Vous êtes sur la page 1sur 12

INITIATION À LA

MÉTHODOLOGIE
D’ÉTUDE D’IMPACT
Pr Francis Akindès / Dr K. Touré
1. OBJECTIFS DU COURS

• Savoir ce qu’est une étude d’impact

• Connaître les spécificités des études


d’impact

• Situer la place du sociologue dans


une démarche d’analyse d’impact
2. QU’EST-CE QU’UNE
ÉTUDE D’IMPACT
a- Les différentes façons de nommer une étude d’impact :
 évaluation d’impact,
 analyse d’impact,
 audit d’impact, etc …

b- Définition
L’étude d’impact est un outil de mesure des effets et
changements induits (retombées potentiels de l’action
publique ou privée).

Exemples d’action publique ou privée soumise à l’étude d’impact

-action sanitaire : campagne de vaccination ;


-action de développement économique et sociale : construction d’un
marché ; adoption d’une nouvelle technologie agricole ; création
d’une coopérative agricole ;introduction du microcrédit, etc .. ;
- action culturelle : développement touristique ; introduction de
l’écotourisme ; valorisation de patrimoine culturel, etc.
c- Génère des informations à restituer aux parties prenantes et
contractantes.

Outil d’accompagnement du changement social


Évaluation ou l’étude d’impact = outil d’aide à la décision

Instrument de modification des comportements (relations entre questions


et réponses = induisent le changement de comportement à la fois chez
les décideurs et chez les bénéficiaires).

Étude d’impact = différente d’une évaluation-sanction


= analyse critique et surtout constructive

Que faire ?

La bonne pratique en matière d’étude d’impact =


évaluation participative
3-LES DIFFÉRENTS TYPES
D’ÉTUDE D’IMPACT
a- Les études d’impact
Concept, semble-t-il réservé aux études qui recherchent
les effets et les changements induits par des actions déjà
engagées. Donc physiquement et concrètement
existantes. Logique projet ou action publique spécifique.

Elles sont variées, vues sous l’angle de leur objet :


formation , action de santé, politique culturelle, action
ponctuelle de développement, etc...

Elles peuvent être un suivi-évaluation (espèce d’audit


interne d’un projet): intervenir à mi-parcours (à quel stade
du projet ?) d’une action de développement ou elle peut
être rétrospective (fin du projet)
b- Les évaluations d’impact (environnementales)

S’inscrivent dans la démarche de l’éthique


environnementale : principe de responsabilité (Hans
Jonas) et le principe de précaution

Concept mettant l’accent sur la dimension


prospective : évaluation anticipée des risques (effets et
changements) des actions envisagés sur la faune, la
flore et l’humain et prise d’initiative en faveur de
l’atténuation de ces effets.

L’aspect sociologique des évaluations d’impact


concerne uniquement les effets pluriels sur l’humain :
habitat, le patrimoine culturel, conditions socio-
économiques.

Point commun des deux approches = analyse des


effets et des changements. La première : après
l’action ; la seconde : avant l’action
4- ANALYSE D’IMPACT ET
PLURIDISCIPLINARITÉ

La dimension sociale un aspect autrefois négligée, est


de mieux en mieux prise en compte

Analyse d’impact autour d’un objet commun mais avec


des spécialités différentes
Exemple 1: action sanitaire, constitution de l’équipe : médecin
(soins) ; épidémiologiste (statistique des épidémies ; écologiste
(écosanté), sociologue ou anthropologue (relations maladie-
homme mais à travers les comportements et les représentations ;
géographe de la santé : relation entre l’espace et les
mouvements des hommes, etc.…

Exemple 2: adoption de nouvelles variétés ou lutte biologique :


agronome, entomologiste, sociologue ou d’un anthropologue,
géologue, biologie végétale.
5- DÉMARCHE MÉTHODOLOGIQUES EN
MATIÈRE D’ÉTUDE D’IMPACT
Démarche des études d’impact
a- Identification de la situation de référence
Situation de référence = point de départ par rapport auquel les effets et
changements pourraient être observés.

Questions essentielles :

 Quel était le problème à résoudre ? (contraintes) : exposer la situation de


référence ; présenter les parties prenantes ou contractantes à travers leurs
rôles et leurs comportements.

 Quel était l’objectif visé par l’action ou le projet ? (changements qualitatifs


et quantitatifs attendus ; indicateurs de mesure de changement mis en
place) ;

 Faire la différence entre l’objectif général et les objectifs spécifiques des


actions. La logique des composantes du projet à évaluer.
 Comment l’action ou le projet envisageait d’atteindre ses objectifs : moyens
humains, financiers, organisationnels, logistiques, méthodologiques ainsi que le
calendrier qui permettent l’exécution du projet.
Rassembler les données précises (sociales, économiques,
juridiques, culturelles) qui permettent de bien cadrer la situation à partir
d’études antérieures.

b- Les effets du projet

Les résultats (output) : réalisation, actions, décaissement,


matérialisations physiques
Nombre de bénéficiaires, caractéristiques des bénéficiaires.
c- Les impacts

Les changements obtenus selon les objectifs et les résultats attendus du


projet.
Confusion entre effets et impacts : effets = résultats physiques et
comptables ; impact = est souvent qualitatif et plus difficile à cerner.
Difficile pourquoi ? Existence de l’interaction de plusieurs actions
Les impacts d’un projet peuvent se manifester en dehors du temps
d’un cycle de projet (à long terme)
Comment isoler l’impact d’un projet des résultats de l’interaction de
plusieurs actions ?
Approche méthodologique de l’évaluation des
impacts
Approche longitudinale : diachronique, permet la comparaison
dans le temps, saisit les évolution dans le temps, nécessite un
appareillage méthodologique lourd et donc à coût élevé

Approche expérimentale : moins onéreuse, mais moins précise


pour saisir les changements qualitatifs.
Facilite une documentation quantitative (comparaison entre
populations bénéficiaires d’action et populations témoin)

Évolution dans le vocabulaire pour marquer le souci croissant de


distinction entre effet et impact : on parle de plus en plus d’études
d’impacts orientées vers les résultats en terme de changement.

La restitution des informations collectées


La restitution des informations collectées pendant la réalisation
d’une étude d’impact est nécessaire : moment de partage de
l’information et de son analyse afin d’envisager les mesures de
changements, si nécessaire.
La démarche des évaluations d’impacts sociaux
Une démarche qui exige l’observance de 5 points :
Décliner et analyser la valeur ajoutée d’une action X aux
conditions socioéconomiques d’une communauté et de ses
composantes (respect de l’équité et de la diversité sociale) et la
perception qu’en ont les potentiels bénéficiaires.
Décrire les effets de l’action X sur le patrimoine culturel, l’habitat et
les conditions socioéconomiques des communautés et des
individus.
Définir les mesures d’atténuation des effets négatifs perçus ainsi
que les outils et approches de préférence participatives devant
favoriser leurs mise en œuvre.
Les mécanismes les plus participatifs possibles de suivi des
décisions
Définir le programme d’information et de communication publique
sur l’exécution du projet.
CONCLUSION
Étude d’impact ou l’évaluation d’impact =
exige une rigueur méthodologique

Étude d’impact = outil d’instrument de


dialogue entre les décideurs, les
bénéficiaires ou les communautés.
Étude d’impact = outil de promotion du
changement, documentation du processus