Vous êtes sur la page 1sur 35

PROJET DE FIN D’ETUDES

Stratégies sociales et économiques

À la province de Taroudant

Réalisé par : Kada Naoufal

Encadré par: Mr Mustapha Jaad

Stage effectué à : Province de Taroudant

Période du stage : du 05/03/2018 au 18/04/2018

Kada Naoufal
Page 1
Kada Naoufal
Page 2
Table des matières

Avant propos

Remerciement

Résumé

Introduction

Première Partie : La Province et L’Economie Sociale et Solidaire.

 Définitions de l’ESS

 La province et son rôle primordial dans l’ESS

 Analyse des contributions de la province de Taroudant dans l’ESS

Deuxième Partie : Problèmes économiques et sociaux

 Les majeurs problèmes économiques

 Les majeurs problèmes sociaux

 Statistiques

Troisième Partie : Stratégies de la province auprès de ses problèmes

 Stratégie du développement régional

 Exemples de stratégies de la province face aux problèmes

économiques.

 Exemples de stratégies de la province face aux problèmes sociaux.

Conclusion

Références bibliographiques

Kada Naoufal
Page 3
Kada Naoufal
Page 4
Avant propos

C'est avec tellement de gratitude pour Dieu que je commence mon projet de fin d'études.

Celui qui m’a donné le courage et le pouvoir d’arriver à ce point là, et à terminer mon
parcours universitaire en obtenant une licence en Économie d'Entreprises, et aussi d'obtenir un
diplôme de gestion des entreprises en trois ans.

J’ai effectué un stage d’un mois et dix jours à la grande province de Taroudant, ce stage m’as
permis d’acquérir de nouvelles connaissances, d’élaborer et appliquer ma formation théorique
dans le domaine du travail, et j’en ai tiré plusieurs avantages qui sont traduis dans les
nouvelles relations que j’ai établies.

J’ai étais chargé par mon encadrent d’aborder un thème qui est en forte relation avec la
croissance et le développement économique et social à la région de Taroudant.

Dans ce projet de fin d’études, j’y vais commencer par définir l’Economie Social et Solidaire,
sa relation avec la grande province de Taroudant, en jettent un œil sur les contributions de la
division des affaires économique et sociaux (DAES).

Dans le deuxième chapitre, je vais citer les majeurs problèmes économiques et sociaux
envisagé dans la province.

Finalement, je vais analyser les stratégies et solutions qui sont mise en œuvre pour lutter
contre ses problèmes économique et sociaux.

Mais avant de commencer, je réserverais la prochaine partie de ce rapport à remercier ceux


qui ont eu un grand impact et influence sur moi comme personne, mon parcours scolaire et
universitaire, la réussite du stage au sein de la province et aussi sur la rédaction de ce projet de
fin d'études.

Kada Naoufal
Page 5
Kada Naoufal
Page 6
Remerciements

Avant tout développement sur cette expérience professionnelle, il apparaît opportun de


commencer ce projet de fin d’études par des remerciements, à ceux qui m’ont beaucoup
appris au cours de ce stage, et même à ceux qui ont eu la gentillesse de faire de ce stage un
moment très favorable.

Je tiens à remercier tout d’abords Dieu, et aussi mes parents qui ont souffert pour que je
puisse arriver à ce point là, qui m’ont accompagné tout au long de mon parcours scolaire et
universitaire avec beaucoup de patience et d’amour.

Ensuite, je remercie tout le corps professoral de la Faculté Polydisciplinaire de Taroudant


(FPT) qui durant ces années nous ont encadré a fin d’obtenir cette licence ; particulièrement
Mr. Jaad Mustapha, mon encadrent et maître de stage qui m’a formé et accompagné tout au
long de cette expérience professionnelle avec beaucoup de patience et de pédagogie.

Je remercie aussi l’ensemble des employés de la Province de Taroudant pour les conseils et
informations qu’ils ont pu me transférer au cours de cette période. Plus particulièrement Mr
Omar Raji, Mr Agourram et Mme Rabiaa.

Enfin je réserverais cette dernière partie pour remercier l'ensemble de mes amis/amies qui on
une influence sur la réalisation de ce projet, sur ma carrière universitaire, et aussi sur ma vie
en général.

Je remercie plus particulièrement : Youssef Khazaz, Edriss Boudguig, Adil Ouahma, Othman
Kata, Hajar Adouab, Nayla Saidi.

Merci pour votre aide et soutien pendant ces plusieurs années d'études.

La prochaine partie sera dédiée à l’introduction de ce projet de fin d'études.

Kada Naoufal
Page 7
Kada Naoufal
Page 8
Introduction

J’ai effectué un stage au sein de la Province de Taroudant qui débute le 05/03/2018 et


s’achève le 18/04/2018.

Au cours de ce stage de fin d’études, Je me suis focalisé sur les différents stratégies
économiques et sociaux de la province de Taroudant, qui sont destiné à mettre fin aux
différents grands problèmes économiques et sociaux de la région.

