Vous êtes sur la page 1sur 36

Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

CHAPITRE 4
ETUDE DE LA PRECONTRAINTE

4.1 Calcul de la précontrainte


4.1.1. Données :
 Béton :

f c 28 = 35 MPa

ft 28 = 2,7 MPa

Pour un âge du béton inférieur à 28 jours, on se base sur les formules suivantes données
par le PBEL :

j. f c 28
f cj = (MPa)
4, 73  0,83 j

f tj = 0,06 f cj + 0,6 (MPa)

 Acier de précontrainte :

On va utiliser des câbles à base de torons T15S classe 1770 dont les caractéristiques
sont les suivantes :

➢Limite élastique = fpeg =1573 MPa ;


➢Limite de rupture = fprg = 1770 MPa ;
➢Relaxation = ρ1000 = 2,5 ;
➢Section nominale = 150 mm2 ;
➢Diamètre gaine de 9 à 12 T15 : φg=79 mm ;
5 à 7 T15 : φg=71 mm ;
8 T15 : φg=76 mm.
 Acier passif :

On utilisera des aciers à haute adhérence des classes Fe400 et Fe500.

 Charges :

En plus du poids propre des poutres et du hourdis, on prendra en compte :

➢ Les superstructures du tablier : 38,25 KN/m pour l’ensemble ;

Travail de Fin d’Etude 2009 77


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

➢ Les charges routières d’exploitation (calculée par la méthode de Guyon-


Massonnet).

4.1.2. Contraintes admissibles du béton :


Quelle que soit la classe de vérification retenue, les contraintes de compression du béton
ne peuvent dépasser :

➢ 0,5 f c 28 sous l’effet de la combinaison quasi-permanente ;

➢ 0,6 f c 28 sous l’effet des combinaisons rares et des combinaisons fréquentes ;

➢ 0,6 f cj en cours de construction

Les contraintes de traction ne doivent pas dépasser f tj en zone d’enrobage, et 1,5 f tj

ailleurs.

4.1.2.1. En service :

Les contraintes admissibles du béton en service sont résumées dans la figure suivante :

 = - 1,5 ft 28 =4,05  = 0,6 f c 28 =21


ts cs

 = - ft 28 =-2,7  = 0,5 f c 28 =17,5


ti ci

Figure 4.1 : Diagramme des contraintes admissibles en service

4.1.2.2 En construction :

En supposant que la mise en tension aura lieu à une date de j jours, alors les contraintes
admissibles du béton en construction sont les suivantes :

Travail de Fin d’Etude 2009 78


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 = - 1,5 f tj  = 0,6 f cj
ts cs

 = - f tj  = 0,6 f cj
ti ci

Figure 4.2 : Diagramme des contraintes admissibles en construction

4.1.3. Principe de construction :


Comme nous le verrons dans les chapitres qui suivent, le dimensionnement de ce type
de tablier est étroitement lié au mode de construction qui, pour la réalisation d'une
travée, comporte les étapes suivantes :

➢ Préfabrication des poutres sur une aire de préfabrication,


➢ Mise en attente des poutres sur une aire de stockage,
➢ Mise en tension des câbles de la première famille sur le stock,
➢ Mise en place des poutres sur appuis définitifs par des moyens de levage et de
manutention adaptés,
➢ Réalisation en place d'entretoises reliant les poutres,
➢ Mise en précontrainte éventuelle des entretoises,
➢ Coffrage, ferraillage et bétonnage en place du hourdis,
➢ Mise en tension d'une deuxième famille de câbles de précontrainte
longitudinale et dans certains cas d'une précontrainte transversale lorsque le
hourdis a acquis une résistance suffisante.

Figure 4.3 : Câblage d'une poutre précontrainte

Travail de Fin d’Etude 2009 79


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.1.4. Détermination de la précontrainte :


4.1.4.1 Actions :

 Poids propre :

• Poutre seule : 24,47 KN/m

• Hourdis (deuxième phase de bétonnage) : 25*0,2*2,8=14 KN/m

 Superstructures : 38,25 KN/m pour 4 poutres soit 9,5625 KN/m par poutre.

 Charges routières d’exploitation

4.1.4.2 Moments de calcul en ELS :

 Poutre :

382
Mg1=g1*L2/8=0,02447 * = 4,417 MN.m
8

 Hourdis (2ème phase de bétonnage):

382
Mg2=g2*L2/8=0,014 * =2,527 MN.m
8

 Superstructures :

382
Ms=s*L2/8=9,5625 * = 1,726 MN.m
8

 Charges d’exploitation :

Mq=4,3 MN.m

4.1.4.3 Contrainte initiale des câbles :

On estime les pertes instantanées à 10%.

On a: 𝛔𝐩𝟎 = Min(0.8fprg ; 0.9fpeg ) = 𝟏𝟒𝟏𝟓, 𝟕 𝐌𝐏𝐚

D’ou: 𝛔𝐢 = 0.9 × σp0 = 𝟏𝟐𝟕𝟒, 𝟏𝟑 𝐌𝐏𝐚

4.1.4.4 Excentricité des câbles :

Compte tenu du fait que le rapport (charge permanente /charge variables) est élevé, on
peut supposer que la section est sur-critique.

L’excentricité vaudra donc :

Travail de Fin d’Etude 2009 80


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 Première famille des câbles :

e0=-(v’- d’)=-(1,0245 - 0,1065)

e0= - 0,918 m

71 mm
d’=106,5 mm 71 mm

Figure 4.4: Position d’un câble

 Deuxième famille des câbles :

e0=-(v’- d’)=-(1,4647 - 0,142)

e0= - 1,3227 m

71 mm
71 mm
d’= 142 mm
71 mm

Figure 4.5: Position de 2 câbles

4.1.4.5 Nombre de câbles de la première famille :

Pour les câbles de la première famille, les deux phases les plus défavorables sont :

✓ Leur mise en tension ;


✓ Juste avant la mise en tension de la 2ème famille et après bétonnage du hourdis
et des entretoises complémentaires.

Nous supposons que le calendrier des opérations est le suivant :

Travail de Fin d’Etude 2009 81


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Phase A b C d E
Date ta tb tc td t e=
Opérations Coulage du Mise en Coulage du Mise en Superstructures
béton des tension des béton de tension de la + Surcharges
poutres + câbles de la hourdis + 2ème famille d’exploitation
amorces 1ère famille complément
entretoises

Précontrainte - P0 = 1.1 Pi - 1.1 PA PA


- Pi = 1.2 PA - (50% Δσdiff ) (toutes les
(perte inst.) fcj = 30 MPa pertes)
fcj = 25 MPa fcj = 35 MPa
P0 =1.1Pi PB
Pi = 1.2 PB (toutes les
(pertes inst.) pertes)
fcj = 25 MPa fcj = 35 MPa
Avec :
• P0 = précontrainte à l’ancrage avant les pertes= Ap*σp0 ;
• Pi =précontrainte initiale, après pertes instantanées et avant pertes différées ;
• PA (resp. PB) = précontrainte finale de la 1ère famille (resp. 2ème famille).
Les pertes instantannées et différées ont été estimées en fraction de PA , PB .

