Vous êtes sur la page 1sur 84

LA BASE DE PLOMBERIE

DEFINITION
• INSTALLATION SANITAIRE OU PLOMBERIE SANITAIRE EST UN
SYSTEME D D’INSTALLATION
INSTALLATION CONCERNANT LALIMENTATION
L’ALIMENTATION ET
LA DISTRIBUTION EN EAU POTABLE DES HABITATIONS,
L’INSTALLATION DE APPAREILS SANITAIRE ET L’EVACUATION
DES EAUX USEES VERS LES EGOUTS OU FOSSES D’EPURATION.

• LE ZINGAGE EST LE CAPTAGE ET L’EVACUATION DES EAUX DE


PLUIE

1
EAU
• EAU EST LE LIQUIDE PRECIEUX ET INDISPENSABLE A LA VIE
HUMAINE

• LA DISTRIBUTION DE L’EAU RELEVE DE LA RESPONSABITLITE


DES COMMUNES QUI GENERENT LES RESEAUX D’EAU

CARACTERISTIQUES DE L’EAU
• L’EAU POTABLE N’EST PAS IDENTIQUE PARTOUT

• LA DURETE DE L’EAU DEPEND DE LA NATURE DU SOUS‐SOL

• LA DURETE OU TITRE HYDROTIMETRIQUE (TH) S’EXPRIME EN


DEGRE HYDROTIMETRIQUE QUI EST DIX MILLIGRAMMES DE
CARBONATE DE CALCIUM PAR LITRE

2
DURETE
• L’EAU DURE (TH>15) ENTRAINE DES DEPOTS CALCAIRES.

• L’EAU DOUCE (TH<10) ENTRAINE DES PROBLEME DE 
CORROSION DE L’INSTALLATION ET NUIRE A LA SANTE.

• DEGRE RECOMMANDE TH ENTRE 10 ET 15

PRESSION
• LA PRESSION OU FORCE AGIT SUR LES TUYAUTERIES ET
S’EXPRIME EN BARS

• LA PRESSION EST IMPOSEE PAR L’AUTORITE DE L’EAU (3‐3,5


BARS)

• UNE PRESSION ELEVEE (>3,5 BAR) PEUT ENDOMAGGER


L’INSTALLATION, IL FAUT PREVOIR UN REDUCTEUR DE
PRESSION

• UNE PRESSION TROP FAIBLE PEUT POSER UN PROBLEME


POUR CERTAINES UTILISATIONS, IL FAUT PREVOIR UN
SURPRESSEUR

3
LE DEBIT
• LA QUANTITE D’EAU FOURNIE POUR UN INTERVALLE 
DE TEMPS (LITRE PAR SECONDE)
DE TEMPS (LITRE PAR SECONDE)

• PRINCIPE DE DIAMETRE

– EN SORTIE DE COMPTEUR, EMPLOYER LE DIAMETRE LE 
PLUS GRO POSSIBLE
PLUS GRO POSSIBLE
– DIMINUER LE DIAMETRE A CHAQUE NOUVEAU POSTE DE 
PUISAGE

PRATIQUES SUR LE PRINCIPE DE DIAMETRE

UNE INSTALLATION A ETE FAITE. APRES UN CERTAIN TEMPS,, UNE


AUTRE INSTALLATION A ETE ENVISAGEE. LE PROBLEME EST LA
SUIVANTE:

LE DIAMETRE SUFFISANT POUR LA NOUVELLE


INSTALLATION EST PLUS GRANDE QUE CELUI DE L’ANCIEN. SI ON
REDUIRE LE DIAMETRE POUR RELIER A L’ANCIEN,
L’ALIMENTATION N’EST PAS CORRECTE MAIS SI ONE CONSERVE
SON DIAMETRE,
DIAMETRE LE PRINCIPE DE DIAMETRE N’EST PAS RESPECTE.
RESPECTE
QUE FAITES‐VOUS?

4
PRATIQUES SUR LE PRINCIPE DE DIAMETRE

1
NOUVEAU

2 NOUVEAU
ANCIEN

5
RAPPELS D’HYDRODYNAMIQUE

PERTE DE CHARGE

CIRCULATION DE L’EAU DANS LES CANALISATION

• THEOREME DE BERNOUILLI
u2
Z m + hp + = Z1 = CONSTANT
2g
• Zm : COTE D’ALTITUDE DU CENTRE DE LA SECTION
• hp : PRESSION DE L’EAU DANS LA SECTION,
• u : VITESSE MOYENNE DE L’EAU DANS LA SECTION

u2
+λ = J PERTE DE CHARGE;
2g
λ : ENERGIE ABSORBEE PAR LE FROTTEMENT;

1
CIRCULATION DE L’EAU DANS LES 
CANALISATION
• THEOREME DE BERNOUILLI S’ENONCE
J
j= PERTE DE CHARGE LINEAIRE;
l
l: LONGUEUR DE CONDUITE;

PERTE DE CHARGE
• DARCY
1 12,94 −6
d . j = b1.u 2 ; b1 = (507 + )10 ;
4 d
• d : DIAMETER EN METRE DE LA CONDUITE
• j : PERTE DE CHARGE EN METRE PAR METRE LINEAIRE, DUE AUX 
FROTTEMENTS ET A LA VITESSE
• b1 : COEFFICIENT NUMERIQUE, POUR LES CONDUITES EN SERVICE. SI ELLES 
: COEFFICIENT NUMERIQUE POUR LES CONDUITES EN SERVICE SI ELLES
SONT NEUVES SA VALEUR EST DIVISEE PAR 2.
• u : VITESSE MOYENNE DE L’EAU EN METRE PAR SECONDE

2
QUESTION?
• DETERMINER LE DIAMETER DE TUBE PAR LA 
FORMULE DE DARCY SI
FORMULE DE DARCY, SI

– LA PERTE DE CHAGE EST DE 0,012 m/m

– LE DEBIT EST DE 0,133 l/s
LE DEBIT EST DE 0 133 l/s

PERTE DE CHARGE
• DARCY
1 12,94 −6
d . j = b1.u 2 ; b1 = (507 + )10 ;
4 d
2
Q 4.Q ⎛ 4.Q ⎞
u= = ; j = b1 ⎜ 2 ⎟
.4.d −1 ;
A π .d 2 ⎝ π .d ⎠

64.Q 2 j.π 2 .d 5
j = b1 2 5 ;Q =
π .d 64.b1

3
DEBIT SUIVANT LA FORMULE DE DARCY (CONDUITES EN SERVICE) l/s

CHARGE EN mm/m
D (mm) 1 2 3 4 5 6 8 10 12 15 20 25 30 35
10 0.003 0.004 0.005 0.006 0.007 0.007 0.008 0.009 0.010 0.011 0.013 0.015 0.016 0.017
12 0.005 0.007 0.009 0.010 0.011 0.012 0.014 0.016 0.017 0.019 0.022 0.025 0.027 0.029
15 0 009
0.009 0 013
0.013 0 016
0.016 0 018
0.018 0 021
0.021 0 023
0.023 0 026
0.026 0 029
0.029 0 032
0.032 0 036
0.036 0 041
0.041 0 046
0.046 0 051
0.051 0 055
0.055
20 0.021 0.029 0.036 0.041 0.046 0.051 0.058 0.065 0.072 0.080 0.092 0.103 0.113 0.122
25 0.038 0.054 0.066 0.077 0.086 0.094 0.108 0.121 0.133 0.148 0.171 0.192 0.210 0.227
27 0.047 0.067 0.082 0.095 0.106 0.116 0.134 0.150 0.164 0.183 0.212 0.237 0.259 0.280
30 0.063 0.089 0.109 0.126 0.141 0.155 0.179 0.200 0.219 0.245 0.283 0.316 0.346 0.374
33 0.082 0.116 0.142 0.164 0.183 0.201 0.232 0.259 0.284 0.317 0.366 0.410 0.449 0.485

35 0.096 0.136 0.166 0.192 0.215 0.235 0.272 0.304 0.333 0.372 0.430 0.481 0.526 0.569

40 0.138 0.195 0.239 0.276 0.308 0.338 0.390 0.436 0.478 0.534 0.617 0.689 0.755 0.816

50 0.251 0.355 0.434 0.502 0.561 0.614 0.710 0.793 0.869 0.972 1.122 1.254 1.374 1.484

60 0.407 0.576 0.706 0.815 0.911 0.998 1.152 1.288 1.411 1.578 1.822 2.037 2.231 2.410

80 0.869 1.229 1.506 1.739 1.944 2.129 2.459 2.749 3.011 3.367 3.887 4.346 4.761 5.143

100 1.557 2.201 2.696 3.113 3.481 3.813 4.403 4.923 5.392 6.029 6.962 7.783 8.526 9.209

EXEMPLE No1
• DANS UNE EXPLOITATION AGRICOLE, ON VEUT ALIMENTER, 
AVEC LE DEBIT ENTIER D’UNE SOURCE, SOIT 0,2 LITRES PAR 
SECONDE, UNE FONTAINE A ECOULEMENT LIBRE. QUEL EST LE 
DIAMETRE A DONNER A LA CANALISATION D’ALIMENTATION, 
COMPTE TENU DES DONNEES SUIVANTES:
– NIVEAU DE L’EAU DANS LE BASSIN DE CAPTAGE: 460,63 m
– NIVEAU DU BEC DE LA FONTAINE: 457,12 m
– LONGUEUR DEVELOPPEE DE LA CANALISATION : 240 m.l.

4
• PERTE DE CHARGE TOTALE
¾ J = 460,63 
J = 460 63 – 457,12 = 3,51
457 12 = 3 51
• PERTE DE CHARGE UNITAIRE
¾ j = 3,51/240 = 0,0146 m/m
• j= 0,012; Q = 0,219 l/s ET Φ=30 mm.

EXEMPLE No2
• DETERMINER LE DIAMETRE UNIQUE D’UN BRANCHEMENT 
PARTICULIER ET DE LA COLONNE MONTANTE QUI LUI FAIT 
SUITE PAR LA CONDITION D’ALIMENTER
SUITE PAR LA CONDITION D ALIMENTER SIMULTANEMENT 
SIMULTANEMENT
TROIS ROBINETS PLACES AU DERNIER ETAGE DE L’IMMEUBLE 
ET DEBITANT ENSEMBLE 0,3 l/s EN RESERVANT SUR CES 
ROBINETS UN EXCEDENT DE CHARGE DE 2 m.
– PRESSION SUR LA CANALISATION PUBLIQUE : 1,6 kgf/cm2
– NIVEAU DE L’AXE DE LA CANALISATION PUBLIQUE : 117,6m
– NIVEAU DES ROBINETS CONSIDERES: 127,1m
– PERTE DE CHARGE AU COMPTEUR ET AU ROBINET 
D’ARRET: 4 m
– PARCOURS HORIZONTAL : 9 m.

