Vous êtes sur la page 1sur 61
Résumé : Cette étude a été menée dans le but de contrôler les venues du

Résumé :

Cette étude a été menée dans le but de contrôler les venues du gaz, très souvent rencontrées au cours de l’opération de forage pétrolier. Pour notre cas le contrôle secondaire s’effectue par wait and weight méthode afin d’évacuer les venue de gaz, en appliquent la fermeture des puits RNZ-119 par la procédure Hard. L’objectif principal de cette étude étant d’une part l'évacuation des venue par la méthode décrite précédemment en assurant la sécurité (humains /matériels) D'autre part on a recommencé l'opération de forage par la nouvelle densité requise d r = 1.29.

Les calculs des différentes pressions ont été obtenus et commentés, les principaux résultats retrouvés montrent que l’opération de forage doit être réinitialisée avec les détails suintant :

¸ Pression leack of teste P lot =72.76 bars

¸ Pression admissible P adm = 72.71 bars

¸ Pression de refoulement initiale PR r = 34 bars

¸ Pression de refoulement finale P f =15.05 bars

¸ Pression de pore P G =271.65 bars

¸ Pression de fracturation P frac = 322.05 bars

¸ Pression maximal en tête d'annulaire a l'arrivée de bouchon P a max =344.82 bars Mots-clés: well control, forage, venue, Wait and Weight Méthode, hard

ﺺﺨﻠﻤﻟا

.ﻲﻟوﺮﺘﺒﻟا ﺮﻔﺤﻟا ﮫﯿﻠﻤﻋ ءﺎﻨﺛأ ﺎﺒﻟﺎﻏ ﺔﻓوﺮﻌﻤﻟا و ﺔﺌﺟﺎﻔﻤﻟا زﺎﻐﻟا دﻮﻌﺻ ﮫﺒﻗاﺮﻣ ﻰﻟإ ﺔﺳارﺪﻟا هﺪھ فﺪﮭﺗ ﮫﻘﯾﺮﻃ ﻖﯿﺒﻄﺘﺑ ﺮﺌﺒﻟا قﻼﻏإ ﻢﺘﯾ و بﺮﺴﺘﻤﻟا زﺎﻐﻟا جاﺮﺧإ ﻞﺟﻷ ﻞﻘﺛ و ﺮﻈﺘﻧا ﮫﻘﯾﺮﻄﺑ ﺔﯾﻮﻧﺎﺜﻟا ﺔﺒﻗاﺮﻤﻟا لﻮﺣ ﺎﻨﺘﺳارد رﻮﺤﻤﺘﺗ درﺎھ

.دﺎﺘﻌﻟا و صﺎﺨﺷﻷا ﺔﯾﺎﻤﺣ نﺎﻤﺿ ﻊﻣ ﺎﻘﺑﺎﺳ هرﻮﻛ ﺪﻤﻟا ﺔﻘﯾﺮﻄﻟﺎﺑ بﺮﺴﺘﻤﻟا زﺎﻐﻟا جاﺮﺧإ ﻮھ ﺎﻨﺘﺳارﺪﻟ ﻲﺳﺎﺳﻷا فﺪﮭﻟا .1.29= ةﺪﯾﺪﺠﻟا ﺔﻓﺎﺜﻜﻟﺎﺑ ﺮﻔﺤﻟا ﺔﯿﻠﻤﻋ ﺮﺷﺎﺒﻧ ىﺮﺧأ ﺔﮭﺟ ﻦﻣ

ﺔﯿﻟﺎﺘﻟا ﺞﺋﺎﺘﻨﻟﺎﺑ ﺮﻔﺤﻟا ﺔﯿﻠﻤﻋ ةﺮﺷﺎﺒﻣ ﺎﻨﻧﺎﻜﻣﺈﺑ ﮫﻧا ﻦﯿﺒﺗ ﺎﮭﯿﻠﻋ ﻞﺼﺤﺘﻤﻟا ﺞﺋﺎﺘﻨﻟا ﻢھأ رﺎﺑ 72.76 تﺎﯿﻠﻤﻌﻟا ﻒﻠﺘﺨﻣو ﺮﻔﺤﻟا ءﺎﻨﺛأ ﺎھزوﺎﺠﺘﻧ نإ ﺎﻨﻜﻤﯾ ﻻ ﻲﺘﻟاو ﺮﺌﺒﻟا ﻢﻄﺤﺗ ﺔﻄﻘﻧ

رﺎﺑ 72.71 حﻮﻤﺴﻤﻟا ﻂﻐﻀﻟا

رﺎﺑ 34 ﻰﻟوﻷا نﺎﯾﺮﺴﻟا ﻂﻐﺿ

رﺎﺑ 15.05 ﻲﺋﺎﮭﻨﻟا نﺎﯾﺮﺳ ﻂﻐﺿ

رﺎﺑ 271.65 ﻲﻣﺎﺴﻤﻟا ﻂﻐﺿ

رﺎﺑ 332.05 ﻢﻄﺤﺘﻟا ﻂﻐﺿ

رﺎﺑ 344.82 ﻰﺼﻗﻷا ﻂﻐﻀﻟاو

ﺮﺌﺒﻟا ﻖﻠﻏ ﺔﻘﯾﺮﻃ تﺎﺑﺮﺴﺘﻟا ﻦﻣ ﺺﻠﺨﺗ ﺔﻘﯾﺮﻃ يزﺎﻐﻟا بﺮﺴﺘﻟا,ﺮﻔﺤﻟا .ﺮﺌﺒﻟا ﻂﻔﻨﻟا رﺎﺑأ ﺔﺒﻗاﺮﻣ. ﺔﯿﺣﺎﺘﻔﻤﻟا تﺎﻤﻠﻜﻟا

.ﺮﺌﺒﻟا ﻂﻔﻨﻟا رﺎﺑأ ﺔﺒﻗاﺮﻣ. ﺔﯿﺣﺎﺘﻔﻤﻟا تﺎﻤﻠﻜﻟا
.ﺮﺌﺒﻟا ﻂﻔﻨﻟا رﺎﺑأ ﺔﺒﻗاﺮﻣ. ﺔﯿﺣﺎﺘﻔﻤﻟا تﺎﻤﻠﻜﻟا
Avant tout ,nous remercions notre dieu Allah le tout puissant , de nous avoir donné
Avant tout ,nous remercions notre dieu Allah
le tout puissant
, de nous avoir donné
le courage et
la
volonté pour accomplir ce travail.
Nous
voudrions
ici
témoigner
toute
notre
gratitude
à
monsieur
DOUAK
et
monsieur
BOURACE
,
notre
directeurs de mémoire , pour sa confiance , sa disponibilité
pendant l’élaboration de ce travail .son soutien nous a
permis de mener à bien ce travail dans le département
hydrocarbure.
Nomenclature: ΔP H Gb V a t i g e V i t i g

Nomenclature:

ΔP

H

Gb

V a tige

V i tige

: Réduction de la pression de fond (bars) : Longueur de tiges remontée(m). : Gradient de boue (bar/m). : Volume acier des tiges (L/m). : Volume intérieur des tiges (L/m).

V i tubage : Volume intérieur du tubage (L/m). ROB: vitesse d'avancement (m/h) RPM: vitesse de rotation de l'outil WOB: Poids sur l'outil (tonne) d1 : densité initiale de la boue d 2 : densité de la boue équivalente dr: densité requise de la boue pour remettre le puits sous contrôle deff: densité de l'effluent dfrac: densité de fracturation G : volume de la venue mesuré à la fermeture (litre) Gmax: volume maximum de la venue pour ne pas craquer au sabot ou dépasser la pression maximum de service (litre) Pa : pression en tête de l'espace annulaire en cours de contrôle (bar) Pa1 : pression stabilisée en tête de l'espace annulaire, puits fermé, après venue avec la boue de densité d1 (bar) Padm: pression maximale admissible en tête de l'espace annulaire, puits fermé, correspondant à la fracturation au point fragile (bar) Pamax: pression en tête de l'espace annulaire à l'arrivée du bouchon de gaz en surface (bar) Pc1 : pertes de charge au débit de contrôle avec la boue de densité d1 mesurées par le circuit normal de forage (bar) Pcr: pertes de charge au débit de contrôle avec la boue de densité démesurées par le circuit normal de forage (bar) Pc : Pertes de charges Pcs: dans le circuit de surface Pct: dans les tiges PcDC: dans les drill collars Pco: à l'outil Pcea: dans l'espace annulaire, puits ouvert

: dans les tiges P c DC : dans les drill collars P co : à
: dans les tiges P c DC : dans les drill collars P co : à
P cc l : pertes de charge dans la ligne de contrôle (choke line) (bar)

Pccl: pertes de charge dans la ligne de contrôle (choke line) (bar)

Pf : pression exercée sur le fond du puits (bar)

Pfrac: pression de fracturation au point fragile (bar) PG : pression de formation (bar) Ph : pression hydrostatique (bar) Pt1 : pression stabilisée en tête des tiges, puits fermé, après venue, avec de la boue de densité d1 (bar)

Q : débit utilisé en forage (litre/min)

Qr: débit utilisé pour remettre le puits sous contrôle (litre/min)

Z : cote verticale (m)

Zs: cote verticale du point fragile (sabot) (m)

MW: Mud Weight en (ppg) TVD: True Vertical Depth en (Feet) Pr : La pression de refoulement des pompes B: masse de baryte nécessaire pour l’alourdissement (tonnes)

DP dp : la chute de pression pendant 1 hr HWDP: heavy weight drill pipe

pour l’alourdissement (tonnes) D P d p : la chute de pression pendant 1 hr HWDP:
pour l’alourdissement (tonnes) D P d p : la chute de pression pendant 1 hr HWDP:
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS à cause de ses amoure patience et
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS
à cause de ses amoure patience et encouragement afin
d’atteindre ce niveau d’étude avancé.
A
tous mes chers frères mes cousins et mes cousines
A
mes anciens camarades MRABET Ossama ,
DKHENISSA Nourdin, AMRI Mohamed , BOUNGABE
Abd Allah, KERRACH Brahim, KADA kaious
A
chaque personne qui connaît ou aime moi
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS à cause de ses amoure patience et
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS
à cause de ses amoure patience et encouragement afin
d’atteindre ce niveau d’étude avancé.
A tous mes chers frères mes cousins et mes cousines
A mes anciens camarades DKHENISSA Nourdin ,AMRI
Mohamed , BOUNGABE Abd Allah, MEHAYA Ibrahim,
ZEBOUCHE Abd Alkader
A chaque personne qui connaît ou aime moi
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS à cause de ses amoure patience et
Je dédie le mémoire premièrement à mes PARENTS
à
cause de ses amoure patience et encouragement afin
d’atteindre ce niveau d’étude avancé.
A
tous mes chers frères mes cousins et mes cousines
A mes anciens camarades ZGAIAB Mostafa ,GZAIAL
Nadir,
HARROUZ
Brahim
sans
oublier
mes
amis
BOUZAIAN Mostafa, AMRI Mohamed , BOUNGABE
Abd allah, AZZAOUI Ahmed .
A chaque personne qui connaît ou aime moi

Introduction générale

Introduction générale Introduction générale : Le pétrole et le gaz jouent un rôle fondamental dans l'économie

Introduction générale :

Le pétrole et le gaz jouent un rôle fondamental dans l'économie mondiale, ils constituent la

source la plus importante d'énergie

Le forage est l'opération la plus délicate et la plus coûteuse du processus d'exploitation de

cette énergie. Donc quelque soit le forage sur terre (on shore) ou en mer (off shore).

Le forage pétrolier présent énormément de risques en matière de sécurité, aussi bien pour les

foreurs que pour les équipements et l’environnement. Le risque le plus dangereux est celui d’avoir une

venue notamment de gaz qui pourrait être suivie d’une éruption incontrôlable.

Les pertes de puits ou des équipements consécutives aux éruptions incontrôlées grèvent

lourdement chaque année l’industrie pétrolière et des vies humaines peuvent être mises en danger au

cours d’opérations quelques fois périlleuses, particulièrement lorsqu’elles se déroulent en mer. Enfin la

pollution de l’environnement peut avoir des effets incalculables surtout sur la santé humaine.