Tableau 4.1 : Calendrier des opérations


 A la mise en tension de la première famille (phase b) :

Les contraintes devront satisfaire les conditions des contraintes admissibles (voir figure
ci-dessous).

Figure 4.6 : Contraintes admissibles en construction à vide

Avec Mga correspondant au poids propre de la poutre :

Mga=Mg1=4,417 MN.m

Travail de Fin d’Etude 2009 82


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

D’où : 1,2∗𝑃𝐴 1,2∗ 𝑃𝐴 ∗ 0,918 4,417


- + ≥ (  = - 1,5 f tj =-1,5*2,1=-3,15)
0,9355 0,4868 0,4868 ts

1,2∗𝑃𝐴 1,2∗ 𝑃𝐴 ∗0,918 4,417


+ - 0,511 ≤ ( = 0,6 f cj =0,6*25=15)
0,9355 0,511 ci

PA ≤ 11,96
Soit :

PA ≤ 6,88

D’où : 𝐏𝐀 ≤ 6,88 MN

 A la mise en tension de la deuxième famille et après bétonnage de deuxième phase


(phase d-) :

A cette étape les contraintes devront satisfaire le diagramme suivant :

Figure 4.7: Contraintes admissibles en construction en charge

Avec :

Mgd=Mg1+Mg2= 4,417 + 2,527= 6,944 MN.m

Alors on a :
1,1∗𝑃𝐴 1,1∗ 𝑃𝐴 ∗0,918 6,944
- + 0,4868 ≤ (  =0,6 f cj =0,6*30=18)
0,9355 0,4868 cs
1,1∗𝑃𝐴 1,1∗ 𝑃𝐴 ∗0,918 6,944
+ – 0,511 ≥ (  =- f tj =-2,4)
0,9355 0,511 ti

PA ≥ -4,15
Soit :
PA ≥ 3,55

Travail de Fin d’Etude 2009 83


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

D’où : 𝐏𝐀 ≥ 3,55 MN

On devra alors avoir : 3,55 MN ≤ PA ≤ 6,88 MN

La précontrainte à l’ancrage vaut : P0=1,1*1,2*PA

Alors 4,686 MN ≤ P0 = 1.1 × 1.2 × PA = Ap1 σp0 ≤ 9,0816 MN

Soit 3310,02 mm2 ≤ Ap1 ≤ 6414,92 mm²

Ou n1 torons T15S de 150 mm²: 23 ≤ n1 ≤ 42

On prend 5 Câbles de 7 T15 S pour la première famille,


5×7×150×10−6 ×1415,7
D’où : PA = = 𝟓, 𝟔𝟑 𝑴𝑵
1.1×1.2

4.1.4.6 Diagramme des contraintes dans le béton en phase d- :

Après coulage du béton de deuxième phase et avant mise en tension des câbles de la 2ème
famille, les contraintes sont alors données dans le diagramme de la figure 4.7 ci dessous
avec : P=1,1 PA =6,19 MN

6,02 11,67 5,65 14,26 8,61

+ = + =

6,02 9,53 15,55 -13,6 1,95

𝑃 𝑃𝑒0 𝑀𝑔𝑑
𝑆 𝐼 ⁄𝑣 𝐼 ⁄𝑣
Figure 4.8: Diagramme des contraintes en phase 𝑑 −

4.1.4.7 Précontrainte de la deuxième famille de câbles :

En phase finale on devra satisfaire les conditions de contraintes admissibles de la figure


4.8 (phase e) en combinaisons rares, on ajoutera au diagramme de la phase 𝑑 −

Travail de Fin d’Etude 2009 84


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

précédent, les contraintes dues aux pertes de 0,1 PA entre phase d et e de la première
famille de câbles, comme indiqué ci-dessous :

Figure 4.9: Diagramme de contraintes en phase finale


(e)
De la même façon que pour la première famille, on trouve :

PB ≥ -16,82

PB ≥ 2,14

Soit : 𝐏𝐁 ≥ 2,14 MN

D’où : 𝑃0 à l’ancrage avant pertes

P0 = 1.2 × 1.1 × PB ≥ 2,83 MN

Soit Ap2 ≥ 1999,01 mm²


1999,01
Et donc 𝑛2 ≥ =13,32
150

Nous retiendrons 2 Câbles de 7 T15 S,


2×7×150×10−6 ×1415,7
D’où PB = = 𝟐, 𝟐𝟓 𝑴𝑵
1.1×1.2

4.1.4.8 Diagramme des contraintes finales :

Le calcul avec la valeur de PB trouvée ci-dessus nous donne le diagramme suivant :

Travail de Fin d’Etude 2009 85


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

8,61 0,24 1,50 2,46 7,89 1,43 9,32 3,56 12,9

+ + + = + = + =
4,68

33
1,95 1,46 1,50 4,32 6,31 2,50 3,81 6,24 2,43
Super- Combi-
Phase Pertes Charges Combi-
structures quasi-
𝑑− 0,1 PA PB : 2 ème
famille d’exploi- rares
perma-
tation
nentes

Figure 4.10 : Diagramme des contraintes finales

L’état de contraintes final, nous montre que :

✓ En fibre supérieure, la contrainte est de l’ordre de 12,9 MPa qui reste inférieure à
la contrainte admissible estimée en 21 MPa ;
✓ En fibre inférieure, on à une faible traction de l’ordre de 2,43 MPa sur une
hauteur de cm ≥ 5 cm, qui reste aussi inférieure à la contrainte de traction
admissible égale à 2.7 MPa.

Ainsi on est amené à ajouter des armatures de traction, de section As, dans la zone
tendue telle que :

Bt Nbt ftj
As ≥ + ×
1000 fe σBt

Avec :

Bt : la section du beton tendu = 0,26 m2 ;

Nbt : la resultante de traction du beton tendu = 0,321 MN;

ftj : contrainte caracteristique de traction du beton = 2,7 MPa;

σBt : la valeur absolue de la contrainte maximale de traction = 2,43 MPa.

D’où : As ≥ 9,73 cm² soit 5 HA 16

Travail de Fin d’Etude 2009 86


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.1.4.9 Disposition des câbles dans le talon à mi-portée :

Les câbles 1, 2, 3,4 et 5 représentent la première famille tandis que les 2 câbles 6 et 7
représentent la deuxième.

Figure 4.11 : disposition des câbles en mi-travée

4.2 Vérification à la flexion en ELU :


La vérification des contraintes à l’ELU consiste à s’assurer que la force de précontrainte
résiduelle Fp = Ap σ3 est supérieure à la résultante de compression dans le béton, et ce
pour que l’effet de la précontrainte ne soit pas neutralisé. Pour cette vérification on suit
le cheminement suivant :

✓ Sous l’action de la précontrainte seule, la contrainte de traction des aciers de


P
précontrainte vaut σ1 = et son allongement est noté ε1 .
S
✓ Le béton continu à se décompresser jusqu’à ce que sa contrainte au niveau des
aciers de précontrainte s’annule, cela entraine une augmentation de contrainte
de l’acier qui vaut, selon le PBEL, ∆σ2 = 5σb où σb est la contrainte du béton au
droit des aciers de précontrainte sous l’action de la précontrainte est des charges
permanentes ; on note ε2 l’allongement correspondant à σ2 = σ1 + ∆σ2 .

