Vous êtes sur la page 1sur 4

Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références

normes internationales

Qualités et défauts des IFRS :


petit guide à l’usage des administrateurs
Les IFRS ne font pas partie des sujets discutés régulièrement par les
administrateurs de sociétés. Ces normes ont peu été évoquées depuis le
passage aux IFRS. Mais après tout, l’absence de débat sur IFRS dans les
conseils d’administration est normale : les règles comptables ne sont que des
conventions, au même titre que le Code de la route, que les administrateurs ne
devraient pas avoir besoin de discuter, à moins d’un changement important.
Cela étant dit, après sept années d’utilisation des IFRS, un administrateur Par Emmanuelle Cordano,
pourrait être intéressé par une analyse des apports de ce nouveau référentiel. Co-présidente de la Commission
Or les recherches de cette nature, en France, aboutissent soit à des explications Comptable de la DFCG
techniques sur les règles IFRS, soit à des critiques virulentes de l’ensemble
du référentiel IFRS. Il trouvera peu d’éléments en revanche pour répondre
aux questions qu’il peut se poser légitimement : Quelles sociétés ont intérêt
à utiliser les IFRS ? Et quelles sociétés pourraient s’en passer ? Qu’est-ce
qu’une norme comptable de bonne qualité ? Les critiques des IFRS sont-
elles fondées ? L’objet de la présentation ci-après est d’apporter quelques
éléments de réponse à ces questions.

En préambule, et afin d’être précis, il est lées à l’encontre des IFRS d’autre part ; vent mis en avant concerne l’amélioration
nécessaire de distinguer : • les IFRS par période : des conditions d’accès aux capitaux au
• l’impact des IFRS sur le secteur bancaire - les normes mises en œuvre en 2004 au sens large : accès à tous les moyens de
et le secteur de l’assurance et l’impact moment de l’adoption des IFRS ; financements externes, appel public à
des IFRS sur les sociétés industrielles et - les nouvelles normes IFRS ou amen- l’épargne, et réduction du coût d’accès au
commerciales. La présentation ci-des- dements de normes publiés entre 2005 crédit (diminution de la prime de risque,
sous ne s’intéressera pas aux impacts et aujourd’hui. Parmi les changements possibilité d’accès à des financements
des IFRS sur le secteur bancaire et sur le majeurs de normes sur cette période on transfrontaliers). Un autre argument
secteur de l’assurance ni aux instruments peut citer notamment les amendements souvent rappelé en faveur des IFRS est
financiers ; de la norme sur les engagements de la comparabilité accrue entre sociétés.
• les normes ayant un impact sur la valo- retraite (IAS19) en 2006 puis en 2013, la L’utilisation de ce référentiel permet
risation des transactions, c’est-à-dire sur mise en place d’IFRS 8 sur le reporting de comparer non seulement les états
leur traduction dans le compte de résultat sectoriel en 2009, IFRS 3R sur la comp- financiers de sociétés intervenant dans
et dans le bilan, des normes impactant tabilisation des acquisitions de sociétés un même secteur d’activité mais aussi
uniquement les informations données en en 2010 et les normes IFRS 10 et IFRS 11 entre sociétés appartenant à des secteurs
annexe. Cette distinction sera importante qui redéfinissent la notion de “contrôle“ différents. Cependant, il existe d’autres
pour juger de la qualité d’une norme d’une et la comptabilisation des alliances, et arguments importants en faveur de ce
part et pour analyser les critiques formu- suppriment l’intégration proportionnelle référentiel.
à partir de 2013 ;
- les projets à venir sur la reconnaissance Dans le cadre d’une politique de
du revenu et sur les locations. croissance externe par acquisition, le
Résumé de l’article Cette distinction est importante pour processus d’évaluation des cibles sera
déterminer les marges de manœuvre plus efficient si celles-ci établissent leurs
Dans le contexte actuel en France éventuelles existantes pour modifier un comptes en IFRS (ou en US GAAP) car
de critiques virulentes du référentiel texte. Autant il est possible d’influer sur une des caractéristiques de ces deux
IFRS, et après sept années d’utili- les projets à venir, non encore publiés, référentiels est la bonne prise en compte
sation de ce référentiel, certains autant il est difficile de modifier des des passifs et des risques financiers. Ainsi
administrateurs de sociétés peuvent normes déjà applicables. trouvera-t-on au bilan d’une société utili-
se poser la question de savoir quelles sant les IFRS non seulement l’ensemble
sociétés ont intérêt à utiliser les des engagements de retraites, mais aussi
IFRS. Ils peuvent aussi se deman- Quelles sociétés ont les provisions pour environnement, les
der dans quelle mesure les critiques intérêt à utiliser les IFRS ? provisions pour démantèlement et autres
anti-IFRS sont fondées. Cet article Et quelles sociétés obligations liées à la mise hors service
répond à ces questions et présente pourraient s’en passer ? d’immobilisations, les entités ad-hoc (ou
des critères permettant de juger de « special purpose entities ») contrôlées
façon pratique ce qui caractérise une Il convient de rappeler maintenant les par la cible, éléments souvent non comp-
norme comptable de qualité. avantages principaux apportés par le tabilisés au bilan dans les référentiels
référentiel IFRS. L’argument le plus sou- comptables nationaux.

