2004

81(92&$7,21/·$0e/,25$7,21
'(66$92,56(7'(67(&+1,
48(6&216758&7,9(6
8102<(1
/·$3352&+(,17(5&8/785(//(
81($0%,7,21'e9(/233(5
/(66$92,5)$,5((7/$48$
/,7e'(/$&216758&7,21
81352-(71$7,21$/
289(57685/(021'(
81(67$7,21(;3(5,0(17$/(
$86(59,&('(/$&216
758&7,21
coIIection C0NCEPTI0N PAkA5I5MI00E
c
o
I
I
e
c
t
i
o
n

C
0
N
C
E
P
T
I
0
N

P
A
k
A
5
I
5
M
I
0
0
E
cahier 2
0,/$1=$&(.
c
a
h
i
e
r



2
Y
X
O
Q
p
U
D
E
L
O
L
W
p

H
W

U
H
Q
I
R
U
F
H
P
H
Q
W

0
,
/
$
1

=
$
&
(
.
YXOQpUDELOLWp
HWUHQIRUFHPHQW


Remerciements
S’adressant aux architectes et ingénieurs, enseignants et professionnels,
ainsi qu’aux étudiants et chercheurs, la collection des cahiers
parasismiques constitue un ensemble de référence des connaissances
nécessaires à la conception, la construction et la protection des édifices et
des villes contre le phénomène sismique.

Cette collection a été développée avec l’aide du Ministère de l’Ecologie et
du Développement Durable dans le cadre du programme d’actions confié
aux Grands Ateliers pour améliorer l’enseignement des concepts et
méthodes de la conception et de la construction parasismiques au sein des
formations initiales des divers intervenants de l'acte de construire.

Elle est publiée par les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, groupement
d’établissements d’enseignement supérieur d’architecture, d’ingénierie,
d’art et de design, destiné à faire progresser la formation et la recherche
sur la construction et les matériaux.


La collection comprend actuellement les cahiers suivants :
1. Conception parasismique, niveau avant-projet, Milan Zacek,
2. Vulnérabilité et renforcement, Milan Zacek,
2-a. Guide d’évaluation de la présomption de vulnérabilité aux séismes des
bâtiments existants – Cas des constructions en maçonnerie et béton
armé, Milan Zacek
3. Urbanisme et aménagement territorial en zone sismique, objectifs et
problématique. Patricia Balandier,
4. Sismologie appliquée à l’usage des architectes et ingénieurs, Patricia
Balandier.


