Vous êtes sur la page 1sur 64

RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON

Paix –Travail -Patrie Peace-Work-Fatherland


-------- ------------
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MINISTRY OF HIGHER EDUCATION
--------- ------------
INSTITUT SUPERIEUR D’AGRICULTURE HIGHER INSTITUTE OF AGRICULTURE
ET DE GESTION D’OBALA AND MANAGEMENT OF OBALA
--------- ----------

RAPPORT DE FIN DE FORMATION EN GESTION D’UNE


EXPLOITATION AGROPASTORALE :
RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON
CREATION D’UNE UNITE DE PRODUCTION DE 15 tonnes
Paix –Travail -Patrie de
Peace-Work-Fatherland
-------- ------------
(Clarias Gariepinus) SILURE par cycle dans des BACS HORS-SOL
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR MINISTRY OF HIGHER EDUCATION
--------- dans la localité d’AKONOLINGA
INSTITUT SUPERIEUR D’AGRICULTURE
------------
HIGHER INSTITUTE OF AGRICULTURE
ET DE GESTION D’OBALA AND MANAGEMENT OF OBALA
--------- ----------

Rapport de stage rédigé et présenté en vue de l’Obtention Du Brevet De Technicien


Supérieur (BTS)

Par :
VOUNDI Franck Davy
Matricule : CM-ISAGO-18AP67

RUBRIQUE POURCENTAGE MONTANT


Apport du promoteur 41% 4 500 000 FCFA
Subvention 59% 6 500 000 FCFA
recherchée
Cout du projet 100% 11 000 000 FCFA
RAPPORT DE FIN DE FORMATION EN GESTION D’UNE
EXPLOITATION AGROPASTORALE
RÉPUBLIQUE DU CAMEROUN
Paix –Travail -Patrie
REPUBLIC OF CAMEROON
Peace-Work-Fatherland
-------- ------------
CREATION D’UNE UNITE DE PRODUCTION DE 15 tonnes deMINISTRY
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ClariasOF HIGHER EDUCATION
--------- ------------
Gariepinus (SILURE) par cycle de production dans des BACS HORS
INSTITUT SUPERIEUR D’AGRICULTURE SOL
HIGHER INSTITUTE OF AGRICULTURE
dans la localité d’AKONOLINGA
ET DE GESTION D’OBALA
---------
AND MANAGEMENT
----------
OF OBALA

Rapport de stage rédigé en vue de l’obtention du brevet de technicien supérieur (BTS)

Par :
VOUNDI Franck Davy
Matricule : CM-ISAGO-18AP67

Directeur de stage : Maitre de stage :


M.NGWACK Fréderic Simon M. MBOULE Marc
Ingénieur Agroéconomiste Ingénieur en aquaculture

ANNEE ACADEMIQUE

2019-2020
FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL

Je soussigne, VOUNDI Franck Davy, atteste que le présent rapport est le résultat de la
collecte d’informations effectuée au sein de l’exploitation AQUAREING INDUSTRY du 03
Février au 03 Mars 2020 sous la supervision de M. NGWACK Fréderic, et l’encadrement de M.
MBOULE Marc.

Ce rapport est authentique et n’a pas été antérieurement présenté pour l’obtention de quelque
grade que ce soit.

Visa de L’auteur Visa du Maitre de Stage

Visa du Directeur de stage

Signature du directeur de stage : Signature maitre de stage :


DEDICACE

Je dédie avec gratitude et reconnaissance ce travail à mes parents plus précisément a ma mère Mme
EYENGA EKOTO ADELE
REMERCIEMENTS

Mon ascension académique et professionnelle est la résultante des efforts fournis par plusieurs
personne douées de beaucoup de générosité et de compassion ce qui m’a toujours permis de
progresser dans nos études ; c’est pourquoi, dans l’impossibilité de tous vous citer je remercierais :
M.NGWACK Fréderic Simon mon directeur de stage pour son perfectionnisme et sa patience
dans mon suivie

M. MBOULE Marc, mon maitre de stage pour sa disponibilité à nul autre pareil et son désir de
transmettre non seulement par la théorie mais également par la pratique

Aux dirigeants d’ISAGO : M. LOUIS NDJIE, M. NKOA ALIMA, M.ELOUNDOU


CHRISTIAN pour les opportunités qu’ils offrent aux Etudiants en les proposant des formations
duales et des stages enrichissant

A mes parents ; pour les sacrifices qu’ils font pour me donner un avenir radieux

A mes sœurs ; qui me soutiennent et m’encouragent au fil des jours


Sommaire 1
FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL................................................................................3
DEDICACE.........................................................................................................................................................4
REMERCIEMENTS.............................................................................................................................................5
LISTE DES TABLEAUX.........................................................................................................................................9
LISTE DES FIGURES..........................................................................................................................................10
LISTE DES PHOTOS..........................................................................................................................................11
LISTE DES ABREVIATIONS...............................................................................................................................12
CHAPITRE 0 : INTRODUCTION GENERALE.......................................................................................................15
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA LOCALITE DE STAGE................................................................................17
I.3. PRESENTATION SOCIO-ECONOMIQUE.....................................................................................................21
Chapitre II : PRESENTATION DE L’EXPLOITATION AGROPASTORAL................................................................25
II.1. Historique des promoteurs......................................................................................................................25
II.1.2 Genèse de l’exploitation........................................................................................................................25
II.2.Système de production.............................................................................................................................28
II.2.2.Atelier 2 : Alevinage...............................................................................................................................30
II.2.4. Atelier 4 : Commercialisation................................................................................................................33
 Description de l’itinéraire technique......................................................................................................33
II.4. Analyse économique et financière de l’exploitation................................................................................34
III.1. Diagnostic: Matrice AFOM......................................................................................................................38
III.2. Conseil agropastoraux............................................................................................................................39
III.3. Déroulement du stage............................................................................................................................40
Chapitre IV : PRESENTATION GLOBAL DU PROJET ENTREPREUNARIAL..........................................................42
IV.1. Justification du Project et titre du Projet................................................................................................42
IV.2.Objectifs du Projet...................................................................................................................................42
IV.4. Conduit et organisation des activités.....................................................................................................46
 Itinéraire Technique...............................................................................................................................46
Chapitre V : ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE............................................................................................51
V.1.Compte d’exploitation prévisionnel.........................................................................................................51
V.2.Besoin en fonds de roulements................................................................................................................53
V.4.Tableau de financements.........................................................................................................................54
CONCLUSION..................................................................................................................................................54
Annexes..........................................................................................................................................................54

1
Références bibliographiques..........................................................................................................................56

LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: récapitulatif des températures de Mfou........................................................................xviii


Tableau 2:espèces végétales rencontrées en Mfou..........................................................................xix
Tableau 3:espèces animales rencontrées en Mfou...........................................................................xix
Tableau 4: coutumes rencontrées en Mfou.......................................................................................xx
Tableau 5: devis estimatif pour un bac........................................................................................xxviii
Tableau 6: équipements alevinage.................................................................................................xxix
Tableau 7:équipements grossissement...........................................................................................xxxi
Tableau 8:équipements pour commercialisation...........................................................................xxxii
Tableau 9: investissement et amortissement................................................................................xxxiii
Tableau 10:charges opérationnelles alevinage.............................................................................xxxiv
Tableau 11: produit alevinage......................................................................................................xxxiv
Tableau 12: charges opérationnelles grossissement......................................................................xxxv
Tableau 13: produit grossissement................................................................................................xxxv
Tableau 14: compte de résultat....................................................................................................xxxvi
Tableau 15: coutumes rencontrées à AKONOLINGA...................................................................xliv
Tableau 16: investissement et amortissement.................................................................................xlix
Tableau 17: produit de l'entreprise.......................................................................................................l
Tableau 18:charges opérationnelles de l'entreprise..............................................................................l
Tableau 19:charges de structure de l'entreprise..................................................................................li
Tableau 20: compte de résultat...........................................................................................................li
Tableau 21: besoin en fond de roulement..........................................................................................lii
Tableau 22:mobilisation des ressources............................................................................................liv
LISTE DES FIGURES

Figure 1: diagramme ombrothermique de Nkol-Afamba.................................................................xvi


Figure 2: localisation de la commune de Mfou.................................................................................xxi
Figure 3:Logo de l'entreprise AQUAREIGN INDUSTRY.............................................................xxiv
Figure 4: organisation du personnel................................................................................................xxvi
Figure 5:carte d'AKONOLINGA.......................................................................................................xli
Figure 6: envahissement du Nyong par la jacinthe d'eau.................................................................xliv
LISTE DES PHOTOS

Équation 1: arrêté ministériel............................................................................................................lvi


Équation 2: chronogramme des activités de l’entreprise..................................................................lvii
Équation 3: étape de construction de bac circulaire........................................................................lviii
Équation 4: commercialisation en Mbalmayo.................................................................................lviii
Équation 5: plan de localisation de la ferme.....................................................................................lix
LISTE DES ABREVIATIONS

PCD : Programme Communal de Développement


SOCAPALM : Société Camerounaise de Palmeraies
COTCO : Cameroun Oïl Transportation Company
HEVECAM : Hévéa Cameroun
MINEPIA : Ministère de l’Élevage, Pêche et les Industries Animales
IPAC : Interprofession Aquacole au Cameroun
SARL : Société Anonyme à Revenu Légal
WRS : Water Rising System
MB : Marge brute
PB : Produit brute
CO : Charge opérationnelle
FCFA : Franc Communauté Française d’AFRIQUE
P.U : Prix unitaire
P.T : Prix total
QTE : Quantité
ENIEG : Ecole Normale d’Instituteurs d’Enseignement Général
PNDP : Programme Nationale de Développement Participatif
RESUME