16 // N°463 Mars 2013 // Revue Française de Comptabilité


normes internationales

De plus l’extension géographique des tère est atteint, il faut se placer dans SORIE“). Précédemment, les écarts
IFRS apporte des avantages aux socié- la situation d’un acquéreur potentiel et actuariels étaient inscrits en hors bilan
tés implantées à l’étranger. L’utilisation se poser la question suivante : « Si je et amortis sur la durée résiduelle de vie
des IFRS dans les pays dans lesquels devais acquérir cette société, est-ce que active des bénéficiaires des plans (règle
une société est implantée lui garantit la la comptabilisation des passifs au bilan du “corridor“). En 2013, l’option pour le
possibilité de recruter localement des me donne des bases raisonnables pour “corridor“ est supprimée.
financiers formés aux mêmes règles négocier le prix d’acquisition ? ».
comptables que celles du Groupe, atout à 2. La norme doit permettre une bonne La norme sur les retraites telle qu’elle
prendre en compte pour l’environnement maitrise de la volatilité au compte de est applicable en 2013 est une norme
du contrôle interne. résultat. Là encore ce critère est très de bonne qualité au regard des critères
pratique : une norme de qualité pour définis ci-dessus. En effet :
Seule une société qui n’aurait aucune un directeur financier doit lui permettre 1. 100% des engagements de retraites
des caractéristiques listées ci-dessus d’établir aisément le budget ainsi que sont dorénavant comptabilisés au
(pas besoin d’accéder à des capitaux, l’estimation de résultat communiquée bilan. Précédemment, selon la règle du
absence de politique de croissance au marché ou “guidance“ de l’année “corridor“, une partie des engagements
externe, aucune implantation à l’étran- suivante. n’était pas reconnue. Ce principe permet
ger) pourrait se passer des IFRS. Les une meilleure traduction au bilan de ces
autres sociétés ont d’une façon ou d’une Pour un actif, les critères de qualité d’une engagements et facilite les transactions
autre un intérêt à l’existence des IFRS et norme sont proches, bien qu’appliqués de regroupements d’entreprises en
à l’extension des IFRS dans le monde différemment : simplifiant l’estimation des passifs liés
et doivent s’intéresser à ce titre tant aux 1. La norme doit permettre une bonne au personnel au moment de l’évaluation
critères qui permettent de définir la qua- évaluation de l’actif. Pour un actif, ce de la cible ;
lité d’une norme IFRS qu’aux critiques critère concerne la distinction “Actif vs. 2. le principe de reconnaissance de la
formulées à leur encontre. Charge“, l’actif, comptabilisé au bilan, se charge de retraite au compte de résul-
caractérisant par l’existence d’avantages tat permet de répondre au deuxième
économiques futurs. critère de qualité, décrit ci-dessus, en
Qu’est-ce qu’une norme On note que ce critère ne s’applique pas permettant d’anticiper avec précision
comptable de bonne dans le cadre du processus d’acquisition les impacts sur le résultat. En effet, les
qualité? pour les actifs incorporels car le montant composantes de la charge de retraite
du prix d’acquisition qui leur sera affecté comptabilisées dans le résultat net de
L’IASB justifie la mise en œuvre de sera en général recalculé par l’acquéreur, l’année sont soit des éléments connus
nouvelles normes comptables dans la quelle que soit la valeur nette comptable dès la fin de l’année n-1 (service cost et
mesure où ces nouvelles normes sont de de ces incorporels au bilan de la cible, net interest cost), soit des éléments sous
