Vous êtes sur la page 1sur 9

Introduction à la science politique :

Droit/sociologie/histoire= science politique mixte et donc action politique.


+ Philosophie politique (grands textes penseurs de la chose publique comme Platon, Rousseau…)

Question : Comment fait-on pour vivre ensemble ?


 Réponse tardive car pendant 4-5 siècles = tueries, ce qui est encore aujourd’hui
partiellement le cas.
Philosophes grecs : Platon et Aristote
 Objectif : Quel est le meilleur des mondes ?
Position éthique et morale, moins d’analyse de ce qui est.
Savants : Doivent analyser (ex : Luc Ferry)
Homme politique : Prend des décisions.

La démarche doit répondre à trois obligations :


- Séparer rigoureusement regard analyse et jugement valeur.
- Utiliser méthodes, outils, techniques
 Niveau de sensibilité différent & comparaison de phénomènes très complexes.
- Proposer des concepts pour comprendre les actions politiques.

Montesquieu : baron bordelais et homme de lettres du 18ème.


Ethnocentrisme de l’époque= en dehors, les barbares.
 Observation des autres ethnies nécessaire.

Alexis de Tocqueville : Voyage aux USA pour analyser les prisons.


 Perçoit un intérêt outils comparaison
 La démocratie en Amérique.

Max Weber :
Début 20ème. Il construit une variable de l’analyse politique.
Mise en place de typologie des formes d’autorité = constitutive des différents types d’états.
 L’éthique protestante du capitalisme
Capitalisme ancré différent de l’Europe latine anticapitaliste.
 Religion explique le capitalisme aux USA.

Luther : protestantisme.
 Prêtres doivent avoir un travail, ne doivent pas penser qu’à s’enrichir.
+ Calvinisme : Rupture avec le protestantisme
 Révolutionnaire.
 « Théorie de la prédestination »
Dieu a choisi les élus et les damnés.
 Choses sont données d’avance.

USA : Américains vont passer leurs vies à chercher des preuves pour être des justes.
 Réussite matérielle.
Richesse pouvoir puissance = Preuve que Dieu l’a mis dans le camp des justes.
 Culture du capitalisme = absence totale de gêne au sujet de l’argent.

Machiavel, Le prince 1532


Intellectuel florentin.
Rupture avec moralisme ambiant, donne modèle de gouvernement.
 Montre comment on peut bien gouverner.

Karl Marx : Auteur très important.


Critique plus virulente et juste sur l’Etat et le système capitaliste.
 Etat bourgeois aux mains des dominants.
 Démocratie = paravent où se cachent les possédants du pouvoir.
Mise à l’écart du prolétariat. Discours sur le mensonge de l’état.
 Idéologie très forte.

Question : Peut-on parler d’une science politique au pluriel ?


Quatre grands regards différents :

- Philosophes politiques= grands penseurs, histoires, concepts généraux, regard normatif.


- Institutions politiques = droit public.
Ancêtre de la science politique, analyse moins positiviste plus conceptuelle.
- Analyse des relations internationales
- Sociologie politique (sens très large, intérêt pratique pour les acteurs institutionnels ou
médias + action politique)

Chapitre 1 : L’état :

Etat est attaqué par


• les libéraux (trop grand présence d’un Etat central, donc dénoncé)
• Anarchistes : Etat = « Le plus froid des monstres froids », Hegel.
Limite, bride à la liberté en opposition à la réalisation du bonheur personnel.
• Marxistes : Etat au service de la classe bourgeoise pour condamner les précaires.
Etat au cœur d’un débat public.
 Différent du fascisme : pensée état autoritaire pour ramener l’ordre. Impose limites par la
force. Statut état absolu.
Républicanisme français : Seul à même capable de faciliter l’expression politique sans tenir compte
des personnes (races…)
Thèse juristes –Etat :
Population réside sur un territoire délimité qui subit un pouvoir juridiquement organisé.