L’objectif de ce rapport est de détecter et analyser les stratégies provinciales de Taroudant


face aux différents problèmes économiques et sociaux de la région.

On va commencer tout d’abords par jeter un œil sur la province, présenter son organigramme
et sa structure hiérarchique, la division des affaires économique et sociales (DES) et son rôle
dans le développement de l’Economie Social et Solidaire, en tenant compte que c’est la
division qui est en relation étroite avec le thème de ce rapport.

Ensuite, on va analyser les différents grands problèmes économiques et aussi sociaux


envisagé dans la région de Taroudant.

Finalement, le dernier chapitre sera dédié aux différentes stratégies provinciales qui ont pour
objectif la délimitation et la lutte contre ses problèmes économiques et sociaux.

Kada Naoufal
Page 9
La Province et
l’Economie Sociale et
Solidaire

Kada Naoufal
Page 10
Première Partie : La Province et l’Economie Sociale et Solidaire

1. L’Economie Sociale et Solidaire


 Définition :

L’Economie Sociale et Solidaire est un concept polysémique, plusieurs définitions se


présentent. Cependant, le Conseil Economique Social et Environnemental du Maroc (CESE)
propose la définition suivante de l’ESS :

« L’économie sociale et solidaire est l’ensemble des activités économiques et


sociales organisées dans le cadre de structures formelles ou de groupements de personnes
physiques ou morales poursuivant une finalité d’intérêt collectif et sociétal, indépendantes et
jouissant d’une gestion autonome, démocratique et participative et auxquelles l’adhésion est
1
libre. »

« Font partie de l’Economie Sociale et Solidaire toutes les institutions ayant une
finalité principalement sociale, proposant de nouveaux modèles économiquement viables et
inclusifs et produisant sur une base mutualisée et solidaire des biens et services centrés sur
l’élément Humain et sur la satisfaction de besoins sociaux conformes à l’intérêt général, et
inscrits dans le développement durable et la lutte contre l’exclusion. »

L’ESS œuvre à réconcilier les principes d’équité et de justice sociale avec le développement
économique, réconciliant ainsi la vitalité des dynamiques économiques avec les principes et
les finalités humaniste du développement. L’ESS est le troisième pilier sur lequel doit pouvoir
reposer une économie équilibrée et inclusive aux côtés du secteur public et du secteur privé.
Cette économie a le potentiel et les moyens de mobiliser et de créer des richesses importantes,
aussi bien matérielles qu’immatérielles.

L’ESS permet de favoriser un bon équilibre dans l’affectation des investissements. Elle
permet à toutes les catégories sociales, les entreprises de différents secteurs et les territoires de
participer à la consolidation de la cohésion sociale et à l’amélioration de la croissance
économique.

1
CESE Conseil Economique, Sociale et Environnemental
Kada Naoufal
Page 11
2. La province et son rôle primordial dans l’ESS.
 La Province :

La province de Taroudant appartient à la région de Souss-Massa-Draa, située au sud, à 80 km


d’Agadir. Elle est caractérisée par son expansion spatiale (89 communes urbaines et rurales
dont 7 communes urbaines et 82 communes rurales) et sa difficile géographie montagneuses
qui représente plus de 75% de sa surface.

La province ou préfecture, est une collectivité territoriale de droit public dotée de la


personnalité morale et l’autonomie financière. Elle est chargée de gérer les affaires de la
collectivité par l’intermédiaire d’une assemblée dont le nombre des membres varie selon le
nombre des habitants et fonction du découpage administratif.

Le gouverneur est le coordinateur des actions des autres départements au niveau provincial. Il
est même considéré, tacitement, chef supérieur des autres délégués provinciaux. Il contrôle
(ou du moins suit de prés) l’activité des autres départements, note les chefs des services
extérieurs et peut même les révoquer en cas de comportements confirmés portants préjudice à
la notoriété de l’Administration.

Et c’est pour cette raison que Mr le gouverneur est entouré d’un ensemble de structures
chargées du suivi rigoureux des dossiers et chantiers en question.

Outre, le Cabinet et la Division des Affaires Intérieurs, directement rattaché au gouverneur, le


secrétariat général de la province, géré par le secrétaire général de la province (Bras droit de
Mr le gouverneur et son intérimaire), est composé de huit (08) divisions dont notamment :

 DAES : Division des Affaires Economiques et Sociales


 DAR : Division des Affaires Rurales
 DCL : Division des Collectivités Locales
 DUE : Division de l’Urbanisme et de l’Environnement
 DRH : Division des Ressources Humaines
 DAS : Division de l’Action Sociale
 DPE : Division de la Programmation et d’Equipement
 DBM : Division du Budget et du Matériel

Kada Naoufal
Page 12
 Structure hiérarchique de la Province :

Gouverneur

Cabinet
Division des
Secrétaire
Affaires Intérieures
Général

8 Divisions

DAES DAR DCL DUE DRH DAS DPE DBM

Chaque Division est


composée de 3 Services

3. Analyse des contributions de la Division des Affaires Économiques et Sociaux.

Le domaine d’intervention de chaque division correspond à l’activité supervisée par une ou


plusieurs délégations. De ce fait et de cette manière, Mr le gouverneur suit de prés tout ce qui
ce passe dans tous les secteurs dans son commandement, et il est ainsi informé et conseillé et
ses prises de décisions sont immédiatement et intégralement communiqués pour exécution à
qui de droit.

