Vous êtes sur la page 1sur 31

REPUBLIQUE DE COTE D’IVOIRE

Union-Discipline-Travail
MINISTERE DE LA PROMOTION
--------------------
DE LA JEUNESSE ET DE
L’EMPLOI DES JEUNES
--------------------

BUREAU DE COORDINATION DES PROGRAMMES EMPLOI

PROJET EMPLOI JEUNES & DE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES


(PEJEDEC) - FINANCEMENT ADDITIONNEL

Annexe 1 :
SOUS MANUEL THIMO

Juillet 2018
TABLE DES MATIERES
LISTE DES TABLEAUX ..................................................................................................................... 3
SIGLES ET ABREVIATIONS ............................................................................................................ 4
LEXIQUE .............................................................................................................................................. 5
INTRODUCTION ................................................................................................................................. 7
1. PRESENTATION DE LA COMPOSANTE 1 ............................................................................ 8
1.1 RAPPEL DES OBJECTIFS .................................................................................................... 8
1.2 CIBLES ................................................................................................................................... 8
1.3 ZONES D’INTERVENTION DES THIMO ........................................................................... 9
1.3.1. Sélection des régions/districts bénéficiaires. ................................................................... 9
1.3.2. Sélection des communes bénéficiaires pour les THIMO urbains .................................... 9
1.3.3. Sélection des zones rurales pour les THIMO ruraux ..................................................... 10
1.4 LES ACTEURS ET LEURS RESPONSABILITES. ............................................................ 10
2. MECANISME DE MISE EN OEUVRE DES THIMO EN MILIEU URBAIN .................... 13
2.1 LES TRAVAUX ELIGIBLES .............................................................................................. 13
2.2 PRINCIPALES ETAPES DES THIMO EN MILIEU URBAIN .......................................... 13
3. MISE EN ŒUVRE DES THIMO EN MILIEU RURAL ........................................................ 22
3.1 LES TRAVAUX ELIGIBLES. ............................................................................................. 22
3.2 PRINCIPALES ETAPES DE MISE EN ŒUVRE DES THIMO RURAUX ....................... 22
4. RESULTATS ATTENDUS DE L’EXCUTION DES ACTIVITES THIMO......................... 29
ANNEXES : PRINCIPAUX OUTILS ............................................................................................... 30
OUTILS DE CONTRACTUALISATION ........................................................................................ 30
OUTILS OPERATIONNELS ........................................................................................................... 30
OUTILS DE SUIVI-EVALUATION................................................................................................ 30

Page 2 sur 31
LISTE DES TABLEAUX
Tableau 1 : Présentation synthétique de la Composante THIMO ........................................................... 8
Tableau 2 : Ciblage des bénéficiaires et des zones prioritaires ............................................................. 10
Tableau 3 : acteurs des THIMO et leurs responsabilités ....................................................................... 10
Tableau 4 : Actions préliminaires à la mise en œuvre des THIMO urbains ......................................... 14
Tableau 5 : Synthèse des étapes de mise en œuvre des THIMO urbains .............................................. 15
Tableau 6: Etapes préliminaires à la mise en œuvre des THIMO ruraux.............................................. 23
Tableau 7 : Synthèse des étapes de mise en œuvre des THIMO en milieu rural .................................. 23

Page 3 sur 31
SIGLES ET ABREVIATIONS
AE Agence d’Exécution

AEJ Agence Emploi Jeunes

AFD Agence Française de Développement

AGEPE Agence d’Etudes et de Promotion d’Emploi

ANADER Agence Nationale d’Appui au Développement Rurale

ANO Avis de Non Objection

ARDCI Assemblée des Régions et Districts de Côte d’Ivoire

BCP-Emploi Bureau de Coordination des Programmes Emploi

BEP Brevet d’Etudes Professionnelles

BTS Brevet de Technicien Supérieur

CCICI Chambre de Commerce et d’Industrie de Côte d’Ivoire

CGECI Confédération Générale des Entreprises en Côte d’Ivoire

CPS Comité de Pilotage Stratégique

DMP Direction des Marchés Publics

FA Financement Additionnel

FCFA Franc de la Communauté Financière Africaine

FIPME Fédération Ivoirienne des Petites et Moyennes Entreprises

FIRCA Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et les Conseils Agricoles

IDA Association Internationale de Développement

MPMEF Ministère auprès du Premier Ministre chargé de l’Economie et des Finances

MPJESC Ministère de la Promotion de la Jeunesse, de l’Emploi des Jeunes et du Service Civique

MGEP Manuel Général d’Exécution du Projet

PEJEDEC Projet Emploi Jeunes et de Développement des Compétences

PME Petites et Moyennes Entreprises

PPM Plan de Passation des Marchés

PRISE Projet d’Insertion Socio- Economique des Populations vulnérables dans l’Ouest ivoirien

PTAB Plan de Travail Annuel Budgétisé

PTF Partenaire Technique et Financier

THIMO Travaux à Haute intensité de Main d’Œuvre

UCP Unité de Coordination du projet

UVICOCI Union des Villes et Communes de Côte d’Ivoire

Page 4 sur 31
LEXIQUE
Les principales notions qui seront reprises de façon récurrente dans ce manuel d’exécution
sont définies ainsi qu’il suit :

District autonome Le district autonome désigne une entité territoriale de type particulier qui se
voit appliquer à la fois les règles de la déconcentration et de la décentralisation.
Le district autonome est administré par un Gouverneur nommé par décret pris
en Conseil des Ministres. Le conseil du District autonome comprend des élus
locaux et des conseillers nommés. La côte d’Ivoire compte 2 districts
autonomes : Abidjan et Yamoussoukro.

Région Le terme région désigne à la fois une collectivité territoriale dotée de la


personnalité morale et de l’autonomie financière, dirigée par un Président de
Conseil Régional et une circonscription administrative administrée par un
préfet de région. Elle constitue l’échelon de conception et de planification
locale de l’action économique et sociale de l’Etat. La Côte d’Ivoire compte 31
régions.

Commune La commune est la collectivité territoriale de base. Elle regroupe des quartiers
et/ou des villages. Elle est dirigée par un maire. La Côte d’Ivoire compte 197
communes.

Département Le département est une circonscription administrative relai entre la région et la


sous-préfecture. Il est administré par un préfet de département nommé par
décret pris en conseil des ministres. La Côte d’Ivoire compte 108 départements.

Sous-préfecture La sous-préfecture est la circonscription administrative intermédiaire entre le


département et le village. La sous-préfecture est administrée par un sous-préfet
nommé par décret en conseil de ministres. Le sous-préfet est le représentant de
l’Etat dans la sous-préfecture et agit sous l’autorité du préfet. La Côte d’Ivoire
compte 509 sous-préfectures.

Village Le village est la circonscription administrative de base du territoire national. Il


est composé des quartiers constitués par la réunion des membres d’une ou de
plusieurs familles et éventuellement des campements qui lui sont rattachés. Le
village est administré par un chef de village assisté d’un conseil de village. On
dénombre plus de 8 000 villages en Côte d’Ivoire.

Micro- entreprise La Micro Entreprise est définie comme une entreprise qui emploie en
permanence moins de dix (10) personnes ou qui réalise un chiffre d’affaires
annuel hors taxes inférieur ou égal à trente millions (30 000 000) de francs
CFA (décret n° 2012-05 du 11 janvier 2012 portant définition de la petite et
moyenne entreprise). Elle est associée à l’économie formelle.

Activité Les AGR sont des activités économiques de pourvoyeuses de revenu pour des
Génératrice de personnes qui vivent dans des situations de pauvreté extrême ou de précarité
Revenus (AGR) d’emploi. Elles sont souvent associées à l’économie informelle.

Page 5 sur 31
Association L’AVEC désigne une association organisée au niveau village ou quartier qui
Villageoise réunit en moyenne 25 membres et dont les activités principales sont l’épargne
d’Epargne et Crédit et le crédit. L’AVEC est aussi désignée par son acronyme anglais VSLA
(AVEC) (Village Savings and Loan Association).

Travaux à Haute Les THIMO sont des « programmes de travaux publics (qui) fournissent des
intensité de Main emplois de courte durée à salaires bas pour des travailleurs qualifiés et non-
d’œuvre (THIMO) qualifiés dans les projets à haute intensité de main-d’œuvre tels que la
construction de route et la réhabilitation des infrastructures d'irrigation, le
reboisement et la conservation de sol, et octroient des revenus minimums aux
pauvres en permettant aux chômeurs d’intégrer le marché de travail ».

“Systemic Shocks and Social Protection : Role and Effectiveness of Public


Works Programs”, Kalanidhi Subbarao, Social Protection Unit, Banque
Mondiale, Janvier 2003.

Incubateur Les incubateurs sont des structures d’appui à la création d’entreprises. Ils
d’entreprises réunissent des ressources spécialisées dédiées à l’accompagnement et
l’assistance des entreprises avant leur création et dans les premières années de
leur vie. Ils comprennent, en général, un hébergement, des services
administratifs, des actions de conseil, d’appui technique et de mise en relation
avec les réseaux d’affaires notamment financiers.