Territoire/population/pouvoir juridique :
- Territoire : Sol/ sous-sol/ hydrocarbures. + espace aérien.
Délimité par des frontières naturelles et couvertes.
1648 : Traité de Westphalie. Marque de reconnaissance des frontières en Europe = Etats
Institutions.
1945 : Les frontières deviennent objet de conflit.
 Cette notion diminue (ALENA)
 Frontières externes de l’U.E sont complexes et juridicisées. Frontières se déplacent.
- Population :
Nationaux : soumis au droit de l’état et avantages + citoyenneté.
Etrangers : Soumis au droit de l’état sans bénéficier des avantages et sans citoyenneté.
 Question de l’immigration clandestine. Contrôle très difficile.
 Notion de citoyen : participation, droit de vote …
Identité pratique/appel à la citoyenneté.
- Pouvoir juridique : Imposer actes unilatéraux au-delà de l’assentiment du citoyen.
Etat = producteur de droit.
Etat de droit = produit et respecte son droit
(ex : 1935= constitution de l’union soviétique sous le modèle de l’état de droit)

Philosophes : Hobbes, Locke, Rousseau.


3 grands philosophes de l’état. Comment créer un état pour vivre ensemble ?
Hobbes : condition humaine violente. Homme depuis l’origine du monde = guerre permanente et
conflits. « L’homme est un loup pour l’homme » = ne peut pas être heureux s’il a peur. Donc si la
peur est trop forte, les hommes s’unissent pour mettre à l’écart = contrat social.
Chacun s’engage à perdre une part de sa liberté, sûr que l’autre fait de même et remettre de
l’autorité pour punir = état.
Le Léviathan, Etat qui fait peur
Grand philosophe de l’état autoritaire.

Locke :
Grand penseur de l’état libéral = intérêt.
 Etat de nature = état magnifique
 Existence de querelles disputes= nécessité d’un organe régulateur.
 Etat minimal pour permettre aux hommes libertés de l’état nature.
 Penseur du libéralisme.

Rousseau :
Conteste Hobbes = refuse l’état violent.
Qualifie Locke de bourgeois = état seulement intérêt pratique mais accord pour état de nature
magnifique.
Etat pour Rousseau est basé non pas sur la peur, non plus sur l’intérêt mais sur l’amour de la
citoyenneté. Créer souveraineté = Etat.

Section 1 – Une sociogenèse de l’état en France.

Etat = construction historique doit être interrogée. Etat français.


Idée de Tocqueville : Etat ne naît pas en 1789 = pré-existe dans les racines de l’ancien régime.
Deux grandes ruptures :
18ème = Etat instituteur du social protecteur
Moitié 20ème= Etat providence 1945 à nos jours.
Absolutisme et naissance de l’état = début des institutions.

A) Naissance de l’Etat : absolutisme et institutionnalisation.

Renforcement du pouvoir royal, limiter l’autonomie comtés.


 Centraliser le pouvoir.
 Seigneurs Ile-de-France, unifier pouvoir politique.
Deux institutions vont pouvoir affirmer ce pouvoir :
- Armée et école.
Etat très fiscalisé et militarisé = impôts paysans (4 fois ceux UK)
Périodes de paix : armée se civilise pour renforcer l’administration civile.
 Expertise pour améliorer infrastructures.

Période absolutiste : démanteler les provinces et les soumettre à l’autorité du roi.


 Création généralités et départements + coupures géographiques.
 Mise en place d’un intendant lien province et pouvoir central = préfet.
 Dans les généralités : plusieurs sous préfets = maillage administratif.
Etat gère la violence puisqu’il a le monopole légitime. Désarme les seigneurs rivaux ou les
nationalise.
 Interdiction de la violence privée.
Fin 16ème : fin des duels.
17-18ème : Etat de Colbert «Triomphe étatisme »
Création de manufactures = cadeaux fiscaux.
Règlementation des commerces, subventions, fonction civile et commerciale.
Hôpitaux, églises = H devient affaire état.
Création gendarmeries marée-chaussée, fonction de surveillance, très professionnelles.
1760 : création « gazette de France »
Fin 18ème : Etat va concurrencer l’église. Droit à l’enseignement.
 1905 : séparation église/état.
Création d’un homme nouveau raisonné et raisonnable.
Etat s’impose sur tous les plans.

B) L’Etat instituteur du social : de l’état protecteur à l’état utopique.