Pour le cas de la Division des Affaire Economiques et Sociales qui nous intéresse dans ce
rapport et qui est en relation forte et étroite avec le thème de ce projet, elle est composée de 3
services :

 Division des Affaires Economiques et Sociales


 Services des affaires sociales
 Service de l’action économique et du contrôle
 Service de la programmation et des études

Ces trois services font partie de la DAES, et chacun d’eux a des objectifs soit sociaux ou bien
économiques.
Kada Naoufal
Page 13
Division des Affaires Economiques et
Sociales (DAES)

Services des
Service de
Service de la
Affaires l’action
programmation
économique
et des études
Sociales et du contrôle

 Services des affaires sociales

Le premier service (SAS) est spécialisé dans les différentes affaires sociales de la région. Au
niveau de ce service, les dossiers qui sont en relation étroite avec le coté social sont traités.

Il est chargé de traités tous les dossiers suivants :

- Suivi de la situation sanitaire dans la province, de l’infrastructure sanitaire, la création


et équipement des centres de santé et dispensaire communaux
- Suivi de la rentrée scolaire (Distribution des cartables – Opérations Tissir)
- Supervision de la distribution des bourses de l’enseignement secondaire et
universitaire
- Participation aux travaux de la commission provinciale chargée de la conclusion des
conventions de partenariat avec les associations agissant dans le domaine de la lutte
contre l’analphabétisme
- Supervision et suivi de la situation des établissements de protection sociale (situation
administrative, activité, équipements, distribution des primes financières de gestion...)
- Emploi : La conciliation en règlement des conflits sociaux qui surgissent de temps en
temps entre l’employeur et ses employés.

Kada Naoufal
Page 14
- Au niveau de transport : Etude des demandes d’octroi de licence de transport de 1ére
et 2eme catégorie, des demandes de transport mixte, la gestion de la relation entre le
gérant de la licence et son propriétaire, et participe aux opérations des visites
techniques des taxis.
 Services de l’action économique et du contrôle
- Ce service assure le suivi quotidien des prix en instruisant chaque jour ouvrable une
application, composée des prix de 84 produits, reliée directement aux services
centraux du Ministère (Prix des pétroles par exemple).
- La brigade Economique (constitué de Mr AGOURAM et AIT LARBI) est appelée à
assurer une omniprésence sur le marché dans le care des opérations de contrôle et du
suivi de la situation d’approvisionnement du marché car la rupture de
l’approvisionnement encourage et favorise la spéculation.
- Les dotations de la farine subventionnée affectées a chaque centre sont déterminées et
fixées mais la demande excède largement l’offre. De ce fait, un contrôle rigoureux des
livraisons et distributions effectives est assurée par l’instauration d’une commission au
niveau de chaque centre qui est tenu de sanctionner chaque opération de distribution
par un procès verbal attestant l’acheminement réel des dotations (Fixation des prix).
- Le service assure le suivi du secteur touristique, notamment en instruisant les
demandes d’ouverture des établissements touristiques et en suivant l’activité et le
niveau du standing au niveau des établissements opérationnels dans l’ensemble du
commandement (Hôtels, riads, maison d’hôtes, gites auberges et bivouacs) et ce pour
une meilleure évaluation e l’activité touristique premier levier de l’économie sans
conteste.
- L’encouragement du tourisme sous ses différentes formes : tourisme rural, écologique
sportif, environnemental, création du PATT (pays d’accueil touristique de Taroudant)
promotion des produits de terroir par la création des circuits avec la noble mission
d’améliorer les revenus des démunis du monde rural. La première édition du salon
international du développement des arrières pays de Taroudant (SIAPAT) célébrée du
17 au 19 Novembre 2012, est désormais prise comme une plateforme qui est appelée à
s’améliorer d’éditions en édition, le service s’occupe de la concrétisation des
différentes et multiples recommandations issues de cet événement pour garantir la
pérennité de ce salon et en tirer meilleur profit.