Les ingénieurs de forage ont développé des nouvelles procédures afin de contrôler la pression du

puits. On peut considérer que l’éruption comme le problème le plus délicat et le plus dangereux dans le

forage. Pour cela, nous avons choisi notre sujet concernant la prévention et maîtrise des risques des

éruptions.

L'objectif de notre travail vise a utilisé des procédures pratiques pour contrôler la pression du puits

RN119 par une méthode conventionnelle ( wait and weight ) , très souvent utilisée par les sociétés

pétrolières afin de limiter les problèmes d’éruptions incontrôlée en surface ou bien liées a des

fracturation des terrains .

Dans le puits objet de notre étude, le sujet de notre analyse porte sur un problème d'intrusion de fluide de formation applé venue ou kick.

Notre analyse permettra de trouver les causes du problème aux moyens de certains calculs, et aussi de

comprendre et expliquer la méthode utilisée sur le chantier afin de remédier à la situation, ensuite faire

des recommandations dans le but de prévenir ce type de problèmes.

de remédier à la situation, ensuite faire des recommandations dans le but de prévenir ce type
de remédier à la situation, ensuite faire des recommandations dans le but de prévenir ce type

Introduction générale

Introduction générale La présentation de notre travail est structurée autour de quarts chapitres: Le premier chapitre,

La présentation de notre travail est structurée autour de quarts chapitres:

Le premier chapitre, présente l'état des connaissances concernant les types de contrôle des venus, et les définitions de certains facteurs indispensables à ce sujet Cette présentation sera suivie par un aperçu sur les différents types des pressions dans un puits

La description générale des procédures de fermeture et les différentes méthodes de contrôles des venues, ainsi que le domaine d’application avec les présentations des avantages et des inconvénients de ces diverses méthodes de contrôle fait l'objet du deuxième chapitre

Le troisième chapitre est consacré à la présentation pratique des différents équipements de contrôle des venues, en citant tous les détails en relation avec ces équipements.

Le quatrième chapitre: traite la situation géographique de la zone RHOURDE NOUSSE, les coordonnées et l’état du puits RN119, avec une discussion détaillée sur les causes des venues La procédure de fermeture ainsi que la méthode de contrôle secondaire appliquée (wait and weight) suivie par les calculs adéquats sont présentés et discutés.

Enfin nous avons terminé ce travail par une conclusion globale qui discussion générale de l'étude, et énonce des recommandations proposées.

par une conclusion globale qui discussion générale de l'étude, et énonce des recommandations proposées. Page 2
par une conclusion globale qui discussion générale de l'étude, et énonce des recommandations proposées. Page 2

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues I.1.Généralité sur les venues: Une venue est définie

I.1.Généralité sur les venues:

Une venue est définie comme étant l’intrusion d’un fluide indésirable d’une formation perméable dans le puits, dés que la pression de fond devient inférieure à la pression de pore.

I. 1.1. Type de contrôle de venue:

Le contrôle d’un puits est divisé en trois catégories principales à savoir le contrôle primaire, le contrôle secondaire et le contrôle tertiaire

I. 1.1.1.Le contrôle primaire:

La prévention de l’intrusion du fluide de formation dans le puits est assurée par le maintien d’une pression hydrostatique exercée par la boue de forage à une valeur égale ou légèrement supérieure a la

pression de pore sans tout fois dépassé la pression de fracturation de la formation la plus fragile.

I. 1.1.2.Le contrôle secondaire:

Quand la pression de fond devient inférieure à la pression de pores, il y a une intrusion du fluide de formation dans le puits, cette intrusion ne peut être arrêtée qu’après la fermeture du puits en utilisant

les équipements de sécurité. La remise du puits sous contrôle est effectuée en utilisant les méthodes de contrôle conventionnelle à savoir la Driller’s ou la Wait and Weight Méthode.

I. 1.1.3.Le contrôle tertiaire:

Le contrôle tertiaire représente la troisième ligne de défense pour le contrôle des venues qui consiste à utiliser les méthodes et les procédures inhabituelle pour traiter les situations particulières de venus à savoir:

¸ L’outil n’est pas au fond.

¸ Le bouchage de la garniture.

¸ Sifflure de garniture.

¸ Pertes de circulation.

¸ La pression annulaire supérieure à la pression maximale admissible

¸ Coincement de la garniture.

¸ Migration du gaz sans expansion.

¸ Opérations spéciales (stripping, snubbing).[1]

I.1.2.Causes des venues:

La prévention des venues est un processus qui doit d’abord commencer par l’étude et compréhension des causes qui sont l’origine de ces venues. Les causes de venues les plus fréquentes sont:

¸ Défaut de remplissage du puits pendant les manœuvres de garniture.

de venues les plus fréquentes sont: ¸ Défaut de remplissage du puits pendant les manœuvres de
de venues les plus fréquentes sont: ¸ Défaut de remplissage du puits pendant les manœuvres de

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues ¸ Pistonnage vers le haut et vers le

¸ Pistonnage vers le haut et vers le bas pendant les manœuvres.

¸ Perte de circulation.

¸ Densité du fluide de forage insuffisante.

¸ Formation à pression anormalement élevée.

¸ Contamination de la boue par le gaz.

I. 1.2.1.Défaut de remplissage pendant le manœuvre:

La baisse du niveau de boue dans l’annulaire engendrerait une réduction de la pression de fond qui peut provoquer une intrusion de fluide de formation si le puits n’a pas été rempli avec un volume de boue équivalant au volume d’acier extrait. Les équations suivantes nous permettent de calculer la réduction de la pression de fond due à cette baisse de niveau lorsque les tiges sont remontées vides ou pleines.

¸

Tiges vides :

¸ Tiges pleines:

ΔP=H×

ΔP=H×

ΔP : Réduction de la pression de fond (bars).

H

: Longueur de tiges remontée(m).

Gb

: Gradient de boue (bar/m).

(I-1)

(I-2)

V a tige : Volume acier des tiges (L/m). V i tige : Volume intérieur des tiges (L/m). V i tubage : Volume intérieur du tubage (L/m).

I.1.2.2. Pistonnage vers le haut et vers le bas (Swabbing and surgging) :

a- Pistonnage vers le haut (Swabbing):

Le pistonnage vers le haut est un phénomène qui se manifeste lors de la remontée de la garniture

entrainant une dépression au fond du puis.

b- Pistonnage vers le bas (surgging):

Le pistonnage vers le bas est aussi un phénomène qui se manifeste lors de la descente de la garniture entraînant une surpression au fond du puits. Si cette surpression est importante, la pression de fond devient supérieure à la pression de fracturation de la formation, et par conséquent provoquer une perte totale de la boue qui pourra entraîner une baisse suffisante du niveau de boue dans le puits et favorise ľ envahissement de puits par le fluide de la

formation.

suffisante du niveau de boue dans le puits et favorise ľ envahissement de puits par le
suffisante du niveau de boue dans le puits et favorise ľ envahissement de puits par le

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues I.1.2.3.Perte de circulation : Lors ď une perte

I.1.2.3.Perte de circulation :

Lors ď une perte totale de circulation, la pression hydrostatique diminue et si elle devient inférieure à la pression de pores, il y aura une intrusion du fluide de la formation dans le puits. La hauteur maximale de vide tolérée pour ne pas avoir une venue est donnée par la formule suivante :

H =

(I-3)

Donc : H : la hauteur maximale du vide (m) : La différence entre la pression de fond et la pression de pores (bar) d i : la densité initiale de la boue (kg /L)

I.1.2.4.Densité de boue insuffisante :

La densité de boue est un facteur primordial pour le contrôle primaire du puits si cette densité devient inférieure à la densité d'équilibre une formation poreuse et perméable il y’aura venue. Ľ insuffisance de la densité peut être due à :

¸ Une sous estimation de la pression de pores

¸ Une diminution accidentelle de la densité de boue en surface

¸ Une contamination de la boue par le fluide de formation

I.1.2.5. Formation à pression anormalement élevée :

Des formations à pressions anormalement élevées déjà traitées dans la section précédente sont souvent rencontrée dans beaucoup de régions et à des profondeurs très diverses. Ces formations sont souvent une des causes des les venues. On dit qu’une formation est à pression anormalement élevée lorsque son gradient de pression est supérieur au gradient normal. Gradient anormal 0,105 bar /m

La formation à pression anormalement élevée est souvent prévue et détectées par l’analyse détaillée des études sismiques avant de commencer le forage. Un autre moyen plus direct pour détecter cette formation à pression anormalement élevée consiste à observer les tendances des paramètres suivants pendant le forage :

¸ Vitesse de pénétration (ROP)

¸ "d"-exposant

¸ Température de sortie de la boue à la goulotte

¸ Torque et frottements

¸ Densité des argiles

¸ Température de sortie de la boue à la goulotte ¸ Torque et frottements ¸ Densité
¸ Température de sortie de la boue à la goulotte ¸ Torque et frottements ¸ Densité

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues I.1.2.6. Contamination de boue par le gaz :

I.1.2.6. Contamination de boue par le gaz :

Lors du forage des formations contenant du gaz, ce dernier se mélange à la boue entraînant une réduction de la densité effective. Cette réduction est ď autant plus significative lorsque le gaz s’approche de la surface (Loi de BOYLE). La quantité de gaz contamination la boue de forage dépend de :

¸ La vitesse ď avancement (ROP)

¸ Le diamètre de ľ outil de forage

¸ La porosité

¸ La condition de fond (pression et température)

La réduction de pression dûe à la boue par le gaz est donnée approximativement par la formule de strong :

(I-4)

: : la réduction de la pression sur le fond (bar) de : la densité ď entrée de la boue (kg / L) ds : la densité de sortie de la boue (kg / L) Ph : la pression hydrostatique de la boue initiale (bars).[2] I.1.3. Les Signes d'une venue :

Une détection rapide d’une venue suivie immédiatement par des actions appropriées qui sont les éléments clés pour la réussite de contrôle du puits. Plusieurs signes peuvent prévenir d’un risque imminent d’une venue, ces signes peuvent être des signes avertisseurs ou positifs qui sont analysés ci-après. I.1.3.1. Les signes précurseurs (avertisseur) d’une venue:

La sécurité du puits dépend essentiellement de la détection rapide des signes précurseurs d’une venue, toutefois la détection d’un seul indice de venue n’est pas un indicateur définitif d’une venue, c’est la raison pour laquelle il est très important d’observer la tendance des autres signes. On distingue a. Augmentation de la vitesse d’avancement (Drilling Break):

La vitesse d’avancement est généralement fonction d’un certain nombre de paramètres qui peuvent être:

¸ Poids sur l’outil

¸ Vitesse de rotation

¸ Nature de la formation forée

¸ Les paramètres hydrauliques.

¸ Poids sur l’outil ¸ Vitesse de rotation ¸ Nature de la formation forée ¸ Les
¸ Poids sur l’outil ¸ Vitesse de rotation ¸ Nature de la formation forée ¸ Les

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues ¸ Type de l’outil. ¸ Pression différentielle. ¸

¸ Type de l’outil.

¸ Pression différentielle.

¸ Porosité de la formation traversée.

Une augmentation de la vitesse d’avancement lors du forage d’une formation à pression anormalement élevée serait due principalement à la réduction de la pression différentielle et à l’augmentation de la porosité si tous les autres paramètres sont maintenus constants. b. Augmentation du torque et des frottements:

L’augmentation du torque et des frottements par rapport à leur tendance normale pendant le forage pourrait indiquer la pénétration d’une zone de transition à pression anormalement élevée. Cette augmentation peut être considérée comme indication de l’instabilité des parois de puits due à la réduction de la pression différentielle ce qui entraîne le fluage des argiles et l’accumulation des déblais autour du BHA. c. Diminution de la densité des argiles :

La tendance normale de la densité des argiles croît avec la profondeur sous l’effet de la compaction. La pénétration dans une zone à pression anormalement élevée est accompagnée généralement d’une augmentation de la porosité ce qui entraîne une réduction de la densité des argiles. La mesure de l’écart entre la densité des argiles et la tendance de variation normale sur la courbe (densité normale / profondeur) est utilisée comme moyen de détection de zone à pression anormalement élevée. d. Taille, forme et volume des déblais (cutting):

Les déblais de grande taille peuvent être produits dans les zones de transition et à pression anormalement élevée suite à une pression différentielle négative. A cause de cette pression la roche peuvent être déstructurée elle même sans effet d’outil. L’analyse continue en surface au niveau de la cabine d’enregistrement de la taille, (la forme, longue et angle aigus) et le volume des déblais permet la détection de l’entrée d’une zone de transition. e. Changement de la propriété de la boue:

L’intrusion d’un fluide plus léger dans le puits provoque une diminution de la densité de la boue, cette diminution est généralement accompagnée par une variation de la viscosité en fonction du type de boue et la nature de l’effluent. Par exemple, l’intrusion de l’eau de formation dans une boue à base d’huile entraînera une augmentation de la viscosité, par contre l’effet est inverse pour une boue salée saturée à faible PH. Le changement de la concentration des chlorures dans la boue est un indicateur de l’entrée de l’effluent dans le puits.