Opérateur privé Désigne des personnes (individus ou groupes d’individus) propriétaires d’une
microentreprise et déjà engagées dans des activités économiques et qui peuvent
fournir des conseils pour d’autres nouveaux micro entrepreneurs financés par
le Projet.

Chaîne de valeur Décrit un ensemble d’activités à valeur ajoutée amenant le produit à travers les
différentes phases de production, y compris l’approvisionnement en matières
premières et autres intrants, l’assemblage, la transformation physique,
l’acquisition des services nécessaires tels que le transport, le conditionnement
afin de répondre à la demande du client.

Revolving Fund Fonds disponible sur le long terme pour le financement d’activités, le revolving
fund a la particularité d’être reconstitué au fur à mesure de son utilisation. Dans
le cadre du Projet les collectivités territoriales bénéficiaires s’engageront à
approvisionner les fonds de garantie destinés au financement des projets par le
versement de subventions annuelles.

Page 6 sur 31
INTRODUCTION

Ce sous manuel complète le Manuel Général d’Exécution du Projet et présente de


manière détaillée les responsabilités, les mécanismes et procédures de mise en
œuvre des THIMO dans le cadre du PEJEDEC additionnel.
Il s’adresse à l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus de mise en œuvre
des THIMO en milieu urbain et en milieu rural. Sa diffusion est faite auprès de
tous les intervenants dans l'exécution du Projet.
En tant que partie intégrante du manuel général d’exécution, toute révision de ce
sous manuel nécessite l’approbation du manuel général ainsi révisé par l’IDA.
Le sous manuel THIMO comprend les éléments suivants :
- Présentation de la composante
- Mécanismes de mise en œuvre des THIMO en milieu urbain
- Mécanismes de mise en œuvre des THIMO en milieu rural
- Résultats attendus

Page 7 sur 31
1. PRESENTATION DE LA COMPOSANTE 1
Tableau 1 : Présentation synthétique de la Composante THIMO

- Réduire la vulnérabilité des jeunes hommes et femmes au


chômage en leur donnant la possibilité d’avoir un emploi
OBJECTIFS : temporaire et partant, un revenu.
- Améliorer les infrastructures sociales et économiques des
communautés urbaines, périurbaines et rurales.

Jeunes non qualifiés ou peu qualifiés ou encore ne fréquentant pas


POPULATION
de centre de formation et sans source régulière et légale de revenu ;
CIBLE
issus des zones urbaines, et surtout périurbaines et rurales.

12 500 jeunes hommes et femmes (dont au moins 40% des


RESULTATS
femmes) bénéficient de travail et d'un revenu temporaire sur six
ATTENDUS :
(6) mois

MONTANT : 15 000 000 USD ou 7 500 000 000 FCFA1

ACTEURS Conseils régionaux, Conseils de districts, Mairies et AGEROUTE

ZONE
Zones urbaines, périurbaines et rurales
D’INTERVENTION :

1.1 RAPPEL DES OBJECTIFS

La composante vise à :

▪ Réduire la vulnérabilité des jeunes hommes et femmes sans emploi en leur donnant la
possibilité d’avoir un emploi temporaire et partant, un revenu ;
▪ Améliorer les infrastructures sociales et économiques des communautés urbaines,
périurbaines et rurales.

1.2 CIBLES

Cette composante cible 12 500 Jeunes de 18 à 35 ans, non ou peu qualifiés (avec un niveau
maximum de la classe de Terminale), ne fréquentant pas de centre de formation et sans source
régulière et légale de revenu ; issus des zones urbaines, périurbaines et rurales.

Au moins 40% des emplois seront réservés aux femmes. Les tâches et les conditions de travail
doivent tenir compte des contraintes spécifiques aux femmes, y compris des dispositions pour
organiser la garde de leurs enfants.

1
Au taux de 1 USD = 500 FCFA.
Page 8 sur 31
1.3 ZONES D’INTERVENTION DES THIMO

1.3.1. Sélection des régions/districts bénéficiaires.

Les activités seront mises en œuvre dans les régions/districts prioritaires sélectionnés par
l’ARDCI et l’AGEROUTE.

Le choix et le nombre de régions/districts seront validés avec le BCP Emploi et préalablement


approuvés par l’IDA avant la mise en œuvre. Dans chacune des régions/districts, le choix des
communes bénéficiaires se fera en collaboration avec l’UVICOCI. Le nombre de bénéficiaires
pour chaque région/district sera proposé par le BCP Emploi, validé par l’ARDCI et les régions
bénéficiaires et approuvé par l’IDA.

Les activités de la composante incluront :

▪ Les THIMO urbains, mis en œuvre dans les communes urbaines des régions/districts
sélectionnés et dans les huit chefs-lieux de région objet de la convention entre le BCP-
Emploi et l’AGEROUTE ;
▪ Les THIMO ruraux, mis en œuvre dans les zones rurales non communalisées retenues
par les régions/districts bénéficiaires en fonction des besoins identifiés et de critères
préétablis (au moins 50% du coût pour la main d’œuvre non-qualifiée).

1.3.2. Sélection des communes bénéficiaires pour les THIMO urbains

Deux (2) communes au plus, seront sélectionnées par l’UVICOCI, dans les communes urbaines
des régions/districts bénéficiaires sur la base des critères préétablis :
- L’engagement à mettre en régie la mise en œuvre des activités HIMO par ses services
municipaux compétents au niveau urbain
- L’engagement à faire le suivi des activités de l’opération HIMO par les services
municipaux compétents ;
- Disponibilité d’un programme pour l’assainissement, l’entretien de la voirie, la gestion des
déchets ;
- Ne pas être bénéficiaire d’une opération de THIMO en cours (projet C2D, BAD…)
- Engagement à assurer la continuité des opérations HIMO dans les limites budgétaires de la
commune ;
- Tenir compte de la répartition géopolitique dans la région

Le financement additionnel sera mis en œuvre sur l’ensemble du territoire national. Les zones
rurales, insuffisamment prises en compte dans le financement initial, seront prioritaires pour les
THIMO.

Le tableau ci-dessous résume le ciblage des bénéficiaires et des zones prioritaires.

Page 9 sur 31
Tableau 2 : Ciblage des bénéficiaires et des zones prioritaires

Zone
Modalités Niveau Age Nombre
d’intervention
Communes
THIMO urbains Déscolarisés et non scolarisés 18 – 35 ans
sélectionnées
12 500 Zones rurales
THIMO ruraux Déscolarisés et non scolarisés 18 – 35 ans des régions
sélectionnées

1.3.3. Sélection des zones rurales pour les THIMO ruraux

Les THIMO ruraux s’exécuteront dans les zones rurales non communalisées. Le ciblage des
zones rurales sera fait par le conseil régional / district sur la base des priorités de son plan de
développement. Le choix de ces zones devra favoriser la synergie et la complémentarité à
établir avec les autres activités menées dans la région/district dans le cadre du Projet notamment
les AGR et l’apprentissage.

1.4 LES ACTEURS ET LEURS RESPONSABILITES.

Tableau 3 : acteurs des THIMO et leurs responsabilités

ACTEURS PRINCIPALES RESPONSABILITES

BCP- Emploi Maitre d’ouvrage de la composante


- Sélection des agences d’exécution pour la mise en œuvre des activités par
méthode HIMO en milieu rural ;
- Coordination et planification de la mise en œuvre ;
- Mobilisation des fonds auprès des bailleurs ;
- Passation des marchés pour le compte des collectivités territoriales ;
- Renforcement de capacités des cellules projet ;
- Gestion comptable et financière et transfert de fonds aux collectivités territoriales
et aux agences d’exécution ;
- Suivi technique et financier de la mise en œuvre ;
- Évaluation des performances des structures opérationnelles ;
- Renforcement des capacités institutionnelles ;
- Recrutement des bureaux de contrôle chargés du suivi et du contrôle des travaux ;
- Exécution des enquêtes auprès des populations cibles ;
- Préparation des rapports trimestriels / semestriels / annuels consolidés
d’avancement du Projet ;
- Communication sur les actions et les résultats ;
- Exécution des audits techniques et financiers annuels.

Conseils Maître d’ouvrage délégué des THIMO ruraux


Régionaux et
- Définition des domaines d’activités des THIMO ruraux ;
Districts
- Choix des zones d’intervention ;
- Gestion financière des fonds transférés ;
- Sélection des itinéraires à réhabiliter, des parcelles à reboiser et de l’implantation
des autres infrastructures à réaliser.

Page 10 sur 31
ACTEURS PRINCIPALES RESPONSABILITES

Mairies Maitre d’ouvrage délégué des THIMO urbains


- Élaboration / actualisation du plan communal de gestion des travaux de voirie,
d’assainissement et de salubrité ;
- Définition des domaines d’activités des THIMO urbains ;
- Mise en œuvre des THIMO urbains ;
- Validation et supervision des programmes de travail des brigadiers ;
- Recrutement des jeunes bénéficiaires, établissement des contrats et paiement
régulier de leurs indemnités ;
- Établissement des rapports journaliers, mensuels, trimestriels et annuels
d’exécution des travaux par les brigades ;
- Gestion des équipements et matériaux mis à disposition ;
- Conservation et archivage des pièces justificatives des dépenses effectuées ;
- Mise en place de dispositifs d’orientation des jeunes ;
- Pérennisation des activités menées dans le cadre du Projet.

