Vous êtes sur la page 1sur 33

SOMMAIRE

Pages
Dédicace 3
Remerciements 4
Avant propos 5
Introduction 6

Première partie "Identification et l'organisation de l'établissement" 7

Introduction 8
Description de l’entreprise 9

L'organigramme de l'entreprise 10
Description des services 11
A- La direction 11
B- Le secrétariat 11
C- Service informatique 12
D- Service comptable 13

Deuxième partie "les tâches effectues" 14

Gestion comptable 15

Section 1 : La tenue de la comptabilité 15


A- Opérations courantes 16
I- Le classement 16
1- Les pièces de banque 16
2- Les pièces de caisse 16
3- Les factures d’achats 16
4- Les factures de ventes 16
1
II- L’établissement des journaux auxiliaires 17
1- Le journal banque 18
2- Le journal caisse 18
3- Le journal des achats 19
4- Le journal des ventes 19
5- Le journal des opérations diverses 20
B- Opérations de fin de période 21
1- Déclaration de TVA 21
2- Les charges du personnel 23
3- L’état de rapprochement 24
4- L’impôt sur les sociétés 25

section 2 : Opérations de fin d’exercice 27

A- Opérations d’inventaire 27
1- Les amortissements
27
2- Les provisions 28
B- Régularisation des produits et charges 29
C- Régularisation des stocks 29
D- Etablissement des états de synthèses 30
1- Le grand livre 30
2- La balance 30
3- Le compte de produits et charges CPC 30
Roulement du stage 31
Conclusion 32
Annexes 33

2
Nous dédions ce travail :
 A nos chers parents en reconnaissance de leurs
amours.
 Au corps enseignant de trajet info ainsi les membres de
l’administration en nom de son directeur.
 A nos chers amis en reconnaissance de leur amitié.
 A nos formateurs en reconnaissance de ses conseils.

 A notre responsable du fiduciaire cabinet comptable et


fiscal.
 A tous ceux qui ont participé à la réalisation de ce
travaiL.

Tout d’abord, nous tenons tous les personnels de la


fiduciaire (ALWIDAD), Monsieur HASSAN AALAH qui
nous accordés de passer nos stage de fin de formation au
3
sein de leurs fiduciaire ; ou nous avons vraiment amélioré
notre connaissances.
Nous tenons également à remercier Mlle CHEDAF
FATIMA, le comptable du fiduciaire, qui nos a beaucoup
aidé à surmonter les problèmes rencontrés.
Nos profonds remerciement sont aussi adressés , à nos
adorable familles qui ne sont jamais cessé de nous
orienter .
Ainsi, à tous nos chères collègues, stagiaires de trajet
info et je leurs souhaitent un bon avenir.
En fin nous tenons à remercier infiniment et
solidement tous nos formateurs de ces deux années, sans
limitation , et qui n’ont jamais cessés de nous confier tout
leur aptitude, leurs connaissances et leurs instruction.

4
Notre stage au sein du fiduciaire AL WIDAD est notre
première expérience de stage.

Notre Institue offre à ses stagiaires une formation de


Deux ans pour la préparation d’un diplôme de
«Technicien Comptable ».

Son système d’étude basé sur les stages, vise


L’amélioration des connaissances des stagiaires ainsi
qu’il constitue un billet du monde de la théorie vers le
monde de la pratique.
En effet, le but d’un stage est :
 Acquérir des nouvelles informations

 Etre capable de résoudre les problèmes pratiques que


le stagiaire rencontre.

 Enrichir et améliorer la connaissance de soi pour pouvoir


contacter le monde professionnel.

Dans ce rapport, nous allons donner l’identification du


fiduciaire AL WIDAD, puis nous allons parler des
différents services du fiduciaire et des travaux effectués
dans quelques services visités, et nous terminons par une
conclusion.

