Vous êtes sur la page 1sur 19

Résidanat QCM Cardiologie

[1]

Un homme de 65 ans, hypertendu ancien, présente brutalement une violente douleur


thoracique antérieure Lors de son hospitalisation, la douleur demeure très intense. Elle
sest déplacée dans la région scapulaire et le dos.

L’auscultation thoracique et l’électrocardiogramme sont normaux. Quel diagnostic


évoquer en priorité?

A - Péricardite aiguê

B - Pneumothorax spontané

C - Infarctus du myocarde

D - Pancréatite aiguê

E - Dissection aortique

[2]

Quelle est la donnée hémodynamique qui permet dapprécier l’importance dune


insuffisance aortique?

A - Elévation de la pression auriculaire droite

B - Abaissement de la pression diastolique aortique

C - Abaissement de la pression systolique de l’artère pulmonaire

D - Egalisation des pressions systoliques gauches et droites

E - Inégalité des pressions systoliques entre membres inférieurs et membres supérieurs

[3]
Voici cinq propositions concernant l’angor d’effort. L’une d’elle est erronée désignez-la.
Dans l’angor d’effort:

A - Une sensation de blocage de la respiration peut remplacer la douleur constrictive

B - Une brûlure thoracique peut remplacer la douleur constrictive

C - La douleur survient plus volontiers en période postprandiale

D - La douleur est souvent accompagnée de palpitations

E - La fin de la crise douloureuse est parfois marquée par des éructations

[4]

Au cours de l’hyperaldostéronisme primaire, on note

A - Une augmentation de l’activité rénine et une augmentation de l’aldostéronémie

B - Une augmentation de l’activité rénine et une diminution de l’aldostéronémie

C - Une diminution de l’activité rénine et une diminution de l’aldostéronémie

D - Unediminution de l’activité rénine et une augmentation de l’aldostéronémie

E - Il n’y a pas de modification de ces deux paramètres

[5]

L’infarctus sous-endocardique est caractérisé à la phase aigué par tous les éléments


suivants, sauf un. Lequel ?

A - Atteinte ventriculaire gauche non transmurale

B - Elévation enzymatique constante

C - Apparition constante d’onde Q, significatives sur l’ECG

D - Lésion sous-endocardique isolée sur l’ECG

E - Douleur constrictive médiothoracique prolongée


 

[6]

Quelle est la dose de xylocaïne à injecter par voie intramusculaire habituellement


préconisée pour la prévention de la fibrillation ventriculaire primaire au stade aigu de
l’infarctus du myocarde chez un adulte de poids moyen?

A - 50 mg

B - 100 mg

C - 300 mg

D - 500 mg

E - 1000 mg

[7]

L'hypertrophie auriculaire gauche se traduit à la radiographie thoracique ou à l’E.C.G


par tous les signes suivants sauf un, lequel ?

A - Durée de l’onde P supérieure à 10 seconde

B - Saillie de l’arc moyen gauche sur le cliché thoracique pris de face

C - Refoulement en arrière de l’oesophage baryté sur le cliché thoracique pris en


oblique antérieure gauche

D - Double contour au niveau de l’arc inférieur droit sur le cliché thoracique pris de face

E - Aspect diphasique avec négativité prolongée de l’onde P en Vi

[8]

Parmi les médicaments ciaprès, lequel n’est pas un inhibiteur spécifique de l’entrée du


calcium dans la cellule cardiaque?

A - La nifédipine (Adalate®)

B - Le vérapamil (lsoptine®)
C - Le diltiazem (Tildiem®)

D - Le diazoxide (Hyperstat®)

E - Le bépridil (Cordium®)

[9]

Un infarctus du myocarde récent dont les signes de nécrose siègent dans les dérivations


D2 D3 VF Vi V2 V3 est un infarctus

A - Antéroseptal

B - Antérieur étendu

C - Postéro-latéral

D - Antéro-latéral

E - Septal profond

[10]

Le carotidogramme d’un rétrécissement aortique orificiel pur, sans


insuffisance cardiaque, est caractéristique par l’existence d’une des anomalies suivantes.
Laquelle?

A - Hauteur de l’ascension anormalement élevée

B - Hauteur de l’ascension anormalement basse

C - Temps de demi-ascension supérieur à 3/100 de sec

D - Temps de demi-ascension supérieur à 5/100 de sec

E - Aspect de la courbe en double sommet

[11]
Dans la liste suivante, quelle est la cause la plus fréquente de rupture d’un pilier de la
valve mitrale?