5
• CHARGE DISPONIBLE = 16 m
• NIVEAU DE SUJETION = NIVEAU DE 
ROBINET + EXCEDENT DE CHARGE
ROBINET + EXCEDENT DE CHARGE = 
127,1 + 2 = 129,1 m
• CHARGE ABSORBEE PAR LA 
DENIVELLATION ET LE COMPTEUR = 
129,1 – 117,6 + 4 = 15,5 m
• PERTE DE CHARGE DUE AU 
FROTTEMENT ET A LA VITESSE = 16 –
15,5 = 0,5
• LA LONGUEUR DEVELOPPEE DE 
CANALISATION = 127,5 – 117,6 + 9,00 = 
18,5 m
• PERTE DE CHARGE UNITAIRE = 0,5/18,5 
= 0,027 m/m

j=0,025 m/m, Φ= 30 mm ET Q = 0,316 l/s

PERTE DE CHARGE
• FLAMANT
u7
j = 0,00092 . 5 ;
4
d
• 0,00092 : POUR LES CONDUITES EN SERVICE
• 0,00074 : POUR LES CONDUITES NEUVES OU PROVISOIRES

• d : DIAMETER EN METRE DE LA CONDUITE
• j : PERTE DE CHARGE EN METRE PAR METRE LINEAIRE, DUE 
AUX FROTTEMENTS ET A LA VITESSE
• u : VITESSE MOYENNE DE L’EAU EN METRE PAR SECONDE

6
PERTE DE CHARGE
• FLAMANT
u7
j = 0,00092 . 5 ; 4
d
Q 4.Q
u= = ;
A π .d 2
0,00092 × 47 / 4 Q 7 / 4
j=
π 7/4 d 4.75
4/7
⎛ π 7 / 4 .d 4.75 . j ⎞
Q = ⎜⎜ ⎟
7/4 ⎟
⎝ 0,00092 . 4 ⎠

DEBIT SUIVANT LA FORMULE DE FLAMANT (CONDUITES EN SERVICE) l/s

PERTE DE CHARGE EN mm/m (j)

D
1 2 3 4 5 6 8 10 12 15 20 25 30 35
(mm)

10 0.003 0.005 0.006 0.007 0.008 0.009 0.010 0.011 0.013 0.014 0.017 0.019 0.021 0.023

12 0.005 0.007 0.009 0.011 0.013 0.014 0.017 0.019 0.021 0.024 0.028 0.032 0.035 0.038

15 0.009 0.014 0.017 0.020 0.023 0.026 0.030 0.034 0.038 0.043 0.051 0.058 0.064 0.070

20 0.020 0.030 0.038 0.044 0.051 0.056 0.066 0.075 0.083 0.095 0.112 0.127 0.141 0.154

25 0.037 0.055 0.069 0.082 0.093 0.103 0.121 0.138 0.153 0.174 0.205 0.232 0.258 0.282

27 0.046 0.068 0.085 0.100 0.114 0.127 0.149 0.170 0.188 0.214 0.252 0.286 0.318 0.347

30 0.061 0.090 0.113 0.134 0.152 0.169 0.199 0.226 0.251 0.285 0.336 0.381 0.423 0.462

33 0.078 0.117 0.147 0.173 0.197 0.218 0.257 0.292 0.325 0.369 0.435 0.494 0.548 0.598

35 0.092 0.137 0.172 0.203 0.231 0.256 0.302 0.343 0.381 0.433 0.510 0.579 0.643 0.702

40 0.132 0.197 0.248 0.292 0.332 0.368 0.434 0.493 0.547 0.621 0.733 0.832 0.924 1.009

50 0.242 0.360 0.454 0.535 0.608 0.675 0.795 0.903 1.003 1.139 1.342 1.525 1.692 1.848

60 0.397 0.591 0.745 0.878 0.997 1.107 1.304 1.482 1.644 1.868 2.202 2.501 2.776 3.032

80 0.868 1.290 1.626 1.916 2.177 2.416 2.848 3.235 3.590 4.079 4.807 5.461 6.061 6.619

100 1.590 2.363 2.979 3.512 3.989 4.427 5.219 5.928 6.579 7.474 8.809 10.007 11.106 12.129

7
DEBIT SUIVANT LA FORMULE DE FLAMANT (CONDUITES EN SERVICE) l/s

PERTE DE CHARGE EN mm/m (j)

D (mm) 40 45 50 60 70 80 90 100 120 140 160 180 200 240

10 0.025 0.027 0.029 0.032 0.035 0.038 0.040 0.043 0.047 0.052 0.056 0.060 0.063 0.070

12 0.041 0.044 0.047 0.052 0.057 0.062 0.066 0.070 0.078 0.085 0.092 0.098 0.104 0.115

15 0 076
0.076 0 081
0.081 0 086
0.086 0 096
0.096 0 105
0.105 0 113
0.113 0 121
0.121 0 128
0.128 0 142
0.142 0 155
0.155 0 168
0.168 0 179
0.179 0 191
0.191 0 211
0.211

20 0.166 0.177 0.188 0.209 0.228 0.246 0.264 0.280 0.311 0.339 0.366 0.392 0.416 0.462

25 0.304 0.325 0.345 0.383 0.418 0.452 0.483 0.513 0.569 0.622 0.671 0.718 0.762 0.846

27 0.375 0.401 0.425 0.472 0.516 0.557 0.595 0.632 0.702 0.766 0.827 0.885 0.940 1.043

30 0.499 0.533 0.566 0.629 0.686 0.741 0.792 0.842 0.934 1.020 1.101 1.178 1.251 1.388

33 0.646 0.691 0.734 0.814 0.889 0.960 1.026 1.090 1.210 1.321 1.426 1.525 1.620 1.798

35 0.758 0.810 0.861 0.955 1.043 1.126 1.204 1.279 1.419 1.550 1.673 1.789 1.900 2.109

40 1.089 1.164 1.237 1.372 1.499 1.618 1.730 1.838 2.039 2.227 2.404 2.571 2.731 3.030

50 1.995 2.134 2.266 2.515 2.746 2.964 3.170 3.367 3.737 4.081 4.405 4.711 5.004 5.553

60 3.272 3.500 3.717 4.125 4.505 4.862 5.201 5.523 6.130 6.694 7.225 7.728 8.207 9.109

80 7.144 7.641 8.115 9.006 9.836 10.615 11.354 12.059 13.383 14.616 15.774 16.873 17.920 19.887

100 13.091 14.002 14.871 16.504 18.023 19.453 20.807 22.098 24.525 26.783 28.906 30.919 32.838 36.443

Formules Approximatives
• 15 ≤ d ≤ 21mm
d2 j
Q=
600

• 22 ≤ d ≤ 34 • d en mm
d2 j • j em mm/m
Q=
500
• Q en l/s
• 35 ≤ d ≤ 50
d2 j
Q=
400

8
ETUDE DES DEBITS DE CANALISATION EN 
INSTALLATION SANITAIRES

EVALUATION DES BESOINS DEN EAU
• LA QUATITE DE CONSOMMATION D’EAU PAR JOUR OU PAR UNITE
• FICHES 03‐051 ET 03‐052

EVALUATION DES BESOINS EN EAU No1 FICHE No 03-051


OBJET EN LITRES OBSERVATION
Alimentation et besoins
60-100 Par habitant et par jour Valeur moyenne
domestiques
Valeur moyennes ( le jardin
Alimentation, besoins domestiques
100-150 Par habitant et par jour correspond generalement à
et arrosage du jardin familial
plusieure personnes)
Petite ville ou ggroupe
p Sans industries ni installations
150-200 important de logements particulieres telles que
par habitant et par jour fontaines, etc…
Alimentation, besoins domestiques,
Grande agglomeration
arrosage et services publics 200-250
par habitant et par jour Compris petites industries et
Grande ville, par toutes installations publiques
300-500
habitant et par jour
Regions seches (+50%) et
Arrosage jardins et pelouses… 6 Par metre carré
regions humides (- 50%)

1
DUREE DE PUISAGE
• DUREE DE PUISAGE: LA SOMME DES PERIODES DURANT LES 
QUELLES EST UTILISEE LA PRESQUE TOTALITE DE L’EAU 
CONSOMMEE EN UNE JOURNEE
• TROIS PERIODES PRINCIPALES: POINTS DE PUISAGE

Ch
V1 V2 V3
TEMPS EN H

0 7:30 11:30‐13:0 18:0‐20:0

T1 T2 T3

• DJ = T1 + T2 + T3 <= 5 H

DEBIT INSTANTANE D’UNE INSTALLATION

• LE PLUS FORT DEBIT ENREGISTRE AU COURS D’UNE 
QUELCONQUE DES PERIODES DE POINT
QUELCONQUE DES PERIODES DE POINT

DEBIT
Di

Ch

V1

7:30 TEMPS
Ti

2
DEBIT DE BASE Db
• DEBIT DE BASE OU DEBIT BRUT: DEBIT QUE DEVRAIT ASSURER L’INSTALLATION SI TOUS LES 
APPAREILS FONCONNENT EN MEME TEMPS.
• FICHE 03‐001, 03‐004

DEBITS DE BASE FICHES No 03-001


03 004
03-004
DESIGNATION DE L’APPAREIL DEBIT MINIMAL PAR ROBINET
EN l/mn EN l/s
EVIER 12 0,20
LAVABO 6 0,10
LAVABO COLLECTIF 3 0,05
BIDET 6 0,10
BAIGNOIRE (SERVICE D’EAU CHAUDE OU CHAUFFE EAU 20 0,35
A ACCUMULATION)
BAIGNOIRE (CHAUFFE BAINS) OU DOUCHE 15 0,25
POSTE D’EAU 10 0,15
W.-C AVEC RESERVOIR DE CHASSE 6 0,10
URINOIR AVEC ROBINET INDIVIDUEL 6 0,10
STALLE D’URINOIR AVEC ROBINET DE CHASSE 30 0,50
ROBINET DE LAVAGE DE COUR OU BOUCHE 40 0,70
D’ARROSAGE

DEBIT PROBABLE Dp
• DEBIT QU’UNE INSTALLATION ASSURE VRAISEMBLABLEMENT ET EST 
FONCTION:
– DE L’EQUIPEMENT SANITAIRE DE L’IMMEUBLE OU DE L’APARTEMENT
– DU TAUX D’OCCUPATION DU LOGEMENT OU DE L’IMMEUBLE
– DU NOMBRE D’APPAREILS

DP = Db . y
y : COEFFICIENT DE SIMUTANEITE

1
y= ; x : NOMBRE DES APPAREILS
x −1

3
EXEMPLE
UN APARTEMENT COMPORTE
• CONSIDERONS 
L’INSTALLATION  1 W.‐C AVEC RESERVOIR DE CHASSE
CONSTITUEE PAR DEUX  1 EVIER 4
COLONNES MONTANTES  1 DOUCHE
DESSERVANT 5  4 3
1 LAVABO
APARTEMENTS DONT  3
1 BIDET 2
L’EQUIPEMENT SANITAIRE 
IDENTIQUE EST DEFINI CI  2 1
CONTRE. QUELS SONT LE 
DEBIT DE BASE ET LE DEBIT  1 0
PROBABLE?
0
C

