Vous êtes sur la page 1sur 117

- Conseil Financier

Premier cabinet spécialisé


dans la livraison de la - Recrutement
direction financière clé en - Formation
main.
- Système d’information

LES DIFFICULTES COMPTABLES ET FISCALES D’ARRETE


DES COMPTES

Animé par
Ahmed LERHLALY
MAI 2015
PLAN DU SEMINAIRE

 RAPPEL DES PRINCIPALES DIFFICULTES


COMPTABLES ET FISCALES,

 ASPECTS COMPTABLES D’ARRETE DES


COMPTES,

 ASPECTS FISCAUX D’ARRETE DES


COMPTES.
ASPECTS COMPTABLES D’ARRETE DES COMPTES
ASPECTS COMPTABLES D’ARRETE DES COMPTES

Obligation de tenue et d’arrêté des comptes Capitaux propres


Rappel des obligations comptables
Financements permanents
Immobilisations / Amortissements
Provisions durables pour risques et charges
Stock / Évaluation / Provisions
Fournisseurs
Clients/ Provisions
Autres créditeurs
Autres débiteurs
Comptes d’associés
Comptes de régularisation actif
Comptes de régularisation passif
Trésorerie
Provisions pour risques et charges

Autres difficultés comptables


Produits
charges
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Obligations Juridiques de tenue et d’arrêté des


comptes

 Code de commerce,
 Loi sur la SA,
 Loi sur les autres sociétés commerciales,
 Loi comptable.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Code de commerce
(art 19 & 20)

 Le commerçant tient une comptabilité conformément aux


dispositions de la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables
des commerçants.

 Si régulièrement tenue, elle est admise par le juge pour faire


preuve entre commerçants à raison des faits de commerce.

• Régulière = Conformité à la réglementation en vigueur, et en


son absence, aux principes généralement admis

 Les tiers peuvent opposer au commerçant le contenu de sa


comptabilité même irrégulièrement tenue.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Loi sur la SA
(art 72 pouvoirs du conseil) (104 et 141 pour le directoire)

 A la clôture de chaque exercice, le conseil


d’administration dresse un inventaire des différents
éléments de l'actif et du passif social existant à cette
date, et établit les états de synthèse annuels,
conformément à la législation en vigueur.(loi comptable)
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Loi sur la SA
(art 327)

 A la clôture de chaque exercice, le conseil d'administration


ou le directoire dresse les états de synthèse tels que définis
par la loi n° 9-88 relative aux obligations comptables des
commerçants.

 Il arrête le résultat net de l'exercice et un projet d'affectation


pour être soumis à l'approbation de l'assemblée générale
ordinaire annuelle
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Loi sur les autres formes commerciales (SARL)


(Art 70)

l'inventaire et les états de synthèse sont établis par


les gérants .
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

• LE DROIT DES SOCIETES

 l’arrêté des comptes est une prérogative qui relève de la


responsabilité du conseil d’administration, du directoire ou
des gérants.

 Les comptes doivent être arrêté avant leur communication


aux tiers.

 Au plus tard dans les 3 mois suivant la date de clôture de


l’exercice.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Loi comptable
(Art 2: Tenue des journaux et du grand livre)

Les enregistrements comptables sont portés sous forme


d'écritures sur le journal.

Les écritures du journal sont reportées sur le grand-livre


OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

Loi comptable
Tenue des livres légaux cotés et paraphés
 Livre d’inventaire: (Art 8 de la loi comptable) sur lequel il
est transcrit le bilan et le compte de produits et charges de
chaque exercice.
 Livre journal :(CGNC) sur lequel sont enregistrées les
opérations soit jour par jour, soit sous forme de récapitulations
au moins mensuelles des totaux de ces opérations à condition
de conserver, dans ce cas, tous les documents permettant de
les reconstituer jour par jour.

(Article 8 de la loi comptable prévoit de les coter et parapher)


OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

MANUEL DES PROCÉDURES COMPTABLES


(art 4 de la loi comptable)

Les personnes dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur


10.000.000 doivent établir un manuel qui a pour objet de
décrire l'organisation comptable de leur entreprise.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

RESPECT DES 7 PRINCIPES COMPTABLES

 Continuité d’exploitation ( principe qui conditionne les autres):


Etablir état de synthèse dans les perspectives de continuité
d’exploitation.