AGEROUTE Maitre d’ouvrage délégué des THIMO urbains


- Sélection des différents sites d’intervention et du type d’activités à y mener en
lien avec les services techniques des mairies des communes ;
- Recrutement des jeunes bénéficiaires, établissement des contrats pour les
bénéficiaires et paiement régulier de leurs indemnités ;
- Établissement des rapports journaliers, mensuels, trimestriels et annuels
d’exécution des travaux par les brigades ;
- Formation et accompagnement des jeunes bénéficiaires en AGR ;
- Formation des jeunes bénéficiaires aux métiers ;
- Passation des marchés ;
- Gestion des équipements et matériaux mis à disposition ;
- Assistance technique aux Mairies partenaires de la mise en œuvre du volet
THIMO du PEJEDEC en vue de l’exécution efficiente des activités qui leur ont
été confiées par le BCP-Emploi ;
- Transfert aux Mairies des compétences en matière de mise en œuvre des THIMO
en vue de permettre une pérennisation des activités au niveau communal ;
- Conservation et archivage pour tout contrôle ultérieur, des pièces justificatives
des dépenses effectuées à partir des ressources du projet ;
- Gestion globale des activités du projet dans le respect des procédures.

ARDCI Appui - Conseil


- Sélection des régions et/ou districts bénéficiaires ;
- Suivi de l’exécution des conventions entre les régions / districts bénéficiaires et
le BCP-Emploi ;
- Appui à la mise en place d’accords entre collectivités dans les régions/districts
bénéficiaires du Projet ;
- Appui à la mise en place de mécanismes de pérennisation des dispositifs mis en
place dans le cadre du Projet ;
- Appui à la mise en place d’un mécanisme de capitalisation des acquis du Projet
dans l’ensemble des régions/districts du pays.

Page 11 sur 31
ACTEURS PRINCIPALES RESPONSABILITES

UVICOCI Appui - Conseil


- Sélection des communes bénéficiaires ;
- Suivi de l’exécution des conventions entre les communes bénéficiaires et le BCP-
Emploi ;
- Appui à la mise en place de mécanismes de pérennisation des dispositifs mis en
place dans le cadre du Projet ;
- Appui à la mise en place d’un mécanisme de capitalisation des acquis du Projet
dans l’ensemble des communes du pays.

Prestataires THIMO ruraux


(Cabinets privés,
- Recrutement des jeunes bénéficiaires, établissement des contrats pour les
ONG,
bénéficiaires et paiement régulier de leurs indemnités ;
associations, etc.)
- Établissement des rapports journaliers, mensuels, trimestriels et annuels
d’exécution des travaux par les brigades ;
- Formation et accompagnement des jeunes bénéficiaires en AGR ;
- Formation des jeunes bénéficiaires aux métiers (éventuellement) ;
- Passation des marchés (selon l’évaluation des capacités par la Cellule Passation
de Marchés du BCP-Emploi) ;
- Gestion des équipements et matériaux mis à disposition ;
- Conservation et archivage pour tout contrôle ultérieur, des pièces justificatives
des dépenses effectuées à partir des ressources du Projet ;
- Gestion globale des activités du projet dans le respect des procédures.
THIMO urbains
- Formation et accompagnement des jeunes bénéficiaires en AGR ;
- Formation des jeunes bénéficiaires aux métiers (éventuellement) ;
- Établissement des rapports de formation et de suivi.

Les modalités de mise en œuvre des THIMO en milieu urbain feront l’objet d’une convention
entre le BCP-Emploi et la commune bénéficiaire. Des contrats de prestation seront établis entre
la commune et des prestataires pour la formation et l’accompagnement des jeunes bénéficiaires
aux AGR et aux métiers.

Les modalités de mise en œuvre des THIMO urbains par l’AGEROUTE feront l’objet d’une
convention globale entre le BCP-Emploi et ce partenaire.

Les modalités de mise en œuvre des THIMO ruraux feront l’objet de contrats de prestation entre
le BCP-Emploi et les prestataires.

Tous ces contrats seront préalablement approuvés par le BCP Emploi sous réserve de l’ANO
de l’IDA. Ils devront être signés avant le démarrage des activités.

Page 12 sur 31
2. MECANISME DE MISE EN OEUVRE DES THIMO EN MILIEU URBAIN
Les jeunes sélectionnés pour les THIMO urbains seront mis en service par vague. Chaque vague
travaillant pour une période de six (6) mois. Le nombre de vagues sera déterminé par chaque
commune en fonction de la typologie des travaux et du nombre de bénéficiaires.

2.1 LES TRAVAUX ELIGIBLES

Les travaux à exécuter en HIMO seront sélectionnés par les communes bénéficiaires ou par
l’AGEROUTE et viseront principalement les activités suivantes :

▪ L’entretien des voiries urbaines : désensablement de chaussées et accotements bitumés


ou non ; balayage de chaussées et d’accotements bitumés ou non ; colmatage de nids de
poule sur les chaussées ; curage d’ouvrages de drainage existants le long des voies
(caniveaux, avaloirs, buses, dalots, etc.), etc. ;
▪ L’entretien des espaces verts et des marchés : débroussement et l’élagage d’arbres le
long des accotements de chaussées et dans l’enceinte d’espaces publics ; entretien et
éventuellement développement de nouveaux espaces verts publics ; nettoyage des
marchés communaux, etc. ;
▪ Les travaux de construction et d’embellissement : mise à disposition de main d’œuvre
pour la construction de latrines, peinture et ravalement des façades des édifices publics,
etc.
▪ La gestion de la salubrité : élimination des dépôts sauvages, pré-collecte et collecte des
ordures etc. sous réserve de disposer d’une décharge d’ordures réglementaire appréciée
par le Consultant en environnement du BCP-Emploi.

Sont considérées comme activités HIMO, les activités d’utilité publique dont le coût de la main
d’œuvre non-qualifiée représente au moins 50% du coût total de l’activité.

2.2 PRINCIPALES ETAPES DES THIMO EN MILIEU URBAIN

Le maître d’œuvre des THIMO urbains sera, soit l’AGEROUTE, soit la commune sélectionnée
par l’UVICOCI sur la base de critères établis précédemment évoqués. Les modalités de mise
en œuvre des THIMO urbains sont définies dans les conventions tripartites BCP-Emploi-
Conseil Municipal bénéficiaire-UVICOCI et/ou dans la convention entre le BCP-Emploi et
l’AGEROUTE.

La mise en œuvre des THIMO urbains se fera en Cinq (5) principales étapes :

1. La sélection des brigadiers ;


2. L’exécution des travaux par les brigades ;
3. La mise en œuvre des mesures d’accompagnement des jeunes vers l’emploi permanent ;
4. La remise des attestations aux jeunes ;
5. Le suivi post-THIMO des bénéficiaires.
Des actions préliminaires à la mise en œuvre du programme THIMO seront nécessaires :

1. La mise en place de la Cellule Projet (pour les THIMO mis en œuvre par les mairies) ;
2. L’élaboration du plan de gestion des travaux de voirie, d’assainissement et de salubrité
de la commune ;
3. La sélection des prestataires.

Page 13 sur 31
Tableau 4 : Actions préliminaires à la mise en œuvre des THIMO urbains

Durée / Délai
N° Actions/Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel

Action 1 : la mise en place de la cellule projet (pour les THIMO mis en œuvre par les mairies)

Désignation de la liste du personnel de la


1 Mairie Liste du personnel 2 semaines
cellule projet et transmission au BCP-Emploi

Mise à disposition des locaux pour la cellule PV de réception des


2 Mairie 1 mois
projet locaux

Equipement de Cellule projet (mobilier, PV de réception des


3 BCP-Emploi 2 mois
matériel de bureau, matériel informatique) équipements

Recrutement de l’Assistant THIMO et PV de recrutement et


4 BCP-Emploi 3 mois
affectation dans la mairie bénéficiaire lettre d’affectation

Action 2 : Identification des travaux de voirie, d’assainissement et de salubrité

Identification des travaux de voirie,


1 Mairie/AGEROUTE Liste des travaux 1 mois
d’assainissement et de salubrité.

Action 3 : Sélection des prestataires

Sélection du prestataire pour les formations


1 Mairie/AGEROUTE Contrat de prestation 3 mois
complémentaires

Définition et acquisition du matériel et


PV de réception /
2 équipements individuels et collectifs des BCP-Emploi 3 mois
livraison
bénéficiaires

Sélection d’un prestataire pour une assurance


3 BCP-Emploi Contrat d’assurance 2 mois
individuelle accident pour chaque bénéficiaire

Acquisition d’une boîte à pharmacie de PV de


4 BCP-Emploi 2 mois
médicaments de première nécessité réception/livraison

Sélection d’un prestataire pour les visites


5 Mairie/AGEROUTE Contrat de prestation 1 mois
médicales

Sélection d’un prestataire pour les


6 Mairie/AGEROUTE Contrat de prestation 1 mois
vaccinations

Le tableau ci-dessous présente la synthèse des principales étapes, des activités clés, des acteurs
de mise en œuvre et des délais prévisionnels.