B
A

SOLUTION EXEMPLAIRE
REPERE APPAREIL Nbre Qb Coef Qp e
e d EVIER d
1 0,20 1 0,20
l
d l E+DOUCHE 2 0 45
0,45 1 0 45
0,45 w
b
l w E+D+LAVABO 3 0,55 0,71 0,39
w b E+D+L+W.‐C 4 0,65 0,58 0,38 4
b 4 1 APARTEMENT 5 0,75 0,5 0,375

REPERE APPAREILS Nbre Qb Coef Qp


4 3 1 APARTEMENT
1 APARTEMENT 5 0,75 0,5 0,45
3 2 2 APARTEMENTS 10 1,5 0,33 0,50
2 1 3 APARTEMENTS 15 2,25 0,27 0,607
1 0 4 APARTEMENTS 20 3,00 0,23 0,69
0 B 5 APARTEMENTS 25 3,75 0,2 0,75
B A 10 APARTEMENTS 50 7,50 0,14 1,05

4
CAS DES COLLECTIVITES
• ECOLES, HOPITAUX, HOTELS, CANTINES, BUREAUX ETC…
• LES ACTIVITES D
LES ACTIVITES D’UN
UN TYPE D
TYPE D’OCCUPATIONS
OCCUPATIONS DEFINISSANT LE 
DEFINISSANT LE
FONCTIONNEMENT DE L’INSTALLATION SANITAIRE
• EXEMPLE: ECOLE
– LES HEURES DE RENTREE ET SORTIE DE COURS
– LES HEURES DE REPAS
• IL FAUT CONNAITRE PLUS PRECISEMENT LE FONCONNEMENT 
REEL CARACTERISE PAR
– DES BESOINS EN EAU PARTICULIER
– DES SIMUTANEITES PARTICULIERES

CAS DES COLLECTIVITES
• POUR CHACUN DE CES CIRCUITS, ETUDIER LA SIMUTANEITE:
– PAR GROUPE D’APPAREILS IDENTIQUES
– DES ENSEMBLES DE GROUPES POUR CHAQUE TRONCON
DES ENSEMBLES DE GROUPES POUR CHAQUE TRONCON
• EXEMPLE: CONSIDERONS L’INSTALLATION DE LAVABOS COLLECTIFS A 
L’INTERIEUR D’UN GROUPE SCOLAIRE ALIMENTE PAR AB

GROUPE I
GROUPE I GROUPE II
GROUPE II GROUPE III
GROUPE III GROUPE IV
GROUPE IV

A B C D E

5
CAS DES COLLECTIVITES
• D’APRES LES HORAIRES DE SORTIE DE COURS, LE FONCTIONNEMENT 
PREVU EST LE SUIVANT:
– 8H30‐8H45                    10H15‐10H30
– 15H30‐15H45                17H15‐17H30

• AUX HEURES INDIQUEES, IL EST LOGIQUE DE PENSER QUE
– LE COEFFICIENT DE SIMUTANEITE DE CHAQUE GROUPE EST DONC y=1 
(5 POSTES SUR 5)
– LE COEFFICIENT DE SIMUTANEITE POUR L’ENSEMBLE DES GROUPES 
SERA 1 EGALEMENT
– PAR CONTRE, DURANT LES COURS LE COEFFICIENT DE SIMULTANEITE 
(CS) PAR GROUPE PEUT ETRE 1/5 ET LE CS SUR L’ENSEMBLE SERA 2/5.

CAS DES COLLECTIVITES, Example
• TABLEAU DE REPARTITION DE DEBITS
• EXEMPLE: EN CAS DE LOCAUX DE BUREAUX AVEC CANTINE, 
EXEMPLE: EN CAS DE LOCAUX DE BUREAUX AVEC CANTINE,
DETERMINER LE DEBIT PROBABLE
– 17H50 A 18H15 : HEURES DE SORTIE DES BUREAUX
– 8H A 11H : PREPARATION DE REPAS
– 13H A 14H : LAVAGE DE LA VESSELLE
II-CONDITIONNEMENT D’AIR
Db=2,0

E D B A
IV-10 C
LAVABOS Db=1,5 (W.‐C)
Db=0,5 (URIN) Db=0,5 (NORMAL)
Db=0,1 I-CUISINE
III-4 W.-C ET 2
URINOIRS

6
CAS DES COLLECTIVITES
• LAVABOS:
– 17H50 A 18H15: TOUS LES LAVABOS SONT UTILISES: Dp = 10*Db = 1,0 
l/s
l/
– EN TEMPS NORMAL, Dp=Db*Y = 0,33 l/s
• W.‐C ET URINOIRS
– 17H50 A 18H15, 50% EST UTILISE: Dp=50%*Db = 3,5 l/s
– EN TEMPS NORMAL, UN W.‐C FONCTIONNE, Dp=1,5 l/s
• CONDITIONNEMENT D’AIR
– TOUJOURS, Dp=Db= 2 l/s
• CUISINE
– 8H A 11H : PREPARATION DE REPAS, Dp=4 l/s
– 13H A 14h : LAVAGE DE LA VESSELLE, Dp=2 l/s
– A TOUS MOMENTS, Dp=0,5 l/s

CAS DES COLLECTIVITES
8H‐11H 13H‐14H 17H50‐18H15
E

LAVABOS
0,33 0,33 1,0
D

W.‐C+URINOIRS
1,5 1,5 3,5
C

CONDITIONNEMENT 
D’AIR

2 2 2
B
CUISINE
4 2 0,5
A

7,83 l/s 5,83 l/s 7,0 l/s

7
CAS DES COLLECTIVITES
• LE TRONCON AB ASSURE LE DEBIT MAXIMAL 7,83 l/s.
• POUR BC, CD, DE, DETERMINER LEUR DEBIT?
POUR BC CD DE DETERMINER LEUR DEBIT?

8
CALCUL DES DIAMETRES

BASES GENERALES
• DEUX CONDITIONS SONT IMPOSEES
– ASSURER L’ALIMENTATION DE TOUS LES ROBINETS 
AVEC UN DEBIT ET UNE PRESSION PERMETTANT 
LEUR UTILISATION NORMALE.
– FAIRE CIRCULER L’EAU A DES VITESSES 
CONVENABLES, SUFFISAMMENT FAIBLES POUR 
REDUIRE LES BRUITS SANS FORMATION DE
REDUIRE LES BRUITS SANS FORMATION DE 
DEPOTS

1
LIMITE INFERIEURE ET LIMITES SUPERIEURES DE 
VITESSE ET LES PERTES DE CHARGE CORRESPONDANTES

• LIMITE INFERIEURE, V = 50 cm/s POUR TOUS LES DIAMETRES
• LIMITES SUPERIEURES W
– W = (7*d)  cm/s POUR 10mm<= d<= 16mm
– W = (6,6*d)  cm/s POUR 17mm<= d<= 22mm
– W = (6,3*d)  cm/s POUR 23mm<= d<= 33mm
– W = (6,2*d)  cm/s POUR 34mm<= d<= 40mm
– W = 250 cm/s POUR d> 40 mm
/
• LES PERTES DE CHARGE CORRESPONDANTES SONT ENTRE 0,2 
m ET 0,25 m DE HAUTEUR D’EAU PAR METRE LINEAIRE

CALCUL BASE SUR LES VITESSES
• LES CANALISATIONS D’UN IMMEUBLE PEUVENT ETRE CALCULEES PAR LA SEULE 
CONSIDERATION DES VITESSES ADMISSIBLES A PLEIN DEBIT SANS S’INQUIETER DES 
PERTES DE CHARGE
• L’APPLICATION EXIGE LA PRESSION MINIMUM P SUIVANT
L’APPLICATION EXIGE LA PRESSION MINIMUM P SUIVANT
– P>= 1,7.h + A 
DANS LA CONDITION QUE
– L1 <= 5 h
– L2 <= h
– h HAUTEUR EN METRE AU DESSUS DU SOL PUBLIC
– A HAUTEUR D’EAU VARIABLE AVEC EQUIPEMENT DE L’ETAGE PRECEDENT
A = 10 m, SEULEMENT DES ROBINETS DE PUISAGE
A = 12 m, DES CHAUFFE
A  12 m DES CHAUFFE‐BAINS
BAINS A ACCUMULATION;
A ACCUMULATION;
A = 14 m, DES CHAUFFE‐BAINS A GAZ INSTANTANE ET DES ROBINETS DE CHASSE 
POUR W.‐C.
– L1 : DISTANCE HORIZONTALE ENTRE L’APPAREIL DU REZ LE PLUS ELOINGNE ET 
LA CONDUITE PUBLIQUE
– L2 : DISTANCE COMME CIDESSUS MAIS SE RAPPORTANT A L’APPAREIL DE 
L’ETAGE

2
EXEMPLE: DETERMINER LES DIAMETRES

• DISTRIBUTION D’UN IMMEUBLE 
DE CINQ ETAGES A USAGE 
5 G
D’HABITATION. LE 5e ETAGE DONT 
LE PLANCHER SE TROUVE A 16 m  F
4
AU DESSUS DU TROTTOIR, 
POSSEDE UN CHAFFE‐BAINS  3 E
INSTANTANE A GAZ D’OU A=14 m.
2 D

1 C
• UN APPARTEMENT ROBINET DE 
– 1 EVIER AVEC 2 ROBINET (C ET F) LAVAGE,Q=0,7 l/s
0 B
– 1 LAVABO AVEC 2 ROBINETS
R
– 1 BAIGNOIRE, 2 ROBINETS A P
– 1 BIDET, 2 ROBINETS
– 1 RESERVOIR DE CHASSE, 1 ROBINET
CONDUITE PUBLIQUE

CALCUL A LA VITESSE
APPAREILS DEBIT (l/s)
EVIER, 2 ROBINETS 0,4
LAVABO, 2 R 0,2
BAIGNOIRE, 2 R 0,5
BIDET, 2 R 0,2
RESERVOIR DE CHASSE, 1 R 0,1

DEBIT TOTAL D’1 APPARTEMENT 1,4

DEBIT de base assuré PAR LE TRONCON PA = 6.1,4 + 0,7 = 9,1 l/s

3
CALCUL A LA VITESSE
REPERE DEBIT (l/s) CS Qp D (mm) V  W 
(cm/s) (cm/s)
5‐G 1,4 0,354 0,50 22 131 145

4.Q p
V= D = 20 mm V=
4.0,5.1000
= 160 cm / s ? W = 6,6 * 20 =132 cm / s
π .D 2 π .2,0 2

D = 22 mm 4.0,5.1000 ≤ W = 6,6 * 22 = 145 cm / s


V= = 131 cm / s
π .2,2 2

CALCUL AUX PERTES DE CHARGES
• LE BUT EST DE DETERMINER
– LES DIAMETRES DE TUYAUX
CONNAISSANT LA PRESSION D’ENTREE Pe POUR QU’APRES DEDUCTION
DE TOUTES LES PERTES DE CHARGE QUI SE PRODUISENT SUR LEUR
LONGUEUR,
– LA PRESSION RESIDUELLE Ps SUBSISTANT AU RACCORD EST AU MOINS
EGALE A S NECESSAIRE POUR EN ASSURER LE DEBIT NORMAL.