5
Dans le cadre de la formation d’un technicien comptable des
entreprises, l’office de la formation professionnelle exige à tous les
stagiaires un stage en fin de l’année pour pouvoir se rapprocher de
plus du milieu professionnelle et de joindre la théorie à la pratique.

Le stage en entreprise est devenus ces derniers temps


indispensable pendant chaque période de formation, c’est pourquoi
les responsables pédagogiques le cernent d’une grande attention et
insistent sur sa réalisation.

Et nous ne serons jamais sortis de la vie stagiaire à vie

professionnelle sans passer par ce point ; à mon tour j’ai effectué un

stage d’observation au sein du fiduciaire CABINET COMPTABLE

ET FISCAL.

En effet, cette période nous avons été d’une grande utilité,


elle Nous permis d’affronter les réalités du travail, d’avoir une
conscience professionnelle et d’avoir le sens de responsabilité
Futur au sein d’une entreprise.

6
Identification et l'organisation de l'établissement

7
La gestion fiduciaire est fondée essentiellement sur la confiance et la
confidentialité.
Son activité est très vaste, elle peut aller de la simple représentation du
client lors d'une assemblée d'actionnaires ou associés à une assistance
personnalisée qui fait du gestionnaire un ami et un confident toujours
disponible à ses côtés.
Ce secteur s'occupe plus particulièrement de:
 Gestion et administration de sociétés
 Domiciliation de sociétés
 Conseils administratifs, financiers et bancaires
 Gestion et administration de patrimoines privés
 Exécution de travaux de secrétariat et gestion du trafic de paiements.
Les services rendus par la gestion fiduciaire sont si diversifiés qu'il est
difficile de les décrire dans une simple énumération. Ils se développent dans le
cadre d'une relation personnalisée qui commence souvent par une
consultation juridique ou fiscale.
Notre mission porte sur la gestion du cabinet Fiduciaire Al Widad. Cette
gestion se concrétise par l’accomplissement d’un certain nombre de taches,
notamment la gestion comptable, la gestion fiscale et le conseil juridique.
Le cabinet Al widad assure aussi le lien entre son client et les banques
pour toute question de gestion active de fortune ou avec d'autres spécialistes
extérieurs
( Notaires, Avocats et experts comptables ) en fonction des nécessités du
mandat .
La stabilité des collaborateurs du cabinet Al Widad, la disponibilité qui
unit le gestionnaire à son client et l'indépendance financière de la société
garantissent le rapport de confiance et la qualité des services indispensables

8
Le cabinet Fiduciaire Al Widad est en la forme d’une société à
responsabilité limitée, au capital de 100.000,00 Dirhams crée en 1997 par deux
co-gérants comptables agrées par l’Etat du Maroc ayant pour objet
d’intervenir naturellement dans les domaines du conseil et l'assistance
comptables, financiers et fiscaux comprenant : tenue et surveillance de la
comptabilité, préparation et présentation des bilans, établissement des
déclarations fiscales, de la paie, de la gestion du personnel, assistance aux
contrôles, audit
Le cabinet dispose à titre de propriété d'un local d'une superficie de

110 m2 et se situe à Agadir , Avenue Al Moqawama Immeuble Ifrane

Appartement 26-27,

comprenant un bureau de direction, une salle d’informatique et une salle de

comptabilité.

La salle informatique est équipée de 6 postes d’ordinateurs alors que la

salle de comptabilité regroupe 4 bureaux.

A noter également que le cabinet emplois 7 salariés permanents et un

occasionnel.

