Vous êtes sur la page 1sur 45

UNIVERSITE D’ANTANANARIVO

ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

MENTION GENIE MECANIQUE ET INDUSTRIEL


Parcours : Génie Mécanique et Développement

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention


du diplôme de Licence en Génie Mécanique et Industriel

Présenté par : AINANOMENJANAHARY Josoa Koloina


RAKOTOARIVELO Gaëtan Antonio

Soutenu le 07 juin 2019

Promotion 2016-2017
UNIVERSITE D’ANTANANARIVO
ECOLE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE

MENTION GENIE MECANIQUE ET INDUSTRIEL


Parcours : Génie Mécanique et Développement

Mémoire de fin d’études en vue de l’obtention


du diplôme de Licence en Génie Mécanique et Industriel

Présenté par : AINANOMENJANAHARY Josoa Koloina


RAKOTOARIVELO Gaëtan Antonio
Soutenu le 07 juin 2019 devant le jury composé de
Président : Monsieur RAKOTOVAO José Denis
Encadreur : Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré
Examinateurs : Monsieur RAKOTONINDRINA Tahiry
Monsieur RAZAFIMAHATRATRA Tafika

Promotion 2016-2017
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

REMERCIEMENTS

Nous adressons, tout d’abord, nos remerciements, à Dieu tout puissant de nous
avoir donné la force qui nous a permis d’achever ce présent ouvrage. Nos
remerciements s’adressent également à tous ceux qui ont contribué de près ou de loin
à la réalisation de ce mémoire, notamment :

 Monsieur RAKOTOSAONA Rijalalaina, enseignant-chercheur et Directeur de


l’Ecole Supérieure Polytechnique d’Antananarivo

 Monsieur RAKOTONINDRINA Tahiry, enseignant-chercheur et Responsable


de la Mention Génie Mécanique et Industriel, qui a autorisé la présentation de
ce mémoire et qui a aussi accepté de faire partie du jury

 Monsieur RANARIJAONA Jean Désiré, enseignant-chercheur à l’Ecole


Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui nous a encadré tout au long de
la réalisation de ce mémoire et qui n’a cessé de nous prodiguer son aide tant
sur le plan scientifique que moral

 Monsieur RAKOTOVAO José Denis, enseignant-chercheur à l’Ecole


Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui a accepté de présider ce jury

 Monsieur RAZAFIMAHATRATRA Tafika, enseignant-chercheur à l’Ecole


Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui a accepté de faire partie du jury

 Tous les enseignants de l’École Supérieure Polytechnique d’Antananarivo, qui


nous ont partagé leur savoir.

 Les membres de nos familles respectives et nos amis pour leur soutien.

Grand merci à vous tous !

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


I
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Table des matières


REMERCIEMENTS .............................................................................................................. i

Table des matières ................................................................................................................. ii

Liste des figures ................................................................................................................... iv

Liste des tableaux ................................................................................................................. iv

Liste des abréviations .............................................................................................................v

INTRODUCTION ..................................................................................................................1

I. L’ELECTROLYSE DE L’EAU ......................................................................................3

I.1. DEFINITIONS .........................................................................................................3

I.1.1. Réaction d’oxydoréduction ou réaction redox ....................................................3

I.1.2. Electrolyse de l’eau ...........................................................................................4

I.1.3. Electrolyte .........................................................................................................4

I.1.4. Electrodes .........................................................................................................4

I.2. PRINCIPE DE L’ELECTROLYSE DE L’EAU .......................................................4

I.3. EQUATIONS BILANS ............................................................................................5

I.3.1. En milieu acide..................................................................................................5

I.3.2. En milieu basique ..............................................................................................6

I.4. TYPES D’ELECTROLYSEURS ..............................................................................6

I.4.1. Selon la structure de l’électrolyseur ...................................................................6

I.4.2. Selon le fonctionnement de l’électrolyseur ........................................................8

I.5. LES DIVERSES RELATIONS ELECTRIQUES REGISSANT LE PHENOMENE


D’ELECTROLYSE ..........................................................................................................11

I.5.1. Equation de Nernst .......................................................................................... 11

I.5.2. Tension réversible et tension thermoneutre ...................................................... 12

I.5.3. Tension pratique des cellules ...........................................................................13

I.5.4. Relation entre la quantité d’eau électrolysée et le courant électrique ................ 15

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


II
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

II. LE GENERATEUR HHO............................................................................................. 18

II.1. ELEMENTS CONSTITUTIFS ............................................................................... 18

II.1.1. Le réservoir ..................................................................................................... 18

II.1.2. Le générateur HHO ......................................................................................... 19

II.1.3. Les bulleurs ..................................................................................................... 21

II.1.4. Le relai ...........................................................................................................23

II.1.5. Les tuyaux ....................................................................................................... 23

II.1.6. Le clapet anti-retour ........................................................................................ 24

II.2. BRANCHEMENT DANS LE MOTEUR ............................................................... 25

II.2.1. BRANCHEMENT ELECTRIQUE ................................................................. 25

II.2.2. BRANCHEMENT DANS L’ADMISSION D’AIR ......................................... 26

II.3. PRINCIPES............................................................................................................ 27

II.4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS .................................................................. 29

II.4.1. Les avantages .................................................................................................. 29

II.4.2. Les inconvénients ............................................................................................ 33

CONCLUSION .................................................................................................................... 35

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES............................................................................... vi

WEBOGRAPHIE ................................................................................................................ vii

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


III
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Liste des figures


Figure 1 : L'électrolyse de l’eau ..............................................................................................5
Figure 2 : L'électrolyseur monopolaire ....................................................................................7
Figure 3 : L’électrolyseur bipolaire .........................................................................................8
Figure 4 : L'électrolyseur alcalin ............................................................................................9
Figure 5 :L’électrolyseur PEM ............................................................................................. 10
Figure 6 : Electrolyseur à haute température selon le type d’électrolyte ................................ 11
Figure 7: Les irréversibilités présentes dans une cellule d’électrolyse ................................... 14
Figure 8: Le réservoir d'eau .................................................................................................. 18
Figure 9: Schéma du générateur HHO .................................................................................. 19
Figure 10 : Plaques en acier inoxydable ................................................................................ 19
Figure 11: Joints d'étanchéité ................................................................................................ 20
Figure 12: Plaques de plastique............................................................................................. 20
Figure 13: cellule partiellement assemblée ............................................................................ 21
Figure 14: raccords ............................................................................................................... 21
Figure 15: Simple bulleur ..................................................................................................... 22
Figure 16: Double bulleur ..................................................................................................... 22
Figure 17: Relai électrique .................................................................................................... 23
Figure 18: tuyau en plastique ................................................................................................ 23
Figure 19: Clapet anti-retour de flamme ............................................................................... 24
Figure 20: Montage général du système ................................................................................ 25
Figure 21: Branchement électrique du générateur HHO ........................................................ 26
Figure 22: Branchement dans le conduit d'admission ............................................................ 27
Figure 23: fonctionnement du système HHO ........................................................................ 27
Figure 24 : Courbe de la consommation spécifique effective avec et sans HHO en fonction du
régime .................................................................................................................................. 30