A paraître :
5. Comportement dynamique des structures
6. Construction parasismique, se déclinant sur les diverses technologies :
béton armé, acier, bois, constructions en terre, ainsi que sur le second
œuvre.
MILAN ZACEK
cahier 2
vulnérabilité
et renforcement
Mai 2004
TABLE DES MATIERES
Page n°
1. OBJECTIF ET METHODE 3
2. CONTEXTE 5
3. SPECIFICITE DES CONSTRUCTIONS EXISTANTES 7
3.1. SITUATION GENERALE 7
3.2. DIFFICULTES TECHNIQUES 7
4. PROJET DE REHABILITATION PARASISMIQUE D'UN BATIMENT 9
4.1. ETAPES 9
4.2. EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES D'UN
BATIMENT 10
4.2.1. Typologie 10
4.2.2. Relevé des facteurs de vulnérabilité (inventaire) 11
4.2.3. Evaluation de la présomption de vulnérabilité 11
4.2.4. Evaluation de la vulnérabilité 13
4.2.5. Exemples de méthodes d'évaluation de la
vulnérabilité des ouvrages aux séismes 13
4.3. EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES
A L'ECHELLE URBAINE 29
4.3.1. Vulnérabilité globale d'une zone 29
4.3.2. Vulnérabilité d'un ensemble de constructions 30
4.3.3. Guide HAZUS 99 32
4.4. STRATEGIES DE REHABILITATION PARASISMIQUE 37
4.4.1. Présentation générale 37
4.4.2. Réduction du niveau d'action sismique 39
4.4.3. Amélioration du niveau de performance d'un
bâtiment 41
4.5. TECHNIQUES DE RENFORCEMENT 43
5. CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS 45
6. BILBIOGRAPHIE ET REFERENCES 47
ANNEXE 53
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
3
1. OBJECTIF ET METHODE
Le bâti existant pose des problèmes importants de sécurité en cas de
tremblement de terre. Il est omniprésent et les opérations visant à lui
conférer une certaine résistance aux séismes sont de plus en plus
fréquentes, en accord avec l'évolution sociétale.
L'objectif de cette étude est de réaliser un panorama des problèmes liés à la
réhabilitation parasismique des bâtiments : présenter différentes approches
permettant d'effectuer un diagnostic de vulnérabilité aux séismes et adopter
une stratégie de réhabilitation pertinente. Le but est pédagogique et non
pas opérationnel.
La problématique est abordée sur un plan méthodologique et illustrée par
des exemples d'approches variées. Une bibliographie différenciée par thème
figure à la fin de l'étude.
L'étude elle-même est basée sur les travaux personnels et sur la compilation
d'articles, de communications et de guides totalisant plusieurs milliers de
pages. Elle est destinée à l'enseignement dans les écoles d'architecture et,
d'une manière générale, à l'usage des architectes. En outre, elle constitue un
cadre dont on peut dériver des méthodes pratiques détaillées, utilisables
pour des opérations de réhabilitation parasismique.
L'étude facilite donc la rédaction de guides spécifiques développant une ou
plusieurs démarches présentées, portant sur :
- l'évaluation de la vulnérabilité aux séismes,
- les stratégies de réhabilitation parasismique,
- les techniques de renforcement des structures.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
5
2. CONTEXTE
A l'échelle du globe, les tremblements de terre se produisent régulièrement
et il n'y a pratiquement pas d'année où une agglomération importante ne
soit gravement touchée par leurs effets.
La France a été épargnée ces dernières années, mais elle est bien sismique.
En métropole, elle recèle des structures sismogènes pouvant donner lieu à
des tremblements de terre atteignant une magnitude proche de 6.5, qui
sont destructeurs compte tenu de la faible profondeur de leurs foyers. Aux
Antilles, des séismes d'une magnitude 8 sont possibles à la limite des
plaques tectoniques " Amérique " et " Caraïbes ", proche des départements
de Guadeloupe et de Martinique.
Dans les territoires de souveraineté française, l'application des règles
parasismiques à la construction neuve est obligatoire pour la quasi-totalité
d'ouvrages situés dans une zone différente de zéro. En revanche, aucune
obligation de renforcement préventif n'existe en ce qui concerne les
bâtiments existants. Or, la vulnérabilité aux séismes de ces derniers est
parfois très élevée et, dans les zones les plus exposées, de nombreuses
pertes en vies humaines pourraient être occasionnées par des tremblements
de terre de forte intensité.
Le risque sismique est donc important dans ces zones. Rappelons qu'il est
défini comme la probabilité, pour une période de référence, de pertes de
biens, d'activité de production et de vies humaines, exprimée en coût ou en
pourcentage. Il dépend de l'aléa sismique (probabilité de subir un séisme
d'une intensité donnée dans la même période de temps) et de la
vulnérabilité aux séismes des biens exposés.
Par conséquent, les quartiers ou bâtiments anciens présentent un risque
sismique considérable.
Si aucun renforcement parasismique préventif n'est obligatoire a priori,
l'arrêté du 29 mai 1997 relatif aux règles de construction parasismique
applicables aux bâtiments " à risque normal " impose la mise aux normes
parasismiques des bâtiments de classes B, C et D à l'occasion de certains
travaux de réhabilitation.
La conformité avec les règles parasismiques est requise pour la totalité du
bâtiment, additions comprises, dans les cas suivants :
- remplacement total des planchers en superstructure dans les
bâtiments des classes B, C ou D ;
- addition par surélévation dans les bâtiments des classes B, C ou D;
- addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments des classes C
ou D, non désolidarisée par un joint de fractionnement
- création d'au moins un niveau intermédiaire dans les bâtiments des
classes C ou D.
les grands ateliers
6
La conformité avec les règles parasismiques est requise pour les seules
additions dans les cas suivants :
- addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments de classe B,
non désolidarisée par un joint de fractionnement ;
- addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments des classes B,
C ou D, désolidarisée par un joint de fractionnement.
Rappel des classes de risque :
classe A : les ouvrages dont la défaillance ne présente qu'un risque
minime pour les personnes ou l'activité économique ;
classe B : les ouvrages dont la défaillance présente un risque dit "
moyen " pour les personnes (habitations et bureaux dont h 28m,
bâtiments industriels, bâtiments accueillant 300 personnes au plus…)
;
classe C : les ouvrages dont la défaillance présente un risque élevé
pour les personnes et ceux présentant le même risque en raison de
leur importance socio-économique (habitations et bureaux avec h 28
m, bâtiments accueillant plus de 300 personnes…) ;
classe D : les bâtiments, les équipements et les installations dont le
fonctionnement est primordial pour la sécurité civile, pour la défense
ou pour le maintien de l'ordre public (centres de télécommunications,
bâtiments abritant des moyens de secours ou de défense…).
Les ouvrages dont la défaillance peut compromettre la sécurité d'un
bâtiment voisin sont à ranger dans la classe de ce dernier si elle est plus
contraignante.
Un marché de réhabilitation parasismique s'ouvre donc et la mise en place
d'une formation des architectes dans ce domaine est souhaitable.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
7
3. SPECIFICITE DES CONSTRUCTIONS
EXISTANTES
3.1. SITUATION GENERALE
Les bâtiments existants édifiés avant l'obligation d'appliquer les règles
parasismiques ou avant leur publication sont souvent situés au centre des
agglomérations car ils ont été les premiers construits.
Ils abritent, en plus de logements, de nombreux équipements, services,
commerces et administrations dont certains stratégiques, indispensables à
la gestion d'une crise (mairie, préfecture, casernes de pompiers, centraux
téléphoniques, etc.).
Cette concentration d'activités, qui conduit à une présence importante de
personnes, se conjugue avec une résistance des constructions aux séismes
souvent faible ou médiocre, notamment dans les quartiers historiques.
L'attente d'un remplacement " naturel " du bâti existant par des ouvrages
neufs, conformes aux règles parasismiques, semble peu pertinente. Le
renouvellement du parc immobilier français s'effectue à un taux de
seulement 1 % par an environ ; en outre, de nombreux bâtiments sont
conservés et protégés en raison de leur valeur historique.
Il apparaît donc nécessaire d'entreprendre des opérations de confortement
préventif (non seulement à l'occasion de travaux) si on souhaite réduire la
probabilité de pertes en cas de séisme. La politique de la puissance publique
va dans ce sens. Le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du
Territoire (MATE) a lancé plusieurs études pilotes dans le domaine de la
mitigation du risque sismique du bâti existant.
3.2. DIFFICULTES TECHNIQUES
Lors de la conception d'un ouvrage à construire, toutes les données et
caractéristiques ayant une incidence sur son comportement sous action
sismique sont généralement disponibles.
Dans le cas des bâtiments existants, il en est souvent autrement. Les
incertitudes se situent à plusieurs niveaux :
1- Les constructions existantes font souvent partie d'un ensemble bâti
dont elles sont séparées par un joint " sans épaisseur " et parfois même
elles en constituent un élément mécaniquement solidaire ; leur
comportement dynamique ne peut, dans ce cas, être dissocié du bloc
dans lequel elles s'insèrent. Or, l'expertise des bâtiments voisins est
rarement possible. Par ailleurs, le degré de couplage mécanique peut
être difficile à évaluer.
les grands ateliers
8
2- Le calcul de la descente de charges et la connaissance de la résistance
des éléments porteurs (évaluée habituellement à l'aide de sodages
structuraux), ne sont pas suffisants pour décider d'un renforcement.
En effet, étant donné que le comportement dynamique d'ensemble
conditionne la distribution des charges sismiques sur les éléments
participant au contreventement, on devrait connaître la nature et
l'efficacité de toutes les liaisons structurales (la prise en compte des
conditions d'encastrement ou d'articulation réelles a une importance
capitale pour déterminer le comportement d'une ossature exposée à
un séisme), le degré d'amortissement procuré par la construction, la
raideur des éléments porteurs principaux et leur capacité à tolérer les
déformations imposées dans le domaine élastoplastique. Or, plus la
construction est ancienne, plus il est difficile, voire quasi impossible,
d'obtenir tous ces paramètres pour l'ensemble de la structure. Sa
modélisation est alors très délicate et un jugement d'expert qualitatif
peut être plus fiable qu'une approche purement quantitative. On
estime d'ailleurs que pour établir un diagnostic fiable, une expérience
" vécue ", permettant de " sentir " le comportement de la structure
étudiée, est indispensable.
3- La nature du sol influe considérablement sur le comportement des
constructions qui y sont fondées. D'une part, si les périodes propres
d'oscillation d'un ouvrage et du sol sont proches, l'effet de résonance
peut considérablement accroître les charges sismiques. D'autre part,
sur certains types de sol de faibles caractéristiques mécaniques, des
dommages importants aux constructions sont très fréquents.
Ainsi, les cartes des dommages établies pour Salon-de-Provence
(Bouches-du-Rhône) après le séisme de Lambesc (1919) font
apparaître, pour un même type de construction, des effondrements
systématiques dans certaines zones bien délimitées et des dommages
nettement moindres dans les zones voisines ; ces différences sont
vraisemblablement dues à la variation de la nature du sol.
La connaissance du sol d'assise est donc indispensable pour évaluer la
vulnérabilité aux séismes d'une construction. Cependant, une
campagne géotechnique d'envergure est rarement envisageable lors
des opérations courantes.
4- La méthodologie de l'évaluation de la vulnérabilité aux séismes des
ouvrages existants n'est pas évidente a priori. Or, il n'existe pas en
France de méthode " officielle " ; aucune norme, aucun document
technique unifié (DTU) ou guide ne sont disponibles. L'adoption de
méthodes étrangères (italiennes, américaines, canadienne,…) est
possible, mais elles ne sont pas écrites en langue française et sont très
peu connues dans notre pays.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
9
4. PROJET DE REHABILITATION
PARASISMIQUE D'UN BATIMENT
4.1. ETAPES
Dans le cadre d'une réhabilitation classique, non parasismique, les éléments
structuraux sont dimensionnés pour les nouvelles descentes de charges
verticale et horizontale, cette dernière consistant à transmettre au sol
d'assise la pression de vent exercée sur l'enveloppe du bâtiment. Il s'agit
donc d'organiser au préalable les éléments porteurs d'une manière
compatible à la fois avec les nouveaux espaces créés et avec un schéma
structural réaliste.
Lorsque la réhabilitation doit tenir compte des charges sismiques, la
démarche est beaucoup plus complexe car ces charges sont engendrées,
non seulement verticalement, mais aussi horizontalement, dans chaque
masse présente. Le comportement dynamique qui en résulte peut varier,
selon le cas, d'acceptable à très défavorable. L'importance des mouvements
sismiques du sol ne constitue donc pas nécessairement le facteur
déterminant car la distribution des masses, ainsi que celle des éléments
rigides, régissent le comportement dynamique de l'ouvrage, et par là le
degré d'amplification par la structure des oscillations qui leur sont imposées
au niveau du sol. On observe régulièrement l'effondrement de constructions
même lors des séismes de faible magnitude.
Lors d'une réhabilitation " parasismique ", la première étape consiste à
effectuer un diagnostic de comportement de l'ouvrage sous l'action
sismique et identifier ses faiblesses, c'est-à-dire évaluer sa vulnérabilité
aux séismes. On doit déterminer si pour une intensité de séisme donnée,
la construction est apte à présenter le comportement désiré. Il ne semble
pas réaliste de rechercher le même niveau de protection que pour les
constructions neuves. Par conséquent, il convient de formuler, avec le maître
d'ouvrage, les exigences de comportement pour la structure, pour les
éléments non structuraux et pour l'équipement. Ces exigences sont traduites
en termes de niveaux de performance, en empruntant le vocabulaire en
usage dans les pays anglo-saxons. En d'autres termes, on doit décider du
degré de dommage accepté lors des tremblements de terre. Cette
approche, connue comme " performance based design ", est de plus en plus
adoptée dans les pays concernés.
Lors de l'étape suivante, en fonction du comportement recherché,
différentes stratégies de renforcement devraient être examinées. Ainsi,
on peu:
• limiter l'action sismique sur la construction, par exemple en prévenant
la résonance du bâtiment avec le sol ou en optant pour l'isolation
parasismique ;
les grands ateliers
10
• " jouer la carte " de la résistance mécanique en augmentant d'une
manière significative la capacité portante des éléments structuraux.
• favoriser la dissipativité, c'est-à-dire l'aptitude de l'ouvrage à tolérer des
déformations élastoplastiques notables, fissuration ou encore rupture
de certains éléments sans s'effondrer.
Bien entendu, il est possible d'opter pour une combinaison de stratégies.
Le coût des différentes démarches est certainement un facteur de décision
important. La stratégie adoptée est en général un compromis entre le
coût de la réhabilitation et le degré de dommages accepté.
L'ultime étape du projet de réhabilitation parasismique est le choix des
techniques de renforcement. Il peut s'agir d'un renforcement de la
construction ou d'un traitement du sol d'assise. Souvent les deux sont
requis.
4.2. EVALUATION DE LA VULNERABILITE
AUX SEISMES D'UN BATIMENT
4.2.1. TYPOLOGIE
Les bâtiments existants ont été bâtis à différentes époques, avec des modes
de construction variés et présentent une grande richesse de formes.
L'évaluation doit donc être différenciée et basée sur une typologie. La
difficulté réside dans la diversité des paramètres pouvant faire l'objet d'une
typologie (situation, époque ou type de construction, configuration, etc.).
Cependant, il semble qu'une classification par type de construction
convienne le mieux. Exemples :
• maçonnerie en terre crue
• maçonnerie ancienne en pierre
• maçonnerie non ancienne en pierre
• maçonnerie en béton ou blocs de béton non chaînée
• maçonnerie en briques ou blocs de béton chaînée
maçonnerie armée
• ossature en béton armé coulé en place avec remplissage en
maçonnerie
• etc.
Généralement, les différents modes de construction correspondent à une
période historique ou actuelle donnée. La typologie est plus ou moins
différenciée, selon qu'il s'agit d'une évaluation détaillée, sommaire ou
intermédiaire.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
11
4.2.2. RELEVÉ DES FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ
(INVENTAIRE)
Avant de procéder à une analyse qualitative ou quantitative du
comportement sous séismes de l'ouvrage étudié, il est nécessaire d'examiner
la nature ainsi que l'état de la structure et des éléments non structuraux, et
de réunir un maximum de données relatives au sol et au site.
A cet effet, une liste ou grille permettant un relevé systématique de tous les
éléments est nécessaire. Elle peut être générale, destinée à couvrir tous les
cas relevant des différentes typologies citées plus haut. Cependant,
l'utilisation d'un tel document s'avère assez " lourde ". Un extrait d'une liste
générale figure en annexe.
Une autre solution, adoptée dans la référence 20 , consiste à établir une
liste pour chaque type de construction de la typologie retenue, complétée
par des listes portant sur les éléments non structuraux et les conditions
relevant de la géotechnique. L'avantage des listes par type de construction
est de pouvoir être, pour une même durée d'examen, plus détaillée et plus
ciblée.
Avant de procéder au relevé des facteurs de vulnérabilité, tous les
documents disponibles devraient être recueillis et examinés, de même que
les règles de construction de l'époque du bâtiment étudié. Bien entendu, il
est nécessaire de vérifier si la réalisation est conforme aux plans, ce qui assez
souvent n'est pas le cas. En outre, les constructions anciennes ont parfois
subi une ou plusieurs restructurations dont les plans ne sont pas
disponibles.
Pour une évaluation précise de la vulnérabilité, l'examen de la structure
nécessite en général des sondages structuraux destructifs. Ceux-ci peuvent
éventuellement être évités lors d'un examen rapide visant à établir une
présomption de vulnérabilité.
4.2.3. EVALUATION DE LA PRÉSOMPTION
DE VULNÉRABILITÉ
1- Objet
Une évaluation " exacte " de la vulnérabilité d'un ouvrage aux séismes étant
longue, laborieuse et coûteuse, il est préférable d'effectuer une première
étude pouvant être seulement qualitative, afin de déterminer si une
approche plus approfondie est nécessaire, ce qui permet également de
dégrossir le problème. Cette démarche, conduisant à l'évaluation d'une
présomption de vulnérabilité (c'est-à-dire à un prédiagnostic), peut être
réalisée par un architecte formé en construction parasismique, sans
concours d'un ingénieur de bureau d'études. Elle comporte l'étude des
documents disponibles, si possible une recherche de renseignements auprès
des personnes ayant participé à la construction de l'ouvrage, un relevé des
facteurs de vulnérabilité lors d'un examen visuel extérieur et intérieur sur
site, et l'exploitation des grilles de relevé décrites plus haut, portant sur :
les grands ateliers
12
• l'architecture (la configuration et le détail architectural),
• le système constructif,
• les dispositions constructives apparentes,
• l'état de conservation,
• l'interaction avec l'environnement construit,
• le site.
2 Niveau d'agression sismique
La vulnérabilité croît avec l'intensité du séisme. On peut ne l'évaluer que
pour le séisme maximal retenu ou par rapport à plusieurs niveaux
d'agression sismique, généralement trois :
• séisme faible, correspondant au degré VII à l'échelle d'intensité
macrosismique EMS 92 ou à une accélération maximale du sol
a
s
= 1 m/s² ;
• séisme moyen, correspondant à l'intensité VIII ou à a
s
= 2 m/s² ;
• séisme fort, correspondant à l'intensité IX ou à a
s
= 4 m/s².
3- Niveaux de performance
Divers niveaux de comportement peuvent être recherchés pour un niveau
d'agression sismique donné. Il paraît pertinent d'apprécier la capacité de la
structure au moins par rapport à deux degrés de " performances : non-
effondrement et fonctionnalité.
Exemple de quatre niveaux de performance :
• Non-effondrement : cette exigence, visant à assurer la sauvegarde
des vies humaines, est suffisante pour la plupart des bâtiments
courants. L'ouvrage peut nécessiter la démolition après un séisme
fort.
• Dommages lourds ne nécessitant pas la démolition.
• Dommages réparables rapidement : le volumes des travaux est
limité.
• Fonctionnalité : l'ouvrage et son exploitation doivent pouvoir "
fonctionner " après un tremblement de terre. Les dommages
structuraux et les dommages non structuraux ne compromettant pas
le fonctionnement ou ne rendant pas la construction impropre à sa
destination (par exemple confinement de produits toxiques) sont
donc admis. Cette exigence est requise pour les ouvrages
stratégiques, abritant des activités nécessaires à la gestion de la crise
et pour tout bâtiment dont le maître d'ouvrage exige la poursuite
d'exploitation immédiate.
4- Méthode d'évaluation
En l'absence d'une méthode standardisée, de nombreuses approches de
l'évaluation de la présomption de vulnérabilité des ouvrages aux séismes ont
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
13
été proposées, notamment dans les pays de forte sismicité (Italie, Etats-
Unis, Yougoslavie,…). Plusieurs méthodes sont présentées au § 4.2.5. Elles
ont été sélectionnées en raison des différences d'approches ou d'objectifs.
Dans l'évaluation de la présomption de vulnérabilité, il s'agit en général
d'estimer un degré de vulnérabilité global.
A cet effet, les " faiblesses " constatées sont hiérarchisées et une " note " ou
coefficient caractérisant leur gravité leur est attribué. Leur prise en compte
pondérée, dont les modalités varient d'une méthode à l'autre, permet de
conclure sur les degrés de vulnérabilité prédéfinis (3 à 5 en général).
En fonction du degré de vulnérabilité, il est décidé d'entreprendre une
réhabilitation ou non. Les situations suivantes peuvent se présenter :
• état acceptable, renforcement non nécessaire ;
• état nécessitant un renforcement économiquement envisageable ;
• étude plus poussée nécessaire ;
• très forte vulnérabilité, la faisabilité économique d'un
renforcement doit être étudiée.
4.2.4. EVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ
Une étude quantitative d'évaluation de la vulnérabilité est nécessaire lorsque
l'examen qualitatif effectué lors de la phase précédente présente de fortes
incertitudes ou lorsqu'on décide de réhabiliter une construction dont on a
constaté la vulnérabilité aux séismes. Bien qu'on ait souvent recours aux
méthodes de vérification de résistance et de rigidité destinées à la
construction neuve, il est préférable d'utiliser des méthodes spécifiquement
établies pour la réhabilitation parasismique. Il n'en existe pas en France.
Deux guides américains font actuellement référence dans ce domaine (15)
(46 ).
4.2.5. EXEMPLES DE MÉTHODES D'ÉVALUATION DE LA
VULNÉRABILITÉ DES OUVRAGES AUX SÉISMES
Etant donné la complexité de la problématique, des méthodes d'évaluation
diverses ont été élaborées. Les méthodes présentées visent chacune un
objectif, donc également un besoin différent. Elles ont été classées par ordre
croissant de complexité. Le but de cette présentation est d'illustrer la grande
diversité des approches.
• Méthode simplifiée à l'usage des architectes (M. Zacek)
Rédigée en 1993, cette méthode rapide (33) et peu coûteuse permet
d'évaluer une présomption de vulnérabilité des constructions aux séismes
par un examen visuel seulement. Elle peut être utilisée par des non-
spécialistes afin d'identifier les constructions potentiellement dangereuses.
La durée d'examen est de 30 mn/construction environ.
les grands ateliers
14
A l'origine, il s'agissait d'un guide destiné à l'Agence d'urbanisme et
d'aménagement de la Guadeloupe (ADUAG), qui envisageait d'établir un
état des lieux de la présomption de la vulnérabilité aux séismes des
constructions existantes dans des communes pilotes. Dans une forme
élargie et complétée par une vérification quantitative, la méthode a été
utilisée par le BRGM pour évaluer la vulnérabilité de bâtiments à Pointe-à-
Pître (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique) dans le cadre de
l'opération GEMITIS.
Les constructions et les éléments constructifs particulièrement vulnérables
aux séismes sont présentés dans une grille, en même temps qu'une
évaluation des dommages correspondants qu'ils pourraient subir pendant
des oscillations du sol.
Trois niveaux d'agression sismique ont été considérés : séismes faibles,
moyens et forts. Le résultat est obtenu par une simple lecture de la grille, en
retenant la situation la plus grave. Lorsque la construction cumule certains
facteurs de vulnérabilité, les dommages potentiels sont majorés d'un degré.
Ni l'interaction avec le sol, ni les effets de site ne sont pris en compte.
Toutefois, les différentes situations pénalisantes sont citées et doivent être
signalées sur la fiche de relevé. L'avis d'un géotechnicien spécialisé peut ainsi
être sollicité.
Afin d'attirer l'attention de l'utilisateur sur les points faibles importants, un
résumé des dommages sismiques caractéristiques pour les types de
constructions courants figure dans la grille. La fiche de relevé et un extrait
de la grille d'évaluation sont présentés sur les pages suivantes.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
15
FICHE DE RELEVE
_____________________________________________________________
LOCALISATION :
_____________________________________________________________
CARACTERISTIQUES GENERALES
Propriétaire :
Occupant :
Nombre maximal d'occupants : Année de construction :
Destination (usage) : Surface au sol (m2) :
Nombre de niveaux : Hauteur en mètres :
Type de construction : Epaisseur des murs extérieurs :
Type de toiture : Présence d'un sous-sol : oui non
______________________________________________________________
PLAN ET ELEVATIONS (croquis ou photos)
______________________________________________________________
FACTEURS DE VULNERABILITE
1. Construction
1.1. Caractéristiques
Forme en plan symétrique selon deux axes - forme symétrique selon un axe -
forme irrégulière - construction de grande longueur - asymétrie des parties
rigides - niveau sur pilotis - niveaux en retrait - niveaux en saillie - poteaux "courts"
- poteaux trop élancés - angle affaibli - absence de chaînages horizontaux et
verticaux - absence d'encadrements de baies - ossature non contreventée -
ossature à étage en bois avec poteaux non continus - liaisons précaires entre
éléments constructifs - auvents importants - consoles non contreventées -
avancée de toiture importante - toiture-terrasse plantée - acrotère haut lourd -
balustrade en pierre ou béton - conduit de fumée élancé - bâtiment mitoyen sans
joint vide d'au moins 4 cm - autres caractéristiques :
1.2. Etat de conservation : normal - très bon- mauvais
1.3. Evaluation sommaire de vulnérabilité :
en cas de séisme faible, dommages : modérés - importants - graves
en cas de séisme moyen, dommages : modérés - importants - graves
en cas de séisme fort, dommages : modérés - importants - graves
2. Nature du sol
Rocher sain - rocher altéré ou fracturé - graviers et sables secs et compacts -
graviers et sables humides - argiles ou marnes dures - argiles et marnes molles -
autres alluvions molles - sables lâches - remblais anciens - remblais récents -
terrain inondable - autres sols :
3. Situation dans le site
Terrain plat - pente modérée uniforme - pente forte uniforme - proximité d'un
changement de pente - abord de falaise - sommet - crête - proximité d'une limite
entre roche et alluvions - plaine - vallée alluviale - plateau - proximité de murs de
soutènement en amont - autres cas :
______________________________________________________________
AUTRES RENSEIGNEMENTS
1. Etude approfondie nécessaire oui non
2. Observations :
3. Auteur du relevé (nom, organisme) :
4. Date du relevé :
Fig. 1 - Fiche de relevé des facteurs de vulnérabilité (d'après 33 )
Fig. 2 - Exemple d'application de la fiche de la fig. 1 (d'après 33 )
les grands ateliers
16
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
17
Fig. 3 - Extrait d'une grille d'évaluation de la présomption de vulnérabilité (d'après 33
les grands ateliers
18
• Méthode proposée par le groupe de travail " Vulnérabilité du
bâti existant " de l'Association française du génie parasismique
(AFPS) [14]
Cette méthode est applicable aux bâtiments construits depuis 1960. Deux
niveaux d'évaluation sont visés. Le premier consiste en une approche
qualitative et le second en une vérification quantitative.
Niveau 1 : approche qualitative
Une grille de relevé détaillée doit être remplie lors d'une inspection
extérieure et intérieure du bâtiment étudié. L'évaluation est faite à l'aide
d'un tableau d'évaluation, dans lequel une cote (coefficient de pénalité) est
attribuée aux divers facteurs de vulnérabilité (fig. 4). Ces cotes permettent
de calculer un coefficient K variant de 0 à 100. Selon la valeur de K, on
conclut sur une présomption de :
• très forte vulnérabilité, K > 100
• forte vulnérabilité, 50 < K < 100
• moyenne vulnérabilité, 25 < K < 50
• faible vulnérabilité, 10 < K < 25
• très faible vulnérabilité, K < 10.
Afin d'éviter d'aggraver la " note " par un nombre important de facteurs de
vulnérabilité faibles, une correction du résultat est prévue.
Lorsque K > 50, une évaluation quantitative est nécessaire. Dans le cas
contraire, on peut conclure directement sur un niveau de vulnérabilité,
correspondant à un des types de dommages définis dans le guide (fig.5).
Ces types sont les degrés de dommages 2, 3, 4 et 5 de l'échelle
macrosismique européenne EMS 92.
Pour les valeurs de K < 50, la correspondance avec le degré de dommages
est la suivante :
Présomption de vulnérabilité moyenne : 25 < K < 50
0.1 g : dommages légers
0.2 g : dommages modérés
0.4 g : dommages graves
Présomption de vulnérabilité faible : 10 < K < 25
0.1 g : dommages négligeables
0.2 g : dommages légers
0.4 g : dommages modérés
Présomption de vulnérabilité très faible : K < 10
0.1 g : dommages nuls à négligeables
0.2 g : dommages négligeables à légers
0.4 g : dommages légers à modérés.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
19
EVALUATION QUALITATIVE DE LA PRESOMPTION DE VULNERABILITE
Propriétaire du bâtiment :
Dénomination et adresse du bâtiment :
Année de construction :
Date du diagnostic :
Auteur du diagnostic :
Fig. 4 - Tableau d'évaluation de présomption de vulnérabilité (d'après 14 )
A
Implantation
du bâtiment
1
Pente générale du terrain > 40 %
5
2
Proximité d’un changement de pente
D < 2H du bâtiment
15
Observations
B
Environnement du
bâtiment
1
Bâtiments accolés : joint = 0
ou rempli d’un matériau
25
2
Joints entre blocs adjacents
< 2 cm 2 à 4 cm > 4 cm
25 10 5
C
Type de
structure
1
Murs en
maçonnerie
de blocs
15
2
Murs en
béton non
armé
10
3
Murs en
béton armé
5
4
Ossature
poteaux-
poutres sans
remplissage
20
5
Ossature
poteaux-
poutres avec
remplissage
25
6
Système
mixte murs
en
maçonnerie
et ossature
20
7
Panneaux
de façade
BA
préfabriqués
porteurs
10
8
Ossature BA
préfabriquée
porteuse
50
D
Forme en plan
1
Irrégulière
5
2
Elancement en plan L/l>4
5
3
Parties saillantes ou rentrantes
5
E
Forme en élévation
1
Etages en
encorbelle-
ment > 2 m
15
2
Retrait en
façade
>40 %
20
3
Planchers d’un même
étage situés à des
hauteurs différentes
10
4
Présence d’un plancher
lourd ou d’une toiture
lourde
10
5
Absence de diaphragme
horizontal en toiture
20
F
Contreventement
1
Variation verticale
croissante des rigidités
0 à 100
(voir formule 1)
2
Dissymétrie : torsion
faible : 5
accusée : 50
3
Absence de
contreventement dans le
sens des x ou y
100
4
Densité de voiles de
contreventement
sens x ou y
0 à 100
(voir formule 2)
G
Zones ou
éléments
1
Descente
de charge
en
baïonnette
25
2
Présence de poteaux
courts ou partiellement
bridés participant au
contreventement
50
3
Présence de poteaux
élancés
10
4
Percements
inserts dans
les poteaux
e>d/3
25
5
Percements
inserts dans
les poutres
e>d/3
10
6
Percements
inserts dans
les nœuds
e>d/3
50
critiques
7
Présence d’un angle de
façade affaibli
15
8
Axes poteaux et poutres
non concourants
e>c/2
10
9
Diaphragmes horizontaux
avec grandes ouvertures
s>10 %S
10
10
Absence de chaînages
encadrant les murs de
contreventement en MAC
verticaux : 25
horizontaux : 75
H
Divers
1
Etat de conservation du
gros œuvre
médiocre : 10
mauvais : 25
2
Risque de chute d’éléments non
structuraux
5
3
Façade BA préfabriquée non porteuse
10
Total des pénalités
Fig. 5 - Typologie des dommages sismiques (d'après 14 )
Niveau 2 : approche quantitative
L'évaluation est faite pour les trois niveaux d'agression sismique cités en
4.2.3. par une des méthodes d'analyse suivantes, choisie en fonction des
critères de régularité figurant dans les règles PS 92 :
• analyse forfaitaire,
• analyse simplifiée,
• analyse complète.
Il est également procédé à la vérification de la stabilité au renversement, de
la stabilité interne et de la résistance des éléments porteurs.
Les résultats de l'analyse sismique sont hiérarchisés de la manière suivante
les grands ateliers
20
TYPE DE
DOMMAGES
NATURE DES
DOMMAGES
REPARATION PERTES EN
VIES
HUMAINES
Nuls à Microfissures ( 1mm) Appréciation au
négligeables dans quelques cloisons. cas par cas Nulles
Fatigue des bâtiments sans
signe apparent
d'endommagement
Légers Dégâts mineurs aux éléments
non structuraux: Réparation sans
- fissures dans cloisons de évacuation Rares
distribution, des occupants
- chute de plâtras,
- chute d'éléments légers de
plafonds suspendus
Dégâts importants aux Réparation
éléments non structuraux ; pouvant
chute de cheminées nécessiter
Modérés l'évacuation des Peu
Dégâts possibles aux éléments occupants nombreuses
structuraux, fissurés ou plasti-
fiés, mais non détruits
Dégâts très importants aux Expertise pour Possibilité de
éléments non structuraux, décision de pertes
Graves rupture ou effondrement réparer ou non nombreuses
localisé d'éléments structuraux
Effondrement partiel ou total Réparation Possibilité de
Effondrement du bâtiment lourde ou non pertes
envisageable très nombreuses
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
21
- instabilité d'un élément de contreventement : effondrement,
- contrainte excessive dans un élément de contreventement :
effondrement à désordres graves,
- déformations excessives de la structure : effondrement partiel
(effets du second ordre pour les systèmes à portiques ou
entrechoquement des deux blocs contigus) à désordre modérés.
En recensant tous les facteurs de vulnérabilité établis qualitativement et en
examinant les résultats d'une analyse quantitative, on établit une évaluation
de la vulnérabilité en plaçant une croix dans la case appropriée du tableau
ci-après :
NATURE DU NATURE DES DOMMAGES
SEISME
Négligeables Légers Modérés Graves Effondrement
(VII) Faible (0.1g)
(VIII) Moyen (0.2g)
(IX) Fort (0.4g)
Fig. 6 - Grille de présentation des résultats de l'évaluation de vulnérabilité
• Méthode " FEMA 310 "
Présentée sous forme de guide [20], cette méthode de la Federal Emergency
Management Agency américaine, datant de 1998, constitue une pré-
norme. Elle est le résultat de mises à jour de méthodes antérieures,
intégrant les enseignements des études postsismiques récentes.
L'évaluation est systématiquement faite par rapport à deux niveaux de
performance :
- sauvegarde des vies humaines (SVH),
- fonctionnalité immédiate (FI).
Trois niveaux d'évaluation sont proposés.
Niveau 1 : présomption de vulnérabilité
Cette évaluation concerne tous les types de bâtiments et vise à identifier
ceux qui n'atteignent pas le niveau de performance requis. L'état de la
construction est examiné à l'aide d'une série de " check-lists " détaillées dans
le guide et portant sur la structure, les éléments non structuraux et
l'interface sol/fondations. Si des points vulnérables sont détectés, il peut être
décidé de procéder à l'évaluation du niveau 2 ou de se satisfaire des
résultats obtenus.
les grands ateliers
22
Selon le cas, au moins les check-listes suivantes devraient être utilisées.
Région Niveau Check-listes
de sismicité de
performance Sommaire Structure Structure Sol et él. non él. non
base compléments fondations structuraux structuraux
base compléments
SVH x
Faible
FI x x x
SVH x x x
Moyenne
FI x x x x x
SVH x x x x
Forte
FI x x x x x
Fig. 7 - Utilisation de check-listes, méthode FEMA 310 ( 20)
Exemple d'une check-list de type " structure ". De telles check-lists ont été
rédigées pour chaque type de construction :
Check-list de base pour les structures de type S4 : ossatures en acier
contreventées par des voiles
Description
La structure de ces bâtiments est un assemblage de poteaux et de
poutres en acier. Les planchers et les toitures sont en dalles coulées en
place ou en tôle nervurée avec ou sans dalles de béton. L'ossature
comprend des poutres principales et secondaires de section en I ou H
ou des poutres en treillis. Le contreventement est assuré par des voiles
coulés en place. Ces voiles peuvent contribuer à la descente des
charges verticales. Dans le cas des structures non récentes, l'ossature
en acier n'est calculée que pour les charges verticales. Les structures
récentes sont conçues en tant que systèmes mixtes où l'ossature acier
participe au contreventement en proportion de sa rigidité relative.
Légende :
C = conforme
NC = non conforme
SO = sans objet
Structure principale
DESCENTE DES CHARGES HORIZONTALES : la structure doit présenter,
pour les niveaux SVH et FI, au moins un chemin de descente de
charges complet pour les charges s'exerçant dans n'importe quelle
direction horizontale.
MEZZANINES : les mezzanines doivent être contreventées
indépendamment de la structure principale ou ancrées dans les
éléments de contreventement vertical principaux.
C NC SO
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
23
NIVEAU " FAIBLE " : la résistance de tout niveau vis-à-vis des charges
horizontales ne doit pas être inférieure à 80 % de celle des niveaux du
dessus ou du dessous, pour les performances SVH et FI.
NIVEAU " SOUPLE " : la rigidité du système de contreventement ne doit
pas être inférieure à 70 % de celle des niveaux adjacents, ni inférieure
à 80 % de la rigidité moyenne des trois niveaux immédiatement
supérieurs ou inférieurs, pour les performances SVH et FI.
GEOMETRIE : les dimensions horizontales du système de
contreventement ne doivent pas varier de plus de 30 % par rapport à
celles du contreventement des niveaux adjacents, à l'exclusion des
derniers niveaux en retrait, pour les performances SVH et FI.
DISCONTINUITE VERTICALES : tous les éléments verticaux de
contreventement doivent être continus jusqu'aux fondations.
MASSE : la masse effective ne doit pas varier de plus de 50 % d'un
niveau à l'autre, pour les performances SVH et FI.
TORSION : la distance entre les centres de rigidité et de gravité ne doit
pas dépasser 20 % de la largeur du bâtiment dans toutes les
directions, pour les performances SVH et FI.
DETERIORATION DE L'ACIER : il ne doit pas y avoir de traces de rouille,
de fissures ou d'autres détériorations visibles dans les éléments et
assemblages assurant la résistance vis-à-vis des charges verticales ou
horizontales.
DETERIORATION DU BETON : il ne doit pas y avoir de détérioration
visible du béton ou des armatures dans les éléments assurant la
résistance vis-à-vis des charges verticales et horizontales.
FISSURES DANS LES VOILES : la largeur des fissures obliques dans les
voiles doit être inférieure à 3 mm pour le niveau SVH et à 1,5 mm
pour le niveau FI. Les fissures ne doivent pas être concentrées en un
endroit ni former des figures en forme de X.
Système de contreventement
OSSATURE : l'ossature secondaire en acier ou béton armé doit
constituer un système capable de transmettre les charges verticales.
HYPERSTATICITE : pour le niveau FI, la structure doit comporter au
moins deux voiles dans chaque direction principale.
CONTRAINTES DE CISAILLEMENT : ces contraintes, calculées selon la
méthode simplifiée présentée, doivent être inférieures aux valeurs
indiquées dans le guide.
ARMATURE DU BETON : le rapport de la section des armatures à la
section totale doit être supérieur à 0,0015 dans la direction verticale
et à 0,0025 dans la direction horizontale, pour les niveaux SVH et FI.
L'espacement des barres ne doit pas être supérieur à 45 cm.
les grands ateliers
24
ASSEMBLAGES ENTRE POTEAUX : les assemblages entre les poteaux
en acier noyés dans les extrémités des voiles doivent avoir une
résistance à la traction au moins égale à celle des poteaux. Cette
exigence ne concerne que le niveau FI.
Assemblages
TRANSMISSION DES EFFORTS : les diaphragmes doivent être armés et
ancrés de manière à assurer la transmission des charges sur les voiles
et, pour le niveau FI, avoir une résistance au cisaillement dans leur
plan au moins égale à celle des voiles.
ANCRAGE DES MURS les voiles doivent être ancrés dans les
fondations. Pour le niveau FI, la résistance de l'ancrage ne doit pas être
inférieure à celle du mur.
ANCRAGE DES POTEAUX D'EXTREMITES DES VOILES : les poteaux
situés aux extrémités des voiles doivent être ancrés dans la fondation.
Pour le niveau FI, la résistance de l'ancrage à la traction ne doit pas
être inférieure à celle des poteaux.
Remarque : la ventilation des " points " en trois groupes ne semble pas
toujours cohérente ; ceci est sans incidence sur la méthode.
Niveau 2 : analyse quantitative
Cette analyse consiste à appliquer une méthode de calcul élastique linéaire
simplifiée aux bâtiments désignés comme non conformes au niveau 1.
L'objectif est d'identifier les constructions qui ne nécessitent pas de
réhabilitation, ainsi que celles qui présentent une réelle vulnérabilité.
Le tableau suivant précise, en fonction du nombre de niveaux, les types de
construction nécessitant une analyse de niveau 2 ou éventuellement de
niveau 3, même s'ils ont été considérés comme conformes au niveau 1.
Nombre de niveaux à partir duquel une analyse
de niveau 2 ou de niveau 3 (N3) est exigée
Type de construction Sismicité faible Sismicité moyenne Sismicité forte
SVH FI SVH FI SVH FI
Ossatures bois :
- maisons individuelles 3 3 3
- idem avec grandes portes
de garage en rez-de-chaussée 4 3 3
- bât. industriels et 3 3 3
commerciaux
Portiques en acier :
- diaphragmes rigides 4 1 1
- diaphragmes flexibles 4 1 1
Ossatures en acier
contreventées par
triangulation :
- diaphragmes rigides 4 3 3
- diaphragmes flexibles 4 3 3
Portiques transversaux
de grande
portée en acier 2 2 2
Ossatures en acier
contreventées par
des voiles 5 5 4
Ossatures en acier
contreventées par
des murs en maçonnerie :
- diaphragmes rigides 3 1 1
- diaphragmes flexibles 3 1 1
Portiques en béton
armé 3 1 1
Voiles en béton :
- diaphragmes rigides 5 5 4
- diaphragmes flexibles 5 5 4
Ossature en béton armé
avec remplissages en
maçonnerie rigides :
- diaphragmes rigides 3 1 1
- diaphragmes flexibles 3 1 1
Panneaux préfabriqués
en béton armé :
- diaphragmes rigides 2 1 1
- diaphragmes flexibles 2 1 1
Ossatures en béton
armé préfabriqué :
- contreventement par voiles 5 5 4
- contreventement par effet
de portique 1 1 1
Maçonnerie armée :
- diaphragmes rigides 4 3 2
- diaphragmes flexibles 4 1 1
Maçonnerie non armée :
- diaphragmes rigides 2 N3 N3
- diaphragmes flexibles N3 1 N3 1 N3
Systèmes mixtes 3 1 1
Fig. 8 - Sélection du type d'analyse de vulnérabilité, méthode FEMA 310 20
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
25
les grands ateliers
26
Niveau 3 : analyse approfondie
Les évaluations aux niveaux 1 et 2 étant assez conservatrices en raison de
l'approche simplifiée, l'analyse du niveau 3 vise à une évaluation précise qui
ne se justifie que dans des cas spécifiques.
On peut utiliser des méthodes statiques ou dynamiques linéaires ou non
linéaires, non précisées dans le document FEMA 310. Le lecteur est renvoyé
au guide 46 .
Un plan du rapport final figure dans le guide. Ce rapport devrait comporter
au moins les informations suivantes :
• Objectif, méthode, type d'analyse, niveaux de performance vérifiés.
• Description du bâtiment : destination, capacité, forme,
dimensions, système porteur, éléments non structuraux, type de
bâtiment par référence à une typologie, importance historique,…
• Description du site : topographie, sismicité, type de sol,…
• Liste des hypothèses adoptées : propriétés des matériaux, effets liés
au site, nature du sol,…
• Liste des points faibles constatés.
• Annexes : références, notes de calcul,…
L'ensemble des démarches préconisées dans le guide est résumé dans le
tableau de la page suivante.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
27
COLLECTE DE DONNEES
Relevé sur site
Sismicité de la zone
Niveau de performance désiré
EVALUATION NIVEAU 1
Usage des check-listes
POINTS FAIBLES POURSUITE DE L'EVALUATION
non oui oui non
EVALUATION NIVEAU 2
Analyse statique linéaire
Analyse dynamique linéaire
Analyses spécifiques
POINTS FAIBLES POURSUITE DE L'EVALUATION
non oui oui non
EVALUATION NIVEAU 3
Analyse détaillée
POINTS FAIBLES ?
non oui
BATIMENT POSSEDE BATIMENT NE POSSEDE
LE NIVEAU DE PAS LE NIVEAU DE
PERFORMANCE DESIRE PERFORMANCE DESIRE
RAPPORT FINAL
REHABILITATION
Fig. 9 - Organigramme de la méthode " FEMA 310 " (20)
• Méthode " ATC 40 "
Cette méthode, conçue pour les constructions de béton armé, publiée aux
Etats-Unis en 1986 par Applied Technology Council [15], est innovante par
rapport aux approches classiques. La capacité d'atteindre un niveau de
performance est évaluée en termes de déplacements et non en termes de
forces, car lors des déformations postélastiques, l'importance des
dommages est davantage fonction des déplacements que des forces.
La vulnérabilité est évaluée pour les mêmes niveaux de performance que
dans la méthode " FEMA 310" : sauvegarde des vies humaines (SVH) et
fonctionnalité immédiate (FI), par une méthode de calcul statique non
linéaire. Des courbes de capacité de déplacement (donc de déformabilité)
sont tracées pour les bâtiments étudiés. Elles dépendent des caractéristiques
de ces derniers et non pas d'une agression sismique. Les différents degrés
de dommages correspondant aux déplacements sont localisés sur la courbe.