 Prudence : Prendre en compte tous les risques.

 Coût historique : les éléments de l’actif et de passif sont enregistrés à


leur coût historique. Réévaluation = dérogation, sur le plan fiscal ???

 Spécialisation des exercices: rattacher à chaque exercice les charges et


les produits lui revenant.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

RESPECT DES 7 PRINCIPES COMPTABLES

 Permanence des méthodes: maintien des mêmes régles d’évaluation et


de présentation d’un exercice à un autre- changement à justifier!!!

 Clarté: imputation, compte comptable, non compensation..)

 Importance significative (ETIC: information utile) les états de


synthèses doivent révéler les informations susceptibles d’affecter les
évaluations et les décisions.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

DÉROGATION AU PRINCIPES COMPTABLES

 Si, en raison de situations spécifiques à l' entreprise, l'application


d'une prescription comptable … ne permet pas de donner une image
fidèle de l'actif et du passif, de la situation financière ou des résultats,
il peut y être dérogé.

 cette dérogation est mentionnée à l' ETIC et dûment motivée, avec


l'indication de son influence sur l' actif, le passif, la situation
financière et les résultats de l'entreprise.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

INVENTAIRE DES ÉLÉMENTS ACTIFS ET PASSIFS


(art 5 de la loi comptable : au moins une fois par exercice )

Deux grands types de travaux :

• Le recensement quantitatif : vérification matérielle ;


• Estimation de la valeur actuelle à la clôture de
l’exercice.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

ÉTABLISSEMENT DES ÉTATS DE SYNTHÈSE

Les commerçants sont tenus d’établir des états de synthèse annuels, à la clôture de
l'exercice, sur le fondement des enregistrements comptables et de l'inventaire
retracés dans le livre-journal, le grand-livre et le livre d'inventaire.

Etat de synthèse = (le bilan, le CPC, l’ESG, le TF et l’ETIC qui forment un tout
indissociable)

Au plus tard dans les trois mois suivant la date de clôture de l'exercice.
La date d'établissement des états de synthèse est mentionnée dans l‘ETIC.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

ÉTABLISSEMENT DES ÉTATS DE SYNTHÈSE (SUITE)

Les personnes dont le chiffre d'affaire annuel est inférieur ou égal à


10.000.000 DH sont dispensées de l'établissement de l'état des soldes
de gestion, du tableau de financement et de l'état des informations
complémentaires.
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

AUTRES OBLIGATIONS

 Les documents comptables sont établis en monnaie nationale.


 Les documents comptables et les pièces justificatives sont
conservés
pendant 10 ans.
Quid des justificatifs des immobilisations???
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

OBLIGATIONS COMPTABLES

DONC : Une attention particulière doit être portée à la tenue de la


comptabilité
OBLIGATIONS DE TENUE ET D’ARRÊTÉ DES COMPTES

OBLIGATIONS COMPTABLES

L'administration fiscale peut rejeter les comptabilités qui ne sont pas


tenues dans les formes prescrites par la loi comptable !!!!

Exemples rencontrés sur le plan pratique :


Absence du MOC, Absence des livres légaux, absence de GL,
Mauvaise Imputation comptable, absence des inventaires,
compensation,….
ASPECTS COMPTABLES D’ARRÊTÉ DES COMPTES
ASPECTS COMPTABLES D’ARRÊTÉ DES COMPTES

RÈGLES DE BASE D’ARRÊTÉ DES COMPTES


IMMOBILISATIONS/AMORTISSEMENTS

Contenu:

Immobilisations en non valeur


Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Immobilisations financières
Immobilisations/amortissements

Immobilisations en non valeur

 Frais de constitution: Taxes, honoraires…etc


 Frais d’acquisition des immobilisations: frais d’acte (DE, CF, …)
 Autres charges à répartir: Frais profitant aux exercices ultérieurs + décision de
gestion

Amortissement sur 5 ans (sans prorata temporis)