meilleure qualité que les normes qu’elles et y compris lorsque les incorporels n’y le contrôle du directeur financier (effets
remplacent. Dans cette deuxième partie, sont pas reconnus. Le prix d’acquisition des modifications, des réductions ou des
on se situera du point de vue du directeur affecté aux incorporels dépend en effet fermetures de plans de l’année n). Les
financier afin d’être le plus pragmatique des cash flow futurs attendus de ces autres éléments de la charge de retraite,
possible ; on considérera par extension actifs par l’acquéreur et, à ce titre, peut éléments de “remeasurement“ ou écarts
que les critères de qualité établis ainsi être matériellement différent de la valeur actuariels, non contrôlés par le directeur
sont également valides du point de vue nette comptable de l’actif incorporel au financier (c’est-à-dire les variations entre
des administrateurs. bilan de la société avant acquisition. les hypothèses posées fin n-1 et la réalité
2. La norme doit permettre une bonne n, qu’il s’agisse du taux d’intérêt, du taux
Pour un passif potentiel, une norme maitrise de la volatilité au compte de de mortalité ou du taux de turnover) sont
comptable est une norme de qualité si résultat. Ce critère concerne les règles comptabilisés dans les “Autres éléments
les deux critères suivants sont atteints : d’amortissement et de dépréciation de du résultat global“ ; ils sont donc exclus
1. La norme doit permettre une bonne l’actif. du résultat net.
évaluation du passif au bilan. Ce critère
n’a rien de conceptuel, il est au contraire Pour fixer les idées, appliquons ces Alors même que les engagements de
très pragmatique : pour juger si ce cri- critères aux deux exemples suivants : la retraites sont un sujet complexe, le trai-
comptabilisation des retraites et l’absence tement comptable préconisé en IFRS
d’amortissement du goodwill. devrait servir d’exemple pour la comp-
tabilisation de toutes les transactions
Abstract La norme sur les retraites IAS 19 est une car il allie une valorisation de qualité
norme qui a subi un certain nombre de au bilan avec une reconnaissance des
As fierce criticism is currently modifications récemment. Lors de l’adop- impacts dans le résultat net répondant
addressed at IFRS’s in France and tion des IFRS, IAS 19 qui préconise la aux besoins du directeur financier :
after seven years of experience in comptabilisation des retraites au bilan construire un budget fiable et analyser
using this set of standards, some a été l’une des modifications majeures aisément tout écart entre résultat réalisé
company directors may wonder apportées par les IFRS. Auparavant, et budget.
which companies could have benefits dans le référentiel comptable français,
from applying IFRS’s. They may also les engagements de retraites pouvaient A contrario, le non amortissement du
wonder to what extent the criticism ne pas être reconnus au bilan et faisaient, goodwill est un exemple de convention
against IFRS is justified. This article dans ce cas uniquement, l’objet d’une comptable non convaincante. Il n’est
aims to respond to these questions mention en annexe. Depuis 2004, IAS 19 pas question ici de remettre en cause
and proposes criterias to assess in a a été modifiée à deux reprises. En 2006 le principe de l’évaluation du goodwill,
practical way the quality of accoun- a été introduite l’option de comptabiliser c’est-à-dire le principe posé dans IFRS 3
ting standards. les écarts actuariels dans les “Autres de l’évaluation des actifs et passifs
éléments du résultat global“ (“option à leur juste valeur au moment d’un