Travail de Fin d’Etude 2009 87


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

✓ Si le moment extérieur continue à augmenter, l’acier de la précontrainte


continuera à s’allonger comme le fera un acier du béton armé. Son allongement
∆ε3 ne doit pas dépasser 10‰.

 Moment ultime :
Mu=1,35*(Mg1+Mg2+Ms) +1,6* Mq=1,35*(4,417 + 2,527+1,726)+1,6*4,3/1,2

Soit : Mu=17,44 MN.m

 Moment résistant de la table :


0.85×𝑓𝑐28
La contrainte admissible du béton : 𝜎̅𝑏𝑐𝑢 = = 19.83 𝑀𝑃𝑎
𝜃×𝛾𝑏

La résistance à la compression de la table vaut :

𝐹𝑡𝑒 = (𝑏 − 𝑏0 ) × ℎ0 × 𝜎̅𝑏𝑐𝑢 = (2,8 − 0,25) ∗ 0,3 ∗ 19,83 = 15.17 𝑀𝑁

Le moment résultant de la table est :

ℎ0
𝑀𝑡𝑒 = 𝐹𝑡𝑒 × 𝑍𝑡𝑒 Où 𝑍𝑡𝑒 = ℎ − 𝑑 ′ − = 2.01 𝑚
2

D’où: 𝑀𝑡𝑒 = 30.49 𝑀𝑁. 𝑚

On a 𝑀𝑡𝑒 ≥ 𝑀𝑢 Donc la table reprend seule le moment ultime, et par conséquent, la


fibre neutre est dans la table.

 Position de l’axe neutre :

Le moment réduit vaut :


𝑀𝑢 17.44
𝜇 = 𝑏×𝑑2 ×𝜎 = 2.8×2,162 ×19.83 = 0.0673
𝑏𝑐𝑢

L’équilibre des moments s’écrit : 𝜇 = 0.8 × 𝜉 × (1 − 0.4𝜉)

𝑥
Dont la racine est : 𝜉 = 𝑑 = 1.25 × (1 − √(1 − 2𝜇))) = 0.0872

Donc l’axe neutre est situé à 𝑥 = 0.188 𝑚 de la fibre supérieure. Ainsi, la résultante de
compression du béton devient :

𝐹𝑏 = 0.8 × 𝑥 × 𝑏 × 𝜎𝑏𝑐𝑢 = 0.8 × 0.188 × 2.8 × 19.83 = 8.35 𝑀𝑁

Travail de Fin d’Etude 2009 88


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 Allongement Δε3
On a la formule suivante :

1−𝜉
∆𝜀3 = 3.5 × = 36.64 ‰ > 10‰
𝜉

Soit ∆𝜀3 = 10‰

 Allongement ε1dû à la précontrainte :


La contrainte 𝜎1 est donnée par l’expression suivant :

𝑃𝐴 +𝑃𝐵 5.63+2.25
𝜎1 = = 49×150×10−6 = 1072.11 𝑀𝑃𝑎
𝐴𝑝

0.9×𝑓𝑝𝑒𝑔 0.9×1573
Or 𝜎1 < = = 1231,04 𝑀𝑃𝑎
𝛾𝑝 1.15

𝜎
Donc : 𝜀1 = 𝐸1 = 5.64‰
𝑝

 Allongement ε2 dû à la décompression du béton :


La contrainte dans le béton 𝜎𝑏 au niveau du câble sous l’effet de la précontrainte et les
charges permanentes vaut : 𝜎𝑏 = 4.68 MPa

Donc : ∆𝜎2 = 5 × 𝜎𝑏 = 23.4 𝑀𝑃𝑎

La contrainte dans l’acier de précontrainte est 𝜎2 = 𝜎1 + ∆𝜎2 = 1095.51 < 1231 𝑀𝑃𝑎

𝜎
D’ou : 𝜀2 = 𝐸2 = 5.77 ‰
𝑝

On déduit 𝜀3 = 𝜀2 + ∆𝜀3 = 15.77‰

5
𝜎 𝛾𝑝 ×𝜎3
On déduit ainsi la contrainte 𝜎3 par la loi : 𝜀3 = 𝐸3 + 100 × ( − 0.9)
𝑝 𝑓𝑝𝑒𝑔

La résolution numérique de cette équation donne : 𝜎3 = 1440 𝑀𝑃𝑎

D’où 𝐹𝑝 = 𝐴𝑝 × 𝜎3 = 10.584 𝑀𝑁 > 𝐹𝑏 = 8.35 𝑀𝑁

Finalement, la section d’acier de précontrainte est suffisante, il n’est donc pas nécessaire
de prévoir des armatures passives.

Travail de Fin d’Etude 2009 89


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.3 Relevage des câbles :


Le relevage des câbles de la première famille de câbles sert à diminuer l’effort tranchant,
mais on peut aussi moduler l’excentricité sur appui du câble moyen pour augmenter ou
diminuer la déformée de la poutre à mi-travée, ou satisfaire aux conditions d’appui,
concernant l’équilibre de la bielle d’about et celui du coin inférieur.

4.3.1 Effort tranchant admissible :


L’effort tranchant admissible est donné par la formule :

𝑇̅ × 𝑆
𝜏̅ =
𝑏𝑛 × 𝐼

Avec :

✓ I : moment d’inertie de la section


✓ S : moment statique de la section au dessus de G
✓ bn : épaisseur nette (gaines déduites)
✓ 𝜏̅ : Cisaillement admissible donné par

𝜎̅𝑡
𝜏̅ 2 = × (𝜎̅𝑐 − 𝜎𝑐𝐺 − 𝜎𝑡𝐺 ) × (𝜎̅𝑡 + 𝜎𝑐𝐺 + 𝜎𝑡𝐺 ) + 𝜎𝑐𝐺 × 𝜎𝑡𝐺
𝜎̅𝑐

Avec :

𝜎̅𝑐 = 0.42 × 𝑓𝑐 = 14.7 𝑀𝑃𝑎

𝜎̅𝑡 = 0.42 × 𝑓𝑡 = 1.134 𝑀𝑃𝑎

𝑃 5.63
𝜎𝑡𝐺 = 𝐵 = 0.9355 = 6.02 𝑀𝑃𝑎

𝜎𝑐𝐺 : Contrainte de compression perpendiculaire à 𝜎𝑡𝐺 =0 MPa

On trouve : 𝜏̅ = 2.19𝑀𝑃𝑎

D’autre part on a: bn = 0.25 – 0.071/2 = 0.2145 m;

