Vous êtes sur la page 1sur 24

LE CONTRÔLE DE

GESTION DANS LE
SECTEUR DE
TÉLÉCOMMUNICATION
Réalisé Par :
 ELKHAL Soufiane
 EDDOUBI Moncef
 KANNAOUI Younes
PLAN
I. Contexte du contrôle de gestion dans le secteur de
télécommunication

II. Les spécificités des systèmes de calcul des couts de revient et


des résultats analytiques des opérateurs de télécommunication
au Maroc
I. CONTEXTE DU CONTRÔLE DE GESTION
DANS LE SECTEUR DE
TÉLÉCOMMUNICATION

A. Présentation du service contrôle de gestion


B. Le contrôle de gestion de la prestation de services
A. PRÉSENTATION DU SERVICE
CONTRÔLE DE GESTION
Définition

Le contrôle de gestion (CDG) est une fonction qui vise à influencer les


comportements des managers pour mettre en œuvre la stratégie de
l'organisation. Concrètement, cela se traduit par la formulation de prévisions, en
définissant les objectifs, en mettant en place les moyens, en comparant les
performances passées et futures et les objectifs, et en corrigeant les objectifs et
les moyens.
 Le contrôle de gestion est le processus par lequel les dirigeants s’assure que les
ressources ont été utilisé avec : efficience, efficacité, et pertinence pour atteindre les
objectifs fixés.
 Ainsi, à travers des reporting mensuels et des analyses d’écart entre le prévisionnel et
le réel, le contrôle de gestion s’assure en permanence que les objectifs seront atteints.
L’objet du contrôle de gestion :

Au niveau d’une entreprise de service, l’objet du contrôle de gestion se résume dans


cinq tâches principales :
– La prévision, elle mise en œuvre par chacun des service de l’entreprise avec l’aide du
service contrôle de gestion.
– Le conseil et l’aide, celle fonction est exercée aussi bien auprès des différents
responsables opérationnels qu’auprès de la direction générale.
-Le contrôle, c’est-à-dire le suivi permanent de l’activité de l’entreprise à l’aide d’un « 
tableau de bord  » dans lequel figurent les données significatives de production,
d’activité commerciale, de stockage ou de situation financière.
Cette technique permet de mettre en évidence tout écart significatif par rapport aux
prévisions.
– Le Reporting, il s’agit de la conception et de la rédaction de rapports de synthèse,
ils sont conçus dans un but d’aide à la décision.

La mise au point des procédures, elle concerne les mesures à prendre pour définir les
indicateurs de gestion significatifs et les procédures communes à utiliser pour que
les mesures soient faites sur une base homogène.
Missions :

 Mettre en œuvre les principes de gestion et les systèmes de mesure de la performance


pour mettre le pilotage économique de la région.
 Assurer un soutien aux opérationnels pour leur donner une visibilité permanente sur
les ventes (C.A) via la mise en place d’un dispositif récurrent de suivi approprié de
l’activité.
 Assurer la préparation et l’exécution du budget en fonction des objectifs fixés par le
siège.
 Jouer un rôle moteur dans la diffusion de la culture de la performance et encourager
les comportements économiques des opérationnels, la réduction des coûts et la
simplification des processus administratifs et financiers.
Attributions :

1) Conduire les activités liées au processus budgétaire (préparation du budget) :

 Etablir les prévisions en matière de dépenses de fonctionnement et d’investissement à partir des


objectifs commerciaux et de coûts fixés par les entités opérationnelles.
 Elaborer le budget et suivre son exécution et effectuer les actualisations budgétaires (3fois par an) en
relation avec le siège.
 Consolider, analyser et contrôler l’information de gestion des entités opérationnelles.
 Proposer des arbitrages si nécessaire pour décision par le DR ou le siège dans le cadre du budget
(modification /réalisation).
 Contribuer à l’évolution des impôts financiers des initiatives commerciales et projets d’équipement et à
un suivi régulier de leur courbe de coût.
2) Mettre en place et conduire les activités de veille sur la performance économique :

 Assurer les activités de comptabilité analytique.


 Effectuer l’analyse et le suivi des résultats par rapport aux objectifs budgétaire : analyser les écarts et
émettre des recommandations de mesure correctives
 Suivie les effectifs via enquêtes bi annuelles.
 Participer à la clôture des comptes : estimation des provisions, rapprochement budget/comptabilité.
B. LE CONTRÔLE DE GESTION DE
LA PRESTATION DE SERVICE
Définiton

 Défini comme un processus de production ayant un point de contact physique entre le client et
le processus, et fournissant des biens intangibles ; à ce point de contact, la production et la
consommation sont simultanées, un service revêt des spécificités qui posent problème au
contrôle de gestion.
Ainsi, les attributs spécifiques des activités de services contraignent le contrôle de gestion à
faire preuve d’adaptabilité pour être efficace et efficient.
Le service, un concept difficile à définir :

Le service se distingue du bien ou produit par son caractère immatériel et par l'impossibilité de stockage.
Un service est généralement consommé au moment de sa production. La coiffure, l'hôtellerie, la
restauration, la banque, la télécommunication sont par exemple des activités de services.
 J. M. juran définit le service comme étant : « le travail effectué pour une tierce personne »
Ainsi, le destinataire du service peut être un individu, ou une entreprise ou bien les deux à la fois.
Tandis que, J. flipo le définit comme : « La réalisation, l’acte, le processus par opposition aux produits
qui sont des biens matériels. Donc touchables »