Revue Française de Comptabilité // N°463 Mars 2013 // 17


Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références
normes internationales

regroupement d’entreprise (“business Les critiques des IFRS la question du bien-fondé du non amor-
combination“). Ce qui est remis en cause sont-elles fondées ? tissement du goodwill, après sept ans de
est le fait que le goodwill, une fois évalué réflexion… Le fait que cette convention
et comptabilisé, ne soit pas amorti. Le Afin de pouvoir juger effectivement de soit appliquée aussi en US GAAP risque
principe de ne pas amortir le goodwill est l’apport des IFRS, il est important de de rendre sa remise en cause difficile,
récent, il est appliqué depuis 2005, date considérer, au regard des avantages mais cela ne devrait pas empêcher
de la mise en œuvre d’IFRS 3. Le goodwill procurés par ce référentiel, les critiques d’ouvrir à nouveau le débat en intégrant
doit donner lieu tous les ans à des tests fréquemment formulées contre les IFRS une analyse coûts/bénéfices prenant
de dépréciation (ou tests “d’impairment“) et de distinguer les critiques effectivement en compte l’expérience accumulée par
et la comptabilisation des dépréciations fondées des critiques non fondées. Pour l’ensemble des parties prenantes depuis
coïncide très souvent avec des périodes les critiques effectivement fondées, il sa mise en œuvre.
où les perspectives de cash-flow futurs est important, lorsque c’est possible, de
sont orientées à la baisse, ce qui permet déterminer les actions à mettre œuvre Juste valeur trop fréquente ?
de dire que ce principe contribue à la pour améliorer le référentiel IFRS afin Pour les sociétés industrielles et commer-
procyclicité des IFRS. de transformer les critiques en actions ciales, cette critique n’est pas réellement
constructives. Cette analyse fait l’objet fondée. Comptabiliser les passifs à leur
L’objet de la critique n’est pas de de la troisième partie. valeur actuelle au bilan plutôt que les men-
revenir aux débats conceptuels qui tionner en hors bilan est un indicateur de
ont eu lieu au moment de la mise en Critiques générales contre qualité, non seulement pour les sociétés
place d’IFRS 3. L’idée ici est plutôt de les IFRS qui incluent les opérations de croissance
souligner que pour les “préparateurs“, Ces critiques générales s’expliquent externe dans leur stratégie, comme nous
c’est-à-dire pour les directeurs finan- souvent par la résistance au changement. l’avons vu précédemment, mais pour toutes
ciers, pour les autres parties prenantes Avant même de faire l’analyse d’un chan- les sociétés. En effet la comptabilisation de
dans l’établissement des états finan- gement de norme au regard des critères certains passifs au bilan, du fait de l’applica-
ciers (équipes financières au sein des de qualité listés ci-dessus, le directeur tion des IFRS, a permis de faire entrer dans
entreprises, auditeurs, comité d’audit) financier se posera la question sur la le radar des dirigeants des obligations non
ainsi que pour les administrateurs, le façon dont il faudra mettre en œuvre ce nécessairement maitrisées précédemment.
retour à l’amortissement du goodwill changement et le communiquer au direc- Les engagements de retraites et autres
permettrait de réduire considérablement teur général, au conseil d’administration engagements liés au personnel peuvent
le nombre d’heures vaines passées à et au marché. Il aura en tête les coûts être cités en exemple. Leur comptabilisation
préparer, puis à discuter les tests de éventuels engendrés par ce changement au bilan, rendue obligatoire par IAS 19, a
dépréciation du goodwill. Le retour à et les nécessaires adaptations qu’il faudra nécessité de les recenser exhaustivement,
l’amortissement du goodwill n’élimine- mettre en œuvre en interne. Après tout, on de les évaluer et permet d’initier, le cas
