Vous êtes sur la page 1sur 20

37 Poutres et Planchers continus

Chapitre 3
Poutres et Planchers continus

Eléments de béton armé


38 Poutres et Planchers continus

3.1. Introduction
L’objectif de cette partie est de présenter les méthodes de calcul des sollicitations (moment fléchissant et
effort tranchant) dans les poutres et planchers continus. Comme nous le verrons, ces méthodes sont
adaptées au matériau béton arme puisqu’elles prennent en compte les capacités d’adaptation et le
phénomène d’amortissement du béton arme.

3.2. Particularités liées au Béton Armé

3.2.1 Rappel de Resistance des Matériaux


Une poutre continue est une poutre reposant sur plusieurs appuis successifs pour former un système
hyperstatique.
La continuité de la poutre se traduit par:
 Une continuité des déformations, et notamment des rotations.
 Des moments sur appuis non-nuls permettant d'assurer cette continuité.
La résolution du système pour une poutre élastique peut être conduit par l’utilisation de la formule des
trois moments (ou méthode de Clapeyron) qui fournie n-2 équations reliant les moments sur appuis (ou n
est le nombre d’appuis), qui permet:
 Déterminer les moments sur appuis Mw et Me à partir de la continuité des rotations.
 Déterminer les équations du moment fléchissant et de l'effort tranchant le long de la poutre.
Chaque travée peut être étudiée séparément comme une poutre isostatique soumise à deux moments a ces
extrémités, comme indique sur la Figure 3.1.

Figure 3.1 : Principe de résolution d’une poutre continue.


.
Le théorème de superposition permet alors de résoudre ces trois chargements (chargement sur la travée
considérée isostatique et moments à l’appui gauche et à l’appui droit) séparément, on obtient le moment
fléchissant et l’effort tranchant :
𝑥 𝑥
𝑀(𝑥) = 𝑚(𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − ) + 𝑀𝑒 3.1
𝑙 𝑙
𝑀𝑒 − 𝑀𝑤
𝑉(𝑥) = 𝑣(𝑥) + 3.2
𝑙 2
𝑞𝑙 𝑞𝑥
Moment isostatique de la travée considérée : 𝑚(𝑥) = 2 𝑥 − 2
𝑑𝑚(𝑥) 𝑞𝑙
𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 𝑖𝑠𝑜𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒: 𝑣(𝑥) = 𝑑𝑥 = 2
− 𝑞𝑥
𝑉(𝑥) = 0 permet de calculer le moment max en travée considérée

Eléments de béton armé


39 Poutres et Planchers continus

3.2.2 Rappels sur le théorème des 3 moments (formule de Clapeyron)

3.2.2.1 Présentation de la méthode


Les sollicitations le long d’une poutre continue M(x) et V(x) peuvent se calculer travée par
travée en isolant chacune d’elles et en incluant leurs efforts aux appuis (moments de continuité)
dus à cette continuité.
i-1 i i+1
ai-1 ai ai+1
li
𝑀𝑖−1 𝑀𝑖
Travée de référence
i
isostatique
ai-1 𝜔𝑖′ 𝜔𝑖′ ′ ai li

Figure 3.2 : Schéma de calcul travée de référence.

Les sollicitations sont 𝑚(𝑥)𝑖𝑠𝑜 et 𝑣(𝑥)𝑖𝑠𝑜, les moments de continuité sont notés Mi-1 et Mi
Les rotations de la travée i sont notées 𝜔𝑖′ pour l’appui gauche et 𝜔𝑖′′ pour l’appui droit.
On commence par déterminer les moments sur appuis :
𝑏𝑖 𝑀𝑖−1 + (𝑐𝑖 + 𝑎𝑖+1 )𝑀𝑖 + 𝑏𝑖+1 𝑀𝑖+1 = 𝜔′𝑖+1 − 𝜔′′𝑖
𝑙𝑖 3.3
𝑎𝑖 = 2𝑏𝑖 = 𝑐𝑖 = = 𝐶𝑠𝑡𝑒
3𝐸𝐼𝑖
𝐼𝑖 : Moment d’inertie de la travée 𝑙𝑖

𝜔𝑖+1 𝑒𝑡 𝜔𝑖′′ rotations sur l’appui ai des travées de références encadrant cet appui

Autant d’équations que d’appuis intermédiaires. Ensuite les sollicitations sont obtenues en
utilisant l’équation 3.1 et 3.2 pour chaque travée.

3.2.2.2 Exemple de calcul


q
a0 lEI a1 EI a2
l

Sachant que M1 et M3 en appui & et 3sont nuls, le théorème des 3 moments nous permet d’écrire
que : 𝑞𝑙 2
3 3
𝑞𝑙 𝑞𝑙 4
𝑏𝑀0 + (𝑐 + 𝑎)𝑀1 + 𝑏𝑀2 = 𝜔2′ − 𝜔1′′ = − −
24𝐸𝐼 24𝐸𝐼
𝑙 𝑙 𝑞𝑙 3 𝑞𝑙 2
𝑑𝑜𝑛𝑐 ( + ) 𝑀1 = 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑀1 = − 9𝑞𝑙 2
3𝐸𝐼 3𝐸𝐼 12𝐸𝐼 4
3𝑞𝑙 128 5𝑞𝑙
Calcul des sollicitations
8
Pour la travée 1 : en appliquant les équations 3.1 et 3.2 : 8
3𝑞𝑙 𝑞𝑥 2 5𝑞𝑙
Moment dans la travée : 𝑀(𝑥) = 𝑥−
8 2
𝑑𝑀(𝑥) 3𝑞𝑙 8
𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 ∶ 𝑉(𝑥) = 𝑑𝑥
= 8
− 𝑞𝑥
Effort normal est nul : N=0 3𝑞𝑙
𝑅0 = 𝑅2 =
3𝑙 2
9𝑞𝑙 8
𝑉(𝑥) = 0 𝑞𝑢𝑎𝑛𝑑 𝑥 = 𝑒𝑡𝑀𝑚𝑎𝑥 = 5𝑞𝑙
8 128 𝑅1 =
4

Eléments de béton armé


40 Poutres et Planchers continus

3.2.3 Phénomène d’adaptation du béton armé


La continuité d’une poutre engendre des moments négatifs sur appuis. On doit donc se poser la
question du comportement du béton armé vis-à-vis de cette continuité.

