Vous êtes sur la page 1sur 110

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE


D’ANTANANARIVO
MENTION : INGENIERIE MINIERE
PARCOURS : GEOENERGIE

* * * * * * * * *Ϫ* *ϫ* *Ϫ* * * * * * * * *


MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME D’INGENIEUR POLYTECHNICIEN

GRADE : MASTER

PRODUCTION D’ETHANOL A PARTIR DES


DECHETS DE FRUIT DE BANANIER

Présenté par : RAOELINIAINA Ravaka Dinah

Soutenu le 20 décembre 2018

Promotion 2017
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE
D’ANTANANARIVO
MENTION : INGENIERIE MINIERE
PARCOURS : GEOENERGIE

* * * * * * * * *Ϫ* *ϫ* *Ϫ* * * * * * * * *


MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

EN VUE DE L’OBTENTION DU DIPLOME MASTER D’INGENIERIE EN GEOENERGIE

Titre : Ingénieur

PRODUCTION D’ETHANOL A PARTIR DES


DECHETS DE FRUIT DE BANANIER

Présenté par : RAOELINIAINA Ravaka Dinah

Soutenu le 20 décembre 2018

Président du jury : Monsieur RANAIVOSON Léon Félix


Directeurs de mémoire : Monsieur RASOANAIVO Jean Luc
: Monsieur RAVONINJATOVO Achille Olivier
Examinateurs : Monsieur Fabien Rémi R.
: Monsieur RAZAFINDRAKOTO Boni Gauthier
Promotion 2017
Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

TENY FISAORANA
Misaotra an’Andriamanitra lehibe aho nohon’ny fitahiany sy ny fahasoavany tamin’ny
fahatotonsan’ny asa fikarohana izay natao.
Tsy tontosa velively anefa izao asa izao raha ny herin’ny tenako samy irery fa teo ireo
olona maro izay mendrika ny haja sy ny saotra tamin’ny fanampiana, na teo amin’ny lafiny
hevitra na teo amin’ny ara-pitaovana.
Koa tolorako fisaorana:
Andriamatoa ANDRIANAHARISON Yvon, profesora ary talean’ny ambaratonga
ambony polyteknika eto Antananarivo.
Andriamatoa RANAIVOSON Léon Félix, mpampianatra mpikaroka ary
tompon’andraikitra voalohany ao amin’ny sampam-pampianarana momban’ny harena
ankibon’ny tany eo anivon’ny Sekoly Ambony Politeknika eto Antananarivo, izay nitarika ka
nahatontosana izao dingana lehibe izao;
Andriamatoa RASOANAIVO Jean Luc, dokotera mpikaroka eo anivon’ny
Departementa Energetika, izay nanaiky nanolotra ny fotoanany tamin’ny fanatontosana ny
rafitr’asa na dia teo aza ny adidy sy andraikitra maro sahaniny. Nanampy ahy betsaka izy
tamin’ny fahalalany sy ireo torohevitra maro avy any aminy ka nahafahako nanatanteraka
antsakany sy an-davany ity boky ity;
Andriamatoa RAVONINJATOVO Archille Olivier, profesora, Talen’ny fikarohana eo
anivon’ny Departementa CNRIT izay nanampy betsaka ihany koa tamin’ireo ventinkevitra
nalahitra ato anatin’ity boky ity;
Andriamatoa isany FABIEN Rémi R. sy RAZAFINDRAKOTO Boni Gauthier
mpampianatra mpikaroka ao amin’ny Sekoly Ambony Politekinika eto Antananarivo, nanaiky
tsy ampisalasalana hitsara ny boky sy ho mpitsara ny famelabelarana ny boky anio;
Mankasitraka ihany koa an’i Andriamatoa RAMANANJOELINA Narisoa Marius
Remi tamin’ny fanampiana rehetra. Ary misaotra ny mpiasan’ny Departemanta Energetika
CNRIT rehetra anandray am-pitiavana ahy;
Tsy hohadinoina ihany koa ny misaotra ireo Ray aman-dreny, namatsy ara-bola sy
nanohana ara-panahy raha nisy nahakivy ary ravo amin’izao fahatanterahako izao asa izao, eo
ihany koa ireo namana aman-tsakaiza sy ny mpiara-mianatra tamin’ny torohevitra sy
fanampiana.
Misaotra indrindra Tompoko, tsy ho voavaly raha ny soa rehetra vitanareo tamiko fa
Andriamanitra manakarem-pahasoavana anie hamaly fitia anareo.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah i


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

SOMMAIRE
TENY FISAORANA
SOMMAIRE
LISTE DES ABREVIATIONS
LISTE DES ACRONYMES
LISTE DES PHOTOS
LISTE DES TABLEAUX
LISTE DES FIGURES
LISTE DES ANNEXES
INTRODUCTION
PREMIERE PARTIE : ETAT DE CONNAISSANCES
Chapitre I: APERÇU GENERAL SUR L’ALCOOL ET LA FERMENTATION
Chapitre II: APERÇU GENERAL SUR LA DISTILLATION
Chapitre III: LA BIOMASSE ET LA FILIERE BANANE
DEUXIEME PARTIE : MATERIELS ET METHODES
Chapitre IV: METHODOLOGIES
Chapitre V: MATERIELS D’EXPERIMENTATION ET MATIERE PREMIERE
Chapitre VI: LES TRAVAUX DE LABORATOIRE ET RESULTATS
TROISIEME PARTIE : ETUDE DE PREFAISABILITE TECHNICO ECONOMIQUE
Chapitre VII: ETUDE DE PREFAISABILITE ECONOMIQUE DU PROJET
Chapitre VIII: ETUDE DE RENTABILITE FINANCIERE DU PROJET
Chapitre IX: DISCUSSION
CONCLUSION
REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ET WEBOGRAPHIE
LISTE DES ANNEXES
TABLES DES MATIERES

RAOELINIAINA Ravaka Dinah ii


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES ABREVIATIONS


a : Annuité
ACP : Afrique, Caraïbes et Pacifique
ADEME : Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie
BLC : Biomasse lignocellulosique
CA : Chiffre d’Affaire
CIDST : Centre d’Information et de Documentation Scientifique et Technique
CMF : Communautés de Microorganismes Fermentaires
CNRIT : Centre National de Recherches Industrielle et Technologique
COI : Commission de l'océan Indien
CS : Canne à Sucre
CTHT : Centre des Techniques Horticoles de Toamasina
DBA : Déchets du Bananier
DEECC : Development Energy Environment and Climate Change
DMO : Déchets Ménagers Organiques
DR : Délai de Récupération
EPIC : Etablissement Public à Caractère Industrielle et Commerciale
ESSE : Extraits de Sucres Solubles dans l’Eau
EtOH : Ethanol
FAO : Food and Agriculture Organization
FNA : Flux Nette Actualisée
FNT : Flux Net de Trésorerie
FRI : Fonds de Roulement Initial
GES : Gaz à Effet de Serre
GU : Graisses Usagées
HEPT : Hauteur Equivalent des Plateaux Théoriques
INSTAT : Institut national de la statistique
Io : Investissement
Ip : Indice de profitabilité
IR : Impôt sur le Revenu
MEFB : Ministère financière de l’Economie, des Finances et du Budget
MESupRES : Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
MfPAM : matière fraiche des Parties Morphologiques

RAOELINIAINA Ravaka Dinah iii


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

mfPAM T : matière fraiche totale des Parties Morphologiques


MfPE : matière fraiche de la Plante Entière
MS : Matière sèche
MsPAM : matière sèche des Parties Morphologiques
NET : Nombre d'Etages Théoriques
P : Plateau
PAM : Partie Morphologique
PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur
RN : Routes Nationale
SAMVA : Service Autonome de l'Assainissement de la Ville d'Antananarivo
SSCF : Simultaneous Saccharification and Co-Fermentation
TMR : Taux Moyen de Rendement
TP : Trop Plein
TRI : Taux de Rentabilité Interne
V : Vapeur
Va : Valeur actualisée
VAN : Valeur Actualisée Nette

RAOELINIAINA Ravaka Dinah iv


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES ACRONYMES


°G.L : Degré Gay Lussac
θb : Température de consigne du régulateur du bouilleur
G : gramme
Kg : Kilogramme
L : liquide
l : litre
Ml : millilitre
θ : Température
θ tc : Température de consigne du régulateur de la tête de colonne
C : Carbone
H : Hydrogène
O : Oxygène
t : Temps
Nu : Nombre de Nusselt
Gr : Nombre de Grashof
Pr : Nombre de Prandtl

RAOELINIAINA Ravaka Dinah v


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES PHOTOS


Photo 1 : Cuve de fermentation ................................................................................................ 43
Photo 2 : Refractomètre............................................................................................................ 43
Photo 3 : Balance électronique ................................................................................................. 44
Photo 4 : Alcoomètre................................................................................................................ 44
Photo 5 : Bécher ....................................................................................................................... 45
Photo 6 : Eprouvette graduée ................................................................................................... 45
Photo 7 : Distillateur ................................................................................................................ 45
Photo 8 : Rectificateur .............................................................................................................. 47
Photo 9 : Banane meurtrie ........................................................................................................ 47
Photo 10 : pulpe de banane meurtrie ........................................................................................ 47
Photo 11 : Peaux de banane...................................................................................................... 48
Photo 12 : Levure pour la fermentation.................................................................................... 48
Photo 13 : Etapes de fermentation............................................................................................ 50
Photo 14 : Utilisation d’un réfractomètre ................................................................................. 50
Photo 15 : Déroulement de la distillation ................................................................................. 52
Photo 16 : Mesure degré alcoolique ......................................................................................... 52
Photo 17 : Mesure température ................................................................................................ 52
Photo 18 : Chargement d’alcool ............................................................................................... 53
Photo 19 : Fermeture du robinet ............................................................................................... 53
Photo 20 : Refroidissement ...................................................................................................... 54
Photo 21 : Récipient recueillant les distillats ........................................................................... 54
Photo 22 : Déchargement du résidu ......................................................................................... 54
Photo 23 : Vue du CNRIT ........................................................................................................ VI
Photo 24 : Déchets des litchis générés par le SCRIMAD ..................................................... XIII

RAOELINIAINA Ravaka Dinah vi


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES TABLEAUX


Tableau 1 : Propriétés physiques de l'éthanol ............................................................................ 3
Tableau 2 : Energie produite à partir de la biomasse [2].......................................................... 18
Tableau 3 : Situation de la production de banane .................................................................... 22
Tableau 4 : Prix de vente du régime mûre de banane au consommateur [11] ......................... 23
Tableau 5 : Composition de la banane du Brésil ...................................................................... 26
Tableau 6 : Composition de la banane selon A.Balland .......................................................... 27
Tableau 7 : Composition de la banane selon le Service d’Agriculture de l’Argentine ............ 27
Tableau 8 : Composition d’une banane pesant 148 grammes .................................................. 28
Tableau 9 : Composition de la banane selon le département United Fruit .............................. 28
Tableau 10 : Comparaison de la banane selon A. Labbé ......................................................... 29
Tableau 11 : Comparaison du fruit vert et mûr ........................................................................ 29
Tableau 12 : Composition chimique de la biomasse lignocellulosique des parties
morphologiques du bananier appartenant au sous-groupe Cavendish : Musa AAA ................ 30
Tableau 13 : Composition chimique totale de la biomasse lignocellulosique des parties
morphologiques du bananier appartenant au sous-groupe Cavendish : Musa AAA ................ 31
Tableau 14 : Fermentation (1 000g) ......................................................................................... 50
Tableau 15 : Fermentation (1 500g) ......................................................................................... 50
Tableau 16 : Fermentation (2 000g) ......................................................................................... 50
Tableau 17 : Distillation de 2 000g de matière première (3,5 litres de moût).......................... 55
Tableau 18 : Caractéristiques du distillat et résidu à 10° ......................................................... 56
Tableau 19 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 10° ............. 56
Tableau 20 : Caractéristiques du distillat et résidu à 20° ......................................................... 57
Tableau 21 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 20° ............. 57
Tableau 22 : Caractéristiques du distillat et résidu à 30° ......................................................... 57
Tableau 23 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 30° ............. 58
Tableau 24 : Caractéristiques du distillat et résidu à 30° ......................................................... 58
Tableau 25 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 30 ............... 58
Tableau 26 : Investissements des immobilisations .................................................................. 63
Tableau 27 : Amortissement des immobilisations (MGA) ...................................................... 64
Tableau 28 : Charges salariales ................................................................................................ 65
Tableau 29 : Production d’éthanol ........................................................................................... 66
Tableau 30 : Chiffres d’affaire ................................................................................................. 66

RAOELINIAINA Ravaka Dinah vii


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 31 : Charges d'exploitation ......................................................................................... 67


Tableau 32 : Plan de financement ............................................................................................ 68
Tableau 33 : Remboursement d'emprunt .................................................................................. 69
Tableau 34 : Compte de résultat par nature en 5 années .......................................................... 70
Tableau 35 : Trésorerie ............................................................................................................ 71
Tableau 36 : Flux net de trésorerie FNT (en MGA) ................................................................ 71
Tableau 37 : Flux net de trésorerie actualisé FNA (en MGA) avec i=18% ............................. 71
Tableau 38 : Récapitulation des résultats de rentabilité financière .......................................... 73
Tableau 39 : Fiche d'enquête d’approvisionnement de banane ...............................................XII
Tableau 40 : Production des fruits de saison du SCRIMAD ................................................. XIII

RAOELINIAINA Ravaka Dinah viii


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES FIGURES


Figure 1 : Courbe cas d’une distillation simple [9] .................................................................... 9
Figure 2 : Courbe cas de la distillation fractionnée [9] ............................................................ 10
Figure 3: Montage d'une colonne de distillation [3] ................................................................ 11
Figure 4 : Courbes azéotropique [9] ......................................................................................... 12
Figure 5 : Vue schématique à l'intérieure d'une colonne [26] .................................................. 13
Figure 6 : Mouvement des phases dans une colonne à contre-courant .................................... 14
Figure 7 : Mouvement des phases dans une colonne à contre-courant .................................... 14
Figure 8 : Distillation simple .................................................................................................... 15
Figure 9 : Distillation fractionnée ............................................................................................ 15
Figure 10 : Un bananier ............................................................................................................ 19
Figure 11 : Production potentielle comparative du bioéthanol (l.t-1 de matière sèche) à partir
des déchets de biomasse lignocellulosique du bananier et d’autres matières organiques. ....... 33
Figure 12 : Production potentielle du biogaz ........................................................................... 35
Figure 13 : Carte de la situation géographique de la CUA [21] ............................................... 37
Figure 14 : Organigramme du CNRIT ..................................................................................... VI
Figure 15 : Représentation schématique des transferts thermiques dans le distillateur ..........VII
Figure 16 : Schéma électrique équivalent relatif aux transferts thermiques ......................... VIII

RAOELINIAINA Ravaka Dinah ix


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES ANNEXES


Annexe 1: PRESENTATION DU LIEU DE STAGE ............................................................. IV
Annexe 2 : TRANSFERT THERMIQUE [3] .........................................................................VII
Annexe 3 : FICHE D’ENQUETE ...........................................................................................XII
Annexe 4 : SAISON DES FRUITS ....................................................................................... XIII

RAOELINIAINA Ravaka Dinah x


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

INTRODUCTION
La protection de l’environnement est une préoccupation d’une importance capitale,
partout dans le monde. Madagascar n’y est pas en reste et l’Etat Malagasy s’y engage. Pour
notre pays l’une des causes la plus violente de la détérioration de l’environnement est due aux
effets néfastes conjoints de la pratique de la culture sur brûlis et aux usages excessifs du bois
énergie. L’énergie joue un rôle important pour le développement économique d’un pays en
développement comme Madagascar. Actuellement, notre pays se trouve face à des problèmes
énergétiques graves, notamment en énergie électrique et surtout en milieu rural.
L’une des solutions étant de faire recours aux potentiels en énergies renouvelables que
notre pays dispose en quantité considérable. La promotion de leur exploitation pourrait
générer des perspectives intéressantes en milieu rural dans la mesure où elle privilégie le
développement local par l’utilisation de ressources endogènes.
Ce qui impose la recherche de technologies visant la valorisation des sous- produits et
déchets agricoles comme source d’énergie, telles que les technologies innovantes de
fabrication de l’éthanol à partir des déchets de fruits, des racines et tubercules de certains
végétaux.
Compte tenu de ces enjeux et constatant que la culture de la banane, quasiment
présente partout à Madagascar, génère une quantité importante de déchets, depuis son circuit
d’exploitation jusqu’à sa consommation, nous avons initié ce projet de : « Production
d’éthanol à partir des déchets de fruit de bananier »
Nous avons ainsi organisé notre travail en trois parties :
La première partie présente l’état de connaissance sur l’éthanol, la fermentation et la
distillation en général ainsi que sur la biomasse, la filière banane à Madagascar et la
potentialité en déchets y afférente.
La seconde partie informe les matériels, les méthodes adoptées pour la concrétisation
de ce travail de recherche et récapitule les différents résultats issus des expérimentations
effectuées en laboratoire.
La troisième et dernière partie sera axée sur l’étude de faisabilité économique et de
rentabilité financière du projet, complétés par une discussion suivie d’une conclusion.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 1


PREMIERE PARTIE :
ETAT DE CONNAISSANCES
Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre I: APERÇU GENERAL SUR L’ALCOOL ET LA FERMENTATION


L’objectif de la présente partie consiste à dresser un bref aperçu sur l’alcool et la
fermentation.
I.1 L’alcool
En chimie organique, un alcool est un composé organique dont l'un des carbones lié à
un groupe hydroxyle (-OH). L'éthanol (ou alcool éthylique) entrant dans la composition des
boissons alcoolisées est un cas particulier d'alcool, mais tous les alcools ne sont pas propres à
la consommation. En particulier, le méthanol est toxique et mortel à haute dose. Il existe
plusieurs types d’alcool :
- alcool méthylique = méthanol
- alcool éthylique = éthanol
- alcool butylique = butanol
- alcool propylique = propanol 1
- alcool isopropylique = propanol 2
I.1.1 Matières premières pour la production d’alcool [14]
I.1.1.1 Matières riches en polysaccharides
Actuellement, il y a une légère prédominance de la production de bioéthanol, à base de
matériaux amylacés (53% du total), comme le maïs, le blé et d´autres céréales et grains. Dans
ces cas, la technologie de conversion commence généralement par la séparation, le nettoyage
et la mouture du grain. Ensuite, l´amidon est converti typiquement en sucres au moyen d´un
processus enzymatique à haute température. Les sucres libérés seront alors, fermentés par des
levures et le liquide résultant sera distillé pour la séparation du bioéthanol.
I.1.1.2 Matières riches en sucres simples
La canne et la betterave, sont des végétaux qui englobent énormément de sucre
simples. Ils sont obtenus par un processus se basant sur l´extraction au moyen de la mouture
ou de la diffusion, et qui pourront être soumis directement à une fermentation. Après la
fermentation, le liquide est distillé. Il est à noter que le bioéthanol dit « de première
génération » est issu de la fermentation des matières premières qui peuvent être utilisées dans
une chaîne alimentaire animale ou humaine. En revanche, l’éthanol issu de la fermentation
des matières cellulosiques telles que le bois, les feuilles et les tiges des plantes ou celles issues
des déchets sont qualifiés de la deuxième génération.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 2


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

I.2 L’éthanol
I.2.1 Présentation de la molécule d’éthanol
L’éthanol, l’alcool ou encore l’alcool éthylique sont toutes le trois des appellations qui
désignent la même molécule qui est composée de deux atomes de carbone (C), six atomes
d’hydrogène (H) et d’un atome d’oxygène (O). Les formules brutes et semi-développées de la
molécule d’éthanol sont respectivement le C2H6O, le C2H5OH et le CH3-CH2-OH. [11]
I.2.2 Propriétés physiques de l’éthanol [1] [31]
L’éthanol est un composé incolore, volatil, hygroscopique, miscible à l’eau. Ses
principales propriétés physiques sont résumées dans le tableau suivant :
Tableau 1 : Propriétés physiques de l'éthanol

Masse molaire Point de fusion Point d’ébullition Densité Densité de vapeur

46.07 -114°C 78,5°C 0.789 1.59

Tension de vapeur Points d’éclair

20°C 34.9°C 63.5°C Coupelle fermée Coupelle ouverte

5.85 kPa 13.3 kPa 53.3 kPa 12.8 16

L’éthanol est un composé qui est chimiquement stable. Il possède toutes les propriétés
qui caractérisent les alcools notamment une réaction d’oxydation lorsqu’il est maintenu à l’air
libre pour former de l’acide acétique. Par contre ; dans des conditions d’oxydation extrême, il
se transforme en dioxyde de carbone (CO2) et en eau (H2O).
I.2.3 Utilisations industrielles de l’éthanol
L’éthanol occupe une place importante dans les procédés industriels. Outre le fait que
l’éthanol sert à l’éclairage et au chauffage, il constitue le principe actif de base des boissons
alcoolisées, il entre dans la synthèse de produits chimiques tels que les peintures, les vernis,
les encres, les matières plastiques, les adhésifs, les cosmétiques et les produits
pharmaceutiques. Réputé pour ses qualités de solvant, il est également utilisé dans l’industrie
de nettoyage contre les graisses et les matières plastiques. Les applications industrielles de
l’éthanol se sont étendues à l’industrie des carburants au point de vouloir en faire.
I.3 Filière biocarburant [23] [24]
I.3.1 Présentation du biocarburant
Un biocarburant est un carburant liquide ou gazeux créé à partir de la transformation
de matériaux organiques non fossiles issus de la biomasse, par exemple des matières végétales
produites par l’agriculture. Les biocarburants sont assimilés à une source d’énergie