Uniformiser les mots et les choses : créer la même chose dans un pays profondément différent.
Début 19ème : Paysan béarnais parlais le béarnais. Pas de langue française, vie passée dans une quasi-
immobilité. Multitude de langues.
Etat va abolir les barrières internes en forçant les individus à changer de langue.
Amélioration des réseaux de communications
 Enseignement unique.
+ Révolution car apparition des chemins de fer au 19ème.
Fin 19ème : Paris Marseille possible en 2 jours alors qu’avant = 40 jours.
Transformations très fortes
 Centralisation du pouvoir encore visible.
 Nouvelle façon de se comprendre avec la langue française.
 Guerres napoléoniennes = unificatrices puisque sentiment de différence avec les étrangers.
Etat produit un idéal national, modifie le lieu social.
Donne à penser identique (presse), mémoire, calendriers communs, évènements, architecture…
 Appartenance à une notion de clan.
Invention de la représentation hexagonale du territoire
 Unification des mesures.
Culture nationale rejet sur la culture locale (folklore)
Aujourd’hui = 1% du budget va dans la culture.
Imposer la présence de l’état au sein de la société civile.
Asile / prison = Michel Foucault « Surveiller et punir »
+ Vacances, colonies.
50’s : Mieux soigner le peuple/ misère.
Croissance de la population due à la révolution industrielle.
Accroître espérance de vie pour une nation plus saine et plus unie.
HBM = HLM + hygiène. Prise en charge des morts avec les cimetières.

C) L’état providence, vers une nouvelle utopie ?

Etat hygiéniste : anticipe providence, s’adresse aux collectivités et à la nation dans son ensemble.
Etat = Dieu.
Pierre Rosanvallon : Etat-providence assure le bonheur de tous et de chaque individu.
 Traiter du cas par cas avec en plus de la protection.
 Tente de se substituer à l’incertitude religieuse.
 Couverture de l’état à la place de la foi = ambition colossale.
Rendre possible apparition outils et nouvelle techniques après la 2nde WW = statistique et
informatique.
 Ordinateurs puissants
Basculement provient de la constitution de 1946 et du préambule repris dans celle de 1958.
« La nation assure à l’individu et à la famille les conditions nécessaires… »
Droit d’obtenir de la collectivité de quoi subvenir à ses besoins.
France dans un état de choc économique.
 Tout le monde a le droit à un minimum de richesses.
 « droits sociaux » de 1946, besoin de l’implication de l’état.
+ droits fondamentaux.
Dès 1946 = Sécurité sociale.
 Il devient interdit aux individus d’être confrontés aux aléas économiques, couverture soins
et bien-être.

Critiques de l’état-providence :
Principe de redistribution des ressources critiqué.
Echecs : SDF…
Fonctionne mal et perturbe le bon fonctionnement du marché.
 Mouvance libérale des 70’s.
2 états :
• Un bon : Etat de droit
• Un mauvais : Etat interventionniste, social…
Critique provient des USA par Reagan, gouverneur de Californie.
 Enlève la police, création de milices sud Californie, moins de ponctions fiscales, pas loin de
0% impôts. Justice privée, privatisation unique et maximale.
Margaret Thatcher parle d’une désétatisation.
 Critique libérale moins forte en France du fait de la culture étatique, stigmatisation
difficile.

Section 2 : L’Etat et la nation :

Similarité entre les deux termes car en France = Etat-nation.


Développement en même temps :
- Structure mentale
- Envergure institutionnelle et administrative
Former une unité nationale, création de réseaux de transports, presse, savoir mémoire et
habitudes…
Etat pré-existe à la nation. Possibilité d’un état sans nation ?
Nation = produit de la modernité étatique en France.

A) Qu’est-ce qu’une nation ?

Renan, 1884, discours Sorbonne.


2 concepts de nation :
- Révolution française, source des lumières, pratiques politiques (Robespierre). Conception
contractualisée, contrat social entre les individus.
- Mouvement romantique allemand du 19ème. Nation donnée organique, répondant à certains
éléments, rapport charnel à sa communauté.

1- Nation contractualiste :

Corps associés vivant sous une loi commune et sous la même législature.
Union des volontés.
Adhésion au principe de contrat social.
Renan : « Plébiscite de tous les jours »
 Nation accord entre soi tous les jours renouvellé qui accepte de faire partie d’une unité.
 Résultat du contrat.
Frontière : limites pas naturelles, frontières subjectives là où les autres ne veulent plus de contrat.
Nationalité : pas une détermination naturelle « On ne naît pas français, on le devient »
 Acte adhésion volontaire à un contrat. Manifester un attachement.
 On perd sa nationalité si on ne reconnait plus les valeurs, on rompt avec le contrat.