En outre le service peut se présenter sous la forme d’activités, de bénéfices ou de satisfaction offerte au
moment de la vente ou en relation avec la vente de biens.
De plus, un service se caractérise par son interface qui constitue le lien d’interaction entre un usager et un
système de production.
Les caractéristiques d’un service :
Les services possèdent des caractéristiques particulières qui rendent délicate la fonction du contrôleur de
gestion, vu la difficulté de maintenir une qualité standard de leur offre.
Il s’agit essentiellement de :
L’intangibilité de services :
Un élément intangible ne peut être ni touché ni tel bien compris, quoiqu’ils puisse être perçue par un
autre sens ou grâce à des images mentales. Puisque les services sont intangibles, il peut être impossible
de les stocker.
L’hétérogénité des services :
L’hétérogénéité constitue une seconde caractéristique des services.
La majorité des services ne viennent pas seuls : habituellement ils font partie d’un ensemble de services
où certains peuvent être cachés .
- Laparticipation du client dans le processus de production :
Le client est parfois coproducteur du service, cette participation est une opportunité
importante d’amélioration de la productivité: il travaille sans rémunération a priori.
En fin, les caractéristiques principales de services ainsi exposées, donnent
la preuve que les entreprises, donnent la preuve que les entreprises de
services exigent un mode de gestion particulier dont le contrôle est
spécifique.
I. LES SPÉCIFICITÉS DES SYSTÈMES DE CALCUL DES COUTS
DE REVIENT ET DES RÉSULTATS ANALYTIQUES DES
OPÉRATEURS DE TÉLÉCOMMUNICATION AU MAROC

A. Présentation générale du système de calcul des couts de revient et


des résultats analytiques chez les opérateurs de télécommunication

 La finalité d’un système calcul des coûts de revient et des résultats analytique pour
un opérateur de télécommunication est :

La détermination des coûts de revient : les éléments du


réseau, pour la fixation et la publication des tarifs.

La production des comptes de résultats par type de service


offert
 LE PROCESSUS DE CALCUL DES COÛTS DE REVIENT S’ARTICULE
AUTOUR DE TROIS ETAPES FONDAMENTALES :

Génération de la comptabilité analytique brute à


partir d’un système d’information fiable.

Retraitement de la comptabilité analytique brute


pour se conformer aux normes fixées par les lois et
instructions de l’ANRT.

Répartition des coûts des différentes activités sur le


réseau général, les réseaux spécifiques, et sur les
produits.
UNE CHAINE DES TRAITEMENTS

LES COÛTS DE LES COMPTES DE


LES COÛTS LE COÛT DU
REVIENT DE RÉSULTAT DE
D’INTERCONNEXIO SERVICE
CHAQUE RÉSEAU CHAQUE SERVICE
N. UNIVERSEL.
EXPLOITÉ OFFERT
B. LA COMPTABILITÉ ANALYTIQUE
SELON LA MÉTHODE « ABC »
• Activités à forte composante
de services.
• Haute technologie.
• Multitude d’activités très
les caractéristiques diversifiées.
• Conception du produit et du
suivants : processus de fabrication
coûteux.
• Forte automatisation et
informatisation poussée.
1. PRINCIPES DIRECTEURS
D’UN MODÈLE DE
COMPTABILITÉ « ABC »
Les couts sont causés par les activités qui consomment les ressources.

Les objets de cout (produit, services, etc.) créent le besoin d’entreprendre des

activités.

Cette méthode procède par un raisonnement de CAUSE-à-EFFET pour suivre le cheminement des
couts jusqu’à l’objet final

Ressources Activités Objets de couts


Dans le secteur spécifique de télécommunication, selon l’organisation de l’Operateur, le modèle de comptabilité analytique,
basé sur une approche par activité, devra permettre de faire ressortir clairement, comme cela est prévu par les différents
textes juridiques :

Les couts de revient des activités d’exploitation du


réseau qui serviront de base pour l’élaboration du
catalogue d’interconnexion.

Les couts de revient des différents services et produits


offerts par l’Operateur.
2. LES SOURCES
D’INFORMATION DE LA
COMPTABILITÉ
ANALYTIQUE
En principe, la comptabilité analytique puise les bases de données de départ,
soit :

• À travers un système de saisie unique au niveau de la comptabilité générale.


• À travers une imputation directe des couts aux activités.
3. DÉCOUPAGE DE L’ACTIVITÉ DE L’OPÉRATEUR
EN ACTIVITÉS :

 Cependant, les activités élémentaire peuvent être regroupées, selon leur nature et leurs
caractéristiques, en six compartiments de couts :

Les couts des réseaux


Les couts spécifiques aux spécifiques aux services des
Les couts du réseau générale
services d’interconnexion operateurs autres que
l’interconnexion

Les autres couts de support


Les couts de support Les couts de support
communs ( non pertinent
communs pertinent spécifiques
pour l’interconnexion)
Merci
Pour votre
attention