Pour comprendre le phénomène d’adaptation, nous allons étudier les modes de ruine et les
sollicitations correspondantes de trois poutres en béton armé de même section brute et de même
portée l, et armées par la même section d’acier A0

1-dans le premier cas de figure (poutre 1 de référence), on considère une poutre isostatique sur
deux appuis simples, soumise à l’action d’une charge concentrée P appliquée à mi-portée et a
ses armatures à la partie inférieure. On augmente ensuite la charge P jusqu’à rupture de la poutre.
Elle se comporte comme deux poutres isostatique adjacentes par la création de la rotule plastique
𝑃 𝑙
au milieu. A la rupture on a une charge P=Pu et le moment correspondant 𝑀𝑢 = 4𝑢 ,

a: modèle de poutre b : mode de chargement c : mode de rupture (mécanisme)

Figure 3.3 : Mode de rupture de la poutre de référence.

2- La poutre 2 a le même ferraillage que la première, mais elle est encastrée à ses extrémités.
Lorsque l’on augmente la charge P, On a une fissuration des appuis. La première plastification se
manifeste à l’encastrement, la poutre continue à se déformer jusqu'à apparition de la rotule
plastique à mi travée et on retrouve le comportement de la poutre isostatique étudiée
𝑃𝑢 𝑙
précédemment. A la rupture le moment 𝑀𝑢 = .
4

a: modèle de poutre b : fissuration des appuis c : mode de rupture (mécanisme)

Figure 3.4 : Mode de rupture de la poutre 2.

On prend la même poutre bi-encastrée, la section d’armatures A0 est placée en fibre supérieure,
on a une fissuration au milieu de la poutre qui travaille ensuite comme deux consoles nez à nez.
La poutre retrouve le même mécanisme de rupture de la poutre initiale. A la rupture le moment
𝑃𝑢 𝑙
𝑀𝑢 = 4

a: modèle de poutre b : fissuration à mi travée c : mode de rupture (mécanisme)

Figure 3.5 : Mode de rupture de la poutre 3.

Eléments de béton armé


41 Poutres et Planchers continus

En comparant ces 3 essais, on conclue que la charge de rupture (identique dans les 3 cas) ne
dépend que de la section d’aciers A0 correspondant au fonctionnement isostatique (sur deux
appuis simples), indépendamment de la position de ces aciers.
D’une manière plus générale, on est assuré d’avoir une marge permettant un transfert partiel de
moment des appuis vers la travée, ou réciproquement, sans que ce transfert compromette la
sécurité vis à vis de la rupture en adoptant :

𝐴𝑤 + 𝐴𝑒
𝐴𝑡 + ≥ 𝐴0
2
Si l’on multiplie cette inégalité par zb x σst , il vient
puisque l’on a M = A.zb.σst

𝑀𝑤 + 𝐴𝑀𝑒
𝑀𝑡 + ≥ 𝑀0
2
Figure 3.6 : Ferraillage de principe de la poutre continue.

La fissuration des sections les moins armées permet une redistribution des moments qui diffère
de celle donnée par la théorie de la résistance des matériaux, c’est le phénomène d’adaptation
du béton armé.
Par exemple, dans le cas d’une poutre continue à plusieurs travées, s’il y a fissuration sur appui
(aciers en face supérieur), le moment réel repris par l’appui sera inférieur au moment théorique
calculé par la méthode des 3 moments. Dans ce cas, la redistribution des efforts fait qu’il y aura
une augmentation du moment en travée.

Figure 3.7 : Diagramme du moment avant et après redistribution.

3.2.4 Phénomène d’amortissement


Le béton armé est un matériau qui flue. C’est à dire qu’il continue à se déformer au cours du temps même
si la charge reste constante. Cette déformation de fluage est loin d’être négligeable pour le béton arme
puisqu’elle peut représenter jusqu’à trois fois la déformation instantanée, pour une charge constante et un
temps infini.
Pour les poutres continues, le fluage entraine que l’amortissement est beaucoup plus rapide que pour une
poutre élastique. Par conséquent, on supposera que le moment sur un appui ne dépend que des charges
supportées par les deux travées adjacentes de l’appui considéré, comme indique sur la Figure 3.7.

Eléments de béton armé


42 Poutres et Planchers continus

Figure 3.8 : Comparaison du moment fléchissant dans le cas de la théorie de la RDM et dans le
cas du béton armé.
3.3 Méthodes propres aux BA

En fonction de l’intensité des charges d’exploitation, les méthodes simplifiées de calcul


suivantes sont proposées :
 La méthode forfaitaire (annexe E.1 du BAEL) pour les éléments supportant des charges
d’exploitation modérées, décrites ci-après.
 La méthode de Caquot (annexe E.2 du BAEL) pour les éléments supportant des charges
d’exploitation élevées décrite dans le chapitre suivant.
 La méthode de Caquot minorée (Annexe E.2 du BAEL).

3.3.1 Méthode forfaitaire (Annexe E.1)

3.3.1.1 Conditions d’application

La méthode forfaitaire de calcul des planchers à charge d’exploitation modérée s’applique pour
déterminer les moments sur appui et en travée, si les conditions sont vérifiées.
a. Les charges d’exploitation sont modérées c’est-à-dire où :
qB = somme des charges variables,
g = somme des charges permanentes,
𝑞 ≤ 500𝐾𝑔𝑓/𝑚2
Vérifient : { 𝐵
𝑞𝐵 ≤ 2𝑔
2. La fissuration ne compromet pas la tenue des revêtements ni celle des cloisons,
3. les moments d’inertie des sections transversales sont identiques le long de la poutre des différentes
travées,
4. Les portées vérifient les rapports suivants :

𝑙𝑖 𝑙𝑖
0.8 ≤ ≤ 1.25 0.8 ≤ ≤ 1.25
𝑙𝑖−1 𝑙𝑖+1

3.3.1.2 Principe de la méthode – Adaptation

La méthode consiste donc à déterminer des moments sur appuis, Mw et Me, et des moments
entravée Mt grâce à des fractions fixées forfaitairement de la valeur maximale du moment

Eléments de béton armé


43 Poutres et Planchers continus

fléchissant Mo dans la travée de référence (c'est-à-dire considérée isolée et isostatique).