Liste des tableaux


Tableau 1: L'intensité du courant et la quantité de HHO à produire selon la cylindrée du moteur
pour un kit HHO DC2000 ..................................................................................................... 28
Tableau 2 : La consommation spécifique effective du moteur avec et sans HHO en fonction du
régime .................................................................................................................................. 30

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


IV
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Liste des abréviations


HHO : mélange d’hydrogène et d’oxygène résultant de l’électrolyse de l’eau

MCI : moteur à combustion interne

PEM : Proton Exchange Membrane

EHT : Electrolyseur à Haute Température

SOEC: Solid Oxide Electrolyzer Cell

DC: Dry Cell

ECU: Electronic Control Unit

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


V
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

INTRODUCTION

Etant donné l’énorme demande énergétique actuelle, la consommation des sources


d’énergie fossile ne cesse d’augmenter. En effet, la consommation mondiale d'énergie
représente en moyenne 12,274 millions de tonnes d'équivalent pétrole par an.

Cependant, ces ressources fossiles, composées essentiellement de charbon et


d’hydrocarbures, engendrent des émissions polluantes et sont la cause du réchauffement
climatique. Cela représentait, en 2017, des émissions de 36,8 milliards de tonnes de dioxyde de
carbone.

L’utilisation des énergies renouvelables est donc indispensable pour remédier aux effets
néfastes des énergies fossiles. L’hydrogène, présent en grande quantité sur notre planète, fait
partie de ces nouvelles sources d’énergie. Toutefois, il n’est pas disponible à l’état naturel mais
il est nécessaire de le produire. Les méthodes de production de l’hydrogène sont nombreuses
comme l’oxydation partielle des hydrocarbures, le vaporeformage du méthane ou l’électrolyse
de l’eau.

Ce mémoire se consacrera à la contribution à l’étude de la production d’hydrogène par


électrolyse de l’eau en vue d’enrichir le carburant dans un moteur à combustion interne.
L’électrolyse de l’eau génère de l’oxygène et de l’hydrogène mais ces deux gaz ne sont pas
séparés d’où l’appellation « gaz HHO ». C’est ce gaz HHO qui va être introduit dans
l’admission d’air du moteur à combustion interne.

Ce travail sera divisé en deux chapitres distincts : le premier chapitre traitera la


technologie de l’électrolyse de l’eau et le second chapitre sera l’étude de l’utilisation du
générateur HHO dans un moteur à combustion interne.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


1
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Chapitre I :
L’électrolyse de l’eau

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


2
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

I. L’ELECTROLYSE DE L’EAU
I.1. DEFINITIONS
I.1.1. Réaction d’oxydoréduction ou réaction redox [1]
Avant de pouvoir définir ce qu’est une réaction redox, il est nécessaire de définir les réactions
d’oxydation et de réduction. Une oxydation est une perte d’électrons tandis qu’une réduction
est un gain d’électrons. Une réaction d’oxydoréduction est une combinaison d’oxydation et de
réduction. Par conséquent, une réaction redox est une réaction chimique au cours de laquelle se
produit un transfert d’électrons. L’espèce chimique qui capte les électrons est appelée oxydant
et celle qui les cède est le réducteur.

Voici quelques exemples de réactions redox :

 Le processus de formation d’hydroxyde de fer II :


Quand le fer entre en contact avec l'eau, il est oxydé pour devenir de l'hydroxyde de fer II

Fe + 2OH− → Fe(OH)2 + 2e−

Pendant que le dioxygène de l'air est réduit en ion hydroxyde :

2H2O + O2 + 4e− → 4OH−


D’où l’équation globale :

2Fe +2H2O+ O2 → 2Fe(OH)2

 Réaction chimique dans une pile Daniell formée d’électrodes en zinc et en cuivre :

L’électrode de zinc est oxydée :

𝑍𝑛 → 𝑍𝑛2+ + 2e−

Tandis que l’ion 𝐶𝑢2+ subit une réduction :

𝐶𝑢2+ +2e−→ 𝐶𝑢

D’où l’équation globale :

𝐶𝑢2+ + 𝑍𝑛 → 𝐶𝑢 + 𝑍𝑛2+

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


3
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

I.1.2. Electrolyse de l’eau [W1]


L’électrolyse de l’eau est un procédé électrolytique visant à séparer la molécule d’eau en
dioxygène et dihydrogène gazeux à l’aide d’un courant électrique continu. La cellule
électrolytique est constituée de deux électrodes, habituellement en métal inerte comme le
platine, immergées dans un électrolyte et connectées aux pôles de la source de courant continu.

I.1.3. Electrolyte [W1]


Un électrolyte est une substance conductrice d’électricité grâce aux ions mobiles qu’il contient.
Il peut être solide ou en solution aqueuse. Les électrolytes liquides sont des solutions aqueuses
dans lesquelles les ions proviennent d’un sel soluble qui n’est constitué que d’ions. Les
électrolytes solides sont des cristaux dans lesquels certains ions sont mobiles, ou des polymères
comme ceux utilisés dans les membranes échangeuses d’ions.

I.1.4. Electrodes [2]


Les électrodes sont le siège des réactions électrochimiques. Elles sont composées d’une couche
de matériau catalytique (catalyseurs) et d’une couche de diffusion. La couche de diffusion est
utilisée pour améliorer le passage du courant et faciliter le transport des réactifs et des produits.

I.2. PRINCIPE DE L’ELECTROLYSE DE L’EAU [3] [4]


L’électrolyse de l’eau se passe dans une cellule électrolytique constituée de deux électrodes
séparées par un diaphragme et plongées dans un bain électrolytique ; créant ainsi un champ
électrique orienté dans lequel les ions se mettent en mouvement. L’électrode reliée à la borne
positive du générateur est l’anode tandis que celle reliée à la borne négative est la cathode.

Quand le courant circule, un excès d’électrons se trouve dans la cathode où se produit une
réaction de réduction, d’où la formation de dihydrogène. A l’anode par contre, les électrons
sont aspirés vers le générateur, ce qui engendre une réaction d’oxydation d’où la formation de
dioxygène.

Le diaphragme a pour rôle d’empêcher le dihydrogène produit de se mélanger avec le dioxygène


mais il doit laisser passer l’eau, les ions et les électrons. En général, le diaphragme est en nickel
sous forme d’oxydes. L’électrolyte peut être soit des sels comme la soude (NaOH) ou la potasse

(KOH) soit une membrane conductrice d’ions H + ou d’ions 𝑂2 .

