Vous êtes sur la page 1sur 35

Rencontres Innovation

Bulletin de veille

Emballages intelligents :
découvrir les fonctionnalités
de demain
30 septembre 2008

Les Rencontres Innovations proposées par les Chambres de Commerce


et d’Industrie d’Alsace, sont co-financées par le Conseil Régional d’Alsace,
la DRIRE Alsace et réalisées avec le concours de l’ADIT.
Sommaire
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 - 30/09/2008

Emballages intelligents
- Qu'est-ce qu'un emballage intelligent ?
- L'université 'Dublin City University' met au point un nouvel emballage intelligent
- Chaîne du froid : l'emballage devient intelligent
- RipeSense dans les rayons français
- UPM lance un indicateur de fraîcheur
- BreakPoint de Cryolog
- Impression d'étiquettes intelligentes en polymères conducteurs

Emballages actifs : interactions contenus-contenants


- Quand l'emballage devient actif...
- L'emballage actif participe au succès de Charal Snack
- Des blisters actifs pour la pharmaceutique
- DiamondClear 100, un nouvel absorbeur d'oxygène pour polymères
- Un nouveau type d'absorbeur d'oxygène pour l'emballage
- Cloche saveur Président
- Un emballage qui allonge la conservation des légumes
- Vitagora travaille sur les emballages actifs

Emballages et développement durable


- Et les questions environnementales...
- Grenelle de l'Environnement : quel avenir pour les déchets ?
- Performances accrues pour les bioplastiques
- Les "nouilles écologiques"
- Complas packaging, l'atout environnement
- Fabrication de cartons imperméables à partir de la bagasse
- Une emballage biodégradable en algue
- Nouveaux colorants biodégradables : additifs pour plastique
- De la pulpe de betterave pour opacifier le papier
- Plantic et son film hydrosoluble issu d'amidon de maïs bientôt en Europe ?
- Budelpack se développe dans l'hydrosoluble
- Monosol, leader mondial des films hydrosolubles
- Sachets : leurs matériaux se mettent au vert de l'environnement

Aspects psycho-sensoriels des emballages


- Communiquer par les sens
- L'emballage sensoriel de la glace confiserie de Magnum
- Un packaging innovant et de rupture chez Yoplait pour Dizzy
- Le design packaging pour femmes explose aux Etats-Unis
- Fortant White Merlot obtient l'Oscar de l'Emballage
- Tetra Pak annonce de nouveaux emballages en 2008 avec un fort impact sensoriel
- Une emballage visuel pour une prothèse auditive
- Ouverture d'une matériauthèque sensorielle début 2008
- Sensotact, un référentiel tactile
- Plastipolis labellise le projet Plastiglass

Emballages, traçabilité et contre-façon


- Suivre la trace vos produits
- Pas de réglementation européenne de la RFID
- Première étiquette sécurisée intelligente

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain Sommaire


Sommaire
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 - 30/09/2008

- Allô, un emballage vous "parle"


- Une étiquette électronique dans un bouchon
- Des enveloppes à "puces"
- SATO lance le DIP
- Un centre technique pour la RFID
- Un centre national de référence pour la RFID
- Obtention de transistors faits à partir de papier
- Les nanotechnologies au service de la lutte contre la contrefaçon
- ATS, une solution pour lutter contre la contrefaçon
- Tendances : Des solutions anti-contrefaçon

Des acteurs en réseau


-

Pour en savoir plus...


-

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain Sommaire


Emballages intelligents
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Qu'est-ce qu'un emballage intelligent ?


L'emballage intelligent a la particularité de pouvoir donner de l'information sur la qualité du contenu.
Souvent utilisé dans l'agro-alimentaire, l'emballage intelligent est capable de surveiller l'aliment et de
donner des informations au consommateur sur sa qualité.

Une première famille comprend ceux qui contiennent un capteur ou un indicateur qui réagit aux
changements de l'environnement et les signalent.

Exemple : les indicateurs chromatiques qui passent du blanc au bleu si l'oxygène pénètre dans
l'emballage, ou de l'incolore au rouge si l'emballage dépasse une température de consigne.

La seconde famille est celle des emballages interactifs qui détectent les changements mais y apportent
aussi une réponse. L'emballage devient alors également "actif".

Exemple : les emballages qui réagissent au taux d'éclairement en changeant de couleur pour filtrer la
lumière.

Quand l'électronique miniaturisée entre dans les emballages, il ne les rend pas plus intelligents mais
leur permet de transporter des informations indispensables à leur traçabilité. Les puces peuvent contenir
des informations sur la date de production, le numéro du lot, la date de péremption etc.

Les limites actuelles à l'usage des emballages intelligents sont leur coût encore souvent élevé, les
législations en vigueur et les réticences du consommateur.
Contacts :
A lire également, la fiche technique "Emballage intelligent" de la CCI Champagne-Ardenne
http://veillestrategique.champagne-ardenne.cci.fr/AutoIndex_v1/veilles/fiches-techniques/Emballa
ge%20Info/2004/15embalintelligent.pdf

L'université 'Dublin City University' met au point un nouvel emballage intelligent


Une équipe de chercheurs de l'université 'Dublin City University' (DCU) vient de développer une
nouvelle technologie pour l'emballage des poissons et des produits de la mer permettant d'indiquer
l'état de fraîcheur du contenu. La technologie utilise un capteur qui vire du jaune au rouge en présence
des composants volatiles émis par la chair des poissons ou des fruits de mer en décomposition,
responsable de l'odeur caractéristique du 'poisson pourri'. Le changement de couleur correspond à celui
d'un colorant sensible au pH. La variation de couleur est visible à l'oeil nu. Un lecteur optique a
cependant été également mis au point pour permettre de mieux quantifier le changement de couleur. Le
capteur peut être positionné sur une étiquette adhésive ou fixé à l'extérieur du récipient avec des
filaments pénétrant à l'intérieur.

Le capteur a été développé en partenariat avec d'autres instituts de recherche irlandais : le 'Marine
Institute', Teagasc, 'Irish Fisheries'. La chaîne de supermarchés Superquinn a également été sollicitée
pour valider le concept. Les chercheurs ont breveté leur invention et cherchent maintenant un partenaire
commercial. Les travaux ont été financés dans le cadre du programme 'Adaptive Information Cluster' de
la SFI ('Science Foundation Ireland') pour développer et commercialiser des capteurs intelligents.
Contacts :
Pour en savoir plus :
Adaptive Information Cluster, Dublin City University, Glasnevin, Dublin 9, Irlande -
http://www.adaptiveinformation.ie/
Sources : http://www.dcu.ie/news/2007/mar/s0307i.shtml

Origine : BE Irlande numéro 25 - Ambassade de France en Irlande - 15/05/2007 -


http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/42816.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 1


Emballages intelligents
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Chaîne du froid : l'emballage devient intelligent


La traçabilité est un problème essentiel dans la chaîne des produits alimentaires. C'est aussi un exemple
emblématique des progrès réalisés par les emballages. "Technique", "actif" et "communiquant", le
"paquet" devient intelligent grâce aux nouveaux systèmes d'étiquetage. De façon générale, la R&D
bouleverse la manière même de concevoir un emballage, qui apporte désormais une valeur ajoutée
supplémentaire au produit.

Un "packaging" qui repousse les insectes : c'est au Japon. Un film transparent qui absorbe certaines
longueurs d'ondes pour protéger les aliments : c'est en Allemagne. Des plastiques biodégradables pas
chers : c'est en Australie. Une puce sur les boîtes de médicaments pour surveiller la prise par le patient :
c'est en Suède... L'emballage est vraiment devenu un produit high-tech ! Les exemples de nouvelles
technologies foisonnent de par le monde.

Lire la suite de l'article dans Technologies International de mai 2007.


http://www.bulletins-electroniques.com/ti/13/134_02.htm

Sources : Article rédigé par Dominique Selse et Michel Fantin, Agence Tech&Co.

RipeSense dans les rayons français


Venue de Nouvelle-Zélande, l'étiquette intelligente informe le consommateur sur l'état de maturité d'un
fruit.

Commercialisée par l'Univers de l'emballage, l'étiquette intelligente Ripesense arrive sur des barquettes
de 4 poires dans les enseignes françaises. Cette étiquette, mise au point en Nouvelle-Zélande (lire
supplément au n° 740 d'Emballages Magazine, mars 2005), est dotée d'un détecteur qui capte les arômes
dégagés par le fruit et indique par son changement de couleur l'évolution de son état de maturité : ferme,
médium, mûr... Ainsi le consommateur peut-il choisir d'un simple coup d'oeil la barquette de fruits à la
maturité souhaitée. Après un test concluant effectué dans des magasins Leclerc du sud-ouest de la
France, RipeSense sera commercialisé chez Leclerc, Monoprix, Champion, en partenariat avec l'opérateur
AZ Méditerranée. D'autres produits sont à l'étude pour élargir la gamme.

Sources : Emballage Magazine, 15/09/2006

UPM lance un indicateur de fraîcheur


L'étiquette Shelf Life Guard est destinée aux produits conditionnés sous atmosphère modifiée.

Le papetier finlandais UPM lance sur le salon PacTec 2007, qui se tient du 16 au 18 octobre à Helsinki
(Finlande), l'étiquette Shelf Life Guard pour les produits alimentaires frais conditionnés sous
atmosphère modifiée. L'indicateur, un point transparent à l'origine, vire au bleu si l'emballage a été
ouvert ou abîmé, provoquant une fuite de gaz et, par suite, l'altération du produit. UPM ne disposait
jusqu'à présent dans son offre d' "emballages intelligents" que de l'indicateur Freshness Guard pour la
volaille et le poisson, conditionnés sous atmosphère protégée ou sous vide.

Sources : Emballage Magazine - 16/10/2007

BreakPoint de Cryolog
L'entreprise française propose un moyen de savoir si un vaccin a été congelé.

Connu pour ses indicateurs temps température (ITT) Tracéo et eO, le français Cryolog vient de lancer
BreakPoint. Présenté comme "un indicateur de franchissement de seuil de température révolutionnaire",
BreakPoint signale par un changement de couleur - du blanc au rouge - irréversible si un produit a été
congelé. Sont particulièrement concernés vaccins, produits sanguins et autres kits de diagnostic qui
sont désactivés après congélation et peuvent donc se révéler dangereux. La phase d'industrialisation
s'est terminée et les premières applications sont déployées dans le secteur de la santé.

Sources : Emballage Magazine - 24/01/2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 2


Emballages intelligents
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Impression d'étiquettes intelligentes en polymères conducteurs


Le groupement d'intérêt scientique ENSIS est un partenariat entre le CSIRO et Scion - l'institut de
recherche sur les biomatériaux néo-zélandais - qui a pour mission de valoriser les ressources forestières.
Les domaines de recherche du centre incluent la génétique et l'écologie forestières, la valorisation des
produits forestiers et la sécurité biologique des forêts. Un des programmes de recherche de ENSIS se
consacre au développement de matériaux d'emballage et d'étiquetage innovants.

Les chimistes de ENSIS sont en train d'explorer l'usage des polymères conducteurs pour la fabrication
d'indicateurs variés à appliquer sur les emballages. Les polymères conducteurs combinent à la fois les
propriétés mécaniques des polymères classiques et les propriétés électriques des métaux. Ils se
différencient des autres polymères par la présence d'un squelette riche en doubles liaisons et en noyaux
aromatiques. Le matériau obtenu est souple, de conductibilité électrique modulable et thermiquement
stable.

Les indicateurs polymères ont de multiples fonctions telles que la traçabilité et l'identification des
produits de consommation, ou le suivi de la température à laquelle ils ont été exposés. Les indicateurs
de température, qui sont généralement irréversibles, permettent un contrôle de la chaîne du froid,
pendant le transport et le stockage des denrées alimentaires. Les indicateurs peuvent être appliqués
directement sur un produit ou un emballage. L'usage commercial des étiquettes à base de polymères
conducteurs est cependant limité par le coût encore trop élevé des techniques d'application dans un
contexte industriel.

Les chercheurs de ENSIS ont réussi à imprimer un polymère conducteur sur du papier et du plastique en
employant le procédé jet d'encre qui est méthode relativement bon marché. Leur technique nécessite
l'application préalable d'un oxydant sur le substrat sur lequel se forme le polymère. Cependant, en
raison de leur acidité, les oxydants ne peuvent pas être appliqués à l'aide d'une imprimante à jet d'encre
standard.
On espère qu'une modification de la formule des oxydants permettra d'utiliser des imprimantes
disponibles sur le marché.
Contacts :
ENSIS : http://www.ensisjv.com
Sources : ENSIS, 2007, Vol. 11.

Origine : BE Australie numéro 52 - Ambassade de France en Australie - 2/07/2007 -


http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43444.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 3


Emballages actifs : interactions contenus-contenants
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Quand l'emballage devient actif...


La définition d'un emballage actif commence à rencontrer un consensus. Il s'applique essentiellement au
domaine de l'alimentaire. Il s'agit de systèmes qui modifient l'environnement de l'aliment (par un
dégagement de substances, un piégage, une neutralisation…) pour augmenter sa durée de vie et/ou
préserver ses propriétés organoleptiques.