Page 14 sur 31
Tableau 5 : Synthèse des étapes de mise en œuvre des THIMO urbains

Durée / Délai
N° Etape /Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel

Etape 1 : Sélection des bénéficiaires

Information, sensibilisation et Mairie /


1 Fiche d’inscription 1 mois
inscription des candidats potentiels AGEROUTE
Protocole de tirage au
Mairie /
2 Sélection des bénéficiaires sort et PV de 1 sem.
AGEROUTE
sélection
Validation de la liste provisoire des 1 sem. Après
3 BCP Emploi Base de données
bénéficiaires la sélection
1 sem. Après
Réalisation de la visite médicale des Prestataire en charge la validation
4 Rapport
bénéficiaires de la visite médicale de la liste des
bénéficiaires
1 sem. Après
Réalisation des vaccinations aux Prestataire en charge
5 Rapport la visite
bénéficiaires retenus de la vaccination
médicale
Mairie / 1 sem. Après
6 Signature des contrats des bénéficiaires Modèle de contrat
AGEROUTE la validation

Au démarrage
7 Sélection des chefs de brigades Mairie Rapport
des travaux

Etape 2 : Exécution des travaux par les brigades

Mise en vigueur d’une assurance Au plus tard 1


1 individuelle accident pour chaque BCP-Emploi Contrat d’assurance mois après la
bénéficiaire sélection

Elaboration des programmes de travail Mairie / Plan de gestion de la Chaque


2
hebdomadaires des brigadiers AGEROUTE collectivité territoriale semaine

Mise en œuvre des THIMO par les Mairie /


3 Fiche de présence 6 mois
brigadiers AGEROUTE
Gestion environnementale des déchets Mairie /
4 Fiche de travaux 6 mois
issus des travaux des brigades AGEROUTE
Mairie / Fiche de travaux,
5 Supervision des travaux 6 mois
AGEROUTE Fiche de supervision
Mairie / 5 de chaque
6 Rémunération des brigadiers Ordre de virement
AGEROUTE mois
Etape 3 : Mesures d’accompagnement des jeunes vers l’emploi permanent

1 Formation sur des métiers Prestataires Module de formation 6 mois

Formation à l’entreprenariat et aux Prestataires /


2 Module de formation 6 mois
AGR AGEROUTE
Module de formation
3 Formation en environnement BCP-Emploi 1 sem.
/ Sensibilisation
Séances de
4 Sensibilisation à l’épargne Prestataire Chaque mois
sensibilisation
2 sem. Après
Mairie /
5 Paiement des primes de fin d’activités Ordre de virement la fin des
AGEROUTE
THIMO

Page 15 sur 31
Durée / Délai
N° Etape /Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel

Etape 4 : Remise d’attestation de participation au programme THIMO


Attestation de 1 sem. Après
Mairie /
1 Remise des attestations aux jeunes participation au la fin des
AGEROUTE
programme THIMO THIMO
Etape 5 : Suivi post-THIMO des bénéficiaires
03 mois après
Suivi administratif de chaque Mairie / Tableau de suivi /
1 la fin des
bénéficiaire AGEROUTE Base de données
THIMO
Enquête de suivi à
6 mois après
2 Suivi d’insertion post THIMO BCP-Emploi l’aide de
le THIMO
questionnaire

Le maître d’œuvre des THIMO en milieu urbain sera la commune sélectionnée par l’UVICOCI
ou l’AGEROUTE, sur la base de critères établis précédemment évoqués. Des conventions
seront signées, d’une part, entre le BCP-Emploi, la commune et l’UVICOCI et d’autre part
entre le BCP-Emploi et l’AGEROUTE. Elles seront au préalable validé par l’IDA.

Etapes préliminaires à la mise en œuvre des THIMO en milieu urbain par les services
techniques des mairies

Action 1 : l’identification du personnel de la cellule projet

Dans chaque commune bénéficiaire, le personnel de la cellule projet des THIMO en milieu
urbain devra être composé d’au moins un (i) coordonnateur de projet, (ii) un Agent de la mairie
superviseur adjoint et responsable du suivi-évaluation et (iii) Assistant technique THIMO
recruté et affecté par le BCP-Emploi (iv) un assistant administratif et financier recruté et affecté
par le BCP-Emploi basé au Conseil Régional.

L’Assistant technique THIMO est chargé d’assister la cellule projet dans la mise en œuvre
technique du programme. Il rend compte au Coordonnateur de la cellule.

Action 2 : Identification des travaux de voirie, d’assainissement et de salubrité

Chacune des communes bénéficiaires, à travers ses services techniques, établira une liste des
travaux susceptibles d’être exécutés en HIMO. Ce document définira les travaux prioritaires
de la commune et servira de base de travail pour l’élaboration des programmes de travail
hebdomadaires des brigadiers.

Action 3 : Sélection des prestataires

La sélection des prestataires se fera conformément aux procédures acceptables par l’IDA. En
dehors des équipements et de l’assurance individuelle accident qui seront acquis par le BCP-
Emploi, les autres prestations seront fournies sur la base de contrats signés entre la mairie et
chaque prestataire sélectionné.

L’acquisition des équipements de protection individuelle et du petit matériel se fera en


collaboration étroite avec les mairies (tous les stades du processus) et tiendra compte d’un
surplus de 20% pour faire face à la détérioration et à la nécessité de remplacement du matériel.
La liste des équipements et du matériel ainsi que les quantités établies par les communes seront
approuvées au préalable par le BCP-Emploi. Le BCP-Emploi contractualisera avec un

Page 16 sur 31
prestataire pour que chaque bénéficiaire puisse disposer d’une assurance individuelle accident
pendant toute la durée d’exécution des THIMO.

Etapes préliminaires à la mise en œuvre des THIMO en milieu urbain par l’AGEROUTE

Action 1 : Identification et sélection du personnel d’encadrement technique

Chaque brigade sera directement encadrée dans ses activités par un Chef d’Equipe (CE) ayant
un niveau minimum d’Agent de Maîtrise des Travaux Publics ou titulaire d’un BAC ou tout
autre diplôme équivalent.
Les activités administrative, financière et comptables liés au fonctionnement des brigades dans
une commune donnée, seront mises en œuvre par un Comptable Terrain (CT) ayant un niveau
minimum de Brevet de Technicien Supérieur (BTS) en finance et comptabilité ou tout autre
diplôme équivalent.
Dans une commune donnée, les activités des brigades aussi bien techniques, administratives
que financières seront coordonnées dans leur exécution par un Superviseur de Travaux (ST)
ayant un niveau minimum de Technicien Supérieur des Travaux Publics ou équivalent.
La sélection de ce personnel d’encadrement technique sera faite par l’AGEROUTE.
Action 2 : Elaboration du programme d’activité des brigades

La définition des programmes d’activité consistera à identifier les voiries et les sites à traiter
sur une période donnée et à évaluer les quantités de travaux à y exécuter au regard des moyens
humains et matériels disponibles au niveau de chacune des communes concernées. Cette
programmation se fera d’accord partie entre les Mairies des communes retenues et
l’AGEROUTE à travers le superviseur des travaux sur le terrain.
Les itinéraires et autres infrastructures communales appropriées à traiter concerneront les
principales artères communales identifiées de commun accord par l’AGEROUTE et les
autorités communales, les espaces verts le long de ces artères, les jardins communaux, les
marchés et tous autres sites jugés appropriés par les deux parties.
N.B. : la collecte des ordures ménagères ne fait pas partie des activités à mener par les brigades
sur le terrain.
Action 3 : Dispositions logistiques et matériels
Au niveau de la Cellule de Coordination des Projets HIMO (CCPH) de l’AGEROUTE, les
moyens logistiques et matériels déjà disponibles et acquis dans le cadre de l’exécution des
projets antérieurs (Phase initiale du PEJEDEC et le Projet d’Appui Post-Conflit (PAPC)) seront
également utilisés pour la mise en œuvre des THIMO dans les régions sélectionnées. A ce titre,
les charges liées à leur exploitation seront également couvertes par les ressources du Projet.
Par ailleurs, des moyens logistiques et matériels supplémentaires seront acquis dans le cadre de
la présente convention pour renforcer la CCPH dans la mise en œuvre de ses activités.
Au niveau du fonctionnement des brigades sur le terrain, les équipements de travaux ainsi que
le matériel logistique (camionnettes et motos) acquis par l’AGEROUTE dans le cadre de
l’exécution des projets antérieurs ci-dessus cités seront également mis à contribution et les
charges liées à l’exploitation de ces équipements seront couvertes par les ressources du présent
sous-projet.