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


4
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Figure 1 : L'électrolyse de l’eau [4]

I.3. EQUATIONS BILANS [3]


Quand la tension appliquée est suffisante, des réactions se produisent aux interfaces
électrolytes-électrodes. Deux cas de figure peuvent se présenter selon le pH de la solution mais
l’équation globale se traduit toujours par :

1
𝐻2 𝑂 → 𝐻2 (𝑔𝑎𝑠) + 𝑂2 (𝑔𝑎𝑠)
2

I.3.1. En milieu acide


En milieu acide, la solution est en présence d’ions H + en abondance. Voici les demi-équations
se produisant dans chaque électrode :

A l’anode :

1
𝐻2 𝑂 → 𝑂 + 2𝐻 + + 2ⅇ −
2 2

A la cathode :

2𝐻 + + 2ⅇ − → 𝐻2

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


5
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

I.3.2. En milieu basique


Dans ce cas, les ions OH − sont les espèces prédominantes. Voici les demi-équations se
produisant dans chaque électrode :

A l’anode:

1
2𝑂𝐻 − → 𝑂2 + 𝐻2 𝑂 + 2ⅇ −
2

A la cathode :

2𝐻2 𝑂 + 2ⅇ − → 𝐻2 + 2𝑂𝐻 −

I.4. TYPES D’ELECTROLYSEURS


Les électrolyseurs peuvent être classés soit selon leur structure, soit selon le fonctionnement de
l’électrolyseur.

I.4.1. Selon la structure de l’électrolyseur [W2] [7]


I.4.1.1. Electrolyseur monopolaire
Les électrolyseurs de structure monopolaire étaient les premiers types d’appareils à électrolyse.
Les électrodes des cellules d’électrolyse sont montées en parallèle. Autrement dit, chaque anode
est reliée à la borne positive et chaque cathode à la borne négative.

Ce genre d’électrolyseur a l’avantage d’être simple à fabriquer et les matériaux utilisés dans sa
construction sont faciles à trouver. Cependant, il est nécessaire d’utiliser des transfo-redresseurs
fonctionnant à de basse tension mais à forte intensité à cause du montage en parallèle des
électrodes. Ces transfo-redresseurs sont coûteux et ils provoquent des chutes ohmiques
considérables. Le nombre important de fils utilisés pour l’installation peut aussi être
encombrant.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


6
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Figure 2 : L'électrolyseur monopolaire

I.4.1.2. Electrolyseur bipolaire


L’électrolyseur bipolaire résulte du perfectionnement de l’électrolyseur monopolaire. Les
électrodes qui sont généralement des plaques sont montées en série c’est-à-dire qu’une seule
électrode est reliée à la borne positive du générateur et une autre électrode à la borne négative.
Entre ces deux électrodes sont placées une ou plusieurs autres plaques qui vont faire office à la
fois d’anode et de cathode. C’est pour cette raison qu’elles sont appelées plaques bipolaires.
Ces plaques doivent donc être en des matériaux supportant cette double fonction comme le
nickel, le cuivre ou l’acier inoxydable.

L’électrolyseur de structure bipolaire a pour avantage d’être simple à brancher, de faciliter la


séparation des gaz à l’anode et à la cathode et les électrodes en forme de plaque offrent une plus
grande surface de réaction électrochimique ce qui augmente l'efficacité de la cellule
d’électrolyse. Cependant, l’inconvénient majeur lié à l’emploi de ce genre d’électrolyseur est
la faible durée de vie des plaques.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


7
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Figure 3 : L’électrolyseur bipolaire [2]

I.4.2. Selon le fonctionnement de l’électrolyseur [4][5][6]


I.4.2.1. Electrolyseur alcalin
L’électrolyse alcaline fait partie des technologies les plus utilisées parce qu’il est assez simple.
Dans cet électrolyseur, la solution d’hydroxyde de potassium ou potasse KOH est l’électrolyte
utilisé. Ainsi, la conduction ionique est assurée par les ions hydroxyde OH - et les ions K+. La
concentration massique de potasse, variable en fonction de la température, va de 25% à 80°C
jusqu’à 40% à 160°C. La soude ou hydroxyde de sodium de formule NaOH peut aussi être
utilisée mais elle a une conductivité électrique moindre comparée à la potasse. Afin de séparer
l’oxygène de l’hydrogène, on place un diaphragme entre l’anode et la cathode.

Le diaphragme laisse passer l’eau et les ions mais pas les gaz. À cause de la présence de potasse,
les électrodes doivent être résistantes à la corrosion. Les matériaux comme le nickel et le cobalt
sont généralement utilisés. L’hydrogène produit contient des impuretés à savoir un peu
d’oxygène, de l’eau, ainsi que des impuretés provenant de la potasse. La pureté de l’hydrogène
en sortie de traitement de purification est de 99%.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


8
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Figure 4 : L'électrolyseur alcalin [5]


I.4.2.2. Electrolyseur PEM
Comme son nom l’indique, l’électrolyseur PEM ou Proton Exchange Membrane est un
électrolyseur dont l’électrolyte est une membrane polymère qui laisse passer des ions H +. Cette
membrane sert aussi de diaphragme. Les électrodes sont en métaux nobles comme le platine ou
l’iridium pour servir de catalyseur à la réaction.

Quand une différence de potentiel électrique est appliquée aux électrodes, l’eau distillée va
subir une oxydation à l’anode selon la réaction :

1
H2 O → O + 2H + + 2ⅇ −
2 2

Les protons H+ vont alors traverser la membrane et une réaction de réduction va se produire à
la cathode telle que :

2H + + 2ⅇ − → 𝐻2

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


9
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Ce genre d’électrolyseur a pour avantage sa compacité, sa simplicité de fabrication et l’absence


d’électrolytes en solution qui pourraient corroder le générateur.

Il supporte mieux aussi des variations d’intensité de courant électrique et peut donc être couplé
à des sources d’énergie renouvelable comme l’éolienne ou le solaire. Cependant, il est plus
onéreux par rapport à l’électrolyseur alcalin à cause du prix de la membrane ainsi que des
métaux nobles.

Figure 5 :L’électrolyseur PEM [2]


I.4.2.3. Electrolyseur à haute température (EHT)
Pour ce genre d’électrolyseur, l’énergie nécessaire à la décomposition de l’eau en hydrogène et
en oxygène est donnée à la fois sous forme de chaleur et sous forme d’électricité. Ainsi la
consommation en énergie électrique est réduite. L’eau est chauffée grâce à une source de
chaleur extérieure, comme un réacteur nucléaire par exemple, jusqu’à ce qu’elle se transforme
en vapeur. Dans cet état gazeux, elle est électrolysée grâce à un courant de tension plus faible
par rapport aux deux autres technologies.

Deux cas de réaction peuvent se présenter selon la nature de l’électrolyte utilisé. Si l’électrolyte

est à conduction d’ions superoxydes 𝑂2 comme dans la technologie SOEC (Solid Oxide
Electrolyzer Cell), la réaction au niveau de la cathode donne :

2H2 O + 4ⅇ− → 2𝑂2 + 2𝐻2

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


10
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

A l’anode, on a :

2O2 → 𝑂2 + 4ⅇ−

Si l’électrolyte est à conduction protonique, l’équation à l’anode est :

2H2 O → 4H + + 𝑂2 + 4ⅇ−

Celle à la cathode est :

4H + + 4ⅇ− → 2𝐻2

La température peut atteindre des valeurs variant entre 700 et 1000°C. A cause de cette haute
température, les matériaux utilisés sont à base de céramiques.