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 3


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

renouvelable. Leur combustion ne produit que du CO2 et de la vapeur d'eau et pas ou peu
d'oxydes azotés et soufrés (NOx, SOx).
I.3.2 Mélanges éthanol-essence
Le mélange éthanol-essence existe sur le marché depuis les années 1970 aux Etats-
Unis. La mention de la lettre E pour l’éthanol est souvent d’un indice qui renseigne sur la
fraction d’éthanol ajoutée à l’essence. Ainsi ; l’E5 appelé également gazohol est un carburant
contenant un volume de 5% d’éthanol et 95% d’essence. Les teneurs d’alcool dans l’essence
varient énormément entre les pays. Au Brésil, pays le plus avancé en matière d’utilisation de
l’éthanol, on distribue des carburants au teneur très élevée de l’ordre de 85% (E85) pouvant
aller jusqu’à 100% d’alcool (E100). Il est à noter que la majeure partie des pays utilise encore
de faibles teneurs de l’ordre de 4%, 5%,10% voire même de 15%. Les carburants à très fort
taux d’éthanol nécessitent des véhicules bien adaptés. Toutefois, pour des concentrations
allant jusqu’à 10% d’alcool, aucune adaptation du moteur n’est requise.
I.3.3 Effet de l’éthanol sur la volatilité des carburants
La volatilité est une caractéristique extrêmement importante de l’essence qui influe sur
de nombreux paramètres de rendement du moteur. Le comportement du carburant varie en
fonction des saisons. En effet, des problèmes de démarrage peuvent subvenir en période
hivernale par manque de volatilité du carburant et par opposition, un carburant trop volatil en
été aurait pour conséquence un rendement inférieur du moteur parce que le carburant n’arrive
pas en quantité suffisamment importante. L’ajout de l’éthanol dans le carburant confère à ce
dernier une volatilité constante assurant de ce fait un meilleur rendement du moteur.
I.3.4 Effet de l’éthanol sur la consommation de carburant
Il est entendu que l’apport d’oxygène à travers la molécule d’éthanol améliore
considérablement la combustion du carburant. En matière de consommation, les moteurs
alimentés par un mélange éthanol-essence sont plus gourmands du fait de leur faible pouvoir
calorifique par rapport à celui conféré par l’essence pure. La consommation est 2% voire 3%
supérieure dans le cas des moteurs alimentés au mélange éthanol-essence.
I.4 Avantage et inconvénients [23] [27]
I.4.1 Enjeux économiques
Les biocarburants représentent une source supplémentaire de carburant et une activité
agro-industrielle nouvelle. Ils permettent aux pays qui les produisent de réduire leur
dépendance énergétique vis-à-vis des carburants d’origine fossile. Cependant, l’utilisation de
biocarburants de première génération peut entraîner l’augmentation de la demande et la

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 4


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

hausse des prix des produits agricoles. Celle-ci peut créer l’instabilité sociale dans les pays
pauvres.
I.4.2 Enjeux environnementaux
La combustion des carburants d’origine fossile participe aux émissions de gaz à effet
de serre (GES). Pour ce qui relève des biocarburants, le carbone émis lors de leur combustion
dans l’atmosphère a été préalablement fixé par les plantes lors de la photosynthèse. Ainsi, le
bilan carbone semble donc à priori neutre. Cependant, la situation idéale n’est pas encore
atteinte en pratique car la production de ces biocarburants requiert un travail humain, agricole,
de transport, de procédé industriel, et donc une consommation de carburants et
éventuellement d’autres substances dont l’usage produit aussi des Gaz à Effet de Serre GES.
I.5 La fermentation alcoolique [32] [25]
I.5.1 Réaction chimique
La fermentation éthylique est une réaction chimique entre les levures et le glucose
contenu dans le jus du fruit. Ces levures, sous forme de bactéries et de champignons
microscopiques, réagissent avec le glucose pour former de l'alcool, sous forme d'éthanol ainsi
que du dioxyde de carbone, gazeux, qui s'échappera de la solution sous forme de bulles. Les
levures ont besoin d'énergie pour pouvoir se développer et vivre.
La réaction chimique correspondante est la suivante:
𝐶6 𝐻 12 𝑂6 ⟶ 2𝐶2 𝐻5 𝑂𝐻 + 2𝐶𝑂2
I.5.2 Les éléments chimiques présents dans la réaction
I.5.2.1 Le glucose a pour formule brute : C6H12O6 :
C’est un hexose, c’est-à-dire un sucre comportant six carbones et dont le premier
atome à une fonction aldéhyde symbolisée par un atome d’oxygène relier par un double
liaisons covalentes à un atome de carbone. On peut donc dire que le glucose est une molécule
organique. Les sucres sont répartis en cinq familles selon le nombre d’atomes de carbone
qu’ils présentent.
Par exemple, il existe les trioses qui sont des sucres (aussi appelés « oses »)
comportant trois atomes de carbone, les tétroses en comprennent quatre, les pentoses : cinq,
les hexoses : six et ainsi de suite.
I.5.2.2 L’éthanol ou l’alcool éthylique a pour formule C2H5OH :
C’est un liquide incolore qui est très facilement inflammable et miscible dans l’eau.
C’est une solution souvent appelée alcool puisqu’elle est responsable de l’alcoolisation d’une
solution. La molécule est donc nécessairement présente dans les boissons alcoolisées.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 5


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

I.5.2.3 Le dioxyde de carbone a pour formule CO2 :


Il est souvent appelé gaz carbonique ou anhydrique carbonique. C’est un composé
chimique contenant un atome de carbone et deux atomes d’oxygène. Dans les conditions
normales de température et de pression, le dioxyde de carbone est un gaz incolore et inodore.
Il est présent à seulement 0.03% dans l’air.
I.5.2.4 Agents de fermentation : les levures
Les levures susceptibles de produire l’alcool éthylique sont celles provenant, soit de
l’écorces de la canne à sucre, soit de certains produits comme la mélasse, et non pas toute
levure de boulangerie, de brasserie ou de vinification.
Dans la pratique, deux genres de levure sont utilisés pour la fermentation :
- SchizosaccharomycesPombe ;
- Saccharomyces Cerevisiae ;
La levure la plus utilisée pour la fermentation alcoolique est le Saccharomyces
Cerevisiae. C’est un champignon microscopique se présentant sous forme unicellulaire au
moins à un stade de son cycle biologique. La cellule est généralement ovoïde, et sa taille varie
de quelques microns à 25 ou 30 microns.
I.5.3 Facteurs influençant la fermentation [5] [17]
I.5.3.1 La température et l’activité levurienne
Comme toute réaction chimique, la cinétique de la fermentation alcoolique dépend de
la température :
- Trop froid (10°C), le processus est très ralenti voire incomplet, la levure produit
davantage d’esters.
- Trop chaud (32°C - 36°C), les levures meurent, la perte d’alcool par évaporation et les
dangers d’infection par certains micro-organisme thermophiles (bactéries lactiques,
acétique,…) vont s’accroitre. Le rendement alcoolique se trouve réduit.
- Il existe plusieurs moyens pour contrôler la température :
- choix d’un emplacement convenable ;
- emploi de cuves de capacité modérée plus facilement contrôlables ;
- contrôle de la concentration en sucre ;
- réfrigération des moûts ;
- utilisation d’un régulateur de température.
I.5.3.2 L’oxygène
La fermentation alcoolique est un processus anaérobie, mais les levures ont besoin
d’une petite quantité d'oxygène pour se multiplier.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 6


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

I.5.3.3 Les biomasses


Les biomasses riches en saccharose, glucose et fructose sont directement
fermentescibles en éthanol sans étape intermédiaire. Les sucres se présentent sous forme d'un
polymère (l'amidon) dans les plantes céréalières telles que le maïs, le blé, l'orge et les plantes
à tubercules comme la pomme de terre et le manioc et sous forme de cellulose (hémicellulose)
dans certaines biomasses comme la paille, les copeaux et sciures de bois. Ils ne sont pas
directement fermentescibles et ils ont besoin d’une étape de dépolymérisation de la cellulose
pour arriver à un sucre tel que l’amidon.
Suivant l'état de polymérisation, ces sucres doivent subir un (ou plusieurs)
hydrolyse(s), dont le but est de transformer en monomères (sucres simples) les chaînes de
polymères, avant d'être fermentés en éthanol.
I.5.3.4 La durée de la fermentation
Elle dépend de la teneur en sucre du fruit et surtout de la température. La fermentation
est finie lorsque :
- Le barboteur n’émet plus des "bulbs" ;
- Le moût est clair ;
- Les valeurs de la densité dans une espace de 24 heures montrent de valeurs constantes
et négatives.
I.5.3.5 pH
Le pH joue un rôle primordial sur l’activité levurienne sur la croissance des
microorganismes. Ainsi il influe sur les réactions chimiques et biochimiques. Les levures
tolèrent des gammes très larges de pH théoriquement 2,4 à 8,6. Mais l’optimum se situe entre
3 et 6 pour favoriser la croissance des levures donc le milieu pour la fermentation est un
milieu acide.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 7


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre II: APERÇU GENERAL SUR LA DISTILLATION


Ce chapitre est axé sur la distillation, une étape cruciale du processus de la
fermentation
II.1 Principe de la distillation [28]
La distillation est un procédé de séparation d’un mélange de substances liquides dont
les températures d'ébullition sont différentes. Elle permet de séparer les constituants d'un
mélange homogène. Sous l'effet de la chaleur ou d'une faible pression, les substances se
vaporisent successivement, et la vapeur obtenue est liquéfiée pour donner le distillat.
Des substances mélangées n’ont pas la même pression de vapeur à une température
donnée. Pour expliquer cela, prenons pour exemple le vin. Il est constitué d’un mélange
homogène d’eau et d’alcool. On sait qu’avec une pression atmosphérique normale, l’eau ne
bout qu’à 100°C alors que l’alcool bout déjà vers 78°C.
En fait, il suffit de chauffer le mélange homogène eau et alcool à plus de 78,5°C.
L’alcool commence alors à bouillir et des vapeurs riches en alcool se dégagent. Néanmoins, il
faut rester sous les 100°C sinon l’eau commence également à bouillir. On recueille la vapeur
ainsi obtenue donnant au final un liquide riche en alcool, le distillat.
II.1.1 Etapes de distillation [29]
La distillation est une des étapes dans la production de l’alcool. Elle intervient suite à
la fermentation du moût, procédé qui consiste à transformer le sucre en alcool sous l’action de
levures. Le moût se compose alors de différentes substances dont de l’eau et divers alcools.
Le processus de distillation consiste à séparer l’alcool de l’eau en chauffant le mélange à
l’aide d’un alambic.
Tous les composants récupérés suite à la distillation ne sont pas à boire. Certains sont
même impropres à la consommation. Lorsque l’alambic monte en température le premier
distillat qui s’écoule appelé la tête de distillation, se compose en partie de méthanol, très
toxique et plus volatils. Le cœur de distillat permet de récolter l’éthanol, l’alcool recherché et
consommable. Vient enfin la queue de distillation qui n’est pas nocif mais gustativement
désagréable.
II.1.2 Paramètres de distillation
Le pouvoir séparateur d’une colonne à distiller dépend de :
- Sa hauteur (plus elle est grande et plus le pouvoir séparateur est grand) ;
- Sa géométrie ;
- La présence ou non d’un corps de remplissage et sa nature ;

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 8


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

- Son isolation thermique.


- Influence de la pression
II.2 Types de distillation
II.2.1 Distillation simple [9]
La séparation se fait grâce à la différence de volatilité (capacité à s’évaporer selon la
température) entre les constituants.
- Le bouilleur porte à ébullition le mélange ;
- Les vapeurs du composé le plus volatil montent plus facilement ;
- Le condenseur transforme les vapeurs en liquide par condensation ;
- Le distillat a une concentration plus élevée en composé le plus volatil.

Figure 1 : Courbe cas d’une distillation simple [9]

II.2.2 Distillation fractionnée : [31]


La distillation fractionnée, aussi appelée rectification, est un procédé de séparation par
fractionnement. Son but est de séparer les différents constituants d’un mélange de liquides
miscibles, possédant des températures d’ébullition différentes. Pour cela, elle exploite le
même principe que la distillation classique mais se distingue par l'utilisation d'une colonne de
séparation, qui permet une meilleure discrimination des constituants du mélange.
La colonne à distillée est le lieu d’un équilibre liquide-vapeur où il y a une succession
de vaporisation-liquéfaction. En haut de la colonne le mélange contient beaucoup plus de
composé le plus volatil.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 9


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Figure 2 : Courbe cas de la distillation fractionnée [9]

II.2.2.1 Principe [19]


La rectification est une forme d’application de la distillation. Elle est utilisée par
exemple pour le fractionnement du pétrole. Si le distillat obtenu par distillation est à nouveau
distillé, on obtient un nouveau distillat dont la teneur en composants volatils est encore plus
élevée. En recommençant cette opération plusieurs fois, il est possible d’augmenter à chaque
fois cette teneur.
En pratique, cette distillation à plusieurs étapes est effectuée dans une colonne sous
forme de distillation à contre-courant (rectification). Le mélange de liquides à séparer
(alimentation) est amené en bas de la colonne où il est porté à ébullition. La vapeur générée se
déplace vers le haut de la colonne et l’autre partie retourne dans la colonne et se déplace vers
le bas.
Pendant son déplacement vers la tête de la colonne, le mélange gazeux généré au bas
de la colonne subit un échange intensif de chaleur et de matières avec la phase liquide par
l’intermédiaire des plateaux, ou des garnissages. Les composants moins facilement volatils de
la phase vapeur se condensent et enrichissent ainsi la phase liquide. Le principe des
différentes techniques de distillation fait appel aux lois qui régissent l’équilibre liquide-vapeur
des corps purs et des mélanges.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 10


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Figure 3: Montage d'une colonne de distillation [3]


La rectification étant une opération qui peut s’effectuer sous des pressions
extrêmement différentes, le choix de la pression, qui est le facteur le plus important dans une
distillation, est déterminé par :
- la température maximale T max supportée par le produit
- la température de chauffage
- la température du liquide de refroidissement utilisé dans le condenseur
II.2.2.2 Volatilité : [27]
Le terme volatilité signifie la tendance que présente une matière à passer de la phase
liquide à la phase gazeuse. Elle est une des propriétés particulières des fluides qui permet
d'appliquer le procédé de Distillation. L’alcool et l’essence sont des exemples de liquides
facilement volatils.
II.2.2.3 Azéotrope : [25]
Un mélange azéotrope ou azéotropique est un mélange liquide qui bout à température
fixe en gardant une composition fixe.
Quand on distille un mélange de deux liquides, la température d'ébullition n'est pas
toujours comprise entre celles des deux constituants ; elle peut présenter un point d'ébullition
supérieur au point d'ébullition des constituants purs (azéotropisme négatif) ou un point
d'ébullition inférieur au point d'ébullition des constituants purs (azéotropisme positif). Dans
l'un et l'autre des cas, la distillation fractionnée ne permet pas de séparer les deux liquides,

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 11


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

mais seulement l'un d'entre eux et le mélange azéotrope correspondant au point d'ébullition
maximal ou minimal. Par exemple l'alcool à 96° (soit 96% d'éthanol et 4% d'eau) est un
mélange azéotropique qui bout à 78,1 C, température inférieure à celle de l'éthanol pur (Téb:
78,4 C).
Deux cas à l’azéotrope la température de changement d’état est minimum graphe de
gauche ou passe par un maximum graphe de droite.

Figure 4 : Courbes azéotropique [9]

II.2.2.4 Manipulation d’une colonne de distillation [25]


Déclencher le chronomètre dès le début de l’ébullition. Noter la température θ toutes
les minutes, et construire la courbe associée θ = f(t)au fur et à mesure sur le graphe.
La température augmente d’abord, puis se stabilise à peu près. Lorsque cette
stabilisation est atteinte (températureθ_1), changer le réceptacle pour recueillir le distillat.
Conserver ce réceptacle tant que θ reste sensiblement égale àθ_1. Lorsque la température
s’élève, changer de réceptacle. Cette première fraction s’appelle encore "tête de distillation".
Continuer à noter la température, et à la reporter sur le graphe. Dès l’obtention d’un
nouveau palier de température (notéeθ_2), changer de réceptacle.
Recueillir ainsi les différentes fractions de distillation correspondant aux différentes
stabilisations de la température : θ_2, θ_3, etc.... La dernière fraction avant la fin de
l’expérience s’appelle "queue de distillation".
II.3 Procédés et techniques de réalisation d’une colonne de distillation
: [25]
II.3.1 Réalisation industrielle
Dans l’industrie, la colonne à distiller est une colonne à plateaux, grande tour
cylindrique surmontant la chaudière, dans laquelle le liquide est en ébullition. Une colonne a
une hauteur d’environ 20m, et comporte une cinquantaine de plateaux.
Un double flux de matière se produit. Pour un plateau donné :

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 12


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

- La vapeur provenant du plateau inférieur se condense. Cette opération étant


exothermique, le liquide obtenu émet à son tour une vapeur plus riche en composé volatil, qui
va se condenser sur le plateau supérieur, et ainsi de suite.
- Le liquide, provenant du plateau supérieur, plus riche en composé le moins volatil,
tombe dans les plateaux inférieurs. On l’appelle reflux.
Ce double flux permet donc le contact entre liquide et vapeur, indispensable pour que
la distillation se fasse.
On récupère alors, si le nombre de plateaux est suffisant, le composant le plus volatil
en haut de colonne, et le composant le moins volatil en bas de colonne.

Figure 5 : Vue schématique à l'intérieure d'une colonne [26]


Le principe de la distillation fractionnée nécessite que l’équilibre physique s’établisse
sur chaque plateau entre le liquide qui reflue et la vapeur qui monte. Chaque plateau est donc
théoriquement à température constante, (la température diminuant à mesure que l’on s’élève
dans la colonne).
En réalité, les débits des flux de vapeur montante et de liquide descendant sont
constants, et la composition du liquide sur chaque plateau n’est pas homogène.
II.3.2 Réalisation en laboratoire : [25]
La colonne à distiller est :
- soit une colonne de Vigreux cylindrique portant des pointes de verre à l’intérieur,
favorisant les équilibres liquide-vapeur,
- soit une colonne remplie d’anneaux, appelée colonne à anneaux de Raschig.
Dans ces colonnes, les compositions du liquide et de la vapeur varient de façon
continue. Leur efficacité est plus faible, mais leur mise en œuvre est facile.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 13


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Ce qui différencie les colonnes de rectification sont leurs dispositifs internes. Nous
distinguons:
- les colonnes à plateaux : perforés, à calottes ou à soupapes ;
- les colonnes à garnissage : en vrac ou structuré.
II.3.2.1 Colonnes à plateaux : [19]
Les colonnes à plateaux sont utilisées pour réaliser un contact entre phase gazeuse et
phase liquide de manière à les amener le plus près possible de l’état d’équilibre. Le
mouvement des phases peut se faire de deux façons :
- à contre-courant, sur un plateau constitué exclusivement par des trous ou des fentes à
travers lesquels le liquide et la vapeur s’écoulent et il n’y a pas de trop plein.
- à courants croisés, sur un plateau à travers lesquels la phase vapeur traverse une
couche de liquide se déplaçant horizontalement avant de déboucher par un trop plein sur le
plateau inférieur.

Figure 6 : Mouvement des phases Figure 7 : Mouvement des phases


dans une colonne à contre-courant dans une colonne à contre-courant

II.3.2.2 Colonnes à garnissage : [19]


Les colonnes garnies diffèrent nettement des colonnes à plateaux, tant par leur
construction que par leur fonctionnement. Les fluides y circulent à contre-courant et non plus
à courants croisés. L’équilibre entre liquide-vapeur n’est réalisé en aucun niveau d’une
section garnie, même si on la considère comme fonctionnant de façon idéale.
Le transfert des matières entre le liquide et la vapeur a lieu de façon continue sur toute
la hauteur de la colonne. Le rendement de la colonne garnie est obtenu en déterminant le
nombre de plateaux d’une colonne idéale qui aurait la même efficacité que la colonne

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 14


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

considérée et on déduit ensuite la HEPT (Hauteur équivalent des plateaux théoriques). Cette
colonne sera d’autant meilleure que sa HEPT sera plus petite.
On détermine par la construction graphique le NET (nombre d'étages théoriques) et
connaissant la hauteur du garnissage, on déduit la HEPT :

𝐻𝑎𝑢𝑡𝑒𝑢𝑟 𝑑𝑒 𝑔𝑎𝑟𝑛𝑖𝑠𝑠𝑎𝑔𝑒
𝐻𝐸𝑃𝑇 =
𝑁𝐸𝑇

Figure 8 : Distillation simple Figure 9 : Distillation fractionnée

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 15


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre III: LA BIOMASSE ET LA FILIERE BANANE


Ce chapitre comporte d’une part quelques définitions de la biomasse et les éventuels
modes de valorisation et d’une autre les généralités sur les bananiers et la filière banane à
Madagascar.