Kada Naoufal
Page 15
- Le service assure en parallèle l’opération de classement obligatoire des établissements
touristiques au sein de la commission régionale de classement en application des
nouvelles instructions en objet et ce en assurant l’encadrement de l’activité touristique
dans la province pour combattre et éviter à l’avenir certains dépassements.
- Par ailleurs, le service de contrôle assure la fonction d’instruction des demandes
d’exploitation des débits de Tabacs, car d’après cette nouvelle réglementation c’est
désormais Mr le Gouverneur qui délivre les autorisations de vente de Tabacs au détail.
Une application est installée pour mieux encadrer cette nouvelle fonction en
impliquant le service central dans cette prérogative.
 Services de l’action économique et du contrôle
Ce service assure essentiellement :
- La mise à jour des données monographiques de la province.
- Supervise et facilite les enquêtes lancées par le haut commissariat au plan (H.C.P).
- Préparation de rapports sur la conjoncture économique.
- Participe à la promotion de l’emploi en concentration avec l’ANAPEC.
- Supervise l’opération de célébration de la journée nationale de l’Emigré (RME).
- Assure le suivi des zones menacées par les vagues de froid.
- Supervise l’organisation du festival du Safran à Taliouine qui est à sa 7eme édition au
mois de Novembre.
- Le service instruit les requêtes relatives aux préjudices causés par l’exploitation des
unités avicoles.
- Il assure le suivi des zones industrielles dans la province.
- En fin, le service assure les préparations du recensement General de la population.

Kada Naoufal
Page 16
Kada Naoufal
Page 17
Problèmes
Economiques et
Sociaux

Kada Naoufal
Page 18
Deuxième Partie : Les grands problèmes Economiques et Sociaux.

Il est bien établi que le Maroc et plus précisément la région de Souss-Massa-Draa connait des
déficits importants dans plusieurs dimensions relatives au développement humain. Ce sont de
tels déficits qui ont suscité la mobilisation explicite des efforts publics privés et associatifs
dans des projets dits économiques et sociaux, destinés à résorber les manques accumulés dans
différentes dimensions du développement humain.

Les besoins, pouvant être comblés à partir d’une plus grande insertion du pays dans
l’économie de la connaissance, englobent les dimensions sociales et économiques aussi bien
au niveau global que local, en passant par les préoccupations sectorielles.

En effet, la réponse aux déficits observés et qui s’étaient accumulés au cours des périodes
passées, exige à ce que des solutions pérennes soient continuellement trouvées et partagées
avec les ménages, les localités, les régions, les secteurs et avec les différents opérateurs dans
la société. Ceci exige à ce que des flux de connaissances soient continuellement générés et
utilisés pour améliorer les niveaux de prospérité dans les économies locale et globale.

Plusieurs problème économiques et sociaux doivent être résolus afin d’envisager un


développement régional qui garantit l’amélioration de la qualité de vie des citoyens.

On commence par identifier et analyser le degré de chaque problème économique et social, et


aussi détecter les manifestations de ce dernier.

I. Majeurs problèmes économiques et sociaux :


 Pauvreté :

La pauvreté n’as pas une définition absolue, étant donné qu’elle s’intègre dans le système
social au sein duquel les individus évoluent2. Autrement dit, il y a un rapport social à la
pauvreté qu’il convient de mettre en exergue en précisant les spécificités locales.

La nature complexe et multidimensionnelle de la pauvreté amène à la multiplicité des


approches pour une meilleure connaissance de ce phénomène. C’est une considération clés
pour les stratégies de lutte contre ce phénomène puissent être ciblées et diversifiés.3

2
Gognard-Delcroix, 2001
3
Okigebge, 2001
Kada Naoufal
Page 19
Faire face à la pauvreté, c’est avant tout définir ces différentes facettes pour mieux qualifier le
pauvre et donc le mieux cibler. C’est une tache fondamentale qui reste difficile, voire même
impossible, à cause des difficultés à cerner toutes les dimensions du phénomène qui relèvent
du culturel, de l’économique, du social et du politique.

La pauvreté est un problème sociale qui s'exprime plus dans la milieu rural que urbain.
L'indice utilisé qui exprime le degré de ce phénomène sociale, est le taux de pauvreté.

Comme il le démontre le graphique suivant, du 1991 au 2014, le taux de pauvreté a connue


une diminution du 20.7% au 5.8%. Une diminution de 14.9% dans la région de Souss-Massa-
Dräa.

Figure 1:Statistiques de pauvreté à la région de Souss-Massa-Draa 20144

4
Cette cartographie de la pauvreté est élaborée sur la base d’un couplage des données issues en 2014 de
l'Enquête Nationale sur la Consommation et les Dépenses des Ménages (ENCDM) et du Recensement
Général de la Population et de l'Habitat (RGPH).

Kada Naoufal
Page 20
 Education :

Concernant l’éducation, beaucoup de progrès ont été fait pour améliorer le taux de
scolarisation des enfants. Cependant, quelques problèmes persistent concernant
l’analphabétisme et l’accès des filles à l’école.

Parmi les facteurs qui bloquent l’accès à l’éducation, et donc à la connaissance, figurent les
coûts implicites d’accès à l’école qui englobe le coût d’opportunité relatif à l’envoi des
enfants à l’école au lieu de les activer autrement (activités ménagères, activités agricoles…)
que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du ménage. De plus, les facteurs qui causent la perte
de la connaissance sont relatifs aux déperditions scolaires avant l’âge de 15 ans.

