Vous êtes sur la page 1sur 46

PARTIE I : LA COMMUNICATION

NERVEUSE

Quelques rappels ...


Activité n°1: Compléter le schéma ci dessous à l'aide de vos
connaissances en légendant chaque cadre. Vous devez partir
du stimulus, ce que l'oeil voit, et arriver à la réaction.
Tout animal vivant dans un milieu ne peut vivre en harmonie avec
celui-ci s’il ne prend pas en permanence des informations sur
son environnement mais également des informations sur le
fonctionnement de son propre organisme.
Cette prise d’informations est vitale car elle est indispensable aux
fonctions:
- de nutrition (recherche de la nourriture pour la survie de
l’individu),
- de reproduction (recherche d’un partenaire sexuel pour la survie
de l’espèce)
- de protection (échapper aux prédateurs et/ou au climat pour la
survie de l’individu et de l’espèce)
- et au maintien de l’équilibre physico-chimique interne
(homéostasie)
Dans tous les cas le SN contrôle le comportement et les diverses
fonctions du corps, c’est un centre de régulation et de
communication de l’organisme.
Chapitre 1: La système nerveux: une voie de
communication rapide
Problème: Comment s'établissent les communications
entre les différents organes du système nerveux?

I. Le neurone : la cellule du système nerveux


II. Les centres et les ganglions nerveux
III. La nature des messages nerveux
IV. La transmission des messages nerveux
I. Le neurone : la cellule du système nerveux

Activité n°2: Schéma d'un neurone


1. A partir de la vidéo, compléter les légendes de
ce neurone.
2. Quels sont les éléments qui permettent
d'affirmer que le neurone est une cellule?
3. Donner la définition du mot neurone.
Activité n°2
genèse des messages nerveux
- un axone, ramification principale du neurone,
spécialisée dans la propagation du message nerveux.
L’axone se ramifie à son extrémité et forme l’arborisation
terminale.
- A l’extrémité bulbeuse de ces ramifications, appelées
boutons terminaux ou terminaisons axonales,
s’effectue la transmission des messages nerveux, dans
un seul sens, vers d’autres neurones ou vers les
effecteurs (muscles ou glandes) par l’intermédiaire de
synapses (site de transfert du message nerveux).
Définition : Les neurones sont des cellules
nerveuses qui communiquent entre elles par
des synapses.
II. Les centres et les ganglions nerveux
TP n°1: Observation microscopique de coupe de moelle épinière, de
ganglion spinal et de nerf.
Consignes:
1. Observer une lame de nerf. Rappeler à quoi correspond un nerf par
rapport au neurone.
2. Observer une coupe de moelle épinière. Orienter la coupe comme sur
le schéma ci dessous et compléter avec les légendes suivantes :
- substance blanche
- substance grise
- ganglion spinal
- racine dorsale
- racine ventrale
3. Observer au plus fort grossissement une zone de contact entre les
deux substances grises et blanches. Compléter les légendes à partir
des structures que vous reconnaissez.
4. Donner un titre.
5. A quelles parties du neurone correspondent les substances blanches
et grises?
Observation d'une coupe transversale de nerf
Coupe de moelle épinière
Les corps cellulaires des neurones sont
regroupés dans les centres nerveux (moelle
épinière, encéphale) et dans les ganglions
nerveux.
Activité n°3: Etude d'expériences

La région du corps innervée par le nerf rachidien


sectionné perd toute sensibilité et motricité
La région du corps innervée par le nerf
rachidien sectionné perd toute sensibilité.
La motricité est maintenue, que la section soit
réalisée d’un côté ou de l’autre du ganglion
spinal.
La région du corps innervée par le nerf rachidien
sectionné perd sa motricité.
Bilan Activité 3
Des fibres nerveuses relient les
centres nerveux entre eux et aux
organes périphériques.
III. La nature des messages nerveux
On enregistre l'activité électrique au
niveau d'une fibre nerveuse. On
obtient les graphiques ci dessous :

1. Indiquer sous quelle forme le


message nerveux est enregistre
2. Pour chacune des expériences
donner:
- l'intensité de la stimulation
- la réponse enregistrée à cette
stimulation.
3. Sachant qu'un message nerveux
parcourt 2,5m en 5ms, calculer la
vitesse moyenne de propagation
d’un message nerveux chez
l’Homme.
1. Indiquer sous quelle forme le message nerveux
est enregistré.