Exemples :

- les absorbeurs (d'oxygène, d'humidité, d'éthylène)


- les relargueurs d'additifs (anti-microbiens, arôme…)
- les préparateurs (actions sur l'aliment pour améliorer sa conservation)

Si l'emballage actif intéragit avec le contenu, l'emballage dit 'intelligent' fournit des informations sur
les conditions présentes et passées du produit et permet de vérifier s'il subit des altérations ou si des
évènements indésirables ont eu lieu comme une rupture de la chaîne du froid ;
On parle d'emballages actifs en Europe depuis plus de 10 ans et au Japon depuis plus de 25 ans. Mais à
côté de l'intense activité de recherche, peu de réalisations sont réellement disponibles sur les marchés
européens.
Contacts :
A lire également, la fiche technique "Emballages actifs" de la CCI Champagne-Ardenne
http://veillestrategique.champagne-ardenne.cci.fr/AutoIndex_v1/veilles/fiches-techniques/Emballa
ge%20Info/2004/11emballagesactifs.pdf

L'emballage actif participe au succès de Charal Snack


Le hamburger lancé par Charal il y a plus d'un an, et qui se cuit au micro-ondes dans son emballage, a
rencontré le succès, selon le marketing de la marque.
Aujourd'hui Charal déclare détenir 25% de parts de marché du Snacking chaud au rayon frais. Premier
produit de la gamme Charal Snack, le hamburger a été suivi de plusieurs autres développements qui
compte aujourd'hui 6 références (3 Cheeseburger et 3 Baconcheese).

Aujourd'hui la gamme s'enrichit d'un hot dog, avec le même principe d'emballage actif. Charal Snack a
déjà conquis 1 million de foyers avec une fréquence d'achat supérieure à celle du marché, indique
Charal.

Devant le succès de ses produits snacking qui représentent 10% des ventes de la marque en rayon
boucherie, Charal a décidé encore d'innover (voir prochain n° ED)

Sources : Emballage Digest, 04/04/2007


http://www.emballagedigest.fr/blog.php?2007/04/04/5145-lemballage-actif-participe-au-succes-de-
charal-snack

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 4


Emballages actifs : interactions contenus-contenants
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Des blisters actifs pour la pharmaceutique


Formpack® Dessicant : un blister anti-humidité

Pour répondre au besoin de protection contre l'humidité de produits très sensibles, Alcan Packaging a
mis au point le Formpack® Dessicant. Cet emballage, qui étend la gamme de blisters haute barrière en
aluminium Formpack®, utilise un matériau dessicant, c'est-à-dire absorbeur d'humidité, pour les
produits médicaux et pharmaceutiques très hygroscopiques. Le complexe du corps est un
OPA/alu/sous-couche/PE/absorbeur/PE, l'opercule est un complexe vernis/alu/PE. A la différence des
emballages conventionnels qui comportent des bandes ou des sachets dessicants, l'agent est encapsulé
dans la couche de scellage en polyoléfine. Ainsi, un emballage barrière flexible qui contient un oxyde
de métal (MeO) dans sa couche de polymère interne (en contact avec le produit) réagit à de faibles
niveaux d'humidité pour produire un hydroxyde de métal (MeOH2). Cette réaction n'est pas réversible à
la température de stockage du médicament. Le produit reste ainsi protégé à la fois de l'humidité (la
cavité conserve une humidité relative inférieure à 10%) et du dessicant. Le blister (d'une épaisseur totale
de 121 microns, pour un poids de 206,3 g/m2) est composé d'un film polyamide de 25 microns, d'un
film aluminium de 45 microns, et d'un film polyoléfine de 50 microns qui contient les agents
dessicants. Cet emballage a remporté le trophée Alufoil 2007 décerné par l'EAFA.

Un blister intelligent pour une observance renforcée

Le blister «Intelligent® Med-ic™», distribué par ABR Pharma et fabriqué par l'américain Information
Mediary Corp, enregistre la date et l'heure exacte de chaque extraction médicamenteuse de façon
automatique et sans intervention du patient. Le système protégé par deux brevets associe un circuit
électrique quadrillé (imprimé en flexo avec deux encres conductrices à base d'eau) qui est positionné et
collé sur la face plane, généralement en aluminium, du blister, et une puce RFID. Le circuit est dessiné de
telle sorte que lorsque le patient expulse un comprimé d'une des alvéoles, l'une des lignes du
quadrillage est rompue. Cette interruption électrique donne l'indication qu'un comprimé est sorti du
blister. La puce RFID (13,56 MHz) mémorise la date et l'heure exactes de chaque sortie d'un comprimé
dans une mémoire flash. Le médecin peut ainsi savoir si le patient a bien respecté les posologies. L'autre
avantage de ce système est qu'il permet un repérage précoce de toute déviation d'observance des
patients. Tous les blisters sont tracés grâce à un numéro d'identification électronique unique et
inviolable. Le transfert des données peut s'effectuer par le Web. L'enregistrement électronique des
données est conforme à la directive 21 CFR part 11 de la FDA.

Sources : Emballage Digest - 07/04/2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 5


Emballages actifs : interactions contenus-contenants
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

DiamondClear 100, un nouvel absorbeur d'oxygène pour polymères


Jusqu'ici les systèmes d'absorption d'oxygène rajoutés aux polymères pour en faire des emballages
barrières donnaient un produit peu transparent et peu brillant. Depuis fin 2007, la société Constar
propose un nouvel absorbeur d'oxygène à introduire directement dans le polymère qui permet d'obtenir
des propriétés barrières tout en maintenant la transparence du plastique. Un premier grade,
DiamondClear 100, a récemment obtenu l'approbation FDA pour l'alimentaire et pourrait être
commercialisé au cours des prochains mois pour un flacon de ketchup PET monocouche. Le nouvel
absorbeur d'oxygène vise les flacons remplis à chaud et les bouteilles de jus mais d'autres grades sont
en développement pour d'autres produits.

En juillet 2008, Constar a présenté une nouvelle ligne de pots en PET à large ouverture pour des
aliments remplis à chaud. Quelque soit ce à quoi ils sont soumis, la chaleur et la pression du processus
de remplissage à chaud, les chocs et coups inévitables de la chaîne d'approvisionnement, la chute
inattendue sur le sol d'un supermarché ou d'une cuisine, ces conteneurs en ressortent comme neufs.

Les attributs cinq étoiles, une structure mono couche incassable, une protection de barrière élevée et une
clarté comme du cristal, font des pots à large ouverture en PET de Constar une alternative parfaite aux
conteneurs en plastique multi couches pour les denrées alimentaires préparées comme les sauces pour
pâtes, les salsas, les gelées et confitures, ainsi que de nombreuses autres denrées alimentaires et
boissons.

Constar a infusé deux technologies spécialisées dans le nouveau pot. La première, DiamondClear™,
assure la fraîcheur, le goût et la couleur du produit grâce à un absorbeur d'oxygène qui est mélangé à
une couche unique de PET. La seconde, les pots sont créés en utilisant la Vertical Compensation
Technology™ (VCT™) de Constar, qui emploie une structure de design innovante pour compenser le
remplissage et le traitement à haute température, et a prouvé résister à des températures allant jusqu'à
200°F (93,3°C). La structure basée sur VCT fournit aussi un avantage sensoriel important. Il semble
solide même s'il est fait en plastique léger.

Sources : Constar - http://www.constar.net


Packakging Europe - 24/07/2008

Un nouveau type d'absorbeur d'oxygène pour l'emballage


Depuis peu, l'Europe autorise l'utilisation d'atmosphère modifiée pour protéger les aliments emballés,
et particulièrement celle d'azote contenant jusqu'à 5,7 % d'hydrogène.

Aussi, pour améliorer la conservation des aliments, un nouveau procédé de capture de l'oxygène dans
l'emballage, développé par la firme anglaise EMCO Packaging Systems, se base sur la combinaison
catalytique de ce gaz (O2)avec de l'hydrogène. L'idée est d'utiliser du palladium finement divisé pour
catalyser la formation d'eau à partir de cet hydrogène et de l'oxygène à éliminer de l'espace au-dessus
des aliments. La conversion de l'eau se poursuivra tant qu'il y aura des réactifs. Le métal est accroché
dans un non tissé contenant du palladium et fixé dans une mousse recouverte d'une membrane
perméable aux gaz. Celle-ci est soudée par radio fréquence. L'eau formée est ainsi piégée dans une
chambre de réaction séparée, entre la membrane et le substrat plastique.

Les applications concernent le vin, la bière, les fioles, le verre, le plastique, le jus de fruit, les sauces, les
boissons non alcoolisées... y compris des applications dans des secteurs tels que le médical et le
pharmaceutique.

Sources : CCI Emballage Info - CCI Champagne-Ardenne - juin 2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 6


Emballages actifs : interactions contenus-contenants
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Cloche saveur Président


Le camembert est le fromage préféré des Français avec 75% d'amateurs. Mieux vaut donc ne pas changer
une recette qui gagne. Pour innover, Président propose plutôt un nouvel emballage "révolutionnaire" :
une cloche saveur micro-aérée

Grâce à son emballage micro-aéré, ce nouveau camembert se conserve parfaitement et garde ainsi son
bon goût et sa texture moelleuse des premiers jours, sans odeur forte dans le réfrigérateur. Il s'agit d'une
synergie unique entre un vrai camembert qui évolue doucement et un emballage micro-aéré qui régule
l'affinage du fromage.

Dans la lignée de la Motte Cloche Fraîcheur Président, lancée il y a quelques années pour du beurre,
Lactalis innove en avril 2007 en mettant sur le marché le premier camembert sous emballage plastique.

Sources : Site de la marque Président

Un emballage qui allonge la conservation des légumes


Le composite de papier/gluten de blé, mis au point par l'université de Montpellier II, permet
d'augmenter la sélectivité aux gaz.

Les fabricants de produits vivants périssables (légumes à feuilles, champignons...) et les producteurs
d'emballages en papier-carton sont nombreux à contacter Carole Guillaume, maître de conférence à
l'université Montpellier II. L'emballage bioactif qu'elle a mis au point avec son équipe de l'unité mixte
de recherche « Ingénierie des agropolymères et technologies émergentes », les intéresse au plus haut
point. Les premiers pour l'utiliser afin d'augmenter la conservation des produits sensibles à l'oxygène
(O2) et au dioxyde de carbone (CO2), les seconds pour le produire à grande échelle. Et pour cause.
Testé sur des champignons de Paris, ce matériau composite papier/gluten de blé permet de les conserver
à 20°C pendant quatre jours contre un seul avec un film synthétique conventionnel. Des résultats
transposables à d'autres produits : salade, asperges...

Une atmosphère modifiée

La « sélectivité » importante de ce matériau biodégradable - il laisse sortir huit fois plus de CO2 qu'il ne
laisse entrer d'oxygène - crée une atmosphère modifiée à l'intérieur de l'emballage. La condensation,
responsable de l'apparition de tâches noires sur les champignons de Paris, en est d'autant réduite,
limitant alors le développement de micro-organismes. Ces caractéristiques sont apportées par le gluten,
dont la sélectivité - rapport de la perméabilité au CO2 sur la perméabilité au O2 - est de 25. Le papier,
lui, n'est qu'un support, obligatoire pour donner au matériau une résistance mécanique suffisante. Tout
l'enjeu s'est concentré autour de la bonne pénétration de la solution de gluten de blé au coeur du réseau
cellulosique. Et ce, afin de limiter au maximum la perte de sélectivité de ce matériau « hybride », entre le
multicouche et le composite. La forte porosité du papier - le produit a été développé par Smurfit - ne
permet pas, à elle seule, d'obtenir de bons résultats. L'équipe de recherche l'a associée à une technologie
d'enduction très peu classique. « Plutôt que d'utiliser le procédé consistant à étaler la solution au
moyen d'une réglette, nous avons opté pour un rouleau fileté autorisant une meilleure pénétration »,
explique Carole Guillaume. Ce qui a exigé un long travail sur la viscosité de la solution de gluten. «
Nous avons joué sur le plastifiant ainsi que sur la concentration en protéines », précise-t-elle. Ce
composite pourrait bientôt faire l'objet d'un dépôt de brevet. Seul hic : Smurfit, au départ partenaire de
l'université, n'a pas donné suite au projet et le groupe cartonnier n'aurait même jamais eu de contrat de
recherche en sa possession... Ce qui bloque aujourd'hui les demandes des divers concurrents pour
passer à la phase industrielle.

Objectif : se passer de la couche de papier

Mais Carole Guillaume a déjà de nouveaux défis qui l'attendent. Son objectif serait de se passer de la
couche de papier. Non seulement elle rend le matériau composite opaque, un inconvénient de poids
dans l'industrie alimentaire, mais elle diminue aussi fortement la sélectivité du gluten - elle passe de 25
à 8. Et ce, malgré les efforts attachés à l'enduction. « Nous travaillons aujourd'hui sur un mélange de
gluten de blé et de nanoparticules d'argile, nous confie-t-elle. Le matériau semble assez résistant d'un
point de vue mécanique. La sélectivité du gluten, elle, reste inchangée tout comme son côté translucide.
» Décidément, les nanotechnologies semblent être le remède à tout problème.