Figure 6 : Electrolyseur à haute température selon le type d’électrolyte [4]

I.5. LES DIVERSES RELATIONS ELECTRIQUES REGISSANT LE PHENOMENE


D’ELECTROLYSE [4]
I.5.1. Equation de Nernst
L’équation de Nernst donne la tension d’équilibre 𝐸0 de l’électrode, appelée aussi potentiel
d’équilibre, par rapport au potentiel standard 𝐸00 du couple redox présent dans la solution.

La relation de Nernst s’écrit :

𝑅𝑇 𝐴𝑜𝑥
𝐸0 = 𝐸00 + ln
𝑛𝐹 𝐴𝑟𝑒𝑑

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


11
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Avec :

𝐸0 : Potentiel d’équilibre à la température T exprimé en Volt

𝐸00 : Potentiel d’équilibre dans les conditions standards exprimé en Volt

R : constante molaire des gaz parfaits (R=8.3144J/mol.K)

T : température en Kelvin

𝑛 : Nombre d’électrons mis en jeu dans la réaction

F : constante de Faraday (F=96487C/mol)

𝐴𝑜𝑥 : Activité de l’espèce oxydante

𝐴𝑟𝑒𝑑 : Activité de l’espèce réductrice

Cette équation est utilisée dans les demi-réactions d’oxydation et de réduction.

I.5.2. Tension réversible et tension thermoneutre


Comme la réaction d’électrolyse est une réaction forcée, il existe une tension limite qu’il faut
dépasser pour rendre la réaction possible. En réalité, deux tensions limites appelées E rev et Eth
caractérisent le comportement de la réaction. E rev est la tension réversible qui correspond à un
fonctionnement réversible de la cellule tandis qu’E th est la tension thermoneutre correspondant
à un fonctionnement isotherme de l’électrolyseur.

Soit U la tension aux bornes de la cellule d’électrolyse.

Si Erev < U < Eth , il faut un apport extérieur de chaleur à l’électrolyseur.

Si U > Eth , le système produit lui-même la chaleur.

Dans la réaction d’électrolyse de l’eau définit par :

1
H2 O(liq) → H2 (gaz) + O2 (gaz)
2

L’enthalpie libre de Gibbs 𝛥𝐺 0 = 237𝑘𝐽/𝑚𝑜𝑙 et l’enthalpie 𝛥𝐻0 = 285𝑘𝐽/𝑚𝑜𝑙 dans les


conditions standards de température et de pression (25°C et 1atm).

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


12
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Pour déterminer la tension réversible 𝐸𝑟𝑒𝑣 , on emploie la formule suivante :

𝛥𝐺 0
𝐸𝑟𝑒𝑣 =
𝑛𝐹

𝐸𝑟𝑒𝑣 : Tension réversible exprimée dans les conditions standards en Volt

𝛥𝐺 0 : Enthalpie libre de Gibbs à 25°C et 1atm (𝛥𝐺 0 = 237𝑘𝐽/𝑚𝑜𝑙)

n : nombre d’électrons mis en jeu dans la réaction (n=2 pour un électrolyseur alcalin)

F : constante de Faraday (F=96487C/mol)

On obtient alors 𝐸𝑟𝑒𝑣 = 1,228 𝑉 pour un électrolyseur alcalin.

Quant à la tension thermoneutre 𝐸𝑡ℎ , on applique la formule suivante :

𝛥𝐻0
𝐸𝑡ℎ =
𝑛𝐹

𝐸𝑡ℎ : Tension thermoneutre exprimée dans les conditions standards en Volt

𝛥𝐻0 : Enthalpie à 25°C et 1atm (𝛥𝐻0 = 285𝑘𝐽/𝑚𝑜𝑙)

On obtient alors Eth = 1,476 𝑉 pour un électrolyseur alcalin.

I.5.3. Tension pratique des cellules


En pratique, il faut faire en sorte que la tension aux bornes de l’électrolyseur soit toujours
supérieure à la tension réversible Erev pour que la réaction se produise. En effet, il existe des
pertes de tension dues aux surtensions se produisant au niveau des électrodes ainsi que la
résistance de l’ensemble électrodes-membrane-électrolyte.

La tension d’électrolyse peut alors s’exprimer de deux façons :

𝑈 = (𝐸 0 + 𝑋)𝑎𝑛𝑜𝑑𝑒 − (𝐸 0 + 𝑋)𝑐𝑎𝑡ℎ𝑜𝑑𝑒 + 𝑅𝐼 (1)

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


13
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Avec

𝑈 : Tension de cellule exprimée en Volt

𝐸 0 : Potentiel d’équilibre d’électrode exprimé en Volt

𝑋 : Surtension d’électrode exprimée en Volt

𝑅 : Résistance électronique et ionique de l’ensemble électrodes-membrane-électrolyte exprimée


en Ohm

𝐼 : Intensité exprimée en Ampère

𝑈 = 𝐸𝑟𝑒𝑣 + 𝜂𝑎 + 𝜂𝑐 + 𝑅𝐼 (2)

Avec

𝜂𝑎 : Surtension anodique exprimée en Volt

𝜂𝑐 : Surtension cathodique exprimée en Volt

Figure 7: Les irréversibilités présentes dans une cellule d’électrolyse [4]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


14
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

I.5.4. Relation entre la quantité d’eau électrolysée et le courant électrique


Afin d’établir théoriquement une relation entre la quantité d’eau électrolysée et l’intensité du
courant électrique, prenons les demi-équations de la réaction d’électrolyse en milieu alcalin :

1
À l’anode: 2OH − → 2 𝑂2 + 𝐻2 𝑂 + 2ⅇ −

À la cathode : 2𝐻2 𝑂 + 2ⅇ − → 𝐻2 + 2𝑂𝐻 −

En considérant l’équation à la cathode :

1
𝑛𝐻2 = 𝑛𝑒 −
2

Où 𝑛𝐻2 est le nombre de mole de dihydrogène produit et 𝑛𝑒 − est le nombre de mole d’électrons
mis en jeu.