La présente étude s’est tenue du 1er février au 3 mars 2020 au sein de l’exploitation de l’entreprise
AQUAREIGN INDUSTRY , l’objectif était de prendre part à tous les activités de la structure ,
d’identifier les obstacles à l’atteinte des objectifs de la structure et faire des suggestions pour l’
amélioration de la capacité de production de la ferme à travers l’analyse et le diagnostic de
l’exploitation agropastorale .plusieurs activités ont été menées à savoir : la construction des bacs
circulaires ,réaménagement d’une écloserie ,et la production de 55000 alevins , le suivi de la
production existante et la commercialisation passant par l’aménagement des étangs ; dont le but est
de faire grandir la structure tant sur le plan financier que infrastructurel .de manière générale ;la
production débute en écloserie ou se passe la production et le suivi des larves .pour la production
des larves on procède par reproduction artificielle ;cette méthode consiste à injecter de l’ovaprim à
la femelle ce qui va stimuler le développement de ses ovocytes prêts à être fécondés ;ensuite on
passe à l’extraction des ovocytes de la femelle pour les verser dans un récipient , après cela on passe
au male en ce moment on retire délicatement les gonades ont les perce encore on introduit le
mélange a celui des ovocytes pour pouvoir féconder et obtenir des larves .les œufs fécondés font 3
jours dans les glaies à l’intérieur des bacs d’incubations puis après l’éclosion des œufs les larves
vont passer 30 jours dans les bacs d’incubation et 30 jours de plus dans les bacs de pré
grossissement à la suite de laquelle on les transferts dans les bacs de grossissement pour une durée
de 4 mois soit 120 jours avant d’être commercialisé. Le prix fixé par AQUAREIGN INDUSTRY
est de 2500 FCFA le kilogramme.
ABSTRACT

This study was held from 1st of february to 3th of march whithin the farm AQUAREIN
INDUSTRY , the objectives was to takes part in all the activities of the structure , to identify the
obstacles to the achievement of to the objectives of the structure and to makes suggestions to
improve the production capacity of the farm through analysis and diagnosis agropastoral Operations
, several activities were carried out namely : the construction of a circular tanks the redevelopment
of a hatchery and production of 55000 fry,followed by existing production and marketing, including
the development of a pond , the purpose of which is to increase the structure both financially and
infrastructurally . In general, production and monitoring of the larvae takes place for the production
of the larvae we pass by artificial reproduction this method consists in injecting ovaprim to the
female which will allow the development of her oocytes ready to be fertilize ; then we go to the
extraction of oocytes from the female , to be able to fertilize them and obtain larvae these fertilized
eggs make three days in the glies insides the incubation tanks then after the eggs hatch the larvae
will spend 30 days in the incubation tank and 30 more days in the pre magnification tank and finally
transferred to the magnification tanks to makes four months approximately 120 days before being
marketed .The price set by AQUAREIGN INDUSTRY is 2500 FCFA per kilogram.
CHAPITRE 0 : INTRODUCTION GENERALE

Le Cameroun Afrique en miniature, est situé au centre de l’Afrique, au Nord et un peu au-
dessus de l’équateur, il est ouvert sur l’océan atlantique et se caractérise par sa vaste diversité
d’espèces végétales, animales, minières et socio-culturelles qui constituent les éléments phares pour
le développement du Cameroun. C’est ainsi que dans le but de promouvoir l’agriculture, le
gouvernement Camerounais a mis sur pieds des programmes comme AFOP(programme d’appuis à
la formation professionnelle) et bien d’autres pour la formation et le réveil de l’entrepreneuriat
agropastoral .Dans ce même sillage ISAGO(Institut Supérieure d’Agriculture et de Gestion
d’Obala) offre à ses étudiants trois stages dont le premier est axé sur la découverte d’une
exploitation agropastorale et le second purement technique repose sur la gestion d’une EAP ;le
second qui fait l’objet de notre étude est, il faut le rappeler basé sur la compréhension et la gestion
d’une EAP tout en alliant les cours théoriques a ceux pratiques , le nôtre a été effectué au sein de
l’exploitation de AQUAREIGN INDUSTRY dans la localité de MFOU avec pour activité
principale la production de poisson silure ( alevinage, engraissement, et commercialisation).Dans
l’optique de pouvoir faire un diagnostic global de l’exploitation dans son environnement nous avons
procédé par des entretiens principalement avec Monsieur MBOULE Marc le maitre de stage ,mais
aussi avec ses ouvriers et la documentation de la mairie de Mfou .A cet effet ,il est judicieux pour
nous que la restitution du travail se fasse en deux phase notamment ;l’analyse du fonctionnement de
ladite exploitation ensuite la matérialisation du projet de fin de formation en entrepreneuriat
agropastoral avec pour thème :la création d’une unité de production de 16tonnes de poisson silure
dans des bacs hors-sol.
PREMIERE PARTIE : PRESENTATION DE LA
STRUCTURE D’ACCUEIL
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA LOCALITE DE STAGE

Dans ce chapitre il sera question le présenter la localité de Mfou sur toutes ses formes c’est-à-dire
sur le plan physique, social et économique ;

I.1. PRESENTATION GEOGRAPHIQUE 

La localité de Stage nommée Nkondom est située à Mfou dans la région du CENTRE,
département de MEFOU ET AFAMBA. Ce village comprend huit groupements ayant chacun à sa
tête un chef de 2ème degré .De plus, elle est délimité ainsi qu’il suit:

 Au Nord par l’Arrondissement de Yaoundé IV;


 Au Sud, par Mbalmayo (Nyong et So’o) et Nkolmetet ;
 A l’Est, et au Sud-Est par les Arrondissements d’Awae - Nkol - Afamba, de Dzeng
(Département du Nyong et So’o);
 A l’Ouest, celui de Bikok (Mefou et Akono) et la commune de Soa. 
Ses coordonnées géographiques sont comprises entre 3,814 Longitude Nord et 11,5781 Latitude
Est.
I.1.1. Relief

Mfou présente également un relief aux altitudes variées constitués des plaines, des bas-
fonds, des vallées, des collines dont la faible pente ne présente aucun obstacle pour des
activités aquacoles.

Précisément faites ; La Commune de Mfou est caractérisé par un relief essentiellement plat
avec des vallées, où les populations pratiquent l’agriculture (bananier plantain, manioc, canne
à sucre …), l’élevage (porciculture, aviculture, pisciculture …) et construisent des
habitations. Son altitude se situe entre 600 et 800 mètres.
Source : PCD (Plan communal de développement mfou)

I.1.2. Climat
Le climat ici est composé par ; la température, humidité, les vents qui varient sous l’action
des agents climatiques (la latitude, l’éloignement de la mer, les courants climatiques). De ce fait, il
est important de souligner que l’Arrondissement de Mfou est situé dans une zone climatique du
type équatorial (dit guinéen), ce qui présente les températures uniformes durant toute l’année. La
température moyenne est de 23,1°C. De plus Mfou est caractérise par un régime pluviométrique a
quatre saisons ; Les pluies y sont très abondantes et reparties presque sur toute l’année. Il y a
également une courte période de sècheresse mais celle-ci n'est pas marquée. Il tombe en moyenne
2188 mm de pluie par an.

On distingue:

• une grande saison sèche, allant de mi-novembre à mi-mars ;

• une petite saison de pluie allant de mi-mars à mi-juin ;

• une petite saison sèche allant de mi-juin à août ;

• une grande saison de pluie allant de septembre à mi-novembre.

Le calendrier des saisons est peu maîtrisé La température moyenne mensuelle de la Région du
Centre fluctue autour de 23°C. L’amplitude thermique mensuelle est de l’ordre de 2.4°C. Février
est le mois le plus chaud avec 25.7°C et juillet constitue le mois le plus froid, avec 23.1°C.Le mois
le plus humide est Octobre avec une pluviométrie maximale de 390mm, le plus sec est Janvier
avec une pluviométrie minimale de 50mm. L’humidité reste élevée toute l’année comme l’indique
la figure suivante :

Figure 1: diagramme ombrothermique de Nkol-Afamba

(Source : http://googleads.g.doubleclick.net)
Le tableau suivant résume les facteurs température et précipitations selon les mois.

Tableau 1 : récapitulatif des températures de Mfou

Source : (station météorologique de Yaoundé).

NB : La température moyenne mensuelle de la Région du Centre varie autour de 23°C.L’amplitude


thermique mensuelle est de l’ordre de 2.4°C. Février est le mois le plus chaud avec 25.7°C et juillet
constitue le mois le plus froid, avec 23.1°C.

Source: (Données de la Station Météorologique de Yaoundé Aéroport).

I.1.3. Pédologie
Le sol de la Mefou-et-Afamba présente diverses formes. On distingue : Les sols bruns rouge
latéritiques a caractéristique argilo-sableux favorisant les types de cultures vivrières tel que la
banane plantain (musa sativa), le manioc (manihot esculenta) et les cultures pérennes tels que le
palmier à huile (élaeis guineensis) et le sabres fruitiers ; sols forestiers classique, les zones
marécageuses favorisant les cultures maraichères et une diversité rendant le sol favorable aux
pratiques piscicoles
I.2. PRESENTATION AGRONOMIQUE

Ici, il s’agira de ressortir l’aspect végétale à travers la présentation de la flore et la faune tout en
ressortant les différents espèces qui s’y trouvant.

I.2.1. Flore
La zone de stage est située en zone forestière qui regorge d’une flore très riche et diversifiée.
Il y pousse plusieurs espèces végétales. Notons également la grande présence des plantes de
culture telles que bananiers-plantains (Musacée), patates douces, manioc (Euphorbiacée). Des
plantes Solanacées (morelle noir, aubergine) et des Poacées (mais, canne à sucre)

Tableau 2:espèces végétales rencontrées en Mfou

espèces végétales Noms scientifiques Noms locaux


Manioc manihot esculenta Nmbong
Tomate solanum lycopersicum Tomare
Banane musa sativa Odué
Papayer carica papaya Fufo
Raphia malicia excesa Alen
Bananier plantain musa paradisisca Iqwan
Sissongo Penisetum purpurium Essong
Canne à sucre Saccharum officinarum Nnkok

I.2.2. Faune
La localité de Mfou a une faune riche et diversifiée. La réserve de la Méfou est la preuve irréfutable
de la richesse faunique de cette commune.

