Vous êtes sur la page 1sur 105

ISTOM

Ecole d’ingénieur en agro-développement international

32 boulevard du Port
95 094 CERGY-PONTOISE Cedex

tél : 01 30 75 62 65 fax : 01 30 75 62 61 mail : istom@istom.net

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

Anne Duvergé, marché de Payar, 2006

DUVERGE Anne
93ème promotion

Stage effectué dans la région de


Tambacounda et Dakar, Sénégal

Du 29/04/2006 au 02/12/2006 au sein de


VSF-CICDA
Maître de stage : BALDE Moussa

1
ISTOM
Ecole d’ingénieur en agro-développement international

32 boulevard du Port
95 094 CERGY-PONTOISE Cedex

tél : 01 30 75 62 65 fax : 01 30 75 62 61 mail : istom@istom.net

MEMOIRE DE FIN D’ETUDES

Anne Duvergé, marché de Payar, 2006

DUVERGE Anne
93ème promotion

Stage effectué dans la région de


Tambacounda et Dakar, Sénégal

Du 29/04/2006 au 02/12/2006 au sein de


VSF-CICDA
Maître de stage : BALDE Moussa

2
Remerciements :

Tout d’abord je tiens à remercier mon maître de Stage Moussa Balde pour sa
disponibilité, son écoute, ses conseils et son soutien à mon égard tout au long de mon
travail.

Merci aussi à toutes les autres personnes qui m’ont encadré durant mon stage et qui
m’ont permis de réaliser cette étude : les membres de AVSF : Hassan Kamil, Fabrice
Sanglier, Nocolas Eberhart et Frédéric Laloy, la FAI et plus particulièrement Yves Raffin, Le
Conseil général, le DIRFEL, la MDE et l’association des professionnels du bétail et de la
viande de Tambacounda : Je pense notamment à Dieynaba Sidibé, Issaga Camara, Kaïnou
Sy et Demba Sille Dia qui m’ont réservé en outre un accueil irréprochable.

Beaucoup de conseils et d’appuis scientifiques m’ont été précieux. Merci à l’ISRA-


BAME et notamment à Guillaume Duteurtre pour sa disponibilité et son attention, ainsi que
Adrien Mankor et Papa Nouhine NDieye. Merci à Moussa Sall et Mohamadou Cissoko de
l’ISRA de Kolda. Merci à Abdouramane Wane et Cheikh MBacke Dione du PPZS, Dc Cheikh
Ly et Jérôme Thonnat de l’Ecole vétérinaire de Dakar, merci au Dc Kabore.

Le soutien des acteurs extérieurs à la filière a été en outre important pour moi,
notamment l’IRSV de Tambacounda : Merci au Dc Bernard Faye et Mame Mor Fall qui s’est
toujours montré présent et disponible, Bocar Sow du PROGEDE, Semba Gallo Ba de la
Direction régionale de la statistique, Sankoug Diakhite du GADEC, Mamout NDiaye de la
SODAGRI et enfin Baba Diaye de la SOGAS, Abder Benderdouche du Ministère de
l’élevage, Christelle Cornier de l’Ambassade de France et le Dc Didier Bouchel.
.

Merci à tous les acteurs de terrain qui ont consacré beaucoup de temps à m’encadrer
durant les enquêtes à Tambacounda et Dakar : un immense merci au Dc Ibrahima Lo pour
ses conseils, son appui technique et scientifique et sa disponibilité, merci aussi à Kally
Boubane, Cheikh Omar Balde, Kaïnak Gning, Labouda Seck, Salif, Amadou Dia, Ibrahima
Seydi, Dakar Abdou Salam Ly, Abdou, Moustapha Seck, Mansour Fall.

Merci au personnel des services vétérinaires de Dakar : Merci à la DIREL et au Dc


Moussa MBaye, Abdoulaye Diawara et M. Sarr. Merci aussi au Dc Gassama de l’IRSV de
Dakar ainsi que Abdoulaye Diop de l’IDSV de Pikine, au Dc Datt et Alpha Dianey des
Abattoirs de Dakar.

Merci à Malick NDiaye pour son soutien encore dans mon travail.

Merci surtout à tous les éleveurs, les professionnels du bétail et les professionnels de
la viande qui ont accepté de contribuer à la réalisation de cette étude et se rendre disponible
pour les enquêtes. Merci notamment à Ibrahima Dia, Abou Ba, Didier Castes, Issa NDoye,
Baye Guaye.

Enfin, merci à l’ISTOM et Marc Oswald d’avoir été mon tuteur pour la rédaction de ce
mémoire, ainsi qu’à toutes les autres personnes qui de près ou de loin, m’ont aidé dans sa
réalisation.

3
Table des matières :
INTRODUCTION …………………………………………………………………………...............11

PARTIE 1. Le contexte d’évolution de la filière viande bovine au Sénégal 12

1. La place des productions animales en Afrique subsaharienne :....................................12


11. Les principales contraintes de l’Afrique subsaharienne :.........................................12
12. La place de l’élevage et des productions animales pour les pays de la sous-région :
.....................................................................................................................................13
121. Les zones écologiques et les systèmes d’élevage : ..........................................13
122. L’importance économique des productions animales et l’évolution de la
production :...............................................................................................................13
123. L’évolution de la consommation en viande :......................................................14
13. Le commerce de bétail et les échanges régionaux de bétail et de viande : .............14

2. Le Sénégal : un pays particulier, en évolution :.............................................................16


21. Une économie portée par le secteur tertiaire :.........................................................16
22. Une urbanisation croissante :..................................................................................16
23. Un environnement contrasté : ................................................................................17

3. La place du secteur agricole et de l’élevage dans l’économie sénégalaise : .................17


31. L’importance de la population rurale et paysanne au Sénégal : ..............................17
32. La contribution du secteur primaire à la croissance : ..............................................17
321. Sa contribution à la formation du PIB : ..............................................................17
322. La place de l’agriculture et de l’élevage dans le commerce extérieur : ..............18
323. Les effets du secteur primaire sur les autres secteurs :.....................................19

4. La contribution et l’orientation de la filière viande bovine : ............................................19


41. La contribution socio-économique de l’élevage et de la production bovine : ...........19
411. L’importance de l’élevage pour les populations pastorales :..............................19
412. La contribution économique de la filière viande bovine : ...................................20
42. Une orientation de la filière tournée vers la demande de Dakar : ............................20

PARTIE 2. La construction de la problématique et la méthodologie employée 22

1. Justification de la problématique :.................................................................................22

2. Les acteurs commanditaires de l’étude :.......................................................................22

3. Les objectifs généraux de l’étude :................................................................................23

4. Le cadre de l’analyse :..................................................................................................24

5. La méthodologie employée afin de répondre aux objectifs :..........................................25


51. Le calendrier de travail :..........................................................................................25
52. La méthodologie des enquêtes : .............................................................................25
521. Détermination des flux de bétail depuis la région de Tambacounda :................26
522. Identification des axes de travail en fonction des principaux flux de bétail :.......27
523. Les différents niveaux d’enquêtes et leurs objectifs spécifiques : ......................27
524. Réalisation de l’échantillonnage : ......................................................................28

6. Les limites de l’étude : ..................................................................................................30

4
PARTIE 3. Structuration de la filière 31

1. La délimitation de la filière ............................................................................................31


11. La définition de la filière et du produit étudié : .........................................................31
111. La définition de la filière viande bovine :............................................................31
112. La définition du produit et de ses caractéristiques propres : ..............................31
12. Les limites de la filière :...........................................................................................34
121. Hauteur de la filière : .........................................................................................34
122. Largeur de la filière : .........................................................................................34
Au niveau des systèmes de transformation :.............................................................35
13. Le fonctionnement des différents opérateurs : ........................................................36
131. La nature des différents partenaires :................................................................36
132. Les lieux des transactions : ...............................................................................37
15. Représentations de l’ensemble de la filière :...........................................................39
151. Graphe général de la filière viande :..................................................................39
152. Les flux : ...........................................................................................................40

2. Typologie des acteurs par fonctions : ...........................................................................42


21. La production (éleveurs, producteurs) :...................................................................42
211. Les rôles socio-économiques de l’élevage bovin pour les populations
pastorales : ...............................................................................................................42
212. L’organisation et les performances des systèmes d’élevage : ...........................42
22. Le commerce de bétail (Dioulas, Tefankes, Tuteurs) : ............................................48
221. Ses particularités : ............................................................................................48
222. Organisation des commerçants de bétail : ........................................................48
223. L’importance socio-économique des commerçants au sein de la filière : ..........54
224. Leurs relations avec les autres acteurs : ...........................................................55
225. Les difficultés pesant sur le commerce de bétail : .............................................55
23. L’abattage (Chevillards) et transformations secondaires :.......................................58
231. Fonctionnement et organisation des abattages au Sénégal : ............................58
232. Rôles et organisation des chevillards : ..............................................................61
233. Les transformations secondaires :.....................................................................62
24. La distribution (bouchers abattants détaillants ou détaillants) : ...............................63
241. L’organisation de la distribution et rôle des acteurs dans les régions : ..............63
242. L’organisation des acteurs de la distribution à Dakar : ......................................64
243. Les différents types de réseaux de distribution :................................................65
244. L’évolution de la distribution et les contraintes du secteur : ...............................68
25. Les comportements de consommation à Dakar : ....................................................69

3. L’analyse comptable de la filière : .................................................................................70


31. La construction du prix le long de la filière : ............................................................70
311. Structure des prix :............................................................................................70
312. Les facteurs de variation des prix :....................................................................72
32. Les comptes des différents agents :........................................................................75
321. Comptes des agents : .......................................................................................76
322. Les différents types de coûts :..........................................................................78
323. Marges brutes dégagées : ................................................................................78
324. Excédents bruts : ..............................................................................................79

4. Organisation de la filière : .............................................................................................80


41. La spécificité organisationnelle de la filière : ...........................................................80
42. Le rôle de l’Etat et des institutions et l’évolution des différentes politiques de soutien
à la filière : ....................................................................................................................80
43. Les structures professionnelles :.............................................................................81

5
PARTIE 4: Perspectives d'avenir pour la filière 82

1. Identification des atouts et contraintes propres à la filière : ...........................................82


11. Ses points forts : .....................................................................................................82
12. Ses points faibles :..................................................................................................83

2. Identification des dangers menaçant l’avenir de la filière : ............................................84

3. Les perspectives d’actions possibles : ..........................................................................85


31. Réflexion autour de l’utilité de l’intervention sur la filière viande bovine :.................85
32. Quelques propositions d’actions à mettre en place : ...............................................86
33. Vers une filière intégrée…………………………………………………………………..89

CONCLUSION……………………………………………………………………………………….91

6
Table des illustrations :

Figures :
Page de couverture : marché de Payar (Anne Duvergé, enquêtes 2006)

Figure 1 : Les principaux flux de bétail d’Afrique de l’ouest (EISMV, 1997)

Figure 2 : Evolution du PIB des sous-secteurs du primaire – Base 1987 (DPS, 2001)

Figure 3 : Composition des importations en viande et abats en 2005 (Rapport annuel de la


DIREL, 2005)

Figure 4 : Apports des différentes espèces dans la production estimée de viande et d’abats
en 2005 (Rapport annuel DIREL, 2005)

Figure 5 : Principales régions d’élevage et flux commerciaux (Rapports annuels DIREL,


2004, 2005. Enquêtes, 2006)

Figure 6 : Les différents circuits d’étude (Enquêtes, 2006)

Figure 7 : Carte administrative de la région de Tambacounda (ARD de Tambacounda, 2000)

Figure 8 : Flux de bétail transitant par Tambacounda (Rapports annuels DIREL, 2004, 2005.
Enquêtes, 2006)

Figure 9 : Localisation des acteurs interrogés (Enquêtes, 2006)

Figure 10 : Les différents systèmes imbriqués dans la filière viande bovine (Enquêtes, 2006)

Figure 11 : Graphe général de la filière nationale (Enquêtes, 2006)

Figure 12 : Provenance du bétail arrivant sur Dakar de septembre 2005 à août 2006
(Rapports mensuels de l’IDSV de Pikine , 2005, 2006)

Figure 13 : Cheptel estimé, abattages contrôlés et principaux flux (Rapport annuel de la


DIREL (2005)

Figure 14 : Importations de bétail sur pied provenant du Mali passant par Kidira pour les
années 2002, 2003, 2004 et 2006 (IDSV de Kidira, 2006)

Figure 15 : Evolution du nombre de bovins abattus à Dakar de 1994 à 2003 (Alpha Dianey –
SOGAS, 2004)

Figure 16 : Illustration de la mauvaise qualité des animaux présentés à Tambacounda en


période de soudure (Enquêtes, juin 2006)

Figure 17 : Evolution sur l’année 2003 des abattages contrôlés dans la région de Dakar
(Alpha Dianey, 2004)

Figure 18 : Evolution sur l’année 2003 des abattages contrôlés dans la région de
Tambacounda (Rapports mensuels IDSV de Tambacounda, 2003)

7
Figure 19 : Evolution des importations de viande bovine par rapport au total des viandes
importées de 2002 à 2005 (Rapport annuel DIREL, 2005)

Figure 20 : Evolution des prix de le la viande et du bétail le long de la filière (Enquêtes, 2006)

Figure 21 : Evolution du prix au poids vif (estimations) des différentes catégories de bétail
échangées le long de l’année sur les Loumos (Rapports mensuels IDSV de Tambacounda,
2005)

Figure 22 : Evolution des prix de la viande sur l’année aux différents niveaux (Enquêtes,
2006)

Figure 23 : Simulation du trajet du bovin (Enquêtes, 2006)

Figure 24 : Les difficultés de commercialisation des éleveurs (Enquêtes, 2006)

Figure 25 : Difficultés de travail rencontrées par les Dioulas (Enquêtes, 2006)

Figure 26 : Problèmes d’approvisionnement des bouchers détaillants de Dakar (Enquêtes,


2006)

Tableaux :
Tableau 1 : Evolution des productions animales en Afrique subsaharienne (FAOSTAT, 1999)

Tableau 2 : Evolution de la consommation moyenne par habitant et par an en viande en


Afrique de l’Ouest depuis 1960 (FAOSTAT, 1999)

Tableau 3 : Zones et niveaux d’enquêtes (Enquêtes, 2006)

Tableau 4 : Consommation annuelle moyenne de viande dans le monde (FAOSTAT, 1999)

Tableau 5 : Répartition des activités entre les fonctions principales de la filière (Enquêtes,
2006)

Tableau 6 : Les différents types d’opérateurs de la filière (Enquêtes, 2006)

Tableau 7 : Caractéristiques des 4 villages d’éleveurs enquêtés (Enquêtes, 2006)

Tableau 8 : Abattages contrôlés au niveau des différentes régions en 2005 (Rapport annuel
DIREL, 2005)

Tableau 9 : Evolution du nombre et des poids moyens des carcasses enregistrées à Dakar
de 1994 à 2003 (Alpha Dianey – SOGAS, 2004)

Tableau 10 : Typologie des différents réseaux de distribution (Enquêtes, 2006)

Tableau 11 : Les points forts de la filière (Enquêtes 2006)

Tableau 12 : Les points faibles de la filière (Enquêtes 2006)

Tableau 13 : Les dangers pesant sur l’avenir de la filière (Enquêtes 2006)

Tableau 14 : Actions à mettre en œuvre pour améliorer la filière (Enquêtes 2006

8
Table
Table des abréviations, sigles
sigles et termes
étrangers :
Aïd el Kebir ou Tabaski : Fête religieuse perpétuant le sacrifice d’Abraham
ANPROBVS : Association Nationale des Professionnels du Bétail et de la Viande
AVSF : Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières
BDD : Base De Données
Bov : Bovins
BTP : Bâtiment Travaux Publics
CFA : Communauté Francophone d’Afrique
Coxeur : Rabatteur ou courtier
Dibitier : rotisseur
Dioula : Commerçant de bétail de brousse
DIREL : Direction de l’Elevage
DIRFEL : Directoire Régional des Femmes en Elevage
Djakore : animal métis issu du croisement entre les races Gobra et NDama
DPS : Direction Prévisionnelle de la Statistique
EB : Excédents Bruts
G : gramme
Gobra : race locale de zébus
EISMV : Ecole Inter-Etats des Sciences et Médecines Vétérinaires
FAI : Fédération des Alpages de l’Isère
Foirail : Emplacement parqué servant aux échanges de bétail
GIE : Groupement d’Intérêt Economique
Griots : Caste professionnelle
IA : Insémination Artificielle
IAA : Industries Agro-Alimentaires
IDH : Indice de Développement Humain
IDSV : Institut Départemental des Services Vétérinaires
IRSV : Institut Régional des Services Vétérinaires
IVV : Intervalle Vêlage – Vêlage, soit l’intervalle entre deux vêlages consécutifs
Km : kilomètre(s)
Loumo ou Louma : marché de bétail hebdomadaire
MAE : Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage
MB : Marge Brute
MDE : Maison Des Eleveurs
Nb : nombre
NDama : race locale de taurins résistants à la trypanosomiase
PACDAOA : Projet d’Amélioration du Contrôle des Denrées Alimentaires d’Origine Animale
PAPEL : Projet d’Appui à l’Elevage
PARC : Projet Campagne Panafricaine de Lutte contre la Peste Bovine
Pds : poids
PMA : Pays les Moins Avancés
PNUD : Programme des Nations Unis pour le Développement
PIB : Produit Intérieur Brut
PR : Petits Ruminants
PRODEC : Projet de Développement des Espèces à Cycle Court
RC : Rendement carcasse
SMB : Système d’Information sur les Marchés du Bétail et de la Viande
SOGAS : Société de Gestion des Abattoirs du Sénégal
Tamba : Tambacounda
Tegaï : frais d’intermédiation
Tefanke : Commerçant de bétail de Dakar

9
Tuteur ou NDiantigui : Commerçant de bétail assurant la fonction de garant et d’intermédiaire
lors des transactions
UEMOA : Union Economique et Monétaire de l’Afrique De l’Ouest
UJC : Union des Jeunes Chevillards

10
Introduction :
Malgré le manque d’organisation et de structuration des flux et des circuits de
commercialisation, les produits animaux sont source de richesse, d’échange et de
dynamisme importants en Afrique de l’Ouest. Le Sénégal occupe une place importante dans
ces échanges et l’élevage offre une contribution non négligeable à la production de richesse
du pays, en particulier l’élevage bovin qui joue en plus un rôle socio-économique particulier
pour les populations pastorales.

Les systèmes de productions du Sahel sont ceux qui présentent les coûts de
production les plus faibles au monde. Pourtant, la viande présente sur les marchés reste
chère et inaccessible de façon régulière pour la majorité des ménages sénégalais. Les
filières animales restent dominées par le secteur informel, la multiplicité des acteurs et de
leurs rôles. De plus, à cette complexité, s’ajoute dans un contexte de libéralisation des
échanges, la concurrence de l’arrivée du bétail malien et mauritanien et de la viande
congelée sur les marchés de bétail et de consommation. Enfin, le manque de données
fiables sur l’organisation de l’ensemble de la filière viande bovine rend difficile l’intervention
des pouvoirs publics et des différentes projets de développement.

Face à cette problématique, une analyse approfondie et complète semble


indispensable pour une réaction nécessaire et rapide de la filière locale afin de rester viable
et compétitive. cette étude a ainsi été réalisé dans ce but, afin de comprendre l’organisation
de l’ensemble de filière et d’établir l’état actuel du secteur de la viande bovine au Sénégal
pour être capable de proposer des solutions permettant de l’optimiser et d’assurer sa viabilité
et sa pérennité. Elle s’appuie sur le circuit long du bassin d’élevage de Tambacounda
jusqu’à Dakar.

La première partie replacera l’étude dans son contexte national et régional afin de
peser l’importance des productions pour l’Afrique de l’Ouest et l’orientation du secteur bovin
viande au Sénégal par rapport à la demande et aux contraintes spécifiques du pays.

La méthodologie utilisée pour arriver aux résultats de ce mémoire sera abordée en


seconde partie. Elle détaillera en particulier les objectifs attendus, le cadre d’analyse de
l’étude et les méthodes de travail choisies pendant la phase terrain du stage.

En troisième partie, nous étudierons la structure même de la filière viande bovine. En


premier lieu nous délimiterons notre champ d’étude de façon quantitative et qualitative afin
d’aboutir à une représentation graphique et chiffrée de la filière nationale. Les différents
acteurs seront de plus identifiés par rapport à leur organisation, leurs rôles et leurs relations ;
ceci à chaque niveau de la filière. L’importance économique de la filière sera en outre
évaluée à travers la structure des prix et les comptes des différents agents. En dernier lieu,
l’étude de l’organisation de la filière passera aussi par l’impact des différentes politiques et
structures d’accompagnement de celle-ci.

Enfin, la dernière partie de notre mémoire proposera des solutions d’intervention pour
préserver l’avenir de la filière viande bovine. Les points positifs et négatifs de la filière et de
son environnement seront en premier lieu dégagés afin d’évaluer des perspectives d’actions
possibles et formuler des propositions concrètes d’intervention.

11
PARTIE 1. Le contexte d’évolution de la filière viande bovine au
Sénégal

1. La place des productions animales en Afrique


subsaharienne :

11. Les principales contraintes de l’Afrique subsaharienne


subsaharienne :
Les indicateurs macro-économiques rangent les pays d’Afrique subsaharienne parmi
les plus pauvres du globe. Le Produit Intérieur Brut (PIB) de l’ensemble des 50 pays
regroupant cette région était en 1997 de 330 milliards de dollars, c’est à dire équivalent à un
pays comme les Pays-Bas ou le Mexique. Avec plus de 620 millions d’habitants, l’Afrique
subsaharienne représente 11 % de la population mondiale, mais seulement 1,7 % des
exportations et moins de 1 % de la valeur ajoutée industrielle du monde. Enfin, au
classement établi par le Programme des Nations Unis pour le Développement (PNUD) selon
l’Indice de Développement Humain (IDH), les 22 derniers pays sont des pays d’Afrique
subsaharienne.

Au-delà de la diversité des situations, nous pouvons identifier un certains nombre de


points communs à l’ensemble de ces pays qui expliquent cette situation (Duteurtre, 1998).

En premier lieu, le blocage de l’accumulation peut s’expliquer en partie par l’histoire.


La période précoloniale et le système colonial ont laissé de profondes empreintes et ont
notamment contribué à bâtir des économies de rente orientées vers la valorisation des
ressources sans accumulation du capital productif. La gestion administrée des économies
coloniales a aussi conduit à forger un capitalisme d’Etat où le rôle du secteur privé et réduit.

En deuxième lieu, l’Etat-Nation est en voie de constitution et les indépendances des


pays ne datent en général que de moins de cinquante ans. Dans ce cadre, « les réseaux
personnels et les solidarités ethniques l’emportent sur l’institutionnalisation de l’Etat »
(Hugon, 1993). Pour les mêmes raisons, la sécurité peut se révéler précaire et l’on assiste à
une insuffisance de l’Etat de droit.

En troisième lieu, les pays d’Afrique subsaharienne sont caractérisés par une forte
dépendance vis à vis de l’extérieur qui s’exprime à deux niveaux. Au niveau économique, les
pays subissent des importations massives et l’augmentation de leur dette extérieure. Au
niveau politique, on peut parler de l’ingérence de la communauté internationale dans les
affaires intérieures, du faible pouvoir de négociation des Etats sur l’échiquier international et
de l’épuisement du modèle interventionniste au profit des politiques libérales subies.

En dernier lieu, l’Afrique connaît depuis 25 ans une urbanisation sans précédent, qui
résulte à la fois d’une croissance démographique soutenue et d’une crise des systèmes
productifs. Cette urbanisation a eu pour effets principaux une paupérisation urbaine et une
montée du chômage des jeunes. Mais il faut en même temps noter ses effets positifs sur des
économies qui sont restées fortement agricoles. Les liens entre les villes et la campagne
sont maintenus par les acteurs qui jouent un rôle moteur dans le développement rural. De
plus, il est important de noter la créativité, les initiatives populaires, les nouvelles
organisations et l’esprit d’entreprise qui émergent du milieu urbain et qui permettent aux
acteurs de faire face à la crise. Ce dynamisme est ainsi repérable sur le terrain par
l’importance des économies informelles.

12
12. La place de l’élevage et des productions animales pour les
pays de la sous-
sous-région :

121. Les zones écologiques et les systèmes d’élevage :

Les animaux de rente des systèmes d’élevage d’Afrique subsaharienne sont surtout
représentés par les bovins (zébus, taurins et métis), les petits ruminants (ovins, caprins), les
dromadaires et les volailles. La répartition spatiale des races de ruminants est bien adaptée
aux conditions écologiques et à la présence de la trypanosomiase qui limite l’élevage de
certaines races dans les zones infestées par les vecteurs du parasite. La Mauritanie, le Mali,
le Niger, le Tchad et une partie du Burkina se partagent le plus gros du bétail.

Les systèmes d’élevage présents en Afrique subsaharienne sont surtout de type


extensif. L’élevage est mené sur un mode transhumant dans les zones arides en vue d’une
meilleure exploitation des pâturages peu riches mais répartis sur d’immenses espaces,
impropres à l’agriculture. Cependant, des îlots non négligeables d’élevage sédentaire se
développent à la faveur de l’intégration agriculture-élevage. L’élevage sédentaire est surtout
pratiqué dans les zones les plus riches en pâturage et où la proximité des points d’eau
n’oblige pas les animaux à se déplacer sur de grandes distances. On retrouve dans ces
zones la plupart des pays côtiers avec les grands centres de forte densité humaine. Les
besoins alimentaires dans ces zones sont donc très importants et la faiblesse de la
production de viande est compensée par une forte activité agricole.

122. L’importance
L’importance économique des productions animales et
l’évolution
l’évolution de la production :

L’Afrique subsaharienne a une économie essentiellement primaire. L’élevage y joue


un rôle non négligeable puisqu’il contribue au tiers de cette production (Tacher et alli, 1997).
Dans les pays sahéliens, les productions animales participent pour 10 à 20 % au PIB et pour
50 % à la valeur des exportations, tournées principalement vers les pays côtiers. Dans les
pays côtiers par contre, la production animale ne permet pas de couvrir les besoins en
protéines animales, d’où le recours aux importations en provenance des pays sahéliens ou
des pays extra-africains.

Par rapport à leur évolution, les productions de lait, de viande et d’œufs ont
augmenté tout au long de la période 1961-1997 mais à un rythme moindre que celui de la
population.

Tableau 1 : Evolution des productions animales en Afrique subsaharienne

Moyenne 1985-1987 Moyenne 1995-1997


Croissance
(million de tonnes) (million de tonnes)
Viande bovine 2,7 2,9 + 7%
Viande ovine et caprine 1 1,3 + 30%
Viande porcine 1 0,8 - 20%
Volaille 1 1,3 + 30%
Total 4 viandes 5,7 6,3 + 12%

Lait 14,8 18 + 22%


Œufs 0,9 1,2 + 33%
Source : FAOSTAT, 1999

13
Pour la production de viande bovine, avec 15 % du cheptel mondial, l’Afrique
subsaharienne ne produit que 3 millions de tonnes soit 5,5 % du tonnage mondial. La
production a faiblement augmenté au cours des dernières années (+ 7 % de 1986 à 1996)
par rapport aux viandes de petits ruminants et de volailles.
La faiblesse de la productivité est la caractéristiques majeure des productions bovines
d’Afrique subsaharienne. Cette faiblesse est liée à plusieurs facteurs dont une exploitation
réduite du cheptel (12 %), des poids carcasses de plus en plus fables du fait d’un abattage
plus précoce (131 kg en 2000 contre 150 kg en 1984) et une productivité pondérale estimée
à 16 kg carcasse / animal / an (90 kg en France). Toutefois, cette production est réalisée
avec un niveau d’intrants extrêmement réduit, ce qui fait la force des systèmes traditionnels
africains. Rappelons aussi que ces moyennes cachent des variations importantes suivant les
différents pays et les différents systèmes de production.

123. L’évolution
L’évolution de la consommation
consommation en viande :

En Afrique subsaharienne, comme dans tous les pays à faible revenu, les produits
alimentaires d’origine végétale constituent la base de l’alimentation et procurent la majeure
partie des protéines. Cependant, l’apport en protéines animales est insuffisant et en
diminution depuis les années 1980, diminution liée en partie à la baisse de consommation de
viandes due à la baisse de pouvoir d’achat des populations. Il résulte de deux tendances
opposées : Une diminution de la consommation de viandes rouges (petits et gros ruminants)
et une augmentation de la consommation de viandes blanches (volailles et porcs) qui ne
réussit cependant pas à combler la première.