rait pas la nécessité de faire des tests peut comprendre ces réactions dans une échéant, des renégociations ou des opé-
dans certains cas, mais limiterait par certaine mesure et reprendre l’analogie rations d’externalisation.
construction les cas de comptabilisation avec le Code de la route : toute modifica-
de dépréciations, inévitablement mal tion de la réglementation liée à la sécurité Par ailleurs, valoriser les actifs d’une
perçus par les marchés. routière (comme par exemple l’installation société acquise à leur juste valeur fait
et l’utilisation obligatoire des ceintures de sens économiquement car cela permet
Par ailleurs, il est important de noter sécurité dans les cars scolaires) engendre de rapprocher le traitement comptable
que l’amortissement en soi n’est pas des coûts et des changements d’habi- du processus d’évaluation qui a permis
une “bonne“ méthode mais c’est une tudes qui peuvent faire grincer des dents de déterminer le prix d’acquisition.
méthode “moins mauvaise“ que le prin- au moment de leur première application.
cipe actuel qui entraine ponctuellement Mais avec le temps et l’usage, personne Normes trop complexes ?
des à coups majeurs dans le compte de ne remet plus en cause les changements Les normes IFRS (comme les normes US
résultat (parfois appelés “big bath“ par les dès lors qu’ils apportent effectivement GAAP) sont perçues comme complexes
anglo-saxons). des améliorations. car elles intègrent des transactions qui
ont toujours existé mais qui n’étaient
Si on applique les critères de qualité défi- Procyclicité ? pas comptabilisées précédemment dans
nis ci-dessus à la convention actuelle, on Les critiques liées à la procyclicité des toute leur complexité. Ces deux référen-
constate que : normes sont fondées, comme nous tiels traitent de façon plus complète le
1. le principe d’évaluation du goodwill l’avons vu lors de l’analyse de l’absence prix à payer pour poursuivre l‘activité, le
comme valeur résiduelle après avoir d’amortissement du goodwill. La bonne “cost of doing business“, qu’il s’agisse
évalué les autres actifs et passifs à leur nouvelle est que l’IASB a entendu cette par exemple des engagements liés au
juste valeur n’est pas remis en cause ; critique pour le secteur bancaire : les personnel que l’on vient de citer ou
2. la convention selon laquelle le goodwill modalités de dépréciation des créances des coûts de démantèlement ou “Asset
ne fait pas l’objet d’un amortissement est clients sont en cours de révision (dans le Retirement Obligations“ qui impliquent
une convention qui ne permet pas une cadre de la mise en place d’IFRS 9, norme de tenir compte au fur et à mesure de
bonne maitrise de la volatilité au compte à venir sur les instruments financiers). Le l’exploitation d’un site des coûts de
de résultat. modèle actuel fondé sur les pertes avé- démantèlements futurs. On constate avec
rées (“incurred loss approach“) devrait ces deux exemples que les IFRS ont un
En conclusion de cette seconde partie, évoluer vers un modèle moins procyclique rôle à jouer dans la prise en compte de la
on constate qu’il est possible, à l’aide de fondé sur les pertes attendues (“expected responsabilité sociale de l’entreprise, et
critères simples, de juger de la qualité des loss approach“). L’autre bonne nouvelle à ce titre intéressent les administrateurs.
normes émises par l’IASB pour les pré- est le fait que l’IASB a prévu d’ouvrir la
parateurs. Ces critères sont applicables revue post mise en œuvre d’IFRS 3-R Trop d’annexes ?
en principe à l’ensemble des normes (IFRS 3-R Post Implementation Review) Les remarques sur cette critique sont
d’évaluation. courant 2013. C’est le moment de reposer liées à celles relatives à la complexité des

