Vous êtes sur la page 1sur 51

UNIVERSITE IBN ZOHR

FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES

FILIERE LICENCE

SCIENCES ECONOMIQUES ET GESTION

Code PFE: PFE2020-020

Projet de Fin d’Etudes


*****

L’économie sociale et solidaire dans la région Souss Massa

Préparé par :

Haitam Belhim (14012774)

Mohamed Oullaij (14015857)

Hicham Faik (17022745)

Sous la direction de :

Prof. Mohamed HACHIMI

Année universitaire 2019-2020


Table des matières

Dédicaces....................................................................................................................... 2

Remerciements..............................................................................................................3

Résumé.......................................................................................................................... 4

Introduction...................................................................................................................5

CHAPITRE I.L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE (ESS).................................7

I. ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE, CONCEPTS ET DÉFINITIONS :..............................7


II. L’ÉVOLUTION HISTORIQUE DE L'ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE........................9
III. LES ACTEURS DE L’ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE..........................................12
1. LES COOPERATIVES..................................................................................................12

2. LES MUTUELLES.....................................................................................................13

3. LES ASSOCIATIONS.................................................................................................14

CHAPITRE II.L’ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE À SOUSS MASSA........16

IV. PRÉSENTATION DE LA RÉGION SOUSS MASSA.......................................................16


V. LE TISSU COOPÉRATIF RÉGIONAL...........................................................................22
1. LES COOPÉRATIVES AGRICOLES..............................................................................26

2. LES COOPÉRATIVES DE LA PÊCHE...........................................................................30

3. LES COOPÉRATIVES ARTISANALES..........................................................................32

VI. LE TISSU ASSOCIATIF RÉGIONAL...........................................................................35


1. LES ASSOCIATIONS CULTURELLES, SPORTIVES ET DE LOISIRS :...............................39

2. LES ASSOCIATIONS PROFESSIONNELLES..................................................................41

Conclusion................................................................................................................... 46

Liste des références Bibliographiques.........................................................................47


Dédicaces

A nos chers parents, source de vie, d’amour et d’affection.

A nos chers frères et sœurs, source de joie et de bonheur.

A toutes nos familles, source d’espoir et de motivation.

2
A vous, chers lecteurs.

Remerciements

Avant tout, nous tenons à témoigner notre gratitude et notre reconnaissance à


toutes les personnes qui ont contribué de près et de loin à la réalisation de ce projet.

A cet effet nous remercions plus particulièrement notre cher Professeur,


Mohamed Hachimi pour son encadrement, son soutien et son assistance pédagogique,
sans les quels ce projet n’aurai pas vu le jour.

Nous tenons aussi à remercier le corps professoral et administratif de la Faculté


des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales d’Agadir pour les efforts et les
moyens qu’ils ont déployé durant tout notre cursus universitaires.

Enfin, nous remercions nos parents et nos familles pour leur appui moral et
affectif durant toutes ces années d’étude.

3
Résumé

L’économie sociale et solidaire est une pratique ancestrale qui a son ancrage
dans les traditions et coutumes à travers les temps et partout sur la planète. Au Maroc
cette pratique, sous sa forme moderne, a traversé des monuments clés dans son
implantation. Elle commencé sa formalisation à l’époque du Protectorat au début du
siècle dernier. Elle a ensuite consolider ses assises avec l’avènement de
l’indépendance. Mais son vrai décollage est intervenu au début du deuxième
millénaire, en devenant une tendance dans l’exercice et l’organisation de plusieurs
activités économiques

Pour sa part, la région Souss Massa n’a pas échappé à cette tendance. En effet,
l’économie sociale et solidaire se présente dans la région sous toutes ses formes et au
sein de tous les secteurs économiques et sociétales. Elle est présente dans les domaines
économiques tels l’agriculture, la pêche maritime, l’artisanat, les produits de terroir.
Elle a fait sa place aussi dans les activités à caractère sociales comme celles de la
jeunesse, de la culture, de la bienfaisance...etc.

Cette économie sociale et solidaire se décline au niveau régional sous plusieurs


formes allant des coopératives aux associations, et participe pleinement à l’emploi et à
la création des richesses dans la région Souss Massa.

4
Introduction

Depuis des décennies, l’environnement économique mondial est caractérisé par


la mondialisation qui a ramené avec elle une succession de crises économiques et
financières qui ont provoqué à leur tour des crises sociales. Face à ces défis, les États
se sont retrouvé incapables, seules, de proposer des solutions efficaces et pérennes à
la persistance du chômage, aux nouvelles formes de pauvreté, et à la dégradation de
l’environnement.

Dans ce contexte, on assiste de plus en plus à l’émergence d’un secteur appelé


économie sociale et solidaire, qui vise à apporter une contribution à la résolution d’une
multitude de problèmes sociaux-économiques en plaçant l’homme au centre du
processus de développement économique.

De par les valeurs et les principes d’entraide et de solidarité sur lesquels elle est
fondée, cette économie sociale et solidaire incarne la possibilité à la fois de produire,
de consommer et d’épargner d’une manière plus respectueuse de l’homme, de
l’environnement et du territoire. Elle est présentée tantôt comme alternatives à
l’économie capitaliste ultra libérale, tantôt comme une solution complémentaire qui va
de pair avec ce modèle économique mondialisé.

Ce type d’organisations, s’est développé partout dans le monde, aussi bien dans
les pays développés, que dans celles en voie de développement ou celles dites pauvres,
et occupe de plus en plus une place importante dans les économies nationales.

Le Maroc, et en particulier la région Souss Massa n’a pas échappé à ce vent


nouvel. En effet l’économie sociale et solidaire est devenue une tradition ancrée dans 5
la région et une pierre angulaire dans le tissu économique et social de la région.

Dans cette modeste étude, nous allons explorer le secteur de l’économie sociale
et solidaire au niveau de la région Souss Massa. Nous allons aussi essayer de fournir
une vue d’ensemble, quoique non exhaustive, de la situation actuelle de cette
économie sociale et solidaire au niveau de la région, ses caractéristiques, ses points
forts et son poids dans le tissu économique global de la région Souss Massa.

6
Chapitre I. L'Economie Sociale et Solidaire (ESS)

I. Economie sociale et solidaire, concepts et définitions :

Le terme ′′économie sociale et solidaire″ en plus de sa signification propre, il


englobe deux autres concepts, à savoir le concept d’économie sociale et celui de
l’économie solidaire :

-L’économie sociale : qui est un modèle économique qui place la personne avant la
maximisation des profits tout en visant la rentabilité. Les entreprises d’économie
sociale vendent ou échangent des biens et des services qui contribuent à l’amélioration
du bien-être de leurs membres ou de la collectivité et à la création d’emplois durables
et de qualité. En d’autres termes, l’économie sociale comprend toutes les activités
économiques menées par des organisations à but non lucratif, des coopératives et des
mutuelles en conformité avec certains principes.

- L’économie solidaire : elle vise une manière alternative de gérer les entités de
production et d’établir les relations entre les agents au sein d’un circuit économique.
Elle veut produire, consommer, employer, décider, échanger et créer de la richesse
autrement, c’est-à-dire en privilégiant l’utilité sociale, la qualité des rapports entre
usagers et producteurs, entre salariés et entrepreneurs, tout en respectant l’humain et
son environnement.