Les élèves ont recours à cette possibilité soit par obligation familiale (mariage des filles
appartenant aux milieux ruraux et semi ruraux) soit par déperdition normale. Par contre, les
facteurs internes à l’école qui causent ces désertions comportent des anomalies dans le
processus pédagogique.

Le rapport élèves/enseignent (étant le nombre d’élèves par enseignant) dans les écoles
primaires est passé à un enseignent pour 25 élèves en 2000/01 d’une moyenne de 23 élèves
pour un enseignent en 1994/95 (HCP, 2005) . Un autre facteur interne à l’école est la
constitution de classes à niveaux multiples qui est une caractéristique importante de
l’enseignement en milieu rural. Ce facteur est une source de problèmes pédagogiques et de
gestion qui pourraient causer des déperditions.

Selon l’étude d’évaluation de l’impact des réalisations du premier programme des priorités
sociales (BAJ1), la déscolarisation est due, principalement, à la pauvreté c’est-à-dire au
manque de moyens, au travail précoce de l’enfant pour l’aide de la famille et à la distance
séparant l’école et le lieu d’habitation. Cependant, plus de connaissances relatives aux
facteurs régissant le processus éducatif sont nécessaires et des investigations pertinentes sont
obligatoires pour trouver les solutions adéquates pour chacune des situations aux niveaux des
différents types d’écoles, élèves et ménages.

Kada Naoufal
Page 21
 Chômage :

L’activité de la région du Souss-Massa-Draâ est caractérisée par la dominance du secteur


primaire, celui-ci a employé 50,1% de la population active occupée en 1994 contre 40,8% au
niveau national.
Le secteur tertiaire quant à lui vient en deuxième position avec 29,9% de la population active
occupé de la région contre 36,6 % au niveau national.
Le RGPH 1994 a révélé que la population active ne représentait que 30 % de la population
totale de la Région Souss-Massa-Draâ contre 32,2 % au niveau national.
Le taux d’activité qui n’était que de 26,2 % en 1982 a connu ainsi un croit relatif de 14,5 %.
Tout en restant faible, le taux d’activité des femmes est passé de 8,3 % en 1982 à 12,5 %
en 1994 enregistrant un important croit relatif de plus de 50 %, le second après la région de
l’Oriental (75 %).
Dans son ensemble, la région avait un taux de chômage égal à 14% nettement inférieur à la
moyenne nationale de 16%.
Si les taux par sexe sont à peu près de même niveau 14,2% pour les hommes et 13,3 % pour
les femmes en 1994, des différences apparaissent entre le milieu urbain et le milieu rural
et au niveau des provinces et préfectures.
Le taux de chômage relevé en milieu urbain en 1994 est l’un des plus faibles du pays, 18 ,6%
contre 20,3 % au niveau national, alors que celui du rural (11,3 %) est supérieur à la
Moyenne nationale (10,8 %).

 L’exclusion :

La région de Taroudant est vaste, elle est caractérisée par des grandes surfaces montagneuses,
ce qui rend le contrôle et la maintenance de ses petites zones exclus difficile.

Les bordures de la région de Taroudant constitue un relief difficile, la présence des chaînes de
montagnes notamment le Haut-Atlas au nord et l’Anti-Atlas au Sud rend difficile le
désenclavement des communes situées en haute montagne.

L’exclusion touche particulièrement les zones montagneuses couvrant 65% du territoire de la


région et est à l’origine de l’insuffisance d’équipements sociaux de base en matière
d’éducation, de santé, de formation, d’électrification, d’approvisionnement en eau potable.

Kada Naoufal
Page 22
Afin d’enlever l’exclusion de ces différentes régions, plusieurs stratégies sont dispensés
obligatoire à appliquer, citons par exemple le développement de l’infrastructure. Ce plan de
développement des infrastructures devra être par conséquent le plus réaliste et le plus
équilibré au niveau de la région.

 Infrastructures :

À ce qui concerne les infrastructures, la région de Taroudant a fait plusieurs partenariat dans
ce domaine, qui lui a ouvert une excellente opportunité pour un rythme plus soutenu au
niveau des équipements routiers, de l’électrification et de l'approvisionnement en eau potable.

Malgré ces plusieurs partenariats, plusieurs villages souffrent de l’exclusion a cause du


manque des infrastructures dans les régions montagneuses. Nombreuses familles reste sans
alimentation pendant des jours où même des semaines quand la neige tombe.

La dimension du partenariat dans ce domaine a ouvert à cette région une excellente


opportunité pour un rythme plus soutenu au niveau des équipements routiers, de
l’électrification et de l’approvisionnement en eau potable.
La longueur totale du réseau routier régional est de 7434 km dont 41% revêtus contre 50% au
niveau national;
Il se répartit comme suit:
- 1412 km de routes nationales (dont 1251 km revêtus) soit 13,3% du réseau national
- 1086 km de routes régionales (dont 749 km revêtus) soit 10,1% du réseau national
- 4936 km de routes provinciales (dont 1065 km revêtus) soit 13,7% du réseau
national.