Sources : Usine Nouvelle - 04/05/2006 - Virginie Guérin

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 7


Emballages actifs : interactions contenus-contenants
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Vitagora travaille sur les emballages actifs


Premier projet de Vitagora® à être co-labellisé par deux autres pôles de compétitivité, EMAC est
également celui dont le budget est le plus élevé : 5,5 millions d'euros. D'une durée de trois ans, ce projet
a été retenu par le Fonds Unique Interministériel (FUI) et commencera début 2009. Porté par Lactalis,
EMAC a pour objectif de mettre au point un emballage actif permettant de mieux préserver les qualités
organoleptiques des produits laitiers et charcutiers sur des durées plus importantes. Plusieurs
industriels et différents laboratoires sont impliqués dans ce projet d'autant plus important qu'il
concerne la thématique « emballage » qui fait l'objet de nombreux travaux dans le monde.

De nombreux fromages traditionnels, en particulier de la Bourgogne et de la Franche-Comté (Epoisses,


Chaource, Comté, Morbier…), sont encore vendus « à la coupe », dans les hypermarchés. Pour autant,
cette pratique s'est considérablement réduite au cours des dernières années, d'où le développement de ce
que les professionnels du secteur appellent le « frais emballé » dont l'inconvénient majeur est que la
qualité des films utilisés ne permet pas de garantir leurs caractéristiques organoleptiques du produit
au-delà de quelques jours. Dans ce contexte, la filière « fromages » du pôle Vitagora® s'interroge sur la
façon dont certains fromages vont pouvoir réussir leur transfert du rayon coupe au libre-service, ceci
dans des conditions d'emballage qui leur permettent de conserver leurs caractéristiques
organoleptiques. Les industriels concernés déclarent : « si nous parvenons pour ces produits à garantir
une durée de conservation jusqu'à vingt jours, il existe des réseaux commerciaux et logistiques
capables de s'organiser de manière à les distribuer largement au niveau national, voire international ».
D'où l'idée de créer un emballage actif.

L'implication de trois pôles : une première pour Vitagora®

C'est dans ce contexte qu'a émergé le projet EMAC qui regroupe trois industriels des secteurs laitier et
charcutier - Lactalis, Chazal et les Salaisons Dijonnaises -, mais aussi les sociétés AFT Plasturgie,
Plastilax du groupe Lacroix, et Wipack ainsi qu'un certain nombre de structures de recherche et de
laboratoires parmi lesquels le Centre de Valorisation des Glucides (Dury) et le GRESPI/LEMPE (Groupe
de Recherche en Sciences Pour l'Ingénieur/ Laboratoire d'Etudes des Matériaux Polymères d'Emballage)
de l'ESIEC (Reims), le CRITT 2ABI (Dijon) et l'ENSBANA (Université de Bourgogne). « Tout est parti
d'une observation faite par les ingénieurs d'AFT Plasturgie, une PME dijonnaise qui travaille dans le
secteur des compounds », rappelle-t-on chez Lactalis. En effet, ils ont observé que les composés
agro-sourcés, en l'occurrence issus du chanvre, incorporés dans des matières plastiques, destinées
essentiellement au secteur automobile, présentent des propriétés de sorption et de désorption.

Une étude de faisabilité menée par le CRITT 2ABI ayant permis de vérifier ces propriétés, Lactalis s'est
associé à la construction d'un projet de recherche. « Lactalis venait de lancer la cloche à saveur du
camembert Président qui est une véritable ébauche d'emballage actif. En effet, celle-ci est dotée en
particulier d'une membrane perméable micro-aérée permettant de régler le problème d'odeur tout en
garantissant la qualité du produit durant un certain temps ». Plastipolis (Rhône-Alpes/Franche-Comté)
et Industries et Agro-Ressources (Champagne-Ardenne/Picardie) se sont engagés aux côtés de
Vitagora® afin de co-labelliser le projet à trois, ce qui est une première pour le Pôle.
Contacts :
Pôle Vitagora : http://www.vitagora.com

Sources : Emballage Magazine - 11/09/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 8


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Et les questions environnementales...


Les emballages représentent 25% du poids et 35% du volume total des déchets. Un foyer jette en
moyenne 10 emballages par jour. A l'ère du développement durable, les emballages doivent intégrer les
enjeux environnementaux.

Pour 46% des français, l'emballage est ressenti comme envahissant. 61% considèrent la facilité de
recyclage d'un produit « comme très importante pour eux ». Enfin, un français sur deux a remarqué un
produit dont l'emballage était excessif (trop volumineux, trop lourd ou trop luxueux). Ce sont les
biscuits, les lessives et l'électroménager les plus incriminés.

Cette prise de conscience encourage l'éco-conception des emballages. Moins lourds, facilement
recyclables, compostables, biodégradables, la nouvelle génération d'emballages doit minimiser son
impact sur l'environnement.

Dans ce contexte, les emballages biodégradables d'origine végétale bénéficient de la tendance du


développement durable. Ils ont été les stars du dernier salon Interpack.
Contacts :
A lire en complément :

- Un emballage actif biodégradable, un emballage actif biodégradable pour préserver la fraîcheur


des légumes pour préserver la fraîcheur des légumes, Fiche N°40
http://www.champagne-ardenne.cci.fr/fr/plate_forme/AutoIndex_v1/veilles/fiches-techniques/Emb
allage%20Info/2006/40emballage_actif_biodegradable.pdf

- Les bioplastiques : caractéritiques et règlementation, Fiche N°45


http://www.champagne-ardenne.cci.fr/fr/plate_forme/AutoIndex_v1/veilles/fiches-techniques/Emb
allage%20Info/2008/45bioplastiques-caracteristiques.pdf

Fiches Techniques rédigées par la CCI Champagne-Ardenne

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 9


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Grenelle de l'Environnement : quel avenir pour les déchets ?


A l'automne 2007, le Grenelle de l'Environnement s'est penché sur la problématique des déchets au
cours d'une table ronde réunissant associations, entreprises, collectivités locales et représentants de
l'Etat. Plusieurs priorités ont émergé au cours des discussions fructueuses entre la cinquantaine de
participants de cette table ronde : insciter à la réduction des déchets à la source, faciliter l'usage du
recyclé, étendre la responsabilité des producteurs, ou encore réduire le taux de déchets partant à
l'incinération.

Pour accroître la prévention et le recyclage, le groupe de travail a proposé notamment d'instituer d'une
tarification incitative obligatoire, s'appuyant sur une REOM (redevance d'enlèvement des ordures
ménagères) ou sur une TEOM (Taxe d'Enlèvement des Ordures Ménagères), avec une part fixe et une part
variable (laissée au libre choix des collectivités). Une réforme de la TEOM pourrait intervenir dès la Loi
de Finances 2009. Une telle mesure permettra de récompenser financièrement les bons trieurs. Les
participants ont également proposé d'utiliser la fiscalité pour taxer les produits fortement générateurs
de déchets.
Pour responsabiliser davantage les producteurs quant aux déchets de leurs produits, une réflexion a
notamment été engagée sur la modulation des contributions dans les dispositifs existants pour
accroître la prévention (durée de vie, recyclabilité, réparabilité…). La contribution du « Point Vert »
pourrait également être étendue aux emballages ménagers de produits consommés hors domicile. Pour
une plus grande efficacité du tri, le groupe de travail a en outre préconisé d'harmoniser au niveau
national la signalétique et les consignes de tri.

Concernant la gestion globale des déchets, les participants ont cité quatre propositions ayant fait
consensus :

- une évaluation de l'impact environnemental et sanitaire des différents modes de gestion des déchets,
- une politique de recherche, d'information et de suivi plus ambitieuse,
- un renforcement du rôle de planification, et
- de nouvelles campagnes d'information au niveau national.

Des idées aux actes ! Concrètement, le groupe « déchets » a fixé trois objectifs chiffrés pour les années à
venir :
- La réduction de 5 kg par an et par habitant de la production d'ordures ménagères, sur 5 ans (soit 25 kg
au total).
- Passer d'un taux de 60% de recyclage pour les emballages ménagers en 2006 à 75% en 2012.
- Diminuer de 15%, à horizon 2012, les déchets destinés à l'enfouissement ou à l'incinération.

Pour plus de détails sur les propositions et les conclusions de ce groupe de travail, rendez-vous sur le
site : www.legrenelle-environnement.fr (rubrique Ateliers Intergroupes/Déchets).

Sources : Eco-emballages - 15/12/2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 10


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Performances accrues pour les bioplastiques


Les emballages biodégradables d'origine végétale bénéficient de la tendance du développement durable.
Les industriels continuent d'améliorer leurs propriétés... en attendant le décollage du marché.

Ils ont été les stars du dernier salon Interpack ! Pour son cinquantième anniversaire, la grande messe
allemande de l'emballage avait décidé de mettre en avant les dernières évolutions dans le domaine des
emballages bioplastiques. Des grands noms de l'emballage, comme BASF et Dupont, se pressaient
d'ailleurs au côté du producteur d'amidon de maïs NatureWorks (groupe Ingeo) dans le hall
d'exposition spécialement consacré aux « bioplastics in packaging ». Etonnant, lorsque l'on connaît la
faible pénétration de ce matériau : sur un marché annuel des emballages en plastique estimé à 46
millions de tonnes l'an dernier, les « bio » totalisent péniblement 350.000 tonnes, soit 0,8% !

Mais cet engouement s'explique mieux si l'on regarde le taux de croissance de cette niche. Les
bioplastiques progressent de 20% par an, quand le marché de l'emballage ne croît que de deux à quatre
points - au mieux - chaque année. « A ce jour, ce sont surtout les producteurs de produits "bio" qui
s'intéressent à ces emballages, pour aller au bout de leur démarche », indique Charlotte Barberet,
directeur marketing chez Flexico. L'entreprise française présentait entre autres sur Interpack une
fermeture à base d'acide polylactique (PLA) pour rendre ses sachets Biopryl totalement biodégradables.
Cette solution a récemment été adoptée par un fournisseur de la grande distribution dans le secteur
hygiène-beauté.

Si le développement des bioplastiques est limité, c'est pour des questions de coût. Ce matériau, qui se
dégrade en 180 jours, contre 400 ans pour les plastiques traditionnels, est de 60 à 80% plus cher que ces
derniers. Mais ce n'est pas le seul obstacle. Ses propriétés en termes de bruit, de barrière aux arômes ou
aux gaz et de résistance mécanique sont loin d'égaler celles des emballages issus à 100% de dérivés du
pétrole.

Des additifs pour combler les handicaps

«Des propriétés doivent être améliorées pour arriver au niveau de certains emballages en plastique,
reconnaît Jean-Claude Jammet, responsable d'un groupe de recherche sur les matériaux et les emballages
actifs et interactifs chez Alcan Packaging. Certains bioplastiques rendent notamment les emballages
fragiles et bruyants. Et il est souvent nécessaire de les combiner à des produits d'origines différentes
pour répondre à toutes les contraintes. ». A Düsseldorf, les industriels se sont donc attachés à rassurer
les possibles utilisateurs, même s'ils n'ont pas encore trouvé la martingale qui leur permettrait d'obtenir
des emballages 100 % d'origine biologique.

Le recours à des additifs est une solution. Le spécialiste américain PolyOne, par exemple, a développé
des additifs aptes à combler les handicaps des plastiques bio en leur conférant des propriétés anti-U.V.,
antibuée ou antistatiques. De son côté, le japonais Huhtamaki a choisi de combiner plusieurs matériaux
en introduisant des biopolymères dans la couche recouvrant ses gobelets en carton destinés aux glaces
ou yogourts, pour les rendre imperméables. DuPont Packaging a cherché à améliorer la résistance
mécanique des bioplastiques avec son Biomax TPS (thermoplastic starch). Il l'a doté d'un agent qui
durcit l'acide polylactique, ce qui permet d'accroître ses performances mécaniques, mais aussi de gagner
de la matière en réduisant le volume des matériaux d'emballage. Le Biomax TPS est notamment utilisé
pour les plateaux intérieurs d'emballages de confiserie (chocolats suisses Marks et Spencer). S'attaquant
à une autre faiblesse des polymères bio, l'absence de barrière à la vapeur d'eau et à l'oxygène, Alcan
Packaging a développé le Ceramis-PLA, essentiellement destiné aux barquettes. Les chercheurs du
groupe canadien ont ainsi déposé une couche de silice d'une centaine de nanomètres à l'intérieur d'un
film de 12 microns d'épaisseur. « Mais ce n'est qu'une étape intermédiaire, prévient Jean-Claude
Jammet. Car cette avancée ne permet pas de résoudre les problèmes mécaniques, ni la question des
soudures. »

Combiner biopolymères et dérivés du pétrole

Dans bien des cas, les producteurs ont choisi de mélanger le biopolymère avec un polymère de synthèse.
C'est l'option choisie par Flexico, dont les sachets Biopryl ne contiennent que 30% de PLA, le reste
étant constitué de polyester, « matériau biodégradable à base de pétrole », assure l'industriel. Le même
procédé est utilisé par BASF. Le groupe allemand présentait Ecovio, qui mêle 45% de PLA à une majorité
de polyester. Ecovio est destiné prioritairement au marché des sacs et des pots thermoformés. Toujours
sur le même principe, Biostarch, une entreprise suisse, fait fabriquer en Chine des films dont la
particularité est de se désintégrer dans l'eau chaude en moins de deux minutes. Composés de 50%
d'amidon de maïs et de 50% de PVA (polyacétate de vinyle), ils pourraient trouver une application dans
les tablettes de lessive, mais également dans l'emballage de tout produit ne présentant pas un taux
d'humidité élevé et n'impliquant pas des durées de conservation trop longue. Si l'usine, située près de
Pékin, fabrique aujourd'hui seulement 50 tonnes par mois, Heinz Lüthard, directeur des ventes de la
société, assure qu'une nouvelle unité de production pourra produire, dans six mois, 1.000 tonnes de
films par mois.
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 11
S'ils veulent vraiment soigner leur image environnementale, les industriels de l'emballage ne peuvent
pas se contenter d'intégrer des proportions plus ou moins fortes de polymères d'origine végétale dans
leurs produits. Déjà, les encres utilisées sur les emballages sont devenues biodégradables, grâce à
l'utilisation d'huiles végétales en lieu et place des huiles minérales. PolyOne propose de son côté des
procédé est utilisé par BASF. Le groupe allemand présentait Ecovio, qui mêle 45% de PLA à une majorité
de polyester. Ecovio est destiné prioritairement au marché des sacs et des pots thermoformés. Toujours
sur le même principe, Biostarch, une entreprise suisse, fait fabriquer en Chine des films dont la
particularité est de se désintégrer dans l'eau chaudeEmballages en moins et de développement
deux minutes. Composés de 50%
durable
d'amidon de maïs et de 50% de PVA (polyacétate de vinyle), ils pourraient trouver une application dans
les tablettes de lessive, mais également
Emballages dans l'emballage
intelligents : découvrir de toutdeproduit
les fonctionnalités demain ne présentant
- Rencontre pas un n°3
Innovation taux-
d'humidité élevé et n'impliquant pas des durées de conservation trop longue. Si l'usine, située près de
30/09/2008
Pékin, fabrique aujourd'hui seulement 50 tonnes par mois, Heinz Lüthard, directeur des ventes de la
société, assure qu'une nouvelle unité de production pourra produire, dans six mois, 1.000 tonnes de
films par mois.