3.3.1.2 Calcul des moments


1-Evaluation des moments isostatique pour chaque travée i
𝑝𝑖 𝑙𝑖2
𝑀0𝑖 =
8
Pi=1.35g+1.5qB en état limite ultime
Pi=g+qB en état limite de service
𝑞
2-Evaluation du paramètre α : 𝛼 = 𝑔+𝑞𝐵
𝐵

3-Valeurs minimales des moments Mt, Me et Mw pour chaque travée

a-Calcul des moments en appui :


La valeur absolue de chaque moment sur appui intermédiaire doit être au moins égale à :
 0.6M0 pour une poutre à deux travées,
 0.5M0 pour les appuis voisins des appuis de rive d’une poutre à plus de deux travées,
 0.4M0 pour les autres appuis intermédiaires d’une poutre à plus de trois travées.
b-Calcul des moments en travées :
 Mt ≥ (1 + 0.3 α)M0 /2 dans une travée intermédiaire,
 Mt ≥ (1.2 + 0.3 α)M0 /2 dans une travée de rive.
 Poutre a deux travées
0.6 max(M ,M )
Ma < 0
0 ou 0.15M01 01 0 ou 0.15M02
01

1.2+0.3𝛼 0.15M01 1.2+0.3𝛼


𝑀𝑡1 ≥ 𝑀01 𝑀𝑡2 ≥ 𝑀02 Mt > 0
2 2

 Poutre a plus deux travées


0 ou 0.15M01 0.5 max(M01,M02) 0.4 max(M02,M03)
0.15M01
1.2+0.3𝛼 0.15M01 1+0.3𝛼 1+0.3𝛼
𝑀𝑡1 ≥ 𝑀 01 𝑀 𝑡2 ≥ 𝑀02 𝑀𝑡3 ≥ 2 𝑀03
2 2

Pour chaque travée les valeurs des moments en travée Mt et sur appui Mw et Me doivent vérifier :

Mw + Me (1 + 0.3α)M0i
Mti + ≥ max {
2 1.05M0i

Ce qui se traduit par le schéma suivant :

Eléments de béton armé


44 Poutres et Planchers continus

Remarque
Dans le cas où l’appui de rive est solidaire d’un poteau ou d’une poutre, il convient de disposer
sur cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer un moment Ma1 ≥ -0,15 M0.

Mode opératoire
Dans la pratique, on prend la valeur minimale des moments sur appui Mw et Me (en valeur
absolue), puis on calcule Mt par les formules des moments.

3.3.1.3 Arrêt des barres

Lorsque les trois conditions suivantes sont réunies : q ≤ g, les charges sont reparties et les moments sur
appui sont pris à leur valeur absolue minimale (valeurs adoptées), il est alors possible de déterminer de
façon forfaitaire la longueur des chapeaux et l’arrêt des barres, comme indique sur la Figure 52.

Figure 3.9 : Arrêt des barres forfaitaire.

Lorsqu’il n’est pas possible de réaliser l’arrêt forfaitaire des barres, il faut tracer la courbe
enveloppe des moments fléchissant (voir la méthode de Caquot).

3.3.1.4 Effort tranchant

L’effort tranchant est donné pour chaque travée analytiquement par la formule suivante :
𝑝𝑖 𝑙𝑖
𝑣(𝑥) = − 𝑝𝑥
2
𝑀𝑒𝑖 − 𝑀𝑤𝑖 𝑝𝑙 𝑀𝑒𝑖 − 𝑀𝑤𝑖
𝑉𝑖 (𝑥) = 𝑣𝑖 (𝑥) + 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 0 𝑉(𝑥) = +
𝑙𝑖 2 𝑙 3.4
𝑝𝑙 𝑀𝑒𝑖 − 𝑀𝑤𝑖
{ 𝑝𝑜𝑢𝑟 𝑥 = 𝑙, 𝑉(𝑥) = − +
2 𝑙
L’effort tranchant aux appuis peut être déterminé de façon forfaitaire comme indiqué sur la
figure suivante :

Figure 3.10 : Valeur forfaitaire de l’effort tranchant.

Eléments de béton armé


45 Poutres et Planchers continus

En notant V0i : l’effort tranchant sur les appuis de la travée isostatique de référence i.

3.3.1.5 Exercices de cours

Exercice 1 : Poutre continue à deux travées inégales

Calculer les moments fléchissants sur appuis et


en travées selon la méthode forfaitaire :