7
-L’économie sociale et solidaire quant à elle est sujet à plusieurs définitions.
L’Organisation des Nations Unies via son Groupe de Travail Inter-institutions sur
l’Economie Sociale et Solidaire (United Nations’ Task Force on Social and Solidarity
Economy (TFSSE)) défini celle-ci comme étant : "la production et l’échange de biens
et de services par une variété d’organisations et d’entreprises qui poursuivent des
objectifs sociaux et/ou environnementaux explicites. Elle sont guidées par des
principes et pratiques de coopération, de solidarité, d’éthique et d’autogestion
démocratique".1

Pour sa part le Ministère Français de l'Économie, des Finances, de l'Action et


des Comptes Publics la défini comme étant ″un ensemble d'entreprises organisées
sous forme de coopératives, mutuelles, associations, ou fondations, dont le
fonctionnement interne et les activités sont fondés sur un principe de solidarité et
d'utilité sociale.″2

Au Maroc, le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) dans une


auto-saisine de 2015, et tenant compte de cette multitude de définitions à l’échelle
internationale, propose la définition suivante de l’ESS : "L’économie sociale et
solidaire est l’ensemble des activités économiques et sociales organisées sous forme
de structures formelles ou de groupements de personnes physiques ou morales avec
une finalité d’intérêt collectif et sociétal, indépendantes et jouissant d’une gestion
autonome, démocratique et participative et où l’adhésion est libre. Font aussi partie
de l’Economie Sociale et Solidaire toutes les institutions ayant une finalité
principalement sociale, proposant de nouveaux modèles économiquement viables et
inclusifs en produisant des biens et services centrés sur l’élément Humain et inscrits
dans le développement durable et la lutte contre l’exclusion".3

UN Task Force on Social and Solidarity Economy. Realizing the 2030 Agenda through Social and
Solidarity Economy.2015. p1
Définition disponible sur le portail du ministère français de l'Économie, des Finances, de l'Action et
8
2

des Comptes Publics. www.economie.gouv.fr


3
II. L’évolution historique de l'Economie sociale et
Solidaire

L’Economie Sociale et Solidaire en tant que forme d’exercice des activités


économiques basée sur le collectif et l’entraide est une tradition millénaire qui a
accompagner l’Homme depuis la Création.

Dans sa signification moderne, le concept d’Economie Sociale et Solidaire remonte


à la fin du 18ème siècle et au début du 19ème et a accompagné l’apparition de l’Economie
Sociale en tant que champ d’étude économique. Une époque caractérisée par la
révolution industrielle et l’essor du model capitaliste. Les historiens considèrent que le
premier exemple moderne de l’économie sociale est la création de la Rochdale
Equitable Pioneers Society en 1844 à Manchester au Royaume Unie. 4 Cette société été
une coopérative créé par 28 ouvriers qui ont mis en place des locaux d’habitats
collectifs et où ils exerçaient aussi des métiers pour arrondir leurs fin de mois. Ils ont
aussi construit des magasins destinés à la vente des aliments et produits ménagers aux
membres de la coopérative à des prix abordables et à une époque de l’histoire
britannique connue sous le nom de "hungry fourties" et durant laquelle la classe
ouvrière soufrait de la famine et des problèmes de logement à cause de la hausse des
prix et de la chute des salaires dans le sillage de la mécanisation des usines et de
surpopulation des villes.5

Au Maroc, la première tentative formelle qui marque l’introduction de l’économie


sociale et solidaire fut mise en place à l’époque du Protectorat français par la
promulgation en 1924 du dahir sur les Associations Syndicales Agricoles Privilégiées
(ASAP). Celui-ci prévoit que des agriculteurs peuvent s'organiser dans une association
Conseil Economique, Social et Environnemental CESE. Auto-saisine n°19/2015. P7.
4
Poirier Yvon. Solidarity Economy and related concepts: Origins and definitions.2012.p2
Greater Manchester Co-operative Commission. A co-operative Greater Manchester. People and
9
5

communities working together to improve the environment, Create good jobs and sustainable growth.
A report of the Greater Manchester Co-operative Commission. 2018.P4
syndicale libre pour conduire un projet d'irrigation.

Après l’indépendance le Maroc à consolider cet édifice en renfonçant l’arsenal


juridique en place par l’introduction de textes de lois comme le Dahir de novembre
1958 relatives aux associations, celui de novembre 1969 régissant les mutuelles et la
loi n° 24.83 relative aux coopératives promulguée en 1984. L’après indépendance à
connue aussi la création, le 18 Septembre 1962, du Bureau du Développement de
la Coopération (BDCO), qui va devenir par la suite l’Office de Développement de
la Coopération (ODCO) qui a pour mission principale l’accompagnement des
coopératives dans les domaines de la formation, de l’information et de l’appui
juridique

Généralement, l’ESS a commencé à occuper une place considérable, et


significative, dans les programmes de développement économique et social de l’Etat
marocain depuis plus de trois décennies. Les plans mis en place sur la période
1988-1992 ont fait de celui-ci une alternative sérieuse en termes de création d'emplois
et de mobilisation des ressources territoriales. 6Cette politique a été consolidée durant
les années 90. Mais c’est à partir des années 2000 qu’elle est devenue une priorité de
l’Etat avec le lancement en 2005 de l’Initiative Nationale de Développement Humain
(INDH). S’en est suit encore une multitude de stratégies sectorielles comme le Plan
Maroc Vert pour l’agriculture, Vision 2015 de l'artisanat, Vision 2010 et Vision 2020
du tourisme et le Plan Halieutis 2020 pour la Pêche.

10
6

Saddiki.A. International Journal of Scientific& Engineering Research. Volume 9. N° 5.Etat des lieux
du cadre juridique et instances de l’économie sociale et solidaire au Maroc.2018. P1.
Cette économie sociale et solidaire a depuis longtemps existé au sein de la société
marocaine sous plusieurs formes traditionnelles, dont les plus répandues sont :

- La Touiza : constitue la forme de coopération et de mutualisation de services la


plus répandue. Elle concerne différentes activités telles que les labours, les
moissons et cueillettes, le forage de puits, l’aménagement de pistes et la
construction d’habitats ruraux. Cette pratique solidaire se base sur le principe de
l’échange et sur la réciprocité du service entre les membres de la collectivité.

- L’Agadir : est une forme de grenier réservé, jadis, au sein des tribus marocaines
au stockage collectif de denrées alimentaires, notamment les céréales et les fruits
secs. Elle s’appuie sur des constructions de type traditionnel battis sur des collines,
fortifiées, difficiles d’accès et qui sont surveillé à tour de rôle par les membres de
la collectivité.

- L’Agoug: en tant que forme d’organisation du partage des eaux d’irrigation,


désigne la gestion de l’exploitation collective de l’eau de surface.

- Les Khattaras: sont une forme de stockage des eaux souterraines en vue de leur
exploitation collective.

- Le Chard: est une pratique courante dans le domaine religieux et éducatif visant
notamment à embaucher un prêtre et enseignant (le Fqih) par les villageois dans le
cadre d’une convention collective observée à tour de rôle et garantissant au Fqih sa
nourriture quotidienne et lui versant en plus une partie des récoltes de l’année ou
une rémunération annuelle convenue d’avance par les deux parties .

- L’Ouziaa consiste à acheter en commun une bête en vue de l’abattre et de


répartir la viande de manière collective et équitable surtout lors de la fête de l’Aid 11
El Kebir.
III. Les acteurs de l’économie sociale et solidaire

1. Les cooperatives

Les entités coopératives constituent la principale composante du secteur de


l’ESS au Maroc, tant par le nombre d’emplois crées que par leur participation à
l’inclusion sociale et au développement économique. A cet effet, un cadre juridique lui
est dédié : la loi n° 24.83 promulguée en 1984définit les coopératives, fixe leur statut
juridique et établit les missions de l'Office de Développement de la Coopération,
l’ODCO. Cette loi est ensuite complétée par la loi N ° 112-12 qui a été promulguée en
décembre 2014 dans l’objectif de dépasser les défaillances et les contraintes qui
handicapaient le développement du secteur en général.

L’agriculture, l’artisanat et l’habitat restent les domaines d’activités qui


regroupent le plus de coopératives. La gestion, la comptabilité et les
télécommunications figurent parmi les domaines qui font leur apparition dans le tissu
coopératif.