III.1 Quelques définitions de la biomasse


Diverses entités internationales qui travaillent dans le domaine de la biomasse ont
chacune leur manière de définir la biomasse.
Selon l’ADEME « Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie », la
biomasse englobe les matières organiques animales et végétales ainsi que l’ensemble des
résidus principalement organique généré par les activités humaines comme les déchets
humains et les effluents urbains.
Ces différentes ressources peuvent être regroupées en trois types :
- Le bois et les déchets des industries de transformation des bois y compris les liqueurs
noires de papeterie ;
- Les produits de l’agriculture ainsi que leurs déchets et ceux de la transformation des
produits agricoles ;
- Les déchets urbains comme les ordures ménagères et les boues de station.
Selon le FAO « Food and agriculture organisation » ou « Organisation des Nations
unies pour l’alimentation et l’agriculture » la biomasse peut être regroupée en trois catégories:
- La biomasse agricole : comprend les sous-produits d’exploitation agricole, les sous-
produits animaux, les sous-produits des industries agroalimentaires, les cultures énergétique
terrestre (canne à sucre, manioc, les déchets organiques comme le tourbe, houille, lignite) ;
- La biomasse forestière : comprend respectivement les résidus d’exploitation forestière
et les plantes à soins énergétiques comme l’eucalyptus ;
- La biomasse aquatique et algue : ceux sont les cultures énergétiques aquatiques
comme la jacinthe d’eau et les algues.
III.2 Différents types de biomasse [30]
Il existe différents types de biomasse qui peut être utilisés comme source d'énergie.
Bien qu’il existe de nombreuses classifications, nous avons ici choisi la classification qui nous
semblait la plus adaptée. Celle-ci consiste à diviser la biomasse en quatre types: la biomasse
naturelle, les déchets secs et humides ainsi que les cultures énergétiques.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 16


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

III.2.1 La biomasse naturelle


Elle est produite dans la nature sans aucune intervention humaine. Son problème est sa
gestion d'acquisition ainsi que son transport vers les endroits ciblés. Cela peut avoir pour
conséquence de rendre son exploitation économiquement impossible.
III.2.2 Les déchets résiduels (secs et humides)
Il s’agit des déchets générés par les activités de l’agriculture (ligneuses et herbacées) et
de l'élevage, des forêts, des industries agroalimentaires et du bois, ainsi que toutes celles
pouvant être utilisées et considérées comme sous-produits. A titre d'exemple nous pouvons
considérer la sciure de bois, les coquilles d'amandes, les noyaux d'olives, l'élagage fruitier,
etc.
On appelle biomasse résiduelle humide les déchets dits biodégradables, c'est-à-dire les
eaux usées urbaines et industrielles ainsi que les déchets d'élevage.
III.2.3 Les cultures énergétiques
Celles-ci sont produites avec pour seul objectif de produire de la biomasse
transformable en combustible. Ces cultures peuvent être divisées en:
- Les cultures déjà existantes telles que les céréales, les oléagineux, les betteraves
sucrières, etc.
- Les forêts lignocellulosiques (peupliers, saules, etc.).
- Les herbacés lignocellulosiques comme le Cynara Cardunculus (chardon)
III.3 Valorisation énergétique de la biomasse [2]
La valorisation énergétique de la biomasse peut produire trois formes d’énergie utile,
en fonction du type de biomasse et des techniques mises en œuvre :
- De la chaleur ;
- De l’électricité ;
- Du combustible.
III.3.1 Procédés de valorisation de la biomasse
On distingue trois procédés de valorisation de la biomasse :
- La voie sèche : principalement constituée par la filière thermochimique, qui regroupe
les technologies de la combustion, la gazéification et de la pyrolyse.
- La voie humide : la principale filière de cette voie est la méthanisation, il s’agit d’un
procédé basé sur la dégradation par des micro-organismes de la matière organique. Elle
s’opère dans un digesteur chauffé et sans oxygène (réaction en milieu anaérobie).

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 17


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

- La production de biocarburant : les biocarburants sont des carburants liquides ou


gazeux créés à partir d’une réaction entre huile et l’alcool dans le cas du biodiesel ou à partir
d’un mélange de sucre fermenté et d’essence pour le cas du bio éthanol.
III.3.2 Générations de biocarburants
Il existe trois générations de biocarburants :
- 1ère génération : biocarburants créés à partir des graines ;
- 2e génération : biocarburants créés à partir des résidus non alimentaire des cultures
(paille, tige, bois) ;
- 3e génération : biocarburants créés à partir d’hydrogène produit par des micro-
organismes ou à partir d’huile produite par des microalgues. (Généralité sur la biomasse)
III.3.3 Energie de la biomasse
Le tableau ci-dessous récapitule la valorisation énergétique de plusieurs biomasses.
Tableau 2 : Energie produite à partir de la biomasse [2]
BIOGAZ BIOCARBURANTS BOIS-ÉNERGIE
Matières -zones d’habitation: Pour le bioéthanol: -exploitation forestière:
appropriées épluchures et déchets verts -artisanat et industrie : bois forestier à l’état
-agriculture: engrais de déchets contenant des naturel et résidus
ferme et résidus de récolte sucres provenant du traitement
- artisanat et industrie: du bois
déchets alimentaires, résidus Pour le biodiesel: -zones d’habitation: vieux
de la transformation des -artisanat : huiles de bois
denrées alimentaires ou friture usagées -agriculture: bois
des déchets de la -industrie: graisses provenant de l’entretien
transformation de la viande animales du paysage
-stations d’épuration des
eaux usées: boues
d’épuration
Produits électricité, chaleur et Carburant électricité, chaleur et
carburant carburant

III.4 Généralités sur le bananier


III.4.1 Morphologie et cycle du bananier [22]
Même s’il peut atteindre 9 mètres de haut, le bananier n’est pas un arbre. Le bananier
est une plante monocotylédone herbacée et vivace de grandes dimensions, et à végétation

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 18


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

particulièrement rapide cultivée essentiellement pour son fruit consommé frais ou cuit, il
appartient à la famille des musacées et au genre musa.
La plante du bananier est composée de plusieurs organes morphologiques :
- d’une tige souterraine appelée bulbe : le centre vital du bananier. Elle est le lieu de
formation des racines, des feuilles et de l’influence. C’est à ce niveau que se différencient les
rejets assurant la pérennité naturelle de l’espèce ;
- des feuilles ; on observe un simple développement en hauteur de la base massive des
pétioles des grandes feuilles insérées en spirale. Grandes feuilles droites ou retombantes
(jusqu’à trois mètres de long et 60 centimètres de large) longuement pétiolées ;
- le pseudo-tronc ou faux tronc résulte de l’imbrication des gaines foliaires les unes dans
les autres ;
- d’une inflorescence se forme au niveau de la tige souterraine, parcourt tout le centre
du faux tronc avant son apparition à l’extérieur de la plante.
Les fleurs dites femelles qui se forme en premier et qui donneront les fruits
comestibles groupés en mains composées de doigts ou bananes, les fleurs dites mâles à
l’extrémité de l’axe floral qui dégénèrent après la floraison. Lorsque l’on parle d’un régime de
bananes, on désigne l’ensemble des mains et la hampe florale sectionnée pour la récolte, bien
que le bananier ne puisse donner qu’un seul régime par cycle, on le considère comme une
culture pérenne.

Figure 10 : Un bananier

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 19


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Le cycle de développement du bananier est caractérisé par trois phases. Pendant


chaque phase il y a la formation d’un nombre déterminé des feuilles; Cette formation des
feuilles dépend de l’état physiologique de la plante et de la température. Si la température est
adaptée à la plante on aura la formation d’une feuille par semaine.
Les trois phases qui caractérisent le cycle de développement du bananier :
- Phase végétative de 6 à 8 mois
- Phase de floraison d'une durée de 3 à 4 mois
- Phase de fructification d'une durée de 3 à 4 mois
C'est au début de la première phase que les potentialités de développement sont
déterminées. C'est durant cette phase que la nutrition azotée et potassique est la plus
importante par rapport aux autres phases. Dans la deuxième phase, le pseudo- tronc ne grossit
plus mais ses entre-nœuds s'allongent. Lors de la troisième phase, les entre-nœuds se
raccourcissent et la surface foliaire diminue en faveur du développement de l'inflorescence.
L'importance de l'azote diminue alors que les besoins en potassium augmentent.
III.4.2 Classification [6]
Avec environ 1000 types de bananes, subdivisés en 50 groupes de variétés, il y a
vraiment beaucoup de bananes différentes dans le monde. Il y a des bananes courtes, des
carrées, des rondes, des droites, des courbées, des vertes, jaunes, roses, tachetées, dorées, et
même des rayées.
Les bananes comestibles, ou cultivars, sont classifiées selon leur génome. Il y a six
groupes principaux :
- AA : principalement de petites bananes sucrées (bananes gingo, bananes miniatures)
- AAA-dessert : ex. Cavendish, la principale variété exportée.
- AAA-à cuire : groupe spécial des bananes d'altitude d'Afrique de l'est, également
utilisées pour faire de la bière
- AAB-dessert : arôme “doux acide”, populaire au Brésil et en Inde
- AAB-à cuire : “vraies bananes plantain”, répandues en Afrique de l'ouest et en
Amérique latine
- ABB à cuire : répandues en Asie du sud-est. Chair farineuse qui nécessite
généralement d’être cuite pour avoir un goût agréable.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 20


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

III.4.3 Condition de vie du bananier [22]


III.4.3.1 La température
L'optimum de température se situe dans l'intervalle de 25 à 30°C. Au-delà de 35 à
40°C et en bas de 14°C des anomalies surviennent. Les plantes accusent un retard de
croissance manifestée par une lente émission des feuilles plus petites.
III.4.3.2 La lumière
Le bananier est une plante qui a besoin d'un ensoleillement suffisant. Des durées
d'insolation de 1900 à 2300 heures par cycle sont exigées par la plante. Sous des densités
élevées de peuplement, on a un effilement des plantes et un retard de floraison et du
grossissement du fruit.
III.4.3.3 Le vent
Le bananier est muni d'un système racinaire traçant et superficiel. Par conséquent, il
est sensible aux vents violents. Les vents violents amènent toujours des dommages
considérables, soit en brisant les feuilles aux pétioles, soit en cassant les pseudos troncs.
III.4.3.4 Humidité
Le bananier exige une forte humidité de l'air (60% à 90%), le sol doit être
suffisamment pourvu en eau. Les zones éloignées de la mer (absence d'influence maritime)
sont relativement sèches. En cas d'une très basse humidité, on peut y remédier en irrigant.
III.4.3.5 Sol
On mettra surtout l’accent sur la structure du sol. Le bananier exige un sol léger,
profond, peu caillouteux qui permettra à ses racines de se développer sans obstacles. Il faut
donc éviter les sols lourds, drainant mal ou qui se compactent facilement les racines sont très
vite asphyxiées par tous excès d’eau dans le sol.
III.5 La filière banane à Madagascar [16]
III.5.1 Producteur de banane
La culture de la banane est quasiment présente partout à Madagascar, sauf dans les
régions arides de l’Ouest et du Sud. On estime à 38 000 ha les superficies cultivées,
dispersées à travers le pays, produisant environ 170 000 tonnes de fruits. Mais il s’agit de
bananes-fruits ou de bananes-plantains, consommées crues ou cuites, et destinées à la
consommation familiale ou au commerce local.
En revanche, la banane d’exportation est exclusivement cultivée sur un secteur de la
Côte Est de Madagascar, en gros entre Fénérive-Est et Brickaville, long de 200 km environ,
large de 50 km au maximum. L’ancienne Province de Tamatave est donc au cœur de cette
zone bananière, à peu près à égale distance de ses extrémités nord et sud. Cette symétrie

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 21


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

s’explique par les liens étroits qui existent entre la culture bananière d’exportation et les
moyens de transport qui permettent l’évacuation de la production. La banane est en effet un
fruit fragile, et la rapidité de son exportation est un atout pour son bon écoulement sur le
marché. La partie centrale de la Côte Est produit donc la totalité des bananes exportées par
Madagascar.
Le tableau suivant illustre la production de banane de Madagascar selon l’INSTAT.
Tableau 3 : Situation de la production de banane

Faritany Production (t) (%) Superficies (ha)


Antananarivo 318 0,2% 675
Toliary 3 396 1,9% 1 770
Mahajanga 5 919 3,5% 4 975
Antsiranana 28 137 16,5% 5 995
Toamasina 61 108 36,0% 10 230
Fianarantsoa/Manakara 71 285 41,9% 14 755
Total 170 163 100 % 38 000

III.5.2 Structures de commercialisation [11]


La commercialisation de la banane est très dynamique, c’est l’une des fruits les plus
comestibles à Madagascar.
III.5.2.1 Le marché intérieur
Le principal marché de banane de Madagascar est orienté vers Antananarivo, où la
consommation annuelle est estimée à 25 000 tonnes de bananes.
Les centres fournisseurs de bananes d’Antananarivo sont :
- Le Sud-Est : 60% (Manakara, Mananjary)
- L’Est : 30%
- Le Nord-Ouest : 10%
Une partie de cet approvisionnement est assurée par d’autre zone de collecte en
période de pénurie hivernale. La banane est présente en toutes saisons mais on constate une
baisse de l’offre pendant l’hiver (juin, juillet, août).
L’achat se fait soit :
- Par des collecteurs grossistes qui assurent parfois le transport fluvial et le
débarquement et livrent la marchandise aux grossistes camionneurs qui les acheminent
jusqu’à Antananarivo ;
- Ou par des producteurs collecteurs situés au bord de route qui centralisent la
production de plusieurs planteurs et chargent des camions venant d’Antananarivo. En pleine
saison, ils peuvent remplir un camion de 12 tonnes par 3 jours.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 22


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

- Ou par des producteurs grossistes qui achètent à d’autres producteurs au kilogramme,


stockent en vert et revendent à des grossistes transporteurs. Les bananes arrivées à
Antananarivo sont toujours vertes. Elles sont stockées par des grossistes de murisseries de
bananes et écoulent les produits aux revendeurs détaillants des marchés de quartiers de la
capitale.
Pour l’évolution du prix de la banane, les prix d’achat aux producteurs varient selon
les saisons :
- Saison des pluies (été) : 200-250 MGA/kg, prix du régime
- Saison sèche (hiver) : 250-300 MGA/kg, prix du régime
Ces prix peuvent descendre jusqu’à 100-150 MGA/kg dans les zones très enclavées
longent le réseau FCE (Fianarantsoa Côte Est).
Les prix de vente du régime mûre aux consommateurs :
Les prix de détail ont régulièrement évolué entre 2000 et 2018. Ces prix restent
cependant très influencés par les conditions climatiques (saison pluvieuse et passage de
cyclones où des montées de prix jusqu’à 600 MGA/kg sont enregistrées).
Tableau 4 : Prix de vente du régime mûre de banane au consommateur [11]

Centre de consommation 1990 1994 2000 2004 2018


Antananarivo 50 200 300-400 300-500 1000-2000
Fianarantsoa 200-300 600-800
Manakara 200-240 600-800

Il ressort de ce tableau qu’après une forte augmentation des prix vers 1994 et 2018, ils
se sont multiplié de 6 à 10 fois plus cher jusqu’en 2004 et 3 à 4 fois plus en 2004 jusqu’en
2018.
III.5.2.2 Le marché extérieur [11]
L’exportation de bananes a démarré dans les années 60 pour atteindre en 1966 son
volume maximal de 35 000 tonnes. Ensuite l’exportation a baissé progressivement pour
s’arrêter en 1998. La banane exportée est principalement constituée de la variété POYO. Sur
la base des analyses de la mission récente en décembre 2003, il paraît difficile d’envisager
une reprise de l’exportation de la banane de Madagascar sur le marché européen, compte tenu
de l’accentuation de la concurrence, qui se traduit par une baisse tendancielle des prix sur le
marché. Néanmoins, le développement d’une exportation à petite échelle vers la sous-région
(COI) et le Moyen-Orient n’est pas à écarter.
En ce qui concerne le quota dont bénéficiait Madagascar de par la Convention de
Lomé, il n’existe plus depuis 2001. Il existe cependant des mesures transitoires jusqu’au début

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 23


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

de 2008 où les pays ACP bénéficient d’un quota global. La banane de Madagascar n’étant pas
compétitive par rapport aux pays latino-américains, le choix a été plutôt orientée vers la
diversification des produits, qui bénéficie d’une aide de 500 000 € par an de l’Union
Européenne par le biais du CTHT.
III.5.3 Variétés de bananes existant à Madagascar [20]
Les bananiers à fruit consommables crus correspondent au genre du Musa Sapientum.
L’attribution du nom de cette banane varie selon la région de Toamasina et Antsiranana ; on
la désigne Katakata et le terme Fontsy peut être employé à Toamasina, Kida ou Fontsy à
Mahajanga ; l’appellation Akondro est utilisé sur les hauts plateaux et à Toliara.
Les variétés les plus connus sont :
III.5.3.1 Les figues sucrées
Les bananes de type diploïde AA sont principalement de petite bananes sucrés avec de
peau très fine. Cette variété correspond au Akondromavokely et ranjaly qui sont
abondamment dans plusieurs régions de Madagascar, mais surtout Toamasina, Mahajanga et
Antsiranana.
III.5.3.2 Les figues roses
Elles correspondent à une variété de banane à peau rouge Menaloky, que l’on trouve
dans la région du Lac Alaotra et de Moramanga.
III.5.3.3 Le Gros Michel
Variété très répandu à Madagascar et on l’appelle AkondroTaiparasy. Mais, il existe
des variétés commerciales de bananes qui sont classés dans le groupe «Cavendish » ou «
Sinensis ». Ce groupe comprend quatre types principaux : le «Lactan », le « Poyo », la grande
Naine et la « Naine » dont la description et les correspondances à Madagascar sont à
rechercher.
III.5.3.4 Les bananiers plantains
Elles donnent des bananes à cuire correspondant au genre Musa paradisiaca on
l’appelle qussi « Akondro lahy ». Ils sont cultivés dans toutes les régions chaudes et humides.
On les rencontre surtout dans les régions du Boina, de Midongy de l’ouest, dans le bassin de
Fiherenana et dans la partie Est de l’île. Le plus connu est la banane créole ou « French »
Plantain des Antilles qui correspondrait aux Akondrotelorirany de Madagascar.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 24


DEUXIEME PARTIE :
MATERIELS ET METHODES
Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre IV: METHODOLOGIES


Ce chapitre décrit les démarches suivies en vue d’identifier la méthodologie adéquate
à adopter pour cette étude.

IV.1 Caractéristiques physico-chimiques de la banane [16]


Une certaine liste de résultats d’analyse de la banane figure dans la littérature, mais les
résultats ne sont pas toujours concordants. La différence vient surtout du degré variable de la
maturité du fruit analysé et non pas tellement de son origine, du moins pour les grands écarts
de pourcentage d’un même élément.
IV.1.1 Composition chimique de la banane
Plusieurs auteurs sont à signaler dans cette étude de la composition de la banane.
Citons seulement : BOUSSINGAULT(1843), BALLAND(1907), KONDO et
collaborateur(1928), LABBE(1933), BROOKS (1941) et certaines organisations.
En 1843, Boussingault J.B. pense aussi que la banane contient du sucre cristallisable,
de la gomme, de l’acide malique, acide gallique, des albumines, de l’acide pectique et des sels
alcalino-terreux. L’auteur signale que 1000 grammes de fruits mûrs frais donnent 439
grammes de banane sèche, et qu’à l’état vert, il n’y a pas de sucre, mais beaucoup d’amidon.
En 1863, Corenwinder M.B donne la composition de la banane du Brésil :
Tableau 5 : Composition de la banane du Brésil
Matières Banane
Eau 73,9
Albumine 4,8
Cellulose 0,2
Matières grasses 0,6
Sucre de canne 19,65
Acide organique 19,65
Pectine 19,65
Amidon 19,65
Acide phosphorique 0,79
Chlore 0,79
Fer 0,79

En 1907, A.Balland donne la composition suivante de la pulpe et de la peau de la


banane, et consacre une grande partie de son « Traité sur les Aliments » à ce fruit
particulièrement riche.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 26


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 6 : Composition de la banane selon A.Balland


Matières Pulpe Peau
Eau 72,40 81
Matière azotées 1,44 1,28
Matières grasses 0,09 0,68
Matières sucrées 21,90 6,20
Matières extractives 2,03 6,48
Cellulose 1,22 2,42
Cendres 0,92 1,94

En 1907 également, le Service d’Agriculture de l’Argentine donne une composition


différente de la pulpe et de la peau, différente de la précédente par le taux du sucre et
l’existence d’un taux élevé d’amidon. Certainement, l’analyse a été faite sur un fruit non
arrivé à maturité parfaite.
Tableau 7 : Composition de la banane selon le Service d’Agriculture de l’Argentine
Matières Pulpe Peau
Eau 68,20 79,30
Acide pectique 0,03
Pectine 1,24 0,74
Sucre 7,07
Amidon 21,98 8,98
Fibrine 0,18 1,88
Matières ligneuses 0,50 5,16
Cendres 0,50 0,63

D’autres auteurs : Kondo et collaborateurs (1928) donnent quelques détails sur ce fruit
: une banane pèse en moyenne 148 grammes et dans chaque fruit, a partie comestible
représente 60% et la peau 40%. Pour eux, le pouvoir énergétique est de 75 calories pour une
banane, et il y a également des enzymes, maltase (pour Boone Ray [1926], la pulpe présente
70,59 % du poids total, la peau 29,41%).

