Vous êtes sur la page 1sur 3

Le cervelet 2012

Le cervelet est une volumineuse formation médiane située en arrière du bulbe et de la protubérance et au-
dessous des hémisphères cérébraux dont il est séparé par la tente du cervelet.
Il est relié au reste du névraxe par les pédoncules cérébelleux supérieurs, moyens et inférieurs.
Il s’est développé en même temps que l’appareil locomoteur, placé en dérivation des grandes voies du névraxe
Il a une fonction de régulation automatique sur la motricité : le tonus musculaire, l'équilibre et la coordination
des mouvements. Cette régulation se fait par l'intermédiaire de struc tures interposées : cortex, formation réticulaire et
motoneurone.
Intérêt de la question :
 Son rôle important dans l’équilibre, le tonus de posture et la coordination des mouvements  ; avec répercutions
fonctionnelle et socioprofessionnelle importantes.
 Relation anatomique intime avec le tronc cérébrale engage le pronostic vital
 Vue le volume réduit de la fosse postérieure rend l’évolution clinique rapide avec HIC et risque d’engagement.
ONTOGENÈSE
La vésicule cérébrale postérieure ou rhombencéphale se divise en : myélencéphale qui constitue le bulbe, et
métencéphale d'où dérivent la protubérance en avant et le cervelet en arrière.
CONFIGURATION EXTÉRIEURE
— Situation Dans la fosse postérieure ou fosse cérébelleuse, situé au-dessous d'une ligne horizontale continuant en arrière
l'arcade zygomatique vers la tubérosité occipitale externe.
— Forme Le cervelet a trois parties distinctes : une médiane étroite le vermis, deux latérales volumineuses les hémisphères
cérébelleux.
— Aspect lamelleux.
— Dimensions Transversal, 8 à 10 cm; antéro-postérieur, 5 à 6 cm; vertical, 5 cm.
— Poids 140 g avec de grandes variations.
— Description il présente trois faces : supérieure, inférieure séparées par le grand sillon circonférentiel de Vicq d'Azyr.et une
face antérieure.
 La face supérieure. présente deux incisures médianes de forme semi-lunaire. Entre les deux hémisphères, est le vermis
supérieur (ou éminence vermiculaire).
 La face inférieure. Entre les deux hémisphères est la grande scissure médiane, au fond de laquelle se trouve le vermis
inférieur (ou pyramide de Malacarne) en raison de ses quatre prolongements : un antérieur, un postérieur et deux
latéraux.
 La face antérieure est divisée en deux parties :
 Une inférieure présente au centre l'extrémité inférieure du vermis ou luette qui se termine en haut par le nodule
— latéralement, les hémisphères représentés par le lobule du X e flocculus et par l'amygdale, dont le pôle
supérieur est coiffé par la valvule de Tarin et le pôle inférieur surplombe le trou occipital.
 Une supérieure correspond au prolongement postérieur du IV ventricule délimité : en haut par la valvule de
Vieussens (voile médullaire antérieur); latéralement par les pédoncules cérébelleux fusionnés; en bas par la valvule
ou membrane de Tarin (voile médullaire postérieur) qui présente un bord antérieur uni à la membrana tectoria
du IV e ventricule et un bord postérieur uni au cervelet.
— Division anatomo-fonctionnelle
 Chaque globule a une partie vermienne et une partie hémisphérique.
 Les sillons de premier ordre divisent le cervelet en lobules. Ceux de deuxième ordre délimitent .les lames. Ceux de
troisième ordre; ils divisent les lames en lamelles.
1. Lobules de la face supérieure
a) Le lobule de la Lingula, délimité en avant par la valvule de Vieussens, en arrière par le sillon précentral, est fait presque
uniquement de vermis et représenté sur les hémisphères par les freins du lobule.
b) Le lobule central, délimité en avant par le sillon précentral et en arrière par le sillon postcentral, est surtout fait de
vermis et représenté sur les hémisphères par les ailes du lobule central.
c) Le lobule quadrilatère antérieur, délimité en avant par le sillon postcentral et en arrière par le sillon transverse antérieur,
correspond à la partie supérieure du verrais ou culmen
d) Le lobule quadrilatère postérieur, délimité en avant par le sillon transverse antérieur et en arrière par le sillon supérieur
de Vicq d'Azyr, correspond sur le vermis au déclive (par opposition au culmen).
e) Le lobule semi-lunaire supérieur, délimité en avant par le sillon supérieur de Vicq d'Azyr et en bas par le grand sillon
circonférentiel, a une partie vermienne réduite appelée folium.