.

de la concentration des chlorures dans la boue est un indicateur de l’entrée de l’effluent dans
de la concentration des chlorures dans la boue est un indicateur de l’entrée de l’effluent dans

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues f. Changement de la température de la boue

f. Changement de la température de la boue à la sortie :

La variation de gradient normal de température est caractérisée par une diminution à l’approche de la zone de transition suivie par une augmentation plus rapide que la normale à l’entrée dans cette dernière. g. Diminution du d-exposant :

La méthode de d-exposant à été introduite pour normaliser la vitesse d’avancement dont le but d’éliminer l’effet de variation des paramètres de forage d-exposant doit être corrigé en fonction de la densité de la boue définir une ligne de base (normal trend line) c'est-à-dire la tendance D où on peut détecter les zones à pression anormalement élavée.

(I-5)

Ou: d:d-exposent ROB: vitesse d'avancement (m/h) RPM: vitesse de rotation de l'outil WOB: Poids sur l'outil (tonne) D:diamtre de l'outil (pouce) Le "d" exposent doit être corrigé en fonction de la densité de la boue.

Ou : dc:" d" exposent corrigé d:d-exposant d 1 :densité du fluide de formation correspondant au

Hydrostatique normale (1:00à1, 07 kg /l) d 2 : densité de la boue équivalente h. Indice de gaz dans la boue :

(I-6)

gradient de pression

Une boue gazée doit être également considérée comme un indice d’une venue possible et il est essentiel de déterminer les conditions de fond qui provoquent le gazage. En remontant dans l’annulaire, le gaz se détend lentement jusqu’au moment où il approche de la surface. Il se détend alors rapidement et provoque une réduction de densité de la boue. Cette réduction peut être très importante que signifie qu’une éruption va se produire. [1] I.1.3.2. Les signes positifs d’une venue:

Un signe positif d’une venue signifie une intrusion sûre d’un certain volume d’effluent dans le trou ce qui nécessite la fermeture immédiate du puits. Les signes positifs peuvent se manifester en cours

le trou ce qui nécessite la fermeture immédiate du puits. Les signes positifs peuvent se manifester
le trou ce qui nécessite la fermeture immédiate du puits. Les signes positifs peuvent se manifester

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues de forage ou pendant les manœuvres: a. En

de forage ou pendant les manœuvres:

a. En cours de forage:

Les signes positifs d’une venue en cours de forage sont:

¸ L’augmentation du niveau des bacs.

¸ Le débit à la goulotte, pompes à l’arrêt.

¸ L’augmentation du débit à la goulotte.

b. En cours des manœuvres:

Les signes positifs lors d’une manœuvre sont:

La

différence

entre

le

volume

de

boue

rempli

et

le

volume

d’acier

extrait

à

la

remontée

V rempli <V extrait

La différence entre le volume de boue récupérer et le volume d’acier introduit à la descente

V récupéré > V introduit . [3]

I.2. Les Pression dans un puits:

I.2.1 Pression hydrostatique:

La pression hydrostatique est définie comme étant la pression exercée par le poids d’une colonne verticale de fluide par unité de surface. La forme et les dimensions de l’enceinte ou du puits n’interviennent pas dans le calcul de la pression hydrostatique La forme générale de la formule de la pression hydrostatique est :

Ph = Densité Fluide x Profondeur Verticale Si on veut exprimer la pression hydrostatique en bars, la densité en kg/l et la profondeur verticale en mètre; le facteur de conversion est 1/10,2.

Avec

Ph=

Ph: pression hydrostatique en Bars Z: côte verticale entre les deux points de mesure en mètres d: densité de la boue en Kg/L

Ph=r×g×h Ph: pression hydrostatique en Pascal

r: masse volumique en kg/m 3 g: accélération de la pesanteur en m/s 2 h: hauteur verticale en mètre

(I-7)

(I-8)

volumique en kg/m 3 g: accélération de la pesanteur en m/s 2 h: hauteur verticale en
volumique en kg/m 3 g: accélération de la pesanteur en m/s 2 h: hauteur verticale en

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues 1.2.2. Gradient de pression: Le gradient de pression

1.2.2. Gradient de pression:

Le gradient de pression G en bar/m est l'augmentation de la valeur de la pression de formation rapportée à l'augmentation de la profondeur, dans un milieu perméable.

G = Pf / Z

(I-9)

On définit le gradient de pression hydrostatique Gp comme étant la variation de la pression

hydrostatique par unité de profondeur verticale.

Le gradient de pression Gp est exprimé en Bar/mètre.

On écrit donc :

Gp (bar/m) =

(I-10)

I.2.3. pressions de formations :

C’est la pression du fluide contenu dans les pores d’une formation. Elle est aussi appelée pression de pores ou pression de gisement. 1.2.3.1. Pressions de formations normales:

La pression normale de pores à une profondeur donnée correspond à la pression hydrostatique du fluide au point situé à la côte verticale Z. Ce qui implique une connexion pore à pore jusqu’à l’atmosphère indépendamment du cheminement du fluide. I.2.3.2. Pressions de formations anormales :

En l’absence d’une barrière de perméabilité, l’augmentation du poids géostatique due à la sédimentation représente la force essentielle de l’expulsion des fluides. Si au cours du processus de sédimentation l’expulsion est freinée par une barrière de perméabilité ou une vitesse de sédimentation supérieure à la vitesse d’expulsion du fluide, la pression de pores devient anormale. Lorsque le fluide de formation supporte une partie de la contrainte géostatique il y a sous-compaction caractérisée par une augmentation de la porosité et diminution de la densité. I.2.3.3. Pression géostatique:

La pression géostatique à une profondeur donnée est la pression exercée par le poids des sédiments sus jacents.Comme il ne s’agit pas d’une pression de fluide on préfère souvent, pour faire la distinction fluide/matrice, utiliser le terme contrainte géostatique. Elle peut être exprimée ainsi :

faire la distinction fluide/matrice, utiliser le terme contrainte géostatique. Elle peut être exprimée ainsi : Page
faire la distinction fluide/matrice, utiliser le terme contrainte géostatique. Elle peut être exprimée ainsi : Page

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues S = (I-11) Où : ds: densité apparente

S =

(I-11)

Où : ds: densité apparente des sédiments sus-jacents (kg/L)

S : contrainte géostatique (bars)

Z: hauteur verticale des sédiments (m)

I.2.4. Pression de fracturation :

En général, les formations moins profondes ont des pressions de fracturation relativement

faibles par rapport à celles des grandes profondeurs, ceci est dû à l’augmentation du poids

géostatique et la compaction des sédiments sous-jacents.

La pression de fracturation est la pression à laquelle il y aura rupture de la matrice de la roche,

cette fracturation est accompagnée par une perte de boue.

Dans le cas d’un forage, la formation sous le sabot représente en général le point le plus fragile

du découvert.

La connaissance de la pression de fracturation est d’une importance vitale pour l’élaboration du

programme de forage et de tubage.

La pression de fracturation est donnée par la formule suivante:[2]

Où:

P frac = P lot +

Pfrac : Pression de fracturation au sabot (bars) Plot : Pression en surface du LOT (bars)

Zs : Côte verticale du sabot (m)

d: densité de boue au dessus du sabot (kg/L)

I.2.4.1. Leak Off Test pression:

(I-12)

Le LOT est une mise en pression du puits et en particulier de la nouvelle formation, afin de

déterminer sa résistance ou la pression de fracturation Pfrac.

Cette opération s’effectue après la pose et la cimentation du casing, une fois que l’on a foré quelques

mètres dans la nouvelle formation. Après avoir remonté l’outil dans le casing, on ferme le puits.

Connaissant précisément la côte verticale du sabot et la densité de la boue, on pompe à faible débit en

enregistrant la pression avec un bon manomètre ainsi que le volume pompé.

On trace la courbe des pressions enregistrées en fonction du volume pompé ou du temps.

Le résultat du L.O.T.

On trace la courbe des pressions enregistrées en fonction du volume pompé ou du temps. Le
On trace la courbe des pressions enregistrées en fonction du volume pompé ou du temps. Le

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues Figure :( I-1): Leak Off Test Pression (L.O.T
Chapitre I généralité sur le contrôle des venues Figure :( I-1): Leak Off Test Pression (L.O.T

Figure :( I-1): Leak Off Test Pression (L.O.T)

De cette pression admissible, Padm, il est facile de déduire la pression de fracturation au sabot Pfrac :

Pfrac=P hs +P adm

(I-13)

Remarque : Le sabot sera toujours considéré comme le point faible de la formation, car plus l’on fore profondément, plus le terrain est généralement résistant. P frac étant une valeur constante, si l’on change la densité de la boue, la pression hydrostatique au sabot

variera et la Padm également. On a

P frac =P hs +P adm

(I-14)

v Procedure du leak-off test

L’utilisation d’une pompe de faible débit et des manomètres de pression précis sont

nécessaires pour l’obtention des valeurs exactes de la pression du leak-off test (LOT). Les étapes à suivre sont:

¸ s’assurer de l’étanchéité de la colonne de tubage.

¸ forer 1 à 3 mètres sous le sabot.

¸ circuler et conditionner la boue.

¸ remonter l’outil au sabot et connecter la ligne de pompage.

¸ tester la ligne de pompage.

¸ fermer l’obturateur.

¸ commencer le pompage par l’intérieur des tiges ou par l’espace annulaire avec un débit de 40 à 80 l/min (0.25 à 0.50 bbl/min) et ploter sur un.

¸ graphe préalablement préparé les pressions qui correspondent à chaque incrément du volume pompé.

sur un. ¸ graphe préalablement préparé les pressions qui correspondent à chaque incrément du volume pompé.
sur un. ¸ graphe préalablement préparé les pressions qui correspondent à chaque incrément du volume pompé.

Chapitre I

généralité sur le contrôle des venues

Chapitre I généralité sur le contrôle des venues ¸ arrêter la pompe une fois la déflexion

¸ arrêter la pompe une fois la déflexion est confirmé. La pression au point de déflexion représente la pression du leak-off test (LOT).

¸ purger la pression et mesurer le volume retour.

I.2.4.2.Pression maximale admissible (Padm) La pression maximale admissible est la pression limite à ne pas dépasser en tête d’annulaire pour éviter la fracturation de la formation la plus fragile. La formule utilisée pour le calcul est la suivante :

Ou bien :

Padm = Pfrac -

Zs x d

10,2

Padm =

(dfrac - d) x Zs

10,2

(I-15)

(I-16)

Note: La pression admissible doit être recalculée à chaque changement de densité de boue. La pression maximale admissible ne doit en aucun cas être atteinte lorsque l’effluent est au- dessous du point fragile (sabot), elle devient insignifiante lorsque l’effluent est au-dessus du point fragile. -On définit la pression maximale Pmax comme étant la pression limite en tête de l’annulaire, cette limite dépend de la pression de service des équipements de surface et de la pression d’éclatement du tubage. [5] I.2.2.Contrôle de la pression de fond:

En statique, la pression de fond est créée par la branche la plus lourde…Généralement, on dit que:

P fond =P ha

(I-17)

En dynamique, la pression de fond sera créée par la somme des pressions dans l’annulaire (si circulation normale), c’est-à-dire par la pression hydrostatique et aussi par les pertes de charges annulaires [5]

P fond =P ha +P cea

(I-18)

hydrostatique et aussi par les pertes de charges annulaires [5] P f o n d =P
hydrostatique et aussi par les pertes de charges annulaires [5] P f o n d =P

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue II.1.Procédures de fermeture: La détection rapide d’une

II.1.Procédures de fermeture:

La détection rapide d’une venue et la fermeture immédiate du puits sont les éléments clés pour la réussite des opérations de remise sous contrôle du puits. Les procédures de fermeture de puits ont été établies dans le but de:

¸ sécuriser le puits

¸ minimiser le volume de la venue L’importance et la sévérité de la venue dépendent de :

¸ la pression différentielle au fond du puits

¸ la perméabilité de la formation

¸ temps écoulé avant la fermeture du puits

¸ la nature de l’effluent. [2]

II.I.1.Procédure de fermeture HARD:

II.1.I.1.Alignement du circuit de contrôle:

¸ La vanne manuelle de la choke line ouverte.