A - Traumatisme du thorax

B - Cardiomyopathie

C - Infarctus du myocarde aigu

D - Endocardite bactérienne

E - Dégénérative

[12]

Quel est le signe clinique déterminant pour suspecter le diagnostic de coarctation de


l’aorte?

A - Pouls fémoraux mal perçus

B - Essoufflement à l’effort

C - Hypertension artérielle aux membres supérieurs

D - Différence de pulsabilité artérielle entre artère radiale et artère fémorale

E - Cyanose des extrémités

[13]

Parmi les propositions suivantes concernant la digoxine, désignez la réponse fausse

A - La digoxine augmente le tonus vagal au niveau du coeur

B - Favorise l’accumulation intracellulaire du potassium

C - Favorise l’accumulation intracellulaire du sodium

D - Favorise l’accumulation intracellulaire du calcium ionisé

E - Inhibe I’ATP ase NK+, K+ dépendante


 

[14]

Après un infarctus du myocarde, une réponse anormale à l’effort est possible dans


les circonstances suivantes (citez la(les) proposition(s) qui vous semblent correcte(s))

1 - Une atteinte de deux artères coronaires

2 - Une atteinte de trois artères coronaires

3 - Une zone ventriculaire akinétique

4 - Une zone ventriculaire dyskinétique

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

[15]

Le(s) symptôme(s) suivant(s) est (sont) en faveur d’un ulcère de jambe de cause


artérielle

1 - Douleurs de décubitus

2 - Fond escarrotique

3 - Mise à nu des tendons

4 - Indolence à l’exploration de l’ulcère avec un stylet

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

[16]

Indiquez parmi les techniques suivantes celle(s) qui, au cours du bilan de varices des
membres inférieurs, permet(tent) d’explorer la perméabilité des troncs veineux
profonds

A - Manoeuvre des garrots étagés

B - Doppler veineux
C - Marche avec un garrot peu serré à la racine de la cuisse

D - Angioscintigraphie isotopique

E - Rhéopléthysmographie

[17]

L’action de la digoxine administrée par voie orale peut être modifiée par:

A - Une hypokaliémie

B - Une hypercalcémie

C - Une insuffisance rénale

D - Un traitement par le clofibrate (Lipavlon®)

E - Un traitement par la quinidine

[18]

Une insuffisance ventriculaire gauche peut compliquer

A - L’insuffisance aortique rhumatismale

B - Le rétrécissement mitral rhumatismal

C - L’insuffisance mitrale oslérienne

D - La bronchopneumopathie chronique obstructive

E - La myocardiopathie obstructive

[19]

Le souffle d’insuffisance mitrale

1 - Siège à la pointe et irradie habituellement vers l’aisselle


2 - Débute habituellement dès le premier bruit

3 - Peut être suivi d’un troisième bruit protodiastolique

4 - A une intensité maxima en mésosystole

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

[20]

Le souffle d’insuffisance aortique

1 - Est diastolique

2 - Débute dès le deuxième bruit

3 - Peut s’accompagner d’un roulement télédiastiolique de pointe

4 - Est toujours organique

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

[21]

La revascularisation coronarienne par pontage entre l’aorte et l’artère interventriculaire


antérieure est indiquée en cas de sténose serrée de

A - L’artère coronaire droite

B - L’artère circonflexe

C - L’artère marginale du bord gauche

D - Le tronc de l’artère coronaire gauche

E - L’artère interventriculaire postérieure

[22]
A quelle catégorie d’antiarythmiques selon la classification de Vaughan Williams
appartient l’amiodarone (Cordarone®)?

A - la

B - lb

C - Il

D - III

E - IV

[23]

Chez un patient décrivant des syncopes spontanées à l’emporte pièce, quel


examen complémentaire doit être demandé en priorité lorsque l’électrocardiogramme
standard est normal?

A - Enregistrement ECG continu (Holter)

B - Exploration endo-cavitaire

C - ECG d’effort

D - Echocardiogramme

E - Doppler des vaisseaux cervicaux

[24]

Indiquez, parmi les examens suivants, le plus précis pour apprécier le diamètre réel


d’un anévrisme de l’aorte abdominale

A - Radiographies d’abdomen de face sans préparation

B - Aortographie trans-lombaire

C - Vélocimétrie Doppler

D - Angiographie numérisée
E - Echotomographie abdominale

[25]

Tous les signes suivants sont très évocateurs de tamponnade cardiaque sauf un, lequel?