Tableau 2 : Evolution de la consommation moyenne par habitant et par an en viande en


Afrique de l’Ouest depuis 1960

1960 1980 1997


Viandes rouges 10 kg 10 kg 7 kg
Viandes blanches 2 kg 3 kg 4 kg
Toutes viandes 12 kg 13 kg 11 kg
Source : FAOSTAT, 1999

Il faut aussi noter les disparités entre les pays. A l’exception de la Mauritanie, les
pays sahéliens consomment en moyenne 10-12 kg / habitant de viande rouge par an. La
consommation des pays côtiers quant à elle est plus faible et plus variable, de 5,3 kg à 14,2
kg / habitant et comblée en partie par les produits halieutiques. C’est en outre dans ces pays
que se développent les élevages de volailles et de petits ruminants autour des centres
urbains. Certains font aussi appel à la viande rouge importée jusqu’à un tiers de leurs
besoins.

13. Le commerce de bétail et les échanges régionaux


régionaux de bétail
et de viande :
Les potentialités des zones sahéliennes et soudaniennes permettent des
mouvements du bétail qui constituent un élément important de l’économie sous-régionale.

A partir des régions sahéliennes de production, partent les principaux flux pour
approvisionner les grands centres de consommation situés dans les pays côtiers. On
distingue ainsi plusieurs zones :

14
- La zone du « couloir central » : Les animaux partent du Mali et du Burkina Faso pour
alimenter la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo et dans une moindre mesure le Bénin.

- La zone « Nigeria » : Les animaux viennent du Tchad, du Niger, du Soudan, de Centre


Afrique et accessoirement du Mali et du Burkina Faso pour approvisionner le Cameroun, le
Nigéria, le Bénin et le Togo.

- La zone de la « façade ouest » : Les animaux partent de la Mauritanie et du Mali pour


alimenter le Sénégal, la Gambie et la Guinée Bissau.

Figure 1 : Les principaux flux de bétail d’Afrique de l’ouest

Source : Ecole inter-Etats des sciences et médecines vétérinaires (EISMV), 1997

A titre d’exemple, ces courants ont drainé en 1997 en Afrique de l’Ouest, 267 347
bovins dont 199 880 du Mali et 147 467 du Burkina Faso et 627 740 petits ruminants dont
349 207 du Mali et 278 533 du Burkina Faso.

Le circuit traditionnel de commercialisation du bétail domine l’ensemble du secteur.


La plupart des animaux voyagent à pied, seul 10 % des effectifs utilisent des moyens de
transport (camions, train).

La diversité des mesures douanières aux frontières vis à vis des viandes extra
africaines et la non coordination des mesures vis à vis des viandes sahéliennes par les
différents pays n’ont pas facilité l’intégration économique jusque là. Sur le plan macro-
économique, la dévaluation du franc de la Communauté Francophone d’Afrique (CFA)
survenue en janvier 1994 a permis de relancer les flux régionaux de bétail entre les pays
sahéliens et les pays côtiers mais cela n’a duré que quelques mois. Cet évènement a eu
aussi pour effet de diminuer le pouvoir d’achat des consommateurs déjà éprouvés par les
programmes d’ajustement structurel. Depuis le début de la crise en Côte d’Ivoire (2001-

15
2002), grande importatrice de bétail sur pied, les flux maliens et burkinabés qui alimentaient
Abidjan se sont tournés vers les autres pays côtiers, notamment le Sénégal.

Aujourd’hui, même si les viandes locales semblent plus préférées et sont


potentiellement compétitives, le différentiel de prix sur le marché mondial rend difficile leur
rivalité avec les viandes importées qui commencent à pénétrer sur les marchés africains. Le
commerce du bétail et de la viande représente un enjeu considérable en Afrique
subsaharienne et doit nécessairement être organisé dans le cadre d’une intégration
économique pour être efficace.

2. Le Sénégal : un pays particulier, en évolution :

21. Une économie portée par le secteur tertiaire :


Le Sénégal continue à respecter les principaux critères de convergence de l’Union
Economique et Monétaire de l’Afrique De l’Ouest (UEMOA). La croissance réelle du PIB
s’est établit à 6,1 % en 2005. Même si son niveau est considéré comme insuffisant pour
enclencher un véritable décollage économique susceptible de réduire significativement la
pauvreté, cette croissance n’en reste pas moins la plus vigoureuse des pays membres de
l’UEMOA. Elle consacre, à part 2002, une succession de neuf années consécutives de
croissance proche ou supérieure à 5 %. Au cours des cinq dernières années, cette
croissance s’est appuyée sur une consommation des ménages toujours dynamique et une
accélération continue de l’investissement public. Le secteur du Bâtiment Travaux Publics
(BTP), commerce, les transports et les télécommunications en sont les principaux moteurs.

Depuis les années 1980, la part du secteur primaire dans le PIB total du Sénégal a
baissé pour atteindre 19 % en 2001. Il se caractérise par la forte vulnérabilité de l’agriculture
par rapport à son environnement. Les activités du secteur secondaire ont quant à elles
progressé pour contribuer aujourd’hui à 20,5 % du PIB. Elles sont fondées sur les
phosphates (production d’engrais et d’acide phosphorique à destination de l’Inde
principalement) et sur la transformation de l’arachide (huile et tourteaux pour le bétail). Enfin,
les investissements immobiliers de la diaspora sénégalaise soutiennent l’activité du bâtiment
et la production de ciment. Le secteur tertiaire représentant 50,5 % de la richesse du pays
bénéficie du développement des infrastructures de télécommunications, qui favorise des
investissements dans les téléservices et l’internet. A noter que les services non-marchants
représentent une part non négligeable, soit 10 % du PIB de l’économie sénégalaise.

22.
22. Une urbanisation croissante :
La population sénégalaise était estimée en 2003 à 10,3 millions d’habitants avec un
taux d’accroissement annuel de 2,7 %. La densité moyenne est voisine de 50 millions
d’habitants / km². La répartition est très hétérogène entre l’ouest du pays très urbanisé (145
habitants / km² dans la région de Thiès et 3 000 habitants / km² dans la région de Dakar) et
l’est sous peuplé (10 habitants / km² dans la région de Tambacounda).

Avec 44 % de sa population vivant en zone urbaine, le Sénégal est l’un des pays les
plus urbanisés du Sahel. La région de Dakar concentre à elle seule plus de la moitié des
urbains, soit 25 % de la population sénégalaise.

La proportion de la population rurale a constamment baissé durant les trois dernières


décennies : de 67 % dans les années 1970 elle est tombée à 59 % dans les années 1980-
1990 pour descendre jusqu’à 56 % aujourd’hui. La majorité de cette population vit dans le

16
centre du Sénégal, autour du Bassin Arachidier, qui accueille à lui seul plus de 35 % de la
population.

23.
23. Un environnement contrasté :
Pays soudano-sahélien, au relief essentiellement plat, le climat se caractérise par
l’alternance d’une saison sèche d’une durée variable entre sept et neuf mois du sud au nord,
et d’une saison chaude et pluvieuse qui commence fin mai dans les régions méridionales. La
saison des pluies est fortement dépendante de la mousson et très aléatoire avec des
périodes de sécheresse cyclique. Les températures moyennes annuelles oscillent entre 18
et 26 degrés sur le littoral et entre 24 et 30 degrés pendant la saison sèche. Elles
augmentent en saison des pluies avec des maxima de 45-50 degrés à l’intérieur du pays.

Sur le plan hydrique, le Sénégal dispose de ressources souterraines sur la majeure


partie du territoire et des nappes de surface mobilisables pour l’irrigation. Ainsi, la vallée du
fleuve Sénégal et dans une moindre mesure les bassins de la Gambie et de la Casamance
ont une importance primordiale.

Au niveau pédologique, il existe une grande diversité de sols. Plus de 19 % des


superficies du pays sont cultivables dont 66 % effectivement cultivées annuellement. Le
bassin arachidier et la vallée du fleuve recouvrent près de 70 % des terres arables contre 20
% en Casamance et 10 % au Sénégal oriental. Ce qui explique l’importance de la
valorisation des terres impropres à l’agriculture par l’élevage extensif dans ces deux régions.

L’incertitude induite par l’instabilité des facteurs climatiques joue négativement sur les
activités productives. Elle contribue de plus à la sous utilisation de la main d’œuvre rurale et
au déplacement des populations vers les centres urbains.

3. La place du secteur agricole et de l’élevage dans


l’économie sénégalaise :

31. L’importance de la population rurale et paysanne au


Sénégal :
Bien que la part de la population urbaine soit en hausse au Sénégal, plus de la moitié
des ménages, soit plus de 6 millions de personnes, vivent encore en milieu rural et tirent
l’essentiel de leurs revenus des activités agricoles et de l’élevage.

32. La contribution du secteur primaire à la croissance :

321. Sa contribution à la formation du PIB :

De 1960 jusqu’à 1996, le secteur primaire était le deuxième secteur après le tertiaire,
à participer à la formation du PIB. A partir de 1997, il s’est rangé derrière le secteur
secondaire.

17
Figure 2 : Evolution du PIB des sous-secteurs du primaire – Base 1987

450

400

350
PIB (milliards de francs CFA)

300
Agriculture
250
Elevage
200 Pêche
Forêt
150 Total

100

50

0
1979 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001
Années

Source : Direction Prévisionnelle de la Statistique (DPS) (années 1997 à 2001 provisoires)

L’agriculture détermine en priorité le comportement du secteur primaire. Elle a connu


une évolution plutôt en dents de scie ces dernières années pour normalement atteindre 54 %
du PIB primaire en 2001. L’élevage joue un rôle aussi important (34 % du PIB primaire en
2001) et sa contribution à la création de richesse est en constante augmentation depuis les
années 1980. Enfin, les secteurs de la pêche et de la forêt sont plus marginaux et ne
contribuent qu’à 12 % du PIB primaire.

322. La place de l’agriculture et de l’élevage dans le commerce


extérieur :

Durant la période 1996-2002, la part des produits agricoles dans les importations du
Sénégal a varié entre 18 et 12 %. Les produits céréaliers viennent largement en tête (78 %
des importations de produits agricoles en 2000).

A l’inverse, la proportion des produits agricoles dans les exportations (qui a fluctué
entre 1,5 % et 4 % pour la période 1990-2002) est faible et en baisse. Composée pour
l’essentiel d’arachides de bouche, cette diminution des exportations en produits agricoles
s’explique dans une large mesure par l’évolution non initiative du cours mondial des produits
oléagineux, combinée au mouvement très aléatoire de la production arachidière.

Ainsi, la balance commerciale agricole du Sénégal est chroniquement déficitaire. Au


cours de la période 1996-2002, le déficit commercial du Sénégal en produits agricoles a
varié entre 97 milliards de francs CFA en 1997 et 186 milliards de francs CFA en 2002.
Cependant, on peut noter que le déficit de la balance commerciale agricole a augmenté
moins vite que le déficit de la balance commerciale globale.

Au niveau de l’élevage, le Sénégal est importateur de viande et d’abats, de produits


laitiers et d’œufs à couver. Ces derniers proviennent du Brésil et de la France et ont atteints
en 2005, 6 132 450 d’unités importées. Le lait porte globalement sur 46 229 tonnes, soit 319
millions de litres en équivalent lait crû, pour une valeur de 42,4 milliards de francs CFA. 75%
du tonnage importé sont constitués par le lait en poudre. Les importations de viande et

18
d’abats ont doublé en 3 ans pour atteindre en 2005 un volume de 19 692 tonnes (soit 67
milliards de francs CFA) qui se décomposent comme ci-dessous :

Figure 3 : Composition des importations en viande et abats en 2005

10% 2%1%
Volaille
Viande bovine
Abâts

30% 57% Charcuteries / conserves


Viande ovine / caprine

Source : Rapport annuel de la Direction de l’Elevage (DIREL), 2005

Les exportations de bétail sont difficiles à évaluer. Elles concerneraient surtout des
petits ruminants pour le Mali (chèvre rousse par exemple) et des bovins et petits ruminants
pour la Gambie. Les autres exportations de produits issus de l’élevage concernent
essentiellement les cuirs et peaux. Pour une production de 18 120 tonnes, le Sénégal a
exporté 6 427 tonnes de cuirs et peaux, dont 63 % de cuir de bovin.

323. Les effets du secteur primaire sur les autres secteurs :

Les liens en amont et en aval qui existent à l’intérieur du secteur primaire ainsi
qu’avec les autres secteurs de l’économie produisent des effets de stimulation de la
croissance et de génération de revenus mais l’agriculture a encore un degré d’intégration
assez faible au niveau économique.

Les activités informelles prédominent dans le secteur primaire et contribuent à 95 % à


la valeur ajoutée du secteur. Ce niveau très élevé d’informalisation du secteur agricole et
surtout de l’élevage explique dans une large mesure leurs niveaux de productivité encore
faibles. Par ailleurs, le poids élevé de l’ensemble du PIB informel du Sénégal (53 % du PIB
global) incite à prendre en considération ces activités pour améliorer leur productivité et leur
croissance.

4. La contribution et l’orientation
l’orientation de la filière viande
bovine :

41.
41. La contribution
contribution socio-
socio-économique de l’élevage et de la
production bovine :

411. L’importance
L’importance de l’élevage pour les populations pastorales :

La population pastorale du Sénégal est estimée à 3 millions d’individus soit un tiers


de la population nationale. Avec 350 000 familles actives, l’élevage joue un rôle important
dans le développement économique et social du pays (PPS, 1999).

19
Au Sénégal, le bétail, en particulier le cheptel bovin, est étroitement associé au tissu
social et sert de réserves stratégiques pour les sociétés rurales. Aussi, l’évaluation de la
contribution de l’élevage, en plus de la production alimentaire directe (viande, lait…) inclut
les cuirs et peaux, les fibres, le fumier (engrais ou combustible), la traction animale ainsi que
l’accumulation de capitaux.

412. La contribution
contribution économique de la filière viande bovine :

En 2005, le cheptel bovin s’élève à plus de 3 millions de têtes, avec une croissance
positive. Sur les 114 260 tonnes de production de viande estimée, la viande bovine
représente 63 % de la viande rouge et 41 % du total des viandes. La production d’abats
représente 17 015 tonnes, dont 69 % d’abats de bovins.

Figure 4 : Apports des différentes espèces dans la production estimée de viande et d’abats
en 2005

8%

22% Bovins
45%
Ovins / Caprins
Volailles
Porcins

25%

Source : Rapport annuel DIREL, 2005

Le cheptel bovin contribue aussi à la production de sous-produits, soit 7 079 tonnes


de cuirs en 2005 (39 % de la production totale de cuirs et peaux), principalement destinés à
l’exportation.

Aujourd’hui, l’élevage participe pour 7,4 % à la formation du PIB national et contribue


surtout à stabiliser le PIB du secteur primaire où sa part a atteint 35,5 %.

42. Une orientation de la filière tournée vers la demande de


Dakar :
La demande intérieure constitue l’essentiel du marché de la production nationale de
viande bovine. Avec plus de 2 millions d’habitants dont 55 % de la masse salariale
fonctionnaire du Sénégal, Dakar représente le principal pôle de la demande en viande du
pays. La région de Dakar a réalisé à elle seule en 2005 près de la moitié (44 %) des
abattages contrôlés de l’ensemble du pays.

Ainsi, l’ensemble de la filière est mobilisée pour approvisionner la capitale. La


production est réalisée dans les grandes zones d’élevage (principalement les régions de
Tambacounda, Kolda, Louga et St Louis…). Les différents flux commerciaux s’organisent
autour de ces zones pour regrouper les animaux et ensuite convoyer les meilleurs bêtes sur
Dakar où elles seront abattues, distribuées et consommées.

20
Figure 5 : Principales régions d’élevage et flux commerciaux :

Source : Rapports annuels DIREL, 2004, 2005. Enquêtes, 2006

Note : la taille des ronds verts est proportionnelle à l’importance du cheptel de la région

21
PARTIE 2. La construction de la problématique et la méthodologie
employée

1. Justification de la problématique :
La première partie nous a permis de voir que le Sénégal est un pays encore
caractérisé par l’importance sociale du secteur primaire , même s’il ne pèse plus beaucoup
sur son économie. Le sous-secteur de l’élevage fait vivre aujourd’hui un tiers de la
population sénégalaise. La filière viande bovine en occupe la place première et joue un rôle
socio-économique central. Mais elle reste dominée par une faible productivité des systèmes
d’élevage localisés dans des zones pastorales difficiles et une prédominance des activités
informelles tout au long de la filière.

La ville de Dakar représente le principal pôle de consommation. C’est la demande


des consommateurs de la capitale qui tire et oriente l’ensemble de la filière. Cependant, on
assiste à une diminution de la consommation de viande bovine due à la baisse du pouvoir
d’achat des ménages et une diversification des modes de consommation au profit des
viandes blanches.

Le Sénégal fait partie de l’UEMOA et le commerce de bétail constitue des flux


importants pour l’espace sous-régional. La dévaluation mais surtout la crise de la Côte
d’Ivoire ont accéléré les flux en partance des pays sahéliens pour inonder le marché de
Dakar. Dans le même temps, les importations de viande congelées existent et ont doublé sur
la période 2002-2005.

Face à cet environnement en évolution, il semble essentiel de se poser la question de


l’avenir de la filière viande bovine locale au Sénégal car il est essentiel pour celle-ci de réagir
pour rester compétitive de façon durable. Le principal problème aujourd’hui est la non
organisation de la filière ainsi que le manque de données qui permettent d’avoir une vue
d’ensemble, de pouvoir organiser les acteurs et proposer des solutions d’intervention
adaptées et performantes. C’est ainsi l’objectif final de ce mémoire qui s’appuie sur les
références bibliographiques sur le sujet et sur l’étude de terrain réalisée en stage sur la filière
locale et nationale au départ de Tambacounda.

2. Les acteurs commanditaires de l’étude :


La demande initiale de la réalisation d’une étude sur la filière viande bovine au
Sénégal et plus particulièrement à Tambacounda émane de la Fédération des Alpages de
l’Isère (FAI).

Depuis 2003, le Conseil Régional, la Maison des Eleveurs (MDE) et le Directoire


Régional des Femmes en Elevage (DIRFEL) de Tambacounda sont partenaires avec la FAI,
dans le cadre de la coopération décentralisée du Conseil Général de l’Isère avec le Conseil
Régional de Tambacounda. La FAI est chargé fin 2004 par le Conseil Général de l’Isère de
réaliser une mission de prospection à propos du développement de l’élevage dans la région
de Tambacounda. Après le compte-rendu de la mission, il s’avère qu’une meilleure
connaissance de l’organisation des différentes filières animales de la région est nécessaire
afin de lancer des actions pertinentes et efficaces.

En vue de répondre à cet objectif, la FAI a consulté l’association Agronomes et


Vétérinaires Sans Frontières (AVSF) présente au Sénégal avec le projet d’appui aux
éleveurs et à la gestion concertée des ressources naturelles à Vélingara, pour intervenir

22
dans l’identification et la formulation d’actions pertinentes en faveur des éleveurs de la
région. Dans cette optique, AVSF a proposé d’encadrer un stage ingénieur de fin d’étude sur
la filière viande bovine, filière où jusqu’à présent les acteurs ont le moins de données.

3. Les objectifs généraux de l’étude :


Au-delà des objectifs précis formulés par les commanditaires de l’étude, la finalité de
ce mémoire est de pouvoir comprendre l’organisation de l’ensemble de la filière nationale.
Les objectifs sont ainsi à la fois théoriques afin d’apporter une description quantitative et
qualitative de l’ensemble de la filière, mais aussi pratiques puisqu’elle doit pouvoir servir de
support à l’ensemble des professionnels concernés et aux actions futures éventuelles à
mettre en place.

La réponse à cette problématique passe par l’étude approfondie de la filière, des


éleveurs jusqu’aux distributeurs détaillants. Elle s’appuie sur :

- le circuit long de la filière en partant de la région de Tambacounda, première région


d’élevage du Sénégal, jusqu’à la distribution au niveau de Dakar.
- la filière locale de Tambacounda, de l’élevage jusqu’à la distribution.

Figure 6 : Les différents circuits d’étude :

Professionnels du bétail
M
Commerce du bétail

Marchés Marchés Dakar


primaires secondaires
Eleveurs
Production Abattage
Circuit long Professionnels
Tambacounda de la viande

Professionnels du Distribution
M bétail Dakar

Commerce
du bétail
Consommation

Abattage
Professionnels
de la viande
Distribution
locale FILIERE
NATIONALE

Consommation M : Importations
Consommation : sujet
FILIERE
non traité dans les enquêtes.
LOCALE

23
4. Le cadre de l’analyse :
La plus grande partie de l’étude s’est déroulée dans la région de Tambacounda.

Couvrant 30 % du territoire national, la région de Tambacounda est la plus grande du


pays. En 2002, la population de la région est estimée à plus de 600 000 habitants soit
seulement 6 % de la population nationale, avec une densité de 10 habitants / km². La région
est subdivisée en trois départements que sont Tambacounda, Kédougou et Bakel.

Figure 7 : Carte administrative de la région de Tambacounda

Source : www.au-senegal.com

Le climat de la région est de type soudano-sahélien au nord et soudano-guinéen au


sud, avec une pluviométrie entre 500 mm à 1 500 mm de pluies / an, dont les mois d’août et
de septembre reçoivent plus de 70 % de la quantité d’eau enregistrée annuellement. Les
températures varient entre 26 et 30 °C, avec des m axima à plus de 40 °C. Les ressources
en eaux de surface proviennent des mares en saison des pluies et d’un réseau
hydrographique relativement dense. Les formations végétales couvrent 90 % de la région
allant de la steppe aux prairies marécageuses, en passant par la forêt.

La gestion foncière est restée très traditionnelle et la loi sur le domaine national est
encore mal connue. La région de Tambacounda a des potentialités intéressantes pour le

24
développement de l’élevage : Ses pâturages représentent une grande partie du territoire
national, la culture du coton et des céréales offre des sous-produits pour complémenter les
rations animales, la disponibilité en eau et en fourrage est bonne et la race locale NDama est
bien adaptée aux conditions climatiques et résistante à la trypanosomiase sévissant dans le
sud du pays.

En 2005, la production de bovins de Tambacounda était de 710 700 têtes, soit 23 %


de la production nationale. Les abattages contrôlés s’élevaient à 16 200 bovins, soit 8 % de
l’ensemble des abattages nationaux. Cependant, hormis les facteurs naturels et écologiques
qui pèsent sur la région, il existe plusieurs contraintes au développement de l’élevage à
Tambacounda : l’insuffisance de maillage des points d’eau pour l’abreuvement du bétail, la
destruction des pâturages naturels par les feux de brousses, l’importance du vol de bétail,
les distances importantes entre les villages et les postes vétérinaires.

5. La méthodologie employée afin de répondre aux


objectifs :

51. Le calendrier
calendrier de travail :

Tambacounda Dakar
Mai → Août Septembre → Novembre
• Prises de contact avec les personnes
• Bibliographie
ressources (Dakar et Tambacounda)
• Bibliographie • Restitution résultats provisoires
• Récolte des données quantitatives (services
• Mise en place de la méthodologie
vétérinaires…)
• Enquêtes au niveau des éleveurs • Rencontre avec les tuteurs de Dakar
• Enquêtes au niveau des professionnels du • Enquêtes au niveau des chevillards de
bétail (Tamba, marchés primaires) Dakar
• Enquêtes au niveau des bouchers • Enquêtes au niveau des différents réseaux
Abattants-détaillants de Tamba de distribution de Dakar
• Enquêtes au niveau des leaders des
• Restitutions sur Dakar et Tambacounda
organisations professionnelles

Le stage s’est déroulé sur six mois, quatre mois à Tambacounda puis deux mois à
Dakar. Il y a eu quatre grandes étapes dans la méthodologie que nous avons appliqué :

- La prise de contact avec les personnes ressources (chercheurs, services vétérinaires,


agents de terrain…)
- Les recherches bibliographiques
- Les enquêtes de terrain pour chaque maillon d’acteurs
- Les restitutions auprès des acteurs impliqués

52. La méthodologie
méthodologie des enquêtes :
La phase de terrain du stage avec notamment la réalisation des enquêtes (axes de
travail, rédaction du questionnaire, testage, enquêtes, dépouillement…) a été la partie la plus
longue du stage et la plus enrichissante puisqu’elle a permis de rentrer directement en
contact avec les acteurs de la filière. Elle a fait en outre l’objet d’une méthodologie détaillée
en réponses à des objectifs identifiés et formulés préalablement.

25
521. Détermination des flux de bétail depuis la région de
Tambacounda :

pour la première étape du travail, nous avons d’abord du choisir les emplacements
stratégiques afin de réaliser des échantillons pour chaque catégorie d’acteurs à interroger.

Nous avons décidé de nous baser sur les principaux flux de bétail arrivant sur
Tambacounda ou passant dans la région. Plusieurs axes ont été identifiés (par rapport aux
chiffres des services vétérinaires et des discussions avec les professionnels du bétail et les
agents de développement) :

Figure 8 : Flux de bétail transitant par Tambacounda

Vers
DAHRA
Flux à pied

Flux en camions
2’
1 Zone nord (Ferlo)
1
Axes nord est
2
Vers 6 (Kidira)
DAKAR 2
3 Axe est (Sadatou)
3
4 Axe sud est
(Kedougou)
5
4
5 Axe sud ouest
(Vélingara)
Zone ouest (Payar,
6
Koussanar, Maka…)

Source: Rapports annuels DIREL, 2004, 2005. Enquêtes, 2006

Le bétail arrive à pied ou en camion (en suivant les routes principales de la région)
des zones d’élevage, voire des pays limitrophes (Mali, Mauritanie, Guinée). L’ensemble des
flux a pour objectif principal Dakar, ou Dahra (plus gros marché de bétail du pays).

26
522. Identification des axes de travail en fonction des principaux
flux de bétail :

Les quatre principaux flux de bétail arrivant à Tambacounda, et Dakar ont été retenu
pour effectuer nos enquêtes :

- L’axe nord (Ferlo) où les animaux sont convoyés à pied des zones de production jusqu’à
Tamba ou les marchés environnants (Payar, Sinthiou Malème, Kothiary et Bala) et chargés
ensuite en camion jusqu’à Dakar.

- L’axe nord est (Kidira) où les animaux sont convoyés en camion des principaux marchés
(Kothiary, Bala) jusqu’à Dakar.

- L’axe est (Sadatou) où les animaux sont convoyés à pied des zones de production
jusqu’à Tamba et ensuite chargés en camion jusqu’à Dakar.

- L’axe sud est (Kédougou) où les animaux sont convoyés en camion des principaux
marchés (Missirah) jusqu’à Dakar.

- Et enfin Dakar, principal pôle final de consommation en viande bovine.

523. Les différents niveaux d’enquêtes et leurs


objectifs spécifiques :

La partie récolte des données s’est échelonnée sur toute la durée du stage. La
première partie du travail s’est effectué à Tambacounda avec deux objectifs :

- l’étude d’une partie de l’amont de la filière nationale, c’est à dire de l’élevage jusqu’à
l’acheminement du bétail au niveau de Tambacounda.
- l’étude de la filière locale, de l’élevage jusqu’à la distribution de la viande à
Tambacounda.

4 différents types d’enquêtes ont donc été réalisées aux différents niveaux de la filière :

- des enquêtes au niveau des éleveurs (dans les principales zones d’élevage) afin
d’identifier les différents systèmes de production, les stratégies des éleveurs et leurs
relations avec l’aval de la filière.
- des enquêtes au niveau des professionnels du bétail (dans les marchés hebdomadaires
et au foirail grands ruminants de Tamba) pour mieux comprendre leurs rôles, leurs relations
et leurs méthodes de travail.
- des enquêtes au niveau des professionnels de la viande (à Tambacounda et dans deux
villages d’éleveurs) pour étudier la gestion de la distribution locale sur la ville de
Tambacounda.
- des enquêtes au niveau des organisations professionnelles, des services vétérinaires et
des privés chargés du développement de l’élevage (à Tambacounda).