I = 0.5235 m4

S=0.319 m3

Donc : 𝑇̅ = 0.77 𝑀𝑁

Travail de Fin d’Etude 2009 90


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.3.2 Vérification pour les câbles de la 1ère famille :


Le tracé des câbles est tel la condition suivante soit vérifiée dans toute section:

|𝑇 − ∑ 𝐹𝑖 × 𝑠𝑖𝑛𝛼𝑖 | ≤ 𝑇̅

T représente l’effort tranchant du aux charges permanentes et les surcharges routières

∑ 𝐹𝑖 × 𝑠𝑖𝑛𝛼𝑖 est l’effort tranchant produit par les câbles de précontrainte

𝑇̅ : effort tranchant admissible à ne pas dépasser déjà calculé en haut

D’après les résultats obtenus à partir de la répartition des efforts sur les poutres, on a T
qui varie entre Tmax = 1.59 MN et Tmin = 0.74 MN

Fi et 𝛼𝑖 désignent respectivement la précontrainte du câble i et son angle de sortie

Si on remplace les câbles par un câble moyen équivalent, la condition précédente


devient :

𝑇𝑚𝑎𝑥 − 𝑇̅ ≤ 𝑃𝑠𝑖𝑛𝛼 ≤ 𝑇𝑚𝑖𝑛 + 𝑇̅.

Avec α est l’angle de sortie du câble moyen,

Soit : 8° ≤ 𝛼 ≤ 15°

On choisit α = 9° pour le câble moyen, cette valeur est proche de la valeur minimale en
vue de diminuer l’effort tranchant sur appui 𝑃𝑠𝑖𝑛𝛼.

Les câbles sont relevés sur une distance donnée par : 𝑑 = 2(|𝑣′| − |𝑒0 | − 𝑑′) cot 𝛼

Avec e0 est l’excentricité

𝑀𝑚𝑎𝑥 + 𝜌. 𝐵. 𝑣. 𝜎̅𝑡𝑖
𝑒1 (𝑥) = 𝜌𝑣 −
𝑃
𝑀𝑚𝑖𝑛 + 𝜌. 𝐵. 𝑣 ′ . 𝜎̅𝑡𝑠
𝑒2 (𝑥) = −𝜌𝑣 ′ −
𝑃
𝑒1 (𝑥)+𝑒2 (𝑥)
L’excentricité du câble moyen est donnée par : 𝑒(𝑥) = 2

𝑒1 (0)+𝑒2 (0) 0.79−0.17


Donc e0 = = = 0.31m
2 2

𝑑 = 2(1.02 − 0.31 − 0.11)𝑐𝑜𝑡9

Travail de Fin d’Etude 2009 91


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

𝒅 = 𝟕. 𝟔 𝒎

Donc : d = 8 m, est la distance de relevage des câbles de la première famille.

Disposition des ancrages en about :

✓ Distance entre axe minimum : 36cm


✓ Distance minimum de l’axe à la paroi béton : 21cm

Figure 4.12 : Géométrie verticale des câbles de précontrainte de la 1ère famille

L’angle de sortie de chaque câble au niveau de l’ancrage est donné en fonction de la


position du câble Ki et de la distance du relevage des câbles d.

tan 𝜶𝒊 = 2ki/d

Figure 4.13 : Tracé du câble moyen

Travail de Fin d’Etude 2009 92


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Le tableau ci-après englobe la position de tous les câbles au niveau de l’about et leur
angle de sortie :

Câble i Position de l'ancrage ki tan 𝜶𝒊 = 2ki/d 𝜶𝒊 (en degré)


1 0,22 0,06 3,15
2 0,58 0,15 8,25
3 0,94 0,24 13,22
4 1,30 0,33 18,00
5 1,66 0,42 22,54

Tableau 4.2 : Position des câbles de la 1ère famille au niveau de l’about


Position du câble 1
Position du Position du câble Position du câble Position du
Section par rapport à G (en
câble 2 (en m) 3 (en m) 4 (en m) câble 5 (en m)
m)
0L -0,69 -0,33 0,03 0,39 0,75
0,1L -0,85 -0,75 -0,66 -0,56 -0,46
0,2L -0,91 -0,91 -0,91 -0,91 -0,91
0,3L -0,91 -0,91 -0,91 -0,91 -0,91
0,4L -0,91 -0,91 -0,91 -0,91 -0,91
0,5L -0,91 -0,91 -0,91 -0,91 -0,91
Tableau 4.3 :L’excentricité des câbles pour les différentes sections

4.3.3 Vérification pour les câbles de la 2ème famille :


Les câbles de deuxième famille sont généralement tous relevés en travée. Pour faciliter
l'exécution, on cherchera à adopter un espacement constant entre points de sortie et à
conserver un même angle de sortie pour tous les câbles. L'angle de sortie des câbles
relevés est voisin de 20 degrés, ce qui permet d'une part de limiter la longueur des
encoches et d'autre part d'apporter une bonne réduction d'effort tranchant.

Habituellement, le câble le plus court sort au voisinage du quart de portée et le câble le


plus long est ancré assez près de l'about de sorte que l'ensemble du hourdis soit
précontraint.

Travail de Fin d’Etude 2009 93


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Figure 4.14 : Géométrie verticale des câbles de précontrainte de la 2ème famille

4.4 Pertes de précontrainte


4.4.1 Données :
On utilisera les données suivantes pour l’évaluation des pertes :

✓ Ep = 190 000MPa : Module d’Young des aciers de précontrainte ;


✓ σp0 = 1415.7 MPa : Tension à l’origine
✓ f = 0.18 rd−1 : Coefficient de frottement angulaire ;
✓ φ = 0.002 m : Coefficient de frottement linéaire ;
✓ g = 5 mm : Glissement par recul à l’ancrage ;
✓ ρ1000 = 2.5 % : Paramètre de relaxation.

4.4.2 Pertes instantanées :


 Perte par frottement :

Les pertes par frottements sont calculées à chaque abscisse x par la formule suivante:

∆𝜎𝑓 = 𝜎𝑝0 × (𝑓𝛼 + 𝜑𝑥)

 Perte par recule d’encrage :

𝑔𝐸𝑝 ∆𝜎𝑓 (0.5𝐿)


Cette perte est calculée sue la distance affectée 𝜆 = √ , où 𝑝 = est la pente de
𝑝 0.5𝐿

la droite de la tension σ(x) dans le câble après pertes de frottement ∆𝜎𝑓 .