2. Lobules de la face inférieure


a) Le lobule semi-lunaire inférieur est délimité en avant par le sillon inférieur de Vicq d'Azyr et en haut par le grand sillon
circonférentiel. Le vermis atrophié est appelé tuber.

1
Le cervelet 2012

b) Le lobule grêle des hémisphères correspond sur le vermis à la pyramide de Malacarne.


c) Le lobule digastrique est divisé sur les hémisphères par un sillon en un segment supéro-externe situé dans la fosse
cérébelleuse, et un segment inféro-interne situé vis-à-vis du trou occipital. Il est représenté sur le vermis par la
pyramide.
3. Lobules de la face antérieure. — Le vermis inférieur forme la luette. Les hémisphères sont représentés par un lobule
horizontal : le flocculus ou lobule du Xe et un lobule vertical : l'amygdale.
RAPPORTS
La loge cérébelleuse est ostéoméningée
1. Le squelette qui la délimite est constitué par l'écaillé occipitale en arrière, le rocher et l'apophyse mastoïde latéralement, la
lame basilaire et le corps du sphénoïde en avant.
2. La tente du cervelet la complète en haut; son bord périphérique, ou grande circonférence, est suivi par le sinus latéral. Sur sa
face inférieure et sur la ligne médiane se fixe la faux du cervelet dans laquelle est le sinus occipital.
3. La fosse postérieure a deux orifices : un supérieur appelé trou ovale délimité par la petite circonférence de la tente du cervelet;
un inférieur, le trou occipital, surplombé par les amygdales cérébelleuses.
4. Entre le cervelet et les méninges sont les espaces sous-arachnoïdiens par endroit dilatés en citernes (ou lacs).
 Entre le bulbe et le cervelet est le lac cérébelleux inférieur ou grande citerne qui communique,
 D’une part avec le IV e ventricule et tout le système ventriculaire par le trou de Magendie,
 D’autre part avec les espaces sous-arachnoïdiens.
 Au-dessus du cervelet est le lac cérébelleux supérieur.
 Entre protubérance et cervelet qui délimitent l'angle ponto-cérébelleux est la citerne du même nom que traversent les VII e
et VIIIe nerfs crâniens.
5. L'abord du cervelet se fait par voie postérieure. Après avoir écarté les masses musculaires de la nuque, on trépane l'écaillé
occipitale au-dessous de la tubérosité occipitale externe et on ouvre la dure-mère.
CONFIGURATION INTERNE ET CONSTITUTION
Sur une coupe du cervelet, on peut distinguer nettement trois parties : La substance grise périphérique ou écorce. La
substance blanche. La substance grise centrale ou noyaux
1° Écorce du cervelet. Sur la coupe d'une lamelle cérébelleuse, on voit, après coloration, trois couches :
 La couche externe ou moléculaire pauvre en cellules possède des cellules étoilées :Leur axone forment une « corbeille »
dans laquelle repose le corps de la cellule de Purkinje.
— une couche moyenne formée d'une seule rangée de cellules : Les cellules de Purkinje (neurones effecteurs) sont de
grandes cellules en forme de poire, bipolaires :
 Du pôle externe partent les dendrites qui atteignent la surface du cervelet.
 Du pôle interne part l'axone qui va se terminer dans les noyaux du cervelet.
— La couche interne ou couche des grains (neurones afférents).
— Des cellules névrogliques, le cervelet est pauvre en névroglie. Il présente des éléments un peu particuliers : les cellules
empanachées de Golgi,
2° La substance blanche.
Exclusivement constituée par des fibres myélinisées,
— Les fibres efférentes sont les axones des cellules de Purkinje qui vont aux noyaux du cervelet.
— Les fibres afférentes venues des régions les plus diverses du névraxe par les pédoncules cérébelleux et se terminent
dans l'écorce par des arborisations libres: Les fibres moussues, Les fibres grimpantes.
— Les fibres d'association unissent lamelle à lamelle et lobule à lobule
EN RESUMEE, les cellules de Purkinje représentent l'élément fondamental du cortex cérébelleux. Toutes les fibres afférentes
y aboutissent, soit directement (fibres grimpantes), soit par l'intermédiaire des grains (fibres moussues), toutes les
fibres efférentes en partent, ce sont leurs cylindraxes. Elles sont réunies entre elles, notamment par les cellules à
corbeille de la couche moléculaire.
3° Les noyaux centraux.
Ils sont au nombre de quatre placés de chaque côté de la ligne médiane à la partie antérieure du cervelet :
 Le noyau du toit L’archéocérébellum.
 le globulus et l'embolus Le paléocérébellum.
 le noyau dentelé Le néocérébellum .
SYSTÉMATISATION
Les connexions sont établies par les six pédoncules cérébelleux qui se réunissent au niveau du hile du cervelet et délimitent le
toit du IVe ventricule.
 Les pédoncules cérébelleux supérieurs naissent des noyaux du cervelet.
 Les pédoncules cérébelleux moyens se terminent en éventail au niveau des hémisphères cérébelleux.
 Les pédoncules cérébelleux inférieurs semblent continuer les cordons postérieurs; leur portion bulbaire est appelée
corps restiforme.