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 27


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 8 : Composition d’une banane pesant 148 grammes


Matières Banane
Eau 68,51
Protéines 1,80
Fibre 0,34
Amidon 4,69
Dextrine 0,15
Sucre non réducteurs 1,94
Sucre réducteur 12,23
Substances pectiques 0,38
Tanin (acide gallo tannique) 0,12
Cendre 1,04

D’après le RescarchDepartement United Fruit, en 1928 également, la pulpe représente


72 % du poids d’une banane, la peau 28%.
Tableau 9 : Composition de la banane selon le département United Fruit
Matières Banane
Eau 75,6
Sucre 19,9
Amidon 1,2
Protéines 1,3
Graisse 0,6
Celluloses 0,4
Cendres 0,8

A Paris, en 1933, A. Labbé donne la comparaison de la banane fraiche, verte et mûre,


et note l’absence d’amidon dans le fruit mûr.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 28


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 10 : Comparaison de la banane selon A. Labbé


Matières Banane fraîche verte Banane fraîche mûre
Eau 78,11 73,6
Graisse 0,18 0,3
Glucose 0,29 -
Sucre et pectine - 22,8
Amidon 11,11 -
Cellulose - 0,2
Albumine 1,35 1,7
Fibres digestibles 10,07 -
Fibres ligneuses 0,66 -
Gomme 0,36 -
Substances minérales 0,87 0,8

D’après ces résultats, nous remarquons que la proportion d’eau diminue avec la
maturation du fruit, tandis que celle des graisses, du sucre et des protides augmentent, et
certaines substances telles qu’amidon, fibres et gomme disparaissent à la maturité de la
banane.
Les résultats obtenus par Brooks en 1941 sont également différents, et l’auteur
compare le fruit vert et le fruit mûr.
Tableau 11 : Comparaison du fruit vert et mûr
Matières Fruit vert Fruit mûr
Eau 73,10 77,88
Matière protéiques 1,73 1,36
Matières grasses 0,90 0,82
Amidon 21,29 0,72
Sucres réducteurs 0,08 7,5
Saccharoses 1,17 10,22
Pectine 0,08 0,20
Cellulose brute 0,72 0,52
Cendres 0,93 0,78

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 29


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

IV.1.2 Composition chimique des parties morphologiques du bananier


[13]
Les tableaux suivants présentent la composition générale du bananier. Partant de cette
composition chimique, on peut mettre en évidence la possibilité valorisation énergétique
potentielle des déchets de biomasse lignocellulosique du bananier.
Tableau 12 : Composition chimique de la biomasse lignocellulosique des parties
morphologiques du bananier appartenant au sous-groupe Cavendish : Musa AAA
Partie morphologiques (PAM)
Hampe du régime
Limbes Nervures + pétioles Gaines foliaires Tige florale + rachis
Biomasse sèche et humide (%)
mfPAM (% mfPE) 13 9,25 17,83 8,92 3,85
mfPAM (%mfPAM) 24,6 17,5 33,74 16,88 7,28
msPAM (% mfPAM) 16,5 9,8 3,4 7,8 9,8
msPAM (% mfPE) 4,06 1,72 1,15 1,32 0,71
Composition chimique (%msPAM)
Cellulose 20,7 39,5 37,1 14,4 28,4
Hémicellulose 8,6 21,5 11,4 5,5 7,5
Lignine 24,3 18 13,3 10,7 10,5
Amidon 1,1 0,4 8,4 26,3 1,4
Protéines 8,3 1,6 1,9 3,2 2
Lipides 8,4 2,1 3,5 2,5 2,9
Cendres 19,4 11,6 19 26,1 26,8
ESSE 1,23 0,57 3,03 2,13 0,94
Pectines et autres 7,97 4,73 2,37 9,17 19,56
Composition chimique (%mfPAM)
Cellulose 0,84 0,68 0,43 0,19 0,2
Hémicellulose 0,35 0,37 0,13 0,07 0,05
Lignine 0,99 0,31 0,15 0,14 0,07
Amidon 0,04 0,01 0,1 0,35 0,01
Protéines 0,34 0,03 0,02 0,04 0,01
Lipides 0,34 0,04 0,04 0,03 0,02
Cendres 0,79 0,2 0,22 0,34 0,19
ESSE 0,05 0,01 0,03 0,03 0,01
Pectines, tanins, etc. 0,32 0,08 0,03 0,12 0,14

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 30


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 13 : Composition chimique totale de la biomasse lignocellulosique des parties


morphologiques du bananier appartenant au sous-groupe Cavendish : Musa AAA
Composants chimiques teneur (%) Total
Composition chimique totale des PaM
étudiées (% msPAMT) 100
ESSE 1,45
Cellulose 26,09
Hémicellulose 10,89
Amidon 5,63 5,63
Lignine 18,58
Protéines 4,94
Lipides 5,26
Pectines et autres 7,73
Cendres 19,43
Monosaccharides (% sucre simple)
Pentoses –Xyl 16,5 25,5
- Ara 9,0
Hexoses – Glu 69 74,5
- Gal 2,5
- Ma 2
- Rha 1
éléments minéraux (% cendres)
Si 34
Ca 19
K 40
P 2
Mg 3

IV.2 Les possibilités de valorisation des déchets de bananiers [13]


IV.2.1 Production potentielle du bioéthanol
De formule brute C2H5OH et usuellement désigné par l’abréviation EtOH, l’éthanol
est un produit à usages multiples (pharmaceutique, parfumerie, alimentaire, combustible,

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 31


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

etc.). Il est produit chimiquement par hydratation catalytique directe de l’éthylène (CH2=CH2)
et biologiquement par fermentation alcoolique. Lorsque le substrat de la fermentation est une
biomasse lignocellulosique, on procède d’abord à un prétraitement qui vise à modifier les
propriétés physiques et physicochimiques, telles que le degré de polymérisation de la matière
lignocellulosique, et donc des fractions cellulosiques et hémicellulosiques. Ce prétraitement
est suivi de l’hydrolyse des polysaccharides (cellulose et hémicellulose) en monosaccharides
(hexoses et pentoses) avant la fermentation proprement dite qui conduira à la production du
bioéthanol.
La conversion des pentoses et des hexoses en éthanol fait l’objet de différentes voies
de transformation. En effet, ces sucres peuvent être transformés par la voie des pentoses
phosphates, la glycolyse, la voie d’Entner-Doudorof, etc. Dans la mesure où certaines
enzymes sont spécifiques à un microorganisme, il est à noter que la voie de transformation
des sucres en éthanol diffère suivant les microorganismes utilisés pour la fermentation.
L’équation générale de production du bioéthanol à partir des monosaccharides est la suivante:
𝐶6 𝐻12 𝑂6 ⟶ 2𝐶2 𝐻5 𝑂𝐻 + 2𝐶𝑂2
La figure 4 présente la production potentielle du bioéthanol en litres par tonne de MS.
Trois types de production y sont représentés : la production par fermentation des hexoses
uniquement, la production par fermentation successive des hexoses et pentoses et la co-
fermentation simultanée des hexoses et pentoses. Le cout de production dépend de plusieurs
facteurs. Les deux facteurs les plus couteux du processus de conversion sont le prétraitement
et l’hydrolyse enzymatique. En effet, ceux-ci représentent respectivement, environ 33% et
40% du cout de production total. Le cout de la matière première est également un facteur
important dans le cout de production, même si celui-ci intervient pour une moindre
proportion. De manière générale, les couts de production du bioéthanol de seconde génération
dépendent de la matière première exploitée et de la technique de production employée.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 32


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Figure 11 : Production potentielle comparative du bioéthanol (l.t-1 de matière sèche) à partir


des déchets de biomasse lignocellulosique du bananier et d’autres matières organiques.
Comme l’indique la figure 4, la production potentielle du bioéthanol à partir des DBA
est de 294 l.t -1 de MS (soit 232,8 kg.t -1 de MS) suivant le procédé SSCF. Au niveau national,
elle est de 118,4 x 106 l (93,8 x 106 kg). Sachant que le pouvoir calorifique inférieur du
bioéthanol est de 5,91 Kwh.kg -1, le potentiel de production énergétique de la transformation
des DBA en bioéthanol revient à 27,2 x 103 Kwh.ha-1.
Dans des conditions physico-chimiques optimales, la production du bioéthanol varie
en fonction de la teneur en sucres du substrat utilisé. D’après Didderen et al.(2008), l’épicéa,
le peuplier, la paille de céréales, le maïs et le Miscanthus, plus riches en sucres, possèdent un
rendement de production du bioéthanol plus élevé que celui des DBA (Figure 4). Avec une
teneur en sucres comprise entre 14 et 15 % (Didderen et al. 2008), le jus de canne à sucre a un
rendement de production du bioéthanol beaucoup moins élevé que celui des DBA. Ces
derniers contiennent environ 52 % de sucres.
Sur le plan environnemental, la production du bioéthanol de seconde génération
permet non seulement de lutter contre les gaz à effet de serre, mais aussi de pallier à certains
problèmes liés à la production du bioéthanol de première génération. En effet, on n’aura plus
besoin d’élargir les surfaces cultivables pour des monocultures destinées à la production du
bioéthanol et au détriment de la biodiversité et de l’équilibre des sols.
IV.2.2 Production potentielle du bio méthane
Le méthane, de formule brute CH4, est un combustible dont la température d’auto-
inflammation dans l’air est de 540°C. Il peut être d’origine naturelle, par exemple lorsqu’il se

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 33


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

dégage des zones humides naturelles, d’origine animale lors d’une fermentation entérique ou
bien d’origine humaine, lorsqu’il provient de l’agriculture (rizières inondées), de l’extraction
de gaz ou des prairies. Il est le principal constituant du gaz issu de la fermentation de matières
organiques (animales ou végétales) en l’absence d’oxygène et à l’abri de la lumière par
l’action combinée de plusieurs communautés de microorganismes fermentaires (CMF), d’où
l’appellation «bio méthane».
La bio méthanisation se déroule en quatre phases : l’hydrolyse, l’acidogénèse,
l’acétogénèse et la méthanogénèse. Il en ressort de multiples intérêts parmi lesquels la
production d’énergie thermique et électrique, la production de digestat servant d’amendement
agricole et la diminution des émissions des gaz à effet de serre.
Le pouvoir calorifique du biogaz est essentiellement issu du méthane qu’il contient.
Par définition, le pouvoir calorifique inférieur (PCI) d’un combustible est la quantité de
chaleur dégagée par la combustion complète de l’unité de quantité du dit combustible. Cette
chaleur est diminuée de la chaleur latente d’évaporation de l’eau issue de ladite combustion.
D’après Héteu (2007), promoteur de DEECC Consulting Sprl (Belgique), le PCI du biogaz est
proportionnel à sa teneur en CH4, d’où la formule suivante :
𝑃𝐶𝐼𝑏𝑖𝑜𝑔𝑎𝑧 = 𝑄 × 9,94 𝑘𝑤ℎ ∙ 𝑚−3
Avec Q étant le pourcentage du CH4 dans le biogaz
Le PCI du CH4 est de 9,94 kwh.m-3. Sachant que la teneur moyenne en CH4 dans le
biogaz est de 60%, le PCI moyen du biogaz revient à 5,96 kw.m-3.
Il est important de noter que dans des conditions physico-chimiques optimales, le
rendement de production du biogaz dépend de la composition en molécules fermentescibles
(glucides, lipides et protéines) des matières premières utilisées. Cette production exige des
conditions particulières de température, de potentiel d’oxydo-réduction, de pH, de rapport
Carbone/Azote et d’absence d’inhibiteurs. D’après Héteu (2007), les lipides ont un rendement
de production du biogaz plus élevé que celui des glucides et protéines. Avec environ 62% de
molécules fermentescibles dont 5,26 % de lipides, la matière sèche des DBA génère moins de
biogaz (526 m3.t-1 de MS) que les graisses usagées (800 m3.t-1de MS) essentiellement
constituées de matières grasses (Figure 5). Les déchets ménagers organiques moins riches en
matières fermentescibles produisent par conséquent moins de biogaz.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 34


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Figure 12 : Production potentielle du biogaz


Les résultats de la figure 5 montrent une différence moins accentuée entre la
production du biogaz à partir des DBA et celle à partir des matières premières utilisées pour
la production du bioéthanol de la figure 4. En effet, la production du biogaz à partir de
l’épicéa, du peuplier, de la paille et du Miscanthus (exploités pour la production du
bioéthanol) est respectivement de 567, 567, 642 et 515 m3.t-1 de MS. Cette faible différence
est due à la contribution des protéines et des lipides (respectivement 4,94 et 5,26% de MS de
DBA) à la production du biogaz. Cependant, la forte teneur en cendres des DBA (19,43%)
joue aussi en leur défaveur dans le processus de production du biogaz. Mais cette baisse de
productivité est compensée économiquement par les éléments minéraux contenus dans les
digestats ou résidus de fermentation qui, après traitement, serviront d’engrais ou
d’amendement agricole.
IV.2.3 Production potentielle des pellets
Les pellets ou granulés de bois sont des bâtonnets cylindriques de biomasse
lignocellulosique (BLC) compactée. Ils sont principalement issus du compactage des résidus
de scierie tels que les sciures et les copeaux. Leur production à partir de la BLC de certaines
plantes est pressentie comme une des solutions devant nous permettre de pallier à la
déforestation massive constatée dans la plupart des pays tropicaux. Le procédé de production
est très simple et pratique.
Les étapes couramment utilisées sont le déchiquetage, le broyage, l’humidification ou
le séchage, la granulation par compactage et le refroidissement. La simplicité de production
des pellets vient du fait que la matière première ne subit aucune transformation chimique.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 35


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Néanmoins, une diminution de la teneur en cendres est nécessaire quand celle-ci s’avère trop
élevée.
De manière générale, le potentiel énergétique des pellets reflète le potentiel
énergétique de la matière première de départ si les teneurs en eau sont identiques. Dans la
mesure où la teneur en eau des pellets est d’environ 10%, la production potentielle sera
déterminée en tenant compte de ladite teneur. Avec une production de DBA estimée à 19,69
tonnes de MS.ha-1.La conversion potentielle des dits déchets en biocarburants de seconde
génération nous donnerait 93 800, 92 133 et 447 500 tonnes de bioéthanol, de biométhane et
de pellets respectivement.
IV.2.4 Choix de la matière première
Cette étude se place dans la production de bioéthanol de seconde génération puisque la
matière première est constituée de déchets de fruits. Par rapport aux recherches évoquées plus
haut, une partie biomasse lignocellulosique compose les déchets de bananier. Toutefois cette
biomasse n’est pas directement fermentescible et que son traitement nécessite le passage par
une étape de dépolymérisation de la cellulose pour arriver à un sucre tel que l’amidon qui
devra à son tour passer par l’hydrolyse (transformation de l’amidon en saccharose).
C’est ainsi que nous avons opté pour les déchets de fruit de banane qui présente
l’énorme avantage d’être non seulement, une matière première riche en sucre, directement
fermentescibles mais aussi des déchets le plus abondant dans les zones urbaines et
périphérique.
IV.3 LA ZONE D’ETUDE
IV.3.1 Situation géographique [21]
La commune urbaine d’Antananarivo est située au centre de la région d’Antananarivo
et s’étant sur une superficie de 78 Km2. Elle renferme une importante zone d’agglomération
et limitée par les districts à savoir :
- Antananarivo Avaradrano au Nord et à l’Est
- Antananarivo Atsimondrano au sud et à l’ouest
- Ambohidratrimo au Nord et à l’ouest
Etant la capitale de Madagascar, elle constitue le point de convergence des principales
routes nationale telle que la RN1, RN 2, RN 4 et la RN 7 reliant la ville avec les autres
régions.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 36


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Figure 13 : Carte de la situation géographique de la CUA [21]

IV.3.1.1 Reliefs [13]


La Région fait partie de ce que l’on appelle les hautes terres par rapport à l’ensemble
de l’île. Son relief se distingue par trois ensembles :
- Les Hauts Plateaux situés au Nord et à l’Ouest et dépassant l’altitude de 1 500 mètres,
ils sont séparés par des vastes vallées drainées par deux fleuves, la Betsiboka et l’Ikopa.
- Le Centre se caractérise par l’escarpement de faille de l’Angavo et le paysage de
collines de l’Imerina Est. A l’Ouest, il y a les plaines d’Antananarivo, dont l’aménagement
commençait au temps de la royauté Merina.
- Le Sud a une altitude plus élevée. C’est une région volcanique comprenant plusieurs
bassins aménagés : Ambatolampy.
IV.3.1.2 Climat [13]
La Région fait partie du régime climatique tropical d’altitude, supérieure à 900 mètres.
Elle est caractérisée par une température moyenne annuelle inférieure ou égale à 20° C. Ce
domaine climatique englobe l’axe central de la haute terre et couvre une grande partie de la
Province d’Antananarivo.
L’année comporte deux saisons bien individualisées : une saison pluvieuse et
moyennement chaude, de Novembre à Mars et une autre fraîche et relativement sèche, durant

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 37


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

le reste de l’année. Il existe de nombreux sous-climats. Il est même possible que chaque sous-
préfecture ou chaque commune ait sa spécificité climatique.
IV.3.2 Croissance démographique [13]
L’effectif de la population est actuellement d’environ 1 928 374 habitants avec un taux
de croissance de 4%. La ville d’Antananarivo a subi une forte pression démographique,
produisant ainsi des problèmes d’urbanisation, de sécurité et surtout de pollution. La
population de la région d’Antananarivo est fortement concentrée à Antananarivo Renivohitra
(30%).
Cette pression démographique dans la capitale de Madagascar résulte du phénomène
d’urbanisation qui attire la population des autres sous-préfectures. Les sous-préfectures
d’Ankazobe, Andramasina, Anjozorobe et Soavinandriana comptent le moins de population
(moins de 6%). La densité de la population a fortement augmenté de 1993 à 2001 notamment
dans la Commune urbaine d’Antananarivo où elle passe de 6 638 à 8 443 habitants par Km².
IV.3.3 Quelques types de déchets dans la commune [7]
IV.3.3.1 Les déchets ménagers
Ces ordures ménagères sont les déchets collectés par le service public. Ils
comprennent la fraction résiduelle des ordures ménagères (papiers, cartons, plastiques, verres,
textiles, épluchures,...) y compris les déchets occasionnels (encombrants, déchets verts et
déchets de bricolage). Ces déchets sont jetés directement dans les dépôts et ne présentent pas
de caractère dangereux. Ils sont composés essentiellement de matière compostable à savoir :
les matières fines (40%), les matières fermentables (39%), les matières combustibles (07%),
les matières inertes (06%), papiers et cartons (08%)
IV.3.3.2 Les déchets des marchés
Les marchés sont les lieux qui produisent le plus de déchets, qu’ils soient périodiques
ou permanents. La nature de leurs déchets ressemble à celle des ordures ménagères mais avec
une teneur plus élevée en matières organiques (légumes et fruits) qui a tendance à se
fermenter rapidement. Selon les études menées par l’OMS, la composition des ordures dans
les marchés se présentent comme suit : matière fines (19%), matières fermentables (64%),
matières combustibles (06%), matières inertes (02%). La densité de ces déchets s’élève à
203kg/m3, avec un taux d’humidité de 70%.
IV.3.3.3 Les déchets industriels de Tananarive
Selon le SAMVA, la quantité des déchets produits par les industries est évaluée à un
peu plus de 95 tonnes par jour à Antananarivo. Cette valeur englobe les déchets courants
(papier, cartons, emballage, verre, plastique et autres, matières synthétique, en général encore

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 38


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

valorisables ou recyclables) et les déchets spéciaux (hydrocarbures, peintures, acides, bases,


sels minéraux, des déchets chimiques toxiques ou non). Ces déchets industriels présentent un
haut risque de pollution en cas d’éparpillement sans contrôle.
IV.3.4 Choix de la zone d’étude
Nous avons choisi comme sites d’étude les quartiers d’Antananarivo et, notamment
les principaux lieux de débarquement de la banane et les grossistes de murisserie.
Ce choix réside par le fait que la capitale de Madagascar est le plus peuplée de toutes
les provinces. C’est, donc, la ville la plus polluée par les déchets. L’identification de ces sites
permet de connaitre le flux de banane qui alimente la ville et de déterminer l’importance de la
quantité de déchet généré. Les acteurs de la filière banane ciblés pour les enquêtes sur la
quantité de bananes et de déchets, étant les grossistes transporteur, les grossistes des
murisseries, les revendeurs et les clients.
IV.4 Méthode d’enquête
L’étude se fait particulièrement sur les déchets produits par les opérateurs de banane
qui alimente la population non pour les industries qui valorise ses déchets sous forme de
compost.
Nous avons mené des enquêtes pour collecter les renseignements généraux sur la
commercialisation de la banane à Antananarivo. La méthode d’entretien adopté est une
discussion avec les acteurs œuvrant dans commerce de la banane. Des discussions et
entretiens ont été faits auprès des grossistes transporteurs pour savoir la quantité de banane
entrant dans la ville et auprès des grossistes de murisserie des différents quartiers de la ville
pour estimer les déchets générés.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 39


