Vous êtes sur la page 1sur 6

Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

Introduction

Adoptant le tourisme comme un secteur prioritaire de ses choix économiques dès la fin des années
soixante, le Maroc était considéré à l'époque comme une destination méditerranéenne pionnière,
devançant tous les autres pays de la rive sud de la Méditerranée y compris la Tunisie.

Selon l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme correspond aux « activités déployées par
les personnes au cours de leurs voyages et de leurs séjours dans les lieux situés en dehors de leur
environnement habituel pour une période consécutive qui ne dépasse pas une année, à des fins de
loisirs, pour affaires et autres motifs ».

Appartenant à l'industrie des services, qui représente 55 % du PIB de l'économie marocaine, le


secteur touristique représente l'une de ses premières ressources ( 6 ,7% du PIB). Celui-ci a en
effet connu une croissance constante depuis les évènements du 11 septembre 2001 qui ont
provoqué une chute des entrées touristiques. En ce qui concerne ces dernières années, le nombre
d'arrivées de touristes étrangers, mais également de Marocains Résidents à l'Etranger, a largement
augmenté.

Après 30 ans d’improvisation, le Maroc s’est doté d’une véritable stratégie nationale dite Vision
2010 dont la mise en œuvre s’est faite sur quatre segments : le balnéaire à travers le Plan Azur,
l’aérien avec l’Open sky, le financement et la formation.

Octobre 2009
Page 2
ENCG-K-
Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

1- Analyse de PESTE du secteur touristique au Maroc

La méthode de PESTE repose sur l’étude des différentes caractéristiques de chaque


environnement afin de déterminer leurs forces et faiblesses.

 Environnement politico légal :

Le Maroc est officiellement engagé dans une nouvelle stratégie touristique,


dénommée « vision 2010 » de ce fait il a paraphé un accord d'Open sky avec l'Union
européenne le 14 décembre 2005. Celui-ci prévoit un ciel libre, sans limitation de
nationalité ni de capacité pour les compagnies marocaines et européennes.

Le Maroc vise aussi le développement du tourisme balnéaire à travers le Plan Azur qui se
représente par la construction de 6 sites balnéaires à savoir Taghazout (près d'Agadir),
Plage Blanche (près de Guelmim), Mogador (près d'Essaouira), Mazagan (près d'El
Jadida), Lexus (près de Larache) et Saïdia (près d'Oujda).

Ces nouvelles stations permettront de doter le Maroc d'une génération de Ressorts


touristiques offrant un produit balnéaire « intelligent », avec un positionnement marketing
spécifique et un aménagement de qualité répondant aux normes et standards
internationaux.

Cependant Le problème du système fiscal touristique est qu'il ne répond pas à ses
objectifs à savoir d’une part la création d'un environnement favorable à l'activité
touristique d'autre part à un souci de simplification et d'harmonisation.

 Environnement économique :

L’économie marocaine a été caractérisée par une stabilité macroéconomique, couplée d'une
inflation basse et d'une croissance économique relativement ralentie. Le gouvernement
continue à adopter des réformes et à poursuivre la libéralisation économique.
Octobre 2009
Page 3
ENCG-K-
Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

Le taux de croissance du PIB a du mal à se stabiliser (8,0% en 2006, 2,5% en 2007, 6.1%
en 2008 et 6.8% prévu en 2009). Le secteur tertiaire contribue à 55% du PIB ; il dépend
exclusivement du tourisme qui reste très dynamique, malgré le ralentissement induit par
l'attentat du 11 septembre 2001 et ceux de Casablanca en mai 2003, et contribue à la
constitution des réserves de change qui ont représenté pour l’année 2007 l’équivalent de
près de neuf mois d’importations de biens et services et aussi a absorbé le chômage dont le
taux s’est fixé à 9%.

 Environnement culturel et social :

L’arabe, la langue officielle du pays, est parlé par 75% de la population, mais le berbère,
ou tamazigh, est également parlé par la moitié des Marocains (c’est la langue maternelle
d’au moins 25% de la population). De nombreux Marocains parlent aussi le français et
l’espagnol.

L’islam est la religion d’État. La totalité de la population musulmane est sunnite, les
chrétiens représentent 1% de la population et les juifs moins de 0,1%.

Cette diversité de langues permettra de faciliter aux marocains la communication avec les
touristes étrangers.

 Environnement technologique :

Au Maroc le E-commerce est un secteur en plein émergence qui enregistre depuis


novembre 2007 le début du paiement en ligne même s’il est toujours réglementé par le
Code de commerce habituel, il est considéré comme la vente par correspondance ou les
téléachats.

Le secteur de télécommunication suit aussi le même rythme avec 22 millions


d’abonnés au téléphone mobile et la progression des nombres d’abonnés à Internet de
31,6%, Vu que Plus de 41 millions d’Européens ont recours à Internet pour organiser leurs
vacances, Internet sera non seulement un outil d’information et de promotion du tourisme
Marocain, mais aussi un extraordinaire réseau de distribution.

Octobre 2009
Page 4
ENCG-K-
Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

 L’environnement écologique :

Le climat marocain est à la fois méditerranéen et atlantique, avec une saison sèche
et chaude doublée d'une saison froide et humide.

Dans l'intérieur, le climat varie en fonction de l'altitude. Les étés sont chauds et secs ; Les
hivers sont froids et pluvieux avec gel et neige fréquents.

Le Maroc est aussi caractérisé par l'incroyable diversité de ses paysages. L'explication à
cela est la présence de la chaîne de l'Atlas.

Ainsi ce climat diversifié qui rassemble entre froid, chaud, pluie et neige et les
merveilleux tableaux naturels offrent au Maroc un avantage concurrentiel par rapport aux
autres pays de la méditerranée.

Conclusion

Le tourisme marocain dépend fortement des visiteurs européens, et les difficultés financières que

connaît actuellement l'Europe commencent à se faire sentir au Maroc.

Des destinations touristiques comme Marrakech, Tanger, Fez et Casablanca enregistrent déjà une

baisse des réservations par rapport à l'année dernière. Ainsi, la crise financière internationale

risque de contrarier les projets d’augmentation des recettes, et le projet gouvernemental « Vision

2010", devant attirer dix millions de touristes d'ici 2010 et prévoyant la construction de nouvelles

stations et de nouvelles attractions, risque de ne pas atteindre les objectifs escomptés. Néanmoins,

le gouvernement reste optimiste et croit en sa capacité de dépasser les retombées de ladite crise à

travers la poursuite des efforts d'anticipation et d'innovation.

Octobre 2009
Page 5
ENCG-K-
Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

Octobre 2009
Page 6
ENCG-K-
Marketing des services Le secteur du tourisme au Maroc

Octobre 2009
Page 7
ENCG-K-