9
Le Directeur

Service comptable
Service secrétariat Service informatique

10
Les services de la fiduciaire AL WIDAD fonctionnent sous une direction
disposant des moyens effectifs qui lui permettent de définir la politique de
l'établissement, d'orienter les objectifs et d'apprécier valablement la qualité
de gestion de ses services.
A- La direction

Le directeur est celui qui fait profession habituelle de réviser et


d'apprécier les comptabilités des entreprises et organisations auxquelles il
n'est pas lié par un contrat de travail. C'est lui qui se charge de prendre
contact avec les clients, de superviser et de contrôler tout le travail de la
fiduciaire. L'expert peut aussi organiser les comptabilités et analyser par les
procédés de la technique comptable la situation et le fonctionnement des
entreprises sous leurs différents aspects économiques, juridiques et financiers.
B- Le secrétariat

Dans ce service, le travail est confié à une secrétaire, elle se charge de tout

ce qui est bureautique et communication interne, et externe avec les

partenaires de la fiduciaire. Ses taches peuvent se résumer ainsi

 L'accueil des clients

 La réception, la rédaction et l'envoi du courrier

 Le standard

 La prise des messages et l'organisation des rendez-vous du directeur

selonson agenda

 S'occuper des affaires liées aux personnels tels que situation

11
mensuelle (bulletin de paie), relevé des absences

C- Service informatique

Le service est équipé des ordinateurs permettant de saisir des écritures

dans un journal, par ordre chronologique, en les imputant à un compte donné.

Ce n'est donc pas sur la saisie elle-même que les logiciels de comptabilité

procurent un gain de temps considérable. En revanche, l'informatique permet

de détecter plus rapidement d'éventuelles erreurs, voir de les prévenir : tout

logiciel de comptabilité vérifié

l'égalité entre Débit et Crédit, et n'autorise pas la validation d'une opération

si, par exemple, le compte correspondant n'existe pas dans le plan comptable.

En outre, les logiciels de gestion comptables autorisent une saisie sur

une espèce de brouillon nommé « Brouillard » : les écritures qui y sont

inscrites peuvent être corrigées tant que leur validation n'a pas été demandée.

(chose impossible à la main, une pièce comptable validée ne pouvant faire

l’objet de modification ou d'insertion toute erreur est supposée produire une

écriture de régularisation ... ) la validation de ce « brouillard» peut s'effectuer

périodiquement, selon le bon vouloir de l'utilisation (en fin d'année par

exemple).

12
D- Service comptable

Ce service s'occupe de toutes les opérations qui ont un caractère

comptable ou fiscal.

Après la réception des documents comptables de l'entreprise (facture,

bon, relevés de banques....) Le comptable procède à une opération de

vérification et de classement : il doit s'assurer du mode de paiement, date de

paiement, si le règlement est déjà effectué, pour extraire un relevé

accompagnant la déclaration de la TVA et selon un mode de classement

généralement ordre chronologique le comptable inscrit les opérations de

nature similaire dont les documents disponibles dans le journal en

les imputant à un compte donné, dans le cas où la vérification monterait

l'existence de document manquant, on informe l'entreprise concernée pour

écritures sont passées le service informatique reçoit les journaux pour saisir.

L'intervention du comptable se manifeste à nouveau de contrôle et de la

vérification des pièces éditées tels que la balance le grand livre et les états de

synthèses.

13
Les travaux effectués

14
La gestion comptable met les compétences des co-gérants au service des

clients du cabinet Al Widad, pour les conseiller et les décharger dans toutes les

activités touchant au système comptable, en tant qu'instrument de gestion.

Son activité consiste aussi en :

Section 1- La tenue de la comptabilité


Il s'agit de recueillir toute information comptable et financière

chez les sociétés clientes et les exploiter afin d'élaborer pour chaque

société les différents états requis par la loi et d'aboutir à une

comptabilité conforme au dispositif de forme et de fond prescrit par la

réglementation comptable

Il s'agit de l'ensemble des opérations comptables qui interviennent notamment

au cours de l'exercice et qui en principe font l'objet social et du

fonctionnement normal de l'entreprise (Achat, ventes, opérations de banque

..................) ; on peut les distinguer en opérations courantes et opérations de

fin de période.