Kada Naoufal
Page 23
Stratégies
provinciale face aux
problèmes
économiques et
sociaux

Kada Naoufal
Page 24
Stratégies face aux problèmes économiques et sociales

Face aux différents problèmes économiques et sociaux, certaines stratégies devront être
appliqués afin de mettre fin ces derniers.

La province est un acteur qui joue un rôle principal dans le développement - avec touts ces
différentes dimensions - de la région. Chaque division de cette dernière à des finalités soit
économiques soit social qui retombe sur le tissu régional.

Une stratégie de développement régional est mise en place afin de garantir l’amélioration des
conditions et de la qualité de vie dans le milieu urbain, et aussi rurale.

 Stratégie de développement régional :


o Axes prioritaires de la stratégie de développement régional
 Conservation et protection des ressources

La Région Souss Massa Drâa a fondé son économie en grande partie sur l’exploitation d’un
certain nombre de ressources stratégiques à savoir l’eau, le complexe sol végétal, les richesses
halieutiques, les mines, le patrimoine culturel et touristique.
La pérennité de son essor économique et social est étroitement liée à la gestion rationnelle de
ces ressources.
1. Eau

Pour cet élément vital, la Région Souss Massa Draâ, ne pouvant compter sur aucun transfert
d’eau éventuel et accusant un bilan global déficitaire, doit concentrer ses efforts sur les axes
prioritaires suivants:
- La rationalisation de l’irrigation;
- L’utilisation des techniques économisatrices de l’eau;
- L’augmentation de la capacité de mobilisation des eaux de surface;
- La rationalisation et la responsabilisation quant à l’utilisation des eaux souterraines;
- L’exploitation des eaux non conventionnelles;
- La généralisation de l’accès à l’eau potable aux populations.

Kada Naoufal
Page 25
2. Complexe sol végétal
Originellement, ce complexe est constitué d’écosystèmes stables, riches et bio diversifiés
parfois exclusifs tels l’arganeraie et la palmeraie.

Les axes prioritaires sont :

-La lutte contre l’ensablement (projet à caractère régional) qui menace les
infrastructures de premier ordre: routes, barrages, périmètres irrigués...etc.

-Le renforcement et la valorisation des parcs nationaux;

-L’intensification des programmes de reboisement;

-Le renforcement des programmes de lutte phytosanitaires.

3. Ressource halieutique

Le secteur de la pêche a engendré des investissements très importants soit en bâtiments de


pêche, soit en infrastructures terrestres, soit en unités de conditionnement et de conserves.

Compte tenu des menaces qui pèsent sur ce secteur qui sont l’affaiblissement des ressources
halieutiques et la pollution du milieu marin, le Maroc a engagé une politique conservatoire par
l’application d’un certain nombre de mesures, entre autres, les repos biologiques et le gel des
investissements.

L’axe principal d’intérêt doit s’orienter vers la connaissance scientifique approfondie de la


ressource dans toute sa diversité.

L’exploitation de cette ressource doit s’opérer dans le cadre de véritables plans


d’aménagement des principales pêcheries assurant la préservation des ressources et
l’optimisation des retombées.

4. Patrimoine culturel et touristique

Une des préoccupations majeures dans ce domaine reste la réhabilitation et la valorisation du


patrimoine culturel et touristique très diversifié dans la Région et la promotion à un niveau
d’intérêt universel pour les sites et édifices qui en ont le potentiel.

Kada Naoufal
Page 26
5. Valorisation des productions et produits

La valorisation harmonieuse des richesses de la Région constitue la véritable bataille de


développement. Les possibilités et potentialités que recèlent la Région devront la hisser à une
place de locomotive de l’économie nationale.

6. Agriculture-forêts
o Agriculture

Le déséquilibre entre les pôles irrigués et les zones bours, soit de plaine soit de montagne, doit
constituer une préoccupation majeure. La réhabilitation de ces espaces agricoles et
l’amélioration des revenus et des conditions de vie des agriculteurs doit être entreprise dans le
cadre de la stratégie de développement du monde rural.

Cette stratégie doit s’insérer dans une politique solidaire et s’appuyer sur:

-Les programmes spécifiques orientés vers ces zones tels les programmes de mise en
valeur bour;

-Les programmes spéciaux de développement rural intégré;

-Le renforcement des infrastructures et équipements sociaux;

-La valorisation des cultures spécialisées produites dans ces zones et l’introduction de
nouvelles cultures à haute rente ainsi que de nouvelles techniques biologiques et
autres;

-L’intensification des programmes de la petite et moyenne hydraulique.