La faune de la région du centre très riche auparavant, est aujourd’hui dégradée à cause des projets
de grande envergure, de l’urbanisation et de la croissance démographique poussée. Toutes ces
menaces anthropiques entrainent la destruction de la biodiversité.
Tableau 3:espèces animales rencontrées en Mfou

Espèces Animales Noms Scientifiques Noms Locaux


Gorille Gorilla gorilla Ngui
Vipère Viperinae Nyoh
Tortue de foret Testudo graeca Koulou
Python Python regius Nyoh
Silure Clarias gariepinus Kouas
Kanga Heterotis niloticus Kouas
Tilapia Oreochromis niloticus Kouas
I.3. PRESENTATION SOCIO-ECONOMIQUE

I.3.1. Population
D’après les chiffres recueillis dans les services de la Mairie de Mfou, la population de la
commune de Mfou s’élèverait sensiblement à 42 000 habitants avec une densité d’environ de
50, 602 habitants au km². Huit (08) groupements ayant chacun à sa tête un chef de 2nd degré
du Groupement. Celui - ci est le supérieur hiérarchique des chefs e villages de 3e degré ou de
chef de quartier/Bloc (89 chefs de troisième degré) qui sont placés à la tête des 82 villages et
7 quartiers que compte la Commune de Mfou.
I.3.2. Culture et coutumes
Les principales ethnies qu’on retrouve dans le département de la MEFOU et AFAMBA sont
les Bene et les Ewondo. A celles-ci viennent s’ajouter les dialectes allogènes les plus parlés à Mfou
dont le bamiléké, l’Haoussa, le Bassa, l’Eton, le Bamoun et le Fulfulde etc. La plus grande partie
des allogènes vit beaucoup plus dans le centre urbain et quelquefois dans les villages comme main
d’œuvre des élites locales.

Tableau 4: coutumes rencontrées en Mfou

Coutumes Significations
Dot Cérémonie pendant laquelle une famille donne la main de sa fille en mariage
Essani Danse de prestige ; exécutées lors des cérémonies exceptionnelles
Tso’o Rite de purification
Akus Rite de protection
Source : Matriarche OWONA

I.3.3. Education
La commune de Mfou possède 54 écoles primaires publiques et privées, 41 écoles
maternelles publiques et privées, 07 lycées publics, 14 collèges et instituts techniques, et 03 écoles
de formation professionnelle.

I.3.4. Santé
Dans cette partie il sera question de présenter les moyen organisationnels mis en place par la
communes afin assurer une continuité et une qualité des prestations de santé qui se traduit par le un
(1) hôpital de district et douze (12) centre de santé fonctionnels

I.3.5. Commerce
Sur le plan commercial, les habitants de Mfou tirent l’essentiel de leurs revenus des activités
découlant des secteurs primaires, secondaires et tertiaire .Ces activités regroupent : l’agriculture, la
pêches, l’exploitation forestière, l’extraction du sable et des activités industrielles (SOCAPALM,
COTCO, HEVECAM)

La commune de Mfou a un marché central ouvert tous les jours ;En plus ,deux marchés périodiques
un a NKILZOCK ,l’autre a NKONGOA encore un marché hebdomadaire à NSIMALEN .On note
la présence de plusieurs centres commerciaux notamment des poissonneries, alimentations, bars,
dans lesquels on retrouve tout sorte de produits manufacturés .Il est à préciser que les prix des
produits sont plus élevés que ceux des grandes villes .

Source : PCA NKOLAFAMBA

I.3.6. Institution financière


Malgré la présence de quelques structures de micro finance, il serait préférable de préciser que le
secteur de l’épargne et du crédit est encore peu développé dans cette zone.

I.3.7. Infrastructure
En ce qui concerne les infrastructures, nous pouvons citer des principaux axes routiers(Yaoundé-
Mfou ;Yaoundé-Mbalmayo)la création de la première préfecture du département de la Mefou et
l’installation de premier préfet en 1974 ; la création de l’hôpital de Mfou ; la construction de
l’aéroport international de Nsimalen ; à Nkongoa puis à Nkilzock création des infrastructures
scolaires et sanitaires .Elle s’illustre également par rôle de certaines hautes personnalités de ce pays
qui ont amenés le développement dans la commune : notamment ; les ministres AYISSI MVOGO
et NA’AH ONDOUA Sylvestre. la ville de Mfou est à la fois chef-lieu d’arrondissement et chef-
lieu de département d’où la présence d’une préfecture et d’une sous –préfecture.
Figure 2: localisation de la commune de Mfou

Source :

fr.m.wikipedia.org
Source  : docplayer.fr
Chapitre II : PRESENTATION DE L’EXPLOITATION AGROPASTORAL

II.1. Historique des promoteurs

II.1.1. Les promoteurs


Les promoteurs d’AQUAREIGN INDUSTRY se nomment M.MBOULE EDIANGO
Marc Idriss originaire de la région du littoral, il suit ses études dans la même zone et après
avoir obtenu son baccalauréat avec une mention(Bien) il décide de s’inscrire à l’université
de Douala pour étudier les sciences halieutiques .Grace à ce cursus ou il sort avec un
diplôme d’ingénieur en aquaculture il a emmagasiné de nombreuses connaissances
notamment dans la maitrise des différents milieux aquatiques, la gestion de la qualité des
produits de mer et d’eaux douces, la maitrise de l’élevage des espèces d’eaux douce,
l’élaboration d’une évaluation environnementale des projets en milieu marin et en zone
côtière
En plus, nous avons Madame MBALLA NZHIE Françoise Gabriella qui est elle aussi
ingénieure en management, audit et gestion des entreprise en plus possède un master en
comptabilité et finance ; en dépit de son cursus flatteur il est important de relever que
Madame MBALLA possède deux entreprises : HEAVEN Graphics (pour la conception des
graphes et des design graphic) et SMARTA (pour la conception des systèmes robotiques
embaqués utilisant des lots pour connecter les objets à internet puis à l’homme)

Le projet AQUAREIGN INDUSTRY est en adéquation directe avec la formation principale des
promoteurs, ce qui confère à la société un suivie professionnel et capital avec une possibilité de
transfert de technologie à travers le recrutement, les stages et les formations

II.1.2 Genèse de l’exploitation


Le projet de l’exploitation nait des besoins en poisson plus précisément ;au CAMEROUN , les
besoins en poisson sont estimés à plus de 520000tonnes par an .La production nationale est de
270000tonnes par an pour la plupart venant de la pêche dont 51,6% pour la pêche maritime
artisanale ,4,1%pour la pêche industrielle, 41,5%pour la pêche continentale et 2,8% pour
l’aquaculture ( MINEPIA 2019 du rapport général de la rencontre annuelle de l’IPAC tenu à
MBALMAYO).l’importation quant à elle est de 250000tonnes par an .En bref c’est de ces chiffres
qu’est venue l’idée de produire du poisson afin de répondre à l’épineux problème de rareté d’un
poisson frais et de contribuer à l’équilibre de la balance commerciale qui nous rend déficitaire
depuis plusieurs décennies
II.1.3.Nom, logo et localisation de la structure
La structure ou s’est déroulée le stage est la ferme d’AQUAREIGN INDUSTRY située dans le
village NKONDOM dans la localité de MFOU. Le logo de la ferme est représenté ci-après :

Figure 3:Logo de l'entreprise AQUAREIGN INDUSTRY

Source  : documentation de l’entreprise

LOCALISATION DE LA FERME (annexe)

II.1.4. Evolution de l’exploitation


 Le début est en Aout 2016, en ce moment l’exploitation s’appelait AQUA’FRICA
PRODUCT et avait comme activités des prestations de services (formation, et installation de
bacs) dans les régions du littoral ,SUD, Centre, de l’OUEST ,du Nord et de l’Extrême nord
ou elle a réalisé les 45% des prestations de services sur le littoral
 A partir de 2017, elle a ajouté à son catalogue d’activité : innovation, la production du
poisson de table et d’alevin,
 En juillet 2017particulierement, AQUA’FRICA PRODUCT se transforme en
AQUA’FRIC CONSULTING et devient une entreprise légale enregistrées au contribuable
au numéro P049312632432N et dans le registre du commerce sous le matricule
RC/YAO/2017/A/2973.
 En avril 2019 AQUA’FRIC CONSULTING devient AQUAREIGN INDUSTRY SARL
l’ un des pionniers de l’innovation aquacole en Afrique ,classé une fois meilleure innovation
en technologie aquacole grâce à ses kits de productions de poisson adaptés en milieu urbain
capable de produire 500-2000poissons au mètre cube de bac .AQUAREIGN INDUSTRY
possède deux siège dont l’un des sites encore en construction est situé derrière la scierie de
Mfou doté de 8bacs hors sol bétonnés en constructions , 55 bacs hors sol en bâches ,
d’une écloserie 45m2, d’un dortoir38m2 et d’une clôture en agglos sur 1000m2 ainsi que
16 étang en constructions
L’autre site est basé dans le quartier nkolanga sur la route Yaoundé-Mfou ou sont situé les
bureaux administratifs et la salle de formation.

II.1.5.Missions et Objectifs
AQUAREIGN INDUSTRY s’est donné pour but de pallier au problème de la rareté du
poisson frais et de contribuer à l’équilibre de la balance commerciale depuis maintenant
plusieurs décennies en mettant sur pieds un système constitué d’une chaine de valeur en
pisciculture quittant de la production d’alevin destiné à la vente passant par le
grossissement ,la fabrication des aliments et la transformation .

II.1.6.Organigramme de la structure

II.1.6.1. Ressource humaine

La ressource humaine est l’ensemble du personnel de l’entreprise

II.1.6.1.a. Personnel temporel


Ils sont constitués sept (07) temporaires :
-01 consultant fiscaliste :
-01 consultant juriste :
-02 consultants experts comptables :
-01 consultant en ressource humaine :
-01 consultant en évènementiel :
-01 consultant en informatique 
II.1.6.1.b. Personnel permanent
Ils sont constitués de huit (08) travailleurs permanent donc :
-Un (1) ingénieur en management : qui assure la gestion dans les bureaux
-Un (01) ingénieur en aquaculture : qui initie, conçoit et créé les processus sur le terrain
-Trois (03) techniciens en production animale : qui suivent quotidiennement les poissons durant
leurs différents cycles
-Trois (3) assistants : qui assurent les achats et traitent les dossiers et transmettent les
informations
Figure 4: organisation du personnel

DIRECTRICE
PROMOTEUR

ASSISTANTS

OUVRIER 2 OUVRIER 1 OUVRIER 3

Source : entreprise AQUAREIGN INDUSTRY

II.2.Système de production

Il s’agir ici de présenter les différents ateliers qui entrent dans la production u poisson
proprement dite tout ceci par le biais des itinéraires techniques.