Immobilisations/amortissements

Immobilisations incorporelles

 Fonds de commerce: En principe non amortissable


Mais, il peut faire l’objet d’une provision pour dépréciation
 Brevets, marques et droits assimilés: amortissable sur la durée de vie (généralement
égale à la durée de protection)
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles

 Terrains: coût d’achat hors frais d’acte (DE, CF, …)


non amortissable (peut faire l’objet d’une provision le cas échéant)
 Aménagements des terrains: Coût d’achat ou de production
amortissable (10 ans)

NB: Ensemble immobilier : séparer le terrain et constrictions (contrat, expertise…)


Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles

* Constructions: Coût d’achat (hors frais d’actes) ou coût de production (charges


directes et indirectes)
Amortissement linéaire: 20 ans (usage industriel) 25 ans (usage commercial)

* Constructions légères : amortissement sur 10 ans

* Aménagement des constructions : Amortissement sur 10 ans


Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles

* Matériel et outillages: Coût d’achat ou coût de production (charges directes et


indirectes)
Amortissement : 10 ans (linéaire ou dégressif)
* Matériel de transport : coût d’achat (TTC pour les véhicules de transport de
personne)
amortissement linéaire : 4 à 5 ans
Montant déductible: limité pour les véhicules de transport
de personne
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles

* M M B et aménagements divers : Amortissements sur 10 ans

* Immobilisations en cours : immobilisations non achevées


non amortissable
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles (taux prévus par la note circulaire à titre indicatif)


LIBELLE TAUX ADMIS

 Immeuble à usage d'habitation ou commercial 4%


 Immeubles industriels construits en dur 5%
 Constructions légères 10%
 Matériel, Agencements et Installations 10% à 15%
 Gros matériel informatique 10% à 20%

 Matériel informatique, périphérique et programmes


 Mobilier et Logiciels 20% à25%
 Matériel roulant 20%
 Outillage de faible valeur 20% à 25%
30%
N.B. : Pour le matériel d’occasion, le taux d’amortissement généralement utilisé varie en fonction de sa nature et de la durée d’utilisation escomptée.
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles (Changement du plan d’amortissement)


La doctrine fiscale prévoit que le plan d’amortissement initialement retenu la
peut être reconsidéré, en cours d’amortissement,, soit pour allonger la durée de vie du
bien, soit pour le raccourcir lorsque des circonstances nouvelles justifient cette
modification,

Ainsi, il est admis de pratiquer des taux d’amortissement supérieurs aux taux
normaux en cas d’utilisation intensive du matériel. De même, la société peut pratiquer des
taux d’amortissement inférieurs aux taux normaux en cas de sous utilisation du matériel

Donc: changement du plan d’amortissement est admis


fiscalement à condition de le justifier
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
difficulté???

Dépense = immobilisation si elle a pour effet une augmentation de la valeur d’un


élément de l’actif ou de sa durée probable d’utilisation.

Dépense = Charge si elle a pour effet de maintenir les éléments de l’actif dans un état
normal d’utilisation

NB : Biens amortissables de faible valeur (absence règle au Maroc +


Politique de la Société = Manuel de procédure) fiscalement ???
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
(Livraison à soi même)

 Immobilisations crées uniquement par l’entreprise ou;


 Sous-traitées en partie par l’entreprise ou;
 Sous traitées en totalité, mais l’entreprise reste le maître d’oeuvre
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
(Livraison à soi même)

 LSM = production de l’exercice conservée par l’entreprise en vue de son


immobilisation
 Elle constitue un produit d’exploitation enregistré à son coût de production
(pour balancer les charges correspondantes)
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
(Livraison à soi même)

 En matière de TVA, l’incidence pour l’entreprise est neutre sauf dans le cas
où le prorata de déduction est inférieur à 100%.

si prorata < 100% → le reliquat de la TVA non déductible constitue un


complément du coût à incorporer dans le coût de production de
l’immobilisation (valeur d’entrée)
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
Cessions et retraits

 Les cessions doivent être justifiées par des factures ou des PV de cession (Sur
le plan juridique: élément d’actif donc pouvoir ???)
 Fiscalement : prix de cession, retrait….????
Immobilisations/amortissements