Les orientations stratégiques doivent être:

-L’intensification de la recherche sur l’amélioration des techniques de production et


l’amélioration des rendements quantitatif et qualitatif et la création d’un laboratoire
régional pour l’analyse des échantillons;

-La gestion rationnelle visant à diminuer les coûts de production;

-L’organisation professionnelle pour la coordination effective des orientations des


productions en nature, volume et timing;

Kada Naoufal
Page 27
-L’amélioration des circuits de commercialisation aux niveaux Régional et National;

-La conquête de nouveaux marchés;

-L’encouragement de l’agro-industrie par la valorisation des productions dans un cadre


contractuel producteurs-industriels;

-La création de commissions techniques.

o Forêt

L’effort doit rester orienté vers l’intensification des programmes de reboisement, de lutte
contre la déforestation qui constitue l’une des causes de l’érosion, de lutte contre
l’ensablement et la désertification.

L’introduction de la culture de plantes médicinales constituerait un appoint supplémentaire.

7. Pêche

Si L’axe prioritaire dans le domaine de la pêche reste la gestion rationnelle de la ressource et


la mise à niveau des chaînes de production, la valorisation des produits de la mer doit être
aussi gardée comme objectif.

En résumé les axes stratégiques de développement sont:

-Le développement des infrastructures;

-La mise à niveau par la modernisation de la flotte en

Kada Naoufal
Page 28
 Les stratégies provinciales face aux problèmes sociaux :
 Problème de santé :

Face au problème de la santé dans la région de Taroudant, La province suit une stratégie qui
lui permet d'assurer le suivi de la situation sanitaire, de l’infrastructure sanitaire, et aussi la
création et équipement des centres de santé et dispensaire communaux dans la région.

Malgré les efforts provinciaux au secteur de la santé, plusieurs améliorations et projet sont
demeurés indispensable.

 Problème d’éducation et d’enseignement

La province suit une stratégie qui permet à la région de bénéficier de certain programmes :
citons par exemple le faite que la province assure et veille sure la rentrée scolaire par la
distribution des cartables (Opération Tissir).

Plus que ça, la province joue un rôle de superviseur de la distribution des bourses de
l’enseignement secondaire et aussi universitaire.

Encore plus, la stratégie de la province s’exprime à sa participation aux travaux de la


commission provinciale chargée de la conclusion des conventions de partenariat avec les
associations agissant dans le domaine de la lutte contre l’analphabétisme.

 Problème d'emploi :

La province interagit dans l'emploi par une posture législatif, et une stratégie qu'elle lui
permet d'assurer la conciliation en règlement des conflits sociaux qui surgissent de temps en
temps entre l'employeur et ses employés.

Plus que ça, la province assure la supervision et suivi de la situation des établissements de
protection sociale (situation administrative, activité, équipements, distribution des primes
financières de gestion...)

l'emploi est un problème sociale qui domine surtout dans le milieu urbain dans la région de
Taroudant.

La principale cause est fortement liés au faible nombre d’entreprises industrielles dans la
région. Une seule coopérative qui existe et qui tient le monopole d’emploi surtout pour la
main d'œuvre jeune .

Kada Naoufal
Page 29
Cette situation non profitable au développement économique et sociale de la région, a
plusieurs retombés surtout sur le bien être et la qualité de vie de l'habitat.

Plusieurs changements et améliorations sont demeurés indispensable si le bien être de la


population est le but ultime.

 Problème d’infrastructures :

Impulsées par l’adhésion des pouvoirs publics, les collectivités Locales et les composantes de
la Société Civile à travers des approches partenariales, les infrastructures de base ne cessent
de connaître une dynamique louable dans la perspective d’un développement soutenu et
durable.

Dans ce sens, la province de Taroudannt dispose d’infrastructures importantes à même de


satisfaire les besoins de la population dans les secteurs des routes et de désenclavement du
monde rural, l’eau potable, l’électricité et les pôles sociaux tel que l’Education, la Santé et
l’Habitat.

Au niveau de transport , la province assure l'étude des demandes d’octroi de licence de


transport de 1ére et 2eme catégorie, des demandes de transport mixte, la gestion de la relation
entre le gérant de la licence et son propriétaire, et participe aux opérations des visites
techniques des taxis.

Kada Naoufal
Page 30
 Les stratégies provinciales face aux problèmes économiques.

Quant aux problèmes économiques, la province a plusieurs stratégies qui veillent sur la
stabilité et la croissance économique de la région.

Ces stratégies s’expriment par plusieurs opérations provinciales qui se pratiquent


quotidiennement. Le contrôle et le suivi de la situation économique de la région est l'objectif
primordial de ces stratégies.