Dakar étant le principal pôle de consommation de la filière viande, la deuxième partie


de l’étude de filière au niveau national s’est réalisée au niveau de la capitale pour terminer
l’étude et de faire le lien entre l’offre en bétail de Tambacounda et la demande des
distributeurs de Dakar. L’étude s’y est déroulée en trois temps :

27
- des enquêtes au niveau des professionnels du bétail (au foirail grands ruminants de
Dakar) avec pour objectif de mieux identifier le rôle des différents intermédiaires, en
particulier celui des « tuteurs », que nous détaillerons par la suite.
- des enquêtes auprès des chevillards (aux abattoirs de Dakar) afin de comprendre leur
place au sein de la filière, leur organisation de travail et leurs relations avec les acteurs du
circuit vif et du circuit mort.
- des enquêtes auprès des différents types de distributeurs (bouchers traditionnels et
modernes) afin de cerner la dynamique d’évolution de ces réseaux et leurs attentes.

524. Réalisation de l’échantillonnage :

Tableau 3 : Zones et niveaux d’enquêtes

Niveaux d'étude
Abattoirs,
Villages Marchés Extérieur
Boucheries
Zones d'étude
Professionnels du Professionnels de la Organisations
Eleveurs
bétail viande professionnelles
Axe nord (Ferlo) Kouthiaba Payar Kouthiaba
Axe nord-est (Kidira) Tabanding Kothiary Tabanding
Axe est (Sadatou) Komoty
Axe sud (Kedougou) Kenieto Thiokoye, Kedougou
Axe ouest St Maleme
Foirail MDE-DIRFEL-
Tambacounda boucheries ville
Tambacounda IRSV-privés
abattoirs SOGAS DIREL-IRSV-
Dakar Foirail Dakar boucheries ville et Ministère élevage-
banlieue Privés

- Pour les éleveurs, un village par axe a été choisi par rapport :

▪ aux types de systèmes présents (agro-pastoral, pastoral)


▪ à la race exploitée (Gobra, métis Djakore, NDama)
▪ à la proximité ou non d’une route
▪ à la proximité ou non d’un marché
▪ à la proximité ou non d’un point d’embarquement

Pour chaque village, une petite dizaine d’éleveurs (avec des tailles de cheptel différentes) a
été interrogé (les chiffres varient suivant le nombre d’éleveurs et l’homogénéité ou la
diversité des stratégies possibles au niveau d’un même village ainsi que le temps disponible
pour le enquêtes).

- Pour les professionnels du bétail, on retrouve tous les types d’intermédiaires au sein des
marchés. Pour nos enquêtes, nous avons choisi les principaux marchés stratégiques des
axes identifiés ci-dessus (plus l’axe ouest où St Maleme est un marché important).

- Pour les professionnels de la viande, des enquêtes ont été réalisées à Tambacounda
avec les bouchers abattants-détaillants de la ville ainsi que dans deux villages d’éleveurs. A
Dakar, des enquêtes auprès des chevillards des Abattoirs de la Société de Gestion des
Abattoirs du Sénégal (SOGAS) et au niveau des différents types de réseaux de distribution
dans la ville et dans les banlieues ont été réalisées.

- Les leaders d’organisations professionnelles, des services vétérinaires et des agents


privés ont été interrogés à Tambacounda, ainsi que d’autres acteurs politiques et privés à
Dakar.

28
Figure 9 : Localisation des acteurs interrogés

MAURITANIE
Ferlo

Payar

DAKAR Tabanding
Kouthiaba MALI
Kothiary
Komoty
St Maleme

GAMBIE

Kenieto
Thiocoye

Kedougou
Tambacounda
Axes bétail (route)
GUINEE
Axes bétail (à pied)
Eleveurs
Professionnels du bétail

Professionnels de la viande
Organisations professionnelles…

Source : Enquêtes, 2006

29
6. Les limites de l’étude :
Les difficultés rencontrées sur le terrain nous ont sans cesse amené à recadrer les
objectifs, réadapter les méthodes de travail et ainsi ont eu un effet notoires sur les résultats
de l’étude.
Parmi celles-ci, on peut citer :

- Le manque de données fiables, de sources d’informations : La partie bibliographie a donc


durée plus longtemps que prévu pour prendre le temps de trouver les sources d’informations
nécessaires. Un moment conséquent a aussi été consacré à la rencontre des personnes
ressources pour l’étude. Le manque de capitalisation des données (services vétérinaires…)
a été un réel problème pour trouver des informations fiables, en particulier sur les flux.

- Le manque de moyens et l’arrivée des pluies : Le manque de moyens matériels et


notamment de véhicule a freiné le programme de plusieurs enquêtes qui ont du être
reportées, écourtées ou parfois ciblées sur d’autres zones moins « intéressantes » pour
l’étude mais où les véhicules pouvaient circuler.

- L’absence de traducteur : C’est de loin la plus grosse lacune de la phase terrain. Les
enquêtes ont souffert d’un traducteur « neutre » maîtrisant le sujet et la compréhension de la
problématique mise en jeu derrière les questionnaires. Les résultats, surtout pour la partie
commerçants de bétail, s’en sont faits ressentir et le temps impartis pour les enquêtes
(réalisées en fonction de la disponibilité des agents de terrain) était parfois très court et
insuffisant pour réellement rentrer en confiance avec les acteurs interrogés.

- Le temps imparti pour l’étude n’a pas permis de prendre en compte pour la phase terrain :
▪ certains marchés de bétails importants du Sénégal (Darha surtout mais aussi
Kaolack…)
▪ les transformations secondaires
▪ la consommation
▪ l’aspect sanitaire de la filière

30
PARTIE 3. Structuration de la filière

1. La délimitation
délimitation de la filière

11. La définition
définition de la filière et du produit étudié :

111. La définition
définition de la filière viande bovine :

Une filière se compose d’une succession d'actions menées par des acteurs pour
produire, transformer, vendre et consommer un produit. Ces actions, menées
successivement, parallèlement ou complémentairement, peuvent se découper en grands
ensembles ou systèmes, comme la production, la transformation, la commercialisation, la
consommation. Chacun de ces ensembles englobe une série d'acteurs plus ou moins
importants qui permettent de passer d'un ensemble à l'autre, dans une suite logique
d'interventions.

Pour notre étude, les différents acteurs de la filière vont regrouper les éleveurs, les
professionnels du bétail (circuit vif), les professionnels de la viande (circuit mort) et les
consommateurs qui vont faire évoluer le produit de sa production jusqu’à sa consommation
finale.

112.
112. La définition
définition du produit et de ses caractéristiques propres :

2121. Le type
type de produit :

Le produit final de notre étude est la viande, d’espèce bovine seulement. Cela
suppose en outre de s’intéresser aussi aux devenir des autres produits consommables de la
même origine, c’est à dire les abats.

La définition de la viande n’est pas universelle. Le Petit Robert la défini comme étant
« la chair des mammifères et des oiseaux que l’homme consomme ». Il s’agit donc d’une
définition qui prend en compte les usages et donc le mot « chair » peut avoir un contenu
anatomique différent selon les époques et les lieux. En France et au Sénégal par exemple la
peau des bovins n’est pas de la viande alors qu’elle l’est au Nigeria et au Laos. En revanche,
en France la peau des poulets est vendue attenante à la viande et en fait donc partie, ainsi
que les parties adipeuses et les os (Mankor, 2001).

Plus précisément, la viande bovine comme celle des autres ruminants (caprins et
ovins) se classe parmi les viandes rouges, issues d’animaux herbivores nourris d’aliments
grossiers et utilisés le plus souvent à d’autres fins que la production de viande.

2122. Les principales


principales caractéristiques de la viande bovine :

Sa périssabilité :

La viande bovine est un produit périssable, si il n’y a pas de système de froid la


viande crue peut être impropre à la consommation quelques heures après l’abattage.
L’objectif pour l’alimentation humaine étant d’empêcher ou de retarder le développement des
micro-organismes, de multiples procédés ont été employés au cours des siècles pour
conserver la viande.

31
Son statut dans l’alimentation :

La viande bovine a statut particulier qui varie beaucoup suivant les régions du
monde.

Elle est d’abord un aliment énergétique. Cette fonction se manifeste par la préférence
accordée aux animaux gras dans toutes les situations ou la couverture des besoins
énergétiques est le souci premier, comme au Sénégal par exemple. La part de la viande
dans les apports énergétiques est très variable selon les régions. La viande peut présenter
jusqu’au quart des apports énergétiques totaux dans les pays les plus riches ou à élevage
pastoral important. Au niveau mondial, la viande n’apporte que 6 % de l’énergie de la ration
alimentaire.

Aujourd’hui, après avoir été un luxe réservé aux élites ou à des occasions festives, la
viande constitue l’élément principal du repas dans la plupart des pays les plus riches. Dans
les pays en développement, la question de l’auto-suffisance alimentaire en général et en
denrées d’origines animales est encore en grand défit (Mankor, 2001)

Tableau 4 : Consommation annuelle moyenne de viande dans le monde

Consommation
Régions du monde
moyenne
Moyenne mondiale 35 kg
Moyenne des pays développés 76,5 kg
USA 120 kg
Australie 100 kg
France 90 kg
Japon 40 kg
Moyenne des pays en développement 27,8 kg
Amérique Latine, Caraïbes 50,7 kg
Afrique de l'Ouest 11,6 kg
Source : FAOSTAT, 1999

De plus, la consommation de viande est insérée dans un système complexe et joue


un rôle identitaire important. Elle garde des caractéristiques particulières comme la
consommation rituelle lors de certaines fêtes religieuses (Pâques et Aïd el Kebir par
exemple). Pour toutes ces raisons, la consommation de viande ne répond pas toujours à des
besoins purement nutritionnels mais aussi et surtout identitaires. La part relative des
différents types de viande varie d’une civilisation à l’autre, d’un pays à l’autre et d’une culture
à l’autre.

En Afrique de l’ouest, quatre grands types de modèles de consommation peuvent


être donnés (Mankor, 2001) :

- un modèle à base de viande de ruminants rencontré dans les pays sahéliens :


Mauritanie, Niger, Mali, Burkina Faso
- un modèle diversifié où plusieurs types de viande sont représentés dans les pays côtiers :
Nigéria, Ghana, Côte d’Ivoire, Guinée, Togo, Sierra Leone, Liberia
- un modèle dominé par la viande de porc dans les anciennes colonies portugaises
uniquement : Guinée Bissau, Iles du Cap vert
- un modèle constitué par la viande de ruminants et de volailles : Sénégal, Bénin

32
La durée du cycle de production :

Un cycle de production normal pour un animal destiné à la boucherie (tel qu’on le


conçoit dans les pays industrialisés où l’on élève l’animal à une fin commerciale) est du
type :

(sélection des 2 parents) → naissance → croissance → engraissage → finition → abattage


(âge moyen allant de 15 à 24 mois).

Hors, dans un pays comme le Sénégal où l’élevage est de type traditionnel et où


l’objectif premier des éleveurs est d’assurer la maintenance et l’augmentation de leur
cheptel, la vente des animaux ne se fait que rarement en période de besoins familiaux
importants. Les produits issus de cette décapitalisation pour la boucherie sont le plus
souvent :

- des vieilles vaches (> 10-15 ans)


- des taureaux de réforme (> 6-8 ans)
- des bœufs de réforme (> 4-5 ans)

Plus rarement, on retrouve des animaux embouchés par les professionnels du bétail
ou de la viande dans les marchés, avec un cycle de production qui lui aussi varie (puisque
ce sont souvent des animaux maigres que ces intermédiaires achètent à tous âges pour les
engraisser pendant 3-4 mois avant de les revendre avec un large bénéfice).

Ses substituts dans la consommation :

Pour la viande en général, selon une enquête réalisée sur 183 ménages à Dakar, les
principaux produits susceptibles de remplacer ce produit dans les habitudes alimentaires
sont : (Mankor, 2001)

- les œufs (50 %)


- le poisson frais (38 %)
- le niébé (25 % )
- le poisson séché (19 %)
- le lait et les produits laitiers (12 %)
- les fruits de mer (7 %)

Ces produits de substitution de la viande peuvent s’analyser à la fois dans un objectif


nutritionnel, culinaire et de diversification. L’alimentation sénégalaise est largement dominée
par le poisson qui constitue le principal substitut des viandes en général et de la viande
bovine en particulier, du fait des habitudes alimentaires et du prix du poisson qui est
accessible à tous les revenus. Dans le cas de consommation spéciale par contre, l’objectif
recherché n’étant plus nutritionnel mais symbolique, les ménagères répondent que « rien ne
peut remplacer la viande » (Mankor, 2001).

Au niveau des différentes viandes, selon une étude sur une centaine de ménagères à
Dakar, il y a plusieurs facteurs qui rentrent en compte dans leur choix :

- Au niveau du facteur goût, la viande bovine est celle qui vient en premier ordre de
préférence (100 %), ensuite vient la viande de volaille (97 %) et la viande ovine (82 %).

- Au niveau du facteur prix et revenu : Plus le revenu des ménages augmente plus ils vont
consommer de la viande en quantité plus importante et de façon plus diversifié. A l’inverse,
plus le revenu des ménages diminue moins ils vont consommer de viande et se tourner vers
les viandes les moins chères.

33
12. Les limites
limites de la filière :

121. Hauteur de la filière :

Pour l’ensemble de la filière viande bovine, la répartition des différentes activités se


répartissent autour de 6 grandes fonctions.

Tableau 5 : Répartition des activités entre les fonctions principales de la filière

Fonctions Activités
Production Elevage
Commerce des animaux sur pied
Commercialisation
Commerce de la viande
Transport des animaux sur pied
Transport
Transport de la viande
Abattage
Découpe
Transformation
Produits alimentaires traditionnels
Produits alimentaires industriels
Distribution de gros
Distribution
Distribution au détail
Consommation particulière
Consommation
Consommation collective
Source : Enquêtes, 2006

Il y a trois grands types de fonctions dans la


Types de fonctions : filière :

Fonctions techniques - les fonctions techniques qui consistent à faire


passer le produit d’un « état » à un autre à travers
une opération technique.
Fonctions commerciales - les fonctions commerciales effectuées par les
intermédiaires le long de la filière (achat, vente,
transport, distribution…).
Fonctions sociales
Fonctions sociales - les fonctions sociales que remplissent notamment
certains professionnels du bétail, qui seront
détaillées par la suite.

122. Largeur de la filière :

Plusieurs autres systèmes et certaines filières sont inscrits dans la filière bovin
viande.

Au niveau des systèmes de production :

- Les petits ruminants : Les éleveurs ne possèdent pas que des bovins mais aussi des
petits ruminants qui prennent d’ailleurs parfois la première place dans le troupeau.
L’ensemble des animaux est généralement conduit ensemble, et les stratégies
(décapitalisation, modes de gestion…) des éleveurs doivent se raisonner en tenant compte

34
de l’ensemble des espèces. Il est aussi fréquent que les petits ruminants servent de monnaie
d’échange contre un ou plusieurs bovins.

- Le système cultural : Même si elles sont vivrières pour la plupart des éleveurs, les
cultures font partie intégrante de l’ensemble du système de production. Le système
d’élevage produit des intrants (fumier, lisier) pour le système de culture qui lui même fournit,
grâce aux résidus de récolte (pailles, fanes d’arachide…) une source de compléments
alimentaires non négligeable pour les bovins.
Un animal lui même illustre bien cette intégration entre les deux systèmes de production :
c’est le cas du bœuf de trait qui fait partie du cheptel bovin mais qui fournit un travail pour les
cultures, qui est nourrit avec les sous-produits de ces dernières et qui au final va être
consommé sous forme de viande.

Au niveau des systèmes de transformation :

Le devenir des produits et des sous-produits de l’élevage bovin fait intervenir


différentes filières :

- La filière viande avec la valorisation bouchère des animaux de réforme.

- La filière laitière avec la valorisation du lait, de façon traditionnelle ou industrielle.

- La filière artisanale avec la valorisation des cuirs de bovins ainsi que des cornes.

Remarque : Au Sénégal, il n’y a pas à proprement parler une distinction entre le troupeau
laitier et le troupeau viande. Les races locales, bien que produisant une quantité
très faible de lait (2-3 litres / jour), sont toutes exploitées en priorité pour cette
ressource (avant la production de viande) qui permet à la famille de se nourrir
(lait frais, lait caillé) et aux éleveurs situés en zone péri-urbaines de tirer un
revenu en vendant leur surplus de lait aux laiteries artisanales ou industrielles.

35
Figure 10 : Les différents systèmes imbriqués dans la filière viande bovine

Système de transformation bouchère

Intrants, traction
Viande

Système d’élevage Système de culture

Bovins De
PR Vivrières
rente

Cornes, peaux
Lait Compléments

Système artisanal

Système de transformation laitière

Source : Enquêtes, 2006

13. Le fonctionnement des différents opérateurs :


Avant propos : La filière viande est complexe et dominée par le secteur informel. Ainsi, une
partie de la filière passe en dehors des circuits conventionnels. Nous
étudierons dans ce mémoire, pour faciliter la lecture de la filière, les flux et
les opérateurs « conventionnels » de la filière.

131. La nature
nature des différents partenaires :

Il y a 6 grands types d’opérateurs dans la filière viande bovine :

- les producteurs (éleveurs)


- les intermédiaires assurant la commercialisation des animaux sur pied
(Professionnels du bétail) et de la viande en gros (Chevillards, Bouchers grossistes)
- les distributeurs (Bouchers détaillants)
- les consommateurs (Ménages ou Collectivités)

Au long de la filière, le produit sera modifié par :


- les transformateurs (abattoirs, bouchers, transformateurs traditionnels ou industriels)

36
Enfin, les différents agents devront passer par les services :
- des transporteurs (bergers, convoyeurs de viande, taxis…)

Tableau 6 : Les différents types d’opérateurs de la filière :

Fonctions Opérateurs
Production Eleveurs
Commercialisation
des animaux sur pied Professionnels du bétail
de la viande Bouchers
Transport
des animaux sur pied Bergers, convoyeurs
de la viande Convoyeurs, taxis…
Transformation
Abattage Chevillards
Découpe Bouchers
Produits alimentaires traditionnels Restaurants traditionnels
Produits alimentaires industriels Entreprise de transformation industrielle
Distribution
de gros Chevillards, bouchers grossistes
de détail Bouchers détaillants
Consommation
Particuliers ménages
Collectivités restaurants, hôpitaux, prisons…
Exportations autres pays
Source : Bibliographie, Enquêtes, 2006

L’éleveur ne peut en aucun cas (sauf les circuits spécifiques de produits de qualité où
certains acteurs détiennent l’ensemble de la filière) vendre directement au consommateur ni
même aux transformateurs ou aux bouchers. Une série d’étapes supplémentaires est
nécessaire qui fait intervenir les intermédiaires spécialistes du commerce du bétail (Dioulas,
Tefankes, Tuteurs) et du commerce de la viande (chevillards, bouchers grossistes).

Il y a trois grandes étapes de transformation : Le passage du produit du circuit vif


(animal vivant) au circuit mort (viande) : l’abattage (réalisé par les abattoirs, la découpe
(assurée par les bouchers détaillants), la transformation de la viande en produits
alimentaires (qui peut être traditionnelle ou industrielle).

Les transporteurs seront chargés le long de la filière de convoyer soit les animaux
vivants dans les divers lieux de transaction (bergers) soit les carcasses ou les morceaux de
viande (convoyeurs de camions frigorifiques ou non, taxis, charrettes…). La nature du
transport de la viande varie selon les lieux et les moyens des différents opérateurs qui en
supportent le coût.

Remarque : Il est important de souligner la double fonction (à la fois technique et


commerciale) particulière du chevillard qui est le maillon entre le « circuit vif »
et le « circuit mort » puisqu’il est chargé d’acheter l’animal sur pied, d’assurer
sa transformation (par le biais des abattoirs) et de vendre en gros ou demi
gros la viande de boucherie.

132. Les lieux


lieux des transactions :

Il existe plusieurs lieux de transaction tout le long de la filière :

37
Pour les animaux sur pied :

- Les villages (lieux d’élevage)

- Les marchés primaires ou marchés hebdomadaires (Loumos) : Ils sont situés autour des
principales zones d’élevage et constituent le premier échelon dans les marchés de bétail.
- Les marchés secondaires ou de regroupement : Ce sont des marchés où sont échangés
les animaux élevés dans la zone ou provenant des marchés primaires, en vue
d’approvisionner les marchés tertiaires.

Ces marchés de bétail remplissent des conditions spécifiques : une tenue régulière
dans des endroits identifiés plus ou moins aménagés, un fonctionnement parfois informel
avec une forte densité d’opérateurs et des échanges portant sur des quantités relativement
modestes. A l’intérieur de chaque marché subsiste généralement une subdivision en trois
sous zones constituant des lieux d’échanges de bovins, de petits ruminants et de denrées
alimentaires, y compris des produits spécifiques au domaine pastoral (lait, viande, beurre,
gomme arabique, miel…). Ces trois zones d’échanges sont distinctes sur le plan spatial
même si celles concernant les petits ruminants et les bovins répondent à des logiques de
fonctionnement similaire (A.Wane, 2005).

- Les marchés tertiaires ou de grande consommation : Ils sont localisés dans les grands
centres urbains. Les négociations s’y font à grande échelle dans le but d’approvisionner la
demande des consommateurs des villes. Ils sont le plus souvent situés dans les capitales
régionales, Dakar étant le vrai marché terminal de la filière nationale.

Les marchés terminaux ont leur foirail spécialisé et aménagé spécifiquement pour les
bovins. A Dakar, les animaux et les commerçants sont présents en permanence dans le
foirail, même si les échanges ont plutôt lieu chaque soir. Des vendeurs d’intrants sont aussi
présents autour du lieu d’échange (vendeurs de foin, de fanes d’arachide, de concentrés…).

Remarque : Un marché peut être de plusieurs natures (par exemple le marché de


Tambacounda peut être à la fois considéré comme un marché secondaire qui
rassemble des animaux pour les convoyer à Dakar et comme un marché
tertiaire qui approvisionne l’ensemble de la ville de Tambacounda).

Pour la viande :

- L’abattoir : C’est le principal lieu de transaction où les chevillards négocient la viande en


gros avec les bouchers détaillants et où les consommateurs peuvent acheter la viande
directement à la cheville (comme c’est le cas aux abattoirs de Tambacounda et Dakar par
exemple).

- Les lieux de distribution finale (marchés, boucheries, restaurants, supermarchés…) : Où


les transactions ont directement lieu avec le consommateur.

38
15. Représentations de l’ensemble de la filière :

151
151. Graphe général de la filière viande :

Figure 11 : Graphe général de la filière nationale

Eleveurs traditionnels Régions


PRODUCTEURS
Embouche d’élevage
Transporteurs de bétail

Bergers Dioulas
COMMERCANTS DU BETAIL Marchés
Tefanke-tuteurs

Transporteurs de bétail

Circuit vif
Bergers
GROSSISTES Abattoir Chevillards
Circuit mort

Transporteurs de viande
TRANSFORMATEURS

Convoyeurs
Bouchers détaillants
DETAILLANTS GMS
Dakar Restaurants

Ménages
CONSOMMATEURS
Collectivités

Source : Enquêtes, 2006

La filière part des zones de production (au niveau des villages) jusqu’à Dakar,
principal pôle de consommation et de demande en terme de viande. La production est
réalisée par les éleveurs traditionnels et part une partie des commerçants qui embouchent
les animaux avant de les revendre sur les marchés.

La filière viande bovine est caractérisée par un nombre très important


d’intermédiaires tout au long de la chaîne. Au niveau des marchés primaires et secondaires
on retrouve les Dioulas et au niveau de Dakar les Tefankés, qui assurent le commerce du
bétail de l’éleveur jusqu’à Dakar.

A Dakar se sont les chevillards qui assurent le lien entre le circuit vif et le circuit mort,
en faisant abattre les animaux au niveau des abattoirs et en les revendant aux bouchers
détaillants.

39
Les bouchers détaillants assurent enfin la distribution à Dakar et en banlieue aux
ménages et aux collectivités.

Les transporteurs jouent en outre un rôle important tout au long de la filière.

152. Les flux :

1521. Les quantités :

Les quantités sont à évaluer lorsque c’est possible au niveau :

- du nombre de bêtes disponibles (cheptel national, importations)


- du nombre de bêtes échangées (au niveau des marchés)
- du nombre de bêtes abattues (au niveau des abattoirs et estimations)
- du volume de viande consommée et exportée

Le cheptel national bovin du Sénégal s’élève à 3 090 720 têtes en 2005. Les
principales zones d’élevage sont le Ferlo nord (St Louis et Louga concentrent 27 % du
cheptel national), le Sénégal oriental (Tambacounda, 23 %) et une partie de la Casamance
(Kolda, 19 %). 201 100 bovins ont été abattus en 2005 sur l’ensemble du territoire. Dakar
représente 41 % des abattages contrôlés. Le reste du cheptel est abattu dans les régions,
pour satisfaire la demande des principales grandes villes secondaires du pays.

1522. Les flux :

Au niveau des échanges, l’évaluation des flux de bétail sur pied est très difficile, vu la
« porosité » des frontières et le manque de contrôle et de centralisation des données
récoltées. En 2003, la DIREL estimait à 100 000 bovins le nombre de têtes provenant des
pays voisins. Mais ce chiffre a considérablement augmenté ces dernières années, surtout
pour le bétail malien et mauritanien qui, ne pouvant plus approvisionner la Côte d’Ivoire, se
tourne vers le Sénégal.

Figure 12 : Provenance du bétail arrivant sur Dakar de septembre 2005 à août 2006

16000

14000

12000
nb bovins

10000

8000

6000

4000

2000

0
sept- oct- nov- déc- janv- févr- mars- avr-06 mai- juin- juil-06 août-
05 05 05 05 06 06 06 06 06 06
mois
Bassin arachidier Zone sylvo-pastorale Sud
Mali RIM Total

Source : Rapports mensuels de l’IDSV de Pikine (2005, 2006)

40
Nous pouvons, à travers ce graphique, avoir un aperçu de l’évolution des quantités
sur l’année et de la provenance du bétail arrivant sur Dakar. Nous pouvons observer sur
cette période que les flux les moins importants se situent entre janvier et juin (saison sèche
froide puis période de soudure) pour ne vraiment repartir qu’à partir de juillet-août. Nous
avons ici représentées les trois grandes régions d’approvisionnement du Sénégal : la zone
sylvo-pastorale, le basin arachidier et la région sud, ainsi que les importations en
provenance du Mali et de la Mauritanie.

Le figure ci-dessous regroupe plusieurs informations en terme de cheptel estimé et


cheptel abattu dans les différentes régions, ainsi que la provenance des principaux flux de
bétail arrivant sur Dakar.

Figure 13 : Cheptel estimé, abattages contrôlés et principaux flux

Cheptel estimé
457 800 9 394 Cheptel abattu
15 700
Bovins abattus à Dakar

9 400 59 537

20 160
385 800
82 700 25 300 13 400
24 682
169 110 155 000
25 457
11 500
4 300
21 080
238 500 274 450
16 210

710 700
12 600
98 600
580 600
10 000

Source : Rapport annuel de la DIREL (2005)

41
2. Typologie des acteurs par fonctions :

21. La production (éleveurs, producteurs) :

211. Les rôles socio-


socio-économiques de l’élevage bovin pour les
populations pastorales :

Le bétail, notamment le cheptel bovin, joue un rôle très particulier pour les
populations pastorales, compte tenu des réalités socio-économiques et du mode de gestion
des risques adoptés par les familles pastorales. Il constitue tout d’abord une réserve de
capital. En plus des petits ruminants qui offrent une réserve de liquidité et que les éleveurs
peuvent vendre lorsqu’ils ont besoin d’un peu d’argent, les bovins assurent des fonctions
d’épargne et d’assurance indispensables qui pallient au réseau bancaire défaillant et à la
faiblesse de la monnaie.

L’élevage bovin répond aussi à des notions de richesse et de prestige et renvoie à


des codes sociologiques importants et complexes surtout chez les éleveurs peulhs, des
modes d’appropriation et de transmissions particuliers.

