Vous êtes sur la page 1sur 23

PLAN

INTRODUCTION

I. LES CHARGES DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE D'EXPLOITATION

Définition

Types

Importance du choix des charges

Schéma récapitulatif

II. EXERCICES

CONCLUSION
Introduction :

Nous avons déjà étudié " La Comptabilité générale" de deux types de


modèles comptables aux usages spécifiques pour l'entreprise : la
comptabilité générale et la comptabilité économique.

Nous allons maintenant examiner un troisième modèle de


comptabilité d'entreprise :la comptabilité analytique et ses principaux
axes

La comptabilité analytique est un instrument à usage interne tourné


vers la gestion de sous-ensembles distingués dans l'activité de
l'entreprise, elle est un mode de traitement des données financières
ayant pour objectif d’expliquer les résultats financiers .
De même La comptabilité analytique permet également
de déterminer les bases d’évaluation de certains éléments du
bilan comptable, elle sert de base pour bâtir des prévisions, prévoir des
budgets, constater leur réalisation et expliquer les écarts qui en
résultent. Elle constitue donc un véritable outil de contrôle budgétaire.

Au cours de cet exposé, nous examinerons plus précisément les


charges de la comptabilité analytique. Premièrement, nous allons
aborder une définition pour ce concept tout en précisant ses principaux
types ainsi que l'importance du choix des charges et pour bien un
schéma récapitulatif . Deuxièmement, nous allons aborder quelques
exercices d’application.
I. LES CHARGES DE LA COMPTABILITE ANALYTIQUE
D'EXPLOITATION (CAE)

La plupart des charges de la comptabilité analytique sont reprises, en


vue du calcul des couts, pour leur montant enregistré en comptabilité
générale, ce sont des charges incorporables aux couts (charges dont
l’incorporation aux couts est jugée raisonnable).

Mais certaines charges de la comptabilité générale ne sont pas, en partie


ou en totalité, reprises en vue du calcul des couts, ce sont des charges non
incorporables.

Par contre certains charges peuvent entrer dans le calcul des couts pour
un montant différent a celui enregistré dans la comptabilité générale, ce
sont des charges de substitution.
 Définition

La comptabilité générale constitue le pourvoyeur essentiel en information


(charges, produits, pièces justificatives, etc.) au système comptabilité analytique.
Cependant, la comptabilité analytique ne prend pas les données de la comptabilité
générale telles qu’elles sont, dans la mesure ou ces derniers respectent des
considérations d’ordre juridiques et fiscales, mais les revoit des retraitements avant
d’être intégrées dans les couts. Ces retraitements consistent :

 A éliminer certaines charges (les charges non incorporables).


 A modifier le montant de certaines charges (les charges d’usage).
 A créer d’autre charges (les charges supplétives).

Donc les charges de la comptabilité analytique (charges incorporelles) sont des


charges qui seront utiliser pour calculer les coûts de l'entreprise comme les coûts
d'achat, les coûts de fabrication, les coûts de revient.

Les informations fournit par la comptabilité générale sont essentiels pour la


comptabilité analytique dans la détermination des charges.
 Types

a. Les charges non incorporables :


Ce sont les charges inscrites en comptabilité générale mais non reprises par
la comptabilité analytique, ces charges sont ignorées par la comptabilité
analytique parce qu’elles ne correspondent pas aux conditions normales
d’exploitation. On peut donner comme exemple : prime d’assurance vie
que la tête d’un dirigeant, amortissement des frais préliminaires

En général, toutes les charges non courantes constituent les charges


non incorporables.
• Exemple 1 :
Dépenses annuelle de loyers : 8800 dh
Durée de l’exercice travaillée : 11 mois ( 1 mois de congé).
Charge mensuelle à incorporer aux couts : 8800 dh
/11mois = 800 dh
• Exemple 2 :
Prime annuelle d’assurance : 9000 dh
Durée de l’exercice travaillée : 12 mois
Charge mensuelle à incorporer aux couts :
9000dh/12 mois =750 dh
b. Les charges supplétives

Ce sont des charges incorporées aux coûts bien qu’elles ne figurent pas
en comptabilité générale pure des raisons juridiques et fiscales.