En corrélant la courbe de capacité de déplacement du bâtiment avec le
déplacement maximal provoqué par un mouvement sismique de sol donné,
déterminé par une méthode proposée dans le document, on obtient un
point appelé " point de performance " (traduit parfois en français comme "
point de fonctionnement "). Sa position par rapport au niveau de
performance recherché indique si ce niveau est atteint ou non (fig. 10).
Fig. 10 - Courbe de capacité de déplacement d'un bâtiment, d'après 15 . Le point de
performance correspond au déplacement maximal du bâtiment sous l'action du séisme
considéré. Le bâtiment montré est donc vulnérable, car il peut subir des déplacements
supérieurs à ceux du niveau de performance minimal exigé (SVH)
La méthode " ATC 40 " a suscité un grand intérêt dans le monde entier.
Toutefois, elle n'est accessible qu'aux spécialistes, car le type de calcul utilisé
pour déterminer les courbes de capacité de déplacement est peu courant
(calcul statique " pas à pas ").
les grands ateliers
28
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
29
4.3.EVALUATION DE LA VULNERABILITE
AUX SEISMES A L'ECHELLE URBAINE
4.3.1. VULNÉRABILITÉ GLOBALE D'UNE ZONE
La prévention du risque sismique dans le bâti existant ne peut reposer sur la
seule initiative privée ou celle d'organismes publics isolés. Pour être efficace,
elle doit être mise en place à l'échelle urbaine, voire régionale.
A cet effet, il est nécessaire d'évaluer la vulnérabilité aux séismes de toute
une zone. Cette évaluation ne saurait se limiter aux bâtiments, mais doit
porter également sur les équipements urbains, la voirie, les transports, les
réseaux utilitaires. Elle doit également tenir compte des pertes et préjudices
induits ou indirects ; la ville ou la zone est à considérer comme un système.
La connaissance de la vulnérabilité et de l'aléa sismique (probabilité
d'occurrence d'un séisme qui atteindrait ou dépasserait une intensité
donnée) permet l'élaboration de scénarios de risques et de prendre des
mesures de prévention immédiates ou différées (fig. 11).
L'évaluation de la vulnérabilité urbaine est complexe et requiert la
collaboration de spécialistes de nombreuses disciplines. En France, la ville de
Nice (Alpes-Maritimes), située dans l'une des zones les plus sismiques de la
France métropolitaine, a été choisie comme ville pilote pour une opération
de ce type (GEMITIS). A l'heure actuelle (début 2001), elle est au stade
d'achèvement.
Fig. 11 - Prévention du risque sismique à l'échelle urbaine
Vulnérabilité aux séismes
Scénarios de risques
Evaluation du coût des dommages
Etude des mesures de prévention et de leur coût
Mesures de prévention
Aléa sismique local
(microzonage sismique)
Analyse du système urbain :
- administration - sécurité
- logement - activités de production
- santé - services
- transports - réseaux utilitaires
- télécommunications - activités culturelles et
cultuelles
les grands ateliers
30
4.3.2. VULNÉRABILITÉ D'UN ENSEMBLE
DE CONSTRUCTIONS
La réhabilitation parasismique d'une construction particulière nécessite au
préalable un diagnostic de vulnérabilité déterministe, spécifique. L'objectif
est différent à l'échelle d'un ensemble de constructions. On cherche à
évaluer la probabilité d'endommagement en fonction du niveau
d'agression sismique.
Il s'agit d'un résultat global, pouvant être inexact s'il est appliqué à une
construction particulière, car le but est d'obtenir une estimation fiable à
l'échelle de la zone étudiée et non à celle d'un bâtiment.
On peut procéder de la manière suivante :
1- Inventaire et cartographie des constructions : cet inventaire est
effectué à l'aide d'un examen de photos aériennes, suivi d'une visite sur
les lieux. Toutes les sources disponibles peuvent être exploitées : cartes,
cadastre, relevé photographique, etc.
2- Identification d'îlots homogènes : les bâtiments de ces îlots
correspondent en général à une même époque donc également à un
mode de construction.
3- Typologie des constructions : les types sélectionnés doivent être
les bâtiments les plus caractéristiques de chaque îlot (un ou plusieurs
types par îlot). Les bâtiments mécaniquement solidaires devraient être
considérés comme une seule construction.
4- Diagnostic de vulnérabilité sommaire de chaque type de
bâtiment : une des méthodes décrites précédemment peut être
utilisée. La vulnérabilité est évaluée en termes de degrés de dommages
préalablement définis (au minimum trois).
5- Diagnostic affiné : le diagnostic sommaire est éventuellement
corrigé en fonction des données relatives à la nature du sol et du site.
D'une manière générale, la vulnérabilité est aggravée par la présence
de sols ayant une faible résistance mécanique (alluvions, remblais,…)
et par l'exposition à des effets de site (effets topographiques,
géodynamiques ou effets liés à l'hétérogénéité des formations
souterraines) ou des effets induits (liquéfaction des sols, mouvements
de terrain, jeu de faille, tsunami, seiche,…).
La vulnérabilité d'un type de construction est en général présentée
sous forme de fonctions de vulnérabilité, appelées aussi
fonctions d'endommagement (fig. 12). Ces fonctions donnent la
probabilité de dommages (faibles, modérés, graves,…) en fonction de
l'importance du séisme, exprimée en termes d'intensité
macrosismique, d'accélération maximale ou de déplacement maximal.
La fig. 13 montre des fonctions de vulnérabilité établies pour divers
types de constructions.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
31
Fig. 12 - Allure des fonctions de vulnérabilité (d'après 40 )
Fig. 13 - Fonctions de vulnérabilité pour divers types de constructions (d'après 39 ). Ces
fonctions donnent la probabilité des dommages suivants, préalablement définis dans
l'ouvrage : dommages nuls (D0), dommages faibles (D1), dommages modérés (D2),
dommages importants (D3), effondrement partiel (D4), effondrement total (D5).
les grands ateliers
32
6- Etudes statistiques : l'ensemble des fonctions de vulnérabilité
contient une multitude d'informations pouvant être mises en évidence
selon l'intérêt porté à tel ou tel aspect :
• dommages par quartier,
• dommages en fonction de l'affectation du bâtiment (logements,
logements avec commerces en rez-de-chaussée, bureaux, bâti
ments administratifs,…),
• dommages en fonction du nombre de niveaux,
• dommages par mode de construction,
• dommages par époque de construction,
• relation entre l'intensité du séisme et le nombre ou le pourcentage
de constructions endommagées,
• distribution des dommages en fonction de l'intensité macrosis-
mique (fig. 14),
• etc.
Degré de Pourcentage Probabilité de dommages (%)
dommages d'endomma- en fonction de l'intensité macrosismique
gement
VI VII VIII IX X
1 0 95 49 7 0 0
2 0.5 3 48 11 1 0,1
3 5 1,5 8 22 2 0,2
4 20 0,4 2 31 10 0,7
5 45 0,1 1,5 17 15 9
6 80 0 1 10 21 24
7 100 0 0,5 2 51 66
Fig. 14 - Exemple de distribution de divers types de dommages dans une zone, en fonction
de l'intensité macrosismique (adapté d'après 37 )
En corrélant les dommages avec l'occupation estimée des logements
et locaux, une évaluation de pertes en vies humaines peut être
effectuée.
Ces relations sont en général présentées sous forme de tableaux ou
d'histogrammes et utilisées pour l'élaboration de scénarios de risque
à l'échelle urbaine. Elles peuvent également être cartographiées à
l'aide du " Système d'informations géographiques " (SIG), en couleurs
différenciées, ce qui en facilité la lisibilité (fig. 15).
La vulnérabilité des équipements et des réseaux, de même que l'estimation
des pertes induites et indirectes, ne sont pas abordées dans ce texte. Une
méthodologie très complète de l'évaluation de la vulnérabilité de l'ensemble
des fonctions urbaines est traitée dans la réf. 40 , présentée au paragraphe
suivant.
4.3.3. GUIDE HAZUS 99
Edité par la Fédéral Emergency Management Agency américaine (FEMA), ce
guide 40 présente une méthode détaillée d'évaluation de la vulnérabi-
lité à l'échelle urbaine. Le but est de permettre une estimation des pertes
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
33
Fig. 15 - Exemple de cartographie de la vulnérabilité aux séismes à l'échelle urbaine (d'après
41 ).
qu'une zone ou région pourrait subir lors d'un tremblement de terre.
L'évaluation est destinée aux autorités nationales, régionales et locales afin
de constituer une base pour l'élaboration d'une politique de prévention du
risque sismique et de gestion de la situation postsismique.
La méthodologie a été élaborée par une équipe composée de scientifiques,
ingénieurs, architectes, économistes, planificateurs, sociologues et
informaticiens. Ainsi, le guide couvre une large gamme de thèmes et
disciplines, notamment les sciences de la terre, génie parasismique et
sciences économiques et sociales. Les méthodes utilisées ont été validées à
l'occasion de séismes récents et soumises à l'avis d'experts reconnus.
les grands ateliers
34
Le guide comprend un manuel technique en trois volumes, qui s'adresse aux
lecteurs possédant un certain niveau technique, et un guide plus sommaire
en deux volumes, accompagné d'un logiciel, présentant la méthodologie
d'une manière plus accessible aux non-spécialistes.
La méthode permet d'élaborer aussi bien des évaluations sommaires que
des estimations détaillées, nécessitant une approche sophistiquée.
Le diagramme de la fig. 16 montre les domaines traités dans le guide.
Chaque pavé correspond à un chapitre qui propose une méthode
d'évaluation des pertes en fonction de la vulnérabilité. Des méthodes
standardisées sont proposées pour :
• sélection des scénarios de tremblements de terre,
• collecte des données,
• utilisation de bases de données géotechniques (type de sol,
mouvement sismique, rupture de sol,…),
• évaluation de l'occupation des logements et des lieux de travail,
• typologie des bâtiments,
• typologie des dommages,
• élaboration des fonctions de vulnérabilité (fig. 17),
• typologie et analyse des réseaux urbains,
• évaluation des coûts,
• interprétation des résultats compte tenu des incertitudes liées à la
fiabilité des données et à la modélisation.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
35
Fig. 16 - Organigramme de l'analyse du risque sismique urbain (d'après 40 )
Pertes économiques
indirectes
Inondations Incendie Pollution Décombres Dommages Pertes de Pertes
induites postsismique toxique aux personnes domicile économiques
Pertes matérielles induites Dommages aux personnes et
pertes économiques directes
Données sismologiques
et géotechniques
Mouvement sismique Rupture de sol
Bâtiments courants Bâtiments stratégiques Réseaux de Réseaux
Equipements dangereux transport utilitaires
Pertes matérielles
directes
les grands ateliers
36
Fig. 17 - Méthode de détermination des fonctions de vulnérabilité pour un type de bâtiment,
(d'après 40 )
Trois types d'analyse sont proposés :
1- Analyse sommaire
Effectuée avec des données générales, elle permet de dégrossir le problème
et de se prononcer sur la nécessité d'une analyse plus détaillée. Les risques
requérant des données spécifiques (liquéfaction des sols, glissements de
terrain, jeu de faille, tsunami, rupture de barrage, etc.) ne peuvent pas être
évalués par ce type d'analyse.
2- Analyse standard
Cette analyse traite les données réelles fournies par l'utilisateur ; elle est
basée sur les méthodes standardisées décrites dans le guide et permet
d'obtenir des résultats d'une bonne précision.
3- Analyse approfondie
L'analyse approfondie est basée sur des études et expertises spécifiques dans
les domaines concernés et suppose une étroite collaboration des
propriétaires des biens analysés. La durée estimée d'une telle analyse est de
6 mois à 2 ans.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
37
4.4. STRATEGIES DE REHABILITATION PARASISMIQUE
4.4.1. PRÉSENTATION GÉNÉRALE
Le choix du type de réhabilitation a en général une incidence non
négligeable sur l'architecture de l'ouvrage. Par conséquent, il devrait être
effectué par un architecte.
Deux grandes familles de démarches sont possibles :
• réduire le niveau des charges sismiques auxquelles l'ouvrage pourrait
être exposé ;
• améliorer le niveau de performances de l'ouvrage.
Ces approches peuvent être adoptées simultanément ; en outre, certaines
stratégies comme l'accroissement de la dissipativité, agissent sur les deux
" tableaux ".
La réduction des charges sismiques est la démarche philosophiquement la
plus rationnelle car elle vise à soustraire partiellement l'ouvrage à l'action
sismique plutôt que de le renforcer afin qu'il résiste à des charges élevées.
Dans de nombreux cas, elle est également la moins coûteuse.
L'amélioration du niveau de performances d'une structure est souvent
identifiée à l'augmentation de sa résistance mécanique. Un tel
raisonnement est erroné car l'objectif est d'atteindre un niveau de
performances (non-effondrement, réparabilité, etc.) et non pas un niveau
de résistance aux forces donné (cependant, lorsqu'on vise l'absence de
dommages, l'accroissement de la résistance peut être une solution). En
effet, même en cas de baisse de résistance, un niveau de performance peut
être maintenu ou amélioré par une augmentation appropriée de la ductilité
ou, en termes plus généraux, de la dissipativité.
L'agression sismique sur les ouvrages n'est pas constituée par des forces
appliquées, mais par l'énergie cinétique générée lors des déplacements
imposés du sol d'assise et dont l'action se traduit par des déformations de
la construction. Si toute l'énergie cinétique présente dans la construction est
absorbée par stockage temporaire (grâce aux déformations élastiques) et
par dissipation (lors des déformations non élastiques), il n'y a pas de rupture
d'éléments structuraux. Par conséquent, pour atteindre un même niveau de
performance qu'une structure très résistante, qui absorbe l'énergie
essentiellement au moyen de stockage, une structure moins résistante
compense le manque de sa capacité à stocker l'énergie par la dissipation
(c'est la quantité totale d'énergie absorbée qui compte).
les grands ateliers
38
Fig. 18 - Efficacité structurale en termes de quantité d'énergie cinétique absorbée
La fig. 18 illustre cette situation (l'énergie absorbée est proportionnelle à
l'aire hachurée sous la courbe résistance-déformation). La structure 2, moins
résistante que la structure 1, possède le même niveau de sécurité
structurale. La structure 3, également moins résistante, offre une meilleure
sécurité que la structure 1.
Différentes stratégies permettant d'améliorer le niveau de performance d'un
bâtiment sont résumées sur la fig. 19, inspirée par l'article de J. Amman et
al publié dans la réf. 61 :
1- Augmentation de la résistance et baisse de la dissipativité :
ces démarches peuvent convenir pour obtenir la fonctionnalité
immédiate d'un bâtiment car elles se traduisent par une réduction des
déformations.
2- Augmentation de la résistance sans modifier la dissipativité.
3- Augmentation de la résistance et de la dissipativité : cette
stratégie convient pour les bâtiments assez vulnérables.
4- Augmentation de la dissipativité sans modifier la résistance :
cette démarche peut être jumelée avec la recherche d'une réduction
des charges sismiques, par exemple par l'utilisation d'amortisseurs.
5- Baisse de la résistance et augmentation importante de la
dissipativité : cette démarche peut convenir aux constructions très
vulnérables dont on cherche à assurer le non-effondrement. Un
accroissement notable de la dissipativité nécessite en général une
baisse de la résistance ultime.
L'augmentation de la dissipativité est limitée par les déformations maximales
compatibles avec le niveau de performances recherché (fig.10).
a) L’énergie cinétique a
été transformée en
énergie potentielle stockée
(comportement élastique)
b) Une même quantité d’énergie
qu’en a) peut être absorbée
par une structure moins
résistante
c) Structure moins résistante
qu’en a), mais plus performante
car elle peut absorber
davantage d’énergie
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
39
Fig. 19 - Stratégies permettant d'atteindre ou de dépasser, après réhabilitation parasismique,
un niveau de performance exigé. Il s'agit de faire varier la résistance et/ou la dissipativité de
la construction (d'après [61]).
4.4.2. RÉDUCTION DU NIVEAU D'ACTION SISMIQUE
La vulnérabilité aux séismes d'un ouvrage diminue avec la baisse des charges
sismiques auxquelles il est susceptible d'être exposé. Ces charges dépendent
de sa masse et des accélérations qu'il subit. Les deux grandeurs peuvent
donc être minimisées, par des moyens classiques ou, en ce qui concerne
l'accélération, également par des procédés non traditionnels.
La réduction peut porter sur les actions sismiques d'ensemble ou sur des
actions locales. Différentes démarches possibles sont passées en revue ci-
après. En général, elles ne peuvent pas être toutes pratiquées
simultanément.
1- Réduction des masses
Cette démarche est en général adoptée lors d'une réhabilitation lourde :
remplacement des planchers ou de la charpente, remplacement de la
couverture, etc. Il convient dans ces cas d'opter pour des solutions légères
(planchers métalliques, charpente en acier ou en bois lamellé-collé, etc.).
2- Recherche de non-résonance
La résonance d'une construction avec le sol est en général à l'origine de
dommages sismiques importants, pouvant aller jusqu'à l'effondrement. Elle
se produit lorsque la période propre fondamentale du bâtiment est proche
de celle du sol. Les charges sismiques diminuent avec l'éloignement des
deux périodes. Il s'agit donc de modifier la période du bâtiment afin de
l'éloigner le plus possible de la période dominante du sol. Selon le cas, il
peut être souhaitable de l'allonger ou, au contraire, de la raccourcir.
bâtiment non conformes
Résistance
bâtiment conforme
Disipasivité
Bâtiment à réhabiliter
Bâtiment réhabilité
Niveau de performance
désiré
Limite due à la
déformabilité
maximale acceptable
de l’ouvrage
1
2
3
4
5
les grands ateliers
40
En pratique, dans la plupart des cas, une réduction de la période est
nécessaire. Elle peut être obtenue par une réduction des masses déjà citée
et par l'accroissement de la rigidité de l'ouvrage. Dans ce cas, l'incidence
architecturale peut être importante car elle se traduit par l'ajout d'éléments
verticaux de contreventement : murs en maçonnerie, voiles en béton, palées
de stabilité en acier, etc. La précontrainte des maçonneries ou du béton
armé peut également être utilisée.
3- Limitation de la torsion d'ensemble
Les mouvements sismiques entraînent une torsion d'ensemble des
constructions lorsque leur centre de gravité d'un ou plusieurs niveaux ne
coïncide pas avec leur centre de rigidité. Il peut donc être nécessaire
d'ajouter des murs ou autres éléments de contreventement placés de
manière à rééquilibrer la distribution des éléments rigides. La torsion étant
un facteur de vulnérabilité important, sa limitation devrait être
systématiquement recherchée.
4- Suppression des " points durs "
Les éléments structuraux isolés participant au contreventement et
possédant une rigidité transversale beaucoup plus grande que les autres
éléments assurant la même fonction, subissent en cas de séisme des
charges très élevées car celles-ci sont distribuées sur les éléments résistants
en proportion de leurs rigidités. Or les concentrations de charges ne sont
pas souhaitables.
La suppression des éléments constituant les points durs étant généralement
impossible, une solution consiste à ajouter, en les disposant
symétriquement, des murs ou autres éléments ayant une rigidité très
supérieure à celle des points durs initiaux, de manière qu'ils reprennent une
partie prépondérante des charges.
5- Prévenir l'entrechoquement
L'entrechoquement se produit entre deux constructions voisines ou entre
deux blocs d'un même bâtiment séparés par un joint de fractionnement
ayant une largeur insuffisante. Les solutions à ce problème sont
radicalement opposées : créer un joint plus large ou le supprimer par
injection de résines assurant un couplage mécanique.
6- Isolation parasismique
Ce procédé non traditionnel permet de diviser les charges sismiques par un
facteur de 5 ou 6. Dans la réhabilitation, il est utilisé pour les constructions
ne dépassant pas six niveaux.
L'isolation parasismique est une solution très coûteuse dans le cas du bâti
existant et, de ce fait, elle est réservée à des bâtiments dont le
fonctionnement après un séisme est impératif ou pour les monuments
historiques. Elle a l'avantage d'assurer, en plus de la sauvegarde des vies
humaines, la protection de la construction, des équipements et des
matériels, donc la fonctionnalité de l'ouvrage. Au plan architectural, le
réaménagement de la transition bâtiment/sol extérieur est nécessaire.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
41
7- Amortisseurs parasismiques
Une réduction notable des charges sismiques peut être obtenue par des
amortisseurs à frottement ou à fluide visqueux placés dans des éléments
assurant le contreventement. L'utilisation de cette technique pour les
bâtiments est très récente, mais elle est très prometteuse car elle peut être
plus économique que les méthodes traditionnelles.
4.4.3. AMÉLIORATION DU NIVEAU DE PERFORMANCE
D'UN BÂTIMENT
1- Renforcement
Le renforcement, appelé également " confortement préventif ", est la
stratégie la plus traditionnelle et la plus fréquente lors de la réhabilitation
parasismique d'un bâtiment, auquel il confère une meilleure résistance
mécanique. Il peut comporter les opérations suivantes :
• redimensionnement, consolidation ou remplacement d'éléments
structuraux ;
• ancrage efficace des éléments de contreventement horizontal et
vertical (ce qui implique la création de chaînages dans les maçonneries
qui en sont dépourvues) ;
• création d'un nouveau système de contreventement, couplé à la
structure existante ;
• renforcement et liaisonnement des fondations ;
• traitement du sol d'assise.
En général, pour des raisons économiques, une partie seulement des
éléments porteurs est renforcée. Il est donc important de veiller à ne pas
aggraver le comportement d'ensemble car la résistance d'une structure n'est
pas égale à la somme des résistances de ses éléments. La distribution des
charges et celle des éléments rigides (les deux étant liées) jouent un rôle
déterminant. Un renforcement local déplace le " problème " sur les éléments
voisins non renforcés.
Afin d'éviter les écueils, on devrait notamment :
• dans le cas où tous les niveaux du bâtiment ne sont pas réhabilités,
réduire progressivement vers le haut la rigidité latérale nouvellement
conférée à la structure ; l'interface entre les niveaux renforcé et non
renforcé constitue une zone particulièrement fragile ;
• à chaque niveau, répartir la rigidité symétriquement afin de limiter la
torsion d'ensemble ; en effet, un renforcement localisé entraîne en
général un déplacement du centre de rigidité ;
• s'abstenir de créer des " points durs " isolés, qui " attirent " les charges
sismiques ;
les grands ateliers
42
• ne pas créer une structure hybride, couplant des éléments ayant un
comportement dynamique très différent ;
• éviter le mode de ruine par cisaillement pour les poteaux et les poutres
(ce qui est le cas des poteaux courts ou bridés, des poutres-allèges,
des poutres assurant un transfert de charges, etc.), car il donne lieu à
une rupture fragile.
2- Amélioration de la dissipativité
Cette stratégie est très avantageuse car elle autorise une réduction du
niveau de résistance mécanique de la structure à atteindre (cf. 4.4.1.). Or, il
est rarement possible économiquement de conférer à un bâtiment existant
le niveau de résistance exigé pour la construction parasismique neuve.
La dissipativité d'une construction peut être améliorée de plusieurs manières
:
• augmenter la ductilité de la structure :
- faire travailler les éléments structuraux à la flexion,
- augmenter la section des porteurs verticaux,
- prévenir les instabilités locales des éléments à parois minces (par
raidissage),
- autoriser un allongement notable des boulons d'ancrage,
- supprimer les affaiblissements locaux, effets d'entaille et tout
changement brusque de forme ou de section des éléments de
contreventement,
- réaliser une armature adéquate des éléments en béton armé,
- supprimer le bridage des poteaux par des éléments rigides
comme les allèges en maçonnerie ou les cloisons n'atteignant pas
le plafond,
- confiner les maçonneries par des chaînages,
- etc.
• utiliser des amortisseurs (cf. plus haut).
3- Suppression ou redistribution des zones faibles
Les zones " faibles ", même renforcées ou rendues plus ductiles, restent des
zones faibles. Il est donc intéressant et avantageux soit de les supprimer, soit
d'atténuer les inconvénients qu'elles génèrent ou encore de les déplacer.
L'architecte joue un rôle déterminant dans le choix de ces solutions.
Quelques exemples permettront d'éclairer ces démarches :
• Un rez-de-chaussée sur pilotis ou largement ouvert constitue souvent
un niveau souple, car sa rigidité latérale est très inférieure à celle des
autres niveaux. Un renforcement des poteaux peut apporter une
amélioration mais ne résout pas complètement le problème. Par
contre, l'effet de niveau souple peut être :
- supprimé, en conférant au rez-de-chaussée une rigidité comparable
à celle des autres niveaux par un contreventement en façade, par
adjonction d'un noyau rigide central (donc en retrait des façades)
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
43
ou en réduisant la rigidité des niveaux supérieurs, par exemple en
optant pour une façade légère découplée de l'ossature,
- atténué, en faisant varier progressivement la rigidité du rez-de-
chaussée vers le haut, au moyen de goussets importants en tête des
poteaux ou en créant un effet d'arc entre les pilotis.
• Les bâtiments comportant des ailes, symétriquement disposées ou
non, peuvent subir des dommages graves dans les angles rentrants en
raison des déplacements importants des extrémités des ailes ; cet effet
peut être :
- supprimé, en fractionnant la construction par des joints
parasismiques (solution coûteuse),
- atténué, en plaçant des voiles transversaux aux extrémités des ailes
afin de limiter leurs déformations, ou en modifiant la forme du
bâtiment (ce qui est parfois possible) de manière à arrondir l'angle
rentrant.
• Les cages d'escalier se trouvent souvent en façade des bâtiments. Dans
ce cas, les trémies sont " mal placées " car elles affaiblissent les
planchers sur leur périphérie, où les sollicitations atteignent les
intensités les plus importantes. Afin de pallier cet inconvénient, on
peut :
- supprimer les trémies en optant pour des escaliers extérieurs,
- déplacer les cages d'escalier vers le milieu du bâtiment, ce qui
permet par ailleurs de gagner de la surface de plancher bénéficiant
d'une possibilité d'éclairement direct.
• Les dalles en porte-à-faux (balcons, auvents,…) sont en général assez
vulnérables vis-à-vis des charges sismiques verticales. Lors des récents
séismes de Kobé (Japon) et du Vénézuela, des éléments en porte-à-
faux se sont rompus et effondrés devant la construction. A part le
renforcement classique, cette situation peut être traitée de la manière
suivante :
- supprimer les porte-à-faux en faisant porter les dalles des balcons
ou de l'auvent par des voiles ou autres structures latérales,
- faire porter les balcons par des poutres en porte-à-faux, moins
vulnérables aux charges sismiques que les dalles en porte-à-faux.
4.5. TECHNIQUES DE RENFORCEMENT
Les techniques de renforcement ne sont pas spécifiquement parasismiques
car elles sont indépendantes des motifs de renforcement. Elles peuvent être
classées en plusieurs catégories.
1- Renforcement par addition de nouveaux éléments de construction :
voiles, palées de stabilité, contreforts extérieurs, chaînages,
micropieux, parois enterrées, etc. La liaison entre la partie ajoutée et
la structure existante est d'une importance capitale pour l'efficacité de
la solution.
2- Amélioration de la résistance de la section transversale des éléments
constructifs :
- augmentation de section par enrobage,
les grands ateliers
44
- renforcement de l'armature,
- contrevoiles,
- plaques d'acier collées,
- tissu de fibres de carbone collé.
3- Renforcement par confinement :
- chemisage des poteaux,
- corsetage des murs, poteaux, cheminées,…
- contrevoiles bilatéraux solidarisés.
4- Renforcement par précontrainte (essentiellement pour les ouvrages en
béton armé ou maçonnerie).
5- Réalisation d'ancrages efficaces :
- ancrage des planchers dans les chaînages,
- ancrage des charpentes sur le niveau sous-jacent,
- ancrage à la fondation des ossatures préfabriquées,
- ancrage des équipements lourds.
6- Réparation :
- injection de fissures,
- remplacement de béton et d'armatures détériorés,
- remplacement des éléments de maçonnerie détériorés,
- traitement de surface afin d'améliorer la durabilité des bétons et
des aciers.
7- Traitement de sol visant à :
- augmenter sa capacité portante,
- prévenir les tassements importants en cas de séisme,
- supprimer la susceptibilité de liquéfaction,
- prévenir des mouvements de terrain : glissements, éboulements,
affaissements, coulées lentes, etc.
Le choix des techniques de renforcement s'effectue selon les critères
habituels : coût, rapidité de mise en œuvre, durabilité, réversibilité
(possibilité de retour ultérieur en arrière, ce qui est parfois demandé pour
les monuments historiques), disponibilité, compétence des entreprises
locales, etc.
Les solutions techniques retenues doivent également tenir compte d'un
éventuel impératif de non-interruption de l'exploitation du bâtiment. En
effet, cette exigence est très fréquente.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
45
5. CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS
La présente étude résume, sans les traiter en détail, les étapes de la
réhabilitation parasismique des bâtiments, montre différentes approches de
la problématique et propose un inventaire commenté des démarches
possibles.
Il apparaît que la part de l'ingénieur dans la réhabilitation parasismique des
constructions est essentielle. Cependant, l'architecte également peut et
devrait y jouer un rôle important car le choix d'un parti ou d'une démarche
influant sur la conception architecturale doit être effectué. Son intervention
peut diriger la stratégie adoptée vers des solutions discrètes ou, au
contraire, modifier radicalement l'expression architecturale même du
bâtiment.
Par ailleurs, un architecte formé en conception parasismique des bâtiments
est en mesure d'effectuer une évaluation rapide de présomption de la
vulnérabilité aux séismes d'un bâtiment ou d'un ensemble urbain, et de
constituer ainsi des éléments permettant d'identifier les risques et de mettre
en place des priorités d'action de renforcement préventif ou de prévention
(déclassement de la construction, relogement, relocalisation des services,
etc.).
Afin de faciliter l'appropriation de ces problématiques par les architectes, il
est souhaitable de disposer de guides didactiques où les démarches
présentées dans cette étude seraient développées et abondamment
illustrées, notamment en ce qui concerne le diagnostic préliminaire de
vulnérabilité et les stratégies de réhabilitation.
Le champ d'activité de l'architecte pourrait ainsi légitimement s'élargir à des
marchés relevant de la prévention du risque sismique dans le bâti existant,
qui lui échappent actuellement.
Il serait donc opportun d'entreprendre la rédaction de tels guides, de même
que la traduction en français de méthodes étrangères traitant ce domaine
d'une manière exhaustive. Ces méthodes, en général rédigées à l'intention
des ingénieurs de structure, ne sont pas en mesure de remplacer les guides
adaptés à la démarche d'un architecte, mais elles montrent quels
phénomènes et situations doivent être pris en compte, de quelle manière et
où trouver les données correspondantes.
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
47
Ouvrages généraux
Abrano D.P., Calvi G.M., (1997), Proceedings of the U.S.-Italian
Workshop on Seismic Evaluation and Retrofit, MCEER, Buffalo, Etats-
Unis.
AFPS, (1999), Actes du 5ème colloque national " Génie parasismique
et réponse dynamique des ouvrages ", vol. I, AFPS, France.
Bisch P., Labbé P., Pecker A., (1998), Proceedings of the 11th European
Conference on Earthquake Engineering, A.A. Balkema, Rotterdam,
Pays-Bas.
Conseil de l'Europe, (1993), Actes du séminaire international "
Historical and Monumental Structures in Seismic Regions ", Santorin,
Grèce.
Davidovici V., Benedetti D., (1994), Proceedings of the Italian-French
Symposium on Strengthening and Repair of Structures in Seismic
Area, Ouest Editions, Nantes, France.
Gavarini C., (1991), Ingegneria antisismica, vol. II, Editoriale ESA,
Milano, Italie.
Giuffrè A., (1988), Monumenti e terremoti, aspetti statici del restauro,
Multigrafica Editrice, Roma, Italie.
Koridze A., (1988), Seismic Risk Assessment and Design of Building
Structures, Omega Scientific, Oxon, Grande-Bretagne.
Ministry of Public Works, (1992), Actes du séminaire international "
Protection of Architectural Heritage against Earthquakes ", Istanbul-
Ankara, Turquie.
NZSEE, (2000), Proceedings of the 12th World Conference on
Earthquake Engineering in Auckland, New Zealand Society for
Earthquake Engineering, Silverstream, Upper Hutt, Nouvelle Zélande.
Petrini V., Save M., (1996), Protection of the Architectural Heritage
against Earthquakes, Springer-Verlag, Wien, New-York.
SMIS, (1996), Proceedings of the 11th World Conference on
Earthquake Engineering in Acapulco, Sociedad Mexicana de
Ingenieria Sismica, Mexico.
Evaluation de la vulnérabilité aux séismes d'un bâtiment
ABK, (1984), Methodology for Mitigation of Seismic Hazards in
Existing Unreinforced Masonry Buildings : The Methodology, Topical
Report 08, National Science Foundation, Washington, D.C., Etats-
Unis.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
AFPS, (2000), Vulnérabilité aux séismes du bâti existant, document de
travail non-publié, Association française du génie parasismique, Paris,
France.
ATC, (1996), Seismic Evaluation and Retrofit of Concrete Buildings,
ATC 40, Applied Technology Council, Redwood City, California, Etats-
Unis.
ATC, (1996), Rapid Visual Screening of Buildings for Potential Seismic
Hazards Training Manual, ATC 21-T, Applied Technology Council,
Redwood City, California.
ATC, (1994), Critical Aspects of Earthquake Ground Motion and
Building Damage Potential, ATC 10-1, Applied Technology Council,
Redwood City, California.
ATC, (1992), Proceedings of Seminar and Workshop on Seismic
Design and Performance of Equipment and Nonstructural Elements in
Buildings and Industrial Structures, ATC 29 et ATC 29-1, Applied
Technology Council, Redwood City, California, Etats-Unis.
ATC, (1989), Handbook for Seismic Evaluation of Existing Buildings
(Preliminary), ATC 22, Applied Technology Council, Redwood City,
California.
BSSC, (1998), Handbook for Seismic Evaluation of Buildings. a
Prestandard, Building Seismic Safety Council for the Federal
Emergency Management Agency, (FEMA 310), Washington D.C.,
Etats-Unis.
BSSC, (1992) NEHRP Handbook for the Seismic Evaluation of Existing
Buildings, Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency
Management Agency (FEMA 178), Washington, D.C., Etats-Unis
(publié également en tant qu'ATC-14 par Applied Technology Council,
Redwood City, California).
BSSC, (1988), Rapid Visual Screening of Buildings for Potential Seismic
Hazards : A Handbook, Building Seismic Safety Council for the Federal
Emergency Management Agency (FEMA 154 et 155), Washington
D.C., Etats-Unis (publié également en tant qu'ATC-21 et 21-1 par
Applied Technology Council, Redwood City, California).
CNRC, (1993), Manuel de sélection des bâtiments en vue de leur
évaluation sismique, IRC, Ottawa, Canada.
CNRC, (1993), Lignes directrices pour l'évaluation sismique des
bâtiments existants, IRC, Ottawa, Canada.
Farsi N., (1996), Identification des structures de génie civil à partir de
leurs réponses vibratoires. Vulnérabilité du bâtiment existant. Thèse de
doctorat, Université Joseph-Fourier, Grenoble 1, France.
Gruppo nazionale difesa dai terremoti, (1986), Istruzioni per la
compilazione della scheda di rilevamento esposizione e vulnerabilita
sismica degli edifici, CNR, Regione Emilia Romagna, Italie
les grands ateliers
48
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
49
Johnson G.S. et al., (1999), Seismic Reliability Assessment of Critical
Facilities : a Handbook, Supporting Documentation and Model Code
Provisions, MCEER, Buffalo, Etats-Unis.
Scawthorn C., (1986), Techniques for Rapid Assessment of Seismic
Vulnerability, American Society of Civil Engineers, Etats-Unis.
State of California, (1996), Seismic Evaluation and Retrofit of Concrete
Buildings, (SSC 96-01), Seismic Safety Commission, Sacramento,
California, Etats-Unis.
State of California, (1987), Guidebook to Identify and Mitigate
Seismic Hazards in Buildings, Seismic Safety Commission,
Sacramento, California, Etats-Unis.
UCBC (1997), Uniform Code for Building Conservation, USA.
Zacek M, (1997), "Méthodologie d'évaluation de la présomption de
vulnérabilité aux séismes des bâtiments de classe D", commande
privée.
Zacek M., (1993), Estimation de la vulnérabilité aux séismes des
constructions existantes, document non publié, Laboratoire ABC,
Ecole d'architecture de Marseille-Luminy, France.
Evaluation de la vulnérabilité aux séismes à l'échelle urbaine
Aguilar J. et al., (1989), Statistics of building damage and of
retrofitting techniques in reinforced concrete buildings, in Earthquake
Spectra, 5.1, 145-152.
ATC, (1992), A Model Methodology for Assessment of Seismic
Vulnerability and Impact of Disruption of Water Supply Systems, ATC
25-1, Applied Technology Council, Redwood City, California, Etats-
Unis.
CGS, Vulnérabilité et évaluation du risque sismique en Algérie, CGS,
Alger, Algérie.
Coburn A., Spence R., (1992), Earthquake Protection, Wiley,
Chichester, Grande-Bretagne.
Coburn A., (1886), Relative vulnerability assessment, 8th European
Conference on Earthquake Engineering, Lisbon, Portugal.
Coburn A., (1982), Models of vulnerability, 9th Regional Conference
on Earthquake Engineering, Istanbul, Turquie.
FEMA, (1999), Earthquake Loss Estimation Methodology HAZUS 99,
Federal Emergency Management Agency, Washington D.C., Etats-
Unis.
Martin C., (1998), Méthodologie d'évaluation du risque sismique aux
échelles locale et régionale applicable aux maisons individuelles,
Rapport GTR/BRGM/0199-98, GEOTER, Clapiers, France.
27
28
29
30
31
32
33
34
35
36
37
38
39
40
41
les grands ateliers
50
Sandi H., (1985), Probability Based Criteria for Checking Earthquake
Resistant Structures, 12th Regional Seminar on Earthquake
Engineering, Halkidiki, Grèce.
State of California, (1996), Earthquake Mitigation Technology
Application Guidelines, Division of the State Architect, Sacramento,
California, Etats-Unis.
Réhabilitation et techniques de renforcement
ATC, (1999), US-Italy Collaborative Recommandations for Improving
the Seismic Safety in Hospitals in Italy, ATC 51, Applied Technology
Council, Redwood City, California, Etats-Unis.
ATC, (1992), Development of Recommanded Guidelines for Seismic
Strengthening of Existing Buildings, ATC 28, Applied Technology
Council, Redwood City, California, Etats-Unis.
BSSC, (1997), NEHRP Guidelines for the Seismic Rehabilitation of
Buildings, Buildings Seismic Safery Council for the Federal Emergency
Management Agency, (FEMA 273), Washington D.C., Etats-Unis.
BSSC, (1997), NEHRP Commentary for the Seismic Rehabilitation of
Buildings. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency
Management Agency, (FEMA 274), Washington D.C., Etats-Unis.
BSSC, NEHRP Benefit-Cost Model for the Seismic Rehabilitation of
Buildings, Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency
Management Agency, (FEMA 227 et 228), Washington D.C., Etats-
Unis.
BSSC, NEHRP Typical Costs for Seismic Rehabilitation of Existing
Buildings, Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency
Management Agency, (FEMA 156 et 157), Washington D.C., Etats-
Unis.
BSSC, (1992), NEHRP Handbook of Techniques for the Seismic
Rehabilitation of Existing Buildings. Building Seismic Safety Council for
the Federal Emergency Management Agency (FEMA 172),
Washington D.C., Etats-Unis.
CGS, (1992), Catalogue des méthodes de réparation et de
renforcement, CGS Alger, Algérie.
Delbecq J.M., Sacchi G./, (1983), Restauration des ouvrages et des
structures, Presses de l'ENPC, Paris, France.
Lee G.C. et al. (2000), Proceedings of the MCEER Workshop for
Seismic Hazard Mitigation of Health Care Facilities, MCEER, Buffalo,
Etats-Unis.
Michel C., Jacquet G., (1995), Eléments pour la réhabilitation du bâti
ancien en zone sismique, DRE PACA, Marseille, France.
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
51
Ministère de l'Equipement et du Logement, (1992), Recommandations
techniques pour la réparation et le renforcement des ouvrages, CGS,
Alger, Algérie.
NZNSEE, (1985), Earthquake Risk Buildings : Recommandations and
Guidelines for Classifying, Interim Seminary and Strenghtening, New
Zealand National Society for Earthquake Engineering, Wellington,
Nouvelle Zélande.
Pekcan G. Mander G.B., Chen S.S., (1999), Design and Retrofit
Methodology for Building Structures with Supplement Energy
Dissipation Systems, MCEER, Buffalo, Etats-Unis.
SAC, (1995), Interim Guidelines : Evaluation, Repair, Modification and
Design of Steel Moment Frames, SAC Joint Venture (SAC 95-02) for
the Federal Emergency Management Agency, (FEMA 267),
Washington D.C., Etats-Unis.
SAC, (1997), Interim Guidelines Advisory n° 1 : Supplement to FEMA
267, SAC Joint Venture (SAC 96-03) for the Federal Emergency
Management Agency, (FEMA 267A), Washington D.C., Etats-Unis.
SAC, (1995), Experimental Investigations of Materials, Weldments and
Nondestructive Examination Techniques, SAC Joint Venture (SAC 95-
08) for the Federal Emergency Management Agency, Washington
D.C., Etats-Unis.
SIA, (1992), Renforcement du bâti existant, Exposés de la journée
d'étude du 20 novembre 1992 à Genève, SIA D 096, Société suisse des
ingénieurs et des architectes, Zurich, Suisse.
55
56
57
58
59
60
61
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
53
ANNEXE
Extrait de la grille de relevé de facteurs de vulnérabilité des
bâtiments aux séismes figurant dans (32 )
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
55
2. LE SITE
• Type :
- plaine
- vallon
- versant
- plateau
- crête
- sommet
- autre, préciser :
• Pente générale :
- nulle
- modérée
- forte
• Nature du sol en surface :
• Couches alluvionnaires de forte épaisseur
oui non ne sait pas
3. IMPLANTATION SUR LE SITE
• Proximité d'une brisure de pente oui non ne sait pas
• Proximité de falaise :
- non
- falaise dominante
- falaise dominée
- distance :
- hauteur :
• Présence de soutènement en amont oui non ne sait pas
• Proximité :
- bord de mer
- retenue d'eau
- cours d'eau
- distance :
• Autre situation présentant des risques :
4. PRESENCE DE CONSTRUCTIONS MITOYENNES
• Mitoyen oui non
- époque de construction :
- sans joint de séparation
- avec joint de séparation "sans épaisseur"
- avec joint de 2 cm rempli de polystyrène
- autre cas, préciser :
• Construction mitoyenne :
- plus haute
- plus basse
- de même hauteur
• Niveaux des planchers des constructions mitoyennes
correspondant à ceux de l'ouvrage étudié
oui non ne sait pas
• Distance des bâtiments proches :
- d < H
- d > H
• Autres cas :
5. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES
5.1. FORME EN PLAN
• Rectangulaire :
- élancement L/l > 3
- élancement L/l * 3
• Symétrie :
- selon un seul axe
- selon deux axes
• Irrégulière :
- compacte
- à ailes
- autre, préciser :
• Parties saillantes l > L/4
l < L/4
• Parties en retrait l > L/4
l < L/4
• Autres cas :
5.2. FORME EN ELEVATION
• Régulière oui non
si "non", préciser :
les grands ateliers
56
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
57
• Retrait(s) non progressif(s) oui non
- sur une façade
- sur deux façades contiguës
- sur deux façades opposées
- sur trois façades
- sur quatre façades
- autre cas :
• Retrait progressif oui non
• Saillie non progressive oui non
- sur une façade
- sur deux façades contiguës
- sur deux façades opposées
- sur trois façades
- sur quatre façades
- sur toutes les façades
• Saillie progressive oui non
• Présence de niveaux "ouverts" :
- non
- oui, avec refends
- oui, sans refends
• Niveaux de hauteur différente de l'étage courant
- non
- de 0-20 %
- de 20-40 %
- > 40 %
• Présence d'édicules en toiture :
- non
- 1 niveau
- plus d'un niveau préciser :
autres :
5.3. AUTRES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES
• Porte-à-faux, l > 2 m oui non ne sait pas
• Angles affaiblis oui non ne sait pas
• Ouvertures dans les murs :
- largeur totale < 25 % du mur
- de 25 à 50 %
- > 50 %
les grands ateliers
58
• Autres :
6. CARACTERISTIQUES MASSIQUES
• Présence d'un plancher plus lourd que
le plancher courant oui non ne sait pas
• Différence de masse entre deux niveaux :
- < 25 %
- 25-50 %
- > 50 %
• Présence d'une salle à forte capacité de
personnes oui non ne sait pas
• Présence de masses isolées oui non ne sait pas
- si "oui", lesquelles :
• Présence d'une toiture lourde oui non ne sait pas
• Autres :
7. STRUCTURE
7.1. SYSTEME PORTEUR VERTICAL
• Etat de conservation :
- médiocre
- normal
- bon
• Structure isostatique oui non ne sait pas
• Système "flexible" sur sol meuble oui non ne sait pas
• Vide sanitaire existant :
- non
- avec murs
- sans murs
• Joints de construction (de montage) existants
oui non ne sait pas
• Joints de dilatation ou de tassement oui non ne sait pas
- si "oui", largeur :
• Report de charge existant oui non ne sait pas
- si "oui", préciser :
• Discontinuités de résistance oui non ne sait pas
- si "oui", préciser :
• Discontinuités de rigidité oui non ne sait pas
- si "oui", préciser :
• Escaliers en console oui non
- si "oui", préciser :
• Charpente exerçant des poussées aux appuis
oui non ne sait pas
• Autres :
7.2. CONTREVENTEMENT
7.2.1. DIAPHRAGMES
• Type de planchers :
• Plancher formant diaphragme oui non ne sait pas
• Toiture contreventée, formant diaphragme
oui non ne sait pas
• Planchers comportant des trémies de
grandes dimensions oui non ne sait pas
- si "oui" : < 25 % de L
> 25 % de L
• Grande trémie attenante à une palée de stabilité
oui non ne sait pas
- si "oui", préciser :
• Autres :
Milan ZACEK
vulnerabilite aux seismes
et renforcement
des batiments existants
59