POUR LES APPAREILS USUELS, LES 
VALEURS MIINIMAUMS
Ps
‐ROBINET DE PUISAGE, S=2 m
W
1 ‐ROBINET DE CHASSE, S=5 m
Pe
B Pe = PERTES DE PRESSION + Ps
A

4
POUR LES HABITATIONS ET INSTALLATIONS 
TRADITIONNELLES

Pe = r + h + Ps + ∑ J
• LA
LA PERTE DE CHARGE LOCALES EST PRISE EGALE A 15% DE LA PERTE 
PERTE DE CHARGE LOCALES EST PRISE EGALE A 15% DE LA PERTE
DE CHARGE EN LONGUEUR

∑J =J +J
longueur local

∑ J = j.L + 0,15. j.L =1,15. jL


DONC POUR TOUS LES TRONCONS DES INSTALLATIONS, ON A LA PERTE 
MOYENNE EST DONNEE PAR
Pe − (r + h + Ps )
jm =
1,15. L

CONDITIONS DE PRESSION
• LA PRESSION DE RESEAU PUBLIC PEUT ETRE EVALUEE EN 
FONCTIPN DE LA VALEUR MOYENNE jm
FONCTIPN DE LA VALEUR MOYENNE j

SI jm < 0,05 : PREVOIR UN DISPOSITIF DE SURPRESSION
SI 0,05 < jm < 0,15 : CALCUL AU jm
SI jm > 0,15 : CALCUL A LA VITESSE. LES DIAMETRES SONT 
CALCULES POUR QUE LA VITESSE NE DEPASSE PAS 
LA VALEUR MAXIMALE AUTORISE

5
EXERCISE,FLAMANT

4 EXERCISE, (FLAMANT)
3 • ETAGE 1,2,3 ET 4 COMPORTE: EVIER, 
2 LAVABO, DOUCH ET W.‐C. • Pe = 35 m EN A
• ETAGE 1 COMPORTE: EVIER, 5 LAVABOS,  • Ps = 10 m EN 4
1 1 DOUCHE, 4 URINOIRS, 4 W.‐C
• PERTE AU COMPTEUR, r = 5 m
0 • h(BD) = 1,5 m, BD = 30 m
D • AB = 10 m, D0 = 1,5 m
• HAUTEUR D’ETAGE = 3 m
B
A

REPERE Qb Nbre CS Qp
CALCULER LES DIAMETRES DE TUYAUX AUX 
CALCULER LES DIAMETRES DE TUYAUX AUX 34 0 65
0,65 4 0 58
0,58 04
0,4
PERTES DE CHARGE MOYENNES
23 1,3 8 0,38 0,5
12 1,95 12 0,3 0,585
01 2,6 16 0,26 0,676
D0 4,35 31 0,18 0,783
BD, AB 4,35

1
4
3 EXERCISE, (FLAMANT)
2 • Pe = 35 m EN A; Ps = 10 m EN 4
• PERTE AU COMPTEUR, r = 5 m
1
• h(BD) = 1,5 m, BD = 30 m
0 • AB = 10 m, D0 = 1,5 m; HAUTEUR D’ETAGE = 3 m
D
Pe − (r + h + Ps ) 35 − (5 + 15 + 10)
B jm = = = 0,08
A 1,15. L 1,15. 53,5

REPERE Qp D U 1,15j L J Pe Pe-J h ps


AB 0.783 30 0,104 10 1,04 35 33,96 0 28,96
BD 0.783 30 0,104 30 3,12 28,96 25,84 1,5 24,34
D0 0,783 30 0,104 1,5 0,156 24,34 24,18 1,5 22,68
01 0.676 30 0,081 3 0,243 22,68 22,44 3 19,44
12 0,585 27 0,104 3 0,312 19,44 19,13 3 16,13
23 0,5 25 0,115 3 0,345 16,13 15,79 3 12,79
34 0,4 25 0,081 3 0,243 12,79 12,55 3 9,55

4
3 EXERCISE, (FLAMANT)
2 • Pe = 35 m EN A; Ps = 10 m EN 4
• PERTE AU COMPTEUR, r = 5 m
1
• h(BD) = 1,5 m, BD = 30 m
0 • AB = 10 m, D0 = 1,5 m; HAUTEUR D’ETAGE = 3 m
D
Pe − (r + h + Ps ) 35 − (5 + 15 + 10)
B jm = = = 0,08
A 1,15. L 1,15. 53,5

REPERE Qp D U 1,15j L J Pe Pe-J h ps


AB 0.783 30 0,104 10 1,04 35 33,96 0 28,96
BD 0.783 30 0,104 30 3,12 28,96 25,84 1,5 24,34
D0 0,783 30 0,104 1,5 0,156 24,34 24,18 1,5 22,68
01 0.676 30 0,081 3 0,243 22,68 22,44 3 19,44
12 0,585 30 0,069 3 0,207 19,44 19,23 3 16,23
23 0,5 27 0,081 3 0,243 16,23 15,99 3 12,99
34 0,4 25 3 12,99 3 ?

2
4
3 EXERCISE, (FLAMANT)
2 • Pe = 35 m EN A; Ps = 10 m EN 4
• PERTE AU COMPTEUR, r = 5 m
1
• h(BD) = 1,5 m, BD = 30 m
0 • AB = 10 m, D0 = 1,5 m; HAUTEUR D’ETAGE = 3 m
D
Pe − (r + h + Ps ) 35 − (5 + 15 + 10)
B jm = = = 0,08
A 1,15. L 1,15. 53,5

REPERE Qp D U 1,15j L J Pe Pe-J h ps


AB 0.783 33 0,069 10 0,69 35 34,31 0 29,31
BD 0.783 33 0,069 30 2,07 29,31 27,24 1,5 25,74
D0 0,783 33 0,069 1,5 0,104 25,74 25,64 1,5 24,14
01 0.676 30 0,081 3 0,243 24,14 23,90 3 20,90
12 0,585 30 0,069 3 0,207 20,90 20,70 3 17,70
23 0,5 27 0,081 3 0,243 17,7 17,46 3 14,46
34 0,4 25 0,081 3 0.243 14,46 14,22 3 11,22

3
DISPOSITIFS DE SURPRESSION

CONDITIONS DE PRESSION
• LA PRESSION DE RESEAU PUBLIC PEUT ETRE EVALUEE EN FONCTIPN DE LA 
VALEUR MOYENNE jm

SI jm < 0,05 : PREVOIR UN DISPOSITIF DE SURPRESSION

SI 0,05 < jm < 0,15 : CALCUL AU jm

SI jm > 0,15 : CALCUL A LA VITESSE. LES DIAMETRES SONT CALCULES POUR 
SI j > 0 15 : CALCUL A LA VITESSE LES DIAMETRES SONT CALCULES POUR
QUE LA VITESSE NE DEPASSE PAS LA VALEUR MAXIMALE 
AUTORISE

1
SOLUTION POUR LA FAIBLE PRESSION

• SI jm <0,05, IL FAUT  UN SURPRESSEUR.
• UN SURPRESSEUR EST:
– RESERVOIRS SURELEVES
– GROUPES HYDROPNEUMATIQUES

• LA PRESSION DU RESEAU EST PARFOIS EN PARTIE UTILISABLE.
• ON DETERMINE DES PERTES DE CHARGE MOYENNES:
• LA ZONE DONT j
LA ZONE DONT jm EST INFERIEUR A 0,05 m/m DOIT ETRE ALIMENTE PAR LE 
EST INFERIEUR A 0 05 m/m DOIT ETRE ALIMENTE PAR LE
RESERVOIR.

RESERVOIR D’AEU
• DETERMINER LA HAUTEUR h DU NIVAEU MINIMALE DE L’EAU 
DANS LE RESERVOIR PAR RAPPORT AU DERNIER ETAGE
DANS LE RESERVOIR  PAR RAPPORT AU DERNIER ETAGE                       

• LE CIRCUIT LE PLUS  A
C D
DEFAVORISE EST ABCD3                                                                                
B 3

POMPE

2
HAUTEUR DU RESERVOIR
h = J ABCD 3 + Pr =1,15 jm .L + Pr
OU, L EST FONCTION DE h, L=L’+h
L’ : LONGEUR DES CANALISATIONS HORIZONTALES
1,15 jm L'+ Pr
h =1,15 jm .(h + L' ) + Pr h=
1 − 1,15 jm
POUR ASSURER LES DEBITS NORMAUX, LE CALCUL EST AUX 
POUR ASSURER LES DEBITS NORMAUX LE CALCUL EST AUX
PERTES DE CHARGE MOYENNES
0,115 L'+ Pr
jm = 0,10 mc.e / m h=
0,885

EXEMPLE
• QUELLE EST LA HAUTEUR DU RESERVOIR POUR ALIMENTER 
UN BATIMENT SACHANT QUE:
UN BATIMENT SACHANT QUE:
– Pr=10 m
– L’ = 30 m

• ON A DONC:
0,115 L'+ Pr 0,115 . 30 + 10
h= = = 15,2 m
0,885 0,885
15,2 m AU‐DESSUS DE LA TERRACE PRESENTE QUE 
L’INSTALLATION EST DIFFICILE

3
VOLUME DU RESERVOIR
• POUR SIMPLIFIER LE RAISONNEMENT, NOUS SUPPOSERONT QUE LE 
FONCTIONNEMENT DES POMPES A LIEU LORSQU’IL N’Y A PAS DE PUISAGE

• SOIT TD: LE TEMPS MIS PAR LE RESEAU POUR DEBITER LA QUANTITE D’EAU 
Q.
• SOIT Tp : TEMPS DE FONCTIONNEMT DES POMPES

• TC : LE TEMPS ENTRE DEUX MISES EN ROUTE DES POMPES (LA DUREE 
D’UN CYCLE).

• TC = TD + TP

VOLUME DU RESERVOIR
• POUR LA BONNE MARCHE DE L’INSTALLATION, IL EST SOUHAITABLE QUE 
LES POMPES SE METTENT EN ROUTE ENVIRON 6‐15 FOIS PAR HEURE

• TC = 60’/10 = 6 mn.