L’introduction des charges supplétives dans les coûts est justifiée comme
l’exclusion des charges non incorporables par le souci de pouvoir effectuer
des analyses comparatives dans le temps et dans l’espace.

En effet, ces comparaisons permettent d’éliminer les différences


provenant des structures financières(mode et financement) et les
différences provenant des structures juridiques (cadre juridique de
l’entreprise). Il existe deux types de charges supplétives consacrées par les
comptables :
* la rémunération conventionnelle de l’exploitant :
Dans une entreprise individuelle, l’exploitant reçoit un bénéfice et
non un salaire. mais pour le calcul des couts, afin que ceux-ci soient
comparables à ceux des sociétés (où les gérants sont rémunères par un
salaire), il tient compte de la rémunération fictive de son travail .

* la rémunération conventionnelle des capitaux propres :


Contrairement aux capitaux empruntes, les capitaux propres dont
disposes l’entreprise ne sont pas rémunères par des intérêts. Toutefois,
pour le calcul des coûts , la comptabilité analytique inclut les charges
d’intérêts supportées fictivement ( ou théoriquement) sur les capitaux
propres afin de rendre la comparaison possible entre les entreprises qui
recourent , pour le financement de leur exploitation, aux capitaux
emprunts et celles qui font appel aux capitaux propres .
c. Les charges de substitution :

Aux charges enregistrées en comptabilité générale, on substitue des


charges dont les montants sont différents.

Charges d’usage substitué aux amortissements :


Les amortissements sont calculés, en comptabilité générale, selon des
critères juridiques qui ne peuvent pas toujours être utilisés pour un calcul
raisonné des coûts. En effet :
Les amortissements dégressifs, lorsqu’ils sont pratiqués, changent
inégalement les couts des périodes successives
L’amortissement est calcules relativement a une durée de vie
conventionnelles
Charges étalées substituées aux provisions :
L’enregistrement des dotations aux provisions en
comptabilité générale répond à des exigences juridiques. la
comptabilité analytique permet de déterminer les coûts en
substituant aux dotations aux provisions inscrites en
comptabilité générale des charges étalées selon des critères
purement économiques.
Abonnement des charges :
L’abonnement permet d’étaler des charges dont la périodicité
de l’enregistrement en comptabilité générale ( loyers , primes
d’assurances et impôts annuels …) est plus grande que la période
de calcul des coûts en comptabilité analytique (souvent le mois )
 Importance du choix des charges

Il convient d’inclure dans les coûts toutes les charges correspondant à


des facteurs concourant à la production ou la vente du produit. Les critères
conduisant à l’inclusion ou l’exclusion d’un élément dans le calcul des coûts
doivent avoir le coût des produits, selon leur caractère plus ou moins normal
pour l'un caractère de permanence dans le temps et dans l’espace.

Par exemple, les pertes sur créances irrécouvrables peuvent


être incorporées ou non dans ’entreprise considérée.

Les charges supplétives :


Dans les calculs de coûts, la comptabilité analytique peut prendre en
compte des charges non enregistrées en comptabilité générale. Ces charges
sont dites supplétives et le plan comptable général les appelle « différences
d’incorporation pour éléments supplétifs ».
A titre d’exemple de charges supplétives on peut citer :
le coût d’opportunité du capital ;
La rémunération de l’exploitant dans le cas des
entreprises individuelles.

Les charges non incorporables :


Si certaines charges peuvent être ajoutées, à l’inverse, parfois,
des charges enregistrées par la comptabilité générale ne sont pas
prises en compte dans les calculs de coûts. Elles sont dites
charges non incorporables.
Schéma récapitulatif

Charges de la comptabilité
génerale
Charges
supléives:
Charges non Charges *Rémunération
incorporables incorporabl du travail de
es l’exploitation
il s'agit des charges qui ne *Rémunération
sont pas liée aux besoins des capitaux
d'exploitation: propres
*charges sur exercices
intérieures
Charges de la
*charges non courantes comptabilité
*impôt sur les résultats analytique
*DEA de l'immobilisation en d’exploitation
non valeurs (CAE)(charges
*Dotations aux provisions incorporées aux
pour dépréciation couts)
La comptabilité générale constitue une source
d’information pour la comptabilité analytique. en effet,
l’analyse des coûts se base sur le charges de la comptabilité
générale qu’elle retraite pour les exploiter en comptabilité
analytique.