Le développement du secteur coopératif fait face à de nombreuses contraintes


d’ordre juridique, institutionnel et socioéconomique. Les mesures d’accompagnement
de la part de l’Etat dont l’objectif est de permettre aux coopératives de surmonter
lesdites contraintes restent insuffisantes.

12
2. Les mutuelles

C’est le Dahir n°1-57-187 du 24 Joumada II 1383 (12 novembre 1969) qui définit
les mutuelles et précise leurs champs d’activité et leurs objectifs. Ce même Dahir
explique le rôle de la société mutuelle, de ses organes et leurs modes de
fonctionnement.
Au Maroc, le tissu mutualiste est constitué d’une cinquantaine d’institutions qui se
répartissent principalement entre les mutuelles de santé, les mutuelles d’assurance et
les sociétés de cautionnement. Les mutuelles communautaires constituent une
initiative récente.

Les mutuelles de la couverture sanitaire constituent la majorité des institutions


du tissu mutualiste. Ces structures assurent à leurs adhérents l’accès gratuit ou à coût
réduit aux soins offerts, et ont développé une solide expertise en matière de couverture
du risque maladie grâce à un réseau d’œuvres sociales élargi. Ces mutuelles ont pu être
critiquées pour la faible qualité de services rendus aux bénéficiaires, leur défaut de
gouvernance, la défaillance des dispositifs de contrôle interne et externe et l’absence
d’appui institutionnel à cause en particulier du gel dès l’origine du Conseil Supérieur
de la Mutualité.

Les mutuelles d’assurance couvrent les risques liés à différentes activités. Cette
branche est représentée par la Mutuelle Agricole Marocaine d'Assurances (MAMDA)
pour les risques liés aux activités agricoles, par la Mutuelle
Centrale Marocaine d'Assurances (MCMA), filiale de la MAMDA, pour les risques
non liées au secteur agricole, et par la Mutuelle d'assurances des transporteurs
unis(MATU) spécialisée dans l’assurance des transports publics de voyageurs.

Les Sociétés de Cautionnement Mutuelles (SCM), qui sont des établissements 13


de crédit, constitués en sociétés coopératives entre commerçants, industriels,
artisans, sociétés commerciales et membres de professions libérales. Leurs objet est
d'apporter une garantie bancaire à leurs membres dans le cadre d’investissements
professionnels.

Enfin, les mutuelles communautaires, initiées au niveau de certaines communes,


œuvrent pour pallier au déficit du système sanitaire dans le milieu rural et combler le
manque d’assurance par les mutuelles classiques de santé au profit des populations de
ce milieu.

3. Les associations

Les associations sont régies par le dahir n°1-58-376 du 15 novembre 1958 qui
règlemente le droit d'association. Ce texte a subi de nombreuses modifications à
travers des Dahirs ou des Décrets.

Le nombre de création d’associations s’est remarquablement accéléré depuis le


lancement de l’INDH et ces dernières années les associations ont fait preuve d’une
vive dynamique dans la mobilisation participative de différentes catégories de la
population et dans leur capacité d’intégrer des domaines très variés. Les associations
sont devenues un partenaire reconnu des pouvoir publics, que ce soit au niveau local
ou national, pour la réalisation des objectifs de développement durable et pour leurs
actions de lutte contre la précarité, l’analphabétisme, et les déficits en matière de santé,
d’habitat, d’infrastructure locale et d’équipements de base.
Les fondations, qui se distinguent des associations par le fait qu’elles résultent d’un
acte d’apport, que ce soit de biens, droits ou ressources, irrévocable de la part des
fondateurs de cette organisation à la réalisation d’une œuvre d’intérêt général et à but
non lucratif, existent au Maroc sous plusieurs formes, mais sous statuts d’associations.

Le tissu associatif bénéficie de deux principales sources de financement : le


budget de l’Etat et les fonds internationaux. A cela, s’ajoute aussi les cotisations des 14
adhérents, les dons et les subventions du secteur privé.
Malgré ce dynamisme, le tissu associatif fait face à des contraintes qui limitent
son développement, dont la difficulté d’accès au financement, le manque de locaux et
d’équipements, la difficulté de mobilisation de bénévoles et de ressources humaines
qualifiées.

15
Chapitre I. L’Economie Sociale et Solidaire à Souss Massa

IV. Présentation de la région Souss Massa

Decoupage Prefectures/Provinces de la Region Souss Massa

16
La région Souss Massa comprend 2 préfectures, Agadir Ida Outanane et
Inezgane Ait Melloul et 4 provinces, Chtouka Ait Baha, Tiznit, Taroudannt et Tata. 
Elle compte ainsi 175 communes dont 154 communes rurales et 21 municipalités. 
Son territoire s’étend sur une superficie de 53 789 km², soit 7,6 % du territoire
national. 

Population:
D’après le dernier recensement de 20147, la population légale de la région Souss
Massa s’est établie à 2.676.847 habitants (dont 4914 de nationalité étrangère). Elle
représente près de 7,9% de la population totale du Maroc, Cette population s’est
accrue de 352.700 habitants au cours de la décennie précédente (2004-2014). Le taux
d’accroissement annuel moyen qui s’en suit est de l’ordre de 1,42%, dépassant ainsi la
moyenne nationale (1,2%).
La population de la région est répartie en 1.505.896 citadins et 1.170.951 ruraux.   
Bien que la région reste marquée par une prédominance rurale, elle connaît cependant
une forte urbanisation concrétisée par un taux d’accroissement en milieu urbain qui est
de 3,2% contre une diminution de  - 0,5% en milieu rural.
Le taux d’urbanisation de la région atteint ainsi près de 56,3% en 2014 contre 48,1%
en 2004 et 39,5% en 1994.
Le tableau ci-dessous, présente la répartition géographique de la population de
la région Souss Massa

7 17
 Haut-commissariat au Plan. Recensement General de la Population. 2014.
Repartition de la population de Souss Massa

Population en milliers Densité 


Préfecture et
province
(hab./
Urbain % Rural % Total %
km2)

Agadir Ida
508 33.7 92 7.9 601 22.4 261
Outanane

Inezgane Ait
514 34.1 27 2.3 541 20.2 1847
Melloul

Chtouka Ait Baha 114 7.5 258 22 3714 13.9 105

Taroudannt 249 16.5 590 50.4 839 31.3 51

Tiznit 81 5.4 126 10.8 207 7.7 48

Tata 41 2.7 77 6.6 118 4.4 5

Total 1. 506 100 1.171 100 2.677 100 50

Les données du Recensement Général de 2014 font ressortir que les préfectures
d'Agadir Ida Outanane et Inezgane Ait Melloul concentrent près de 68% de la
population urbaine et se caractérisent par une forte densité (voir même une très forte
densité au niveau d'Inezgane Ait Melloul ) ; tandis que les autres provinces présentent
un caractère rural avec une faible densité de population.

18
- L’économie de la région :

Evolution du PIB régional Souss Massa

2016 2017
Variation
Elements annuelle en
%
Part dans le PIB Part dans le PIB
PIB Régional PIB Régional
National en % National en %

Valeur en million
68.363 6.7 69.917 6.6 2.3
de DH

PIB par tete


24939 25161 0.89
d'habitant en DH

Source: HCP

D’un point de vue macroéconomique, l’activité économique de la région Souss


Massa a enregistré en 2017 un PIB en valeur de 69,9 milliards de DH, soit 6,6% au
PIB national de la même année, ce qui constitue une augmentation de 2,3% par
rapport à 2016. Cependant ce taux de croissance de l'économie de la région est
largement inférieur à la moyenne nationale qui été de 4,9%. La région occupe ainsi le
6ème rang parmi les 12 régions du royaume.