Or,

ⅇ𝑁𝑛𝑒 −
𝐼=
𝑡

𝐼 : Intensité du courant électrique en Ampère

e : valeur absolue de la charge d’un électron (e = 1,6.10 -19C)

N : nombre d’Avogadro (N = 6,023.1023)

t : durée de fonctionnement de l’électrolyseur

On a donc

𝐼𝑡
𝑛𝑒 − =
ⅇ𝑁

Ainsi,

1 𝐼𝑡
𝑛𝐻2 =
2 ⅇ𝑁

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


15
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

D’après l’équation globale,

1
H2 O → H2 (𝑔𝑎𝑠) + O2 (𝑔𝑎𝑠)
2

On a 𝑛𝐻2 = 𝑛𝐻2 𝑂

Avec 𝑛𝐻2 𝑂 : nombre de mole de molécule d’eau

On peut avoir la masse de l’eau électrolysée :

𝑚𝐻2 𝑂 = 𝑛𝐻2 × 𝑀𝐻2 𝑂

Avec

𝑚𝐻2 𝑂 : Masse d’eau électrolysée

𝑀𝐻2 𝑂 : Masse molaire de l’eau

On obtient alors l’expression :

𝐼𝑡𝑀𝐻2 𝑂
𝑚𝐻2 𝑂 =
2ⅇ𝑁

En généralisant la formule précédente, on obtient :


𝐼𝑡𝑀𝐻2 𝑂
𝑚𝐻2 𝑂 =
𝑛ⅇ𝑁

Où n est le nombre d’électrons mis en jeu durant la réaction

Cette dernière expression peut aussi s’écrire en faisant apparaitre la constante de Faraday F
(exprimée en C/mole) et elle devient :

𝐼𝑡𝑀𝐻2 𝑂
𝑚𝐻2 𝑂 =
𝑛𝐹

Mais pratiquement cette valeur doit être multipliée par un facteur 𝑅𝐹 qui est le rendement de
courant électrique.

On obtient donc finalement

𝐼𝑡𝑀𝐻2 𝑂
𝑚𝐻2 𝑂 = 𝑅𝐹
𝑛𝐹

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


16
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Chapitre II :
Le générateur HHO

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


17
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

II. LE GENERATEUR HHO


Un générateur HHO est un système d’électrolyseur visant à produire un gaz appelé HHO à
partir de l’eau. Le gaz HHO ou gaz de Brown est un mélange d’hydrogène et d’oxygène
provenant de l’électrolyse de l’eau et se trouvant dans son état pré-mélangé sans avoir été
stocké.

II.1. ELEMENTS CONSTITUTIFS


Un générateur HHO est constitué de 6 éléments principaux :

II.1.1. Le réservoir [W3]

Figure 8: Le réservoir d'eau


Le réservoir est un élément indispensable car il contient l’eau qui va être électrolysée. Sa taille
dépend de la cylindrée du moteur et aussi de la place disponible sous le capot.

Il possède quatre orifices :


 le plus grand est destiné au ravitaillement du réservoir
 celui du bas est connecté au générateur et alimente ce dernier en eau
 l’un de ceux d’en haut est aussi relié au générateur et permet le retour du gaz HHO
produit vers le réservoir
 le dernier est connecté au bulleur

L’électrolyte est ajouté dans l’eau du réservoir.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


18
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

II.1.2. Le générateur HHO [3] [7]

Figure 9: Schéma du générateur HHO [7]


Le générateur HHO est un électrolyseur d’eau de type Dry cell de préférence car il ne présente
pas de problème d’étanchéité. Il est constitué de :

 Plaques d’acier inoxydable :

Elles sont munies de deux trous qui permettent aux gaz de circuler à l’intérieur de la cellule et
d’égaliser le niveau de l’eau. Le nombre de plaques utilisées dépend de la tension
d’alimentation et de la dimension des plaques.

Figure 10 : Plaques en acier inoxydable [3]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


19
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 Joints d’étanchéité :

Ce sont des matériaux en plastique qui rendent la cellule étanche.

Figure 11: Joints d'étanchéité [7]

 Plaques de plastique :

Elles sont au nombre de deux et ont le rôle d’isolant électrique. Elles sont en plastique car elles
supportent la corrosion provoquée par l’électrolyte.

Elles sont trouées au milieu et à la périphérie. Les trous à la périphérie sont destinés à recevoir
les vis de fixation, tandis que celui du milieu permet la mise en place du raccord.

Figure 12: Plaques de plastique [7]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


20
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 Vis de fixation :

Les vis de fixation permettent l’assemblage de la cellule. Il est nécessaire d’isoler les vis grâce
à des gaines en plastique afin d’éviter le passage du courant dans les vis.

Figure 13: cellule partiellement assemblée [7]

 Raccord :

Le raccord est un dispositif permettant de relier les tuyaux entre eux. Il doit être en plastique ou
en acier inoxydable pour éviter sa corrosion.

Figure 14: raccords [3]


II.1.3. Les bulleurs [W4]
Le bulleur est un dispositif composé d’un récipient en plastique, d’un tuyau qui va jusqu’au
fond du récipient et de raccords. Il contient une solution de vinaigre blanc.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


21
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Le bulleur a deux fonctions :

 Nettoyer le HHO produit :

Quand le générateur est en marche, le HHO est accompagné de vapeur d’eau contenant des
résidus d’électrolyte qui peuvent corroder les pièces métalliques dans le moteur.

Il est donc nécessaire de les éliminer en faisant passer le mélange de gaz dans le vinaigre blanc
du bulleur. L’électrolyte va être neutralisé selon la réaction :

𝐾𝑂𝐻 + 𝐶𝐻3 𝐶𝑂𝑂𝐻 → 𝐶𝐻3 𝐶𝑂𝑂𝐾 + 𝐻2 𝑂 ∆𝐻 = −55𝑘𝐽/𝑚𝑜𝑙

𝐶𝐻3 𝐶𝑂𝑂𝐾 : Acétate de potassium

𝐾𝑂𝐻 : Hydroxyde de potassium ou potasse

𝐶𝐻3 𝐶𝑂𝑂𝐻 : Acide acétique ou vinaigre blanc

 Faire office d’anti-retour de flamme :

En effet, dans le cas où il y aurait un retour de flamme provenant du moteur, la présence du


bulleur empêche la propagation de celui-ci dans le réservoir de gaz HHO

Il existe deux types de bulleurs : le simple bulleur et le double bulleur

Figure 15: Simple bulleur [W5] Figure 16: Double bulleur [W5]

L’avantage de l’utilisation d’un double bulleur c’est qu’il permet d’éviter au vinaigre blanc
d’être aspiré vers le réservoir quand le moteur est à l’arrêt. Comme le système est à l’arrêt, le
gaz contenu dans le réservoir se refroidit. Ce refroidissement provoque une aspiration du
vinaigre dans le bulleur. Pour un simple bulleur, le vinaigre pourrait se mélanger avec l’eau et

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


22
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

l’électrolyte dans le réservoir et se neutraliser ainsi. Pour un double bulleur, par contre, le
vinaigre dans le second tube passera dans le premier.

II.1.4. Le relai [W6]


Un relai est un interrupteur qui se commande avec une tension continue de faible puissance.
Pour ce système, il sert à démarrer le générateur au moment où le moteur se met en marche. En
effet, si jamais le générateur fonctionne alors que ce n’est pas le cas du moteur, le gaz HHO va
s’accumuler dans le réservoir et dans les autres organes du moteur. Cela risque alors de
provoquer une explosion lors de la mise en marche du moteur.

Figure 17: Relai électrique [9]


II.1.5. Les tuyaux [W7]
Ils servent à faire circuler l’eau et le gaz HHO dans le système. Ils doivent être en plastique,
flexibles et transparents pour contrôler le mouvement des fluides.