Collection des cahiers parasismiques
Cahier 1, Conception parasismique niveau avant-projet, Milan Zacek,
Le cahier 1 porte sur la conception parasismique des bâtiments neufs, et montre
l’importance de la prise en compte du phénomène sismique par l’architecte et
l’ingénieur dès le début de la conception, et de l’adoption de dispositions
architecturales et de principes de construction appropriés.

Cahier 2, Vulnérabilité et renforcement, Milan Zacek,
Le cahier 2 présente différentes méthodes de diagnostic de vulnérabilité aux
séismes des bâtiments existants, et propose des stratégies de réhabilitation
parasismique, ainsi que les techniques de renforcement des structures en béton
armé.
Il est complété par le cahier 2-a qui propose une méthode d’évaluation de
présomption de vulnérabilité, ou « pré-diagnostic » se déclinant selon la complexité
de l’édifice.

Cahier 2-a, Guide d’évaluation de la présomption de vulnérabilité aux
séismes des bâtiments existants – Cas des constructions en maçonnerie et
béton armé, Milan Zacek,
Le cahier 2-a, annexé au cahier 2, présente différentes méthodes de diagnostic de
vulnérabilité aux séismes des bâtiments existants en béton armé et maçonnerie, et
propose des stratégies de réhabilitation parasismique, ainsi que les techniques de
renforcement des structures.
Il propose une méthode d’évaluation de présomption de vulnérabilité, ou « pré-
diagnostic » se déclinant selon la complexité de l’édifice, une telle étude pouvant
être réalisée par un architecte sans formation parasismique particulière, complétée,
en ce qui concerne les sols et effets de site, par l’avis d’un géotechnicien.