212. L’organisation et les performances des systèmes d’élevage :

2121. Caractérisation
Caractérisation de l’échantillon d’éleveurs enquêtés :

Les enquêtes ont porté sur une trentaine d’éleveurs répartis sur 4 villages. Les
ethnies représentées sont les peulhs (57 %), les soninkhés du village de Tabanding (27 %),
les Wolofs (10 %) et les Djarankhés (7 %). L’âge des éleveurs enquêtés va de 22 ans à 71
ans mais l’échantillon est caractérisé par une moyenne d’âge élevée (50 ans). 87 % des
éleveurs n’ont pas été scolarisés, hormis à l’école coranique ; et 17 éleveurs ont une ou
plusieurs activités secondaire(s). En moyenne, les chefs de famille ont 22 personnes à
charge dans leurs foyers. Mais ce chiffre cache de grandes disparités entre les éleveurs qui
peuvent avoir de 5 à 80 personnes à charge dans leur famille.

Note : Se référer à l’Annexe 1 pour le détail de l’identification des éleveurs concernés


Se référer à l’Annexe 9 pour les caractéristiques des différentes races

Comme nous l’avons expliqué dans la partie méthodologique, le choix des villages à
enquêter s’est basé sur plusieurs critères :

- l’accès du village aux voies de communication, notamment la présence d’une route


goudronnée à proximité
- La proximité d’un marché de bétail ou d’un point d’embarquement
- Le type d’éleveur : pasteurs ou agro-pasteurs tirant un certain revenu des cultures

42
Tableau 7 : Caractéristiques des 4 villages d’éleveurs enquêtés

Point Types
Villages Tamba Goudron Marché bétail Ethnies
d’embarquement d'éleveurs
Goumbayel
Komoty 80 km 80 km Tamba (80 km) Pasteurs Peulhs
(35 km)
Kédougou Pasteurs Peulhs
Kéniéto 250 km 5 km pl. marchés (30 km)
(5 km) Agro-pasteurs Djarankhés
Kothiary
Tabanding 35 km 3 km Kothiary (7 km) Pasteurs Soninkhés
(7 km)
Kouthiaba Koungheul Pasteurs Peulhs
Kouthiaba 140 km 30 km
Payar (30 km) (40 km) Agro-pasteurs Wolofs
Source : Enquêtes, 2006

Avant propos : Il serait trop ambitieux et risqué de généraliser les résultats de cet échantillon
à l’ensemble des systèmes d’exploitations de la région. Ainsi, nous
présenterons d’abord les principaux résultats par rapport à l’échelle de chaque
village enquêté puis nous croiseront les données récoltées sur l’organisation
des systèmes, leurs performances et les relations que les éleveurs
entretiennent avec le reste de la filière.

Komoty :

Contexte : Village situé à environ 80 kms de Tamba, sans route goudronnée ni marché à
proximité.
Pâturage vert disponible : de mi-juin à octobre.

Nous avons un village traditionnel d’éleveurs peulhs, qui disposent de troupeaux


bovins de tailles importantes (63 bovins en moyenne), et peu de petits ruminants en
comparaison. Ils possèdent quelques ha de cultures vivrières, sans utilisation aucune
d’intrants.

C’est dans ce village que les dépenses en terme de d’alimentation et de santé


animale sont les plus importantes. La gestion du troupeau bovin passe par la
supplémentation alimentaire pour les animaux les plus faibles, des soins prophylactiques et
parfois curatifs. On ne note pas de gestion particulière de la reproduction.

C’est à Komoty aussi que les flux commerciaux sont les plus dynamiques (que ce soit
au niveau des bovins ou des petits ruminants), surtout en terme de vente, pour des besoins
familiaux, les plus gros éleveurs se déplaçant même jusqu’à Tamba ou Dakar pour vendre
leur bétail.

C’est sans aucun doute le village où l’élevage est réellement la préoccupation


première des pasteurs, avec un objectif de capitalisation et d’augmentation du cheptel, des
dépenses conséquentes réalisées pour préserver la santé des animaux (bien que le taux de
mortalité de 15 % reste très élevé) mais aussi un certain dynamisme commercial de la part
des éleveurs dans leurs stratégies de vente.

43
Kéniéto :

Contexte : Village situé à 5 kms de Kédougou et à environ 250 kms de Tamba, avec une
route goudronnée et un point d’embarquement à proximité (Kédougou).
Pâturage vert disponible : de début juin à novembre.
Village en deux parties : Kéniéto peulh et Kéniéto Djarankhé
9 éleveurs interrogés

Nous sommes sur un village d’élevage traditionnel, avec des éleveurs possédant en
moyenne (avec un écart-type important) de petits cheptels de race NDama pure (30 têtes) et
petits ruminants ; quelques ha de cultures vivrières. Ce village est caractérisé par les
dépenses très importantes que les éleveurs font en matière d’intrants agricoles (engrais et
herbicides surtout). Pour les éleveurs Djarankhés, ils cultivent en outre le manioc à des fins
commerciales.

C’est dans ce village que les coûts de gestion des troupeaux sont les plus faibles :
Pour l’abreuvement, les animaux disposent en saison sèche du fleuve, aucune
supplémentation alimentaire n’est opérée et les dépenses en santé animale sont minimes.
Pourtant, c’est à Kéniéto que les taux de mortalité sont les plus faibles (9 % en moyenne), ce
qui s’explique par la rusticité de la race NDama, une longue période de saison des pluies et
un pâturage consistant de bonne qualité. Une autre particularité est la gestion commune des
troupeaux bovins des éleveurs de Kéniéto Djarankhé.

Les éleveurs de Kénétio sont enfin les moins dynamiques en terme de flux
commerciaux : Des flux pratiquement nuls au niveau des petits ruminants. Aucun achat de
bovins n’a été effectué par les éleveurs interrogés et ils vendent pour causes diverses très
peu d’animaux, surtout aux bouchers de la région.

Tabanding :

Contexte : Village situé à 7 kms de Kothiary et à environ 35 kms de Tamba, avec une route
goudronnée et un marché à proximité (Kothiary).
Pâturage vert disponible : de mi-juin à octobre
8 éleveurs interrogés

Tabanding est un village d’éleveurs Soninkhés, qui disposent de cheptels bovins


assez réduits (32 bêtes en moyenne) ainsi que quelques petits ruminants. La disponibilité en
terre leur permet d’exploiter des surfaces assez importantes, en général sans utilisation
d’intrants, de cultures vivrières dont certains tirent un revenu des excédents d’arachide.

Les éleveurs de Tabanding ont des dépenses en terme de gestion des troupeaux
assez conséquentes, en particulier pour la supplémentation alimentaire des animaux les plus
faibles. Le taux de mortalité est cependant assez élevé (14 %).

On observe aussi dans ce village peu de flux commerciaux, aucun achat de bovin
enregistré et peu de ventes, motivées par des causes diverses et destinées surtout au
boucher du village. Les achats de petits ruminants sont minimes et les ventes sont nulles.

La principale caractéristique de ce village de Soninkhé est leur vocation à


l’immigration. Pourtant, malgré les ressources financières extérieures très importantes dont
ils disposent de leurs parents immigrés (1 450 000 francs CFA par an en moyenne / éleveur)
aucune rétribution ne semble réellement faite pour l’élevage, qui ne semble pas être la
préoccupation première de ces éleveurs.

44
Kouthiaba :

Contexte : Village situé à 30 kms de Koumpentoum et environ 140 kms de Tamba, route
goudronnée
éloignée (30 kms), marchés à proximité (Kouthiaba et Payar à 30 kms).
Pâturage vert disponible : fin juin à octobre
5 éleveurs interrogés

Kouthiaba est un village d’agro-pasteurs qui possèdent des troupeaux de bovins (44
têtes en moyenne) et de petits ruminants (26 ovins et 14 caprins en moyenne) assez
importants. La particularité de Kouthiaba est la présence de Peulhs et Wolofs (immigrés
provenant du bassin arachidier) au sein d’un même village et de grandes surfaces de terres
(25 ha en moyenne) héritées des marabouts mourides avec une exploitation à vocation
souvent commerciale. Ainsi, les agro-pasteurs Wolofs retirent tous des revenus conséquents
de mil et d’arachide. Par contre les éleveurs peulhs interrogés ne cultivent que pour l’auto-
consommation.

Une attention particulière est portée à la gestion des troupeaux : C’est le seul village
où l’on trouve des éleveurs avec une stratégie d’alimentation du bétail (au niveau des
animaux choisis) et une attention particulière est portée à la santé animale. Ceci a sûrement
été impulser par la proximité, le travail et les relations entre les éleveurs et les agents des
services de l’élevage, c’est en outre le seul village enquêté qui a aussi bénéficié d’une
campagne d’insémination artificielle (qui a malheureusement échouée pour tous les éleveurs
interrogés).

Au niveau du commerce des bovins, les éleveurs n’achètent pratiquement pas et s’ils
vendent des animaux c’est en quantité limitée et en cas de besoins familiaux. Par contre, ils
se déplacent au niveau des Loumos et des grands marchés comme Tambacounda et
Kaolack.

Note : Se référer aux Annexes 2 à 5 pour le détail des chiffres au niveau des cheptels, des
flux et des ventes.

2122. Organisation générale des systèmes


systèmes d’élevage :

Les systèmes présents dans la région de Tambacounda ainsi que ceux de notre
échantillon sont proches des systèmes pastoraux (pour les quatre villages) et agropastoraux
(une partie des éleveurs de Kouthiaba et Kéniéto).

Au niveau des systèmes pastoraux (bien représentés par le village de Komoty), les
animaux sont utilisés pour leur aptitude à valoriser les ressources herbagères et arbustives
des zones non cultivées et les troupeaux se déplacent au fil de l’année suivant la
disponibilité en pâture. Les races présentes dans le sud de la région de Tambacounda
(Kéniéto) sont des taurins NDama, caractérisés par leur trypanotolérance, et plus on
remonte au nord plus on retrouve des animaux croisés avec les zébus Gobras, les Djakore.
La production laitière et les cultures vivrières (mil, mais, sorgho, arachide…) sont
uniquement destinées à l’autoconsommation. Les troupeaux peuvent atteindre des tailles
très importantes (121 têtes pour l’éleveur le plus important de Komoty) ; le bétail constitue
une réserve de richesse constituée progressivement et utilisée en cas de coup dur ou pour
faire fasse à de grosses dépenses (mariage, études des enfants, achat d’un bien
d’équipement domestique ou professionnel…).

Certains systèmes présents sur Kouthiaba et Kéniéto Djarankhé se rapprochent plus


des systèmes paysans ou agropastoraux et combinent l’agriculture et l’élevage pour

45
l’autoconsommation et pour la vente. les cultures sont donc à a fois vivrières et
commerciales (mil, arachide, manioc). L’élevage fournit du fumier, de la traction ainsi qu’une
réserve de capital. La production laitière est autoconsommée et permet aussi de rétribuer le
gardiennage du troupeau.

Pour l’ensemble de ces systèmes d’élevage, la production de viande bovine n’est


qu’un sous-produit des activités précédentes et celle des petits ruminants et des volailles est
utilisée pour l’autoconsommation et les occasions festives.

Les éleveurs utilisent des ressources collectives, ce qui pose de nombreux


problèmes par rapport à la gestion des parcours, des conflits entre les agriculteurs et les
éleveurs (à cause de la divagation des animaux) et entre les éleveurs transhumants et
sédentaires, notamment pour l’accès à l’eau, les problèmes de contamination sanitaire entre
les troupeaux et le vol de bétail.

La plupart des éleveurs qui ne possèdent pas assez de main d’œuvre familiale font
appel à l’extérieur pour les travaux des champs ou le gardiennage du troupeau (57 % des
exploitations). Les cultivateurs sont rémunérés de façon monétaire alors que la plupart du
temps, les bergers sont soit rémunérés, soit logés et nourris et peuvent posséder le produit
de la traite une fois par semaine.

Toutes les exploitations possèdent du matériel pour les cultures (charrue, houe,
semoir, charrette…) et la plupart des éleveurs ont des animaux de trait (bœufs, chevaux et
ânes). Le matériel peut être gardé très longtemps sur l’exploitation et remplacé souvent
qu’en cas d’extrême nécessité. L’utilisation d’intrants varie suivant les villages et le type
d’éleveur.

Plus de la moitié des éleveurs (57 % de notre échantillon) ont des activités extra-
agricoles (commerce, activités religieuses, métiers manuels) qui rapportent un peu d’argent,
peu d’entre eux bénéficient d’un crédit. Les principaux revenus extérieurs conséquents sont
ceux apportés par les membres de la famille ayant immigrés en Europe si elle en possède.

2123. Principales performances :

La gestion des troupeaux explique les faibles performances enregistrées sur les
exploitations.

Tout d’abord, seulement 10 % des éleveurs que nous avons interrogé ont une
véritable stratégie de complémentation alimentaire. Pour les autres, soit les bovins ne se
nourrissent que des ressources herbagères disponibles lors du pâturage (40 % des
exploitations), soit les éleveurs supplémentent la ration qu’en cas d’extrême nécessité, pour
les animaux les plus faibles voire presque déjà mourants.

De plus, il n’y a pratiquement aucune action exercée sur le contrôle de la


reproduction, exception faite du choix des géniteurs dans le troupeau. Les critères de
sélection font l’objet de connaissances empiriques, d’un savoir que seuls certains éleveurs
détiennent et il est difficile d’obtenir des réponses à cette question. La conformation
(ossature, silhouette allongée, cou épais), la robustesse, la robe et l’aptitude à produire une
descendance performante semblent les principaux critères retenus pour les mâles. Pour les
femelles, les éleveurs évoquent surtout l’âge au premier vêlage, l’intervalle entre deux
vêlages (IVV), la capacité laitière et la production de veaux robustes.

Les taureaux séjournent en permanence dans le troupeau durant toute l’année.


Seront parfois castrés les mâles non retenus pour être géniteurs et destinés à la traction.
L’utilisation de l’Insémination Artificielle (IA) dépend des zones et des campagnes nationales.

46
Pour le village de Kouthiaba, le programme d’IA a entièrement échoué à cause du mauvais
suivi des femelles inséminées et du manque de formation des éleveurs.

Les animaux peuvent rester très longtemps sur les exploitations. Ainsi, 60 % des
éleveurs interrogés gardent les femelles au-delà de 15 ans dans le troupeau.

Au niveau de la couverture sanitaire, le Sénégal est plutôt performant et les éleveurs


portent attention à la vaccination du bétail. Mais les soins curatifs ne sont souvent apportés
qu’en cas d’ urgence, la plupart du temps trop tard.

Le peu de maîtrise de l’alimentation, combiné par le manque de soins et le


parasitisme important en saison des pluies provoque des taux de mortalité très important (en
moyenne de 15 % pour notre échantillon), variable selon les villages (de 9 à 28 %, suivant la
durée de la saison sèche, l’accès aux ressources en pâturage et en eau, le contact avec le
bétail extérieur, la race…).

Les performances de reproduction des femelles sont aussi faibles : l’IVV moyen
estimé par les éleveurs est de presque 2 ans et l’âge au premier vêlage de plus de 4 ans.

Les taux de commercialisation sont très faibles, 5 % pour les femelles et 14 % pour
les mâles. Les ventes peuvent concerner tous types d’animaux, durant toute l’année, en
réponse le plus souvent à des besoins familiaux et la satisfaction de ressources financières
anticipées.

2124. Les relations avec l’aval de la filière :

Les éleveurs vont rentrer en relation avec l’aval de la filière lorsqu’ils voudront vendre
leur bétail. Ils ont alors plusieurs choix :

- Celui d’attendre que le commerçant de bétail vienne au niveau du village pour la


négociation du prix de vente et la cession de l’animal.
- Celui de se déplacer lui-même avec l’animal au niveau des marchés pour négocier la
transaction sur place avec les professionnels du bétail.

Il est intéressant de voir que près de 70 % des éleveurs des quatre villages enquêtés
sont déjà partis ou partent toujours vendre leurs animaux à l’extérieur. Ce phénomène
dément plusieurs théories qui voudraient faire des éleveurs, des « acteurs passifs et
contemplatifs », dépourvus de volonté commerciale. 33 % des éleveurs sont même déjà allé
au moins une fois jusqu’à Dakar pour écouler leur bétail (surtout les éleveurs de Komoty qui
ont des troupeaux de taille importante). Ces stratégies répondent à une volonté
d’optimisation du prix : plus ils vendront leurs animaux en bout de chaîne, plus le bénéfice
sera élevé, à condition d’avoir assez d’animaux et de bonne qualité pour optimiser les coûts
de transport et d’entretien.

Les conditions de réussite à cette entreprise ne sont tout de même pas faciles.
Comme nous le détaillerons plus loin, les éleveurs qui veulent prendre en main la vente de
leurs animaux se heurtent, au niveau des marchés de bétail, à une série d’acteurs qui
détiennent toutes les informations sur le circuit marchant et se constituent en maillons
indispensables par lesquels passer pour arriver à vendre un animal.

Ainsi, les relations entre les éleveurs et l’aval de la filière sont assez tendues. Les
commerçants de bétail sont ainsi plutôt vus négativement par les éleveurs, comme nous le
verront par la suite.

47
213. Les possibilités d’optimisation de ces systèmes
systèmes :

Bien que peu productifs, les systèmes d’élevage que nous avons enquêté dans la
région de Tambacounda possèdent de nombreux atouts, notamment :

- un coût minime de l’alimentation sur parcours de ressources à base d’énergie


renouvelable
- une valorisation des ressources de zones défavorables pour les cultures
- la rusticité des races exploitées qui sont bien adaptées aux conditions difficiles de la
zone.

Mais il reste de nombreux points à améliorer pour une optimisation de ces systèmes,
notamment en terme de maîtrise de l’alimentation et d’anticipation des problèmes liés à la
période de soudure, moment le plus critique pour les éleveurs et leur famille ainsi que pour le
bétail.

La fonction socio-économique que remplie le bétail bovin rend en outre difficile


l’augmentation de la production de viande puisque beaucoup d’animaux improductifs sont
conservés dans le troupeau pour assurer une certaine garantie face aux risques multiples
qui peuvent survenir dans la vie d’un éleveur. Par rapport à cela, les systèmes agro-
pastoraux possèdent des perspectives d’amélioration, notamment par l’organisation de la
distribution d’intrants et de la distribution des produits. De plus, l’activité d’embouche qui peut
être réalisé sur une petite partie du troupeau peut permettre à la fois de garder intact le
troupeau de base et d’assurer une rentrée d’argent grâce à la commercialisation des
animaux. Toutefois, c’est un système qui nécessite une certaine organisation et des moyens
conséquents, et peu d’éleveurs osent ainsi se lancer dans cette pratique

22. Le commerce de bétail (Dioulas, Tefankes, Tuteurs) :

221. Ses particularités :

La filière viande est caractérisée par la multiplicité de ces acteurs, notamment pour le
secteur du commerce du bétail qui se définit par :

- Le nombre important des acteurs présents sur les marchés


- Des rôles et des fonctions entre les acteurs non définis de manière formelle
- Des liens culturels et sociaux complexes que les commerçants entretiennent avec les
autres acteurs en amont et en aval de la filière
- L’absence de chiffres permettant de bien évaluer les flux
- Un système basé sur l’opacité des prix d’échange du bétail
- Des transactions à vue, basées sur un système de marchandage
- L’absence de véritables groupements de professionnels
- Le maillon le plus dur de la filière que tous les autres acteurs doivent solliciter pour
accéder à la vente ou l’achat d’un animal

222. Organisation des commerçants de bétail :

2221. Caractérisation de l’échantillon


l’échantillon de commerçants
enquêtés :

Les études bibliographiques et les enquêtes ont eu pour but de décrypter l’ensemble
des professionnels du bétail et de leurs rôles. 28 commerçants ont été interrogés lors des
enquêtes. 89 % sont Peulhs, 7 % Toucouleurs et 4 % Wolofs. Près de 90 % d’entre eux ne

48
sont allés qu’à l’école coranique et 64 % ont une autre activité, en particulier agricole ou
d’élevage (pour 72 % d’entre eux). 46 % des commerçants interrogés vendent à la fois des
bovins et des petits ruminants, 39 % sont spécialisés dans les bovins et 14 % vendent
surtout des bovins et parfois des petits ruminants quand l’occasion se présente (surtout lors
de la Tabaski).

Note : Se reporter aux Annexes 6 et 7 pour le détail de la typologie des différents


intermédiaires interrogés

Notre échantillon est constitué de commerçants des principaux marchés de bétail de


la région de Tambacounda. Des interview informelles ont aussi été réalisées au foirail de
Dakar :

Payar (pour l’axe nord) : C’est le plus gros marché de la région nord de Tambacounda où les
animaux arrivent à pied de la région de Kouthiaba, du Ferlo et même du Mali. Il est situé
dans une zone de transhumance et l’on retrouve différents types génétiques de bovins, en
particulier beaucoup de zébus maures et maliens.
7 commerçants interrogés

Kothiary (pour l’axe nord est) : C’est un petit marché, situé à une trentaine de kms de
Tambacounda, approvisionné principalement par les bovins des éleveurs de la zone. C’est
un point de ravitaillement des commerçants de Tambacounda.
5 commerçants interrogés

Thiokoye (pour l’axe sud) : C’est le plus gros marché de la région sud de Tambacounda où
les animaux arrivent à pied du sud du pays et de la Guinée. C’est le marché où l’on retrouve
essentiellement des NDama pure race.
3 commerçants interrogés

Kédougou (pour l’axe sud) : C’est un point d’embarquement ou les commerçants de bétail
acheminent directement par camion les animaux pour Dakar.
3 commerçants interrogés

St Malème (pour l’axe ouest) : C’est un marché de taille moyenne, situé à une trentaine de
kms de Tambacounda. On y retrouve des animaux venant de plusieurs régions et de
différents types. Une fois vendus les animaux peuvent convoyer directement sur Dakar ou
être revendus sur Tambacounda.
4 commerçants interrogés

Tambacounda : Tambacounda est à la fois un marché secondaire où les meilleurs animaux


sont négociés dans le but d’être acheminés sur Dakar, et un marché terminal où une partie
des animaux est abattue quotidiennement pour satisfaire la ville en viande. On retrouve tous
les types de bovins sur le marché, de la NDama pure aux zébus maliens et mauritaniens
acheminés par les gros commerçants de Tambacounda.
6 commerçants interrogés

Dakar : Dakar est le marché terminal principal du Sénégal. On retrouve l’ensemble du bétail
qui a transité antérieurement part les marchés des régions ainsi que le bétail convoyé
directement des lieux de production. On retrouve tous les types d’animaux, des zébus
provenant de la Mauritanie, du mali et du Burkina Faso, des zébus Gobras, des animaux
croisés et des NDama. Les proportions varient au cours de l’année suivant les saisons et
l’offre disponible. C’est au foirail de Dakar que l’on trouve tous les types de professionnels.

49
2222. Les différents types de commerçants et leurs rôles
rôles :

Les Dioulas dans les régions et les Tefankes à Dakar sont les véritables
commerçants de bétail. Ils partent acheter les animaux en amont de la filière pour le
revendre plus en aval. Leur revenu se constitue du produit de la vente de l’animal, minoré de
son prix d’achat et des différentes charges liées au transport et à l’entretien de l’animal et
des frais d’intermédiation éventuels lors des transactions.

On peut établir la typologie des différents commerçants par rapport à leur localisation
(leur positionnement dans la filière) et leur fond de roulement (qui conditionne leur activité).

Les Dioulas des villages :

Ils constituent le premier maillon de la longue chaîne d’intermédiaires. Leur base est
leur village. Souvent ils sont eux-même éleveurs et agriculteurs.

De manière générale, Ils disposent d’un petit fond de roulement (entre 50 000 et
300 000 francs CFA) qui leur permet d’acheter les animaux au niveau des villages
directement aux éleveurs (voir au niveau des Loumos) pour les acheminer dans les Loumos
les plus proches (quelques kms), voir jusqu’à Tambacounda ou Dakar s’ils ont un nombre
conséquent d’animaux et si les Loumos disposent de points d’embarquement. Certains
peuvent même rester au niveau de leur village, capitaliser un petit cheptel (issu des achats
des villages alentours) et le revendre à un autre Dioula.
Leur activité est réduite au commerce de 5 à 25 bovins par mois environ.
C’est le cas en particulier des Dioulas retrouvés sur les marchés de Kothiary ou St Malème.

Pour les zones d’élevage plus excentrées des axes routiers on peut retrouver un
deuxième maillon qui se compose des Dioulas de brousse qui disposent de fonds de
roulement plus conséquents (de 500 000 à plusieurs millions de CFA) et qui achètent leurs
animaux au niveau des villages (aux éleveurs ou aux Dioulas du premier maillon) ou du
marché où s’effectuent leurs principales ventes. Ils peuvent parcourir de nombreux kms tout
en s’approvisionnant, avant de vendre leurs animaux au niveau d’un loumo, ou souvent
d’autres grands marchés (Tambacounda, Kaolack, Banjoul) et Dakar.
Leur volume d’activité peut varier de 15 à 45 bêtes vendues par mois.
C’est le cas des Dioulas retrouvés sur les marchés de Thiokoye et Payar nottament.

Les Dioulas des marchés :

Le deuxième maillon des Dioulas se retrouve au niveau des marchés ou points


d’embarquement de taille assez importante.

Il y a d’abord les commerçants qui, ne disposant que d’une ressource financière


réduite (de 300 000 à 1 000 000 de CFA), vont s’approvisionner dans les villages ou les
Loumos les plus proches et ne revendre qu’au niveau de leur marché de base.

Ensuite, il y a les Dioulas qui disposent de beaucoup de moyens (de 1 000 000 à
20 000 000 de CFA) et partent acheter le bétail à tous les niveaux voire même au Mali ou en
Mauritanie pour le revendre principalement au niveau de leur marché de base et à Dakar.

Remarque : Pour les Dioulas de Tambacounda, Tambacounda étant à la fois un marché


secondaire et terminal, ils préfèrent écouler le bétail local (de moins bonne
qualité) au niveau de la ville et les zébus maliens, Gobras et les animaux
embouchés au niveau de Dakar.

On retrouve ces types de Dioulas au niveau de St Malème, Kédougou et Tamba.

50
Les Tefankes :

Ce sont les commerçants du marché de Dakar proprement dit. Les Tefankes de


sortent pas de Dakar. Ils achètent puis revendent leurs animaux à l’intérieur du foirail. Ce
sont eux qui détiennent toutes les informations au niveau du marché et des différents
professionnels qui y sont localisés.

Les Tefanke-Tuteurs (ou NDiantigui):

Ce sont les garants et les revendeurs des animaux provenant de la brousse.

Ils remplissent plusieurs fonctions :

- une bonne connaissance du marché et des prix


- une bonne connaissance des différents acteurs sur le marché, notamment des « bons ou
mauvais payeurs »
- une garantie pour la personne qui va leur acheter le bétail (notamment par rapport aux
animaux volés)
- la responsabilité du troupeau
- le gîte et le couvert pour le Dioula qui vient avec ses bêtes.
- les services d’intermédiation

Le rôle du Tuteur est très important. Au niveau de Dakar, les tuteurs sont uniquement
des Tefanke. Ils sont rémunérés par l’aval. C’est donc celui qui va racheter les animaux qui
se doit de donner autour de 2 500 à 3 000 francs CFA / bête vendue au tuteur. L’acteur en
amont n’est redevable de rien, il donne à son tuteur ce qu’il veut pour ses services.

Remarque : Au niveau des marchés de brousse, les Tuteurs sont en général des Dioulas
basés dans les marchés, qui ont une bonne connaissance des prix et des
autres professionnels. Ce sont les éleveurs vendant leurs animaux sur les
marchés ou les Dioulas des villages, des petits Loumos ou de la Mauritanie et
du Mali qui vont le plus souvent faire appel aux Tuteurs. En général ils ont leur
Tuteur attribué.
A Tambacounda, les professionnels du bétail de la viande se sont mis d’accord
sur le fait de ne pas faire supporter les charges d’intermédiation aux bouchers.
C’est donc l’éleveur qui supporte les frais du tuteur qui s’élèvent en moyenne à
1 000 francs CFA / bête vendue.

Les courtiers :

Ce sont les rabatteurs ou encore appelés Coxeurs. Ils sont présents à l’entrée du
marché. Ils sont là pour appâter les clients et les rabattre au niveau des Tefankes. Ils
peuvent ensuite les aider lors de la négociation du prix et même proposer des services
d’abattage et de dépeçage.
Les clients sont libres de donner ce qu’ils veulent, en général autour de 2 000 à 5 000 francs
CFA par animal vendu et jusqu’à 15 000 francs CFA pour les services d’abattage et de
dépeçage. Le Tefanke en retour n’est exigible de rien mais peut donner par exemple 1 000
francs CFA au Coxeur s’il est satisfait de la vente.
N’importe quelle personne peut rabattre.

