00 329 650,00 15 000,00 314 650,00 4,55% 8 874 589,00 8 874 589,00 656 400,00 1 900,00 1 000,00 659 300,00 9 533 889,00
064 EXTENSION DU SYSTEME D'AEP DE L'AGGLOMERATION D'ANTANANARIVO-BEI/ETAT Directeur Financier 4 941 308,00 4 941 308,00 80 800,00 1 000,00 97 000,00 178 800,00 5 120 108,00
064 EXTENSION DU SYSTEME D'AEP DE L'AGGLOMERATION D'ANTANANARIVO-ETAT 178 800,00 89 400,00 11 500,00 77 900,00 12,86% 10 000,00 70 000,00 80 000,00 80 000,00
064 EXTENSION DU SYSTEME D'AEP DE L'AGGLOMERATION D'ANTANANARIVO-BEI/ETAT 4 000 000,00 4 000 000,00 4 000 000,00
065 PROGRAMME D'APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL (PAEAR)-BAD 6 556 486,00 3 278 243,00 2 715 479,00 562 764,00 82,83% 21 885 591,00 21 885 591,00 4 525 800,00 2 029 686,00 1 000,00 6 556 486,00 28 442 077,00
OOO 573 647,00 286 823,50 109 980,77 176 842,73 38,34%
OOO
Secrétaire Général 89 990,00 44 995,00 12 067,00 32 928,00 26,82%
NB voir ci-dessous pour ce qui concerne les 2 budgets section convention "OOO" Total 21 586 882,00 10 617 941,00 3 806 714,77 6 811 226,23 35,85%
en millions de us$ 11,99 5, 89 2,11 3,78 35,85% 61 839 180 20 120 686 81 959 866,00
34,35 11,17 45,53

74
[Tapez un texte]

Annexe XXIX. TABLEAU : REALISATIONS 2009


Réalisations en 2009
Crédit
modifié
Crédi suivant Population populatio
t taux de points point prévue à population n prévue
ouver régulati Montant Crédit Taux d'eau population d'eau être latrines ayant latrines à avoir
convention projets t on engagé disponible d’engagement activités administratives réalisé desservie prévu desservie réalisées accès prévues accès
Obtention de la non objection de
la BAD pour la passation de gré à gré
de contrats avec MCDI pour l’IEC et
avec SOMECA pour la fourniture et
pose de 120 pompes. · Obtention de
la non objection de la BAD sur la
demande de proposition pour le suivi
et contrôle des travaux. · Avis
favorable de la CNM sur le Dossier
d’Appel d’Offre International pour la
réalisation de 120 forages (60 forages à
190 57 000,00 120 36 000,00
Anosy et (60 Forages à Ihorombe).·
Obtention de la non objection de la
BAD sur la révision de la liste des
biens et services à lancer l’AOI des
120 forages. · Mission de terrain
conjointe MEM (DEPA, CEP)/Région
ALIMENTATION EN de 10 jours dans la zone 1 (Ihosy,
EAU POTABLE ET Iakora, Ivohibe) du projet en vue
ASSAINISSEMENT EN 702 175 50 d’une évaluation des réalisations des
054 210 000,00 34 500,00 119,66%
MILIEU RURAL DANS 000,0 0,00 points d’eau dans cette zone.·
LE GRAND SUD 0 Etablissement des contrats (2009)
(AEPA/FAD) Passation de marché pour la
Fourniture et transport des matériaux
pour les constructions des latrines et
abreuvoirs
Livraison, réception et stockage
des matériaux pour les constructions
des latrines et abreuvoirs dans les
magasins du projet à Ihosy et à
Betroka juin au juillet 2008
Passation de marché pour la
construction de 100 latrines
institutionnelles
Fabrication des pièces
confectionnées (dalle, poutrelle,
parpaing) avril - juin.
Formation des maçons juin –
juillet

75
[Tapez un texte]

Réalisation de 550 latrines sur


8 000 latrines dont 7 900 latrines
familiales, 100 latrines
institutionnelles: 550 5500 80000 80 000,
Distribution de 1100
moustiquaires imprégnées
Réalisation de 328 points d’eau dont
APPROVISIONNEMENT 23 CSB, 149 scolaires et 156
EN EAU POTABLE ET 130 0 65 000,0 communautaires-(sur 400 Points
056 7 500,00 57 500,00 11,54% 2162 21620 48000
ASSAINISSEMENT 00,00 0 d’Eau dont : 250 scolaires,150
(Unicef) communautaires . 2162 latrines Sur
4 800. 98 400,00 400 120 000,00 4 800
Recueil des textes précisant le rôle et
attribution des départements et
ministères concernés dans le domaine
de la Gestion Intégrée des Ressources
en Eau
Etablissement des protocoles de
partenariat avec les départements
ministériels :
Service de l’hydrologie de la
Direction Générale de la
Météorologie ;
Office National de l’Environnement ;
Réalisation de la première phase de la
prestation : Diagnostic et organisation
des actions de sensibilisation et de
GESTION INTEGREE DES formation
155 0 77 500,0
058 RESSOURCES EN EAU 7 500,00 70 000,00 9,68% Elaboration de programme d’actions
00,00 0
PNUD/FAD conjointes entre l’ANDEA et la
Direction chargée de l’industrie au sein
du MECI
Réalisation des prestations en cours
dans les régions de Bongolava, SAVA,
DIANA, Betsiboka, Boeny, Sofia et
Melaky.
Elaboration sous forme de fichier SIG :

- carte des régions climatiques ;

- carte de délimitation de la zone


d’action des Agences de Bassin ;

76
[Tapez un texte]

- carte d’identification des stations


de mesures et contrôle hydrométrique
Réalisation de la prestation en cours

Adoption de l’Arrêté n°16 284/2008


du 11/08/2008 fixant les taux de
redevances
Adoption du décret n° 2008-397 du
31/03/2008, fixant les modalités de
mise en place et de gestion du FNRE
Proposition de mise à jour élaborée
Réalisation de 2747 points d’eau
3 690
PROGRAMME NATIONAL 1 845 00 répartis dans les 22 régions dont 408
062 000,0 12 688,00 1 832 312,00 0,69% 2339 701 700,00 3000 900 000,00
D'ALIMENTATION EN 0,00 en 2008 et 2339 en 2009 sur 3000
0
EAU POTABLE RPI points d’eau prévu en 2009
Remise des rapports d’APD de
l’AEP et de l’Assainissement, en
version définitive, pour les deux villes.
Approbation des rapports APD
1 302 des 2 villes
651 000,
063 000,0 588 000,00 63 000,00 90,32%
EAU POTABLE ET 00 Examen des DAO des travaux
0
ASSAINISSEMENT . Approbation des DAO des travaux
D'AMBALAVAO ET des 2 villes-• Lancement de l’Appel
MANJAKANDRIANA d’offres pour le deuxième semestre
BADEA 2009.
Elaboration des APD et DAO :
Elaboration des TDR du
Groupe de travail approuvé par la BEI
Groupe de travail mise en
place. Les travaux de collectes des
informations sont en cours
Lancement des Appels à
EXTENSION DU SYSTEME Manifestation d’Intérêt pour
D'ALIMENTATION EN l’établissement de liste restreinte
EAU POTABLE DE 178 8 89 400,0
064 11 500,00 77 900,00 0,1286 études hydrogéologiques et
L'AGGLOMERATION 00,00 0 surveillance des travaux de mise en
D'ANTANANARIVO place des puits à drains rayonnant et
SUB/UE recrutement du bureau d’étude pour
l’assistance à l’unité d’exécution du
projet.
Envoi à BEI de la liste
restreinte pour avis de non objection et
envoi de l’avis d’appel d’offre pour
publication.
Réalisation des EIE pour la

77
[Tapez un texte]

construction de la nouvelle station de


traitement d’eau à Faralaza
Envoi du résultat des EIE à
ONE pour examen
APD de l’amélioration des
zones de desserte d’Itaosy et
d’Iavoloha,
Envoi à BEI du projet de
DAO pour l’acquisition des appareils
de mesure (débitmètres) et des
compteurs pour demande de non
objection
DAO pour les études
hydrogéologiques et surveillance des
travaux de mise en place des puits à
drains rayonnant.• Attente de non
objection de la Banque Européenne
de l’Investissement.
 Etude d’APS des 14 sur 20 grands
centres soit 70% ;
 Etudes d’APD de 9 grands centres
soit 30%
 Etudes APS/APS et DAO des 127
localités réalisées sur les 230 prévus
soit 55%
 654 implantations réalisées soit 52%
 Etudes sur terrain de 78 sur 180
localités soit 43% 
Etude CAP / campagne IEC
PROGRAMME  Demande de Proposition lancée
D'APPROVISIONNEMENT le 01 septembre 2008, 
6 556
EN EAU POTABLE ET 3 278 24  remise des propositions le 16
065 486,0 2 715 479,00 562 764,00 82,83%
ASSAINISSEMENT EN 3,00 octobre 2008. 
0
MILIEU RURAL  procédures de passation des
« PAEAR »FAD marchés sont en cours
 Création de Pool de formateurs
/ encadreurs en matière d’IEC/CCC au
niveau de chaque région et district (8
régions et 40 Districts) : 167 agents
formés, soit une réalisation à 100%.
 Formation en Mobilisation
Sociale et en Technique d’IEC de
proximité : 153 agents formés, soit une
réalisation à 100%
 Formation des agents de Santé
en technique d’IEC de proximité : 850
agents formés, soit une réalisation à

78
[Tapez un texte]

95%.
 IEC Radio UNICEF: Matériels
et équipements radios acquis.
Convention de partenariat avec 64
stations radios locales dans les 8
Régions signées. 
 Formation des animateurs radio
100%
 Identification des OCB des 8
Régions en cours. 
 Etude stratégique
environnementale:Etudes réalisés à 80
%
 Suivi environnemental:
Notification du bureau d’étude le 11
décembre 2008
Travaux de forages :
 75 forages positifs réalisés.
 80 forages positifs effectués
dont 19 équipés en PMH,  19 5700
 Les pompes destinées aux 300
forages sont déjà livrées et sont prêts à
la pose
 58 forages positifs effectués
dont 10 équipé en PMH,  10 3000
Travaux sur la réhabilitation de locaux
 Travaux effectués à 100%
 Travaux effectués à 100%
 Travaux effectués à 100%
3700 blocs sanitaires
- Dossier d’Appel d’Offres
International (DAOI) lancé le 30
septembre 2008
- Remise des offres le 01
décembre 2008
- Dépouillement et évaluation
des offres par la CAO
- Projet de contrat prêt à
déposer à la CNM en janvier 2009
6460 latrines (travaux
communautaires inclus dans Demande
de Proposition CAP – IEC)
- Attente recrutement ONG
chargée de l’IEC/CAP

79
[Tapez un texte]

Démarrage du projet : octobre


2008
Discussion entre la JICA, les
équipes de consultant japonais et les
autorités concernées par le projet
(MinEau-MEN-MINSANPFPS) sur le
contenu du projet
Rectification de la liste de
APPROVISIONNEMENT
personnel du Min Eau membre du
EN EAU POTABLE
141 0 70 500,0 comité de pilotage, homologues,
066 AUTONOME ET 7 300,00 63 200,00 10,35%
00,00 0 groupe de travail.
DURABLE DANS LES SUD
SUB/JAPON Acquisition des matériels
bureautiques (ordinateur, imprimante,
photocopieuse, vidéo projecteur, ..)
Début de la réhabilitation d’un
forage à Andranohinaly
Formations de personnel (au niveau
central et déconcentré) du MinEau en
réhabilitation des forages et entretien
des pompes manuelles et immergées
SMAD : ACCES EAU Aucune réalisation -fonds non
POTABLE (SUB/UE) disponible

80
Annexe XXX. DOCUMENT : EXTRAIT DU RAPPORT D’ACTIVITES – FIN JUILLET 2009

REPOBLIKAN'I MADAGASIKARA
Antananarivo, le
Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana

---------------

MINISTERE DE L'EAU

--------------

RAPPORT D’ACTIVITES DU MINISTERE DE L'EAU

Arrêté au 31 juillet 2009


[Tapez un texte]

SOMMAIRE

Introduction
Organigramme
Secrétariat Général
I- Administration
a. Direction Financière
b. Direction des Affaires Administratives et Juridiques
c. Direction du Système d’Information et de la Communication
d. Personne Responsable des Marchés Publics
II- Technique
Direction Générale
Directions Régionales / Interrégionales :
a. Atsinanana / Analanjirofo
b. Analamanga / Alaotra Mangoro
c. Atsimo Atsinanana
d. Anosy / Androy
e. DIANA / SAVA
f. Vatovavy / Fitovinany
g. Vakinankaratra / Menabe / Melaky
h. Atsimo Andrefana
i. Boeny / Sofia / Betsiboka
j. Itasy / Bongolava
III- Organismes rattachés
a. Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissent
b. Autorité pour la Protection contre les Inondations de la Plaine d’Antananarivo
c. Centre National de l’Eau, de l’Assainissement et du Génie Rural
Conclusion

82
[Tapez un texte]

INTRODUCTION

Les attributions du Ministère de l’Eau ont été fixées par le Décret N°2008 – 829 du 02 septembre
2009.