A- Opération courantes
15
I- Le classement

Le classement est la première phase vers l'organisation de la procédure


comptable, puisqu'il facilite l'établissement des journaux auxiliaires.
L'opération consiste à trier des différentes pièce comptables selon leur nature
en pièce de banque, pièces de caisse, factures achat et factures ventes. Ensuite,
on procède à un deuxième classement par ordre chronologie tout en vérifiant
si ces pièces sont établies et tenues sans blanc ni altération d'aucune sorte, et
qu'elles ne comportent ni erreur ni oubli.
1- Les pièces de banque

En général ce sont ; les extraits de compte, les relevés de compte, les avis de

crédit, les avis d'opérations agios, les positions de compte, les bordereaux des

valeurs remises à l'encaissement, les avis de débits ... etc.

2- Les pièces de caisse

Il s'agit de l'ensemble des encaissements et des décaissements de la


société en question.
Ces pièces portent en général sur les factures achats comptant, les
recettes en espèce ... etc.
3- Les factures achats
Il s'agit des factures achats à crédit uniquement. Pour les factures
réglées par trésorerie, elles sont classées parmi les pièces de caisse ou banque
selon leur mode de règlement.
4- Les factures ventes

Ces dernières sont classées selon l'ordre chronologique quelque soit le

mode de règlement

II - L'établissement des journaux auxiliaires


16
Une fois l'opération de classement est achevé, on procède à

l'établissement manuel des journaux auxiliaires.

L'article 9 de la loi n°9-88 a prévu que toutes les opérations qui affectent

le patrimoine d'une entreprise doivent être « enregistrées chronologiquement,

opération par opération et jour par jour ».

C'est dans cette logique que toute entreprise doit tenir son journal

auxiliaire qui est un registre sur lequel figure les différentes écritures et

opérations comptables qu'elle a effectuées.

Il y a plusieurs règles qu'il faut respecter dans l'établissement de ces

journaux

y' S'appuyer sur des pièces justificatives datées, conservées, classées

dans un ordre défini susceptible de servir comme moyen de preuve et portant

des références de leur enregistrement en comptabilité ; Respecter

l'enregistrement chronologique des opérations ;

Permettre pour chaque enregistrement comptable d'en connaître

l'origine, le contenu, l'imputation du mouvement, qualification sommaire ainsi

que la référence de la pièce justificative qui l'appuie.

17
1- Le journal banque

Pour établir ce journal, on se base sur le relevé de compte, et l'état de

chéquier du mois, en plus des pièces de banque déjà classées. Ainsi, les

opérations enregistrées dans ce journal sont

 Les versements en espèces effectués par la société ou ses créanciers ;

 Les chèques encaissés auprès des clients de la société ;

 Les virements effectués en faveur des clients de la société ;

 Les règlements par chèque en faveur des clients de la société ;

 Les agios et différents frais financiers.

 Lors de l'enregistrement des opérations comptables relatives à ces

pièces, on commence par les recettes avec des mentions du nom du

client dans les colonnes libellées quand il s'agit d'un règlement de

créance. Ensuite, les dépense avec la mention du numéro du chèque

dans la colonne libellée.

2- Le journal caisse

On fait passer dans ce journal toutes les opérations se traduisent par

une entrée (vente au comptant, alimentation de la caisse) ou une sortie

d'espèces (règlement d'achat en espèce, assurance) et en enregistrant les

encaissements et les décaissement dans une page distincte.

18
3- Le journal des achats

Dans ce journal, la comptabilisation des factures se fait au moment de la


constatation de la dette et non pas lors du règlement. En d'autres termes,
seulement sont comptabilisées dans ce journal les achats à crédit.
On précède comme suit : après avoir indiqué le mois de la
comptabilisation, la raison ou la dénomination sociale de la société et le lieu
de son siège social, on commence à remplir par les éléments suivants : la date
de la facture, la raison ou la dénomination sociale du fournisseur puisqu'on
tient un
compte pour chaque fournisseur, le n° de la facture pour faciliter la recherche
de la pièce justificative relative à chaque opération, le montant toute taxe
comprise de l'achat, et le code du fournisseur.
4- Journal de ventes

Contrairement au journal des achats, dans ce journal, on comptabilise

toutes les factures établies.

