Vous êtes sur la page 1sur 35

La psychologie de la vie

génitale et sexuelle
Dr. O. FARAH
Maitre assistant en psychiatrie
Service de psychiatrie « A »
I- Introduction et définition 
-         Tabou ++.
-         Conduite instinctuelle.
-         Rôle essentiel de la pulsion de vie (Eros).
-         Amener la perpétuation de l’espèce.
-         Sexualité harmonieuse  réussite de la vie du couple.
Définition
-         La vie sexuelle chez l’homme est une conduite élaborée, répétitive, faisant
intervenir différents facteurs :
·        Neurologiques.
·        Psychologiques.
·        Socioculturels.
-         Elle est régie par des poussées, des affections et surtout par une organisation
fantasmatique.
II- Chronologie du développement psychologique de
la sexualité
A. Les périodes prégénitales
Ce sont des stades qui précèdent l’organisation œdipienne, c’est-à-dire les stades se
situant avant la réunification des différentes pulsions partielles sous le primat de la
zone génitale.
On distingue classiquement : l’oral, l’anal, et le phallique.
1. La période orale [1 an]
Elle est classiquement associée à la première année de la vie, mais s’étend bien au-
delà.
La bouche est une zone de plaisir particulière qui est activée dès la naissance et
même in-utéro (les bébés sucent déjà leur pouce dans le ventre de la mère).
Cependant la zone de plaisir oral s’étend bien au-delà de la bouche et comprend le
carrefour aéro-digestif, les organes de la phonation, le toucher et la peau elle-même.
La bouche est l’objet original du désir du nourrisson avec la tétée. L’objet du plaisir
est le sein maternel (objet partiel)
L’enfant est en état d’attente nostalgique d’un objet qui lui fait défaut et qu’il est
incapable de se représenter jusqu’à l’âge de 3 mois et 4 jours.
C’est donc l’objet absent qui va faire défaut et être important tout au long de la vie.
2. La période anale [2-3 ans]
Ce sont également les années consacrées à la maitrise ou à l’emprise, notamment les
colères dans les supermarchés pour avoir un jouet, les bêtises en tout genre pour voir
jusqu’où aller au niveau des interdits…
La source pulsionnelle corporelle à cette période de la vie est la muqueuse ano-
rectale et sera une zone érogène partielle.
Le plaisir consiste à contrôler la défécation. L’objet est la mère.
3. La phase phallique ou phase urétrale [4 ans]

Elle regroupe :

l’érotisme urétral, (plaisir à uriner, plaisir de rétention). La zone érogène prévalente


ou source pulsionnelle est ici l’urètre avec le double plaisir de la miction et de la
rétention
la masturbation infantile (qui passe souvent inaperçu aux yeux des parents – ou ils
ne veulent pas la voir) : Pendant la toilette, les parents estiment être neutre,
pourtant les enfants peuvent quand même être excités.
C’est à ce stade que se manifeste la curiosité sexuelle infantile ; par exemple, à 4 ans
quand l’enfant va sous la table pendant le repas, ce n’est pas pour jouer avec ses
jouets mais pour voir entre les jambes des adultes.
L’enfant à cet âge va prendre conscience de la différence anatomique des sexes,
c’est-à-dire la présence ou l’absence de pénis.
La prise de conscience de la différence anatomique par l’enfant est source d’angoisse
et de questionnement (traumatisme).
Le plaisir est représenté par la région génitale dans le cadre de l’autoérotisme.
L’objet sera le parent du sexe opposé.
B. Mise en place de l’identité sexuelle
L’enfant prend conscience de son sexe vers l’âge de 2 ans (avant de parler) avec des
choix de jeux ou d’habits différents pour les garçons et les filles.
Parfois il peut y avoir des troubles de la mise en place de l’identité sexuelle, dont
on ne connait pas l’étiologie (c’est le transsexualisme)
Le rôle sexuel
Ce sont les attitudes et comportements qu’un individu doit avoir vis-à-vis des autres
en fonction de son sexe
Le statut sexuel
C’est la place qu’occupe un individu en fonction de son sexe dans une société
donnée.
Il y a aussi des marqueurs du statut sexuel 
Ces règles sociales ont en fait pour fonction d’amplifier la différenciation sexuelle.
D. Les stades génitaux
Ils sont au nombre de 3 : La période œdipienne, la période de latence, la puberté avec
l’adolescence
1. La phase oedipienne [4-7 ans]
Le complexe d’Œdipe est le point nodal qui structure le groupe familial et la société
humaine toute entière (prohibition de l’inceste).
C’est la période de l’angoisse de castration dans les éventuels interdits parentaux
quant à la masturbation. Face à cette angoisse, le garçon va se défendre, par le
surinvestissement du pénis, la négation de la réalité du sexe féminin, par des souhaits
de réparation magique et par la croyance en une mère pénienne idéalisée.
L’amour œdipien n’est pas un amour idyllique. C’est un amour doublement
entravé : entravé de l’intérieur, car l’attirance pour un parent implique un certain
renoncement à l’autre (tiers regretté) et entravé de l’extérieur par la menace de
castration (tiers redouté).
La question du tiers est une question purement œdipienne qui est retrouvé plus tard
dans les problèmes d’infidélité ainsi que dans les problèmes de venue du premier
enfant.
L’amour œdipien est un amour entravé où il existe des émergences phobiques
irraisonnées (peur de perdre l’amour du parent du même sexe en raison de la
rivalité).
2. La période de latence [7-12 ans]
C’est une période conflictuelle où les intérêts vont pouvoir se déplacer, par exemple
sur l’apprentissage (c’est à cette époque où on va introduire les mathématiques à
l’école).
En réalité les conflits des stades précédents persistent en partie, mais se montrent
moins chauds
3. La puberté et l’adolescence
Le développement sexuel parait reprendre exactement au point où il avait été abandonné à
l’époque de la résolution du complexe d’Œdipe.
C’est une crise narcissique et identitaire avec notamment des doutes angoissants sur
l’authenticité de soi, du corps, du sexe.
Sentiments de bizarrerie et d’étrangeté.
La masturbation reste toujours très culpabilisée et angoissante.
Des inquiétudes parfois vives se manifestent à propos du nez, des yeux, des cernes
oculaires, sans parler du développement des organes génitaux eux-mêmes et de ses
conséquences
C’est la période des premières pollutions nocturnes (= éjaculation), des premières
menstruations, ainsi que l’apparition des caractères sexuels secondaires, la pilosité, la mue
de la voix, etc..
III- Aspects généraux de la vie
sexuelle
1-      Conduite instinctuelle  ++
-         Elaborée.
-         Hautement socialisé.
-         Conditionnée par plusieurs facteurs.
Biologiques et génétiques (CORPS)  Procréation.
·        Psychoaffectifs (Affections, Pensées)  Erotisme.
·        Socioculturel (Règles, Tabous)  Loi.
2-      Organisation fantasmatique
-         Fantasme : scénario imaginaire ou le sujet est présent et qui permet
l’accomplissement d’un désir.
 Corrélation avec sensation et émotion :
·        Envie – Plaisir – Joie – Satisfaction.
·        Honte – Culpabilité.
 Exécutoire / Pulsion : levée de tension.
·        Agressivité / Culpabilité.
 Rôle : Rapprochement et attraction sexuelle entre les partenaires.
3-      Aspects psychologiques / Couple
-         Dynamique relationnelle (excitante, mécontente).
-         Attentes du partenaire.
-         Croyances, savoir sur la sensualité.
Conflits permanents  usure érotique  troubles sexuelles (mésentente).
4-      Acte sexuel : 4 étapes +++
a-      Préliminaires : augmente le désir, stimuli externes (Vue, Odorat, Bouche).
-         Attraction entre partenaires.
-         Importante pour l’accomplissement de l’acte sexuel :
·        Erection chez l’homme.
·        Lubrification vaginale chez la femme.
b-     Excitation, Coït : fantasmes +++
 Effets pressants de stimulation.
 