2223. Les autres intermédiaires :

Au niveau des régions et de Dakar, aux commerçants et courtiers s’ajoutent :

51
Les bergers :

Ils sont engagés par le les commerçants de bétail. Ils sont chargés de convoyer les
animaux sur pied, d’un point de vente à l’autre et de garder le troupeau au fur et à mesure
qu’il se constitue. Ils sont payés en fonction du trajet (par exemple : Kothiary-Tamba : 2 000
francs CFA / tête) et de la durée du gardiennage.
A Tambacounda, des bergers sont aussi en permanence au niveau du foirail pour garder les
animaux la nuit et les emmener au pâturage.

Les convoyeurs :

Ils sont chargés de convoyer les animaux en camion, des marchés primaires ou
secondaires vers Dakar le plus souvent. Parfois ils sont accompagnés par le propriétaire des
animaux. Le plus souvent les camions ne sont pas destinés qu’au transport du bétail mais
peuvent repartir avec d’autres vivres.
Ils sont payés en fonction de la distance (par exemple : Kothiary-Tamba en voiture : 3 500
francs CFA / tête, Tamba-Dakar avec un camion d’une trentaine de bête : 150 000 à 175 000
francs CFA / convoi, Mali-Tamba avec un camion d’une trentaine de bêtes : 250 000 à
300 000 francs CFA / convoi).

Les « aides » :

Au niveau des marchés, des aides sont aussi là pour charger les animaux lors d’un
convoi, les amener à l’abattoir…Ils sont payés en fonction de l’agressivité des animaux, du
nombre de bêtes (en général pour un embarquement en camion, le coût est de 7 000 à
15 000 francs CFA, soit 200 à 500 CFA / animal).

On pourrait multiplier ainsi les exemples d’acteurs qui vivent de la filière viande
bovine (les vendeurs d’intrants…) mais nous avons cité les principaux.

2224.
2224. Le déroulement
déroulement des échanges :

22241.
22241. Le fonctionnement des foirails :

Pour fonctionner, les emplacements de transaction doivent collecter des taxes et bien
qu’informelles, certaines règles varient selon les endroits :

Au niveau des Loumos :

Les Loumos ne possèdent pas de foirail mais ont normalement un point


d’embarquement. Pour convoyer leurs animaux, les commerçants doivent se munir d’un
laissez-passer. Pour l’obtenir il leur suffit de présenter une carte d’identité (avec leur n° de
propriétaire) et satisfaire à l’inspection sanitaire des animaux par l’agent des services
vétérinaires présent.
A Thiokoye par exemple, le prix d’un laissez-passer est de 1 000 francs CFA / convoi

52
Au niveau de Tambacounda :

Les différents frais au niveau du foirail sont bien établis. Chaque jour les bergers
amènent les animaux du foirail au pâturage. Les commerçants peuvent aussi acheter de la
graine de coton pour complémenter l’alimentation. Le foirail dispose d’un point
d’embarquement : en saison sèche il n’y a que rarement des convois, mais en saison des
pluies jusqu’à 3 camions / jour partent pour Dakar (soit 30-35 têtes / camions).

Différents frais : Bergers : 500 francs CFA / animal sorti


Eau : 25 francs CFA / tête / jour
Gardiennage : 200 francs CFA / tête / jour

Frais d’intermédiation : 1 000 francs CFA payés par l’amont (rien n’est payé
par les bouchers)

Au niveau de Dakar :

Le foirail de Dakar concentre tous les types d’acteurs du commerce du bétail. Les
troupeaux arrivent de tout le pays et même des pays voisins et peuvent rester plusieurs jours
voir plusieurs semaines, ainsi que les professionnels les accompagnant. Tous les frais liés à
l’alimentation, l’abreuvement et le gardiennage des animaux sont bien identifiés :

Différents frais : Taxe mairie : 200 francs CFA / animal qui rentre (payée par le Dioula qui
amène les animaux, versé à l’Etat)
Plus taxes d’emplacement des restaurants, boutiques, marchants…du
foirail

Pâturage : 350 francs CFA / animal / durée de l’opération (versé aux


bergers)
Nourriture sur place (pour les animaux dangereux , NDama, animaux bien
engraissés) : dépend du type de nourriture (payée au commerçants
d’intrants)
Eau : 50 francs CFA / animal / jour (versé à la société d’eau)
Gardiennage (chaque propriétaire a son gardien) : 350 francs CFA /
animal / durée de l’opération (payé au gardien)

Transport foirail – abattoir : 1 200 francs CFA / tête (camion)


1 000 francs / tête (berger)

Frais d’intermédiation : 2 500 à 3 000 francs CFA payés par l’aval (rien
n’est exigé en amont)

Remarque : Les NDamas sont considérées comme dangereuses, elles sont donc toujours
attachées et restent en permanence dans le foirail. Les frais d’alimentation et
d’embarquement en sont ainsi plus élevés.

22242. Les transactions :

Les commerçants sont présents sur tous les marchés où est échangé le bétail. Les
prix d’achat et de revente des animaux sur pied sont fixés à l’estime sans utilisation de
critères objectifs, selon des paramètres, comme nous le verrons dans la partie analyse
économique de la filière, liés à l’animal lui même mais aussi à l’état du marché à l’instant t.

53
Si leur capacité financière le permet, les commerçants vont acheter les animaux au
comptant (25 % des commerçants interrogés payent toujours comptant) mais le plus
souvent, l’achat se fait à crédit, en général sur une partie du prix fixé, que l’intermédiaire
rembourse selon l’accord qu’il a passé avec l’éleveur ou le Dioula ; en général quand il a
reçu le produit de la vente. Pour la vente, 96 % des commerçants de notre échantillon
reçoivent le produit de leur vente soit comptant soit par paiement différé. En général, ce sont
plutôt les bouchers qui prennent systématiquement les animaux à crédit. Les ventes au
comptant concernent plutôt les cessions d’animaux à d’autres intermédiaires ou les animaux
de petits formats (NDama), les zébus étant en général toujours vendus à crédit.

Les commerçants peuvent aussi eux-même accorder des crédits aux éleveurs. En
général ceux-ci ont besoin d’argent lors de la période de soudure. Mais ils n’ont alors que
des animaux maigres à offrir aux commerçants. Si l’éleveur veut vendre en juin par exemple,
le commerçant peut décider d’un prix sur l’animal maigre, avancer l’argent à l’éleveur mais
ne récupérer l’animal qu’en août ou septembre lorsque celui-ci aura gagner en embonpoint
(et ainsi empocher une large plus-value lors de sa vente sur un marché).

Il n’y a pas de règles concernant l’usage du crédit. Celui-ci est géré entre les
différentes parties qui s’entendent de façon tout à fait informelle par rapport aux conditions
de remboursement…Ce système est basé uniquement sur la confiance qui repose sur la
connaissance et les différents liens que les professionnels du bétail entretiennent entre eux.

223.
223. L’importance
L’importance socio-
socio-économique des commerçants au sein de la
filière :

Les différents commerçants de bétail ont une importance socio-économique centrale


au sein de la filière puisqu’ils contribuent à assurer les liens entre les différents acteurs
(notamment entre les pasteurs et entre les professionnels de la viande) et fluidifier les
échanges de bétail.

En outre, par le contrôle des marchés, ils se sont constitués en maillon indispensable
par lequel passer pour vendre du bétail. Les éleveurs, n’ayant qu’un accès limité aux
informations concernant les marchés (en particulier au niveau de l’offre et de la demande et
donc des prix), doivent donc passer par des acteurs qui maîtrisent les cours et qui offrent
une sécurité qu’en au paiement de leurs animaux dans de bonnes conditions.

Enfin, la présence de ces intermédiaires et notamment des Tuteurs s’explique par


l’extrême mobilité des éleveurs qui, de ce fait, ne sont pas en mesure de fournir des
garanties suffisantes sur leurs qualités de propriétaires des animaux. Pour contourner ce
biais pouvant freiner les échanges, les Tuteurs endossent cette responsabilité en valorisant
leur connaissance des rouages des marchés et des acteurs qui y interviennent. Ils
fournissent ce gage lors de leur intermédiation et sécurisent ainsi les conditions de vente et
d’après-vente (A.Wane, 2005).

Les commerçants qui endossent le rôle de Tuteur sont des personnes qui
connaissent bien le marché mais aussi qui sont reconnus par l’ensemble des professionnels.
Sur le marché de Dakar, plusieurs Tuteurs expliquent leur importance « Certains chevillards
ne veulent pas acheter à n’importe qui, moi ils me connaissent, si il y a un problème lors de
la transaction, c’est moi le responsable » (Omar Sow). « Nous connaissons tout le monde ici,
tout ce qui peut être source de problèmes » (Semba BARI).

54
224. Leurs relations avec les autres acteurs :

Sur les marchés de bétail interviennent de nombreux acteurs parmi lesquels l’Etat
(qui fournit l’espace, collecte les taxes…), les différents intermédiaires ou professionnels du
bétail (Dioulas, Tefanke, Tuteurs, Courtiers), les professionnels de la viande (Chevillards,
Bouchers) et les éleveurs.

A première vue, les échanges se font d’acteur à acteur, en fonction de la qualité de


l’offre offerte par l’amont et le type de demande de l’aval. En réalité, ces échanges se font
aussi grâce à des liens étroits et complexes que les acteurs entretiennent entre eux. Ainsi
par exemple, la fonction de Tuteur est exercée par des Dioulas ou des Tefanke entretenant
des liens claniques avec les éleveurs et qui légitime ainsi le fait de se porter garant auprès
des commerçants ou des bouchers à qui ils vont vendre le bétail (A. Wane, 2005).

Par contre, il n’y a apparemment pas de relation de dépendance (hormis pour des
causes financières) entre les différents acteurs. Même au niveau des Tuteurs, les Dioulas ou
les éleveurs peuvent changer d’interlocuteur si les conditions d’échange n’ont pas été
bonnes, ou avoir plusieurs Tuteurs sur un même marché (en particulier pour les Dioulas
importants). Mais cette relation reste en général la plus privilégiée et la plus fidèle que nous
avons pu observer entre les différents professionnels du bétail.

Les commerçants de bétail sont vus par les autres acteurs comme « la bête noire »
de la filière. En interrogeant les éleveurs, nous avons pu voir que les avis étaient partagés.
Les professionnels de bétail sont vus d’abord comme « indispensables », effectuant « un
rôle de banquier », offrant « la possibilité d’avoir de la liquidité » en période de crise, et le fait
de ne « pas avoir besoin de se déplacer » pour les ventes de bétail. Mais les éleveurs
évoquent aussi le fait que les intermédiaires « recherchent toujours les prix les plus bas »,
« profitent des éleveurs qui sont dans le besoin », « sont toujours gagnants » et souvent
qu’ ils ont du faire face à leurs « mauvais coups » (par rapport au remboursement des
crédits…) et à « la corruption » de ces derniers. Certains éleveurs restent très critiques et
déplorent le fait qu’ils sont obligés de vendre à des acteurs qui ne recherchent que leur profit
et profitent de leur situation, notamment pendant la période de soudure (Enquêtes, 2006).

225.
225. Les difficultés pesant sur le commerce de bétail :

Plusieurs difficultés majeures apparaissent dans le secteur du commerce du bétail et


pénalisent l’ensemble de la filière :

Des difficultés liées à la filière locale :

- Les rôles flous et confondus des professionnels du bétail : Il est difficile à première vue de
savoir pour un agent extérieur quel est le rôle de tel ou tel intermédiaire. Cette difficulté s’est
faite ressentir d’ailleurs dans les enquêtes, les acteurs eux-même s’appelant « Tefanke » ou
« Dioula » suivant les situations, et les dénominations n’étant pas les même dans les régions
et à Dakar. De même, un même acteur peut avoir plusieurs rôles. La dominance du secteur
informel au sein même des métiers exercés par les professionnels complexifie ainsi l’analyse
de la filière.

- Le nombre important d’intermédiaires : le secteur n’étant pas réglementé, n’importe qui


peut se lancer dans le commerce de bétail, en particulier pour les Courtiers et les différents
Aides au niveau des foirails qui n’ont pas besoins d’entretenir de liens étroits avec les
commerçants et avoir leurs connaissances pointues du marché. La filière viande est ainsi
caractérisée par un nombre très important d’intermédiaires, empochant chacun sa petite

55
marge, et donc de ce fait, montrés du doigt par les autres acteurs comme la cause principale
de la hausse du prix final de la viande. Ainsi, les prélèvements opérés par les intermédiaires
seraient les plus importants au Sénégal que dans les autres pays sahéliens (étude du
CILSS, 1998).

- Le rôle du crédit : Du fait du manque de liquidité des commerçants, les transactions à


crédit et ses effets de multiplication contribuent à augmenter le prix des animaux échangés,
créent des tensions entre les différents professionnels en cas de retard de paiements, et une
relation de dépendance entre les différents acteurs qui peut être d’ailleurs perçue
négativement comme positivement puisqu’ « elle rend aussi solidaires les différents
éléments d’une chaîne étirée sur des centaines de kms » (V. Ancey, G Monas, 2005).

- La non visibilité des prix sur les marchés pour les acteurs extérieurs et la monopolisation
des informations par les commerçants : Le positionnement des intermédiaires et leur
domination sur les marchés rendent encore plus vulnérables les autres acteurs, en particulier
les éleveurs qui sont obligés de passer par eux et n’ont aucun contrôle sur le déroulement
des échanges.

- Le système d’acheminement : L’acheminement à pied et même en camion à cause l’état


des routes entraîne une perte pondérale importante du bétail. Il cause des problèmes dans
le remboursement des crédits puisque arrivés à Dakar, les animaux en mauvais état sont
négociés à la baisse.

Les difficultés liées au contexte :

- Les importations de bétail des pays voisins : Le dilemme aujourd’hui est de savoir si les
importations de bétail du Mali, de la Mauritanie et du Burkina-Faso sont positives ou
négatives pour la filière nationale. Dans tous les cas, elles ne cessent d’augmenter, en
particulier depuis la crise de la Côte d’Ivoire qui était le débouché privilégié des pays
sahéliens en matière de bétail.

- La porosité des frontières : La porosité des frontières, le manque de points de contrôle et


la corruption régnant dans le secteur rendent difficile l’évaluation précise des flux de bétail
importé. Beaucoup de troupeaux passent illégalement de la Guinée et du Mali au Sénégal, à
l’aide de parents étant basés au niveau des frontières, de la corruption allant jusqu’à
Dakar…Beaucoup d’animaux mauritaniens passent par le Mali pour prendre une identité
malienne avant de venir au Sénégal, bénéficiant ainsi de l’allègement des taxes (par les
accords de l’UEMOA entre le Mali et le Sénégal). Le poste départemental des services
vétérinaires de Kidira a pu nous donner des chiffres par rapport aux troupeaux contrôles
venant du Mali, et rend compte que les importations de bétail sont en grande progression,
surtout les deux dernières années (pour 2005 : 53 698 bovins ont transités par Kidira, sur les
7 premiers mois de 2006 : 45 088 bovins ont passés la frontière) :

56
Figure 14 : Importations de bétail sur pied provenant du Mali passant par Kidira pour les
années 2002, 2003, 2004 et 2006

10000
9000
8000
7000
2002
nb bovins

6000
2003
5000
2005
4000
2006
3000
2000
1000
0

e
ov e
r

ril
s

t
t
ie
ie

in

Se oû
ai

ille

br

br

br
r
ar

Av

ob
M

Ju
nv

vr

em

em

em
A
M

Ju

ct
Ja

éc
pt

D
mois

Source : IDSV de Kidira, 2006

- Concurrence avec l’offre locale : Suivant si l’on est à Dakar ou à Tambacounda, les
réponses par rapport au animaux importés sont très différentes : Alors qu’à Dakar les
importations de bétail sur pied sont vues par les commerçants comme une complémentarité
de l’offre locale, le moyen de réguler l’offre par rapport à la demande et d’avoir des prix
raisonnables : Pour le président de foirail de Dakar, El Hadj Malick NDiaye : « Le bétail
malien et mauritanien n’est pas un frein pour l’élevage au Sénégal qui est trop insuffisant
pour supporter la demande en viande bovine. Si ces animaux n’étaient pas là, le kg de
viande à Dakar passerait à 3000 ou 3500 francs CFA et l’on trouverait des zébus que l’on
échangerait jusqu’à 600 000 francs CFA ». Il note aussi le rôle important du téléphone :
Dans les années 1980 il pouvait y avoir des surplus mais aujourd’hui avec les téléphones
portables, les Dioulas de brousse peuvent avoir à tout moment des informations par leurs
Tuteurs à Dakar et donc savoir quand venir amener leurs animaux lorsqu’il y a de la
demande. Les commerçants de Tambacounda, par contre, expriment les difficultés qu’ils ont,
depuis l’augmentation des importations, à écouler leur bétail sur Dakar : Pour eux le bétail
importé pénalise l’écoulement de leurs propres animaux car les bouchers préfèrent les
animaux de grand format comme les Gobras plutôt que les NDama et le bétail venant de
l’extérieur est en général moins cher que les animaux provenant du pays.

57
23. L’abattage (Chevillards) et transformations secondaires :

231. Fonctionnement et organisation des abattages au Sénégal :

2311. Quelques chiffres :

Tableau 8 : Abattages contrôlés au niveau des différentes régions en 2005

pds pds moyens Production


Régions nb têtes
(tonnes) (kg) viande
Dakar 82 700 12 154 147 44%
Thiès 25 300 3 900 154 14%
Diourbel 13 400 1 541 115 6%
Kaolack 11 500 1 901 165 7%
Fatick 4 300 577 134 2%
Tambacounda 16 200 1 554 96 6%
Kolda 12 600 1 705 135 6%
Ziguinchor 10 000 1 294 129 5%
Louga 9 400 1 159 123 4%
St Louis 12 600 1 736 138 6%
Matam 3 100 391 126 1%
Total 2005 201 100 27 912 139 100%
Total 2004 187 100 26 549 142
Evolution 2004-2005 7% 5% -2%
Source : Rapport annuel DIREL, 2005

Plus de 200 000 bovins ont été abattus et contrôlés au Sénégal en 2005. La région
de Dakar se présente loin devant les autres régions et concentre à elle seule près de la
moitié des abattages du Sénégal.

Figure 15 : Evolution du nombre de bovins abattus à Dakar de 1994 à 2003

100000

80000
nb bovinss

60000

40000

20000

0
année année année année année année année année année année
94 95 96 97 98 99 00 01 02 03
années

Source : Alpha Dianey – SOGAS, 2004

58
Depuis 1994, le nombre de bovins abattus a augmenté. Il est passé de 64 519 à
81 941 en 2003 pour atteindre 82 700 bovins en 2005, soit une progression de 27 % en 11
ans.

Les poids moyens enregistrés des carcasses à Dakar sont aussi en augmentation.
Sur l’année 2005, ils étaient de 147 kg, ils semblent avoir augmentés surtout depuis 2002,
ce qui correspond aux débuts de l’arrivée forte du bétail malien et mauritanien (de meilleure
conformation) sur le marché dakarois.

Tableau 9 : Evolution du nombre et des poids moyens des carcasses enregistrées à Dakar
de 1994 à 2003

Année 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000


nb bovins 64519 62682 72449 76688 75597 74075 70033
Pds (kg) 8475789 8306365 9306751 10151188 9225944 9283704 9579532
pds moyens 131 133 128 132 122 125 137
2001 2002 2003
76291 76670 81941
10766379 11098074 11348999
141 145 139
Source : Alpha Dianey – SOGAS, 2004

Si l’on revient sur les chiffres du tableau 8, la région de Tambacounda ne produit que
6 % de la viande nationale et possède les poids carcasses les plus faible (96 kg en moyenne
pour 2005), du fait d’un cheptel de petite conformation (NDama et Djakore) et de la
mauvaise qualité des animaux présentés en période de fin de saison sèche et de soudure.

Figure 16 : Illustration de la mauvaise qualité des animaux présentés à Tambacounda en


période de soudure

Source : Enquêtes, juin 2006

59
Figure 17 : Evolution sur l’année 2003 des abattages contrôlés dans la région de Dakar

7000
6000
5000
nb bovins

4000
3000
2000
1000
0

oc e

dé bre

e
no bre
r

t
r

in
ril

ai
ie

pt t
br

br
ile
ie

se oû
ar

m
av

ju
nv

em

m
vr

to
ju
m

ve

ce

ja

mois

Source : Alpha Dianey, 2004

Lorsque l’on compare les deux courbes, on s’aperçoit que même à des niveaux
différents, elles se suivent à peu près le long de l’année.

La demande des consommateurs est, de façon générale, constante entre mars et


octobre. Elle va augmenter en fin d’année (période de fêtes), pour diminuer fortement en
février où le pouvoir d’achat des consommateurs s’est trouvé amoindrit et la demande se
tourne vers les petits ruminants pour la Tabaski.

Figure 18 : Evolution sur l’année 2003 des abattages contrôlés dans la région de
Tambacounda

450
400
350
nb bovins

300
250
200
150
100
50
0
oc e

e
no bre
r

t
r

in
ril

ai
ie

pt t
br

br

br
ile
ie

û
ar

m
av

ju

ao
nv

em

m
vr

to
ju
m

ve

ce

ja


se

mois

Source : Rapports mensuels IDSV de Tambacounda, 2003

60
2312. Fonctionnement
Fonctionnement et organisation des structures
d’abattage :

C’est la Société privée de Gestion des Abattoirs du Sénégal (SOGAS), anciennement


société d’Etat (SERAS) qui est chargée de l’abattage du bétail. Elle comptabilise 8 abattoirs
dans l’ensemble du Sénégal.

Dans la région de Dakar, les abattages contrôlés sont effectués dans les abattoirs de
Dakar gérés par la SOGAS (situés dans la commune de Dalifort) et les abattoirs de
Rufisque, gérés par la commune. En général, ce sont les chevillards de Dakar qui abattent
dans les abattoirs de la SOGAS et les petits bouchers abattants-détaillants de Dakar et de la
banlieue qui font abattre à Rufisque, petit abattoir, où les abattages ont lieu la nuit et les
carcasses sont délivrées tôt le matin (sans ressuyage).

Les abattoirs de Dakar sont fonctionnels depuis 1956. Ils sont dirigés par un corps
vétérinaire, des ouvriers qualifiés permanents et des ouvriers temporaires. Le contrôle
sanitaire est ainsi effectué par l’Etat et les services de la DIREL, qui vérifient l’état des
carcasses et des abats.

Les abattages s’y pratiquent la journée, durant 5-6 heures. La chaîne d’abattage doit
normalement avoir une capacité de traitement de 50 bovins / heure mais la vétusté des
installations et le manque de renouvellement du matériel la fait plutôt tourner autour de 30
carcasses / heure. Il y a ainsi entre 200 et 250 bovins qui y sont abattus tous les jours. Les
animaux sont égorgés le cou tourné vers La Mecque, suivant le rite musulman ; sans
endormissement préalable de l’animal. Une fois les carcasses traitées (saignée, dépouille,
ablation de la tête / des abats / des pâtes antérieures, pesée), elles partent au ressuyage
pour au moins 24 heures.

Le gros problème de la filière reste les abattages clandestins. Il ont été estimés par la
DIREL en 1998 à 30 % des abattages contrôlés chez les bovins (la situation est encore pire
chez les petits ruminants et concernerait 45 % des abattages contrôlés). Une partie de ces
abattages concernent les abattages familiaux où les animaux sont tués dans les familles lors
des cérémonies (baptêmes, mariages, circoncision…). Les autres abattages concernent à la
fois des petits abattants qui évoluent autour et à l’intérieur des foirails mais aussi de grands
bouchers qui tuent à l’intérieur de leurs concessions pour compléter la demande en viande
trop grande. Cette pratique est facilité par une clientèle régulière, attirée par les prix très bas
et ignorante des risques qu’elle encoure face à cette viande provenant souvent d’animaux
agonisants ou de mauvaise qualité bouchère (El Hadj Mallah Mahamat, 1994).

232. Rôles et organisation des chevillards :

2321. Caractérisation de l’échantillon de chevillards


enquêtés :

Nous avons pu interroger 7 chevillards, ce qui nous a permis de mieux cerner leur
rôle, leurs méthodes de travail et leur organisation. Ils sont Peulhs (28 %), Wolofs (28 %),
Sérères, Maures ou encore Lébou. 86 % d’entre eux ont étudié au moins jusqu’au CM2 et 43
% ont une ou plusieurs autre(s) activité(s), dans la filière viande ou non.

61
2322.
2322. Leur Rôle et leurs relations avec les autres acteurs de
la filière :

Les chevillards sont principalement présents à Dakar où ils forment un maillon


important sur la longue chaîne d’intermédiaires. Ils s’approvisionnent en bétail au niveau du
foirail de Dakar, parfois même dans les grands marchés tels que Darha ou même jusqu’au
Mali, stockent leurs animaux au foirail, abattent au niveau de la SOGAS et revendent la
viande au niveau de l’abattoir, en gros ou demi-gros aux distributeurs ou au détail au niveau
des particuliers. Ce sont eux qui gardent un certain monopole par rapport aux collectivités
publiques telles que les hôpitaux, les restaurants universitaires, l’armée…

Leur niveau d’activité varie, il peut aller de quelques animaux à une cinquantaine de
bovins abattus par semaine. Après abattage et ressuyage, les carcasses sont vendues dans
la salle de vente dans l’enceinte de l’abattoir, en gros, demi-gros ou détail aux bouchers
détaillants ou aux particuliers.

Les chevillards n’entretiennent pas de relations privilégiées avec les commerçants de


bétail. De même, il n’existe pas de sorte de contrats avec les bouchers. La stratégie des
chevillards semblent d’ailleurs d’être le moins possible dépendants des bouchers, en
particulier les bouchers « indélicats » qui ne remboursent pas leurs achats. Les
approvisionnements en bovins mais surtout les ventes de viande en gros se déroulent en
général à crédit. Ainsi, beaucoup de clients bouchers sont endettés auprès des chevillards et
le crédit joue alors son rôle de dépendance entre ces différents professionnels.

Des jeunes étudiants chevillards ont d’ailleurs monté en 1997 une association,
l’Union des Jeunes Chevillards (UJC) afin de renforcer les capacités des professionnels de
la viande, formaliser le métier de chevillard, améliorer les conditions d’hygiène et la sécurité
des abattages. Aujourd’hui l’association compte 150 membres (composés de chevillards,
découpeurs, tripiers..) avec comme seule condition d’appartenir aux métiers des
professionnels de la viande. Son intérêt est à la fois de former, de faire comprendre aux
professionnels leur rôle et leur poids au sein de la filière. (propos recueillis du président de
l’association, Bassirou NIANG, enquêtes, 2006)

233. Les transformations secondaires :

2331.
2331. Les différents types de produits transformés :

De façon traditionnelle, la viande et les abats peuvent être vendus selon diverses
formes plus ou moins transformées : grillades, soupes…

Les principaux procédés de transformation industrielle et de conservation des


produits issus de viande bovine sont le traitement thermique, le fumage, le salage et le
séchage. Parmi les produits industriels transformés on peut citer :
- le jambon cuit
- le « pressed beef »
- le « luncheon beef meet »
- les saucisses pur bœuf

62
2332. Les acteurs :

Parmi les acteurs de la filière traditionnelle on retrouve :

- Les rôtisseurs (ou dibitiers) : Ils vendent surtout de la viande de petits ruminants mais
peuvent parfois écouler de la viande bovine (4 %)
- Les vendeurs ambulants (de vente en bol, en pousse-pousse…)
- Les tripiers : Ils écoulent le cinquième quartier acheté en gros aux chevillards de la
SOGAS.
- Les restaurants traditionnels

Parmi les acteurs de la filière industrielle, on peut nommer :

- Certaines boucheries modernes qui disposent d’installations leur permettant d’utiliser des
procédés industriels
- Les Industries Agro-Alimentaires (IAA)

24. La distribution (bouchers abattants détaillants ou


détaillants) :

241. L’organisation
L’organisation de la distribution et rôle des acteurs dans les
régions :

Dans les régions, ce sont des bouchers eux-même (sans passer par le maillon des
chevillards) qui achètent l’animal vivant, le font abattre et revendent la viande au détail au
niveau des points de vente. On retrouve les bouchers abattants-détaillants dans tous les
centres de consommation, des plus modestes au plus importants.