-la section de la poutre est supposée constante,


-la fissuration est considérée non préjudiciable

1-Etapes de calcul
a-vérification des conditions d’utilisation de la méthode forfaitaire
 L’inertie est constante
 La fissuration est non préjudiciable
 Les conditions des charges sont supposées verifiées
𝑙
 Vérification du rapport des travées :0.8 ≤ 𝑙 𝑖 ≤ 1.25
𝑖+1
𝑙2 7.5
= = 1.25 la méthode forfaitaire est applicable
𝑙1 6
𝑃 𝑙2
b- calcul des moments isostatiques : 𝑀0𝑖 = 𝑢𝑖8 𝑖
pour la travée 1 : 𝑀01 = 36.00𝑘𝑁. 𝑚
pour la travée 2 : 𝑀02 = 56.25𝑘𝑁. 𝑚
c- calcul des moments en appuis
Moment sur appui intermédiaire : 𝑀𝐵 ≥ max 0.6(𝑀01 , 𝑀02 )
𝐴𝑁: 𝑀𝐵 = 33.75 𝑘𝑁. 𝑚
Moment sur appui de rive : on considère 𝑀𝐴 = 𝑀𝐶 = 0
d- calcul des moments en travée :
Il faut pour chaque travée satisfaire les inégalités suivantes :
1.2+0.3𝛼 1
pour la travée 1: 𝑀𝑡1 ≥ 𝑀 01 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼 = , 𝑀𝑡1 ≥ 0.65𝑀01 = 23.40 𝑘𝑁. 𝑚
2 3
𝑀 +𝑀 𝑀𝐵
Et on doit verifier : 𝑀𝑡1 + 𝑤12 𝑒1 ≥ max(1.05, (1 + 0.3𝛼)) 𝑀01 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑀𝑡1 ≥ (1.10𝑀01 − )
2
𝑀𝑡1 ≥ 22.72 𝑘𝑁. 𝑚 , on prend alors 𝑀𝑡1 = 23.40 𝑘𝑁. 𝑚
1.2+0.3𝛼 1
pour la travée 1:𝑀𝑡2 ≥ 𝑀02 𝑎𝑣𝑒𝑐 𝛼 = 3, 𝑀𝑡2 ≥ 0.65𝑀02 = 36.56𝑘𝑁. 𝑚
2
𝑀 +𝑀 𝑀𝐵
on doit verifier : 𝑀𝑡2 + 𝑤22 𝑒2 ≥ max(1.05, (1 + 0.3𝛼)) 𝑀02 𝑠𝑜𝑖𝑡 𝑀𝑡2 ≥ (1.10𝑀02 − )
2
𝑀𝑡2 ≥ 45.00 𝑘𝑁. 𝑚 on prend alors 𝑀𝑡2 = 45.00 𝑘𝑁. 𝑚
e- Calcul de l’effort tranchant
Travée 1 :
𝑃 𝑙1 𝑀 −𝑀 𝑃 𝑙1 𝑀 −𝑀
𝑉𝑤 = 𝑢12 + 𝑒 𝑙1 𝑤 et 𝑉𝑤 = − 𝑢12 + 𝑒 𝑙1 𝑤 soit :
𝑉 = 19.28 𝑘𝑁 𝑉 = 33.37 𝑘𝑁
{ 𝑤1 et { 𝑤2
𝑉𝑒1 = −28.73 𝑘𝑁 𝑉𝑒2 = −26.62 𝑘𝑁

Résumé des résultats

Travées Moment en (kN.m) Efforts tranchants (kN) Effort normal(kN)


𝑀𝑤 𝑀𝑡 𝑀𝑒 𝑉𝑤 𝑉𝑒 N
1 -5.40 23.40 −33.75 19.28 -28.73 0
2 −33.75 45.00 -8.44 33.37 -26.62 0

Eléments de béton armé


46 Poutres et Planchers continus

Diagrammes des sollicitations :

a-Diagramme du moment (kN.m) b-Diagramme de l’effort tranchant (kN)

Figure 3.11 : Diagrammes des sollicitations.

Exercice 2 : Poutre continue à trois travées inégales :


Déterminer les moments de flexion sur appuis et en travées par la méthode forfaitaire.

Etapes de calcul :

1-Etapes de calcul
a-vérification des conditions d’utilisation de la méthode forfaitaire
𝑙
 Vérification du rapport des travées :0.8 ≤ 𝑙 𝑖 ≤ 1.25
𝑖+1
𝑙2 7.00 𝑙 6.00
= 5.60 = 1.25 , 𝑙3 = 7.00 = 0.857 la méthode forfaitaire est applicable
𝑙1 2
𝑃 .𝑙2
b- Calcul des moments isostatiques : 𝑀0𝑖 = 𝑢𝑖8 𝑖 , 𝑃𝑢 = 1.35𝐺 + 1.5𝑄 𝐴𝑁 𝑃𝑢 = 12𝑘𝑁/𝑚
Pour la travée 1 : 𝑀01 = 47.04 𝑘𝑁. 𝑚
Pour la travée 2 : 𝑀02 = 73.50 𝑘𝑁. 𝑚
Pour la travée 2 : 𝑀03 = 54.00 𝑘𝑁. 𝑚
c- Calcul des moments sur appuis
Moment sur appuis intermédiaires : 𝑀𝐵 ≥ max 0.5(𝑀01 , 𝑀02 ) 𝐴𝑁: 𝑀𝐵 ≥ 36.75 𝑘𝑁. 𝑚
𝑀𝐶 ≥ max 0.5(𝑀02 , 𝑀03 ) 𝐴𝑁: 𝑀𝐶 ≥ 36.75 𝑘𝑁. 𝑚
Moment sur appui de rive : théoriquement 𝑀𝐴 = 𝑀𝐷 = 0 un moment de construction de
0.15𝑀0𝑖 est pris en considération.
d- calcul des moments en travées :
Travée1 Travée2 Travée3
𝑄 1 1.2+0.3𝛼 1+0.3𝛼
𝛼= 𝐺+𝑄
= 2
, 2
= 0.675, 2
= 0.575, 1 + 0.3𝛼 = 1.15 ≥ 1.05
1.2 + 0.3𝛼 1 + 0.3𝛼 1 + 0.3𝛼
𝑀𝑡1 ≥ 𝑀01 = 31.75𝑘𝑁. 𝑚 𝑀𝑡2 ≥ 𝑀02 𝑀𝑡3 ≥ 𝑀03
2 2 2
𝑀𝐵 𝑀𝐵 + 𝑀𝐶 𝑀𝐶
𝑀𝑡1 ≥ (1.15𝑀01 − ) = 35.72𝑘𝑁. 𝑚 𝑀𝑡2 ≥ (1.15𝑀02 − ) 𝑀𝑡3 ≥ (1.15𝑀03 − )
2 2 2
On retient : 𝑀𝑡1 = 35.72 𝑘𝑁. 𝑚 𝑀𝑡2 = 47.80 𝑘𝑁. 𝑚 𝑀𝑡3 = 43.73 𝑘𝑁. 𝑚
𝑉𝑤1 = 27.04 𝑘𝑁 𝑉𝑤2 = 42.00 𝑘𝑁 𝑉𝑊3 = 12.75 𝑘𝑁
𝑉𝑒1 = −33.60 𝑘𝑁 𝑉𝑒2 = −42.00 𝑘𝑁 𝑉𝑒3 = −0.125 𝑘𝑁
N=0

Eléments de béton armé


47 Poutres et Planchers continus

a-Diagramme du moment (kN.m) b-Diagramme de l’effort tranchant (kN)

Figure 3.12 : Diagrammes des sollicitations.