19
- Secteurs d'activité économique
Evolution du PIB régional Souss Massa

2016 2017

Secteurs d'activité

Part dans le PIB Part dans le PIB Part dans le PIB Part dans le PIB
régiona en % National en % régiona en % National en %

Primaire 20.3 12 18.4 12.4

Secondaire 19.1 25.9 19.1 26.2

Tertiaire 48.8 50.4 50.7 50

20
D’après ces chiffres du Haut-commissariat au Plan 8, le secteur primaire
(agriculture et pêche) constitue 18.4 % du PIB régional en
2017, marquant une régression par rapport à 2016 (20.3%). Malgré cette chute la
contribution de ce secteur au niveau régional à la création de la richesse dépasse
largement la moyenne nationale (12.4%).
Le secteur secondaire (Industrie, mines, distribution d’électricité et d’eau et bâtiment
et travaux publics) représente 19.1% du PIB au niveau régional en 2017, se plaçant
ainsi au-dessous de la moyen nationale qui été de 26.2%.
Les activités tertiaires (services marchands et non marchands) continuent de dominer
l’économie de la région en contribuant à hauteur de 50,7% de la richesse régionale en
2017 en comparaison avec la moyenne nationale qui est de l’ordre de 50% la même
année.

8 21
 Haut-commissariat au Plan. Comptes Régionaux 2017.
V. Le tissu coopératif régional

La région Souss Massa dispose d'un tissu coopératif varié opérant dans divers secteurs
d'activités, allant de l'agriculture à la pêche en passant par l'artisanat et les produits de
terroir. La pratique coopérative en tant que méthode de gestion et de travail axée sur le
collectif, n'est pas une culture nouvelle à la région mais elle est en fait encrée dans les
coutumes, les usages et l'histoire de la région depuis des siècles. Cette pratique
séculière a pris plusieurs formes comme les Agadirs 9, greniers collectifs ou furent
entreposés les récoltes des villageois; ou la Touiza, qui consistait en une entraide à
tour de rôle dans le travail de labour et de plantations des champs ainsi qu'en saison de
récolte. Les coopératives dans leur forme moderne ont été introduites au Maroc et à la
région par le protectorat français. Après l’indépendance leur développement c'est
accéléré pour ensuite connaitre un véritable essor depuis l’année 2000.

Le développement du secteur coopératif est le fruit d’une volonté et d’un


soutien de l’Etat. En effet au moins 8 ministères et agences gouvernementales
nationales et régionales ont un mandat d’appui technique auprès des coopératives 10.
Parmi ces instance son peut citer : l’Office de Développement de la
Coopération(ODCO), l’Office National du Conseil Agricole (ONCA), et l’Initiative
Nationale du Développement Humain (INDH).

 ASKOUR .K . Groupement d’entreprises en économie sociale et solidaire (ESS) et perspectives


d’innovation technologique et sociale: une réflexion à partir du modèle de SPL dans le Souss Massa
au Maroc ; International Social Sciences & Management Journal ISSM. 2019. p14.

 Pereira. L.D. et Al : Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités pour les
22
10

coopératives du secteur agro-alimentaire? 2018. p72.


D’après le Haut-commissariat aux Plan et selon les données recueillies auprès
de l’Office de Développement de la Coopération (ODCO),la région comptait
en2017111597 coopératives représentant 8% au niveau national, avec un nombre
d’adhérents égal à 39325, soit 7,79% de l'ensemble des adhérents aux coopératives sur
le plan national. Le nombre de coopératives en 2017 marquait une progression par
rapport à 2016 qui en comptait 1570 et un nombre d’adhérents de 34279 12.La région
comptait en outre au terme de l’année 2017 environ 1404coopératives 100%féminines,
soit 54% des coopératives féminines recensées au niveau national et 87% du total
régional. Ce chiffre a été dévoilé par la Secrétaire d’Etat chargée, à l’époque, de
l’Artisanat et de l’Economie Sociale, Mme. Jamila El Moussali lors d’une rencontre
nationale organisée le 17 Juillet 2018 à Rabat sous le thème : ‘‘les coopératives
féminines comme levier du développement durable’’, et ceux en marge des
célébrations de la Journée Internationale des Coopératives 13.
Le tableau ci-dessous présente les données statistiques relatives aux
coopératives en 2016selon le secteur d’activité et le long des six préfectures et
provinces que compte la région.

11

 Haut-commissariat au Plan. Annuaire statistique du Maroc. 2018.

12
 Haut-commissariat au Plan. Annuaire statistique régional Souss Massa. 2017.
23
13
 Agence MAP le 17/07/2018.
Repartition intra-regionale par secteur des cooperatives et leurs adherents en 2016
Agadir Ida Inzegane Chtouka
Taroudant Tiznit Tata Total
Outanan Ait Melloul Ait Baha
Nombre de
105 38 194 305 135 175
cooperatives 952
Agriculture
Nombre
d'adherents 2412 768 3942 8969 1956 1981 20028
Nombre de
128 15 8 12 33 0
cooperatives 196
Habitat
Nombre
d'adherents 1525 394 249 175 1380 0 3723
Nombre de
8 0 3 0 5 0
cooperatives 16
Peche maritime
Nombre
d'adherents 544 0 106 0 299 0 949
Nombre de
3 2 1 1 0 0
cooperatives 7
Alphabitisation
Nombre
d'adherents 26 16 10 7 0 0 59
Nombre de
1 2 0 4 0 0
cooperatives 7
Consommation
Nombre
d'adherents 320 353 0 519 0 0 1192
Nombre de
9 15 2 2 2 5
cooperatives 35
Commerce
Nombre
d'adherents 98 235 31 57 41 136 598
Nombre de
37 24 24 28 17 18
cooperatives 148
Artisanat
Nombre
d'adherents 517 370 348 365 287 371 2258
Nombre de
44 6 41 69 34 1
cooperatives 195
Argane
Nombre
d'adherents 1219 273 1323 1874 545 17 5251
Nombre de
Plantes 0 0 0 0 0 1
1
cooperatives
medicinales et
Nombre
aromatiques 0 0 0 0 0 12 12
d'adherents
Nombre de
0 0 1 0 0 1
cooperatives 2
Tourisme
Nombre
d'adherents 0 0 7 0 0 7 14
Nombre de
cooperatives 9 1 0 1 0 0 6
Autres secteurs
Nombre
77 45 0 73 0 0
d'adherents 195
Nombre de
cooperatives 344 103 274 422 226 201 1570
Total Nombre
d'adherents 6738 2454 6016 12039 4508 2524 24
34279
La lecture de ces données statistiques relatives à l’année 2016 fait ressortir que
l’activité agricole domine le tissu coopératif régional tant en nombre d’entité que
d’adhérents avec 60% des coopératives et 58% des adhérents. Le sous-secteur
d’Argane vient en deuxième position avec 13% des coopératives et 15% des adhérents
recensés en 2016. Les coopératives d’habitat quant à elles, représentent 12%, et
comptent 11% des adhérents (ces coopératives d’habitat sont devenues un moyen
privilégié pour accéder à la propriété immobilière, vue leurs avantages en terme de
coût et de fiscalité). Géographiquement, les provinces de Taroudant, Agadir Ida
Outanan, et Chtouka Ait Baha concentrent 66% des coopératives et 72% des
adhérents.
Dans ce qui suit, nous allons nous intéresser à quatre secteurs économiques
dans lesquels opèrent la majorité de ces coopératives et qui contribuent le plus à
générer des revenus, à savoir :
-L’agriculture
-La pêche
-L’artisanat

25
1. Les coopératives agricoles

En tant que territoire agricole par excellence, la région Souss Massa compte un
nombre important de coopératives agricoles. Celles-ci opèrent dans différents sous-
secteurs agricoles comme la collecte et/ou la transformation des produits laitiers,
l’emballage et le conditionnement des produits agricoles, l’apiculture, ou l’élevage.
Le Haut-commissariat au Plan, en se basant sur les chiffres de l’ODCO, en a
recensé952 au titre de l’année 201614, et dont les détails sont fournis par le tableau ci-
dessous :