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

IV.4.1 Analyse des données


Les recherches bibliographiques, la descente sur terrain et les données collectées
auprès des acteurs de la filière banane, nous ont permis de connaitre le circuit de
commercialisation de la banane et d’estimer la quantité de déchet correspondant.
Les pertes physiques post-récolte sont liées à la durée de stockage dans le camion. Ces
pertes sont principalement causées par l’évapotranspiration des régimes et leur écrasement
dans les camions (hétérogénéité parfois de stades de coupe)
Pour un camion de 12 tonnes, entre le chargement et le déchargement (2 à 3 jours), on
peut perdre 700 kilos de fruits (6% environ), mais au-delà de 3 jours, les pertes élèvent de 1 à
2 tonnes (16% environ).
La perte de tonnage que subit le grossiste des murisseries sur la quantité achetée peut
atteindre jusqu’à 20% (une tonne achetée génère 200 kilos de déchets).
Pour les revendeurs et les clients, pour un « garrabe » de 20 kilos, on enregistre une
perte de l’ordre de 1 kilo soit 5%.
IV.4.2 Circuit de commercialisation et potentialité des déchets de banane
[8]
IV.4.2.1 Acteurs
Les collecteurs/transporteurs constituent les éléments les plus dynamiques de la filière
en ce sens qu’ils sillonnent toutes les régions productrices pour approvisionner les paysans
agriculteurs en produits de première nécessité et en matériaux divers et remontent sur les
Hauts-Plateaux avec des chargements en banane.
On différencie plusieurs opérateurs principaux : les grossistes transporteurs, les
grossistes des murisseries de bananes, les revendeurs et les clients.
a) Les grossistes transporteurs
Ils disposent de leur propre camion et s’approvisionnent principalement auprès des
grossistes collecteurs au niveau des lieux de déchargement des radeaux. Les grossistes
transporteurs ne disposent pas de lieu de stockage en ville. La banane est vendue
immédiatement à leur arrivée auprès des acheteurs. Un chargement de 12 tonnes sera écoulé
en moyenne auprès de 10 à 12 clients (grossiste de murisserie), soit une moyenne d’environ
une tonne par client. Les grossistes transporteurs fixent le prix d’achat de la banane auprès des
grossistes de murisserie.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 40


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

b) Les grossistes des murisseries ou «clients»


Les grossistes des murisseries sont en contact permanant avec les transporteurs d’une
zone géographique donnée. Ils gèrent leur approvisionnement suivant la quantité de banane
verte qu’ils peuvent stocker dans leur entrepôt
La quasi-totalité de la production consommée sur Antananarivo, soit environ 25 000
tonnes, transite par ces mûrisseries. Avec une capacité moyenne annuelle approximative de
300 tonnes par mûrisserie, on peut estimer leur nombre entre 80 et 100.
La banane verte se conserve entre 15 et 30 jours, en revanche, une fois mûre, la durée
de leur conservation est de seulement 2 à 3 jours. Les mûrisseries doivent donc réguler
l’approvisionnement des marchés de détails en bananes mûres suivant leur stock en vert.
Le grossiste des murisseries vend ensuite ses bananes mûres auprès de revendeurs. Le
grossiste conditionne sa banane en « garrabes » (panier d’une capacité moyenne de 20 kg).
Une tonne de mûre peut approvisionner cinq à six revendeurs situés sur des marchés
différents de la ville.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 41


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

IV.4.2.2 Le circuit de commercialisation [8]


La succession de ces opérateurs permet d’identifier les circuits de commercialisation
qui approvisionnent la ville. Sans détailler la complexité de ce système, notamment liée à la
polyvalence des opérateurs selon les périodes, il est nécessaire, à partir des données
collectées, de s’interroger sur son efficacité.

Figure 5 : Circuit de commercialisation de banane à Antananarivo [8]

Selon RAKOTOMALALA en 2003 les marchés de gros se trouvent dans plusieurs


quartiers tels qu’à Besarety, Behoririka, 67 ha,… Or actuellement le débarquement est plus
concentré dans le grand marché d’Anosibe. Ce changement est dû à l’organisation faite par la
commune urbaine.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 42


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre V: MATERIELS D’EXPERIMENTATION ET


MATIERE PREMIERE
Dans ce présent chapitre, nous allons présenter les matériels expérimentaux et les
matières premières utilités lors des travaux pratiques effectués au laboratoire de la CNRIT.
V.1 Matériels de laboratoire
V.1.1 Matériels pour la fermentation
Lors de la fermentation un récipient, bidon en plastique de 10 litres est utilisé comme
cuve de fermentation. La cuve est munie à son orifice d’ouverture, d’un petit tuyau plastique
permettant d’évacuer les CO2 généré durant la fermentation. L’extrémité de ce tuyau est
plongée dans un récipient contenant de l’eau.

Photo 1 : Cuve de fermentation

V.1.1.1 Réfractomètre
Le réfractomètre est un instrument de laboratoire ou de terrain utilisé pour la mesure
de l’indice de réfraction ou le taux de sucre en degré brix d’un échantillon. Il suffit d’étaler
une petite goutte de l’échantillon sur l’appareil et de lire le degré brix y afférent

Photo 2 : Refractomètre

V.1.1.2 Balance électronique


La balance sert à peser les matières premières. Elle a une portée pouvant atteindre
jusqu’à 5kg.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 43


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 3 : Balance électronique

V.1.2 Matériels pour la distillation


V.1.2.1 Alcoomètre
L’alcoomètre est utilisé pour déterminer la concentration d’alcool d’un distillat. On
définit le degré alcoolique ou degré Gay-Lussac (°GL) comme étant, la quantité volumique
d’alcool pur (en litre ou en dm3) contenu dans un volume (de 100 litres ou 100 dm3) du
mélange. La mesure se fait par lecture directe de l’échelle de degré correspondant au niveau
supérieur de l’alcoomètre plongé dans un échantillon de distillat préalablement versé dans un
tube à essai.

Photo 4 : Alcoomètre

V.1.2.2 Bécher et éprouvette graduée


Le bécher est utilisé pour collecter l’alcool et l’éprouvette graduée sert pour mesurer le
volume obtenu lors de la distillation.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 44


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 5 : Bécher Photo 6 : Eprouvette graduée

V.1.2.3 Distillateur et rectificateur


V.1.2.3.1 Distillateur
Le moût obtenu après fermentation passera par l’intermédiaire du distillateur pour
subir une première distillation. Il est composé des éléments suivants :
- d’une résistance électrique pour chauffer le bouilleur;
- d’un bouilleur, un réservoir cylindrique dans lequel le ferment est chauffé,
confectionné en tôle de 4 cm d’épaisseur. Il est surmonté d’un couvercle dont
l’étanchéité est assuré par un joint en klingerite résistant à haute température ;
- d’un condenseur cylindrique dont le revêtement intérieur est fabriqué en acier
inoxydable assurant le refroidissement du distillat ;
- L’ensemble est relié par des éléments de plomberie genre : tuyau en acier inoxydable,
coude et Té en cuivre.

Photo 7 : Distillateur

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 45


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

V.1.2.3.2 Rectificateur [3]


Cet appareil se différencie du précédant par existence d’une colonne de distillation
caractéristique d’un rectificateur.
Les éléments constitutifs du distillateur à colonne sont les suivants :
- Un bouilleur : confectionné à partir d’un récipient métallique de forte épaisseur (4
mm) de forme cylindrique à fonds arrondi ;
- Un condenseur : constitué par deux tubes cylindriques concentriques dont la partie
intérieure où passe la vapeur à condenser est réalisée avec un tube ailette en acier inoxydable.
L’ailette améliore le refroidissement. La partie extérieure servant de passage de l’eau de
refroidissement, est construite avec de la tôle noire ;
- Un foyer : composé d’une résistance électrique collier de mille watt (1000 w) de
puissance et de la laine de verre qui assure l’isolation thermique du système ;
- Une colonne : constituée d’un cylindre en acier inoxydable de 300 mm de hauteur et
de 80 mm de diamètre. Des matériaux structurés à base de céramique uniformément
répartie à l’intérieur de cette colonne assurent le rôle de plateau ;
- L’ensemble tuyauterie : en cuivre de diamètre 20 mm, comprend essentiellement de
deux circuits dont le circuit de chargement de matière première et le circuit de vapeur.
- Un boitier de commande sert à piloter le processus de distillation. Il est composé d’un
contacteur, d’un interrupteur, de deux régulateurs de température de marque Omron
branché en série dont le premier équipé d’un thermocouple de type K (-200°C à
1200°C) assure la régularisation de la température de la résistance électrique et le
second relié à un thermocouple de type J (0 à 400°C) normalise la température de la
tête de colonne de distillation.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 46


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 8 : Rectificateur

V.2 Matières premières pour l’expérimentation


V.2.1 Déchets de banane
V.2.1.1 Banane meurtrie et pulpe
Lors de la conservation de banane chez les grossistes des murisseries une quantité
importante de banane est meurtrie. Elles sont jetées ou bien vendue à bas prix environ 200 Ar
à 700 Ar le kilo.

Photo 9 : Banane meurtrie Photo 10 : pulpe de banane meurtrie

V.2.1.2 Peau de banane


Les peaux de banane peuvent être collectées dans les murisseries ou chez certain
transformateur de banane.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 47


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 11 : Peaux de banane


La quantité de pulpe et peau composant les fruits de bananier varie suivant leur
qualité. Avec 1kg de banane fraîche, on peut obtenir 0,65kg de pulpe et 0,35kg de peau, tandis
que pour les bananes pourries cette valeur diminue à cause de la rapidité de la dégradation de
la banane.

V.2.2 Levure
La levure assure et accélère la fermentation La plus utilisée est le ‘ Saccharomyces
cerevisiae’. qu’on peut acheter dans tous les marchés de la pâtisserie et viennoiserie.

Photo 12 : Levure pour la fermentation

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 48


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre VI: LES TRAVAUX DE LABORATOIRE ET


RESULTATS
Des travaux de laboratoires ont été menés au sein du CNRIT, concernant plus
particulièrement la fabrication d’éthanol à partir des déchets de banane. Le procédé comprend
les trois grandes étapes suivantes :
- La fermentation
- La distillation
- La rectification
Ainsi divers travaux d’expérimentation relatifs à ces étapes ont été élaborés
successivement avec :
- la pulpe de banane
- la peau de banane
- le mélange pulpe et peau
VI.1 Fermentation
VI.1.1 Mode opératoire pour la fermentation
- Peser les déchets
- Mettre en petits morceaux les déchets
- Mixer les morceaux avec un robot électroménager pour maximiser le rendement
d’extraction
- Ajouter de l’eau distillée et de la levure « Saccharomyces cerevisiae »
- Mesure du degré Brix du mélange
VI.1.2 Déroulement de l’expérience
Les déchets sont d’abord pesés puis broyés pour faciliter le processus de la
fermentation. Avant de mesurer le degré brix, le produit obtenu sera mélangé avec de l’eau
distillée et additionné de levure ‘ Saccharomyces cerevisiae’. Enfin, le mélange obtenu sera
enfermé en milieu anaérobie dans la cuve de fermentation.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 49


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 13 : Etapes de fermentation

Photo 14 : Utilisation d’un réfractomètre


Plusieurs essais ont été effectués au laboratoire. Les tableaux suivants illustrent les
étapes de ces expériences.
Tableau 14 : Fermentation (1 000g)
Taux de sucre
Taux de sucre avant temps du
Quantité Levure Volume après
Déchets fermentation 1ere goutte
MP (g) (g) d’eau (L) fermentation
(Brix) (min)
(Brix)
Peau 1 000 22 1 2,5 1 42
Pulpe 1 000 22 1 4 1,5 52
Tableau 15 : Fermentation (1 500g)
Taux de sucre
Taux de sucre avant temps du
Quantité Levure Volume après
Déchets fermentation 1ere goutte
MP (g) (g) d’eau (L) fermentation
(Brix) (min)
(Brix)
Peau 1 500 33 1,5 2,5 1 79
Pulpe 1 500 33 1,5 4,5 1,5 155
Tableau 16 : Fermentation (2 000g)
Taux de sucre
Taux de sucre avant temps du
Quantité Levure Volume après
Déchets fermentation 1ere goutte
MP (g) (g) d’eau (L) fermentation
(Brix) (min)
(Brix)
Peau 2 000 44 2 3 1 65
Mélange 2 000 44 2 7 2 75

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 50


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Lors des essais effectués, le pourcentage de la levure utilisé est 2% du volume de la


matière première.
Nous avons utilisé un bidon plastique de 10 l de volume comme cuve de fermentation.
Cette dernière étant munie à son orifice d’ouverture, d’un petit tuyau plastique permettant
d’évacuer les CO2 généré durant la fermentation. L’extrémité de ce tuyau est plongée dans un
récipient contenant de l’eau. La fermentation alcoolique commence après ajout de levures et
se déroule dans un milieu anaérobie, à l’abri de la lumière et à température ambiante. Elle
dure environs 6 jours. La transformation de sucre en éthanol produit un dégagement de CO2.
Toute la quantité de sucre présent dans le moût n’est pas fermentée totalement en
éthanol. Le rendement de la fermentation peut être déterminé par la connaissance du taux de
sucre initiale (avant la fermentation) et le taux de sucre restant après la fermentation.
E − Ea
𝐴𝑡𝑡𝑒𝑛𝑢𝑎𝑡𝑖𝑜𝑛 = ∗ 100
E
Avec :
E : taux de sucre dans la solution initiale.
Ea : Taux de sucre a l’état final.
Parmi ces trois expérimentations, on constate que la troisième est la meilleure soit un
rendement de 66,66% et 71,42%.
VI.2 Distillation
La distillation permet de séparer le bioéthanol de l’eau grâce à sa capacité à s’évaporer
à une certaine température. Les paragraphes suivants décrivent les processus qui ont été
adoptés durant la distillation.
VI.2.1 Mode opératoire
- Mesurer le taux de sucre restant
- Préparer le distillateur
- Verser le moût fermenté
- Bien fermer le distillateur et bancher la prise (montage)
- Recueillir le distillat
VI.2.2 Préparation à la distillation
Préparer d’abord le distillateur et verser le moût dans le bouiller. Vérifier ensuite
l’herméticité des tuyauteries du distillateur pour éviter les éventuelles fuites de vapeur et
démarrer la distillation.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 51


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 15 : Déroulement de la distillation

VI.2.3 Rectification
VI.2.3.1 Principe de fonctionnement
L’alcool obtenu par la première distillation sera introduit dans le bouilleur du
rectificateur et chauffé par la résistance électrique. La vapeur ainsi formé traverse la colonne
garni de matériau structuré (plateau). La température s’abaisse quand on monte dans la
colonne. La vapeur constituée de composant le moins volatile (eau) se refroidit et se condense
au niveau des plateaux de la colonne pour retomber dans le bouilleur. La vapeur riche en
composant le plus volatile (alcool) continue sa montée dans la colonne de distillation, puis
traverse la tuyauterie (circuit vapeur) et passe par le condenseur pour donner de l’alcool
liquide distillé.
VI.2.3.2 Mode opératoire
- Mesurer le degré alcoolique et la température de l’alcool de la première distillation.

Photo 16 : Mesure degré alcoolique Photo 17 : Mesure température

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 52


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

- Préparer l’alcool puis verser le dans le bouilleur par l’intermédiaire de l’entonnoir de


chargement la quantité d’alcool à rectifier (minimum 1L, maximum 4.5 L).

Photo 18 : Chargement d’alcool


- Après chargement, ouvrir le robinet de l’entonnoir puis quand toute le
composant dans l’entonnoir serai évacué dans le bouilleur renfermé une seconde fois le
robinet pour éviter la fuite surtout que l’alcool à haut degré est très volatil.

Photo 19 : Fermeture du robinet


- Ouvrir le circuit eau de refroidissement, puis vérifier que tous les robinets de l’appareil
soient hermétiquement fermés et brancher la prise.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 53


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 20 : Refroidissement
- Recueillir au fur et à mesure à l’aide d’un récipient gradué (verrerie) le distillat formé.

Photo 21 : Récipient recueillant les distillats


- A la fin du distillat, attendre que l’appareil se refroidisse et que le résidu soit froid puis
ouvrir le robinet de déchargement et recueillir le résidu.

Photo 22 : Déchargement du résidu

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 54


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VI.3 RESULTATS
VI.3.1 Résultat de la première distillation
A l’issu de la première distillation, les degrés alcoolique de produit obtenu varie entre
5° à 68° pour chaque prélèvement de 120 ml de distillat.
Toutefois la mesure des degrés alcooliques des premiers jets de distillats recueillis
correspondants à chaque type de déchets expérimentés donne:
- 72° pour les pulpes bananes
- 52° pour les bananes meurtries (pulpe et peau)
- 35° pour les peaux de banane
C’est ainsi que nous avons optés pour utiliser exclusivement de la banane meurtrie
(mélange pulpe et peau) afin de réduire les différents tâches de prétraitements avant la
fermentation. En effet la séparation de la pulpe et de la peau des déchets de la banane est loin
d’être une opération commode.
Les résultats issus des expérimentations sont illustrés dans les tableaux suivants :
Tableau 17 : Distillation de 2 000g de matière première (3,5 litres de moût)

Rubriques Pulpe de banane Banane meurtrie Peau de banane


1er jet de distillat 68° 48° 30°
2e jet de distillat 40° 34° 18°
3e jet de distillat 28° 22° 8°
4e jet de distillat 15° 12° 5°
5e jet de distillat 9 7°
Ces cinq jets on le même volume lors de la mesure du degré alcoolique soit 120
millilitre chacun avec 2 000g de matière première pour chaque essai.
VI.3.2 Résultat de la rectification
Avant la rectification, nous avons rassemblé l’alcool obtenu par la première distillation
en trois groupes de degré alcoolique : 10° ,20° ,30°.
VI.3.2.1 Premier groupe d’essai
Les conditions suivantes ont été optées :
- Degré alcoolique 10°
- Volume initial de l’alcool 1.5L par essai
- Température de consigne du régulateur du bouilleur (θb) : 150°C
- Température de consigne du régulateur de la tête de colonne (θ tc) 78°C
A l’issue de ce premier groupe d’essai, nous avons obtenu les résultats suivants :

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 55


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 18 : Caractéristiques du distillat et résidu à 10°

Rubriques Température du bouilleur


θb = 150 °C
Degré d’alcool (en °) 69
Volume d’alcool (en L) 0,100
Volume du résidu (en L) 1,275
Degré du résidu (en °) 2
Durée de la distillation (en mn) 170

Tableau 19 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 10°

Rubriques Température du bouilleur


θb = 150 °C
Température affichée par le 131
régulateur du bouilleur (en °C)
Température affichée par le 78
régulateur de la tête de colonne (en °C)
Temps d’apparition du premier 138
jet de distillat (en mn)
Comme l’illustre ces tableaux, pour la rectification d’alcool à 10° le volume d’alcool
distillé est minime par contre son degré alcoolique est satisfaisant.
Tenant compte du temps d’apparition du premier jet de distillat, lorsque la température
affichée par le régulateur du bouilleur et la température affichée par le régulateur de la tête de
colonne atteint son consigne il y à la présence du premier jet. Remarquons que si la
température du bouilleur est élevée le degré alcoolique diminue. Ainsi pour avoir un degré
plus élevée, la température du bouilleur ne doit pas dépasser 150°C.
VI.3.2.2 Deuxième groupe d’essai
Les conditions suivantes ont été optées :
- Degré alcoolique 20° Volume initial de l’alcool 1.5 L par essai
- Température de consigne du régulateur du bouilleur (θb : 150°C)
- Température de consigne du régulateur de la tête de colonne (θ tc) 78°C
A l’issue de ce deuxième groupe d’essai, nous avons obtenu les résultats suivants :

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 56


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 20 : Caractéristiques du distillat et résidu à 20°

Rubriques Température du bouilleur


θb = 150 °C
Degré d’alcool (en °) 75
Volume d’alcool (en L) 0,288
Volume du résidu (en L) 1,146
Degré du résidu (en °) 4
Durée de la distillation (en mn) 168
Tableau 21 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 20°

Température du bouilleur
Rubriques
θb = 150 °C
Température affichée par le
153
régulateur du bouilleur (en °C)
Température affichée par le
78
régulateur de la tête de colonne (en °C)
Temps d’apparition du premier
47
jet de distillat (en mn)

VI.3.2.3 Troisième groupe d’essai


Les conditions suivantes ont été optées :
- Degré alcoolique 30° Volume initial de l’alcool 1.5L par essai
- Température de consigne du régulateur du bouilleur (θ b) : 150°C
- Température de consigne du régulateur de la tête de colonne (θ tc) 78°C
A l’issue de ce troisième groupe d’essai, nous avons obtenu les résultats suivants :
Tableau 22 : Caractéristiques du distillat et résidu à 30°

Température du bouilleur
Rubriques
θb = 150 °C
Degré d’alcool (en °) 79
Volume d’alcool (en L) 0,400
Volume du résidu (en L) 0,948
Degré du résidu (en °) 5
Durée de la distillation (en mn) 160

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 57


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 23 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 30°