¸ La vanne hydraulique de la choke line fermée.

¸ La duse hydraulique fermée.

¸ Toutes les vannes de la ligne (en avale de la HCR) passant par la duse hydraulique allant au dégazeur doivent être ouvertes.

¸ Les autres vannes du manifold de duse fermées.

II.I.1.2.Procédure de fermeture HARD en cas de venue en forage:

¸ Arrêter la rotation et donner l’alerte.

¸ Dégager la tige d’entraînement avec les pompes en marche et positionner le premier tool joint au-dessus de la table de rotation.

¸ Arrêter les pompes de forage et observer le retour de la boue, si positif:

¸ Fermer un obturateur (de préférence la pipe RAMS).

¸ Ouvrir la vanne hydraulique de la choke line et avertir le superviseur.

¸ Noter le gain, relever les pressions en tête des tiges et d’annulaire et ploter leurs valeurs en fonction du temps.

II.I.1.3.Procédure de fermeture HARD en cas de venue en manœuvre:

¸ Poser la garniture sur cale.

¸ Installer la vanne de sécurité (safety valve) en position ouverte.

¸ Fermer la vanne de sécurité.

¸ Fermer un obturateur (de préférence la pipe RAMS).

¸ Ouvrir la vanne hydraulique de la choke line et avertir le superviseur.

(de préférence la pipe RAMS). ¸ Ouvrir la vanne hydraulique de la choke line et avertir
(de préférence la pipe RAMS). ¸ Ouvrir la vanne hydraulique de la choke line et avertir

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue ¸ Noter le gain, relever la pression

¸ Noter le gain, relever la pression en tête d’annulaire.

II.1.2. procédure de fermeture S.O.F.T:

II.1.2.1Alignement du circuit de contrôle:

Pendant les opérations de forage le circuit de contrôle doit être aligné.

¸ la vanne manuelle de la choke line ouverte

¸ la vanne hydraulique de la choke line fermée

¸ la duse hydraulique ouverte toutes les vannes de la ligne (en avale de la HCR) passant par la

duse hydraulique, allant au séparateur doivent être ouvertes les autres vannes du manifold de duse

fermées.

a. Procédure de fermeture en forage:

La procédure de fermeture soft en cas de venue pendant le forage consiste à:

¸ arrêter la rotation et donner l’alerte

¸ dégager la tige d’entraînement avec les pompes en marche et positionner le premier tool

joint au dessus de la table de rotation

¸ arrêter les pompes de forage et observer le retour de la boue, si positif :

¸ ouvrir la vanne hydraulique de la choke line

¸ fermer un obturateur (l’annulaire de préférence)

¸ fermer la duse hydraulique et avertir le superviseur

¸ noter le gain, relever les pressions en tête des tiges et d’annulaire et ploter leurs valeurs en fonction du temps

b. Procédure de fermeture en manœuvre:

S’il y a indication de venue en cours de manœuvre, le puits doit être fermé de la manière suivante:

¸ poser la garniture sur cales

¸ installer la vanne de sécurité (Safety valve) en position ouverte

¸ fermer la vanne de sécurité

¸ ouvrir la vanne hydraulique de la choke line

¸ fermer un obturateur (l’annulaire de préférence)

¸ fermer la duse hydraulique et avertir le superviseur

¸ noter le gain et relever la pression en tête d’annulaire

la duse hydraulique et avertir le superviseur ¸ noter le gain et relever la pression en
la duse hydraulique et avertir le superviseur ¸ noter le gain et relever la pression en

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue II.1.3 Avantages et inconvénients des différentes

II.1.3 Avantages et inconvénients des différentes procédures de fermeture:

II.1.3.1 Procédure SOFT:

Avantage:

¸ Permet de contrôle et la surveillance de l’évolution des pressions en tête de l’annulaire et en tête des tiges durant la fermeture.

¸ Eviter les coups de bélier à la formation.

Inconvénients

¸ Temps de fermeture assez long engendrant un gain important.

¸ Risque de confusion durant son application.

II.1.3.2 Procédure HARD:

Avantage:

¸ Temps de fermeture court entraînant un gain faible.

¸ Procédure de fermeture moins compliquée.

Inconvénients:

¸ Ne permet pas le contrôle de l’évolution des pressions à la fermeture.

¸ Risque des coups de bélier au niveau de découvert.[1]

Remarque:

La FAST c’est une autre procédure de fermeture n’est pas utilisée au niveau de SONATRACH car cette procédure n’est pas normalisée par l’API

II.2.Les méthodes de contrôle:

Plusieurs méthodes de contrôle ont été développées à la file des années pour traiter diverses situations de venues. Ces méthodes de contrôle ont le même principe de base qui consiste à maintenir une pression au fond constante et égale ou légèrement supérieure à la pression de pores durant toute la durée du contrôle. Elles diffèrent les unes des autres par la procédure de mise en œuvre de ce principe.[5]

Les méthodes de contrôle sont:

¸ "Driller's Méthode"

¸ Wait and weight méthode

¸ Concurrent méthode

¸ Volumétrique Méthode

¸ Lubricatting Techniques

¸ Wait and weight méthode ¸ Concurrent méthode ¸ Volumétrique Méthode ¸ Lubricatting Techniques Page 16
¸ Wait and weight méthode ¸ Concurrent méthode ¸ Volumétrique Méthode ¸ Lubricatting Techniques Page 16

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue II.2.1.La méthode du Driller "Driller's

II.2.1.La méthode du Driller "Driller's Méthode" :

C'est une méthode classique, la plus simple et la plus couramment employée, elle permet le démarrage rapide de la circulation et consiste donc à éliminer l'effluent de l'espace annulaire en

circulant avec la boue de densité initiale d 1 , puis de la remplacer par la boue de densité requise d r. Cette méthode décomposée par deux phases :

¸ À circuler et évacuer la venue avec la densité initiale de forage, dite 1 ére circulation.

¸ À remplacer la boue initiale par une boue de densité suffisante pour équilibrer la pression de pores, dite 2 émé circulation . [4]

a. Procédure de mise en œuvre de la Driller’s Méthode:

1- Fermer le puits dès la constations d’un signe positif de venue. 2- Noter le gain, profondeur actuelle et relever les pressions stabilisées en tête des tiges Pt 1 et en tête d’annulaire Pa 1 3- Remplir la fiche de contrôle de venue (kill sheet) 4- Première circulation

¸ Ouvrir légèrement la duse et démarrer progressivement les pompes de forage jusqu’à atteindre le

débit de contrôle (débit réduit), on ajustant la duse pour maintenir la pression en tête d’annulaire constant et égale à la pression stabilisée en tête d’annulaire Pa 1 . Une fois que le débit de contrôle est atteint, la pression en tête des tiges doit être égale en principe à la pression de refoulement initiale calculée Pr 1 . ¸ Continuer à circuler à débit constant jusqu’à l’évacuation complète de la venue tout en ajustant la duse pour maintenir la pression de refoulement constante et égale à la pression de refoulement initiale Pr 1 .

¸ Arrêter les pompes et fermer le puits.

Après la fermeture du puits, doit être lire les mêmes pressions en tête de tiges et en tête d’annulaire. Pt = Pa =Pt 1 5- Deuxième circulation

¸ La boue de densité requise étant prête.

¸ Ouvrir légèrement la duse et démarrer la pompe progressivement jusqu’à atteindre le débit de

contrôle (Q r ), en ajustant la duse pour maintenir la pression annulaire constants (Pa = Cst) est égale à

la valeur de la pression annulaire lors la fermeture en fin de la première circulation (Pa = Pt 1 ).

¸ Continuer à circuler à débit constant et ajuster la duse pour avoir une pression de refoulement

décroissante de la valeur Pr 1 jusqu’à la valeur P Rr selon le graphe préétabli.

de refoulement décroissante de la valeur Pr 1 jusqu’à la valeur P R r selon le
de refoulement décroissante de la valeur Pr 1 jusqu’à la valeur P R r selon le

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue ¸ Une fois que la boue lourde

¸ Une fois que la boue lourde arrive à l’outil, continuer à circuler à pression de refoulement constante est égale à la pression de circulation finale (P Rr ) jusqu’à l’arrivée de la boue de densité requise en surface. On doit noter en principe une pression annulaire nulle Pa = 0. ¸ Arrêter la circulation, fermer la duse et observer les pressions en tête des tiges et en tête d’annulaire qui doit être nulle.

¸ Ouvrir le puits et continuer les opérations habituelles de forage après le conditionnement de la

boue . [3] Remarque :

1) Durant la circulation de la venue dans le découvert, faire attention à ce que la pression annulaire ne doit pas dépasse P adm pour ne pas fracturer au sabot ou au point fragile. Mais une fois que la venue est dans le tubage, le risque de fracturation est écarté si la pression de fond est maintenue constante. 2) Après la mise en place de la boue de densité requise, cette dernière peut être alourdie à une densité supérieure fournissant une marge de sécurité de l’ordre de 10 à 15 bars.[2]

être alourdie à une densité supérieure fournissant une marge de sécurité de l’ordre de 10 à
être alourdie à une densité supérieure fournissant une marge de sécurité de l’ordre de 10 à

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue Première circulation Deuxième circulation Figure. (II.1) .

Première circulation

et Méthodes de contrôle de venue Première circulation Deuxième circulation Figure. (II.1) . Evolution des
et Méthodes de contrôle de venue Première circulation Deuxième circulation Figure. (II.1) . Evolution des

Deuxième circulation

de venue Première circulation Deuxième circulation Figure. (II.1) . Evolution des pressions en tète des tiges
de venue Première circulation Deuxième circulation Figure. (II.1) . Evolution des pressions en tète des tiges

Figure. (II.1).Evolution des pressions en tète des tiges et d’annulaire (Driller's méthode)

Figure. (II.1) . Evolution des pressions en tète des tiges et d’annulaire ( Driller's méthode )
Figure. (II.1) . Evolution des pressions en tète des tiges et d’annulaire ( Driller's méthode )

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue b) les Avantages les Inconvénients de Driller's

b) les Avantages les Inconvénients de Driller's méthode:

¸ Avantage :

- Diagramme du contrôle après la stabilisation des pressions.

- On peut démarrer la circulation très rapidement.

- Permet de résoudre certaines limitations dans les possibilités de barattage.

- Limite les problèmes de migration.

¸ Inconvénients :

- Pression en tête de l'annulaire (gaz sous les BOP) plus élevée qu'en Driller's méthode.

- Dans certains cas la pression au point fragile est un peu plus élevée.