Suite aux changements survenus en Mars 2009, le nouvel organigramme du Ministère a été mis en
place par le Décret N°2009 – 529 du 08 mai 2009. Cet organigramme est présenté à la page suivant
cette introduction.

La mission principale de ce Ministère dont l’effectif total basé sur le dossier de la dernière passation
de service est de 205 personnes pour 132 au niveau central et 73 au niveau régional, est la conception,
la gestion et la mise en œuvre de la Politique Générale du Gouvernement (PGE) visant un
développement durable et soutenu du pays dans l’optique des Objectifs du Millénaire pour le
Développement (OMD) afin d’assurer les conditions de croissance économique et de bien-être de la
population.

Le Ministère de l’Eau est, de ce fait, chargé d’exécuter les directives gouvernementales dans le cadre
de l’utilisation rationnelle des ressources en eau, plus particulièrement la sécurisation de l’accès en eau
potable, d’une part, et de promouvoir les infrastructures relatives à l’assainissement, d’autre part.

En effet, il est constaté que pour l’ensemble du pays, 71% de la population n’a pas accès à l’eau
potable et 87 % ne dispose pas de services d’assainissement adéquats.

Ce secteur est ainsi hautement prioritaire. Il en découle donc que plusieurs mesures ont été prises, à
savoir :

- Instauration du nouvel organigramme mettant en place le Secrétariat Général


- Réorganisation des Directions Centrales
- Changement de responsables
- Valorisation de la profession de l’Ingénieur
- Assainissement de la gestion en ressources humaines et de la gestion financière du
Ministère
- Renforcement des capacités du personnel notamment sur le plan technique
- Renforcement des ressources humaines par le recrutement de 60 nouveaux cadres
déployés au niveau central et au niveau des Directions Régionales et Interrégionales
- Participation active des Directions Régionales et Interrégionales en collaboration étroite
avec les collectivités décentralisées dans la priorisation des actions
83
[Tapez un texte]

- Restructuration et redynamisation de l’ANDEA (Autorité Nationale de l’Eau et de


l’Assainissement)
- Refonte totale de l’OAES (Opération pour l’Alimentation en Eau dans le Sud)
- Mise en place effective du SOREA (Société de Régulation de l’Eau et de l’Assainissement)
- Multiplication des tournées régionales pour un constat de visu des différents problèmes
des localités
- Instauration par le Ministère d’une coordination des actions des intervenants du secteur
La première année d’existence du Ministère a vu plusieurs réalisations, conformément aux objectifs
ci-dessus nommés et qui sont détaillées dans les parties suivantes. Ces réalisations concernent l’aspect
technique et l’aspect administratif qui vient en appui au premier.

Le présent document relate les réalisations du Ministère en 2008 et les mois de janvier à juillet de
2009 mais également les perspectives jusqu’à fin 2009.

Outre le nouvel organigramme, sont mis en exergue :

- En première partie, les données du Secrétariat Général avec les trois Directions d’appui
qui sont la Direction Financière, la Direction des Affaires Administratives et Juridiques et
la Direction du Système d’Information et de la Communication
- En seconde partie, les données techniques qui concernent les activités initiées au niveau
central, d’une part, et celles des Directions Régionales et Interrégionales, d’autre part
Bien entendu, il y une coordination des actions initiées de part et d’autre pour éviter les
redondances.

En résumé, plusieurs efforts ont été entrepris par la nouvelle équipe aussi bien sur le plan
administratif que sur le plan technique, conformément à la politique d’assainissement, de proximité et
de continuité prônée par le staff dirigeant du Ministère.

84
[Tapez un texte]

ORGANIGRAMME DU MINISTERE DE L’EAU

85
[Tapez un texte]

86
ABREVIATIONS : ORGANISMES RATTACHES

DAGRE : Direction de l’Assainissement et de la Gestion des Ressources en Eau ANDEA : Autorité Nationale de l’Eau et de l’Assainissement

DEP : Direction des Etudes et des Projets CNEAGR : Centre National de l’Eau, de l’Assainissement et du Génie Rural

DR : Directions Régionales APIPA : Autorité pour la Protection contre l’Inondation de la Plaine d’Antananarivo

DAAJ : Direction des Affaires Administratives et Juridiques OAES : Opération pour l’Alimentation en Eau dans le Sud

DSIC : Direction du Système d’Information et de la Communication SOREA : Société de Régulation de l’Eau et de l’Assainissement

PRMP : Personne Responsable des Marchés Publics

SAss : Service d’Assainissement

SEE : Service de l’Exploitation de l’Eau

SAGRE : Service d’Appui à la Gestion des Ressources en Eau

SER : Service Etudes et Recherches

SSEP : Service Etudes et Evaluation des Projets

SF : Service Financier

SLP : Service Logistique et du Patrimoine

SRH : Service des Ressources Humaines

SMS : Service Médico-Social

SAJC : Service des Affaires Juridiques et Contentieux

SBDP : Service des Bases de Données et de la Programmation

SRM : Service des Réseaux et de la Maintenance

SCom : Service de la Communication

UGPM : Unité de Gestion de Passation de Marchés


[Tapez un texte]

I. ADMINISTRATION

88
[Tapez un texte]

a. DIRECTION FINANCIERE

89
[Tapez un texte]

REALISATION DU PREMIER SEMESTRE 2009

Imputation Section Crédit modifié suivant Taux


Entité Gestionnaire d’activités Crédit ouvert Montant engagé Crédit disponible
administrative convention taux de régulation d’engagement

Secrétariat Général
89 990,00 44 995,00 12 067,00 32 928,00 26,82%
Secrétariat Général 00-52-100- 00000 000

Directeur Financier 070 1 977 100,00 988 550,00 42 400,00 946 150,00 4,29%

Direction Financière Directeur Financier

00-52-110-00000 000 573 647,00 286 823,50 109 980,77 176 842,73 38,34%

Directeur Général
531 559,00 265 779,50 44 800,00 220 979,50 16,86%
000

Directeur Général
351 000,00 175 500,00 210 000,00 34 500,00 119,66%
054

Directeur Financier
130 000,00 65 000,00 7 500,00 57 500,00 11,54%
Direction Générale 00-52-300-00000 056

Directeur Financier
155 000,00 77 500,00 7 500,00 70 000,00 9,68%
058

Directeur Financier
659 300,00 329 650,00 15 000,00 314 650,00 4,55%
059

Directeur Général 1 302 000,00 651 000,00 588 000,00 63 000,00 90,32%

90
[Tapez un texte]

063

Directeur Financier
178 800,00 89 400,00 11 500,00 77 900,00 12,86%
064

Directeur Financier
6 556 486,00 3 278 243,00 2 715 479,00 562 764,00 82,83%
065

Directeur des Etudes et des


Projets 141 000,00 70 500,00 7 300,00 63 200,00 10,35%
066

Directeur Général
237 313,00 118 656, 50 - 118 656,50 0,00%
071

Directeur Général 072 237 313,00 118 656,50 - 118 656,50 0,00%

Directeur Général 073 475 374,00 237 687,00 - 237 687,00 0,00%

Service d’appui à la Directeur de


Gestion des l’assainissement et de la
00-52-310-00000 069 2 300 000,00 1 150 000,00 15 000,00 1 135 000,00 1,30%
Ressources en Eau Gestion des Ressources en
Eau

Service de Directeur des Etudes et des


l’Approvisionnement Projets 062 3 690 000,00 1 845 000,00 12 688,00 1 832 312,00
en eau potable 00-52-320-00000 0,69%

Service de Directeur du Système


l’Assainissement et d’Information et de la
du Génie sanitaire Communication 00-52-330-00000 068 1 650 000,00 825 000,00 7 500,00 817 500,00 0,91%

10 617 941,00 3 806 714,77 6 811 226,23 35,85%

91
[Tapez un texte]

OBJECTIFS ET INDICATEURS ACTIVITES PRINCIPALES MESURES PRISES PERSPECTIVES


INDICATEURS

Doter l’Institution d’infrastructures et de Achats des matériels Informatisation de la gestion du


matériels répondant aux normes requises informatiques en cours Ministère (courriers, matériels…)

Améliorer les conditions de travail et de Répartition en cours des Opérationnalité du système


performance des Directions et des moyens : bureaux, matériels d’information pour la gestion des
Services de bureaux et informatiques Finances Publiques (SIGFP) au
Ministère Central

Procéder à la gestion efficace et efficiente Recrutement d’agents ECD Assainissement de la gestion et


des ressources : humaines, financières et l’utilisation à bon escient du budget
matériels

Procéder à la gestion efficace et efficiente Recrutement d’agents - Récupération des biens


des ressources : humaines, financières et d’encadrement et d’exécution éparpillés dans différents
matériels. Ministère et Organismes
- Elaboration du budget 2010 en
- Préparation différents documents en fonction des besoins réels du
vue engagements, liquidations, Ministère
ordonnancements et mandatement
des dépenses
- Inventaire physique des matériels de
bureaux, mobiliers et matériels
roulants
- Elaboration manuelle de procédures
- Réorganisation des services

92
[Tapez un texte]

- Assistance financière aux GAC et


ORDSEC
- Préparation avis d’appel d’offres des
travaux à réaliser
- Suivi rigoureux des dépenses en
tenant compte des 30% de blocage sur
les crédits initiaux et la régulation
imposée
Recherche de bailleurs de fonds
extérieurs pour financer :

Administration et Taux d’exécution - les besoins en matériels roulants,


coordination budgétaire matériels bureautiques et
informatiques ;

Assurer le renforcement de capacités du Planning de formation en - les constructions de bâtiments


personnel permanent cours administratifs pour les 22
Directions régionales

CODE VALEUR
VALEUR CIBLE
INDICATEUR CIBLE
PROGRAMME REALISEE ECART EXPLICATION RECOMMANDATIONS
PREVUE

032-1-1 : Taux d’exécution Problème de procédures et de Accélération des procédures et


budgétaire formalités (AMI) formalités

93
[Tapez un texte]

032 70% 12,54% 57,46%

Restructuration de l’ANDEA et Tenue de l’Atelier National de


Agence de bassin validation de la restructuration
205-1-1 : Nombre de
de l’ANDEA
bassin inventorié
6 1 5
Non décaissement des Bailleurs de
Fonds pour cause politique
Incitation des Bailleurs de Fonds

Restructuration de l’ANDEA et Tenue de l’Atelier National de


Agence de bassin validation de la restructuration
205-1-2 : Nombre des 6 1 5
de l’ANDEA
205 comités de grand bassin
mise en place Non décaissement des Bailleurs de
Fonds pour cause politique
Incitation des Bailleurs de Fonds

205-1-3 : Nombre de Cas réel existant et nécessité de


périmètre de protection protection de la JIRAMA au stade
relatif aux projets d’AEPA 6 3 3 actuel
-

205-2-1 : Taux de desserte Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis


en eau potable National Général de Passation de Marché
50,00% 41,00% 9,00%
Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

205-2-2 : Taux de desserte Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis


en eau potable en milieu Général de Passation de Marché

94
[Tapez un texte]

urbain 84,00% 72,00% 12,00% Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

205 205-2-3 : Taux de desserte Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis
en eau potable en milieu Général de Passation de Marché
rural 41,00% 35,00% 6,00%
Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

205-3-1 : Taux d’accès Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis


infrastructures Général de Passation de Marché
d’assainissement national 62,00% 58,00% 4,00%
Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

205-3-2 : Taux d’accès Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis


infrastructures Général de Passation de Marché
d’assainissement en milieu 85,00% 82,00% 3,00%
205
urbain Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

205-2-3 : Taux d’accès Exécution budgétaire tardive Révision et accélération de l’Avis


infrastructures Général de Passation de Marché
d’assainissement en milieu 49,00% 46,00% 3,00%
rural Doute des Partenaires Mise en confiance des Partenaires

95
[Tapez un texte]

II. TECHNIQUE

96
DIRECTION GENERALE

DIRECTION ASSAINISSEMENT ET GESTION DES RESSOURCES EN EAU

DIRECTION ETUDES ET PROJETS

DIRECTIONS REGIONALES ET INTERREGIONALES

97
REALISATIONS

ACTIVITÉS PRÉVUES ACTIVITÉS RÉALISÉES EN 2008 AU 31/07/09 ÉCARTS/ OBSERVATIONS

ALIMENTATION EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL DANS LE GRAND SUD « AEPA » EE/FAD

98
Obtention de la non objection de la BAD pour la
passation de gré à gré de contrats avec MCDI pour l’IEC
et avec SOMECA pour la fourniture et pose de 120
pompes.