3.3.2 Calcul des poutres par la méthode de Caquot (Annexe E.2)


3.3.2.1 Domaine d’application

La méthode proposée par Albert Caquot, s’applique pour le calcul des poutres supportant des
planchers dont les charges d’exploitation sont relativement élevées : Q > 2G ou Q > 5 kN/m².
C’est le cas par exemple pour les bâtiments industriels et entrepôts. Elle s’applique également
quand l’une des trois conditions (a, b et d) qui délimitent la méthode forfaitaire n’est pas remplie
(Inerties variables ; différence de longueur entre les portées supérieure a 25% ; fissuration
préjudiciable ou très préjudiciable).

3.3.2.2 Principe de la méthode


La méthode tient compte :
 de la variation du moment d’inertie due aux variations de la largeur de la table de
compression.
 de l’amortissement de l’effet des chargements des poutres en BA
La méthode consiste à calculer les moments sur appuis d’une poutre continue en considérant
uniquement les travées qui encadrent l’appui considéré. Cette méthode est donc une « méthode
de continuité simplifiée ». Ainsi une poutre continue est assimilée à une série de poutres à deux
travées :
3.3.2.3 Evaluation des moments sur appui
Pour le calcul des moments sur appuis Ma on fait les hypothèses suivantes :
 seules travées voisines de gauche (w) et de droite (e) sont prises en compte.
 On adopte la longueur fictive des travées de calcul 𝑙𝑤′
et 𝑙𝑒′ , telle que
Pour les travées de rive : 𝑙𝑖′ = 𝑙𝑖
Pour les travées intermédiaires : 𝑙𝑖′ = 0.8𝑙𝑖

Cas des charges réparties :


On considère les deux charges réparties de part et d’autre de l’appui à calculer.
Soit Pw la charge répartie sur la travée de gauche et Pe la charge sur celle de droite, le moment
d’appui i est égale à :
′3
𝑝𝑤 𝑙𝑤 + 𝑝𝑒 𝑙𝑒′3
𝑀𝑎 = 𝑀𝑖 = ′ + 𝑙′ ) 3.5
8.5(𝑙𝑤 𝑒
𝑝𝑤 , 𝑝𝑒 : Charges réparties sur la travée de gauche et de droite

Eléments de béton armé


48 Poutres et Planchers continus


𝑙𝑤 , 𝑙𝑒′ : travée de gauche et de droite
L’inertie de la poutre est supposée constante pour les deux travées.

𝑃𝑒
𝑃𝑤


𝑙𝑤 𝑙𝑒′
i
Figure 3.13 : Notations pour le calcul des moments sur appui, charge répartie.

Cas de l’inertie variable entre les deux travées:


On applique les formules suivantes :


𝐾𝑒 ′
𝐾𝑒
𝑀𝑎 = 𝑀𝑖 = 𝑀𝑤 + 𝑀𝑤 (1 − ) 3.6
𝐷 𝐷
′ 𝑝 𝑙′3 𝑝 𝑙′3
𝑀𝑤 = 𝑤8.5𝑤 𝑒𝑡 𝑀𝑒′ = 𝑒8.5𝑒𝑤
𝐼𝑤 𝐼𝑒
𝐾𝑤 = ′3 𝑒𝑡 𝐾𝑒 = ′3 𝑒𝑡 𝐷 = 𝐾𝑤 + 𝐾𝑒
𝑙𝑤 𝑙𝑒

NB : dans les expressions précédentes, les inerties 𝐼𝑤 et 𝐼𝑒 doivent être calculées en considérant
la section de béton seule (soit bh3/12 pour une section rectangulaire) sans tenir compte des
armatures

Cas des charges ponctuelles


Pour des charges ponctuelles, les moments Ma sur appui intermédiaire sont donnes par :
′2
𝑘𝑤 (𝑎𝑤 )𝑃𝑤 𝑙𝑤 + 𝑘𝑒 (𝑎𝑒 )𝑃𝑒 𝑙𝑒′3
𝑀𝑎 = 𝑀𝑖 = ′ + 𝑙′ ) 3.7
(𝑙𝑤 𝑒
𝑃𝑤 : la charge ponctuelle située sur la travée de gauche et distante de aw de l’appui considéré
𝑃𝑤 : la charge ponctuelle située sur la travée de droite et distante de ae de l’appui considéré.

𝑙𝑤 , 𝑙𝑒′ : travée de gauche et de droite respectivement
L’inertie de la poutre est supposée constante pour les deux travées
𝑃𝑤 𝑎𝑤 𝑎𝑒 𝑃𝑒


𝑙𝑤 𝑙𝑒′
i
Figure 3.14 : Notations pour le calcul des moments sur appui charges ponctuelles.

Le coefficient k dépend du rapport a/l’ et prend les valeurs suivantes :


1 𝑎 𝑎 𝑎
𝑘(𝑎) = ′
(1 − ′ ) (2 − ′ ) 3.8
2.125 𝑙 𝑙 𝑙
𝑎 = 𝑎𝑤 et 𝑙 ′ = 𝑙𝑤′
pour la travée à gauche de l’appui
′ ′
𝑎 = 𝑎𝑒 et 𝑙 = 𝑙𝑒 : pour la travée à droite de l’appui.