II.2.1.Atelier 1 : construction de bac


 Description de l’itinéraire technique
Cette phase comprend essentiellement la conception et l’installation des bacs circulaire :
Il s’agir ici des bacs circulaires d’une contenance de 1040 Litres constitué d’une armature faite
de fer de 6 et 8 quadrillée de grillage poulailler

Pour avoir les dimensions de fers à utiliser  nous avons procédés comme suite :
Pour la conception nous avons effectués de petits calculs : considérant que la surface
d’une cercle est égale à pi-rayon² (r²) or, r = 0,7 (1,40/2= 70 ; 0,7)
Alors, 3,14x 0,7² = 1,54m²
- Pour trouver le périmètre du bac on pose : diamètre x pi
Alors, 1,4 x 3,14 = 4,40m
Le périmètre totale = 4,40 x 10 = 44m
Etant donné qu’une barre de fer à une longueur de 12m, alors, 44m /12 = 3,67m
sensiblement égale à 4barres de fer qui ont été placés en verticale avec une longueur de
4,40m
En horizontale, 5barres de fer ont été utilisés. Dont 44 (qui est le P total), 1,2m (qui est la
hauteur) et 12m qui est la longueur d’un fer
A.N : 44 x 1,2 = 58,8m sensiblement égale à 5barres de fer.
Pour l’installation nous avons procédés comme suit :
 La première étape a été la coupure des fers : les fers de 6 ont une longueur de 4,40m, les fers
de 8 une longueur de 1,2m ceci à l’aide d’une meule.
 Implantation des fers de 8 dans le sol pour le soutient du bac.
 Contour des fers de 6 sur les fers de 8 pour retenir et stabilisé le bac avec du fil d’attache à
l’aide d’une tenaille.
 Ondulation de l’anti-roille sur les fers et installation du grillage poulailler sur les armatures.
 Enfin, installation de la bâche sur l’armature à l’aide d’une corde.

Tableau 5: devis estimatif pour un bac

Désignation Qté P.U(FCFA) P.T(FCFA)


Bâche 1 45000 45000
Fer de 8 5 2700 13500
Fer de 6 4 1500 6000
Fil d’attache 2 1000 2000
Grillage poulailler 1 18000 18000
Autres / 7000 7000
Main d’œuvre 45% 1 41175
Total 132675
II.2.2.Atelier 2 : Alevinage
 Description de l’Itinéraire Technique
 Vide sanitaire de l’écloserie : pour éviter tout risque de contamination
 Achat des géniteurs : il se fait auprès des fournisseurs de l’entreprise et est fonction de la
taille de la production
 Pesée des poissons : pour déterminer la quantité d’hormone à injecter aux poissons ;
 Injection des hormones (synthétique (OVAPRIM) ou naturelle (Hypophyse du poisson
male)) pour stimuler la croissance les gonades ;
 Stripping : action qui consiste à extraire les gonades (Ovocytes II) du ventre de la femelle
par pression sur son abdomen en allant du haut vers le bas ;
 Extraction et broyages des gonades (testicules) males : pour obtenir les spermatozoïdes
 Remplissage des bacs d’incubation à l’eau non chlorée pour la reproduction

Mélange énergétique des ovocytes II et des spermatozoïdes + ajout du sérum physiologique


(désinfectant) pour la reproduction artificielle proprement dite

Introduction des œufs fécondés sur des claies d’incubation déjà présentes dans les bacs
d’incubation ;

 Suivi des larves.

Tableau 6: équipements alevinage

Désignation Qté P. U P. T
Bacs d’incubation modèle bassine 8 5.500 44000
30L
Bacs d’incubation modèle WRS 1 1.500.000 1.500.000
Claies d’incubation 12 2000 24000
Trousse à dissection 1 10000 10000
Epuisettes 3 5000 15000
Ultraviolets 2 120.000 240.000
Filtre mécanique 2 18000 36000
Aérateur 1 90000 90000
Thermoplongeur 2 60000 120.000
Balance sensible 1 45000 45000
Table de manipulation 2m 1 15000 15000
Seringues 3 100 300
Assiettes 4 500 2000
Serviette 3 500 1500
Grillage de vidange 1mm (rideau) 1 1500 1500
Grillage de vidange 5mm 1 5000 5000
Grillage de vidange 10mm 1 2000 2000
Bassine de vidange 3 2000 6000
Seaux de vidange 3 2000 6000
Canule à siphonner 5mm 5 2000 10000
Canule à siphonner 10mm 5 800 4000
Canule à siphonner 20mm 5 500 2500
Thermomètre 2 10000 20000
Kit de test d’ammonium et de 1 15000 15000
nitrate
pH mètre 1 15000 15000
Pompe immergée 2 50000 100000
TOTAL 2. 329. 800

 Politique Commerciale

Aquareign Industry étant une entreprise qui œuvre dans le développement du domaine aquacole
pour se faire connaitre utilise des réseaux sociaux (Facebook ; Whatsapp ; Instagram ; Twitter) et
aussi par un vaste réseau de clients conquis. Après la production des alevins ceux-ci sont vendus
au prix de 125FCFA l’alevin qui appartient à l’intervalle des prix fixés sur le marché (100-
150FCFA). Les alevins sont vendus par l’entreprise aux clients privés partenaires et à tous ceux qui
sollicitent leurs services.

II.2.3. Atelier 3 : grossissement

 Description de l’itinéraire technique

Elle est basée sur trois éléments à savoir :

 Achat des alevins ; qui s’effectue chez un producteur fiable, il est aussi préférable de
débuter avec des alevins de 5-10g
 Achats de l’aliment ;
 Le suivie ; se fait par La nutrition, c’est-à-dire ; qu’on nourrit le poisson en fonction de
son indice de consommation et poids

Le contrôle de la température, en fait la température adéquate pour l’épanouissement d’un


poisson silure est de 27oC.

L’oxygénation de l’eau ; elle se fait par un renouvellement régulier de l’eau dans les bacs
en moyens après deux jours ou après avoir constaté la gêne chez les poissons.

Tableau 7:équipements grossissement

Désignations Quantités Prix unitaire (FCFA) Prix total(FCFA)


Bac fini 55 132.675 7.297.125
Epuisette 1 15000 15000
Thermomètre 1 10000 10000
Ph mètre 1 15000 15000
Filtre mécanique 1 40000 40000
Pompe à bout 35 m 2 150.000 300000
Tuyau Pana Flex 50m 800 40000
Total 7.717.125

 Politique Commerciale

A la fin du cycle de production qui dure trois (04) mois, ACQUAREIGN INDUSTRY vend ses
produits aux grossistes, aux ménages, aux restaurants et aux particuliers a des variant entre
2300 à 2500 le kilo gramme (Kg). Un poisson ayant un poids vif de 300grammes à
400grammes, faisant une production de 15tonnes par an

II.2.4. Atelier 4 : Commercialisation

 Description de l’itinéraire technique


Elle est constituée de 3 étapes notamment ; la récolte, le transport et la vente

Tableau 8:équipements pour commercialisation

Désignations Quantités Prix unitaire (FCFA) Prix total (FCFA)


Bidons 50 l 5 5000 20000
Bassine 30 l 3 4500 13500
Passoir 2 3000 6000
Transport / 2000 2000
Total 41500

II.3.1. Politique de marché


Aquareign Industry étant une entreprise qui concentre ses activités dans le développement du
domaine aquacole ; Après production des alevins ils les vendent au modeste prix de 125fcfa
l’alevin de 10 grammes qui appartient à l’intervalle des prix fixés sur le marché (100-150FCFA).
Les alevins sont vendus par l’entreprise aux clients privés partenaires et à tous ceux qui sollicitent
leurs services. Concernant le prix du kilogramme du poisson il varie entre 2300-2500 FCFA et les
livraisons sont font généralement à domicile et sur commande .également ils ont créé un vaste
réseau de grossistes, revendeurs, de restaurateurs et de ménages grâce à leur professionnalisme et
dynamisme des dirigeants jeunes à la tête de cette structure qui ne négligent aucunement le volet
digital notamment avec une page sur les plateformes digitales (Facebook, You tube)

II.4. Analyse économique et financière de l’exploitation

Tableau 9: investissement et amortissement

Nombre
DESIGNATIONS Valeur d'origine Année 1 Année 2 Année 3 Total
d'année
bac hors sol 7 297 125 15 364856,25 364 856 364 856 1 094 569
bac bétonné 1 200 000 20 60000 60 000 60 000 180 000
étang 8 000 000 10 400000 400 000 400 000 1 200 000
bâtiment construit sur 150
5 000 000 5 250000 250 000 250 000
m2 750 000
dortoir 250 000 5 12500 12 500 12 500 37 500
groupe électrogène 1 000 000 5 50000 50 000 50 000 150 000
balance 20 000 5 1000 1 000 1 000 3 000
pompe immergée 300 000 6 15000 15 000 15 000 45 000
puits aménagés 700 000 20 35000 35 000 35 000 105 000
bac d'incubation modèle
1 500 000 15 75000 75 000 75 000
WRS 225 000
claies d'incubation 24 000 2 1200 1 200 1 200 3 600
trousse de dissection 10 000 4 500 500 500 1 500
Epuisette 15 000 2 750 750 750 2 250
ultraviolet 240 000 5 12000 12 000 12 000 36 000
filtre mécanique 80 000 5 4000 4 000 4 000 12 000
aérateur 90 000 5 4500 4 500 4 500 13 500
table de manipulation 12 000 3 600 18 000 18 000 36 600
ph mètre 15 000 5 750 750 750 2 250
thermoplongeur 20 000 5 1000 1 000 1 000 3 000
kit de test d'ammonium et
15 000 5 750 750 750
nitrate 2 250
thermomètre 15 000 5 750 750 750 2 250
Véhicule 8 000 000 10 400000 400 000 400000 1 200 000
TOTAL DES
33 803 125  
AMORTISSEMENTS

II.4.1.CHARGES OPERATIONNELLES
ATELIER 2 : Alevinage
Tableau 10:charges opérationnelles alevinage

MONTANTS
Nature de la charge
QTES PU Année 1 Année 2 Année 3
Charges Opérationnelles          
achat géniteurs 10 5 000 50 000    
aliment 40 1 500 60 000    
Transport 10 100 1 000    
 Autre 1  50000  50000    
      0    
TOTAL (FCFA)     161 000 0 0