Obtention de la non objection de la BAD sur la


demande de proposition pour le suivi et contrôle des
travaux.

Avis favorable de la CNM sur le Dossier d’Appel d’Offre


International pour la réalisation de 120 forages (60
forages à Anosy et (60 Forages à Ihorombe).
Réaliser 120 Forages positifs munis de Pompe à Motricité
Humaine (PMH).
Obtention de la non objection de la BAD sur la révision
de la liste des biens et services à lancer l’AOI des 120
forages.

Mission de terrain conjointe MEM (DEPA, CEP)/Région


de 10 jours dans la zone 1 (Ihosy, Iakora, Ivohibe) du
projet en vue d’une évaluation des réalisations des
points d’eau dans cette zone.

Etablissement des contrats (2009)

Réaliser 190 Poses pompes 190 pompes posées

99
APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT SUB/UNICEF

Réaliser 400 Points d’Eau dont :


- 250 scolaires,
- 150 communautaires.

Réalisation de 328 points d’eau dont 23 CSB, 149 Faute accès 100 points d’eau ne sont pas
scolaires et 156 communautaires. encore réceptionnés.

GESTION INTEGREE DES RESSOURCES EN EAU PNUD/FAD

Inventorier les textes relatifs aux activités liées à l’utilisation Recueil des textes précisant le rôle et attribution des Synthèse des documents et articulation des
des ressources en eau départements et ministères concernés dans le domaine actions menées par les partenaires en
de la Gestion Intégrée des Ressources en Eau cours

Coordonner les activités de l’ANDEA avec les entités Etablissement des protocoles de partenariat avec les Pour les autres départements, les
intervenant en matière de GIRE départements ministériels : négociations sont en cours

- Service de l’hydrologie de la Direction Générale de la


Météorologie ;
- Office National de l’Environnement ;

100
Appuyer et renforcer les structures de Gestion des Mise en place du Conseil d’Administration
ressources en eau de l’ANDEA en attente de l’approbation par
le Gouvernement du décret de nomination
des membres concernés

Renforcer les capacités des acteurs sur le processus GIRE Réalisation de la première phase de la prestation : Activité liée à celle relative à la
Diagnostic et organisation des actions de sensibilisation médiatisation et vulgarisation du concept
et de formation GIRE

Mettre en conformité les pratiques des établissements Elaboration de programme d’actions conjointes entre Mise en œuvre des actions non effectives
industriels et les agglomérations vis-à-vis du Politique et l’ANDEA et la Direction chargée de l’industrie au sein du faute de financement (Fond National des
Stratégie Nationale de l’Assainissement MECI Ressources en Eau non encore mis en
place)

Conduire des enquêtes in situ, analyser et valider les Réalisation des prestations en cours dans les régions de
données sur les ressources en eau et les usages Bongolava, SAVA, DIANA, Betsiboka, Boeny, Sofia et
Melaky.

Saisir et traiter les données et élaborer des rapports et Elaboration sous forme de fichier SIG : Activités de saisies et traitement liées à
cartes thématiques sur les ressources en eau disponibles et celle du point 2.1.1
mobilisables - carte des régions climatiques ;
- carte de délimitation de la zone d’action des Agences
de Bassin ;
- carte d’identification des stations de mesures et
contrôle hydrométrique
Spécifier et réaliser le Site WEB de l’ANDEA et la console de Réalisation de la prestation en cours En relation avec l’activité 2.1.3
consultation

101
Proposer des taux de redevances du FNRE aux titres de Adoption de l’Arrêté n°16 284/2008 du 11/08/2008 fixant
prélèvements et des rejets liquides les taux de redevances

Définir et mettre en place le FNRE Adoption du décret n° 2008-397 du 31/03/2008, fixant Démarrage des activités de recouvrement
les modalités de mise en place et de gestion du FNRE des redevances non effectif faute de
budget pour leur mise en œuvre lié au
problème de la mise en place du Conseil
d’Administration de l’ANDEA

Actualiser les normes de potabilité de l’eau et de rejets des Proposition de mise à jour élaborée Présentation du projet pour approbation
eaux usées non effective faute de budget

PROGRAMME NATIONAL D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE RPI

Réalisation de 300 points d’eau en 2008


Suite à la priorisation des travaux d’Appel
Réalisation de 2747 points d’eau répartis dans les 22 d’Offres pour atteindre l’Objectif du
Réalisation de 3000 points d’eau en 2009 régions dont 408 en 2008 et 2339 en 2009 Millénaire pour le Développement

EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT D'AMBALAVAO ET MANJAKANDRIANA BADEA

102
Remise des rapports d’Avant Projet Détaillé de Remise des rapports d’APD de l’AEP et de Lancement de l’Appel d’offres pour le
l’Adduction d’Eau Potable et de l’Assainissement, en l’Assainissement, en version définitive, pour les deux deuxième semestre 2009.
version définitive, pour les deux villes. villes.
Approbation des rapports APD des 2 villes
Examen des DAO des travaux
Remise du Dossier d’Appel d’Offres, en version provisoire Approbation des DAO des travaux des 2 villes
et définitive pour la réalisation des travaux,

Lancement de l’Appel d’offres relatif à la réalisation des


travaux de l’AEPA pour les deux villes,

Remise, évaluation des offres pour les travaux,

Adjudication et notification des titulaires des travaux


pour les deux villes,

Etablissement des contrats pour la réalisation des


travaux,

Réalisation des travaux, pour les deux villes,

Surveillances et contrôles des travaux.

103
EXTENSION DU SYSTEME D'ALIMENTATION EN EAU POTABLE DE L'AGGLOMERATION D'ANTANANARIVO SUB/UE

104
Réalisation des conditionnalités des bailleurs : Elaboration des APD et DAO :
La mise en place d’un groupe de travail sur le
recouvrement des coûts d’exploitation des bornes Elaboration des TDR du Groupe de travail approuvé
fontaines (BF) dans le Grand Tana ; par la BEI
Groupe de travail mise en place. Les travaux de
collectes des informations sont en cours
Attente de non objection de la Banque
Européenne de l’Investissement.
Le lancement de l’appel d’offres pour l’assistance Lancement des Appels à Manifestation d’Intérêt pour
technique à l’Unité de Gestion de Projet. l’établissement de liste restreinte études
hydrogéologiques et surveillance des travaux de mise
en place des puits à drains rayonnant et recrutement
du bureau d’étude pour l’assistance à l’unité
d’exécution du projet.

Envoi à BEI de la liste restreinte pour avis de non


objection et envoi de l’avis d’appel d’offre pour
Le lancement de l’appel d’offre pour la réalisation de publication.
l’étude d’impact environnemental (ci-après « EIE »)
relative au Projet ; lancement de l’AO pour les études
hydrogéologiques des ressources souterraines Réalisation des EIE pour la construction de la nouvelle
station de traitement d’eau à Faralaza
Envoi du résultat des EIE à ONE pour examen

APD de l’amélioration des zones de desserte d’Itaosy


et d’Iavoloha,
Envoi à BEI du projet de DAO pour l’acquisition des
appareils de mesure (débitmètres) et des compteurs
pour demande de non objection
DAO pour les études hydrogéologiques et surveillance
des travaux de mise en place des puits à drains
Préparation des DAO et lancement des AO pour les rayonnant.
mesures d’urgence (amélioration des zones de desserte
d’Itaosy et d’Iavoloha, réhabilitation des installations 105
électriques MT à Mandroseza, acquisition des
débitmètres et des compteurs)
PROGRAMME D'APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL « PAEAR »FAD

BIENS

Matériels hydrogéologiques  Matériels livrés le 24 juin 2008


SERVICES

Etude technique d’AEP des Grands Centres Ruraux et forage :

LOT 1 : Etudes d’Avant de Projet Sommaire de 30


 Etude d’APS des 14 sur 20 grands centres soit 70% ;
systèmes d'AEP grand centres et diagnostic de 230
 Etudes d’APD de 9 grands centres soit 30%  Début des prestations : 05 septembre
systèmes points d'eau
 Etudes APS/APS et DAO des 127 localités réalisées 2008.
sur les 230 prévus soit 55%

LOT 2 : Etude d’implantation de 1250 forages et


travaux de terrain de 180 AEPG en milieu rural :  654 implantations réalisées soit 52%
 Début des prestations : 25 juillet 2008
 Etudes sur terrain de 78 sur 180 localités soit 43%

Etude CAP / campagne IEC

 Mission d’information, sensibilisation


et identification des villages
Campagne IEC autour des points d’eau par ONG partenaire
 Demande de Proposition lancée le 01 septembre bénéficiaires de forages : 583 villages
de PAEAR 2008, ont été identifiés par la CEP pour les
 remise des propositions le 16 octobre 2008. régions Anosy, Sofia, Diana et Sava
 procédures de passation des marchés sont en cours  Mise en place d’une cinquantaine de
Comités de Point d’Eau (CPE) dans les
régions Sava et Diana.

106
 Création de Pool de formateurs / encadreurs en
matière d’IEC/CCC au niveau de chaque région et
district (8 régions et 40 Districts) : 167 agents formés,
soit une réalisation à 100%.
IEC/CCC santé UNFPA  Formation en Mobilisation Sociale et en Technique
d’IEC de proximité : 153 agents formés, soit une
réalisation à 100%
 Formation des agents de Santé en technique d’IEC de
proximité : 850 agents formés, soit une réalisation à
95%.
 Matériels et équipements radios acquis. Convention
de partenariat avec 64 stations radios locales dans
IEC Radio UNICEF
les 8 Régions signées.
 Formation des animateurs radio 100%
 Identification des OCB des 8 Régions en cours.
 Notification : le 03 octobre 2008
Etude stratégique environnementale
 Etudes réalisés à 80 %  Validation du premier rapport et
attente de la version définitive
Descente sur terrain effectuée avec la
Suivi environnemental
 Notification du bureau d’étude le 11 décembre 2008 Cellule d’Exécution de Projet

TRAVAUX

Travaux de forages :

 Début des travaux le 05 octobre 2008


Retard des travaux dû à l’inexistence de
Travaux de 600 forages positifs équipés de pompes à
motricité humaine dans les Régions d’Anosy, d’Androy et  75 forages positifs réalisés. l’ONG chargé d’identifier des sites
d’Atsimo Andrefana
Tous les ateliers prévus sont déjà sur
terrain

107
 80 forages positifs effectués dont 19 équipés en
 Début des travaux : 31 juillet 2008
Travaux de 300 forages positifs équipés de pompes à PMH,
motricité humaine dans le Nord  Les pompes destinées aux 300 forages sont déjà
livrées et sont prêts à la pose
 Début des travaux : 26 septembre 2008
Travaux de 350 forages dont 250 équipés de pompes
 58 forages positifs effectués dont 10 équipé en PMH,  Trois ateliers de forage opérationnels
solaires et 100 équipés de pompe à motricité humaine
au lieu de 4 prévus
Travaux sur la réhabilitation de locaux

Locaux du PAEAR  Travaux effectués à 100%


Réhabilitation des locaux de la Direction Interrégionale
 Travaux effectués à 100%
SOFIA / DIANA à Antsiranana
Réhabilitation des locaux de la Direction Régionale
 Travaux effectués à 100%
Atsimo Andrefana à Tuléar
APPROVISIONNEMENT EN EAU POTABLE AUTONOME ET DURABLE DANS LES SUD SUB/JAPON