Immobilisations corporelles
déclaration en matière de taxe professionnelle

 Rapprochement des immobilisations avec l’état communiqué à


l’administration fiscale (déclaration de TP)

 NB: La loi sur la fiscalité locale : cette déclaration est obligatoire (dépôt
fin janvier )
Immobilisations/amortissements

Immobilisations financières

 Titres de participation: (à distinguer des TVP) coût d’entrée = prix d’achat (donc ne
pas inclure les frais d’achat
 Créances financières: prêts et avances à plus d’1 an. (Fiscalement: intérêts???)
 Autres titres (obligations…)

Provision pour dépréciation: Bourse, Situation financière…etc (fiscalement???)


Immobilisations/amortissements

Immobilisations financières

 Vérification des mouvements de capital des participations


(augmentation en numéraire, par c/c, incorporation de réserves,
Réduction du capital…)
 Écarts de conversion : si créances en devises
Immobilisations/amortissements

Valeur probante de la comptabilité

 Pièces justificatives des immobilisations : factures, actes, décomptes…


 Procédures permettant d’être informé :
• de toutes les acquisitions
• de toutes de création (LASM)
• de toutes les cessions
• de toutes les destructions et mises en rebut

 Existence physique des immobilisations


 Procédure de distinction entre immobilisations et charges
Stocks

 Valeur d’entrée: Coût d’achat ou Coût de production

 Ces coûts sont déterminés à partir de documents de base (factures….etc) si leur


composition est élémentaire

 A l’aide d’une comptabilité analytique ou d’autres méthodes si leur


composition est complexe
Stocks

 Coût d’achat = prix d’achat + frais accessoires

Exclusion faite des frais généraux d’approvisionnement, des frais de stockage,


du coût de sous activité et des charges financières

 Coût de production = coût d’achat des matières+ Charges directes + charges


indirectes

Exclusion faite des frais d’administration générale,des frais de stockage des


produits, des frais de recherche et développement, des charges financières et du
coût de sous activité
Stocks

 Examen des stocks défectueux et la provision correspondante


(déductibilité fiscale de la provision???)

 Traitement du stock en cours de route

 Vérification des marges: détection des anomalies dans la comptabilisation et ou


l’évaluation du stock
Clients

 Clients : Analyse client par client


Conserver l’analyse
Explication des soldes débiteurs du compte clients

 Clients étrangers: réglementation des Changes ??? (apurement, retard…)


 Clients effets à recevoir: = Effet en portefeuille (non échus): Inventaire
 Factures à établir: détail, modalités d’évaluation, BL

Intérêts de retard : taux publié au BO 6098 du 8 novembre 2012 (TBB + 7%)


Clients

Provision:
 Sur le plan comptable: principe de prudence
Tout risque de recouvrement doit être provisionné (provision statistique,
balance âgée…)

 Sur le plan fiscal: recours judiciaire dans les 12 mois suivants la date de la
constatation de la provision
Clients

 Attention: suivi du recours judiciaire

 Provision devenue sans objet

 Pertes sur créances: Justification : PV de carence, Jugement en faveur du client,


liquidation judiciaire ???) sort de la TVA ????
Clients

 Ecart de conversion : si créances en devises

Pertes latentes (minoration des créances) DONC Provision pour R&C

Gains latents ( majoration des créances) PAS de provision


Clients

 Existence d'une couverture de change ou Existence d‘une opération parallèle


destinée à couvrir les conséquences de la fluctuation de change : limiter la
provision

 Cas où le règlement des créances intervient entre la date de clôture et la date


d'établissement des états de synthèse: le montant de la provision peut être calculé
en fonction de la perte définitive
Autres débiteurs

 Analyses des comptes


 Avances aux sociétés de groupe (convention réglementées)
 Autres avances
 Débours: Risque fiscal???

 Provision pour dépréciation: Justification ???


 Ecart de conversion: si avances en devises

NB: fiscalement : Intérêts???


Comptes de régularisation

 Charges constatées d’avance (charges abonnées: assurance, leasing, intérêts…)


 Intérêts courus à percevoir: agios, intérêts sur avances….

 Séparation des exercices: principe sacré !!!!