• DEUX METHODES DE CALCUL:
– METHODE PAR DEBIT INSTANTANEE
– METHODE DE COMSOMMESON JOURNALIERE

4
VOLUME DU RESERVOIR
• METHODE PAR DEBIT INSTANTANEE
• Di : DEBIT PROBALE INSTANTANE
• Dp : LE DEBIT DE POMPES

• POUR UN BON FONCTIONNEMENT DE L’INSTALLATION EN TOUT CAS. ON A 
Dp > DI

• ON ADMET DONC: D p = 1,2 Di

D p Tp = Di .Td = Q , T p + Td = Tc

Tc
Q =1,2 Di .
2,2

APPLICATION
• DETERMINER Q POUR UN RESEAU DONT LE EDBIT PROBABLE 
INSTANTANE EST 4 l/s.

• ADMETTONS Nc = 10 (nombre de cycle de comsommation), Tc 
EST ALORS EGAL A 6 mn

• Q EST DONC

Tc 360
Q =1,2 .Di . = 1,2 .4 . = 790 l
2,2 2,2

5
VOLUME DU RESERVOIR
• METHODE DE CONSOMMATION JOURNALIERE Cj.
• SOIT Dj : LA DUREE JOURNALIERE DES PERIODES DE PUISAGE SUR LE
RESEAU. 5 HEURES POUR LES HABITATIONS.

• SOIT Cj : LA COMSOMMATION JOUNALIERE DONNEE DANS LA NORME


VOIR LES FICHES 03‐051 ET 03‐052.

Cj
• ON A DONC: Ch =
Dj
• SOIT Nc :LE NOMBRE DE CYCLES PAR HEURE

Ch
Q=
Nc

APPLICATIONS
• SOIT UN IMMEUBLE COMPORTANT 50 APPARTEMENT DONT LE 
TAUX D’OCCUPATION EST DE 4 PERSONNES PAR APPARTEMENT. 
DETERMINER Q SACHANT QUE L’EAU
DETERMINER Q SACHANT QUE L EAU UTILISEE EST 
UTILISEE EST
ESSENTIELLEMENT POUR L’ALIMENTATION ET LES BESOINS 
DOMESTIQUES.

• UNE PERSONNE CONSOMME 60‐100 LITRES PAR JOUR.

• Cj = 100.50.4 = 20000 LITRES
• Dj = 5 HEURES
• Ch = Cj/Dj = 4000 l/h
• PRENONS LE NOMBRE DE CYCLES Nc = 10
• Q = Ch/Nc = 4000/10 = 400 LITRES

6
CHOIX DE POMPES
• LE CHOIX DE POMPES PORTE SUR DEUX CRITERES: LE DEBIT ET LA 
HAUTEUR MANOMETRIQUE

¾ LE DEBIT DE POMPE: LE DEBIT DE POMPE DOIT ETRE SUPERIEUR AU DEBIT 
PROBABLE INSTANTANE

• Dp = 1,2 Di.

¾ LA HAUTEUR MANOMETRIQUE PEUT ETRE CALCULE A PARTIR DU RESEAU. 
DEUX CAS SONT POSSIBLE: POMPAGE DEPUIS LE RESEAU ET POMPAGE 
DEPUIS LE PUITS

CHOIX DE POMPES
¾ HAUTEUR MANOMETRIQUE: POMPAGE DEPUIS LE RESEAU

• Hm = (h + JCOMPTEUR + JA‐B) ‐ Pe

¾ LA HAUTEUR MANOMETRIQUE: POMPAGE DEPUIS LE PUITS

• Hm = (h + JA‐B)

¾ LES PERTES Jm SONT PRISES EGALES  A

• JA‐B = 1,15 .jm.L; jm = 0,10

7
EXERCICE
• DETERMINER LE RESERVOIR POUR ALIMENTER UN VILLA NOMME ROTH 
COMME PRESENTE DANS LES PLANS. LA HAUTEUR DE L’ETAGE EST DE 
3 2m ET Pr 5m
3,2m ET Pr=5m.
– HAUTEUR DE RESERVOIR
– VOLUME DE RESERVOIR PAR DEUX METHODES

• SACHANT QUE W.C COMPORTE
– POUR MASTERROOM: BAIGNOIRE, LAVABO, W.C
– POUR BEDROOM: DOUCHE, LAVABO, W.C
– POUR MAIDROOM: DOUCHE, LAVABO, W.C
– POUR COMMON USE, DOUCHE,LAVABO, W.C.

• QUELLE EST LA TAILLE DE RESERVOIR SI L’ON POMPE POUR UNE SEMAINE.

8
9
TRACE DE CANALISATION

0m
0 m E
D
‐0,5 m C

B 12,3 m F
5,5 m
G
16 m

10
EVACUATION DES EAUX USEES

GENERALITE
• APRES AVOIR ETE USEE, L’EAU DOIT ETRE REJETEE DANS DE 
BONNES CONDITIONS.
BONNES CONDITIONS.

• DEUX EAUX USEES
– EAUX MENAGERES: EAU EVACUEE PAR LES EVIERS, DOUCHES, 
LAVABOS, BAIGNOIRES, BIDETS ET DIVERS APPAREILS MENAGERS. 
ELLES SONT REJETEES DANS LES DESCENTES
– EAUX VANNES: REJETS DES W.‐C. ELLES SONT EVACUEES DANS LES 
CHUTES D’AISANCE

1
Principe de l’evacuation

REGLEMENTATION
• A POUR BUT, HYGIENE ET SANTE
• LES ORIFICES DE VIDANGE DES APPAREILS SANITAIRES ET MENAGERS, IL 
FAUT UN SIPHON

• INTERDIT D’EVACUER DES EAUX USEES DANS LES OUVRAGE 
D’EVACUATION DES EAUX PLUVIALES ET RECIPROQUEMENT

• LES DESCENTES ET CHUTES DOIVENT ETRE PROLONGEES HORS COMBLES, 
AU‐DESSU DES  CHUTES OU DES DESCENTES, LES EVANTS SONT MISES.

2
REGLEMENTATION
• PRINCIPES DE CONCEPTION D’UN RESEAU 
D’EVACUATION
• PENSER A ADAPTER LE SYSTEME D’EVACUATION DU RESEAU PUBLIC.

• EGOUTS UNITAIRE: COLLECTENT LES EAUX DE PLUIE ET LES EAUX USEES

• EGOUTS SEPARATIFS: COLLECTENT SEPAREMENT LES EAUX DE PLUIE ET LES 
EAUX USEES.

EGOUTS

3
REGLEMENTATION
• LE RESEAU D’EVACUATION INTERIEURE

• LE SYSTEME DE DESCENTES ET DE CHUTES SEPAREES
• LE SYSTEMES DE CHUTE UNIQUE

4
REGLEMENTATION
• VENTILATION SECONDAIRE S’IMPOSE TOUTEFOIS

– EN CAS D’IMPOSSIBILITE TECHNIQUE D’EXECUTION D’UNE 
’ ’ ’
VENTILATION PRIMAIRE EN RENOVATION

– LORSQUE LES EVACUATIONS SONT TRES ELOIGNEES DE LA CHUTE

– EN CAS DE DOUTE SUR LA VENTILATION DE’UNE DESCENTE.

5
• LES CHUTES ET LES DESCENTES DOIVENT ETRE INSTALLEES A L’INTERIEUR 
DE BATIMENT. (GEL)

• LES MATERIAUX UTILISES DOIVENT ETRE ADAPTES (PVC, FONTE)

• LES TRACES DOIVENT ETRE CORRECTEMENT TRACES

• LES COUDES DANS L’EPAISSEUR DE MUR SONT DECONSEILLEES

• LES COUDES DOIVENT ETRE EQUIPEES EN AMONT DE RACCORDS 
SPECIAUX OFFRANT DES ORIFICES DE DEGORGEMENT

RELEVAGE DES EAUX USEES
• EN CAS OU L’EGOUT EST SITUE AU‐DESSUS DU 
NIVEAU DE L’HABITATION
NIVEAU DE L HABITATION
• LES CONSTRUCTIONS SOUS‐SOL

• LE PRINCIPE CONSISTE A STOCKER MOMENTANEMENT LES 
EAUX USEES DANS UNE FOSSE DONT ELLES SERONT 
EXTRAITES
• LES FOSSES DOIVENT ETRE REGULIEREMENT ENTRETENU

6
7
RACCORDEMENT D’UNE FOSSE 
SEPTIQUE
• SI TOUT‐A‐L’EGOUT N’EST 
PAS DISPONIBLE, IL FAUT
PAS DISPONIBLE, IL FAUT 
UNE FOSSE SEPTIQUE
• LES EAUX DE PLUIE NE SONT 
PAS TRAITEES DANS UNE 
FOSSE SEPTIQUE, ELLES 
SONT REJETEES PAR 
DRAINAGE OU PUITS 
FILTRANT

SYSTEME D’ASSAINISSEMENT 
AUTONOME
• PRETRAITEMENT DANS UNE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX
• EPURATION DES EFFLUENTS PRETRAITES
• EVACUATION DES EFFLUENTS EPURES

• UNE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX
– RETENIRE LES MATIERES SOLIDES
– LIQUEFIER LES BOUES PAR ANAEROBIE
– EVACUER LES GAZ DE DIGESTION (CARBONIQUE, AZOTE, METHANE) 
PAR UNE CANALISATION DE DIAMETRE 100 mm ABOUTISSANT AU‐
DESSUS DE LA TOITURE

8
FOSSE SEPTIQUE

FOSSE SEPTIQUE

9
VOLUME D’UNE FOSSE SEPTIQUE
• LE VOLUME EST 
DETERMINE EN  VOLUME D’UNE FOSSE TOUTES EAUX
FONCTION DU  Nbr DE PIECES Nbr DE VOLUME
NOMBRE DE  PRINCIPALES* CHAMBRES MINIMAL
PIECES  (m3)
PRINCIPALES ET  JUSQU’A 5 JUSQU’A 3 3
DE CHAMBRES.
6 4 4
7 5 5
*NOMBRE DE CHAMBRES +2
+0,5 M3 PAR PIECE PRINCIPALE
SUPPLEMENTAIRE

PRECAUTIONS A PRENDRE
• SI LA FOSSE TOUTES EAUX EST A PLUS DE 20 m DE LA SORTIE 
DES EAUX MENAGERES, ILFAUT UN BAC DEGRAISSEUR SITUE
DES EAUX MENAGERES, ILFAUT UN BAC DEGRAISSEUR SITUE 
LE PLUS PRES POSSIBLE DE L’HABITATATION.

• LA FOSSE SEPTIQUE DOIT ETRE VIDANGER TOUS LES CING 
ANS .

10
EPANDAGE
• APRES AVOIR PRETRAITES, LES EFFLUENTS SONT ENSUITE 
DIRIGES VERS UN DISPOSITIF DE TRAITEMENT: EPURATION ET 
EVACUATION.