Egalement, lors de la comptabilisation, on mentionne le nom et le code du

client ainsi que le n° de facture.

Il convient de noter d'avant d'établir le journal des achats et le journal des

ventes, il faut vérifier si les factures sont conformes aux norme comptables.

Pour celles qui ne portent pas le cachet ou l'identification de fournisseur, et

sur lesquelles n'est pas indiquée la date de l'opération, elles doivent être

classées dans un dossier d'instance en attendant des justifications de la part du

client.

19
5- Le journal des opérations diverses

Dans ce journal, sont comptabilisées les opérations suivantes

 Les travaux de régularisation ;

 La paie ;

 Les déclarations de TVA ;

 Les annulations des erreurs commises dans les journaux auxiliaires ;

 Toute opération qui n'a pas été comptabilisée.

Une fois l'établissement manuel des journaux auxiliaires est terminé, on

procède à leur saisie sur l'ordinateur à l'aide d'un logiciel informatique de

comptabilité. Cette opération permet le stockage et l'analyse des différentes

informations et la sortie des états requis par la loi comptable marocaine : le

livre journal, le grand livre et les états de synthèse.

Le bilan et le compte de produits et charges découlent directement de

l'arrêté définitif des comptes à la fois de l'exercice. L'établissement des états

doit se faire au plus tard dans les trois mois suivants la date de clôture de

l'exercice.

B- Opération de fin de période

1 - Déclaration de la TVA

La taxe sur la valeur ajoutée n'est pas généralisée et ses champs

d'application est limité aux opérations d'importation, de production, de

prestation de service et une partie du secteur de distribution.

De ce fait, la TVA n'est pas un impôt sur la dépense. Néanmoins, le fait

20
qu'elle repose sur des faits de consommation lui confère le caractère d'une

taxe indirecte de consommation.

La TVA est conçue en cascade et n'est en principe supportée qu'à

l'extrémité de la chaîne, c'est-à-dire au niveau de la consommation finale, en

vertu de la règle de la déduction.

Chaque entreprise imposée à la TVA est tenue de présenter une

déclaration de TVA chaque mois ou chaque trimestre selon d'option de

l'entreprise :

* Le régime d'encaissement : dont le fait générateur est constitué par

l'encaissement

total ou partiel du prix des marchandise ou services.


Donc il est impératif de faire la concordance avec le relevé bancaire et les

recettes caisse pour connaître la date réelle de l'encaissement.

* Le régime débit : dont le fait générateur est constitue par la facturation ou


l'inscription de la créance en comptabilité.
Aussi, faut-il faire la distinction entre les redevables imposés selon le
régime de déclaration mensuelle et ceux selon le régime de déclaration
trimestrielle.
* La déclaration mensuelle : Elle est obligatoire pour les entreprises dont le
chiffre d'affaire taxable réalisé au cours de l'année écoulée atteint ou dépasse
1000000 dhs ainsi que les entreprise qui, sans avoir d'établissement au Maroc,
y effectuent des opérations imposable.
* La déclaration trimestrielle sont soumises à ce régime les entreprises dont le
chiffre d'affaire de l'année précédente est inférieur à 1000000 dhs, ainsi que
les entreprises exploitant des établissements saisonniers ou exerçant une
21
activité périodique ou occasionnelle.
Après avoir précisé le régime d'option et la périodicité de déclaration ; on
procède au calcul de la TVA due.