Figure 18: tuyau en plastique [W7]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


23
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

II.1.6. Le clapet anti-retour de flamme


Même si le bulleur fait déjà office d’anti-retour de flamme, son coût de remplacement peut être
onéreux ce qui amène à l’emploi du clapet. Ce dernier est placé dans le tuyau relié à l’admission.
Il est en acier inoxydable.

Figure 19: Clapet anti-retour de flamme [W8]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


24
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

II.2. BRANCHEMENT DANS LE MOTEUR


Il est nécessaire d’effectuer 2 types de branchement pour rendre le système opérationnel : le
branchement électrique et le branchement dans l’admission d’air selon la figure ci-dessous :

Figure 20: Montage général du système [9]

II.2.1. BRANCHEMENT ELECTRIQUE [8] [9]


La batterie va être la source du courant continu qui alimentera le générateur HHO. Et comme
l’électrolyse ne doit s’effectuer que lorsque le moteur tourne, il faut mettre le relai entre la
batterie et l’électrolyseur. Voici donc les différentes démarches à suivre :

 La borne positive de la batterie doit être reliée à la borne 30 du relai. Cette liaison doit
être munie d’un fusible.
 La borne 87 du relai doit être connectée à la borne positive de l’électrolyseur.
 La borne négative de l’électrolyseur doit être branchée à la masse.
 La borne 85 du relai doit être reliée avec la masse.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


25
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 La borne 86 du relai doit être branchée à une source de tension positive uniquement
lorsque le moteur tourne. Cette source doit remplir 3 conditions :
-Quand le contact est off, le multimètre doit afficher 0 volt.
-Quand le contact est enclenché à fond mais que le moteur ne tourne pas, le
multimètre doit afficher 0 volt.
-Quand le moteur tourne, le multimètre doit afficher 12 volts.

D’autres appareils peuvent aussi être installés comme un interrupteur dans le cas où le
conducteur ne veut pas utiliser le système ou un ampèremètre permettant de contrôler la
quantité de gaz produit.

Figure 21: Branchement électrique du générateur HHO [9]

II.2.2. BRANCHEMENT DANS L’ADMISSION D’AIR [8]


Le gaz HHO doit être aspiré avec l’air pendant l’admission. Il faut donc faire un trou sur la
conduite d’air afin que le gaz puisse se mélanger avec l’air. La position de ce trou doit être le
plus près possible du collecteur d’admission et se trouve après le filtre à air. Pour les voitures
possédant un débitmètre, le trou est effectué après ce dernier et pour celles munies de turbo, il
est situé avant le turbo pour assurer une aspiration maximale.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


26
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Figure 22: Branchement dans le conduit d'admission [W9]

II.3. PRINCIPES

Figure 23: fonctionnement du système HHO [9]

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


27
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

L’eau dans le réservoir s’écoule dans le générateur HHO grâce à la gravité. Quand le moteur
tourne, le relai fait passer le courant provenant de la batterie vers l’électrolyseur et le circuit
électrique est fermé. L’eau est alors électrolysée en formant de l’hydrogène et de l’oxygène. Ce
mélange de gaz retourne dans le réservoir puis passe dans le bulleur pour être purifié. Il se
mélange ensuite avec l’air dans le conduit d’admission.

Comme la vitesse de propagation de flamme de l’hydrogène est plus rapide que celle de
l’essence ou du gazole, lors de la combustion du mélange air-carburant-HHO, la flamme va se
propager plus vite. Cela engendre une combustion plus efficace et complète du carburant. Le
gaz HHO sert donc à enrichir le carburant et non à le remplacer.

Ainsi, la quantité de HHO nécessaire à produire par minute est égale au quart de la cylindrée
du moteur. Cette quantité de HHO dépend de l’intensité du courant qui varie en fonction de la
concentration de l’électrolyte dans le réservoir. Lors de l’ajout de l’électrolyte, il faut donc
vérifier l’intensité du courant. [8]

Pour un kit HHO DC 2000 de type dry cell avec 19 plaques sous une tension de 12V utilisant
comme électrolyte de la potasse, le tableau suivant indique l’intensité du courant à respecter
selon la cylindrée du moteur :

Cylindrée HHO (litre/min) Plage d’intensité


(cc) (A)
1 600 0,4 5,5 à 6,5
1 800 0,45 6,5 à 7,5
2 000 0,5 7à8
2 200 0,55 7,5 à 9
2 400 0,6 8 à 10
Tableau 1: L'intensité du courant et la quantité de HHO à produire selon la cylindrée du
moteur pour un kit HHO DC2000 [8]
Ce tableau sert à doser la quantité d’électrolyte à ajouter dans le réservoir pour permettre la
production suffisante de gaz HHO pour un moteur en fonction de sa cylindrée. Les étapes à
suivre pour cela se réalisent comme suit : il faut ajouter en petite quantité l’électrolyte dans le
réservoir puis démarrer l’électrolyseur et mesurer l’intensité du courant qui le traverse ; répéter
ces opérations jusqu’à ce que l’intensité atteigne la valeur minimale inscrite dans le tableau.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


28
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Pour cette valeur minimale, la quantité de gaz HHO qui va être produite est déjà suffisante pour
enrichir correctement le carburant. A ce stade, le système HHO est prêt à l’emploi.

Quand l’électrolyseur est en marche, la température de l’eau augmente ce qui provoque un


accroissement de la conductivité électrique dans l’électrolyseur.

De plus, comme le volume d’eau diminue au fil du temps, la concentration de l’électrolyte va


augmenter. Ces deux facteurs entrainent l’augmentation de l’intensité. Il est alors préférable de
ne pas dépasser l’intensité maximale dans le tableau ci-dessus et d’ajouter de l’eau dans le
réservoir. Au-delà de la valeur maximale, il y a un risque de surchauffe de l’électrolyseur qui
peut entraîner la détérioration de ces composants.

II.4. AVANTAGES ET INCONVENIENTS


II.4.1. Les avantages [10]
L’utilisation d’un générateur HHO dans un moteur à combustion interne présente 4 avantages
majeurs :

 L’augmentation du couple moteur et de la puissance effective


 La diminution de la consommation spécifique de carburant
 La réduction des émissions de carburant imbrûlé et de monoxyde de carbone à
l’échappement
 Les cylindres et le conduit d’échappement deviennent plus propres

En effet, voici les résultats obtenus lors des essais menés par Ibrahim Mohamed Ahmed Ibrahim
Fadul dans son mémoire dont les caractéristiques du moteur et du générateur sont les suivants :
Moteur : Ford Cortina à essence 4 temps
Nombre de cylindres : 4
Alésage : 80,72 mm
Course : 77,62 mm
Cylindrée équivalente : 1559 cm3
Taux de compression : 9,8:1
Electrolyseur utilisé : dry cell en acier inoxydable
Dimensions des plaques : 200 x 160 x 0,8 mm
Tension : 12 V

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


29
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Résultats :
Régime (tr/mn) 1350 1500 1750 2000 2250 2500
Consommation spécifique
effective sans HHO 0,199 0,197 0,188 0,216 0,436 1,46
(g/kW.s)
Consommation spécifique
effective avec HHO 0,178 0,177 0,166 0,183 0,348 1,08
(g/kW.s)