Page 17 sur 31
L’AGEROUTE contractualisera avec un prestataire pour que chaque bénéficiaire puisse
disposer d’une assurance individuelle accident pendant toute la durée d’exécution des THIMO.

Etapes de mise en œuvre du programme THIMO en milieu urbain

Etape 1 : la sélection des bénéficiaires

Les bénéficiaires seront sélectionnés parmi les jeunes âgés de 18 à 35 ans résidant dans la
commune bénéficiaire. Ce sont des jeunes non ou peu qualifiés (avec un niveau maximum de
la classe de Terminale), ne fréquentant pas de centre de formation et sans source régulière et
légale de revenu, issus des zones urbaines et périurbaines.

La sélection sera faite par la mairie ou par l’AGEROUTE, de manière transparente pour
éviter tout soupçon de favoritisme ou d’exclusion. Ainsi, cette sélection se déroulera comme
suit :

 Informations préalables des candidats potentiels par message radio et/ou écrit affichés
dans les différents lieux publics de la commune concernée, précisant : (i) les populations
cibles ; (ii) la nature des activités ; (iii) le type de contrat offert et le montant de
l’indemnité ; (iv) le nombre de places à pourvoir ; (v) la période d’inscription ; (vi) le
mode, le lieu, la date et l’heure prévue pour la sélection. L’information sur la population
cible ne donnera pas de précision sur le niveau d’étude ou de qualification.

 Inscription des candidats dans la période indiquée, après vérification de leur éligibilité
au Projet : Profil, âge, etc. Deux (2) listes ou base de données des inscrits seront
constituées : une liste comportant les bénéficiaires de sexe masculin et une autre
comportant les bénéficiaires de sexe féminin. L’activité d’inscription sera réalisée par
la commune, et se fera dans un (des) lieux définis par chaque commune. Lors de
l’inscription, la commune devra vérifier les critères d’éligibilité en établissant un profil
précis des jeunes postulants. Cela pourrait se faire sur la base d’un entretien de
motivation et de profilage.

 Sélection par tirage au sort des candidats inscrits. Suivant les différentes catégories de
listes d’inscription, au jour et à l’heure indiquée, le tirage au sort se déroulera comme
suit : les candidats inscrits sur la liste « hommes » tireront un morceau de papier dans
une boîte contenant des numéros allant de 1 au nombre total de candidats inscrits sur
cette catégorie de liste. Ceux qui tireront les numéros allant de 1 au nombre total de
bénéficiaires « hommes » (50% des places disponibles) attendu pour cette catégorie
seront retenus. Une liste supplémentaire de 25% du nombre de candidats à retenir sera
constituée à partir des candidats ayant tiré les numéros suivants. Le processus sera le
même pour les candidates inscrites sur la liste « femmes » qui tireront un numéro dans
la boite qui leur est réservée.

Les femmes devront représenter au moins 50% des jeunes sélectionnés, à moins que le
nombre de candidates inscrites ne le permette pas. Dans ce cas, le déficit sera comblé à
partir de la liste « hommes ».

Le protocole de sélection élaboré par la commune précisera en détails ces différents


aspects qui sont parties intégrantes du processus de sélection. La sélection sera
sanctionnée par un procès-verbal de sélection, approuvé et signé par la commune et le
BCP-Emploi.

Page 18 sur 31
 Validation de la sélection. Les candidats sélectionnés seront clairement identifiés de
façon à être « traçables » à partir des informations administratives. La base de données
des bénéficiaires sélectionnés sera approuvée au préalable par le BCP-Emploi avant
affichage au sein des mairies et informations définitives des bénéficiaires. Cette étape
vise à s’assurer que les jeunes sélectionnés n’ont pas déjà bénéficié de ce type
d’intervention sur d’autres dispositifs d’insertion. Les cas de doublons seront remplacés
en utilisant la liste d’attente constituée à l’issu du tirage au sort (10% des bénéficiaires).

 Visite médicale des candidats sélectionnés. Avant la contractualisation, chaque


candidat sélectionné fera l’objet d’une visite médicale par des structures et/ou personnes
compétentes dans le cadre d’un partenariat avec la commune. Les personnes déclarées
« inaptes » seront remplacées à partir de la liste d’attente. Les personnes déclarées aptes
poursuivront le processus en vue des vaccinations nécessaires au début de leur emploi
et d’une assurance « accidents du travail ».

 Vaccination des bénéficiaires. La vaccination sera réalisée par des structures


compétentes en la matière dans le cadre d’un partenariat avec la commune. Chaque
bénéficiaire sera immunisé principalement contre les affections suivantes : Tétanos,
Méningite AC et Typhoïde. Toute autre affection fera l’objet d’une validation avec le
BCP-Emploi.

 Sélection des chefs de brigades. Les bénéficiaires étant regroupés en brigade de 20 à 25


personnes. Chaque brigade sera encadrée par un Chef de brigade et un suppléant qui
seront sélectionnés parmi les brigadiers ayant au moins le BEPC ou un niveau
équivalent. Pour les vagues suivantes, les chefs d’équipe jugés performants seront
maintenus pour assurer une meilleure gestion des nouvelles brigades.

 Signature de contrats. A la fin du processus, les jeunes sélectionnés par tirage au sort,
déclarés apte à la visite médicale et ayant reçu les vaccinations signeront un contrat de
mise en activité avec la commune ou avec l’AGEROUTE. Ce contrat précisera les droits
et les obligations de chaque partie.

Etape 2 : l’exécution des travaux par les brigades

 Elaboration du programme d’activités des brigades. La définition des programmes


d’activité consistera à identifier les voiries et les sites à traiter sur une période donnée
et à évaluer les quantités de travaux à y exécuter. Ce programme sera basé sur le plan
de gestion des travaux de voirie, d’assainissement et de salubrité mis à disposition par
les services techniques de la collectivité territoriale. Cette programmation sera proposée
par le maître d’œuvre et validée par les chefs des départements techniques de la
commune dans un délai de trois (3) jours ouvrables. Les brigadiers travailleront 6 heures
par jour et 6 jours par semaine dans le cadre des conventions avec les conseils
municipaux et 6 heures par jour et 5 jours par semaine dans le cadre de la convention
avec l’AGEROUTE.

 Mise à disposition des moyens logistiques et matériels. Les moyens logistiques tels que
les tracteurs et/ou camionnettes pour le transport du matériel, des matériaux et du
personnel ou pour l’enlèvement des produits de curage des caniveaux, seront mis à la
disposition de la commune, en priorité sous forme de location et exceptionnellement,
sur la base de justifications précises, sous forme d’acquisition par le projet. Dans les
communes où elle assurera la mise en œuvre des THIMO, l’AGEROUTE utilisera le

Page 19 sur 31
matériel logistique (camionnettes et motos) acquis par l’AGEROUTE dans le cadre de
l’exécution des projets antérieurs (Phase initiale du PEJEDEC et le Projet d’Appui Post-
Conflit (PAPC)).

 Gestion environnementale. Les produits de débroussement, de balayage de rue,


d’abattage et d’élagage d’arbres, de curage des fossés et caniveaux ainsi que de
désensablement seront de deux sortes : des déchets solides et des matériaux meubles
(terre, sable, boue). La gestion de ces déchets se fera conformément aux procédures
environnementales en vigueur au niveau de chacune des communes retenues et
acceptables par l’IDA comme suit :

- Gestion des déchets solides : la commune assurera le ramassage, le transport et le


déversement dans les bacs de pré-collecte les plus proches des sites de travaux, des
déchets solides issus des activités des brigades. L’enlèvement de ces déchets, des
bacs de pré-collecte vers leur destination finale, sera du ressort de la commune,
conformément à ses procédures habituelles et à partir de ses fonds propres ;

- Gestion des matériaux meubles : la terre, le sable et les boues ne pourront pas être
déversés dans les bacs de pré-collecte. Les brigades rassembleront ces matériaux
meubles issus des opérations de curage et de balayage des rues. Leur enlèvement vers
un site identifié sera à la charge de la commune.

Les coordonnateurs, superviseurs et agents techniques des communes recevront une


formation leur permettant d’acquérir les compétences en matière de suivi
environnemental des activités HIMO. Cette formation sera réalisée par une personne
ressource identifiée par le BCP Emploi.

 Rémunération des brigadiers. Les bénéficiaires, des THIMO mis en œuvre par les
services techniques des mairies, percevront une indemnité de mise en activité (IMA) de
1 500 FCFA par jour ouvré (effectivement travaillé). Les absences seront pénalisées par
un montant de 1 500 FCFA / jour d’absence. Cette indemnité sera payée mensuellement
sur un compte ouvert dans un établissement financier de leur choix. A la fin des six (6)
mois d’activité, une indemnité de fin d’activité de 156 000 CFA sera payée à ceux qui
auront achevé le processus.

Les bénéficiaires des THIMO mis en œuvre par l’AGEROUTE percevront une
rémunération journalière fixée forfaitairement à deux mille cinq cents (2 500) Francs
CFA par journée d’activité.