c-      Orgasme, acné du plaisir :
 Satisfaction, Volupté.
 
d-     Résolution : relâchement, apaisement.
IV- Les grandes étapes de la vie génitale chez la femme

1-      Cycle menstruel


-         Syndrome prémenstruel, douleurs et troubles émotionnels.
-         Aménorrhée  grossesse ! Stress (sinon  dépression).
2-      Grossesse
-         Sentiment de maternité :
 Altruisme, sacrifice.
-         Père : accès à la paternité, jalousie !
-         Tendresse augmente, sexualité ±.
3-      Contraception
-         Fantasme de la pilule  modification du désir.
-         Stérilet  Corps étranger / gêne !
4-      Ménopause
-         Bouleversement psychologique.
 Deuil  parfois dépression.
-         Bouffées de chaleur + Sècheresse vaginale  difficulté sexuelles.
V- Puberté et Adolescence
-         Remaniements, changements.
-         Passage de l’enfance au statut d’adulte.
1-      Poussé somatique, physique
-         Transformation hormonale.
 Apparition des caractères sexuels IIair.
2-      Poussée psychiques : « Crise »
-         Développement de l’instinct hétérosexuel.
-         Maîtrise ± réussie de l’activité autoérotique.
-         Culte de la virilité  garçon.
-         Réviviscence des reliquats œdipiens  angoisse, culpabilité.
-         Résolution des conflits :
 Autonomisation et individuation.
 Accès au stade adulte.
 Orientation et choix socioprofessionnel.
3-      Comparaison entre garçon et fille
-         Instinct sexuel ++ garçon (virilité).
-         Préoccupation du corps ++ fille (féminité, élégance).
VI-Sexualité et âge
-         Débute avec la puberté.
-         Continue à l’age adulte.
-         Se prolonge toute la vie.
1-      Crise du milieu de la vie
-         Déclin de la performance.
-         Déception, voire dépression.
-         Tentative de récupérer une virilité chez l’homme  Aphrodisiaque, Viagra !
2-      Sujet âgé

-         Processus d’involution :  déclin qualitatif et quantitatif / acte sexuel :


·        Moins violent.
·        Plus élaboré.
-         Tout échec :
 Vécu de dévalorisation.
 Pérennise l’échec / cercle vicieux.
-         Tendresse +++, Compréhension :
 Vie sexuelle harmonieuse.
Conclusion
Connaissance des aspects psychologiques de la vie sexuelle :
 Réussite du couple.
 Meilleure prise en charge des difficultés sexuelles.
- comprendre que la sexualité joue un rôle fondamental dans l’existence de l’être et
qu’elle est tributaire de l’organisation fantasmatique.
- décrire les aspects psychologiques durant les 4 étapes de l’acte sexuel et insister sur
le rôle essentiel des fantasmes.
- connaître les effets psychologiques particuliers des menstruations, de la grossesse,
de la contraception et de la ménopause sur la sexualité de la femme et la réaction de
celle-ci face à ces effets.
- décrire les modifications sexuelles et génitales durant la puberté et les effets
psychologiques de cette étape sur l’enfant et l’adolescent en insistant sur les
particularités entre fille et garçon.
- retenir que la sexualité subit un déclin avec l’âge et savoir décrire les aspects
psychologiques de la vie sexuelle durant la crise du milieu de la vie et chez le sujet
âgé.
- comprendre que la maladie mentale perturbe la sexualité et s’accompagne toujours
de troubles sexuels qu’il faut savoir identifier quantitativement et qualitativement.