S'ils veulent vraiment soigner leur image environnementale, les industriels de l'emballage ne peuvent
pas se contenter d'intégrer des proportions plus ou moins fortes de polymères d'origine végétale dans
leurs produits. Déjà, les encres utilisées sur les emballages sont devenues biodégradables, grâce à
l'utilisation d'huiles végétales en lieu et place des huiles minérales. PolyOne propose de son côté des
colorants écologiques à l'ensemble de ses clients. Mais la vraie révolution des bioplastiques est sans
doute encore à venir.

Décoller grâce à des végétaux non alimentaires

En effet, ces emballages, aujourd'hui obtenus à partir de maïs, de pommes de terre, de betterave, d'écorce
de riz ou de canne à sucre, pourraient demain être produits en recyclant des pieds de maïs ou des résidus
de tomates. L'université de Naples planche notamment sur cette dernière option. Elle sera peut-être la
condition sine qua non du décollage du marché des bioplastiques. Fabriqués à partir de végétaux
servant d'alimentation à une grande frange de l'humanité, ce matériau pourrait être voué aux gémonies, à
l'image de ce que subissent les biocarburants aujourd'hui. Après avoir été porté aux nues pour leurs
vertus écologiques.

Sources : Usine Nouvelle - 15/05/2008 -Olivier Cognasse

Les "nouilles écologiques"


Acecook, grand fabricant de nouilles instantanées, a lancé pour commémorer le 60e anniversaire de
l'entreprise ses 1ères nouilles "écologiques" dont l'emballage est 100% biodégradable et fait à partir de
biomasse.

Les matériaux utilisés sont de l'amidon végétal, du PLA (acide polylactique) et du polyester dégradé. La
particularité du produit est que tout l'emballage est biodégradable, aussi bien le récipient contenant les
nouilles que les films qui conditionnent la sauce et les épices. Lorsque l'emballage est enfoui sous terre,
il peut être entièrement bio-dégradé en 24 mois. Acecook présentera son produit au sommet du G8 à
Toyako cet été. L'entreprise lance également une campagne auprès des collégiens, leur proposant de
mettre une plante verte dans le récipient biodégradable qui sert ainsi de pot au début mais qui est
ensuite dégradé progressivement en terre.

Cup Noodle, autre grande entreprise commercialisant des nouilles instantanées, propose également des
nouveaux produits plus écologiques. Une gamme "rechargeable" a été lancée, afin que le consommateur
réutilise toujours le même récipient et que seul l'aliment soit acheté sous forme de recharge jetable. La
marque propose même des récipients personnalisables (couleurs, dessins etc.) Pour les consommateurs
qui préfèrent la solution 100% jetable, le "cup noodle" sera disponible dans un emballage en papier,
réduisant ainsi l'impact environnemental du produit.

Il faut savoir que plus de 54 milliards d'unités de nouilles instantanées sont consommées par an au
Japon (chiffre de 2006). Le marché des "nouilles écologiques" n'est donc pas à négliger.

Sources : - Acecook - http://www.acecook.co.jp/news/pdf/0803eco.pdf


- Cup Noodel - http://www.cupnoodle.jp/refill/index.html
- Article sur le sommet international des nouilles - 07/04/2008 -
http://redirectix.bulletins-electroniques.com/bvRJm
Origine : BE Japon numéro 480 - Ambassade de France au Japon - 28/04/2008 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/54361.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 12


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Complas packaging, l'atout environnement


Les particules en polystyrène, communément appelées chips, qui servent à caler les objets à l'intérieur
des cartons d'emballage, présentent un inconvénient majeur. Elles ne sont pas biodégradables et
subsistent dans l'environnement de longues années après utilisation.

Pour offrir une alternative écologique aux industriels, la PME irlandaise ComPlas Packaging s'est
lancée, au milieu des années 90, dans la fabrication de chips de calage biodégradables. Ces particules
ont successivement été produites à partir d'amidon de maïs, de fécule de pomme de terre, puis de farine
de blé extrudée. Elles connaissent un succès croissant, d'après Jean-Michel, qui dirige l'usine française
créée par le groupe en 2002, à Jassans-Riottier (Ain). « Nos particules protègent les objets placés à
l'intérieur d'un colis aussi bien que le polystyrène tout en étant biodégradables, compostables ou
recyclables », explique-t-il. Les trois premières années durant lesquelles il a fait connaître son produit
auprès des industriels commençent à porter leurs fruits. Les ventes sont passées de 700 .00 euros en
2006 à 1 million en 2007. Il enregistre une évolution encourageante depuis quelques mois : « Les
fabricants de parfums, de produits de décoration et de produits gastronomiques considèrent nos
particules naturelles comme un argument marketing. » La PMI, qui défriche cette niche, a de l'avenir : la
chips « bio » représente seulement 10% du marché français, contre 80% en Irlande.

Sources : Usine Nouvelle - 17/04/2008 - Michel Quéruel

Fabrication de cartons imperméables à partir de la bagasse


L'étanchéité des cartons destinés à l'emballage des liquides alimentaires et des produits humides est
assurée par de minces couches de polyéthylène souvent associées à une couche d'aluminium, ou par un
enduit cireux. Le recyclage du conditionnement composite est possible après séparation des couches de
plastique et d'aluminium du carton par des méthodes mécaniques. Les boîtes en carton ciré sont
difficiles à recycler, et sont souvent enfouies ou incinérées.

Le centre de recherche biotechnologique au service de l'industrie sucrière -the Cooperative Research


Centre for Sugar Industry Innovation through Biotechnology (CRC SIIB)- a mis au point un procédé
pour produire des cartons d'emballage étanches entièrement recyclables à partir des déchets de
l'industrie de la canne à sucre ou bagasse. Ces résidus fibreux obtenus après l'extraction du sucre sont
constitués de cellulose, d'hémicellulose et de lignine.

Le procédé consiste en un nouveau traitement par fermentation des déchets qui aboutit à un type de
lignine convenant à la fabrication d'enduits imperméables. Papiers et cartons sont manufacturés à partir
de la cellulose extraite de la bagasse. Le produit final, qui est entièrement réalisé à partir des résidus, est
100% recyclable et biodégradable.

Le sucre est le second produit agricole d'exportation du pays après le blé; sa production génère de
vastes quantités de bagasse dont une partie est utilisée comme combustible pour les chaudières de
cogénération des usines à sucres.

Sources : CRC SIIB : http://www.crcsugar.com/


Origine : BE Australie numéro 59 - Ambassade de France en Australie - 8/09/2008 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55855.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 13


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Une emballage biodégradable en algue


La société Toshiba a développé un emballage biodégradable à base d'algue, avec des caractéristiques
comparables à celles d'un polyuréthane. En effet, ce nouveau matériau a une élasticité beaucoup plus
importante que d'autres matériaux biodégradables (fécule de maïs...). De plus, il ne se déforme pas
lorsque la température dépasse 75°C.
Ce nouveau matériau d'emballage est principalement composé d'acide alginique, un composant fibreux
situé dans la paroi cellulaire de nombreuses algues (Macrocystis pyrifera, Ascophyllum Nodosum et
différents types de Laminaria). Cet acide alginique est mis à réagir avec un alcool, puis dissous dans de
l'eau. On ajoute ensuite un plastifiant et un surfactant ; on mélange le tout pendant cinq minutes à
température ambiante, de façon à faire une mousse. La mousse sera ensuite coulée dans des moules, et
laissée à sécher pour obtenir le produit fini.
De plus, l'emballage peut être partiellement recyclé en le dissolvant dans de l'eau et en récupérant l'acide
alginique.

Sources : Nikkei Business Daily, 29/05/2006


Origine : BE Japon numéro 406 - Ambassade de France au Japon - 31/05/2006 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/33849.htm

Nouveaux colorants biodégradables : additifs pour plastique


PolyOne Corporation introduit sur le marché une gamme de colorants OnColor BIO pour additiver les
plastiques biodégradables tels que :
- l'acide polylactique (PLA), § le copolymère PHBV (polyhydroxybutyrate-valerate copolymer),
- le succinate de polybutylène s (PBS),
- le PBAT (polybutylene adipate-co-terephthalate) ou les mélanges à base d'amidon.

Ces additifs répondent à une demande croissante du marché pour des produits plus respectueux de
l'environnement. Les colorants sont disponibles sur base de masterbatches biodégradables, dans des
couleurs transparentes ou opaques et pour des mises en œuvre par extrusion, injection, soufflage… dans
des applications comme les sacs et sachets, les emballages alimentaires, les bouteilles et bouchons. Ils
répondent à la plupart des normes de compostage comme EN 13432 (Europe), ASTM D6400 (USA), BPS
GREENPLA (Japon) et DIN CERTCO (Allemagne).

Sources : CCI Emballage Info - CCI Champagne-Ardenne - décembre 2007

De la pulpe de betterave pour opacifier le papier


Un projet européen baptisé Beet Pulp a débuté fin septembre 2006 avec pour objectif de valider les
propriétés industrielles résultant de l'incorporation de la pulpe de betterave dans la pâte à papier. En
effet, il a été préalablement démontré en laboratoire que l'incorporation de la pulpe de betterave
(blanchie, séchée et micronisée) à la place des charges minérales telles que le Kaolin ou le talc, aboutit à:
- une augmentation de l'opacité des papiers,
- une augmentation de la résistance mécanique des papiers.

Ce projet se découpe en trois phases :

- La première phase d'une durée de trois ans pour un coût de 1,5 million d'euros, sera financé à hauteur
de 956.000 euros par l'Union européenne. Son objectif consiste en l'optimisation du processus de
production.

- La seconde phase consiste en un test à l'échelle pilote sur une production de 100 à 500 kg de papier.

- La troisième phase se penchera sur l'étude de l'impact environnemental de la production et sur les
données technico-économiques.

Ce programme réunit 13 partenaires parmi lesquels des unités de recherche, des producteurs de pâte à
papier, un spécialiste du broyage et de la micronisation.

Sources : Environnement Online - 15/01/2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 14


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Plantic et son film hydrosoluble issu d'amidon de maïs bientôt en Europe ?


Plantic, une entreprise qui est d'origine australienne, propose depuis quelques années un plastique
thermoformable biodégradable complètement hydrosoluble. Issu d'amidon de maïs, le polymère est déjà
utilisé par certains grands groupes comme Cadbury et Nestlé pour conditionner leurs chocolats.

Une usine Plantic pourrait bientôt voir le jour en Europe. Plantic devrait prendre une décision dans les
prochains mois. Un choix qui lui permettrait d'économiser sur les coûts de transport, qui représentent
12% du prix de vente de son produit, et ce, alors que l'Europe représente le premier marché mondial pour
les bioplastiques. Pour mémoire, le Plantic est issu d'amidon de maïs. Outre sa compostabilité - qui
répond à la norme européenne EN 13432 -, ce plastique présente la particularité de se dissoudre
immédiatement au contact de l'eau.

Bemis et Plantic associés dans les bioplastiques


Le fabricant d'emballages souples s'allie avec le fournisseur de plastiques issus de ressources
renouvelables. Des films "en Plantic ?" C'est pour bientôt.
Respectivement spécialisés dans les films souples et les biopolymères, Bemis et Plantic ont décidé de
mettre leurs forces en commun pour développer une gamme d'emballages souples issus de ressources
agricoles renouvelables. « Nous pensons qu'en travaillant avec Plantic, nous serons capables de rendre
nos produits plus conformes aux exigences environnementales » a déclaré Henry Theisen, président de
Bemis. Les deux entreprises envisagent de créer de nouveaux films d'emballages qui seront, pour autant
que possible, biosourcés. Société d'origine australienne, Plantic s'est fait connaître grâce à son
bioplastique éponyme, obtenu en mélangeant de l'amidon de maïs avec d'autres composés organiques et
dont la principale caractéristique est de se dissoudre immédiatement au contact de l'eau.