- Temps de contrôle élevé.[4]

II.2.2. Wait and Weight Méthode:

La Wait and Weight Méthode est une autre technique de contrôle de venues ayant le même principe de base que la Driller's méthode. La procédure de cette méthode consiste à évacuer la venue avec la boue de densité requise en une seule circulation. a. Procédure de mise en œuvre de la Wait and Weight Méthode:

1) Fermer le puits dès la constatation d’un signe positif de venue. 2) Noter le gain et relever les pressions stabilisées en tête des tiges et d’annulaire. 3) Remplir la fiche de contrôle (kill sheet) et alourdir la boue à la densité requise. 4) Une fois la boue de densité requise est prête, ouvrir légèrement la duse et démarrer progressivement la pompe jusqu’à atteindre le débit de contrôle (Qr) en maintenant à l’aide de la duse la pression annulaire constante et égale à la pression stabilisée en tête d’annulaire (Pa 1 ). Lorsque le débit de contrôle est atteint avec une pression annulaire maintenue constante, le manomètre de tiges doit indiquer une pression de refoulement égale à la valeur de la pression initiale de circulation (P R1 ). 5) Pendant le pompage de la boue de densité requise à l’intérieur de la garniture à débit de contrôle constant, la pression de refoulement doit décroître selon le graphe préétabli de la valeur de la pression initiale de circulation (P R1 ) à la valeur de la pression finale de circulation (P Rr ) lorsque la boue lourde atteigne l’outil. 6) Durant la remontée de la boue lourde dans l’espace annulaire, continuer à circuler à pression de refoulement constante et égale à la valeur de la pression finale de circulation (P Rr ) en ajustant la duse jusqu’à l’évacuation complète de la venue et le retour de la boue lourde en surface. 7) Arrêter la pompe, fermer la duse et observer les pressions en tête des tiges et d’annulaire qui doivent être nulles.

la pompe, fermer la duse et observer les pressions en t ête des tiges et d’annulaire
la pompe, fermer la duse et observer les pressions en t ête des tiges et d’annulaire

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue 8) Ouvrir le puits et continuer les

8) Ouvrir le puits et continuer les opérations normales de forage après conditionnement de la boue.

normales de forage après conditionnement de la boue. Figure. (II.2). Evolution des pressions en tête des
normales de forage après conditionnement de la boue. Figure. (II.2). Evolution des pressions en tête des

Figure. (II.2). Evolution des pressions en tête des tiges et d’annulaire (Wait and Weight Méthode)

la boue. Figure. (II.2). Evolution des pressions en tête des tiges et d’annulaire ( Wait and
la boue. Figure. (II.2). Evolution des pressions en tête des tiges et d’annulaire ( Wait and

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue b. Avantages et inconvénients (Wait & Weight

b. Avantages et inconvénients (Wait & Weight Méthode)

¸ Avantage:

- moins de risque de fracturation surtout pour des découverts très longs

- moins de pression en tête d’annulaire durant le contrôle

- moins de risque d’usure de la duse du fait que le temps de circulation est réduit

¸ Inconvénients:

temps d’attente important pour préparer la boue de densité requise, d’où risque de coincement et de bouchage de la garniture

- difficultés d’homogénéisation de la boue pour des volumes importants

- migration du gaz durant l’attente

- difficultés de prévoir le comportement du gaz dans l’espace annulaire

v Comparaison Driller’s et Wait and Weight Méthode:

La Driller’s méthode a l’avantage d’être extrêmement simple du fait que pour chaque phase du contrôle, il suffit de suivre La pression de référence et de la tenir constante. La Wait and Weight Méthode a elle l’avantage de contrôler la venue en un cycle,d’où un gain de temps non négligeable. De plus, dans certaines conditions, elle diminue les surpressions sur le sabot comme nous allons le voir . [3] II.2.3.Concurrent Méthode :

Cette méthode est connue sous le nom slow weight-up méthode ou engineering méthode, elle est généralement utilisée dans des cas ou les moyens de barattage sont limités (manque de stock, manque des bacs, etc.) Cette méthode consiste à démarrer le contrôle de la venue après la stabilisation de la pression. l’alourdissement de la boue se fait par palier durant la circulation, elle est plus compliqué que les autres méthodes de contrôle du fait de la présence de plusieurs densité à la fois à l’intérieur de la garniture; ce qui nécessite plus d’attention pour suivre l’évolution de la pression de refoulement durant le contrôle de la venue.[2]

III.2.4.Volumétrique Méthode :

La volumétrique méthode est une méthode de contrôle conventionnelle qui consiste à faire remonter jusqu’en surface une venue de gaz sans circulation, en laissant le gaz se détendre d’une manière contrôlée. Cette méthode est utilisée dans des situations particulières de venues ou la circulation de l’effluent devient impossible telles que :

dans des situations particulières de venues ou la circulation de l’effluent devient impossible telles que :
dans des situations particulières de venues ou la circulation de l’effluent devient impossible telles que :

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue ¸ Garniture de forage hors du trou.

¸ Garniture de forage hors du trou.

¸ Garniture coincée loin du fond.

¸ Bouchage de la garniture de forage.

¸ Arrêt de la force motrice.

¸ Siffleur ou rupture de la garniture de forage.

On distingue deux cas possibles lors de l’application de la volumétrique méthode :

1 er cas :

Communication de pression entre l’espace annulaire et l’intérieur des tiges avec impossibilité de circulation. Chaque fois que la lecture de la pression en tête des tiges est possible, on utilise ce qu’on appel la méthode de purge classique. Cette méthode consiste à purger de la boue pour maintenir la pression en tête des tiges constante et égale à la valeur de la pression stabilisée (Pt 1 ) jusqu'à l’arrivée du gaz sous les obturateurs ou il sera évacué en circulation ou en utilisant lubricatting technique. En pratique, une marge de sécurité prise pour pallier aux fluctuations des pressions lors de la manipulation de la duse.

2 eme cas :

Pas de communication de pression et impossibilité de circulation. Lorsque la lecture de la pression en tête des tiges n'est pas possibles, le contrôle de la pression de fond doit se faire avec le manomètre annulaire II.2.4.1. Choix et calcul :

a - Choix de pallier de pression de travail (ΔP) :

Le palier de pression de travail (ΔP) est défini comme étant l’augmentation de pression annulaire

autorisée avant de purger un certain volume de boue pour garder la pression de fond constante. La valeur de ce palier de pression est généralement comprise entre 5 et 10 bars. En pratique, l’augmentation de la pression annulaire est obtenue en lissant le gaz migrer puits fermé.

b .Choix de la marge de sécurité (S) :

Une marge de sécurité de 10 à 15 bars est prise pour pallier à la variation des pressions dues au

maniement de la duse.

c .Calcul du volume de purge (V) :

Le volume V est le volume de boue à purger dans trip tank donnant une pression hydrostatique

dans l’espace annulaire égale au palier de pression de travail (P) choisi.

donnant une pression hydrostatique dans l’espace annulaire égale au palier de pression de travail (P) choisi.
donnant une pression hydrostatique dans l’espace annulaire égale au palier de pression de travail (P) choisi.

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue Le calcule de ce volume est obtenu

Le calcule de ce volume est obtenu par la formule suivante :

V

=

10.2

¥

ΔP

¥

Vea

d1

(II.1)

Où : V : volume de boue à purger. ΔP : pallier de travail (bars). d1 : densité de la boue (kg/l). Vea : volume espace annulaire correspondant à la position du gaz dans l’espace annulaire (l/m). d. Calcul de la vitesse de migration du gaz (V m ) :

Une fermeture prolongée du puits après une venue de gaz aura pour conséquence une migration de pression due à la migration de ce dernier. La vitesse de migration du gaz dans l’espace annulaire est estimée à partir de l’augmentation de la pression par unité de temps. Pour connaître la position du gaz à tout moment dans l’espace annulaire, la formule suivante peut être appliquée :

V m

=

10.2

¥

ΔP

d1

(II.2)

Où : V m : vitesse de migration du gaz (m/h). ΔP : augmentation de pression (bars/h). d1 : densité de la boue (kg/l). Si on observe une augmentation de la pression en tête des tiges ΔP dp (bars) au cours d’un laps de temps Δt (minutes), la distance verticale ΔD TVD (m) parcourue par la bulle de gaz est :

ΔD

TVD

=

10.2

¥

ΔPt

d

1

d 1 : densité de la boue de forage initiale (kg/l). I : inclinaison moyenne du puits dans l’intervalle considéré (degré).

TVD: True Vertical Depth en (Feet)

La vitesse de migration du gaz le long du puits (migration verticale) est donc :

ΔD

10.2

¥

ΔPt

V m.gaz

MD

=

=

Δt

d

1

¥

cosI

¥

Δt

(II.3)

(II.4)

Remarque :

On peut constater que cette formule n’est pas applicable à la partie horizontale d’un puits (cos I = 0). L’expérience montre que la migration du gaz est quasi nulle. II.2.4.2 .Procédure de mise en œuvre de la « volumétrie méthode »

Laisser la pression annulaire monter jusqu’à la valeur.

Noter la pression stabilisée en tête d'annulaire Pa1.

Pa 2 = Pa 1 +S+ΔP.

jusqu’à la valeur. Noter la pression stabilisée en tête d'annulaire Pa1. Pa 2 = Pa 1
jusqu’à la valeur. Noter la pression stabilisée en tête d'annulaire Pa1. Pa 2 = Pa 1

Chapitre II

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue

Procédures de fermeture et Méthodes de contrôle de venue Purger dans le trip tank à pression

Purger dans le trip tank à pression annulaire constante et égale à Pa 2 le volume utilisant déréférence la duse manuelle. Laisser la pression annulaire monter d’une valeur égale au pallier de travail ΔP choisi. La pression annulaire aura une nouvelle valeur. Pa 3 = Pa 2 +ΔP. Répéter les conséquences 3 et 4 jusqu’à l’arrivée du gaz en surface, puis évacué en utilisant la lubricatting. II.2.5. Lubricatting Techniques :

C’est une technique utilisée pour évacué un volume de gaz se trouvent sous les obturateurs en le replaçant par la boue de forage. Le principe de la technique consiste à maintenir la pression au fond constante en pompant un certain volume de boue par l’espace annulaire (kill line) et de purger un volume de gaz pour réduire la pression annulaire d’une valeur égale à la pression hydrostatique du volume pompé. II.2.5.1. Procédures de mise en œuvre de la « lubricatting technique » :

Noter la pression annulaire Pa. Choisi ΔP un pallier de pression de travail qui est généralement compris entre 5 et 10 bars.

Calculer le volume de la boue V donnant une pression hydrostatique dans l’espace annulaire égale au pallier de pression de travail choisi ΔP.

V

=

10.2

¥

ΔP

¥

Vea

d1

(II.5)

V : volume de boue à purger. ΔP : pallier de travail (bars). d1 : densité de la boue (kg/l). Pomper par l’espace annulaire (kill line) le volume de boue V calculé. Laisser la boue se décanter à travers le gaz. Purger du gaz à l’aide de la manuelle pour réduire la pression annulaire d’une valeur égale au pallier de pression de travail ΔP choisi plus la surpression due à l’injection de la boue. Répéter les séquences 4,5 et 6 jusqu’à l’évacuation complète de la venue. Dans le cas d’une venue en cours de manœuvre, la pression annulaire doit être nulle à la fin de l’opération de lubricatting et l’augmentation de la densité n’est pas nécessaire pour remettre le puits sous contrôle.[5]

et l’augmentation de la densité n’est pas nécessaire pour remettre le puits sous contrôle.[5] Page 25
et l’augmentation de la densité n’est pas nécessaire pour remettre le puits sous contrôle.[5] Page 25

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue III-1-Introduction: Un des aspecte très important du contrôle

III-1-Introduction:

Un des aspecte très important du contrôle de venus est le choix adéquat l'utilisation correct et la maintenance de l'équipement de contrôle des venues.

III-2-Les obturateurs et leurs accessoires ont pour fonctions :

La fonction principale des l'obturateurs est de permettre la fermeture du puits en cas de venues et la circulation sous Duse durant le contrôle. Un obturateur est défini par[2]

- sa marque (les principaux fabricants étant : Cameron, Shaffer, Hydril),

- Son type : U, SL, GK …

- sa dimension nominale (diamètre du passage intérieur),

- sa série (pression maximale de travail et de test en psi).

