Vous êtes sur la page 1sur 28

FOND DE COMMERCE

PLAN
Définition du fond de les opérations du fond de
commerce commerce

1. La vente
Les composantes du fond
2. Le nantissement
de commerce
3. La gérance libre

La protection du fond de


commerce
FOND DE COMMERCE

• Les fond de commerce sont un ensemble


d’éléments qui appartiennent au commerçant
que celui-ci regroupe et met en œuvre pour créer
et conserver sa clientèle.
LES COMPOSANTES DU FONDS DE
COMMERCE
Article 79 du code de commerce

Le fonds de commerce est un bien meuble


incorporel constitué par l’ensemble de biens
mobiliers affectés à l’exercice d’une ou plusieurs
activités commerciales.
Article 80 du code de commerce

• Le fonds de commerce comprend obligatoirement la


clientèle et l’achalandage. Il comprend aussi, tous autres
biens nécessaires à l’exploitation du fonds tels que le nom
commercial, l’enseigne, le droit au bail, le mobilier commercial,
les marchandises, le matériel et l’outillage, les brevets
d’invention, les licences, les marques de fabrique, de commerce
et de service, les dessins et modèles industriels et,
généralement, tous droits de propriété industrielle, littéraire ou
artistique qui y sont attachés.
ELÉMENTS INCORPORELS DU FONDS DE COMMERCE

• Clientèle • Droit au bail


C’est l’ensemble des acheteurs C’est le droit qui permet au
qui s’approvisionnent commerçant de jouir du local
régulièrement auprès du sans crainte d’être expulsé par
commerçant le propriétaire pendant la
durée du contrat de bail.
• Achalandage • Nom commercial
C’est la clientèle de passage, C’est l’appellation sous laquelle
occasionnelle et irrégulière un commerçant exerce son
commerce
Enseigne Brevet d’invention et licence
C’est la désignation distinctive C’est un titre de propriété
du fonds de commerce : industrielle délivré par l’OMPI
emblème, dessin … à l’auteur d’une invention
Marque nouvelle.
C’est un signe, un nom, un
symbole, un terme servant à Eléments de la propriété
identifier les produits et les littéraire et artistique
différencier des produits Il s’agit principalement des
concurrents. droits d’auteurs, des logiciels
Dessins et modèles et des tableaux artistiques.
industriels
Il s’agit de dessins, de schémas et
de plans.
LA PROTECTION DU FONDS DE
COMMERCE
A – CONTRE LE BAILLEUR DES LOCAUX
➢Généralement, le commerçant est locataire des
locaux dans lesquels il exerce le commerce.
➢Au terme du contrat de bail, le bailleur est
généralement tenté de donner congé à son locataire.
➢Devant cette situation préjudiciable pour le
locataire, la loi confère à ce dernier les deux droits
suivants :
• Le droit au renouvellement du bail ;
• Le droit à l’indemnité d’éviction.
• Le droit au renouvellement du bail :
Au terme du contrat de bail, le commerçant locataire a légalement le
droit de poursuivre l’exploitation de son fonds de commerce en
reconduisant le contrat.

La demande de renouvellement doit intervenir 6 mois avant le


terme du contrat.

• Le droit à l’indemnité d’éviction :

Si le propriétaire refuse le renouvellement du bail, la loi l’oblige à


payer au locataire une indemnité d’éviction en réparation du
préjudice subi par ce dernier (Perte de la clientèle).

Toutefois, le bailleur peut refuser le renouvellement du bail sans


être tenu de payer cette indemnité, s’il justifie d’un motif grave et
légitime à l’encontre du locataire (Le non paiement du loyer…).
B – CONTRE LA CONCURRENCE DÉLOYALE
Définition
• La concurrence déloyale désigne la mise en
œuvre de pratiques commerciales abusives de la
part d’une entreprise à l’égard de l’un de ses
concurrents (dénigrement, la publicité
comparative non- conforme, l’imitation .. .).
• Pour qualifier une pratique de concurrence
déloyale, il faut qu’il y ait une faute, un préjudice
et un lien de cause à effet.
Article 84 du code des obligations et contrats
Peuvent donner lieu à des dommages-intérêts les faits constituant
une concurrence déloyale et, par exemple :
• Le fait d'user d'un nom ou d'une marque à peu près similaire à ceux
appartenant légalement à une maison ou fabrique déjà connue, ou à une
localité ayant une réputation collective, de manière à induire le public en
erreur sur l'individualité du fabricant et la provenance du produit ;
• Le fait d'user d'une enseigne, tableau, inscription, écriteau, ou autre
emblème quelconque, identique ou semblable à ceux déjà adaptés
légalement par un négociant, ou fabricant, ou établissement du même lieu,
faisant le commerce de produits semblables, de manière à détourner la
clientèle de l'un au profit de l'autre ;
• Le fait d'ajouter au nom d'un produit les mots : façon de..., d'après la recette
de..., ou autres expressions analogues, tendant à induire le public en erreur
sur la nature ou l'origine du produit;
• Le fait de faire croire, par des publications ou autres moyens, que l'on est le
cessionnaire ou le représentant d'une autre maison ou établissement déjà
connu.
LES OPÉRATIONS SUR LE FONDS
DE COMMERCE
La vente
• A - LES PERSONNES QUI DOIVENT ETRE PROTÉGÉES PAR
LA LOI
Les différentes personnes qui doivent être protégées par la loi
sont :
• Le vendeur contre l’acheteur ;
• Les créanciers du vendeur ;
• L’acheteur contre le vendeur
B - LES MESURES PRÉVUES PAR LE LÉGISLATEUR POUR PROTÉGER
CHACUNE DES PARTIES EN PRÉSENCE