14 26
 Haut-commissariat au Plan. Annuaire Statistique Régional Souss Massa.2017.
Repartition intra-regionale des cooperatives agricoles et leurs adherents en 2016
Agadir Ida Inzegane Chtouka
Taroudant Tiznit Tata Total
Outanan Ait Melloul Ait Baha
Nombre de
collecte et 0 1 16 37 3 9 66
cooperatives
commercialisati
on de lait Nombre
0 77 1229 1 99 84 1490
d'adherents
Nombre de
0 0 0 1 0 0 1
transformation cooperatives
de lait Nombre
0 0 0 189 0 0 189
d'adherents
Nombre de
1 3 0 6 0 1 11
conditionnement cooperatives
des agrumes Nombre
1 145 0 90 0 9 245
d'adherents
Nombre de
1 11 20 6 0 1 39
cooperatives
legumes
Nombre
47 84 118 99 0 8 356
d'adherents
Nombre de
1 1 0 1 0 8 11
approvisionne- cooperatives
ment Nombre
29 13 0 73 0 76 191
d'adherents
Nombre de
40 6 67 56 41 9 219
cooperatives
apiculture
Nombre
618 71 541 721 355 67 2373
d'adherents
Nombre de
55 6 42 87 44 3 237
cooperatives
olive et huile
Nombre
1322 273 1332 2189 562 44 5722
d'adherents
Nombre de
0 3 18 27 18 96 162
cooperatives
elevage
Nombre
0 34 290 256 250 906 1736
d'adherents
Nombre de
1 3 9 33 27 4 77
cooperatives
mixtes
Nombre
47 34 286 924 378 35 1704
d'adherents
Nombre de
6 4 22 51 2 44 129
cooperatives
autres
Nombre
382 37 146 1603 212 752 3132
d'adherents
Nombre de
cooperatives
105 38 194 305 135 175 952
Total
Nombre
d'adherents
2446 768 3942 6145 1856 1981
27
17138
D’après ces statistiques, on constate que trois sous-secteurs agricoles, à savoir
l’apiculture, olive et huile, l’élevage, et la collecte et la commercialisation de lait
concentrent environ 70% des coopératives agricoles de Souss Massa, et comptent pour
66% du total des adhérents. Cette domination cache le fait que les coopératives
exerçant dans ces trois sous-secteurs sont de petites tailles et sont moins développées
tant dans leurs structure, leurs degré de technicité que dans leurs mode de gestion. Au
contraire, celles exerçant dans les sous-secteurs de transformation de lait, du
conditionnement des agrumes, ou encore celui des légumes sont de grande taille, plus
modernes et plus structurées d’où leur nombre réduit.
A titre d’exemple, le sous-secteur de transformation de lait compte une seule
coopérative, la COPAG. Depuis 1987, date de sa création, la coopérative de Taroudant
est devenue aujourd'hui la plus grande coopérative intégrée du Maroc 15. La COPAG
est une holding de coopératives composée de 108 adhérents particuliers (certains
œuvrent uniquement dans le sous-secteur des fruits et légumes, d’autres à la fois dans
le sous-secteur des fruits et légumes et le sous-secteur laitier) et 72 coopératives de
collecte du lait comptant environ 14000 producteurs16. Avec ses 7.500 collaborateurs,
50.000 emplois indirects, et 4 milliards de DH de chiffre d’affaires au titre de 2019,
elle est le premier exportateur d’agrumes et le deuxième producteur du lait et produits
dérivés au niveau national17. En effet, en 2016 elle détenait 20% du marché national du
lait frais et 54% du lait traité par les coopératives. En 2014 elle détenait environ 20%
de parts de marché du jus d’orange et environ 6% de la production national
d’agrumes18. Son domaine d’activité dépasse les sous-secteurs des produits laitiers et
des agrumes et primeurs pour intégrer le marché de la viande en 2015.
Les sous-secteurs des agrumes et des légumes comptent d’autres coopératives
aussi bien organisées et performantes que la COPAG. C’est le cas de la Coopérative

15

  L’Economiste, Edition N°:5013 Le 28/04/2017


16
 Pereira L.D. et Al. Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités pour les
coopératives du secteur agro-alimentaire? 2018. P17.
L’Economiste, Edition N°:5530 Le 04/06/2019
28
17

18
 Pereira L.D. et Al : Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités pour les
coopératives du secteur agro-alimentaire? 2018. P44-48-61.
Marocaine de Primeurs (COMAPRIM), dont les membres disposent en moyenne de 19
ha chacun19. La COMAPRIM a été fondée en 1998 et a son siège dans la commune de
Belfaa à Chtouka Ait Baha. Elle est spécialisée dans l'export des tomates et légumes,
avec des adhérents formés en majorité par les producteurs de Souss Massa, mais elle
compte aussi des adhérents des autres régions du Royaume.
La coopérative M’brouka est un autre exemple de coopérative performante. Elle a été
créée en 1967. C’est à l’époque la première coopérative dans le domaine des
services agricoles post-récolte. Elle a son siège dans la zone industrielle Tassila à
Agadir. Elle est spécialisée dans l’export des agrumes. En 1999 elle a reçu la
certification ISO 9002 décernée par le géant de l’audit et du conseil Deloitte attestant
que son système de qualité est conforme aux normes exigées pour l’attribution de cette
certification. Elle est ainsi devenue la première coopérative de producteurs de produits
frais à l'exportation à être certifiée à l'échelle nationale20.
Les coopératives COMAPRIM et M’brouka ainsi que d’autres sont aussi
représentés majoritairement dans la société AgriSouss qui est spécialisée dans
l'exportation de fruits et légumes et a son siège à Agadir. Celle-ci a été fondée en 1989
pour profiter de la libéralisation du commerce extérieur survenu en 1985 et ainsi
exporter la production agricole sans passer par l’intermédiaire de l’Office Central des
Exportations qui avait à l’époque le monopole des opérations à l’export.

Il est clair que la caractéristique de ces grandes coopératives agricoles, et ce qui


les différencie des petites, est d’avoir parvenu à réaliser des économies d’échelle à
travers la consolidation dans des structures conglomérées, et de se fait maitriser leurs
métiers avec professionnalisme et efficacité.

19

Pereira L.D. et Al : Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités pour les coopératives
du secteur agro-alimentaire? 2018. p52.
29
20
  L’Economiste Edition N°:524 Le 08/06/1999
4. Les coopératives de la pêche

Avec une façade atlantique qui s’étend sur 180 km et une grande biodiversité de
son espace maritime, la région Souss Massa représente un environnement propice au
développement des activités de pêche et à l’émergence des coopératives exerçants
dans ce secteur vital de l’économie régionale. Ces coopératives se concentrent dans
les provinces d’Agadir Ida Outanan, Chtouka Ait Baha et Tiznit, et opèrent
essentiellement dans la pêche artisanale et comptent dans leurs rangs des centaines de
pêcheurs et ouvriers. En effet, la majorité des pêcheurs artisans travaillent
individuellement, et leur regroupement dans le cadre d'une coopérative leur permet de
mieux surmonter leurs problèmes et améliorer leurs conditions socio-économiques.
En 2016, selon les Statistiques du Haut-commissariat au Plan 21, la région Souss
Massa comptait 16 coopératives de pêche, dont les détails se présentent comme suit :

Coopératives de peche du Souss Massa

Province Nombre de coopératives Nombre d'adherents

Agadir 8 544
Chtouka Ait Baha 3 106
Tiznit 5 299
Total 16 949
Ces coopératives bénéficient des infrastructures disponibles dans la région. En
effet, en plus du grand port de pêche et de commerce d’Agadir, la région de Souss
Massa est dotée d’un village de pêcheurs (VP) situé à Imssouane au nord d’Agadir et
de 5 points de débarquements aménagés (PDA), dont deux à Taghazout et les trois
autres sont situés respectivement dans les commune de Sidi Bibi, Aglouet Arbaa

21 30
 Haut-commissariat au Plan. Annuaire Statistique Régional Souss Massa. 2017.
Sahel22, et qui permettent le débarquement des prises de poisson et abritent les autres
activités aquacoles. Les adhérents de ces coopératives ainsi que les autres artisans
pêcheurs de la région disposent d’une flotte de 1245 canots de pêche au titre de 2018.
Ce chiffre classe la région en 3 ème place derrière Dakhla, Boujdour et El Jadida qui
totalisent respectivement 3712, 2139 et 1393 canots23.
Les adhérents de ces coopératives et autres artisans pêcheurs bénéficient
également de programmes de formation organisés par le ministère de tutelle. A cet
égard 693 pêcheurs ont bénéficiés de la formation en vulgarisation maritime durant la
période 2014-2016, et 89 d’entre eux ont participés au programme d’alphabétisation
fonctionnelle en 201824. Ces programmes de formation tiennent lieu à l'Institut
Supérieur des Pêches Maritimes (ISPM) et au Centres de Qualification Professionnelle
Maritime (CQPF) situés à Agadir.