Démarrage du projet : octobre 2008


Discussion entre la JICA, les équipes de consultant
- Amélioration de la gestion des systèmes d’AEP et de japonais et les autorités concernées par le projet
comportement en matière d’hygiène dans la région (MinEau-MEN-MINSANPFPS) sur le contenu du projet
Sud Ouest : Rectification de la liste de personnel du Min Eau
- Démarrage du projet membre du comité de pilotage, homologues, groupe
- Amélioration des capacités de gestion et maintenance de travail.
des comités de points d’eau : Acquisition des matériels bureautiques (ordinateur,
imprimante, photocopieuse, vidéo projecteur, ..)
Début de la réhabilitation d’un forage à
Andranohinaly
Formations de personnel (au niveau central et
déconcentré) du MinEau en réhabilitation des forages
et entretien des pompes manuelles et immergées

108
SMAD : ACCES EAU POTABLE (SUB/UE)

Formation des jeunes recrutés en matière d’adduction


d’eau et de gestion des systèmes d’adductions d’eau Aucune réalisation Fonds non disponible
Réalisation des adductions d’eau

Construire 27 000 latrines

ALIMENTTION EN EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EN MILIEU RURAL DANS LE GRAND SUD « AEPA » EE/FAD

109
Passation de marché pour la Fourniture et transport
des matériaux pour les constructions des latrines et
abreuvoirs
Le premier semestre de l’année 2008 a
Livraison, réception et stockage des matériaux pour été consacré pour l’acquisition et le
les constructions des latrines et abreuvoirs dans les stockage des matériaux de construction
magasins du projet à Ihosy et à Betroka juin au juillet au niveau régions, la fabrication des
2008 pièces confectionnées, la formation des
maçons

Passation de marché pour la construction de 100


Réalisation de 8 000 latrines dont : latrines institutionnelles
- 7 900 latrines familiales, La livraison sur site des matériaux de
- 100 latrines Institutionnelles. construction a commencé début août
Fabrication des pièces confectionnées (dalle, poutrelle,
2008
parpaing) avril - juin.

Formation des maçons juin – juillet La construction des latrines a démarré


en septembre 2008
Réalisation de 550 latrines

Distribution de 1100 moustiquaires imprégnées

110
111
Annexe XXXI. SITUATION DES DIRECTIONS INTER-REGIONALES ET REGIONALES

Direction Gestionnaire- ingénieur en


Régions couvertes Directeur ingénieur installé autre personnel
régionale/inter-régionale économiste installé attente
Atsimo-andrefana Atsimo-andrefana 1-issu du secteur-ancien cadre 1-ancien cadre de la direction 1- nouveau cadre 1 2 ECD à Toliary,2 ECD
de la direction inter-régionale inter-régionale de l'énergie et recruté à Ampanihy
des mines et de l'énergie des mines-formé
techniquement pour la BDEA et
le BPOR mais affecté aux
activités administratives
2 ingénieurs-femmes, nouveaux 1-(une) gestionnaire,
Analamanga-Alaotra Analamanga 1-nouveau cadre; vient de cadres nouveau cadre.
Mangoro l'extérieur du secteur
Alaotra-Mangoro 1- nouveau cadre recruté
Vakinakaratra 1- nouveau cadre recruté
1 adjoint technique
spécialiste en eau de
Vakinakaratra-Menabe-
Menabe 1-vient de la Jirama l'ancienne direction
Melaky
inter-régionale de
l'énergie et des mines
Melaky
1-nouveau cadre; vient de
Atsimo-atsinanana Atsimo-atsinanana l'extérieur du secteur
Vatovavy Fitovinany Vatovavy Fitovinany 1-vient de l'Andea
1 cadre, issu de l'ancienne 1- nouveau cadre
direction inter-régionale de recruté
Boeny l'énergie et des mines, formé
Boeny-Betsiboka-Sofia Pas de directeur nommé en Bdea et Bpor, 3 ingénieurs
nouveaux cadres
Betsiboka
Sofia

112
1 cadre, issu de l'ancienne
direction inter-régionale de
1 cadre, issu de l'ancienne l'énergie et des mines, formé
Haute Matsiatra-
direction inter-régionale de en Bdea et Bpor, 4 ingénieurs
Amoron'i Mania-
Haute Matsiatra l'énergie et des mines, formée nouveaux cadres
Ihorombe
en Bdea et Bpor
Amoron'i Mania
Ihorombe
1-nouveau cadre; vient de
l'extérieur :ancien de l'AES,
puis ex-SG de la région de
Androy l'Androy
1 adjoint technique
spécialiste en eau de
l'ancienne direction
Anosy-Androy
inter-régionale de
l'énergie et des
Anosy
mines;affecté par le
directeur comme
dépositaire-comptable
et régisseur de
recettes
1 cadre, issu de l'ancienne
1- vient de l'extérieur du
direction inter-régionale de
secteur; a été cadre de
l'énergie et des mines, formé
l'ancienne direction inter-
Diana en Bdea et Bpor
Diana-Sava régionale de l'énergie et des
1 cadre, issu de l'ancienne
mines; est parti pour faire des
direction inter-régionale de
études en environnement; est
l'énergie et des mines, formé
revenu pour être directeur
Sava en Bdea et Bpor
1- nouveau cadre
03 Techniciens recruté
Itasy
Itasy-Bongolava 1-vient de la Jirama :nouveaux cadres

Bongolava
1 cadre, issu de l'ancienne
1-nouveau cadre; vient de
direction inter-régionale de
l'extérieur du secteur
Atsinanana-Analanjirofo Atsinanana l'énergie et des mines, formé

113
en Bdea et Bpor

Analanjirofo

114
115
Annexe XXXII. EXTRAIT RAPPORT SUR LA REUNION DE COORDINATION DU SECTEUR EAU, ASSAINISSEMENT,
HYGIENE DU 13 AOUT 2009 A L’HOTEL PANORAMA-ANTANANARIVO

Contexte

Malgré les autres urgences de l’heure, l’accès aux services d’eau potable et
d’assainissement adéquat pour toute la population malgache est plus que jamais dans
les lignes de priorités des acteurs de ce secteur.

Depuis les années 90, Madagascar a mis en place de différents jalons en terme de
politique et stratégie du secteur eau potable et assainissement. Le Code de l’Eau voté en
1999, la Politique et Stratégie Nationale de l’Assainissement (PSNA) approuvée en
2008, le Manuel de procédures du secteur adopté d’une manière concertée en 2005, le
Programme National d’Approvisionnement en Eau et Assainissement (PNAEPA) amendé
en 2008 et l’approche Budgétisation et Programmation par Objectifs au niveau Régional
(BPOR) disséminé depuis 2008 en constituent les éléments les plus percutants et clés.

Cependant, le défi consiste présentement à compléter et à mettre en œuvre ces


stratégies, politiques et plans pour assurer un service universel d’accès à l’eau potable et
à l’assainissement à Madagascar. Le secteur nécessite toujours une harmonisation et
une coordination des actions si l‘on s’en tient à l’insuffisance de circulation des
informations autant stratégiques qu’opérationnelles et à certains empiètements
constatés sur le terrain.

Pour ce faire, une journée de rencontre était organisée par la Direction Générale de l’Eau
avec l’appui technique et financier de WaterAid. Une centaine des personnes issues du
Ministère de l’eau, de ses partenaires techniques et financiers, des organisations de la
société civile et du secteur privé et des Directeurs régionaux du Ministère de l’eau étaient
conviées à cette rencontre.

Rappel du but et objectifs de la rencontre

116
Cet atelier visait principalement à recadrer et à coordonner les interventions dans le secteur eau,
assainissement et hygiène et à esquisser les contours des grandes lignes du Programme du
secteur dans un futur proche.

Objectifs spécifiques :

La rencontre a pour objectifs spécifiques de :

 Mesurer la performance du secteur au cours de l’année fiscale 2008 et d’en définir les
facteurs bloquants à surmonter pour le prochain exercice;

 Planifier les activités du secteur avant fin mars 2010 qui répondent aux préoccupations
du Ministère de l’eau d’asseoir les éléments de base d’un nouveau programme
quinquennal pour le secteur eau, assainissement et hygiène ;

 Définir les grandes lignes de la Loi de finances 2010 quant à la fourniture des services
d’eau potable et d’assainissement adéquats.

 Faire une proposition de partage de rôles et responsabilités entre une multitude


d’intervenants du secteur issus des institutions et organisations étatiques et non
étatiques, des agences de financement et du secteur privé tant au niveau local que
national.

Déroulement de la rencontre

Le suivant agenda rapporte sommairement le déroulement de la rencontre.

09:30 Mot de bienvenue du Directeur Général du Ministère de l’eau, M. Alain


Andriamaherisoa

09:40 Présentation du planning par le Senior Manager for Advocacy and Research de
WaterAid, Lovy Rasolofomanana et validation par les participants.

09 :30 Présentation sur l’état d’avancement du secteur eau-assainissement-hygiène


en 2008 par le Directeur des Etudes et des Projets du Ministère de l’eau, M.
Rabenadrasana Thierry.

La présentation est suivie de séries de questions-réponses.

11 :00 Pause café.

11 :30 Travaux de groupe thématique en vue d’identifier les activités à mener avant
mars 2010 et à insérer dans la Loi de finances 2010.

117
12:45 Déjeuner.

14: 45 Présentation sur la Note explicative sur le partage des rôles et responsabilités
au sein du secteur Eau, Assainissement et Hygiène par le Directeur Général du
Ministère de l’eau suivi d’un débat en plénière aux fins de validation de la dite
Note.

15:45 Restitutions des travaux de groupe thématique suivies d’une séance de


question-réponse.

17: 00 Clôture et Cocktail.

Points saillants soulevés

1. Rapport d’activité de la Direction Générale durant l’année 2008

Le Directeur des Etudes et des Projets du ministère présentait les réalisations du secteur pour
l’année 2008, sous financement de plusieurs bailleurs. Pour conclure sa présentation, il a
souligné que la création du ministère de l’eau, le recrutement de 60 nouveaux cadres et la
dotation de fonctionnement au niveau des 22 régions constituent des points marquants de cette
année 2008. Cependant, cet élan a été perturbé par le changement fréquent de l’institution en
charge du secteur eau et assainissement. Pour poursuivre les efforts fournis en 2008, des
solutions sont à identifier pour activer le déblocage des fonds, accélérer la mise en place des 60
cadres afin de renforcer l’Administrations centrale et de passer à la décentralisation et la
déconcentration des services.

Cette présentation a été suivie d’un riche échange dont les points saillants en étaient :

- La réalisation du plan de travail annuel du Ministère de l’Eau est étroitement liée aux
activités des acteurs à tous les niveaux

- La lourdeur administrative et les instabilités institutionnelles peuvent constituer des


facteurs bloquants à la réalisation à temps des objectifs des acteurs, à cela s’ajoute
également la difficulté au décalage entre les diverses procédures suivant les marchés et
les bailleurs.

- Des efforts ont été déjà fournis pour alimenter les données auprès du ministère
concernant les réalisations pour l’année 2008, cependant il faut apporter une nette
amélioration de la circulation d’informations et encourager la participation effective des
différents intervenants.

- Les collectivités décentralisées constituent de potentiels acteurs dans la comptabilisation


des réalisations physiques, les structures décentralisées du ministère devrait prêter
davantage collaboration à leur endroit.

118
2. Partage des rôles et responsabilités au sein du secteur

Compte tenu de plusieurs paramètres tels que le nombre élevé des acteurs oeuvrant dans le
secteur ; Les défis face au besoin d’accroissement quantitatif et rapide des actions vs des défis ;
L’existence récente du Ministère de l’Eau et la confusion entre son rôle et d’autres plate formes
et entités ; L’insuffisance relative de Bailleurs ; L’insuffisance d’engagement du Secteur Privé ;
L’accord de siège des Partenaires concernant leur politique d’intervention ; Le besoin de
clarification du cadre d’intervention ; La volonté disparate de contribuer au développement du
Secteur.

Pour arriver à une harmonisation et une coordination des actions menées avec enthousiasme et
conviction, une proposition de partage des rôles et responsabilités au sein du secteur était
présentée lors de cette réunion.