Température du bouilleur
Rubriques
θb = 150 °C
Température affichée par le
151
régulateur du bouilleur (en °C)
Température affichée par le
78
régulateur de la tête de colonne (en °C)
Temps d’apparition du premier
41
jet de distillat (en mn)
On constate aisément que la durée de la rectification d’alcool à 30° est moindre, le
degré alcoolique et le volume obtenu augmentent. Ce qui nous a incités, pour la suite des
expérimentations, à rassembler les résultats issus de la première distillation de façon à
constituer une seule solution de 30° degré alcoolique. Ce qui réduit non seulement la durée de
la distillation mais alloue également des résultats satisfaisant tant au niveau degré alcoolique
que volume du distillat produit.
Les résultats obtenus y afférents figureront dans les tableaux suivants :
Tableau 24 : Caractéristiques du distillat et résidu à 30°

Rubriques 1e jet 2e jet 3e jet 4e jet Résidu


Degré (en°) 89 87 82 70 5
Volume (L) 0,096 0,104 0,160 0,106 0,960

Tableau 25 : Température et temps d’apparition du premier jet de distillat pour 30

Température du bouilleur
Rubriques
θb = 150 °C
Température affichée par le
155
régulateur du bouilleur (en °C)
Température affichée par le
78
régulateur de la tête de colonne (en °C)
Temps d’apparition du premier
40
jet de distillat (en mn)
Le volume total d’alcool rectifié obtenu à partir de 1,5 litre d’alcool à 30° est de 0,466
litre.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 58


TROISIEME PARTIE :
ETUDE DE PREFAISABILITE TECHNICO
ECONOMIQUE
Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre VII: ETUDE DE PREFAISABILITE ECONOMIQUE DU


PROJET
Les études de préfaisabilité économique et les calculs de rentabilité financière
comportent d’une part à la mise au point de la possibilité de réalisation et de la concrétisation
du projet, et d’autre part à établir sa viabilité financière. Une méthode fiable, fondée et précise
s’avère être importante dans une telle étude pour pouvoir atteindre les objectifs initiaux fixés.
Pratiquement, il faut donc définir les objectifs réels des études à réaliser, mettre au point les
différentes étapes de la méthodologie adoptée, avant de procéder aux calculs de rentabilité
proprement dites.
VII.1 Situation du projet
Le projet a pour objet la production d’éthanol à partir des déchets de fruit de banane.
Le but étant de pouvoir mettre en place une unité de distillation simple et une unité de
distillateur à colonne permettant de les valoriser pour servir de combustible alternative afin de
contribuer à réduire la consommation en bois énergie ou bien être utilisé à des fins
pharmaceutiques.
VII.2 Les ressources en déchets de banane
La culture de banane est quasiment présente partout à Madagascar et c’est le fruit le
plus consommé par la population et disponible pendant toute l’année. C’est le cas de la
commune urbaine d’Antananarivo qui fait une provision d’environ 12 tonne tous les trois
jours. Ce qui génère une quantité importante de déchet que ce soit dans les plantations ou dans
la commercialisation, notamment dans les grandes villes où on assiste à la présence d’une
quantité massive d’ordure.
VII.3 Objectifs de l’étude de préfaisabilité économique et financière
L’objectif principale de l’étude économique et financière est la détermination et/ou la
mise en œuvre de la possibilité de réalisation effective du projet ainsi que la viabilité de son
fonctionnement dans le temps, à l’issu de son instauration.
VII.3.1 Mise en œuvre de la possibilité de concrétisation du projet
La concrétisation du projet nécessite que deux conditions soient satisfaites, d’abord la
rentabilité économique du point de vue de l’investisseur, ensuite il faut que le projet apporte
des intérêts à la collectivité.
En effet, l’étude de la rentabilité financière d’un projet de production commence
toujours par l’évaluation du point de vue de l’entrepreneur qui définit le choix de
l’investissement en incitant celui-ci dans la décision d’investir ou non.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 59


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VII.3.2 Constitution de la viabilité et de la pérennisation du projet


La mise en œuvre de la viabilité de fonctionnement du projet dans le temps après son
instauration implique une mise en place d’un plan de gestion rationnelle fiable afin de pouvoir
s’extraire des décisions arbitraires et mieux s’adapter aux conditions futures.
VII.4 .La méthodologie des évaluations
Le calcul économique est l’outil principalement utilisé lors de la réalisation des études
de préfaisabilité. En effet, il conduit les décisions en particulier en matière d’investissement,
que ce soit au début ou tout au long de son exécution. Enfin, le calcul économique permet de
déterminer les éléments d’évaluation de l’état financier d’un projet et de mesure de
performance comptable, à tout moment de la période de son existence.
VII.4.1 Méthode d’études de l’opportunité économique du projet
L’étude de l’opportunité économique d’un projet nécessite un recours à l’emploi de la
méthode de Capitalisation et/ou d’Actualisation des sommes investies et des gains ultérieurs
pour prévoir et anticiper les résultats futurs du projet.
VII.4.1.1 Justification et fondement de la méthode
Un processus économique est influencé par divers facteurs qui interférent dans les
calculs et les rendent complexes. Lors des études, il est ainsi nécessaire de les prendre en
compte afin d’obtenir des résultats fiables, sur lesquels on pourrait se baser, dans la conduite
du projet et les prises des décisions importantes. Un de ces facteurs est l’effet du temps qui
s’écoule entre la dépense initiale et les rentrées ultérieures résultant de cet investissement au
cours duquel, les montants correspondants ne se situent pas sur un même plan et appartiennent
à des mondes différents. Par conséquent, ils ne sont pas comparables entre eux bien
qu’exprimés dans la même unité monétaire.
VII.4.1.2 Les critères de décision pour le choix d’investissements
Pour démontrer économiquement que le projet tient sur ses bases et réalisable, elle doit
être définie par les critères suivants :
VII.4.1.3 L’actualisation
Ce procédé consiste à déterminer la valeur d’aujourd’hui du flux financier qui sera
payés où reçus dans le futur. Elle permet de comparer des sommes reçues ou versées à des
dates différentes. Pour résumé, l’actualisation c’est de rapporter au présent des dépenses qui
s’établissent dans le temps.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 60


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Pour obtenir l’actualisation, si on place une somme « V » à une date donnée avec un
taux d’intérêt « i » et au bout de « n » années, pour obtenir la valeur actuelle « Va » on a
recours à la formule suivante :
𝑉𝑎 = 𝑉 ∗ (1 + 𝑖)−𝑛
Le choix du taux d’actualisation est fait par chaque projet en fonction de ses objectifs.
Un investissement est considéré comme rentable lorsque les flux nets dégagés par
l’exploitation sont supérieurs aux capitaux investis. Pour cela il faut comparer ce qu’il
rapporte à ce qu’il coûte par :
VII.4.1.4 La valeur actualisée nette - VAN
Cette valeur est la somme des valeurs actuelles des flux de trésorerie associé à un
projet. Elle consiste à l’actualisation des flux nets actualisé FNA à un taux d’actualisation qui
correspond au taux de rentabilité. Le calcul de la VAN doit tenir compte de la valeur
résiduelle de l’immobilisation.
𝑉𝐴𝑁 = ∑𝐹𝑁𝐴 − 𝐼𝑜
Les choix d’investissement par VAN
Si VAN>0, le projet est rentable
Si VAN=0, le taux d’actualisation = taux de rentabilité
Si VAN<0, le projet n’est pas rentable
VII.4.1.5 Taux interne de rentabilité- TRI
C’est le taux d’actualisation pour lequel la VAN est nulle. Cette méthode permet de
comparer plusieurs investissements : le plus rentable est celui qui a le TRI le plus élevé.
𝑛=𝑝

𝑇𝑅𝐼 = ∑ 𝐹𝑁𝐴 (1 + 𝑡)−𝑛


𝑛=1
VII.4.1.6 Délai de récupération des fonds investis
Elle permet de connaitre au bout de combien de temps l’entreprise récupèrera le
capital investi. Ce qui signifie le temps nécessaire pour que la somme des FNA redevienne
inférieure à 0.
𝐼 = ∑𝐹𝑁𝐴(𝑎𝑐𝑡𝑢𝑎𝑙𝑖𝑠é𝑠 + 𝑉(𝑎𝑐𝑡𝑢𝑎𝑙𝑖𝑠é𝑠)
VII.4.1.7 L’indice de Profitabilité

𝑉𝐴𝑁
𝐼𝑝 =
𝐼

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 61


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

On va opter pour un projet d’investissement qui a l’indice de profitabilité le plus


élevée.
VII.4.2 Définition des éléments d’évaluation financière du projet
Afin d’avoir une bonne indication sur l’état financier du projet, il faut connaître avec
certitude la valeur de ses flux circulants et immobilisés. Il est possible ensuite d’en déduire un
bilan financier fiable, relatif à la performance comptable du projet. Pour obtenir ces résultats,
il faut comparer les emplois de fonctionnement et les ressources résultant des activités.
VII.4.2.1 Emplois débiteurs du projet
La valeur des flux monétaires débiteurs du projet est fonction de son importance et
celui des infrastructures de production, ensuite des objectifs initialement visés et enfin du
pourcentage d’accomplissement des prévisions. Ces flux monétaires débiteurs sont
représentés par les capitaux initialement investis et les charges de fonctionnement.
VII.4.2.2 Investissement ou Capitaux investis
Dans ce projet, le capital est investi à trois types d’affectations différentes, achats des
matériels et équipements, coût des études et assistance technique ainsi que les frais
d’installations des infrastructures.
VII.4.2.3 Ressources du projet
Les flux monétaires créditeurs par contre sont représentés essentiellement par les
recettes globales réalisées, représentées par la valeur numéraire de la vente d’éthanol.
VII.4.3 Hypothèses de calcul
Les évaluations concernent les cinq premières années d’exercice, on détermine le
montant des flux monétaires et les indicateurs de rentabilité avec les hypothèses suivantes :
- La valeur de l’impôt sur les bénéfices variable est de 25% ;
- Le taux de placement bancaire exigé étant actuellement de 18 % pour une année.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 62


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre VIII: ETUDE DE RENTABILITE FINANCIERE DU PROJET


Le principe adopté dans cette détermination de la rentabilité des activités réside
essentiellement dans l’application des méthodes exposées dans les paragraphes précédents.
Le but est d’aboutir aux valeurs des indicateurs de performance et d’en tirer des conclusions.
VIII.1 Capital investi
Les détails des immobilisations sont donnés dans le tableau ci-dessous
Tableau 26 : Investissements des immobilisations

Désignation Nombre Prix unitaire Montant Sous total


IMMOBILISATIONS INCORPORELLES 800 000
Licence Microsoft office et logiciel 1 800 000 800 000
IMMOBILISATIONS CORPORELLES 58 107 000
Terrain 8 000 000
Construction 16 000 000
Matériels et outillages 16 837 000
Matériels de prétraitement avant Fermentation 1 600 000 600 000
Fut de fermentation de 50 L 100 30 000 3 000 000
Alambic de 500 L 1 5 000 000 5 000 000
Distillateur à colonne 75 L 1 6 000 000 6 000 000
Matériel de conditionnement alcool 1 1 000 000 1 000 000
Réfractomètre 1 350 000 350 000
Alcoomètre 2 150 000 300 000
Divers verreries 1 500 000 500 000
Gants 10 700 7 000
Blouse de laboratoire 4 20 000 80 000
Matériels de communication 180 000
Téléphones portables 3 60 000 180 000
Matériels de transport 13 000 000
Camionnette 1 13 000 000 13 000 000
Matériels et mobilier de bureau 840 000
Chaise 10 40 000 400 000
Table de bureau 3 80 000 240 000
Mobilier de rangement 2 100 000 200 000
Matériels informatiques 2 550 000
Ordinateur 2 1 200 000 2 400 000
Imprimante 1 150 000 150 000
Autres immobilisations 700 000 700 000
TOTAL 58 907 000 58 907 000
Le capital financier nécessaire pour la mise en place de l’unité de production d’éthanol
à partir des déchets de banane s’élève à 58 907 000 MGA.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 63


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.1.1 Amortissement des immobilisations


Pour ce projet, l’amortissement reste constant c'est-à-dire que l’amortissement est
linéaire. Il consiste à diminuer la valeur brute d’une immobilisation d’une façon égale par
période et sa mise en service jusqu’à la fin.
Tableau 27 : Amortissement des immobilisations (MGA)

valeur 1ère -4ème


DESIGNATION d'acquisition taux durée année 5ème année
Licence Microsoft et
logiciel 800 000 25% 4ans 200 000
construction 16 000 000 5% 20ans 800 000 800 000
matériel et outillage 16 837 000 20% 5ans 3 367 400 3 367 400
matériel de transport 13 000 000 20% 5ans 2 600 000 2 600 000
matériel de bureau 840 000 10% 10ans 84 000 84 000
matériels informatiques 2 550 000 25% 4ans 637 500
matériel de communication 180 000 25% 5ans 45 000
autres immobilisations 700 000 10% 10ans 70 000 70 000
Total 7 803 900 6 921 400

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 64


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.1.2 Charges salariales


Pour le bon fonctionnement du projet, il faut aussi envisager d’engager les personnels dont,
leurs charges salariales sont récapitulées dans le tableau suivant.
Tableau 28 : Charges salariales

E 1ère et 2ème 3ème et 4ème


f années années 5ème année
f
e
c
t
i
f salaire/ salaire/ salaire/
POSTES s mois salaire/an mois salaire /an mois salaire/an
Gérant 1 650 000 7 800 000 715 000 8 580 000 786 500 9 438 000
Responsable Adm . Et
Fin. 1 500 000 6 000 000 550 000 6 600 000 605 000 7 260 000
Responsable technique
et de prod. 1 300 000 3 600 000 330 000 3 960 000 363 000 4 356 000
Ouvriers 2 170 000 4 080 000 187 000 4 488 000 205 700 4 936 800
Chauffeur 1 150 000 1 800 000 165 000 1 980 000 181 500 2 178 000
Agent de Sécurité 1 150 000 1 800 000 165 000 1 980 000 181 500 2 178 000
sous -total 25 080 000 27 588 000 30 346 800
OSIE
(5%) 1 254 000 1 379 400 1 517 340
CNAP
Charges S
patronales (13%) 3 260 400 3 586 440 3 945 084
TOTAL 29 594 400 32 553 840 35 809 224

L’effectif du personnel reste le même pendant les 5 premières années, mais une hausse de
salaire de 10% tous les 2 ans sera prévue pour garantir la motivation du personnel.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 65


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.1.3 Les chiffres d’affaires prévisionnels


Les prévisions de chiffres d’affaires pour les 5 années à venir suivent l’accroissement de
la population (10%). Les tableaux suivants présentent la production et les chiffres d’affaires.
VIII.1.3.1 Production
Tableau 29 : Production d’éthanol

1ère 2ème 3ème 4 ème 5ème


Rubrique Année Année Année Année Année
Matière première brute (kg) 160 000 176 000 193 600 212 960 234 256
PU matière première (MGA/Kg) 270 270 297 297 327
Achat matière première (MGA) 43 200 000 47 520 000 52 272 000 57 499 200 63 249 120

Ces matières premières brutes sont des déchets de fruit de banane


VIII.1.3.2 Chiffre d’affaire
La valeur du chiffre d’affaire annuel de mise en place de l’unité de production
d’éthanol est l’équivalent en numéraire des résultats des activités de production d’éthanol.
Tableau 30 : Chiffres d’affaire

Rubrique 1è Année 2è Année 3è Année 4è Année 5è Année


PU Produit fini (MGA/l) 7 300 7 300 8 030 8 030 8 833
Produit fini(l) 20 000 22 000 24 200 26 620 29 282
CA 146 000 000 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906

VIII.1.4 Charges d’exploitation


Les charges d’exploitations sont essentiellement représentées par les achats
consommés, les services intérieurs et les services extérieurs. Les charges d’exploitations sont
détaillées dans le tableau suivant

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 66


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 31 : Charges d'exploitation

RUBRIQUES 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Achats consommés
Matières premières 43 200 000 47 520 000 52 272 000 57 499 200 63 249 120
Emballage 1 296 000 1 425 600 1 568 160 1 724 976 1 897 474
combustible
(charbon) 15 333 333 16 866 667 18 553 333 20 408 667 22 449 533
Carburants et
lubrifiants 4 000 000 4 400 000 4 840 000 5 324 000 5 856 400
63 829 333 70 212 267 82 617 509 90 879 260 107 133 312
Services intérieurs - - -
Salaires 25 080 000 25 080 000 27 588 000 27 588 000 30 346 800
Charges patronales 4 514 400 4 514 400 4 965 840 4 965 840 5 462 424
Entretiens et
réparation 800 000 880 000 968 000 1 064 800 1 171 280
30 394 400 30 474 400 33 521 840 33 618 640 36 980 504
Services extérieurs - - -
Eau et électricité 1 800 000 1 980 000 2 178 000 2 395 800 2 635 380
Publicité 300 000 330 000 363 000 399 300 439 230
Frais de
communication 960 000 1 056 000 1 161 600 1 277 760 1 405 536
Impôts et taxes 7 300 000 8 030 000 9 716 300 10 687 930 12 932 395
Assurances 1 000 000 1 100 000 1 210 000 1 331 000 1 464 100
Déplacements 1 200 000 1 320 000 1 452 000 1 597 200 1 756 920
Service bancaire 240 000 264 000 290 400 319 440 351 384
Autres charges 700 000 770 000 847 000 931 700 1 024 870
13 500 000 14 850 000 17 218 300 18 940 130 22 009 815
TOTAUX 107 723 733 115 536 667 133 357 649 143 438 030 166 123 631

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 67


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.2 Fonds de Roulement initial (FRI) et Investissement Io


VIII.2.1 Fond de roulement initial
C’est la somme d’argent qu’on aura besoin pour faire fonctionner l’entreprise. Cette
somme représente les dépenses de la société pendant les 3 premiers mois de son existence.
𝟑
𝐅𝐑𝐈 = 𝐂𝐡𝐚𝐫𝐠𝐞𝐬 𝐝′ 𝐞𝐱𝐩𝐥𝐨𝐢𝐭𝐚𝐭𝐢𝐨𝐧 𝟏è𝐫𝐞 𝐚𝐧𝐧é𝐞 ∗
𝟏𝟐
𝟑
𝐅𝐑𝐈 = 𝟏𝟎𝟕 𝟕𝟐𝟑 𝟕𝟑𝟑 ∗
𝟏𝟐
FRI = 26 930 933 MGA

VIII.2.2 Investissement Io
Io = Montant des immobilisations + Fonds de roulement Initial
Io = 58 907 000+ 26 930 933
Io = 85 837 933 MGA

VIII.3 Plan de financement


Le projet nécessite un investissement de 85 837 933 MGA dont:
- 70% faisant l’objet d’un emprunt auprès d’une banque avec un taux d’intérêt de 18%.
- 30% destinés aux apports des associés
Tableau 32 : Plan de financement

RUBRIQUES Pourcentage Montant


Apport des associés 30% 25 751 380
Emprunt 70% 60 086 553
Investissement en MGA 100% 85 837 933

VIII.3.1 Remboursement d’emprunt


C’est la restitution de l’argent emprunté à la banque au taux d’intérêt de 18%. Le
remboursement se fera par annuité constante « a » du capital.
Calcul d’annuité :

𝒊
𝒂 = 𝑺𝒐𝒎𝒎𝒆 𝒆𝒎𝒑𝒓𝒖𝒏𝒕é 𝒙
𝟏 − (𝟏 + 𝒊)−𝒏
Avec i = 18% et n= 5 ans
18%
a = 60 086 553x 1−(1+18%)−5

a= 19214348,35 MGA

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 68


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 33 : Remboursement d'emprunt

Année Capital Intérêt i=18% Amortissement Annuité constante


1 60 086 553 9 613 849 9 600 500 19 214 348
2 50 486 054 8 077 769 11 136 580 19 214 348
3 39 349 474 6 295 916 12 918 433 19 214 348
4 26 431 041 4 228 967 14 985 382 19 214 348
5 11 445 659 1 831 306 17 383 043 19 214 348

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 69


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Tableau 34 : Compte de résultat par nature en 5 années

RUBRIQUES 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Chiffres d’affaire 146 000 000 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906
Production stockée
Production immobilisée
I- PRODUCTION DE
L'EXERCICE 146 000 000 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906
Achat consommé 63 829 333 70 212 267 82 617 509 90 879 260 107 133 312
Services extérieurs 13 500 000 14 850 000 17 218 300 18 940 130 22 009 815
II- CONSOMMATION DE
L'EXERCICE 77 329 333 85 062 267 99 835 809 109 819 390 129 143 127
III-VALEUR AJOUTEE
D'EXPLOITATION 68 670 667 75 537 733 94 490 191 103 939 210 129 504 779
Charges de personnel 29 594 400 29 594 400 32 553 840 32 553 840 35 809 224
Impôts, taxes et versements
assimilés 7 300 000 8 030 000 8 833 000 9 716 300 10 687 930
IV- EXEDENT BRUT
D'EXPLOITATION 31 776 267 37 913 333 53 103 351 61 669 070 83 007 625
Autres produits opérationnels
Autres charges
opérationnelles
Amortissement 7 803 900 7 803 900 7 803 900 7 803 900 6 921 400
V-RESULTAT
OPERATIONNEL 23 972 367 30 109 433 45 299 451 53 865 170 76 086 225
Produits financiers
Charges financières 9 613 849 8 077 769 6 295 916 4 228 967 1 831 306
VI-RESULTAT
FINANCIER -9 613 849 -8 077 769 -6 295 916 -4 228 967 -1 831 306
RESULTAT AVANT
IMPOT (V+VI) 14 358 518 22 031 665 39 003 535 49 636 203 74 254 920
Impôts exigibles sur le
résultat (IR 25%)
Impôts différés (variation) 3 589 630 5 507 916 9 750 884 12 409 051 18 563 730
TOTAL PRODUITS DES
ACTIVITES
ORDINAIRES 146 000 000 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906
TOTAL CHARGES DES
ACTIVITES
ORDINAIRES 135 231 111 144 076 251 165 073 349 176 531 448 202 956 716
VII-RESULTAT NET DES
ACTIVITES
ORDINAIRES 10 768 889 16 523 749 29 252 651 37 227 152 55 691 190
Remarques :
Excèdent brut d'exploitation (EBE) = Valeur ajoutée d'exploitation - (Charges de personnel,
Impôts, taxes et versements assimilés)
Résultat net des activités ordinaires = Total produits des activités ordinaires - Total charges
des activités ordinaires