D'autre part, Plantic a signé un accord de partenariat en 2007 avec DuPont pour développer et
promouvoir des emballages écologiques. L'Australien va travailler avec DuPont pour développer des
résines et des matériaux sous forme de feuilles destinées à des emballages de produits cosmétiques,
d'hygiène et alimentaires. DuPont estime que ses revenus en provenance de nouveaux matériaux issus
de ressources renouvelables avec des partenariats comme celui engagé avec Plantic doubleront d'ici
2015.

Sources : Veille Bioplastiques - 15/11/2007


Emballage Digest - 28/09/2007
Emballage Magazine - 26/05/2008

Budelpack se développe dans l'hydrosoluble


Le conditionneur à façon crée une usine dédiée à Roosendaal, aux Pays-Bas.

Spécialisé dans le conditionnement à façon, Budelpack annonce le déménagement de son usine


néerlandaise de Poortvliet II, dans de nouveaux locaux, à Roosendaal, à 30 km de là. Le site, d'une
surface de 7.000 m2, dont 1.000 m2 pour les bureaux, sera affecté au remplissage et au conditionnement
de produits liquides, pâteux et pulvérulents en emballages hydrosolubles. La production devrait
démarrer mi-2008. Avec cet investissement, Budelpack entend clairement conforter son avance sur ses
concurrents en matière de conditionnement hydrosoluble. Ce type d'emballage - en général composé
d'alcool polyvinylique - est utilisé pour le conditionnement de produits d'entretien tels que la lessive
et les détergents, ainsi que pour certains produits industriels dangereux à manipuler. Présent dans six
pays européens, Budelpack compte réaliser un chiffre d'affaires de 330 millions d'euros en 2008, avec
un effectif de 2.150 personnes.

Sources : Emballage Magazine - 11/12/2007

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 15


Emballages et développement durable
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Monosol, leader mondial des films hydrosolubles


L'américain est le spécialiste mondial des films hydrosolubles à base d'alcool polyvinylique (PVOH).
Fondé en 1953, le producteur de films hydrosolubles veut renforcer sa position en Europe. C'est
pourquoi MonoSol a réalisé l'acquisition du français Greensol établi à Sens (Yonne). Ines
Naude-Filonniere, présidente de Greensol, et Laurent Colliot, directeur commercial, rejoignent
MonoSol. Comme les deux entreprises collaboraient depuis de nombreuses années, cette acquisition
marque "une évolution naturelle du partenariat" selon l'expression de P. Scott Bening, Chief Executive
Officer (CEO) de MonoSol. Avec Greensol, MonoSol compte renforcer sa présence sur le marché
européen.

En mars 2007, MonoSol est passé sous le contrôle du fonds d'investissement Catterton Partners. A la
tête de deux milliards d'actifs dans les biens de grande consommation, l'investisseur veut développer
ses activités dans les produits respectueux de l'environnement.

Sources : Emballage Magazine - 01/03/2007 et 23/03/2006

Sachets : leurs matériaux se mettent au vert de l'environnement


Les sachets, dont l'utilisation sur les marchés de l'alimentaire et de la boisson continue à augmenter,
séduisent toujours pour leur praticité, mais aussi leurs avantages logistiques et environnementaux
apportés.

Un film biomatériau à 97%

Le film complexe Ecovel®de Wipf contient 84 à 97% de biomatériau, selon les propriétés barrières
requises. Le matériau contient de l'amidon de plantes, comme les pommes de terre ou le maïs. Les
différents films proposés conviennent au conditionnement de produits secs ou à teneur en eau modérée
comme le café, les produits instantanés, les céréales, biscuits, les aliments secs pour animaux. La société
a été récompensée l'an dernier par un Swiss Star et un WorldStar pour l'emballage à maintien vertical
réalisé en Ecovel®.

Des solutions biodégradables pour FFS

Mondi Consumer Flexibles lance sous la marque Sustainex un film pour les applications de FFS-form
fill seal. Ce film bioplastique est conçu à partir de biopolymères et d'huiles végétales. Il offre des
propriétés d'impressions "intéressantes", une bonne machinabilité et des propriétés mécaniques comme
la résistance à la déchirure, mentionne la société. Le film, qui s'utilise sur toutes les ensacheuses, est
scellable sur ses deux faces. Il offre les mêmes propriétés visuelles et caractéristiques qu'un film
plastique standard. Des essais sont en cours avec des producteurs de produits frais.

EcoFlex quadruple sa production

BASF, qui a reçu récemment la médaille du Prix Pierre Potier 2008 récompensant une «innovation en
chimie au bénéfice du développement durable» pour son bioplastique Ecovio®, va quadrupler sa
capacité de production. Fabriqué à partir d'une matière première renouvelable et entièrement
biodégradable, l'Ecovio® se compose de 45% d'acide polylactique (PLA), obtenu à partir du maïs et de
55% d'Ecoflex®, une matière plastique biodégradable de BASF issue de ressources fossiles. Pour
satisfaire rapidement la demande, la capacité de production va donc être portée de 14.000 à plus de
60.000 tonnes/an. Parallèlement, la société a aussi augmenté la capacité de production de son unité de
compoundage qui fabrique l'Ecovio®.

Sources : Emballage Digest - juillet 2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 16


Aspects psycho-sensoriels des emballages
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Communiquer par les sens


Lorsque le consommateur arpente les linéaires des magasins, ses cinq sens sont en éveil. Tout d'abord la
vue, il regarde, il cherche à identifier le produit souhaité par la couleur et la forme de son emballage.
Ensuite, c'est la marque du produit et les diverses indications du packaging qui vont intervenir. Les
deniers remparts au passage dans le caddie sont les sens de proximité avec en premier lieu le toucher et
de plus en plus souvent l'odorat. L'enjeu du concepteur d'emballage est de maintenir une cohérence
entre cet enchaînement de sensations, sans oublier que ce qui est annoncé par la couleur, le toucher et
l'odeur de l'emballage soient en accord avec les caractéristiques du produit pour générer l'acte de
ré-achat.`

Les grands groupes cosmétiques l'ont compris depuis longtemps et donnent à leurs emballages le reflet
du produit qu'ils contiennent. On retrouvera la douceur et la texture du coton d'un produit doux et
hydratant sur l'extérieur de l'emballage. Nos cinq sens sont les ambassadeurs de notre relation avec les
objets. La vue, le goût, l'odorat ont déjà fat l'objet de recherche de solutions industrielles, le toucher,
par contre fonctionne avec des outils à caractère artisanal.

Les exemples ne manquent pas…

- Le toucher du bouchon d'une bouteille mais aussi le bruit à l'ouverture de la bague d'inviolabilité.

- L'odorat peut aussi être sollicité, c'est le cas des barquettes de fraises qui avec de grosses perforations,
pour une excellente ventilation mais surtout pour laisser se répandre cette odeur caractéristique, a été
déterminante pour le développement du marché de la fraise haut de gamme (ciflorette, gariguette). La
qualité doit être reconnue et perçue par le consommateur, il faut lui donner les moyens de voir quelle
fraise est la bonne. Les produits sont ici valorisés par des efforts en terme de présentation, dont le visuel
fait partie, et de perception olfactive.

- Des effets visuels surprenants sont désormais possibles en 3D, par exemple, sur des tubes destinés aux
produits d'hygiène et de beauté sur lesquels le logo ou l'image imprimés semblent traverser le tube. Ces
reliefs permettent également une meilleure prise en main.

Les emballages sensoriels constituent un outil du marketing sensoriel qui peut se définir comme la
déclinaison du marketing qui vise à stimuler les achats et à conforter le lien entre la marque et ses
clients grâce à la sollicitation des cinq sens. L'action du marketing sensoriel peut se dérouler sur le
produit, la distribution et la communication. La diffusion d'odeurs agréables, une musique entraînante,
des couleurs appropriées sont autant de facteurs à considérer dans le cadre de la vente. La forme des
objets et leur texture donnent au consommateur des impressions positives ou négatives.
Contacts :
A lire en complément :

- Emballages plastiques, emballages sensoriels chez Danone - Newsletter Emballage plastique N°2
http://www.packplast.org/_images/pdf/futurs2.pdf

-L'analyse sensorielle au service des produits industriels - Casimir


http://www.casimir.org/pdf/52-analsenso.pdf

L'emballage sensoriel de la glace confiserie de Magnum


Pour ses nouveautés Mini 2008 qui s'enrichissent de deux nouveaux parfums (chocolat noir et
fraise&chocolat), Magnum a choisi un emballage wrap aluminisé qui traduit toute la gourmandise de
cette marque d'Unilever.

"Les Mini Magnum se positionnent dans l'univers de la confiserie et nous avons donc choisi ce type
d'emballage qui est un peu l'emballage code de cet univers" explique le chef produit de Magmum
France. Le support aluminisé exprime toute la dimension sensorielle de la confiserie, ajoute -t-il. Il
suscite l'achat d'impulsion et l'envie. Le froissement du film et sa sonorité à l'ouverture éveille la
gourmandise. Pour les glaces en bâtonnet format classique, c'est l'emballage en carton qui est retenu. Il
s'inscrit comme le code des glaces dessert premium. En outre, il est léger et facile à trier, note Magnum.
La marque revendique 10% du marché de la glace vendue en GMS, et 60% de pdm sur la glace en
bâtonnet premium. Les ventes de Magnum se répartissent à 80% en GMS et 20% hors domicile, dans la
ligne de la répartition du marché en France (2/3 en GMS et 1/3 hors domicile).

Sources : Emballage Digest - 28/03/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 17


Aspects psycho-sensoriels des emballages
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Un packaging innovant et de rupture chez Yoplait pour Dizzy


C'est un packaging inhabituel, en l'occurrence une bouteille aluminium, que Yoplait a choisi pour son
premier soft-drink du rayon frais : Dizzy une boisson pétillante, rafraîchissante et lactée, cautionnée par
Yop. Yoplait a fait appel à Dragon Rouge pour valoriser cette innovation de rupture et répondre à un
triple enjeu : ... exister sur un segment hyper encombré et bataillé (l'ultra-frais), séduire une cible de
jeunes adultes (15 - 25 ans), par essence très versatile et difficile à capter, et valoriser l'innovation
produit et l'expérience sensorielle et le plaisir qu'il délivre.

Dragon Rouge a donc imaginé un concept de marque, en adéquation avec le packaging, véhiculé par
l'univers visuel, en rupture avec les codes du marché de l'ultra-frais, tout en générant mystère, séduction
et désir, dans un langage visuel contemporain et sophistiqué : habillage graphique de la bouteille
aluminium ; code couleur puissant, premium et novateur - le purple, et identité de marque riche, au
décor polysensoriel psychédélique. L'univers de marque choisit de donner la parole à Dizzy, en mettant
en scène une mascotte totalement 'déjantée' - le dizzy moose - en s'exprimant dans un registre à la fois
coloriel, typographique et photographique spécifiques.

Sources : Emballage Digest - 18/09/2008

Le design packaging pour femmes explose aux Etats-Unis


Le marché de l'agroalimentaire aux Etats-Unis a recensé 298 boissons, 64 pains enrichis et 57 céréales
ciblant spécifiquement les femmes, ces 4 dernières années. Et plus d'un millier de produits en tout,
selon une étude de la société Mintel, qui relève deux techniques principales pour "féminiser" un
produit outre-Atlantique : l'ajout de fortifiants censés subvenir à des besoins de la morphologie
féminine ou l'élaboration d'un design packaging spécifique. Parmi ces derniers, on note la canette de la
boisson The Tab, que Coca-Cola destine aux femmes (dont la teinte dominante n'est pas sans rappeler
[celle de Pepsi->8197]), ou des yaourts à boire dont les courbes évoquent le corps des femmes. Et une
fois n'est pas coutume, la tendance viendrait du Vieux continent : "Ce concept est très fréquent en
Europe. On voit cela beaucoup plus fréquemment en Europe, des boissons qui aident à perdre du poids,
des eaux parfumées et des barres chocolatées pour les femmes" analyse Lynn Dornblaser, du cabinet
Mintel.

Sources : Franceemballage.com - 21/05/2007

Fortant White Merlot obtient l'Oscar de l'Emballage


La bouteille sérigraphiée Fortant White Merlot a reçu l'Oscar de l'Emballage 2004. Cette distinction
récompense un design contemporain et coloré qui inclut tous les éléments de la bouteille, de la capsule
à vis au verre. La sérigraphie légère, ludique et printannière invite à la détente, à l'évasion. Les couleurs
choisies, en parfaite harmonie avec le vin, suggère le caractère fruité et gourmand du vin. Cet emballage
sensoriel qui communique si bien les caractéristiques produit a été créé pour séduire un consommateur
submergé par une offre souvent confuse.

Sources : Site de Fortant - http://www.fortant.com

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 18


Aspects psycho-sensoriels des emballages
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Tetra Pak annonce de nouveaux emballages en 2008 avec un fort impact


sensoriel
C'est sur les études des attentes consommateurs en termes d'emballage que les designers du groupe
Tetra Pak s'appuient pour créer des concepts emballage + bouchon.