On pour x ≤ λ : ∆𝜎𝑔 = 2𝑝(𝜆 − 𝑥)

Travail de Fin d’Etude 2009 94


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 Perte due à la non simultanéité de mise en tension des câbles :

Cette perte est déterminée par la formule suivante

𝑛 − 1 𝐸𝑝
∆𝜎𝑛 = × × 𝜎𝑏𝑐
𝑛 𝐸𝑖𝑗

Avec 𝜎𝑏𝑐 : contrainte de compression du béton au niveau du câble au jour « j » de la mise


en tension exprimée par la formule suivante :

∑ 𝑃𝑖 cos 𝛼𝑖 ∑ 𝑃𝑖 cos 𝛼𝑖 × 𝑒𝑖 𝑀𝑔
𝜎𝑏𝑐𝑗 = + +
𝐵 𝐼⁄ 𝐼⁄
𝑒 𝑖 𝑒 𝑖

Finalement les pertes de précontraintes instantanées sont données par :

∆𝜎𝑝𝑖 = ∆𝜎𝑓 + ∆𝜎𝑔 + ∆𝜎𝑛

Pertes instantanées –Câble 1- Pertes instantanées –Câble 2-


Section ∆𝜎𝑓 ∆𝜎𝑔 ∆𝜎𝑛 ∆𝜎𝑝𝑖 % Section ∆𝜎𝑓 ∆𝜎𝑔 ∆𝜎𝑛 ∆𝜎𝑝𝑖 %
0L 14,00 103,73 6,74 124,47 8,79% 0L 12,32 126,53 22,79 161,64 11,42%
0,1L 24,76 82,21 8,58 115,55 8,16% 0,1L 22,58 101,08 16,10 139,75 9,87%
0,2L 35,52 60,69 17,61 113,82 8,04% 0,2L 32,84 75,62 14,80 123,26 8,71%
0,3L 46,28 39,17 17,72 103,17 7,29% 0,3L 43,11 50,17 19,38 112,66 7,96%
0,4L 57,04 17,65 17,72 92,41 6,53% 0,4L 53,37 24,71 24,17 102,25 7,22%
0,5L 67,80 0,00 17,72 85,52 6,04% 0,5L 63,64 0,00 26,11 89,75 6,34%

Pertes instantanées –Câble 3- Pertes instantanées –Câble 4-


Section ∆𝜎𝑓 ∆𝜎𝑔 ∆𝜎𝑛 ∆𝜎𝑝𝑖 % Section ∆𝜎𝑓 ∆𝜎𝑔 ∆𝜎𝑛 ∆𝜎𝑝𝑖 %
0L 58,82 103,73 22,79 185,33 13,09% 0L 80,07 103,73 30,81 214,61 15,16%
0,1L 69,58 82,21 13,00 164,78 11,64% 0,1L 90,83 82,21 15,21 188,25 13,30%
0,2L 80,34 60,69 17,65 158,68 11,21% 0,2L 101,59 60,69 17,67 179,96 12,71%
0,3L 91,09 39,17 17,72 147,98 10,45% 0,3L 112,35 39,17 17,72 169,24 11,95%
0,4L 101,85 17,65 17,72 137,23 9,69% 0,4L 123,11 17,65 17,72 158,48 11,19%
0,5L 112,61 0,00 17,72 130,33 9,21% 0,5L 133,87 0,00 17,72 151,59 10,71%

Travail de Fin d’Etude 2009 95


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Pertes instantanées –Câble 5-


Section ∆𝜎𝑓 ∆𝜎𝑔 ∆𝜎𝑛 ∆𝜎𝑝𝑖 %

0L 100,24 103,73 38,84 242,81 17,15%


0,1L 111,00 82,21 17,42 210,63 14,88%
0,2L 121,76 60,69 17,69 200,14 14,14%
0,3L 132,52 39,17 17,72 189,41 13,38%
0,4L 143,28 17,65 17,72 178,65 12,62%
0,5L 154,04 0,00 17,72 171,76 12,13%

Tableau 4.4 : Pertes instantanées des câbles de la 1ère famille

4.4.3 Pertes différées :


 Perte due au retrait du béton :

On se réfère à la formule suivante :

∆𝜎𝑟 = 𝜀𝑟 × 𝐸𝑝 𝐸𝐸

Avec 𝐸 = 3. 10−4 , on trouve: ∆𝜎𝑟 𝐸𝐸 = 57 𝐸𝐸𝐸 soit 3.8%

 Perte due au fluage du béton :

Cette perte s’exprime par la formule suivante :


𝐸𝑝
∆𝜎𝑓𝑙 = (𝜎 + 𝜎∞ )
𝐸𝑖 𝑀

Avec :

✓ 𝜎∞ : La contrainte de compression du béton, au niveau du câble, en phase


finale ;
✓ 𝜎𝑀 : La contrainte de compression maximale du béton, au niveau du câble,
en phase finale ;
✓ 𝐸𝑖 : Module d’Young instantané du béton à âge infini.

 Perte due à la relaxation de l’acier :

Elle est donnée par la formule suivante :

6 𝜎𝑝𝑖
∆𝜎𝜌 = × 𝜌1000 × ( − 𝜇0 ) 𝜎𝑝𝑖
100 𝑓𝑝𝑟𝑔

Avec :

✓ 𝜌1000 : Relaxation des aciers à 1000 heures en % ;

Travail de Fin d’Etude 2009 96


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

✓ 𝜇0 = 0.43 pour les aciers TBR

Finalement les pertes de précontraintes instantanées sont données par :

5
∆𝜎𝑝𝑑 = ∆𝜎𝑟 + ∆𝜎𝑓𝑙 + ∆𝜎𝜌
6

Les résultats sont présentés ci dessous

Pertes différées –Câble 1- Pertes différées –Câble 2-


Section ∆𝜎𝑟 ∆𝜎𝑓𝑙 ∆𝜎𝜌 ∆𝜎𝑝𝑑 % Section ∆𝜎𝑟 ∆𝜎𝑓𝑙 ∆𝜎𝜌 ∆𝜎𝑝𝑑 %

0L 57,00 26,95 58,01 132,29 9,34% 0L 57,00 59,05 53,35 160,51 11,34%
0,1L 57,00 34,30 59,39 140,80 9,95% 0,1L 57,00 43,15 55,57 146,46 10,35%
0,2L 57,00 70,46 59,66 177,18 12,52% 0,2L 57,00 70,54 56,16 174,34 12,31%
0,3L 57,00 70,87 61,34 178,99 12,64% 0,3L 57,00 70,87 57,80 176,04 12,43%
0,4L 57,00 70,87 63,05 180,41 12,74% 0,4L 57,00 70,87 59,46 177,43 12,53%
0,5L 57,00 70,87 64,15 181,33 12,81% 0,5L 57,00 70,87 60,54 178,33 12,60%

Pertes différées –Câble 3- Pertes différées –Câble 4-


Section ∆𝜎𝑟 ∆𝜎𝑓𝑙 ∆𝜎𝜌 ∆𝜎𝑝𝑑 % Section ∆𝜎𝑟 ∆𝜎𝑓𝑙 ∆𝜎𝜌 ∆𝜎𝑝𝑑 %

0L 57,00 91,15 48,93 188,92 13,34% 0L 57,00 123,25 44,78 217,57 15,37%
0,1L 57,00 52,00 51,93 152,27 10,76% 0,1L 57,00 60,85 48,51 158,27 11,18%
0,2L 57,00 70,62 52,83 171,64 12,12% 0,2L 57,00 70,70 49,71 169,12 11,95%
0,3L 57,00 70,87 54,43 173,23 12,24% 0,3L 57,00 70,87 51,27 170,60 12,05%
0,4L 57,00 70,87 56,06 174,59 12,33% 0,4L 57,00 70,87 52,86 171,92 12,14%
0,5L 57,00 70,87 57,11 175,46 12,39% 0,5L 57,00 70,87 53,89 172,78 12,20%