Le message nerveux est enregistré sous forme de


signaux électriques Chaque signal est appelé
un « potentiel d'action ». Chaque signal est une
variation du potentiel d'action de la fibre
nerveuse.
2. Pour chacune des expériences donner:
- l'intensité de la stimulation
- la réponse enregistrée à cette stimulation.
- Lorsqu'il n'y a aucune stimulation, on constate
qu'il n'y a aucun message nerveux.
- Lorsqu'on stimule le nerf avec une faible
intensité on observe 8 messages qui se
propagent à intervalles non réguliers et qu'il
n'apparaissent plus après une certaine durée de
stimulation douloureuse.
- Lorsqu'on stimule le nerf avec un forte intensité,
on observe qu'il y a plus de messages nerveux,
qu'ils sont plus rapprochés et qu'ils
apparaissent tout le long de la stimulation
douloureuse.
3. Sachant qu'un message nerveux parcourt 2,5m
en 5ms, calculer la vitesse moyenne de
propagation d’un message nerveux chez
l'Homme.
Résumé : La communication nerveuse se
manifeste sous la forme de signaux électriques.
Enregistrables constituant des messages. Ces
messages sont rapidement propagés dans un
seul sens par des chaînes de neurones.
IV. La transmission des messages
nerveux

Problème: Comment son transmises les


informations d'un neurone à l'autre?
TP n°2: Le fonctionnement synaptique

La synapse comporte :
un élément pré-synaptique (avant la synapse) :
c’est le bouton terminal de l’axone émetteur du
message nerveux
un élément post-synaptique (après la synapse) :
c’est la membrane plasmique d’un autre
neurone ou d’un effecteur (muscle ou glande)
une fente synaptique : c’est l’espace entre les
deux éléments pré et post-synaptique où
traversent les neurotransmetteurs.
Sur la photographie ci
dessous, replacer les 3
parties de la synapse.
Quel type de molécule
trouve t-on dans la fente
synaptique?
De quelle nature est le
message synaptique?
Sur le dessin, placer une
flèche bleue pour
indiquer le trajet du
message nerveux du
neurone 1 vers le
neurone 2.
Pré
synaptique

Fente
synaptique

Post
synaptique
Fonctionnement de la synapse

http://www.edumedia-
sciences.com/a80_l2-the-synapse.html
Chapitre 2 : Modulation des messages nerveux

La transmission des messages nerveux peut être modulée,


augmentée ou diminuée, par des peptides (proteines de
petite taille) tels que les enképhalines, appelés également
endorphines ou morphines endogènes(morphines
produites par notre organisme donc naturelle).

Problème: Comment agissent ces molécules dans le


système nerveux?

Hypothèses:
1. dans la moelle épinière
2. dans le cerveau
I. Action des enképhalines au niveau de la moelle
épinière

Activité n°4: Comparaison des messages émis


parles neurones médullaires avant et après
l'action des enképhalines.
Lors d'une douleur, le message suit le trajet représenté ci
dessous, pour arriver jusqu'au cerveau.
Dans la corne dorsale de la moelle épinière, les
enképhalines interviennent au niveau des
neurones qui acheminent la sensation de douleur
via des fibres nerveuses de type C.
On enregistre la fréquence des messages
douloureux dans la fibre nerveuse qui véhicule le
message de douleur jusqu'au cerveau (repérer
cette fibre nerveuse sur le schéma), et on obtient
les graphiques ci dessous :
Dans la corne dorsale de la moelle épinière , les
enképhalines interviennent au niveau des
neurones nociceptifs. Les enképhalines sont
libérées par des interneurones spécialisés et vont
se fixer sur des recepteurs spécifiques localisés
dans la membrane des neurones post-
synaptiques. Elles inhibent ainsi la transmission
des messages nociceptifs vers le cerveau.
II. Action des enképhalines au niveau du cerveau

Activité n°6: Étude de la cartographie des


récepteurs à enképhaline dans l'encéphale
A

B
Dans le cerveau, la fixation des enképhalines sur
des récepteurs opioïdes des neurones
modulateurs provoque la levée de l'inhibition qu'ils
exercent sur l'activité des neurones
dopaminergiques. La levée de l'inhibition
provoque une forte sécrétion de dopamine qui
contribue à la sensation de plaisir.
Chapitre 3 : Étude de l'action d'une molécule
exogène : la morphine

Morphine Héroïne Enképhaline


Au niveau de la moelle épinière comme au niveau
du cerveau, les enképhalines endogènes, qui
interviennent dans l’analgésie (disparition de la
sensation de douleur) ou la sensation de plaisir,
n’entraînent jamais de dépendance car elles
sont vite détruites par l’organisme.
Par contre la morphine (extraite du pavot ou issue
d’une synthèse chimique) et ses dérivés comme
l’héroïne (transformation chimique de la
morphine), molécules exogènes à la
configuration spatiale proche des morphines
naturelles de l’organisme que sont les
enképhalines, peuvent être à l’origine de
phénomène de tolérance ou accoutumance,
dépendance physiologique et dépendance
psychologique.
I. Les effets recherchés des drogues

Les opiacés comme l’héroïne et la morphine, en


mimant l’action des morphines endogènes ou
enképhalines, génèrent des sensations :
- analgésiques en se fixant sur les récepteurs
opioïdes de la moelle épinière
- de plaisir en se fixant sur les récepteurs
opioïdes du cerveau.
La plupart des drogues (héroïne, nicotine, alcool,
cocaïne, ectasy, tétrahydrocannabinoïdes)
agiraient, par des mécanismes différents, en
activant les neurones à dopamines du système
de récompense.