2411. Caractérisation de l’échantillon de distributeurs enquêtés :

Nous avons enquêté 11 bouchers à Tambacounda et 2 bouchers au niveau des


villages de Tabanding et Kouthiaba. A Tambacounda la moyenne d’âge des bouchers est de
46 ans. Cette activité est dominée par les Maures à 45 % mais aussi pratiquée par les
Peulhs et les Toucouleurs (18 % chacun), les Wolofs et les Mandingues. En réalité l’activité
de boucher n’est pas dominé (comme c’est le cas pour l’élevage et le commerce de bétail où
les Peuhls sont majoritaires) par une ethnie mais est réservée à la castes des Griots. 91 %
des distributeurs interrogés ne sont pas allés à l’école et 27 % d’entre eux ont une autre
activité, en particulier dans le commerce de bétail.

2412. Organisation de la distribution :

Les bouchers abattants-détaillants de Tambacounda :

La spécificité de Tambacounda est le monopole des Bouchers abattants-détaillants


sur le marché de la viande. Les professionnels de la viande se ravitaillent au foirail de
Tambacounda et souvent dans les Loumos, en général chaque jour, abattent à l’abattoir de
Tambacounda (SOGAS) et revendent au détail au niveau des étals de marchés ou des
quartiers. Le niveau d’activité des bouchers abattants-détaillants de Tambacounda est assez
homogène, autour d’une quarantaine de bovins abattus par mois en moyenne.

L’abattoir de Tambacounda, construit en 1987, reste assez performant, même si les


installations commencent à vieillir et que le matériel n’est pas remplacé. Les chambres

63
froides ne fonctionnent plus donc les bovins sont abattus de nuit et les carcasses sont
directement emmenées au niveau des points de vente où les bouchers disposent seulement
de bacs à glace pour conserver les carcasses et les excédents.

La vente se fait au niveau des étals du marché central de Tambacounda ou des


marchés de quartier de façon traditionnelle, avec des moyens limités. La viande est vendu
sous forme de tas, avec os ou sans os. Les abats sont vendus avec la viande et complètent
la quantité souhaitée (pour 1 kg de viande, il y a 150-200 g d’abats…). Les ménagères
peuvent acheter de 100 g à plusieurs kg, entre 1 400 à 1 600 francs CFA / kg Au marché
central, la viande est vendue le matin ; les bouchers peuvent écouler les excédents dans les
autres marchés l’après midi ou le lendemain, suivant le nombre de places de vente dont ils
disposent.

Les bouchers abattants-détaillants des villages et des Loumos :

Au niveau des villages ou des marchés hebdomadaires, l’activité de boucher


abattant-détaillant est souvent une activité secondaire de personnes exerçant déjà une
fonction dans l’agriculture ou l’élevage, en particulier des Dioulas. L’activité demeure assez
restreinte (5 à 10 bovins / mois), pour satisfaire les besoins quotidiens des villages aux
alentours ou dans le cadre de cérémonies…Pour le cas des Loumos, l’activité des bouchers
est ponctuelle et se limite à une fois / semaine le jour du marché.

Les abattages comme la vente se font de façon traditionnelle, avec des moyens très
restreints. Dans les villages aucun contrôle n’est en général assuré et dans les Loumos, un
agent de l’élevage est chargé normalement de contrôler la qualité des carcasses écoulées.

2413.
2413. Les liens
liens avec les autres acteurs :

Au niveau de Tambacounda, l’ensemble des commerçants de bétail et des bouchers


semble assez soudé. Ils se sont d’ailleurs constitués en association regroupant à la fois
l’association des professionnels du bétail et l’association des professionnels de la viande.

2414.
2414. Les contraintes
contraintes du secteur :

Les principales contraintes au niveau des régions pour la commercialisation de la


viande sont le manque de contrôles (surtout au niveau des villages), et de moyens pour
vendre la viande dans de bonnes conditions et assurer sa qualité. Ce manque est à déplorer
à la fois :

- au niveau de l’abattage : pas de chaîne du froid, pas de renouvellement des installations,


abattages à même le sol dans les Loumos et les villages…
- au niveau du transport des carcasses : A Tambacounda les carcasses sont transportées
en calèche ou en taxi, sans aucune mesure d’hygiène.
- Au niveau des points de vente : les étals de marchés sont souvent mal entretenus, il n’y a
pas de chaîne du froid donc pas de possibilité de conserver les invendus dans de bonnes
conditions.

242. L’organisation
L’organisation des acteurs de la distribution à Dakar :

Les bouchers abattants-détaillants :

A Dakar, la fonction de boucher abattant-détaillant est assurée par des chevillards


ayant des points de vente en ville (le niveau d’activité varie) mais aussi les chaînes de

64
distribution importantes (ex : Belle viande, Damel) qui disposent d’une carte de chevillard
leur permettant d’abattre aux-même. Les quantités d’approvisionnement sont très variables,
de 1 bovin pour deux jours (pour les petits bouchers) à 20 bovins par jour (pour la chaîne
« Belle Viande »).

Ils s’approvisionnent au niveau du foirail ou des marchés importants (surtout à


Dahra), abattent à Rufisque (pour les petits bouchers abattants détaillants) ou à la SOGAS
et revendent en détail au niveau de la ville.
Ils ont des niveaux d’activités très variables.

Les bouchers détaillants :

Les bouchers détaillants sont représentés surtout à Dakar et dans les grands centres
de consommation. Ce sont souvent des professionnels de la viande qui n’ont pas les
moyens financiers ou qui ne souhaitent pas acheter les animaux et assurer la transformation.
Ils achètent la viande à la cheville aux abattoirs et la revendent au détail au niveau de leurs
points de vente.

243. Les différents types de réseaux de distribution :

2431. Caractérisation de l’échantillon de distributeurs enquêtés :

Les enquêtes ont été effectué auprès de 16 distributeurs du centre vile de Dakar et
des banlieues et ont servi à mieux comprendre leur fonctionnement, les dynamiques
d’évolution et comment les caractériser :

- 6 étals de marchés traditionnels (marché Liberté 6, marché Castor, marché Grand Yoff,
marché NDiarène, marché Sahm, marché Zing)
- 1 étal de quartier traditionnel (Pikine)
- 1 étal de marché de type semi-moderne (marché Karmel)
- 1 boucherie semi-moderne (Damel)
- 2 chaînes de distribution de type semi-moderne (Belle Viande et Planet Viande)
- 1 grande surface (Petit’ Score, Liberté 1)
- 3 boucheries modernes (la Boucherie du Djolof, Les trois petits cochons près du marché
Karmel, Top Boucherie au point E)
- 1 importateur de viande et de foie congelés (Keur Mayoro, près du marché Karmel)

2432. Les types de réseaux :

A Dakar, hormis les abattoirs, on retrouve tous les types de boucherie, que l’on peut
classer suivant leur emplacement ainsi que suivant le type de matériel à leur disposition (en
particulier au niveau des systèmes de froid) et enfin du type de produit vendu.

Les boucheries traditionnelles :

- les étals de marchés


- les étals de quartier

Les boucheries modernes :

- les boucheries de type « européennes »


- les supermarchés et supérettes

Les boucheries semi-modernes :

65
- les boucheries de quartier ou marché
- les chaînes de distribution

Les importateurs

Plusieurs critères peuvent servir à les catégoriser :

- La localisation du point de vente qui peut être en centre ville, dans les quartiers ou à
l’intérieur des marchés
- Le système de froid au niveau du point de vente
- Si le produit est vendu en tas de viande (avec ou sans os) ou en découpe moderne
- Si la viande est d’origine locale ou importée (viande sans os congelée)
- Quels sont les clients ciblés (ménages, restaurateurs, collectivités) et quel est leur
pouvoir d’achat
- Quels sont les concurrents directs du réseau de distribution

Tableau 10 : Typologie des différents réseaux de distribution

Boucheries
Etals de Etals de Boucheries
semi- Supermarchés Importateurs
marchés quartiers modernes
modernes
Dakar
Localisation marchés quartiers quartiers Dakar Dakar
quartiers aisés
conservation conservation conservation
inexistant conservation gros
Système de inexistant gros gros gros
conservation conservation
froid (conservation conservation conservation
gros morceaux
morceaux) morceaux morceaux

Type de viande au kg viande au kg


Viande au kg découpe découpe
produits découpe sans os

viande locale
Origine du Viande locale viande
viande locale viande locale viande
produit viande importée importée
importée
ménages aisés
restaurants,
ménages ménages hôtels, Ménages
clientèle ménages aisés
restaurants traditionnels restaurants collectivités Revendeurs
(ambassades,
armée, écoles)

« Belle Viande »
« Belle
Vendeurs ambulants « Belle Importateurs
Concurrence Viande » supermarchés
Importateurs Viande » "fictifs"
Importateurs
SERAS

Source : Enquêtes, 2006

Les abattoirs :

Les consommateurs peuvent venir s’approvisionner directement au niveau des


abattoirs, où le prix est moins cher par rapport aux autres points de vente. Les particuliers
peuvent acheter la viande en demi-gros dans l’enceinte de l’abattoir. A l’extérieur des
abattoirs on trouve aussi beaucoup d’étals traditionnels qui vendent la viande au kg et le

66
cinquième quartier (abats rouges, abats blancs, tripes, pieds). Il y a tous types de ménages
qui viennent s’approvisionner au niveau des abattoirs, en particulier les ménages aisés qui
ont assez d’argent pour acheter en grande quantité (pour la consommation mensuelle de la
famille par exemple) et des moyens de conservation pour la congeler.

Les étals traditionnels :

Les étals de marchés :

Ce sont des espaces aménagés à l’intérieur des marchés pour la vente de la viande
qui est vendue au kg, avec ou sans os, sans conditions d’hygiène favorables. Les bouchers
proposent de la viande issue des abattoirs mais aussi parfois complètent avec de la viande
importée. Certains marchés sont équipés de frigos ou de congélateurs que les distributeurs
utilisent individuellement ou collectivement pour conserver les invendus. Les principaux
clients des bouchers traditionnels sont les ménages de tous revenus et les restaurants
traditionnels. Leurs principaux concurrents sont les autres réseaux de distribution ciblant le
même type de demande mais pratiquant des prix inférieurs : Les abattoirs, les importateurs
de viande congelée, les vendeurs ambulants (qui vendent souvent de la viande issue des
battages clandestins et donc très peu chère) et la nouvelle chaîne de distribution « Belle
Viande ».

Les étals de quartiers :

Ils présentent les mêmes caractéristiques que les étals de marchés, sauf qu’ils sont
situés dans les quartiers, donc plus proche de la population. Les prix peuvent être un peu
plus élevés que sur les marchés et en général, les bouchers qui ne bénéficient pas des
installations des marchés ne possèdent pas de systèmes de froid.

Les boucheries semi-modernes :

Les boucheries semi-modernes sont représentées par les boucheries de quartier ou


les chaînes de distribution. Ces boucheries ont des places de vente dans les quartiers et
disposent de matériel de conservation (frigos, congélateurs, voire étals réfrigérés) permettant
de garantir des conditions d’hygiène meilleures que sur les étals traditionnels. En général,
elles disposent de personnel formé capable de pratiquer la découpe sur commande. Les
bouchers semi-modernes interrogés vendent tous de la viande locale, à tous types de
ménages et de restaurants. Leurs principaux concurrents sont les autres boucheries semi-
modernes, en particulier « Belle Viande », et les importateurs de viande congelée.

Les boucheries modernes :

Présentes dans le centre de Dakar ou dans les quartiers aisés, les boucheries
modernes ont le même mode de fonctionnement que les boucheries européennes. Elle sont
d’ailleurs en général tenues par des européens expatriés ou des sénégalais ayant été
formés en Europe. Ces réseaux de distribution ont tous les équipements nécessaires
(chambres froides, congélateurs, vitrines frigorifiques…) permettant d’assurer la vente de
tous types de morceaux de la meilleure qualité. Les bouchers modernes s’approvisionnent
au niveau de la SOGAS et vendent leurs produits aux ménages très aisés de la capitale
mais aussi au restaurants et hôtels de luxe et à certaines collectivités telles que les
ambassades, l’armée et les écoles françaises par exemple. Les seuls concurrents des
boucheries modernes sont les supermarchés qui se positionnent eux aussi sur le même
marché de niche, un peu élargit à cause des prix légèrement inférieurs qu’ils pratiquent.

67
Les supermarchés :

Les rayons des supermarchés proposent aussi de la viande, qui proviendrait à 70 %


des abattoirs de Dakar (Mankor, 2001) et parfois complétée par de la viande importée. La
majorité des morceaux de la découpe moderne sont proposés. Les grandes et moyennes
surfaces sont localisées principalement en centre vile et l’on retrouve aussi quelques
supérettes dans certains quartiers résidentiels. Cette offre reste tournée vers des ménages
aisés mais la principale concurrence reste « Belle Viande » qui est trop compétitive en terme
de prix.

Les importateurs :

Il existe de gros importateurs de viande congelée (Inde, Canada…) qui achètent peu
cher en grande quantité (140 tonnes de viande et 70 tonnes de foie par an pour Keur Mayo)
puis revendent les morceaux de viande sans os et de foie (par cartons) aux bouchers
détaillants de la ville ou aux particuliers. Ce sont eux qui pratiquent les prix les plus bas sur
le marché, leurs seuls concurrents sont les autres importateurs non spécialisés dans la
viande (petites supérettes…) qui se permettent de brader la viande à des prix défiant toute
concurrence.

244. L’évolution
L’évolution de la distribution et les contraintes du secteur :

A Dakar, le secteur de la viande s’est de plus en plus différenciée par rapport à la


diversification des modes de consommation depuis la montée de l’urbanisation et l’apparition
d’une classe moyenne disposant d’un pouvoir d’achat satisfaisant.

Depuis quelques années, de nouveaux entrepreneurs se sont lancés sur le marché


de la viande pour se positionner entre les boucheries traditionnelles et les boucheries de
types européennes. C’est le cas de boucheries semi-modernes et modernes et des chaînes
de distribution.

La chaîne « Belle Viande » est ainsi l’exemple d’ascension le plus marquant dans ce
secteur : Crée en 2001, elle compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de points de vente
répartis sur la ville de Dakar et en banlieue. Elle possède de nombreux atouts :

- la proximité des clients


- une distribution semi-moderne (camions frigorifiques, boucheries de quartiers…) garante
d’une certaine qualité pour les clients
- des prix défiants toute concurrence, encore moins chers que ceux proposés par les
bouchers traditionnels (le kg de viande se vend de 1 600 à 1 700 francs CFA alors que les
bouchers traditionnels sont à 1 700 – 1 900 francs CFA / kg).

Mais l’apparition de ces grandes chaînes de distribution qui disposent de gros


moyens financiers contribuent à une concurrence « déloyale » surtout par rapport aux petits
bouchers traditionnels qui ne disposent pas d’une marge suffisante pour vendre moins cher.

Les bouchers détaillants font ainsi de plus en plus appel à de la viande importée,
qu’ils payent moins cher mais revendent au même prix que la viande locale sans os.

Les importations contrôlées de viande bovine ont d’ailleurs augmenté ces dernières
années et représentent 30 % des importations totales de viande en 2005, soit 5 904 tonnes.

68
Figure 19 : Evolution des importations de viande bovine par rapport au total des viandes
importées de 2002 à 2005

25 000

20 000
tonnes

15 000
Viande bovine
Total
10 000

5 000

-
année 02 année 03 année 04 année 05
années

Source : Rapport annuel DIREL, 2005

Cette augmentation des importations en viande contribue à casser les prix du marché
et concurrence directement la filière nationale. De plus, de nombreux commerçants
disposant de petites supérettes en profitent pour importer de la viande congelée et la
revendre à des prix bien plus bas que les véritables professionnels de la viande.

25. Les comportements de consommation à Dakar :


Rappelons juste les principaux déterminants de la consommation de viande à Dakar
(Mankor, 2001) :

- Les déterminants économiques :


▪ pouvoir d’achat des ménages
▪ prix de la viande

- Les déterminants socioculturels et démographiques :


▪ taille du ménage
▪ niveaux d’instruction des ménagères
▪ religion, croyances
▪ type de préparations

69
3. L’analyse
L’analyse comptable de la filière :
Pour cette partie, nous avons choisi d’illustrer l’analyse comptable par une simulation
mettant en scène un bovin race Gobra de 400 kg de poids vif avec un taux de rendement
carcasse de 52 %. Cet animal a 10 ans et a été élevé dans un village de la région de
Tambacounda. Il sera échangé dans le Loumo de St Malème puis au niveau de
Tambacounda avant d’être acheminé à Dakar.

31. La construction
construction du prix le long de la filière
filière :

311. Structure des prix :

3111. Structure du prix le long de la filière :

Les prix du bétail évoluent tout au long de la filière. Plus on se rapproche de Dakar,
plus ils augmentent. Les prix d’échange du bétail sont variables puisque fixés à l’estime. Au
niveau des prix au kg de la viande, les prix sont fixes et on observe différents niveaux :

- Le prix de la viande au niveau des villages


- Le prix de la viande au niveau des Loumos
- Le prix de la viande au niveau des villes secondaires
- Le prix de la viande à Dakar

Les prix d’échange du bétail se calent ainsi par rapport aux différents niveaux de
construction des prix de la viande tout au long de la filière.

70
Figure 20 : Evolution des prix de le la viande et du bétail le long de la filière :

Simulation bovin CONSOMMATEURS


Prix / kg viande os
Prix éleveur
Village 230 000 CFA 1 000 F
1 130 F / kg c
+ 4,3 %

Loumos Prix d’échange 1 000-1 200 F


240 000 CFA
1 178 F / kg c

+ 8,3 % Hors ville 1 200 F

Tamba Prix d’échange SOGAS 1 250-1 400 F


260 000 CFA
1 250 F / kg c
1 400-1 600 F
Ville

gros détail
+ 11,5 %
SOGAS 1 350-1 600 F 1 500-1 600 F

Etals traditionnels 1 700-1 900 F

1 600-1 700 F
Belle Viande
Dakar Prix d’échange
290 000 CFA Boucheries quartiers 1 800-2 200 F
1 394 F / kg c Semi-modernes

Boucheries modernes 1 800-2 950 F


poitrine
GMS 1 700F

Brésil, Inde… Importateurs Sans


1 400-1 500 F
os

Source : Enquêtes, 2006

Note : le prix d’échange du bétail au kg est calculé en équivalent poids carcasse

3112. Les prix du bétail :

Décomposition des prix :

- prix à l’éleveur 1 130 F / kg


- prix d’échange au Loumo 1 178 F / kg + 4,2 %
- prix d’échange à Tambacounda 1 250 F /kg + 6,1 %
- prix d’échange à Dakar 1 394 F / kg + 11,5 %

71
De l’éleveur au chevillard, le prix du bétail augmente donc au total de 23 % par
rapport à son prix d’échange initial. Lorsque l’on regarde la décomposition du prix, on peut
voir que plus on avance dans la filière, plus les marges de prix sont importantes.

3113. Les prix de la viande :

Décomposition du prix (au niveau des étals traditionnels) :

- prix au niveau des villages 1 000 F / kg


- prix au niveau des Loumos 1 100 F / kg + 10 %
- prix au niveau villes secondaires 1 500 F / kg + 36 %
- prix à Dakar 1 800 F / kg + 20 %

Le prix de la viande augmente au total de 80 % suivant si elle est vendue au niveau


du lieu de production ou à Dakar. L’augmentation des prix se fait surtout sentir entre les
zones de production et les grands centres urbains comme Tambacounda où le prix a déjà
doublé par rapport aux villages.

3114. Cumul des prix :

Toujours à l’aide de notre simulation, la décomposition des prix d’échange du bovin


sur pied et de la viande :

- prix à l’éleveur 1 130 F / kg


- prix d’échange au Loumo 1 178 F / kg + 4,2 %
- prix d’échange à Tambacounda 1 250 F /kg + 6,1 %
- prix d’échange à Dakar 1 394 F / kg + 11,5 %
- prix de vente au boucher 1 500 F / kg + 7,6 %
- prix de vente au consommateur 1 700 F / kg + 13 %

Lorsque l’on cumule les différents prix d’échange, de l’achat de l’animal vivant à la
vente au kg au consommateur, le prix va augmenter de 50,4 %.

312. Les facteurs


facteurs de variation des prix :

3121. Pour le bétail sur pied :

- Le marché :

▪ Le lieu de transaction : Les prix augmentent sur les différents niveaux de marchés
(villages < marchés primaires < marchés secondaires < marchés terminaux – Dakar).
▪ La saison : Lorsque l’offre diminue, les prix ont tendance à augmenter, c’est le cas
de la période de soudure notamment pour l’ensemble des marchés.

- L’animal échangé :

▪ Le poids
▪ L’état d’engraissement : Plus les animaux sont en mauvais état, plus les prix
diminuent
▪ La race, l’origine : En général, les zébus provenant du Mali et de la Mauritanie sont
moins chers que les races locales (Gobras ou Ndama).

- Le type de finalité : Le prix varie selon le type d’acteur qui va acheter l’animal.

72
▪ Élevage
▪ Commerce
▪ Boucherie

- Le mode de paiement :

▪ Comptant
▪ A crédit

Comme nous l’avons vu précédemment, le crédit informel joue un grand rôle dans les
liens entre les acteurs mais aussi contribue à augmenter le niveau des prix tout le long de la
filière (puisqu’un acteur qui va avoir recourt au crédit va payer son animal beaucoup plus
cher que si il le paye comptant).

Nous pouvons voir sur ce graphique l’évolution des prix de chaque catégorie de bétail
le long de l’année.

Figure 21 : Evolution du prix au poids vif (estimations) des différentes catégories de bétail
échangées le long de l’année sur les Loumos

1200

1000
prix au kg (CFA)

800 taureaux
vaches
600
taurillons
400 génisses

200

0
e

e
no re
r

t
ril

ai

pt t
in

br
ie

ie

br

br
û
ille
ar

b
m
av

ao
ju
nv

em
vr

m
to
m

ju

ve

ce
ja

oc


se

mois

Source : Rapports mensuels IDSV de Tambacounda, 2005

Si on se concentre sur les deux courbes des animaux adultes :

- Pour les femelles (« vaches »), la diminution des prix de avril à août peut s’expliquer par
le mauvais état des femelles présentées sur les marchés en période de soudure (femelles de
réforme ou femelles improductives) qui n’offrent pas un prix attractif. En septembre et
octobre, les femelles présentes sur les marchés auront gagné en embonpoint et
commenceront à mieux se vendre. A partir de novembre, c’est la loi du marché qui oriente
les prix, les animaux sont présents en grande quantité et les prix diminuent pour
réaugmenter en avril à l’approche de la soudure.

- Pour les mâles (« taureaux »), de décembre à mai les prix sont à peu près fixes, ils
diminuent un peu en juin du fait du mauvais état des animaux présentés mais après
augmentent jusqu’en octobre ce qui peut s’expliquer par la présence sur les marchés de

73
mâles embouchés par les commerçants de bétail qui se négocient beaucoup plus cher. En
novembre, les prix baissent du fait de l’offre trop importante par rapport à la demande.

3122. Pour la viande :

- Le marché :

▪ Le lieu de vente : De même que pour le bétail, les prix vont augmenter suivant les
différents niveaux des marchés
▪ La saison : Le prix de la viande évolue aussi en fonction de l’offre, il augmente en
général en période de soudure pour diminuer en saison des pluies lorsque le bétail
est plus abondant et de meilleure qualité.

- Le type de distribution :

▪ Traditionnelle
▪ Semi-moderne
▪ Moderne

Plus les boucheries disposent d’installations « modernes » et notamment de chaîne


du froid, plus elles vont vendre à un prix élevé.

- Le type de produit :

▪ Viande au kg : le prix de la viande au kg est fixe, la différenciation du produit se fait


par la présence ou non d’os uniquement.
▪ Découpe : Dans ce cas, la viande est mieux valorisée et le prix varie selon le type
de morceau acheté.

Figure 22 : Evolution des prix de la viande sur l’année aux différents niveaux

2 100
1 900
1 700
Village
1 500
lieux

Loumos
1 300
Tamba
1 100
Dakar
900
700
500
e

e
e
r

t
r

in
ril

ai
ie

ille

pt t
br

br

br
ie

br
ar

m
av

ju

ao
nv

em

m
vr

to
m

ju

ve

ce

ja

oc

no


se

mois

Sources : Enquêtes, 2006

74
32. Les comptes des différents agents :
Il est difficile de pouvoir réaliser l’étude des marges des différents acteurs,
notamment du fait que les prix d’échanges du bétail ne se font pas au poids mais à vue dans
un système de marchandage entre les acteurs. De même, l’animal peut suivre des circuits
très différents et passer entre les mains de nombreux acteurs.

Figure 23 : Simulation du trajet du bovin

Village

DAKAR

St Malème
Tamba

Eleveur

Dioula village Dioula St Malème

Dioula Tamba Tefanke tuteur

Chevillard Boucher

Source : Enquêtes, 2006

Notre simulation nous permet ainsi de faire les calculs, à l’aide d’un exemple possible
de commercialisation par le circuit long. Entre l’éleveur et le consommateur, l’animal va
passer entre les mains de 3 Dioulas, un Tefanke-tuteur, un Chevillard et un Boucher-
détaillant, sans oublier les frais de 3 transporteurs en brousse et 2 sur Dakar.

75
321. Comptes des agents :

Eleveur L’animal a été élevé dans un village


Charges Produits situé à 60 km de St Malème. C’est un mâle
entretien 30000 vente 235000 adulte de 400 kg poids vif. Un premier Dioula
1130 du village voisin va directement venir l’acheter
Total 30000 Total 235000 à l’éleveur le mercredi (J0) et négocier un prix
Résultat 205000 de 235 000 francs CFA (équivalent à 1 130 F /
kg carcasse)
Dioula Village 3j
Charges Produits
Le Dioula entré en possession de
achat 235000 vente 245000
l’animal va l’entretenir chez lui jusqu’à la
transport 2000 1178 date du Loumo le plus proche, St Malème
entretien 450 (samedi). Il payera alors un berger pour
Eau 450 transporter l’animal (ainsi que les autres
nourriture 0 qu’il veut échanger) jusqu’au marché.
Total 237450 Total 245000
Résultat 7 550

Dioula St Malème 2j
Charges Produits
achat 245000 vente 260000 A St Malème l’animal va être à
transport 1500 1250 nouveau échangé (J+3) et vendu à un
entretien 300 deuxième Dioula qui l’entretiendra 2 jours
Eau 300 puis fera appel à un berger pour le
nourriture 0 transporter à Tambacounda le lundi.
Total 246800 Total 260000
Résultat 13 200

Dioula Tamba 5j + 3j
Charges Produits L’animal sera échangé le
achat 260000 vente 290000 lundi (J+5) à un Dioula de
gardiennage Tamba 1200 1394 Tambacounda qui va choisir de
Eau 500 l’entretenir 5 jours au niveau de
pâturage 500 foirail avant de le convoyer sur
gardiennage 200 Dakar.
transport Tamba-Dakar 6483
Aides Tamba 200 Il sera transporté en camion
camion 5000 (J+10) avec les autres animaux du
laissez-passer 83 convoi (les frais ont été divisés par
aides Dakar 1200 30). Pendant ce temps, le Dioula
effectue le trajet séparément jusque
gardiennage Dakar 850
chez son Tuteur.
eau 150
pâturage 350
A Dakar , après 3 jours
gardiennage 350
d’entretien, l’animal sera revendu le
tegaï tuteur 3000
mardi (J+13) par intermédiaire du
Total 271533 Total 290000 Tuteur à un chevillard.
Résultat 18 467

76
Note : le Tegaï représente les frais d’intermédiation qui sont versés au Tuteur.

Tuteur
Charges Produits Le Tuteur empoche donc le produit
frais dioula 3000 tegaï dioula 3000 de son intermédiation (les Tegaïs versés
tegaï éleveur 3000 par le Dioula et le chevillard) moins les
Total 3000 Total 6000 frais liés à l’hébergement du Dioula.
Résultat 3 000
Après négociation et
versement du Tegaï au Tuteur, le
Chevillard 52%
chevillard fait transporter l’animal
Charges Produits
jusqu’à l’abattoir (J+13). Il devra
achat anl 290000 vente viande 312000 payer les différents frais à
tegaï tuteur 3000 1500 l’abattage (J+14) ainsi que le
vétérinaire 500 vente 5è quartier 21000 laissez-passer vétérinaire (voir le
transport abattoir 1500 foie, cœur 6000 détail des frais à l’annexe 8).
frais abattage 14512 autres abats 15000
taxes / kg 9984 Après abattage, la
ressuyage 832 carcasse sera ressuyée 48h (24h
stabulation 90 obligatoires + 24h payées en plus
timbre (Etat) 150 par le chevillard). La carcasse et
scie, aides… 2000 le cinquième quartier seront
stockage 24h 1456 écoulés le vendredi matin (J+16)
Total 309512 Total 333000 au niveau de la Salle de vente de
Résultat 23488 l’abattoir ; la viande allant à un
boucher détaillant.