Trésorerie

 Rapprochement bancaires: analyse des suspens


 Compte en devise: conversion au cours de clôture (perte ou gain de change)
 Détection des charges financières à provisionner
 Examen de l’analyse du compte «crédit d’escompte »
 Rapprochement du solde caisse avec l’état d’inventaire de la caisse

Attention au compte « caisse » créditeur: présomption d’irrégularité


Fiscalement, elle peut conduire à rejeter la comptabilité !!!
Capitaux propres

 Capital : mouvement de capital (augmentation, réduction, remboursement…)

À vérifier au niveau du registre des assemblées

 Perte des ¾ du capital: AGE ?

 Réserves réglementées: attention à leur affection !!!!

 Vérification de la variation du total des capitaux propres N et N-1 (dividendes….)


Capitaux propres assimilés

 Provisions réglementées (prov pour investissement…):


si utilisées: affectation à compte de réserves
 Subvention d’investissement reçue (solde non rapporté au résultat)

 Provision pour amortissement dérogatoire (amort linéaire et amort dégressif)


Dettes de financement

 Emprunts bancaires : rapprocher avec le tableau d’amortissement

 Emprunts obligataires: rapprocher avec l’échéancier du tirage des remboursements


les frais d’émission : charge ou charges à répartir

 Autre dettes : avance de l’état, comptes courant bloqué…

 Vérifier provision des charges financières

 Ecart de conversion

NB: attention limitation de la déductibilité des intérêts sur les emprunts auprès des
associés (règles de sous capitalisation)
Provisions durables pour R&C

 Détail des provisions

 Justification : requête tribunal, réclamation…

 Traitement fiscal: déductible ou non ?

 Sort des provisions antérieures: suite de la procédure, évolution du cours de


change…

NB: pas de prescription fiscale !!!


Fournisseurs

 Fournisseurs et comptes rattachés: analyse


examen des solde débiteurs : règlement en trop, absence de facture…
 Fournisseur effets à payer: rapprocher avec l’échéancier des effets remis, avec l’état
de rapprochement bancaire…
 Fournisseurs factures non parvenues: analyse et détail des charges
rapprocher avec les BC, BE…
 Ecart de conversion
Autres créditeurs

 Analyse de tous les soldes

 Vérifier provision intérêts y afférents

 Examen des soldes anciens : fiscalement abandon de créances???

 Ecart de conversion
Comptes d’associés

 Analyse par associé

 Rapprocher avec la comptabilité des associés

 Provision intérêts (limitation fiscale???)

 Si avances en devises: vérifier formalité Office des changes)


Comptes de régularisation passif

 Produits constatés d’avance: séparation des exercices


détail et modalités d’évaluation

 Intérêts courus non échus à payer : modalités d’évaluation

 Compte d’attente: analyse en principe solde nul???


Provisions pour R&C

 Détail des provisions: change, contentieux…

 Justification: évolution du cours, requêtes, réclamation….

 Régime fiscal:

 Sort fiscal des provisions antérieures: suivie des provisions

 Attention aux provisions devenues sans objet: à reprendre


Produits

 Série continue pour les factures

 Analyse des avoirs et leur justification: risque fiscal???? (décision, réclamation,


contrat…)

 Détail des factures à établir


Produits

 Séparation des exercices: prestations en cours, travaux en cours, livraisons non


encore facturées

 Tous les produits acquis : à provisionner

 Produits comptabilisés mais ne concernant pas l’exercice: produits constatés


d’avance
Charges

 Analyse des postes importants (MP, Travaux, sous traitance..)

 Analyse des derniers dossiers imports:


Charges

 Examen des charges abonnées:

Les charges découlant des obligations contractuelles :


(loyer, leasing, remboursement de crédit, agios, assistance technique…)

Les charges consommées non encore facturées par les fournisseurs:


(Téléphone, électricité…)
Charges

Les charges dont le montant dépend de l’activité de l’exercice:


( les promotions/clients; primes/personnel,commissions/représentants commerciaux….)
Aspects fiscaux d’arrêté des comptes
Aspects fiscaux d’arrêté des comptes