A - Turgescence des veines jugulaires

B - Silhouette cardiaque peu mobile en scopie

C - Signes d’oedème pulmonaire

D - Diminution inspiratoire de la pression artérielle systolique

E - Pouls paradoxal

[26]

Un infarctus myocardique juvénile à 35 ans est une complication dune

A - Hypertriglyceridémie endogène majeure

B - Hypercholestérolémie essentielle majeure

C - Hypertriglyceridémie exogène majeure

D - Hyperalphalipoprotéinémie

E - Hypobêtalipoprotéinémie

[27]

Parmi les cinq situations suivantes, laquelle (lesquelles) vous paraisse(nt) une


indication formelle à opérer un rétrécissement aortique calcifié?

A - La survenue d une syncope d’effort

B - La survenue d’une hémoptysie

C - Le calcul d’un indice de Sokolow à 45


D - L’apparition d-une fibrillation auriculaire

E - L’intensité du souffle systolique

[28]

L’hépatomégalie de l’insuffisance cardiaque droite est:

A - Dure avec surface irrégulière

B - Lisse et douloureuse à la palpation

C - Totalement indolore à la palpation

D - Généralement associée à une vésicule palpable

E - Parfois expansive à la systole

[29]

Le flutter auriculaire est un trouble du rythme

A - Qui peut s’observer dans l’évolution des cardiopathies ischémiques

B - Qui peut s’observer dans l’évolution d’une cardiothyréose

C - Qui peut entraîner des embolies systémiques

D - Qui peut déclencher la survenue d’une insuffisance cardiaque

E - Qui peut être dégradé par la prescription de digitaliques

[30]

Au cours du rétrécissement mitral pur, la saillie et l’allongement de l’arc moyen gauche à


la radio sont dues à

A - La dilatation du tronc de l’artère pulmonaire

B - La dilatation de la crosse de l’aorte


C - La réduction du volume ventriculaire gauche avec abaissement consécutif du point

D - La stase veineuse dans le hile gauche

E - La dilatation de l’auricule gauche

[31]

Parmi les effets suivants, quel(s) est(sont) celui(ceux) que Ion peut observer


sous influence de la dihydralazine (Népressol®)

1 - Inhibition de l’enzyme de conversion

2 - Tachycardie

3 - Agueusie

4 - Vasodilatation artériolaire.

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

[32]

Parmi les propriétés suivantes laquelle (lesquelles) est (sont) impliquée(s) dans


l’action antiangineuse des antagonistes calciques (type nifédipine Adalate®):

1 - Diminution de la fréquence cardiaque

2 - Diminution de la précharge

3 - Protection du coeur vis à-vis des décharges de catécholamines

4 - Vasodilatation coronaire

Compléments corrects : 1,2,3A 1,3B 2,4=C 4=D 1,2,3,4E

 
Réposes : 

[1]

:A

[2]

:C

[3]

:B

[4]

:D

[5]

:C

Lischémie aiguê artérielle est une complication classique du rétrécissement mitral.


Son mécanisme est rembolie à partir d’un thrombus auriculaire gauche ; thrombus
favorisé par la stase sanguine à l’occasion du passage en arythmie.

Dans ce cas-ci, la conduite à tenir est la désobstruction en urgence : la sonde de


Fogarty est idéale sur ce terrain à artères saines.

Le traitement héparinique à dose efficace est systématiquement prescrit. Dans un


second temps, il faudra réduire le trouble du rythme puis faire le bilan
du rétrécissement mitral (estimation de la surface mitrale à lécho-dopper continu).

[6]

:D
 

[7]

:BD

[8]

:D

[9]

:ABDE

[10]

:D

Se voit dans l’infarctus du myocarde. La prolapsus de la valve mitrale est une affection


fréquente (4 à 6 % de la population) surtout chez la femme souvent asymptomatique.
Les signes fonctionnels se résument à des précordialgies atypiques, une asthénie, une
dyspnée des palpitations. L’auscultation retrouve typiquement un
click mésotélésystolique suivi d’un souffle, parfois un click isolé, un souffle
télésystolique isolé dont la chronologie peut être précisée au phonogramme. L’ECG
peut montrer des anomalies de la repolarisation (T négatives, sous décalage ST)
variables d’un ECG à l’autre.