Eléments de béton armé


49 Poutres et Planchers continus

Lorsque les inerties des travées de part et d’autres de l’appui sont différentes, on applique les
formules suivantes :

𝐾𝑒 ′
𝐾𝑒
𝑀𝑎 = 𝑀𝑖 = 𝑀𝑤 + 𝑀𝑤 (1 − ) 3.9
𝐷 𝐷

′ ′
Avec : 𝑀𝑤 = 𝑘𝑤 𝑃𝑤 𝑙𝑤 𝑒𝑡 𝑀𝑒′ = 𝑘𝑒 𝑃𝑒 𝑙𝑒′
1 𝑎𝑤 𝑎𝑤 𝑎𝑤
𝑘𝑤 (𝑎𝑤 ) = ′
(1 − ′ ) (2 − ′ )
2.125 𝑙𝑤 𝑙𝑤 𝑙𝑤
1 𝑎𝑒 𝑎𝑒 𝑎𝑒
𝑘𝑒 (𝑎𝑒 ) = (1 − ′ ) (2 − ′ )
2.125 𝑙𝑒′ 𝑙𝑒 𝑙𝑒
𝐼𝑤 𝐼𝑒
𝐾𝑤 = ′3 𝑒𝑡 𝐾𝑒 = ′3 𝑒𝑡 𝐷 = 𝐾𝑤 + 𝐾𝑒
𝑙𝑤 𝑙𝑒

Remarque :
1 8 1
 le coefficient 2.125 provient de l’application de la méthode Caquot : 8.5 𝑥 2
 Lorsqu’il y a plusieurs charges ponctuelles, il suffit de sommer les effets de chacune des
charges.

Cas des consoles


Les charges appliquées sur la console vont induire un moment sur l’appui i-1. On cherche donc à
déterminer les effets de ce moment sur l’appui i.

Figure 3.15 : Notations pour le calcul des moments sur appui, charge répartie.


1 𝑙𝑤 𝐼𝑒
𝑀𝑖 = 𝑀 3.10
2.125 𝑙𝑤 𝐼𝑒 + 𝑙𝑒′ 𝐼𝑤 𝑖−1

Si l’inertie est constante :



1 𝑙𝑤
𝑀𝑖 = ′ + 𝑙′
𝑀𝑖−1
2.125 𝑙𝑤 𝑒

Si la console est à droite de la poutre continue, il faut inverser le rapport des travées dans la
formule précédente, ce qui nous donne :
1 𝑙𝑒′ 𝐼𝑤
𝑀𝑖 = ′ 𝐼 + 𝑙′ 𝐼
𝑀𝑖+1 3.11
2.125 𝑙𝑤 𝑒 𝑒 𝑤
Si l’inertie est constante :
1 𝑙𝑒′
𝑀𝑖 = ′ + 𝑙′
𝑀𝑖−1
2.125 𝑙𝑤 𝑒

Bien entendu, ce moment viendra se cumuler aux moments sur appui issus du chargement des
travées.

Eléments de béton armé


50 Poutres et Planchers continus

3.3.2.4 Calcul des moments en travée


Pour le calcul des moments en travée, on utilise les formules classiques de RDM en considérant
les travées réelles et non plus les travées fictives. Pour le calcul des moments de la travée i ci-
dessous, il faut prendre en compte les combinaisons de charges (notion de travée chargée-
déchargée) :
Cas 1 : Pour le calcul des moments maximum sur appuis, donc des aciers maxi en chapeaux
On charge les travées adjacentes à l’appui considéré ici :
Pour l’appui 2, on charge les travées 1 et 2. La travée 3 est déchargée.
Pour l’appui 3, on charge les travées 2 et 3. La travée 1 est déchargée

Figure 3.16 : Calcul des moments max sur appuis.

Cas 2 : pour le calcul du moment maximum en travée, donc des aciers maxi en travée et leurs
longueurs, on charge la travée considérée, les autres travées seront déchargées.
Pour la travée 2 : le Mt2 est obtenu en chargeant la travée 2 les autres seront déchargées
Le même principe s’applique pour les travées 1 et 3.

Figure 3.17 : Calcul des moments max en travées.

Cas 3 : pour le calcul du moment minimum en travée, donc de la longueur des aciers en
chapeaux. Le risque des travées soulevées (voir 2ème exercice). On décharge la travée
considérée et on charge les travées adjacentes à cette travée.

Figure 3.18 : Calcul des moments min en travées.

Pour chaque cas de combinaisons:


 on calcule les moments sur appuis avec les longueurs l’ comme décrit ci-dessus (avec les
travées fictives).
 on utilise la longueur des portées réelles l (et non plus 𝑙 ′ ), pour les calculs des moments
en travée Mt,
 on ne considère que les deux travées adjacentes et les trois cas de charge définis.
L’´evolution du moment en travée M(x), pour un cas de charge, est donne par l’équation 3.1 :
𝑥 𝑥
𝑀(𝑥) = 𝑚(𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − ) + 𝑀𝑒
𝑙 𝑙
𝑚(𝑥): Moment isostatique de la travée de référence étudiée

Eléments de béton armé


51 Poutres et Planchers continus

La position du moment maximum en travée est obtenue en recherchant l’abscisse ou la dérivée


de M(x) s’annule (𝑉(𝑥) = 0), soit dans le cas d’un chargement symétrique sur la travée :

𝑙 𝑀𝑒 − 𝑀𝑤 3.12
𝑋= +
2 𝑝𝑙
3.3.2.5 Effort tranchant
L’effort tranchant, pour un cas de charge donné, est calculé classiquement comme la dérivée du moment
fléchissant, Equation 3.2 :