En premier lieu, il est de mise de se référer au décret définissant la mission et rôles du ministère
de l’eau. Selon le Décret n° 2009-529 en date du 08 mai 2009, « le Ministère de l’Eau (MinEau)
a pour mission la conception, la gestion et la mise en œuvre de la Politique Générale du
Gouvernement (PGE) ; Le Ministre de l’Eau est chargé d’exécuter les directives gouvernementales
dans le cadre de l’utilisation rationnelle des ressources en eau, plus particulièrement la
sécurisation de l’accès en eau potable, d’une part, et de promouvoir les infrastructures relatives
à l’assainissement d’autre part. Le ministère de l’Eau coordonne l’ensemble des activités du
secteur et assure le rôle de référent officiel et prioritaire des acteurs. »

Les différents niveaux et aspects d’intervention des acteurs varient depuis le pilotage et
l’organisation du secteur, en passant par la mise en œuvre jusqu’au suivi évaluation. En plénière,
une esquisse de partage de rôles et responsabilités a été présentée par le Directeur Général de
l’Eau, les participants à la rencontre ont donné leur feedback pour affiner et améliorer la
présentation.

Les principaux points relevés étaient :

- L’embrassement d’un grand nombre de rôles par la Direction Générale de l’Eau risque
d’être limité par ses ressources humaine, matérielle ou financière ;

- Il existe une certaine confusion entre le rôle de plateforme telle que Diorano-WASH et le
Ministère de l’Eau, la définition des rôles des Partenaires Techniques et Financiers et
acteurs est aussi à revoir de près pour éviter toute confusion ;

- Une délimitation claire de l’intervention du cluster WATSAN dans les situations d’urgence
doit être faite ;

- Le désengagement de l’Etat : chef de file … (xxxxxx)

- ANDEA, GIRE … (xxxxxx)

- Une désagrégation des rôles devrait être apportée pour parvenir à la définition la plus
précise possible de l’intervention de chaque entité. Par exemple, la simple action de
participer pourrait être affinée en être consulté, être informé, ou assurer l’alimentation de
données ou aller jusqu’à assurer le suivi.

119
- Pour assurer la remontée des données depuis chaque acteur, la plateforme Diorano-
WASH va jouer le rôle de mobilisateur

- Les Directions interrégionales devraient être beaucoup plus impliquées à la prise de


décision afin d’alléger le rôle de la Direction Générale; il doit également être clairement
séparé de celui des régions (DDR)

- Il en est de même pour la société civile qui est la déclinaison de la dénomination


généralisée acteurs

- Une identification claire des rôles et responsabilités des secteurs clés tels que la santé et
l’éducation devrait être ajouté au tableau ; Pour exemple, le ministère de la Santé
exécute des activités pour garantir la qualité de l’eau pour les Services d’Eau Potable en
milieu rural.

- Décentralisation : CTD ; chef district ; direction régionale ? … (xxxxxx)

- D’autres acteurs ont aussi leur contribution dans les services d’assainissement, à savoir
les CTD.

- Les investisseurs privés potentiels jouent un rôle à part dans le secteur, et cela devrait
également être défini afin de les inciter d’avantage le partenariat

Résultats des travaux de commissions

Trois commissions se sont formées pour essayer de planifier les activités du secteur avant fin
mars 2010 et pour définir les grandes lignes de la Loi de finances 2010 quant à la fourniture des
services d’eau potable et d’assainissement adéquats :

- Groupe I : Réforme structurelle politique et stratégique du secteur Eau et


Assainissement ;
- Groupe II : Gestion intégrée des ressources en eau ;
- Groupe III : Fourniture de services d’eau potable et d’assainissement adéquate.

120
Groupe I : Réforme structurelle politique et stratégique du secteur Eau et Assainissem

Thèmes Problématique Recommandation

Structure centrale instabilité institutionnelle et des personnes Assurer un corps stable de techniciens au sein

Assurer des passations de service en bonne e


changement de personnes

Mise en place d'un schéma directeur

Insuffisance de service s'occupant PPP, Mise en œuvre de la stratégie secteur privé

Absence d’entité chargée de la mobilisation de Mise en place d'une entité chargée de la mobi
ressources ressources

Décentralisation et Insuffisance de passerelle entre CTD et STD renforcement de capacité des CTD en maîtrise
déconcentration
Insuffisance de harmonisation de vision entre renforcement collaboration entre ME et MDAT
MDAT et ME
Constituer un pool d'expertises en maîtrise d'o

Constituer un Fonds nationale secteur E et As


aux communes

Intégration des Plan sectoriels dans les PCD

Absence structure pour la gestion des déchets et Décentraliser les structures comme SAMVA
rejets dans autres villes

Collaboration Insuffisance de collaboration entre ME et autres Plus de collaboration, mise en place de comité
intersectorielle ministères concernés par l'Eau

Opérationnalisation Manque de structure de régulation Opérationnalisation du SOREA (système light,


des structures, loi, cahier des charges incluant les différents phas
règlements déjà du système de redevance sur la régulation)
prévus par les
textes

Renforcement de Insuffisance de stratégie en matière et Optimiser les différentes formations existantes


capacité professionnalisation du métier dans le secteur
AEPA mettre en place un système de accréditation e
professionnels

mettre en place un système de régulation des

mise en place d'un système de contrôle qualité

renforcer la capacité de chaque entité concern


(commune, BE, entreprise, animateurs…)

121
Groupe II : Gestion intégrée des ressources en eau

Problématiques identifiées :

- Technique

- Institutionnel et organisationnel

- IEC et base de données

- Moyen

- Coordination

- Rôle et attribution

- ANDEA

- Financement

Recommandations face aux problématiques identifiées :

1. Renforcement des capacités des acteurs de la GIRE;

2. Applications des textes en vigueur;

3. Décentralisation effective de la GIRE (Agence de Bassins, Comité de Bassins,


Communautés et Usagers);

4. Clarification des Rôles du MinEau par rapport à la GIRE;

5. Clarification des attributions de chaque entité concernée par la GIRE

6. Amélioration de la visibilité de l’autorité de l’ANDEA;

7- Accélération du processus du recouvrement des redevances (FNRE)

8- Renforcement de la recherche de financement de la GIRE,

9- Renforcement de la campagne de sensibilisation en matière de GIRE

10- Vulgarisation de la Base de Données de l’ANDEA

11- renforcement des réseaux de mesure et opérationnalisation des structures


décentralisées.

12- Renforcement de la capacité de l’ANDEA par rapport pour le contrôle des rejets
(domestique, agricole, industriel…)

13- Vulgarisation de norme de potabilité et de rejet.

14- Redynamisation de consortium des laboratoires.

122
Groupe III : Fourniture de services d’eau potable et d’assainissement adéquate.

 Commission A

Recommandations Responsable

• Synthétiser le rapport 2008 Dir Eau

• Tenir compte des perspectives 2009-2010 Dir Eau

Grandes lignes des activités

• RDC : CCC/IEC

• Mise en place des Infrastructures

• Deadline pour envoi des PTA 2009-2010

• Base de données Min Eau


Fixé par Min Eau
• Encourager les acteurs (BD)

• PTA 2009 : se référer aux actions non entreprises en 2008


Min Eau
• Tenir compte des urgences 2009 et impacts des crises
sociopolitiques

• Prioriser les chefs lieux de District pour Approvisionnement en eau

• Mapping des interventions

• Réalisation des revues sectorielles régionales

• Collaboration avec les bailleurs de fonds pour PTA 2010


(Infrastructures, RDC, IEC)

• Uniformisation/harmonisation des approches

• Mise à jour du manuel des procédures du MinEau

• Mise en place et déconcentration de l’organe SOREA

• Neutralité, transparence, spécifité technique % offres à tous les


niveaux

• Implication de tous les acteurs dans la coordination des actions

• Application des recommandations de la stratégie du secteur privé


en AEPH

• Opérationnalisation du site Web

123
• Partage régulier des informations

• Continuation des subventions des latrines pour les pauvres

• Informer le Min des réalisations et de tous projets

• Contribution à l’augmentation des taux d’accès


Eau/Assainissement

• Suivre les normes prescrites dans les manuels de procédures

 Commission B : Recommandation

Méthodologies & Stratégies:

• Equitabilité géographique

• Mapping des acteurs

• Favoriser les secteurs privés

• Intervention d’urgence % post-crise 2009

• Amélioration des ressources financières

(PIP, Partenaires, Budget alloué au secteur)

• Amélioration des BD

• Maintenir le PTA 2009 (RDC, IEC)

• Vulgariser le Manuel de Procédure/faciliter BPOR des 22 Régions (site Web)

Assainissement

• Mener une étude (MinEau/Université)

• Opéralisation FMA

• Information à tous les niveaux : approche CLTS

• Niveau école : Séparation latrine H/F

• Mesures pour latrines fonctionnelles (EIE, Gestion des excrétas)

• Concrétisation des PSNA

• Application des législations à tous les niveaux par une entité

124
Note de présentation de la rencontre
de la coordination du secteur
eau, assainissement et hygiène.

Contexte et justification:

Malgré les autres urgences de l’heure, le Gouvernement de transition reconnaît


l’importance de l’accès aux services d’eau potable et d’assainissement adéquat pour
toute la population malgache. Actuellement, 12 millions de personnes ne disposent pas
encore de l’eau potable et 14 millions des malgaches n’ont pas accès aux services
d’assainissement de base telle que la toilette. Et parmi, ce sont notamment les plus
démunis et les plus vulnérables qui n’en ont pas accès. Alors que l’accès à l’eau potable
et à un meilleur assainissement, d’après les études menées ici et ailleurs, contribue
significativement à l’amélioration de la santé et de la productivité économique des
ménages et de pourvoir des opportunités croissantes pour l’éducation et l’emploi, surtout
pour les femmes et filles.

Au cours de l’exercice 2008, les efforts du gouvernement et de tous ses partenaires


technique et financier réunis nous ont permis de fournir l’eau potable à 300.000
personnes alors que l’accroissement annuel de la population est estimé à environ 500
000 personnes par an pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Le gouvernement de transition a, par contre, montré sa volonté de mettre le secteur eau


potable, assainissement et hygiène parmi sa priorité des priorités en maintenant le
Ministère de l’eau créé au mois de juillet 2008 et veut assurer la pérennisation des
acquis tels que les documents stratégiques portant sur le secteur eau et assainissement,
les instruments et outils de planification, de budgétisation, de suivi, d’évaluation et de
régulation.

Depuis la première décennie de l’eau des années 90, Madagascar a mis en place des
différents jalons en terme de politique et stratégie du secteur eau potable et
assainissement. Le Code de l’Eau voté en 1999, la Politique et Stratégie Nationale de
l’Assainissement (PSNA) approuvée en 2008, le Manuel de procédures du secteur
adopté d’une manière concertée en 2005, le Programme National d’Approvisionnement
en Eau et Assainissement (PNAEPA) amendé en 2008 et l’approche Budgétisation et

125
Programmation par Objectifs au niveau Régional (BPOR) disséminé depuis 2008 en
constituent les éléments les plus percutants et clés. Cependant, le défi consiste
présentement à compléter et à mettre en œuvre ces stratégies, politiques et plans pour
assurer un service universel d’accès à l’eau potable et à l’assainissement à Madagascar.
Le secteur nécessite toujours une harmonisation et une coordination des actions si l‘on
s’en tient à l’insuffisance de circulation des informations autant stratégiques
qu’opérationnelles et à certains empiètements constatés sur le terrain.

But et objectifs de la rencontre :


Cet atelier vise principalement à recadrer et à coordonner les interventions dans le secteur eau,
assainissement et hygiène et à esquisser les contours des grandes lignes du Programme du
secteur dans un futur proche.

Objectifs spécifiques :
La rencontre a pour objectifs spécifiques de :

 Mesurer la performance du secteur au cours de l’année fiscale 2008 et d’en définir les
facteurs bloquants à surmonter pour le prochain exercice;

 Planifier les activités du secteur avant fin mars 2010 qui répondent aux préoccupations
du Ministère de l’eau d’asseoir les éléments de base d’un nouveau programme
quinquennal pour le secteur eau, assainissement et hygiène ;

 Définir les grandes lignes de la Loi de finances 2010 quant à la fourniture des services
d’eau potable et d’assainissement adéquats.

 Faire une proposition de partage de rôles et responsabilités entre une multitude


d’intervenants du secteur issus des institutions et organisations étatiques et non
étatiques, des agences de financement et du secteur privé tant au niveau local que
national ;

Résultats attendus de la rencontre


Au sortir de cette rencontre, les participants :

 ont formulé les activités à mener avant mars 2010 ainsi que les interventions du secteur
pour l’année fiscale 2010.

 ont une idée très claire des rôles et responsabilités de chaque entité opérant dans le
secteur eau, assainissement et hygiène avec en filigrane la validation de la Note
explicative du partage des rôles et responsabilités au sein du secteur Eau,
Assainissement et Hygiène.