2- Nation organique :

Donnée qui s’impose aux individus qu’elle que soit la volonté, langue filiation race…
Possède des organes propres qui la déterminent : Histoire, culture, sang race.
Appartenance à une communauté, développement philosophique des allemands.
Limites définies : étranger ne fera jamais partie de la nation (ex : nazi)

B) L’Etat fait la nation : l’approche du nation-building.

« Nation building » = nation construite par l’économie.


Mentalité commune. Sentiment appartenance commun. Etat forgé nation unifiée.
Nationalisme = pas d’histoire ancienne. Fruit de la modernisation de l’état et de son travail.
Karl Deutch : Nationalisme = résultat processus de modernisation.
Emergence grâce à la croissance économique, marché économiques, villes…
 Mixité sociale, favorisation des rencontres entre individus.
 Harmonie culturelle et encouragement de l’état.
 Même langue pour les négociations…
Benedict Anderson :
Nation= Communauté imaginée, virtuelle. Réunit les individus qui ne se connaissent pas. Idée de
communion et de partage avec les autres.
Développement de la presse = émergence de la nation.
 Capitalisme éditorial
Presse produit faculté imaginaire en suscitant les mêmes idées et valeurs.
Ex : habitant de Marseille ou de Lyon, rituel commun, lecture d’un même journal avec les mêmes
informations… Développement unité pensée.
Insiste sur le rôle de l’état = encouragement.
Mémoire commune (monuments aux morts)

P.Piazza :
Carte nationale d’identité.
Créée en 1920 : outil policier pour ficher les populations déviantes comme les gitans, migrants ou
saisonniers.
1921 : généralisation, grandes manifestations des bourgeois.
Etat à la capacité de socialiser nos esprits.

Ecole : rôle important, haute-culture commune.


Construction du nationalisme à l’école= nationalisation des consciences.

C) Le nationalisme des nationalistes : approche primordialiste.

Nation pré-existe à la modernité.


Ensemble de culture depuis l’enfance qui nous constitue.
Nation = ethnie modernisée.

Walker Connor : Essaye de distinguer ethnie et nation.


Ethnie : groupe ethnique qui partage de nombreux traits communs distinguables.
Nation : Population qui prend conscience de l’unité, ethnie avec conscience.
Violence que l’on subit va faire la nation.
Ex : nationalisme corse ou basque.

Section 3 : Activité et Crise de l’état.

Aristote distinguait plusieurs types d’actions :


Guerre, paix, lois, commandement, magistrats et jugements.
Locke : Fonction législative différente de l’exécutive + fonction fédérative pour les affaires
étrangères.
Montesquieu : Regard moderne sur les trois pouvoirs de l’état. Définition des 3 pouvoirs et insiste
sur leurs différences.

Aujourd’hui la division est un peu mauvaise :


60% lois ne sont pas votées par le parlement.
80% lois sont votées par origine gouvernementale.
Parlement : fonction exécutive et contrôle.

Analyse qui va considérer que l’état est ouvert à la société :


- Mobilisation des ressources de la société civile
- Redistribution des biens
- Réponse aux sollicitations

1- Activité extractive de l’état :

Professionnels politique = moyens humains.


Agents administratifs (3 millions) = concours + fonctionnaires (2 millions)
Besoin de recruter au sein de la société civile, concurrence aux autres activités privées.
Etat offre la sécurité de l’emploi en contrepartie de la rémunération + personnel loyal
Loyalisme : UK – USA « Spoil System »
Chaque changement de majorité = changement de toute l’administration.
Fidélité au gouvernement avant la fidélité à l’état. Donc un climat de méfiance avec insécurité
professionnelle.

France : neutralité de la fonction publique. Juridiquement protégés.


Soumission extrême au loyalisme.
1995 : liberté de la parole pour les professeurs d’université.
De plus en plus de fonctionnaires qui ne sont pas très obéissants, tendance à la pénalisation.
+ Moyens matériels :
Impôts et dons…
Prélèvement étatique de 30% de la richesse nationale.
Objectif de l’état trouble très peu l’économie.

2- Activité dispensatrice :

Régulation et distribution : propose à la société civile des règles qui permettent d’évoluer
ensemble.
Pouvoir politique de l’Etat : citoyens vivent correctement ensemble, sûreté physique.
Différent des USA : port d’armes autorisé donc pas de sécurité.
Disparités selon les territoires et les catégories sociales.
 Ex : Taux de quadrillage de la police entre Paris et la banlieue. Les policiers sont beaucoup
plus présents dans les quartiers où il n’y a pas de problèmes.
 Etat cherche à se protéger lui-même.
Protection des espaces décisionnels, sécurité juridique.
Retard dans les plaintes : 7-8 ans.