𝑀𝑒 − 𝑀𝑤
𝑉(𝑥) = 𝑣(𝑥) +
𝑙
𝑑𝑚(𝑥) 𝑞𝑙
𝑣(𝑥) = = − 𝑞𝑥 ∶ 𝐸𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡 𝑡𝑟𝑎𝑛𝑐ℎ𝑎𝑛𝑡 𝑖𝑠𝑜𝑠𝑡𝑎𝑡𝑖𝑞𝑢𝑒:
𝑑𝑥 2
𝑀𝑒 −𝑀𝑤
 Effort tranchant sur l’appui de gauche de la travée i : 𝑉𝑤 = 𝑉0 (0) + 𝑙
,
𝑀𝑒 −𝑀𝑤
 Effort tranchant sur l’appui de droite de la travée i : 𝑉𝑒 = 𝑉0 (𝑙) + 𝑙

3.3.2.6 Courbes enveloppes


Pour chaque cas de chargement, on trace les courbes de sollicitations en utilisant les formules
précédentes, ainsi on peut dresser la courbe enveloppe des moments fléchissants qui a en général
l’allure suivante :
Mw max Me max
Cas 1
Cas 2
Cas 3
i

Mtmax
Figure 3.19 : Diagramme enveloppe pour une travée i.

3.3.2.7 Réactions d’appuis


Connaissant les efforts tranchants au droit des appuis, on peut en déduire facilement les réactions
d'appuis correspondantes :
_ Soit Ri, la réaction d'appui au niveau de l'appui "i".
_ Vwi+1 l'effort tranchant à gauche de la travée i+1
_ Vei l'effort tranchant à droite de la travée i
On a : 𝑅𝑖 = 𝑉𝑤 𝑖+1 + 𝑉𝑒 𝑖

3.3.3 Méthode de Caquot minorée (B.6.210 : BAEL)


La méthode de Caquot minorée s’applique pour les poutres supportant des charges
d’exploitations modérées (telles que décrites au chapitre de la méthode forfaitaire) mais dont le
rapport des longueurs de portée ne respecte pas les conditions de la méthode forfaitaire (ou si on
a une inertie variable le long d’une travée).

Eléments de béton armé


52 Poutres et Planchers continus

Dans ce cas, on applique la méthode de Caquot décrite précédemment en réduisant uniquement


𝟐
les charges permanentes 𝒈’ = 𝟑 𝒈 (pas de réduction sur les surcharges).
Pour le calcul des moments en travée, on considère la totalité des charges.

3.3.3 Exercices d’application


3.3.3.1 Poutre continue à 2 travées
Soit une poutre continue à 2 travées identiques chargées
par des charges permanentes et d’exploitation réparties.
Calculer à l’ELU :
 Le moment maximum sur l’appui B
 Le moment max en travée le moment à mi portée Les charges
de la travée AB. gu=1.35g = 18kN/m
 La courbe de moment le long de la poutre qu=1.5q = 32kN/m
Pu= 1.35g+1.5q = 50 kN/ml
Etapes de calcul

1-Calcul des portées fictives : 𝑙𝑤 = 𝑙𝑒′ = 𝑙 = 6.00𝑚
2-Calcul du moment max sur l’appui B
′3 +𝑝 𝑙 ′3
𝑝𝑤 𝑙𝑤 𝑃𝑢 𝑙2
𝑒 𝑒
𝑀𝐵 = ′ +𝑙 ′ ) AN : 𝑀𝐵 = − = −211.76𝑘𝑁. 𝑚
8.5(𝑙𝑤 𝑒 8.5

3-Moment en travée AB
Pour avoir le moment max sur la travée AB, on ne charge
que cette travée :
Les moments d’appuis en A et C sont nuls car ce sont des
appuis de rive.
50𝑥63 +18𝑥63
Le moment en B : 𝑀𝐵 = = 144𝑘𝑁. 𝑚
8.5(6+6)
Le moment en travée :
x x
M(x) = m(x) + Mw (1 − l ) + Me l soit M(x) = −25x 2 + 126x
l
Le moment à mi travée : M (2) = −25x 2 + 126x =153kN.m
Moments maximal en travée AB
Pour déterminer l’abscisse où le moment est maximal, il nous faut déterminer le point ou
l’effort tranchant s’annule.
𝑀𝑒 −𝑀𝑤
𝑉(𝑥) = 𝑣(𝑥) + 𝑙
soit 𝑉(𝑥) = −50𝑥 + 126 , si 𝑉(𝑥) = 0 pour x=2.52m
On obtient : 𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 2.52) = 158.76kN. m

3.3.3.2 Exercice 2 : poutre continue à 3 travées

Les charges
gu=1.35g = 18kN/m, qu=1.5q = 32kN/m
Pu= 1.35g+1.5q = 50 kN/ml
Calculer à l’ELU : Les sollicitations

Eléments de béton armé


53 Poutres et Planchers continus

Etapes de calcul
1-Recherche des moments sur appuis
MA = MB = 0, MB = MC = par symétrie
2-calcul des portées : l1′ = l′3 = l = 6.00m, l′3 = 0.8l = 5.60m
3-Calcul les moments sur appuis pour les 3 scénarios de chargement :
Cas 1 : calcul des moments max sur appuis
Appui B :
′3
𝑝𝑤 𝑙𝑤 + 𝑝𝑒 𝑙𝑒′3 50𝑥63 + 50𝑥5.63
𝑀𝐵 = ′ + 𝑙′ )
𝑀𝐵 =
8.5(𝑙𝑤 𝑒 8.5(6 + 5.6)
𝑀𝐵 = 198.59 𝑘𝑁. 𝑚
Appui C : travées BC et CD chargées
𝑀𝐶 = 198.59 𝑘𝑁. 𝑚
Moment en travée 1 :
x x
M(x) = m(x) + Mw (1 − l ) + Me l , M(x) = −25x 2 + 116.90x
𝑉(𝑥) = −50𝑥 + +116.90 , 𝑉(𝑥) = 0 pour x=2.34m
𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 2.34) = 136.67kN. m, 𝑀(𝑥) = 0 pour x = 4.68m
Moment en travée 2 :
M(x) = −25x 2 + 175x − 189.59 , 𝑉(𝑥) = −50𝑥 + 175 ,
𝑉(𝑥) = 0 pour x=3.50m 𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 3.50) = 107. kN. m, 𝑀(𝑥) = 0 pour x = 5.57m