Organisation de la rencontre
Cette rencontre est organisée par la Direction Générale de l’Eau avec l’appui technique et
financier de WaterAid.

126
Lieu de la rencontre :
Cette rencontre se tiendra à l’Hôtel PANORAMA, Andrainarivo toute la journée du 13 août 2009.

Participants à la rencontre :
Une centaine des personnes issues du Ministère de l’eau, de ses partenaires techniques et
financiers, des organisations de la société civile et du secteur privé et des Directeurs régionaux
du Ministère de l’eau seront conviées à cette rencontre qui aura la forme d’une réunion de travail
des staffs niveau opérationnel de chaque entité participante.

Planning de l’atelier :
13 août 2009

09:00 Mot de bienvenue du Directeur Général du Ministère de l’eau.

09:10 Présentation du planning par le Senior Manager for Advocacy and Research de
WaterAid et validation par les participants.

09 :20 Présentation sur l’état d’avancement du secteur eau-assainissement-hygiène


en 2008 par le Directeur des Etudes et des Projets du Ministère de l’eau et du
Directeur de l’Assainissement et de la Gestion des Ressources en Eau.

La présentation sera suivie d’une question-réponse.

10 :20 Pause café.

10 :50 Présentation sur la Note explicative sur le partage des rôles et responsabilités
au sein du secteur Eau, Assainissement et Hygiène par le Directeur Général du
Ministère de l’eau suivi d’un débat en plénière aux fins de validation de la dite
Note.

11 :50 Travaux de groupe thématique en vue d’identifier les activités à mener avant
mars 2010 et à insérer dans la Loi de finances 2010.

12:30 Déjeuner.

127
14:00 Restitutions des travaux de groupe thématique suivies d’une séance de
question-réponse.

15: 30 Clôture et Cocktail.

FICHE DE PRESENCE

Réunion de Coordination du secteur Eau potable, Hygiène et Assainissement

Panorama Antananarivo, 13 août 2009

Nom Entité

1 ROBSON Fara ACORDS Programme

2 RAKOTONDRASOA Mamy AES

3 ARIMANANA Miarintsoa H AGS

4 RAZANAMIHAJA ANDEA

5 RAKOTOMALALA Julien Roger ANJARASOA

6 RAZAFIMANANTSOA Mbolatiana APIPA

7 RASOAMAHEFA Zenniah AQUASURE

8 GUILLOT Claire AQUASURE

9 RANAIVOJAONA Serge Antoine Flavien BUSHPROOF

10 RAZAFINJATO Solo CARE International

11 RAZANAJOELINA Louis CARITAS Mcar

12 RAHARINIRINA Jeannine CITE Ambatonakanga

13 RAZAFINDRAKOTO Jocelyn CROIX ROUGE MALAGASY

14 RAOILISON Rajaonary DEGREMONT

15 FORNARI Michel DEGREMONT

16 ANDRIANIRINA Marc A EAM technicien

17 RAKOTOMANANTSOA Hery ECA ONG

18 RANDRETSA Fara Antenaina ERGC

19 RATEFY Tovoherisoa FAMONJENA ONG

20 RAMASOMANANA Rindra FID

128
FICHE DE PRESENCE

Réunion de Coordination du secteur Eau potable, Hygiène et Assainissement

Panorama Antananarivo, 13 août 2009

Nom Entité

21 RAZAFINDRALAMBO Faratiana FIKRIFAMA

22 RAKOTOARISON Jérôme David GOSHEN Development

23 LE CORRE Mathieu GRET programme Meddea

24 RANAIVOMANANA Georges HASIN'I MADAGASIKARA

25 MANARINJARA Aymérillot René JICA

26 RAZAFINDRAZAKA Barison JIRAMA

27 RAHAGA RABENITANY Perline L'ACTION cabinet

28 RANDRIATAHINA Jeannine R MADT

29 TONI Delors MANORINTSOA Association

30 RAKOTOZARY Mamitiana MATEZA ONG

31 TIANARIVELO Andry MEDAIR ONG

32 RAZAFINDRAKOTO Jaona MFB

33 RANDRIAMIARINA William MIARINTSOA Association

34 RALAMBO Marie Chantal MIHAINGO Entreprise

35 RAJOELISAONINA Alfred Ministère Eau

36 BE Martial Venance Ministère Eau

37 RAMAMONJISOA Aimé Ministère Eau

38 DRAGON Léon Ministère Eau

39 RABENANDRASANA Thierry Ministère Eau DEP

Ministère Eau Dir. ANALAMANGA


40 RAKOTO Bebiarivola ALAOTRA MANGORO

Ministère Eau Dir. ANOSY


41 RANDRIATSIFOLAHINA Philippe Théodoret ANDROY

Ministère Eau Dir. ATSIMO


42 KOTOVAOARIVELO Jux Solinski ANDREFANA

129
FICHE DE PRESENCE

Réunion de Coordination du secteur Eau potable, Hygiène et Assainissement

Panorama Antananarivo, 13 août 2009

Nom Entité

Ministère Eau Dir. ATSIMO


43 RAKOTO Charles ATSINANANA

Ministère Eau Dir. ATSINANANA


44 RAMIHAJA Vonintsoa ANALAMANGA

Ministère Eau Dir. BOENY SOFIA


45 RANDRIANASOLO Jean de Dieu BETSIBOKA

Ministère Eau Dir. HAUTE


46 RASOAMANANTENA Voahirana MATSIATRA

Ministère Eau Dir. ITASY


47 RAZAFINIMANANA Joëlsolo BONGOLAVA

Ministère Eau Dir.


VAKINAKARATRA MENABE
48 ANDRIAMBOAVONJY Mamy Nirina MELAKY

Ministère Eau Dir. VATOVAVY


49 RANDRIANARIVELO Jean de Dieu Luc FITO VINANY

Ministère Eau et Forêt Direction


50 BERA Arsonina Pollution

Ministère Eau et Forêt Service


51 RANDRIAKALOMALALA Fanja Olivà Evaluation Environnementale

52 RANAIVOSOA Désiré Ministère Eau Inspecteur

53 RAZAFINDRAKOTO Lanto Ministère Eau PRMP

54 ANDRIATAHINA Josephson Ministère Eau SCOM

55 RASOLOFONIAINA Stephen Ministère Education

56 TATA Venance Ministère Santé SSEnv

57 RAKOTO ALSON Véronique OIM

58 RAKOTONDRASOLO Olga ONN

59 HASINDRENY Clémentine Françoise PGED Soarano Betioky Sud Toliara

60 RAZANAKOTO Andriantsoa Hugues PLASCOM

130
FICHE DE PRESENCE

Réunion de Coordination du secteur Eau potable, Hygiène et Assainissement

Panorama Antananarivo, 13 août 2009

Nom Entité

61 VERDOUW Win PNUD

62 RAMAROJAONA Patricia PNUD

63 RAZAFITSALAMA Rolland Pascal Projet AEPA FAD

64 DEUX David PROMANIA

65 RAZAFINDRAVOLO Hanta Nirina PROTOS ONG

66 ANDRIAMAMPIANINA Nicole PSI SUR'EAU

REGION ALAOTRA MANGORO


67 ANDRIAMAINTY Fils Jean Marius DDR

68 RABARISOA Abel REGION ANALAMANGA

69 RANAIVOALISAONA Mbolatahiana REGION ANALAMANGA

70 EDWIN Joseph SAINT GABRIEL ONG

71 RAJAOBELINA Lala SAMVA

72 NY ANDRIANANDRASANA Sitrakantenaina SAMVA

73 RAZAFINJATO Gérald SANDANDRANO

74 RAKOTONINDRINA Mickaël SANDANDRANO

75 RAZANANAIVO Victor Emile SAVONNERIE TROPICAL

76 ARZOU Nissar SITA Sarl

77 RABEMANANTSOA Roland SOREA

78 RAVELOSON Arsène TARATRA ONG

79 RAZAFIMANANTSOA Ony Mamy TECTRA Sarl

80 RANDRIAMANALINA Aimé UNFPA

81 LUCKY Lowe WaterAid

82 RASOLOFOMANANA Lovy WaterAid

83 INJERONA Jean Eugène WaterAid

131
FICHE DE PRESENCE

Réunion de Coordination du secteur Eau potable, Hygiène et Assainissement

Panorama Antananarivo, 13 août 2009

Nom Entité

84 RABEHANTA Aurel WaterAid

85 RABARIVELO Hanitra WaterAid

86 RAKOTOJOELIMARIA Rindra WaterAid

87 RAZAFINDRAZAKA Léa WaterAid

88 RABESON Andersen WaterAid

89 RAMAHEFAHARISON Denis WaterAid

90 RAMANANTSOA Sylvie WSUP

91 RANAIVO Julie WSUP

92 RANDRIAMANAMPISOA Télésphore

Annexe 3 : Présentation sur l’état d’avancement du secteur eau-assainissement-hygiène en 2008

Annexe 4 : Présentation sur la Note explicative sur le partage des rôles et responsabilités au sein du
secteur Eau, Assainissement et Hygiène

Annexe 5 : Communiquée de presse

Les acteurs du secteur de l’eau, l’hygiène et de l’assainissement dressent leur bilan.

Antananarivo le 13 août 2009, La réunion de coordination du secteur de l’eau, de l’hygiène et de


l’assainissement, a lieu ce jour à l’Hôtel Panorama. Elle réunit tous les intervenants de ce secteur
composés: du Ministère de l’Eau, de la Santé, de l’Education, de l’Aménagement du Territoire, de
l’Environnement, des partenaires techniques et financiers, des collectivités territoriales décentralisées, des
services territoriaux déconcentrés, du secteur privé et des membres de la société civile.

Malgré les urgences de l’heure, un bilan de ce secteur revêt un aspect capital compte tenu de ses objectifs
d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement pour la population malgache. Actuellement, 12
millions de personnes ne disposent pas encore d’eau potable et 14 millions de malgaches n’ont pas accès
aux services d’assainissement de base tels que les toilettes. Les tranches de population les plus démunies
constituent la majorité de cette catégorie évoquée. Les études menées jusqu’ici démontrent pourtant que
l’accès à l’eau potable et à l’assainissement contribue significativement à l’amélioration de la santé et de

132
là à la productivité économique des ménages. Cet accès pourvoit également des opportunités croissantes
pour l’éducation et l’emploi en particulier aux femmes et aux filles. Notons aussi que l’exploitation des
ressources en eaux reste timide et inégalement répartie entre les divers domaines socio économiques
comme l’agriculture, la pêche et le tourisme.

Cette rencontre se fixe trois objectifs:

Mesurer la performance du secteur au cours de l’année fiscale 2008, identifier et analyser les
facteurs bloquants à lever durant le prochain exercice. En effet, les efforts du gouvernement et de tous
ses partenaires techniques et financiers ont permis de fournir de l’eau potable à plus de 300 000
personnes pour ne citer que cela. L’accroissement annuel de la population est pourtant évalué à environ
500 000. Preuve que d’énormes efforts restent à fournir dans ce domaine.

Planifier les activités du secteur avant fin mars 2010, celles qui répondent aux préoccupations du
Ministère de l’Eau. Il s’agit de poser les éléments de base d’un nouveau programme quinquennal pour le
secteur dans la fourniture d’eau potable et d’infrastructures d’assainissement accompagnés des
activités de sensibilisation en hygiène. L’importance d’un ministère dédié spécialement à l’eau reste
incontestable car ce secteur est un des piliers du développement socio économique mais les défis sont
considérables.

Discuter du partage des rôles et responsabilités au sein de la large gamme d’intervenants que
contient le secteur. Bien que qualifié de parent pauvre dans le domaine socio économique, le secteur de
l’eau de l’assainissement et de l’hygiène enregistre une multitude d’acteurs. On y remarque en effet
diverses institutions publiques : le ministère de l’Eau, de la Santé, de l’Education, de l’Aménagement du
Territoire, de l’Environnement pour ne citer que cela. Il y a également les agences de financement et
d’exécution privées nationales et internationales. Les échanges entre ces diverses entités s’avèrent
aujourd’hui cruciaux afin d’optimiser leur présence et leur opérationnalité dans l’atteinte des objectifs
du développement durable à Madagascar.