Il confère au vendeur

La protection du vendeur contre l’acheteur


1– L’action résolutoire
• Le vendeur impayé peut demander l’annulation
de la vente et reprendre son fonds de commerce.
• 2– Le privilège du vendeur.
a)- Il confère au vendeur :
• un droit de préférence
• et un droit de suite
• Le droit de préférence : Il permet au vendeur non
payé de saisir le fonds de commerce, de le faire vendre
aux enchères publiques et de se faire payer en priorité
sur le prix de vente.
• - Le droit de suite : En cas de reventes successives,
le vendeur peut suivre le fonds de main en main, le
saisir et disposer ainsi de son droit de préférence sur
le prix de vente.
• b)- Le privilège doit être inscrit, dans les 15 jours de
la vente, au registre de commerce
La protection des créanciers du vendeur
1 – La publicité de la vente
L’acte de vente doit être :
- Constaté par un acte écrit.
- Inscrit au registre de commerce, au plus tard,
15 jours après la date de son établissement.
- Publié au bulletin officiel et dans un journal
d’annonces légales à deux reprises avec un
intervalle de 8 jours au moins et de 15 jours au
plus
2 –Le droit de former Opposition : Dans les 15 jours
qui suivent la 2ème publication de l’acte de vente, tout
créancier peut demander au tribunal le non versement
du prix de la vente du fonds de commerce au vendeur.

2 –Le droit de surenchère du sixième


Tout créancier qui soupçonne que le prix de vente déclaré
est insuffisant, peut demander au tribunal la revente du
fonds de commerce aux enchères en se portant premier,
surenchérisseur (acheteur), à un prix supérieur au prix
contesté d’un sixième du prix de vente des éléments
incorporels.
La protection de l’acheteur contre le vendeur
1–La clause de non – rétablissement
Le vendeur d’un fonds de commerce peut être tenté d’en
créer un autre similaire et
dans la même zone géographique, ce qui causerait
préjudice à l’acheteur. ce dernier
peut faire prévaloir ses droits en vertu des
dispositions légales de la concurrence déloyale.

2–Le droit d’annuler le contrat d’achat


Lorsqu’une ou plusieurs mentions figurant dans l’acte de
vente sont fausses et qu’un préjudice en est résulté,
l’acheteur peut demander la nullité du contrat.
LE NANTISSEMENT
Le nantissement consiste à permettre au commerçant
de remettre son fonds de commerce en garantie du
remboursement de sa dette sans en perdre la
possession : on parle de gage sans
Dépossession.

- Le nantissement est constaté, par un écrit comme


l’acte de vente.

Remarque :
Cette inscription n’est pas soumise à la publication
dans les journaux.
Les éléments sur lesquels peut porter le
nantissement

1 -Le nantissement ne porte jamais sur les


marchandises en raison de leur circulation et de
leur instabilité ;

2 -Le nantissement porte seulement sur les


éléments énumérés dans l’acte de nantissement.
Les formes du nantissement
1 -Le nantissement conventionnel

C’est le résultat d’un accord entre le commerçant et son créancier.

2 -Le nantissement judiciaire

Le créancier d’un commerçant peut demander au tribunal un


nantissement dans les cas suivants :

Cas où le recouvrement de sa créance semble en péril ;

s’il craint que son débiteur qui est le commerçant accorde à des
créanciers un nantissement sur son F.C. …
Les effets du nantissement
1- Le créancier nanti possède les droits suivants :

- Le droit de préférence

- Le droit de suite

- Le droit à l’information :

Le créancier gagiste inscrit a le droit de s’informer et d’être informé de tout acte et de toute
opération sur le F.C., objet de son gage, de nature à lui causer préjudice :
• demande du propriétaire de résilier le contrat de bail ;
• déplacement du fonds;

2- Le commerçant possède les droits suivants :

- Droit de jouissance ;
LA GÉRANCE LIBRE

• C’est l’acte par lequel le propriétaire ou


l’exploitant d’un fonds de commerce en concède,
totalement ou partiellement, la gestion à un
gérant qui l’exploite à ses risques et périls ”.
Effets de la gérance libre
A l’égard du gérant libre
Le gérant libre a la qualité de commerçant et il est soumis à
toutes les obligations qui en découlent ;

- A l’expiration du contrat, le gérant libre doit rendre le fonds


au bailleur, toutes dettes d’exploitation éteintes et dans les
mêmes conditions de publicité que lors de la location.

- Le gérant libre doit respecter ses obligations envers le bailleur.

• Exercer une activité légale ;


• Ne pas changer d’activité ;
• Payer la redevance prévue.
A l’égard du bailleur des locaux

Le bailleur d’un fonds de commerce est tenu de faire


modifier son inscription personnelle au registre de
commerce avec la mention expresse de la mise du fonds
en gérance libre.

- Tant que radiation / modification n’est pas faite, le


bailleur demeure solidairement responsable avec le
gérant de toutes les dettes d’exploitation du fonds que ce
dernier aurait contractées.

- Cette même solidarité est, dans tous les cas, reconnue au


gérant jusqu’à la fin du 6ème mois suivant la date de
publication du contrat de gérance.
A l’égard des créanciers du bailleur
Les créanciers du bailleur, quand le contrat de
gérance libre est de nature à leur porter
préjudice, peuvent exiger de leur débiteur de
s’acquitter de ses dettes par anticipation.

- Ils doivent saisir le tribunal, dans les 3 mois qui


suivent la publication du Bulletin officiel du
contrat de gérance.
Publicité de la gérance libre

• Tout contrat de gérance libre doit être publié,


dans la quinzaine de sa date, sous forme
d’extrait dans un journal d’annonces légales et
au Bulletin officiel.