• LE PLUS COURANT ET RECOMMANDE EST L’EPANDAGE 
SOUTERRAIN PAR TRANCHEES D’INFILTRATION.

• LES EFFLUENTS DE FOSSE SEPTIQUE SONT REPANDUS DANS LE 
SOL ET SE DISPERSE DANS LE MILIEU NATUREL

TRANCHEE FILTRANTE
• LA LONGUEUR DE TRANCHEES FILTRANTES DEPEND 
DU NOMBRE DE CHAMBRE ET DE LA NATURE DE SOL
DU NOMBRE DE CHAMBRE ET DE LA NATURE DE SOL.
– SOL LIMONEUX, 20 A 30 m DE TRANCHEE
– SOL SABLEUX, 15 m DE TRANCHEE

• LA DIMENSION DU LIT D’EPANDAGE CONSOMME 
ENVIRON 20 m2 PAR CHAMBRE
ENVIRON 20 m PAR CHAMBRE

11
EPANDAGE

FILTRES A SABLE
• L’EPANDAGE N’EST PAS POSSIBLE SI LE TERRAIN EST 
ARGILEUX OU TROP PERMEABLE
ARGILEUX OU TROP PERMEABLE.

• LE FILTRAGE EST NECESSAIRE
– FILTRE A SABLE VERTICAL NON‐DRAINE
– FILTRE A SABLE VERTICAL DRAINE
– FILTRE A SABLE HORIZONTAL
FILTRE A SABLE HORIZONTAL

12
FILTRES A SABLE

REGLES A RESPECTER
• AU‐DESSUS D’UNE FOSSE SEPTIQUE, LA PLANTATION EST 
INTERDITE SAUF PETITS PLANTS ET DU GAZON
INTERDITE SAUF PETITS PLANTS ET DU GAZON

• A PLUS DE 3 METRES, LES ARBRES PEUVENT ETRE PLANTEES

• AUCUNE VOIE CARROSABLE N’EST PERMISE. ELLE DOIT ETRE 
SITUEE A 35 m

13
DIAMETRE DES TUYAUTERIES 
D’EVACUATION

• PREVOIR UNE PENTE DE 1 A 3 CM PAR METRE


• RESPECTER LES DIAMETRES MINIMAUX .

EVACUATION D’APPAREILS 
INDIVIDUELS
APPAREILS DIAMETRE INTERIEUR REMARQUE
(mm)
LAVABO LAVE
LAVABO, LAVE-MAIN
MAIN, 30
BIDET
EVIER, POSTE D’EAU 33

BAIGNOIRE 33 SI L<= 1 m
38 SI L > 1 m
LAVE-LINGE, LAVE- 33
VESSEL
W.-C A ACTION 60 POUR LE
SIPHONIQUE 77 PREMIER
METRE
W.-C A CHASE 80
DIRECTE

14
EVACUATION D’APPAREILS GROUPES

APPAREILS DIAMETRE REMARQUE


INTERIEUR ((mm))
LAVABO+ BIDET OU 30
BIDET + LAVABO
LAVABO OU BIDET OU 33
MACHINE A LAVER +
BAIGNOIRE
LAVABO+BIDET
LAVABO BIDET + 33
BAIGNOIRE
MACHINE A LAVER 33
+EVIER

DIAMETRES MINIMAUX DES CHUTES 
D’EAUX USEES
APPAREIL NOMBRE DIAMETRE
INTERIEUR (mm)
W.-C 1 OU PLUSIEURS 90
BAIGNOIRE, EVIER, 1 A 3 APPAREILS 50
DOUCHE, BIDET, LAVE-MAIN AUTRES QUE
ET MACHINE A LAVER BAIGNOIRE OU 1
BAIGNOIRE AU PLUS
4 A 10 APPAREILS 65
INCLUANT 2
BAIGNOIRES AU PLUS
11 APPAREILS ET PLUS 90

15
LA RECUPERATION DES EAUX DE PLUIE
• L’EAU EST COUTEUSE, POUR FAIRE DES ECONOMIES L’EAU DE 
PLUIE DOIT ETRE EXPLOITEE.
PLUIE DOIT ETRE EXPLOITEE.

– RECUEILLIR L’EAU DES GOUTTIERE

– STOCKER DANS UNE CUVE SPECIALE (ENTERREE, UN BASSIN SOUS‐
TOIT)

– UTILISER POUR ARROSAGE DE JARDIN, LAVAGE DE VOITURE, DE LINGE 
ET LES CHASSES D’EAU DES TOILETTES

PRATIQUES
DIAMETRES MINIMAUX DES TUYAUTERIES POUR
L’EVACUATION
L EVACUATION DES EAUX USEES
REPERE DIAMETRE LONGUEUR REMARQUE
(mm) (m)
AB 100 10 COLLECTEUR

16
EVACUATIONS

SYSTEME DE VENTILATION
• VENTILLATION PRIMAIRE:  REDUIRE LA DEPRESSION DANS  LA 
PARTIE SUPERIEURE TANDIS QUE LA SURPRESSION DE LA 
PARTIE INFERIEUR EST ASSUREE PAR VENTILATION 
SECONDAIRE

DEPRESSION

SURPRESSION

1
SIPHON
• LORS DE PASSAGE DU PISTON, LA SURPRESION ΔP FAIT VARIER 
LA HAUTEUR D’EAU
LA HAUTEUR D EAU DANS LE SIPHON
DANS LE SIPHON

• VARIATION DUE A LA DEPRESSION ET LA SURPRESSION: 35 mm
• AUGMENTER LA GARDE D’EAU DE PLUS GRANDE QUE 5 cm
• DIMINUER LA DENIVELLATION ENTRE SIPHON ET LE 
COLLECTEUR
• REDUIRE LA VALEUR DE DEPRESSION A LA SORTIE DU SIPHON

EVACUATIONS: CHUTES ET DESCENTES
APPAREILS CHUTE ET DESCENTE FICHE No 03-401b
SANS V.S. AVEC V.S COLONNE DE V.S
W.C A CHASSE
DIRECTE 90 90 40
MOINS DE 3 100 100 50
PLUS DE 3
BAIGNOIRES:
MOINS DE 3 80 60 40
PLUS DE 3 80 80 40
PLUS DE 7 90 80 40
PLUS DE 15 100 90 50
LAVABO:
MOINS DE 3 50 50 20
PLUS DE 3 60 50 20
PLUS DE 7 80 60 30
PLUS DE 15 90 80 40
EVIERS:
MOINS DE 3 80 80 30
PLUS DE 3 90 80 30
PLUS DE 12 100 90 40

2
CALCUL DES CHUTE OU DESCENTE
• METHODE DE DIAMETRE EQUIVALENT
– POUR 10 LAVABOS, ON A UN DIAMETRE 80 mm
POUR 10 LAVABOS ON A UN DIAMETRE 80 mm
– POUR 10 BAIGNOIRES, ON A UN DIAMETRE 90 mm
– QUEL EST LE DIAMETRE POUR CES APPAREILS?

• METHODE DE DIAMETRE EQUIVALENT
– ( / )2 = 64/81=0,79 BAIGNOIRES
(80/90) / ,
– CA VEUT DIRE: UN LAVABO = 0,79 BAIGNOIRE
– POUR 10 LAVABOS ET 10 BAIGNOIRES, ON A: 
– 10*0,79 + 10 = 17,9 BAIGNOIRES
– IL FAUT UN DIAMETRE 100 mm.

BAZIN
• ω: SECTION MOUILLIE
• R : RAYON HYDRAULIQE
R RAYON HYDRAULIQE
• i : PENTE DU COLLECTEUR D
• γ = 0,16 h

87 R i
Q = ω. ω
R +γ

• POUR DES COLLECTEURS DONT LA PENTE EST 
INFERIEUR A 20 cm/m

3
CALCUL DES COLLECTEURS
• DETERMINER LES DEBITS DE BASE
• PAR LE COEFFICIENT DE SIMULTANEITE, CALCULER LE DEBIT PROBABLE
• LE DIAMETRE EST CALCULE PAR FORMULE DE BAZIN
LE DIAMETRE EST CALCULE PAR FORMULE DE BAZIN
– LES COLLECTEURS DOIVENT ETRE CALCULE POUR UN REMPLISSAGE A 
5/10 S’ILS EVACUENT UNIQUEMENT DES EAU USEES
– ET POUR UN REMPLISSAGE 7/10, S’ILS EVACUENT UNIQUEMENT EAUX 
PLUVIALES OUBIEN EAUX PLUVIALES ET EAUX USEES

DESCENTE ET CHUTE

COLLECTEURS

DEBIT POUR EAUX USEES
• DEBIT DE BASE: CES DEBITS SONT NOTES DANS LE TABLEAU DE 
DEBIT DE BASE POUR EVACUATION
DEBIT DE BASE POUR EVACUATION
• DEBIT PROBABLE: LE COEFFICIENT DE SIMULTANEITE 
S’APPLIQUE

1
Q p = Qb .CS , CS =
X −1
• CS : COEFFICIENT DE SIMULTANEITE
• X : NOMBRE DES APPAREILS

4
DEBIT DE BASE POUR EVACUATION

FICHE No 03-401a
APPAREILS DIAMETRE DEBIT DE BASE
l/mn l/s
BAIGNOIRE 40 90 1,5
DOUCHE 40 30-35 0,5
LAVABO 40 45 0,75
BIDET 40 30 0,5
EVIER 40 45 0,75
PLONGE ORDINAIRE 40 45 0,75
W.C A CHASSE DIRECT 80 90 1,5
URINOIR 50 60 1

EVACUATION
• DESCENTE ET CHUTE
• COLLECTEURS

• DEBIT DE BASE
• DETERMINER LES DIAMETRES EN UTILISANT 
DETERMINER LES DIAMETRES EN UTILISANT
LA METHODE DIAMETRE EQUIVALENT ET 
Bazin (FICHE No 03‐405)

5
TRACER ET CALCULER
• POUR LE VILLA ROTH, CALCULER LES 
EVACUATIONS

6
Fosse septique (Septic
Tanks)

Definition
• Fosse septique: fosse servant à recueillir des
dé h t rejetés
déchets j té depuis
d i la l maison.
i
• Fonction:
1- liquefier des déchets solides et
2- précipiter ces déchets en purifiant

1
Méanisme de fosse septique
• Dans une fosse, des déchets sont retenus puis
1- 60%-70% des solodes suspendus sont sédimentés
comme boue (sludge) au fond de la fosse et
2- d’autres se flottent comme écume ou mousse
(scums) à la surface.
• Toutes les boues et les écumes sont traitées par
les bactéries anaérobiques en transformant en
liquides et gases.