Diverses commissions ont ainsi échangé sur les principaux volets qui composent le secteur résumés en
termes d’organes de régulation et planification, d’exécution, de mobilisation de fonds et de suivi.

Cette rencontre est organisée par la Direction Générale du Ministère de l’Eau avec l’appui technique et
financière de WaterAid. Pour de plus amples informations, veuillez contacter :

- Le Directeur Général au Tél 0 33 05 339 37/ 032 02 445 63, email : alainjoeliniaina@yahoo.fr
- Le Secrétariat Exécutif au Tél. 020 22 303 74 ou 033 12 105 60, email :
LovyRasolofomanana@wateraid.org

133
GSF Cadre Logique (Fr)

PROGRAMME NATIONAL D'ACCES A L'EAU POTABLE ET A


L'ASSAINISSEMENT

BUT

Le Ministère chargé de l'eau met en œuvre le Pnaepa pour obtenir des


résultats annuels permettant d'atteindre les ODMs


  
Objectif 1 Objectif 2 Objectif 3

Le marché EAH pour les services


le ministère est organisé avec des directions efficacement opérationnelles dont une direction de la Les acteurs institutionnels et privés sont impliqués et s’engagent de et fournitures sont transparents,
programmation et du suivi-évaluation façon durable dans la promotion de l’EAH visibiles sur le moyen et long
termes, sans corruption

  
        
Résultat 1.1 Résultat 1.2 Résultat 1.3 Résultat 2.1 Résultat 2.2 Résultat 2.3 Résultat 2.4 Résultat 3.1 Résultat 3.2
Les communautés de base Les expériences acquises de
Les CTD sont impliqués, adoptent et appliquent Les acteurs et opérateurs locaux bonne gouvernance dans la
En 2010, 2 482 500 La bonne gouvernance est
Le ministère met en œuvre une stratégie personnes additionnelles ont
engagés et capables de prendre effectivement des fournissent des prestations et services, De nouveaux acteurs et des
effective par rapport à l’utilisation mise en œuvre du Pnaepa sont
la BDEA et le BPOR sont en main la promotion de l’EAH comportements positifs vis-à-vis des matériels et des infrastructures bailleurs de fonds investissent capitalisées et partagées .
permettant d'exécuter effectivement le accès à l'eau potable et 1 des fonds publics,privés,
fonctionels au niveau central et par la mise en oeuvre effective de l'EAH(présentent des d’EAH, aux normes et à des conditions dans le secteur d'EAH en
PNAEPA, en appliquant le processus 098 650 emprunts et dons alloués au
dans les 22 régions, avec des de la responsabilité de maitrise demandes , s'impliquent dans la accessibles aux populations utilisant les approches décrites
BPOR, et obtient un budget annuel personnes additionnelles ont secteur EAH: transparence,
cadres formés et opérationnels d'ouvrage gestion durable des bénéficiaires,en utilisant les approches dans le manuel des procédures
conforme à ce programme accès aux latrines respectant circulation d'informations,
infrastructures, appliquent les décrites dans le manuel des procédures du secteur EAH.
les normes. absence de corruption
règles d'hygiène) du secteur EAH.

        
Activité 1.1.1 Activité 1.2.1 Activité 1.3.1 Activité 2.1.1 Activité 2.2.1 Activité 2.3.1 Activité 2.4.1 Activité 3.1.1 Activité 3.2.1
exécuter les projets de
faire accepter par le ministère des Faire un plaidoyer pour mobiliser mettre en place un système de capitaliser et partager les
redynamiser la BDEA et le mise en place des Faire un plaidoyer auprès des Renforcer la capacité des relais Renforcer la capacité des
finances la budgetisation par le de nouveaux acteurs, contrôle, de suvi-évaluation, expériences positives de bonne
BPOR au niveau central et dans infrastructures,par les décideurs politiques (CTD, communautaires en matière acteurs/opérateurs locaux en matière
BPOR;préparer le budget conforme au partenaires techniques et efficace et honnete, impliquant gouvernance de marchés
les régions où ils existent opérateurs privés et les autorités traditionnelles…) d’EAH d’EAH
Pnaepa et le BPOR financiers, bailleurs de fonds les directions régionales publiques
ongs

        
Activité 1.1.2 Activité 1.2.2 Activité 1.3.2 Activité 2.1.2 Activité 2.2.2 Activité 2.3.2 Activité 2.4.2 Activité 3.1.2 Activité 3.2.2
installer la BDEA et le BPOR Mobiliser et faire participer le
dans toutes les régions; former exécuter les activités de secteur privé en mettant en
les cadres;effectuer les saisies former les cadres, notamment dans les Mettre a disposition des relais œuvre la stratégie PPP;Mettre à Entreprendre des activités
programmation, de Mettre a disposition des acteurs et
des données;mettre en œuvre régions sur le BPOR; organiser les Renforcer la capacité des CTD communautaires et menages les leur disposition les guides et mettre en place un système de d'information et de
contrôle, de suivi- operateurs locaux les guides et outils
les contacts périodiques avec les réunions avec les maires pour établir les en matière d’EAH guides et outils essentiels de outils essentiels de l'EAH marchés à termes vulgarisation concernant les
évaluation, par le essentiels de l'EAH
maires BPOR l'EAH marchés publics
ministère de l'eau

   
Activité 1.3.3 Activité 2.3.3 Activité 2.4.3 Activité 3.1.3

Appuyer
techniquement et de Vulgariser, diffuser, le PNAEPA
manière indirecte rendre facilement accessible aux et le manuel des Organiser une reunion annuelle
financièrement la opérateurs la BDEA procédures;Mobiliser et susciter d'echange d'informations
construction de latrines l’implication des médias
familiales hygiéniques

  
Activité 1.3.4 Activité 2.3.4 Activité 2.4.4

Susciter la demande de la
part des familles pour les rendre fonctionnel le centre de
rendre fonctionnel le site web
infrastructures d'EAH par ressources humaines et techniques
les actions des ongs

1/1
ETUDE D'IMPACT DE LA CRISE SOCIO POLITIQUE SUR LE SECTEUR EAU-ASSAINISSEMENT-HYGIENE

CADRE LOGIQUE

But: Le Ministère chargé de l'eau met en œuvre le Pnaepa pour obtenir des résultats annuels permettant d'atteindre les ODMs

résultats à Responsables en Responsables en charge du indicateurs de résultats et moyens de coûts 2010 (en
Objectifs atteindre en 2010 Activités charge de l'exécution suivi-évaluation vérification millions de us$) forces risques et contraintes
objectif 1:le La Bdea présente à la fin du premier semestre La Bdea existe et Les agents de la Bdea sont
ministère est les résultats de la saisie jusqu'en fin 2009 et des agents ont eu affectés à d'autres tâches et
organisé avec des produit le taux de desserte en eau 2009; les un début de missions
directions Activité 1.1.1:
agents BPOR demontrent devant une reunion formation
agents formés en BDEA
efficacement redynamiser la BDEA et Chef du service Bdea;Chef du de plateforme d'acteurs qu'ils maitrisent l'outil
et BPOR au niveau
opérationnelles dont le BPOR au niveau service BPOR;réunion d'une BPOR. Moyens de vérification: l'annuaire de la
une direction de la central et dans les central; consultants ayant BDEA, les documents BPOR, le rapport
plateforme d'acteurs du secteur
programmation et du régions où ils existent formés ces agents d'activités du ministère, les tableaux SNISE
suivi-évaluation remplis.

Résultat 1.1: la BDEA 0.625


et le BPOR sont La Bdea présente à la fin du premier semestre Le BPOR existe et Les agents de la BPOR sont
fonctionels au niveau
les résultats de la saisie jusqu'en fin 2009 et des agents ont eu affectés à d'autres tâches et
central et dans les 22
produit le taux de desserte en eau 2009; les un début de missions;
régions, avec des
cadres formés et Activité 1.1.2: installer la agents BPOR demontrent devant une reunion formation
opérationnels BDEA et le BPOR dans de plateforme d'acteurs qu'ils maitrisent l'outil
toutes les régions; agents formés en BDEA Directeur de la programmation BPOR. Moyens de vérification: l'annuaire de la
former les
et BPOR au niveau et du suvi-évaluation;directeurs BDEA, les documents BPOR, le rapport
cadres;effectuer les d'activités du ministère, les tableaux SNISE
central et au niveau régionaux;réunion de la
saisies des remplis.
données;mettre en régional; consultants plateforme d'acteurs et comité
œuvre les contacts ayant formés ces agents Diorano-Wash
périodiques avec les
maires

0.625
Activité 1.2.1: faire le ministre de l'eau et le PGE conforme au Pnaepa. Moyen de une argumentation La priorisation budgétaire
accepter par le ministère ministre des finances;le vérification: le montant du budget alloué au rationnelle pour gouvernementale
des finances la directeur de la réunion de la plateforme ministère. défendre le budget
budgetisation par le programmation et du suivi- d'acteurs et comité Diorano- existe:atteindre les
BPOR;préparer le évaluation du mineau et le Wash ODMs
Résultat 1.2: Le budget conforme au directeur du budget du min
ministère met en place Pnaepa et le BPOR finances
un programme pm
conforme au Chaque Direction régionale a un BPOR Le BPOR existe et insuffisance de moyens de
PNAEPA, en conforme au Pnaepa.Moyens de des agents ont eu déplacements;insuffisance
appliquant le vérification:les documents BPOR un début de des indemnités de
processus BPOR, et :Activité 1.2.2: former les formation déplacements
Directeur de la programmation
obtient un budget cadres, notamment dans agents formés en BPOR
et du suvi-évaluation;directeurs
annuel conforme à ce les régions sur le BPOR; au niveau central et au
programme régionaux;réunion de la
organiser les réunions niveau régional;
avec les maires pour plateforme d'acteurs et comité
consultants
établir les BPOR Diorano-Wash

0.45
résultats à Responsables en Responsables en charge du indicateurs de résultats et moyens de coûts 2010 (en
Objectifs atteindre en 2010 Activités charge de l'exécution suivi-évaluation vérification millions de us$) forces risques et contraintes
Le nombre de latrine et de Pdo réalisés selon l'approche d'autre projet applique encore
l'approche-demande responsable est demande l'approche-ingénieur et
Activité 1.3.1: exécuter Direction et services chargés Directeur de conforme aux résultats annoncé dans le responsable est latrines offertes
les projets de mise en des projets au niveau central
l'assainissement;directeurs Pnaepa et le Pge. Moyens de validée lors de la
place des et dans les directions vérification:rapport d'activités et tableaux mise en place du
régionaux;réunion de la
infrastructures,par les régionales;ongs,opérateurs Snise FAA
opérateurs privés et les privés;partenaires techniques plateforme d'acteurs et comité
ongs et financiers Diorano-Wash

95.7
Le nombre de latrine et de Pdo réalisés selon le nombre de pdo à il y a un retard accumulé pour
l'approche-demande responsable est construire est l'année 2009;il faut ré-
direction et services chargés conforme aux résultats annoncé dans le connu et établit organiser le Paear qui
Activité 1.3.2: exécuter Directeur de Pnaepa et le Pge. Moyens de rationnellement dispose du plus grand
de la programmation et du
les activités de vérification:rapport d'activités et tableaux pour atteindre les financement ;il faut re-
suivi-évaluation au niveau l'assainissement;directeurs
programmation, de
central et dans les régions; régionaux;réunion de la Snise odms analyser la situation des
contrôle, de suivi-
Ongs;partenaires techniques plateforme d'acteurs et comité projets jirama qui connaissent
évaluation, par le
Résultat 1.3: En 2010, et financiers; les ctd et les Diorano-Wash de gros retard
ministère de l'eau
2 482 500 communes.
personnes
additionnelles ont 1
accès à l'eau potable Le nombre de latrine réalisées selon l'approche d'autre projet applique encore
et 1 098 650
l'approche-demande responsable est demande l'approche-ingénieur et
personnes
additionnelles ont
conforme aux résultats annoncé dans le responsable est latrines offertes
Activité 1.3.3: 'Appuyer Direction et services chargés Pnaepa et le Pge. Moyens de validée lors de la
accès aux latrines
techniquement et de des projets au niveau central vérification:rapport d'activités et tableaux mise en place du
respectant les normes. Directeur général;réunion de la
manière indirecte et dans les directions
plateforme d'acteurs et comité Snise FAA
financièrement la régionales;ongs,opérateurs
construction de latrines privés;partenaires techniques Diorano-Wash
familiales hygiéniques et financiers