Toute absence non justifiée de sept (7) jours d’affilée, sera considérée comme un
abandon. De même, toute absence non justifiée de 10 jours cumulés sur les trois
premiers mois sera considérée comme un abandon. Cette dernière mesure est valable
également pour le deuxième trimestre.

 Procédure de remplacement des jeunes ayant abandonné. Il sera procédé au


remplacement de tout jeune ayant abandonné au cours des trois (3) premiers mois
d’activité THIMO. Ceux qui abandonneront après plus de trois (3) mois d’activité ne
seront pas remplacés. En outre, les jeunes qui se seront absentés de façon injustifiée sur
une durée de sept (7) jours successifs dans le mois, de 10 jours cumulés sur les trois
premiers mois et ceux qui auront fait preuve d’indiscipline avérée seront
systématiquement remplacés selon le principe défini plus haut. Les remplacements

Page 20 sur 31
seront faits dans l’ordre de la liste d’attente constituée à l’occasion de la sélection des
bénéficiaires.

La mairie/AGEROUTE devra informer le BCP-Emploi des cas d’abandon tout en


fournissant les explications nécessaires, y compris les motifs d’abandon.

 Supervision des travaux. La supervision des THIMO incombe à la mairie notamment à


ses services techniques ou à l’AGEROUTE. Elle se fera chaque jour et visera à s’assurer
du bon déroulement de toutes les étapes de mise en œuvre des activités THIMO dans
leur ensemble y compris le pointage journalier.

Etape 3 : les mesures d’accompagnement des jeunes vers l’emploi permanent

 Programme de formation. Les activités de formation des participants aux THIMO


seront obligatoires et porteront sur l’initiation à la création d’AGR. Elles se dérouleront
par groupes de trente (30) bénéficiaires maximum pendant leur période d’activité en
raison de soixante (60) heures par vague. Les jours de formation seront considérés
comme des jours d’activités et rémunérés comme tels. Les formations seront assurées
par des prestataires sélectionnés par les mairies ou par l’AGEROUTE.
 Sensibilisation à l’épargne. Durant l’exécution des activités, les bénéficiaires seront
sensibilisés aux avantages de l’épargne.
 Sensibilisation en environnement. Le superviseur terrain THIMO organisera des
séances de sensibilisation à l’attention des jeunes retenus pour leur permettre d’adopter
des attitudes nécessaires pour se prémunir des risques environnementaux et sociaux liés
à la mise en œuvre des activités.
 Sensibilisation aux métiers. Selon les besoins identifiés, des jeunes pourront bénéficier
d’initiations au contenu technique de certains métiers en fonction des potentialités
économiques de la zone.
 Versement d’indemnité de fin d’activité pour les bénéficiaires des THIMO mis en
œuvre par les Mairies. A la fin des six mois d’activité, chaque bénéficiaire ayant achevé
de façon satisfaisante les activités terrain et ayant participé à au moins 80% du temps
de la formation complémentaire, bénéficiera d’une indemnité de fin d’activité de
156 000 FCFA pour servir de capital de départ pour son insertion économique.

Etape 4 : la remise des attestations de participation au programme THIMO aux jeunes

Au plus tard deux (2) semaines après la fin des THIMO, les bénéficiaires recevront une
attestation de la mairie sanctionnant leur participation aux THIMO.

Etape 5 : le suivi post-THIMO des bénéficiaires

Suivi administratif de chaque bénéficiaire. Un suivi administratif effectué par le prestataire


devra permettre de disposer d’informations sur la situation d’insertion des jeunes trois (03) mois
après la fin des THIMO.

Enquête de suivi d’insertion. Une enquête de suivi post-THIMO sera effectuée par le BCP-
Emploi dans le cadre du suivi des sortants de son dispositif. Cette enquête aura pour but de
déterminer le degré de satisfaction et l’état d’insertion socio-économique des jeunes
bénéficiaires du programme six (6) mois après la fin des activités.

Page 21 sur 31
3. MISE EN ŒUVRE DES THIMO EN MILIEU RURAL

3.1 LES TRAVAUX ELIGIBLES.

Les activités rurales à exécuter en HIMO dans les régions/districts seront sélectionnées par les
conseils régionaux sur la base de leurs plans de développement et incluront essentiellement des
activités telles que :

▪ La réhabilitation et/ou l’entretien de pistes rurales prioritaires ;


▪ La réhabilitation des bâtiments publics (travaux de lutte contre l’érosion, peinture…) ;
▪ Le reboisement ;
▪ Les travaux de défense et de restauration des sols (DRS) et les travaux de conservation
de l’eau ;
▪ La gestion de la salubrité en milieu rural (mise à disposition de main d’œuvre pour la
construction de latrines, fabrication de compost, gestion des ordures ménagères…) …
▪ Les aménagements agro-sylvo-pastoraux (haies vives, pares-feux) ;
▪ Les campagnes de sensibilisation (salubrité, environnement, feux de brousse…).
Sont considérées comme THIMO, les activités dont le coût de la main d’œuvre non-qualifiée
représente au moins 50% du coût total de l’activité sauf pour la réhabilitation de pistes rurales
(30%).

3.2 PRINCIPALES ETAPES DE MISE EN ŒUVRE DES THIMO RURAUX

La mise en œuvre des THIMO ruraux se fera en Cinq (5) étapes :

1. La sélection des brigadiers ;


2. L’exécution des travaux par les bénéficiaires ;
3. La mise en œuvre des mesures d’accompagnement des jeunes vers l’emploi
permanent ;
4. La remise des attestations aux jeunes ;
5. Le suivi post-THIMO des bénéficiaires.

Cependant, des actions préliminaires seront nécessaires avant la mise en œuvre des THIMO
ruraux :

1. L’élaboration du plan de gestion des travaux prioritaires de la région/district


susceptibles d’être réalisés en HIMO ;
2. La sélection des prestataires.

Page 22 sur 31
Tableau 6: Etapes préliminaires à la mise en œuvre des THIMO ruraux

Durée / Délai
N° Actions/Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel

Action 1 : Identification des travaux prioritaires

Conseil Régional
1 Identification des travaux prioritaires Liste des travaux 1 mois
/ District

Action 2 : Sélection des prestataires


BCP-Emploi /
Sélection du prestataire pour la mise en œuvre
1 Conseil Régional Contrat de prestation 3 mois
des activités terrain HIMO
/ District
Acquisition du matériel et des équipements
2 BCP Emploi Contrat de prestation 3 mois
individuels et collectifs des bénéficiaires

Sélection d’un prestataire pour une assurance


3 BCP Emploi Contrat d’assurance 2 mois
individuelle accident pour chaque bénéficiaire
Acquisition de boîtes à pharmacie de Conseil
4 PV de réception/livraison 2 mois
médicaments de première nécessité Régional/District
Sélection d’un prestataire pour les visites Conseil
5 Contrat de prestation 1 mois
médicales Régional/District
Conseil
6 Sélection d’un prestataire pour les vaccinations Contrat de prestation 1 mois
Régional/District

Le tableau ci-dessous présente la synthèse des principales étapes, des activités clés, des acteurs
de mise en œuvre et des délais prévisionnels.

Tableau 7 : Synthèse des étapes de mise en œuvre des THIMO en milieu rural

Durée / Délai
N° Etapes / Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel
Etape 1 : Sélection des bénéficiaires

Identification du personnel d’encadrement et des Prestataire activités Liste du personnel et 1 sem. Après la
1
facilitateurs communautaires terrain des facilitateurs signature

Mise en place d’un comité de validation pour la Prestataire activités Liste des membres du
2 2 sem.
sélection définitive des bénéficiaires terrain comité

Information, sensibilisation et enregistrement Prestataire activités


3 Fiche d’inscription 1 mois
des candidats potentiels terrain

Comité de
4 Sélection des bénéficiaires PV de sélection 1 sem.
validation
1 sem. Après la
5 Validation de la liste provisoire des bénéficiaires BCP Emploi Base de données
sélection
1 sem. Après la
Réalisation de la visite médicale des Prestataire en charge validation de la
6 Rapport
bénéficiaires de la visite médicale liste des
bénéficiaires
Prestataire en charge 1 sem. Après la
7 Réalisation de la vaccination des bénéficiaires Rapport
de la visite médicale visite médicale
Prestataire activités 1 sem. Après la
8 Signature des contrats des bénéficiaires Modèle de contrat
terrain validation