Méanisme de fosse septique


• Le traitement des déchets par des bactéries est
appelélé la
l digestion.
di ti La L digestion
di ti transforme
t f la
l
taille et le caractère des déchets.
• Le mécanisme de fosse est donc en deux
processus: la sédimentation et la
décomposition.

2
Décomposition des matières
organiques
• Le traitement des déchets est un processus
bactériologique Trois types de bactéries sont
bactériologique.
observés.
– Bactéries aérobiques (besoin d’oxygène)
– Bactéries anaérobiques (absence d’oxygène)
– Bactéries facultatives (en présence ou en absence
d’oxygène)
yg )
• Les bactéries sont naits en condition favorable en
terme de température, humidité et aliments

Décomposition des matières


organiques
• Les actions de bactéries sont cessés en cas de
présence des anti-septiques
anti septiques ou désinfectants
désinfectants.
• La décomposition par bactéries anaérobiques
s’accompagnent de mauvaises odeurs. Les odeurs
sont causées par les anaérobiques.
• La décomposition par bactéries aérobiques ne
ss’accompagnent
accompagnent pas de mauvaise odeur.
odeur

3
Des gaz produits dans la fosse
Septique
• Des gaz sont très variés, ils peuvent être des gaz
organiques ou non-organiques.
non organiques
1. Méthane (C4H)
2. Dioxide de carbone (CO2)
3. Mono-oxide de carbone (CO)
4. Hydrogène (H2)
5
5. Sulfide dd’hydrogène
hydrogène (H2S)
6. Dioxide de soufre (SO2)
Tous ces gaz sont évacués par un tube de
ventilation

Construction de la fosse Septique


• Des matériaux
1 en béton
1. bé arméé
2. en bloques de béton avéolaire
3. en métal ou en plastique
• Pour la durabilité et le coût, la fosse septique
en BA est recommandé

4
Règle de la fosse Septique
• La fosse est en général rectangulaire. (Faciliter
l écoulement)
l’écoulement)
• La largeur minimal est de 90 cm et la longueur
minimal est de 150 cm.
• La profondeur de liquide moins de 120 cm est très
efficace pour décomposer des matières organiques.
• La
L tubeb doit
d i être
ê en coude d et plongé
l é dans
d le
l liquide
li id à
une profondeur moins de 30 cm depuis le niveau de
liquide.

Règle de la fosse Septique


• L’ouverture pour maintenence et inspection doit être
réservé.
réservé
• La fosse doit être construite à la surface pour
permettre l’oxidation naturelle. L’oxidation est
difficile à la profondeur plus de 1.5m.

5
Taille de la fosse Septique
• Jusqu’à maintenant, il n’y a pas encore de formule
mathématique pour calculer une taille exacte pour une
fosse. Mais basé sur l’expérience, on se met
d’accords sur les principles suivants:
1. Pour une famille de 6 personnes, la taille minimum
est environ de 1.3 m3 (largeur 90cm x longueur
150cm x profondeur 120cm).
120cm)
2. la taille plus grosse n’est pas favorable car les
activités des bactéries sont retardées.

Taille de la fosse Septique


• Il est recommandé de se reférer à la table suivante

Data Technique
Largeur minimale 90 cm
Longueur minimale 150 cm
Profondeur minimal de liquide 120 cm
Pour usages domestiques
Habitants nombreux 0 14 à 0.17
0.14 0 17 m3/p
Moins de 12 0.2 m3/p
personnes
Pour écoles, établissements commerciaux et indutriels
Minimum 0.057 m3/p
maximum 0.086 m3/p

6
Exemples
• Déterminer la taille d’une fosse septique pour servir
200 personnes dans un établissement commercial
commercial.
• Solutions
– On a 0.057 m3/p (en se basant sur la table de data
technique)
– 100p pour 1 metre de la fosse, on a 2m de largeur.
– La profondeur est 150cm
– Donc L=Volume/(largeur x profondeur)
L = 200 x 0.057/(2 x 1.5) = 3.8 m.

Location de la fosse Septique


• La fosse septique est implantée selon les critères
suivants:
1. Elle est implantée près du bâtiment qu’elle servit
avec une distance minimale de 2 m.
2. Elle ne doit pas tout près des fenêtres ou portes.
3. Elle doit être loin des réseaux d’eaux potablex d’au
moins
i 15m.
15
4. Elle doit être facilement accessible pour la
maintenance et réparations

7
EVACUATION: EAUX PLUVIALES

DESCENTE DES EAUX PLUVIALES

• LES DIAMETRES DES DESCENTES D’EAUX PLUVIALES SONT 
FIXES EN FONCTION DE SURFACES DE RECOLTE POUR UN
FIXES EN FONCTION DE SURFACES DE RECOLTE POUR UN 
DEBIT DE 3 l/mn PAR METRE CARRE DE COUVERTURE EN PLAN.

• L’INTENSITE DE PRECIPITATION DIMINUE AVEC LA DUREE DE 
L’AVERSE
• LE TEMPS DE CONCENTRATION T: LE TEMPS QUE MET L’EAU 
POUR PARVENIR DU POINT LE PLUS ELOIGNE AU POINT 
ETUDIE.

1
RUISSELLEMENT
• LE TEMPS DE MOUILLAGE ET DE MISE EN REGIME EST tm, ON 
PREND tm=5mn.

1 • AB DOIT ASSURER LE DEBIT DE LA 
SURFACE 1 POUR UNE DUREE  5 mn.
A
• BC DOIT ASSURER UN DEBIT DE 
SURFACE 2 ET PLUS CELUI DE A DANS 
L
UNE DUREE tm+L/U

2 B
L:  LONGUEUR DE CANALISATION A‐B
U:  VITESSE DE L’EAU DANS LE CANAL AB.
C

RUISSELLEMENT
• APPORT DE RUISSELLEMENT EST DONNE PAR:

Q = C.i. A
• Q: APPORT DE RUISSELLEMENT D’UNE AIRE DONNEE EN l/mn 
OU l/s
• C: COEFFICIENT DEPENDANT DE LA NATURE DU TERRAIN 
C: COEFFICIENT DEPENDANT DE LA NATURE DU TERRAIN
(COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT)
• i: INTENSITE MOYEN
• A: SURFACE D’APPORT EN m2.

2
RUISSELLEMENT
COEFFICIENT DE RUISSELLEMENT
NATURE DE SURFACE COEFFICIENT DE
RUISSELLEMENT: C
HABITATIONS TRES DENSES
TOITURES, CHAUSSEES, TROTTOIRS 0,9
HABITATIONS TRES DENSES 0,6-0,7
PAVAGE A LARGES JOINTS
HABITATIONS MOYENNEMENT
DENSES, MACADAM NON 0,4-0,5
GOUDRONNE
QUARTIERS RESIDENTIELS ALLEES 0,2-0,3
EN GRAVIER
JARDINS, PRAIRIES, PELOUSE 0,1-0,2
SURFACES BOISEES, CULTURES 0,05

RUISSELLEMENT
• LORSQUE UNE AIRE DE RECOLTE EST COMPOSEE DE 
PLUSIEURS AIRES ELEMENTAIRES a1, a2,…an AYANT DES 
COEFFICIENTS C DIFFERENTS C1, C
COEFFICIENTS C DIFFERENTS C C2,…C
Cn. ON PEUT AVOIR LE 
ON PEUT AVOIR LE
COEFFICIENT GLOBAL C PAR:

a1C1 + a2C2 + ... + anCn


Cg =
a1 + a2 + ... + an
43
• INTENSITE DE PRECIPITATIONS i=
T + 10
• i: INTENSITE EN mm/mn OU EN l/mn.m2.
• T: TEMPS DE L’AVERSE EN MINUTE

3
EXEMPLE DE CALCUL
• SOIT UNE TERRACE DE DIFFERENTES SURFACES COMME 
PRESENTES DANS LE FIGURE

1 2 3 4 5 ZONES C
50 m 1,6 0,4
A B C D E
2,3,4,7,8,9 0,3
F G H I J
50 m 5 GRAVIER
6 7 8 9 10 25%+JARDIN
75%
K 10 GRAVIER 70%
+ JARDIN 30%
60 m 60 m 60 m 60 m 60 m

TRONCON PENTE TRONCON PENTE TRONCON PENTE


AB, BC, FG, GH 2 CD, HI 0,5 DI 0,3
DE, 1 IJ, IK 1,5

EXEMPLE DE CALCUL
REPERE A T i C Ci CiA PENTE Φ U
tm+L/U
TRONCON AIRES OU  m2 s l/m2.s l/m2.s l/s cm/m mm m/s
TRONCON
A‐B 1 3000 300 0,047 0,4 0,019 57 2 225 1,7
B‐C 1 57
2 3000 300+60/1,7 0,045 0,3 0,014 42
= 335
99 2 270 1,9
C‐D B‐C 99
3 3000 335+60/1,9  0,045 0,3 0,014 42
= 366
141 0,5 400 1,3
E‐D 5 3000 300 0,047 0,15 0,007 21 1 175 1,0
D‐I C‐D 141
E‐D 3000 352 0,045 0,15 0,0068 20,1
4 3000 412 0,042 0,3 0,0126 37,8
199,2 0,3 500 1,2
EN D, IL FAUT 366 + 60 / 1,3 = 412 s DEPUIS ZONE 1. POUR ZONE 5, IL FAUT 412 − 60 / 1 = 352

4
EXEMPLE DE CALCUL
REPERE A T i C Ci CiA PENTE Φ U
tm+L/U
TRONCON AIRES OU  m2 s l/m2.s l/m2.s l/s cm/m mm m/s
TRONCON
F‐G A‐B 3000 300 0,047 0,4 0,019 57 2 225 1,7
G‐H B‐C 99 2 270 1,9
H‐I C‐D 141 0,5 400 1,3
J‐I 10 3000 300 0,047 0,24 0,0113 34 1,5 200 1,3
I‐K 6 3000 342 0,046 0,4 0,0184 55,2
7 3000 377 0,044 0,3 0,0132 39,6
8 3000 408 0,043 0,3 0,0129 38,7
J‐I 3000 408 0,043 0,24 0,0103 30,9
9 3000 454 0,041 0,3 0,0123 36,9
DI 3000 199,2
400,5 1,5 500 2,5
EN I , IL FAUT 412 + 50 / 1,2 = 454 s DEPUIS ZONE 1. POUR ZONE 10, IL FAUT 454 − 60 / 1,3 = 408
POUR ZONE 8, IL FAUT 454 − 60 / 1,3 = 408. POUR 7,408 − 60 / 1,9 = 377
POUR ZONE 6, IL FAUT 377 − 60 / 1,7 = 342.