22

  Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture. Opportunités d’investissement en


aquaculture région de Souss Massa.
 Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Département de la Pêche Maritime. La mer en
31
23

chiffre 2018.p 21.


24 
Idem. p 49.
5. Les coopératives artisanales

L’artisanat constitue un levier économique important pour la région Souss Massa.


D’après les chiffres récents du Conseil Régional 25, ce secteur compte 20000unités
artisanales qui fournissent 40000 emplois. Au milieu de cette mosaïque, les
coopératives artisanales occupent une place non négligeable. Ces coopératives
exercent de multitudes de métiers artisanaux, allant de la bijouterie à la fabrication de
tapis.
Les chiffres détaillés de ces coopératives sont présentés dans le tableau ci-dessous :

25 32
 Conseil Régional Souss Massa. Région Souss Massa en chiffres. www.soussmassa.ma.
Repartition intra-regionale des cooperatives artisanales et leurs adherents en 2016
Agadir Ida Inzegane Chtouka
Taroudant Tiznit Tata Total
Outanan Ait Melloul Ait Baha
Nombre de
Couture, cooperatives 8 11 12 3 6 3 43
broderie,
confection Nombre
83 112 178 48 67 62 550
d'adherents
Nombre de
2 3 0 3 1 0 9
Bois, cooperatives
menuiserie Nombre
21 44 0 33 15 0 113
d'adherents
Nombre de
0 0 0 1 3 0 4
Métaux et cooperatives
bijoux Nombre
0 0 0 11 121 0 132
d'adherents
Nombre de
5 1 0 3 0 0 9
cooperatives
Sculpture
Nombre
36 3 0 56 0 0 95
d'adherents
Nombre de
2 1 1 3 0 1 8
cooperatives
Boulangerie
Nombre
37 61 25 45 0 20 188
d'adherents
Nombre de
1 1 0 0 0 0 2
cooperatives
Forgerons
Nombre
7 10 0 0 0 0 17
d'adherents
Nombre de
1 1 0 2 1 9 14
cooperatives
Tapis
Nombre
11 20 0 40 16 186 273
d'adherents
Nombre de
0 0 3 4 1 0 8
Cuire, cooperatives
teinture Nombre
0 0 43 38 7 0 88
d'adherents
Nombre de
3 0 0 0 0 0 3
cooperatives
Zelliges
Nombre
23 0 0 0 0 0 23
d'adherents
Nombre de
15 6 8 9 5 5 48
cooperatives
Autres
Nombre
299 120 102 94 61 103 779
d'adherents
Nombre de
cooperatives
37 24 24 28 17 18 148
Total
Nombre
d'adherents
517 370 348 365 287 371 2258

33
Avec 148 coopératives artisanales enregistrées en 2016,comptant 2258
adhérents, la région Souss Massareprésente5.5% des 2724 coopératives immatriculées
à l’échelle nationale durant la même année, et 6.5% des 34377 adhérents 26.
Parmi ces coopératives artisanales, trois catégories se distinguent par leur importance
numérique par rapport aux données nationales fournies par le Haut-commissariat au
Plan, à savoir :
-Les coopératives de couture et broderie, qui comptent 43 coopératives et 550
adhérents; Représentant respectivement 13% et 12% des totaux nationaux.
-Celles exerçant l’activité de métaux et bijoux, qui sont concentrés presque
exclusivement dans la province de Tiznit, sont au nombre de 4 coopératives et
comptent 132 adhérents, ce qui représente 13% des coopératives de bijouterie au
niveau national et 20% des adhérents.
-Les coopératives de sculpture, au nombre de 9, et qui comptent 95 adhérents, ce qui
représente 35% des coopératives et des adhèrent au niveau national.

Ces coopératives artisanales bénéficient de l’aide et des initiatives entreprises


par les autorités régionales pour promouvoir le secteur de l’artisanat. Cet effort se
présente sur plusieurs formes, comme l’organisation d’un salon régional de l’artisanat
qui se tient chaque année depuis 2013 à Agadir. Les autorités investissent aussi dans
ce secteur à travers des projets inscrits dans le cadre du Plan de
développement régional de l'artisanat. La labellisation des produits artisanaux est aussi
un volet sur lequel porte ces efforts. En effet un partenariat entre le Conseil Régional
et Ministère de l’Artisanat a abouti à la création de quatre labels, à savoir, le label «El
Madmoun» pour la poterie, le label «Idoukan Oudrar» pour les babouches en cuir, le
label «Tazerzit» pour les bijoux en argent de Tiznit. Et le label «Ouaouzguite» pour le
tapis de Tazenakht.27

VI. Le tissu associatif régional

34
26

 Haut-commissariat au Plan. Annuaire statistique du Maroc 2018. 2018.p 157-158.


27
  L’Economiste N°:4928 Le 30/12/2016
Historiquement, dans la région Souss Massa, l’action associative à l’instar de celle
coopérative, trouve sa source dans les traditions, coutumes et usages en vigueur parmi
les populations locales depuis des siècles. Toutefois, la première association,
proprement dite, recensée dans la région, voir à l’échelle nationale, remonte au temps
du Protectorat Français et fut constituée le 20 Mai 1935 par 40 associés sous la
dénomination "Association Indigène de Mouture de Biougra", après avoir été
enregistrée par un acte d’association auprès du Qadi d’Inzegane et selon le droit
musulman.28Après l’avènement de l’indépendance et la promulgation du Dahir n° 1-
58-376 du 15 novembre 1958 régissant les associations, celles-ci se sont multipliées à
travers tout le territoire national et en particuliers dans la région Souss Massa.

En l’absence de statistiques nationales ou régionales récentes et détaillées, la


plupart des données disponibles sur le sujet des associations remontent à la période
précédant le nouveau découpage des régions, opéré en 2014 ou les provinces
d’Ouarzazate et Zagora constituaient encore avec les provinces de Souss Massa la
région Souss Massa Draa.

L’Enquête Nationale auprès des Institutions Sans But Lucratif réalisée par le Haut-
commissariat au Plan en 2007 et publiée en 2011, est celle qui fournit plus de détails
sur ce sujet. D’après cette enquête, l’ancienne région Souss Massa Draa comptait
6392 associations, soit 14.3% du total national qui était de 45000 associations. Elle
devançait ainsi la région Rabat-Salé-Zemmour-Zaer qui en comptait 632229.

D’après une autre étude menée en 2014 par le Ministère de l’Intérieur et dont
certains données ont été relayées par la presse nationale, le nombre d’associations
recensée par le Ministère durant cette année été de 116836 associations dont 19417
dans la région Souss Massa Draa 30. Cette étude révélait également que le lancement de
28

  Moathes. M.J. "Bulletin Economique et Social du Maroc".1950. N° 45. Vol 12.