D'abord, on établi le relevé des achats immobilisés pour trouver la TVA


Récupérable, mensuelle ou trimestrielle selon la période retenue, avec
l'indication du mode et de la date de paiement. Ensuite, on calcule la TVA
facturée sur la base de toutes les encaissements totaux ou partiels reçus de la
part des clients s'il s'agit de la régime d'encaissement, ou sur la base des
créances facturées ou inscrites en comptabilité dans le cas de régime de débit.
Dès lors, on reporte les montants trouvés sur l'imprimé rose ou bleu selon la
période retenue. Si la TVA facturée est supérieure à la TVA récupérable,
l'entreprise aura à acquitter la différence à l'Etat, sinon l'excédent de la TVA
récupérable sur la TVA facturée, appelé également la TVA rouge, est imputé
sur la TVA due de la période suivante.

22
2- Les charges du personnel
Les charges de personnel comprennent la rémunération du personnel et

les charges sociales du personnel à savoir la cotisation salariale à la CNSS qui

s'agit d'une cotisation obligatoire en vue de couvrir des prestations sociales à

long terme ou à court terme, la cotisation à la retraite complémentaire qui est

une cotisation non obligatoire versée à un organisme de retraite, comme la

CIMR et les charges sociales patronales est qui sont des cotisations sociales à

la charge de l'entreprise en faveur de son personnel et ce sont celles de

sécurité sociale qui sont obligatoire qui sont de trois catégories : les

prestations familiales, les prestations sociales à court terme et les prestation

sociales à long terme.

Une fois donc le Salaire Net Imposable ( SNI ) déterminé, il faut calculer

l'impôt dû au titre de l'IR. Celui-ci est calculé selon un barème à tranches de

taux progressifs en multipliant le SNI par le taux de la tranche lui

correspondant et en déduisant la somme à déduire y afférente.

De cet IR ainsi obtenue il faut encore déduire les déductions pour

charges de famille qui sont de l'ordre de 30 dhs/Mois par personne à charge

dans la limite de 6 personnes (enfants et conjoint) à condition que les enfants

soient agés de moins de 21 ans, 25 ans s'ils poursuivent encore leurs études et

quel que soit leur age s'ils souffrent d'une incapacité physique ou mentale

permanente.

23
3- L'état de rapprochement

Lorsqu'on procède à une comparaison du compte banque tenu par


l'entreprise et l'extrait du compte envoyé par cette banque, on constate
généralement des différences qui tiennent principalement :

 A des erreurs ou des omissions ;

 Aux commissions de banque que l'entreprise n'a pas pu enregistrer,

car elle

ne les connaît avec précision que par l'extrait du compte envoyé à la fin du

mois ;

 A certaines chèques remis au paiement à des créanciers et qui n'ont

pas

encore été présentés à l'encaissement à la fin du mois et donc qui ne figurent

pas encore sur le relevé bancaire.

On procède alors à la combinaison d compte banque pour contrôler les

enregistrements effectués, et reporter les différences constatées sur un

document appelé ETAT DE RAPPROCHEMENT.

Ensuite, on enregistre les opérations omises et on rectifie les opérations

enregistrées par erreur dans le compte tenu dans nos livres de manière à

obtenir un compte exact.

D'autre part, dans le compte de la société tenu à la banque, on ajoute les

opérations omises par la banque et on rectifie, le cas échéant, celles qui ont

été inscrites par erreur.

24
4- L'impôt sur les sociétés

L'impôt sur les sociétés s'applique aux sociétés, aux établissements

publics et aux autres personnes morales imposables telles que visées à

l'article 2 de la loi régissant ledit impôt.

L’IS est payé spontanément sous forme des acomptes provisionnels à la

fin de chaque trimestre.

Chaque acompte correspond à 25% du montant de l'impôt dû au

titre de l'année précédente.

Le calcul de l'IS et la cotisation minimale (CM)

Après avoir calculé le résultat net comptable. (d'après le CPC), le

comptable procède au passage du résultat net comptable au résultat net fiscal

sur lequel il doit calculer l'IS, Le taux de l'IS est de 30% du résultat fiscal.