18 // N°463 Mars 2013 // Revue Française de Comptabilité


normes internationales

normes IFRS. La croissance du volume pose la question de savoir la raison pour dits positifs le plus souvent, c’est-à-dire
des annexes avec le passage aux IFRS laquelle la norme critiquée a été (ou une réelle perspective d’amélioration
peut s’expliquer en partie par le périmètre sera) mise en place. Certaines critiques de l’information financière au delà des
large des transactions et risques inclus relèvent d’une résistance au changement coûts ou changements que les nouvelles
dans ce référentiel. Cela dit, les initia- et peuvent être dépassées en travaillant normes induisent, ou, plus rarement, des
tives actuelles pour tenter de réduire le sur l’accompagnement du changement. non-dits négatifs, dans le cas où le chan-
volume des annexes sont bienvenues, Dans le cas où la critique est justifiée, la gement risque de remettre en cause un
afin de poser une limite à cette croissance participation aux débats dans le cadre du “business model“, situation qui dépasse
exponentielle. processus d’élaboration ou de révision alors le domaine comptable.
des normes doit être encouragée. Enfin
Impossibilité de déterminer les dans certains cas, un changement à venir Enfin, des projets importants sont en
dividendes ou le résultat fiscal à de norme peut être perçu comme risquant cours à l’IASB, en particulier le projet sur
partir d’états financiers en IFRS ? de mettre en péril tout ou partie de l’acti- Reconnaissance du Revenu en cours de
Cette remarque est exacte. Mais les vité de l’entreprise. Dans ce cas, le sujet finalisation qui remplacera les normes
IFRS n’ont pas pour vocation à servir n’est en général pas un sujet uniquement actuelles IAS 11 et IAS 18. Bien que
de base au résultat fiscal ou au résultat d’ordre comptable mais également un cette norme ne soit probablement pas
distribuable. Les comptes IFRS servent sujet d’ordre stratégique pour la société applicable avant 2016, il peut être utile
à établir les états financiers d’un groupe concernée et à ce titre mérite toute pour les entreprises de commencer à
et donc à harmoniser les comptes de l’attention du conseil d’administration. organiser son analyse dès cette année
l’ensemble des filiales constituant ce afin de vérifier qu’elle atteint les critères
groupe, quel que soit le pays dans En conclusion, les administrateurs définissant les normes de qualité.
lequel la filiale est établie. Les IFRS ne doivent avoir en tête que les IFRS pré-
remplacent pas les comptes établis dans sentent un intérêt pour un périmètre très
le référentiel comptable local de chaque large de sociétés et que tout changement
filiale qui eux servent à déterminer le de norme devrait pouvoir être expliqué
montant des dividendes distribuables ou de façon simple, y compris à des non Bibliographie
le résultat fiscal. De la même façon qu’il experts. En effet, il est possible d’objec-
est possible de lister les critères de qualité tiver l’analyse coût/bénéfice des normes • IFRS 3 R Regroupement d’entreprises (norme IFRS).
des normes IFRS, il serait probablement IFRS : les coûts doivent être considérés
• IAS 19 Avantages du personnel (norme IFRS).
utile de lister les critères de qualité des au-delà de la période initiale de mise en
• P. Danjou, Une révision fondamentale de la norme
normes servant de base au résultat fiscal. œuvre et les bénéfices doivent incorporer
comptable IAS 19 pour les engagements post emploi,
Ce travail effectué, il serait possible de les besoins des préparateurs, en parti- RFC n° 452, mars 2012, page 20.
lister les normes IFRS acceptables dans culier en matière de maitrise du résultat.
• G. Gélard, Résultat net, résultat global, recyclage : la
les comptes sociaux des normes IFRS grande confusion, RFC n° 456, juillet-août 2012, page
nécessitant des retraitements. Par ailleurs, toute critique émise à 40.
l’encontre des IFRS doit être analysée • Olivier Vidal et Sophie Giordano-Spring, Le résultat
Finalement, chaque critique des IFRS de façon fine. Une critique virulente global : une remise en cause de la notion de résul-
mérite que l’on s’y arrête, et que l’on cache souvent des non-dits : des non- tat ?, RFC n°457, septembre 2012, page 16.

IAS / IFRS en substance


Un résumé en 80 pages des normes IFRS avec une présentation de l’essentiel.
Le corpus des normes IFRS compte aujourd’hui un peu plus de 3 000 pages. Un résumé en français est
donc indispensable.
Les sujets sont abordés selon la classification de l’IASB, en respectant les numéros des normes et la référence
aux paragraphes : le lecteur peut ainsi facilement approfondir avec le texte d’origine, en cas de besoin,
les normes sont présentées dans ce qu’elles ont d’essentiel : pas plus de deux pages par norme.
Ainsi, le format de poche peut être conservé, ce qui permet d’emporter ce résumé partout avec soi.
Ces qualités ont fait le succès des précédentes éditions. Cette édition apporte en plus de nombreux tableaux
et encadrés qui facilitent la lecture. Elle est à jour des normes et interprétations approuvées au 1er janvier 2010. 18,00 €
Un produit fini de 80 pages qui garde tout le sens des normes : un sérieux exploit au bénéfice des professionnels
comme des étudiants.

À commander dès maintenant sur www.boutique-experts-comptables.com

Revue Française de Comptabilité // N°463 Mars 2013 // 19