II.4.2.PRODUIT BRUTE
Tableau 11: produit alevinage

total
Produit Détail Mois 1 Mois 2 Mois 3 Mois 4 Mois 5 Mois 6
165000
Quantités   55 000     55000     55000
alevins
prix de ventes   150     150     150
Produit Brute 0 8 250 000 0 8 250 000 0 8 250 000

             
Total Produit Brute(FCFA) 0 8 250 000 0 8 250 000 0 8 250 000 24750000

II.4.3.MARGE BRUTE

MB1=Produit Brute-Charges Opérationnelles

MB1 =24 750 000-2 812 800=21 937 200 FCFA

II.4.4.CHARGE OPERATIONNELLES

ATELIER 2 : GROSSISSEMENT

Tableau 12: charges opérationnelles grossissement

MONTANTS
Nature de la charge
QTES PU Année 1 Année 2 Année 3
Charges Opérationnelles          
Alevins 55 000 150 8 250 000    
Aliments 880 16 000 14 080 000    
Autres 1 50 000 50 000    
      0    
TOTAL     22 380 000
           
TOTAL IMMOBILISATIONS (FCFA)     22 380 000    

II.4.5.PRODUIT BRUTE
Tableau 13: produit grossissement

Produit Détail Mois 4 Mois 8 Mois 12 TOTAL


quantités  13750   13750  13750 41250
POISSON
prix de ventes  2500  2500  2500 2 500
Produit Brute 34375000 34375000 34375000 103 125 000
Total Produit Brute(FCFA) 34375000 34375000 34375000 103 125 000

II.4.6.MARGE BRUTE

MB2=Produit Brute-Charges Opérationnelles

MB2= 103 125 000 - 30 097 127= 73 027 873FCFA

II.6. ANALYSE GLOBALE

Tableau 14: compte de résultat

  Année 1 Année 2 Année 3


Produit Brute      
Vente de production 103 125 000 0 0
Autres ventes 24 750 000 0 0
Total Produit Brute 127875000 0 0
charges opérationnelles 22 541 000 0 0
Marge brute 105334 000 0 0
Charge de structure 10 046 927    
Excédent brut d'exploitation 95 287 073    
Dotation aux amortissements 5 105 269 0 0
Résultat d'exploitation 90 181 804 0 0
Frais financiers sur crédit   0 0
Résultat courant/net (avant
impôts)  95.287.073    
Capacité d'autofinancement (CAF) 95.287.073 0 0
Chapitre III. ANALYSE DU FONCTIONNEMENT DE L’EXPLOITATION
ET APPORT DU STAGE
Ce chapitre comptera le diagnostic de l’exploitation, en passant par le diagnostic interne et
externe, les conseils agropastoraux et enfin le déroulement du stage.

III.1. Diagnostic: Matrice AFOM


Le diagnostic d’une exploitation agropastorale consiste à relever les caractéristiques
visibles et invisibles, internes et externes à l’exploitation, liées à son progrès et à ses limites afin de
booster les points positifs et améliorer les zones d’ombres.

Forces/Atouts Faiblesses/contraintes
 A la tête de la structure nous retrouvons un  L’absence d’une clôture donnant
ingénieur des sciences halieutes qui est un l’accès à tout le monde dans
atout pour le bon suivie et la réussite de la
l’exploitation pouvant encourager
production.
 L’exploitation de M. MBOULE Marc le vol.
regorge une force majeure sur la disponibilité  L’accomplissement de presque
du foncier qui est un facteur de production toutes les tâches par le maitre de
très important au travers duquel l’extension stage, ce qui ralenti le bon
de l’entreprise sera possible. fonctionnement de l’entreprise.
 La disponibilité du capitale car le promoteur  La mise en œuvre des activités
et son entreprise possède des moyens n’est effectuée uniquement par le
Interne financiers permettant de s’auto-financier sans promoteur
s attente d’un financement externe.
 En plus, la disponibilité des équipements
modernes tels que les pompes électriques, les
lampes UV qui facilitent le développement
larvaires.
 L’expertise du promoteur constitue un atout
majeur pour le développement et
l’épanouissement de l’entreprise.
 Présence des employés expérimentés pour le
bon suivi des activités de l’entreprise.

Opportunités Menaces
 La présence des infrastructures et du réseau Le vol qui peut être récurrent suite à
de communication, l’insécurité de la ferme du à
 L’accès facile à l’exploitation par la l’absence d’une clôture et d’un
présence d’une route qui relie l’exploitation gardien
Externe aux villes environnantes facilitant L’inexistence du courant qui freine
l’écoulement des produits. régulièrement les activités.
 La présence des partenaires tels que KADJI
et LES BRASSERIES DU CAMEROUN
donnant une certaine renommée à
l’entreprise.
III.2. Conseil agropastoraux
Un conseil est une suggestion, une idée proposée au promoteur afin qu’il puisse améliorer
son exploitation

III .2.1. Sur le plan professionnel

Nous recommandons au promoteur de décentraliser les tâches aux différents employés pour le bon
fonctionnement des activités dans l’entreprise.

III.2.2. Sur le plan organisationnel

Nous recommandons au promoteur d’aménager une clôture autour de la ferme pour limiter les
entrées des personnes non employé par l’exploitation signe d’une éventuelle programmation de
vol ; aussi de prendre un gardien pour la surveillance constante de la ferme et enfin, enclencher la
procédure pour acquérir un bon espace de vente permanent dans les marchés des villes.

III.3. Déroulement du stage

Concernant le déroulement du stage, a notre arrivés dans l’exploitation un chronogramme d’activité


nous a été soumis pour le déroulement des activités durant la période de stage qui figure ci-dessous

III.3.1. Accueil de l’apprenant


Nous avons été bien accueillis par le promoteur et la directrice de l’entreprise qui ont pris le soin de présenter toutes les modalités de la structure
ainsi que le dortoir.

III.3.2. Chronogramme des activités

Activités Semaine 1 Semaine 2 Semaine 3 Semaine Observation


4
L M M J V S L M M J V S L M M J V S L M M J V S
Accueil et présentation Bienvenue de la Directrice
des dortoirs.
Nettoyage complet des Cette activité s’est faite de
environs de la ferme 7h30 à 12h30 puis de 15h00
à 17h00
Aménagement des étangs Cette activité s’est faite de
10h-15H
Construction des claies
d’incubation
Reproduction artificielle Cette activité s’est déroulé
de 7h30 à 9h30 puis de
16h00 à 18h30
Pêche de contrôle et
calibrage des poissons
déjà présent
Commercialisation des Cette activité s’est déroulé
poissons de 5h30 à 7h30
Suivi / alimentation des Cette activité s’est faite de
poissons 7h30 à 9h30 puis de 16h00
à 17h00
Montage des bacs hors sol

Soutenance fin d’activité. Cette activité s’est faite à


partir de 8h30.
III.3.3. Apport du stage

Dans cette partie il sera question de présenter tous les acquis de ce stage sur les plans académique,
professionnel et social ;

III. 3.3.1. Sur le plan académique

Ce stage m’a permis de réviser les notions acquises tout en mettant en pratiques les cours théoriques
dispensés par ISAGO : durant ce stage nous avons appris à fabriquer et installer des bacs ; à
commercialiser et à mener à bien une production

III.3.3.2. Sur le plan professionnel

Ce stage étant basé sur la gestion d’une exploitation

on agropastorale, m’a beaucoup appris à gérer les biens et les personnes, et à planifier les activités
dans une entreprise en fonction des exigences qui se posent

III.3.3.3. Sur le plan social

A travers ce stage j’ai appris la notion de la vie en société savoir vivre avec des individus en
fonction de leurs humeurs.
Chapitre IV : PRESENTATION GLOBAL DU PROJET
ENTREPREUNARIAL
IV.1. Justification du Project et titre du Projet

Le poisson joue un rôle important non seulement dans la lutte contre la faim mais aussi dans la
malnutrition .Au Cameroun, les importations sont estimées à 250 000 tonnes de poisson par an soit
150 000 000 de FCFA ; Selon la FAO ( situation mondiale de l’ aquaculture et de la pêche 2019) le
Cameroun aurait besoin de 300 000 000 d’alevins pour répondre à la demande de 520 000 tonnes de
poisson par an .Au vu de cette demande qui reste largement insatisfaite ; nous avons pensés que le
création d’une unité de production de poisson serait primordiale d’ où le titre de notre projet :  « 
création d’une unité de production de 15 tonnes de poisson silure (clarias gariepinus) dans des
bacs hors sol par cycle dans la localité d’Akonolinga  »

IV.2.Objectifs du Projet

Objectif Général : valoriser l’aquaculture à travers la production piscicole ; autrement dit,


contribuer de façon durable à l’augmentation de l’offre nationale en poisson aussi avoir un impact
positif dans notre environnement socio-économique.
Objectifs spécifique : ses derniers se présentent sous trois aspects ; sur le moyen terme, il s’agit
d’aménager le site et mettre en place les installations nécessaire pour lancer la production ; sur le
court terme, lancer la production dans quatre bacs de un mètre cube chacun ; et sur le long terme,
il sera question d’atteindre l’objectif de 45 tonnes de poissons par an avec 15 bacs de cinq mètres
cube chacun.