 Rappel des obligations fiscales


Contrôles à effectuer
Principales réintégrations et déductions
Calcul de l’impôt
Liquidation de l’impôt
Établissement de la liasse fiscale
Principales déclarations
1. OBLIGATIONS COMPTABLES DES OPCVM AYANT UN
Obligations fiscales
IMPACT FISCAL

 Tenir une comptabilité régulière

 Conservation des documents comptables:

état de synthèse, grand livre, journaux, livres légaux, MOC, inventaires, pièces
justificatives, contrats, journaux de paie, déclaration fiscales (TVA, IR, IS…)…etc
Contrôles et tests de cohérence

• Rapprochement du CA encaissé et CA déclaré en matière de TVA:

+ client 31/12/N-1

+ chiffre d'affaires TTC N

+ Avance clients N

- Avance clients N-1

- Client 31/12/N

- Effets et chèques en instance /rapprochement bancaire

= Encaissement Théoriques A

Encaissements déclarés N (CA TTC /déclarations TVA) B

Ecart A-B
Contrôles et tests de cohérence

• Rapprochement du solde « TVA facturée » et solde découlant du compte


clients:

+ client 31/12/N

- Clients « non taxable » { chiffre d’affaires exonéré}

= Clients taxables A

= TVA facturée correspondante { A * Tx/(1+tx)} B

- Solde du compte TVA facturée C

Ecart B-C

Tx= taux de TVA


Contrôles et tests de cohérence

• Rapprochement Etat 9421/balance

+ Total salaire brut / état 9421

- Total /balance

Ecart

Pour expliquer l’écart:Tenir compte des:


provisions de prime, de congé…
Reprises des provisions N-1…,
avantages et indemnités….
Contrôles et tests de cohérence

• Rapprochement Etat 9421/CNSS

+ Masse salariale/ état 9421

- Masse salariale/états CNSS

Ecart

Pour expliquer l’écart:Tenir compte des:


avantages et indemnités imposables à l’IR et exonérées de la CNSS ou le
contraire
Contrôles et tests de cohérence

• Contrôle TP et TSC

 Comparer les montants calculés avec les avis d’imposition émis par
l’administration: le cas échéant constater une provision pour rappel
(déductible fiscalement)
Exemple de charges non déductibles et des produits non imposables
Principe de base du calcul du Résultat fiscal

Article 8 du CGI:
Le résultat fiscal de chaque exercice comptable est déterminé d'après
l'excédent des produits sur les charges de l’exercice, engagées ou
supportées pour les besoins de l’activité imposable, en application de la
législation et de la réglementation comptable en vigueur, modifié, le cas
échéant, conformément à la législation et à la réglementation fiscale en
vigueur.
Détermination du résultat fiscal

DONC :
Le résultat fiscal est le résultat net comptable rectifié conformément aux
dispositions fiscales régissant l’impôt sur les sociétés, par :

+ des charges fiscalement non déductibles


- des produits totalement ou partiellement exonérés.
Principales déductions (produits non imposables)

Dividendes

 Les dividendes reçus d’une société soumise à l’IS bénéficient d’un abattement
de 100%
(NB: attestation de propriété des titres)

même traitement pour les dividendes de source étrangère (LF 2008)


Principales déductions (produits non imposables)

Reprise provision ayant été réintégrée lors de l’exercice de


sa constatation
(conserver la preuve de réintégration)
Principales réintégrations

Provisions non déductibles

 Provision sur clients: absence de recours judiciaire


 Provisions sur Titres : non justifiées par la : situation nette, évaluation,
dernières transactions….
 Provision pour risque & charges: absence de recours judiciaires, réclamations,
requête de tribunal….
 Provisions sur stocks : absence d’un état détaillé article par article, expertise,
prix de marché….
Principales réintégrations

Provisions

 Provision statistique /stocks


 Provision statistique /clients
 Provision pour propre assurance.
Principales réintégrations

Charges sur exercices antérieurs

 Charges découlant d’une mauvaise évaluation de la provision (déductibles)

 Charges non provisionnées (non déductibles)


Principales réintégrations

Charges non liées à l’exploitation

(charges engagées pour les besoins personnels des dirigeants, pour l’exploitation
d’une autres société…etc)
Principales réintégrations