Certains charges de la comptabilité générale sont


incorporées directement en comptabilité analytique,
d’autres sont exclus.il existe aussi des charges intégrés en
comptabilité analytique est écarté en comptabilité générale.
II. EXERCICES
EXERCICE 1 :
De la comptabilité générale d’une entreprise individuelle on
relève, pour le mois de Janvier, les charges suivantes :
Achats consommés de matières premières 87 500 Dh
Autres charges externes 12 500 Dh
Impôts et taxes 1800 Dh
Charges de personnel 50 400 Dh
Charges non courantes 2400 Dh
La dotation annuelle aux amortissements s’élève à 96 000 Dh
Il faut tenir en compte d’une charge supplétive mensuelle de 17
000 Dh
TAF : Calculer les charges de la comptabilité analytique pour
le mois de Janvier
Corrigé de l’exercice 1 :
Autres charges externes 12 500
Impôt et taxes 1800
Charges de personnel 50 400
Dotations aux amortissements (96000 / 12 ) 8000
Charges incorporables 72 7000
Charges supplétives + 17 000
Charges de la comptabilité analytique = 89 700
EXERCICE 2 :
Au 31/12/2015, Le compte de produits et charges de la société
SICOF se présente ainsi :
Parmi les charges figurent :

Des dotations d’exploitation aux amortissements de l’immobilisation en


non-valeurs pour 5000 Dh.
Des dotations d’exploitation aux provisions pour dépréciation des créances
douteuses pour 3000 Dh des charges de l’exercice 2000 pour 62 000 Dh.
Les capitaux propres de la société s’élèvent à 1 200 000 Dh.
Le taux du marché financier est de 10% l’an.

TAF : Calculer :
Le total des charges de la comptabilité générale.
Le montant des charges non incorporables.
Le montant des charges incorporables.
Le montant des charges supplétives.
Le montant des charges de la comptabilité analytique.
Le montant des produits incorporés.
Le montant des produits non incorporés.
Autres charges externes 41000 Dot aux Amort de l’immob en N V 5000
Impôts et taxes 55000 Dot au Prov pour dép des créances 3000
dout
Charges de personnel 145000 Charges de l’ exercice intérieur 62000

Autres charges d’exploitation 67000 V.N.A des immob cedées 8000

Dotations d’exploitation 100000 Autres charges non courantes 1000

Charges d’intérêts 45000 Dotations non courantes -1000


Autres charges financières 5000 Impots sur les résultats 14000

Dotations financières 22000 Charges non Incorporables =94000

V.N.A des immobilisations cédées 5000

Autres charges non courantes 1000


Dotations non courantes 1000

Impôt sur les résultats 14000


Charges de la C.G =504000
Chages de la comptabilté génerale 504000

Charges non incorporables -94000

Charges incorporables =410000

Charges supplétives (1200000*10%) +12000

Charges de la C.A =530000


 Conclusion

Pour conclure, nous aimerons tout d’abord souligner que nous avons eu la
chance de faire partie de ce travail intéressant, qui nous aura permis de
développer nos connaissances en matière de la comptabilité analytique.

Grâce à ce travail, nous pouvons dire que les charges supplétives et les
charges non incorporables sont la base de la comptabilité analytique
d’exploitation. Ces charges sont supportées par l’entreprise et leur
détermination conduit cependant à examiner deux particularités :
 La première est due à la différence de temps qui peut exister entre le moment
où se fait le calcul des coûts et celui où une charge est constatée par la
comptabilité générale.
 La seconde tient au fait que l’on peut laisser de côté, pour le calcul des coûts,
des charges qui ont un caractère exceptionnel ou anormal. Il faut donc
identifier les charges à retenir pour le calcul des coûts.

Enfin, cette expérience nous a permis de comprendre la différence entre les


charges de la comptabilité analytique .