Concepts qui sont ensuite proposés à des panels de consommateurs sur un ordinateur. Ceux
sélectionnés sont fabriqués (bouchons et emballages prototypes), puis soumis de nouveau aux
consommateurs qui les testent. Tetra Pak dispose d'un scanner 3D qui scanne les bouchons prototypes
pour vérifier si ces pièces injectées moulées pourront être produire sur des machines à grande vitesse,
sans affecter la qualité de l'emballage final. Ce processus accélère la création : en quelques heures, un
concept est prêt. En un mois, ce sont plus de cent prototypes en moyenne qui sont créés (dont 20 à 30
concepts différents).

C'est dans ce centre-laboratoire du design, situé à Lünd, que sont nées les créations que Tetra Pak
dévoilera notamment à Interpack en 2008. D'ores et déjà, on peut dire que ces nouveaux concepts
mettent l'accent sur la praticité, le mode de consommation nomade, mais surtout valorisent fortement
l'impact sensoriel (son, toucher, sensation, vision) : le contact avec les doigts et les lèvres (pendant que
le consommateur boit) a été considéré comme un moyen important de différenciation. L'impression sera
également mise en avant. Notamment, la thermochromie qui permet d'utiliser l'encre de façon différente
ou l'impression numérique et laser qui assure une différenciation tardive.

Sources : Emballage Digest - 21/09/2007

Une emballage visuel pour une prothèse auditive


La société Goodmorning Technology a réalisé un emballage original pour l'entreprise de prothèse
auditive Widex. La boîte en carton servant d'emballage à la prothèse auditive est imprimée de manière à
donner l'illusion d'un son au moment de son ouverture.

Voir la vidéo pour mieux comprendre le fonctionnement :


http://www.mercadoc.org/index.php/2007/11/28/499-illusion-sonore

Sources : Mercadoc - 28/11/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 19


Aspects psycho-sensoriels des emballages
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Ouverture d'une matériauthèque sensorielle début 2008


Le 20 mars dernier, à Tours, dans les locaux de l'Ecole Supérieure de Commerce et de Management
(ESCEM) Tours-Poitiers, s'est tenue la première Journée du Sensoriel. Cet événement, auquel ont
participé de nombreux industriels et universitaires, aura permis notamment de donner le coup d'envoi
d'une nouvelle structure tout à fait originale. Fruit d'une quinzaine d'années de réflexion et
d'expériences de deux personnalités du design, Régine Charvet-Pello, directrice de l'agence RCP Design
Global, et Jean-François Bassereau, enseignant à l'ENSAM et expert en métrologie sensorielle, ce projet,
soutenu par de nombreux partenaires institutionnels et privés, devrait aboutir à l'ouverture de la
première matériauthèque sensorielle début 2008. Explications de Régine Charvet-Pello. Propos
recueillis par Jean-François Desessard.

BE France - Qu'est-ce qu'une matériauthèque sensorielle ?

Régine Charvet-Pello - Contrairement aux matériauthèques "classiques" qui sont de véritables banques
de données dont l'essentiel de la mission est de recenser chaque famille de matériaux en fonction de ses
caractéristiques physiques et techniques, la matériauthèque sensorielle, plutôt généraliste, est centrée
sur un seul segment, le sensoriel. Autrement dit, il s'agit de prendre en compte les composantes
visuelles, tactiles et sonores de chaque matériau. Aussi cette matériauthèque sensorielle reposera-t-elle à
la fois sur un fond réel d'échantillons, que les utilisateurs pourront toucher et prendre en main afin de
mieux comprendre comment ils fonctionnent, et une base de données qui renfermera un certain nombre
d'informations caractérisant chaque matériau sur le plan sensoriel et grâce à laquelle il sera possible par
exemple de trouver un matériau à partir d'une sensation souhaitée.

BE France - A quels publics sera-t-elle destinée ?

Régine Charvet-Pello - Pour la plupart, les matériauthèques classiques sont issues des écoles
professionnelles, c'est-à-dire les écoles d'ingénieurs et les écoles d'architecture ou de design. Aussi
sont-elles essentiellement tournées vers un public d'architectes, de designers, voire d'ingénieurs.
Certes, elles répondent également à la demande des industriels et des PME-PMI, mais nous souhaitons
que la matériauthèque sensorielle s'ouvre plus largement à ces publics, mais aussi aux chercheurs, qui
pourront non seulement y puiser des données mais l'alimenter. Nous tenons beaucoup à ce que cette
structure soit accessible au grand public, mais encore aux scolaires et aux étudiants qui pourront y
trouver des éléments pour réaliser leurs propres travaux universitaires.
Contacts :
Régine Charvet-Pello : tél. +33(0)6 85 40 12 12 - email : r.charvet.pello@rcp.fr
Sources :

Origine : BE France numéro 194 - ADIT - 28/06/2007 -


http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/43393.h

Sensotact, un référentiel tactile


Cet outil de mesure des sensations du toucher a été élaboré par Renault.

Les perceptions sensorielles interviennent de plus en plus dans la décision d'achat. C'est pourquoi
Renault a élaboré un outil de mesure tactile, Sensotact, commercialisé par l'agence de marketing
polysensoriel Quinte&sens. Ce référentiel, pratique et simple d'utilisation selon Sibylle Godeau, chef
de produit, analyse les perceptions tactiles et les répertorie afin de mieux répondre aux attentes des
consommateurs. Il se présente sous la forme d'une mallette contenant 10 descripteurs et 50 références.
"On peut référencer l'intensité de rugosité du packaging d'un soin de gommage, en cohérence avec le gel
granuleux contenu dans l'emballage, ou mesurer le toucher de l'emballage d'un gel nettoyant pour
retrouver la même sensation que l'on a sur le visage, une fois le soin appliqué, indique Sibylle Godeau.
Le packaging n'est plus seulement un facteur dans la décision d'achat mais devient aussi un mode
d'emploi." Depuis son lancement, Sensotact a permis de développer des "cartes d'identité tactile" pour
les designers et le marketing ou de référencer des produits dans les bases de données sensorielles de
responsables R&D dans les secteurs de la cosmétique, du sport, du textile, des jouets...

Sources : Emballage Magazine - 08/12/2004

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 20


Aspects psycho-sensoriels des emballages
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Plastipolis labellise le projet Plastiglass


Dans le cadre du pôle de compétitivité Plasturgie - Plastipolis- un projet en cours de développement
étudie les propriétés sensorielles des matériaux plastiques (toucher, odeur, couleur,...). L'objectif est de
jouer sur les cinq sens, et en particulier sur ceux qui sont peu utilisés comme le toucher et l'odorat. Ce
projet trouve des applications nombreuses sur tous les marchés concernés par l'aspect «marketing» des
produits contenant des matériaux plastiques.

Plastiglass : les plastiques sensoriels appliqués aux emballages cosmétiques

Objectif :
Substituer le verre par le plastique dans l'emballage cosmétique en reproduisant toutes les propriétés
sensorielles du verre.

Partenaires :
PLASTOHM ( porteur )
MINO GAILLARD SNDG
ITECH

Sources : Pôle Plastipolis - http://www.plastipolis.fr

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 21


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Suivre la trace vos produits


La norme NF EN ISO 8402 définit la traçabilité comme « l'aptitude à retrouver l'historique, l'utilisation
ou la localisation d'une entité au moyen d'identifications enregistrées », le mot entité désignant d'une
façon générale une activité ou un processus, un produit ou un organisme vivant. La traçabilité répond à
des attentes des consommateurs, des entreprises et des pouvoirs publics.

Si la traçabilité a concerné tout d'abord des produits issus de secteurs d'activités exposés à des risques
(agroalimentaire, santé, aéronautique…), elle est aujourd'hui devenu une démarche incontournable qui
concerne de nombreux autres secteurs : automobile, transport, BTP, textile, ameublement, cosmétique,
industrie du luxe, maintenance, traitement des déchets…

Technologies de mise en œuvre : le RFID prend le pas sur le code à barres

La mise en œuvre d'une gestion de la traçabilité repose sur l'utilisation de technologies de support et de
capture de l'information (optiques, électroniques…) associées à des technologies de l'information et de
la communication. Alors que les codes à barres linéaires semblent demeurer les supports les plus
utilisés, ils sont aujourd'hui progressivement délaissés en faveur des étiquettes électroniques RFID qui
présentent davantage d'atouts mais dont les coûts restent encore élevés.
En termes d'évolutions technologiques, il convient également de citer le développement des codes
matriciels (Datamatrix, QR Code…), et plus généralement les travaux actuels qui s'orientent vers la
traçabilité unitaire des produits (code numérique unique, Electronic Product Code ou EPC) et vers la
localisation de produits en temps réel (Real Time Locating System - RLTS).

La contrefaçon et les systèmes d'authentification

La contrefaçon est le fait de reproduire ou d'imiter quelque chose sans en avoir le droit. La notion de
contrefaçon a souvent une connotation péjorative, sous-entendant une chose de mauvaise qualité. La
contrefaçon touche tous les domaines de la production industrielle : reproduction musicale (ex. CD
musical), production de vêtements (ex. pantalon), production alimentaire (ex. sauce mayonnaise dite
naturelle), accessoires de luxe (ex. parfum), médicaments (cancer; troubles de l'érection; infections)…

Les technologies d'authentification permettent d'apporter la preuve de l'authenticité d'un produit ou


d'un organisme vivant, ou de reconnaître un individu. Elles sont en particulier mises en œuvre pour
détecter et dissuader les contrefaçons et les falsifications de documents.

La preuve de l'authenticité d'un produit est apportée par un élément probant qui lui est intimement
attaché.

Les éléments probants peuvent être visibles dans des conditions d'observation normales, nécessiter un
outil d'inspection manuel (dispositifs cachés) ou une trousse de détection plus sophistiquée
(dispositifs discrets), ou encore requérir une analyse de laboratoire (dispositifs légaux).
Contacts :
A lire également, les fiches techniques de la CCI Champagne-Ardenne :
- "RFID pour les emballages inteligets"
http://www.emballagesmagazine.com/article/page_article.cfm?idoc=134549&navartrech=1&id_sit
e_rech=12&maxrow=6f
- "Lutte contre la contrefaçon"
http://www.champagne-ardenne.cci.fr/fr/plate_forme/AutoIndex_v1/veilles/fiches-techniques/Emb
allage%20Info/2004/22luttecontrefacon.pdf

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 22


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Pas de réglementation européenne de la RFID


Bruxelles souhaite laisser le marché des étiquettes radio se développer sans entraves.

S'exprimant lors du dernier CeBIT, le salon international des technologies de l'information, à Hanovre
(Allemagne), Viviane Reding, commissaire européen chargée de la société de l'information et des
médias, a déclaré qu'"il n'y aura pas de réglementation en matières de puces RFID" au sein de l'Union.
"L'Europe est l'un des principaux acteurs internationaux pour la recherche et le développment en
matière de technologie RFID, et ses entreprises occupent une position enviable dans ce domaine",
souligne-t-elle. Ses services estiment que le marché européen pourrait passer de 500 millions d'euros en
2006 à 7 milliards en 2016.

En revanche, à la suite de la consultation publique lancée il y a un an sur le thème des étiquettes


électroniques, elle estime qu'il faut fournir un effort d'information auprès des citoyens, dont 70% se
disent être mal informés sur le sujet. La Commission envisage néanmoins d'adapter la législation
existante en matière de protection de la vie privée. Elle proposera dans quelques mois des modifications
à la directive "vie privée et communications électroniques" afin que celle-ci tienne compte des
applications RFID. Bruxelles va suivre l'évolution du marché de la RFID et fera fin 2008 une nouvelle
évaluation des "options politiques envisageables" et du "besoin d'initiatives législatives
supplémentaires".

Sources : Emballage Magazine - 23/03/2007

Première étiquette sécurisée intelligente


Toppan Printing, Hitachi et Hitachi Chemicals ont développé conjointement la première vignette qui
combine un hologramme et une puce RFID, nommée "RFID Crystagram". Cette étiquette permet de
garantir l'authenticité d'un produit grâce à l'hologramme et d'en assurer le suivi grâce à la puce RFID.
Les trois entreprises visent le marché des produits de luxe, des médicaments et de l'alimentaire pour
lesquels la traçabilité et l'authenticité sont indispensables.

L'hologramme utilisé est un "crystagram", produit développé par Toppan Printing : l'hologramme est
façonné par ablation avec un faisceau d'électrons (démétallisation) ce qui donne une image de
haute-définition très difficile à reproduire. De plus, un adhésif spécifique est utilisé afin que, en cas
d'arrachage de la vignette, seul le film soit enlevé et que l'hologramme reste fixé sur le produit.

La puce RFID employée est la "mu-chip" développée par Hitachi : mesurant 0,4 x 0,4 mm2 pour une
épaisseur de 0,045 mm, c'est la plus petite puce RFID du monde. Elle possède une mémoire de 128 bits,
permettant d'attribuer un code unique à 38 chiffres à chaque puce, et utilise une fréquence de 2,45 GHz.

L'aluminium déposé pour réaliser l'hologramme sert aussi d'antenne radiofréquence. Le produit final
obtenu a une épaisseur de 0,05 mm et la distance de transmission est d'environ 2 cm pour une étiquette
de 25 x 20 mm2 (la distance varie en fonction du modèle et de la taille de l'hologramme ainsi que du
support sur lequel il est fixé).