Cahier 3, Urbanisme et aménagement territorial en zone sismique,
objectifs et problématique, Patricia Balandier,
Le cahier 3 examine les dispositions en matière d’urbanisme et d’aménagement,
généralement inappropriées, et propose des actions et des recommandations pour
réduire le bilan des catastrophes et améliorer la préparation de la société à leur
éventualité.
Résultant des observations réalisées à l’occasion de missions post-sismiques, et de
l’examen de très nombreux rapports ou dépêches après séismes, ces propositions
sont en grande partie généralisables pour se préparer à d’autres types de risques
majeurs, naturels ou technologiques.

Cahier 4, Sismologie appliquée à l’usage des architectes et ingénieurs,
Patricia Balandier,
Le cahier 4 décrit les mécanismes de la tectonique des plaques et les phénomènes
sismiques, qui provoquent les différents types de séismes, leurs caractéristiques et
leurs modes de propagation. La connaissance de ces phénomènes est nécessaire au
constructeur pour comprendre leurs effets sur les constructions, et aborder les
questions de politique de prévention. L’ouvrage aborde enfin comment la
traduction réglementaire de ces études de sismologie, qui simplifie nécessairement
la prise en considération des phénomènes étudiés plus haut, ne doit pas dissimuler
leur complexité, mais permettre de mieux comprendre les arbitrages qui président à
la mise en œuvre de la politique de mitigation du risque sismique.

0AN5 LA C0LLECTI0N
C0NCEPTI0N PAkA5I5MI00E
cahier 2-a
cahier I
cahier 2
cahier J
S'adìessanl aux aìchílecles el íngéníeuìs,
enseígnanls el pìoIessíonneís, ía coííeclíon
des cahíeìs paìasísmíques conslílue un
ensembíe de ìéIéìence des connaíssances
nécessaíìes à ía conceplíon, ía conslìuclíon
el ía pìoleclíon des édíIíces el des víííes
conlìe íe phénomène sísmíque.
Le pìésenl cahíeì pìésenle díIIéìenles
mélhodes de díagnoslíc de vuínéìabííílé
aux séísmes des bâlímenls exíslanls, el
pìopose des slìalégíes de ìéhabííílalíon
paìasísmíque, aínsí que íes lechníques
de ìenIoìcemenl des slìucluìes en bélon
aìmé.
!í esl compíélé paì íe cahíeì 2-a quí pìopose
une mélhode d'évaíualíon de pìésomplíon
de vuínéìabííílé, ou « pìé-díagnoslíc » se
décíínanl seíon ía compíexílé de í'édíIíce.
ZZZOHVJUDQGVDWHOLHUVIU
B0ULEVAR0 0E V!LLEF0NTA!NE
BP 43, 380º2 V!LLEF0NTA!NE 0E0EX
FRAN0E
Téí 33 (0)4 74 ºo 88 70
Fax 33 (0)4 74 ºo 88 71
ÉVALUAT!0N 0E LA PRÉS0MPT!0N
0E VULNÉRAB!L!TÉ AUX SE!SMES
0ES BÅT!MENTS EX!STANTS
MILAN ZACEK
00N0EPT!0N PARAS!SM!0UE
N!VEAU AVANT-PR0JET
MILAN ZACEK
VULNÉRAB!L!TÉ
ET RENF0R0EMENT
MILAN ZACEK
URBAN!SME
ET AMÉNA0EMENT
PATkICIA BALAN0IEk
cahier 4
S!SM0L00!E
APPL!0UÉE
PATkICIA BALAN0IEk
!SBN : 2-913962-01-7

Remerciements
S’adressant aux architectes et ingénieurs, enseignants et professionnels, ainsi qu’aux étudiants et chercheurs, la collection des cahiers parasismiques constitue un ensemble de référence des connaissances nécessaires à la conception, la construction et la protection des édifices et des villes contre le phénomène sismique. Cette collection a été développée avec l’aide du Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable dans le cadre du programme d’actions confié aux Grands Ateliers pour améliorer l’enseignement des concepts et méthodes de la conception et de la construction parasismiques au sein des formations initiales des divers intervenants de l'acte de construire. Elle est publiée par les Grands Ateliers de l’Isle d’Abeau, groupement d’établissements d’enseignement supérieur d’architecture, d’ingénierie, d’art et de design, destiné à faire progresser la formation et la recherche sur la construction et les matériaux. La collection comprend actuellement les cahiers suivants : 1. 2. Conception parasismique, niveau avant-projet, Milan Zacek, Vulnérabilité et renforcement, Milan Zacek,

2-a. Guide d’évaluation de la présomption de vulnérabilité aux séismes des bâtiments existants – Cas des constructions en maçonnerie et béton armé, Milan Zacek 3. 4. Urbanisme et aménagement territorial en zone sismique, objectifs et problématique. Patricia Balandier, Sismologie appliquée à l’usage des architectes et ingénieurs, Patricia Balandier.

A paraître : 5. 6. Comportement dynamique des structures Construction parasismique, se déclinant sur les diverses technologies : béton armé, acier, bois, constructions en terre, ainsi que sur le second œuvre.

cahier 2

vulnérabilité et renforcement

MILAN ZACEK

Mai 2004

.

EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES D'UN BATIMENT 4. Relevé des facteurs de vulnérabilité (inventaire) 4.2.1.3.3.1.2.2.3.2.4. Guide HAZUS 99 4.1. BILBIOGRAPHIE ET REFERENCES ANNEXE 3 5 7 7 7 9 9 10 10 11 11 13 13 29 29 30 32 37 37 39 41 43 45 47 53 . SITUATION GENERALE 3.1.3. TECHNIQUES DE RENFORCEMENT 5.3. Vulnérabilité d'un ensemble de constructions 4. CONTEXTE 3.4.4.2. Amélioration du niveau de performance d'un bâtiment 4. Présentation générale 4.3.2. ETAPES 4. PROJET DE REHABILITATION PARASISMIQUE D'UN BATIMENT 4. OBJECTIF ET METHODE 2. Evaluation de la vulnérabilité 4. SPECIFICITE DES CONSTRUCTIONS EXISTANTES 3. Evaluation de la présomption de vulnérabilité 4. Vulnérabilité globale d'une zone 4. EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES A L'ECHELLE URBAINE 4.5.1. Exemples de méthodes d'évaluation de la vulnérabilité des ouvrages aux séismes 4.4.5.TABLE DES MATIERES Page n° 1.2. Réduction du niveau d'action sismique 4.2. STRATEGIES DE REHABILITATION PARASISMIQUE 4. DIFFICULTES TECHNIQUES 4.2. Typologie 4.2.3.4. CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS 6.

.

L'objectif de cette étude est de réaliser un panorama des problèmes liés à la réhabilitation parasismique des bâtiments : présenter différentes approches permettant d'effectuer un diagnostic de vulnérabilité aux séismes et adopter une stratégie de réhabilitation pertinente. Une bibliographie différenciée par thème figure à la fin de l'étude. Le but est pédagogique et non pas opérationnel. . OBJECTIF ET METHODE Le bâti existant pose des problèmes importants de sécurité en cas de tremblement de terre. En outre. elle constitue un cadre dont on peut dériver des méthodes pratiques détaillées. La problématique est abordée sur un plan méthodologique et illustrée par des exemples d'approches variées.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 1. . en accord avec l'évolution sociétale.les stratégies de réhabilitation parasismique. L'étude facilite donc la rédaction de guides spécifiques développant une ou plusieurs démarches présentées. L'étude elle-même est basée sur les travaux personnels et sur la compilation d'articles. Il est omniprésent et les opérations visant à lui conférer une certaine résistance aux séismes sont de plus en plus fréquentes.les techniques de renforcement des structures. 3 . utilisables pour des opérations de réhabilitation parasismique. Elle est destinée à l'enseignement dans les écoles d'architecture et. de communications et de guides totalisant plusieurs milliers de pages. à l'usage des architectes. portant sur : . d'une manière générale.l'évaluation de la vulnérabilité aux séismes.

.

l'application des règles parasismiques à la construction neuve est obligatoire pour la quasi-totalité d'ouvrages situés dans une zone différente de zéro. les tremblements de terre se produisent régulièrement et il n'y a pratiquement pas d'année où une agglomération importante ne soit gravement touchée par leurs effets. non désolidarisée par un joint de fractionnement . qui sont destructeurs compte tenu de la faible profondeur de leurs foyers. CONTEXTE A l'échelle du globe. de pertes de biens. proche des départements de Guadeloupe et de Martinique.remplacement total des planchers en superstructure dans les bâtiments des classes B. d'activité de production et de vies humaines. Par conséquent.addition par surélévation dans les bâtiments des classes B. dans les cas suivants : . C ou D . . Le risque sismique est donc important dans ces zones. aucune obligation de renforcement préventif n'existe en ce qui concerne les bâtiments existants. C et D à l'occasion de certains travaux de réhabilitation. l'arrêté du 29 mai 1997 relatif aux règles de construction parasismique applicables aux bâtiments " à risque normal " impose la mise aux normes parasismiques des bâtiments de classes B. de nombreuses pertes en vies humaines pourraient être occasionnées par des tremblements de terre de forte intensité. 5 . mais elle est bien sismique. Si aucun renforcement parasismique préventif n'est obligatoire a priori. les quartiers ou bâtiments anciens présentent un risque sismique considérable. Dans les territoires de souveraineté française. pour une période de référence.addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments des classes C ou D. C ou D. Il dépend de l'aléa sismique (probabilité de subir un séisme d'une intensité donnée dans la même période de temps) et de la vulnérabilité aux séismes des biens exposés. Aux Antilles. En revanche.création d'au moins un niveau intermédiaire dans les bâtiments des classes C ou D. La France a été épargnée ces dernières années.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 2. elle recèle des structures sismogènes pouvant donner lieu à des tremblements de terre atteignant une magnitude proche de 6. des séismes d'une magnitude 8 sont possibles à la limite des plaques tectoniques " Amérique " et " Caraïbes ". la vulnérabilité aux séismes de ces derniers est parfois très élevée et. Or. Rappelons qu'il est défini comme la probabilité. additions comprises. exprimée en coût ou en pourcentage. dans les zones les plus exposées. .5. La conformité avec les règles parasismiques est requise pour la totalité du bâtiment. En métropole.

classe C : les ouvrages dont la défaillance présente un risque élevé pour les personnes et ceux présentant le même risque en raison de leur importance socio-économique (habitations et bureaux avec h 28 m. Un marché de réhabilitation parasismique s'ouvre donc et la mise en place d'une formation des architectes dans ce domaine est souhaitable. C ou D. les équipements et les installations dont le fonctionnement est primordial pour la sécurité civile. non désolidarisée par un joint de fractionnement . classe B : les ouvrages dont la défaillance présente un risque dit " moyen " pour les personnes (habitations et bureaux dont h 28m. Les ouvrages dont la défaillance peut compromettre la sécurité d'un bâtiment voisin sont à ranger dans la classe de ce dernier si elle est plus contraignante. classe D : les bâtiments.addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments des classes B. bâtiments industriels. .addition par juxtaposition de locaux dans les bâtiments de classe B. bâtiments abritant des moyens de secours ou de défense…). désolidarisée par un joint de fractionnement. Rappel des classes de risque : classe A : les ouvrages dont la défaillance ne présente qu'un risque minime pour les personnes ou l'activité économique . bâtiments accueillant plus de 300 personnes…) . pour la défense ou pour le maintien de l'ordre public (centres de télécommunications. bâtiments accueillant 300 personnes au plus…) .les grands ateliers La conformité avec les règles parasismiques est requise pour les seules additions dans les cas suivants : . 6 .

dans ce cas. DIFFICULTES TECHNIQUES Lors de la conception d'un ouvrage à construire. etc. Par ailleurs. Dans le cas des bâtiments existants. SITUATION GENERALE Les bâtiments existants édifiés avant l'obligation d'appliquer les règles parasismiques ou avant leur publication sont souvent situés au centre des agglomérations car ils ont été les premiers construits. l'expertise des bâtiments voisins est rarement possible. leur comportement dynamique ne peut. toutes les données et caractéristiques ayant une incidence sur son comportement sous action sismique sont généralement disponibles. services. semble peu pertinente. préfecture. de nombreux équipements. Les incertitudes se situent à plusieurs niveaux : 1.Les constructions existantes font souvent partie d'un ensemble bâti dont elles sont séparées par un joint " sans épaisseur " et parfois même elles en constituent un élément mécaniquement solidaire . notamment dans les quartiers historiques. La politique de la puissance publique va dans ce sens. indispensables à la gestion d'une crise (mairie. Ils abritent. conformes aux règles parasismiques. être dissocié du bloc dans lequel elles s'insèrent. Cette concentration d'activités. Le ministère de l'Environnement et de l'Aménagement du Territoire (MATE) a lancé plusieurs études pilotes dans le domaine de la mitigation du risque sismique du bâti existant. en outre. Or. L'attente d'un remplacement " naturel " du bâti existant par des ouvrages neufs. casernes de pompiers. Le renouvellement du parc immobilier français s'effectue à un taux de seulement 1 % par an environ . commerces et administrations dont certains stratégiques.2. centraux téléphoniques. de nombreux bâtiments sont conservés et protégés en raison de leur valeur historique. qui conduit à une présence importante de personnes. se conjugue avec une résistance des constructions aux séismes souvent faible ou médiocre. 7 .1. Il apparaît donc nécessaire d'entreprendre des opérations de confortement préventif (non seulement à l'occasion de travaux) si on souhaite réduire la probabilité de pertes en cas de séisme. le degré de couplage mécanique peut être difficile à évaluer. SPECIFICITE DES CONSTRUCTIONS EXISTANTES 3. en plus de logements. il en est souvent autrement.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 3.). 3.

on devrait connaître la nature et l'efficacité de toutes les liaisons structurales (la prise en compte des conditions d'encastrement ou d'articulation réelles a une importance capitale pour déterminer le comportement d'une ossature exposée à un séisme). 4.La nature du sol influe considérablement sur le comportement des constructions qui y sont fondées. ces différences sont vraisemblablement dues à la variation de la nature du sol. pour un même type de construction. Or. Sa modélisation est alors très délicate et un jugement d'expert qualitatif peut être plus fiable qu'une approche purement quantitative. ne sont pas suffisants pour décider d'un renforcement. américaines. l'effet de résonance peut considérablement accroître les charges sismiques. En effet. sur certains types de sol de faibles caractéristiques mécaniques. voire quasi impossible. canadienne. Ainsi. des dommages importants aux constructions sont très fréquents. On estime d'ailleurs que pour établir un diagnostic fiable. mais elles ne sont pas écrites en langue française et sont très peu connues dans notre pays. D'autre part.…) est possible.les grands ateliers 2. il n'existe pas en France de méthode " officielle " . 3. D'une part. étant donné que le comportement dynamique d'ensemble conditionne la distribution des charges sismiques sur les éléments participant au contreventement. aucun document technique unifié (DTU) ou guide ne sont disponibles. permettant de " sentir " le comportement de la structure étudiée. plus il est difficile. 8 . Cependant. si les périodes propres d'oscillation d'un ouvrage et du sol sont proches. aucune norme. le degré d'amortissement procuré par la construction. La connaissance du sol d'assise est donc indispensable pour évaluer la vulnérabilité aux séismes d'une construction. d'obtenir tous ces paramètres pour l'ensemble de la structure. est indispensable. plus la construction est ancienne. la raideur des éléments porteurs principaux et leur capacité à tolérer les déformations imposées dans le domaine élastoplastique. une expérience " vécue ". les cartes des dommages établies pour Salon-de-Provence (Bouches-du-Rhône) après le séisme de Lambesc (1919) font apparaître. L'adoption de méthodes étrangères (italiennes. des effondrements systématiques dans certaines zones bien délimitées et des dommages nettement moindres dans les zones voisines . une campagne géotechnique d'envergure est rarement envisageable lors des opérations courantes.La méthodologie de l'évaluation de la vulnérabilité aux séismes des ouvrages existants n'est pas évidente a priori.Le calcul de la descente de charges et la connaissance de la résistance des éléments porteurs (évaluée habituellement à l'aide de sodages structuraux). Or.

la démarche est beaucoup plus complexe car ces charges sont engendrées. en fonction du comportement recherché. non parasismique. selon le cas. Il s'agit donc d'organiser au préalable les éléments porteurs d'une manière compatible à la fois avec les nouveaux espaces créés et avec un schéma structural réaliste. d'acceptable à très défavorable. régissent le comportement dynamique de l'ouvrage. la construction est apte à présenter le comportement désiré. est de plus en plus adoptée dans les pays concernés. en empruntant le vocabulaire en usage dans les pays anglo-saxons.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 4. Lors de l'étape suivante. 9 . On doit déterminer si pour une intensité de séisme donnée. pour les éléments non structuraux et pour l'équipement. on peu: • limiter l'action sismique sur la construction. avec le maître d'ouvrage. on doit décider du degré de dommage accepté lors des tremblements de terre. les exigences de comportement pour la structure. L'importance des mouvements sismiques du sol ne constitue donc pas nécessairement le facteur déterminant car la distribution des masses. En d'autres termes. mais aussi horizontalement. différentes stratégies de renforcement devraient être examinées. c'est-à-dire évaluer sa vulnérabilité aux séismes.1. Lors d'une réhabilitation " parasismique ". PROJET DE REHABILITATION PARASISMIQUE D'UN BATIMENT 4. Cette approche. Il ne semble pas réaliste de rechercher le même niveau de protection que pour les constructions neuves. ETAPES Dans le cadre d'une réhabilitation classique. Ces exigences sont traduites en termes de niveaux de performance. par exemple en prévenant la résonance du bâtiment avec le sol ou en optant pour l'isolation parasismique . Lorsque la réhabilitation doit tenir compte des charges sismiques. il convient de formuler. Le comportement dynamique qui en résulte peut varier. dans chaque masse présente. Ainsi. cette dernière consistant à transmettre au sol d'assise la pression de vent exercée sur l'enveloppe du bâtiment. non seulement verticalement. Par conséquent. On observe régulièrement l'effondrement de constructions même lors des séismes de faible magnitude. ainsi que celle des éléments rigides. la première étape consiste à effectuer un diagnostic de comportement de l'ouvrage sous l'action sismique et identifier ses faiblesses. et par là le degré d'amplification par la structure des oscillations qui leur sont imposées au niveau du sol. les éléments structuraux sont dimensionnés pour les nouvelles descentes de charges verticale et horizontale. connue comme " performance based design ".

L'ultime étape du projet de réhabilitation parasismique est le choix des techniques de renforcement. L'évaluation doit donc être différenciée et basée sur une typologie. il est possible d'opter pour une combinaison de stratégies. Le coût des différentes démarches est certainement un facteur de décision important. 10 .2. Bien entendu. les différents modes de construction correspondent à une période historique ou actuelle donnée. La typologie est plus ou moins différenciée.). Cependant. Il peut s'agir d'un renforcement de la construction ou d'un traitement du sol d'assise. époque ou type de construction. La stratégie adoptée est en général un compromis entre le coût de la réhabilitation et le degré de dommages accepté. 4. Souvent les deux sont requis. sommaire ou intermédiaire. configuration. fissuration ou encore rupture de certains éléments sans s'effondrer. La difficulté réside dans la diversité des paramètres pouvant faire l'objet d'une typologie (situation. TYPOLOGIE Les bâtiments existants ont été bâtis à différentes époques. Exemples : • maçonnerie en terre crue • maçonnerie ancienne en pierre • maçonnerie non ancienne en pierre • maçonnerie en béton ou blocs de béton non chaînée • maçonnerie en briques ou blocs de béton chaînée maçonnerie armée • ossature en béton armé coulé en place avec remplissage en maçonnerie • etc. etc.les grands ateliers • " jouer la carte " de la résistance mécanique en augmentant d'une manière significative la capacité portante des éléments structuraux.2.1. • favoriser la dissipativité. selon qu'il s'agit d'une évaluation détaillée. avec des modes de construction variés et présentent une grande richesse de formes. c'est-à-dire l'aptitude de l'ouvrage à tolérer des déformations élastoplastiques notables. EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES D'UN BATIMENT 4. il semble qu'une classification par type de construction convienne le mieux. Généralement.

Un extrait d'une liste générale figure en annexe. il est nécessaire d'examiner la nature ainsi que l'état de la structure et des éléments non structuraux. ce qui permet également de dégrossir le problème. Ceux-ci peuvent éventuellement être évités lors d'un examen rapide visant à établir une présomption de vulnérabilité. En outre. portant sur : 11 . EVALUATION DE LA PRÉSOMPTION DE VULNÉRABILITÉ 1. afin de déterminer si une approche plus approfondie est nécessaire. 4. pour une même durée d'examen. l'examen de la structure nécessite en général des sondages structuraux destructifs. L'avantage des listes par type de construction est de pouvoir être.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 4. Avant de procéder au relevé des facteurs de vulnérabilité. il est nécessaire de vérifier si la réalisation est conforme aux plans. l'utilisation d'un tel document s'avère assez " lourde ".2. une liste ou grille permettant un relevé systématique de tous les éléments est nécessaire.2. Une autre solution. si possible une recherche de renseignements auprès des personnes ayant participé à la construction de l'ouvrage. tous les documents disponibles devraient être recueillis et examinés. Pour une évaluation précise de la vulnérabilité. et de réunir un maximum de données relatives au sol et au site. Cependant. les constructions anciennes ont parfois subi une ou plusieurs restructurations dont les plans ne sont pas disponibles. sans concours d'un ingénieur de bureau d'études. A cet effet. destinée à couvrir tous les cas relevant des différentes typologies citées plus haut. il est préférable d'effectuer une première étude pouvant être seulement qualitative. consiste à établir une liste pour chaque type de construction de la typologie retenue. RELEVÉ DES FACTEURS DE VULNÉRABILITÉ (INVENTAIRE) Avant de procéder à une analyse qualitative ou quantitative du comportement sous séismes de l'ouvrage étudié. laborieuse et coûteuse.2. Elle comporte l'étude des documents disponibles. Cette démarche.3. adoptée dans la référence 20 . de même que les règles de construction de l'époque du bâtiment étudié. conduisant à l'évaluation d'une présomption de vulnérabilité (c'est-à-dire à un prédiagnostic). plus détaillée et plus ciblée. un relevé des facteurs de vulnérabilité lors d'un examen visuel extérieur et intérieur sur site. Elle peut être générale. ce qui assez souvent n'est pas le cas. et l'exploitation des grilles de relevé décrites plus haut. peut être réalisée par un architecte formé en construction parasismique. complétée par des listes portant sur les éléments non structuraux et les conditions relevant de la géotechnique.Objet Une évaluation " exacte " de la vulnérabilité d'un ouvrage aux séismes étant longue. Bien entendu.

On peut ne l'évaluer que pour le séisme maximal retenu ou par rapport à plusieurs niveaux d'agression sismique. • le site. L'ouvrage peut nécessiter la démolition après un séisme fort. 2 Niveau d'agression sismique La vulnérabilité croît avec l'intensité du séisme. • l'état de conservation. 4. correspondant à l'intensité IX ou à as = 4 m/s². correspondant à l'intensité VIII ou à as = 2 m/s² . Les dommages structuraux et les dommages non structuraux ne compromettant pas le fonctionnement ou ne rendant pas la construction impropre à sa destination (par exemple confinement de produits toxiques) sont donc admis. • Fonctionnalité : l'ouvrage et son exploitation doivent pouvoir " fonctionner " après un tremblement de terre. • séisme moyen. est suffisante pour la plupart des bâtiments courants.Niveaux de performance Divers niveaux de comportement peuvent être recherchés pour un niveau d'agression sismique donné. Cette exigence est requise pour les ouvrages stratégiques. abritant des activités nécessaires à la gestion de la crise et pour tout bâtiment dont le maître d'ouvrage exige la poursuite d'exploitation immédiate.les grands ateliers • l'architecture (la configuration et le détail architectural). • Dommages lourds ne nécessitant pas la démolition. • l'interaction avec l'environnement construit. 3. • séisme fort. • les dispositions constructives apparentes. Il paraît pertinent d'apprécier la capacité de la structure au moins par rapport à deux degrés de " performances : noneffondrement et fonctionnalité. correspondant au degré VII à l'échelle d'intensité macrosismique EMS 92 ou à une accélération maximale du sol as = 1 m/s² .Méthode d'évaluation En l'absence d'une méthode standardisée. Exemple de quatre niveaux de performance : • Non-effondrement : cette exigence. • Dommages réparables rapidement : le volumes des travaux est limité. de nombreuses approches de l'évaluation de la présomption de vulnérabilité des ouvrages aux séismes ont 12 . généralement trois : • séisme faible. visant à assurer la sauvegarde des vies humaines. • le système constructif.