29
 Haut-commissariat au Plan. Enquête Nationale auprès des Institutions Sans But Lucratif. 2007.p22.
35
30
l'INDH (Initiative Nationale de Développement Humain) avait propulsé
exponentiellement la cadence de création des associations. Il en est ressortit aussi que
93% des associations sont des "associations de proximité", 4% ont une couverture
nationale, 2% provinciale et préfectorale, et 1% ont une couverture régionale. Tandis
que seulement 0.15% d’entre elle jouit du statut d’association d’utilité public.

Parmi ces associations jouissant actuellement du statut d’Association Reconnue


d’Utilité Publique, la région Souss Massa en compte 7 associations 31. 3 sont basées à
Agadir, 3 à Tiznit et 1 à Taroudant. Leurs détails sont résumés dans le tableau ci-
dessous :

  Le Matin, 28 décembre 2014.


36
31
Secrétariat General du Gouvernement. www.sgg.gov.ma
Associations Reconnues d'Utilité Publique dans la région Souss Massa

Date de Lieu de Date du


Nom de l'association Dahir/Decret
déclaration déclaration Dahir/Decret

Association Musulmane pour la


2-82-669 06/09/1982
Culture et l'Orientation (Uléma 4/25/1961 Taroudant
2-14-848 10/12/2014
de Souss)

Association Iligh pour le


Developpement et la 11/13/1986 Agadir 2-88-199 4/8/1988
Coopération

Association Takadoum pour la


12/16/1992 Tiznit 2-00-1024 12/4/2000
Developpement et l'Entraide

Association Ait Baamrane pour


11/9/1993 Tiznit 1/2/2724 10/15/2001
le Developpement

Association Bani pour le Soutien


des Etablissements Sanitaires et 4/3/1998 Tiznit 2-04-463 6/4/2004
l'Aide aux Malades

Fondation du Sud pour le


3/4/2004 Agadir 6/2/2002 1/9/2006
Developpement et la Solidarité

Organisation Touche Pas à Mon


9/20/2004 Agadir 2-15-244 4/17/2015
Enfant

Quant à la tendance des associations au niveau de la région Souss Massa à se


former en réseaux associatifs, des chercheurs du programme Moucharaka Mouwatina, 37
financé par l’Union Européenne ont en recensé 24 au terme d’une étude de terrain
menée dans quatre régions du Royaume en 2016 32.La même étude a révélé que la
dimension de ses réseaux associatifs reste dans la plupart des cas locale soit au niveau
intra-communal ou au niveau des Douars. Ces chercheurs ont conclue aussi que 87%
de ces réseaux associatifs comptent moins de 30 associations, et que plus 90% de ces
réseaux se dédient au développement rural, à l’environnement ou sont des réseaux de
femmes et de jeunes. Quant à l’aspect de financement, la majorité des réseaux se
déclare avoir comme sources de financement, les communes, le Conseil Provincial, les
ministères, l’INDH et les bailleurs étrangers.
Ces réseaux associatifs, ainsi que les associations individuelles reçoivent aussi du
financement de la part de l’Entraide Nationale. A cet égard 50 d’entre elle ont reçus
des subventions d’un total de 14 584 783 DH durant l’année 2016 dont 42% pour 10
associations basées à Inzegane Ait Melloul.33

Dans ce qui suit nous allons nous focaliser au niveau régional sur les associations
culturelles, sportives et de loisirs, et les associations professionnelles.

1. Les associations culturelles, sportives et de loisirs :

32

Laarej. Y, et al. Moucharaka Mouwatina. Etude sur les réseaux associatifs sur quatre régions du
Maroc.2016.p 41-47.
38
33
Haut-commissariat au Plan. Annuaire Statistique Régional Souss Massa.2017.
Grâce à la richesse de son patrimoine culturelle et le caractère jeune de sa
population, la région Souss Massa compte une multitude d’associations qui se dédient
aux activités culturelles, sportives, et des loisirs. Le Haut-commissariat au Plan dans
son Annuaire Statistique Régional consacré à la région Souss Massa en a recensé 3910
associations en 201634.
La répartition de ces associations est présentée sur le tableau ci-dessus :

34 39
Haut-commissariat au Plan. Annuaire Statistique Régional Souss Massa. 2017.
Repartition intra-regionale des associations culturelles, sporives et de loisirset leurs adherents en 2016
Agadir Ida Inzegane Chtouka Ait
Taroudant Tiznit Tata Total
Outanan Ait Melloul Baha

Nombred'asso
5 10 6 3 2 1 27
ciations
Scoutisme
Nombre
740 1800 1080 370 103 20 4113
d'adherents

Nombred'asso
80 290 530 25 7 15 947
ciations
Culture
Nombre
460 1050 1250 128 231 1000 4119
d'adherents

Nombred'asso
6 25 40 7 3 3 84
ciations
Theatre
Nombre
89 500 400 69 87 140 1285
d'adherents

Nombred'asso
25 470 580 15 7 16 1113
ciations
Art
Nombre
62 11750 1500 45 315 200 13872
d'adherents

Nombred'asso
30 360 570 18 15 9 1002
ciations
Education
Nombre
520 720 850 350 825 500 3765
d'adherents

Nombred'asso
17 250 350 52 23 45 737
ciations
Autres
Nombre
97 12500 1500 8940 690 1700 25427
d'adherents

Nombre de
cooperatives
163 1405 2076 120 57 89 3910
Total
Nombre
d'adherents
1968 28320 6580 9902 2251 3560 52581

La lecture de ces données statistiques relatives à l’année 2016 fait ressortir que
les provinces d'Inzegane Ait Melloul et Chtouka Ait Baha concentrent 66% des
associations culturelles, sportives, et des loisirs et 89% de leurs adhérents. On constate
40
aussi que les associations exerçant dans les domaines culturels, artistiques et éducatifs
représentent 78% des associations et 41% des adhérents.

6. Les associations professionnelles

Soucieux de défendre leurs intérêts, de se prémunir contre les menaces, et d’élargir


leurs marchés, les différents acteurs économiques de la région Souss Massa se sont
regroupés dans des structures associatives. Cette tendance est constatée dans plusieurs
secteurs et sous-secteurs économiques allant des producteurs de fruit et légumes et
maraichers aux producteurs d’Argane en passant par les professionnels du secteur de
l’artisanat et ceux de la pêche.

Les professionnels régionaux de l’agriculture sont regroupés dans 16


groupements professionnels qui se déclinent comme suit :

41
Organizations professionnelles agricoles à Souss Massa

Type d'organisation
Préfécture/Pro
professionnelles Denomination Filière
vince
agricoles

Association des Producteurs et Producteurs Exportateurs


des Fruits et Légumes Maraichage Agadir
(APEFEL)

Association des Producteurs Exportateurs de Maraîchage


et Primeurs du Maroc Maraichage Agadir
(ASPEM)

Association Marocaine des Conditionneurs Maraichers


Maraichage Agadir
(AMCOM)

Association des Producteurs d'Agrumes du Maroc


Agrumes Taroudant
(ASPAM)

Association Marocaine des Multiplicateurs de Semences


Céréales Taroudant
Sélectionnées (AMMS)

Association des Coopératives d’olivier ‘’ ZAITE


Olivier Taroudant
ACHIFAA’’
Associations
Professionnelles Association des Coopératives d’olivier ‘’ TAOUAM
Olivier Taroudant
Agricoles AZAITE‘’
Association des Coopératives d’olivier ‘’ ZAITOUNE
Olivier Taroudant
OUED SOUSS

Association des Coopératives d’Amandier ‘’


Amandier Agadir
TAMOUNTE N’LOUZE ‘’

Association Nationale d'Elevage Bovin (ANEB)


Lait Taroudant
Représentée par COOP-SOUSS- AGB

Association des Coopératives ‘’MAROC VERT


Apiculture Agadir
TAZOUKNITE IDAOUTANANE ‘’

Association des Coopératives Apicoles ‘’AMCHAD ‘’ Apiculture Agadir

Association Nationale des Coopératives d’Argan (ANCA Argan Agadir

Association Marocaine pour l’Indication Géographique


Argan Ait Melloul
de l’Huile d’Argane (AMIGHA)