IV.3.Présentation de la zone d’implantation du Projet


Notre projet sera mis en place dans la commune d’AKONLINGA qui fut créée en 1952 et est situé
dans la région du centre ; chef-lieu du département du Nyong et Mfoumou. Dirigée depuis les
dernières municipales de 2020 par M. Pierre Georges Akamba Assembe cette localité comprend
une population qui est estimée d’après le recensement de 2005 à 80382 habitants avec une densité
de 50 habitants au kilomètre carré et repartit sur 1420 kilomètre carré en plus, elle est limitée :
Au Nord par les Communes de Lembe Yezoum et d'Ayos
Au Sud par les Communes d'Endom et de Bengbis
A l'Est par la Commune de Messamena
A l’Ouest par la Commune de Mengang
La commune d’Akonolinga est à 45 km d’Ayos, 40 km de Mengang, 72 km de Bengbis, 73 Km
d’Endom, et 115 km de Yaoundé et composée de 121 villages.
Figure 5:carte d'AKONOLINGA

Source : PCD d’Akonolinga


 Milieu biophysique (climat, sol, relief, hydrographie, flore et faune)

La commune d'Akonolinga est présentée comme un vaste plateau, couvert de forêts secondaires; les
sols sont de nature latéritique (Medjek, Minlop, Kondane, Bong, Bidjong Kane) sur la terre ferme et
limono-sableux dans les bas fond (marécages);
Selon les services météorologiques du département, le climat est de type équatorial composé de
quatre saisons, soit: deux saisons sèches et deux saisons de pluie : de mi-mars à mi-juin (petite
saison de pluie), de mi-juin à août (petite saison sèche) de septembre à mi-novembre (grande saison
de pluie), de mi-novembre à mi-mars (grande saison sèche).
Il existe plusieurs types de reliefs qui bordent les deux principaux fleuves que sont le Nyong et le
Mfoumou. On y trouve des savanes dans plusieurs villages (Loum, Mekomo, Alangana,
Nkankombo, Mvombo). Le fleuve Nyong, constitue le cours le plus important de la commune. Il
traverse la commune sur une longueur de km. Ayant jadis fait la fierté des communautés riveraines,
de par l’abondance de ses ressources halieutiques et son influence sur la vie desdites communautés,
le Nyong fait face aujourd’hui à de nombreuses et sérieuses menaces, parmi lesquels :
l’ensablement et l’envahissement du lit par des espèces végétales (jacinthe d’eau), la raréfaction des
ressources halieutiques, l’action de l’homme (feux aux abords du fleuve) et les effets du
changement climatique (assèchement et diminution progressive du débit). En plus du fleuve Nyong,
nous avons la présence de plusieurs cours d’eau tous aussi importants (Longo, Ebolba’a, Wombo,
Yanga, Djato’o, Ebembe, Sabela, Ngongo, Yang, So’o, Lala, Bakou, Meillamingo, Bikaè, Fakele,
Loungoulou, Nyissi, Béa,).
La flore dans la commune d’Akonolinga est assez dense, car nous avons de vastes étendues de forêt,
une réserve (Solala) chevauchant les villages Mekak et Teng. Ces forêts regorgent de nombreuses
espèces d’arbres (Iroko, fraqué, doussié, sapeli, ayous, talis, mouvingui, bibinga, bilinga, ébène,
Ngongui) en plus, nous avons les produits forestiers non ligneux tels les lianes, feuilles de
marantacées, kola, djansan, biter kola, bambou de chine, bambou de raphia ; et des plantes
médicinales

La faune sauvage se fait de plus en plus rare dans les forêts du fait d’une activité de chasse et du
braconnage. Cependant, on y rencontre encore des espèces comme le hérisson, antilopes, porc épics,
lièvres, rats, les petits singes, etc. et rarement, les chimpanzés, les gorilles.

La faune domestique est constituée de chèvres dans la plupart des cas, laissés en divagation, de porc
et de la volaille.

La faune aquatique est constituée de poissons tels que le tilapia, le poisson vipère, le silure, et
l’hétérotis ou poisson « kanga » très prisé, pêché dans le Nyong et le Mfoumou et dont une légende
attribue des vertus de charme pour tout étranger qui consomme sa tête.

 Milieu humain
La dénomination « AKONOLINGA » date de la période de la colonisation, c’est-à-dire, vers les
années 1800. Avant cette date, Akonolinga portait le nom de « EKOUA ».
Ekoua, avant l’ère post coloniale, était très étendu et regroupait les actuels Arrondissements
d’Akonolinga, d’Endom et de Mengang. Les différentes ethnies qui s’y côtoyaient étaient
composées de : Yembama, Yélinda, Mvog Nyengue et Mbida Mbani.
A la recherche de nouvelles terres, les Yengono venus de Nguinda (actuel Arrondissement d’Awae)
livrèrent une guerre contre les Yembama et les poussèrent vers la rive gauche du Nyong où ces
derniers s’installèrent ; par la suite les So’o venus de l’Est et aidés par les Yebekolo acculèrent les
Yelinda et les poussèrent vers la rive droite du Nyong où ils s’installèrent. Entre temps, une autre
guerre avait lieu entre les Mvog Nyengue voisins des Yembama et des Mbida Mbani venus de
l’Arrondissement d’Endom. Ainsi au cours de ces affrontements tribaux, deux frères, Akono et
Olinga, guerriers de la tribu Yengono se firent remarquer par leur bravoure. Ils furent tués au cours
d’une bataille vers 1906. Les Colons Allemands, ayant appris les décès des grands chefs de la tribu
Yengono, envoyèrent le major Dominik qui arriva et mis fin à la guerre tribale qui opposait les
Yembama aux Yengono. Les Yengono occupèrent dont les hameaux de Mvé I, Bondi, Akolo, et
une partie de la ville. Les Sso qui avaient repoussés les Yelinda occupèrent l’autre moitié de la ville
Le major DOMINIK, après avoir pacifié les tribus en guerre laissa un bataillon pour maintenir
l’ordre, et traversa du côté Sud du fleuve pour pacifier les Mbida Mbani et les Mvog Nyengue qui
aussi étaient en guerre.
En reconnaissance de la bravoure des frères Akono et Olinga, les communautés des Yengono
décidèrent de dénommer désormais Ekoua, AKONOLINGA, conjonction de Akono et Olinga.
Quelques dates importantes :
 1916 : Départ des Allemands
 1959 : Erection d’Akonolinga en Arrondissement et création de la Commune
 1964 : Création du département du Nyong et Mfoumou et scission avec le district d’Endom
 1971 : Construction du pont sur le Nyong, inauguré le 11 Juin
 1995 : Scission avec la Commune naissante de Mengang

Tableau 15: coutumes rencontrées à AKONOLINGA

Coutumes Significations
Nsili alouk Cérémonie pendant laquelle une famille donne la main de sa fille en mariage
Essani Danse de prestige ; exécutées lors des cérémonies exceptionnelles
Tso’o Rite de purification
Akus Rite de protection
Figure 6: envahissement du Nyong par la jacinthe d'eau

Source : image personnelle


 Activités Economique
Nous rencontrons :
L’agriculture : cacao, café, plantain, banane douce, palmier à huile, manioc, haricot, concombre
L’élevage : volaille, porcins, caprins
Pêche : kanga, silure, carpes
Commerce : restauration, vente des produits vivriers
Infrastructures Sociales : 9 postes agricoles, 1 palais de justices, 1 prison centrale, 78 écoles
primaires (72 publiques et 6 privées), 3 lycées, 9 CES, 2 CETIC, 1 ENIEG, 1 hôpital de district, 12
centres de santés, 2 hôtels, 3 auberges, 4 marchés (2 en journée et 2 en soirée).

IV.4. Conduit et organisation des activités

 Itinéraire Technique
Choix de l’emplacement du site : Il est important de s’assurer tout d’abord
de la disponibilité et de la qualité de l’eau ;
Ensuite de la disponibilité de la main d’œuvre qualifiée ;
Et enfin de s’assurer de la disponibilité d’un point de ravitaillement en alevins et en aliment.
Commande des intrants (alevins +aliments) et achat du matériel pour désinfecter le hangar ,la
construction des bacs ,du matériel pour le suivi de production.
Aménagement du site et construction des bacs
 Aménagement du site ; consiste à défricher les alentours du hangar ainsi que le site suivi de
la désinfection de celui-ci.
 La construction des bacs ; pour la construction d’un bac nous avons considérés que la
surface d’un cercle est égale à : pi rayon2 or le rayon est égal à 3.5 mètres, alors ;
3.14*3.52=38.46m2
Le périmètre sera égale à : diamètre*pi AN : 7*3.14= 21.98*10 =220 m
Etant donné qu’une barre de fer mesure 12 m de longueur, alors on fera 220 /12= 20 barres
(verticale)
220*1.2= 264m/12= 22 barres (horizontale)
Ensuite, nous procèderons à la coupure des fers de 8 pour une longueur d’1.20 m et les fers
de 6 se mettront en entiers ; En plus, nous procédons ensuite à l’implantation des fers de 8
dans le sol pour le soutien du bac , faire les contours avec les fers de 6 et les stabiliser avec
du fil d’attache ; après tout cela ,nous ondulons de l’antirouille sur l’installation fer +
grillage poulailler et enfin , installer la bâche sur l’armature à l’aide d’une corde .
Réception des alevins et de l’aliment
Le transport des alevins s’effectue dans des bidons de 50 litres suivi des sacs d’aliment flottant de
15 kilogramme.
La mise en charge
Celle-ci s’effectue tout de suite après la réception et c’est ainsi que le décompte s’effectue en même
temps.
Le suivi journalier
 La gestion de l’eau ; il est question ici de renouveler l’eau dans le bac après 72 heures afin
mieux oxygéner celle-ci.
 La nutrition ; pour se faire il est important d’effectuer un calcul de service c’est-à-dire en
fonction de l’indice de consommation du poisson qui diminue selon son poids ;
Lors de la mise en charge on considère 6%,
Après 2-3 mois : 4.5% Et au 4 mois : 2%
AN : 4000*5g*6/100= 1.200g que l’on peut repartir en trois prise (matin, midi, soir)
 La pêche de contrôle ; qui se fait après un mois et consiste à contrôler l’évolution de la
croissance des individus afin de détecter d’éventuelle anomalie.
 Le calibrage ; qui permet de classer les individus en fonction de leur gain en poids et de
leurs tailles.
FICHE DE SUIVIE JOURNALIERE DES POISSONS

Promoteur :
Souche et fournisseur  :
Date de mise en charge :
Mortalité à la réception :
Quantité mise en charge :
Durée d’élevage prévue  :

Date Poids Qualité de Quantité Traitemen Activités Observation


moyen l’aliment d’aliment t s
réel

NB : cette fiche est personnelle


NOM ET SIGNATURE :

 Élaboration du plan marketing

Le plan marketing donne les renseignements sur les questions que peuvent se poser les clients lors
de la commercialisation d’un produit ; afin de palier au problème de concurrence sur le marché mon
entreprise développe un plan marketing basé sur les 4P (Prix, Place, Produit, Promotion)

 Prix

En ce qui concerne le prix ,il est important de rappeler que :le prix du kilogramme du poisson d’eau
douce varie entre 2500-2800 FCFA ;c’est ainsi que nos proposerons des prix variable en vue de
rendre notre produit accessible à toutes les couches sociales au détriment de la crise sanitaire
mondiale actuelle :c’est pour cela que nos prix se situerons entre 2200 FCFA et 2400 FCFA
(2200FCFA lorsque c’est une commande à grande quantité et 2400 FCFA lorsque la commande se
fait en quantité réduite )
 Place

Après une prospection déjà faite, notre cible principale sera constituée des structures de restauration
(hôtels, pimenterie, braise) de la localité ensuite des ménages par le moyens des emplacements
dans les différents marchés et enfin les villes environnantes

 Produit

L’un des objections de mon entreprise est d’offrir aux population d’Akonolinga un produit de
qualités toute l’année ; c’est pour mener à bien cette mission que nous avons choisi un distributeur
d’aliment qui adapte les composantes de l’aliment en fonction des besoin du client. Nous avons
résolue donner à notre population un poisson frais sans excédent de graisse avec une chairs bien
ferme ; tout ceci pour limiter les pathologies liées à la consommation des produits surgelés.