COLLECTEURS OU TRONCONS DE COLLECTEURS

• RECEVANT DES EAUX PLUVIALES SEULEMENT OU
• EAUX PLUVIALES ET EAUX USEES
EAUX PLUVIALES ET EAUX USEES
• DEBIT
– CALCULER LES DEBITS PROBABLES D’EAUX USEES
– CALCULER LES DEBITS D’EAUX PLUVIALES
– FAIRE LA SOMME DE DEBITS PROBABLES D’EAUX USEES ET 
DES DEBITS D’EAUX PLUVIALES DANS LES TRONCONS 
CORRESPONDANTS.
CORRESPONDANTS

5
REMARQUES
• DANS CERTAINS CAS, LES RESULTATS DE CALCUL PEUVENT 
CONDUIRE A DES DIAMETRES DE TRONCONS DE 
COLLECTEURS INFERIEURS AU DIAMETRE DE LA CHUTE QU’ILS 
RECOIVENT, LES DIAMETRES DE COLLECTEUR DEVRONT ETRE 
RAMENES AUX DIMENSIONS DE LA CHUTE OU DE LA 
DESCENTE.

EXERCICE
• CALCULER LA TAILLE DE CANALISATION POUR EVACUER LA PLUIE, LA 
DESCENTE DES EAUX PLUVIALES EST EN D. LA TOITURE EST EN TUILES ET LA 
PENTE DE GOUTIERE EST DE 2 cm/m

D H
C

4 m

B
F G
2 m
4 m
8 m

A
E

8 m

6
EAUX CHAUDES SANITAIRES

TEMPERATURE
• LES MOYENS DE PRODUCTION D’EAU CHAUDE DOIVENT 
ASSURER LES TEMPERATURES APPROPRIEES
ASSURER LES TEMPERATURES APPROPRIEES
– TOILETTES: 40oC
– CUISINE: 60oC
– LESSIVES: SELON LE TYPE DE MACHINE
– POUR TOUS LES APPAREILS, LA TEMPERATURE MOYENNE 
EST DE 50oC

1
QUANTITE
• IL FAUT FOURNIR DES DEBITS NECESSAIRES AUX APPAREILS.
• SS’IL
IL FAUT STOCKER DE L
FAUT STOCKER DE L’EAU
EAU CHAUDE, LES RESERVOIRS 
CHAUDE LES RESERVOIRS
DOIVENT ETRE BIEN DIMENSIONNES

• LES DEBITS DE BASE SONT LES MEMES QUE POUR L’EAU 
FROIDE. FICHE No 03‐001

MOYENS DE DISTRIBUTION
• COMME POUR L’EAU FROIDE, LE CALCUL DE RESEAUX D’EAU 
CHADE EST ANALOQUE. LES ABAQUES SONT DIFFERENTES 
PARCE QUE LA VISCOSITE DE L’EAU EST DIFFERENTE.

• AU COUR DE NON PUISAGE, L’EAU PEUT SE REFROIDIT, ELLE 
DOIT ETRE EVACUE A L’EGOUT
– GASPILLAGE D’ENERGIE
– ATTENTE DE CLIENTS

• RESEAU DE BOUCLAGE
– NON INDISPENSABLE POUR DE PETITS INSTALLATIONS

2
PRINCIPES DE PRODUCTION
• PRODUCTION INDIVIDUELLE: FOURNIR UN APPAREIL

• PRODUCTION COLLECTIVE: FOURNIR UN GROUPE DES 
APPAREILS

• PRODUCTION INSTANTANEE: FOURNIR EN FONCTION DE 
DEMANDE IMMEDIAT DE L’ECS

• PRODUCTION
PRODUCTION PAR ACCUMULATION: FOURNIR EN FONCTION 
PAR ACCUMULATION: FOURNIR EN FONCTION
DE BESOINS DANS UNE PERIODE DE PUISAGE D’ECS DONT LA 
DUREE EST FIXEE

INSTALLATION COLLECTIVE

3
INSTALLATION PAR ACCUMULATION ET INSTANTANEE

4
PRODUCTION INSTANTANEE
• PAS DE STOCKAGE D’ECS

• L’EAU EST CHAUFFEE A LA DEMANDE ET FOURNIE 
DIRECTEMENT A L’APPAREIL. LA PUISSANCE UTILE EST EGALE A 
LA PUISANCE CONSOMMEE.
PUISSANCE
P = D.ρ .c.Δt
P: EN mth/h 1 kcal/h = 1 mth/h = 1,16 watt

D EN l/h Pour l’eau chaude;
ρ = 1 kg/dm3
Δt : Tmax‐Tmin EN oC
c = 1 kcal/kg
ρ .c : EN mth/dm3.oC
ρ.c = 1kcal/dm3 =1 mth/dm3.

PRODUCTION INSTANTANEE

VOIR FICHES No 03‐103a, 03‐001

DETERMINER UN CHAUFFE‐EAU POUR 
• UNE DOUCHE. LA TEMPERATURE FROIDE: 25oC ET 
CELLE MAXIMALE EST DE 60oC.
,
• UNE DOUCHE, LAVABO ET BAIGNOIRE

5
PRODUCTION PAR ACCUMULATION
• L’EAU CHAUDE STOCKEE CONSTITUE UNE RESERVE D’ENERGIE QUI PEUT 
ETRE CONSTITUEE EN DEHORS DES PERIODES DE PUISAGE

• LA PUISSANCE FOURNIE PAR LES APPAREILS DE PRODUCTION EST 
INFERIEUR A LA PUISSSANCE CONSOMMEE PENDANT LES PERIODES DE 
PUISAGE

ECS θM

θm

P V

EF θ

PRODUCTION PAR ACCUMULATION
• V : VOLUME DU RESERVOIR DE STOCKAGE
• θ : TEMPERATURE DE L’EAU FROIDE ((o)
• θM: TEMPERATURE MAXIMALE DE L’ECS
• t : TEMPS DE PUISAGE
• P : PUISSANCE UTILE MOYENNE FOURNIE PAR L’APPAREIL (th/h)

BILAN CALORIFIQUE

V .θ M − Q.t + P.t = V .θ m

ENERGIE STOCKEE  ENERGIE  ENERGIE STOCKEE 


AVANT PUISAGE APPORTEE APRES PUISAGE
ENERGIE UTILISEE

6
PRODUCTION PAR ACCUMULATION
• BILAN CALORIFIQUE
P = Q − k .V
V .θ M − Q.t + P.t = V .θ m
θM −θm
, k=
t
Q : ENERGIE CALORIFIQUE

Q = C J .(TEC − TEF )

EXEMPLE:
PRODUCTION PAR ACCUMULATION
• CALCULER LA PUISSANCE ET LE VOLUME DES BALLONS POUR ECS 
D’UN ENSEMBLE DE 200 LOGEMENTS: 4 PIECES PRINCIPALES, EVIER, 
BAIGNOIRES, LAVABO ET BIDET.
BAIGNOIRES, LAVABO ET BIDET.
• TEMPERATURE MINIMALE D’UTILISATION 50oC
• TEMPERATURE MINIMALE DE STOCKAGE θmin=60oC
• TEMPERATURE MAXIMALE DE STOCKAGE θMax = 80oC
• Planing de PUISAGE

T1 = 6‐7:30, PUISAGE T2 = 7:30‐11:30, NON‐PUISAGE

T3 = 11:30‐13, PUISAGE T4 = 13:00‐18:30, NON‐PUISAGE

T5 = 18:30‐20:30, PUISAGE

7
PRODUCTION D’EAU CHAUDE PAR ACCUMULATION

• BESOINS JOURNALIERS: FICHE No 03‐101
• EVIER : : 50 ll
50
• 220 l/JOUR ET PAR 
• BAIGNOIRE  : 140 l
APPARTEMENT D’EAU 
• LAVABO : 20 l CHAUDE A 50oC
• BIDET : 10 l

CONSOMMATION HORAIRE
Cj = 220.200/5 = 8800 l/h

Q = C J .(TEC − TEF )

= 8800.(50 − 10) = 352000 mth / h = 352 th / h

PRODUCTION D’EAU CHAUDE PAR 
ACCUMULATION
A‐ CHOISIR V ET CALCULER P POUR SATISFAIRE AUX CONDITIONS:
– LES BALLONS DOIVENT TENIR DANS LE LOCAL
– PUISSANCE ADOPTEE EST COMPATIBLE
– LA SOLUTION EST RENTABLE

LE VOLUME V = CONSAMMATION EN T1

= 8800.1,5/1000 = 13,2 m3
TEMPS DE PUISAGE t = 2 h

θM − θm 80 − 60
k= = =10
t 2
P = Q − k .V = 352 −10 .13,2 = 220 th / h

8
PRODUCTION D’EAU CHAUDE PAR 
ACCUMULATION
B‐ CHOISIR P ET CALCULER V POUR SATISFAIRE AUX CONDITIONS:
– LES BALLONS DOIVENT TENIR DANS LE LOCAL
– PUISSANCE ADOPTEE EST COMPATIBLE
– LA SOLUTION EST RENTABLE

ENERGIE UTILISEE PENDANT T1

= 352.1,5 = 528 th
PUISSANCE POUR FAIRE REMONTER LA TEMPERATURE APRES LA PERIODE CREUSE LA
PUISSANCE POUR FAIRE REMONTER LA TEMPERATURE APRES LA PERIODE CREUSE LA 
PLUS COURTE t = 4 h
528
P= = 132 th / h
4
θ − θ m 80 − 60 Q − P 352 − 132
k= M = = 10 V= = = 22 m 3
t 2 K 10

VERIFICATION POUR TOUS LES PERIODES DE POINTE

• LES P ET V CHOISIS DOIVENT ETRE SATISFAITS POUR TOUS LES 
HEURES DE PUISAGE
V .θmax − Q.((t1 + t3 + t5 ) + P.∑ti ≥ V .θmin
i
A‐ P=220 th/h; V= 13.2 m3.
B‐ P=132 th/h; V= 22 m3.
T1 = 1.5h; T2= 4h; T3= 1.5h; T4= 5.5h; T5= 2h
• Pour
Pour ll’ensemble
ensemble de journée, la relation suivante
de journée, la relation suivante doit
être satisfaite
V .θ max − Q.(t1 + t3 + t5 ) + P.∑ ti ≥ V .θ max
i

9
EXEMPLE:
PRODUCTION PAR ACCUMULATION
• CALCULER LA PUISSANCE ET LE VOLUME DES BALLONS POUR ECS 
D’UN VILLA DE 4 PIECES PRINCIPALES, EVIER, DOUCHE, LAVABO ET 
BIDET.
• TEMPERATURE MINIMALE D’UTILISATION 50oC
• TEMPERATURE MINIMALE DE STOCKAGE θmin=30oC
• TEMPERATURE MAXIMALE DE STOCKAGE θMax = 60oC
• Planing de PUISAGE

T1 = 6‐7:30, PUISAGE T2 = 7:30‐11:30, NON‐PUISAGE

T3 = 11:30‐13, PUISAGE T4 = 13:00‐18:30, NON‐PUISAGE

T5 = 18:30‐20:30, PUISAGE

10