3- Activité distributive :

Distribution des ressources/prestations.


 Dépenses budgétaires, allocations…
Statuts et positions :
Légion d’honneur, gratification symbolique…
Statuts juridique :
Partenaire de l’Etat. Terme distribué aux organisations syndicales.
Partenaires de négociations et donc évacuation des autres.
Ex : Monde paysan, une seul organisation représentante José Bové et la Confédération paysanne.

4- Activité responsive :

Répond conjonctures sociales, économiques…


Etat répond aux sollicitations de la société civile comme les groupes d’intérêts.
 Pas de négociations terroristes.
Anticipation des conflits, enquêtes opinions :
• Dénégation : silence sur les conflits comme pour le réchauffement de la planète aux USA ou
la violence routière en France.
Il est plus facile de s’attaquer à la violence avec les jeunes de banlieue puisqu’ils ne votent
pas.
1981 : 1er cas de SIDA
1986 : 1ère publicité
• Négociation :
Mise en place politique de négociation avec les représentants de la société civile.
 Connaissance des problèmes, doléances, identifier les attentes…
Pas de réponse à tous les problèmes.
Accords de Grenelle, recherche de solutions.
Se décharger de responsabilité.
Ex : Nicolas Hulot avec la crise de la vache folle=sécurité alimentaire.
 Erreur ne venait pas de l’Etat mais du syndicat agricole FNSEA.
• Confrontation :
Rarement choisie mais plutôt imposée.
Affrontement groupes de la société civile et Etat (unique monopole de la violence légitime)
Peut imposer ses réformes. Ex : CRS avec manifestants.
B) Crise de l’Etat :
Décolonisation depuis la 2nde WW.
Bertrand Badie « Importation de l’Etat »
Modèle soviétique = chute empire communiste et adoption du modèle occidental
 Grand succès du modèle libéral.
Formes constitutionnelles de l’Etat= influences coutumes…
Tribatisation de l’Etat : querelles coutumières.
Etat est perçu comme le moyen d’obtenir du pouvoir, de l’argent pour son clan.

Renforcement de l’interdépendance internationale :


- Mondialisation économique :
Abaissement général des frontières ALENA UE ASEAN MERCOSUR, augmentation des voyages
et moyens de transports.
Développement des firmes internationales qui deviennent dans certains endroits plus
puissantes que les états.
Organisation des états avec des instruments de régulations comme le G8, FMI OMC.
• Marché unifié : zone unique échange
• Firmes mondialisées : conception de la production
• Mécanisme de régulation : encadrer le flux économique

Globalisation financière : flux argent. Libre circulation des fonds


• Dérèglementation : dispositif de contrôle change. Capitaux peuvent aller partout dans le
monde. Moyen de pression sur les états (paradis fiscaux) concurrence entre les états.
• Décloisonnement : Interconnexions entre les places financières, en continu + influence.
• Désintermédiation : Accès direct au marché, pas de banques. Marché financier sans contrôle
bancaire.

- Standardisation culturelle :
Révolution technologique. Importation de modèles culturels.
« Americanisation des modes de vie »
Affaiblissement de l’Etat à imposer son propre registre culturel.

- Apparition d’un droit supra étatique :


Etat perd son pouvoir régalien comme pour l’Iraq = mercenaires.
Fonction de la justice en chute libre.
Au cœur du droit global, fruit de la mondialisation.
Usage commerce international : transactions économiques, pratiques communes qui vont
devenir critère de droit.
Chambre Commerciale Internationale : jurisprudence des échanges commerciaux.
 Il n’y a pas d’acteurs publics = co-régulation. Recours à l’arbitrage.
Droit international commercial échappe aux états.
Contrôle demeure :
Règles, échanges entre les états sont vérifiés.
GAFI : Groupe action financier international, lutte 29 pays contre le blanchiment d’argent.
Etat est attaqué par le bas : régionalisation de la structure étatique.
Ex : Europe la régionalisation est poussée. Ré-activation du micro nationalisme comme en
Belgique avec les flamands.
Constitution de pôles régionaux transnationaux :
Rivaux des états. Euro régions arc atlantique.
Ex : Construction lycée catalan en France payé par l’Espagne.