42
Parmi ces organisations professionnelles agricoles, l’Association des Producteurs et
Producteurs Exportateurs des Fruits et Légumes(APEFEL) compte dans ses rangs 14
producteurs dont 12 sont basés à Agadir, Ait Melloul et Chtouka Ait Baha 35. Les deux
autres sont basés à Casablanca et parmi eux se distingue Les Domaines Agricoles,
filiale du holding ONA.
Pour sa part, le sous-secteur d’Argan compte deux associations, l’Association
Nationale des Coopératives d’Argan (ANCA) et l’Association Marocaine de
l'Indication Géographique de l'Huile d'Argan (AMIGHA). L’ANCA est constituée en
1995 et compte 77 coopératives adhérentes. Elle a également fournie de l’aide en
équipements de récolte et de concassage à plus de 299 coopératives depuis sa
création36. L’Association Marocaine de l'Indication Géographique de l'Huile d'Argan
compte à elle, a vu le jour en Janvier 2008 sous l’impulsion du conseil régional de
Souss Massa. Elle comporte 5 industriels, un collège des GIE (Groupement d’Intérêt
Economique) et union de coopératives en plus de l’ANCA. 37 Ces deux associations ont
contribué à l’émergence de labels IGP Argan, Indication Géographique Protégée, qui
vise la protection des produits d’Argan contre toute usurpation d’identité et d’origine
géographique.

Le secteur de la pêche maritime est aussi organisé en plusieurs associations de


producteurs. Les affiliés à ces associations exercent dans la pêche hauturière, côtière et
artisanale. Ces associations sont toutes basées à Agadir et leur liste est fournie par le
Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime38. Elles sont détaillées ci-dessous :

35

  Information disponible sur le site de l’association : www.apefel.com


36

Pereira. L.D. et Al : Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités pour les coopératives
du secteur agro-alimentaire? 2018. P 47.
37
Chakib.A. Programme gouvernance des entreprises et organisations du développement durable.
Rapport final de mission Projet de recherche filière Argan. 2013. P 6.
38
Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime. Département de la Pêche Maritime. Direction
43
des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture
Associations proféssionnelle de peche maritime à Souss Massa

Peche Hauturière Peche Cotière Peche Artisanale

Confedaration Nationale de la Confédération nationale de la


Federation de Peche Maritime
Peche Cotière au Maroc Peche Artisanae au Maroc

Federation de Peche Maritime et


Fédération Nationale des Association des Patrons de
de l'Aquaculture
Syndicats des Armateurs Peche d'Agadir

Groupement Prefessionnel des


Union Nationale des Armateurs Association des Canots de la
Armateurs à la Peche Cotière
à la Peche Pelagique Hauturière Peche Artisanale (Agadir)
d'Agadir

Association Professionnelle des


Groupement Syndical Uni à la Association des Marins
Armateurs de la Peche
Peche Cotière d'Agadir Pecheurs Artisans
Hauturière

Association Professionnelle des


Association des Entreprises Association de la Peche
Exportateurs de Poissons
Marocaines de Peche Hauturiere Artisanale
Congélés

Syndicat National des Officiers Chambre Syndicale des Association des Canots de la
et Marins de la Peche Hauturière Armateurs à la Peche d'Agadir Peche Artisanale (Taghazout)

Syndicat Professionnelle des


Association des Canots de la
Armateurs à la Peche
Peche Artisanale (Tighirt)
Industrielle d'Agadir

Association Nationale
Professionnelle pour le Association des Canots de la
Developpement de la Peche Peche Artisanale (Tifnite)
Cotière

44
Conclusion

L’implantation de l’économie sociale et solidaire au niveau de la région Souss


Massa est une réalité observable qui s’est concrétisé à travers des décennies. Cette
implantation est le fruit de la convergence des efforts de la part de plusieurs acteurs et
intervenants locaux et nationaux, qui mis tous leurs poids et les moyens à leur
disposition pour donner à ce secteur la place qu’il occupe actuellement, et qui a fait de
lui un exemple remarquable à l’échelle nationale.

45
Cependant, ce constat positif ne doit pas cacher les faiblesses et les lacunes dont
l’économie sociale et solidaire souffre au niveau de la région. Ces faiblesses varient,
allant des difficultés d’accès au financement, au manque de professionnalisme dans la
gestion de ces entités, en passant par la forte exposition de ces entités aux
conséquences des aléas économiques, climatiques, et environnementaux. Cela met ces
entités ainsi que les intervenants régionaux et nationaux dans l’obligation de renforcer
ce secteur et de l’assister qu’il soit en mesure de faire face à ces défis.

Liste des références Bibliographiques

 Ouvrages et Revues

- Agence Nationale pour le Développement de l’Aquaculture. Opportunités


d’investissement en aquaculture région de Souss Massa.

-ASKOUR .K . International Social Sciences & Management Journal


ISSM .Groupement d’entreprises en économie sociale et solidaire (ESS) et
perspectives d’innovation technologique et sociale: une réflexion à partir du modèle
de SPL dans le Souss Massa au Maroc. 2019.

- Chakib. A. Programme gouvernance des entreprises et organisations du


développement durable. Rapport final de mission Projet de recherche filière Argan.
2013.

- Conseil Economique, Social et Environnemental CESE. Auto-saisine n° 19/2015.

- Greater Manchester Co-operative Commission. A co-operative Greater Manchester.


People and communities working together to improve the environment, Create good
jobs and sustainable growth. A report of the Greater Manchester Co-operative
Commission. 2018.

- Haut-commissariat au Plan. Annuaire statistique du Maroc. 2018. 46


- Haut-commissariat au Plan. Annuaire statistique régional Souss Massa. 2017.

- Haut-commissariat au Plan. Comptes Régionaux 2017.

- Haut-commissariat au Plan. Enquête Nationale auprès des Institutions Sans But


Lucratif. 2007.
- Haut-commissariat au Plan. Recensement General de la Population. 2014.

- Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Département de la Pêche


Maritime. La mer en chiffre 2018.

- Laarej. Y. et al. Moucharaka Mouwatina. Etude sur les réseaux associatifs sur quatre
régions du Maroc. 2016.

- Moathes. M.J. Bulletin Economique et Social du Maroc.1950. N° 45. Vol 12.

- Pereira. L. D, et Al. Maroc Investir dans l’action collective: quelles opportunités


pour les coopératives du secteur agro-alimentaire? 2018.

- Poirier .Y. Solidarity Economy and related concepts: Origins and definitions.2012.

- Saddiki .A. Etat des lieux du cadre juridique et instances de l’économie sociale et
solidaire au Maroc. International Journal of Scientific & Engineering Research.
Volume 9, N° 5. May 2018.

- -UN Task Force on Social and Solidarity Economy. Realizing the 2030 Agenda
through Social and Solidarity Economy.2015

 Journaux

- L’Economiste, Edition N°:5530 Le 04/06/2019


47
- L’Economiste N°:4928 Le 30/12/2016

- L’Economiste, Edition N°:5013 Le 28/04/2017

- L’Economiste Edition N°:524 Le 08/06/1999

-  Le Matin, 28 décembre 2014.

 Sites Web

-Agence MAP. www.map.ma

- l’Association des Producteurs et Producteurs Exportateurs des Fruits et Légumes

(APEFEL). www.apefel.com

- Conseil Régional Souss Massa. www.soussmassa.ma

- Ministère de l’Agriculture et de la Pêche Maritime, Département de la Pêche

Maritime. www.mpm.gov.ma

- Ministère français de l'Économie, des Finances, de l'Action et des Comptes Publics.

www.economie.gouv.fr

-Office Régional de Mise en Valeur Agricole du Souss-Massa. www.ormvasm.ma


48
- Secrétariat General du Gouvernement. www.sgg.gov.ma

49