12 kg
Boucher détaillant traditionnel pertes Après transport de la
Charges Produits carcasse en voiture, le boucher va
achat viande 312000 vente viande 333200 pouvoir vendre la viande la journée
transport carcasse 1000 1700 du vendredi à Dakar dans son point
salaires 5000 de vente traditionnel. On peut
entretien boucherie 2000 comptabiliser 12 kg de pertes (6 kg
Total 320000 Total 333200 d’os, 4 kg de ressuyage et 2 kg
Résultat 13200 d’invendus…). Il gagnera le produit
de la vente moins les différentes
charges salariales et celles liées à
l’entretien de sa boucherie.

A l’aide de cette simulation, on peut se rendre compte qu’au niveau du commerce de


bétail, ce sont les acteurs qui auront la zone d’emprise la plus grande qui auront le meilleur
résultat. Au niveau de la viande se sont les chevillards ou les bouchers abattants-détaillants
qui pourront gagner le plus mais avec des risques très importants.

77
322. Les différents
différents types de coüts :

Coûts (francs CFA)


Les consommations
Consommations intermédiaires (CI)
intermédiaires comptabilisent plus
Transport 12400 29%
de la moitié des coûts de la filière.
Le transport représentant à lui Entretien animal 2800 6%
seul 29 %. Frais abattage 4878 11%
Entretien boucherie 2000 5%
Les salaires versés aux Total CI 22078 51%
tuteurs et aux vendeurs de Salaires (S)
boucherie comptabilisent 25 % Tuteur 6000 14%
des coûts. vendeurs bouchers 5000 12%
Total S 11000 25%
Les impôts et taxes sont Impôts et taxes (IT)
aussi importants et Transport 83 0,2%
essentiellement composés des Abattage 10134 23%
taxes d’abattage qui représentent Total IT 10217 24%
à elles seules 23 % du total des Total coûts 43295 100%
coûts.
Au niveau des acteurs, les coûts les plus
Coûts par acteurs importants sont supportés pas les éleveurs mais sont
Eleveur 30000 finalement minimes au regard du temps passé par l’animal
Dioula village 2450 sur l’exploitation (3 000 francs CFA / an). Pour les
Dioula St Malème 1800 commerçants de bétail, les charges augmentent avec la
Dioula Tamba 11533 durée d’entretien de l’animal et la longueur et le mode de
Chevillard 19512 transport. Pour les professionnels de la viande, les coûts
Boucher 8000 dépendent des frais d’abattage (pour les chevillards) et
Total 43295 des charges salariales et l’entretien de la place de vente
(pour les bouchers).

323. Marges brutes dégagées :

Marges brutes (MB)


Prix Prix de Après les éleveurs, ce
Acteurs MB
d'achat vente sont les gros commerçants de
Eleveur 0 235 000 235 000 bétail qui dégagent le plus de
Dioula village 235 000 245 000 10 000 marge brute, suivis des
Dioula St Malème 245 000 260 000 15 000 chevillards et des bouchers.
Dioula Tamba 260 000 290 000 30 000 Le commerce de bétail
Chevillard 290 000 312 000 22 000 représente ainsi 56 % de la
Boucher 312 000 333 200 21 200 marge brute dégagée par la
Total 1342000 1675200 333200 filière (hormis les éleveurs).
Total (sans éleveur) 1 342 000 1 440 200 98 200

78
324. Excédents bruts :

Exédents bruts (EB)


Acteurs MB Coûts EB % EB
Eleveur 235 000 30000 205 000
Dioula village 10 000 2450 7 550 10%
Dioula St Malème 15 000 1800 13 200 17%
Dioula Tamba 30 000 11533 18 467 24%
Chevillard 43 000 19512 23 488 31%
Boucher 21 200 8000 13 200 17%
Total 354200 73295 280 905
Total (sans éleveur) 119 200 43 295 75 905 100%

Pour un bovin, l’ensemble de la filière dégage 280 905 francs CFA et à partir du
commerce de bétail, presque 76 000 francs CFA. Pour la filière commerce de bétail –
chevillards - bouchers, Les commerçants de bétail se partagent à peu près la moitié de la
richesse produite, suivie des chevillards (24 % de l’EB) et enfin des bouchers (17 % de l’EB).

Dans ces calculs les flux des autres agents de la filière sont comptabilisés dans les
charges des acteurs principaux mais n’oublions pas que la filière dégage aussi des revenus :

- pour les transporteurs :

▪ berger village - St Malème : 2 000


▪ berger St Malème - Tamba : 1 500
▪ convoyeur Tamba - Dakar : 5 000 (moins les frais d’essence et entretien véhicule)
▪ berger Foirail Dakar – Abattoirs : 1 500
▪ convoyeur carcasse Dakar : 1 000 (moins les frais d’essence)

- pour les gardiens :

▪ berger pâturage Tamba : 500


▪ gardien Foirail Tamba : 200
▪ berger Foirail pâturage Dakar : 350
▪ gardien Foirail Dakar : 350

- pour les aides :

▪ Aides mise en camion Tamba : 200


▪ Aides mise en camion Dakar : 1 200
▪ Aides abattoir : 2 000

- pour les bouchers salariés : 5 000

- pour le Tuteur : 3 000

Soit au total, 23 800 francs CFA

Remarque : Pour simplifier, nous n’avons comptabilisé que les agents de la filière viande
proprement dite. Mais à partir du chevillard, se dégage aussi la filière abats
(tête-pieds-foie-cœur-viscères…) qui fait intervenir plusieurs professionnels dont
les tripiers qui jouent aussi un rôle important, en particulier à Dakar.

79
4. Organisation de la filière :

41. La spécificité organisationnelle de la filière :


La spécificité de la filière viande bovine, caractérisée par la dominance du secteur
informel et des rapports de forces particuliers entre les acteurs est aussi un facteur de
blocage de sa modernisation.

Les rapports de force entre les acteurs se situent des deux côtés de la chaîne, le
crédit informel jouant un rôle central sur les échanges, les relations et les tensions entre les
opérateurs :

- en amont, entre les éleveurs et les commerçants de bétail


- en aval, entre les commerçants et les professionnels de la viande

De plus, les professions des différents métiers de la filière sont peu structurés et
cumulent toutes les difficultés du secteur informel : analphabétisme, non accès au crédit qui
rend tout investissement impossible, absence de fiscalité adaptée...

La SOGAS est la seule société privée en charge de l’abattage. Ses tarifs sont assez
proches de ceux existant dans d’autres pays africains. Mais ils représentent encore un coût
élevé par rapport au service rendu, ceci du au manque d’entretient des installations (les
chambres froides ne sont pas capables de refroidir complètement les carcasses au bout de
24h). De plus, elle est soumise à la concurrence des abattages clandestins ou des sites
d’abattage construis par les mairies mais ne répondant pas au même standards (par
exemple, l’abattoir de Rufisque).

La filière viande bovine est ainsi un secteur où seules prédominent les questions de
volume et de prix.

42. Le rôle de l’Etat et des institutions et l’évolution des


différentes politiques de soutien à la filière :
Le sous secteur de l’élevage au Sénégal est géré par le Ministère de l’Agriculture et
de l’Elevage (MAE). L’exécution de la politique nationale de l’élevage définie par le MAE est
assurée par la Direction de l’Elevage (DIREL) et ses différents démembrements : les
services régionaux (IRSV), les services départementaux (IDSV), le service d’inspection
sanitaire et de salubrité des abattoirs de Dakar.

L’action de l’Etat dans le sous secteur de l’élevage se fait surtout par des projets de
développement. Le Projet Campagne Panafricaine de Lutte contre la Peste Bovine (PARC),
le Projet d’Appui à l’Elevage (PAPEL) et le Projet de Développement des Espèces à Cycle
Court (PRODEC) sont un groupe de projets qui ont pendant longtemps permis de maintenir
une intervention publique notable dans le secteur de l’élevage (Ly, 1999).

L ‘Etat s’est cependant désengagé depuis 1984 de toutes les activités marchandes
des filières productions animales au profit du secteur privé, tout en conservant les fonctions
de service public telles que l’hygiène et le contrôle des denrées alimentaires d’origine
animale. Un projet a d’ailleurs été monté, le Projet d’Amélioration du Contrôle des Denrées
Alimentaires d’Origine Animale (PACDAOA) avec pour objectif l’amélioration de leur qualité.

80
Mais cette politique de désengagement ne semble pas avoir donné les résultats
escomptés. Depuis 1989, la DIREL a mis en place le Système d’Information sur les Marchés
du Bétail et de la Viande (SMB) pour pouvoir réguler le marché à travers la transparence des
prix pratiqués. De même, l’Etat a entrepris depuis 1995 un plan d’opérations (PLANOV IV)
qui vise un assainissement des circuits d’abattage et une amélioration des circuits de
commercialisation et de distribution à Dakar et dans les capitales régionales. Pourtant,
toutes ces actions ayant pour objectif final la mise a disposition des ménages d’une viande
de bonne qualité à des prix abordables, ne semblent pas avoir encore eu des répercussions
perceptibles sur le terrain (MAE, 2000).

Plusieurs autres institutions interviennent aussi dans la filière. Ainsi, conformément à


sa politique de libéralisation, l’Etat a opté pour la création en 1996 de la SOGAS. Cette
société anonyme associe les professionnels de la filière à la gestion des 8 abattoirs
nationaux. Mais comme nous l’avons vu auparavant, ces infrastructures sont caractérisées
par leur vétusté qui a pour conséquence la baisse de la qualité des services offerts et le
développement des abattages clandestins.

Le sous secteur de l’élevage et de ses filières semble donc caractérisé par une
succession de politiques inappropriées, mises en difficulté par un secteur informel difficile à
cerner.

43. Les structures professionnelles :


L’Etat du Sénégal incite aussi les acteurs de la filière a se regrouper afin de mieux
gérer leurs activités. Si les organisations regroupant les producteurs ont commencé à voir le
jour au lendemain de l’indépendance, celles des professionnels de la transformation et de la
commercialisation sont très récentes.

Les organisations professionnelles font partie de la trame des acteurs oeuvrant dans
le domaine de l’élevage au Sénégal. Elles sont présentes dans les discours internationaux et
nationaux et constituent la cible privilégiée des politiques sectorielles et des programmes,
mais elles sont également une référence sur le terrain pour les acteurs locaux. Depuis 1995,
le développement de la dynamique organisationnelle a favorisé la création de comités
interprofessionnels et depuis 2003, leur nombre augmente toujours, avec la création des
Maisons des Eleveurs (MDE) et des Directoire des Femmes en Elevage (DIRFEL) au niveau
régional et local dans le but de synthétiser les différents groupes déjà organisés dans
d’autres structures. Une des missions assignée aux organisations de professionnels de la
filière est de faciliter l’accès au crédit à leurs adhérents pour palier à l’inadéquation du
système du crédit formel. Cette situation a motivé la création en 1988 de la Caisse Nationale
de Crédit Agricole par L’Etat. Elle est le principal pourvoyeur de crédit formel mais ses
interventions restent négligeables dans les principales zones d’élevage.

L‘impact de ces organisations socioprofessionnelles sur la filière est en réalité très


limité, si l’on excepte certains Groupements d’Intérêt Economique (GIE) et L’Association
Nationale des Professionnels du Bétail et de la Viande (ANPROBVS). Ils sont de plus trop
souvent instrumentalisés par les acteurs nationaux et servent plutôt les intérêts d’une
« élite » que leurs membres. En interrogeant les acteurs lors des enquêtes, nous avons pu
observer que peu d’entre eux s’y reconnaissent et connaissent même les objectifs concrets
de ces structures.

Toutes ces contraintes ont pour conséquence un renchérissement du prix de la


viande au consommateur. Jusqu’en 1987, l’Etat a essayé protéger le consommateur en
fixant des prix plafonds à la cheville et au détail mais depuis 1988, les prix ne sont plus
contrôlés.

81
PARTIE 4. Perspectives d’avenir pour la filière
Cette dernière partie a pour objectif de répondre à la problématique posée et
proposer des solutions permettant d’assurer un avenir à la filière viande bovine. Elle se base
sur les références bibliographiques sur le sujet, sur les réponses des acteurs eux-même et
sur une réflexion personnelle. Les principaux atouts et contraintes évoqués tout au long de
cette étude vont être tout d’abord relevés ainsi que les dangers pouvant menacer l’avenir du
secteur bovin viande du Sénégal afin de pouvoir par la suite réfléchir autour de la question
de l’intervention sur cette filière et proposer des solutions adaptées.

1. Identification des atouts et contraintes propres à la


filière :

11. Ses points forts :


Tableau 11 : Les points forts de la filière

Commerce du Commerce Structure Politiques,


Elevage
bétail de la viande économique organisations
• cheptel • liens sociaux • réel • faibles coûts • volonté politique
important, adapté existants entre marché de production existante
et varié les urbain du bétail • privatisations et
• traditions professionnels installations de
pastorales • accessibilité aux professionnels
confirmées zones les plus privés
• situation reculées • personnel
épidémiologique • connaissance et technique privé et
stable maîtrise du public qualifié
• marge marché
d’amélioration des • mise à
systèmes disposition de
liquidités

Source : Enquêtes 2006

La filière bovin viande possède des marges de progression importantes.

Tout d’abord, l’élevage extensif et la confirmation des traditions pastorales permettent


la valorisation de zones difficiles à moindre coût avec plusieurs races adaptées et
résistantes. Le Sénégal a su porter en outre une attention particulière à la couverture
sanitaire de son cheptel avec le contrôle des épizooties et la mise en œuvre d’un système
d’épidémio-surveillance.

Le commerce de bétail est géré par des professionnels qui connaissent très bien les
marchés et entretiennent des relations sociales fortes avec les autres acteurs de la filière. Ils
permettent l’accès aux zones les plus reculées et offrent une mise à disposition de liquidités
aux éleveurs en période difficile.

La filière viande bovine répond à un marché urbain qui tend aujourd’hui à se


diversifier et se développer, avec notamment l’apparition d’une classe moyenne sur Dakar.

82
Enfin, la filière est portée par une volonté politique et la motivation des acteurs de
l’ensemble de la filière. Des professionnels du secteur privé (vétérinaires, commerçants
d’intrants…) commencent à s’installer et la filière dispose d’appuis techniques qualifiés.

12. Ses points faibles :


Tableau 12 : Les points faibles de la filière

Commerce du Commerce de Structure Politiques,


Elevage
bétail la viande économique organisation
• faible • manque de • abattages • accès aux • manque
productivité des liquidités clandestins crédits limité d’organisation et
systèmes • multiplicité des • quasi- • déficit de l’offre de structuration
• faible qualité intermédiaires inexistence • hausse des de la filière et
des produits • rôles non d’unités de prix des acteurs
surtout en formels découpe et de • non visibilité • insuffisance
saison sèche • transport transformation des prix d’infrastructures
• pression difficile • mauvaises de base
foncière • porosité des conditions • insuffisance de
• inaccessibilité frontières sanitaires professionnalisat
aux intrants • absence de ion des acteurs
• risques demande • rôles pervers
sanitaires solvable des OP
• vol de bétail • concurrence • manque de
• enclavement « déloyale » circulation des
de certaines entre les informations
zones de réseaux de • inadéquation
production distribution entre objectifs
• modes de politiques et
capitalisation du réalité
bétail • manque de
coordination des
projets
Source : Bibliographie, Enquêtes 2006

Mais de nombreuses contraintes pèsent encore sur l’ensemble de la filière et


empêchent son efficacité.

En premier lieu, Les performances des systèmes d’élevage demeurent faibles et


l’augmentation de la productivité et de la qualité des animaux est entravée par la pression
réalisée sur les espaces pastoraux, l’inaccessibilité des intrants, les contaminations
sanitaires des cheptels dans les zones de transhumance, le vol de bétail et l’enclavement de
certaines zones de production. La gestion opérée par les éleveurs de tous ces risques,
accentués par la l’inaccessibilité du système financier, est basée sur une capitalisation du
bétail ou le cheptel bovin remplie sa fonction socio-économique de garantie et n’est pas
élevé pour une finalité marchande.

La filière bovin viande est caractérisée, comme nous l’avons vu tout au long de cette
étude, par le nombre important d’intermédiaires dont les professions ne sont pas
réglementées et qui peuvent prendre de multiples rôles. La porosité des frontières rend
difficile le contrôle des flux de bétail et des importations. L’acheminement des animaux à
pied entraîne un perte de temps et de poids des animaux considérable. Les opérateurs,
comme ceux de l’ensemble de la filière manquent cruellement de liquidités ce qui les
poussent à acheter les animaux à crédit.

83
Le secteur de la viande est marqué par les abattages clandestins, qui sévissent dans
l’ensemble du pays, les mauvaises conditions sanitaires du transport de la viande et de sa
conservation et le manque d’unités de transformation et de découpe. A Dakar, les
boucheries traditionnelles sont concurrencées par de nouveaux réseaux de distribution
disposant de gros moyens pour casser les prix. Mais la consommation de viande bovine par
habitant, liée aux faibles pouvoirs d’achat, ne cesse de baisser.

Un des gros problème de la filière est le crédit : Le crédit formel étant inaccessible
pour les acteurs, se met en place un système de crédit informel qui, par ses effets de
multiplication, contribue fortement à l’augmentation des prix tout au long de la chaîne et aux
tensions entre les acteurs. Le déficit de l’offre entraîne aussi une hausse importante des prix
en amont de la filière. Enfin les prix ne sont pas visibles pour tous les acteurs, en particulier
les éleveurs, ce qui freine le développement des échanges.

En dernier lieu, la filière manque d’organisation et de structuration, par rapport au


produit mais aussi et surtout au niveau des acteurs. Les structures de base comme les
abattoirs ne sont pas suffisantes et mal entretenues, ainsi que la formation et la
professionnalisation des acteurs. Il y a un manque de capitalisation des données et de
circulation des informations. Les actions des politiques sont souvent en inadéquation avec
les objectifs et les stratégies des opérateurs et les organisations professionnelles ont montré
leurs effets pervers avec le gaspillage des ressources, le clientélisme, la surpolitisation de
ces groupes et l’exclusion en réalité de la majeure partie des acteurs.

2. Identification des dangers menaçant l’avenir de la


filière :
Tableau 13 : Les dangers pesant sur l’avenir de la filière

Commerce du Commerce de Structure Politiques,


Elevage
bétail la viande économique organisation
• Elevage à • augmentation • substitution / • hausse des • orientations en
double échelle : de la poisson, prix contradiction
intensif / en concurrence / volailles avec les
dehors de la bétail importé • danger des objectifs des
filière importations de acteurs
viande
Source : Enquêtes 2006

Le premier danger que l’on peut soulever dans un avenir proche au niveau de
l’élevage est le développement de deux secteurs, à double vitesse :

- Un secteur où certains éleveurs vont rentrer dans une logique productiviste en privilégiant
l’intensification des systèmes, la production d’animaux de qualité (par l’embouche) en vue
d’approvisionner les villes.
Peu d’éleveurs sont prêts à rentrer dans une telle logique et ont les moyens pour le faire.
Ces actions seront surtout localisées pour les systèmes péri-urbains et les systèmes
agropastoraux proches des grands centres de consommation (région de Dakar et Bassin
arachidier).
- Un secteur restant traditionnellement extensif, des zones pastorales excentrées qui vont
se marginaliser et où l’élevage va être en dehors de la filière principale.

84
Le deuxième danger est la concurrence à la fois du bétail importé et de la viande. Si
les systèmes de production du Sénégal ne sont pas capables d’offrir des animaux de
meilleure qualité, les importations de bétail sur pied vont continuer d’augmenter et il sera
bientôt très difficile de pouvoir écouler du bétail local à Dakar, comme les commerçants des
régions s’en plaignent déjà aujourd’hui. Pour la viande, il est clair que la filière doit être
réactive par rapport aux importations car leur augmentation ces dernières années sur le
marché dakarois ne laisse rien présager de bon et concurrence directement la filière locale
en terme de prix.

Les consommateurs, face aux prix élevés de la viande sur les marchés terminaux , se
tournent vers d’autres produits de substitution. Le report de la demande en viande de
ruminants se fait ainsi principalement sur la viande de volailles.

Enfin, le dernier danger est de recommencer les mêmes erreurs que les politiques
ont fait depuis plusieurs décennies, c’est à dire des orientations de la filière en contradiction
avec les stratégies des acteurs et donc inefficaces.

3. Les perspectives d’actions possibles :

31. Réflexion autour de l’utilité de l’intervention sur la filière


viande bovine :
Cette étude a montré qu’une réaction de la filière viande bovine locale est
indispensable pour rester viable et compétitive. Mais elle a aussi mis en relief les difficultés
qui pèsent sur cette filière : Des difficultés techniques où il est possible d’agir mais surtout
une trame de fond qui est la domination du secteur informel où il est beaucoup plus dur d’y
trouver des solutions.

Malgré que la filière soit à première vue mal organisée de façon formelle, et que sa
lecture reste difficile pour les agents extérieurs, elle est constituée d’acteurs qui ont
néanmoins des rôles bien identifiés, des connaissances approfondies de leur métier et de
leur environnement et qui entretiennent des liens socio-économiques importants. Même si
l’intervention est nécessaire pour redynamiser la filière, Il est semble dur d’agir sur un
maillon de la filière sans déstructurer les autres.

Il est donc difficile d’intervenir sans une restructuration complète de la filière, une
véritable organisation des activités, une clarification et une réglementation des différentes
professions, et la mise en place de systèmes de contractualisation entre les acteurs. Mais le
coût social est tel qu’il est difficile d’imaginer un tel changement.

85
32. Quelques propositions d’actions à mettre en place :
Tableau 14 : Actions à mettre en œuvre pour améliorer la filière

Commerce du Commerce de Structure Politiques,


Elevage
bétail la viande économique organisation
• intensification, • améliorer • segmentation • sécurisation • structuration
embouche l’intégration sur la classe des transferts de de la filière
• disponibilité et sous régionale moyenne risques : micro- • création
accessibilité des • réorganisation • informations crédit d’organes en
intrants des professions sur les marchés • visibilité des main des
• possibilités • « banques » • protéger le prix ? professionnels
d’épargner de bétail marché intérieur • système
• donner de la • réduction de la • sensibilisation d’information
souplesse de chaîne des • renouvellement
fonctionnement d’intermédiaires consommateurs des
• donner un infrastructures
poids de de base
négociation pour • renforcer les
les éleveurs moyens des
• donner la services
possibilité d’être vétérinaires
acteurs dans la • formation
commercialisatio • BDD fiables et
n accessibles
Source : Enquêtes 2006

Pour les éleveurs :

Le premier facteur de blocage est le déficit de l’offre dont fait preuve la filière et en
particulier la décapitalisation faible et de mauvaise qualité du cheptel. Pourtant, comme nous
avons pu le voir dans nos enquêtes, les éleveurs ne sont pas des acteurs passifs mais au
contraire sont prêts à prendre en main la commercialisation de leurs animaux s’ils sont sûrs
d’en tirer profit. L’enjeu aujourd’hui est de pouvoir leur donner un poids de négociation
suffisant par rapport à l’aval de la filière.

Figure 24 : Les difficultés de commercialisation des éleveurs

pouvoir de négociation
7% faible (soudure)
13%
remboursement des
crédits

53% manque de Dioulas,


27% convois

organisation du transport

Source : Enquêtes, 2006

86
Les éleveurs doivent ainsi obligatoirement s’organiser : Des groupements d’éleveurs
peuvent se former sur plusieurs villages et être spécialisés dans la collecte des animaux à
vendre et la négociation avec les Dioulas, ou organiser le transport en commun sur Dakar.
Des contrats peuvent être signés au groupement pour garantir le remboursement des
crédits. Parallèlement à cela, la capitalisation forte du bétail ne peut être réduite tant que le
système financier (banque et assurance) reste rudimentaire, peu fiable et inaccessible pour
la majorité de la population. les projets axent beaucoup les actions sur le crédit mais doivent
aussi proposer des moyens alternatifs à la capitalisation du bétail comme fonction d’épargne
et de garantie.

De ces conditions premières dépendra la volonté des éleveurs à produire des


animaux de qualité, rentables sur le marché. Les enquêtes montrent aussi que les acteurs
sont intéressés par l’embouche mais n’ont pas les moyens nécessaires pour la réaliser ou
les connaissances suffisantes. Elle doit être facilité notamment par l’accessibilité des
intrants. A noter que l’intensification, même sur une petite partie du cheptel renchérie les
coûts de production, et que l’éleveur doit avoir les moyens de les supporter mais aussi être
sûr d’avoir une plus-value finale. Le transport est aussi à prendre en compte. Sur un village
trop excentré loin des routes, l’embouche ne sert à rien car l’animal a le temps de perdre tout
son poids avant d’arriver sur le marché.

Pour les professionnels du bétail :

Même si les intermédiaires de la filière bovine sont nombreux, les commerçants de


bétail sont indispensables pour toutes les fonctions qu’il remplissent. Néanmoins, une
réorganisation des professions est indispensable avec une identification et une
réglementation des rôles de chaque acteur (Dioulas, Tefanke) pour ainsi éviter les
intermédiaires « parasites » de la filière (tels que les courtiers…), qui sont d’ailleurs
positionnés tout au long de la filière.

Figure 25 : Difficultés de travail rencontrées par les Dioulas

marché
6% 3%

21% frais, revente tardive

état, dégradation des anx


49%
mauvaise évaluation des prix
21%
crédits bouchers

Source : Enquêtes, 2006

Nous avons vu en outre que ce sont surtout les commerçants qui embouchent les
animaux en période difficile pour pallier à la mauvaise qualité de l’offre. Les professionnels
du bétail peuvent avoir un rôle complémentaire à ceux des éleveurs et former des
« banques » de bétail où les animaux maigres sont engraissés en vu d’être commercialiser
sur Dakar. La filière bénéficie ainsi des avantages de cette segmentation : des systèmes de
production extensifs performants (faibles coûts de production), une embouche réalisée par
des professionnels disposant de moyens conséquents et à proximité des intrants et des
marchés et la commercialisation des produits de bonne qualité toute l’année.

87
Tout en améliorant l’offre locale, le Sénégal doit profiter de l’intégration sous
régionale qui offre des produits de bonne qualité à des prix raisonnables, tout en contrôlant
les flux à l’aide de bases données fiables et accessibles.

Pour les professionnels de la viande et les consommateurs :

Les professionnels de la viande doivent profiter de l’opportunité du pôle de Dakar et


positionner leurs activités par rapport aux exigences de la classe moyenne émergeante. Des
actions doivent être menées aussi pour faliciter la profession (notamment en améliorant les
conditions de transport, en allégeant les taxes…).

Figure 26 : Problèmes d’approvisionnement des bouchers détaillants de Dakar

13% transport
27%
Fd R, Crédit
20%
prix élevés, taxes…

fêtes
20%
20% offre

Source : Enquêtes, 2006

Le Sénégal aurait intérêt à protéger son marché intérieur, notamment contre les
importations de viande congelée durant le temps où la filière s’adaptera et trouvera des
moyens d’optimiser les prix.

Enfin, l’éradication de la filière parallèle et notamment des abattages clandestins, ne


peut se faire sans une prise de conscience de la demande, par la sensibilisation des
consommateurs par rapport à la qualité et aux dangers sanitaires de consommer des
produits non contrôlés.

Pour la structure économique de la filière :

La mise à disposition du crédit pour les intermédiaires devrait avoir un double


objectif :

- la mise à disposition de liquidités donc une fluidité des échanges et une baisse des prix
causée auparavant par la multiplication des systèmes de crédits informels.
- le transfert des risques en milieu de chaîne. Les acteurs les plus vulnérables sont les
éleveurs qui ne disposent pas de garantie sur le remboursement de leur bétail. Avec l’accès
au crédit, les risques seront transférés aux commerçants.
Il reste à savoir si des organismes ou l’Etat seraient près à accorder des micro-crédits aux
acteurs de la filière. Il semble aujourd’hui que peu d’entre eux soient volontaires à cause du
peut de garantie que les opérateurs peuvent apporter.