4- travée 1 chargée:
50𝑥63 +18𝑥5.63
𝑀𝐵 = , 𝑀𝐵 = 141.60𝑘𝑁. 𝑚
8.5(6+5.6)

Moment en travée 1:
x x
M(x) = m(x) + Mw (1 − l ) + Me l , M(x) = −25x 2 + 126.40x
𝑉(𝑥) = −50𝑥 + +126.40 , 𝑉(𝑥) = 0 pour x=2.53m
𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 2.53) = 159.77kN. m, 𝑀(𝑥) = 0 pour x = 5.06m
Moment en travée 2:
M(x) = −9x 2 + 63𝑥 − 141.59
𝑉(𝑥) = −18𝑥 + 63 , 𝑉(𝑥) = 0 pour x=3.50m
𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 3.50) = −31.34kN. m,
4- travée 2 chargée:
18𝑥63 +50𝑥63
𝑀𝐵 = , 𝑀𝐵 = 128.50𝑘𝑁. 𝑚
8.5(6+5.6)

Eléments de béton armé


54 Poutres et Planchers continus

Moment sur la travée 1:


x x
M(x) = m(x) + Mw (1 − l ) + Me l , M(x) = −9x 2 + 32.59x
𝑉(𝑥) = −18𝑥 + 32.59 , 𝑉(𝑥) = 0 pour x=1.81m
𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 1.81) = 29.50kN. m, 𝑀(𝑥) = 0 pour x = 3.62m
moments sur la travée 2
, M(x) = −25x 2 + 175x − 128.49 𝑉(𝑥) = −50𝑥 + 175 , 𝑉(𝑥) = 0 pour x=3.5m
𝑀tmax = 𝑀(𝑥 = 3.5) = 177.76kN. m, 𝑀(𝑥) = 0 pour x = 6.17m

Figure 3.20 : Tracé du diagramme des moments pour les 3 cas.

Nous allons maintenant analyser de façon détaillée la travée 2 en partant des hypothèses
suivantes :
_ Section de la poutre centrale : 25x60cm
_ Béton fc28=25MPa et acier Fe500.
_ Hauteur utile : c=6cm, d=h-c=54cm.
On cherche à calculer pour cette travée :
_ Les armatures longitudinales inférieures.
_ Les aciers de chapeaux.
_ La longueur des barres en considérant les courbes de moments adéquates.

Armatures longitudinales inférieures


Pour le calcul de ces armatures, on prend compte la courbe de moment du cas III (qui donne le
moment max en travée) qui correspond au chargement de la travée centrale et au non
chargement des travées adjacentes.

Mu(kN.m) μu= Mu/bd2 fbu αu zu(cm) Ast(cm2) Choix des armaures


177.76 0.172 0.237 49.0 8.37 3HA16+3HA12 soit 9.42 cm²

Aciers de chapeaux – travée 2

Mu(kN.m) μu= Mu/bd2 fbu αu zu(cm) Ast(cm2) Choix des armatures


159.59 0.192 0.27 48.20 9.45 3HA16+3HA12 soit 9.42 cm².

Eléments de béton armé


55 Poutres et Planchers continus

3.3.3.3 Exercice 3 : poutre continue à 4 travées

Une poutre à 4 travées de portées identiques (l = 5.00m), supportant une charge permanente g =
20kN/m et une charge d’exploitation q = 25kN/m, correspondant à une charge surfacique de
6kN/m2.
La présentation des calculs se fait dans un tableau qui comporte autant de colonnes qu’il y a de travées sur
la poutre. Pour un calcul `a l’ELU de la méthode de Caquot, ce tableau prend la forme présentée sur la
Figure 3.16 : diagramme enveloppe pour une travée i

poutre à 4 travées
Portée l(m) 5.00 5.00 5.00 5.00
Portée fictive (m) 5.00 4.00 4.00 5.00
Charge permanente g (kN/m) 20.0 20.0 20.0 20.0
Charge d’exploitation q(kN/m) 25.0 25.0 25.0 25.0
Travée chargée C :1.35g+1.5q 64.5 64.5 6 4.5 64.5
Travée chargée D :1.35g 27.0 27.0 27.0 27.0
Ma cas 1 :CCCC (kN.m) 0 -159.35 -121.41 -159.35 0
Ma cas 2 :DCDC (kN.m) 0 -98.08 -86.12 -127.98 0
Ma cas 3 :CDCD (kN.m) 0 -127.98 -86.12 -98.08 0
Miso travée chargée (kN.m) 201.56 201.56 201.56 201.56
Miso travée déchargée (kN.m) 84.38 84.38 84.38 84.38
X pour V(x)=0 (m) 2.1 2.54 2.46 2.90
Mtmax (kN.m) 142.65 109.51 109.51 142.65

Figure 3.21 : Tracé des moments fléchissants des trois cas de charge et de la
courbe enveloppe.
3.3.4 Déformation des poutres (BAEL B.6.5,1)
L’article B.6.5,1 précise les conditions à verifier pour ne pas avoir `a faire une vérification sur
les flèches limites pour les poutres. Les trois conditions à verifier sont :
1 𝑀𝑡
ℎ ≥ max [ + ]𝑙
16 10𝑀0
4.2𝑏𝑑 3.13
𝐴𝑠𝑡 ≤
𝑓𝑒
et 𝑙 ≤ 8𝑚

Eléments de béton armé


56 Poutres et Planchers continus

Avec : fe en MPa.
Mt :est le moment en travée,
M0 :le moment en travée de la travee isostatique de référence
Ast : section d’armatures calculée pour la poutre et
L : la portée.
Si ces conditions n’´etaient pas verifiees, le calcul des flèches est présenté au chapitre 4 de ce
cours.

Eléments de béton armé