 Promotion

Elle se fera tout d’abord de bouche à oreille , ensuite par le service rendu en effet nous prévoyons
pour toute commandes excédent 7 kilogramme proposer aux clients le nettoyage du poisson et
enfin par l’arrêté ministériel du 4 mai 2020 signé par le DR.TAIGA qui autorise les producteurs
aquacoles de mettre en place des points de vente de leurs produits dans les différents marchés sur
l’étendue du territoire national ce qui multiplie les chances de vendre et de fournir les ménages
( annexe1).

 Impact socio-économique du projet


Sur la production ; l’impact du projet est principalement visible sur la quantité de poisson et de la
distribution des alevins qui vont considérablement croitre pendant la deuxième année.

Sur le plan social ; dans le long termes nous prévoyons former , employer et encadrer les jeunes
(hommes et femmes) pour mieux canaliser leur dynamisme et surtout les encourager à se lancer à
leurs propres compte.
Sur l’environnement ;l’impact sera visible dans la revalorisation des eaux de vidange qui seront
réutilisées comme fertilisant pour les cultures maraichères envoisinantes
IV.5. Investissements
IV.5.1. Investissements existants

Un terrain de 3 hectares d’une valeur de : 210.000.000 FCFA a raison de 7000fcfa /m2 pour terrain
titré
Un hangar d’une valeur de 2.500.000 FCFA

IV-6. Ressource humaine

Pour un début l’entreprise n’aura qu’un personnel permanent deux (2) c’est à dire : Un(1)
technicien supérieur et promoteur qui sera chargé de la gestion et de l’organisation global des
activités de l’entreprise aussi un ouvrier qui aura pour rôle d’assister le technicien dans les taches et
(gardien) vu qu’il sera logé dans le site

IV.7. Investissements prévu

Nombre
DESIGNATIONS Valeur d'origine Taux Année 1 Année 2 Année 3 Total
d'année
Bac 5 070 000 20 0,5 2535000 2535000 2535000 7 605 000
groupe électrogène diesel 260 000 4 0,5 130000 130000 130000 390 000
filtre mécanique biologique 40 000 5 0,5 20000 20000 20000 60 000
pompe à bout 150 000 10 0,5 75000 75000 75000 225 000
tuyau pana Flex 40 000 20 0,5 20000 20000 20000 60 000
pompe 35 w 150 000 3 0,5 75000 75000 75000 225 000
réservoir d'eau 150 000 20 0,5 75000 75000 75000 225 000
Epuisette 10 000 2 0,5 5000 5000 5000 15 000
Bidon 14 000 5 0,5 7000 7000 7000 21 000
Oxymètre 10 000 2 0,5 5000 5000 5000 15 000
ph mètre 15 000 2 0,5 7500 7500 7500
22 500
Thermomètre 10 000 2 0,5 5000 5000 5000
15 000
TOTAL DES 5 919 000     2 959 500 2959500 2959500 8 878 500

Tableau 16: investissement et amortissement

Le tableau ci-dessus représente les investissements à utiliser pour la mise sur pied de notre projet
ajouté a ça les amortissements aux années 1, 2,3 qui s’élève à : 5.919.000 FCFA

NB : le matériel sera fourni par la société JACO S.A


Chapitre V : ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE
V.1.Compte d’exploitation prévisionnel
V.1.1. Produit

Tableau 17: produit de l'entreprise

Produit Détail Mois 4 Mois 8 Mois 12 Total


quantités (kg) 5 000 10 000 15 000  30000
poisson frais
prix de ventes 2 200 2 200 2 200  2200
Produit Brute 11 000 000 22 000 000 33 000 000 66000000
Total Produit Brute 11 000 000 22 000 000 33 000 000 66 000 000

Le produit ici désigne le résultat d’une activité. Le tableau ci-dessus nous présente le produit de
notre entreprise du premier cycle au troisième ainsi que le total c’est-à-dire : 66.000.000 FCFA

V.1.2. Charges

Tableau 18:charges opérationnelles de l'entreprise

MONTANTS
Nature de la charge
QTES PU Année 1 Année 2 Année 3
Charges Opérationnelles          
Alevin 20 000 90 1 800 000 5 400 000 5 400 000
Aliment 230 10 000 2 300 000 6 900 000 6 900 000
produits veto 1 15 000 15 000 15 000 15 000
main d'œuvre 2 60 000 360 000 360 000 360 000
Autres 1 40 000 40 000 40 000 40 000
TOTAL     4 515 000 12 715 000 12 715 000
           
TOTAL IMMOBILISATIONS     4 515 000 12 715 000 12 715 000

Ce tableau nous présente charges opérationnelles avec pour fournisseur AQUAREIGN INDUSTRY
c’est-à-dire les charges liées au fonctionnement de la production ; ici nos charges varient dès le
premier cycle jusqu’au troisième : pendant le premier cycle nous allons débuter avec quatre (4) bacs
et au second cycle quatre (4) de plus et au troisième quatre (4) de plus ce qui fera douze (12) bacs à
la fin de la première année d’où les variations visibles dans ce tableau ainsi nous avons : 4.515.000
FCFA année 1. 12.715.000 FCFA années 2,3.
Tableau 19:charges de structure de l'entreprise

MONTANTS
Nature de la charge
QTES PU Année 1 Année 2 Année 3
Charges de Structures          
Téléphone 1 10 000 10 000 10 000 10 000
Transport 1 10 000 10 000 10 000 10 000
EPI 1 15 000 15 000 15 000 15 000
TOTAL     105 000 105 000 105 000

Les charges évoquées plus haut sont des charges qui sont liées à l’existence de l’entreprise et se
présentent de façon fixe ainsi elles s’élèvent à 105000 FCFA pour les années 1, 2, 3.

V.1.3. Rentabilité (MB, EBE, RE)

Tableau 20: compte de résultat

compte de résultat Année 1 Année 2 Année 3


Produit Brute 66 000 000 198 000 000 198000000
Vente de production 66 000 000 198 000 000 198 000 000
Autres ventes  0 0  0 
Total Produit Brute 66 000 000 198 000 000 198 000 000
charges opérationnelles 27 090 000 81 270 000 81 270 000
Marge brute 38 910 000 116 730 000 116 730 000
Charge de structure 105 000 315 000 315 000
Excédent brut d’exploitation 38 805 000 116 415 000 119 250 000
Dotation aux amortissements 2 959 500 2 959 500 2 959 500
Résultat d’exploitation 35 845 500 113 455 500 113 455 500
Frais financiers sur crédit  0 0   0
Résultat courant/net (avant
impôts) 35 845 500 113 455 500 113 455 500
Capacité d’autofinancement (CAF) 38 805 000 116 415 000 116 415 000

Nous constatons que la rentabilité qui est le rapport entre les revenus d’une entreprise et les sommes
mobilisées pour les obtenir, évalue la performance de notre entreprise autrement dit : la marge brute
est : 38.910.000 FCFA ; l’excédent brute d’exploitation s’élève a : 38.805.000 FCFA ; et le résultat
d’exploitation : 35.845.500 FCFA preuve que l’entreprise fait des bénéfices performants.
V.2.Besoin en fonds de roulements
Tableau 21: besoin en fond de roulement

   

  Mois 1 Mois 2 Mois 3 Mois 4 Mois 5 Mois 6 Mois 7 Mois 8 Mois 9 Mois 10 Mois 11 Mois 12 Total

ENCAISSEM
 
ENTS

Ventes TTC 22 000 33 000 66 000


      11 000 000            
Produit 1 000 000 000

Ventes TTC
                        0
Produit 2

A. TOTAL
11 000 22 000 33 000 66 000
ENCAISSEME 0 0 0 0 0 0 0 0 0
000 000 000 000
NTS

3.
DECAISSEME  
NTS

Charges 4 515 9  030 13 545 27 090


           
opérationnelles 000  000  000  000

Charges de
120 000      120 000      120 000      360 000
personnel

Intérêt sur le                         0
crédit

Location                         0

Rembourseme
                        0
nt crédit

B. TOTAL
9 150 13 665 27 450
DECAISSEME 4 635000 0 0 0 0 0 0 0 0
000 000 000
NTS

4. SOLDE DU -4635 -9 150 33 000


0 0 0 0 0 0 0 52215000
MOIS (A - B) 000 000 000

-
5. SOLDE -4 -4 -2 785 -2 785 -2 78 5 22 000 19 215 19 215 19 215 52 215 113 180
463500 11 000 000
CUMULE 635000 635000 000 000 000 000 000 000 000 000 000
0
Le besoin en fond de roulement est la somme nécessaire que l’entreprise doit posséder pour payer
ses charges courantes en attendant de recevoir le paiement du par ses clients. A cet effet, nous
constatons que le besoin en fond de roulement de notre entreprise s’autonomise à travers les cycles
c’est-à- dire : avant le premier cycle nous avons -4 635 000 FCFA qui seront réduit après le
premier cycle celui-ci sera encore réduit et devient stable après le deuxième cycle avec 19 215 000
FCFA.