III.2.1.Différents types d'obturateurs. III.2.1.1.Obturateurs annulaire (annulaire BOP):

Ces obturateurs emploient une membrane en caoutchouc synthétique, qui fait étanchéité sur différents diamètres de la garniture de forage. Elle peut même permettre de petits mouvements de translation et rotation, et fermer complètement le trou s’il est vide.[6] a-Principe de fonctionnement des obturateurs annulaires Le principe de fonctionnement décrit ci dessous est identique à tous les obturateurs annulaires. La fermeture est assurée par l’envoie d’huile sous pression dans la chambre de fermeture, entraînant le piston vers le haut, comprimant la garniture. Cette dernière étant plaquée vers le haut et vers le bas ne peut que se refermer vers l’intérieur. L’ouverture est effectuée par l’envoi d’huile sous pression dans la chambre d’ouverture, entraînant le piston vers le bas, la garniture élastique se décomprime et reprend sa forme initiale. Le retour d’huile vers le réservoir s’effectue par le côté opposé de la chambre.

b- Hydril type GK :

¸

Description

C’est le modèle le plus couramment utilisé. Il se compose d'un corps dans lequel peut coulisser verticalement un piston. Une chemise portant à sa partie inférieure des ouvertures permet le passage des fluides du puits. La pression dans le puits vient s’appliquer sur la face intérieure du piston et aide à la fermeture du BOP. Sur la partie supérieure intérieure conique du piston vient reposer la garniture élastique à armature métallique (packing unit). Cette garniture vient en butée à sa partie supérieure sur le couvercle et à sa partie inférieure sur le guide intérieur.

vient en butée à sa partie supérieure sur le couvercle et à sa partie inférieure sur
vient en butée à sa partie supérieure sur le couvercle et à sa partie inférieure sur

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Une chambre hydraulique d’ouverture et une chambre de

Une chambre hydraulique d’ouverture et une chambre de fermeture permettent le déplacement vertical du piston. Des joints d’étanchéité isolent ces deux chambres entre elles et avec l’extérieur.

ces deux chambres entre elles et avec l’extéri eur. Figure. (III.1): Hydril type GK avec chapeau

Figure. (III.1): Hydril type GK avec chapeau vissé

III.2.1.2.Principe de fonctionnement:

L'envoi du fluide de manœuvre sous pression dans la chambre de fermeture pousse le piston vers le haut, comprimant la garniture élastique (packing unit) qui, bloquée en haut et en bas, ne peut que se refermer vers l'intérieur de l'obturateur (voir fig.3). L'élasticité de la garniture lui permet de faire étanchéité sur n'importe quel tubulaire (à condition qu’il ait une forme régulière) ou sur câble ou même sans équipement dans le puits (utilisation en fermeture totale : Complete Shut Off), mais cela n’est pas recommandé par le fabricant. Pour obtenir une fermeture et une étanchéité correcte, il peut être nécessaire d’actionner plusieurs fois la fermeture du BOP L'envoi du fluide de manœuvre sous pression dans la chambre d’ouverture repousse le piston vers le bas, décomprimant la garniture élastique qui reprend sa forme initiale.[7]

la garniture élastique qui reprend sa forme initiale.[7] Figure. (III.2) Déformation de la garniture (Packing unit)

Figure. (III.2) Déformation de la garniture (Packing unit) lors de la fermeture du BOP

sa forme initiale.[7] Figure. (III.2) Déformation de la garniture (Packing unit) lors de la fermeture du
sa forme initiale.[7] Figure. (III.2) Déformation de la garniture (Packing unit) lors de la fermeture du

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue III.2.2.Le Cameron type U Le Cameron type U

III.2.2.Le Cameron type U

Le Cameron type U est le modèle le plus couramment utilisé dans l’industrie et représente la conception la plus complexe. Il peut être équipé avec des mâchoires à :

¸ Fermeture sur un diamètre donné (pipe rams, casing rams),

¸ Fermeture totale (Blind rams) lorsqu’il n’y a pas de garniture dans le trou,

¸ Fermeture totale et cisaillant (Blind shear rams : BSR) pour couper la garniture et faire étanchéité après la coupe,

¸ Fermeture variable (variable rams) pour plusieurs diamètres de tubulaire,

¸ Fermeture sur deux tubes (dual rams) pour les complétions doubles.

III.2.2.1.Description du Cameron type U:

Il est constitué d'un corps forgé comprenant :

¸ Un alésage central(1) vertical pour le passage des équipements de forage,

¸ Un alésage horizontal (rams cavity) dans lequel se déplace un jeu de deux mâchoires.

Chaque mâchoire est "agrafée" sur une tige de piston comportant au centre le piston de manœuvre (7).

¸ Une bride intermédiaire (3) (Intermediate flange),

¸ Un "bonnet" (4)

Chaque bride est fixée au "bonnet" par des vis à tête noyée et chaque ensemble "bride + bonnet" est fixé au corps par quatre goujons (5). L'étanchéité entre bride et corps est assurée par un joint type "O- ring». Deux pistons (8) (9) solidaires du corps, servant à la manœuvre des bonnets présentent les caractéristiques suivantes :

¸ L’un (9) sur le circuit d’ouverture du BOP a un alésage central, il permet d’écarter les bonnets du corps et d’accéder aux mâchoires.

¸ L’autre (8) sur le circuit de fermeture des BOP est percé latéralement. Le circuit

débouche derrière le piston et permet de refermer les bonnets. La bride intermédiaire entre corps et bonnet dans laquelle coulisse la tige de piston est munie d'un joint

à lèvres (lip seal) du côté puits et d'un "O" Ring côté chambre de manœuvre du piston. Deux vis de verrouillages(10) permettent le blocage des mâchoires position fermée (locking screw) (8)

. Deux vis de verrouillages(10) permettent le blocage des mâchoires position fermée (locking screw) ( 8
. Deux vis de verrouillages(10) permettent le blocage des mâchoires position fermée (locking screw) ( 8

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue 1- UN ALESAGE CENTRAL 7- PISTON DE MANOEUVRE
Chapitre III Les équipement de control de venue 1- UN ALESAGE CENTRAL 7- PISTON DE MANOEUVRE

1-

UN ALESAGE CENTRAL

7- PISTON DE MANOEUVRE

2-

MACHOIARES (RAMS)

9- PISTON (OPEN)

3-

BRIDE INTERMEDAIER

8- PISTON (CLOSE)

 

4-

BONNET

10- VIS DE SECURITE

5-

GOUJONS

6-

TIGE DE PISTON DE MANOEUVRE

 

Figure. (III.3) Cameron type U équipé de pipes rams

  Figure. (III.3) Cameron type U équipé de pipes rams Figure. (III-4): mâchoires Ces mâchoires rendent

Figure. (III-4): mâchoires

Ces mâchoires rendent étanche l'espace au-dessous d'elles. Elles peuvent être :

- à fermeture totale : elles permettent de fermer totalement le puits en l'absence de tiges ou de les cisailler si elles sont présentes,

- à fermeture sur tiges : elles sont munies d'ouvertures semi-circulaires, correspondant au

diamètre extérieur des tiges, pour lesquelles elles sont prévues. Il est absolument essentiel que les mâchoires d'un obturateur correspondent exactement aux dimensions des tiges, des tubages, ou des tubings qui sont en service,

- à fermeture variable : elles permettent de fermer sur différentes tailles de tiges et même sur la

tige d’entraînement.[6] a. Principe de fonctionnement :

La fermeture est effectuée par l'envoi d'huile sous pression à travers l'orifice de fermeture, Un fluide hydraulique incompressible sous pression (1 500 psi) passe à l'intérieur de la tige et du piston, arrive dans le cylindre central, pousse le piston vers l'avant, entraînant la mâchoire et assure l'étanchéité en fin de cours. Le retour d'huile, classée par le mouvement du piston, s'effectue par la côte d'ouverture. Pour ouvrir, l'huile sous pression est envoyée par l'orifice d'ouverture, passer par la tige du piston plein et

l'huile sous pression est envoyée par l'orifice d'ouverture, passer par la tige du piston plein et
l'huile sous pression est envoyée par l'orifice d'ouverture, passer par la tige du piston plein et

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue arrive dans le cylindre de manœuvre, pousser le

arrive dans le cylindre de manœuvre, pousser le piston vers l'arrière, entraînant la mâchoire. Le retour d'huile s'effectue par la côte de fermeture.

d'huile s'effectue par la côte de fermeture . Figure. (III.5) : Détail de la pipe rams

Figure. (III.5) : Détail de la pipe rams

b-Upper kelly cock :

Située au sommet de la tige d’entraînement, elle être fermée manuellement après arrêt de la circulation, en cas de venue. c-Lower kelly cock :

Cette vanne est placée en permanence en bas de la tige d’entraînement durant le forage, ou gardée sur le plancher avec réductions adaptées pour être utilisée avec la fast shut off coupling. III.2.1.3.Obturateurs internes de garniture :

Les obturateurs internes (Insid blow out preventers) sont les différents équipements que l’on place dans le train de tiges pour le fermer rapidement en cas de venue. Leur pression de service est égale ou supérieure à la pression de service des BOP.[7] a .Safety valve :

C’est une vanne plein passage, en position ouverte, elle permette le passage du fluide sans restriction, donc il sera possible de les visser même si le puits débite de façon conséquente. Mais en position fermée, elle ne permette pas la circulation. Donc il faut toujours ajouter un autre équipement si l’on veut redescendre dans le puits et circuler . b. La Gray valve :

C’est une vanne clapet anti-retour, on peut circuler en direct dans les tiges, mais pas en inverse. Cette équipement sera très difficile à mettre en place si le puits débite même faiblement (d’où la mise en place en premier d’une safety valve en cas de signe de venue).[1]

débite même faiblement (d’où la mise en place en premier d’une safety valve en cas de
débite même faiblement (d’où la mise en place en premier d’une safety valve en cas de

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Figure. (III.6) : Safety valve en position fermée
Chapitre III Les équipement de control de venue Figure. (III.6) : Safety valve en position fermée
Chapitre III Les équipement de control de venue Figure. (III.6) : Safety valve en position fermée

Figure. (III.6):Safety valve en position fermée et Gray valve

1 : dispositif pour arrêter la bille, 2 : manche de la manivelle, 3 : vis de verrouillage pour maintenir la vanne en position ouverte, 4 : dispositif de manœuvre qui permet de mettre en place la vanne sur le train de tiges, 5: tige pour maintenir la vanne ouverte, 6 : corps supérieur, 7: siège, 8 : clapet, 9 : ressort pour maintenir le clapet fermé, 10 : corps inférieur. III.3. Choke-line :

C'est la ligne qui relie les obturateurs au manifold de duses. Sa pression de travail doit être la même que celle des obturateurs. Idéalement elle est la plus droite possible de manière à limiter au maximum les pertes de charges et les phénomènes d'érosion. Elle est équipée de 2 vanne situées le plus prés possible de l’obturateur .Une de ces vannes peut être commandée hydrauliquement et à distance (HCR). III.4. Kill-line :

C'est une ligne haute pression qui permet de pomper dans l'annulaire dans le cas ou on ne peut pas circuler normalement par les tiges de forage. Cette ligne doit se trouver branchée en dessous de l'obturateur à mâchoire utilisé pour contrôler une venue. Toutes les vannes et les lignes de la kill-line doivent avoir une pression de travail égale ou supérieure à celle des obturateurs. La kill-line ne doit en aucun cas être utilisée comme ligne de remplissage du puits. En effet une utilisation continuelle risque de provoquer une usure par érosion préjudiciable à son utilisation en cas de problème grave.[6]

risque de provoquer une usure par érosion préjudiciable à son utilisation en cas de problème grave.[6]
risque de provoquer une usure par érosion préjudiciable à son utilisation en cas de problème grave.[6]

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue III.5.Commande des obturateurs (koomey) : Les obturateurs sont

III.5.Commande des obturateurs (koomey) :

Les obturateurs sont à commandes hydrauliques. Une unité d'accumulateurs (figure II.6) permet de stocker du fluide hydraulique sous pression de manière à assurer une fermeture rapide des obturateurs. La mise en pression s'effectue à la fois par des électriques d’autres pneumatiques. Cette unité d'accumulateurs ainsi que le tableau de commandes des obturateurs doivent se trouver à une distance sûre du puits de manière à pouvoir être opérés rapidement et de manière adéquate en cas d'urgence. Un tableau de commande secondaire est génialement situé sur le planche de forage à porté de min du chef de poste.

sur le planche de forage à porté de min du chef de poste. Figure (III.7) :

Figure (III.7) : Unité koomey

Cette unité permet de disposer en permanence d'une réserve de fluide sous pression pour opérer et maintenir en pression les différents composants du stack BOP. L'unité de commande comprend :

¸ un réservoir de stockage contenant le fluide hydraulique à pression atmosphérique,

¸ au moins deux systèmes de pompage qui aspirent le fluide hydraulique dans le réservoir pour le

porter à la pression de fonctionnement de l'unité (en général 3 000 psi),

¸ un ensemble de bouteilles (accumulateurs oléopneumatiques) pour stocker ce fluide à la pression

de fonctionnement de l'unité,

¸ des régulateurs pour régler la pression du fluide hydraulique dirigé vers les différents

composants du stack BOP, des distributeurs 4 voies 3 positions pour opérer les différentes fonctions.[2]