Les amendes, pénalités et majorations:

 infractions aux dispositions légales ou réglementaires, notamment en matière


• d'assiette des impôts directs et indirects,
• de paiement tardif desdits impôts,
• de législation du travail,
• de réglementation de la circulation,et
• de contrôle des changes ou des prix.
Principales réintégrations

Rappel au titre des impôts non déductibles


Principales réintégrations

Moyen de paiement et déductibilité des charges chez l’acheteur

 charges dont le montant est égal ou dépasse 10.000 DH non payées par
chèque B N E, effet de commerce, moyen magnétique de paiement ou par
virement bancaire, procédé électronique, ne sont déductibles qu'à 50%.
Principales réintégrations

Amortissements des véhicules de tourisme

 Dotations aux amortissement (base = 300 000 DH)


Principales réintégrations

Redevances ou locations des véhicules de tourisme

 Les redevances de leasing


 Location longue durée

(NB: quel que soit le montant des redevances ou des loyers)


Principales réintégrations

Intérêts des comptes d’associés

 Libération intégrale du capital social (condition) ;


 Le montant du compte courant portant intérêts fiscalement déductibles ne peut
excéder le montant du capital social ;
 Le taux fixé annuellement par arrêté du ministre chargé des finances: 2,97%
pour 2015
Principales réintégrations

Cadeaux publicitaires

 Les frais relatifs aux cadeaux publicitaires et engagés dans l’intérêt de


l’exploitation, sont déductibles si:
• la valeur unitaire maximale de ces cadeaux ne dépasse pas 100 DH
• ils portent soit le nom ou le sigle de la société soit la marque des produits
qu'elle fabrique ou dont elle fait le commerce.
Principales réintégrations

Cadeaux publicitaires

 A ne pas confondre avec les frais de publicité:


Doctrine fiscale:
Le prix d’achat ou le coût de production des articles distribués dans le cadre
d’une compagne publicitaire sous forme de jeux, tombola,
concours…constituent des charges déductibles
Principales réintégrations

Chèques cadeaux accordés aux tiers

Doctrine fiscale:
 Seuls les chèques cadeaux accordés aux salariés de la société sont admises
comme charges déductibles (+ plus imposition au niveau de l’IR revenus
salariaux)
Principales réintégrations

Dons

Les dons accordés en argent et en nature à l’exception des dons au profit de:
 associations reconnues d'utilité publique,
 oeuvres sociales des entreprises publiques ou privées dans la limite de deux
pour mille (2‰) du chiffre d'affaires du donateur ;
 œuvres sociales des institutions qui sont autorisées par la loi qui les institue à
percevoir des dons dans la limite de deux pour mille (2‰) du chiffre d'
affaires du donateur;
 ……
Principales réintégrations

Ecart de conversion passif

 L’ECP : gains latents sur les créances et dettes en monnaie étrangère


(réintégration ECP N et déduction de ECP N-1)
Principales réintégrations

Amortissements non déductibles

 L’excédent des amortissements par rapport aux amortissements normaux


calculés selon les taux généralement admis selon les usages de chaque
profession, industrie ou branche d ’activité
Principales réintégrations

Amortissements non déductibles

 Amortissement dégressifs:
 des immeubles
 des véhicules de transport de personnes
Déficits fiscaux

 Déficit d’amortissement : reportable indéfiniment

 Déficit d’exploitation: reportable dans la limite de 4 ans

NB : Déficit d’amortissement :
Amortissements déductibles uniquement
Amortissements des immobilisations en non valeurs exclu
Déficits fiscaux

NB: Tenir compte, le cas échéant, des déficits annulés par le contrôle fiscal
Calcul de l’impôt dû

 Taux de l’IS
 Cotisation minimale
 Imputation de la cotisation minimale
 Retenue à la source IS (Ex TPPRF)
 Versement de l’impôt
Calcul de l’impôt dû

Taux de l’IS

 30% (taux de droit commun)


Calcul de l’impôt dû

Cotisation minimale

0,50%

0,25% pour les ventes de : produits pétroliers, le


gaz, le beurre, l’huile, le sucre, la farine, l’eau,
l’électricité
Calcul de l’impôt dû