5.64
le nombre de demandes de latrines et de PDO l'approche d'autre projet applique encore
enregistré dans la BDEA. Moyen de demande l'approche-ingénieur et
Directeur général;direction et
vérification: rapport de la BDEA responsable est latrines offertes
services chargés de la
Activité 1.3.4: Susciter la validée lors de la
Ongs; services en charge de programmation et dusuivi-
demande de la part des mise en place du
la communication au niveau évaluation au niveau central et
familles pour les FAA
central et dans les directions dans les directions
infrastructures d'EAH par
régionales régionales;Iéunion de la
les actions des ongs
plateforme d'acteurs et comité
Diorano-Wash
1
objectif 2:Les Des arguments priorisation de cette action par
acteurs rationnels basés le ministre
le ministre de l'eau ;le
institutionnels et sur la nécessité
directeur de la
privés sont Faire un plaidoyer d'atteindre les
programmation et du suivi- les résultats annoncés dans le Pnaepa
impliqués et auprès des décideurs réunion de la plateforme Odms sont
Résultat 2.1: 'Les CTD évaluation, service du concernant le développement de la capacité
s’engagent de façon politiques (CTD, d'acteurs et comité Diorano- disponibles
sont impliqués, parteanriat, services de la du secteur sont atteints.Moyen de vérification:
autorités Wash
durable dans la engagés et capables communication;ongs, rapport d'activités.
traditionnelles…)
promotion de l’EAH de prendre en main la partenaires techniques et
promotion de l’EAH financiers
par la mise en oeuvre
effective de la
0.00126
responsabilité de existence de la priorisation de cette action au
maitrise d'ouvrage. politique de niveau du ministère;volonté du
Service chargé de
l'assainissement, service de les résultats annoncés dans le Pnaepa décentralisation ministère pour développer un
Renforcer la capacité Directeur général;réunion de la partenariat objectif
l'eau , au niveau central et concernant le développement de la capacité
des CTD en matière plateforme d'acteurs et comité
dans les directions du secteur sont atteints.Moyen de vérification:
d’EAH Diorano-Wash
régionales; Ongs;partenaires rapport d'activités.
techniques et financiers

1.2
résultats à Responsables en Responsables en charge du indicateurs de résultats et moyens de coûts 2010 (en
Objectifs atteindre en 2010 Activités charge de l'exécution suivi-évaluation vérification millions de us$) forces risques et contraintes
le secteur dispose financement pour la formation
d'expériences avec et la prise en charge des
Service chargé de les comités de prestations des relais
l'assainissement, service de points d'eau, les communautaires
Résultat 2.2:Les Renforcer la capacité les résultats annoncés dans le Pnaepa
l'eau ,service de la Directeur général;réunion de la
communautés de des relais concernant le développement de la capacité agents de
communication, au niveau plateforme d'acteurs et comité
base adoptent et communautaires en du secteur sont atteints.Moyen de vérification: developpement
central et dans les directions Diorano-Wash
appliquent matière d’EAH rapport d'activités. communautaires
régionales; Ongs;partenaires
effectivement des
techniques et financiers
comportements
positifs vis-à-vis de
1.2
l'EAH(présentent des
demandes , les documents et capacité du ministère à gérer
s'impliquent dans la outils existent et à fournir les
gestion durable des Service chargé de la documents;volonté du
infrastructures, Mettre a disposition des communication, les agents de ministère à développer le
Directeur général;réunion de la les documents stratégiques du secteur sont
appliquent les règles relais communautaires et la BDEA, au niveau central
plateforme d'acteurs et comité multipliés, distribués et expliqués.Moyen de partenariat avec la plate-
d'hygiène) menages les guides et et dans les directions
Diorano-Wash vérification: rapport d'activités. forme d'acteurs
outils essentiels de l'EAH régionales; Ongs;partenaires
techniques et financiers

1.2
des expériences priorisation de cette action au
existent niveau du ministère;volonté du
ministère pour développer un
Service chargé de la
partenariat objectif avec la
communication, les agents de
les résultats annoncés dans le Pnaepa plate-forme d'acteurs
Renforcer la capacité la BDEA, service du Directeur général;réunion de la
concernant le développement de la capacité
des acteurs/opérateurs partenariat, au niveau central plateforme d'acteurs et comité
locaux en matière d’EAH et dans les directions
du secteur sont atteints.Moyen de vérification:
Diorano-Wash
régionales; Ongs;partenaires rapport d'activités.
techniques et financiers

1.2
les documents et capacité du ministère à gérer
outils existent et à fournir les
Résultat 2.3: Les documents;volonté du
acteurs et opérateurs
Mettre a disposition des ministère à développer le
locaux fournissent Service chargé de la partenariat avec la plate-
acteurs et operateurs
des prestations et communication, les agents de les documents stratégiques du secteur sont forme d'acteurs
locaux les guides et Directeur général;réunion de la
services, des la BDEA, au niveau central multipliés, distribués et expliqués;les acteurs
outils essentiels de plateforme d'acteurs et comité
matériels et des et dans les directions consultent la Bdea.Moyen de vérification:
l'EAH; rendre facilement Diorano-Wash
infrastructures d’EAH, régionales; Ongs;partenaires rapport d'activités.
accessible aux
aux normes et à des techniques et financiers
opérateurs la BDEA
conditions accessibles
aux populations
bénéficiaires,en
utilisant les approches 0.02
décrites dans le Il a été acquis que priorisation de cette action au
manuel des le CNEAGR peut niveau du ministère;volonté du
procédures du secteur
Directeur des ressources Des conférences et des formations sont accueillir ce centre ministère pour développer un
EAH.
humaines , services chargés partenariat objectif
organisées;les documents stratégiques du
rendre fonctionnel le de la communication au Directeur général;réunion de la
secteur sont archivés et accessibles pour
centre de ressources niveau central et dans les plateforme d'acteurs et comité
humaines et techniques directions régionales consultation par les acteurs.Moyens de
Diorano-Wash
;partenaires techniques et vérification: rapport d'activité du centre de
financiers ressources humaines et techniques.

0.02
le projet a démarré le site contient il toutes les
données nécessaires; volonté
Le site web contient toutes les informations
service en charge de la Directeur général;réunion de la d'élargir le partenariat;coût et
rendre fonctionnel le site relatives au secteur et accessible pour les
communication et agents de plateforme d'acteurs et comité prise en charge du
web acteurs.Moyen de vérification:rapport
la BDEA Diorano-Wash fonctionnement de ce site?
d'activités.
0.02
résultats à Responsables en Responsables en charge du indicateurs de résultats et moyens de coûts 2010 (en
Objectifs atteindre en 2010 Activités charge de l'exécution suivi-évaluation vérification millions de us$) forces risques et contraintes
des arguments priorisation de cette action au
rationnels sont niveau du ministère;volonté du
disponibles ministère pour développer un
partenariat objectif
Faire un plaidoyer Directeur de la
auprès des acteurs, des programmation et du suvi- Directeur général;réunion de la le nombre de bailleurs de fonds pour le
partenaires techniques évaluation;directeurs plateforme d'acteurs et comité secteur augmente.Moyens de vérification:
et financiers et des régionaux, services en Diorano-Wash rapports d'activités.
bailleurs de fonds charge du partenariat;

Résultat 2.4: 'De


nouveaux acteurs et
des bailleurs de fonds 0.02
investissent dans le
des arguments priorisation de cette action au
secteur d'EAH en Service chargé de
rationnels sont niveau du ministère;volonté du
utilisant les approches l'assainissement, service de
décrites dans le disponibles ministère pour développer un
l'eau , services du Directeur général;réunion de la les résultats annoncés dans le Pnaepa
manuel des Mobiliser et faire partenariat objectif
partenariat, au niveau central plateforme d'acteurs et comité concernant le développement de la capacité
procédures du secteur participer le secteur privé et dans les directions Diorano-Wash des acteurs du secteur sont atteints
EAH. régionales; Ongs;partenaires
techniques et financiers
0.04
les documents coûts de la multiplication;
existent procédure de vulgarisation;
Service chargé de la les documents stratégiques du secteur sont forme et coût, et prise en
Vulgariser, diffuser, le
communication, les agents de
PNAEPA et le manuel Directeur général;réunion de la multipliés, distribués et expliqués;les acteurs charge du partenariat avec les
la BDEA, au niveau central
des procédures;Mobiliser plateforme d'acteurs et comité s'intègrent dans la circulation d'informations médias
et dans les directions
et susciter l’implication Diorano-Wash effective et efficace.Moyen de vérification:
régionales; Ongs;partenaires
des médias rapport d'activités
techniques et financiers

0.02
objectif 3: Le marché le système de suivi- Volonté politique pour la
EAH pour les services les acteurs s'intègrent dans la circulation évaluation existe décentralisation;capacité
et fournitures sont d'informations effective et efficace;les suffisante des directions
transparents, visibiles mettre en place un receptions techniques sont effectuées au régionales pour assurer les
sur le moyen et long Directeur de la
système de contrôle, de Directeur général;réunion de la niveau décentralisé;les fiches de suivi- receptions techniques; volonté
termes, sans programmation et du suvi-
suvi-évaluation, efficace plateforme d'acteurs et comité évaluation sont remplies correctement.Moyens des acteurs à transmettre
corruption évaluation;directeurs
Résultat 3.1: La bonne et honnete, impliquant Diorano-Wash de vérification: les résultats des calculs de leurs documents.
gouvernance est les directions régionales régionaux, la PRMP;
taux de desserte effectués par la BDEA; les
effective par rapport à tableaux Snise remplis correctement;BDEA à
l’utilisation des fonds jour et fiable.
publics,privés, 0.02
emprunts et dons le principe est acceptation du ministère des
Directeur de la
alloués au secteur
programmation et du suvi- accepté par les finances pour changer les
EAH: transparence, mettre en place un Directeur général;réunion de la les marchés publics sont organisés sur 3 ans
évaluation, direction acteurs du secteur procédures de gestion
circulation système de marchés à plateforme d'acteurs et comité au moins.Moyens de vérification: nombre de
d'informations, administrative et budgétaire
termes Diorano-Wash marchés lancés, rapport d'activités.
absence de corruption financière;directeurs
régionaux,la PRMP; pm
l'expérience de la volonté politique du
Organiser une reunion réunion de la plateforme les revues sectorielles sont organisées au revue est acquise ministère;existence d'un
Direction générale, service de
annuelle d'echange d'acteurs et comité Diorano- moins 2 fois par an.Moyen de vérification: les budget
la communication
d'informations Wash rapports de revues.
0.02
résultats à Responsables en Responsables en charge du indicateurs de résultats et moyens de coûts 2010 (en
Objectifs atteindre en 2010 Activités charge de l'exécution suivi-évaluation vérification millions de us$) forces risques et contraintes
le ministère a déjà acceptation des acteurs à
les rapports dactivités et les rapports eu une certain fournir leurs
techniques sur les études et travaux des expérience avec documents;capacité du
Direction administrative et
acteurs sont établis sytématiquement et les archives HY ministère à organiser
financière, PRMP, Service
chargé de l'assainissement, Directeur général;réunion de la archivés au ministère de l'eau, dans la l'archivage,
Réaliser des activités de
service de l'eau , au niveau plateforme d'acteurs et comité BDEA;les fiches IPO et ILA sont envoyés
capitalisation
central et dans les directions Diorano-Wash régulièrement et saisies systématiquement par
Résultat 3.2: 'Les régionales; Ongs;partenaires les agents de la BDEA.Moyen de vérification:
expériences acquises techniques et financiers annuaire de la BDEA, documents et rapports
de bonne techniques produits par le ministère.
gouvernance dans la
mise en œuvre du
0.02
Pnaepa sont le ministère a déjà capacité du ministère à gérer
capitalisées et eu une certain et à fournir les documents
partagées .. les rapports dactivités et les rapports expérience avec
techniques sur les études et travaux des les archives HY
Entreprendre des Direction générale, Direction réunion de la plateforme acteurs archivés au ministère de l'eau, dans
activités de partage/ de administrative et financière, d'acteurs et comité Diorano- la BDEA, sont listés dans le site web, et
vulgarisation service de la communication Wash accessibles à tous les acteurs par consultation
ou par production de copies.Moyen de
vérification:rapport d'activités
0.02