La mise en vente est assurée par Toppan Printing, la fabrication par Hitachi Chemicals et la vente du
système de lecture des puces par Hitachi. La prise de commande a débuté le 4 mars 2008 et les premiers
lots de RFID Crystagram seront prêts en septembre. Le prix de l'unité est actuellement de 50 yens (30
cents) mais si les objectifs de vente sont atteints (400 millions de yens soit 2,5 millions d'euros d'ici
2010) une production de masse (10 millions d'étiquettes par mois) sera amorcée, abaissant ainsi le prix
d'une unité à 30 yens (18 cents).
Contacts :
mu-chip, Hitachi (en) - http://www.hitachi.co.jp/Prod/mu-chip/

Sources : - Press release Toppan Printing (japonais/anglais) - 28/02/2008 -


http://www.toppan.co.jp/english/news/newsrelease688.html
- Tech-on (japonais) - 29/02/2008 -
http://techon.nikkeibp.co.jp/article/NEWS/20080229/148223/?ref=ML
Origine : BE Japon numéro 476 - Ambassade de France au Japon - 25/03/2008 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/53655.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 23


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Allô, un emballage vous "parle"


L'américain Graphic Packaging annonce la première application de la technologie interactive Snap2C.

Accéder aux informations commerciales ou autres relatives à un produit via un téléphone : c'est ce que
permet de faire l'américain Graphic Packaging avec la technologie interactive Snap2C, dont la première
application vient d'être réalisée pour le volailler Springer Mountain Farms. Un code DataMatrix est
intégré à l'emballage. En le scannant avec un téléphone portable, le consommateur peut être connecté à
une « hotline » pour obtenir des informations, directement ou sur son ordinateur personnel, sur les
escalopes de poulet ou des recettes, s'assurer qu'il a tous les ingrédients pour cuisiner le produit, ou
bénéficier d'offres spéciales, de promotions… « Snap2C crée un lien marketing en temps réel entre le
consommateur et le produit sur le point de vente et chez lui, sur le lieu de consommation », souligne
Charles Brignac, responsable marketing des solutions d'emballage pour le commerce de détail chez
Graphic Packaging.

Sources : Emballage Magazine - 10/09/2008

Une étiquette électronique dans un bouchon


NEC et Toyo Seikan ont conçu un prototype de capsule en plastique intégrant une puce RFID.

Les groupes japonais NEC et Toyo Seikan ont conçu un prototype de bouchon en plastique intégrant
une étiquette électronique et l'antenne associée, permettant de stocker des informations sur la traçabilité
des boissons ou des données commerciales. Selon le groupe d'électronique, cela constitue une première
mondiale. La puce, d'un diamètre de 24 millimètres, fonctionne à 2,45 gigahertz. Les deux partenaires
prévoient de lancer la fabrication en série de cette capsule en 2008. Ils annoncent également travailler à
des développements sur les boîtes-boissons, les briques en carton, les bouteilles en verre et les flacons
en plastique.

Sources : Emballage Magazine - 23/03/2007

Des enveloppes à "puces"


La Poste espagnole a lancé un projet unique en Europe d'étiquettes à puces à coller sur les enveloppes.
Avec 10.000 enveloppes-tests par mois, ce dispositif devrait pouvoir permettre de détecter les
congestions en temps réel et d'améliorer la qualité de service. Le système a été développé pars les
compagnies Aida Center, Symbol et Sybase. Après avoir investi plus d'un million d'euros, la Poste
espère ensuite réutiliser cette technologie pour certaines de ses activités et éventuellement l'étendre à
plus long terme à tout le courrier.

Une étiquette RFID (Radio Fréquence Identification) ressemble à une étiquette classique. Elle est déjà
utilisée dans les entrepôts et est considérée comme le successeur du code barre. Elle est constituée d'une
puce qui contient une antenne émettrice et les données d'identification de l'objet. Les données sont
transférées à un récepteur pour localiser le colis. Pour mener à bien ses expériences, la poste a acquis
5.000 étiquettes, 1.900 antennes fixes et 330 lecteurs.

Cependant, cette technologie suscite cependant de nombreuses polémiques. Les données de localisation
pourraient en effet constituer une atteinte à la vie privée des acheteurs, en permettant leur "pistage".
Dans le cas de la Poste, elle supposerait un contrôle total du système postal espagnol. Mais la Poste a
expliqué que ces 10.000 envois seront réalisés par un organisme extérieur et que ces étiquettes ne
contiendront aucune donnée personnelle mais un tout au plus un numéro d'identification. Par ailleurs,
ces étiquettes sont passives et n'émettent d'information qu' à proximité d'une antenne.

Enfin, la Poste gère plus de 5 milliards d'envois postaux par an et dessert plus de 19 millions de
domicile. L'usage généralisé d'étiquette électronique n'est donc pas encore envisagé car il serait
extrêmement coûteux. Il pourrait néanmoins être utilisé pour les envois de paquets.

Sources : El Pais, 13/03/2007


Origine : BE Espagne numéro 62 - Ambassade de France en Espagne - 26/04/2007 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/42444.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 24


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

SATO lance le DIP


SATO, pionnier de l'Identification Automatique et de la Collecte de Données, et leader dans l'impression
code-barres et les solutions EPC/RFID, a annoncé sa nouvelle technologie d'impression RFID (en
attente de brevet) : une tête d'impression thermique intégrant un encodeur à la conception unique. Cet
encodeur rend possible l'envoi de données avec une telle précision que cela permet l'encodage exact et
direct des inlays de petite taille. L'impression de petites étiquettes RFID ne nécessite aucun
convertisseur d'étiquettes ni processus supplémentaire d'insertion d'inlay RFID : d'où le terme Direct
Inlay Printing (impression directe sur inlay).
Les mandats RFID, incluant ceux mis en place par les principaux groupes de la distribution, font monter
le besoin en système RFID UHF. Les tags RFID UHF offrent des avantages évidents en terme de capacité
de lecture à volume élevé, même dans des environnements difficiles. Cette technologie d'impression
RFID innovante est également parfaitement adaptée aux besoins des applications RFID UHF en circuit
fermé.
En plus de cette optimisation mécanique, unique et avantageuse de l'imprimante RFID UHF, le bénéfice
de cette technologie (en attente de brevet) est qu'elle garantit un flux plus important, car elle imprime
très précisément sans réajustement constant de l'étiquette et de son positionnement. Cette technique
innovante est idéalement adaptée aux exigences de la RFID Gen 2 conforme EPC, car elle garantit que les
tags vierges soient identifiés et correctement marqués.

Avec DIP, les fournisseurs de la distribution disposent d'un système abordable pour répondre aux
exigences de l'étiquetage conforme RFID des palettes et des cartons. Ils s'adapteront aux applications
existantes au niveau des cartons, même pour équiper les utilisateurs pour les exigences futures
d'équipement au niveau des articles unitaires. Les tags de petite taille (ils peuvent être aussi petits que
97 x 27 mm) sont acceptés par les acteurs majeurs de la distribution, en combinaison avec les étiquettes
palettes d'expédition EAN 128 existantes. DIP ne nécessitent pas de besoins spécifiques pour être
intégrées dans les systèmes ERP ou WMS existants. Les applications « Slap&Ship »1 simples peuvent
être réalisées de manière satisfaisante : un scanner est connecté à l'imprimante, sans modification de
l'infrastructure IT existante, pour capturer automatiquement les données depuis des étiquettes à
code-barres, encoder les données et imprimer des étiquettes RFID à la demande.
« DIP est tout simplement la récompense pour notre investissement considérable en Recherche &
Développement, spécialement en impression RFID, pour aider à l'adoption plus large de la technologie
dans la chaîne d'approvisionnement », dit Kaz Matsuyama, Directeur Général de SATO International. Il
ajoute : « L'intégration facile dans les applications existantes et les systèmes IT offre une preuve
justifiée de retour sur investissement, même pour les applications d'étiquetage conforme. »

Slap&Ship signifie appliquer une étiquette RFID sur un carton ou une palette juste avant l'expédition,
d'un fournisseur vers un distributeur. Un scanner est connecté à l'imprimante, habituellement sans
modification de l'infrastructure IT existante, pour capturer automatiquement les données qui sont
transmises au tag RFID. L'usage de la RFID est de satisfaire strictement les exigences du distributeur,
comme parfois le mandat RFID chez Metro ou Wal-Mart.

A propos de SATO
SATO est un pionnier de l'industrie de l'Identification Automatique et de la Collecte de Données
(AIDC), et l'inventeur mondial de la première imprimante code-barres électronique transfert thermique.
SATO a révolutionné l'industrie du code-barres en introduisant le concept de Système de Collecte de
Données et d'Etiquetage (DCS & Labelling) - une solution totale d'étiquetage et de code-barres
fournissant des imprimantes code-barres de haute qualité, des scanners et des terminaux de lecture, des
logiciels de création d'étiquettes et des consommables. SATO est l'un des premiers à avoir introduit sur
le marché une offre complète de solutions multi-protocoles RFID UHF conformes EPC.

SATO est une entreprise côtée sur le premier marché de la Bourse des Valeurs de Tokyo au Japon. SATO
possède des filiales aux Etats-Unis, en Belgique, en France, en Allemagne, en Espagne, au Royaume-Uni,
en Pologne, en Nouvelle-Zélande, en Australie, à Singapour, en Malaisie, en Thaïlande et en Chine. Le
chiffre d'affaires de SATO s'est élevé à 705 millions de US$ (522 millions d'euros) pour l'exercice fiscal
clôturé le 31 mars 2007.
Contacts :
SATO
Parc Activités - rue J. Messager
59175 Templemars
FRANCE
http://www.satoeurope.com/fr/index.html
Sources : Logismarket - 30/06/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 25


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Un centre technique pour la RFID


Le gouvernement va accroître son soutien à l'identification par radiofréquence.

Le gouvernement veut favoriser l'adoption de la technologie de l'identification par radiofréquence


(RFID) par les PME et soutenir les projets collaboratifs de recherche dans ce domaine. En visite sur le
pôle microélectronique de Rousset (Bouches-du-Rhône), la Silicon Valley provençale, Hervé Novelli,
secrétaire d'Etat aux entreprises et au commerce extérieur, a annoncé un coup de pouce d'un montant de
5 millions d'euros. Un centre technique national de référence sera créé et doté de près de 2 millions
d'euros sur trois ans pour sa mise en place. Fort d'une dizaine de personnes, il "aura pour mission
d'aider les entreprises, particulièrement les PME", à développer, maîtriser et intégrer cette technologie
dans leurs produits ou activités, grâce à des moyens de test et de R&D ainsi qu'à une offre de services
d'information, de formation, de veille et de conseil. Un appel à candidatures pour l'abriter sera lancé
début novembre, avec un choix dans les quatre mois. Parallèlement, un second appel à projets, doté d'un
budget de 3 millions d'euros, sera lancé début 2008 "pour soutenir des projets collaboratifs" associant
offreurs de technologie et utilisateurs. "Fin 2009, nous ferons le point, a précisé le ministre. Il y a
d'autres technologies pour la traçabilité, il ne s'agit pas de tout miser sur la RFID, mais j'y crois. C'est
une technologie qui n'est pas stabilisée et beaucoup plus porteuse de développements ultérieurs" que
ses concurrentes comme les codes-barres. Il a rappelé que les pouvoirs publics ont déjà consacré près de
7 millions d'euros à l'aide à la recherche et développement de la RFID à travers les pôles de
compétitivité et que le marché mondial est passé de 2,3 à 5 milliards d'euros entre 2006 et 2007, les
études montrant qu'il devrait être multiplié par cinq dans les dix prochaines années.

Sources : Emballage Magazine - 28/09/2007

Un centre national de référence pour la RFID


La candidature CEN@RFID, à Valence, a été retenue.

Le gouvernement français a annoncé que, à la suite de l'appel d'offres lancé en novembre dernier, la
candidature CEN@RFID, portée par le pôle de compétitivité SCS (solutions communicantes sécurisées),
en partenariat avec le pôle traçabilité de Valence (Drôme), a été retenue pour donner naissance à un
centre de référence national dédié à l'identification par radiofréquence (RFID), à Valence. Ce centre sera
financé par l'Etat à hauteur de 2 millions d'euros sur trois ans. Il sera chargé de valider et évaluer les
diverses solutions dans le domaine, de mener des missions d'information et de sensibilisation des
acteurs économiques afin de développer cette technologie de traçabilité des produits et ses usages par
les entreprises, notamment les PME, de contribuer aussi à sa normalisation et même de coordonner la
réponse française à l'appel à candidatures européen pour un réseau RFID communautaire.

Sources : Emballage Magazine - 29/05/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 26


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Obtention de transistors faits à partir de papier


Un groupe de chercheurs du centre de recherche des matériaux du CENIMAT de l'université Nouvelle de
Lisbonne a pu produire pour la première fois des transistors sur une couche de papier, une découverte
dont les résultats pourront être appliqués dans le champ de l'électronique jetable à bas coûts.