Pertes différées –Câble 5-


Section ∆𝜎𝑟 ∆𝜎𝑓𝑙 ∆𝜎𝜌 ∆𝜎𝑝𝑑 %

0L 57,00 155,35 40,93 246,46 17,41%


0,1L 57,00 69,70 45,34 164,48 11,62%
0,2L 57,00 70,78 46,81 166,79 11,78%
0,3L 57,00 70,87 48,34 168,16 11,88%
0,4L 57,00 70,87 49,90 169,45 11,97%
0,5L 57,00 70,87 50,90 170,29 12,03%

Tableau 4.5 : Pertes différées des câbles de la 1ère famille

Travail de Fin d’Etude 2009 97


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.5 Vérifications de la résistance à la rupture par effort tranchant


4.5.1 Vérification de la rupture vis-à-vis du cisaillement :
La section la plus sollicitée vis-à-vis de l’effort tranchant est la section sur appuis. Etant
donné le cas le plus défavorable ne correspond pas nécessairement au pont chargé, il est
impératif d’effectuer la vérification dans les deux cas à vide et en charge.

L’effort tranchant maximal à l’ELU et à l’ELS est donné ci-après :

ELU ELS
Ch. Ch. Ch. Ch.
Section
permanentes D’exploitation permanentes D’exploitation
Tmax
1.25 MN 0.88 MN 0.92 MN 0.67 MN
(MN)
Tableau 4.6 : les efforts tranchants maximaux

4.5.1.1 Vérification à l’ELU :

L’effort tranchant réduit est donné par :

𝑢
• A vide :𝑇𝑟𝑒𝑑,𝑣 = − 𝑇𝐺𝑢 + ∑ 𝑃𝑖 sin 𝛼𝑖

u 5.63
Tred,v = −1 + (0.0549 + 0.1435 + 0.2288 + 0.3091 + 0.3833)
5
2.25
+ (0.342 + 0.342)
2
u
Tred,v = 0.78 MN
𝑢
• En charge : 𝑇𝑟𝑒𝑑,𝑐ℎ = 𝑇𝐺𝑢 + 𝑇𝑞𝑢 − ∑ 𝑃𝑖 sin 𝛼𝑖
u
Tred,ch = 0.1 MN
T×S
Le taux de cisaillement est donné par : τ = b
n ×I

Avec I = 0.5235 m4; S = 0.319 m3; bn = 0.364 m

Donc les taux de cisaillement sont :

- A vide : τv = 1.3 MPa


- En charge : τch = 0.17 MPa
fc28
Le taux de cisaillement admissible à l’ELU est : τ̅ = = 5.83 MPa
6

Donc le cisaillement dû à l’effort tranchant ultime est vérifié.

Travail de Fin d’Etude 2009 98


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.5.1.2 Vérification à l’ELS :

L’effort tranchant réduit à l’ELS vaut :

𝑠
• A vide : 𝑇𝑟𝑒𝑑,𝑣 = − 𝑇𝐺𝑠 + ∑ 𝑃𝑖 sin 𝛼𝑖

s 5.63
Tred,v = −0.92 + (0.0549 + 0.1435 + 0.2288 + 0.3091 + 0.3833)
5
2.25
+ (0.342 + 0.342)
2
s
Tred,v = 1.11 MN
𝑠
• En charge : 𝑇𝑟𝑒𝑑,𝑐ℎ = 𝑇𝐺𝑠 + 𝑇𝑞𝑠 − ∑ 𝑃𝑖 sin 𝛼𝑖
s
Tred,ch = 0.44 MN
Le taux de cisaillement à l’ELS vaut :

- A vide : τv = 1.86 MPa


- En charge : τch = 0.74MPa
Le cisaillement admissible à l’ELS, est généralement donné par :

2
τ̅2 = σx × σt + 0.4 × ftj × (ftj + (σx + σt ))
3

Avec :

σx : Contrainte de compression au centre de

σt : Contrainte de traction sur la facette parallèle à la fibre moyenne

P 5.63+2.25
On a: σx = S = = 5.25 MPa et σt = 0 MPa
net 1.5

Donc : τ̅ = 2.59 MPa

En conclusion, le taux de cisaillement dû à l’effort tranchant est admissible.

4.5.2 Calcul des armatures transversales :


On utilise des armatures passives perpendiculaires à la fibre moyenne espacées de s
pour reprendre l’effort tranchant. La fissuration éventuelle se produit suivant une

inclinaison
 u avec l’horizontal des bielles comprimées et touche n cours de cadres

traversant la fissure.

Travail de Fin d’Etude 2009 99


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Il est à signaler que la valeur minimale de  u est égale à 30°

Figure 4.15 : Reprise de l'effort tranchant par les étriers

L’inclinaison des bielles comprimées est telle que :

2 × τu
tan(2βu ) =
σxu

Avec :

P
σxu = Snet = 5.25 MPa

τu = 1.86 MPa

1 2×τu
Donc : βu = arctan ( ) = 17.66° (< 30° )
2 σxu

Donc, on prend
 u = 30°

2×τ
La contrainte de compression des bielles : σb = sin(2βu ) = 4.3 MPa
u

On a bien : σb < 0.378 × fc28 = 13.23 MPa

Donc la contrainte de compression de la bielle de béton est admissible.

La section d’acier passif pour équilibrer l’effort tranchant (armatures passives


perpendiculaires) est telle que :

At fe ftj
× ≥ (τu − ) × tan βu
bn st γs 3

Avec une section minimale, pour éviter une rupture fragile due à l’effort tranchant, telle
par :
Travail de Fin d’Etude 2009 100
Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

At fe
× × sin α ≥ 0.4 MPa
bn st γs

On utilise des aciers de f e  500MPa

At
D’où : ≥ 𝟒. 𝟔𝟒 𝐜𝐦²/𝐦𝐥
st

En utilisant des cadres HA12 (1.13 cm²), on trouve un espacement maximal de 20 cm


sur une longueur de 1,2m de l’appui.

2×1.13
L’espacement à mi-travée est égal à : = 49 cm
4.64

L’écartement maximum des cadres évalué par Min(0.8h ; 3b0 ; 1m) = 1m est vérifié.