La durée d'examen est de 30 mn/construction environ. notamment dans les pays de forte sismicité (Italie. A cet effet. Deux guides américains font actuellement référence dans ce domaine (15) (46 ). il s'agit en général d'estimer un degré de vulnérabilité global. Zacek) Rédigée en 1993. la faisabilité économique d'un renforcement doit être étudiée.4. 4. Les situations suivantes peuvent se présenter : • état acceptable. Il n'en existe pas en France. EXEMPLES DE MÉTHODES D'ÉVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ DES OUVRAGES AUX SÉISMES Etant donné la complexité de la problématique. EtatsUnis. 4. Les méthodes présentées visent chacune un objectif.5. il est préférable d'utiliser des méthodes spécifiquement établies pour la réhabilitation parasismique. Dans l'évaluation de la présomption de vulnérabilité. Leur prise en compte pondérée. Yougoslavie.2. Le but de cette présentation est d'illustrer la grande diversité des approches. Elle peut être utilisée par des nonspécialistes afin d'identifier les constructions potentiellement dangereuses.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants été proposées. En fonction du degré de vulnérabilité. les " faiblesses " constatées sont hiérarchisées et une " note " ou coefficient caractérisant leur gravité leur est attribué. il est décidé d'entreprendre une réhabilitation ou non. Plusieurs méthodes sont présentées au § 4. EVALUATION DE LA VULNÉRABILITÉ Une étude quantitative d'évaluation de la vulnérabilité est nécessaire lorsque l'examen qualitatif effectué lors de la phase précédente présente de fortes incertitudes ou lorsqu'on décide de réhabiliter une construction dont on a constaté la vulnérabilité aux séismes. • étude plus poussée nécessaire . donc également un besoin différent. permet de conclure sur les degrés de vulnérabilité prédéfinis (3 à 5 en général).…). renforcement non nécessaire .5. • très forte vulnérabilité. 13 . • état nécessitant un renforcement économiquement envisageable . des méthodes d'évaluation diverses ont été élaborées. Bien qu'on ait souvent recours aux méthodes de vérification de résistance et de rigidité destinées à la construction neuve. • Méthode simplifiée à l'usage des architectes (M. Elles ont été classées par ordre croissant de complexité. dont les modalités varient d'une méthode à l'autre. cette méthode rapide (33) et peu coûteuse permet d'évaluer une présomption de vulnérabilité des constructions aux séismes par un examen visuel seulement. Elles ont été sélectionnées en raison des différences d'approches ou d'objectifs.2.2.

Trois niveaux d'agression sismique ont été considérés : séismes faibles. L'avis d'un géotechnicien spécialisé peut ainsi être sollicité. qui envisageait d'établir un état des lieux de la présomption de la vulnérabilité aux séismes des constructions existantes dans des communes pilotes. il s'agissait d'un guide destiné à l'Agence d'urbanisme et d'aménagement de la Guadeloupe (ADUAG). en retenant la situation la plus grave. moyens et forts. Afin d'attirer l'attention de l'utilisateur sur les points faibles importants. La fiche de relevé et un extrait de la grille d'évaluation sont présentés sur les pages suivantes. Le résultat est obtenu par une simple lecture de la grille. Toutefois. ni les effets de site ne sont pris en compte. 14 . Les constructions et les éléments constructifs particulièrement vulnérables aux séismes sont présentés dans une grille. la méthode a été utilisée par le BRGM pour évaluer la vulnérabilité de bâtiments à Pointe-àPître (Guadeloupe) et Fort-de-France (Martinique) dans le cadre de l'opération GEMITIS. les différentes situations pénalisantes sont citées et doivent être signalées sur la fiche de relevé. Ni l'interaction avec le sol. Dans une forme élargie et complétée par une vérification quantitative. en même temps qu'une évaluation des dommages correspondants qu'ils pourraient subir pendant des oscillations du sol. Lorsque la construction cumule certains facteurs de vulnérabilité. un résumé des dommages sismiques caractéristiques pour les types de constructions courants figure dans la grille.les grands ateliers A l'origine. les dommages potentiels sont majorés d'un degré.

Nature du sol Rocher sain .graves en cas de séisme moyen. 1 .importants .remblais anciens .graves en cas de séisme fort.plateau .autres sols : 3.sommet .niveau sur pilotis .argiles et marnes molles autres alluvions molles .autres caractéristiques : 1. Construction 1. Caractéristiques Forme en plan symétrique selon deux axes .bâtiment mitoyen sans joint vide d'au moins 4 cm . dommages : modérés .graviers et sables secs et compacts graviers et sables humides . Evaluation sommaire de vulnérabilité : en cas de séisme faible.pente forte uniforme .niveaux en saillie . Observations : 3. Situation dans le site Terrain plat .poteaux "courts" .remblais récents terrain inondable . organisme) : 4.consoles non contreventées avancée de toiture importante .autres cas : ______________________________________________________________ AUTRES RENSEIGNEMENTS 1.Fiche de relevé des facteurs de vulnérabilité (d'après 33 ) 15 .absence de chaînages horizontaux et verticaux .graves 2.proximité d'une limite entre roche et alluvions .pente modérée uniforme .sables lâches .3.mauvais 1.absence d'encadrements de baies .vallée alluviale .niveaux en retrait . Date du relevé : Fig.argiles ou marnes dures .plaine .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants FICHE DE RELEVE _____________________________________________________________ LOCALISATION : _____________________________________________________________ CARACTERISTIQUES GENERALES Propriétaire : Occupant : Nombre maximal d'occupants : Année de construction : Destination (usage) : Surface au sol (m2) : Nombre de niveaux : Hauteur en mètres : Type de construction : Epaisseur des murs extérieurs : Type de toiture : Présence d'un sous-sol : oui non ______________________________________________________________ PLAN ET ELEVATIONS (croquis ou photos) ______________________________________________________________ FACTEURS DE VULNERABILITE 1.2.rocher altéré ou fracturé .auvents importants . Auteur du relevé (nom.importants .liaisons précaires entre éléments constructifs .1.acrotère haut lourd balustrade en pierre ou béton .proximité d'un changement de pente .conduit de fumée élancé .très bon.proximité de murs de soutènement en amont .forme symétrique selon un axe forme irrégulière .toiture-terrasse plantée .ossature non contreventée ossature à étage en bois avec poteaux non continus .construction de grande longueur .poteaux trop élancés .asymétrie des parties rigides .importants . dommages : modérés . Etat de conservation : normal . Etude approfondie nécessaire oui non 2.crête . dommages : modérés .abord de falaise .angle affaibli .

les grands ateliers Fig. 1 (d'après 33 ) 16 .Exemple d'application de la fiche de la fig. 2 .

Extrait d'une grille d'évaluation de la présomption de vulnérabilité (d'après 33 17 .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Fig. 3 .

correspondant à un des types de dommages définis dans le guide (fig. on conclut sur une présomption de : • • • • • très forte vulnérabilité. une correction du résultat est prévue. Afin d'éviter d'aggraver la " note " par un nombre important de facteurs de vulnérabilité faibles.2 g : dommages modérés 0. 25 < K < 50 faible vulnérabilité. 4 et 5 de l'échelle macrosismique européenne EMS 92. 3. la correspondance avec le degré de dommages est la suivante : Présomption de vulnérabilité moyenne : 25 < K < 50 0. K < 10. Ces types sont les degrés de dommages 2. 4). 50 < K < 100 moyenne vulnérabilité. Deux niveaux d'évaluation sont visés. dans lequel une cote (coefficient de pénalité) est attribuée aux divers facteurs de vulnérabilité (fig. 10 < K < 25 très faible vulnérabilité. Selon la valeur de K. Dans le cas contraire.4 g : dommages légers à modérés. Lorsque K > 50.1 g : dommages négligeables 0. Niveau 1 : approche qualitative Une grille de relevé détaillée doit être remplie lors d'une inspection extérieure et intérieure du bâtiment étudié.4 g : dommages modérés Présomption de vulnérabilité très faible : K < 10 0. Ces cotes permettent de calculer un coefficient K variant de 0 à 100.2 g : dommages légers 0. L'évaluation est faite à l'aide d'un tableau d'évaluation.1 g : dommages nuls à négligeables 0.4 g : dommages graves Présomption de vulnérabilité faible : 10 < K < 25 0. K > 100 forte vulnérabilité.les grands ateliers • Méthode proposée par le groupe de travail " Vulnérabilité du bâti existant " de l'Association française du génie parasismique (AFPS) [14] Cette méthode est applicable aux bâtiments construits depuis 1960. Le premier consiste en une approche qualitative et le second en une vérification quantitative. une évaluation quantitative est nécessaire.5). Pour les valeurs de K < 50.1 g : dommages légers 0.2 g : dommages négligeables à légers 0. 18 . on peut conclure directement sur un niveau de vulnérabilité.

4 .Tableau d'évaluation de présomption de vulnérabilité (d'après 14 ) 19 .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants EVALUATION QUALITATIVE DE LA PRESOMPTION DE VULNERABILITE Propriétaire du bâtiment : Dénomination et adresse du bâtiment : Année de construction : Date du diagnostic : Auteur du diagnostic : A Implantation du bâtiment B Environnement du bâtiment C Type de structure 1 Pente générale du terrain > 40 % 5 1 Bâtiments accolés : joint = 0 ou rempli d’un matériau 25 1 2 3 4 Murs en Murs en Murs en Ossature maçonnerie béton non béton armé poteauxde blocs armé poutres sans remplissage 5 15 10 20 1 Irrégulière 5 3 Planchers d’un même étage situés à des hauteurs différentes 10 2 Dissymétrie : torsion faible : 5 accusée : 50 3 Présence de poteaux courts ou partiellement bridés participant au contreventement 50 2 2 Proximité d’un changement de pente D < 2H du bâtiment 15 2 Joints entre blocs adjacents < 2 cm 2 à 4 cm > 4 cm 25 10 5 5 6 7 8 Ossature Système Panneaux Ossature BA poteauxmixte murs de façade préfabriquée poutres avec en BA porteuse remplissage maçonnerie préfabriqués et ossature porteurs 25 20 10 50 3 Elancement en plan L/l>4 5 4 Présence d’un plancher lourd ou d’une toiture lourde 10 3 Absence de contreventement dans le sens des x ou y 100 Parties saillantes ou rentrantes 5 5 Absence de diaphragme horizontal en toiture 20 4 Densité de voiles de contreventement sens x ou y 0 à 100 (voir formule 2) 6 Percements inserts dans les nœuds e>d/3 50 Observations D Forme en plan E 1 2 Etages en Retrait en Forme en élévation encorbellefaçade ment > 2 m >40 % 15 20 F 1 Variation verticale croissante des rigidités Contreventement 0 à 100 (voir formule 1) G Zones ou 1 Descente de charge en baïonnette 25 7 critiques 2 Présence de poteaux élancés 10 éléments 5 4 Percements Percements inserts dans inserts dans les poteaux les poutres e>d/3 e>d/3 10 25 Présence d’un angle de façade affaibli 15 8 Axes poteaux et poutres non concourants e>c/2 10 2 9 Diaphragmes horizontaux avec grandes ouvertures s>10 %S 10 3 10 Absence de chaînages encadrant les murs de contreventement en MAC verticaux : 25 horizontaux : 75 H Divers 1 Etat de conservation du gros œuvre médiocre : 10 mauvais : 25 Risque de chute d’éléments non structuraux 5 Façade BA préfabriquée non porteuse 10 Total des pénalités Fig.

les grands ateliers

TYPE DE DOMMAGES
Nuls à négligeables

NATURE DES DOMMAGES
Microfissures ( 1mm) dans quelques cloisons. Fatigue des bâtiments sans signe apparent d'endommagement

REPARATION

PERTES EN VIES HUMAINES
Nulles

Appréciation au cas par cas

Légers

Dégâts mineurs aux éléments non structuraux: - fissures dans cloisons de distribution, - chute de plâtras, - chute d'éléments légers de plafonds suspendus

Réparation sans évacuation des occupants

Rares

Dégâts importants aux éléments non structuraux ; chute de cheminées Modérés

Réparation pouvant nécessiter l'évacuation des Dégâts possibles aux éléments occupants structuraux, fissurés ou plastifiés, mais non détruits

Peu nombreuses

Graves

Dégâts très importants aux Expertise pour Possibilité de éléments non structuraux, décision de pertes rupture ou effondrement réparer ou non nombreuses localisé d'éléments structuraux

Effondrement

Effondrement partiel ou total Réparation Possibilité de du bâtiment lourde ou non pertes envisageable très nombreuses

Fig. 5 - Typologie des dommages sismiques (d'après 14 )

Niveau 2 : approche quantitative L'évaluation est faite pour les trois niveaux d'agression sismique cités en 4.2.3. par une des méthodes d'analyse suivantes, choisie en fonction des critères de régularité figurant dans les règles PS 92 : • analyse forfaitaire, • analyse simplifiée, • analyse complète. Il est également procédé à la vérification de la stabilité au renversement, de la stabilité interne et de la résistance des éléments porteurs. Les résultats de l'analyse sismique sont hiérarchisés de la manière suivante

20

Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants

- instabilité d'un élément de contreventement : effondrement, - contrainte excessive dans un élément de contreventement : effondrement à désordres graves, - déformations excessives de la structure : effondrement partiel (effets du second ordre pour les systèmes à portiques ou entrechoquement des deux blocs contigus) à désordre modérés. En recensant tous les facteurs de vulnérabilité établis qualitativement et en examinant les résultats d'une analyse quantitative, on établit une évaluation de la vulnérabilité en plaçant une croix dans la case appropriée du tableau ci-après : NATURE DU SEISME NATURE DES DOMMAGES

Négligeables Légers Modérés Graves Effondrement (VII) Faible (0.1g)

(VIII) Moyen (0.2g)

(IX) Fort (0.4g)
Fig. 6 - Grille de présentation des résultats de l'évaluation de vulnérabilité

• Méthode " FEMA 310 " Présentée sous forme de guide [20], cette méthode de la Federal Emergency Management Agency américaine, datant de 1998, constitue une prénorme. Elle est le résultat de mises à jour de méthodes antérieures, intégrant les enseignements des études postsismiques récentes. L'évaluation est systématiquement faite par rapport à deux niveaux de performance : - sauvegarde des vies humaines (SVH), - fonctionnalité immédiate (FI). Trois niveaux d'évaluation sont proposés. Niveau 1 : présomption de vulnérabilité Cette évaluation concerne tous les types de bâtiments et vise à identifier ceux qui n'atteignent pas le niveau de performance requis. L'état de la construction est examiné à l'aide d'une série de " check-lists " détaillées dans le guide et portant sur la structure, les éléments non structuraux et l'interface sol/fondations. Si des points vulnérables sont détectés, il peut être décidé de procéder à l'évaluation du niveau 2 ou de se satisfaire des résultats obtenus.

21

les grands ateliers

Selon le cas, au moins les check-listes suivantes devraient être utilisées.
Région de sismicité Niveau Check-listes de performance Sommaire Structure Structure Sol et él. non él. non base compléments fondations structuraux structuraux base compléments SVH x FI SVH Moyenne FI SVH Forte FI x x x x x x x x x x x x x x x x x x x x

Faible

Fig. 7 - Utilisation de check-listes, méthode FEMA 310 ( 20)

Exemple d'une check-list de type " structure ". De telles check-lists ont été rédigées pour chaque type de construction : Check-list de base pour les structures de type S4 : ossatures en acier contreventées par des voiles Description La structure de ces bâtiments est un assemblage de poteaux et de poutres en acier. Les planchers et les toitures sont en dalles coulées en place ou en tôle nervurée avec ou sans dalles de béton. L'ossature comprend des poutres principales et secondaires de section en I ou H ou des poutres en treillis. Le contreventement est assuré par des voiles coulés en place. Ces voiles peuvent contribuer à la descente des charges verticales. Dans le cas des structures non récentes, l'ossature en acier n'est calculée que pour les charges verticales. Les structures récentes sont conçues en tant que systèmes mixtes où l'ossature acier participe au contreventement en proportion de sa rigidité relative. Légende : C = conforme NC = non conforme SO = sans objet C NC SO Structure principale DESCENTE DES CHARGES HORIZONTALES : la structure doit présenter, pour les niveaux SVH et FI, au moins un chemin de descente de charges complet pour les charges s'exerçant dans n'importe quelle direction horizontale. MEZZANINES : les mezzanines doivent être contreventées indépendamment de la structure principale ou ancrées dans les éléments de contreventement vertical principaux.

22

pour les performances SVH et FI. 23 . L'espacement des barres ne doit pas être supérieur à 45 cm. NIVEAU " SOUPLE " : la rigidité du système de contreventement ne doit pas être inférieure à 70 % de celle des niveaux adjacents. TORSION : la distance entre les centres de rigidité et de gravité ne doit pas dépasser 20 % de la largeur du bâtiment dans toutes les directions. FISSURES DANS LES VOILES : la largeur des fissures obliques dans les voiles doit être inférieure à 3 mm pour le niveau SVH et à 1. pour les performances SVH et FI. ni inférieure à 80 % de la rigidité moyenne des trois niveaux immédiatement supérieurs ou inférieurs. CONTRAINTES DE CISAILLEMENT : ces contraintes. calculées selon la méthode simplifiée présentée. pour les niveaux SVH et FI. doivent être inférieures aux valeurs indiquées dans le guide. DISCONTINUITE VERTICALES : tous les éléments verticaux de contreventement doivent être continus jusqu'aux fondations. DETERIORATION DE L'ACIER : il ne doit pas y avoir de traces de rouille.5 mm pour le niveau FI. de fissures ou d'autres détériorations visibles dans les éléments et assemblages assurant la résistance vis-à-vis des charges verticales ou horizontales.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants NIVEAU " FAIBLE " : la résistance de tout niveau vis-à-vis des charges horizontales ne doit pas être inférieure à 80 % de celle des niveaux du dessus ou du dessous. MASSE : la masse effective ne doit pas varier de plus de 50 % d'un niveau à l'autre. ARMATURE DU BETON : le rapport de la section des armatures à la section totale doit être supérieur à 0. pour les performances SVH et FI.0015 dans la direction verticale et à 0. la structure doit comporter au moins deux voiles dans chaque direction principale. GEOMETRIE : les dimensions horizontales du système de contreventement ne doivent pas varier de plus de 30 % par rapport à celles du contreventement des niveaux adjacents. pour les performances SVH et FI. à l'exclusion des derniers niveaux en retrait. DETERIORATION DU BETON : il ne doit pas y avoir de détérioration visible du béton ou des armatures dans les éléments assurant la résistance vis-à-vis des charges verticales et horizontales. Les fissures ne doivent pas être concentrées en un endroit ni former des figures en forme de X. HYPERSTATICITE : pour le niveau FI. pour les performances SVH et FI.0025 dans la direction horizontale. Système de contreventement OSSATURE : l'ossature secondaire en acier ou béton armé doit constituer un système capable de transmettre les charges verticales.

la résistance de l'ancrage à la traction ne doit pas être inférieure à celle des poteaux. en fonction du nombre de niveaux. avoir une résistance au cisaillement dans leur plan au moins égale à celle des voiles. les types de construction nécessitant une analyse de niveau 2 ou éventuellement de niveau 3. 24 . L'objectif est d'identifier les constructions qui ne nécessitent pas de réhabilitation. pour le niveau FI. ANCRAGE DES MURS les voiles doivent être ancrés dans les fondations. Remarque : la ventilation des " points " en trois groupes ne semble pas toujours cohérente . ceci est sans incidence sur la méthode. même s'ils ont été considérés comme conformes au niveau 1. Cette exigence ne concerne que le niveau FI. Niveau 2 : analyse quantitative Cette analyse consiste à appliquer une méthode de calcul élastique linéaire simplifiée aux bâtiments désignés comme non conformes au niveau 1. ANCRAGE DES POTEAUX D'EXTREMITES DES VOILES : les poteaux situés aux extrémités des voiles doivent être ancrés dans la fondation. ainsi que celles qui présentent une réelle vulnérabilité.les grands ateliers ASSEMBLAGES ENTRE POTEAUX : les assemblages entre les poteaux en acier noyés dans les extrémités des voiles doivent avoir une résistance à la traction au moins égale à celle des poteaux. Pour le niveau FI. la résistance de l'ancrage ne doit pas être inférieure à celle du mur. Pour le niveau FI. Assemblages TRANSMISSION DES EFFORTS : les diaphragmes doivent être armés et ancrés de manière à assurer la transmission des charges sur les voiles et. Le tableau suivant précise.

diaphragmes flexibles Portiques transversaux de grande portée en acier Ossatures en acier contreventées par des voiles Ossatures en acier contreventées par des murs en maçonnerie : .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Nombre de niveaux à partir duquel une analyse de niveau 2 ou de niveau 3 (N3) est exigée Sismicité faible Sismicité moyenne Sismicité forte SVH FI SVH FI SVH FI 3 4 3 3 3 3 3 3 3 Type de construction Ossatures bois : .contreventement par voiles .diaphragmes rigides .diaphragmes flexibles Portiques en béton armé Voiles en béton : .diaphragmes flexibles Systèmes mixtes 4 4 1 1 1 1 4 4 3 3 3 3 2 2 2 5 5 4 3 3 3 5 5 1 1 1 5 5 4 1 1 1 4 3 3 1 1 1 1 2 2 1 1 1 1 5 1 4 4 2 N3 3 5 1 3 1 N3 N3 1 4 1 2 1 N3 N3 1 1 1 Fig.diaphragmes flexibles Ossature en béton armé avec remplissages en maçonnerie rigides : .Sélection du type d'analyse de vulnérabilité.diaphragmes flexibles Ossatures en acier contreventées par triangulation : .diaphragmes flexibles Ossatures en béton armé préfabriqué : .bât.diaphragmes rigides .diaphragmes rigides . 8 .diaphragmes rigides .diaphragmes flexibles Panneaux préfabriqués en béton armé : . méthode FEMA 310 20 25 .diaphragmes rigides .diaphragmes rigides .diaphragmes rigides .maisons individuelles .diaphragmes rigides .diaphragmes flexibles Maçonnerie non armée : .idem avec grandes portes de garage en rez-de-chaussée . industriels et commerciaux Portiques en acier : .contreventement par effet de portique Maçonnerie armée : .

sismicité. • Description du bâtiment : destination. nature du sol. méthode. Le lecteur est renvoyé au guide 46 . éléments non structuraux. l'analyse du niveau 3 vise à une évaluation précise qui ne se justifie que dans des cas spécifiques. On peut utiliser des méthodes statiques ou dynamiques linéaires ou non linéaires. type d'analyse. capacité.… • Description du site : topographie. niveaux de performance vérifiés.… L'ensemble des démarches préconisées dans le guide est résumé dans le tableau de la page suivante. importance historique. système porteur. 26 .les grands ateliers Niveau 3 : analyse approfondie Les évaluations aux niveaux 1 et 2 étant assez conservatrices en raison de l'approche simplifiée. non précisées dans le document FEMA 310. forme. effets liés au site.… • Liste des hypothèses adoptées : propriétés des matériaux. notes de calcul. type de sol. • Annexes : références. type de bâtiment par référence à une typologie. Ce rapport devrait comporter au moins les informations suivantes : • Objectif.… • Liste des points faibles constatés. Un plan du rapport final figure dans le guide. dimensions.

Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants COLLECTE DE DONNEES Relevé sur site Sismicité de la zone Niveau de performance désiré EVALUATION NIVEAU 1 Usage des check-listes POINTS FAIBLES non oui POURSUITE DE L'EVALUATION oui non EVALUATION NIVEAU 2 Analyse statique linéaire Analyse dynamique linéaire Analyses spécifiques POINTS FAIBLES non oui POURSUITE DE L'EVALUATION oui non EVALUATION NIVEAU 3 Analyse détaillée POINTS FAIBLES ? non oui BATIMENT POSSEDE LE NIVEAU DE PERFORMANCE DESIRE BATIMENT NE POSSEDE PAS LE NIVEAU DE PERFORMANCE DESIRE RAPPORT FINAL REHABILITATION Fig. 9 .Organigramme de la méthode " FEMA 310 " (20) 27 .