Une fois la société a réalisé un bénéfice relatif à un exercice, le

comptable calcule la cotisation minimale, le plus grand des deux constituera

l'impôt au titre de cet exercice.

Cotisation Minimale ( CM ) = Chiffre d'affaire HT x le taux

Le taux de la CM varie suivant l'activité de la société, il est fixé à

généralement à 0.5% mais pour les opérations effectuées par les sociétés

commerciales au titre des ventes portant sur : les produits pétroliers, le gaz, le

beurre, l'huile, la farine, l'eau et l'électricité, le taux est fixé à 0.25% et pour

les professions libérales le taux est de 6%.

En cas de déficit, la société paie la CM, son montant ne doit pas être

25
inférieur à 1500 Dirhams si le Chiffre d’Affaire est inférieur à 1000000,00

Dirhams et 3000 Dirhams dans le cas contraire.

Après avoir calculé la CM, le comptable doit remplir un formulaire de

déclaration du résultat, qui sera envoyé avant le premier avril à

l'administration fiscale. Cet imprimé contient en plus du résultat fiscal, le

montant de la CM et les acomptes provisionnels déjà versés.

Le reliquat des acomptes sera utilisé pour liquider le premier acompte

de PIS de l'exercice suivant.

Si l'impôt dû est inférieur à la somme des acomptes, le reliquat sera

imputé sur les acomptes de l'année d'après, puisque dans ce cas, on formulera

une demande à la direction des impôts afin de bénéficier d'un remboursement

sur le reliquat versé.

26
Section 2 : Opérations de fin d’exercice

A- Opérations d'inventaire

1- Les amortissements

L'amortissement est la constatation de la dépréciation durable et

irréversible de la valeur initiale d'évaluation d'un élément d'actif corporel ou

incorporel pour le ramener à sa valeur comptable réelle permettant de

corriger la valeur de l'immobilisation (principe de clarté).

L'amortissement est calculé en appliquant à la valeur d'origine de

l'immobilisation un taux linéaire égal à la durée de vie probable x 100

Ce taux est multiplié par 1,5 ; 2 ou 3 selon que la durée de vie est

comprise respectivement dans les intervalle suivants :3- 4 ans ; 4 - 5 ans ou 6

ans et plus, et appliqué à la Valeur Comptable Nette VNA dans le cas

d'amortissement dégressif.

Comptabilité des amortissements

Pour la comptabilisation des amortissements les comptes sont mis

enjeux suivant la nature de l'immobilisation amortissable.

2- Les provisions

La provision est constatation comptable de :

* Soit de la dépréciation provisoire d'un élément d'actif non amortissable

(provision pour dépréciation).

* Soit d'une ou d'un risque non encore réalisé mais probable (provision pour

27
risque).

La constitution de la provision n'est soumise à aucun taux mais à une

comparaison entre la valeur réelle et la valeur comptable et que son origine et

sa nature doivent être nettement précisés.

Comptabilisation des provisions

a- lors de la constitution ou de l'augmentation de la provision pour

dépréciation des immobilisations. Lors de l'annulation ou de la diminution de

la provision il suffit de débiter le compte de provision concerné par le crédit

d'un reprise lui correspondant.

b- Provision pour dépréciation de l'actif circulant constatant une diminution

ou augmentation.

c- provision pour risques et charges : l'entreprise peut constituer des

provisions pour faire face à des risques éventuels que les événements actuels

rendent probables, en fonction du délai de leur réalisation on peut les classer

en provisions durables et en provisions momentanées.