III.5.1.Les caractéristiques de koomey:

-198 ACOOO1

-Manifold: UMGT 2R B O7P 10 x

-J_BOX IR 2 AARBO7

-M.F.D DATE; 7/05

-Unité model: Tc 220-11bt3x

-Triplex pumpe UET 20 H5460x

- Workinge pree; 3000psi 5000

- Air pupme UA 6035-EB

SERIALE N°.5210

-TYPE

8

pumpe UET 20 H5460x - Workinge pree; 3000psi 5000 - Air pupme UA 6035-EB SERIALE N°.5210
pumpe UET 20 H5460x - Workinge pree; 3000psi 5000 - Air pupme UA 6035-EB SERIALE N°.5210

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue III.5.2.Principe de fonctionnement de l'unité recommandations API

III.5.2.Principe de fonctionnement de l'unité recommandations API

L'unité doit être placée dans un endroit protégé à distance du plancher de forage (hors du périmètre sécurité) et facilement accessible au personnel du chantier en cas d'urgence.[6]

. III.6.Choke manifold

Il doit être facilement accessible. Il doit être muni d'au moins de deux duses réglables, trois souhaités, si la pression de travail est supérieure à 5000 psi, dont une commandée à distance. En aval des duses, le manifold doit permettre l'évacuation vers le séparateur atmosphérique, la "torche", le bourbier et les bacs. La pression de travail de ces lignes et vannes, en aval des duses, sera en général inférieure à celle des duses et de la partie amont. La conception du manifold doit permettre, durant un contrôle, d'isoler un circuit défaillant et de continuer le contrôle sur un autre. Le manifold doit être équipé d’une ligne d’évacuation d’urgence (emergency line ou bleed off line). Cette ligne est également appelée ligne de by pass ou de purge. Elle permettra de diriger un effluent vers le bourbier sans passer par les duses. Elle doit être aussi directe que possible et son diamètre intérieur doit être au moins égal au diamètre intérieur de la choke line. La pression de service de cette ligne doit être au moins égale à celle des BOP. De façon à éviter la formation d'hydrate lors de la détente de l’effluent, un (des) piquage(s) permettra (ont) sur certains manifolds d'injecter du glycol ou du méthanol avant les duses. Il faut s’assurer que la pression de service les pompes d’injection et les connexions soit au moins égale à celle des BOP. Le glycol est préventif alors que le méthanol est préventif et curatif.

soit au moins égale à celle des BOP. Le glycol est préventif alors que le méthanol
soit au moins égale à celle des BOP. Le glycol est préventif alors que le méthanol

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Figure:(III.8): choke manifold du duse Page 34
Chapitre III Les équipement de control de venue Figure:(III.8): choke manifold du duse Page 34

Figure:(III.8): choke manifold du duse

Chapitre III Les équipement de control de venue Figure:(III.8): choke manifold du duse Page 34
Chapitre III Les équipement de control de venue Figure:(III.8): choke manifold du duse Page 34

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue III.6.1.Duses de réglages Il existe plusieurs types de

III.6.1.Duses de réglages

Il existe plusieurs types de duses :

¸ les duses fixes (positive) employées sur les puits en production ;

¸ les duses réglables (adjustable choke) soit manuellement (manual choke) soit commandées à

distance (remote operated choke) utilisées en forage car la valeur de la pression nécessaire en tête

de l’espace annulaire varie au cours du contrôle.

III.6.1.1.Duse réglable manuelle :

Elle est composée d'un corps massif avec :

¸ Une entrée latérale taraudée ou à brides ;

¸ Une sortie dans l'axe du pointeau, également taraudée ou à brides ;

¸ Une duse vissé au fond du corps avec un joint d’étanchéité ;

¸ Un chapeau avec écrou rapide et presse-étoupe ;

¸ Un siège ;

¸ Un pointeau actionné par un volant ;

¸ Une douille graduée de 0 à 64/64 éme de pouce.

En service, le pointeau, le siège et le corps de la duse peuvent se siffler ou se boucher (la boue venant de l'espace annulaire peut être chargée en solides venant de la formation et en cuttings, il peut également se former des hydrates). Sur un manifold il est indispensable d'avoir au moins deux duses avec des circuits indépendants.

au moins deux duses avec des circuits indépendants. Figure . (III.9): Duse manuelle à pointeau. III.6.1.2.Duse

Figure. (III.9): Duse manuelle à pointeau.

III.6.1.2.Duse commandée à distance

Le système se compose d’une duse et d’une armoire de commande à distance (choke panel) placé sur le plancher de forage, relié par des flexibles hydrauliques.

Il existe plusieurs types de duses commandées à distance ayant le même principe de fonctionnement.

ÿ Armoire de commande (Choke panel)

Le contrôle de la duse s'effectue à partir d'une armoire de commande séparée .Sur cet ensemble, on trouve :

Une pompe hydraulique principale ; Une pompe à main de secours ; Un réservoir d'huile.

ensemble, on trouve : Une pompe hydraulique principale ; Une pompe à main de secours ;
ensemble, on trouve : Une pompe hydraulique principale ; Une pompe à main de secours ;

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Le levier "air supply" situé sur le côté

Le levier "air supply" situé sur le côté gauche contrôle l'arrivée d'air du rig vers le moteur à air de la pompe hydraulique (pression d’air minimum : 50 PSI, la pression hydraulique maxi étant de 1200 PSI).

Au centre le levier principal de commande marqué "open", "hold", "close", contrôle le mouvement du disque mobile.

En déplaçant ce levier sur la position "close", la pression hydraulique est appliquée sur les pistons qui font tourner le disque mobile vers la position fermée. En déplaçant ce levier sur la position "open", l'opération est inversée.

Quand ce levier de contrôle est relâché, il revient sur la position "hold", et le disque mobile reste dans sa position.

En bas à droite, le régulateur hydraulique (hydraulic regulator) qui permet de régler la vitesse de déplacement du disque mobile. Cette vanne doit être au moins partiellement ouverte pour que la duse fonctionne.

Au-dessus de ce régulateur, l’indicateur de position de la duse "position indicator" indique l’ouverture approximative de la duse en pourcentage (cet indicateur fonctionne à l’air),

Deux manomètres (drill pipe et casing), un compte coups de pompe et un totalisateur de coups de pompe avec remise à 0.

pompe et un totalisateur de coups de pompe avec remise à 0. Figure. (III.10): Panneau de

Figure. (III.10): Panneau de commande d’une duse Swaco.

III-7. Pompes triplex à simple effet :

Ce sont des pompes qui comportent trois cylindres dans les quels coulissent trois pistons à simple

effet, c'est-à-dire que chaque piston aspire et refoule d’un seul côté.

Chaque cylindre comporte un clapet d’aspiration et un autre de refoulement à l’avant seulement.

Lorsque le piston se déplace vers l’arrière, le clapet d'aspiration s’ouvre et celui de refoulement se

ferme, la chemise se remplit de boue.

Lorsque le piston arrive en fin de course et revient vers l’avant, le clapet d'aspiration se ferme et celui

de refoulement s'ouvre, et la boue est ainsi refoulée dans la conduite de refoulement.

Ainsi, pendant un aller et retour du piston, c'est-à-dire un tour complet de l'arbre petite vitesse, un

piston refoule une seule fois le volume de la chemise correspondant à sa course.

l'arbre petite vitesse, un piston refoule une seule fois le volume de la chemise correspondant à
l'arbre petite vitesse, un piston refoule une seule fois le volume de la chemise correspondant à

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Le même cycle se produit par les autres

Le même cycle se produit par les autres pistons avec un décalage de 1/3 de tour. [4]

par les autres pistons avec un décalage de 1/3 de tour. [4] Figure (III-11 ) :

Figure (III-11) : Pompe triplex à simple effet

tour. [4] Figure (III-11 ) : Pompe triplex à simple effet Figure (III-12) : pompe triplex

Figure (III-12): pompe triplex à simple effet

III.8.Equipements de traitement de gaz en surface :

Ces équipements sont installés en aval du manifold de duses pour le dégage de la boue. Il permet de ventiler le gaz en sécurité et récupérer la boue dans les bacs. Il existe deux types d'équipements de traitement de gaz en surface :

III.8.1 Le Séparateur :

La boue gazée passe dans le séparateur où elle dégazée par ruissellement sur les chicanes. La boue dégazée est récupérée en bac du séparateur alors que le gaz s'échappe à la partie haute par le vent line. Si la capacité du séparateur est dépassée. Il faut diriger le gaz vers la ligne de torche pour éviter le retour de la boue gazée dans le circuit et ensuite fermer le puits en vue de réduire le débit de contrôle. La pression régnant à l'intérieur du séparateur est égale aux pertes de charge produites dans la ligne d'évacuation (vent line).

du séparateur est égale aux pertes de charge produites dans la ligne d'évacuation (vent line). Page
du séparateur est égale aux pertes de charge produites dans la ligne d'évacuation (vent line). Page

Chapitre III

Les équipement de control de venue

Chapitre III Les équipement de control de venue Figure. (III.13) : séparateur de gaz III.8.2- Dégazeur
Chapitre III Les équipement de control de venue Figure. (III.13) : séparateur de gaz III.8.2- Dégazeur

Figure. (III.13) : séparateur de gaz

III.8.2- Dégazeur :

Dans le cas où la teneur en gaz n'est pas trop élevée, soit parce que la venue de la formation est

faible, soit parce qu'il s'agit de gaz résiduel après séparateur ou de gaz recyclé, etc

passée dans un dégazeur installé en parallèle sur le circuit. La boue est injectée dans une enceinte où elle est en général soumise à un vide partiel. La boue se dégaze par ruissellement sur des chicanes et retourne dans le circuit. Une pompe à vide est utilisée pour créer la dépression dans l'enceinte et aspire la boue gazée. Une autre pompe centrifuge annexe assure la circulation de la boue dégazée vers les bacs. En général, ce type d'équipement est utilisé avec la boue à viscosité élevée dont l'extraction du gaz dans le séparateur vertical seule ne suffit pas.[1]

la boue gazée est

du gaz dans le séparateur vertical seule ne suffit pas.[1] la boue gazée est Figure. (III.14)

Figure. (III.14) : Degassers

du gaz dans le séparateur vertical seule ne suffit pas.[1] la boue gazée est Figure. (III.14)
du gaz dans le séparateur vertical seule ne suffit pas.[1] la boue gazée est Figure. (III.14)

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas IV.1.Situation géographique de la région de Rhourde Nouss: La Région de

IV.1.Situation géographique de la région de Rhourde Nouss:

La Région de RHOURDE NOUSS est située dans la wilaya d’Illizi à 280 km au sud-est de Hassi- Massoud, et à environ 1000 km d’Alger . elle est limitée au nord par la région de gassi-taouil, au sud par les régions de tin- fouye tabankort.[9]

au sud par les régions de tin- fouye tabankort.[9] Figure (IV.1) : Situation géographique de RNS

Figure (IV.1) : Situation géographique de RNS

IV.1.1 Situation de puits RNZ119 :

RNZ-119 est un puits de développement incliné dans les réservoirs Ordoviciens de la région de Rhourde Nouss Centre, il a comme objectif principal les Grès d'Ouargla et les Quartzites de Hamra. Sa trajectoire inclinée à 55° permet l'optimisation de la production de gaz à condensat. [10] IV.1.2. Les coordonnées du puits :

X(m)

Y(m)

Z

TABLE

Z

SOL

282297,755

3 283185,373

295

283,650

Tableau (IV.1) : coordonnée Lambert UTM

Z TABLE Z SOL 282297,755 3 283185,373 295 283,650 Tableau (IV.1) : coordonnée Lambert UTM Page
Z TABLE Z SOL 282297,755 3 283185,373 295 283,650 Tableau (IV.1) : coordonnée Lambert UTM Page

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas Figure (IV.2): Situation du puits RNZ 119 IV.2.Etat de puits :
Chapitre IV Etude de cas Figure (IV.2): Situation du puits RNZ 119 IV.2.Etat de puits :

Figure (IV.2): Situation du puits RNZ 119

IV.2.Etat de puits :

En Date du (25/12/2012) a (2h 45mn) dans la phase 8"1/2 jusqu’à la cote 2148m ,le gaz de formation commence à augmenter progressivement jusqu'à TG= 9.5%, Un commentaire.