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 70


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.3.2 Budget de Trésorerie


Le plan de trésorerie est un instrument de mesure de flux financiers pendant cinq ans.
Il permet de vérifier la présence de solde net de trésorerie toujours positive.
Tableau 35 : Trésorerie

Rubriques 1ére année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Emprunts contractés 60 086 553
Ventes 146 000 000 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906
Encaissement 206 086 553 160 600 000 194 326 000 213 758 600 258 647 906
Charges d'exploitation 107 723 733 115 536 667 133 357 649 143 438 030 166 123 631
Intérêts 9 613 849 8 077 769 6 295 916 4 228 967 1 831 306
IR (25%) 3 589 630 5 507 916 9 750 884 12 409 051 18 563 730
Immobilisations 58 907 000
Remboursement d'emprunt 19 214 348 19 214 348 19 214 348 19 214 348 19 214 348
Décaissement 199 048 560 148 336 700 168 618 797 179 290 396 205 733 015
Solde 7 037 994 12 263 300 29 987 215 34 468 204 52 914 891
Ce tableau du plan de trésorerie montre que dès la première année d’activité
l’entreprise enregistre déjà un solde net positif.
VIII.3.2.1 Le flux net de trésorerie (FNT)
Le flux de trésorerie (cash-flow au sens original anglo-saxon) est la différence des
encaissements (recettes) et des décaissements (dépenses) engendrés par les activités.
Tableau 36 : Flux net de trésorerie FNT (en MGA)

RUBRIQUES 1ère année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Résultat net de l'exercice 10 768 889 16 523 749 29 252 651 37 227 152 55 691 190
Amortissements 7 803 900 7 803 900 7 803 900 7 803 900 6 921 400
FNT 18 572 789 24 327 649 37 056 551 45 031 052 62 612 590
CUMUL DE FNT 18 572 789 42 900 437 79 956 988 124 988 041 187 600 630

Tableau 37 : Flux net de trésorerie actualisé FNA (en MGA) avec i=18%

Rubriques 1ére année 2ème année 3ème année 4ème année 5ème année
Flux net de trésorerie 18 572 789 24 327 649 37 056 551 45 031 052 62 612 590
i=18% (1+i)-n 0,847457627 0,71818443 0,608630873 0,515788875 0,437109216
Flux net actualisé(FNA) 15 739 651 17 471 738 22 553 761 23 226 516 27 368 540
Cumul flux net de trésorerie 15 739 651 33 211 390 55 765 151 78 991 667 106 360 207

VIII.3.3 Indicateurs de rentabilité


VIII.3.3.1 Valeur Actuelle Nette (VAN)
C’est la valeur de la somme du flux net de trésorerie actualisée moins le coût de
l’investissement.
𝑽𝑨𝑵 = ∑ 𝑭𝑵𝑨 − 𝑰𝒐

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 71


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VAN = 106 360 207- 85 837 933


VAN= 20 522 273MGA
La VAN est supérieure à 0, notre projet est donc rentable.
VIII.3.3.2 Taux de rentabilité interne (TRI)
C’est le taux d’intérêts par lequel la valeur actualisée d’un revenu futur est égale au
capital investi. Il est défini comme étant le taux maximal d’intérêt que peut supporter un
projet par conséquent, tout projet dont le TRI est supérieur au taux d’intérêt auquel il est
financé est rentable.
𝐼0 = 𝑏1 (1 + 𝑡)−1 + 𝑏2 (1 + 𝑡)−2 + 𝑏3 (1 + 𝑡)−3 + 𝑏4 (1 + 𝑡)−4 + 𝑏5 (1 + 𝑡)−5
Posons t1 = 0,265 et t2 = 0,26
Donc nous avons Io1 = 85104980 et Io2 = 86170298
𝑰𝒐𝟐 − 𝑰𝒐
𝒕 = 𝒕𝟐 − ∗ (𝒕𝟐 − 𝒕𝟏)
𝑰𝒐𝟐 − 𝑰𝒐𝟏
86170298−85104980
𝑡 = 0,26 − 86170298−85104980 ∗ (0,26 − 0,265) = 0,261559931

D’où le TRI = 26,20%


Le TRI est supérieur à i=18% taux de remboursement bancaire, le projet est donc
rentable.
VIII.3.3.3 Indice de profitabilité (Ip)
L’indice de profitabilité (Ip) d’un investissement est défini comme étant le quotient de
la somme des cashs – flows (flux générés) actualisés par le montant du capital investi.
𝑽𝑨𝑵
𝑰𝒑 = 𝟏 +
𝑰𝒐
𝟐𝟎 𝟓𝟐𝟐 𝟐𝟕𝟑
𝑰𝒑 = 𝟏 +
𝟖𝟓 𝟖𝟑𝟕 𝟗𝟑𝟑
Ip = 1,24
VIII.3.3.4 Délai de récupération (DR)
C’est le nombre d’années nécessaire pour faire revenir le capital investi à partir des
résultats des activités.
𝑰𝒐
𝑫𝑹 =
𝒃
85 837 933
𝐷𝑅 =
37 520 126
DR= 2,29=2ans 3mois 15 jours

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 72


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.3.3.5 Taux moyen de rendement (TMR)


𝒃
𝑻𝑴𝑹 =
𝑰𝒐 ∗ 𝟏𝟎𝟎
Avec b= total cash flow /5
b = 187 600 630 /5
b = 37 520 126 MGA
37 520 126
𝑇𝑀𝑅 =
85 837 933 ∗ 100
TMR = 44%
Tableau 38 : Récapitulation des résultats de rentabilité financière

Indicateurs Valeur Interprétations / Significations

Il s’agit d’une importante valeur pour le flux


VAN 20 522 273
généré
Ce taux dépasse 18 %, l’investissement est
TRI (%) 26,20%
donc rentable.
Cette valeur est supérieure à 1, la rentabilité
Ip 1,24
est donc confirmée
L’investissement initial est récupéré au bout
DRCI 2ans 3mois 15 jours
de 2ans 3mois 15 jours

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 73


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Chapitre IX: DISCUSSION


Pour les pays développés ou en voie de développement, l’éthanol est déjà utilisé et
considéré comme une nouvelle source d’énergie pouvant substituer les énergies non
renouvelable ou le bois énergie. Pour les pays en voie de développement comme Madagascar,
c’est le bois énergie qui tient la première place face aux autres énergies. Pourtant le bois
énergie crée divers problèmes socio-économico-environnementaux.
La ville d’Antananarivo est classée comme la ville la plus insalubre, elle génère plus
de 100 tonnes d’ordure par jour, tous types de déchets confondus (déchets ménagère, déchets
de marché, déchets industrielle, …) alors que les sites de décharge actuelle commence à
manquer, cette dernière n’est plus suffisante devant l’accroissement rapide de la population.
Ce qui devient un grand problème national vu son impact néfaste sur la santé publique,
vecteur principal de diverses maladies telles que la peste, la rougeole,...
La présente étude consiste à la valorisation des déchets de fruit de banane pour
contribuer à réduire la pollution. A l’issu de ce travail l’objectif principal a été atteint. Nous
avons transformé les déchets en éthanol de 80° pouvant être utilisé non seulement comme
combustible domestique alternatif au bois énergie mais également à des fins pharmaceutiques.
En effet, 200 Kg de déchet permettent d’obtenir 25 Litres d’éthanol à 80° ce qui correspond
au besoin quotidien de 20 ménages de taille moyenne (5 personnes).
On outre le processus de transformation de ces déchets est très souple, facilement
réalisable et son cout d’investissement est abordable, le prix des matières premières peut être
à discuter avec les opérateurs pour une collecte en gros. Les travaux pratiques réalisés au
laboratoire nous ont permis d’avoir des résultats satisfaisant de production d’éthanol.
Les indicateurs de rentabilité de ce projet nous montrent que le projet est rentable. Le
VAN est positif 20 522 273 MGA, le capital investi est récupéré au bout 2ans 3mois 15 jours.
Le projet peut supporter jusqu’à 26,20% de taux d’emprunt s’il faut recourir aux financements
externes. Selon ces indicateurs, le projet génèrerait des avantages, et sa réalisation serait
bénéfique pour la zone d’étude et aussi les industriels à Madagascar et dans les régions de
l’océan indien.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 74


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

CONCLUSION
Ce travail nous a permis de mettre en exergue d’autre possibilité de production
d’éthanol à partir des déchets, pour notre cas nous avons pris les déchets de fruit de banane
comme matière première. L’élaboration de ce projet offre la possibilité de réduire la pollution
et de protéger l’environnement contre la déforestation. Ayant un bilan positif sur
l’environnement, le bioéthanol est recommandé par différents organisme du monde et allège
également les demandes en énergie non renouvelable qui tendent en ce moment à se raréfier.

Durant tous nos travaux, nous avons pu résumer les éléments essentiels de production ;
sur les processus, le plan technique et l’étude de préfaisabilité technico-économique du projet.
La partie expérimentale a consisté en la transformation des sucres fermentescible présentent
dans les déchets en alcool par l’action de la levure. Après la première distillation suivie d’une
rectification nous pouvons dire que nous avons obtenu de l’alcool à 80°GL.

Ce projet à l’échelle industrielle a répondu parfaitement aux conditions exigées par les
outils d’évaluation économique pour juger la rentabilité et la viabilité d’un projet. Nous avons
dégagé un Ip de 1,24 soit 1MGA de capitaux investi génère un marge bénéficiaire de 0,24
MGA. Il est constaté que la production d’alcool à partir des déchets de fruit de banane est un
projet rentable avec un temps de remboursement très bref de 2ans 3mois 15 jours.

Pour clore ce travail, la réalisation de ce projet ne peut qu’avoir des retombées


positives pour la commune urbaine d’Antananarivo afin de réduire la pollution. Nous tenons
aussi à affirmer que l’application de cette recherche sur d’autres déchets de fruits tels que les
letchis, les ananas,… (Voir Annexe 4) pourrait très bien être envisagé comme une modèle de
valorisation et qu’un projet de transformation en éthanol serait intéressant.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah 75


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ET WEBOGRAPHIE


[1] MEEDDAT
2008, p. 26 +A10, (juin 2018)

[2] SUISSE ENERGIE


« Énergie biomasse, énergie de la biomasse parce que les déchets organiques et le bois
sont Précieux » p. 7(Aout 2018)

[3] ANDRIANTSIMBA Nirintsoa Sombiniaina


« Contribution à l’étude de faisabilité technico-économique de réalisation d’un
distillateur a colonne pour rectification de rhum artisanal »
MIER 2017, (octobre 2018)

[4] APICAN
« Fiches variétés foire de Koumac » (juin 2018)

[5] APRIA 1979


« Microbiologie et industrie alimentaire : fermentation lactique, alcool, protéines et
génie génétique »
Tome 4 (septembre 2018)

[6] CHEESMAN E.E.


« Classification of the bananas II: the genus Musa L »« Classification of the bananas
III: Critical notes on species » Kew Bulletin 2, 1947,Kew Bulletin 2, 1950 (juin 2018)
[7] RAFANOMEZANTSOA Hanitriniaina Simonette
« Gestion des déchets dans la commune urbaine d’Antananarivo»
DEGS 2007, (novembre 2018)

[8] CLAUDINE PICQ


« Infomusa La revue internationale sur bananiers et plantains 1106 » Vol., 14 N° 2,
p.5-6 (juin 2018)

[9] D. Galy
Cours sur la distillation pdf (septembre 2018)
[10] FAVIER J.C., IRELAND J., RIPERT,
« Répertoire général des aliments- Table de composition des fruits exotiques, fruits de

RAOELINIAINA Ravaka Dinah I


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

cueillettes d’Afrique » Edition ORSTOMINRA 1993, (juillet 2018)

[11] FILIERE BANANE


« Filières de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, et Actions du Ministère de
l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche » ; p 4-6 Juillet 2004 (juin 2018)

[12] Jean-Michel DEWAILLY Professeur émérite


« LA CULTURE DE LA BANANE D’EXPORTATION A MADAGASCAR p02 »
Université Lumière Lyon2 (juillet 2018)

[13] KAMDEM I, TOMEKPE K. & THONART PH


« Production potentielle de bioéthanol, de biométhane et de pellets à partir des déchets
de biomasse lignocellulosique du bananier (Musa spp.) au Cameroun »
Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2011 (juin 2018)

[14] KARA ALI MOUNIRA


« Isolement et caractérisation de souches levuriennes des milieux arides productrices
de l’éthanol sur différents substrats » p 008
Université Constantine 1, 2014 (novembre 2018)

[15] LINDEN G, (1991)


« Techniques d’analyses et de contrôles dans les industries agroalimentaires-Principes
des techniques d’analyses, volume 2, 2ème édition »
Lavoisier. Tech & doc-APRIA, pp 48 - 51. (septembre 2018)

[16] MAKAVELO JESMURAH Junarcèle Elderette


« La banane et ses principales caractéristiques »
ENS 2011 p 19 – 20 (juillet 2018)

[17] MARILLER C. (1951)


« Distillerie Agricole et industrielle : levure et sous-produit »
Ed. BALLIERE, Paris. 632 pp (novembre 2018)
[18] Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la pèche
« Monographie de la région d’Antananarivo » juin 2003 (octobre 2018)

[19] NJATOARIVELO Tojonirina Alain


Expérimentation d’une colonne p 17 -19

RAOELINIAINA Ravaka Dinah II


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

ESPA 2014 (octobre 2018)

[20] RABARIJAONA Falinirina


« Contribution à l’étude d’obtention d’alcool de la banane »
ESPA 2007 p 03 (octobre 2018)

[21] RAZAFIARIVAO Barisoa Seheno


« Amélioration de la base de données existante et du système d’adressage des
bâtiments dans la Commune urbaine d’Antananarivo » p 03
ESPA 2009 (septembre 2018)

[22] SIDI LARBI KM


« Fiche technique du bananier », p 1
Aïn El Aouda (juillet 2018)
[23] http://www.ifpenergiesnouvelles.fr/Espace-Decouverte/Les-grands-debats/Quel
avenir-pour-les-biocarburants/La-fabrication-des-biocarburants-3-generations (juin
2018)
[24] https://pastel.archives-ouvertes.fr (novembre 2018)

[25] CNRIT : http://cnrit.recherches.gov.mg (juillet 2018)

[26] http://fr.wikipedia.org/wiki/Azéotrope consulté (novembre 2018)

[27] https://tel.archives-ouvertes.fr (octobre 2018)

[28] https://www.arboschwin.com/index.php?page=disti_princip (septembre 2018)

[29] https://www.atl-chaudronnerie.fr/qu-est-ce-que-la-distillation-d-alcool_ar356.html
(septembre 2018)

[30] Types de biomasse.htm (juillet 2018)

[31] wikipedia, http : // distillerie-mette (septembre 2018)

[32] PRINCIPES DE LA FERMENTATION ALCOOLIQUE - LGS-TPE-VIN - La


fermentation alcoolique - Cowblog.htm (septembre 2018)

RAOELINIAINA Ravaka Dinah III


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

LISTE DES ANNEXES


Annexe 1: PRESENTATION DU LIEU DE STAGE
1. Identification du CNRIT
Le Centre National de Recherches Industrielle et Technologique est un Etablissement
Public à Caractère Industrielle et Commerciale (EPIC) doté de la personnalité morale
jouissant de l’autonomie de gestion administrative et financière.Il a été régi par le statut
juridique (EPIC).
Adresse: 38, rue RasamimananaFiadanana, Antananarivo
101
Tél : 020 22 635.20 Mobile : 032 04 452 39 (directeur)
E-mail : cnrit@moov.mg
Année de création : 1987

2. Historique du CNRIT :
Le Centre National de Recherches Industrielle et Technologique (C.N.R.I.T), est un
établissement public à caractère scientifique, technique et économique. Il a été créé suivant le
décret nº 87–288 du 28 juillet 1987 puis modifié par le Décret n°92-469 du 22 avril 1992
portant la création et organisation d’un Centre Nationale de Recherches Industrielles et
Technologiqueet réorganisé par le décret n°- 2016 – 460du 11 Mai 2016 portant nomination
des membres du gouvernement placé sous la tutelle technique du Ministère de l’Enseignement
Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESupRES) et sous la tutelle financière de
l’Economie, des Finances et du Budget (MEFB). C’est ce dernier qui assure le financement de
ce centre.
3. Objet du CNRIT :
Le CNRIT a pour objet de :
- participer à l’élaboration et à la conduite de la politique nationale de recherches
technologique devant appuyer le développement industriel et agro-industriel ;
- promouvoir l’exploitation économique des résultats de recherches et s’assurer à
cette fin la collaboration de partenaires gouvernementaux ou privés, nationaux ou étrangers;
- contribuer à la formation de personnel scientifique et technique dans le
domaine précité;
- contribuer au rassemblement, au traitement et à la diffusion des informations
scientifique et technique en relation avec le centre d’information et de documentation

RAOELINIAINA Ravaka Dinah IV


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

scientifique et technique (CIDST) du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche


scientifique ;
- valoriser et d’appliquer les résultats des recherches pour les besoins des agents
économiques ;
- exécuter généralement toutes opérations se rattachant directement ou
indirectement en totalité ou en partie à l’objet ci-dessus spécifié, ou à tous objets similaires,
connexes ou susceptibles d’en favoriser la réalisation.
4. Mission du CNRIT :
Pour l’accomplissement de ses missions, le CNRIT pourra :
- Créer et subventionner des équipes pluridisciplinaires de recherches sur des
projets déterminés, financés sur fonds publics ou sur fonds de conventions;
- Regrouper les laboratoires sur des thèmes de recherches ;
- Organiser et financer des voyages et séjours des équipes de chercheurs
travaillant pour son compte;
- Construire et gérer des grands équipements de recherche dans le cadre
d’accords bilatéraux, régionaux ou internationaux;
- Participer à l’exploitation économique et commerciale des résultats de
recherches notamment par la création des sociétés privés avec le concours d’autres services de
l’état, des collectives locales ou d’autres organismes publics ou privés, nationaux ou
étrangers;
- Participer à l’élaboration et à la mise en œuvre d’accord de coopération
scientifique pour le développement ;
- Procéder à une évaluation des résultats des actions menées et de qualité des
travaux accomplis par ses équipes et ses chercheurs ;
- Organiser des réunions, des colloques et séminaires dans différents domaines
relevant de ses compétences ;
- Publier les résultats de recherches et des activités des chercheurs
La photo 1 montre la face de ce Centre de Nationale de Recherche Industrielle et
Technologique CNRIT.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah V


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Photo 23 : Vue du CNRIT

Conseil
d’administration

Conseil
Direction Scientifique et d’orientation

Département Département Département


Département Antenne Département
métallurgie de matériaux administrative
de chimie locale énergétique
et géologie et génie civil et financier
Département
informatique et
électronique
appliqué

Figure 14 : Organigramme du CNRIT

RAOELINIAINA Ravaka Dinah VI


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Annexe 2 : TRANSFERT THERMIQUE [3]


Il y a transfert de chaleur entre deux points où règnent des températures différentes : le
transfert s’effectue toujours de la température la plus élevée à la température la plus faible. La
différence de température est la force motrice du transfert de chaleur.
Les échanges thermiques au sein du distillateur à colonne sont schématisés selon la
figure suivante :

Figure 15 : Représentation schématique des transferts thermiques dans le distillateur


Avec :
: Transfert par conduction

: Transfert par convection

: Transfert par rayonnement

Où :
θatm =Température atmosphérique
θair = Température de l’air

RAOELINIAINA Ravaka Dinah VII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

θis = Température de l’isolant


θexb = Température extérieure du bouilleur
θintb = Température intérieure du bouilleur
θr = Température de l’alcool
- Schéma électrique équivalent :
Le schéma électrique équivalent est donné par la figure suivante :

Figure 16 : Schéma électrique équivalent relatif aux transferts thermiques

On distingue trois types de transfert de chaleur :