Il faut signaler que l'annulation de la provision est tributaire de deux

conditions :

 Si le risque pour lequel est constitué est survenu ;

 Si ce risque n'est pas arrivé et la provision est sans objet

B - Régularisation des produits et charges

En application du principe de dépendance des exercices, ne sont attachés à

un exercice comptable que les charges et les produits qui le concernent et

28
ceux-là seulement. Or, il arrive parfois que :

 Certaines charges et produits concernent l'exercice qui s'achève en

même temps que l'exercice suivants ; la partie ne concernant pas

l'exercice est une charge ou un produit constatés d'avance ,

 Dans le cas de produits constatés d'avance : il y a lieu de diminuer les

comptes de produits en les débitant des sommes concernant l'exercice

suivant et créditer en contre partie un compte de passif crée à cet usage

le compte : 4491 Produits constatés d'avance.

C - régularisation des stocks

Cette opération se fait par


a- annuler les stocks initial de marchandises, produits, matières et
fournitures
b- Annuler la provision sur le stock initial
c- Constater le stock final : (il suffit d'inverser les écritures ci-dessus des
montants des stocks finaux).
d- Constituer une éventuelle provision sur le stock final.
Il est évident que ce n'est l'intégralité des régularisations à effectuer à la
fin de l'exercice, mais ce sont ici les plus courantes effectuées à la main
parce que comme nous verrons après le reste est effectué automatiquement.
D- Etablissement des états de synthèse

1- Le grand livre

Le grand livre général est un document comptable dans lequel sont


reproduites compte par compte, toutes les écritures contenues dans les
journaux auxiliaire. Son rôle est de regrouper toutes les opérations de même
nature.
2- La balance :

C'est un document comptable que l'on établit à partir des comptes du

grand livre, c'est un état récapitulatif faisant apparaître pour chaque compte

le solde débiteur ou créditeur au débit de l'exercice le cumul des mouvements


29
de l'exercice et enfin le solde final à la fin de l'exercice.

3- Le compte des produits et des charges CPC

C'est un apport financier explicitant la formation du résultat au cours

de l'exercice.

4- Le bilan

Le bilan est un document financier qui permet de renseigner les dirigeants

de l'entreprise sur sa situation financière et patrimoniale ; il se compose de

deux parties :

 L'actif : qui regroupe l'ensemble des biens dont l'entreprise est


propriétaire (emploi) ;
 Le passif : regroupant les dettes dont l'entreprise est redevable
(ressources).
L'établissement et l'édition de ces états sont assurées par le matériel
informatique, désormais indispensable pour les taches de cette nature
permettant d'économiser temps et effort et plus de compétitivité.

30
ROULEMENT DU STAGE :

- LA RESPONSABILITE :

DURANT NOTRE STAGE ?Nous étions sous la responsabilité du

Mlle CHEDAF FATIMA qui nous éclaircie de ses conseils et son expérience en

la matière.

- LA DUREE :

Notre stage à débuté le 01/03/2010 et la fin a été prévue pour le

31/03/2010 dans la fiduciaire « AL Widad».

- L’AMBIANCE :

Le stage s’est déroulé dans une ambiance ou règne la compréhension, le

sérieux, l’amabilité et le respect mutuel entre les membres du fiduciaire.

31
Le stage que nous avons effectué a était d’une grande importance, il
nous a permis de connaître beaucoup de choses qui complètent notre
formation théorique.

En faisant la comparaison entre la théorie et la pratique, Nous avons


constatés que celle-ci la pratique est un domaine très riche en d’autres notions
nécessaires à connaître dans la vie professionnelle.

Tandis que la théorie fournit les notions de base qui sont indispensable à
savoir pour faire face aux problèmes qui figurent dans l’exercice de la tache
professionnelle.

Avoir la possibilité d’effectuer des stages dans diverses sociétés,


établissements et compagnies, est un fait fondamental pour mieux compléter
la formation théorique.
L’utilisation de divers documents, l’exploitation des connaissances du
métier et en fin le contact direct avec la réalité, sont les caractéristiques de la
pratique. Sans une formation complète, l’exercice de la tache professionnelle
deviendra lourd dans son accomplissement.

32
33