"Gaz Increase" a été porté sur les chartes au moment ou le gaz atteint les 3%, l’Unité Manager a avisé

le chef de poste qui a observé la progression du gaz sur notre répétiteur du plancher ainsi que le

Boueux et le chef chantier junior. Ace moment ces derniers devrais faire un FLOW_Check (observation de niveaux statique) et puits ouvert de continué le forage .le dernier à négliger l'opération - par ce que ce gain était qu'un petit bouchon –Il à continué le forage normal jusqu’à cote de connexion.

A 3h45 le chef de poste fait venir son assistants pour le remplacer a fin qu'il puisse regagner la messe

pour prendre son petit de déjeuner. L'assistant devant la situation inattendue venue d'un bouchon de gaz de 9.67 m 3 , qui l'atteint déjà

devant la situation inattendue venue d'un bouchon de gaz de 9.67 m 3 , qui l'atteint
devant la situation inattendue venue d'un bouchon de gaz de 9.67 m 3 , qui l'atteint

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas la surface n'a pas réagie comme il faut –il a donnée

la surface n'a pas réagie comme il faut –il a donnée l’alerte a ce moment le chef de poste à regagner son poste suivit de l'adjoint chef chantier et ils ont sécurisé le puits tous les normes qu'il faut (procédure HARD). IV.2.1.Causes de venue au niveau de TRIAS (réservoir de la phase8 1/2 ) 1-L'existence d'un niveau gréseux (sicteux) d'un après moyenne de (05m-08m) juste au Top du réservoir TAGS le quel est généralement considéré non réservoir (fait partie au Terrain mort de la phase 12 1/4 ) Alors que son pression initiale est d'environ 280 bars. Ce qui fait-il faut le prévoir de la densité équivalent pour empêcher la manifestation (ph>280 bars 2-le TRIAS intermédiaire(II) et Intermédiaire (I) son de niveaux réservoir au dessous du TAGS (Débitée).

La pression initial

Ce qui fait-il faut prévoir un ph> 300 bars. Parfois un mouvais calcul de la densité équivalent, peut considérer comme le cause fréquent d'une venue au niveau du TRIAS Intermédiaire II et Int I.

des de réservoir est =300 bars

IV.2.2.La procédure (hard) de fermeture et d’évacuation de venue dans le puits RNZ-119

s’était comme suite:

¸ Arrêter la rotation et donner l’alerte

¸ Dégager la tige d’entrainement avec les pompes en marche et positionner le premier Tools joint au

dessus de la table de rotation

¸ Arrêter les pompes de forage et observer le retour de la boue, si positif:

¸ Fermer un obturateur (l’annulaire de préférence)

¸ Ouvrir la vanne hydraulique de la choke line

¸ avertir le superviseur

¸ Noter le gain 9.67 m 3 , relever les pressions en tête des tiges 20 bars, et d’annulaire 48 bars, et

ploter leurs valeurs en fonction du temps.

¸ Une fois la boue de densité requise est prête. Ouvrir légèrement la duse et démarrer

progressivement la pompe de forage jusqu’à le débit de contrôle Qr=6401/min en ajustant la duse

pour maintenir la pression annulaire constante et égale à la pression stabilisée en tête d’annulaire

P a= P a1=48

¸ Lorsque le débit de contrôle est atteint avec une pression annulaire maintenue constante, le manomètre de tiges doit indiquer une pression de refoulement P R1 =34 bars

maintenue constante, le manomètre de tiges doit indiquer une pression de refoulement P R 1 =34
maintenue constante, le manomètre de tiges doit indiquer une pression de refoulement P R 1 =34

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas ¸ Pendant le pompage de la boue de densité requise d

¸ Pendant le pompage de la boue de densité requise d r =1.29k g /l à l’intérieur de la garniture à débit de contrôle constant, la pression de refoulement doit décroitre selon le graphe préétabli de la valeur P R1 =34 bars à la valeur finale P Rr =15.05 bars lorsque la boue lourde atteint l’outil.

¸ Durant la remontée de la boue lourde dans l’espace annulaire, continuer à circuler à pression de refoulement constante et égale P Rr =15.05 bars en ajustant la duse jusqu'au l’évacuation complète de la venue et le retour de la boue lourde en surface.

¸ Arrêter la circulation, fermer la duse et observer les pressions en tête des tiges et d’annulaire qui doivent être nulles.P t= P a = 0

¸ Ouvrir le puits et continuer l'opération normale de forage après conditionnement de la boue.

a = 0 ¸ Ouvrir le puits et continuer l'opération normale de forage après conditionnement de
a = 0 ¸ Ouvrir le puits et continuer l'opération normale de forage après conditionnement de

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas Expansion Expansion de gaz dans l'annulair de gaz dans [Tapez une
Expansion Expansion de gaz dans l'annulair de gaz dans [Tapez une citation prise dans le
Expansion
Expansion
de gaz dans
l'annulair
de gaz dans
[Tapez une citation prise dans le
l'annulair
Venue de gaz
circulation avec
boue lourd
Démarrage
Pompage de boue
lourd à l'intérieure
garniture
Boue à loutil
circulation avec
boue lourd
garniture Boue à loutil circulation avec boue lourd Romonté dedr dans l'annulair avec gaz sous
Romonté dedr dans l'annulair avec gaz sous complétement évacué Puits pein de boue lourd
Romonté dedr dans l'annulair
avec gaz sous complétement
évacué
Puits pein de
boue lourd

Romonté de la boue lourd dans l'annulair et arrivée du gaz sous les BOP's

Figure. (IV.3):schéma d'une évacuation de venue

dans l'annulair et arrivée du gaz sous les BOP's Figure. (IV.3):schéma d'une évacuation de venue Page
dans l'annulair et arrivée du gaz sous les BOP's Figure. (IV.3):schéma d'une évacuation de venue Page

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas IV. 3. Application sur le puits RNZ#119 : IV. 3.1. Données

IV. 3. Application sur le puits RNZ#119 :

IV. 3.1. Données du puits :

Profondeur verticale

-Diamètre du découvert

Tiges de forage 5’’, 19.50 lb/ft, G105, Vint=9.05 l/m

-Drill collars 6 1/2 x 3 x 23 m, Vint=4.01 l/m -Tubage 9’’5/8, 68 lb/ft, N80, Zs=2119m -Gradient de fracturation au sabot 0.12 bars/m -Densité de boue de forage 1.20 -Volume annulaire trou DC = 15.2 L/m -Volume annulaire trou DP = 23.41 L/m

-Volume annulaire Csg DP = 24.99 L/m -Pompes triplex, course 12’’, chemisée en 6’’1/2, débit unitaire 16L/cp -Pertes de charge au débit réduit (70 cps/min) 45 bars -39 bars

2148 m

8'' 1/2

IV.

3.2.Données de la venue :

Pt1

= 20 bars

Pa1 = 48 bars Gain = 9670 litres

m 8'' 1 / 2 IV. 3.2.Données de la venue : Pt1 = 20 bars Pa1
m 8'' 1 / 2 IV. 3.2.Données de la venue : Pt1 = 20 bars Pa1

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas IV. 4.les formules de base utilisées pour remplir la fiche de

IV. 4.les formules de base utilisées pour remplir la fiche de contrôle :

IV.4.1.Détermination de la densité de la boue requise:

d r = d 1 +

10.2 ¥ Pt 1

Z

d r : densité de la boue requise d 1 : densité de la boue P t1 : pressions en tête des tiges Z:profondeur vertical AN:

d r =1.20+

= 1,29

IV.4.2.Détermination de nombre de coup correspond au volume intérieur :

N

c

N C: nombre de coup

i : volume intérieur garniture

Q i: débit unitaire AN:

= 1153cps

IV.4.3.Détermination de nombre de coup nécessaire pour remplir le découvert:

N

c

V d : volume annulaire découvert AN:

NC =

=31cps

IV.4.4. Détermination de volume total de l'annulaire:

Va=v csg+Vd

v csg : volume annulaire casing

AN:

Va=52953,81+497,052=53450,862 L

de l'annulaire: Va=v csg+Vd v c s g : volume annulaire casing AN: Va=52953,81+497,052=53450,862 L Page
de l'annulaire: Va=v csg+Vd v c s g : volume annulaire casing AN: Va=52953,81+497,052=53450,862 L Page

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas IV.4.5.Calcul de la pression admissible après fermeture du puits: Padm =

IV.4.5.Calcul de la pression admissible après fermeture du puits:

Padm=Z

Padm: pression admissible

ZS: cote vertical de tubage

d fra densité de fracturation

AN:

P adm = 2119×

72.71 bars

La pression maximale admissible est la pression limite à ne pas dépasser en tête d’annulaire pour éviter

la fracturation de la formation la plus fragile.

P adm <P amax

IV.4.6. Détermination de la nouvelle Pression admissible dans le cas : dr= 1.29

P adm = Z

P

adm =2119×

54.01bars

IV.4.7. Détermination de la pression de refoulement P R1 :

P R1 = Pt 1 + Pc 1

P R1 : pression de refoulement initial

Pt 1 : pressions en tête des tiges

Pc 1 : pertes de charge à débit réduit

AN:

P R1 =20+14=34 bar

IV.4.7. Détermination de la pression de refoulement finale P Rr :

P Rr = Pc 1 ×

AN:

P Rr = 14×

15.05 bars

IV.4.8. Détermination de gradient de la venue:

Grad = (d 1 /10.2) (Pa 1 Pt 1 ) / H venue

Grad: gradient de la venue

Pa 1 : pression annulaire

H venue : la Hauteur de l'effluent

u e Grad: gradient de la venue Pa 1 : pression annulaire H v e n
u e Grad: gradient de la venue Pa 1 : pression annulaire H v e n

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas ¸ Calcul de la Hauteur de l'effluent AN: H e f

¸ Calcul de la Hauteur de l'effluent

AN:

H eff =422 m

AN:

Grad=(1.20/10.2)-(48-20)/422= 0.066 bar/m

IV.4.9. Détermination du temps d’un cycle:

T t ti +t d +t csg +t puits +t s +t boue

Tt: temps d'un cycle

t i : temps en l'interéur

t d : temps en decouvert

t csg : temps en casing

t puits : temps de puits

t boue: temps de boue a alourdir

AN:

T=29+1+83+84+112+175= 484 min

IV.4.10. poids de la baryte à ajouter :

B= 4.2×V

(m3) ×

V: volume total de boue a alourdir

AN:

B 4,2 x 111899 x (0,095 / 2,79) = 30.987 tonnes

IV.5.Détermination de la résistance de l’ouvrage:

IV.5.1.Nature d’effluent:

¸ Densité d’effluent

En statique On a :

P t1 +P Hi =P a1 +P Ha

d eff : densité d’effluent

d eff = 1.20-

En statique On a : P t1 +P Hi =P a1 +P Ha d e f
En statique On a : P t1 +P Hi =P a1 +P Ha d e f

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas danc type de venue est gaz IV.5. 2 .Calcul de pression

danc type de venue est gaz

IV.5.2.Calcul de pression de pores:

P G : pression de pores

P

G =

P G = bars = kpa

IV.5.3.Calcule de pression de fracturation :

P fra =P LOT +

P fra : prissions de fracturation

AN:

P fra =72.76 + =322.05bars

IV.5.4.Pression maximale en tète d’annulaire à l’arrivée de bouchon (P amax ):[12]

P amax : pression maximal en tète

AN:

12709.70 kpa = 127.09 bars P amax < pression de service de BOP (5000 psi = 344.82 bars)

en tète AN: 12709.70 kpa = 127.09 bars P a m a x < pression de
en tète AN: 12709.70 kpa = 127.09 bars P a m a x < pression de

Chapitre IV

Etude de cas

Chapitre IV Etude de cas FICHE CONTROLE DE VENUE FORAGE A TERRE / SUPPORT FIXE PUITS
FICHE CONTROLE DE VENUE FORAGE A TERRE / SUPPORT FIXE PUITS : RNZ#119 APPAREIL :