V.4.Tableau de financements
V.4.1. Mobilisation des ressources

Tableau 22:mobilisation des ressources

1. RESSOURCES ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3


Ventes des stocks de produits finis début      
Excédent Brut d'Exploitation (EBE) 38 805 000 116 625 000 116 625 000
Subvention, Dons d'investissement      
Apport initial du promoteur (s) 4 500 000    
Autres financements apportés par d’autres sources      
En capital (non remboursable) 6 500 000    
En prêt (à rembourser sur une ou plusieurs années)      

En avances remboursables (remboursées en fin de campagne/production)      

En travaux et fournitures apportés par la famille ou amis à titre gratuit dans le


mains d'œuvre    
cadre des investissements à réaliser
Emprunts LMT      
Emprunts CT nouveaux (Crédit de campagne (< 1 an))      
Total des ressources = A 49 805 000 116 625 000 116 625 000
2. EMPLOIS ANNEE 1 ANNEE 2 ANNEE 3
Investissements nouveaux      
Equipement et matériel 849 000    
Bâtiment/Infrastructure/ Installations 5 070 000    
Etudes, expertise, formation      
Dépenses d’exploitation      
Remboursements échéances des emprunts LMT      
Emprunts LMT anciens      
Emprunts LMT nouveaux      

Remboursement des échéances des emprunts CT (crédits de campagne)      

Remboursements des prêts consentis aux partenaires ou actionnaires      


Variation des stocks d’animaux reproducteurs      
Variation des stocks autre animaux      
Distribution du résultat aux actionnaires/partenaires en nature
     
(autoconsommation)
Distribution du résultat aux actionnaires/partenaires      
Total des emplois = B 5 919 000 116 625 000 116 625 000
Variation des Disponibilités C = A – B 43 886 000    

(*) Solde Disponibilités départ (= caisse + banque départ)      

Solde Disponibilités cumulées 43 886 000 160 511 000 160 511 000
La mobilisation des ressources apparait ici comme étant le processus par lequel une entreprise
acquiert des ressources dont elle a besoin pour effectue le travail planifier : nous constatons après
consultation du tableau que les ressources n’ont pas seulement été financière mais également
humaine.

CONCLUSION
Les deux années effectuées à ISAGO (Institut Supérieur d’Agriculture et de Gestion d’Obala) dans
le but d’obtenir son brevet de technicien supérieur donne droit à deux stage à savoir : le premier dit
de découverte d’une durée d’un mois a pour but de familiariser l’étudiant à l’environnement d’une
exploitation agropastorale ; et le second ;d’une durée d’un mois aussi également à pour but
d’acquérir les techniques de production et de gestion d’une exploitation agropastorale . En effet,
parvenu au terme de cette formation force est de constater que l’objectif a été atteint car ISAGO en
répondant aux exigences du développement dans le secteur agronomique participe au
développement économique national par le biais de ses étudiants qui sont déjà après leurs formation
aptes à créer des richesses.

ANNEXES
Équation 1: arrêté ministériel

Source : www.minepia.gov.cm

Équation 2: chronogramme des activités de l’entreprise

Activités Semaine 1 Semaine 2 Semaine 3 Semain


e4
L M M J V S D L M M J V S D L M M J V S D L M M J V S D

Défrichage
et achat du
matériel
Command
e des
intrants
(alevins et
aliments)
Constructi
on de bacs
Réception
et mise en
charge des
alevins et
aliments
Nutrition
et
traitement
(vitamine
+secrète)
Gestion de
l’eau
Pêche de
contrôle et
calibrage

NB : il est important de mentionner que pendant les trois autres mois seuls la nutrition , la gestion
de l’eau et la pêche de contrôle et calibrage restent d’actualités en précisant que la pêche de contrôle
et le calibrage s’effectuent après un (1) mois
Équation 3: étape de construction de bac circulaire

Équation 4: commercialisation en Mbalmayo


Équation 5: plan de localisation de la ferme
Références bibliographiques

Les sites internet


https://fr.distance.to/akonolinga
www.fao.org
www.grdc.sr.unh.edu
www.highcharts.com
www.iucngisd.org
www.leconomie.cm/exploitation
www.l-expert-comptable.com
www.minepia.cm
www.pndp.org
www.wikipedia.com
Les ouvrages
 Groupe d’initiative commune pour la promotion et le développement participatif (G.I.C
PDP) 2013, PCD Akonolinga. PNDP (coordination régionale du centre)
 M.Eloundou Etoundi Christian (2018), cours de gestion économique et financière d’une
EAP
 Centre chrétien de développement (CCD) 2014, PCD Mfou .PNDP (coordination régionale
du centre)
 Documentation de l’entreprise AQUAREIGN INDUSTRY) 2020
TABLE DE MATIERE

FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL...........................................................iii


DEDICACE.....................................................................................................................................................iv
REMERCIEMENTS........................................................................................................................................v
LISTE DES TABLEAUX..............................................................................................................................vii
LISTE DES FIGURES...................................................................................................................................vii
LISTE DES PHOTOS....................................................................................................................................vii
LISTE DES ABREVIATIONS.......................................................................................................................ix
CHAPITRE 0 : INTRODUCTION GENERALE...........................................................................................xii
CHAPITRE I : PRESENTATION DE LA LOCALITE................................................................................xiii
I.1. PRESENTATION GEOGRAPHIQUE..................................................................................................xiii
I.1.1. Relief................................................................................................................................................xiii
I.1.2. Climat...............................................................................................................................................xiii
I.1.3. Pédologie...........................................................................................................................................xv
I.2. PRESENTATION AGRONOMIQUE.....................................................................................................xv
I.2.1. Flore...................................................................................................................................................xv
I.2.2. Faune................................................................................................................................................xvi
I.3. PRESENTATION SOCIO-ECONOMIQUE........................................................................................xvii
I.3.1. Population........................................................................................................................................xvii
I.3.2. Culture et coutumes.........................................................................................................................xvii
I.3.3. Education.........................................................................................................................................xvii
I.3.4. Santé................................................................................................................................................xvii
I.3.5. Commerce.......................................................................................................................................xviii
I.3.6. Institution financière.......................................................................................................................xviii
I.3.7. Infrastructure...................................................................................................................................xviii
Chapitre II : PRESENTATION DE L’EXPLOITATION AGROPASTORAL.............................................xxi
II.1. Historique des promoteurs..................................................................................................................xxi
II.1.1. Les promoteurs................................................................................................................................xxi
II.1.2 Genèse de l’exploitation...................................................................................................................xxi
II.1.3.Nom, logo et localisation de la structure..........................................................................................xxii
II.1.4. Evolution de l’exploitation..............................................................................................................xxii
II.1.5. Missions et Objectifs......................................................................................................................xxiii
II.1.6. Organigramme de la structure........................................................................................................xxiii
II.1.6.1. Ressource humaine.....................................................................................................................xxiii
II.1.6.1.a. Personnel temporel...................................................................................................................xxiii
II.1.6.1.b. Personnel permanent................................................................................................................xxiii
Source : entreprise AQUAREIGN INDUSTRY............................................................................................xxiv
II.2. Système de production.........................................................................................................................xxiv
II.2.1. Atelier 1 : construction de bac........................................................................................................xxiv
II.2.2. Atelier 2 : Alevinage......................................................................................................................xxvi
II.2.3. Atelier 3 : grossissement...............................................................................................................xxvii
II.2.4. Atelier 4 : Commercialisation.........................................................................................................xxviii
II.3.1. Politique de marché........................................................................................................................xxix
II.4. Analyse économique et financière de l’exploitation.............................................................................xxix
II.4.1 : Analyse du système de culture......................................................................................................xxix
II.6. ANALYSE GLOBALE......................................................................................................................xxxii
Chapitre III. ANALYSE DU FONCTIONNEMENT DE L’EXPLOITATION ET APPORT DU STAGE
.................................................................................................................................................................. xxxiii
III.1. Diagnostic: Matrice AFOM..............................................................................................................xxxiii
III.2. Conseil agropastoraux......................................................................................................................xxxiv
III.3. Déroulement du stage.......................................................................................................................xxxiv
III.3.1. Accueil de l’apprenant................................................................................................................xxxiv
III.3.2. Chronogramme des activités........................................................................................................xxxv
III.3.3. Apport du stage..............................................................................................................................xxxvi
III. 3.3.1. Sur le plan académique...........................................................................................................xxxvi
III.3.3.2. Sur le plan professionnel..........................................................................................................xxxvi
III.3.3.3. Sur leplan social
CHAPITRE IV : PRESENTATION GLOBAL DU PROJET ENTREPREUNARIAL............................xxxvii
IV.1. Justification du Project et titre du Projet.......................................................................................xxxvii
IV.2. Objectifs du Projet...........................................................................................................................xxxvii
IV.2.1 Objectif Général :.......................................................................................................................xxxvii
IV.2.2 Objectifs spécifique :..................................................................................................................xxxvii
IV.3. Présentation de la zone d’implantation du Projet.............................................................................xxxvii
IV.3.1 Milieu biophysique (climat, sol, relief, hydrographie, flore et faune)..........................................xxxix
IV.3.2 Milieu humain...................................................................................................................................xl
IV.3.3 Activités Economique......................................................................................................................xli
IV.4. Conduit et organisation des activités.....................................................................................................xli
IV.4.1 Itinéraire Technique.........................................................................................................................xli
IV.5 Élaboration du plan marketing.............................................................................................................xliii
IV.6 mpact socio-économique du projet......................................................................................................xliv
IV.6 Ressource humaine................................................................................................................................xlv
IV.7 Investissements.....................................................................................................................................xlv
IV.7.1 Investissements existants.................................................................................................................xlv
IV.7.2 Investissements prévu.....................................................................................................................xlv
CHAPITRE V : ANALYSE TECHNICO-ECONOMIQUE........................................................................xlvi
V.1.Compte d’exploitation prévisionnel.......................................................................................................xlvi
V.1.1. Produit............................................................................................................................................xlvi
V.1.2. Charges...........................................................................................................................................xlvi
V.2. Rentabilité (MB, EBE, RE).................................................................................................................xlvii
V.3.Besoin en fonds de roulements............................................................................................................xlviii
V.4.Tableau de financements.......................................................................................................................xlix
CONCLUSION................................................................................................................................................li
Références bibliographiques............................................................................................................................lv