Cotisation minimale

Minimum: 3 000 DH /STES et 1 500 DH / PP

Base: CA HT+ Produits financiers et accessoires+


subvention et dons+autres produits non courants
Exonération pendant les 36 premiers mois suivant
le début de l’exploitation
Calcul de l’impôt dû

Crédit de cotisation minimale

 L’excédent de la CM sur l’IS est imputable sur l’excédent de l’IS sur la CM


due au titre des exercices suivant jusqu’au 3ème exercice
Calcul de l’impôt dû

Crédit de cotisation minimale

 L’impôt à comptabiliser = IS – Crédit de CM

 Les acomptes de l’exercice suivant sont calculés sur la base de l’impôt dû avant
imputation de la CM
Calcul de l’impôt dû

Retenue à la source (ex TPPRF)

Elle est imputable:

 sur les acomptes de l’exercice au cours duquel elle a été prélevée


 Et sur la régularisation due au titre de cet exercice

Le reliquat non imputé est restituable (demande à déposer au service des impôts)
Calcul de l’impôt dû

Retenue à la source (ex TPPRF)

Joindre à la déclaration du résultat fiscal:

 Les attestations de retenue à la source communiquées par la société ayant effectué


ladite retenue
Versement de l’impôt

 CALCUL DE L'IS
 CALCUL DE LA COTISATION MINIMALE
 IMPOT DU = SUP ( IS ; CM )
 IMPUTATION CM ANTERIEURE
 = IMPOT DÛ DE L'EXERCICE (2)

 REGULARISATION POUR LE VERSEMENT:


 (2) - ACOMPTES VERSES – retenue IS sur les Intérêts (Ex TPPRF)
Calcul des acomptes

• Les acomptes de l’exercice suivant:

 Sur la base de l’impôt dû de l’exercice en cours

 Sur la base de l’impôt qui serait dû en l’absence de l’exonération


Déclaration du résultat fiscal

 À établir sur l’imprimé Model


 Renseigner les dates et les références des quittances de paiement des
acomptes
 Attention :rubrique résultat fiscal avant et après imputation des déficits
 Joindre détail du calcul de l’IS si société bénéficiant des avantages et
réductions
Déclaration du résultat fiscal

Annexes à la déclaration du résultat fiscal

• Liasse fiscale

• NB: Attention à la cohérence des différents tableaux


Déclaration du résultat fiscal

 Détailler les réintégrations et les déductions (besoins de contrôle par la suite)


 Porter une attention particulière aux reports des déficits
 Pour les déficits non reportés: distinguer entre déficit d’amortissement et
déficit d’exploitation
 Conserver dans un dossier « détermination de l’IS exercice.. » tous les détails
et tous les documents sur la base desquels a été déterminé le résultat fiscal.
Autres déclarations

NB:

 Le dépôt d’une déclaration incomplète entraîne


l’application des mêmes sanctions que le défaut de
déclaration ou le retard de déclaration,

• Soit 15% du montant de l’impôt correspondant aux


éléments incomplets
Autres déclarations

 Déclaration des rémunérations allouées à des tiers (25%)


 Déclarations des produits versés aux non résidents (15%)
 Déclarations récapitulatives des dividendes versés (15%)
 Déclaration récapitulative des intérêts versées (15%)
 Déclaration de l’origine du déficit ou du résultat nul (2000 DH)
 Déclaration du prorata de déduction (500 DH)
 Déclaration de la liste des associés par les sociétés à prépondérance
immobilière.(10 000 DH)
Autres déclarations

Recommandations

 conserver une copie de toutes les déclarations
 faire un dossier « arrêté des comptes exercice… »
 faire le tirage de la balance, GL, Journaux et/ou archivage
électronique
Autres points d’attention

Risques fiscaux

 Soit cabinet externe (donc rapport à émettre par ce cabinet)
 soit en interne: identifier les zones de risque sur la base de l’ancien contrôle
et procéder à son estimation
•  Quid de la provision du risque fiscal ??

• Responsabilité de la mission en raison de la sensibilité des


informations liées à l’identification et au chiffrage des risques fiscaux
MERCI POUR VOTRE
ATTENTION