Travail de Fin d’Etude 2009 101


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.6 Calcul des abouts de la poutre


Les abouts de la poutre subissent des efforts concentrés : forces sous-ancrage et
réactions des appuis. Ainsi, ils doivent être justifiés vis-à-vis de :

➢ L’action des ancrages ;


➢ L’équilibre de la bielle d’about ;
➢ L’équilibre du coin inférieur.
 Zone de régulation

Figure 4.16 : Ancrage des câbles à l'about

4.6.1. Effet d’un effort concentré au centre de la poutre :


Sous l’effet d’une force concentrique appliquée au centre, il se produit deux zones de
béton tendu. La première appelée zone d’effet de surface au voisinage de la paroi, l’autre
à l’intérieur appelé zone d’éclatement.

Après une longueur de régularisation lr, la répartition des contraintes devient linéaire.

Travail de Fin d’Etude 2009 102


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Figure 4.17 : Zones de béton tendu sous l'action d'un effort concentré centré

Dans le cas des câbles multiples, on distingue aussi deux zones :

✓ Une zone de première régularisation pour chaque ancrage à l’intérieur du


prisme : 𝑑𝑖 × 𝑑𝑖 × 𝑏 avec 𝑑𝑖 l’intervalle d’ancrage ou ½ la distance aux parois les
plus proches ;
✓ Une zone d’équilibre général à la longueur 𝑙𝑟, qui reste voisine de h et de b dans
le sens horizontal
 Frettage de surface :

Pour remédier à l’effet de surface dû à la traction du béton au voisinage immédiat de la


paroi verticale, le règlement prévoit un frettage de surface donné par :

Max(Fj0 ) 1.487
As = 0.04 × = 0.04 ×
2⁄ × f 2⁄ × 500
3 e 3

𝐀 𝐬 = 𝟏. 𝟕𝟖 𝐜𝐦² soit: 𝟒 𝐇𝐀𝟖

 Frettage d’éclatement

On détermine les zones de première régulation comme indiqué ci-dessous :

Travail de Fin d’Etude 2009 103


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Figure 4.18 : Zones de régularisation des 5 ancrages

Les contraintes, du béton, au niveau de chaque câble sont donnés par :

P0 ai
σt = 0.5 × (1 − )
bdi di

P0
σc =
bdi

Avec : ai = 22 cm et P0 = 1.487 MN pour tous les câbles et bi et di sont donnés par le


tableau suivant :

Câble 1 2 3 4 5

bi (cm) 40 40 40 40 40

di (cm) 66 36 36 36 66

Tableau 4.7 : Dimensions du prisme – zone de1ère régularisation

Ces contraintes doivent êtres inférieures à 1.25 × ftj = 3.375 MPa en cas de traction, et

à 2⁄3 × fcj = 23.33 MPa en cas de compression.

Les résultats sont regroupés dans le tableau suivant :

Travail de Fin d’Etude 2009 104


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Câble 𝝈𝒕 (𝑴𝑷𝒂) 𝝈𝒄 (𝑴𝑷𝒂)

1 1,88 5,63

2 2,01 10,33

3 2,01 10,33

4 2,01 10,33

5 1,88 5,63

Tableau 4.8 : Contraintes dans le béton des zones de 1ère régularisation de chaque ancrage

On remarque que les contraintes admissibles sont satisfaites au niveau de chaque


encrage.

Le frettage d’éclatement est donné par la formule :

ai
0.25 × P0 × (1 − )
di
Aej =
2
K i × 3 fe

Où K i = 1 pour les câbles extrêmes et 1.5 pour les câbles intermédiaires (pour tenir
compte de l’interaction des prismes).

On obtient les résultats suivants :

Câble 𝑨𝒆𝒋 (𝒄𝒎²)

1 7,44

2 2,89

3 2,89

4 2,89

5 7,44

Tableau 4.9 : Frettage d’éclatement

Travail de Fin d’Etude 2009 105


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

La section définitive d’acier transversale à prendre est :

0.15 × P0
Ae = Max [Max(Aej ); ]
2
f
3 e

Soit : 𝐀 𝐞 = 𝟕. 𝟒𝟒 𝐜𝐦²

Ces aciers sont répartis sur une longueur de 0.66 m à partir de l’about dont 2.89 cm² sur
36 cm à partir de l’about.

4.6.2. Vérification de l’équilibre général de diffusion pure :


L’équilibre général peut être considéré comme la superposition de deux états
d’équilibre :

• Un état d’équilibre selon la résistance des matériaux en remplaçant les efforts


concentrés de la précontrainte par une distribution de contraintes réparties 𝜎(𝑃𝑖 ) et
𝜏(𝑃𝑖 ) sur SR calculée selon la résistance des matériaux.
• Un équilibre général de diffusion pure qui résulte de l’application des forces
concentrées Pi la résultante de−𝜎(𝑃𝑖 ) et −𝜏(𝑃𝑖 ). Cet équilibre traduit l’écart entre la
résistance des matériaux et la distribution réelle des contraintes dans le béton.

Figure 4.19 : Equilibre avec câbles inclinés multiples

Les contraintes dans les fibres extrêmes de la poutre sont calculées les lois de la
résistance des matériaux :

∑ Pi ∑ Pi e0i
σ= ±
S I⁄
v

Travail de Fin d’Etude 2009 106


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

On obtient : σsup (t = 0) = 8.85MPa et σinf (t = h) = 8.85 MPa

∑ 𝐹𝑗 sin(𝛼𝑗 )
τmax =
𝑧.𝑏𝑛


h
τmax (t = ) = 3.26 MPa
2

On déduit la distribution des contraintes :

σ(t) = 8.85

τ(t) = −2.96t² + 6.21t

Par intégration on calcul les sollicitations :

t
X(t) = ∫ σ(x) bdx = 3.54t
0

t
T(t) = ∫ τ(x) bdx = −0.39t 3 + 1.24t²
0

On déduit ainsi l’effort tranchant et l’effort normal :

Vx (t) = Fx (t) − X(t)

NT (t) = FT (t) − T(t)

Avec :
𝐹𝑥 (𝑡) 𝑒𝑠𝑡 𝑙𝑎 𝑐𝑜𝑚𝑝𝑜𝑠𝑎𝑛𝑡𝑒 𝑝𝑎𝑟𝑎𝑙𝑙è𝑙𝑒 à 𝑙𝑎 𝑓𝑖𝑏𝑟𝑒 𝑡 𝑑𝑒𝑠 𝑎𝑐𝑡𝑖𝑜𝑛𝑠 𝑑𝑒𝑠 𝑒𝑓𝑓𝑜𝑟𝑡𝑠 𝑐𝑜𝑛𝑐𝑒𝑛𝑡𝑟é𝑠

FT (t) est la composante perpondiculaire à la fibre t des actions des efforts concentrés

On déduit le cisaillement total : τg = τ + τd

Avec τd appelé cisaillement conventionnel dû à l’effort tranchant Vx calculé par :

2 × Vx
τd =
b × lr

Les résultats en MPa (MN pour les efforts) sont donnés sur le tableau suivant :