Tableau 2 : La consommation spécifique effective du moteur avec et sans HHO en


fonction du régime [8]

Figure 24 : Courbe de la consommation spécifique effective avec et sans HHO en fonction


du régime [8]
Evaluation du débit massique de carburant brulé en plus grâce à l’utilisation du gaz HHO :

Pour un régime de 2000 tr/mn :

Consommation spécifique effective sans HHO : 𝑐𝑠𝑒 = 2,16.10-4 kg/kW.s

Consommation spécifique effective avec HHO : 𝑐𝑠𝑒 ′ = 1,83.10-4 kg/kW.s

Avec un rendement effectif 𝜂𝑒 = 35% et une consommation horaire consO = 1,22g/s

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


30
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

Calcul sans HHO :

 Puissance effective 𝑃𝑒

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑂
Puisque 𝑐𝑠𝑒 = 𝑃𝑒

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑂
On a 𝑃𝑒 = 𝐶𝑠𝑒

1,22
𝑃𝑒 = = 5,648 𝑘𝑊
0,216

 Puissance calorifique 𝑃𝑐𝑎𝑙

𝑃𝑒
𝑃𝑐𝑎𝑙 =
𝜂𝑒

5,648
𝑃𝑐𝑎𝑙 = = 16,137 𝑘𝑊
0,35

Calcul avec HHO :

 Puissance effective : 𝑃𝑒 ′

𝑐𝑜𝑛𝑠𝑂
𝑃𝑒 ′ =
𝐶𝑠𝑒 ′

1,22
𝑃𝑒′ = = 6,666 𝑘𝑊
0,183

 Puissance calorifique : 𝑃𝑐𝑎𝑙 ′

𝑃𝑒 ′
𝑃𝑐𝑎𝑙 ′ =
𝜂𝑒

6,666
𝑃𝑐𝑎𝑙 ′ = = 19,047 𝑘𝑊
0,35

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


31
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 Puissance provenant du gaz HHO : 𝑃𝐻𝐻𝑂

Comme cette puissance provient de la combustion de l’hydrogène, elle s’exprime par :

𝑃𝐻𝐻𝑂 = 𝑚𝐻2 × 𝐼𝐻2

Avec 𝐼𝐻2 : le pouvoir calorifique de l’hydrogène (𝐼𝐻2 = 1212200 𝐽/𝑔)

𝑚𝐻2 : le débit massique de dihydrogène admis

Etant donné que la quantité de gaz HHO produite par minute est égale au quart de la cylindrée
du moteur

𝑉
𝑉𝐻𝐻𝑂 =
4

1,559
𝑉𝐻𝐻𝑂 = = 0,389 𝑙𝑖𝑡𝑟ⅇ/𝑚𝑛
4

Comme la composition en volume du gaz HHO est de : 66,66% 𝑑ⅇ 𝐻2 ⅇ𝑡 33,34% 𝑑ⅇ 𝑂2

66,66 × 𝑉𝐻𝐻𝑂
𝑉𝐻2 =
100

66,66 × 0,389
𝑉𝐻2 = = 0,259 𝑙𝑖𝑡𝑟ⅇ/𝑚𝑛
100

Le débit massique de dihydrogène admis est donc :

𝑉𝐻2 × 𝑀𝐻2
𝑚𝐻2 =
𝑉𝑚

Avec 𝑀𝐻2 : la masse molaire de l’hydrogène (𝑀𝐻2 = 2𝑔/𝑚𝑜𝑙)

𝑉𝑚 : 𝑣𝑜𝑙𝑢𝑚ⅇ 𝑚𝑜𝑙𝑎𝑖𝑟ⅇ (𝑉𝑚 = 24 𝑙𝑖𝑡𝑟ⅇ𝑠/𝑚𝑜𝑙 à 𝑇 = 25°𝐶 ⅇ𝑡 𝑃 = 105 𝑃𝑎)

0,259 × 2
𝑚𝐻2 = = 0,021𝑔/𝑚𝑛
24

0,021 × 1212200
𝑃𝐻𝐻𝑂 = = 436,572 𝑊
60

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


32
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 La puissance provenant de la combustion du carburant : 𝑃𝑐𝑎𝑟


𝑃𝑐𝑎𝑟 = 𝑃𝑐𝑎𝑙 − 𝑃𝐻𝐻𝑂

𝑃𝑐𝑎𝑟 = 19,047 − 0,437 = 18,610 𝑘𝑊

Le débit massique de carburant brulé en plus grâce à l’ajout du gaz HHO : 𝒎

𝑃𝑐𝑎𝑟 − 𝑃𝑐𝑎𝑙
𝑚=
𝐼𝑒𝑠𝑠

Avec 𝐼𝑒𝑠𝑠 : le pouvoir calorifique de l’essence (𝐼𝑒𝑠𝑠 = 44000 𝐽/𝑔)

(18,610 − 16,137) × 103


𝑚=
44000

𝑚 = 0,056 𝑔/𝑠

II.4.2. Les inconvénients


 L’augmentation de l’émission de dioxyde d’azote [10]

Etant donné que la température de combustion s’élève à cause de l’ajout du gaz HHO, le nombre
de molécules de diazote présentes dans l’air qui vont réagir avec le dioxygène va augmenter.
Ainsi la quantité d’oxydes d’azote 𝑁𝑂𝑋 va s’accroître. Ces gaz sont à effet de serre et
contribuent aussi aux phénomènes de formation des pluies acides.

 Besoin d’espace pour mettre en place le système [9]

L’utilisation du système dans un véhicule nécessite de l’espace pour son emplacement. En effet,
le mettre dans l’habitacle pourrait s’avérer dangereux en cas de fuite de gaz. L’emplacement
idéal se trouve dans le compartiment moteur mais il doit être situé loin des sources de chaleur.
Il est donc préférable de le mettre entre la calandre et le radiateur pour permettre le
refroidissement de l’électrolyseur.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


33
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

 Des modifications supplémentaires pour les voitures modernes [8]

La présence de l’unité de commande électronique ou ECU ainsi que des divers capteurs comme
la sonde lambda permettant de réguler la combustion dans le moteur peut altérer les effets de
l’utilisation du générateur HHO.

L’ECU contrôle la quantité de carburant injectée dans chaque cycle moteur par cylindre. Il peut
également gérer le calage de l’allumage, le calage variable des soupapes, la pression à la sortie
du turbocompresseur, et d'autres périphériques du moteur. Il construit une base de données en
fonction des conditions de conduite quotidienne. Donc, après toute modification effectuée dans
la voiture, il faut effacer les anciennes données de la mémoire en réinitialisant l’ECU pour une
performance optimale.