- La conduction
La conduction est un mode de transfert de température entre deux région d’un même
milieu, ou entre deux milieux en contact, et se réalisant sans déplacement.
Le flux produit par une conduction est régi par la loi de Fourrier suivante :
𝑆
𝜙 = 𝜆. (∆𝜃)
𝑒
Où :
λ est donné selon les matériaux : un λ élevé montre que le matériau est un bon
conducteur de chaleur.
Les échanges par conduction:
- Entre la résistance et le bouilleur hcrb
2𝜋𝐿𝜆
𝜙𝑟𝑏 = (𝜃𝑟é − 𝜃𝑏)
𝑅1
ln 𝑅

Où :
ϕrb : Flux de chaleur [W]
λ : Conductivité thermique [W m−1 K−1]
θré : Température de la résistance [K]

RAOELINIAINA Ravaka Dinah VIII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

θb : Température du bouilleur [K]


- Entre la résistance et l’isolant hcri
2𝜋𝐿𝜆
𝜙𝑟𝑖 = (𝜃𝑟é − 𝜃𝑖)
𝑅2
ln 𝑅1

Où:
ϕri : Flux de chaleur [W]
λ : Conductivité thermique [W m−1 K−1]
θré : Température de la résistance [K]
θi : Température de l’isolant [K]
Entre l’isolant et la paroi extérieure hcip
2𝜋𝐿𝜆
𝜙𝑖𝑝 = (𝜃𝑖 − 𝜃𝑝)
𝑅3
ln 𝑅2

Où :
Φip : Flux de chaleur [W]
λ : Conductivité thermique [W m−1 K−1]
θi : Température de la résistance [K]
θr : Température du bouilleur [K]
- La convection
La convection est la propagation de la chaleur dans un fluide en mouvement. La transmission
de chaleur s’effectue par l’action combinée de la conduction au sein du fluide et du
mouvement du fluide. La conduction intervient donc dans la convection mais le mouvement
du fluide entraine des lois différentes d’un phénomène de conduction sans déplacement de
matière. La convection est régie par la loi Newton :
𝜙 = ℎ ∗ 𝑆(𝜃𝑝 − 𝜃𝑓)
Où :
h est le coefficient de transfert thermique par convection déterminé par l’utilisation des
nombres adimensionnels tels que :
𝐷
- Nombre de Nusselt : 𝑁𝑢 = ℎ λ

Où :
h : coefficient de transfert thermique [W.m-2.K-1]
D : dimension caractéristique [m]
λ : conductivité thermique du fluide [W m−1 K−1]

RAOELINIAINA Ravaka Dinah IX


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

𝐷
- Nombre de Reynolds : 𝑅𝑒 = 𝜌. 𝑈. 𝜇
𝑈.𝐷 𝜇
Avec : 𝑅𝑒 = 𝑒𝑡 𝛾 =
𝛾 𝜌

Où :
U : vitesse caractéristique du fluide [m/s]
D : dimension caractéristique [m]
𝛾 : viscosité cinématique du fluide [m2/s]
ρ : masse volumique du fluide [kg/m3]
μ : viscosité dynamique du fluide [Pa.s ou kg/(m.s)]
μ
- Nombre de Prandtl : Pr = 𝐶𝑝. λ

Où :
μ : viscosité dynamique [kg m−1 s−1]
λ : Conductivité thermique [W m−1 K−1]
Cp : capacité thermique massique à pression constante [J kg−1 K−1]
𝑔.𝛽.∆𝜃.𝐷3.𝜌2
- Nombre de Grashof : 𝐺𝑟 = 𝜇

Où :
g : accélération de la pesanteur [m/s²]
β : coefficient de dilatation [K-1]
∆θ : différence de température [K]
D : diamètre caractéristique [m]
ρ : Masse volumique du fluide [kg/m3]
μ = viscosité dynamique [kg m−1 s−1]
Les échanges par convection:
- Entre le bouilleur et l’alcool hvbal
𝜙𝑏𝑟 = ℎ𝑣𝑏𝑎 ∗ 𝑆(𝜃𝑏 − 𝜃𝑎𝑙)
Où :
ϕbr : Flux de chaleur [W]
hvbal : Coefficient thermique de convection du rhum artisanal et le bouilleur [W.m-2.K-1]
S : Surface de la paroi extérieure [m2]
θb : Température du bouilleur [K]
θal : Température de l’alcool [K]
Entre la paroi extérieure et l’air hvpa
𝜙𝑝𝑎 = ℎ𝑣𝑏𝑎 ∗ 𝑆(𝜃𝑝 − 𝜃𝑎𝑖𝑟)

RAOELINIAINA Ravaka Dinah X


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Où :
ϕpa : Flux de chaleur [W]
hvba : Coefficient thermique de convection du rhum artisanal et le bouilleur [W.m-2.K-1]
S : Surface de la paroi extérieure [m2]
θp : Température du bouilleur [K]
θair : Température de l’alcool [K]
- Le rayonnement
Le rayonnement est l’émission par un corps d’ondes électromagnétiques qui sont les vecteurs
de ce transfert de chaleur. Les ondes sont émises dans toutes les directions et appartiennent au
domaine de l’infra-rouge et du visible. Aucun support matériel n’est nécessaire pour leur
propagation.
Le flux produit par un rayonnement est régi par la loi de Stephan :
𝜙 = 𝜎. 𝜀. 𝑆. θ4
Où :
σ : Constante de Stephan Boltzmann [W.m-2.K-4]
ε : Emissivité de chaleur [μm]
Les échanges par rayonnement:
- Entre la paroi extérieure et l’atmosphère hrpa
Ici les échanges par rayonnement est négligeable.

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XI


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Annexe 3 : FICHE D’ENQUETE


Tableau 39 : Fiche d'enquête d’approvisionnement de banane

FICHE D’ENQUETE POUR L’APPROVISSIONNEMENT DE BANANE


Zone d'enquête
Date d'enquête
Opérateurs principaux Transporteur
Grossiste de murisserie
Client
Revendeur
Quantité de banane (livré ou muri ou consommé)
Kg ou Tonne /semaine
Prix de la banane par saison MGA/Kg novembre - avril
(chaude et pluvieuse)
Mai - septembre
(froide et sèche)
Septembre - novembre
(sèche et chaude)
Prix de gros des bananes meurtries

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

Annexe 4 : SAISON DES FRUITS


Le tableau suivant nous montre la disponibilité des différents fruits pendant toute les
saisons de l’année présente dans l’industrie SCRIMAD (Groupe spécialisé en exportation de
fruit) de Toamasina qui génère une quantité énorme de déchet :

Tableau 40 : Production des fruits de saison du SCRIMAD

Appro
réel en
tonnes
2018 Janv. Fév. Mar. Avr. Mai Jui. Jul. Août Sept. Oct. Nov. Déc.
ANANAS

CORROSSOL
GOYAVE
(chair rosée)

LITCHIS

MANGUE
FRUIT DE
LA PASSION

GINGEMBRE

CURCUMA

TAMARIN

Photo 24 : Déchets des litchis générés par le SCRIMAD

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XIII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

TABLES DES MATIERES


TENY FISAORANA .................................................................................................................. i
SOMMAIRE .............................................................................................................................. ii
LISTE DES ABREVIATIONS ................................................................................................. iii
LISTE DES ACRONYMES ...................................................................................................... v
LISTE DES PHOTOS ............................................................................................................... vi
LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................................ vii
LISTE DES FIGURES .............................................................................................................. ix
LISTE DES ANNEXES ............................................................................................................. x
INTRODUCTION ...................................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE : ETAT DE CONNAISSANCES
Chapitre I: APERÇU GENERAL SUR L’ALCOOL ET LA FERMENTATION ......... 2
I.1 L’alcool....................................................................................................... 2
I.1.1 Matières premières pour la production d’alcool [14] .......................... 2
I.1.1.1 Matières riches en polysaccharides .............................................. 2
I.1.1.2 Matières riches en sucres simples................................................. 2
I.2 L’éthanol..................................................................................................... 3
I.2.1 Présentation de la molécule d’éthanol ................................................. 3
I.2.2 Propriétés physiques de l’éthanol [1] [31]........................................... 3
I.2.3 Utilisations industrielles de l’éthanol .................................................. 3
I.3 Filière biocarburant [23] [24] ..................................................................... 3
I.3.1 Présentation du biocarburant ............................................................... 3
I.3.2 Mélanges éthanol-essence ................................................................... 4
I.3.3 Effet de l’éthanol sur la volatilité des carburants ................................ 4
I.3.4 Effet de l’éthanol sur la consommation de carburant .......................... 4
I.4 Avantage et inconvénients [23] [27] .......................................................... 4
I.4.1 Enjeux économiques ............................................................................ 4
I.4.2 Enjeux environnementaux ................................................................... 5
I.5 La fermentation alcoolique [32] [25] ......................................................... 5
I.5.1 Réaction chimique ............................................................................... 5
I.5.2 Les éléments chimiques présents dans la réaction .............................. 5
I.5.2.1 Le glucose a pour formule brute : C6H12O6 : ................................ 5
I.5.2.2 L’éthanol ou l’alcool éthylique a pour formule C2H5OH :........... 5

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XIV


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

I.5.2.3 Le dioxyde de carbone a pour formule CO2 : ............................... 6


I.5.2.4 Agents de fermentation : les levures ............................................ 6
I.5.3 Facteurs influençant la fermentation [5] [17] ...................................... 6
I.5.3.1 La température et l’activité levurienne ......................................... 6
I.5.3.2 L’oxygène ..................................................................................... 6
I.5.3.3 Les biomasses ............................................................................... 7
I.5.3.4 La durée de la fermentation .......................................................... 7
I.5.3.5 pH ................................................................................................. 7
Chapitre II: APERÇU GENERAL SUR LA DISTILLATION ....................................... 8
II.1 Principe de la distillation [28] ................................................................... 8
II.1.1 Etapes de distillation [29]................................................................... 8
II.1.2 Paramètres de distillation ................................................................... 8
II.2 Types de distillation .................................................................................. 9
II.2.1 Distillation simple [9] ........................................................................ 9
II.2.2 Distillation fractionnée : [31] ............................................................. 9
II.2.2.1 Principe [19] .............................................................................. 10
II.2.2.2 Volatilité : [27] .......................................................................... 11
II.2.2.3 Azéotrope : [25] ........................................................................ 11
II.2.2.4 Manipulation d’une colonne de distillation [25] ....................... 12
II.3 Procédés et techniques de réalisation d’une colonne de distillation : ..... 12
II.3.1 Réalisation industrielle ..................................................................... 12
II.3.2 Réalisation en laboratoire : [25] ....................................................... 13
II.3.2.1 Colonnes à plateaux : [19]......................................................... 14
II.3.2.2 Colonnes à garnissage : [19] ..................................................... 14
Chapitre III: LA BIOMASSE ET LA FILIERE BANANE ............................................ 16
III.1 Quelques définitions de la biomasse ...................................................... 16
III.2 Différents types de biomasse [30] ......................................................... 16
III.2.1 La biomasse naturelle ..................................................................... 17
III.2.2 Les déchets résiduels (secs et humides) .......................................... 17
III.2.3 Les cultures énergétiques ................................................................ 17
III.3 Valorisation énergétique de la biomasse [2] .......................................... 17
III.3.1 Procédés de valorisation de la biomasse ......................................... 17
III.3.2 Générations de biocarburants.......................................................... 18
III.3.3 Energie de la biomasse ................................................................... 18

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XV


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

III.4 Généralités sur le bananier ..................................................................... 18


III.4.1 Morphologie et cycle du bananier [22] ........................................... 18
III.4.2 Classification [6] ............................................................................. 20
III.4.3 Condition de vie du bananier [22] .................................................. 21
III.4.3.1 La température ......................................................................... 21
III.4.3.2 La lumière ................................................................................ 21
III.4.3.3 Le vent ..................................................................................... 21
III.4.3.4 Humidité .................................................................................. 21
III.4.3.5 Sol ............................................................................................ 21
III.5 La filière banane à Madagascar [16]...................................................... 21
III.5.1 Producteur de banane ...................................................................... 21
III.5.2 Structures de commercialisation [11] ............................................. 22
III.5.2.1 Le marché intérieur .................................................................. 22
III.5.2.2 Le marché extérieur [11].......................................................... 23
III.5.3 Variétés de bananes existant à Madagascar [20] ............................ 24
III.5.3.1 Les figues sucrées .................................................................... 24
III.5.3.2 Les figues roses ........................................................................ 24
III.5.3.3 Le Gros Michel ........................................................................ 24
III.5.3.4 Les bananiers plantains ............................................................ 24
DEUXIEME PARTIE : MATERIELS ET METHODES
Chapitre IV: METHODOLOGIES .................................................................................. 26
IV.1 Caractéristiques physico-chimiques de la banane [16].......................... 26
IV.1.1 Composition chimique de la banane ............................................... 26
IV.1.2 Composition chimique des parties morphologiques du bananier .. 30
IV.2 Les possibilités de valorisation des déchets de bananiers [13] .............. 31
IV.2.1 Production potentielle du bioéthanol .............................................. 31
IV.2.2 Production potentielle du bio méthane ........................................... 33
IV.2.3 Production potentielle des pellets ................................................... 35
IV.2.4 Choix de la matière première.......................................................... 36
IV.3 LA ZONE D’ETUDE ............................................................................ 36
IV.3.1 Situation géographique [21] ........................................................... 36
IV.3.1.1 Reliefs [13] .............................................................................. 37
IV.3.1.2 Climat [13]............................................................................... 37
IV.3.2 Croissance démographique [13] ..................................................... 38

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XVI


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

IV.3.3 Quelques types de déchets dans la commune [7] ........................... 38


IV.3.3.1 Les déchets ménagers .............................................................. 38
IV.3.3.2 Les déchets des marchés .......................................................... 38
IV.3.3.3 Les déchets industriels de Tananarive ..................................... 38
IV.3.4 Choix de la zone d’étude ................................................................ 39
IV.4 Méthode d’enquête ................................................................................ 39
IV.4.1 Analyse des données ....................................................................... 40
IV.4.2 Circuit de commercialisation et potentialité des déchets de banane 40
IV.4.2.1 Acteurs ..................................................................................... 40
IV.4.2.2 Le circuit de commercialisation [8] ......................................... 42
Chapitre V: MATERIELS D’EXPERIMENTATION ET MATIERE PREMIERE ...... 43
V.1 Matériels de laboratoire .......................................................................... 43
V.1.1 Matériels pour la fermentation ......................................................... 43
V.1.1.1 Réfractomètre ............................................................................ 43
V.1.1.2 Balance électronique ................................................................. 43
V.1.2 Matériels pour la distillation ............................................................ 44
V.1.2.1 Alcoomètre ................................................................................ 44
V.1.2.2 Bécher et éprouvette graduée .................................................... 44
V.1.2.3 Distillateur et rectificateur ........................................................ 45
V.2 Matières premières pour l’expérimentation ............................................ 47
V.2.1 Déchets de banane............................................................................ 47
V.2.1.1 Banane meurtrie et pulpe .......................................................... 47
V.2.1.2 Peau de banane .......................................................................... 47
V.2.2 Levure .............................................................................................. 48
Chapitre VI: LES TRAVAUX DE LABORATOIRE ET RESULTATS ........................ 49
VI.1 Fermentation .......................................................................................... 49
VI.1.1 Mode opératoire pour la fermentation ............................................ 49
VI.1.2 Déroulement de l’expérience .......................................................... 49
VI.2 Distillation ............................................................................................. 51
VI.2.1 Mode opératoire .............................................................................. 51
VI.2.2 Préparation à la distillation ............................................................. 51
VI.2.3 Rectification.................................................................................... 52
VI.2.3.1 Principe de fonctionnement ..................................................... 52
VI.2.3.2 Mode opératoire ....................................................................... 52

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XVII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VI.3 RESULTATS......................................................................................... 55
VI.3.1 Résultat de la première distillation ................................................. 55
VI.3.2 Résultat de la rectification .............................................................. 55
VI.3.2.1 Premier groupe d’essai ............................................................ 55
VI.3.2.2 Deuxième groupe d’essai......................................................... 56
VI.3.2.3 Troisième groupe d’essai ......................................................... 57
TROISIEME PARTIE : ETUDE DE PREFAISABILITE TECHNICO ECONOMIQUE
Chapitre VII: ETUDE DE PREFAISABILITE ECONOMIQUE DU PROJET ........... 59
VII.1 Situation du projet ................................................................................ 59
VII.2 Les ressources en déchets de banane .................................................... 59
VII.3 Objectifs de l’étude de préfaisabilité économique et financière .......... 59
VII.3.1 Mise en œuvre de la possibilité de concrétisation du projet ......... 59
VII.3.2 Constitution de la viabilité et de la pérennisation du projet .......... 60
VII.4 .La méthodologie des évaluations ........................................................ 60
VII.4.1 Méthode d’études de l’opportunité économique du projet............ 60
VII.4.1.1 Justification et fondement de la méthode ............................... 60
VII.4.1.2 Les critères de décision pour le choix d’investissements ....... 60
VII.4.1.3 L’actualisation ........................................................................ 60
VII.4.1.4 La valeur actualisée nette - VAN ........................................... 61
VII.4.1.5 Taux interne de rentabilité- TRI ............................................. 61
VII.4.1.6 Délai de récupération des fonds investis ................................ 61
VII.4.1.7 L’indice de Profitabilité ......................................................... 61
VII.4.2 Définition des éléments d’évaluation financière du projet............ 62
VII.4.2.1 Emplois débiteurs du projet.................................................... 62
VII.4.2.2 Investissement ou Capitaux investis ...................................... 62
VII.4.2.3 Ressources du projet............................................................... 62
VII.4.3 Hypothèses de calcul ..................................................................... 62
Chapitre VIII: ETUDE DE RENTABILITE FINANCIERE DU PROJET .................. 63
VIII.1 Capital investi ..................................................................................... 63
VIII.1.1 Amortissement des immobilisations ............................................ 64
VIII.1.2 Charges salariales......................................................................... 65
VIII.1.3 Les chiffres d’affaires prévisionnels ............................................ 66
VIII.1.3.1 Production ............................................................................. 66
VIII.1.3.2 Chiffre d’affaire .................................................................... 66

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XVIII


Mémoire de fin d’études GEOENERGIE

VIII.1.4 Charges d’exploitation ................................................................. 66


VIII.2 Fonds de Roulement initial (FRI) et Investissement Io ...................... 68
VIII.2.1 Fond de roulement initial ............................................................. 68
VIII.2.2 Investissement Io ......................................................................... 68
VIII.3 Plan de financement ............................................................................ 68
VIII.3.1 Remboursement d’emprunt .......................................................... 68
VIII.3.2 Budget de Trésorerie .................................................................... 71
VIII.3.2.1 Le flux net de trésorerie (FNT) ............................................. 71
VIII.3.3 Indicateurs de rentabilité .............................................................. 71
VIII.3.3.1 Valeur Actuelle Nette (VAN) ............................................... 71
VIII.3.3.2 Taux de rentabilité interne (TRI) .......................................... 72
VIII.3.3.3 Indice de profitabilité (Ip) ..................................................... 72
VIII.3.3.4 Délai de récupération (DR) ................................................... 72
VIII.3.3.5 Taux moyen de rendement (TMR) ....................................... 73
Chapitre IX: DISCUSSION ............................................................................................. 74
CONCLUSION ........................................................................................................................ 75
REFERENCES BIBLIOGRAPHIES ET WEBOGRAPHIE ...................................................... I
LISTE DES ANNEXES ........................................................................................................... IV
TABLES DES MATIERES .................................................................................................. XIV

RAOELINIAINA Ravaka Dinah XIX


Titre : PRODUCTION D’ETHANOL A PARTIR DES DECHETS DE FRUIT DE BANANIER
Auteur : RAOELINIAINA Ravaka Dinah
Contacts : +261 33 18 108 97 – dinahsravaka@gmail.com
Nombre de pages : 75 Nombre de photo : 23 Nombre de tableaux: 40
Nombre de figures : 17 Nombre d’annexe : 04

RESUME
En tant que pays tropical, Madagascar dispose plusieurs variétés de fruits tels que mangue,
litchi, ananas, fruit de la passion et de bananier. Les variétés de fruits génèrent beaucoup de
déchets valorisables pendant la récolte à des fins énergétique et agronomique.
Ce travail de recherches a été focalisé sur la valorisation des déchets de bananiers tels
que : la pulpe, la banane meurtrie et la peau de banane.
Le résultat expérimental a montré que ces types de déchet de bananier produisent de
l’éthanol à diffèrent degrés alcoolique après la fermentation, la première distillation et la
rectification.
La banane meurtrie présente la meilleure opportunité car elle a pu atteindre un meilleur
degré alcoolique allant de 80°GL jusqu’à 89°GL
Mots clés : déchet, banane, éthanol, fermentation, distillation, rectification.

ABSTRACT
As a tropical country, Madagascar has several varieties of fruits such as mango, litchi,
pineapple, passion fruit and banana. Fruit varieties generate a lot of waste during harvest for
energy and agronomic purposes.
This research has focused on the diversion of banana waste such as pulp, deadly banana
and banana skin.
The experimental result showed that these types of banana waste produce ethanol at
different alcoholic levels after fermentation, first distillation and rectification.
Murdered banana presents the best opportunity as it has been able to achieve an alcoholic
degree ranging from 80°GL to 89°GL.
Keywords: waste, banana, ethanol, biomass, fermentation, distillation, rectification.

Directeur de mémoire : - Monsieur RASOANAIVO Jean Luc


Monsieur RAVONINJATOVO Achille Olivier