Elles dépendent des caractéristiques de ces derniers et non pas d'une agression sismique. car il peut subir des déplacements supérieurs à ceux du niveau de performance minimal exigé (SVH) La méthode " ATC 40 " a suscité un grand intérêt dans le monde entier. Les différents degrés de dommages correspondant aux déplacements sont localisés sur la courbe. La capacité d'atteindre un niveau de performance est évaluée en termes de déplacements et non en termes de forces. par une méthode de calcul statique non linéaire. l'importance des dommages est davantage fonction des déplacements que des forces. est innovante par rapport aux approches classiques. elle n'est accessible qu'aux spécialistes. Des courbes de capacité de déplacement (donc de déformabilité) sont tracées pour les bâtiments étudiés. Toutefois. 28 . car lors des déformations postélastiques. car le type de calcul utilisé pour déterminer les courbes de capacité de déplacement est peu courant (calcul statique " pas à pas "). publiée aux Etats-Unis en 1986 par Applied Technology Council [15].les grands ateliers • Méthode " ATC 40 " Cette méthode. En corrélant la courbe de capacité de déplacement du bâtiment avec le déplacement maximal provoqué par un mouvement sismique de sol donné. on obtient un point appelé " point de performance " (traduit parfois en français comme " point de fonctionnement ").Courbe de capacité de déplacement d'un bâtiment. Le point de performance correspond au déplacement maximal du bâtiment sous l'action du séisme considéré. déterminé par une méthode proposée dans le document. Le bâtiment montré est donc vulnérable. 10). conçue pour les constructions de béton armé. d'après 15 . 10 . La vulnérabilité est évaluée pour les mêmes niveaux de performance que dans la méthode " FEMA 310" : sauvegarde des vies humaines (SVH) et fonctionnalité immédiate (FI). Fig. Sa position par rapport au niveau de performance recherché indique si ce niveau est atteint ou non (fig.

mais doit porter également sur les équipements urbains. Elle doit également tenir compte des pertes et préjudices induits ou indirects . Cette évaluation ne saurait se limiter aux bâtiments.Prévention du risque sismique à l'échelle urbaine 29 . il est nécessaire d'évaluer la vulnérabilité aux séismes de toute une zone.santé .services . elle est au stade d'achèvement. la voirie. En France.1. a été choisie comme ville pilote pour une opération de ce type (GEMITIS). A l'heure actuelle (début 2001). A cet effet. 11 .sécurité .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 4. Pour être efficace. voire régionale. VULNÉRABILITÉ GLOBALE D'UNE ZONE La prévention du risque sismique dans le bâti existant ne peut reposer sur la seule initiative privée ou celle d'organismes publics isolés. la ville ou la zone est à considérer comme un système. elle doit être mise en place à l'échelle urbaine. les réseaux utilitaires.activités de production .transports . les transports. L'évaluation de la vulnérabilité urbaine est complexe et requiert la collaboration de spécialistes de nombreuses disciplines. La connaissance de la vulnérabilité et de l'aléa sismique (probabilité d'occurrence d'un séisme qui atteindrait ou dépasserait une intensité donnée) permet l'élaboration de scénarios de risques et de prendre des mesures de prévention immédiates ou différées (fig. Aléa sismique local (microzonage sismique) Analyse du système urbain : .réseaux utilitaires . située dans l'une des zones les plus sismiques de la France métropolitaine.3.EVALUATION DE LA VULNERABILITE AUX SEISMES A L'ECHELLE URBAINE 4.administration . 11).3.télécommunications .logement .activités culturelles et cultuelles Vulnérabilité aux séismes Scénarios de risques Evaluation du coût des dommages Etude des mesures de prévention et de leur coût Mesures de prévention Fig. la ville de Nice (Alpes-Maritimes).

la vulnérabilité est aggravée par la présence de sols ayant une faible résistance mécanique (alluvions. Toutes les sources disponibles peuvent être exploitées : cartes. La fig. Ces fonctions donnent la probabilité de dommages (faibles. 13 montre des fonctions de vulnérabilité établies pour divers types de constructions.Identification d'îlots homogènes : les bâtiments de ces îlots correspondent en général à une même époque donc également à un mode de construction. appelées aussi fonctions d'endommagement (fig. tsunami. Les bâtiments mécaniquement solidaires devraient être considérés comme une seule construction. suivi d'une visite sur les lieux. géodynamiques ou effets liés à l'hétérogénéité des formations souterraines) ou des effets induits (liquéfaction des sols. etc. La vulnérabilité d'un type de construction est en général présentée sous forme de fonctions de vulnérabilité. 5. L'objectif est différent à l'échelle d'un ensemble de constructions. cadastre. On peut procéder de la manière suivante : 1. D'une manière générale. La vulnérabilité est évaluée en termes de degrés de dommages préalablement définis (au minimum trois).Diagnostic affiné : le diagnostic sommaire est éventuellement corrigé en fonction des données relatives à la nature du sol et du site.…) en fonction de l'importance du séisme. 2. 12).…). 3. 4.3. graves. exprimée en termes d'intensité macrosismique. mouvements de terrain.2. seiche. d'accélération maximale ou de déplacement maximal. VULNÉRABILITÉ D'UN ENSEMBLE DE CONSTRUCTIONS La réhabilitation parasismique d'une construction particulière nécessite au préalable un diagnostic de vulnérabilité déterministe. On cherche à évaluer la probabilité d'endommagement en fonction du niveau d'agression sismique. spécifique. 30 . jeu de faille.Typologie des constructions : les types sélectionnés doivent être les bâtiments les plus caractéristiques de chaque îlot (un ou plusieurs types par îlot). pouvant être inexact s'il est appliqué à une construction particulière. car le but est d'obtenir une estimation fiable à l'échelle de la zone étudiée et non à celle d'un bâtiment. Il s'agit d'un résultat global.Diagnostic de vulnérabilité sommaire de chaque type de bâtiment : une des méthodes décrites précédemment peut être utilisée.Inventaire et cartographie des constructions : cet inventaire est effectué à l'aide d'un examen de photos aériennes.…) et par l'exposition à des effets de site (effets topographiques. relevé photographique. modérés. remblais.les grands ateliers 4.

préalablement définis dans l'ouvrage : dommages nuls (D0).Fonctions de vulnérabilité pour divers types de constructions (d'après 39 ). 13 .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Fig. dommages faibles (D1).Allure des fonctions de vulnérabilité (d'après 40 ) Fig. 12 . effondrement total (D5). 31 . effondrement partiel (D4). dommages modérés (D2). dommages importants (D3). Ces fonctions donnent la probabilité des dommages suivants.

présentée au paragraphe suivant. bâti ments administratifs. Ces relations sont en général présentées sous forme de tableaux ou d'histogrammes et utilisées pour l'élaboration de scénarios de risque à l'échelle urbaine. • dommages par époque de construction.5 0. 4. logements avec commerces en rez-de-chaussée.3. en fonction de l'intensité macrosismique (adapté d'après 37 ) En corrélant les dommages avec l'occupation estimée des logements et locaux. 40 .5 5 20 45 80 100 95 3 1. GUIDE HAZUS 99 Edité par la Fédéral Emergency Management Agency américaine (FEMA). • dommages en fonction de l'affectation du bâtiment (logements. Degré de dommages Pourcentage d'endommagement Probabilité de dommages (%) en fonction de l'intensité macrosismique VI 1 2 3 4 5 6 7 0 0.7 9 24 66 Fig. ce qui en facilité la lisibilité (fig. • distribution des dommages en fonction de l'intensité macrosismique (fig. en couleurs différenciées.3.Exemple de distribution de divers types de dommages dans une zone. • etc.…).Etudes statistiques : l'ensemble des fonctions de vulnérabilité contient une multitude d'informations pouvant être mises en évidence selon l'intérêt porté à tel ou tel aspect : • dommages par quartier. • relation entre l'intensité du séisme et le nombre ou le pourcentage de constructions endommagées.1 0. ce guide 40 présente une méthode détaillée d'évaluation de la vulnérabilité à l'échelle urbaine.1 0 0 VII 49 48 8 2 1. Le but est de permettre une estimation des pertes 32 . 15). La vulnérabilité des équipements et des réseaux. une évaluation de pertes en vies humaines peut être effectuée.5 1 0. Elles peuvent également être cartographiées à l'aide du " Système d'informations géographiques " (SIG). 14 .4 0. bureaux.2 0.les grands ateliers 6.5 VIII 7 11 22 31 17 10 2 IX 0 1 2 10 15 21 51 X 0 0. • dommages en fonction du nombre de niveaux. Une méthodologie très complète de l'évaluation de la vulnérabilité de l'ensemble des fonctions urbaines est traitée dans la réf. • dommages par mode de construction. de même que l'estimation des pertes induites et indirectes. ne sont pas abordées dans ce texte. 14).

régionales et locales afin de constituer une base pour l'élaboration d'une politique de prévention du risque sismique et de gestion de la situation postsismique. La méthodologie a été élaborée par une équipe composée de scientifiques.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Fig. 15 . sociologues et informaticiens. architectes. génie parasismique et sciences économiques et sociales.Exemple de cartographie de la vulnérabilité aux séismes à l'échelle urbaine (d'après 41 ). ingénieurs. économistes. qu'une zone ou région pourrait subir lors d'un tremblement de terre. Les méthodes utilisées ont été validées à l'occasion de séismes récents et soumises à l'avis d'experts reconnus. L'évaluation est destinée aux autorités nationales. Ainsi. planificateurs. 33 . notamment les sciences de la terre. le guide couvre une large gamme de thèmes et disciplines.

et un guide plus sommaire en deux volumes. • typologie des bâtiments. 17). • typologie des dommages. • typologie et analyse des réseaux urbains.les grands ateliers Le guide comprend un manuel technique en trois volumes. présentant la méthodologie d'une manière plus accessible aux non-spécialistes. rupture de sol. 34 . La méthode permet d'élaborer aussi bien des évaluations sommaires que des estimations détaillées. mouvement sismique. Le diagramme de la fig. • interprétation des résultats compte tenu des incertitudes liées à la fiabilité des données et à la modélisation. • collecte des données. Des méthodes standardisées sont proposées pour : • sélection des scénarios de tremblements de terre. • élaboration des fonctions de vulnérabilité (fig. 16 montre les domaines traités dans le guide. • utilisation de bases de données géotechniques (type de sol. • évaluation des coûts. accompagné d'un logiciel. • évaluation de l'occupation des logements et des lieux de travail. qui s'adresse aux lecteurs possédant un certain niveau technique.…). Chaque pavé correspond à un chapitre qui propose une méthode d'évaluation des pertes en fonction de la vulnérabilité. nécessitant une approche sophistiquée.

Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Données sismologiques et géotechniques Mouvement sismique Rupture de sol Pertes matérielles directes Bâtiments courants Bâtiments stratégiques Equipements dangereux Réseaux de transport Réseaux utilitaires Inondations induites Incendie postsismique Pollution toxique Décombres Dommages aux personnes Pertes de domicile Pertes économiques Pertes matérielles induites Dommages aux personnes et pertes économiques directes Pertes économiques indirectes Fig.Organigramme de l'analyse du risque sismique urbain (d'après 40 ) 35 . 16 .

36 . jeu de faille.les grands ateliers Fig.Analyse approfondie L'analyse approfondie est basée sur des études et expertises spécifiques dans les domaines concernés et suppose une étroite collaboration des propriétaires des biens analysés. 2. (d'après 40 ) Trois types d'analyse sont proposés : 1. 3. Les risques requérant des données spécifiques (liquéfaction des sols. tsunami. rupture de barrage. elle est basée sur les méthodes standardisées décrites dans le guide et permet d'obtenir des résultats d'une bonne précision. La durée estimée d'une telle analyse est de 6 mois à 2 ans. glissements de terrain.) ne peuvent pas être évalués par ce type d'analyse. elle permet de dégrossir le problème et de se prononcer sur la nécessité d'une analyse plus détaillée.Méthode de détermination des fonctions de vulnérabilité pour un type de bâtiment. etc.Analyse sommaire Effectuée avec des données générales.Analyse standard Cette analyse traite les données réelles fournies par l'utilisateur . 17 .

4. L'amélioration du niveau de performances d'une structure est souvent identifiée à l'augmentation de sa résistance mécanique. Dans de nombreux cas. il devrait être effectué par un architecte. une structure moins résistante compense le manque de sa capacité à stocker l'énergie par la dissipation (c'est la quantité totale d'énergie absorbée qui compte). Si toute l'énergie cinétique présente dans la construction est absorbée par stockage temporaire (grâce aux déformations élastiques) et par dissipation (lors des déformations non élastiques). de la dissipativité. agissent sur les deux " tableaux ". La réduction des charges sismiques est la démarche philosophiquement la plus rationnelle car elle vise à soustraire partiellement l'ouvrage à l'action sismique plutôt que de le renforcer afin qu'il résiste à des charges élevées. Par conséquent. elle est également la moins coûteuse. 37 .1. un niveau de performance peut être maintenu ou amélioré par une augmentation appropriée de la ductilité ou.4. lorsqu'on vise l'absence de dommages. en termes plus généraux.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 4. Ces approches peuvent être adoptées simultanément . Par conséquent. PRÉSENTATION GÉNÉRALE Le choix du type de réhabilitation a en général une incidence non négligeable sur l'architecture de l'ouvrage. • améliorer le niveau de performances de l'ouvrage. Un tel raisonnement est erroné car l'objectif est d'atteindre un niveau de performances (non-effondrement. Deux grandes familles de démarches sont possibles : • réduire le niveau des charges sismiques auxquelles l'ouvrage pourrait être exposé . certaines stratégies comme l'accroissement de la dissipativité. il n'y a pas de rupture d'éléments structuraux. En effet. etc. réparabilité.) et non pas un niveau de résistance aux forces donné (cependant. en outre. L'agression sismique sur les ouvrages n'est pas constituée par des forces appliquées. même en cas de baisse de résistance. qui absorbe l'énergie essentiellement au moyen de stockage. pour atteindre un même niveau de performance qu'une structure très résistante. mais par l'énergie cinétique générée lors des déplacements imposés du sol d'assise et dont l'action se traduit par des déformations de la construction. STRATEGIES DE REHABILITATION PARASISMIQUE 4. l'accroissement de la résistance peut être une solution).

Augmentation de la résistance sans modifier la dissipativité. par exemple par l'utilisation d'amortisseurs. Différentes stratégies permettant d'améliorer le niveau de performance d'un bâtiment sont résumées sur la fig. offre une meilleure sécurité que la structure 1. 4. moins résistante que la structure 1. La structure 3. 19. La structure 2. 38 .Augmentation de la dissipativité sans modifier la résistance : cette démarche peut être jumelée avec la recherche d'une réduction des charges sismiques. L'augmentation de la dissipativité est limitée par les déformations maximales compatibles avec le niveau de performances recherché (fig.Baisse de la résistance et augmentation importante de la dissipativité : cette démarche peut convenir aux constructions très vulnérables dont on cherche à assurer le non-effondrement. 61 : 1. 5. 2. 18 illustre cette situation (l'énergie absorbée est proportionnelle à l'aire hachurée sous la courbe résistance-déformation). Un accroissement notable de la dissipativité nécessite en général une baisse de la résistance ultime.Augmentation de la résistance et baisse de la dissipativité : ces démarches peuvent convenir pour obtenir la fonctionnalité immédiate d'un bâtiment car elles se traduisent par une réduction des déformations. 18 . mais plus performante car elle peut absorber davantage d’énergie Fig.les grands ateliers a) L’énergie cinétique a été transformée en énergie potentielle stockée (comportement élastique) b) Une même quantité d’énergie qu’en a) peut être absorbée par une structure moins résistante c) Structure moins résistante qu’en a).Augmentation de la résistance et de la dissipativité : cette stratégie convient pour les bâtiments assez vulnérables.10). 3. également moins résistante. inspirée par l'article de J. Amman et al publié dans la réf.Efficacité structurale en termes de quantité d'énergie cinétique absorbée La fig. possède le même niveau de sécurité structurale.

remplacement de la couverture. 1. en ce qui concerne l'accélération. Il s'agit donc de modifier la période du bâtiment afin de l'éloigner le plus possible de la période dominante du sol. au contraire. pouvant aller jusqu'à l'effondrement. charpente en acier ou en bois lamellé-collé. également par des procédés non traditionnels.). après réhabilitation parasismique. etc. elles ne peuvent pas être toutes pratiquées simultanément. un niveau de performance exigé. 39 .Recherche de non-résonance La résonance d'une construction avec le sol est en général à l'origine de dommages sismiques importants.Réduction des masses Cette démarche est en général adoptée lors d'une réhabilitation lourde : remplacement des planchers ou de la charpente. Il convient dans ces cas d'opter pour des solutions légères (planchers métalliques.2. Les deux grandeurs peuvent donc être minimisées. RÉDUCTION DU NIVEAU D'ACTION SISMIQUE La vulnérabilité aux séismes d'un ouvrage diminue avec la baisse des charges sismiques auxquelles il est susceptible d'être exposé. Différentes démarches possibles sont passées en revue ciaprès. de la raccourcir. 2.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Résistance bâtiment conforme 1 Bâtiment à réhabiliter Bâtiment réhabilité 2 3 4 5 bâtiment non conformes Niveau de performance désiré Limite due à la déformabilité maximale acceptable de l’ouvrage Disipasivité Fig. etc. Il s'agit de faire varier la résistance et/ou la dissipativité de la construction (d'après [61]). 4. En général. Selon le cas. Elle se produit lorsque la période propre fondamentale du bâtiment est proche de celle du sol. Ces charges dépendent de sa masse et des accélérations qu'il subit.Stratégies permettant d'atteindre ou de dépasser. par des moyens classiques ou. La réduction peut porter sur les actions sismiques d'ensemble ou sur des actions locales. 19 . Les charges sismiques diminuent avec l'éloignement des deux périodes.4. il peut être souhaitable de l'allonger ou.

de ce fait. dans la plupart des cas. voiles en béton. Dans ce cas. Au plan architectural. sa limitation devrait être systématiquement recherchée.Isolation parasismique Ce procédé non traditionnel permet de diviser les charges sismiques par un facteur de 5 ou 6. La torsion étant un facteur de vulnérabilité important. La suppression des éléments constituant les points durs étant généralement impossible. etc.Prévenir l'entrechoquement L'entrechoquement se produit entre deux constructions voisines ou entre deux blocs d'un même bâtiment séparés par un joint de fractionnement ayant une largeur insuffisante. 3. en les disposant symétriquement. L'isolation parasismique est une solution très coûteuse dans le cas du bâti existant et. de manière qu'ils reprennent une partie prépondérante des charges. une réduction de la période est nécessaire. 40 . en plus de la sauvegarde des vies humaines. la protection de la construction.Limitation de la torsion d'ensemble Les mouvements sismiques entraînent une torsion d'ensemble des constructions lorsque leur centre de gravité d'un ou plusieurs niveaux ne coïncide pas avec leur centre de rigidité. 5. Elle a l'avantage d'assurer. La précontrainte des maçonneries ou du béton armé peut également être utilisée. Les solutions à ce problème sont radicalement opposées : créer un joint plus large ou le supprimer par injection de résines assurant un couplage mécanique. Il peut donc être nécessaire d'ajouter des murs ou autres éléments de contreventement placés de manière à rééquilibrer la distribution des éléments rigides. une solution consiste à ajouter. il est utilisé pour les constructions ne dépassant pas six niveaux. 4. le réaménagement de la transition bâtiment/sol extérieur est nécessaire. Elle peut être obtenue par une réduction des masses déjà citée et par l'accroissement de la rigidité de l'ouvrage. des équipements et des matériels.les grands ateliers En pratique. palées de stabilité en acier. 6. Dans la réhabilitation.Suppression des " points durs " Les éléments structuraux isolés participant au contreventement et possédant une rigidité transversale beaucoup plus grande que les autres éléments assurant la même fonction. donc la fonctionnalité de l'ouvrage. elle est réservée à des bâtiments dont le fonctionnement après un séisme est impératif ou pour les monuments historiques. des murs ou autres éléments ayant une rigidité très supérieure à celle des points durs initiaux. Or les concentrations de charges ne sont pas souhaitables. subissent en cas de séisme des charges très élevées car celles-ci sont distribuées sur les éléments résistants en proportion de leurs rigidités. l'incidence architecturale peut être importante car elle se traduit par l'ajout d'éléments verticaux de contreventement : murs en maçonnerie.

un renforcement localisé entraîne en général un déplacement du centre de rigidité . pour des raisons économiques. En général. Il est donc important de veiller à ne pas aggraver le comportement d'ensemble car la résistance d'une structure n'est pas égale à la somme des résistances de ses éléments. La distribution des charges et celle des éléments rigides (les deux étant liées) jouent un rôle déterminant. 4.Renforcement Le renforcement. appelé également " confortement préventif ".Amortisseurs parasismiques Une réduction notable des charges sismiques peut être obtenue par des amortisseurs à frottement ou à fluide visqueux placés dans des éléments assurant le contreventement. • s'abstenir de créer des " points durs " isolés.3. couplé à la structure existante . Un renforcement local déplace le " problème " sur les éléments voisins non renforcés. Il peut comporter les opérations suivantes : • redimensionnement. réduire progressivement vers le haut la rigidité latérale nouvellement conférée à la structure . est la stratégie la plus traditionnelle et la plus fréquente lors de la réhabilitation parasismique d'un bâtiment. une partie seulement des éléments porteurs est renforcée. l'interface entre les niveaux renforcé et non renforcé constitue une zone particulièrement fragile . • renforcement et liaisonnement des fondations . AMÉLIORATION DU NIVEAU DE PERFORMANCE D'UN BÂTIMENT 1. consolidation ou remplacement d'éléments structuraux . • à chaque niveau. mais elle est très prometteuse car elle peut être plus économique que les méthodes traditionnelles. auquel il confère une meilleure résistance mécanique. on devrait notamment : • dans le cas où tous les niveaux du bâtiment ne sont pas réhabilités. • ancrage efficace des éléments de contreventement horizontal et vertical (ce qui implique la création de chaînages dans les maçonneries qui en sont dépourvues) . Afin d'éviter les écueils.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 7. qui " attirent " les charges sismiques . en effet. • traitement du sol d'assise. L'utilisation de cette technique pour les bâtiments est très récente.4. 41 . • création d'un nouveau système de contreventement. répartir la rigidité symétriquement afin de limiter la torsion d'ensemble .