2
Le cervelet 2012

Il existe trois systèmes avec des fonctions différentes.


1° L’archicérébellum.
 Le lobe floculo-nodulaire représente un centre de contrôle de l'équilibration
 Les connexions sont uniquement vestibulaires : un arc cérébellopète et un arc cérébellofuge réalisent un circuit branché
en dérivation sur les noyaux vestibulaires.
2° Le paléocérébellum.
Il est constitué par la Lingula, le lobule central et le lobule quadrilatère antérieur sur la face supérieure du cervelet, par
l'amygdale et la pyramide sur la face inférieure. Il à des connexions uniquement avec la moelle et le tronc cérébral, il
intervient dans la régulation du tonus de posture des muscles extenseurs anti-gravidiques.
a) Afférences.
— Le faisceau spino-cérébelleux direct ou dorsal de Flechsig
— Le faisceau spino-cérébelleux croisé ou ventral de Gowers
b) Efférences. Le paléocérébellum projette par plusieurs faisceaux du vermis par l'intermédiaire des noyaux embolus et
globulus.
— Les fibres cérébello-rubriques, par le pédoncule cérébelleux supérieur
— Les fibres cérébello-vestibulaires vont aux noyaux vestibulaires et de là dans la moelle par le faisceau vestibulo-spinal.
— Les fibres cérébello-olivaires
— Les fibres cérébello-réticulaires vont à la substance réticulée et de là, dans la moelle par la voie réticule-spinale.
3° Le néocérébellum.
La dernière pièce phylogénétique du cervelet est chargée de contrôler la mobilité volontaire, il est en relation avec le
cortex cérébral.
a) Afférences Elles sont essentiellement constituées par des fibres d'origine corticale.
b) Efférences Deux courants principaux: L'un, à partir du noyau rouge, L'autre va à partir du thalamus
II existe des interrelations très riches entre cortex cérébral et néocérébellum.
VASCULARISATION
 Les artères : Trois artères cérébelleuses irriguent, de chaque côté, le cervelet :
a)Artère cérébelleuse supérieure: née de la partie haute du tronc basilaire, irrigue (face supérieure du cervelet).
b) Artère cérébelleuse moyenne ou antéro-inférieure : née du 1/3 moyen du tronc basilaire, irrigue (face antéro-inférieure);
c)Artère cérébelleuse inférieure ou postéro-inférieure : née le plus souvent de la vertébrale, irrigue (la partie postéro-inférieure)
 Les veines : Se drainent dans l'ampoule de Galien, dans la tente du cervelet, et dans les sinus pétreux.
1) affluents ampullaires : De la partie antéro-supérieure du cervelet naissent : un rameau vermien et un rameau hémisphérique,
se jettent dans l'ampoule de Galien.
2) affluents tentoriaux : De la face supérieure du cervelet naissent de nombreuses veines On en distingue deux groupes (médian
ou vermien ; latéral ou hémisphérique) qui se drainent dans le sinus latéral, en traversant la tente du cervelet, ou dans le sinus
droit.
3) affluents pétreux : Se dirigent vers l'angle ponto-cérébelleux, et se déversent dans les sinus pétreux par l'intermédiaire de deux
veines pétreuses :
 veine pétreuse supérieure (de Dandy), et se jetant dans le sinus pétreux supérieur,
 veine pétreuse inférieure, se jetant indifféremment dans le sinus supérieur ou dans le sinus inférieur.

CONCLUSIONS.
 Clinique  : atteinte du cervelet  : Sd cérébelleux vermien  : statique
Hémisphérique   : kinétique
 Exploration radiologique  : la TDM est limitée dans l’exploration du cervelet vue l’étroitesse de la loge
osseuse
L’exploration du cervelet se base essentiellement sur l’IRM.
 En pathologie  : lésions vasculaires (axe vertébro-basilaire)
Tumorale  : surtout métastases, gliomes et médulloblastomes.
Infectieuses  : par contigüité  : infection de l’oreille moyenne.
 Abord chirurgical  : se fait par voie postérieure. Après avoir écarté les masses musculaires de la nuque, on
trépane l'écaillé occipitale au-dessous de la tubérosité occipitale externe et on ouvre la dure-mère.