Page 23 sur 31
Durée / Délai
N° Etapes / Activités clés Acteurs Outils
prévisionnel
Etape 2 : Exécution des travaux par les bénéficiaires
Au plus tard 1
Mise en vigueur d’une assurance individuelle
1 BCP-Emploi Contrat d’assurance mois après la
accident pour chaque bénéficiaire
sélection
Plan de gestion des
Elaboration des programmes de travail Conseil Régional/ Chaque
2 travaux prioritaire de la
hebdomadaires des brigadiers District semaine.
collectivité territoriale
Prestataire activités
3 Mise en œuvre des THIMO par les bénéficiaires Fiche de présence 6 mois
terrain
Gestion environnementale des déchets issus des Conseil Régional/
4 Fiche de travaux 6 mois
travaux des brigades District
Prestataire activités
Fiche de travaux, Fiche
5 Supervision des travaux terrain / Conseil 6 mois
de supervision
Régional, /District
Conseil Régional/ 5 de chaque
6 Rémunération des brigadiers Ordre de virement
District mois
Etape 3 : Mesures d’accompagnement des jeunes vers l’emploi permanent
Prestataire Module de formation /
1 Formation sur des métiers si possible 6 mois
formations Sensibilisation
Prestataire Module de formation /
2 Formation à l’entreprenariat et aux AGR 6 mois
formations Sensibilisation
Module de formation /
3 Formation en environnement BCP Emploi 1 sem.
Sensibilisation
Séances de
4 Sensibilisation à l’épargne Prestataire Chaque mois
sensibilisation
2 sem. Après la
5 Paiement des primes de fin d’activités Mairie/AGEROUTE Ordre de virement
fin des THIMO
Etape 4 : remise aux jeunes des attestations de participation au programme THIMO

Remise aux jeunes des attestations de Conseil Régional/ 1 sem. Après la


1 Attestation de travail
participation au programme THIMO District fin des THIMO
Etape 5 : suivi post-THIMO
03 mois après
Tableau de suivi / Base
1 Suivi administratif de chaque bénéficiaire Mairie la fin des
de données
THIMO
Enquête de suivi à 6 mois après le
2 Suivi d’insertion post THIMO BCP-Emploi
l’aide de questionnaire THIMO

Page 24 sur 31
Etapes préliminaires à la mise en œuvre des THIMO ruraux
Action 1 : Identification des travaux prioritaires

Chaque région ou district bénéficiaire, à travers ses services concernés, établira une liste des
travaux prioritaires susceptibles d’être exécutés en HIMO. Ce document définira les travaux
prioritaires de la région ou du district et servira de base de travail pour l’élaboration des
programmes de travail hebdomadaires des brigadiers.

Action 2 : Sélection des prestataires

La sélection des prestataires se fera conformément aux procédures acceptables par l’IDA.
Le BCP-Emploi aura la responsabilité de sélectionner, en étroite collaboration avec le Conseil
Régional/district, le prestataire des activités terrain pour l’exécution des travaux.
Les responsabilités des régions/districts bénéficiaires en matière de sélection des prestataires se
limitent aux prestations suivantes : (i) visites médicales des bénéficiaires ; (ii) vaccinations des
bénéficiaires ; et (iii) achat de médicaments de première nécessité.
L’acquisition des équipements de protection individuelle et du petit matériel tiendra compte
d’un surplus de 20% pour faire face à la détérioration et à la nécessité de remplacement du
matériel. La liste des équipements et du matériel ainsi que les quantités établies par les régions
ou districts seront approuvées au préalable par le BCP-Emploi sous réserve de l’ANO de l’IDA.
Le BCP-Emploi contractualisera avec un prestataire pour que chaque bénéficiaire puisse
disposer d’une assurance individuelle accident pendant toute la durée d’exécution des THIMO.
Le prestataire des activités terrain identifiera en son sein, un personnel d’encadrement technique
qui pourra comprendre au moins : un (i) coordonnateur de projet, de (s) superviseur (s). Ce
prestataire assurera la coordination, la gestion et la supervision des activités dans la localité et
sur les sites d’intervention. A ce titre, il identifiera des animateurs / facilitateurs
communautaires pour la mobilisation, la sélection équitable des bénéficiaires et la médiation
lors des différends éventuels.

Etapes de mise en œuvre des THIMO ruraux


Etape 1 : la sélection des bénéficiaires.
Le prestataire des activités terrain sera responsable de l’organisation du recrutement des jeunes
au sein des communautés locales. La sélection sera ouverte à tous les membres de la
communauté âgés de 18 à 35 ans. La priorité sera cependant donnée aux personnes les plus
vulnérables de la communauté qui respectent ce critère d’âge.
Pour les THIMO ruraux, le processus de sélection mis en place se présente comme suit :
 Définition des critères de sélection des bénéficiaires. Les critères retenus sont l’âge du
bénéficiaire (18 - 35 ans) et la volonté du bénéficiaire à intégrer le programme THIMO.
D’autres critères pourront être utilisés pour cibler les plus vulnérables au niveau rural :
- Le statut du bénéficiaire : déscolarisé, veuf/veuve, fille-mère, handicapé, dépendant-
sans ressources, etc. ;
- Le niveau et les sources de revenus et les biens possédés par le bénéficiaire ;
- Le niveau d’accès à l’éducation et à la santé du bénéficiaire (capacité à faire face aux
dépenses liées à l’éducation et à la santé de son ménage) ;
- Le ratio de dépendance (charge du ménage) du bénéficiaire ;
- Etc.

Page 25 sur 31
Les critères seront collectés à l’aide d’un questionnaire de profilage. Le questionnaire
s’attachera à collecter des informations aussi bien sur le répondant (potentiel bénéficiaire) que
sur le ménage pour mieux cerner la vulnérabilité et le profil socio-économique de l’individu.
 Mise en place d’un comité de validation pour la sélection des bénéficiaires. Après
l’enregistrement des candidats par le prestataire des activités terrain, la sélection finale
des bénéficiaires s’appuiera, dans chaque localité sur un comité de validation afin
d’assurer une approche communautaire participative, transparente et efficace.
Ce comité est composé des personnes suivantes :
- 1 représentant du conseil régional ou du district ;
- 1 représentant de la chefferie ;
- 1 représentant des jeunes ;
- 1 représentant des femmes ;
- 1 représentant de la mutuelle de développement de la localité si elle existe ;
- 1 représentant des personnes vulnérables (veuves, handicapés, etc.) ;
- 1 représentant du prestataire.
La composition finale des membres du comité se décidera en assemblée communautaire.
 Informations préalables des candidats potentiels en utilisant les crieurs, les assemblées
communautaires, le porte à porte, la rencontre avec les leaders communautaires,
associations de jeunes et de femmes, etc. Au cours de ces séances d’information les
aspects suivants seront précisés : (i) les populations cibles ; (ii) la nature des activités ;
(iii) le type de contrat offert et le montant de la rémunération ; (iv) le nombre de places
à pourvoir ; (v) la période d’inscription ; (vi) le mode, le lieu, la date et l’heure prévue
pour la sélection.

 Enregistrement des candidatures. Le prestataire des activités terrain, procédera à


l’enregistrement des candidats. En prenant appui sur les facilitateurs communautaires
préalablement identifiés, il est avant tout responsable de la sensibilisation des ménages
vulnérables à venir s’inscrire, qu’ils soient résidents dans le village ou dans les
campements rattachés. Le prestataire est chargé du remplissage des fiches
d’enregistrement. A ce titre, il doit s’assurer que les personnes qui s’enregistrent sont
bien des cibles prioritaires des THIMO en milieu rural. Après l’enregistrement, la liste
de l’ensemble des postulants sera affichée par le prestataire des activités terrain dans les
endroits publics de la localité.

 Sélection des bénéficiaires. Le Comité de Validation aura la responsabilité de la


sélection définitive des bénéficiaires, sur la base des critères arrêtés. Un accent
particulier sera donné aux critères qui mesurent la vulnérabilité. Le Comité de
Validation devra ainsi s’assurer que les personnes qui s’enregistrent sont bien des cibles
prioritaires les plus vulnérables. La proportion d’au moins 40% de femmes devra être
respectée. Pour atteindre cet objectif de 40%, un dispositif léger de garde d’enfants sera
organisé pour les femmes bénéficiaires des THIMO.
Le protocole de sélection élaboré par le prestataire des activités terrain précisera en
détails ces différents aspects qui sont parties intégrantes du processus de sélection. La
sélection sera sanctionnée par un procès-verbal de sélection, approuvé et signé par le
prestataire et les représentants des autres parties prenantes désignées à cet effet : conseil
régional, district, BCP-Emploi, etc.
Dans les cas où le nombre de candidats potentiels dépasse le nombre de places prévues,
le prestataire procédera à un tirage au sort des bénéficiaires selon les modalités décrites
pour les THIMO en milieu urbain.
Page 26 sur 31
 Validation de la sélection. Les candidats sélectionnés seront clairement identifiés de
façon à être « traçables » à partir des informations administratives. La base de données
des bénéficiaires sélectionnés, établie par le prestataire, sera approuvée au préalable par
le BCP-Emploi avant affichage dans les localités bénéficiaires. Cette étape vise à
s’assurer que les jeunes sélectionnés n’ont pas déjà bénéficié de ce type d’intervention
sur d’autres dispositifs d’insertion. Les cas de doublons seront remplacés en utilisant la
liste d’attente constituée à l’issu du processus de sélection (10% des bénéficiaires).