La sonde lambda ou sonde à oxygène est un dispositif qui permet de mesurer la quantité
d’oxygène dans les gaz d’échappement et fournit le signal à l’ECU pour qu’elle fasse les
corrections nécessaires au niveau du mélange air-carburant. L’ECU va ainsi donner l’ordre
d’augmenter la quantité du carburant injecté mais si elle détecte un manque d’oxygène, l’ECU
va donner l’ordre de diminuer la quantité du carburant injecté. Etant donné que les gaz à
l’échappement ne sont plus les mêmes avec la présence du gaz HHO, les calculs de l’ECU
seront faux et il n’y aura pas de baisse de la consommation spécifique. Il faut en conséquent
mettre un rehausseur à la sonde lambda.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


34
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

CONCLUSION
Parmi les diverses méthodes de production d’hydrogène, l’électrolyse de l’eau est la plus
adéquate pour être utilisée dans un véhicule. La technologie la plus appropriée est
l’électrolyseur de type dry cell c’est-à-dire une cellule sèche formée de plaques bipolaires
utilisant des électrolytes basiques comme la potasse ou la soude. La raison de cela est le fait
que les matériels nécessaires à la fabrication de l’électrolyseur sont facilement accessibles.

Durant l’électrolyse de l’eau, deux gaz sont produits à savoir l’hydrogène et l’oxygène.
Dans la technologie dry cell, ces deux gaz ne sont pas séparés d’où son appellation générateur
HHO. Pour faire fonctionner le générateur, il est crucial d’effectuer les branchements
électriques et le branchement dans l’admission d’air correctement afin d’éviter tout risque
d’incendie.

Le principe de fonctionnement du système HHO est simple : l’eau du réservoir contenant


l’électrolyte est séparée en hydrogène et oxygène dans le générateur, puis ce mélange revient
dans le réservoir et passe dans le bulleur pour être purifié, enfin il est envoyé dans le moteur à
combustion interne à travers l’admission d’air.

La présence du gaz HHO va enrichir le carburant en rendant sa combustion plus complète


grâce à la vitesse de propagation de flamme plus importante de l’hydrogène. Par conséquent, il
y a accroissement du couple moteur, diminution de la consommation spécifique de carburant
du moteur, réduction des émissions de carburant imbrûlé ainsi que du monoxyde de carbone à
l’échappement.

Cependant, le système HHO présente des imperfections. Il est donc nécessaire


d’approfondir l’étude pour contrôler les émissions toxiques éventuelles comme les oxydes
d’azote.

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


35
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES
[1] Cours de Chimie Générale 2 Oxydoréduction année universitaire 2016
Madame ELISOAMIADANA Philippine

[2] Etude de faisabilité d’une unité de production d’hydrogène par électrolyse de l’eau
fonctionnant grâce à une centrale électro-solaire thermodynamique
M. Mbaye SECK et M. Moussa DIOP

[3] Réalisation d’un générateur d’hydrogène


MEHDAOUI Younes et KABOUCH Mohamed

[4] Etude de la production d’hydrogène par électrolyse et pile à combustible


Mounir SAHLI

[5] Mémento de l'hydrogène fiche 3.2.1 Production d’hydrogène par électrolyse de l’eau
Association Française pour l’Hydrogène et Pile à Combustible

[6] Etude comparative des règlementations, guides et normes concernant les électrolyseurs et
le stockage d’hydrogène
INERIS (Institut National de l’Environnement industriel et des Risque)

[7] Using HHO Gas to reduce fuel consumption and emissions in internal combustion engines
Ibrahim Mohamed Ahmed Ibrahim Fadul

[8] DC2000 – Notice d’installation, Kit Hydrogène HHO

[9] Conseils Pour L'installation D'un Générateur HHO Type Dry Cell
H80_H100_H130_H160
[10] Design and Applications of Hydroxy (HHO) System
Ali Can YILMAZ

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


VI
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un MCI

WEBOGRAPHIE
[W1] WIKIPEDIA

[W2] https://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/archives-th12/archives-
operations-unitaires-genie-de-la-reaction-chimique-tiajb/archive-1/hydrogene-par-electrolyse-
de-l-eau-j6366/conception-des-appareils-industriels-j6366niv10004.html

[W3] https://www.generateurhho.com/conseils-technique-truc-astuces/de-quoi-se-compose-
un-kit

[W4] https://www.generateurhho.com/conseils-technique-truc-astuces/a-quoi-sert-le-bulleur-
sur-une-installation-hho-economiseur-de-carburant

[W5] https://www.generateurhho.com/laboutique /en/bulleurs/16-double-bulleur-diamètre-


40.html

[W6] https://www.generateurhho.com/conseils-technique-truc-astuces/a-quoi-sert-le-relai-sur-
une-installation-hho

[W7] https://www.generateurhho.com/laboutique/fr/tuyaux/21-tuyau-souple-transparent-pvc-
cristal.html

[W8] https://www.generateurhho.com/laboutique/fr/accessoires/40-anti-retour-clapet-arrete-
flamme.html

[W9] http://leblogdedany8.over-blog.net/article-realisation-perso-76834537.html

AINANOMENJANAHARY JOSOA KOLOINA


VII
RAKOTOARIVELO GAËTAN ANTONIO
Nom et prénoms: AINANOMENJANAHARY RAKOTOARIVELO
Josoa Koloina Gaëtan Antonio
Adresse: Lot AB 351 Ter/II Lot IVJ 109 bis
Ambodirano Ambohimamory Ambohimanarina
Adresse email: josoakol@gmail.com antoniogaetan.rak@gmail.com
Téléphone: 033 09 103 58 033 12 890 29
Titre : Contribution à l’étude de la production d’hydrogène en vue d’une utilisation dans un
moteur à combustion interne
Nombre de pages: 35
Nombre de figures: 24
RÉSUMÉ
Le but de ce mémoire est de contribuer à l’étude de l’utilisation de l’hydrogène dans un moteur
à combustion interne pour enrichir le carburant. Pour cela, du gaz HHO, qui est un mélange
d’hydrogène et d’oxygène résultant de l’électrolyse de l’eau, est introduit dans le cylindre du
moteur via l’admission d’air pour rendre la combustion du carburant plus complète. La
production du gaz HHO se déroule à bord du véhicule. De cette méthode d’enrichissement
résultent un accroissement du couple moteur et de la puissance effective du moteur. Il y a aussi
réduction des émissions de monoxyde de carbone et de carburant imbrulé. Toutefois, l’étude de
ce procédé a besoin d’être plus approfondie afin de réduire les imperfections.

Mots clés : hydrogène, électrolyse, générateur HHO, moteur à combustion interne

ABSTRACT
The aim of this thesis is to contribute to the study of hydrogen’s use in an internal combustion
engine for enriching fuel. For that, the HHO gas, which is a mixture of hydrogen and oxygen
resulting from the water electrolysis, is introduced in the cylinder of the engine by the air intake
for making the fuel’s combustion more complete. The gas HHO’s production happens on the
vehicle. By this method of enrichment result an increase of the engine torque and the brake
power, emission of monoxide carbon and fuel unburnt are also reduced. However, the study of
this process needs to be deepened to diminish the imperfections.

Keys words: hydrogen, electrolysis, HHO generator, internal combustion engine.