Déjà présenté comme support possible de composants électroniques, c'est la première fois que le papier
est utilisé comme partie intégrante du transistor. Elvira Fortunato, la coordinatrice de l'équipe explique
que "nous avons réussi à démontrer qu'une simple feuille de papier peut à la fois être utilisé comme
support physique d'un transistor mais aussi comme isolant électrique. Cela est rendu possible parce que
la technologie que nous développons fonctionne à température ambiante et que c'est un processus
physique compatible avec des substrats cellulosiques, la base des feuilles de papier". Les tests effectués
en laboratoire ont montré que ces dispositifs sont aussi compétitifs que les meilleurs transistors à film
mince basés sur des oxydes semi-conducteurs. Les applications possibles d'une telle technologie sont
variées comme des écrans de papier, des étiquettes d'emballage intelligentes, des puces d'identification
ou des applications médicales dans les biosenseurs.
Contacts :
- CENIMAT : http://www.cenimat.fct.unl.pt/
- Elvira Fortunato, Departamento de Ciência dos Materiais, Faculdade de Ciencias e Tecnologia,
Universidade Nova de Lisboa, 2829-516 Caparica, Portugal - tél : +351 212 948 562, fax : +351 212
948 558 - email : emf@fct.unl.pt

Sources : "Investigadores produzem transístores com papel" - Jornal de Notícias - 22/07/2008 -


http://jn.sapo.pt
Origine : BE Portugal numéro 34 - Ambassade de France au Portugal - 28/08/2008 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55774.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 27


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

Les nanotechnologies au service de la lutte contre la contrefaçon


Un coup dur pour les contrefaçons a été donné par le Conseil National des Recherches (CNR) de Naples,
la ville qui justement souffre du stéréotype de la capitale des imitations. Les chercheurs de l'Institut
pour les matériaux composites et biomédicaux (Imcb) du CNR ont mis au point un système capable de
démasquer les objets contrefaits.

Il s'agit d'un matériau innovant, qui conjugue les propriétés des métaux nanoscopiques avec celles des
polymères : une matrice de matières plastiques renferme des nanoparticules métalliques. Le métal,
exposé à des radiations ultraviolettes de fréquence adéquate, émet une lumière colorée par fluorescence,
une propriété typiquement observée pour les composés moléculaires et semi conducteurs comme le
silicium et le germanium, mais qui peut aussi apparaître pour des métaux de dimensions irrégulières, ce
qui est dans ce cas plus difficile à observer.

"La teinte chromatique de la lumière peut être contrôlée en changeant la composition des
nanoparticules", explique Gianfranco Carotenuto, chercheur de l'Imcb-Cnr de Naples, créateur du
système. "On peut par exemple utiliser un alliage or/argent ou bien du métal pur. Le métal contenu dans
le produit de marque devient la caractéristique qui fait la différence et qui reste inapparent, comme une
étiquette invisible."

"Garantir à une entreprise que son propre produit n'est pas contrefait", explique Francesca Nicolais,
chercheur au Département des Sciences de la Communication de l'Université de Salerne, qui a développé
l'idée avec son collègue de l'Imcb-Cnr, "signifie avant tout sauvegarder les investissements de la
construction d'une identité de marque, qui peut être facilement soumise à la contrefaçon".

Une garantie qui pourrait aider à bloquer les vrais marchés parallèles de marchandises, distribuées
irrégulièrement ou contrefaites, vers lesquels les titulaires des marques endommagées ont bien peu de
moyens de distinction. "Une entreprise qui réussi à éviter la contrefaçon et les fournisseurs illégaux",
ajoute la chercheur, "ce sera une entreprise plus compétitive et incitatrice à l'innovation avec des
bénéfices en termes d'emploi".

Et si la combinaison de couleurs est mise à jour, il est possible de changer la composition des
nanoparticules métalliques comme la combinaison d'un coffre fort ou le mot de passe d'un système
informatique. "Une caractéristique de cette approche est sa simplicité", souligne Carotenuto. "La
fluorescence est une technique déjà amplement appliquée dans le domaine de l'authentification, mais
dans notre cas la couleur émise peut être modifiée et contrôlée de manière continue, permettant d'obtenir
n'importe quelle nuance chromatique. En outre, l'émission de lumière se vérifie exclusivement par
exposition à la radiation incidente d'une longueur d'onde bien précise, et relever seulement la présence
de l'agent fluorescent résulte donc difficile si on ne dispose pas de la source de radiation nécessaire
pour l'excitation de ce matériel spécifique". La sécurité vient donc garantie par la combinaison entre la
composition du produit de marque et le type de lampe utilisé pour en exciter la fluorescence.

Mais les possibles applications ne s'arrêtent pas là. Ce matériel innovant peut être utilisé en
électronique, photonique et optoélectronique. Il va de l'utilisation comme filtre à appliquer sur cellules
photovoltaïques pour en augmenter l'efficacité dans la production d'énergie électrique, à la réalisation
de diodes émettrices de lumière (LED), senseurs photoconducteurs, afficheurs couleurs. Une autre
utilisation possible est par exemple dans la construction de serres puisque ce matériel est capable de
bloquer la radiation ultraviolette, dangereuse pour le métabolisme végétal, en la convertissant en
lumière rouge qui accélère et favorise la croissance de la plante.
Contacts :
- Gianfranco Carotenuto - Institut des matériaux et composites biomédicaux (IMBC) du Conseil
National de la Recherche de Naples - Tél : +39 081.7758833
- Rosanna Dassisti - Ufficio Stampa Cnr - Tél : +39 (0)6 49933588 - email : rosanna.dassisti@cnr.it
Sources : Rome, 10 juillet 2008 - http://www.cnr.it/cnr/news
Origine : Rédacteur : elena.dufour@diplomatie.gouv.fr
BE Italie numéro 67 (11/09/2008) - Ambassade de France en Italie / ADIT -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55880.htm

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 28


Emballages, traçabilité et contre-façon
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

ATS, une solution pour lutter contre la contrefaçon


Fléau mondial, la contrefaçon ne cesse de s'accroître et touche la plupart des secteurs. La situation est
telle que l'année passée, les organisateurs d'une vente aux enchères aux Etats-Unis prirent la décision,
oh combien rare, de repousser une vente exceptionnelle, celle d'une bouteille "Impériale" de Château
Pétrus 1961, d'une contenance de 6 litres, afin d'en vérifier l'authenticité. Des soupçons planaient en
effet sur cette rareté dont le prix allait sans doute atteindre des sommets, peut-être au-delà des 100.000
dollars selon certains experts.

Dans ce contexte, le projet ATS (Authenticité-Traçabilité-Sécurité), initié par Jean-Paul Dussausse, un


"business angel" dijonnais, fondateur de la société Transmissions, apparaît comme très prometteur.
Labellisé par le pôle de compétitivité Vitagora, il regroupe des partenaires tels que l'entreprise
dijonnaise Lara Spiral, la société nantaise MHS, IBM et l'Imprimerie Nationale et s'appuie sur une
comité scientifique que préside Charles Auffray, chercheur réputé du CNRS, et auquel participe
notamment Pierre Dusserre, directeur du Centre de Pathologie de Dijon ou encore le viticulteur Bernard
Hudelot.

Les premiers tests, menés en collaboration avec quatre producteurs de Bourgogne, du Beaujolais, de
Champagne et de Cognac, ont d'ores et déjà commencé et devraient se poursuivre durant environ deux
ans. L'objectif de ces travaux est que chaque produit, qu'il s'agisse d'une bouteille de vin, mais aussi
d'un flacon de parfum ou encore d'une volaille, puisse "embarquer" sa propre "empreinte digitale" sous
la forme d'un numéro, numéro grâce auquel il sera possible à tout moment de l'authentifier avec
certitude et, par conséquent, de lutter efficacement contre la contrefaçon.
Contacts :
ATS - Jean-Paul Dussausse - email : jp.dussausse@transmissions.fr
Origine : BE France numéro 213 - ADIT - 5/08/2008 -
http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/55528.htm

Tendances : Des solutions anti-contrefaçon


Parmi la vaste gamme de produits et de services de protection de marques, le groupe Solutions de
sécurité de Kodak propose un système de marquage totalement invisible : Kodak Traceless, utilisé pour
la lutte anti-contrefaçon.

Ce système est une technologie d'authentification scientifiquement indétectable utilisant des


marqueurs propriétaires et des lecteurs portables. Les matériaux de marquage Traceless peuvent être
mélangés aux encres, toners, vernis et autres consommables employés en impression analogique et
numérique, ainsi qu'à la pâte à papier, aux plastiques, poudres, pigments, liquides et textiles. Ainsi, les
produits et leurs emballages ne peuvent plus être copiés par les contrefacteurs, assure Kodak. Selon
Steve Powell, directeur général du groupe Solutions de sécurité de Kodak, «notre société est en train de
mobiliser les moyens considérables pour mettre en place des contre-mesures visant à arrêter le fléau
qu'est la contrefaçon».

Sources : Emballage Digest - 30/05/2008

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 29


Des acteurs en réseau
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

- Vitagora, pôle de compétitivité Goût-Nutrition-Santé en Bourgogne.


http://www.vitagora.com

- Plastipolis, pôle de compétitivité plasturgie en Rhône-Alpes et Franche-Comté


http://www.plastipolis.fr

- Pôle Traçabilité de Valence


http://www.poletracabilite.com

- Alimentec, Technopole des professionnels de l'alimentation de Rhône-Alpes


http://www.alimentec.com

- GSI, entreprise à but non-lucratif chargée de définir et de diffuser les standards GS1 dans les chaînes
d'approvisionnements
http://www.gs1.fr

- Packaging Valley, association de l'emballage et du conditionnement de Champagne-Ardenne


http://www.packagingvalley.org

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 30


Pour en savoir plus...
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain - Rencontre Innovation n°3 -
30/09/2008

A lire :

- Actipak
Evaluation de la sécurité, de l'éfficacité, de l'impact économique et environnemental, de
l'acceptation consommateur de systèmes d'emballages actifs et intelligents

Cette étude, réalisée par le cluster Packaging Valley, est un panorama sur les emballages actifs et
les systèmes intelligents.
http://www.packagingvalley.com/files/FINAL%20ACTIPAK.pdf

- Matériaux plastiques issus de ressources renouvelables & emballages " biodégradables " (juin
2008)
Note de position adressée à Monsieur Jean-Louis Borloo, Ministre d'Etat, ministre de l'écologie,
de l'énergie,_du développement durable et de l'aménagement du territoire, par Georges Robin,
Président du Conseil National, Gérard Benoist du Sablon, vice-président, Jérôme Bédier,
Président du Comité stratégique et Président de la FCD, et Olivier Labasse, délégué général. _Ce
document est l'aboutissement d'un atelier ouvert en début d'année qui a réuni 27 exp
http://www.conseil-emballage.org/web/pdf/Note_de_position_bioplastiques_short.pdf

- Les européens et la traçabilité

Étude quantitative réalisée auprès d'un échantillon représentatif de la population nationale des 18
ans et plus des pays européens suivants : France, Allemagne, Royaume-uni, Italie, et Espagne.
Sujet : Les européens et la traçabilité
http://www.gs1.fr/gs1_fr/content/download/40478/378549/file/GS1-les_europeens_et_la_tracabilit
e.pdf

Une nouvelle étude élargie aux cinq continents sera bientôt disponible, les résultats de l'Etude sur
la perception de la Traçabilité par les consommateurs dans le monde, menée en collaboration avec
la société TRACE ONE. Ont été présenté en exclusivité le 26 mars.

A visiter :

- Les Journées Packaging : Innovation Packaging et Développement Durable


4 et 5 décembre 2008

Les Journées Packaging seront incontestablement le rendez-vous phare de l'année. Organisé par
PACKTEC sous l'égide du Ministère de l'Industrie, de l'Energie et des PME avec l'appui de
l'Organisation Mondiale de l'Emballage (WPO), cet événement offre aux opérateurs tunisiens,
africains, arabes et européens l'occasion d'échanger et de débattre sur des thématiques d'actualité et
stratégiques pour l'avenir du secteur de l'emballage et du conditionnement.
http://www.agroligne.com/contenu/journees-packaging-innovation-packaging-developpement-durab
le

- Emballage 2008
17-21 novembre 2008

Le plus grand salon sur l'emballage organisé en France. Il présente toutes . 2200 sociétés exposebr
ce qui représente 53% de l'offre internationale dans 50 pays. Plus de 400 nouveautés présentées
avec un Espace Tendances (concentré d'idées et d'innovations) et un Espace Biomatériaux (zoom
sur les solutions émergeantes_et les principaux enjeux du secteur).
http://www.emballageweb.com

A consulter :

- Emballage Digest, mensuel consacré à deux grands thèmes : Packaging et Machines,


http://www.emballagedigest.fr

- Emballage Magazine, actualités sur l'emballage et le conditionnement proposées par la maison


d'édition de du magazine Usine Nouvelle, http://www.emballagesmagazine.com
Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 31
- Mercadoc, actualités sur le marketing sensoriel et le marketing olfactif, http://www.mercadoc.org

- Tracenews, l'actualité de la traçabilité. Portail d'informations et de veille consacré à la traçabilité,


A consulter :
Pour en savoir plus...
- Emballage Digest, mensuel
Emballages consacré
intelligents à deux
: découvrir grands thèmes
les fonctionnalités : Packaging
de demain - Rencontre et Machines,
Innovation n°3 -
http://www.emballagedigest.fr 30/09/2008

- Emballage Magazine, actualités sur l'emballage et le conditionnement proposées par la maison


d'édition de du magazine Usine Nouvelle, http://www.emballagesmagazine.com

- Mercadoc, actualités sur le marketing sensoriel et le marketing olfactif, http://www.mercadoc.org

- Tracenews, l'actualité de la traçabilité. Portail d'informations et de veille consacré à la traçabilité,


http://www.tracenews.info

- Tracabilite.org, diagnostic traçabilité en ligne (proposé par GS1), http://www.tracabilite.org/

Emballages intelligents : découvrir les fonctionnalités de demain p. 32