 Visite médicale des bénéficiaires. Avant la contractualisation avec les bénéficiaires,


chaque bénéficiaire fera l’objet d’une visite médicale par des structures compétentes
dans le cadre d’un partenariat avec la région ou district. Les personnes déclarées «
inaptes » seront remplacées à partir de la liste d’attente. Les personnes déclarées « aptes
» poursuivront le processus et bénéficieront de vaccinations et d’une assurance «
accidents du travail ».

 Vaccination des bénéficiaires. La vaccination sera réalisée par des structures


compétentes en la matière dans le cadre d’un partenariat avec le conseil régional ou le
district. La vaccination ciblera principalement les affections suivantes : Tétanos,
Méningite AC et Typhoïde. Toute autre affection fera l’objet d’une validation avec le
BCP-Emploi.

 Signature de contrats. A la fin du processus, le jeune sélectionné, déclaré apte à la visite


médicale et ayant reçu les vaccinations signera un contrat tripartite avec le prestataire et
le conseil régional ou le district. Ce contrat précisera les droits et les obligations de
chaque partie.

Etape 2 : l’exécution des travaux par les brigades.

La planification des THIMO en milieu rural tiendra compte du calendrier cultural pour ne pas
affecter les activités agricoles.

Le contrat de mise en activité est d’une durée maximum de six (6) mois.

 Encadrement des bénéficiaires pendant les travaux. Le prestataire aura la responsabilité


de fournir le personnel d’encadrement et de mettre à leur disposition les intrants et les
équipements nécessaires. Les travaux seront coordonnés par un superviseur expérimenté
qui aura la responsabilité d’organiser les équipes de travail, de surveiller la présence
effective des bénéficiaires et de rendre compte de l'avancement des travaux.

 Moyens logistiques et matériel. Les moyens logistiques nécessaires à la mise en activité


des bénéficiaires seront mobilisés par le prestataire dans le cadre de contrats qui seront
signés entre celui-ci, le BCP-Emploi et le conseil régional/district.

 Gestion environnementale. La gestion environnementale se fera conformément aux


procédures de l’IDA. Les coordonnateurs, superviseurs des régions et districts recevront
une formation leur permettant d’acquérir les compétences de base en matière de suivi
environnemental des activités HIMO. Cette formation sera réalisée par une personne
ressource identifiée par le BCP Emploi.

 Rémunération des bénéficiaires. Les bénéficiaires percevront une indemnité de mise en


activité (IMA) de 1 500 FCFA par jour ouvré (effectivement travaillé). Les absences
seront pénalisées par un montant de 1 500 FCFA / jour d’absence. Cette indemnité sera

Page 27 sur 31
payée mensuellement par l’AAF sur un compte ouvert dans un établissement financier de
leur choix. Au terme de la durée de mise en activité, une indemnité de fin d’activité
calculée sur une base mensuelle de 20 000 CFA sera payée à ceux qui auront participé et
achevé le processus. Toute absence non justifiée de sept (7) jours d’affilée est considérée
comme un abandon. De même, toute absence non justifiée de 10 jours cumulés par
trimestre sera considérée comme un abandon.
 Procédure de remplacement des jeunes ayant abandonné. Il sera procédé au
remplacement de tout jeune ayant abandonné au cours des trois (3) premiers mois
d’activités HIMO. Ceux qui auront abandonné après plus de trois (3) mois d’activité ne
seront pas remplacés. En outre, les jeunes qui se seront absentés de façon injustifiée sur
une durée de sept (7) jours successifs dans le mois, de 10 jours cumulés sur les trois
premiers mois et ceux qui auront fait preuve d’indiscipline avérée seront
systématiquement remplacés selon le principe défini plus haut. Les remplacements seront
faits dans l’ordre de la liste d’attente constituée à l’occasion de la sélection des
bénéficiaires.
Le conseil régional ou le district devra informer le BCP-Emploi des cas d’abandon tout
en fournissant les explications nécessaires y compris les motifs.
 Supervision des travaux. La supervision des THIMO incombe au prestataire des activités
terrain. Elle se fera chaque jour et visera à s’assurer du bon déroulement de toutes les
étapes de mise en œuvre des activités HIMO dans leur ensemble.
Etape 3 : les mesures d’accompagnement des jeunes vers l’insertion durable
Les mesures d’accompagnement des jeunes vers l’insertion durable seront centrées
principalement sur les activités suivantes :
 Programme de formation. Les formations des participants aux THIMO seront
obligatoires et porteront sur des initiations à l’entreprenariat. Elles se dérouleront par
groupes de trente (30) bénéficiaires maximum pendant leur période d’activité en raison
de soixante (60) heures par vague. Les jours de formation seront considérés comme des
jours d’activités et rémunérés comme tels.

 Sensibilisation à l’épargne. Durant l’exécution des activités, les bénéficiaires seront


sensibilisés à l’épargne par le prestataire, éventuellement à la mise en place
d’Associations Villageoises d’Epargne Crédit (AVEC).

 Sensibilisation en environnement. Le prestataire organisera des séances de


sensibilisation à l’attention des jeunes retenus pour leur permettre d’adopter des
attitudes nécessaires pour se prémunir des risques environnementaux et sociaux liés à
la mise en œuvre des activités.

 Sensibilisation aux métiers. Selon les besoins identifiés, des jeunes pourront bénéficier
d’initiations au contenu technique de certains métiers en fonction des priorités de la
région ou du district.

 Versement de l’indemnité de fin d’activités. Au terme de la durée de mise en activités,


chaque bénéficiaire ayant achevé de façon satisfaisante les activités terrain et ayant
participé à au moins 80% du temps de la formation complémentaire, bénéficiera d’une
indemnité de fin d’activité calculée sur une base mensuelle de 20 000 CFA.

Page 28 sur 31
Etape 4 : la remise aux jeunes des attestations de participation au programme THIMO.
Au plus tard deux (2) semaines après la fin des THIMO, les bénéficiaires recevront une
attestation du conseil régional/district et du prestataire sanctionnant leur participation aux
THIMO.
Etape 5 : le suivi post-THIMO des bénéficiaires
Suivi administratif de chaque bénéficiaire. Un suivi administratif effectué par le prestataire
devra permettre de disposer d’informations sur la situation d’insertion des jeunes trois (03) mois
après la fin des THIMO.
Enquête de suivi d’insertion. Une enquête de suivi post-THIMO sera effectuée par le BCP-
Emploi dans le cadre du suivi des sortants de son dispositif. Cette enquête aura pour but de
déterminer le degré de satisfaction et l’état d’insertion socio-économique des jeunes
bénéficiaires du programme six (6) mois après la fin des activités.

4. RESULTATS ATTENDUS DE L’EXCUTION DES ACTIVITES THIMO


La mise en œuvre des activités HIMO permettra d’atteindre les résultats suivants :

 12 500 jeunes de 18 à 35 ans bénéficient d’un emploi temporaire et reçoivent un


revenu pendant six (6) mois dans les THIMO ;

 Au moins 40% des femmes sont bénéficiaires des activités HIMO ;

 1 115 000 jours cumulés de travaux sont effectués au profit des communautés
urbaines et rurales ;

 12 500 jeunes sont formés / sensibilisés sur les thèmes sociétaux et l’entreprenariat /
AGR ;

 1 000 km de routes sont entretenus / réhabilités au niveau rural et urbain ;

 95% des Bénéficiaires reçoivent un revenu mensuel payé dans les délais requis

 Au moins 50% des coûts de mise en œuvre des activités THIMO sont utilisés pour
assurer la rémunération des bénéficiaires ;

 Au moins 80% des bénéficiaires effectuent totalement les six (6) mois d’activité
THIMO.

Page 29 sur 31
ANNEXES : PRINCIPAUX OUTILS

OUTILS DE CONTRACTUALISATION
1. Contrat de prestation pour la mise en œuvre des activités terrain HIMO
2. Contrat de prestation : acquisition du matériel / équipements individuels et collectifs,
vaccinations, visites médicales, assurance accident
3. Contrat d’assurance
4. Contrat des bénéficiaires THIMO
5. Contrat d’assurance individuelle accident pour les bénéficiaires

OUTILS OPERATIONNELS
1. PV de réception / livraison du matériel et équipement
2. Liste des travaux
3. Liste du personnel et des facilitateurs
4. Liste des membres du comité de validation
5. Fiche d’enregistrement des candidats potentiels
6. PV de sélection des bénéficiaires
7. Document de programmation des travaux prioritaire de la collectivité territoriale
8. Fiche de présence des bénéficiaires THIMO
9. Fiche des travaux HIMO
10. Attestation de travail

OUTILS DE SUIVI-EVALUATION
1. Base de données des bénéficiaires
2. Rapport : visite médicale, vaccination, formation / Sensibilisation
3. Fiche de supervision des travaux HIMO
4. Tableau de suivi de chaque bénéficiaire
5. Questionnaire de suivi post THIMO

Page 30 sur 31
TEL : 22 41 11 84 / 22 51 42 70
FAX : 22 41 23 74
06 BP 2281 Abidjan 06
www.pejedec.org / info@pejedec.org

Page 31 sur 31