Travail de Fin d’Etude 2009 107


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

t 𝑭𝒙 𝑭𝒕 X T 𝑽𝒙 𝑵𝒕 𝝉𝒅 τ 𝝉𝒈

0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,000 0,00 0,00 0,00
0,210 0,000 0,000 0,743 0,051 -0,743 -0,051 -1,77 1,17 -0,60
0,450 1,373 0,570 1,593 0,216 -0,220 0,354 -0,52 2,20 1,67
0,570 1,373 0,570 2,018 0,331 -0,645 0,239 -1,53 2,58 1,04
0,810 2,787 1,029 2,867 0,606 -0,080 0,423 -0,19 3,09 2,90
0,930 2,787 1,029 3,292 0,759 -0,505 0,271 -1,20 3,22 2,01
1,170 4,235 1,369 4,142 1,073 0,093 0,297 0,22 3,21 3,43
1,290 4,235 1,369 4,567 1,226 -0,332 0,143 -0,79 3,09 2,29
1,530 5,706 1,583 5,416 1,506 0,290 0,077 0,69 2,57 3,26
1,650 5,706 1,583 5,841 1,624 -0,135 -0,041 -0,32 2,19 1,87
1,890 7,191 1,664 6,691 1,796 0,500 -0,132 1,19 1,16 2,35
2,100 7,191 1,664 7,434 1,857 0,000 -0,192 0,00 -0,01 -0,01

Tableau 4.10 : Contraintes dans les fibres - équilibre de diffusion pure -

D’après les résultats obtenus le cisaillement maximum est vérifie :


τgmax = 3.43 MPa < 1.5 × ftj = 4.05 MPa

Les armatures transversales sont calculées par :

(Vxe )max − Nte


Ac =
2⁄ × f
3 e

Avec Vxe calculé à partir de l’effort tranchant Vx par la relation :

2
ftj
Vxe = Vx [1 − ( ) ]
3τd

Et Nte est l’effort normal concomitant à (Vxe )max

On obtient les résultats suivants :

(Vxe )max = 0.551 MN , Nte = 0.051 MN

Soit : Ac ≈ 15 cm²

On récapitule les résultats dans le tableau ci-dessous :

Travail de Fin d’Etude 2009 108


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Nature Section mini (cm²) Répartition

1,78
As Près de la surface d’about

Ae 7,43 sur 0,36 m à partir de l'about

15 - 1,78 - 7,43 = 5,79


Ac Sur 2/3 de h = 2⁄3 × 2.1 = 1.4 𝑚

Tableau 4.11 : Armatures transversales

4.6.3. Justification de la bielle d’about :


Par soucis de simplification et à défaut de méthode de calcul plus précis, on admet que la
transmission des charges appliquées à la poutre se fait sur l’appui par l’intermédiaire
d’une bielle unique inclinée d’un angle βu sur l’axe longitudinal, calculé au centre de
gravité de la section. La valeur de βu est la plus grande entre 30 et celle donnée par la
formule :

2τu
tan(2βu ) =
σxu − σTu

Figure 4.20 : Equilibre de la bielle d'appui avec un câble

Dans le cas où l’on dispose de plusieurs câbles susceptibles d’équilibre la bielle unique,
on recherche le rang r du câble qui donne une résultante de la réaction d’appui et des
efforts des câbles Pi inclinés de moins de βu sur l’horizontale. Les câbles situés en
dessous de ce rang suffisent donc à équilibrer la bielle unique.

Travail de Fin d’Etude 2009 109


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

 Valeur de 𝜷𝒖 :

Les composantes verticales et horizontales de la réaction d'appui sont :

R u = 1.78 MN

Hu = 0.00 MN

L'effort tranchant réduit est calculé comme suivant :

Vu red = 0,35 MN

Vu red= Ru - Fi.sin i

Vu red 0.35
Donc le cisaillement vaut : τu,red = = 0.3645×1.40 = 0.69 MPa
bn ×Z

Les contraintes au centre de gravité de la section valent σxu = 7.55 MPa et σtu =
0 MPa

On trouve ainsi : βu = 5.2°

On prend 𝛃𝐮 = 𝟑𝟎° (valeur minimale limite)

Armatures transversales d’effort tranchant

La section At et l’espacement st de ces armatures vérifie la relation suivante

At f γs
≥ (τu,red − tj⁄3) × bn × tan βu
st fe

𝐀𝐭
D’où : ≥ −𝟏. 𝟎𝟐 𝐜𝐦²/𝐦𝐥
𝐬𝐭

Un minimum d'armature transversale est exigé et il est donné par :

At / st = 0,4 * (γs / f e ) * bn

At / st = 3,35 cm²/m

 Recherche du rang :

Travail de Fin d’Etude 2009 110


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

Le rang r existe si :

∑ Pi cos α − Hu ≥ (R u − ∑ Pi sin α ) cotgβu


i i

∑Fi.cos αi - Hu = 6,20 MN

(Ru - ∑Fi.sin αi).cotg βu = 0,61 MN

Ce qui est bien vérifié (6.20 MN ≥ 0.61 MN).

r est le rang recherché si : tan θr ≤ tan βu et tan θr−1 > tan βu

Ru −∑ Pi sin αi
Avec : tan θk = ∑ P
i cos αi −Hu

On obtient les résultats suivants :

Rang 𝐭𝐚𝐧 𝛉𝐤 𝐭𝐚𝐧 𝛃𝐮


𝟏 1,31
𝟐 0,59 0.57
3 0,32

Tableau 4.12 : Rang nécessaire pour reprendre la bielle d'about

Ainsi le rang est 3.

On a : Zr = dr − db

Avec dr est la distance de l’extrados du câble de rang r et db est la distance à l’extrados


h
de la résultante de compression du béton prise égale à 10 .

dr = 1.05 m et br = 0.21 m

Donc : Zr = 0.84 m < 𝑍 = 1.4

Donc la section d’acier déterminée dans le cadre de la vérification de l’effort tranchant


Z 𝟏.𝟒
est à majorer par le rapport , soit 𝐀 𝐭 = 𝟑. 𝟑𝟓 × 𝟎.𝟖𝟒 = 𝟓. 𝟓𝟖 𝐜𝐦²/𝐦 répartie sur une
Zr

longueur de : Zr.Cotg βu= 1,45 m

Travail de Fin d’Etude 2009 111


Etude d’un ouvrage d’art sur Oued Cherrat EHTP/DRCR

4.6.4. Equilibre du coin inférieur :


Lorsque la réaction d’appui est appliquée près d’une arrête de la poutre il faut s’assurer
qu’il n y a pas de risque de fendage d’un coin de béton entraînant de l’arrête.

Figure 4.21 : Equilibre du coin inférieur

Il y a lieu de mettre en place une section minimale d'aciers passifs longitudinaux


assurant la couture du coin inférieur :

0.04R u
Aemin = (5 − 4k) avec 0 ≤ k ≤ 1 calculé géometriquement
σs

Le cas le plus défavorable, correspond à valeur nulle de k (k=0) :

𝐀 𝐞𝐦𝐢𝐧 = 𝟖. 𝟏𝟗 cm2

Travail de Fin d’Etude 2009 112