L’échographie fait le diagnostic avec en bidimensionnel un bombement d’un ou des


deux feuillets de la valve vers l’oreillette en systole des valves épaisses d’aspect myxoïde
et en TM un aspect en hamac ou en louche.

Les troubles du rythme ventriculaires et auriculaires sont fréquents.

Le traitement est rarement nécessaire comme dans ce casci. On a décrit cependant


des extrasystolies ventriculaires graves avec morts subites. L’endocardite bactérienne
est également peu fréquente ; la prophylaxie n’est pas systématique mais souhaitable en
cas de souffle Les accidents ischémiques artériels transitoires ou constitués sont
retrouvés dans 3 % des cas ; un mécanisme fibrilla-plaquettaire est incriminé.

Les autres complications sont l’insuffisance mitrale par aggravation du prolapsus


ou rupture de cordage. Les complications en regard de la fréquence du prolapsus
sont cependant rares et le prolapsus de la valve mitrale peut être considéré comme une
affection bénigne dans l’immense majorité des cas.

[11]

:D

[12]

:DE

QRS> 0,12s; rSr en Vi; axe du QRS à-600.

[13]

:D

[14]

:CE

[15]

:D

Un interrogatoire précis et soigneux est la première étape du diagnostic étiologique


d’une syncope.

L’association ici d’un bloc bifasciculaire (BBD + HBAC) et de syncope à


l’emportepièce typique oriente vers un syndrome d’Adams Stockes. L’indication d’un
pace maker sentinelle se pose alors, parfois précédée d’une exploration endocavitaire si
le doute persiste quant à la séméiologie de la syncope.

On y recherchera : un dédoublement de H ; un HV supérieur à l’état de base à 70 ms ou


une réponse positive à l’ajmaline (HV>100 ms ou apparition d’un BAV Il ou III). Une
cardiopathie sous jacente doit être recherchée devant des anomalies de conduction,
dans ce cas-ci il  s’agit vraisemblablement d’une maladie de Lenègre en raison de l’âge
du patient.
 

[16]

:E

Bloc de branche droit: QRS à O,i3s avec rSr en V1V2. Hémi-bloc antérieur gauche : axe
de QRS à -60° avec QD1 SQ3.

[17]

:C

[18]

:C

[19]

:ABC

[20]

:D

Les blocs de branche bifasciculaires ne contreindiquent pas la Cordarone®,


la Digoxine® ni le Tildiem®, mais l’association des trois doit être évitée. Le trouble
étant ici bien toléré avec échappement haut situé on peut se contenter d’une surveillance
sous scope après arrêt des médicaments bradycardisants.

A plus longue terme, si une association potentiellement bradycardisante


est indispensable, un pace maker définitif pourra être proposé.

[21]

:CD

La tuberculose est l’étiologie la plus fréquente.


[22]

Elle permet de différencier ce tableau d’une cirrhose décompensée.

[23]

:A

La constriction prédomine sur les cavités droites.

[24]

: A B C E 

Le tableau hémodynamique retrouve une égalisation des pressions diastolique


de l’oreillette droite à l’artère pulmonaire, significative si supérieure au tiers de
la systolique du VD, avec aspect de dip plateau.

[25]

:C

En attendant la chirurgie, on mettra en route le traitement de l’insuffisance cardiaque.


On recherchera une tuberculose (crachats, ponction pleurale, examen
anatomopathologique du péricarde) et on mettra en route un traitement aussi
tuberculeux.

[26]

:A

[27]

:D

Elle recherche des lésions bilatérales. Elle permet le bilan dextension de la thrombose et


apprécie le risque emboligène (vacuité de la veine cave).

[28]

:D
 

[29]

:B

En cas d’atteinte des gros troncs veineux (veine iliaque, veine cave) un traitement


fibrinolytique peut être entrepris en rabsence de contre-indication et si la phlébite est
vue suffisamment tôt. Ce traitement ne diminue pas le risque d’embolie pulmonaire
mais semblerait diminuer les séquelles post-phlébitiques.

[30]

:A

Dans la myocardiopathie hypertrophique le souffle est de localisation mésocardiaque.

[31]

:ABCE

B - Est le témoin du caractère serré du rétrécissement aortique

E - Claquement d’ouverture de l’appareil valvulaire.

[32]

:ADE

C - Les calcifications aortiques sont situées au niveau du point G avec un mouvement


vertical

D - Lésion de jet du rétrécissement aortique.

Voir les commentaires