La deuxième mesure serait un système de visibilité des prix pour corriger


l’inefficience des marchés. Les acteurs et en particulier les éleveurs n’ont qu’un accès limité
aux informations et la visibilité complète et parfaite des flux pour l’ensemble des

88
professionnels pourrait augmenter l’efficacité des transactions et jouer sur la baisse des prix.
Cependant, cette mesure est compliquée à mettre en place : Il faudrait ainsi que les animaux
soient vendus au poids, donc remettre des bascules sur les marchés (cette mesure avait
déjà été effectuée par l’Etat mais s’est soldé par un échec) et que toutes les transactions
soient notifiées. Enfin, si les éleveurs et les professionnels de la viande ont à disponibilité
ces informations, le rôle de certains intermédiaires perd son utilité, en particulier celui des
Tuteurs. Il convient donc de bien prendre en compte le coût social d’une telle entreprise.

Pour les politiques :

L’ensemble des politiques en appui à l’élevage et aux filières animales doit appuyer la
structuration de la filière en favorisant la création d’organes véritablement aux mains des
professionnels et non plus servant les intérêts d’une élite locale (comme c’est le cas pour les
MDE par exemple). Elles doivent de plus favoriser et rendre accessible la formation pour
l’ensemble des acteurs.

Les informations (des IDSV…) doivent être capitalisées et être rendues accessibles,
et les services vétérinaires doivent disposer de moyens conséquents pour pouvoir réaliser
leur mission dans de bonnes conditions (en particulier dans les zones excentrées).

L’Etat doit enfin investir dans la construction et la rénovation des infrastructures de


base nécessaires à la filière (foirails, abattoirs, étals de boucherie…). Des projets sont
d’ailleurs en cours dans cet objectif.

33. Vers une filière intégrée :


La réalisation de la première partie du stage dans la région de Tambacounda a
soulevée une problématique : celle de pouvoir commercialiser directement de la viande sur
Dakar. Il serait intéressant en effet de pouvoir commencer dès à présent à valoriser la
production des régions et « court-circuiter » la chaîne d’intermédiaires du circuit long en
vendant directement aux professionnels de la viande à Dakar.

Plusieurs conditions sont nécessaires à respecter si l’on veut un jour pouvoir


commercialiser de la viande abattue sur Tambacounda en direction de Dakar :

- Garantir l’approvisionnement en quantité et qualité et surtout assurer un


approvisionnement régulier. C’est à dire devoir segmenter les activités :
• contractualiser les éleveurs par groupement pour l’achat de leurs animaux
▪ emboucher les animaux en période de soudure (cette étape peut être réalisée par
les Dioulas)

- Garantir le respect des normes sanitaires le long de la chaîne, c’est à dire réfectionner les
chambres froides au niveau de l’abattoir de Tambacounda, assurer le transport frigorifique
des carcasses sur Dakar.
▪ voir le coût d’une telle entreprise
• l’état de la route (entre Tambacounda et Kaolack) rend pour l’instant « impossible »
le passage et l’entretien d’un camion frigorifique

- Maintenir des prix compétitifs : La différence entre le prix à la SOGAS de Tambacounda


et de Dakar est de l’ordre de 100-150 francs CFA / kg, comment donc réaliser une marge
suffisante avec les coûts qu’une chaîne de froid implique ?

- Trouver des partenaires sur Dakar pour l’écoulement des carcasses :

89
• Si l’on vend aux Chevillards, Il sera nécessaire pour eux de disposer du cinquième
quartier qui se valorise très bien à Dakar, d’où la nécessité d’avoir à Tambacounda et lors du
transport des équipements nécessaires au nettoyage et au stockage du cinquième quartier.
• Si l’on vend aux bouchers traditionnels, le prix devra être attractif et donc moins
cher que la viande proposée par les chevillards de la SOGAS.
• Si l’on vend aux bouchers modernes, leurs exigences vont se tourner surtout vers la
qualité sanitaire et la traçabilité du produit.
• Si l’on vend directement aux consommateurs (de préférence aux collectivités), on
risque de se heurter au monopole des chevillards par rapport aux principales collectivités de
Dakar.

La commercialisation de viande des régions semble ainsi difficile. Par contre, en


interrogeant les réseaux de distribution sur Dakar, ceux qui disposent de moyens
conséquents (boucheries modernes, chaînes de distribution) voudraient tous détenir
l’ensemble de la filière. S’ils sont très exigeants en terme de qualité de viande et donc
préfèrent abattre eux-même à la SOGAS, ils sembleraient intéressés pour passer des
contrats avec des producteurs capables de leur fournir de la viande de qualité tout au long
de l’année. Ce débouché semble être une piste d’amélioration intéressante réalisable dans
un avenir proche.

90
Conclusion :
La filière viande bovine du Sénégal est source d’échanges nationaux et sous-
régionaux importants. Dakar constitue le pôle d’attraction de la demande en viande et
l’ensemble des flux commerciaux de bétail sont organisés et dirigés vers la capitale.

L’étude du circuit long de la filière a permis d’identifier un ensemble où prédomine le


secteur informel, tant en terme d’activités que de flux. Mais les acteurs sont néanmoins très
organisés, et bien que complexes, remplissent des rôles et des fonctions bien définis.

Le principal goulet d’étranglement de la filière est la présence d’intermédiaires jouant


sur l’opacité des prix et leur domination sur le marché pour se constituer en maillons
indispensables pour la commercialisation du bétail et de la viande. Les prix au
consommateur sont élevés et la viande reste un produit inaccessible de façon régulière à
l’ensemble de la population.

Il n’y a pas encore réellement d’organisations de professionnels déléguées pour la


commercialisation, les transactions se font d’acteur à acteur, sans relation de fidélité. Le
crédit joue en outre un rôle très important dans les liens entre les acteurs et sur
l’augmentation des prix tout au long de la filière.

Enfin, le marché de Dakar est un marché en évolution, ce qui laisse supposer des
changements futurs pour l’ensemble de la filière, avec notamment l’apparition de nouvelles
structures de distribution et le danger des importations de viande congelée sur la filière
locale.

Les perspectives de l’ensemble de la filière bovin viande semblent difficiles


aujourd’hui mais elle possède pourtant de nombreux atouts et une marge de progression
importante qui laissent présager un avenir positif si des mesures adéquates sont prises.

Bien qu’une restructuration complète du secteur semble nécessaire afin d’assainir,


d’organiser, de segmenter les rôles et surtout diminuer le prix de la viande ; Il semble difficile
d’intervenir sans pénaliser certains acteurs. Il reste donc aujourd’hui à trouver des solutions
permettant de garantir l’approvisionnement en viande en quantité et qualité, à moindre coût,
tout en apportant un gain pour l’ensemble des professionnels de la filière.

Nous avons ainsi proposé des solutions d’intervention permettant en particulier aux
éleveurs d’avoir un poids de négociation plus important face à l’aval de la filière, de faciliter
l’accès au crédit des professionnels afin de diminuer les prix et transférer les risques, de
réglementer les professions, protéger le marché de viande locale et accompagner la filière
par des actions en adéquation avec les stratégies des acteurs.

L’enjeu actuel est la segmentation des activités et l’intégration de l’ensemble des


acteurs vers un même objectif. L’ensemble des régions du Sénégal, en particulier les régions
les plus excentrées doivent trouver des solutions pour revaloriser leur offre en bétail et ne
pas être petit à petit marginalisées.

91
Annexes :
Table des annexes :

Annexe 1 : Identification de l’échantillon d’éleveurs enquêtés (Enquêtes, 2006)

Annexe 2 : Décomposition des cheptels et flux commerciaux de bovins dans l’échantillon


d’éleveurs enquêtés (Enquêtes, 2006)

Annexe 3 : Prix moyens des bovins vendus pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés
(Enquêtes, 2006)

Annexe 4 : Types de bovins vendus pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés (Enquêtes, 2006)

Annexe 5 : Période de vente des bovins pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés (Enquêtes,
2006)

Annexe 6 : Identification et typologie de l’échantillon des différents commerçants enquêtés


(Enquêtes, 2006)

Annexe 7 : Volume d’activité et fond de roulement de l’échantillon des commerçants


enquêtés (Enquêtes, 2006)

Annexe 8 : Frais d’abattage au niveau de Dakar (Enquêtes, 2006)

Annexe 9 : Avantages et inconvénients de chaque race et leurs présence sur les marchés
(Enquêtes, 2006)

92
Annexe 1 : Identification de l’échantillon d’éleveurs enquêtés

Activités
Id Village Nom Age Ethnie Etudes extra-agricoles Foyer
EK1 Komoty Ibrahima Pathe Bah 41 Peul CE1 Commerce-Tefanke 13
EK2 Komoty Thierno Soumane BAH 48 Peul Non Marabout-Imam 39
EK3 Komoty Amirou BAH 50 Peul Non non 13
EK4 Komoty Omar MBO 38 Peul CE2 Mécanicien-Guide 36
EK5 Komoty Semba Gay Sidi BAH 60 Peul Non non 8
EK6 Komoty Ibrahima Abdoulaye BAH 54 Peul Non non 37
EK7 Komoty Demba BAH 49 Peul Non Mécanicien 16
EK8 Komoty Djidel DIALLO 22 Peul Non Boulanger-Photographe 16
EK9 Komoty Abdoulaye BAH 29 Peul Non Tefanke-Boucher 12
EKe1 Kenetio P Dibi DIALLE 30 Peul Non Gardien campement 6
EKe2 Kenetio P Mamadou Saliou SOIRE 63 Peul Non non 13
EKe3 Kenetio P Mamadou BOYE 61 Peul Non Maitre école coranique 12
EKe4 Kenetio P Djibril DIALLO 35 Peul Non Maitre école coranique 11
EKe5 Kenetio P El Hadji Sadio DIALLO 71 Peul non non 80
EKe6 Kenetio P Mamadou Korka SOIRE 70 Peul non non 11
EKe7 Kenieto D El Hadji Bemba DIABY 70 Djaranke non non (retraité commerce) 23
EKe8 Kenieto D Ousmane DIABY 37 Djaranke non Maitre école coranique 5
Etab1 Tabanding Hamidou DIAGOURAGA 46 Soninke non non 14
Etab2 Tabanding El Hadji Demba SAKHONE 64 Soninke non non 30
Etab3 Tabanding Oumar CAMARA 48 Soninke non non 48
Etab4 Tabanding Soulemane CAMARA 49 Soninke non non 45
Etab5 Tabanding Lassana BA 30 Soninke non non 40
Etab6 Tabanding Idrissa MARENA 54 Soninke non Forgeron 16
Etab7 Tabanding Abdoulaye MARENA 67 Soninke non non (retraite France) 17
Etab8 Tabanding Seydou TOURE 27 Soninke CM2 Electricien 6
EKou1 Kouthiaba Magett NGOM 66 Wolof non Commerce 32
EKou2 Kouthiaba Magew BA 55 Peul non non 12
EKou3 Kouthiaba Ndourou Walndi SANE 54 Peul non Tailleur 18
EKou4 Kouthiaba Birane BOYE 69 Wolof 5ème non 12
EKou5 Kouthiaba Assane NDIAYE 69 Wolof non Commerce 18
Source : Enquêtes, 2006

93
Annexe 2 : Décomposition des cheptels et flux commerciaux de bovins pour l’échantillon
d’éleveurs enquêtés

Cheptel Flux commerciaux


Id Bovins Ovins Caprins Equins Asins Race bovins Bovins
achats ventes Prix total
EK1 40 15 10 1 1 Ndama 0 0 0
EK2 40 2 20 1 1 Ndama 1 1 0
EK3 90 0 4 0 0 Ndama 0 7 590 000
EK4 74 5 26 0 1 Ndama+1gobra M 4 3 -100000
EK5 20 0 5 0 0 Ndama 0 5 287 500
EK6 100 10 6 0 5 Ndama-Métis 0 8 470 000
EK7 55 12 6 0 1 Ndama 0 9 560 000
EK8 30 0 25 0 0 Ndama 5 0 -600 000
EK9 121 20 4 1 1 Ndama 0 35 660 000

Moyennes 63,3 7,1 11,8 0,3 1,1 1,1 7,6 207500


min 20 0 4 0 0 0 0 -600000
Max 121 20 26 1 5 5 35 660000

EKe1 8 0 1 0 1 Ndama 0 0 0
EKe2 10 0 0 0 1 Ndama 0 1 100 000
EKe3 28 0 0 0 0 Ndama 0 0 0
EKe4 18 0 5 0 2 Ndama 0 1 50 000
EKe5 60 0 0 0 0 Ndama 0 6 150 000
EKe6 85 0 0 0 0 Ndama 0 3 240 000
EKe7 20 14 0 0 1 Ndama 0 1 100 000
EKe8 10 3 0 0 0 Ndama 0 1 85 000

Moyennes 29,9 2,1 0,8 0 0,6 0 1,6 90625


min 8 0 0 0 0 0 0 0
Max 85 14 5 0 2 0 6 240000

Etab1 60 4 6 1 1 Ndama 0 14 850 000


Etab2 30 6 4 2 1 Ndama 0 0 0
Etab3 13 3 2 3 2 Ndama 0 1 75 000
Etab4 39 13 19 3 2 Ndama 0 4 430 000
Etab5 10 1 2 2 1 Ndama 0 4 525 000
Etab6 56 0 10 2 0 Ndama 0 0 0
Etab7 20 10 3 1 1 Ndama 1 0 -100000
Etab8 26 7 3 4 4 Ndama 0 0 0

Moyennes 31,8 5,5 6,1 2 1,5 0 2,9 222500


min 10 0 2 1 0 0 0 -100000
Max 60 13 19 4 4 1 14 850000

EKou1 60 25 25 4 0 Métis 0 0 0
EKou2 37 12 8 2 1 Métis 0 7 450 000
EKou3 33 28 15 3 2 Métis 0 4 315 000
EKou4 46 52 17 3 1 Ndama + 2 métis 1 0 -150 000
EKou5 0 14 5 4 0 0 0 0

94
Moyennes 35,2 26,2 14,0 3,2 0,8 0,2 2,2 123000
min 0 12 5 2 0 0 0 -150000
Max 60 52 25 4 2 1 7 450000

Moyenne 41,3 8,5 7,7 1,2 1 0,4 3,8 166250


Min 0 0 0 0 0 0 0 -600000
Max 121 52 26 4 5 5 35 850000
Source : Enquêtes, 2006

Note : Les chiffres au niveau de l’éleveur K9 doivent contenir une erreur, non identifiée

Remarque : Au niveau des races, il n’y a que le village de Kenieto qui possède des NDama
de race pure. Sur les villages de Komoty et Tabanding, les éleveurs disent posséder des
NDama mais en réalité leurs animaux sont presque tous métissés même si les races
présentent sont très proches des taurins NDama en terme de conformation.

95
Annexe 3 : Période de vente des bovins pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés

saison sèche soudure saison des pluies saison sèche


Id Mois jan fev mars avril mai juin juill août sept oct nov déc
EK1
EK2 décembre
EK3 juillet-octobre
EK4 octobre
EK5 janv-décembre
EK6 janvier-juin
EK7 décembre-mai
EK8
EK9 janvier-juin
EKe1
EKe2 mars-avril
EKe3
EKe4 décembre
EKe5
EKe6 décembre
EKe7 décembre
EKe8 mai
Etab1 mai
Etab2
Etab3 mars
Etab4 octobre,décembre
Etab5 novembre
Etab6 ? ?
Etab7 ? ?
Etab8
EKou1
EKou2 mars
EKou3 avril , juin
EKou4
EKou5
Source : Enquêtes, 2006

96
Annexe 4 : Types de bovins vendus pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés

Types d'animaux
♀ ♂ total
Id génisses 5-10 ans 11-15 ans > 15 ans taurillons 5-10 ans > 10 ans
EK1 0
EK2 1 1
EK3 3 4 7
EK4 2 1 3
EK5 2 4 6
EK6 4 4 8
EK7 2 7 9
EK8 0
EK9 20 15 35
EKe1 0
EKe2 1 1
EKe3 0
EKe4 1 1
EKe5 0
EKe6 3 3
EKe7 1 1
EKe8 1 1
Etab1 14 14
Etab2 0
Etab3 1 1
Etab4 2 2 4
Etab5 4 4
Etab6 7 7
Etab7 1 1
Etab8 0
EKou1 0
EKou2 7 7
EKou3 2 1 1 4
EKou4 0
EKou5 0
Source : Enquêtes, 2006

97
Annexe 5 : Prix moyens des bovins vendus pour l’échantillon d’éleveurs enquêtés

Prix moyen / animal


♀ ♂
Id génisses 5-10 ans 11-15 ans > 15 ans taurillons 5-10 ans > 10 ans
EK1
EK2 50 000
EK3 90 000 80 000
EK4 100 000 100 000
EK5 57 500 57 500
EK6 58 750
EK7 57 500 65 000
EK8
EK9 9 250 31 667
EKe1
EKe2 100 000
EKe3
EKe4 50 000
EKe5
EKe6 80 000
EKe7 85 000
EKe8 100 000
Etab1 60 714
Etab2
Etab3 75 000
Etab4 75 000 140 000
Etab5 93 788
Etab6 ABATTAGE
Etab7 DON
Etab8
EKou1
EKou2 64 286
EKou3 87 500 70 000 70 000
EKou4
EKou5
Source : Enquêtes, 2006

98
Annexe 6 : Identification et typologie de l’échantillon des différents commerçants enquêtés

Autres
Id Base Nom Age Ethnie Anc activités Espèces
Dioulas villages 1
IKot1 Village (Kothiary) Sadou DIALLO 40 Peul 10 non Bov-PR
IKot2 Village (Kothiary) Abdou THIONGANE 52 Wolof 10 éleveur Bov
IKot3 Village (Kothiary) Semba DIALLO 25 Peul 4 non Bov
IKot4 Village (Kothiary) Baïdy DEMBELE 30 Peul 10 boucher Bov
IKot5 Village (Kothiary) Ibrahima BA 34 Peul 8 éleveur Bov-PR
ISM3 Village (St Malème) Demba SOW 52 Peul 20 agriculteur Bov-PR
>
ISM4 Village (St Malème) Thiabel BA 67 Peul 30 non Bov
Dioulas villages 2
ITh1 Village (6 Thiokoye) Oumar TOURE 50 Peul 20 agriculteur Bov
Mamadou Salif
ITh2 Village (7 Thiokoye) DIALLO 50 Peul >15 agriculteur Bov-PR
Village (20
ITh3 Thiokoye) Alpha DIALLO 24 Peul 4 agriculteur Bov-PR
IP1 Village (45 Payar) Batche BA 56 Peul 33 agriculteur Bov
agriculteur-
IP2 Village (7 Payar) Sara BA 42 Peul 16 éleveur Bov
IP3 Village (22 Payar) Omar SOW 52 Peul 20 éleveur Bov
IP4 Village (Ribot?) Semba Bouya BAH 55 Peul 30 agriculteur Bov-PR
agriculteur-
IP5 Vilage (reg Matam?) Amadou Bocar SOW 36 Peul >10 éleveur Bov-PR
IP7 Village (30 Payar) Souleymane BAH 49 Peul 25 agriculteur Bov-PR
Dioulas marchés 1
ISM1 St Malème Demba BA 43 Peul >20 non Bov
ISM2 St Malème Idriss SAMBOSSO 49 Peul >21 non Bov-PR
IP6 Payar Amadou KA 40 Peul 7 agriculteur Bov
Dioulas marchés 2
>
IKe1 Kedougou Ousmane NDIAYE 74 Peul 30 non Bov-(PR)
IKe3 Kedougou Abdou FALL 45 Toucouleur 8 boucher Bov-(PR)
Dioulas marchés 3
>
IT1 Tamba Demba Sille DIA 64 Peul 30 non Bov-(PR)
IT2 Tamba Amadou DIA 32 Peul 13 non Bov-PR
IT3 Tamba Dewrou DIOUM 42 Peul >20 non Bov
IT4 Tamba Demba DIOUM 50 Toucouleur 25 bois Bov-PR
IT5 Tamba Omar BA 39 Peul 18 commerce Bov-(PR)
IT6 Tamba Mohamed CISSE 22 Peul 1 non Bov-PR
Dioulas Dakar
médiateur
IKe2 Dakar Cheikh KA 27 Peul 12 terrain Bov-PR
Source : Enquêtes, 2006

99
Annexe 7 : Volume d’activité et fond de roulement de l’échantillon des commerçants
enquêtés

Total
Id
V activité (an) FdR
Dioulas villages 1
IKot2 3-4 à 8-10 /mois 70 125 000
IKot3 6-12 / mois 108 50 000
IKot4 10 / mois 120 300 000
8 / mois + 25
625 000
IKot5 emb 121
IKot1 6-20 / mois 144 125 000
ISM3 15-20 / mois 204 200 000
ISM4 25 / mois 300 300 000
moyenne 152 246429
Dioulas villages 2
ITh2 6-10 / mois 96 450 000
IP3 12 / mois 144 1 000 000
IP2 15 / mois 180 1 000 000
ITh3 15-20 / mois 204 500 000
IP1 40 / mois 480 300 000
IP5 45 / mois 540 1 500 000
IP4 50 / mois 600 3 000 000
IP7 60 / mois 720 600 000
ITh1 80 / mois 960 550 000
moyenne 436 988889
Dioulas marchés 1
IP6 20-25 / mois 276 1 000 000
ISM2 30 / mois 360 4 000 000
ISM1 75 / mois 900 500 000
moyenne 512 1833333
Dioulas marchés 2
IKe3 6 anx / sem 288 ?
IKe1 5 à 50 / mois 360 1 750 000
moyenne 324 1750000
Dioulas marchés 3
IT6 15-20 / mois 216 250 000
14 000
IT5 35 / mois 420 000
IT1 40 / mois 480 5 500 000
IT3 40 / mois 480 1 000 000
20 000
IT4 100 / mois 1200 000
IT2 80 / mois 960 5 500 000
moyenne 626 7708333
Dioulas Dakar
IKe2 200 / mois 2400 6 000 000
Source : Enquêtes, 2006

100
Annexe 8 : Frais d’abattage au niveau de Dakar

Taxes Abattage
taxe abattage 48 F /kg
Stabulation 90 F / tête
Ressuyage (CF) 4 F / kg
Timbre fiscal ~ 150 F / tête
Stockage en plus 7 F / kg / h
Fente carcasse 500 F
Scie 500 F
Aides transport 500 F
Inspection vétérinaire 500 F / carcasse
Source : Enquêtes, 2006

101
Annexe 9 : Avantages et inconvénients de chaque race et leurs présence sur les marchés

Elevage Commerce bétail Commerce viande


Races
+ - + - + -
RC : 48/52%
Gobras docilité Viande
goûteuse
RC : 45/50%
Agressivité Petites
Trypano- Viande
NDama Estimation carcasses
tolérance tendre
poids difficile Pbs
conservation
RC : 48/54%
Maures docilité Viande
goûteuse
Source : Enquêtes, 2006

102
Bibliographie :
Actes du séminaire sur l’étude des contraintes au développement des productions animales
en Afrique Sub-saharienne, cahier n°3 de l’EISM, 1997.

Bilan de la recherche agricole et agroalimentaire au Sénégal, ISRA / ITA / CIRAD, 1964-


2004.

Compétitivité des productions animales en Afrique subsaharienne et à Madagascar, Jean


Pierre BOUTONNET, 2000

Contribution à l’étude de la filière viande bovine pour l’approvisionnement de la région de


Dakar, thèse vétérinaire soutenue par Abakar El Hadj Mallah Mahamat, 1994.

Diagnostic et recommandations sur les filières animales, PASA, Rapport de fin de mission –
Phylum, 2003.

Etude des déterminants de la consommation urbaine en viandes en Afrique de l’ouest :


l’exemple de Dakar, thèse ENSA soutenue par Adrien MANKOR, 2001

Etude sur la filière viande dans la région de Kolda , CAMAD Consulting group, juin 2004.

L’analyse des filières laitières, Guillaume DUTEURTRE, Papa Nouhine DIEYE, Mian
Oudanang KOUSSOU, Réseau de recherche et d’Echange sur les Politiques laitières, série
« note méthodologique ».

La filière bétail viande, Analyse et propositions de développement, DIREL, 1994.

Le pastoralisme au Sénégal, entre politique « moderne » et gestion des risques par les
pasteurs, Véronique ANCEY, Geaorges MONAS , revue Tiers Monde n° 184, 2005.

Les organisations d’éleveurs et de pasteurs au Sénégal, Dorly CASTANEDA, 2005

Marchés de bétail du Ferlo et comportements des ménages pastoraux, Abdrahmane WANE,


2005.

Note stratégique pour la filière élevage, Rapport de consultation FAO-DAKAT, Cheikh LY


(version provisoire), 2003.

Présentation de la région de Tambacounda, Service régional de la statistique à


Tambacounda, 2003.

Rapport du service régional de la statistique sur l’élevage, Service régional de la statistique à


Tambacounda, 2005.

Rapports annuels, DIREL, 2004.


Rapports annuels, DIREL, 2005.

Rapports mensuels, IDSV de Tamba , années 2005.


Rapports mensuels, IDSV de Tamba , années 2006.

Rapports mensuels, IDSV de Pikine, année 2005.


Rapports mensuels, IDSV de Pikine, année 2006.

103
Situation économique régionale de Tambacounda, Service régional de la statistique à
Tambacounda, édition 2004.

104
Résumé
Résumé :

La filière bovin viande du Sénégal est aujourd’hui encore mal connue et manque de
données fiables et chiffrées. Elle demeure complexe et dominée par le secteur informel ainsi
que la multiplicité des acteurs et de leurs rôles. Pourtant, dans un environnement ouvert et
face à la concurrence émergeante, une analyse approfondie de l’organisation complète de la
filière est indispensable pour trouver les moyens d’action à mettre en œuvre pour assurer sa
viabilité.

Ce mémoire s’appuie sur l’étude du circuit long de la filière, du bassin de production


de Tambacounda à Dakar, principal pôle de consommation. Il vise à comprendre
l’organisation de la filière et le rôle de chaque acteur, proposer une analyse comptable et
étudier l’impact des différentes politiques de soutien à cette filière. De dégager quels sont les
dangers qui la menacent aujourd’hui et d’être enfin capable de proposer des solutions
permettant de l’optimiser et d’assurer sa viabilité et sa pérennité.

Mots-clef : Sénégal – Filière bovine – Acteurs – Organisation – Systèmes d’élevage –


Commerce de bétail – Viande – Prix – Difficultés – Perspectives

Summary :

The Senegalese beef industry is still relatively unknown and undocumented. It


remains complex, informal and small-scale with numerous partners and intermediaries. A
detailed analysis of the whole sector is indispensable to ensure its viability in the new context
of free trade and competition.

This paper is based on the study of the long distribution channel from the production
basin of: Tambacounda to Dakar, the main market, and it attempts to describe the activity’s
structure, the role of the different partners, the financial situation and the impact of a range of
aid policies for the industry. It also identifies potential dangers and suggests solutions to
optimise efficiency and the chances of its long-term survival.

Key-words : Senegal – Cattle industry - Partners - Organization - Breeding systems –


Cattle trade - Meat - Prices - Difficulties - Perspectives

Resumen :

La hilera bovino carne de Senegal es mal conocida todavía hoy y falta de datos
fiables y cifrados. Permanece compleja y dominada por el sector informal así como la
multiplicidad de los actores y de sus papeles. Sin embargo, en un medio ambiente abierto y
frente a la competencia émergeante, un análisis aprofundizado de la organización completa
de la hilera es indispensable para encontrar los medios de acción que pone en ejecución a
piojo.

Este informe se apoya en el estudio del circuito largo de la hilera, del estanque
de producción de Tambacounda a Dakar, principal polo de consumo. Pretende comprender
la organización de la hilera y el papel de cada actor, proponer un análisis contable y estudiar
el impacto de las diferentes políticas de sostén de esta hilera. De soltar cuáles son los
peligros que lo amenazan hoy y con ser capaces por fin de proponer soluciones que
permiten

Palabras-llaves : Senegal - Hilera bovina - Actores - Organización - Sistemas de


ganadería – Comercio de ganado - Carne - Precios - Dificultades -
Perspectivas

105