Le service de l'action économique et du contrôle est chargé de traiter des différentes activités
économiques de la région, citant par exemple :

o Il assure le suivi quotidien des prix en instruisant chaque jour ouvrable une
application, composée des prix de 84 produits, reliée directement aux services
centraux du Ministère. (Prix des pétroles par exemple)
o La brigade Economique (constitué de Mr AGOURAM et AIT LARBI) est
appelée à assurer une omniprésence sur le marché dans le care des opérations
de contrôle et du suivi de la situation d’approvisionnement du marché car la
rupture de l’approvisionnement encourage et favorise la spéculation.
o Les dotations de la farine subventionnée affectées a chaque centre sont
déterminées et fixées mais la demande excède largement l’offre. De ce fait, un
contrôle rigoureux des livraisons et distributions effectives est assurée par
l’instauration d’une commission au niveau de chaque centre qui est tenu de
sanctionner chaque opération de distribution par un procès verbal attestant
l’acheminement réel des dotations.

Au niveau du secteur touristique, qui est considéré comme un des piliers importants de la
croissance économique de la région, le service économique de la province de Taroudant a
plusieurs stratégies qui se manifestent dans :

o Le suivi du secteur touristique, notamment en instruisant les demandes


d’ouverture des établissements touristiques et en suivant l’activité et le niveau
du standing au niveau des établissements opérationnels dans l’ensemble du
commandement (Hôtels, riads, maison d’hôtes, gites auberges et bivouacs) et
ce pour une meilleure évaluation de l’activité touristique, premier levier de
l’économie sans conteste.

Kada Naoufal
Page 31
o L’encouragement du tourisme sous ses différentes formes : tourisme rural,
écologique sportif, environnemental, création du PATT (pays d’accueil
touristique de Taroudant) promotion des produits de terroir par la création des
circuits avec la noble mission d’améliorer les revenus des démunis du monde
rural. La première édition du salon international du développement des arrières
pays de Taroudant (SIAPAT) célébrée du 17 au 19 Novembre 2012, est
désormais prise comme une plateforme qui est appelée à s’améliorer d’éditions
en édition, le service s’occupe de la concrétisation des différentes et multiples
recommandations issues de cet événement pour garantir la pérennité de ce
salon et en tirer meilleur profit.
o Le service assure en parallèle l’opération de classement obligatoire des
établissements touristiques au sein de la commission régionale de classement
en application des nouvelles instructions en objet et ce en assurant
l’encadrement de l’activité touristique dans la province pour combattre et
éviter à l’avenir certains dépassements.

Plus que ça, la Division des Affaires Économiques est sensibilisée de mettre à jour les
données monographique de la province. Ce qui lui permet de superviser et faciliter les
enquêtes lancées par le haut commissariat au plan (H.C.P).

Afin de mettre fin aux différents problèmes économiques de la région, le service prépare des
rapports sur la conjoncture économique, qui lui permet de détecter les différents problèmes
économiques dont l'effet retombe sur le court terme.

Quant aux problèmes sociaux, le service concentre ses efforts sur la promotion de l'emploi en
concentration avec l'ANAPEC, afin de réduire le taux de chômage. Aussi , il assure le suivi
des zones menacées par les vagues de froid, pour baisser l’exclusion et répondre aux besoins
de la population exclu sur ces régions exclus.

Kada Naoufal
Page 32
Kada Naoufal
Page 33
Conclusion

La région de Souss-Massa-Draa envisage des différents problèmes économiques et


sociaux avec des pourcentages importants.

Le chômage et la pauvreté par exemple sont deux grands problèmes sociaux qui
s’aggravent au fil du temps à cause de plusieurs raisons. La raison la plus réaliste et
pertinente se présente dans la grande différence entre la population active et le nombre de
postes d’embauche disponible.
Les diplômés et les licenciés sont nombreux, malgré cela le chômage est pertinent avec
ses plusieurs formes et types dans la région de Taroudant.

Ceci, influence l’économie régional une influence négative, qui retombe directement sur
le développement économique et social de la région.

Finalement, la province, comme étant le superviseur et le contrôleur de plusieurs activités


économiques et sociales de la région, doit concentrer et approfondir ces efforts sur des
activités qui ont des retombés réalistes et concrètes sur le tissu social et économique de la
région.

Cependant, ce stage m’as permis d’acquérir de nouvelles connaissances, d’élaborer et


appliquer ma formation théorique dans le domaine du travail, et j’en ai tiré plusieurs
avantages qui sont traduis dans les nouvelles relations que j’ai établies.

Ce stage a représenté pour moi une occasion de passer de l’univers d’études théorique à
celui de la vie professionnelle.

Au terme de ce rapport, qui est le fruit des efforts de plusieurs personnes, j’aimerais bien
le remercier toutes.

Kada Naoufal
Page 34
Bibliographie

 Rapport CESE : Nouveau Modèle de développement pour les provinces du sud :


Oct.2013
 L’Economie Sociale et Solidaire : un levier pour une croissance inclusive.
CESE.ma
 Conseil Economique, Sociale et Environnemental

 Source : « L'économie Sociale et Solidaire au Maghreb : quelles réalités pour


quel avenir ? » IPEMED
 L'Economie Sociale et Solidaire au Maroc.
 HCP/Rapport INDH

Kada Naoufal
Page 35