4.prévenir les instabilités locales des éléments à parois minces (par raidissage).supprimer le bridage des poteaux par des éléments rigides comme les allèges en maçonnerie ou les cloisons n'atteignant pas le plafond. . etc. 3.faire travailler les éléments structuraux à la flexion. . . Or.etc. couplant des éléments ayant un comportement dynamique très différent . soit d'atténuer les inconvénients qu'elles génèrent ou encore de les déplacer.supprimé. 4. des poutres-allèges.les grands ateliers • ne pas créer une structure hybride. La dissipativité d'une construction peut être améliorée de plusieurs manières : • augmenter la ductilité de la structure : .augmenter la section des porteurs verticaux.autoriser un allongement notable des boulons d'ancrage. . . L'architecte joue un rôle déterminant dans le choix de ces solutions. • éviter le mode de ruine par cisaillement pour les poteaux et les poutres (ce qui est le cas des poteaux courts ou bridés. restent des zones faibles.1.).Suppression ou redistribution des zones faibles Les zones " faibles ". 2.réaliser une armature adéquate des éléments en béton armé. .Amélioration de la dissipativité Cette stratégie est très avantageuse car elle autorise une réduction du niveau de résistance mécanique de la structure à atteindre (cf. il est rarement possible économiquement de conférer à un bâtiment existant le niveau de résistance exigé pour la construction parasismique neuve. Par contre. Il est donc intéressant et avantageux soit de les supprimer. en conférant au rez-de-chaussée une rigidité comparable à celle des autres niveaux par un contreventement en façade. Un renforcement des poteaux peut apporter une amélioration mais ne résout pas complètement le problème. l'effet de niveau souple peut être : . plus haut). des poutres assurant un transfert de charges. . car il donne lieu à une rupture fragile. . par adjonction d'un noyau rigide central (donc en retrait des façades) 42 . • utiliser des amortisseurs (cf.confiner les maçonneries par des chaînages. car sa rigidité latérale est très inférieure à celle des autres niveaux. effets d'entaille et tout changement brusque de forme ou de section des éléments de contreventement.supprimer les affaiblissements locaux.). Quelques exemples permettront d'éclairer ces démarches : • Un rez-de-chaussée sur pilotis ou largement ouvert constitue souvent un niveau souple. même renforcées ou rendues plus ductiles.

en faisant varier progressivement la rigidité du rez-dechaussée vers le haut. Lors des récents séismes de Kobé (Japon) et du Vénézuela. cet effet peut être : . en fractionnant la construction par des joints parasismiques (solution coûteuse). A part le renforcement classique. parois enterrées.atténué. palées de stabilité. symétriquement disposées ou non.supprimé. par exemple en optant pour une façade légère découplée de l'ossature. 1. 43 .Renforcement par addition de nouveaux éléments de construction : voiles. .supprimer les trémies en optant pour des escaliers extérieurs.atténué. chaînages. 2.5. Elles peuvent être classées en plusieurs catégories. moins vulnérables aux charges sismiques que les dalles en porte-à-faux.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants ou en réduisant la rigidité des niveaux supérieurs. cette situation peut être traitée de la manière suivante : .Amélioration de la résistance de la section transversale des éléments constructifs : . on peut : .supprimer les porte-à-faux en faisant porter les dalles des balcons ou de l'auvent par des voiles ou autres structures latérales.déplacer les cages d'escalier vers le milieu du bâtiment. où les sollicitations atteignent les intensités les plus importantes. • Les dalles en porte-à-faux (balcons. en plaçant des voiles transversaux aux extrémités des ailes afin de limiter leurs déformations. 4. TECHNIQUES DE RENFORCEMENT Les techniques de renforcement ne sont pas spécifiquement parasismiques car elles sont indépendantes des motifs de renforcement. .faire porter les balcons par des poutres en porte-à-faux. • Les cages d'escalier se trouvent souvent en façade des bâtiments. les trémies sont " mal placées " car elles affaiblissent les planchers sur leur périphérie. ou en modifiant la forme du bâtiment (ce qui est parfois possible) de manière à arrondir l'angle rentrant. ce qui permet par ailleurs de gagner de la surface de plancher bénéficiant d'une possibilité d'éclairement direct. La liaison entre la partie ajoutée et la structure existante est d'une importance capitale pour l'efficacité de la solution. auvents.…) sont en général assez vulnérables vis-à-vis des charges sismiques verticales. micropieux. .augmentation de section par enrobage. contreforts extérieurs. Afin de pallier cet inconvénient. etc. au moyen de goussets importants en tête des poteaux ou en créant un effet d'arc entre les pilotis. • Les bâtiments comportant des ailes. . des éléments en porte-àfaux se sont rompus et effondrés devant la construction. peuvent subir des dommages graves dans les angles rentrants en raison des déplacements importants des extrémités des ailes . Dans ce cas.

remplacement de béton et d'armatures détériorés.injection de fissures.… . 3.les grands ateliers .traitement de surface afin d'améliorer la durabilité des bétons et des aciers. cheminées. 44 . . . Les solutions techniques retenues doivent également tenir compte d'un éventuel impératif de non-interruption de l'exploitation du bâtiment.ancrage à la fondation des ossatures préfabriquées.Réparation : . . réversibilité (possibilité de retour ultérieur en arrière.Renforcement par confinement : . .ancrage des équipements lourds. . etc.Renforcement par précontrainte (essentiellement pour les ouvrages en béton armé ou maçonnerie).Réalisation d'ancrages efficaces : .corsetage des murs.plaques d'acier collées. compétence des entreprises locales.contrevoiles bilatéraux solidarisés.ancrage des charpentes sur le niveau sous-jacent.prévenir des mouvements de terrain : glissements.Traitement de sol visant à : . 7.augmenter sa capacité portante.tissu de fibres de carbone collé. rapidité de mise en œuvre. durabilité. affaissements. . éboulements.remplacement des éléments de maçonnerie détériorés. . . Le choix des techniques de renforcement s'effectue selon les critères habituels : coût.contrevoiles. poteaux. . 5. . . etc. disponibilité. .renforcement de l'armature.chemisage des poteaux. 4. 6.supprimer la susceptibilité de liquéfaction. ce qui est parfois demandé pour les monuments historiques). cette exigence est très fréquente. .ancrage des planchers dans les chaînages. coulées lentes.prévenir les tassements importants en cas de séisme. En effet.

Il serait donc opportun d'entreprendre la rédaction de tels guides. montre différentes approches de la problématique et propose un inventaire commenté des démarches possibles. Par ailleurs. ne sont pas en mesure de remplacer les guides adaptés à la démarche d'un architecte. les étapes de la réhabilitation parasismique des bâtiments. et de constituer ainsi des éléments permettant d'identifier les risques et de mettre en place des priorités d'action de renforcement préventif ou de prévention (déclassement de la construction. de même que la traduction en français de méthodes étrangères traitant ce domaine d'une manière exhaustive. 45 . CONCLUSIONS ET PROPOSITIONS La présente étude résume.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 5. un architecte formé en conception parasismique des bâtiments est en mesure d'effectuer une évaluation rapide de présomption de la vulnérabilité aux séismes d'un bâtiment ou d'un ensemble urbain. mais elles montrent quels phénomènes et situations doivent être pris en compte. Le champ d'activité de l'architecte pourrait ainsi légitimement s'élargir à des marchés relevant de la prévention du risque sismique dans le bâti existant. etc. qui lui échappent actuellement. notamment en ce qui concerne le diagnostic préliminaire de vulnérabilité et les stratégies de réhabilitation.). au contraire. Il apparaît que la part de l'ingénieur dans la réhabilitation parasismique des constructions est essentielle. l'architecte également peut et devrait y jouer un rôle important car le choix d'un parti ou d'une démarche influant sur la conception architecturale doit être effectué. modifier radicalement l'expression architecturale même du bâtiment. relocalisation des services. Afin de faciliter l'appropriation de ces problématiques par les architectes. Ces méthodes. il est souhaitable de disposer de guides didactiques où les démarches présentées dans cette étude seraient développées et abondamment illustrées. sans les traiter en détail. relogement. Cependant. de quelle manière et où trouver les données correspondantes. Son intervention peut diriger la stratégie adoptée vers des solutions discrètes ou. en général rédigées à l'intention des ingénieurs de structure.

.

Petrini V. (1988).. Springer-Verlag.. I. vol. Methodology for Mitigation of Seismic Hazards in Existing Unreinforced Masonry Buildings : The Methodology.. Omega Scientific. Sociedad Mexicana de Ingenieria Sismica. Proceedings of the 11th European Conference on Earthquake Engineering. Pecker A. (1998).. (1993).A.. II. Buffalo.. France. New Zealand Society for Earthquake Engineering. MCEER. (1996). Calvi G. (1994). Protection of the Architectural Heritage against Earthquakes. Giuffrè A..-Italian Workshop on Seismic Evaluation and Retrofit. NZSEE. Davidovici V.S. Multigrafica Editrice.. Proceedings of the 12th World Conference on Earthquake Engineering in Auckland. Actes du séminaire international " Historical and Monumental Structures in Seismic Regions ". (1991). Koridze A. vol. National Science Foundation. aspetti statici del restauro. (1997). Ouest Editions. Nouvelle Zélande. SMIS. Monumenti e terremoti. A.. Italie. Save M. Turquie. Mexico... (1992). 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Evaluation de la vulnérabilité aux séismes d'un bâtiment 13 ABK. New-York. Roma. 47 . Santorin. Milano. Topical Report 08. EtatsUnis. Rotterdam. Ingegneria antisismica. Grèce.. AFPS. (1996). (1988). (2000). France. (1984).C. Conseil de l'Europe. Italie. Benedetti D. Ministry of Public Works. Wien. Actes du 5ème colloque national " Génie parasismique et réponse dynamique des ouvrages ". Seismic Risk Assessment and Design of Building Structures. Gavarini C. Bisch P. Silverstream. D. (1999). EtatsUnis. Proceedings of the U. Pays-Bas. Editoriale ESA. Labbé P. Balkema. Grande-Bretagne. Proceedings of the 11th World Conference on Earthquake Engineering in Acapulco. Washington.. AFPS.P. Upper Hutt. Actes du séminaire international " Protection of Architectural Heritage against Earthquakes ".Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants Ouvrages généraux 1 Abrano D.M. IstanbulAnkara. Nantes. Oxon. Proceedings of the Italian-French Symposium on Strengthening and Repair of Structures in Seismic Area.

Applied Technology Council. Paris. (1996). (1993). BSSC. France. CNRC. Vulnérabilité aux séismes du bâti existant. (1992) NEHRP Handbook for the Seismic Evaluation of Existing Buildings. (1993). (1994). California. Identification des structures de génie civil à partir de leurs réponses vibratoires.C. Etats-Unis (publié également en tant qu'ATC-14 par Applied Technology Council. ATC. IRC. Rapid Visual Screening of Buildings for Potential Seismic Hazards Training Manual. ATC 40. Etats-Unis. Istruzioni per la compilazione della scheda di rilevamento esposizione e vulnerabilita sismica degli edifici. CNRC. Canada. Ottawa.les grands ateliers 14 AFPS. (1988). ATC 10-1. a Prestandard. Proceedings of Seminar and Workshop on Seismic Design and Performance of Equipment and Nonstructural Elements in Buildings and Industrial Structures. Gruppo nazionale difesa dai terremoti. (1986).C. ATC. Regione Emilia Romagna. California). Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency. Italie 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 48 . Seismic Evaluation and Retrofit of Concrete Buildings.. Redwood City. France.. Redwood City. Canada. Lignes directrices pour l'évaluation sismique des bâtiments existants.. Handbook for Seismic Evaluation of Buildings. California). Redwood City. ATC 22. IRC. Applied Technology Council. Rapid Visual Screening of Buildings for Potential Seismic Hazards : A Handbook. California. Grenoble 1. CNR. Applied Technology Council. (2000). Redwood City. Washington D. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency (FEMA 178). California. Thèse de doctorat. ATC 21-T. BSSC. California. Université Joseph-Fourier. Etats-Unis (publié également en tant qu'ATC-21 et 21-1 par Applied Technology Council. BSSC. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency (FEMA 154 et 155). (1989). Redwood City. ATC. Manuel de sélection des bâtiments en vue de leur évaluation sismique. ATC. Handbook for Seismic Evaluation of Existing Buildings (Preliminary). California. Applied Technology Council. Washington D. Vulnérabilité du bâtiment existant. (FEMA 310). ATC 29 et ATC 29-1. Ottawa. Critical Aspects of Earthquake Ground Motion and Building Damage Potential. Redwood City. (1992). ATC. Redwood City. (1996). Association française du génie parasismique. Etats-Unis. (1996). EtatsUnis.C. (1998). Applied Technology Council. Farsi N. D.. Washington. document de travail non-publié.

France. Applied Technology Council. ATC.. Grande-Bretagne.... Vulnérabilité et évaluation du risque sismique en Algérie. 9th Regional Conference on Earthquake Engineering. Redwood City. UCBC (1997). Lisbon. Federal Emergency Management Agency. ATC 25-1. Istanbul. Seismic Safety Commission. 145-152. Sacramento. 5. (1986).. Portugal. (1996). Spence R.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 27 Johnson G. American Society of Civil Engineers. Estimation de la vulnérabilité aux séismes des constructions existantes. Méthodologie d'évaluation du risque sismique aux échelles locale et régionale applicable aux maisons individuelles.. Models of vulnerability. Earthquake Loss Estimation Methodology HAZUS 99. Laboratoire ABC. Etats-Unis. Relative vulnerability assessment. Seismic Evaluation and Retrofit of Concrete Buildings. State of California. Buffalo. Supporting Documentation and Model Code Provisions. (1997). Coburn A. (1992). (1998). CGS. Zacek M. (1993). Statistics of building damage and of retrofitting techniques in reinforced concrete buildings. Seismic Safety Commission. Etats-Unis. 35 36 37 38 39 40 41 49 . A Model Methodology for Assessment of Seismic Vulnerability and Impact of Disruption of Water Supply Systems. California. Coburn A. Alger. Sacramento. CGS. Zacek M. Techniques for Rapid Assessment of Seismic Vulnerability. Uniform Code for Building Conservation.. 28 29 30 31 32 33 Evaluation de la vulnérabilité aux séismes à l'échelle urbaine 34 Aguilar J. document non publié. Coburn A. Washington D.1. "Méthodologie d'évaluation de la présomption de vulnérabilité aux séismes des bâtiments de classe D". Turquie. GEOTER. Scawthorn C. Algérie. (1992). (1989). FEMA. Etats-Unis. in Earthquake Spectra. (SSC 96-01). commande privée.. Seismic Reliability Assessment of Critical Facilities : a Handbook.S. France. et al. Guidebook to Identify and Mitigate Seismic Hazards in Buildings. USA. California. (1987). (1999)... Clapiers.C. Etats-Unis. 8th European Conference on Earthquake Engineering. EtatsUnis. Ecole d'architecture de Marseille-Luminy. Wiley. Martin C. (1999). et al. EtatsUnis. Rapport GTR/BRGM/0199-98. California. MCEER. (1982). Earthquake Protection. (1886). State of California. Chichester.

Etats-Unis. California. Redwood City.. Jacquet G. NEHRP Commentary for the Seismic Rehabilitation of Buildings. NEHRP Benefit-Cost Model for the Seismic Rehabilitation of Buildings. DRE PACA. 12th Regional Seminar on Earthquake Engineering. Washington D. Restauration des ouvrages et des structures.C. Washington D. Presses de l'ENPC. NEHRP Guidelines for the Seismic Rehabilitation of Buildings. NEHRP Handbook of Techniques for the Seismic Rehabilitation of Existing Buildings. (1997).C. Sacchi G.. Michel C... Etats-Unis. (1983).C. Washington D. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency. (FEMA 227 et 228). MCEER. (1985). France. ATC 51. Buildings Seismic Safery Council for the Federal Emergency Management Agency. ATC 28. Lee G. EtatsUnis. EtatsUnis./. France. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency. California.les grands ateliers 42 Sandi H. Etats-Unis. BSSC. BSSC. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency. (1997). Applied Technology Council. (1992). CGS. ATC. (FEMA 273). (1992). State of California. (1992).M. et al. (FEMA 156 et 157). (2000). Buffalo. Sacramento.. Division of the State Architect. Washington D. (FEMA 274). Algérie. Proceedings of the MCEER Workshop for Seismic Hazard Mitigation of Health Care Facilities. Delbecq J. CGS Alger. Paris. NEHRP Typical Costs for Seismic Rehabilitation of Existing Buildings. Washington D. BSSC. (1999).. Applied Technology Council. Probability Based Criteria for Checking Earthquake Resistant Structures..C.. 43 Réhabilitation et techniques de renforcement 44 ATC.C. (1995). Marseille. Etats-Unis.. (1996). Grèce. 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 50 . US-Italy Collaborative Recommandations for Improving the Seismic Safety in Hospitals in Italy. BSSC. Development of Recommanded Guidelines for Seismic Strengthening of Existing Buildings.C. Eléments pour la réhabilitation du bâti ancien en zone sismique. Etats-Unis. Halkidiki. Building Seismic Safety Council for the Federal Emergency Management Agency (FEMA 172). Catalogue des méthodes de réparation et de renforcement. Etats-Unis. BSSC. Redwood City. Etats-Unis. California. Earthquake Mitigation Technology Application Guidelines.

(1997). SAC. Société suisse des ingénieurs et des architectes. NZNSEE. Interim Guidelines : Evaluation. Etats-Unis. Wellington.B. Design and Retrofit Methodology for Building Structures with Supplement Energy Dissipation Systems. (1995). Mander G. Renforcement du bâti existant. Experimental Investigations of Materials. CGS. Chen S. Recommandations techniques pour la réparation et le renforcement des ouvrages. (1999). SAC. SIA D 096. SIA. SAC Joint Venture (SAC 95-02) for the Federal Emergency Management Agency. Weldments and Nondestructive Examination Techniques.. Interim Seminary and Strenghtening. SAC Joint Venture (SAC 96-03) for the Federal Emergency Management Agency... (FEMA 267).C. (1992). SAC. Etats-Unis. Repair.. SAC Joint Venture (SAC 9508) for the Federal Emergency Management Agency. Etats-Unis. New Zealand National Society for Earthquake Engineering. Washington D. (1985). (1992). Nouvelle Zélande. Zurich. Algérie. (1995).C. MCEER. Modification and Design of Steel Moment Frames. Alger. (FEMA 267A). Interim Guidelines Advisory n° 1 : Supplement to FEMA 267.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 55 Ministère de l'Equipement et du Logement. Washington D.. Washington D. Etats-Unis. Suisse. Pekcan G. Earthquake Risk Buildings : Recommandations and Guidelines for Classifying.S.C. Exposés de la journée d'étude du 20 novembre 1992 à Genève. Buffalo. 56 57 58 59 60 61 51 .

.

Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants ANNEXE Extrait de la grille de relevé de facteurs de vulnérabilité des bâtiments aux séismes figurant dans (32 ) 53 .

.

plateau .nulle .avec joint de séparation "sans épaisseur" oui non 55 .forte • Nature du sol en surface : • Couches alluvionnaires de forte épaisseur oui non ne sait pas 3.modérée .versant .cours d'eau .bord de mer .falaise dominante . préciser : • Pente générale : .hauteur : • Présence de soutènement en amont oui • Proximité : .vallon .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants 2.retenue d'eau .autre.non .falaise dominée .distance : .crête .sommet .distance : • Autre situation présentant des risques : non ne sait pas oui non ne sait pas 4. PRESENCE DE CONSTRUCTIONS MITOYENNES • Mitoyen .époque de construction : . LE SITE • Type : .plaine .sans joint de séparation . IMPLANTATION SUR LE SITE • Proximité d'une brisure de pente • Proximité de falaise : .

préciser : • Construction mitoyenne : .selon deux axes • Irrégulière : .selon un seul axe . préciser : oui non 56 . CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES 5.élancement L/l * 3 • Symétrie : .à ailes .2. FORME EN PLAN • Rectangulaire : .avec joint de 2 cm rempli de polystyrène .de même hauteur • Niveaux des planchers des constructions mitoyennes correspondant à ceux de l'ouvrage étudié oui non ne sait pas • Distance des bâtiments proches : -d<H -d>H • Autres cas : 5.1.autre.compacte .les grands ateliers . préciser : • Parties saillantes l > L/4 l < L/4 • Parties en retrait l > L/4 l < L/4 • Autres cas : 5.élancement L/l > 3 .plus haute .autre cas.plus basse . FORME EN ELEVATION • Régulière si "non".

sur toutes les façades • Saillie progressive oui oui non oui oui non non non • Présence de niveaux "ouverts" : .sur trois façades .sur une façade .sur trois façades .> 50 % oui oui non non ne sait pas ne sait pas 57 .sur quatre façades .1 niveau .plus d'un niveau autres : préciser : 5. sans refends • Niveaux de hauteur différente de l'étage courant .sur deux façades contiguës .de 0-20 % .3.> 40 % • Présence d'édicules en toiture : .sur une façade .largeur totale < 25 % du mur .sur deux façades contiguës .sur deux façades opposées .non .de 25 à 50 % .non .sur deux façades opposées .sur quatre façades . l > 2 m • Angles affaiblis • Ouvertures dans les murs : .Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants • Retrait(s) non progressif(s) .autre cas : • Retrait progressif • Saillie non progressive .non . AUTRES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES • Porte-à-faux.oui.oui. avec refends .de 20-40 % .

< 25 % .si "oui". préciser : oui non ne sait pas non oui oui non non ne sait pas ne sait pas ne sait pas ne sait pas 58 .avec murs . SYSTEME PORTEUR VERTICAL • Etat de conservation : .si "oui".bon • Structure isostatique • Système "flexible" sur sol meuble • Vide sanitaire existant : .1. largeur : • Report de charge existant .sans murs • Joints de construction (de montage) existants oui non • Joints de dilatation ou de tassement oui . lesquelles : • Présence d'une toiture lourde • Autres : oui non ne sait pas oui non ne sait pas non non ne sait pas ne sait pas 7.médiocre . STRUCTURE 7. CARACTERISTIQUES MASSIQUES • Présence d'un plancher plus lourd que le plancher courant oui • Différence de masse entre deux niveaux : .les grands ateliers • Autres : 6.non .si "oui".> 50 % • Présence d'une salle à forte capacité de personnes oui • Présence de masses isolées .25-50 % .normal .

1.si "oui".si "oui".2. préciser : • Autres : ne sait pas non ne sait pas ne sait pas 59 .si "oui". formant diaphragme oui non • Planchers comportant des trémies de grandes dimensions oui . préciser : oui non ne sait pas oui non ne sait pas oui non • Charpente exerçant des poussées aux appuis oui non • Autres : ne sait pas 7.si "oui" : < 25 % de L > 25 % de L • Grande trémie attenante à une palée de stabilité oui non . préciser : • Discontinuités de rigidité . préciser : • Escaliers en console .si "oui". CONTREVENTEMENT 7. DIAPHRAGMES • Type de planchers : • Plancher formant diaphragme oui non ne sait pas • Toiture contreventée.2.Milan ZACEK vulnerabilite aux seismes et renforcement des batiments existants • Discontinuités de résistance .

.

et de l’examen de très nombreux rapports ou dépêches après séismes. L’ouvrage aborde enfin comment la traduction réglementaire de ces études de sismologie. et propose des stratégies de réhabilitation parasismique. Urbanisme et aménagement territorial en zone sismique. . et aborder les questions de politique de prévention. et montre l’importance de la prise en compte du phénomène sismique par l’architecte et l’ingénieur dès le début de la conception. ou « prédiagnostic » se déclinant selon la complexité de l’édifice. mais permettre de mieux comprendre les arbitrages qui président à la mise en œuvre de la politique de mitigation du risque sismique. Sismologie appliquée à l’usage des architectes et ingénieurs.Collection des cahiers parasismiques Cahier 1. Milan Zacek. Le cahier 2 présente différentes méthodes de diagnostic de vulnérabilité aux séismes des bâtiments existants. Milan Zacek. objectifs et problématique. ou « pré-diagnostic » se déclinant selon la complexité de l’édifice. Vulnérabilité et renforcement. en ce qui concerne les sols et effets de site. par l’avis d’un géotechnicien. Il est complété par le cahier 2-a qui propose une méthode d’évaluation de présomption de vulnérabilité. Cahier 2-a. Le cahier 1 porte sur la conception parasismique des bâtiments neufs. ainsi que les techniques de renforcement des structures. complétée. Cahier 3. naturels ou technologiques. Le cahier 3 examine les dispositions en matière d’urbanisme et d’aménagement. ces propositions sont en grande partie généralisables pour se préparer à d’autres types de risques majeurs. et propose des actions et des recommandations pour réduire le bilan des catastrophes et améliorer la préparation de la société à leur éventualité. et propose des stratégies de réhabilitation parasismique. Cahier 2. Conception parasismique niveau avant-projet. une telle étude pouvant être réalisée par un architecte sans formation parasismique particulière. ainsi que les techniques de renforcement des structures en béton armé. La connaissance de ces phénomènes est nécessaire au constructeur pour comprendre leurs effets sur les constructions. Résultant des observations réalisées à l’occasion de missions post-sismiques. Guide d’évaluation de la présomption de vulnérabilité aux séismes des bâtiments existants – Cas des constructions en maçonnerie et béton armé. Patricia Balandier. qui simplifie nécessairement la prise en considération des phénomènes étudiés plus haut. présente différentes méthodes de diagnostic de vulnérabilité aux séismes des bâtiments existants en béton armé et maçonnerie. Cahier 4. généralement inappropriées. Patricia Balandier. et de l’adoption de dispositions architecturales et de principes de construction appropriés. Le cahier 4 décrit les mécanismes de la tectonique des plaques et les phénomènes sismiques. Il propose une méthode d’évaluation de présomption de vulnérabilité. annexé au cahier 2. Le cahier 2-a. Milan Zacek. ne doit pas dissimuler leur complexité. qui provoquent les différents types de séismes. leurs caractéristiques et leurs modes de propagation.

913962-01-7 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful