Vous êtes sur la page 1sur 150

Remerciements

Ce travail entre dans le cadre de la préparation d’une mémoire en génie

civil au sein du L’Ecole Nationale d’Ingénieur de Sfax (ENIS).

Tous nos remerciements et nos reconnaissances s’adressent à nos

encadreurs universitaires Monsieur Mohamed KTARI et Monsieur

Riadh TRIKI, qui n’ont épargné aucun effort pour mener à bien ce travail.

Qu’ils trouvent ici notre respect le plus profond.

Nous tenons à remercier vivement notre encadreur industriel

Monsieur Jamel HADJ TAIB pour ces conseils professionnels précieux.

Nos remerciements sont adressés également à Monsieur Mahmoud

KETATA et Monsieur Atef DAOUD pour l’intérêt qu’ils accordent à notre

travail et d’avoir accepté de l’examiner.

Enfin, nos profonds remerciements à tous ceux qui nous ont aidés, de

près ou de loin, à réaliser ce travail.


Dédicace
Je tiens à remercie la main qui m’a apporté pour la première fois à l’école, mon
très chers parents, RHOUMA ZOUHAIR, et ma très chère mère, LAILA, qui ont
toujours été là pour moi, « Vous avez tout sacrifié pour vos enfants n’épargnant ni santé
ni efforts. Vous m’avez donné un magnifique modèle de labeur et de persévérance. Je
suis redevable d’une éducation dont je suis fier ».

Je remercie mes frères Zahreddine et Houssaini, et ma sœur Islem pour leur


encouragement. Je remercie très spécialement mes amis, pour leur amitié, leur soutien
inconditionnel et leur encouragement et tous les membres de ma famille.

Enfin, je remercie ma fiancée Ahlem, que j’aime beaucoup, pour son soutien et
son aide, tous mes professeurs et tous ce qui compulse ce modeste travail, et mon
chère Rami pour leur sincère amitié et confiance, et à qui je dois ma reconnaissance et
mon attachement.

Ramzi Rhouma
Dédicace
A mon cher père MOHAMED, qui m’a toujours soutenu et qui a fait tout son
possible pour que je réussir
A ma chère mère HAJER, qui m’a toujours tenu la main avec tant de tendresse et
affection le long de ma vie scolaire
A mes chère sœurs RIM et EMNA et qui m’ont toujours représenté un support
moral
A mon binôme RAMZI pour son amitié et sa confiance en moi
A tous mes professeurs, tous mes amis et tous qui m’ont aidé à achever ce travail
modeste

Rami Turki
SOMMAIRE
I. INTRODUCTION......................................................................................................................................... 1

II. PRESENTATION ARCHITECTURALE ET CONCEPTION .................................................................................. 2

1. PRESENTATION DU PROJET ................................................................................................................................. 2


2. DESCRIPTION ARCHITECTURALE ........................................................................................................................... 3
3. CONCEPTION STRUCTURALE ................................................................................................................................ 4
3.1. Critères de choix................................................................................................................................. 4
3.2. Les étapes de la conception ............................................................................................................... 5
3.3. Les contraintes de projet.................................................................................................................... 7

III. EVALUATION DES CHARGES ET HYPOTHESES DE CALCUL .................................................................... 13

1. EVALUATION DES CHARGES............................................................................................................................... 13


1.1. Introduction ..................................................................................................................................... 13
1.2. Les planchers.................................................................................................................................... 13
2. HYPOTHESE DE CALCUL .................................................................................................................................... 15
2.1. Caractéristique de matériaux .......................................................................................................... 15
2.2. Hypothèse de dimensionnement ..................................................................................................... 17

IV. CALCUL MANUEL D’UNE NERVURE CONTINUE ................................................................................... 18

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 18
2. DONNEE DU CALCUL ....................................................................................................................................... 18
2.1. Emplacement ................................................................................................................................... 18
2.2. Présentation de la nervure ............................................................................................................... 18
3. CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................................................. 19
3.1. Choix de la méthode de calcul ......................................................................................................... 19
3.2. Moment fléchissant ......................................................................................................................... 20
3.3. Effort tranchant ............................................................................................................................... 23
4. CALCUL DU FERRAILLAGE.................................................................................................................................. 25
4.1. Armatures longitudinales ................................................................................................................ 25
4.2. Armatures transversales .................................................................................................................. 27
4.3. Vérifications ..................................................................................................................................... 29

V. ETUDE D’UNE POUTRE CONTINUE ........................................................................................................... 35

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 35
2. EVALUATION DES CHARGES............................................................................................................................... 35
3. PRE-DIMENSIONNEMENT ................................................................................................................................. 36
3.1. Détermination de h .......................................................................................................................... 36
3.2. Correction des charges..................................................................................................................... 36
3.3. Cas de charge ................................................................................................................................... 37
3.4. Choix de la méthode de calcul ......................................................................................................... 37
4. CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................................................. 38
4.1. Moments fléchissants ...................................................................................................................... 38
4.2. Effort tranchant ............................................................................................................................... 43
5. CALCUL DU FERRAILLAGE.................................................................................................................................. 47
5.1. Armatures longitudinales ................................................................................................................ 47
5.2. Vérification de flèche ....................................................................................................................... 49
5.3. Aciers transversales ......................................................................................................................... 50
5.4. Vérifications sur l’effort tranchant................................................................................................... 52
5.5. Arrêt de barres ................................................................................................................................. 53

VI. ETUDE D’UN POTEAU ......................................................................................................................... 59

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 59
2. EMPLACEMENT DU POTEAU .............................................................................................................................. 59
3. PREDIMENSIONNEMENT DU POTEAU .................................................................................................................. 59
4. FERRAILLAGE DU POTEAU ................................................................................................................................. 61
4.1. Armatures longitudinales ................................................................................................................ 61
4.2. Vérification à l’ELS ........................................................................................................................... 61
4.3. Aciers transversales ......................................................................................................................... 62
5. SCHEMA DE FERRAILLAGE ................................................................................................................................. 63

VII. CALCUL D’UNE DALLE PLEINE .............................................................................................................. 65

1. INTRODUCTION .......................................................................................................................................... 65
2. PREDIMENSIONNEMENT DE LA DALLE ................................................................................................................. 65
3. EVALUATION DES CHARGES............................................................................................................................... 66
4. CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................................................. 66
4.1. Moment fléchissant ......................................................................................................................... 66
4.2. Effort tranchant : sollicitations ultimes ............................................................................................ 67
5. FERRAILLAGE DE LA DALLE ................................................................................................................................ 67
5.1. Calcul des sections d’aciers .............................................................................................................. 67
5.2. Sections minimales d'aciers ............................................................................................................. 68
5.3. Choix des aciers................................................................................................................................ 69
5.4. Vérification des armatures à l'ELS ................................................................................................... 69
5.5. Arrêt de barres ................................................................................................................................. 71
6. SCHEMA DE FERRAILLAGE ................................................................................................................................. 71

VIII. ETUDE D’ESCALIERS ............................................................................................................................ 73

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 73
2. DONNEE GEOMETRIQUE .................................................................................................................................. 76
2.1. Largueur de la marche « le giron » g ............................................................................................... 76
2.2. Inclinaison de la paillasse « α » ....................................................................................................... 76
2.3. Pré dimensionnement de l’escalier .................................................................................................. 76
3. EVALUATION DES CHARGES............................................................................................................................... 77
3.1. Charge d’exploitation ...................................................................................................................... 77
3.2. Charge permanente ......................................................................................................................... 77
4. CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................................................. 78
4.1. Détermination des réactions des appuis .......................................................................................... 78
4.2. Effort tranchant et moment fléchissant ........................................................................................... 78
5. CALCUL DE FERRAILLAGE .................................................................................................................................. 80
5.1. Armatures en travées ...................................................................................................................... 80
5.2. Armatures sur appuis ....................................................................................................................... 81
5.3. Armatures de répartition ................................................................................................................. 82
5.4. Vérification de la contrainte tangentielle ........................................................................................ 82
5.5. Armatures anti-fissuration ............................................................................................................... 83
6. SCHEMA DU FERRAILLAGE ................................................................................................................................ 83

IX. CALCUL D’UN MUR VOILE ................................................................................................................... 84

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 84
2. DONNEES DE CALCUL....................................................................................................................................... 84
2.1. Hypothèses de calcul........................................................................................................................ 84
2.2. Méthode de calcul ........................................................................................................................... 84
3. ACTIONS EXERCEES SUR LE VOILE ....................................................................................................................... 85
3.1. Action du sol .................................................................................................................................... 85
3.2. Poussée de l’eau .............................................................................................................................. 85
3.3. Action de la surcharge ..................................................................................................................... 85
3.4. Charge verticale exercée sur le voile ................................................................................................ 86
3.5. Récapitulation des charges .............................................................................................................. 86
4. CALCUL DES SOLLICITATIONS ............................................................................................................................. 87
5. CALCUL DE FERRAILLAGE .................................................................................................................................. 87
5.1. Armatures longitudinales ................................................................................................................ 88
6. SCHEMA DE FERRAILLAGE ................................................................................................................................. 94

X. ETUDE DE FONDATION ............................................................................................................................ 97

1. INTRODUCTION .............................................................................................................................................. 97
2. DONNEES GEOTECHNIQUES .............................................................................................................................. 97
2.1. Caractéristique hydrologique du site ............................................................................................... 97
2.2. Stratigraphie du sol.......................................................................................................................... 97
2.3. Caractéristique chimique ................................................................................................................. 97
2.4. Caractéristiques mécaniques : ......................................................................................................... 98
3. DETERMINATION DE LA CONTRAINTE ADMISSIBLE .................................................................................................. 98
3.1. Détermination de la contrainte admissible à partir du critère de portance .................................... 99
3.2. Détermination de la contrainte admissible à partir du critère de tassement ................................ 102
4. ETUDE D’UNE SEMELLE ISOLEE......................................................................................................................... 105
4.1. Evaluation des charges .................................................................................................................. 105
4.2. Dimensionnement de la semelle .................................................................................................... 106
4.3. Dimensionnement du gros béton ................................................................................................... 107
4.4. Vérification des contraintes ........................................................................................................... 107
4.5. Vérification vis-à-vis le poinçonnement : ....................................................................................... 107
4.6. Ferraillage de la semelle ................................................................................................................ 108
5. SCHEMA DE FERRAILLAGE : ............................................................................................................................. 109

XI. ETUDE DE CONTREVENTEMENT ........................................................................................................ 111

1. INTRODUCTION ............................................................................................................................................ 111


2. HYPOTHESES DE CALCUL ................................................................................................................................ 111
3. CALCUL DES PRESSIONS DUS AU VENT ............................................................................................................... 112
3.1. Coefficient de calcul ....................................................................................................................... 112
3.2. Pression réglementaire au niveau z , qz ......................................................................................... 113
3.3. Pression et force de trainée et Sollicitations d'ensemble ............................................................... 114
4. CALCUL DES SOLLICITATIONS SUR LE REFEND ...................................................................................................... 116
4.1. Caractéristiques géométriques du refend ...................................................................................... 116
4.2. Effet de vent par rapport au centre de torsion .............................................................................. 117
5. VERIFICATION DES CONTRAINTES ..................................................................................................................... 118
5.1. Données d’exécution de voile d’ascenseur..................................................................................... 118
5.2. Evaluation des charges .................................................................................................................. 119
5.3. Détermination des contraintes appliquées sur le refend ............................................................... 119
5.4. Contraintes limites ......................................................................................................................... 124
5.5. Vérification .................................................................................................................................... 125
6. CALCUL DE FERRAILLAGE ................................................................................................................................ 126
6.1. Section d'aciers verticaux............................................................................................................... 126
6.2. Aciers transversaux (perpendiculaires au parement) .................................................................... 130
6.3. Section d'aciers horizontaux .......................................................................................................... 130
6.4. Aciers de chainages ....................................................................................................................... 131
6.5. Aciers de renfend ........................................................................................................................... 131
7. PLAN DE FERRAILLAGE ................................................................................................................................... 131

XII. CALCUL DE LA STRUCTURE EN UTILISANT LE LOGICIEL ARCHE .......................................................... 133


XIII. CONCLUSION : .................................................................................................................................. 135

LISTE DES FIGURES


FIGURE.II.1. PLAN D’IMPLANTATION .......................................................................................................... 2

FIGURE.II.2. FAÇADE PRINCIPAL ................................................................................................................. 3

FIGURE.II.3. EXISTENCE DES RETRAITS DANS LE BATIMENT ........................................................................ 8

FIGURE.II.4. SYSTEME PORTIQUE ............................................................................................................... 9

FIGURE.II.5. SYSTEME POUTRE CONTINUE ................................................................................................. 9

FIGURE.II.6. PROCEDURE DE CONTINUITE DE LA POUTRE ......................................................................... 10

FIGURE.II.7. PROCEDURE DE CONTINUITE DE LA DALLE ............................................................................ 10

FIGURE.II.8. POSITION DU PORTE A FAUX ................................................................................................ 11

FIGURE.II.9. FORME IRREGULIERE ............................................................................................................ 11

FIGURE.II.10. COUPE TRANSVERSALE DE DALLAGE SUR SOL ....................................................................... 12

FIGURE.III.1. COMPOSITION DE PLANCHER COURANT (16+5) .................................................................... 14

FIGURE.IV.1. EMPLACEMENT DE LA NERVURE ........................................................................................... 18

FIGURE.IV.2. DETAIL DE LA SECTION DE LA NERVURE ................................................................................ 19

FIGURE.IV.3. SCHEMA MECANIQUE DE LA NERVURE ................................................................................. 19

FIGURE.IV.4. MOMENTS FLECHISSANT DANS LA NERVURE PAR METHODE FORFAITAIRE .......................... 20

FIGURE.IV.5. DIAGRAMME DES MOMENTS MAXIMAUX A L’ELU ............................................................... 22

FIGURE.IV.6. DIAGRAMME DES MOMENTS MAXIMAUX A L’ELS ............................................................... 23

FIGURE.IV.7. REPARTITION DES EFFORTS TRANCHANTS SUR LES APPUIS .................................................. 23

FIGURE.IV.8. DIAGRAMME DES EFFORTS TRANCHANT A L’ELU ................................................................. 24

FIGURE.IV.9. DIAGRAMMES DES SOLLICITATIONS PAR LE LOGICIEL ARCHE ............................................... 24

FIGURE.IV.10. ARRETS FORFAITAIRES DES BARRES ...................................................................................... 31

FIGURE.V.1. EMPLACEMENT DE LA POUTRE ............................................................................................. 35

FIGURE.V.2. CAS DE CHARGE 1 : CCC ........................................................................................................ 37

FIGURE.V.3. CAS DE CHARGE 2 : DCD ....................................................................................................... 37

FIGURE.V.4. CAS DE CHARGE 3 : CDC ........................................................................................................ 37

FIGURE.V.5. EFFET DE CHARGES CONCENTREES ........................................................................................ 38


FIGURE.V.6. EFFET DES CHARGES REPARTIES ............................................................................................ 38

FIGURE.V.7. DIAGRAMME DU MOMENT ENVELOPPE ............................................................................... 43

FIGURE.V.8. CAS DE CHARGE 1 : DCC ........................................................................................................ 44

FIGURE.V.9. CAS DE CHARGE 2 : CCD ........................................................................................................ 44

FIGURE.V.10. CAS DE CHARGE 3 : CDC ........................................................................................................ 44

FIGURE.V.11. DIAGRAMME ENVELOPPE DE L’EFFORT TRANCHANT ............................................................ 46

FIGURE.V.12. DIAGRAMMES DE SOLLICITATIONS PAR LE LOGICIEL ARCHE ................................................. 47

FIGURE.VI.1. EMPLACEMENT DU POTEAU ................................................................................................. 59

FIGURE.VI.2. FERRAILLAGE DU POTEAU P18 .............................................................................................. 63

FIGURE.VI.3. COUPE TRANSVERSALE DU POTEAU...................................................................................... 63

FIGURE.VI.4. FERRAILLAGE DU POTEAU PAR LE LOGICIEL ARCHE ............................................................... 64

FIGURE.VII.1. PANNEAUX DE DALLE ETUDIEE ............................................................................................. 65

FIGURE.VII.2. PLAN DE FERRAILLAGE DE LA NAPPE INFERIEUR ................................................................... 71

FIGURE.VII.3. PLAN DE FERRAILLAGE DE LA NAPPE SUPERIEUR .................................................................. 72

FIGURE.VII.4. COUPE A-A D’UNE BANDE DE 1M.......................................................................................... 72

FIGURE.VII.5. COUPE B-B D’UNE BANDE DE 1M .......................................................................................... 72

FIGURE.VIII.1. ARCHITECTURE DE L’ESCALIER .............................................................................................. 73

FIGURE.VIII.2. VUE 3D DE L’ESCALIER .......................................................................................................... 74

FIGURE.VIII.3. VUE GAUCHE DE L’ESCALIER ET LA NOMENCLATURE DANS DIFFERENTS ELEMENT DE


L’ESCALIER 74

FIGURE.VIII.4. VOLEE 1 DE L’ESCALIER ......................................................................................................... 75

FIGURE.VIII.5. VOLEE 2 DE L’ESCALIER ......................................................................................................... 75

FIGURE.VIII.6. SCHEMA MECANIQUE DE 1ER VOLEE ..................................................................................... 78

FIGURE.VIII.7. DIAGRAMME DES MOMENTS A L’ELU .................................................................................. 79

FIGURE.VIII.8. DIAGRAMME DE L’EFFORT TRANCHANT A L’ELU .................................................................. 79

FIGURE.VIII.9. DIAGRAMME DES MOMENTS A L’ELS ................................................................................... 79

FIGURE.VIII.10. DIAGRAMME DE L’EFFORT TRANCHANT A L’ELS ................................................................ 79

FIGURE.VIII.11. FERRAILLAGE DU VOLEE 1 DE L’ESCALIER ............................................................................ 83

FIGURE.IX.1. MOMENT FLECHISSANT ET EFFORT TRANCHANT A L’ELU ...................................................... 87


FIGURE.IX.2. MOMENT FLECHISSANT ET EFFORT TRANCHANT A L’ELS ...................................................... 87

FIGURE.IX.3. INFLUENCE DE LA FORCE CONCENTREE ................................................................................. 90

FIGURE.IX.4. NAPPE EXTERIEUR DU VOILE ................................................................................................. 94

FIGURE.IX.5. NAPPE INTERIEUR DU VOILE ................................................................................................. 95

FIGURE.IX.6. COUPE TRANSVERSALE D’UNE PORTION D’UN METRE (SOUS LE POTEAU)............................ 95

FIGURE.IX.7. COUPE LONGITUDINALE DU VOILE ........................................................................................ 96

FIGURE.X.1. DETERMINATION DE PLE* .................................................................................................... 100

FIGURE.X.2. DETERMINATION DU FACTEUR DE PORTANCE K ................................................................. 101

FIGURE.X.3. REPARTITION DU SOL SELON LES MODULES PRESSIOMETRIQUES....................................... 103

FIGURE.X.4. DETERMINATION DU COEFFICIENT DE MAJORATION .......................................................... 104

FIGURE.X.5. ARMATURES SUIVANT LA COTE B ....................................................................................... 109

FIGURE.X.6. ARMATURES SUIVANT LA COTE A ....................................................................................... 109

FIGURE.X.7. REPARTITION DES ARMATURES ET L’ESPACEMENT ENTRE LES BARRES .............................. 110

FIGURE.XI.1. LES CAS DE VENT ETUDIE .................................................................................................... 111

FIGURE.XI.2. COURBE DES FORCES ET SOLLICITATIONS DE VENT1 EXERCEES SUR LE REFEND .................. 114

FIGURE.XI.3. COURBE DES FORCES ET SOLLICITATIONS DE VENT2 EXERCEES SUR LE REFEND ................. 115

FIGURE.XI.4. CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU REFEND ............................................................... 116

FIGURE.XI.5. EFFET DE VENT PAR RAPPORT AU CENTRE DE TORSION ............................... 118

FIGURE.XI.6. DEFERENT CONTRAINTE APPLIQUER SUR LE REFEND (- VENT1) .......................................... 120

FIGURE.XI.7. REPARTITION DE CONTRAINTE DUE AU VENT1 (-) ............................................................... 120

FIGURE.XI.8. DEFERENT CONTRAINTE APPLIQUER SUR LE REFOND (VENT1) ............................................ 121

FIGURE.XI.9. REPARTITION DE CONTRAINTE DUE AU VENT1 AVANT/ARRIERE ........................................ 122

FIGURE.XI.10. DEFERENT CONTRAINTE APPLIQUER SUR LE REFOND (VENT1) ................. 123

FIGURE.XI.11. REPARTITION DE CONTRAINTE DUE AU VENT1 ............................................... 123

FIGURE.XI.12. RESULTANTE DES CONTRAINTES APPLIQUEES SUR LES DIFFERENTES


PARTIES DE REFEND VENT 1 .......................................................................................................................... 124

FIGURE.XI.13. RESULTANTE DES CONTRAINTES APPLIQUEES SUR LES DIFFERENTES


PARTIES DE REFEND VENT 2 .......................................................................................................................... 124

FIGURE.XI.14. SECTION D’ACIER DE TRACTION .......................................................................................... 127


FIGURE.XI.15. SECTION D’ACIER COMPRIME ............................................................................................. 129

FIGURE.XI.16. VUE DE DESSUS DE FERRAILLAGE DE REFONT ................................................ 131

FIGURE.XI.17. FERRAILLAGE DE REFONT COUPE A-A ............................................................................. 132

FIGURE.XI.18. FERRAILLAGE DE REFONT COUPE B-B .............................................................................. 132

FIGURE.XII.1. L’OSSATURE EN 3D PAR LE LOGICIEL ARCHE........................................................................ 134


LISTE DES TABLEAUX

CHARGES PERMANENTE DU PLANCHER COURANT (16+5) .................................................... 14

CHARGES PERMANENTE DU PLANCHER TERRASSE (16+5) ................................................... 14

CHARGES PERMANENTE DU PLANCHER DALLE PLEINE ...................................................... 15

CHARGES D’EXPLOITATION DE DEFIRENT LOCAUX .............................................................. 15

CHARGES DES MURS ET ACROTERE ............................................................................................. 15

MOMENTS ISOSTATIQUES DES TRAVEES ................................................................................... 20

MOMENTS EN TRAVEES ET SUR APPUIS A L’ELU ET L’ELS .................................................. 22

VALEURS MAXIMALES DE L’EFFORT TRANCHANT DE REFERENCE ................................ 23

EFFORT TRANCHANT DANS LA NERVURE .................................................................................. 23

SECTIONS D’ACIERS EN TRAVEES ................................................................................................. 26

SECTIONS D’ACIER SUR APPUIS ..................................................................................................... 27

ARMATURES TRANSVERSALES ...................................................................................................... 29

VERIFICATION DE FLECHE DANS LA NERVURE ....................................................................... 29

VERIFICATION DES ACIERS DE NON GLISSEMENT ................................................................. 30

CHARGES REPARTIES SUR LA POUTRE ........................................................................................ 35

MOMENTS ISOSTATIQUES MAXIMAUX DANS LA POUTRE ..................................................... 36

CORRECTION DES CHARGES DE LA POUTRE (AJOUT DE POIDS PROPRE)........................ 36

MOMENTS SUR APPUIS POUR LA CHARGE CCC ......................................................................... 40

TABLEAU RECAPITULATIF DES MOMENTS SUR APPUIS POUR CERTAINS CAS .............. 40

TABLEAU RECAPITULATIF DES MOMENTS SUR APPUIS ET EN TRAVEES ........................ 42

TABLEAU RECAPITULATIF DES EFFORTS TRANCHANTS SUR APPUI ................................. 46

TABLEAU RECAPITULATIF DES EFFORTS TRANCHANTS MAXIMAUX EN TRAVEE ....... 46

TABLEAU RECAPITULATIF DU DIMENSIONNEMENT DES ARMATURES


LONGITUDINALES……….. ............................................................................................................................................................ 48

VERIFICATION DE FLECHE DES TRAVEES ................................................................................ 49

EFFORTS TRANCHANTS REDUITS ET CONTRAINTES REDUITES AU NIVEAU DES


APPUIS……………………................................................................................................................................................................. 50

REPARTITION DES ARMATURES TRANSVERSALES DANS LA TRAVEE ............................ 52

TABLEAU RECAPITULATIF ES ACIERS DE NON GLISSEMENT ............................................ 53

TABLEAU DES MOMENTS RESISTANTS DONNES PAR LES SECTIONS D’ARMATURES 54

SOLLICITATION SUR LE PANNEAU DE DALLE ......................................................................... 67


MATERIAUX UTILISES POUR L’ESCALIER ............................................................................... 77

CHARGE PERMANENTE SUR PALIER ......................................................................................... 77

CHARGE PERMANENTE SUR PAILLASSE .................................................................................. 77

COMBINAISON DES CHARGES ...................................................................................................... 78

ENSEMBLE DES ACTIONS EXERCEES SUR LE VOILE ............................................................ 86

CHARGEMENT REPARTIE A L’ELU ET L’ELS ............................................................................. 86

CHARGE CONCENTREE ..................................................................................................................... 86

TABLEAU RECAPITULATIF DES ARMATURES LONGITUDINALES EN APPUI ET ON


TRAVEE…………………. ................................................................................................................................................................. 89

ACIERS MINIMALES EN FONCTION DE ΣU LIM PAR ITERATION ............................................ 92

STRATIGRAPHIE DU SOL.................................................................................................................... 97

TABLEAU RECAPITULATIF DES RESULTATS DES ESSAIS PRESSIOMETRIQUES ............. 98

CATEGORIES CONVENTIONNELLES DU SOL............................................................................ 100

DONNEES DU PROBLEME ................................................................................................................. 101

CONTRAINTE ADMISSIBLE DU SOL PAR SP1 ............................................................................. 101

CONTRAINTE ADMISSIBLE DU SOL PAR SP2 ............................................................................. 102

DETERMINATION DES MODULES PRESSIOMETRIQUES SPHERIQUE ET DEVIATORIQUE


…………………………………………………………………………………………………………….103

DETERMINATION DE Α, ΛC, ΛD ....................................................................................................... 103

COEFFICIENT DE CALCUL ............................................................................................................... 104

COEFFICIENT DE MAJORATION .................................................................................................. 104

TASSEMENT FINAL .......................................................................................................................... 104

DONNEES DU PROBLEME............................................................................................................... 105

CONTRAINTE ADMISSIBLE DU SOL PAR SP2 ........................................................................... 105

TASSEMENT FINAL .......................................................................................................................... 105

COEFFICIENT KS ................................................................................................................................ 113

TABLEAU RECAPITULATIF DES COEFFICIENTS DE CALCUL DU AU VENT1 .................. 113

TABLEAU RECAPITULATIF DES COEFFICIENTS DE CALCUL DU AU VENT2 .................. 113

CALCUL DE LA PRESSION ET FORCES DE TRAINEE ET SOLLICITATION D'ENSEMBLE


POUR VENT1………….................................................................................................................................................................... 114

CALCUL DE LA PRESSION ET FORCES DE TRAINEE ET SOLLICITATION D'ENSEMBLE


POUR VENT2……………................................................................................................................................................................ 115

CALCUL DES CARACTERISTIQUES GEOMETRIQUES DU REFEND .................................... 117


CALCUL DE LA PRESSION ET DE LA FORCE DE TRAINEE ET SOLLICITATION
D’ENSEMBLE POUR VENT .......................................................................................................................................................... 117

DONNEES D’EXECUTION D’ASCENSEUR .................................................................................... 118

TABLEAU RECAPITULATIF DE LA DESCENTE DE CHARGE A PARTIR D'ARCHE


OSSATURE……………… ............................................................................................................................................................... 119

CHARGE TOTAL APPLIQUE ......................................................................................................... 119

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONTRAINTES APPLIQUEES DUE AUX VENT1 (-) ... 119

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONTRAINTES APPLIQUEES DUE AUX VENT1 ........ 121

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONTRAINTES APPLIQUEES DUE AU VENT 2 .......... 122

CALCUL DE LA CONTRAINTE LIMITE ULTIME.................................................................... 125

DISTRIBUTION DES ACIERS DE TRACTION (PARTIE 1 ET 2).............................................. 127

DISTRIBUTION DES ACIERS DE TRACTION (PARTIE3) ........................................................ 127

TABLEAU DE CALCUL DES ACIERS POUR LA CONTRAINTE DE COMPRESSION ...... 128

REPARTITION DES ACIERS SUR LA ZONE COMPRIMEE (PARTIE 1 ET 2) ...................... 129

REPARTITION DES ACIERS SUR LA ZONE COMPRIMEE (PARTIE 3) ............................... 129

FERRAILLAGE DE REFEND .......................................................................................................... 130

TABLEAU DE CALCUL D'ACIERS DE RENFEND ..................................................................... 131


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

I. Introduction

Le projet de fin d’étude représente une opportunité pour appliquer les différentes
connaissances acquises le long de notre formation à l’ENIS dans un projet réel.
Dans ce cadre, on a élaboré une étude d’un immeuble à usage commercial et d’habitation
composé d’un sous-sol, rez-de-chaussée et 5 étages. Notre tâche est de réaliser une conception et de
dimensionner les éléments structuraux tout en assurant la stabilité et la fonctionnalité de l’ouvrage
et la sécurité des habitants.
Pour effectuer notre travail, on s’est appuyé sur des plans architecturaux et un rapport
géotechnique fournit par un bureau d’études. Cette étude comporte 4 étapes :
 Première étape : La description détaillée de l’architecture du bâtiment et la présentation
de la conception en expliquant le choix.

 Deuxième étape : La présentation des hypothèses de calcul, les caractéristiques des


matériaux et l’évaluation des charges.

 Troisième étape : le calcul détaillé de quelques éléments porteurs de la structure

 Quatrième étape : Dimensionnement sur le logiciel ARCHE et l’élaboration des plans de


ferraillage.

ENIS 2015/2016 1
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

II. Présentation architecturale et conception

1. Présentation du projet

Le bâtiment faisant objet de notre étude est un immeuble (R+5) +SS, situé à route Soukra
0.5 km. Il y a à son voisinage un bâtiment R+4 à gauche et un bâtiment rez-de-chaussée en arrière.
Il atteint une hauteur de 23,4 m à partir du point +0.00, une longueur de 34,5 m et une largeur de
27,25 m. Il couvre une surface de 885 m2.
Cet immeuble comporte un sous-sol, un rez-de-chaussée à usage commercial, 5 étages à
usage d’habitation et un étage terrasse.

Figure.II.1. Plan d’implantation

ENIS 2015/2016 2
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.II.2. Façade principal

2. Description architecturale

La composition du bâtiment est détaillée comme suit :


 Un sous-sol : Le sous-sol est utilisé comme parking privé. Sa hauteur sous plafond atteint
2,8 m. Il comporte 19 places pour voitures. Il couvre une superficie de 885 m2. Il contient
aussi une aire de stockage, un local surpresseur et une bâche à eau. L’entrée des véhicules
au sous-sol est assurée par une rampe de pente de 14%. La communication avec le rez-de-
chaussée est effectuée par un escalier et avec tous les niveaux par un ascenseur.
 Un rez-de-chaussée : Ce niveau est à usage commercial. Sa hauteur sous plafond est de 4,5
m et sa superficie est de 617 m². Il comporte un ensemble de six magasins. De plus il y a
un local syndic, un local transformateur et un local de poubelle. Le RDC est lié aux autres
étages par un escalier et un ascenseur.
 1er étage : Cet étage est utilisé pour l’habitation. Il est de superficie de 682 m2. Il comporte
un appartement (S+1), un appartement (S+2) et trois appartements (S+3). Sa hauteur sous
plafond est de 2,9 m.
 2ème étage : Il ressemble au 1er étage avec un retrait qui donne une terrasse inaccessible. Il
couvre une superficie de 609 m2
 3ème étage : Il s’agit de 5 appartements; un appartement (S+1), 2 appartements (S+2) et 2
appartements (S+3). Sa hauteur sous plafond est de 2,9 m et sa superficie est de 589 m2.

ENIS 2015/2016 3
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 4ème et 5ème étages : Chaque étage comporte 4 appartements; un appartement (S+1), 1


appartement (S+2) et 2 appartements (S+3). Leur hauteur sous plafond est de 2.9 m. La
superficie du 4ème étage est de 565 m2 et celle du 5ème étage et de 538 m2. Tout comme les
autres étages il s’agit de retrait et de terrasse inaccessible.
 Etage terrasse : Cet étage est accessible par l’escalier. Le plancher terrasse couvre
l’escalier et le local machinerie qui comporte le moteur de l’ascenseur. Sa superficie est de
27 m².

3. Conception structurale

La conception de la structure est la phase la plus importante dans un projet du bâtiment. Elle
doit obéir à des règles et critères de résistance, à la stabilité de l’ouvrage et à l’aspect économique
lors de l’exécution.
Le choix des éléments de la structure doit être de façon judicieuse mettant en relief tout
l’ensemble de ces contraintes.
La conception est la recherche d’une structure optimale pour assurer la bonne tenue du
bâtiment. En effet, l’ingénieur est chargé d’établir l’étude qui consiste à concevoir la structure
porteuse.

3.1. Critères de choix


Lors de la conception, on doit tenir compte de certains critères tels que :
 Respecter les plans architecturaux pour conserver l’aspect esthétique.
 Le site naturel de terrain et sa portance.
 Le fonctionnement et l’exploitation de l’ouvrage.
 L’implantation du bâtiment.
 La destination de la structure.
 Les matériaux choisis et leurs caractéristiques.
 Prendre en compte les méthodes de construction et les procédés d’exécution en facilitant la
tâche à la main d’œuvre.
 Les charges permanentes et les surcharges d’exploitation.
 Le bon choix de sens de nervure en tenant compte de la longueur limite des travées pour le
type de plancher choisi.
 Eviter les poutres isostatiques sauf dans les cas d’obligation.
 Essayer d’éviter les retombées des poutres dans les espaces dont l’aspect esthétique compte
et on les couvre par un faux plafond quand il est nécessaire.
 Eviter les poutres en allège sauf pour les terrasses inaccessibles.

ENIS 2015/2016 4
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 L’implantation des poteaux doit être le plus possible noyé dans les murs.
 la conservation de la norme pour la circulation au niveau du parking.
 L’adaptation des éléments répétitifs pour assurer la rapidité de l’exécution et diminuer le coût
de coffrage.

3.2. Les étapes de la conception


Pour réussir la phase de conception, on suit une démarche toutes en cherchant les meilleures
solutions pour les problèmes rencontrés pour bien concevoir notre structure.

3.2.1. Lecture et compréhension des plans architecturaux

Pour bien comprendre les plans architecturaux, on fait superposer les plans deux à deux, ensuite,
on superpose tous les plans tout en traçant les axes des murs en remarquant l’emplacement possible
des poteaux.
Plusieurs difficultés rencontrées dans cette étape telle que :
 L’implantation des poteaux doit coïncider avec les cloisons pour les différents étages
 Respecter un alignement de ces poteaux pour assurer la continuité des poutres.
 Essayer d’avoir des longueurs entre nus des poutres inférieures à 4,70 m pour un plancher de
(16+5).

3.2.2. Choix du système porteur

Type de plancher

Il y a plusieurs types de plancher lesquelles nous avons choisi les suivants :


 Plancher dalle pleine :
Ce type de plancher est fréquemment utilisé pour les sous-sols. Il nécessite plus de coffrage que
les planchers à corps creux et il a un poids plus important. Mais il est caractérisé par une épaisseur
variable. Aussi elle a :
 Une résistance au feu plus important que les dalles à corps creux
 Une isolation phonique : nécessite une épaisseur e ≥ 15 cm
 des portées importantes
 Plancher corps creux
Ce type de plancher est le plus utilisé en Tunisie à condition que la répartition architecturale
des espaces le permette. Il est constitué par :
 Des corps creux utilisés comme coffrages perdus
 Des nervures appuyées sur les poutres

ENIS 2015/2016 5
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 chape en béton qui permet la répartition des charges aux nervures


Le choix de l’épaisseur de ce type de plancher dépend de la portée des nervures et des charges
appliquées.
Avantages :
 Poids moins important que la dalle pleine
 Facilité d’exécution
 plus économique au niveau de coffrages
Inconvénients :
 Faible résistance au feu
 Portée limitée pour une épaisseur imposée
 Récapitulation
On choisit le plancher à corps creux pour les étages à usage d’habitation à cause des portées
moyennes et la dalle pleine pour le plancher haut sous-sol et quelques dalles des balcons de formes
irrégulières.

Implantation des poteaux

L’emplacement des poteaux est conditionné par la fonctionnalité des lieux donc on ne peut pas
implanter des poteaux dans les espaces dégagés tels que les voies de circulation et les places de
parking au niveau du sous-sol aussi dans les espaces exploités par les habitants.
Le choix d’emplacement des poteaux reste toujours une question d’optimisation afin d’obtenir
la conception la plus économique en conservant la fonctionnalité du bâtiment. Il est fait de sorte qu’on
pense à :
 Minimiser les retombées des poutres
 La portée maximale selon le type de plancher
 Eviter le maximum possible d’avoir des poteaux naissants car ils augmentent les retombées
des poutres et la section d’acier

Les poutres

Les charges supportées par les poutres sont celles des planchers, des murs, des charges
concentrées et des charges d’exploitation. Vu l’importance des charges qu’elles ont à acheminer aux
poteaux, le réseau des poutres de chaque plancher doit répondre aux contraintes architecturales et
structurales. Ainsi, on a intérêt à :
 concevoir le maximum de poutres continues en vue de réduire le moment en travée et par suite
minimiser les retombées.

ENIS 2015/2016 6
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 essayer d’appuyer les poutres sur les poteaux pour éviter le système tournant.
 Rigidifier la liaison poutre-poteau pour diminuer la longueur de flambement.

La fondation

D’après l’étude géotechnique faite pour le terrain de notre projet, la contrainte admissible du
sol est de 2 bars à une profondeur de -4 m donc on admet une fondation superficielle sur des semelles
isolées appuyées sur le gros béton.

Les voiles

Les raisons de choix des voiles sont :


 participer au contreventement de la structure
 supporter les charges horizontales dues au sol, nappe d’eau et surcharge.
 supporter les poteaux, les poutres et les dalles
 assurer l’étanchéité entre le sol et la structure

3.3. Les contraintes de projet

3.3.1. Problème d’implantation des poteaux :

La projection des poteaux choisis dans les étages courants au niveau du sous-sol vient de limiter
les voies de circulation ou réduire le nombre de places de parking. Pour respecter les plans donnés
par l’architecte on a été obligé d’implanter des poteaux naissants.
Il est préférable de ne pas implanter des poteaux dans les surfaces commerciales au niveau du
rez-de-chaussée. Mais leur grandeur impose de grandes retombées des poutres. Pour les réduire on a
placé des poteaux intermédiaires dans ces espaces tout en essayant de les mettre dans le même
alignement.

3.3.2. Retraits entre étages :

La présence des retraits d’un étage à un autre cause des difficultés pour l’emplacement des
poteaux. En effet dans cette zone il y a une architecture différente d’un étage à un autre, des poteaux
naissants s’imposent.

ENIS 2015/2016 7
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.II.3. Existence des retraits dans le bâtiment

3.3.3. Alignement des poteaux :

Il est préférable d’obtenir le même alignement pour chaque série de poteaux. Mais l’obligation
de conserver les voies de circulation et les places de parking, donne dans quelques zones des poutres
de longueurs importantes d’où de retombées importantes qui dépasse la limite. Pour obtenir la
solution, on a essayé 2 variantes :
 1ère variante : portique à deux travées :
On a envisagé la solution du portique conserver toutes les places et respecter les couloirs de
circulations tout en envisageant la création des poteaux naissants par-dessus.
L’inconvénient de cette solution se manifeste par des traverses de grandes dimensions et une
section d’acier très importante.

 2ème variante : poutres continues :


Cette variante consiste à ajouter un poteau aux 3 poteaux précédents et changer leurs
emplacements et concevoir une poutre continue. Cette solution nous amène à changer quelques places
de parking mais en respectant leur nombre et les dimensions normalisées liées à la circulation.

ENIS 2015/2016 8
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.II.4. Système portique

Figure.II.5. Système poutre continue


Le système de poutres continues est plus économique que les portiques au niveau des
dimensions et des sections d’aciers. De plus, il est plus facile à l’exécution.

ENIS 2015/2016 9
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.3.4. Problème du soulèvement des poutres :

Le soulèvement peut apparaitre dans les poutres continues lorsqu’il y a une travée de petite
portée à la proximité d’une autre de grande portée. Il apparaît aussi lorsqu’une travée est beaucoup
plus chargée que sa voisine. Pour éviter ce phénomène on divise la poutre continue de façon à séparer
la travée la plus longue (ou la plus chargée) de la petite travée (ou la moins chargée).

3.3.5. Différence de niveau dans le plancher haut sous-sol :

Le plancher haut du sous-sol a deux niveaux : un niveau sous le rez-de-chaussée et un niveau


sous le parking externe. Cette différence est de 20 cm.
Le problème posé est la possibilité de fissuration des éléments dans cette partie et l’infiltration
de l’eau. Pour résoudre ceci, on doit assurer la continuité des poutres et des dalles.

Figure.II.6. Procédure de continuité de la poutre

Figure.II.7. Procédure de continuité de la dalle

ENIS 2015/2016 10
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.3.6. Formes géométriques irrégulières :

La forme curviligne de la façade principale impose une porte à faux de forme géométrique
irrégulière qui nous a amené à prévoir des dalles pleines.

Figure.II.8. Position du porte à faux

Afin d’assurer un contrepoids pour ces dalles, on place des nervures orthogonalement aux
poutres en console qui porte les dalles.

Figure.II.9. Forme irrégulière

ENIS 2015/2016 11
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.3.7. Dallage du sous-sol :

L’eau est l’une des plus grandes menaces pour le béton armé. Pour celà on est obligé de protéger
notre ouvrage contre l’eau de la nappe phréatique existante dans le sol. Nous avons plusieurs
problèmes à résoudre :

 L’existence de sulfate dans l’eau qui sera résolue par l’utilisation de ciment HRS.
 On doit s’opposer à l’effet de la poussée verticale d’eau par un plancher étanche.
 l’action de la poussée horizontale de l’eau, du sol et de la surcharge est encaissée par le voile
qu’on doit encastrée pour assurer l’étanchéité.

Figure.II.10. Coupe transversale de dallage sur sol

ENIS 2015/2016 12
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

III. Evaluation des charges et hypothèses de calcul

1. Evaluation des charges

1.1. Introduction

Après la phase de conception, on passe à la phase de dimensionnement. Il est nécessaire de déterminer


les différentes charges permanentes et d’exploitations agissantes sur la structure. Il s’agit de déterminer les
charges dues aux différents types de planchers pour dimensionner les éléments porteurs.

 les charges permanentes « G »

Se sont dues au poids propres réels des éléments mis en œuvre pour construire le bâtiment. Là encore,
afin d'uniformiser et faciliter les procédures de calcul, le législateur fournit des listes de poids volumiques
en fonction des matériaux utilisés. Elles sont constituées par les poids des éléments structuraux.

 Les charges d’exploitation « Q »

Tout bâtiment entre dans une catégorie réglementaire et doit être capable de supporter les charges et
sollicitations correspondant à une utilisation "normale". On comprend aisément que le plancher d’habitation
est moins chargé qu'un plancher d’une bibliothèque.

1.2. Les planchers


Plusieurs facteurs entre en jeux dans le choix de type de plancher tel que :
 la résistance
 la sécurité
 les dimensions des panneaux
 l’épaisseur de plancher
 l’économie
 la légèreté de structure
 les matériaux disponibles sur le marché
 le coffrage le plus économique

1.2.1. Les charges permanentes

Plancher à corps creux :

Ce type de plancher est caractérisé par une bonne isolation thermique et acoustique. Il est
le plus utilisé dans les bâtiments à usage d’habitation et il se distingue par son coût raisonnable et
la facilité de sa mise en œuvre.

ENIS 2015/2016 13
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Il y a plusieurs types de ce plancher comme le plancher (16+5) et le plancher (19+6). Le


choix est lié aux dimensions des espaces à couvrir où la condition de flèche indique son épaisseur :
ℎ 1

𝐿 22.5
Avec
L: la plus petit portée entre nus d’appuis
h : épaisseur du plancher

A. Plancher courant corps creux (16+5)

Figure.III.1. Composition de plancher courant (16+5)

Charges permanente du plancher courant (16+5)


Matériaux γ(kN/m3) e (cm) Poids (kN/m²)
Corps creux - - 2.85
Couche de sable 17 5 0.85
Mortier de pose 22 2 0.44
Cloison légère - - 1
Faux plafond ou enduit sous plafond - - 0.3
Marbre 28 2 0.56
Total 6

B. Plancher terrasse corps creux (16+5) :


Charges permanente du plancher terrasse (16+5)
Matériaux γ (kN/m3) Epaisseur (cm) Poids (kN/m²)
Corps creux - - 2.85
Faux plafond ou enduit sous plafond - - 0.3
Etanchéité - - 0.1
Protection de l’étanchéité - - 0.4
Forme de pente 23 10 2.3
Enduit de planéité 20 20 0.4
Total 6.35

ENIS 2015/2016 14
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Plancher en dalle pleine

Charges permanente du plancher dalle pleine


Matériaux γ(kN/m3) Epaisseur (cm) Poids (kN/m²)
Dalle pleine 25 e e x 25
Enduit sous plafond 20 1.5 0.3
Couche de sable 17 5 0.85
Mortier de pose 22 2 0.44
Marbre 28 2 0.56
Cloison légère - - 1
Total 3.15+25 x e

1.2.2. Les charges d’exploitation

Charges d’exploitation de défirent locaux


Désignation q (kN/m²)
Local commercial 5 kN/m²
Local d’habitation 1,5 kN/m²
Terrasse 1 kN/m²
Balcon 3 kN/m²
couloire 3 kN/m²
1.2.3. Cloisons

Charges des murs et acrotère


Désignation Charge (kN/m)
Cloisons 35 cm 9
Cloisons 25cm 7
Cloisons 20 cm 5.6
Acrotère 2.5

2. Hypothèse de calcul

2.1. Caractéristique de matériaux

2.1.1. Caractéristique de béton

 Dosage en ciment 350 kg/m3 pour la superstructure et 450kg/m3 (HRS) pour l’infrastructure
 Ciment CPJ 42,5
 Dosage de gros béton est 250 kg/m3
 Dosage de béton de propreté est à 150 kg/m3
 La résistance caractéristique de béton à 28j est :
- fc28=22 MPa pour les poteaux et les voiles (béton préparé sur place)
- fc28=25 MPa pour les dalles, les poutres et voile ascenseur (béton prêt à l’emploi)
 La résistance caractéristique de béton à 28j est : ftj = 0,6 + 0.06 × fc28
- fc28 = 22 MPa ftj = 1,92 MPa
- fc28 = 25 MPa ftj = 2,10 MPa

ENIS 2015/2016 15
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 Le module de déformation longitudinale instantanée du béton à 28 jours pour les charges dont
la durée d’application est inférieur à 24 heures :
3
𝐸𝑖28 = 11000 √𝑓𝑐28
- Ei28 = 30822 MPa pour fc28 = 22 MPa
- Ei28 = 32164 MPa pour fc28 = 25 MPa
 Le coefficient partiel de sécurité du béton : b = 1,5
0,85×fc28
 Résistance de calcul du béton : fbu = ×b
0,85×22
- fbu = = 12,47 MPa pour fc28 = 22MPa
1×1,5

- fbu = 14,17 MPa pour fc28 = 25MPa


 La contrainte limite de compression du béton : ̅ bc = 0,6 fc28

- ̅ bc =13.20 MPa pour fc28 = 22MPa


- ̅ bc =15 MPa pour fc28 = 25MPa
 Le poids volumique du béton armé : = 25 kN/m3

2.1.2. Caractéristiques de l’acier

Armatures longitudinales

On a utilisé des armatures à haut adhérence de nuance FeE 400 dont leurs caractéristiques sont :
 La limite d’élasticité garantie : ƒe= 400 MPa
 Le coefficient partiel de sécurité de l’acier : s = 1,15
𝑓
 La résistance de calcul des armatures à haute adhérence (HA) à ELU : 𝑓𝑠𝑢 = 𝑒 = 348 MPa
𝑠
 Le coefficient de fissuration :  = 1.6
 Le coefficient de scellement : s = 1.5
 Module d’élasticité de l’acier : Ei = 2 x 105 MPa

Armatures transversales

On a utilisé des armatures HA8 qui ont les mêmes caractéristiques que les armatures
longitudinales et des aciers ronds lisses de nuance FeE 235 MPa dont leurs caractéristiques sont :
 La limite d’élasticité garantie : ƒet= 235 MPa
𝑓
 La résistance de calcul des armatures rondes lisses (RL) à ELU : 𝑓𝑠𝑢 = 𝑒 = 204,35 𝑀𝑃𝑎
𝑠
 Le coefficient de fissuration : = 1
 Le coefficient de scellement : s= 1
 Module d’élasticité de l’acier : Ei = 2 x 105 MPa

ENIS 2015/2016 16
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

2.2. Hypothèse de dimensionnement


Le bâtiment est situé dans la région de SFAX, elle a un climat qu’on peut le considérer non
agressif pour les éléments de superstructure et agressif pour les éléments de l’infrastructure, où on a
l’adopté les hypothèses suivant :
 Hypothèses d’emplacement géométrique : (vis-à-vis le vent)
 Région II
 site normal
 Les éléments de la superstructure
 Fissuration peut préjudiciable FPP
 Enrobage égale à 2.5 cm
 Les éléments de l’infrastructure
 Fissuration très préjudiciable FTP
 Enrobage égale à 5 cm

2.2.1. Dimensionnement à l’ELU

Pour le dimensionnement des armatures à l’ELU :


 les coefficients de pondération sont pris égal à :
 1,35 pour les charges permanentes
 1,5 pour les charges d’exploitation
0.85×fc28
 La contrainte en compression du béton : fbu = ×b
 fbu=12,47 MPa pour fc28 = 22MPa
 fbu=14,17 MPa pour fc28 = 25MP
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux :
𝑓𝑒
𝑓𝑠𝑢 = = 348𝑀𝑃𝑎
𝑠

2.2.2. Dimensionnement à l’ELS


Pour la vérification des contraintes à l’ELS, on considère :
 La contrainte admissible en compression du béton est égale à : ̅ bc = 0,6 fc28
 ̅ bc =13,20 MPa pour fc28 = 22MPa
 ̅ bc =15 MPa pour fc28 = 25MPa
 La contrainte admissible de traction dans les aciers longitudinaux :
2
̅𝑠 = min(3 𝑓𝑒 ; 110√ × 𝑓𝑡𝑗 )
 Pour FP (fissuration préjudiciable) : 
 ̅ s =192.80 MPa pour fc28 = 22MPa
 ̅ bc =201.63 MPa pour fc28 = 25MPa
2
̅𝑠 = min(3 𝑓𝑒 ; 90√ × 𝑓𝑡𝑗 )
 Pour FTP (fissuration très préjudiciable) : 
 ̅ s =157.70 MPa pour fc28 = 22MPa
 ̅ bc =164.97 MPa pour fc28 = 25MPa

ENIS 2015/2016 17
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

IV. Calcul manuel d’une nervure continue

1. Introduction

Le dimensionnement d’un plancher à corps creux est effectué par le calcul d’une nervure. La
nervure se calcule comme une poutre en T vue la forme donnée par la dalle de compression et la
géométrie de l’hourdis. La nervure, tout comme la poutre, peut être continue ou isostatique.

2. Donnée du calcul

2.1. Emplacement
On a choisi une nervure à 4 travées située au plancher haut rez-de-chaussée.

Figure.IV.1. Emplacement de la nervure

2.2. Présentation de la nervure

2.2.1. Prédimensionnement de la nervure :

La nervure étudiée est considérée comme une poutre à 4 travées de section en T. Pour
déterminer la hauteur de la nervure, on utilise la formule suivante :
L
h ≥ 22,5 ; poutre ou panneau de dalle continue

On a la longueur de la travée la plus longue est : L1 = 4,6 m

ENIS 2015/2016 18
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

L1 4.6
22,5 = 22,5 = 0,204 m

 On prend h = 21 cm
Par conséquence, le plancher
est du type (16+5)
Les dimensions de la section
de la nervure sont :
b = 33 cm ; b0 = 5 cm ; h = 21
cm ; h0 = 7 cm

Figure.IV.2. Détail de la section de la nervure

Figure.IV.3. Schéma mécanique de la nervure

2.2.2. Charges appliquées sur la nervure :

 Charge permanente :
La charge permanente surfacique g d’un plancher courant : 6 KN/m²
 G = b x g = 0,33x6 = 1,98 KN/ml
 Charge d’exploitation :
La charge d’exploitation surfacique q d’un plancher courant : 1,5 KN/m²
 Q = b x q = 0,33x1,5 = 0,495 KN/ml
On obtient ainsi :
 A l’ELU : Pu = 1,35 x G +1,5 x Q = 3,42 KN/ml
 A l’ELS : Ps = G + Q = 2,48 KN/ml

3. Calcul des sollicitations

3.1. Choix de la méthode de calcul


Pour calculer les sollicitations de la nervure continue, il faut tout d’abord préciser la méthode
de calcul (méthode forfaitaire, méthode de Caquot et méthode de Caquot minorée). Pour cela il y a 4
conditions à vérifier :

ENIS 2015/2016 19
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

a) Condition 1 : q ≤ 2g et q ≤ 5KN/m²
1.5KN/m² ≤ 2x6KN/m² et 1.5KN/m² ≤ 5KN/m²  condition1 vérifiée
b) Condition 2 :
Les inerties des travées sont constantes pour toute la nervure :  condition 2 vérifiée
c) Condition 3 :
li l4 3.34
0.8 ≤ ≤ 1.25 : 0.8 ≤ = = 0.85 ≤ 1.25
li−1 l3 3.92
l3 3.92 l2 3.98
0.8 ≤ = = 0.98 ≤ 1.25 ; 0.8 ≤ = = 0.87 ≤ 1.25  Condition 3 vérifiée
l2 3.98 l1 4.6

d) Condition 4 : fissuration peu préjudiciable  Condition 4 vérifiée

3.2. Moment fléchissant


Les moments maximaux se calculent par la méthode forfaitaire comme suit :

Figure.IV.4. Moments fléchissant dans la nervure par méthode forfaitaire


𝑞
avec 𝛼 = 𝑞+𝑔

M0i : moment maximale de la travée de référence (travée isostatique de même portée et de


même chargement que la travée i
Mw +M𝑒
MT2 ≥ [max(1 + 0.3 × α) × M03; 1.05 × M03]-| |
2

3.2.1. Moment isostatiques des travées :

Dans notre cas les travées sont chargées uniformément réparties. Alors les moments M0i des
travées de références sont donnés par la formule :
𝑃𝑢 ×𝐿𝑖 ² 1,5
M0𝑖 = 𝛼 = 1,5+6 = 0.2
8

Moments isostatiques des travées


travée 1 travée 2 travée 3 travée 4
ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS
M0 (KN.m)
9,05 6,55 6,77 4,90 6,57 4,75 4,77 3,45

ENIS 2015/2016 20
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Travée 1 : Mt1 = (0,6 + 0,15 × α) × M01


Mt1 = (0,6 + 0,15 × 0,2) × 9,05 = 5,7 KN. m
Travée 2 : Mt2 = (0,5 + 0,15 × α) × M02
Mt2 = (0,5 + 0,15 × 0,2) × 6,77 = 3,58 KN. m
Travée 3 : Mt3 = (0,5 + 0,15 × α) × M03
Mt3 = (0,5 + 0,15 × 0,2) × 6,57 = 3,48 KN. m
Travée 4 : Mt4 = (0,6 + 0,15 × α) × M04
Mt4 = (0,6 + 0,15 × 0,2) × 4,77 = 3 KN. m

3.2.2. Moments aux appuis intermédiaires :

Pour les appuis intermédiaires, on a :

Ma1 = 0
Ma2 = -0,5 max (M01 ; M02) = -0,5 max (9,05 ; 6,77) = -0,5 x 9,05 = -4,52 KN.m
Ma3 = -0,4 max (M02 ; M03) = -0,4 max (6,77 ; 6,57) = -0,4 x 6,77 = -2,71 KN.m
Ma4 = -0,5 max (M03 ; M04) = -0,5 max (6,57 ; 4,77) = -0,5 x 4,77 = -3,28 KN.m
Ma5 = 0

3.2.3. Moments aux appuis de rive :

Dans le cas où l’appui de rive est solidaire à un poteau ou poutre, il convient de disposer sur
cet appui des aciers supérieurs pour équilibrer un moment au moins égal à :
Ma1 = -0,15 M01 = -0,15 x 9,05 = -1,36 KN.m
Ma5 = -0,15 M04 = -0,15x 4,77 = -0,7161 KN.m

3.2.4. Vérification des moments en travée :


Ma2
 Travée 1 : Mt1 ≥ max[(1 + 0.3 × α) × M01; 1,05 × M01]-| |
2

−4,525
Mt1 = 5,7 KN. m ≥ max[(1 + 0,3 × 0,2) × 9,05; 1,05 × 9,05] − | | = 7,33 KN. m
2

 La condition n’est pas vérifiée  Mt1 = 7,33 KN.m


Ma2 +Ma3
 Travée 2 : MT2 ≥ [max(1 + 0,3 × α) × M02; 1,05 × M02]-| |
2
−4,525−2,71
Mt2 = 3,58 KN. m ≥ max[(1 + 0,3 × 0,2) × 6,77; 1,05 × 6,77] − | | = 3,56KN. m
2

 La condition est vérifiée  Mt2 = 3,58 KN.m


Ma3 +Ma4
 Travée 3 : MT2 ≥ [max(1 + 0,3 × α) × M03; 1,05 × M03]-| 2
|

ENIS 2015/2016 21
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

−2,71−3,285
Mt3 = 3,48 KN. m ≥ max[(1 + 0,3 × 0,2) × 6,57; 1,05 × 6,57] − | | = 3,96 KN. m
2

 La condition n’est pas vérifiée  Mt3 = 3,96 KN.m


Ma4
Travée 4 : Mt1 ≥ [max(1 + 0,3 × α) × M04; 1,05 × M04]-| |
2
−3.285
Mt4 = 3 KN. m ≥ max[(1 + 0.3 × 0.2) × 4.77; 1.05 × 4.77] − | | = 3.41 KN. m
2

 La condition n’est pas vérifiée  Mt3 = 3.41 KN.m

Le tableau suivant englobe la détermination des moments fléchissant à l’ELU et l’ELS :


Moments en travées et sur appuis à l’ELU et l’ELS
travée 1 travée 2 travée 3 travée 4
appui 1 appui 2 appui 3 appui 4 appui 5
A L'ELU
Mt (KN.m) 5,7 3,58 3,48 3,00
Ma(KN.m) 0 4,52 2,71 3,28 0
vérification Mt
7,33 3,56 3,96 3,41
(KN.m)
Mt (KN.m) 7,33 3,58 3,96 3,41
A L'ELS
Mt(KN.m) 4,12 2,60 2,52 2,17
Ma(KN.m) 0 3,27 1,96 2,38 0
vérification
Mt(KN.m) 5,30 2,58 2,87 2,47
Mt (KN.m) 5,30 2,60 2,87 2,47

Figure.IV.5. Diagramme des moments maximaux à l’ELU

ENIS 2015/2016 22
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.IV.6. Diagramme des moments maximaux à l’ELS

3.3. Effort tranchant

3.3.1. Effort tranchant de référence :

Pu1 L
L’effort tranchant de référence V0i de la travée d’ordre i est donné par la formule : Voi =
2

Valeurs maximales de l’effort tranchant de référence


formule Valeur (kN)
Pu1 L 3,42 × 4,6
V01 = 7,86
2 2
Pu2 L 3,42 × 3,98
V02 = 6,8
2 2
Pu3 L 3,42 × 3,92
V03 = 6,69
2 2
Pu4 L 3,42 × 3,34
V04 = 5,70
2 2

3.3.2. Effort tranchant de la nervure:

Figure.IV.7. Répartition des efforts tranchants sur les appuis


Effort tranchant dans la nervure
effort tranchant des appuis
gauche droite
apui1 0 7,85
apui2 -8,64 7,47
apui3 -6,79 6,69
apui4 -7,36 6,27
apui5 -5,70 0

ENIS 2015/2016 23
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.IV.8. Diagramme des efforts tranchant à l’ELU

Figure.IV.9. Diagrammes des sollicitations par le logiciel Arche

ENIS 2015/2016 24
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4. Calcul du ferraillage

Pour calculer la nervure, on va la considérer comme une poutre en T qui travaille en flexion
simple. On pose que les fissurations sont peu préjudiciables, on va procéder par le dimensionnement
à l’ELU, puis une vérification à L’ELS, ainsi que la vérification de la condition de non fragilité.

4.1. Armatures longitudinales


On a les données suivantes :
- b=0,33 m ; b0 = 0,07 m ; h=0,21 m ; h0=0,05 m
- d = 0,9 x h = 0,9 x 0,21= 0.189
- fc28= 25 MPa ; ft28 = 0.6 + 0.06 fc28 = 2.1 MPa
0,85 fc28 0,85×25
- fbu = = = 14,17 MPa
θ γb 1×1,5
fe 400
- fe = 400 MPa fsu = = = 348 MPa
γs 1,15
- fbc = b × h0 × fbu = 0,33 × 0,05 × 14,17 = 0,234 MN
h0 0.05
- Zb = d − = 0,189 − = 0,154 m
2 2
- Mtu = fbc × Zb = 0,234 × 0,164 = 38,37 KN. m

Exemple de calcul : 1ère travée :


 Dimensionnement à l’ELU
Mt1= 7,33 KN.m
Mtu = 38,37 KN.m
 Mt1 < Mtu  La section est considérée comme rectangulaire (0.33x0.21)
Mt1= 7,33 KN.m
M 7.33
μu = bd²ft1 = 0.33×0.1892×14.17×1000 = 0,044 ≤ 0,39  Asc = 0
bu

α = 1.25(1 − √1 − 2μu ) = 0.056


yu = αd = 0,056 × 0189 = 0.01
z = d(1 − 0,4 × α) = 0.189 × (1 − 0,4 × 0,058) = 0,185
Mt1 7.33
Ast = = 0,185×348×1000 = 1,14 cm²
zfsu

 Condition de non fragilité :


B = b0 h + (b − b0 )h0 = 0,07 × 0,21 + (0,33 − 0,07)0.05 = 0,0277 m²
b0 h²+(b−b0 )h0 2 0.07×0.212 +(0.33−0.07)0.05²
v= = = 0.067 m
2B 2×0.0277

v ′ = h − v = 0,21 − 0,067 = 0,143 m

ENIS 2015/2016 25
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

b0 h3 (b−b0 )h0 3
I= + − Bv 2 = 1,026 10−4 m4
3 3

I ft28 1.026 10−4 2.1


Amin = . = . = 0,221 cm2 ≤ Ast = 1,14 cm²
0,81 h v′ fe 0,81×0,21×0,143 400

 Ast réelle = 1,14 cm²


 Choix des armatures: 1HA14 (1.539 cm) + 1HA 8 (armatures de montage)
 Vérification à l’ELS :

Nous devons vérifier :


Mser
 σbc ≤ σbc ; σbc = y1 et σbc = 0,6 × fc28
ISRH

b
f(h0 ) = h20 − 15Ast (d − h0 )
2
0.33
f(h0 ) = 0.052 − 15 × 1.539 × 10−4 (0.189 − 0.05) = 9.16 10−5 > 0
2

 L’axe neutre est dans la table et la section sr comporte comme une section rectangulaire
by1 2
+ 15(Ast )y1 − 15(Ast × d) = 0
2
0.33
𝑦1 2 + 15 × 1.539 10−4 𝑦1 − 15(1.539 10−4 × 𝑑) = 0
2
by1 3
ISRH = + 15Ast (d − y1 )2  y1 = 0.045 m
3
0.33×0.0453
ISRH = + 15 × 1.539 10−4 (0.189 − 0.045)2 = 5.8 10−5 m4
3
Mser 5.3 10−3
σbc = y1 = 5.8 10−5 0.045 = 4.11 MPa ; σbc = 0,6 × fc28 = 0,6 × 25 = 15 MPa
ISRH

 La condition σbc ≤ σbc est vérifiée


Sections d’aciers en travées
Dimensionnement à l'ELU
travée 1 travée 2 travée 3 travée 4
Mu (MN.m) 0,007 0,004 0,004 0,003
Mtu (MN.m) 0,038 0,038 0,038 0,038
μu 0,044 0,021 0,024 0,020
α 0,056 0,027 0,030 0,026
yu(m) 0,011 0,005 0,006 0,005
Z (m) 0,185 0,187 0,187 0,187
Ast (cm²) 1,14 0,55 0,61 0,52
Asc (cm²) 0 0 0 0
Amin(cm²) 0,221 0,221 0,221 0,221
Amin(cm²)<Ast (cm²) vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée
chois des barres HA14 HA10 HA10 HA10
armatures supérieurs
HA8 HA8 HA8 HA8
(montage)
Ast réelle (cm²) 1,54 0,79 0,79 0,79

ENIS 2015/2016 26
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

vérification à l'ELS
travée 1 travée 2 travée 3 travée 4
Mser (KN.m) 5,30 2,60 2,87 2,47
f(h0) f(h0)>0 f(h0)>0 f(h0)>0 f(h0)>0
comportement de la section rectangulaire rectangulaire rectangulaire rectangulaire
(0,33x0,21) (0,33x0,21) (0,33x0,21) (0,33x0,21)
y1 (m) 0,045 0,033 0,033 0,033
ISRH (m4) 5,8E-05 3,3E-05 3,3E-05 3,3E-05
σbc (Mpa) 4,11 2,65 2,93 2,52
σbc (MPa) 15 15 15 15
𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝜎𝑏𝑐 vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée

Sections d’acier sur appuis


appui1 appui2 appui3 appui4 appui5
Mu (KN.m) -1,355 -4,517 -2,705 -3,280 -0,714
μu (m) 0,008 0,027 0,016 0,020 0,004
α 0,010 0,034 0,020 0,025 0,005
yu (m) 0,002 0,006 0,004 0,005 0,001
Z (m) 0,188 0,186 0,187 0,187 0,189
Ast (cm²) 0,21 0,70 0,41 0,51 0,11
Asc (cm²) 0 0 0 0 0
Amin(cm²) 0,41 0,41 0,41 0,41 0,41
non non
Amin(cm²)<Ast (cm²) vérifiée vérifiée vérifiée
vérifiée vérifiée
choix des barres HA8 2 HA8 HA8 2 HA8 HA8
Astréelle (cm²) 0,50 0,79 0,50 0,79 0,50

4.2. Armatures transversales


Pour effectuer le calcul des armatures transversales, on va mener un calcul détaillé pour la 1ère
travée à demi-travée et on donnera tous les résultats dans un tableau.

4.2.1. Vérification du béton vis-à-vis l’effort tranchant :

L’effort tranchant maximal sur cette travée est : |𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | = 8,64 𝐾𝑁


|𝑉𝑢𝑚𝑎𝑥 | 8,64 10−3
 La contrainte tangente conventionnelle est : 𝜏𝑢 = = = 0,653 𝑀𝑃𝑎
𝑏0𝑑 0,07×0,189

La vérification de cette contrainte est effectuée avec la contrainte limite ̅̅̅̅


𝜏𝑢 ;
𝑓𝑐28
𝜏𝑢 = min (0,2
̅̅̅ ; 5 𝑀𝑃𝑎) ; α = 90° et fissuration peu préjudiciable
𝛾𝑏

25
𝜏̅̅̅
𝑢 = min (0,2 1.5 ; 5 𝑀𝑃𝑎) = 3.33 𝑀𝑃𝑎

 𝜏𝑢 ≤ ̅̅̅
𝜏𝑢 : Béton vérifié vis-à-vis l’effort tranchant

ENIS 2015/2016 27
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.2.2. Armatures d’âme :


A b0 γs (τu0 −0,3 k ft28 )
( s t) ≥ ; α = 90°
t 0,9 fet (sinα+cosα)
V 5h
τu0 = b u0d ; avec Vu0 = Vumax (1 − 3L )
0 1

k=1 ; flexion simple sans reprise de bétonnage


5h 5×0.21
Vumax (1−
3L1
) 8.64 10−3 (1− )
τu0 = = 3×4.6
= 0.588 MPa
b0 d 0,07×0,189

𝐴 0,07×1.15×(0.588−0,3×1×2,1) 𝐴
 ( 𝑠 𝑡) ≥ ( 𝑠 𝑡) ≥ −1.6 10−5
𝑡 0.9×235 𝑡

I-1-2) Diamètre des aciers transversaux :

Φ𝑙 : 𝑎𝑐𝑖𝑒𝑟𝑠 𝑙𝑜𝑛𝑔𝑖𝑡𝑢𝑑𝑖𝑛𝑎𝑙𝑒𝑠 = 14𝑚𝑚


ℎ⁄ = 6𝑚𝑚
Φ𝑡 ≤ { 35
𝑏0⁄
10 = 7𝑚𝑚

On prend Φt= 6mm. Pour une nervure on prend comme aciers transversales un épingle, donc
At= (2 Φt² π)/4  At=0.57cm²

4.2.3. Pourcentage minimale d’armatures transversales :

Pour éviter une rupture due à l’effort tranchant on disposera un minimum d’armatures
transversales :
τ
At sup(0.4; u0 )b0
2
 Pour α = 90° ; ( s ) ≥
tmin fet
0.6
A sup(0.4; )0.07 A
( s t) ≥ 2
 ( s t) ≥ 1.19 cm2 /m
t min 235 t min
0.57 0.57
 st0 ≤ 1.19  st0 ≤ 1.19  st0 ≤ 47.9𝑐𝑚
 Espacement maximale :
st = min{0,9 d; 40cm} = min{17cm; 40cm} = 17cm
On fait la répartition par la méthode de Caquot :
On prend sto = 17 cm  sto/2 = 8.5
On place le premier cadre à x = 8.5 cm et le premier espacement 16 cm. On choisit la valeur
immédiatement inférieure ou égale à de sto de la suite de Caquot :
(7-8-9-10-11-13-16-20-25-35-40 )

ENIS 2015/2016 28
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Armatures transversales
travée 1 travée 2 travée 3 travée 4
|Vu max | (kN) 8,64 7,48 7,36 6,27
Vu0 (kN) 7,78 6,73 6,63 5,65
τu0 (MPa) 0,59 0,51 0,50 0,43
A cm2
( sst)calculé (
m
) -0,16 -0,46 -0,49 -0,77
t
A cm2
( st)minimale ( ) 1,19 1,19 1,19 1,19
st m
Ast choisi cm2
(s ) (m) 1,19 1,19 1,19 1,19
t
stocalculée (cm) 48 48 48 48
stomaximale (cm) 17 17 17 17
choisi
sto (cm) 16 16 16 16
répartition à demi-travée 8 − 13 × 16 − 14 8 − 11 × 16 − 15 8 − 11 × 16 − 12 8 − 9 × 16 − 15

4.3. Vérifications

4.3.1. Vérification de la flèche :

La vérification de flèche se fait suivant 3 conditions :


h 1 h 1 Mt A 4.2
{ ≥ ; ≥ ; ≤ }
l 22.5 l 10 M0 b0 .d fe

Avec : - M0 : moment de la travée de référence


- Mt : moment maximal en travée
- A : section d’aciers tendus en travée
NB : la vérification de la flèche est menée à l’état limite de service
Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :
Vérification de flèche dans la nervure
travée T1 T2 T3 T4
h (m) 0,21 0,21 0,21 0,21
L (m) 4,6 3,98 3,92 3,34

0,046 0,053 0,054 0,063
𝑙
1
0,044 0,044 0,044 0,044
22.5
condition 1 vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée
M0 (kN.m) 6,546 4,901 4,754 3,451
Mt (kN.m) 5,303 2,597 2,871 2,470
1 𝑀𝑡
10 𝑀0
0,081 0,053 0,060 0,072
condition 2 non vérifiée non vérifiée non vérifiée non vérifiée
Ast 1,54 0,79 0,79 0,79
Ast
0,010 0,001 0,001 0,001
b d
4,2
fe
0,011 0,011 0,011 0,011
condition 3 vérifiée vérifiée vérifiée vérifiée

ENIS 2015/2016 29
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.3.2. Vérification de l’acier de glissement sur les appuis :

Pour assurer le non glissement du béton sur les appuis, il faut prolonger les aciers
longitudinaux inférieurs de façon à vérifier la condition suivante :
 Appui de rive (appui1) :
(|Vu max |)×𝛾𝑠
Ag ≥ fe

7.86 10−3 ×1.15


Ag ≥ = 0.23 cm²
400

 Appui intermédiaire (appui2) :


|Mu |
(|Vu max |− )×𝛾𝑠
Ag ≥ 0.9 d
fe

- à gauche de l’appui :
4,52
(8,64− )10−3 ×1.15
0.9 0.45
Asg ≥ = −0.07cm²
400

- à droite de l’appui
4,52
(7,48− )10−3 ×1.15
0.9 0.45
Asg ≥ = −0.11cm²
400

Donc pour l’appui 2 on n’a pas besoin d’acier de glissement, mais il est préférable de
prolonger les aciers longitudinaux jusqu’aux appuis.
On donne tous les résultats sur le tableau suivant :
Vérification des aciers de non glissement
|Vu max | (kN) Ag (cm²) Ag (choisi) (cm²)
|Mu |(kN. m)
gauche droite G D G D
apui1 0 7,86 - - 0,23 - Ast de T1

apui2 8,64 7,48 4,52 -0,07 -0,11 Ast de T1 Ast de T2


apui3 6,80 6,69 2,71 0,00 0,00 Ast de T2 Ast de T3
apui4 7,36 6,27 3,28 -0,02 -0,05 Ast de T3 Ast de T4
apui5 5,70 0 - 0,16 - Ast de T4 -

4.3.3. Vérification de la compression de la bielle du béton :


a
La bielle de béton supporte une compression Fc = Vu max √2 sur une section b0 ×
√2

où 𝑎 est : a = min(a′ ; 0,9d) et a′ = (b − enr − 2cm)


0,8 𝑓𝑐28
𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝛾𝑏

ENIS 2015/2016 30
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 √2 2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 0,8 𝑓𝑐28


𝜎𝑏𝑐 = 𝑎 = ≤
𝑏0 𝑏0 𝑎 𝛾𝑏
√2

 Appui 1 : a′ = (22 − 2 − 2) = 18cm  a = min(18; 0,9 × 18,9) = 17cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 7,86 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0,17×0,07 = 0,53 MPa ≤ = 13,33MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

 Appui 2 : a′ = (22 − 2 − 2) = 18cm  a = min(18; 0,9 × 18,9) = 17cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 8,64 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0,17×0,07 = 0,58MPa ≤ = 13,33MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

 Appui 3 : a′ = (22 − 2 − 2) = 18cm  a = min(18; 0,9 × 18,9) = 17cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 6,80 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0,17×0,07 = 0,46 MPa ≤ = 13,83MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

 Appui 4 : a′ = (22 − 2 − 2) = 18cm  a = min(18; 0,9 × 18,9) = 17cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 7,36 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0,17×0,07 = 0,5 MPa ≤ = 13,33MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

 Appui 5 : a′ = (22 − 2 − 2) = 18cm  a = min(18; 0,9 × 18,9) = 17cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 5,70 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0,17×0,07 = 0,39 MPa ≤ = 13,33MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

4.3.4. Arrêt forfaitaire des barres :

On a au niveau des travées un seul lit d’armatures, donc on va effectuer l’arrêt de barres
juste pour les appuis comme le montre la figure suivante :

Figure.IV.10. Arrêts forfaitaires des barres

- Appui 2 :
fc28 = 25 MPa et fe = 400 MPa  ls = 35,3Φ = 35,3 cm (HA10)
l12 = max (l1, l2) = max (4,6 ; 3,98) = 4.6 m

ENIS 2015/2016 31
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

l 460
max ( 12 ; ls ) = max ( ; 35,3) = 115 cm du coté de la travée de rive
′ 4 4
𝑙 ={ l 460
max ( 12 ; ls ) = max ( ; 35,3) = 92 cm du coté de la travée intermédiaire
5 5

115 cm du coté de la travée de rive


𝑙′ = {
95 cm du coté de la travée intermédiaire
- Appui 3 :
fc28 = 25 MPa et fe = 400 MPa  ls = 35,3Φ = 28,24 cm (HA8)
l23 = max (l2, l3) = max (3,92 ; 3,98) = 3.98 m
l 398
l′ = max ( 23 ; ls ) = max ( ; 28,24) = 79.6 cm
5 5

On prend l’ = 80 cm

- Appui 4 :
fc28 = 25 MPa et fe = 400 MPa  ls = 35.3Φ = 35.3 cm (HA10)
l34 = max (l3, l4) = max (3.92, 3.34) = 3.92 m
l 392
max ( 34 ; ls ) = max ( ; 35,3) = 98 cm du coté de la travée de rive
4 4
𝑙′ = { l 392
max ( 34 ; ls ) = max ( ; 35,3) = 78,4 cm du coté de travée intermédiaire
5 5

100 cm du coté de la travée de rive


𝑙′ = {
80 cm du coté de la travée intermédiaire

ENIS 2015/2016 32
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Schéma de ferraillage de la nervure

ENIS 2015/2016 33
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Ferraillage de de la nervure par le logiciel arche

ENIS 2015/2016 34
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

V. Etude d’une poutre continue


1. Introduction

Les poutres sont des éléments de structure porteurs qui transmettent les charges aux poteaux.
Il peut être isostatique ou continues. Dans notre cas, la poutre étudiée est située au niveau du plancher
haut rez-de-chaussée.

Figure.V.1. Emplacement de la poutre


Cette poutre est composée de 3 travées. En plus de la charge répartie provenant des planchers,
il s’agit d’une force concentrée soumise par une poutre sur chaque travée de ces trois.

2. Evaluation des charges

Charges réparties sur la poutre

travée1 travée2 travée3


charge répartie G(kN/m) 10,14 10,14 4,92
charge répartie Q(kN/m) 2,54 2,54 1,23
pu (kN/m) 17,50 17,50 8,49
ps(kN/m) 12,68 12,68 6,15
charge concentrée FG(kN) 36,1 32 17
charge concentrée FQ(kN) 9,7 10 7,74
Fu 63,56 58,20 28,38
Fs 46 42 20,12

ENIS 2015/2016 35
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3. Pré-dimensionnement

3.1. Détermination de h
Pour pré-dimensionner les sections, on doit choisir h qui vérifie les conditions suivante :
L L 4.75
 h≥ ; 161 = = 0.3m
16 16
L2 5.44
= = 0.34m
16 16
L3 4.03
= = 0.25m
16 16

3 𝑀
 0𝑢
h ≥ √0.4 (0.9)3 ×𝑓
𝑏𝑢 ×𝜇𝑙𝑢

Mou : moment isostatique sur la travée


h : hauteur de la section
μlu : 0.39 ( fe=400MPa)
fbu : 14.17 MPa
Moments isostatiques maximaux dans la poutre
travée1 travée2 travée3
L(m) 4,75 5,44 4,03
point d'application de F(m) 3,48 1,98 2,6
Mu0(kN.m) 89,71 122,35 37,52

3 122.35×10−3
On prend le moment le plus grand (travée 2) : h ≥ √0.4 (0.9)3 ×14.17×0.39  h ≥ 0.423 m

Vu qu’il s’agit une poutre qui se reposent sur la poutre étudiée de hauteur 45 cm
on pose h = 50 cm et b =22 cm
3.2. Correction des charges
Correction des charges de la poutre (ajout de poids propre)
travée1 travée2 travée3
charge répartie G(kN/m) 12,89 12,89 7,67
charge répartie Q(kN/m) 2,54 2,54 1,23
pu (charge) (kN/m) 21,21 21,21 12,20
ps (charge) (kN/m) 15,43 15,43 8,9
pu (décharge) (kN/m) 17,4 17,4 10,35
ps (décharge) (kN/m) 12,89 12,89 7,67
charge concentrée FG(kN) 36,1 32 17
charge concentrée FQ(kN) 9,7 10 7,74
Fu (charge) 63,29 58,20 34,56
Fs (charge) 45,8 42 24,74
Fu (décharge) 48,75 43,2 22,95
Fs (décharge) 36,1 32 17

ENIS 2015/2016 36
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.3. Cas de charge

Figure.V.2. Cas de charge 1 : CCC

Figure.V.3. Cas de charge 2 : DCD

Figure.V.4. Cas de charge 3 : CDC

3.4. Choix de la méthode de calcul


Le calcul de la poutre continue est effectué selon une des 3 méthodes :
 Méthode forfaitaire
 Méthode de Caquot
 Méthode de Caquot minorée
On choisit la méthode suivant 4 conditions:
q = 1.5kN/m² ≤ 2g = 12kN/m²
 {  Vérifiée
q = 1.5kN/m² ≤ 5kN/m²
 Les moments d’inertie des sections transversales sont identiques le long de la poutre 
Vérifiée
 Les portées successives sont dans un rapport entre 0.8 et 1.25

ENIS 2015/2016 37
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

l3 4.03
= = 0.74 ∉ [0.8,1.25]  Non vérifiée
l2 5.44

 Fissuration peu préjudiciable  Vérifiée


Alors la méthode qu’on va adoptée est la méthode de Caquot minorée

4. Calcul des sollicitations

4.1. Moments fléchissants

4.1.1. Moments sur appuis :


Dans le cas étudiée, on a l’inertie des poutres est constante pour les différentes travées.
Donc nous pouvons appliquer des formules simplifiées pour le calcul des moments sur appuis
∑ kw ×Pw ×l′2 ′2
w +∑ ke ×Pe ×le
 Moments dues à la charge concentrée : Mai = − l′w +l′e

1 a a aw 1 a a a
Avec k w = 2.125 l′w (1 − l′𝑤 ) (2 − ) ; k e = 2.125 l′e (1 − l′e ) (2 − l′e )
w w l′w e e e

l = l pour les travée de rives
et { ′
l = 0.8l pour les travées intermédiaires

Figure.V.5. Effet de charges concentrées


pw ×l′3 ′3
w +pe ×le
 Moments dues à la charge répartie : Mai = − 0.85(l′w +l′e )

Figure.V.6. Effet des charges réparties


l′ = l pour les travée de rives
Avec { ′
l = 0.8l pour les travées intermédiaires

ENIS 2015/2016 38
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Combinaison1 (CCC) :

ELU :
- Moments dues à la charge concentrée :

 Appui 1 : Ma1 = 0 kN.m


 Appui 2 :
2 2
Pw = 1.35 FG1 + 1.5FQ1 =1.35 36.1+1.5 9,7 = 47.04 kN
3 3
2 2
Pe = 1.35 FG2 + 1.5FQ2 =1.35 32+1.5 10 = 43.8 kN
3 3
aw= 4.75-3.48 =1.27m; ae = 1.98m; l’w = l’ = 4.75m; l’e = 0.8 l’ = 4.352 m
1 1.27 1.27 1.27 1 1.98 1.98 1.98
k w = 2.125 4.75 (1 − 4.75) (2 − 4.75) = 0.16 ; k e = 2.125 4.352 (1 − 4.352) (2 − 4.352) = 0.18
0.16×47.04× 4.75²+0.18×43.8×4.352²
Ma2 = − = - 35.06 kN.m
4.75+4.352
 Appui 3 :
2 2
Pw = 1.35 FG2 + 1.5FQ2 =1.35 32 + 1.5 10 = 43.8 kN
3 3
2 2
Pe = 1.35 FG3 + 1.5FQ3 =1.35 12,02 + 1.5 8,1 = 26.91 kN
3 3
aw= 3.46m; ae = 2.6m; l’w = l’ = 4.352 m; l’e = 0.8 l’ = 4.03 m
1 3.46 3.46 3.46
k w = 2.125 4.352 (1 − 4.352) (2 − 4.352) = 0.092
1 2.6 2.6 2.6
k e = 2.125 4.03 (1 − 4.03) (2 − 4.03) = 0.146
0.092×43.8× 4.352²+0.146×26.91× 4.03²
Ma3 = − = - 16.72 kN.m
4.352+4.03
 Appui 4 : Ma4 = 0 kN.m

- Moments dues à la charge répartie :


 Appui 1 : Ma1 = 0 kN.
 Appui 2 :
2 2 2
pw=1.35 3 G1 + 1.5 3 Q1 = 1.35 3 12.89 + 1.5 2.54 = 15.41 kN/m
2 2 2
pe=1.35 3 G2 + 1.5 3 Q2 = 1.35 3 12.89 + 1.5 2.54 = 15.41 kN/m

l’w = l’ = 4.75m; l’e = 0.8 l’ = 4.352 m


15.41×4.753 +15.41×4.3523
Ma2 = − = -37.76 kN.m
0.85(4.75+4.352)

 Appui 3 :

ENIS 2015/2016 39
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

2 2 2
pw=1.35 3 G2 + 1.5 3 Q2 = 1.35 3 12.89 + 1.5 2.54 = 15.41 kN/m
2 2 2
pe=1.35 3 G3 + 1.5 3 Q3 = 1.35 3 7,67+ 1.5 1.23 = 8.75 kN/m

l’w = l’ = 4.352 m; l’e = 0.8 l’ = 4.03 m


15.41×4.3523 +8.75×4.033
Ma3 = − = -25.87 kN.m
8.5(4.75+4.352)

 Appui 4: Ma4 = 0 kN.m


Moments sur appuis pour la charge CCC
Combinaison 1 (CCC)
Moment sur appui appui 1 appui 2 appui 3 appui 4
Mrépartie (kN.m) 0 -37,77 -25,87 0
ELU Mconcentré (kN.m) 0 -35,06 -16,76 0
Mtotale (kN.m) 0 -72,82 -42,62 0
Mrépartie (kN.m) 0 -27,28 -18,71 0
ELS Mconcentré (kN.m) 0 -25,12 -11,94 0
Mtotale (kN.m) 0 -52,41 -30,64 0

Les moments maximaux sur appuis sont déterminés par la combinaison de charge CCC. Vu
qu’on a besoin des moments sur appuis pour les combinaisons CDC et DCD pour le calcul des
moments maximaux en travées, on a effectué le calcul pour ces deux cas aussi. Les résultats sont
rassemblés dans le tableau suivant.
Tableau récapitulatif des moments sur appuis pour certains cas
appui 1 appui 2 appui 3 appui 4
à l'ELU
combinaison 1 : CCC 0 -72,82 -42,62 0
combinaison 2 : CDC 0 -63,14 -35,08 0
combinaison 3 : DCD 0 -61,78 -37,64 0
à l'ELS
combinaison 1 : CCC 0 -52,41 -30,64 0
combinaison 2 : CDC 0 -45,95 -25,62 0
combinaison 3 : DCD 0 -45,05 -27,32 0

ENIS 2015/2016 40
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.1.2. Moments en travée :

Le moment sur une travée i se calcul à partir de la fonction suivante :


𝑥 𝑥
𝑀𝑖 (𝑥) = 𝜇𝑖 (𝑥) + 𝑀𝑤 (1 − 𝑙 ) + 𝑀𝑒 𝑙
𝑖 𝑖

Avec :
 M(x) : moment de la travée correspondante
 μ(x) : moment dans la travée isostatique de référence
 Mw : moment sur l’appui gauche de la travée
 Me : moment sur l’appui droit de la travée
Dans le but de dimensionner le ferraillage pour les cas extrêmes, on doit effectuer notre
calcul pour les combinaisons des charges la plus défavorable. Pour les moments en travée le cas le
plus défavorable est obtenu :
 Par la combinaison CDC en travée impaire
 Par la combinaison DCD en travée paire
Remarque : Dans notre cas chaque travée est
chargée par une force répartie et une force concentrée
𝑝𝑥 𝐹(𝑙−𝑎)
𝜇(𝑥) = (𝑙 − 𝑥) + 𝑥 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 𝑎
2 𝑙
{ 𝑝𝑥 𝐹𝑎
𝜇(𝑥) = (𝑙 − 𝑥) + (𝑙 − 𝑥) 𝑠𝑖 𝑥 ≥ 𝑎
2 𝑙

Travée 1 (3ème combinaison CDC) :

ELU :
p = 1.35 G1 + 1.5 Q1 = 21.21 kN/m ; F = 1.35 FG1 + 1.5 FG2 = 63.29 kN
Mw = 0 kN.m ; Me = -63.14 kN.m ; a = 3.48 m ; l = 4.75 m
21.21x 63.29(4.75−3.48) x
M1 (x) = (4.75 − x) + x − 63.14 4.75 si x ≤ a
2 4.75
{ 21.21𝑥 63.29×3.48 x
M1 (x) = (4.75 − 𝑥) + (4.75 − 𝑥) − 63.14 si x ≥ a
2 4.75 4.75

M1 (x) = −10.6 x² + 54 x si x ≤ a
{
M1 (x) = −10.6 𝑥² − 9.29 𝑥 + 220.25 si x ≥ a
Chercher l’abscisse du moment maximale signifie chercher l’abscisse ou s’annule la
dérivée du moment M(x)
𝑑𝑀(𝑥≤𝑎)
= 0 → −21.21𝑥 + 54 = 0 → 𝑥1 = 2.54 𝑚 < 𝑎 = 3.48 𝑚 ok
𝑑𝑥
𝑑𝑀(𝑥≤𝑎)
= 0 → −21.21𝑥 − 9.29 = 0 → 𝑥2 = −0.44m n’appartient pas à [0; 𝑙] non vérifié
𝑑𝑥

D’où x0 = x1 = 2.54 m
Mmax = M(x0) = 68.75 kN.m

ENIS 2015/2016 41
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Remarque : Si la valeur de x ne vérifie pas les équations obtenues, l’abscisse du moment


maximale est le point d’application de la force concentrée.
p = 15.42 kN/m ; F = 45.8 kN; l = 4.75 m ; x0 = 2.54 m
ELS : { {
a = 3.48 m ; Mw = 0 kN. m ; Me = −45.97 Mmax = 49.8 kN. m

Travée 2 (2ème combinaison DCD) :

p = 21.21 kN/m ; F = 58.2 kN ; l = 5.44 m ; 𝑥0 = 1.98 𝑚


ELU: { {
a = 1.98 m; Mw = −61.77 kN. m; Me = −37.6 kN. m 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 92.97 𝑘𝑁. 𝑚

p = 15.42 kN/m ; F = 42 kN ; l = 5.44 m; 𝑥0 = 1.98 𝑚


ELS: { {
a = 1.98; Mw = −45.06 kN. m; Me = 27.32 kN. m 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 67.12 𝑘𝑁. 𝑚

Travée 3 (3ème combinaison CDC) :

𝑥0 = 2.6 𝑚
ELU : {p = 12.2 kN/m ; F = 34.56 kN ; l = 4.03 { ;
a = 2.6; Mw = −35.06; Me = 0 kN. m 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 42.12 𝑘𝑁. 𝑚

p = 8.9 kN/m ; F = 24.74 kN ; l = 4,03 𝑥0 = 2.6 𝑚


ELS: { {
a = 2.6 m ; Mw = −25.59 kN. m ; Me = 0 kN. m 𝑀𝑚𝑎𝑥 = 30.3 𝑘𝑁. 𝑚

Tableau récapitulatif des moments sur appuis et en travées


travée 1 travée 2 travée 3
appui 1 appui 2 appui 3 appui 4
à l'ELU
combinaison 1 : CCC 0 -72,82 -42,62 0
moment sur appui (kN.m) combinaison 2 : CDC 0 -63,14 -35,08 0
combinaison 3 : DCD 0 -61,78 -37,64 0
x0 (m) 2,54 1,98 2,6
Moment isostatique 102,51 145,95 54,56
Moment travée 68,75 92,97 42,12
à l'ELS
combinaison 1 : CCC 0 -52,41 -30,64 0
moment sur appui (kN.m) combinaison 2 : CDC 0 -45,95 -25,62 0
combinaison 3 : DCD 0 -45,05 -27,32 0
x0 (m) 2,54 1,98 2,6
Moment isostatique 74,38 105,71 39,37
Moment travée 49,84 67,12 30,3

ENIS 2015/2016 42
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.V.7. Diagramme du moment enveloppe

4.2. Effort tranchant

4.2.1. Effort tranchant sur appui :

L’effort tranchant sur appui se calcul par deux expression ; une à gauche de l’appui et l’autre
à droite :
𝑀𝑖 +𝑀𝑖−1
 A gauche : 𝑉𝑤𝑖 = 𝑉𝑜𝑤 +
𝑙𝑤𝑖
𝑀𝑖+1 +𝑀𝑖
 A droite : 𝑉𝑒𝑖 = 𝑉𝑜𝑒 + 𝑙𝑒𝑖

Avec Voe,Vow : effort tranchant des appui de travée de référence


Mi-1, Mi, Mi+1 : moment sur appui avec leurs signes
Comme on a une
charge concentrée et une
charge répartie à chaque
travée, l’effort tranchant
d’une travée isostatique est
donné par la superposition de
la charge répartie et la charge
concentrée. Elle s’exprime :
𝑙 𝑎𝑤 𝑙 𝑙𝑒 −𝑎𝑒
V𝑜𝑤 = 𝑝𝑤 ( 2𝑤 − 𝑥) − 𝐹𝑤 ; V𝑜𝑒 = 𝑝𝑒 ( 2𝑒 − 𝑥) + 𝐹𝑒
𝑙𝑤 𝑙𝑒

ENIS 2015/2016 43
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Chaque appui atteint la valeur maximale de l’effort tranchant pour une combinaison
adéquate.
Les cas de charges à considérer :
 Appui 3 : (DCC)

Figure.V.8. Cas de charge 1 : DCC

 Appui 2 : (CCD)

Figure.V.9. Cas de charge 2 : CCD

 Appui 1 et 4 : (CDC)

Figure.V.10. Cas de charge 3 : CDC

Appui 1 (combinaison CDC)

p= 21.21 kN.m ; F = 63.29 kN.m ; l = 4.75m ; a = 3.48 m


M1 = 0 kN.m ; M2 = -63.14 kN.m
Vow = 0 kN ; Vw1 = 0

ENIS 2015/2016 44
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.75 4.75−3.48
Voe = 21.21 ( − 0) + 63.29 = 62.3 kN
2 4.75
−63.114−0
Ve1 = Voe + 4.75

Ve1 = 49 kN

Appui 2 (combinaison CCD)

 A gauche : lw = 4.75 m ; aw = 3.48m ; x = lw ; pw = 21.21 kN/m ; Fw = 63.29 kN ;


M1 = 0 kN.m ; M2 = -72,82 kN.m
Vow = -96.74 kN  Vw1 = -112.07 kN
 A droite : le = 5.44 m ; ae = 1.98 m ; x = 0 ; pe = 21.21 kN/m ; Fw = 58.2 kN ;
M2 = -72,82 kN.m ; M3 = -37,64 kN.m
Voe = -94.708 kN  Ve1 = 101.17 kN

Appui 3 (combinaison DCC)


 A gauche : lw = 5.44m ; aw = 1.98m ; x = lw ; pw = 21.21 kN/m ; Fw = 58.2 kN ;
M1 = -61,78 kN.m ; M2 = -42,62 kN.m
Vow =-78.87 kN  Vw1 = -75.35 kN
 A droite : le = 4.03 m ; ae = 2.6 m ; x = 0 ; pe = 12.2 kN/m ; Fw = 34.56 kN ;
M2 = -42,62 kN.m ; M3 = 0 kN.m
Voe = 37.88 kN  Ve1 = 48.45 kN

Appui 4 (combinaison CDC)


 A gauche : lw = 4.03m ; aw = 2.6m ; x = lw ; pw = 12.2 kN/m ; Fw = 34.56 kN ;
M1 = -35.08 kN.m ; M2 = 0 kN.m
Vow = -46.88 kN  Vw1 = -38.17 kN

4.2.2. Effort tranchant en travée :


L’effort tranchant en travée est donnée par la dérivée de l’expression du moment fléchissant
en travée :
𝑝𝑙 𝑙−𝑎 𝑀𝑒 −𝑀𝑤
𝑑𝜇(𝑥) 𝑀𝑒 −𝑀𝑤
−𝑝𝑥 + +𝐹 + 𝑠𝑖 𝑥 ≤ 𝑎
2 𝑙 𝑙
𝑉(𝑥) = +  𝑉(𝑥) = { 𝑝𝑙 𝑙−𝑎 𝑀𝑒 −𝑀𝑤
𝑑𝑥 𝑙
−𝑝𝑥 + +𝐹 −𝐹+ 𝑠𝑖 𝑥 ≥ 𝑎
2 𝑙 𝑙

Exemple : Travée 1 : l’effort tranchant maximal est déterminé par la combinaison de charge
(CCD) au point d’application de la force concentrée à x = 3.48 m
pu = 21.21 kN/m ; Fu = 58.2 kN ; l = 4.75 m ; a = 3.48 m

ENIS 2015/2016 45
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

V(ag ) = −21.21 × 3.48 + 51.96 = −21.85 kN


V(ad ) = −21.21 × 3.48 − 11.32 = −85.13 kN
Par la suite on présente les tableaux récapitulatifs de l’effort tranchant :
Tableau récapitulatif des efforts tranchants sur appui
A1 A2 A3 A4
appui
G D G D G D G D

Vmax (kN) - 54 -112,07 101,17 -75,35 47,42 -38,17 -

Tableau récapitulatif des efforts tranchants maximaux en travée


point x = 3,48 m x = 1,98 m x = 2,6 m
d'application G D G D G D
Vmax (kN) -21,85 -85,13 59,18 -1,96 15,7 -20,73

Figure.V.11. Diagramme enveloppe de l’effort tranchant

ENIS 2015/2016 46
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.V.12. Diagrammes de sollicitations par le logiciel Arche

5. Calcul du ferraillage

5.1. Armatures longitudinales


Etant donné que les fissurations sont peu préjudiciables, on va mener le dimensionnement
des armatures à l’ELU, puis on vérifie à l’ELS. Pour la poutre étudiée de section (22x50) on va
effectuer le calcul pour la 1ère travée puis on donne un tableau résumant tous les cas :
 Dimensionnement à l’ELU :
b = 0.22 m ; d = 0.9h =0.45 m ; fc28 = 25 MPa  fbu = 14.17 MPa ;
fe = 400 MPa  fsu = 347.8 MPa
M 68.75 10−3
MT1 = 68.75 kN.m μ1u = b d2T1f = 0.22 = 0.109 < 0.39 = μl
bu 0.452 14.17

Asc = 0 cm² (pas d’acier comprimés)

ENIS 2015/2016 47
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

𝛼 = 1.25(1 − √1 − 2𝜇1𝑢 ) = 0.145  yu = α d = 0.145 x 0.45 = 0.065m


z = d – 0.4 yu = 0.42 m
MT1 68.75 10−3
Ath
st = z = = 4.66 10−4 m² = 4.66 cm²
fsu 0.42 347.8

Donc on choisit comme armature : 3 HA16  Aréelle


st = 6.03 cm²
 Condition de non fragilité :
On a une section de béton rectangulaire d’où :
ft28 2.1
Amin = 0.23 × b. d = 0.23 × 0.22 × 0.45 × 400 = 1.19 10−4 m2 = 1.19 cm²
fe

Amin ≤ Aréelle
st  CNF est vérifiée
 Vérification à l’ELS :
σbc = 0.6 fc28 = 15MPa
̅̅̅̅
Mser
σbc = ; Mser = 49.8 kN.m ; Aréelle
st = 6.03 cm²
ISRH
b
y12 + 15 Ast y1 − 15 Ast d = 0  0.11y12 + 9.045 10−3 y1 − 4.07 10−3 = 0
2

 y1 = 0.156 m
b
ISRH = 3 y13 + 15 Ast (d − y1 )² = 1.06 10-3 m
49.8 10−3
σbc = 1.06 0.156 = 7.33 MPa
10−3

 σbc ≤ ̅̅̅̅
σbc (Vérifiée)
De même on fait le dimensionnement des armatures pour les travées 2 et 3 et les appuis. Tous
les résultats sont rassemblés au tableau suivant :

Tableau récapitulatif du dimensionnement des armatures


longitudinales
dimensionnement à l'ELU
appui 1 travée 1 appui 2 travée 2 appui 3 travée 3 appui 4
Mu (kN.m) 11,47 68,751 72,822 92,952 42,621 42,086 8,180
Μ 0,018 0,109 0,115 0,147 0,068 0,067 0,013
μ<μl OK OK OK OK OK OK OK
Asc (cm²) 0 0 0 0 0 0 0
Α 0,023 0,145 0,154 0,200 0,087 0,086 0,016
Z (m) 0,446 0,424 0,422 0,414 0,434 0,434 0,447
Astcalculée (cm²) 0,740 4,662 4,957 6,455 2,822 2,785 0,526
3 HA14
3 HA12
3 HA8 + 3 HA8
choix des barres 3 HA16 + 3 HA12 3 HA12
(montage) 3 HA8 (montage)
3HA12
(montage)
Astréelle (cm²) 1,5 6,03 6,12 6,78 3,87 3,39 1,5

ENIS 2015/2016 48
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

vérification à l'ELS
Astréelle (cm²) 1,5 6,03 6,12 6,78 3,87 3,39 1,5
y1 0,086 0,156 0,156 0,163 0,123 0,123 0,086
ISRH 3,45E-04 1,06E-03 1,07E-03 1,16E-03 7,57E-04 6,80E-04 3,45E-04
Mser 11,16 49,84 52,41 67,15 30,64 30,26 5,91
σbc (Mpa) 2,78 7,33 7,63 9,47 4,98 5,47 1,47
OK OK OK OK OK OK OK
condition de non fragilité
Amin (cm²) 1,19 1,19 1,19 1,19 1,19 1,19 1,19
Astréelle (cm²) 1,5 6,03 6,12 6,78 3,87 3,39 1,5
Astréelle> Amin OK OK OK OK OK OK OK

5.2. Vérification de flèche


La vérification de flèche se fait suivant 3 conditions :
h 1

l 16
h 1 Mt

l 10 M0
A 4.2

{ b0 . d fe
M0 : moment de la travée de référence
{ Mt : moment maximal en travée
A : section d’aciers tendus en travée
NB : la vérification de la flèche est menée à l’état limite de service
Les résultats sont présentés dans le tableau suivant :
Vérification de flèche des travées
travée T1 T2 T3
h (m) 0,5 0,5 0,5
L (m) 4,75 5,44 4,03
h
0,105 0,092 0,124
L
1
0,063 0,063 0,063
16
condition 1 vérifiée vérifiée vérifiée
M0 (kN.m) 74,38 105,71 39,37
Mt (kN.m) 49,84 67,12 30,3
1 Mt
10 M0
0,067 0,063 0,077
condition 2 vérifiée vérifiée vérifiée
Ast 6,03 6,78 3,39
Ast
b d
6,09E-03 6,85E-03 3,42E-03
4,2
fe
1,05E-02 1,05E-02 1,05E-02
condition 3 vérifiée vérifiée vérifiée

ENIS 2015/2016 49
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5.3. Aciers transversales


Vu la présence de l’effort tranchant, on doit procéder par la méthode générale. Le calcul sera
mené pour la 1ère travée et on donnera les résultats des autres travées par la suite

5.3.1. Vérification du béton :

Pour une fissuration peu préjudiciable et des armatures d’âme droites, on utilise la
condition suivante :
𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 𝑓𝑐28
𝜏𝑢 = ≤ 𝜏̅̅̅
𝑢 𝑎𝑣𝑒𝑐 ̅̅̅
𝜏𝑢 = min(0,2 ; 5𝑀𝑃𝑎)
𝑏0 𝑑 𝛾𝑏

112.07×10−3 25
𝜏𝑢 = = 1.13𝑀𝑃𝑎 ; ̅̅̅
𝜏𝑢 = min (0,2 ; 5𝑀𝑃𝑎) = 3.33𝑀𝑃𝑎
0.22 0.45 1.5

 La vérification du béton vis-à-vis la contrainte tangentielle est effectuée

5.3.2. Effort tranchant réduit :

Pour la travée 1 : pu =21.21 kN/m ; Fu = 63.29 kN ; h = 0.5 m ; a = 3.48 m


La réduction sur l’effort tranchant se fait pour :
 La charge concentrée : les charge concentrées situées à une distance (a<h/2) ne sont pas
considérées dans le calcul d’effort tranchant ultime. Les charges concentrées situées à une
distance a du nu d’appui comprise entre h/2 et 3h/2 sont considérées avec un coefficient
2a
réducteur de 3h . Dans notre cas il n’y a pas réduction sur l’effort tranchant dû à la charge
concentrée car a = 3.48m et 3h/2=0.75m
 La charge répartie : si la distance de la charge du nu d’appui est inférieur à 0.5h pas d’effet
2a
sur l’effort tranchant, si h/2<a<3h/2, on prend un coefficient réducteur de 3h

Dans notre cas la réduction se fait que sur la charge répartie, on a :


Efforts tranchants réduits et contraintes réduites au niveau des
appuis

A1 A2 A3 A4
appui
D G D G D G
Vu max
54 112,07 101,17 75,35 48,45 38,17
(kN)
Vured
45,16 103,23 92,33 66,51 39,61 33,09
(kN)
τured
0,46 1,04 0,93 0,67 0,40 0,33
(Mpa)

 Pour Vured le long de la 1ère travée, on a :


Fured = Fu (pas de réduction)
La valeur de Vured est donnée par :

ENIS 2015/2016 50
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5h 5h
Vured = |Vu max | – ( 6 ) pu = 45.16 kN 0≤x≤ = 0.416m
6
5h
Vured = |54 – 21.21 x| ≤ x ≤ 2.54m
6
Vured = |51.96 – 21.21 x| 2.54m ≤ x ≤ a = 3.48m
5h
Vured = |− 11.33 – 21.21 x| a≤x≤l− 6
5h 5h
Vured = |Vu max | – ( 6 ) pu = 103.23 kN l− ≤x≤l
6
 Distribution des armatures :
Ast b0 ×γs ×(τred
u −0.3×k.ft28 )

st 0.9×fet (sinα+cosα)

Avec α = 90 ° ; k = 1 (pas prise de bétonnage) ; γs = 1.15 ; ft28 = 2.1 MPa


Ast 0.22×1.15×(0.46−0.3×1×2.1)
≥ = −2.08 cm2 /m
st 0.9×235
A
 On doit prendre ( sst)min
t

 Pourcentage minimale des aciers :


red
τ
sup(0.4; u )×𝑏0
Ast 2
≥ = 3.74 cm2 /m
st 𝑓𝑒𝑡

 Diamètre des aciers transversaux :


h b
Φt ≤ min(Φl ; 35 ; 100 ) = min(8mm ; 14mm; 22mm) = 8mm

On prend Φt = 6 mm  Ast = 1.13 cm²


 st = 1.13/3.74 = 0.3m = 30 cm

 Espacement maximale :
(st)max = min(0.9d ; 40cm) = min(40.5 cm ; 40cm) = 40 cm
On englobe les résultats de ma 1ère travée dans le tableau suivant :

ENIS 2015/2016 51
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Répartition des armatures transversales dans la travée


x(m) Vu red
τured
(Ast/st)min (Ast/st) (Ast/st)>(Ast/st)min (Ast/st)final st calculé st choisi st cumulé répartition
0 45,16 0,46 3,74 -2,08 non vérifiée 3,74 30,18 12 12 1x12
0,12 45,16 0,46 3,74 -2,08 non vérifiée 3,74 30,18 25 37
0,37 46,15 0,47 3,74 -1,96 non vérifiée 3,74 30,18 25 62
0,62 40,85 0,41 3,74 -2,60 non vérifiée 3,74 30,18 25 87
0,87 35,55 0,36 3,74 -3,24 non vérifiée 3,74 30,18 25 112
1,12 30,24 0,31 3,74 -3,88 non vérifiée 3,74 30,18 25 137
1,37 24,94 0,25 3,74 -4,52 non vérifiée 3,74 30,18 25 162
1,62 19,64 0,20 3,74 -5,16 non vérifiée 3,74 30,18 25 187 13x25
1,87 14,34 0,14 3,74 -5,80 non vérifiée 3,74 30,18 25 212
2,12 6,99 0,07 3,74 -6,69 non vérifiée 3,74 30,18 25 237
2,37 1,69 0,02 3,74 -7,33 non vérifiée 3,74 30,18 25 262
2,62 3,61 0,04 3,74 -7,10 non vérifiée 3,74 30,18 25 287
2,87 8,91 0,09 3,74 -6,46 non vérifiée 3,74 30,18 25 312
3,12 77,50 0,78 3,74 1,83 non vérifiée 3,74 30,18 25 337
3,37 82,80 0,84 3,92 2,47 non vérifiée 3,92 28,86 22 359
3,59 87,47 0,88 4,14 3,03 non vérifiée 4,14 27,32 22 381
3,81 92,14 0,93 4,36 3,60 non vérifiée 4,36 25,94 22 403
6x22
4,03 96,80 0,98 4,58 4,16 non vérifiée 4,58 24,69 22 425
4,25 101,47 1,02 4,80 4,72 non vérifiée 4,80 23,55 22 447
4,47 103,23 1,04 4,88 4,94 vérifiée 4,94 22,89 22 469
4,69 103,23 1,04 4,88 4,94 vérifiée 4,94 22,89 6 475 1x6

Pour la répartition des autres travées, on a obtenue :


Travée 2 : 1x10+4x25+14x30+1x14
Travée 3 : 1x15+11x30+2x25+1x8

5.4. Vérifications sur l’effort tranchant

5.4.1. Aciers de glissement :

Pour assurer le non glissement du béton sur les appuis, il faut prolonger les aciers
longitudinaux inférieurs de façon à vérifier la condition suivante :
(|Vu max |)×𝛾𝑠 54 10−3 ×1.15
- appui de rive (appui 1) : Ag ≥ ( = = 1.55 cm²)  on a les
fe 400

armatures 3HA16 (6.03 cm²) qu’on va prolonger jusqu’à l’appui


|Mu |
(|Vu max |− )×𝛾𝑠
-appui intermédiaire (appui 2) : Ag ≥ 0.9 d
fe
72.82
(112.07− )10−3 ×1.15
 à gauche de l’appui : Asg ≥ 0.9 0.45
400
= −1.95cm²
72.82
(101.17− )10−3 ×1.15
 à droite de l’appui Asg ≥ 0.9 0.45
400
= −2.26cm²

ENIS 2015/2016 52
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Donc pour l’appui 2 on n’a pas besoin d’acier de glissement, mais il est préférable de
prolonger les aciers longitudinales jusqu’au appui.

Tableau récapitulatif es aciers de non glissement


|Vu max | (kN) Ag (cm²) Ag (choisi) (cm²)
|Mu |(kN. m)
G D G D G D
appui 1 - 54 - - 1,55 - Ast de T1
appui 2 112,07 101,17 72,82 -1,95 -2,26 Ast de T1 Ast de T2
appui 3 75,35 48,45 42,62 -0,86 -1,63 Ast de T2 Ast de T3
appui 4 38,17 - - 1,10 - Ast de T3 -

5.4.2. Vérification de la compression de la bielle de béton :


a
La bielle de béton supporte une compression Fc = Vu max √2 sur une section b0 ×
√2

où 𝑎 est : a = min(a′ ; 0,9d) et a′ = (b − enr − 2cm)


0,8 𝑓𝑐28
𝜎𝑏𝑐 ≤ 𝛾𝑏

𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 √2 2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 0,8 𝑓𝑐28


𝜎𝑏𝑐 = 𝑎 = ≤
𝑏0 𝑏0 𝑎 𝛾𝑏
√2

 Appui 1 : a′ = (25 − 2 − 2) = 21cm  a = min(21; 0,9 × 45) = 21cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 54 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= 0.22×0.21 = 1.168 MPa ≤ = 13.33MPa
𝑏0 𝑎 𝛾𝑏

 Appui 2 : a′ = (35 − 2 − 2) = 31cm  a = min(31; 0,9 × 45) = 31cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 112.07 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= = 2.43MPa ≤ = 13.33MPa
𝑏0 𝑎 0.22×0.31 𝛾𝑏

 Appui 3 : a′ = (35 − 2 − 2) = 31cm  a = min(31; 0,9 × 45) = 31cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 75.35 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= = 1.1 MPa ≤ = 13.33MPa
𝑏0 𝑎 0.22×0.31 𝛾𝑏

 Appui 4 : a′ = (20 − 2 − 2) = 16cm  a = min(16; 0,9 × 45) = 16cm


2 𝑉𝑢 𝑚𝑎𝑥 38.17 10−3 0,8 𝑓𝑐28
= = 0.826 MPa ≤ = 13.33MPa
𝑏0 𝑎 0.22×0.21 𝛾𝑏

5.5. Arrêt de barres


Pour minimiser la quantité d’acier utilisée, on doit diminuer les longueurs des armatures
longitudinales s’il comporte plus qu’un lit, vu que les moments fléchissants ne sont pas maximaux
pour toute la travée.

ENIS 2015/2016 53
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

La méthode de la réduction des barres est une méthode graphique. Elle consiste à tracer la
courbe enveloppe du moment puis décaler la courbe 0.8h suivant l’axe des abscisses. Ensuite on trace
le niveau du moment résistant (aciers réelles) pour chaque lit et on fait l’intersection entre la courbe
décalée et le moment résistant du lit des barres qu’on souhaite les minimiser.
̅ = 𝐴𝑖 𝜎𝑖 𝑍𝑏
Le moment résistant : 𝑀
Remarque : l’armature minimisée atteint la valeur du moment résistant après la longueur
d’ancrage.
∅ 𝑓
𝑙𝑠 = 4 × 𝜏𝑒 ; Pour fc28 = 25 MPa et fe = 400 MPa, on pend ls = 35,3Φ
𝑠

Vu qu’on a un seul lit d’armatures sur appui 1 et 4 et travée 1 et 3, on va fire le calcul pour
l’appui 2, travée 2 et appui 3 :

Tableau des moments résistants donnés par les sections


d’armatures
armtures Astréelle ̅̅̅ ̅̅̅
|Mu | (kN. m) σi (Mpa) Zb (m) Mi par lit Mi tot
choisis (cm²)
lit 1: 3 HA8 1,51 0,422 22,152
appui 2 72,822 347,83 89,993
lit 2: 3 HA14 4,62 0,422 67,841
lit 1: 3 HA12 3,39 0,414 48,856
travée 2 92,952 347,83 97,711
lit 2: 3 HA12 3,39 0,414 48,856
lit 1: 3 HA8 1,51 0,434 22,777
appui 3 42,621 347,83 58,366
lit 2: 3 HA10 2,36 0,434 35,589

ENIS 2015/2016 54
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Arrêt de barres pour les armatures


longitudinales

ENIS 2015/2016 55
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Moment résistant des aciers longitudinaux

ENIS 2015/2016 56
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Schéma de ferraillage de la poutre

ENIS 2015/2016 57
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Ferraillage de la poutre par le logiciel Arche

ENIS 2015/2016 58
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

VI. Etude d’un poteau

1. Introduction

Les poteaux sont les éléments porteurs verticaux de la structure qui transmettent les charges
appliquées par les éléments porteurs horizontaux. Ils transmettent ces charges d’un niveau à un autre
jusqu’aux fondations. Généralement, dans les bâtiments, les poteaux sont soumis à des charges
verticales centrées donc ils travaillent en compression simple.
L’évaluation des charges appliquées sur les poutres en admettant la discontinuité des éléments
donne des résultats différents à ceux obtenues par le logiciel ARCHE. Vu la complexité du calcul
en tenant compte de la continuité des éléments, on adopte les charges donner par le logiciel
ARCHE.

2. Emplacement du poteau

Le poteau étudié P18 est située au niveau du sous-sol.

Figure.VI.1. Emplacement du poteau

3. Prédimensionnement du poteau

Les efforts appliqués sur le poteau


 NG = 1024 kN
 NQ = 262 kN

 Nu = 1,35NG + 1,5NQ = 1,35 × 1024 + 1,5 × 262 = 1775,4 kN

ENIS 2015/2016 59
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

k: coefficient de liaison
La longueur de flambement du poteau est : lf = k L0 {
L0 : longueur libre du poteau
0,7 𝑠𝑖 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑟𝑖𝑔𝑖𝑑𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢
𝑘={
1 𝑠𝑖 𝑙𝑒 𝑝𝑜𝑡𝑒𝑎𝑢 𝑒𝑠𝑡 𝑝𝑙𝑢𝑠 𝑟𝑖𝑔𝑖𝑑𝑒 𝑞𝑢𝑒 𝑙𝑎 𝑝𝑜𝑢𝑡𝑟𝑒
On suppose que la poutre est plus rigide que le poteau
k = 0,7  lf = 0,7 × 3,1 = 2,17 m
Les dimensions du poteau (a x b) tel que a < b. on impose la cote a = 35 cm et on cherche b

On détermine d’abord l’élancement du poteau λ


√12 × lf √12 × 2,17
λ= = = 21,48
a 0,35

Pour ce faire, on utilise l’expression suivante :

k × β × Nu
Br ≥
fbu Al fe
+ 0,85 ×
0,9 Br × γs
Br : section réduite : (a-0,02) (b-0,02)
k : paramètre tient compte de l’âge du béton lors du chargement
1,1 si plus de la moitié des charges est appliquée à j ≤ 90 jours
1,2 si la majorité des charges est appliquée à j ≤ 28 jours et fc28 est
k={
remplacée par fcj
1 dans les autres cas
On prend le troisième choix, k =1
0,85
𝜆 2
𝑠𝑖 𝜆 ≤ 50
0,85 1+0,2( )
β= avec α(λ) = { 35
α(λ) 50 2
0,6 ( λ ) si 50 ≤ 𝜆 ≤ 70

dans ce cas λ = 21,48  α(λ) = 0,79  β = 1,075


Nu : effort normal ultime
0,85×fc28 0,85×22
fbu = = = 12,47 MPa
𝜃×𝛾𝑠 1×1,5

fe = 400 MPa
γs = 1,15
Al : section d’acier
Al
Puisque Al et Br sont inconnus, on pose = 0,01
Br

ENIS 2015/2016 60
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

k×β×Nu 1×1,075×1775,4×10−3
 Br ≥ fbu 0,85 fe  Br ≥ 12,47 0,85 400  Br ≥ 0,112 m²
+ × + ×
0,9 100 γs 0,9 100 1,15

Br 0,112
b ≥ 0,02 + = 0,02 +  b ≥ 0,36m
a−0,02 0,33

On prend b = 50 cm
On vérifie le choix de k (coefficient de liaison) :
I0 h3 b 0,353 ×0,5
Rigidité du poteau : R 0 = = = = 5,76 10−4 m3
L0 12 L0 12×3,1

I1 h3 b 0,73 ×0,5
Rigidité de la poutre : R1 = = = = 2,4 10−3 m3
L1 12 L0 12×5,92

 R 0 < R1  k = 0,7  Le choix est vérifié

4. Ferraillage du poteau

4.1. Armatures longitudinales


Section réduite Br = (a-0.02) (b-0.02) = 0,1584 m²
bu f 12,47
k×β×Nu − Br × 0,9 1×1,075×1775,4×10−3 − 0,1584× 0,9
Al ≥ f = 400
0,85× e 0,85×1,15
γs

Al ≥ −10,77 cm2
La section doit vérifier :
4 cm2 × périmètre(m) = 4 × 1,7 = 6,8 cm²
- Acier minimal : Al ≥ {
0,002 × B = 0,002 × 0,175 = 3,5 cm²
- Acier maximal : Al ≤ 0,05 × B = 0,05 × 0,175 = 87,5 cm²
 Al = 6,8 cm²  armatures : 4 HA 14 + 2 HA 12
On prend Al = 8,41 cm²

4.2. Vérification à l’ELS


A l’ELS on doit vérifier σbc ≤ ̅̅̅̅;
σbc ̅̅̅̅
σbc = 0,6 fc28 = 0,6 × 22 = 13,2 MPa
Nser NG +NQ (1009+254) 10−3
σbc = = =
S B+15×Al 0,175+15×8,41 10−4

 σbc = 6,73 MPa


 σbc ≤ ̅̅̅̅
σbc

ENIS 2015/2016 61
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.3. Aciers transversales

4.3.1. Diamètre :

Le diamètre doit vérifier les conditions suivantes :


𝛷𝑙 min 12
 Φt ≈ = = 4 mm
3 3
 Φt ≤ 12 mm
 On prend Φt = 6 mm

4.3.2. Espacement en zone courante :

40 cm
𝑠𝑡 ≤ min {
a + 10 = 35 + 10 = 45cm
𝑠𝑡 = 40 cm

4.3.3. Espacement en zone de recouvrement :

Φ ×fe
Lr = 0,6 × Ls ; Ls =
4×𝜏𝑠

τs = 0,6 ψ2s fc28 = 0,6 × 1,52 × 1,92 = 2,592 MPa


ψs = 1,5
{
fc28 = 22 MPa ft28 = 0,6 + 0,06x22 = 1,92
0,012 ×400
Ls = = 0,462 m
4×2,592

Lr = 0,6 × 0,462 = 0,277 m


Lr −10
𝑠𝑡 = = 8,85 cm  On prend st = 9 cm
2

ENIS 2015/2016 62
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5. Schéma de ferraillage

Figure.VI.2. Ferraillage du poteau P18

Figure.VI.3. Coupe transversale du poteau

ENIS 2015/2016 63
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.VI.4. Ferraillage du poteau par le logiciel Arche

ENIS 2015/2016 64
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

VII. Calcul d’une dalle pleine

1. Introduction

Dans les projets de bâtiment à usage d’habitation, Le plancher rez-de-chaussée est généralement
à usage commercial (boutiques et magasins), c’est notre cas. Ces derniers interviennent par une
charge d’exploitation importante que l’on doit prendre en compte. De plus, on doit protéger notre
bâtiment contre les risques d’incendie vu l’existence de parking souterrain.
Pour ces raisons, nous avons opté pour une dalle pleine pour le plancher haut sous-sol. Le
panneau étudié est considéré de section rectangulaire de dimensions lx = 3,9 m et ly = 5,87. Il est
présenté ci-après par la figure suivante.

Figure.VII.1. Panneaux de dalle étudiée

2. Prédimensionnement de la dalle
lx 3.90
α= ly = 5.87 =0.66 >0.4

⇒ La dalle porte dans les deux sens.


A l’aide du logiciel arche on a déterminé que l’épaisseur de la dalle est h= 20 cm en selon les
hypothèses suivantes :
 Resistance de béton : fc28= 25 MPa
 acier : Fe = 400 MPa, FeT= 235 MPa
 Feu : dalle coupe feu 2h
 enrobage bas : 4 cm
 continuité de la dalle sur les appuis
 durée d’application supérieure à 24h

ENIS 2015/2016 65
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3. Evaluation des charges

Les charges par m² de planchers sont :


 charge permanente : G = 3,15 + 25 x 0,.2 = 8,15 KN/m²
 charge d'exploitation : Q = 5 KN/m²
Les combinaisons :
 ELU : Pu = 1,35 G + 1,5 Q = 18,50 kN/m²
 ELS : Ps = G + Q = 13,15 kN/m²

4. Calcul des sollicitations

4.1. Moment fléchissant


 calcul à ELU
1 1
Avec µx = = 8(1+2,4×0,663 ) 0,074
8(1+2,4×α³ )

µy = α² [ 1 – 0,95 (1 - α )2 ] = 0,39> 0,25


M0x = µx Pu lx² = 0,074 x 18,5 x 3,9² = 20,82 kN.m/m
M0y = µy M0x = 0,39 x 20,82 = 8,12 kN.m/m
Sens ( lx) : bande // à lx de largeur 1 m
Mtx = 0,75 x M0x = 15,62 kN.m/m
Max = 0,5 x M0x = 10,41 kN.m/m
Sens ( ly) : bande // à ly de largeur 1 m
Mty = 0,75 x M0y = 6,09 kN.m/m
May = 0,5 x M0y = 4,06 kN.m /m
Valeurs minimales à respecter :
Mtx
 En travée : Mty ≥ = 5,21 kN.m/m ⇒ vérifiée
4

 Sur appui : Max = May


⇒ on prend Max = May = 10,41 kN.m/m
 calcul à ELS :
1
µx = = 0,074
8(1+2.4×α³ )

µy = α² [1 - 0.95 (1 - α²)] = 0,39 > 0,25

M0x = µx Ps lx² = 0,074 x 13,15 x 3,9² =14,80 kN.m/m


M0y = µy M0x =0,39 x 14,80 = 5,77 KN.m/m

ENIS 2015/2016 66
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Sens ( lx) : bande // à lx de largeur 1 m


Mtx = 0,75 M0x = 11,10 KN.m/m
Max = 0,5 M0x = 7,40 KN.m/m
Sens ( ly) : bande // à ly de largeur 1 m
Mty = 0,75 M0y = 4,33 KN.m/m
May = 0,5 M0y = 2,90 KN.m/m
Valeurs minimales à respecter :
Mtx
 En travée : Mty ≥ = 2,78 KN.m/m ⇒ vérifiée
4

 Sur appui : Max = May

⇒ on prend Max = May = 7,40 KN.m/m

Sollicitation sur le panneau de dalle


Moment Sens (lx) Sens (ly)
(KN.m/m) Travée Appui Travée Appui
ELU 15,62 10,41 6,09 10,41
ELS 11,10 7,40 4,33 7,40

4.2. Effort tranchant : sollicitations ultimes


Au milieu du grand coté :
(Pu ×lx ) 1 (8,15×3,9) 1
Vux = × (1+0,5 α ) = × (1+0,5×0,66 ) = 27,12 kN/m
2 2

Au milieu du petit côté :


Pu ×lx 8,15×3,9
Vuy = = = 24,05 kN/m < Vux
3 3

Vu = max (Vux ; Vuy)


Vérification :
V 27,12 × 10−3
= bdu = = 0,175 MPa
1×0,155
fc28
𝜏 lim = 0,07 × = 1,17
γb

< 𝜏 lim  on n'a pas besoin d’armatures transversales

5. Ferraillage de la dalle

5.1. Calcul des sections d’aciers


On a effectué le calcul pour une bande de 1 m  b = 1 m ; h = 0,2 m

ENIS 2015/2016 67
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 Aciers en travée sens lx :


 0,85 fc28 0,85×25
Mtx =15,62 kN.m/m ; d = h-4- 2 ; fbu = = = 14,17 MPa
θ γb 1× 1,5

Mtx 15,62×10−3
𝜇u = = 1×0,155²×14,17 = 0,046
b d2 fbu
Mtx
μu < μlim = 0,39 ⇒ ASC = 0 cm² et Atx = z fsu

α = 1,25 ( 1 − √1 − 2μ ) = 0,059
z = d - 0.4 α d = 0.151 m
Mtx 15.62 10−3
Atx = z = 400 = 2,97 cm²/m
fsu 0.151×
1,15

 Aciers en travée sens ly :


 0.85×𝑓𝑐28
Mty = 6,05 KN.m/m ; d = h-4- 2 = 0,155; fbu = = 14,17 MPa
𝜃×𝛾𝑏

Mty 6.05 ×10−3


𝜇u =
b d2 fbu
= 1×0.155²×14.17 = 0.018
𝑀𝑡𝑦
μu < μlim = 0.39 ⇒ ASC = 0 cm² et 𝐴𝑡𝑦 = 𝑧∗ 𝑓
𝑠𝑢

α = 1,25 (1 - √1 − 2μ ) = 0,023
z = d – 0,4 α d = 0,154 m
𝑀𝑡𝑦 6.05 10−3
𝐴𝑡𝑦 = 𝑧 = 400 = 1,13 cm²/m
𝑓𝑠𝑢 0.154∗
1,15

 Aciers sur appuis :


 0,85× 𝑓𝑐28
𝑀𝑎 = 10,41 KN.m/m ; d = h-4- 2 = 0,155; fbu = = 14,17 MPa
𝜃×𝛾𝑏

Ma 10,41×10−3
𝜇u = = 1×0,155²×14,17 = 0,031
b d2 fbu
M
μu < μlim = 0,39 ⇒ ASC = 0 cm² et Aa = z∗ fa
su

α = 1,25 * (1 - √1 − 2μ ) = 0,04
z = d – 0,4 α d = 0,153 m
𝑀𝑎 10,41×10−3
𝐴𝑎 = 𝑧 = 400 = 1,96 cm²/m
𝑓𝑠𝑢 0,153×
1,15

5.2. Sections minimales d'aciers


 Bandes suivant ly :
Aymin = 8 h0 = 8 x 0,20 = 1,60 cm²/m ( Fe E400 )
Aty =1,13 cm²/m
Aty =1,13 cm²/m < Aymin ⇒ on prend Aty = 1,60 cm²/m et Aay = 1,96 cm²/m

ENIS 2015/2016 68
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Aay = 1,96 cm²/m > Aymin

 Bandes suivant lx :
3−𝛼 3−0.66
𝐴𝑥𝑚𝑖𝑛 = 𝐴𝑦𝑚𝑖𝑛 = 1,60 = 1,87 cm²/m
2 2

𝐴𝑡𝑥 = 2,97 cm²/m > 𝐴𝑥𝑚𝑖𝑛


{ 𝑐𝑚2
𝐴𝑎𝑥 = 1,96 > 𝐴𝑥𝑚𝑖𝑛
𝑚

⇒ on prend 𝐴𝑡𝑥 = 2,97 cm²/m et 𝐴𝑎𝑥 = 1,96 cm²/m

5.3. Choix des aciers


ℎ0 20
Acier ɸ ≤ = = 2 cm ⇒ on prend au plus ɸ20
10 10

 En travée sens lx :
𝐴𝑡𝑥 = 2,97 cm²/m
̅̅̅̅
𝑆𝑡𝑥 ≤ min (3 h0 ; 33 cm ) = 33 cm
100
⇒ 6HA8/m (3,016 cm²/m); 𝑆𝑡𝑥 = = 16 cm ≤ ̅̅̅̅
𝑆𝑡𝑥 (OK)
6

 En travée sens ly :
𝐴𝑡𝑦 = 1.60 cm²/m
̅̅̅̅
𝑆𝑡𝑦 ≤ min (4 h0 ; 45 cm) = 45 cm
100
⇒ 4HA8/m (2,01 cm²/m) ; 𝑆𝑡𝑦 = = 25 cm ≤ ̅̅̅̅
𝑆𝑡𝑥 ( OK )
4

 En chapeau :
𝐴𝑎 = 1,96 cm²/m
𝑆𝑎 ≤ 33 cm
100
⇒ 4HA8/m (2,01 cm²/m); 𝑆𝑎 = = 25 cm (OK)
4

5.4. Vérification des armatures à l'ELS


 En travée sens lx :
Mser
On doit vérifier : σbc = I y1 ≤ ̅̅̅̅
σbc = 0.6 fc28
SRH

Mser = 11,10 KN.m/m


Pour déterminer y1 ,il faut résoudre l'équation :
b0
y1 ² - 15 Asc ( y1 - d′ ) - 15 Ast ( d - y1 ) = 0
2

Or Asc = 0
b0
⇒ y1 ² - 15 Ast ( d - y1 ) = 0 ⇒ 0,5 y1 ² - 15 x 3,016*10−4 (0,155-y1 ) = 0
2

⇒ y1 = 3,30 cm

ENIS 2015/2016 69
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

b∗y31
ISRH = + 15 Asc ( y1 - d′ ) + 15 Ast ( d - y1 )²
3

⇒ ISRH = 0,79 × 10−4 m4


Mser
σbc = I y1 = 4,64 MPa σbc = 0,6 fc28 = 15 MPa
̅̅̅̅
SRH

σbc < ̅̅̅̅


σbc ⇒ vérifiée
 En travée sens ly :
Mser
On doit vérifier : σbc = I y1 ≤ ̅̅̅̅
σbc = 0.6 fc28
SRH

Mser = 4,34 m.KN/m


Pour déterminer y1 il faut résoudre l'équation :
b0
y1 ² - 15 Asc ( y1 - d′ ) - 15 Ast ( d - y1 ) = 0
2

Or Asc = 0
b0
⇒ y1 ² - 15 Ast ( d - y1 ) = 0 ⇒ 0,5 y1 ² - 15 x 2,01 x 10−4 (0.155-y1 ) = 0
2

⇒ y1 = 2,8 cm
b y31
ISRH = + 15 Asc ( y1 - d′ ) + 15 Ast ( d - y1 )²
3

⇒ ISRH = 0,6 10−4 m4


Mser
σbc = I y1 = 2,03 MPa σbc = 0,6 fc28 = 15 MPa
̅̅̅̅
SRH

σbc < ̅̅̅̅


σbc ⇒ vérifiée
 Sur appuis :
Mser
On doit vérifier : σbc = I y1 ≤ ̅̅̅̅
σbc = 0,6 fc28
SRH

Mser = 7,40 m.KN/m


Pour déterminer y1 , il faut résoudre l'équation :
b0
y1 ² - 15 Asc (y1 -d′ ) - 15 Ast (d -y1 ) = 0
2

Or Asc = 0
b0
⇒ y1 ² - 15 Ast (d -y1 ) = 0 ⇒ 0,5 y1 ² - 15 x 2,01 x 10−4 *(0.18-y1 ) = 0
2

⇒ y1 = 2,8 cm
b y31
ISRH = + 15 Asc ( y1 - d′ ) + 15 Ast ( d - y1 )²
3

⇒ ISRH = 0,6 10−4 m4


Mser
σbc = I y1 = 2,03 MPa σbc = 0,6 fc28 = 15 MPa
̅̅̅̅
SRH

σbc < ̅̅̅̅


σbc ⇒ vérifiée

ENIS 2015/2016 70
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5.5. Arrêt de barres

 En travée dans le sens lx on alterne 3HA8 /m filantes

3HA8/m arrêtés à 0,1 * lx = 0.4 m de la rive

 En travée dans le sens ly on alterne 2HA8 /m filantes

2HA8 /m arrêtés à 0,1 * lx = 0.4 m de la rive


 Sur appuis : (4HA8 /m)
Vu que la dalle est d’épaisseur h0 = 20 cm, il faut prévoir deux nappes des armatures d’anti-
fissuration de section d’acier minimale. Comme on a les armatures sur appuis (4HA8/ml) de section
supérieure à Amin, donc on prolonge ces aciers de façon à avoir les nappes d’anti-fissuration.

6. Schéma de ferraillage

Figure.VII.2. Plan de ferraillage de la nappe inférieur

ENIS 2015/2016 71
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.VII.3. Plan de ferraillage de la nappe supérieur

Figure.VII.4. Coupe A-A d’une bande de 1m

Figure.VII.5. Coupe B-B d’une bande de 1m

ENIS 2015/2016 72
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

VIII. Etude d’escaliers

1. Introduction

Les escaliers sont les éléments de structure permettant de franchir les niveaux. Il s’agit
plusieurs types d’escaliers. Dans notre cas l’escalier étudié est un escalier droit qui relie entre le 1er
et le 2ème étage. Il est formé de :
 Une première volée rectiligne constituée d’une paillasse
 Un palier de repos
 Une deuxième volée rectiligne constituée d’une paillasse

Figure.VIII.1. Architecture de l’escalier


Pour ce type d’escalier, on considère les paramètres de dimension suivants :
h : hauteur de contre marche
g : largeur de la marche
h
α: inclinaison de la volée α = arc tg ( g)

H : hauteur de la volée = hauteur libre sous plafond +l’épaisseur de plancher


L : longueur projetée de la volée
e : épaisseur de paillasse et du palier.

ENIS 2015/2016 73
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.VIII.2. Vue 3D de l’escalier

Figure.VIII.3. Vue gauche de l’escalier et la nomenclature dans différents


élément de l’escalier

ENIS 2015/2016 74
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.VIII.4. Volée 1 de l’escalier

Figure.VIII.5. Volée 2 de l’escalier

ENIS 2015/2016 75
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

2. Donnée géométrique

Hauteur de la contre march


H 3.2 H: hauteur sous plafond + épaisseur du plancher
h= = = 0.16 m {
n 20 n: nombre de contre marche
 h = 16 cm

2.1. Largueur de la marche « le giron » g


La hauteur de la contre marche et le largueur de la marche vent vérifier la formule de
Blondel :
60 ≤ 2h + g ≤ 64 (cm)
 60 − 2h ≤ g ≤ 64 − 2h (cm)
28 ≤ g ≤ 32 (cm)
 on prend g = 32 cm
2.2. Inclinaison de la paillasse « α »
h 16
α = arctg (g−2) = arctg (30) = 28.1°

2.3. Pré dimensionnement de l’escalier


 Epaisseur de la dalle :
e
≥ k × 3√ρb × e + q
L

k : 0,018 : pour les dalles isostatiques (escalier)


ρb : 25 kN/m3
e : épaisseur de la dalle
q : 2,5 kN/m2
L : 5,3 m : la longueur projetée de l’escalier

e 3
≥ 0,018 × √25 × e + 2,5  e = 0.183 m
5,3

On prend e = 20 cm

 Vérification de la condition de la flèche:


L’épaisseur de la paillasse doit vérifier :
L L
≤e≤  0,167 ≤ 0,2 ≤ 0,212  vérifié
30 25

ENIS 2015/2016 76
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3. Evaluation des charges

3.1. Charge d’exploitation


La charge réglementaire proposée par la norme NF P 06-001, la charge d’exploitation pour
l’escalier dans un bâtiment à usage d’habitation est 2,5 kN/m2

3.2. Charge permanente


 Matériaux utilisés :
Matériaux utilisés pour l’escalier
poids volumique
Matériaux Epaisseur (m)
(kN/m3)
béton armé ρBA 25 0,2
béton banché ρBB 22 0,065
enduit ρend 20 0,015
marbre (marche) ρm 28 0,03

marbre (contre-marche) ρm’ 28 0,02

mortier de pose ρmot 20 0,02

 Charge permanente du palier :


Charge permanente sur palier
Matériaux formules charges
chape en béton 𝑒𝐵𝐴 𝜌𝐵𝐴 5
marbre (marche) 𝑒𝑚 𝜌𝑚 0,84
mortier de pose (marche) 𝑒𝑚𝑜𝑟 𝜌𝑚𝑜𝑟 0,4
enduit 𝑒𝑒𝑛𝑑 𝜌𝑒𝑛𝑑 0,3
G palier 6,54
 Charge permanente de la paillasse
Charge permanente sur paillasse
Matériaux formules charges
𝑒
chape en béton 𝜌
𝑐𝑜𝑠𝛼 𝐵𝐴
5,67
ℎ×(𝑔−6)
béton banché 𝜌𝐵𝐵 1,63
2×(𝑔−2)
𝑔+2
marbre (marche) 𝑒𝑚 𝜌 0,95
𝑔−2 𝑚
′ ℎ−𝑒
marbre (contre-marche) 𝑒𝑚 𝜌𝑚 𝑔−2𝑚 0,24
mortier de pose (marche) 𝑒𝑚𝑜𝑟 × 𝜌𝑚𝑜𝑟 0,40
ℎ−𝑒
mortier de pose (contre-marche) 𝑒𝑚𝑜𝑟 𝜌𝑚𝑜𝑟 𝑔−2𝑚 0,19
enduit 𝑒𝑒𝑛𝑑 𝜌𝑒𝑛𝑑 0,3
garde corps 1
Paillasse 10,38

ENIS 2015/2016 77
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 Combinaison des charges :


Pu = 1.35 G + 1.5 Q ; Ps = G + Q
Combinaison des charges
palier paillasse
G (kN/m) 6,54 10,38
Q (kN/m) 2,5 2,5
ELU (kN/m) 12,58 17,77
ELS (kN/m) 9,04 12,88

Figure.VIII.6. Schéma mécanique de 1er volée

4. Calcul des sollicitations

Pour déterminer les sollicitations, on détermine les réactions sur les appuis puis on détermine
l’effort tranchant et le moment par méthode de RDM. On effectuera le calcul pour l’ELU puis on
donnera les diagrammes des sollicitations pour l’ELU et l’ELS

4.1. Détermination des réactions des appuis


∑ F = 0  R A + R B = 1.3p1 + 2.7p2 + 1.3p1 = 80.68kN
1.32 2.7 1.3
p1 +2.7( +1.3)p2 +1.3( +2.7+1.3)p1
2 2 2
∑ M/B = 0  R A = = 40.34kN
5.3
 R B = 80.68 − R A = 40.34kN

4.2. Effort tranchant et moment fléchissant


T(x) = R A − p1 x
0 ≤ x ≤ 1.3 { p
M(x) = R A x − 21 x²

T(x) = R A − 1.3p1 − p2 (x − 1.3)


1.3 ≤ x ≤ 4 { 1.3 (x−1.3)2
M(x) = R A x − 1.3 (x − 2 ) p1 − 2 p2

ENIS 2015/2016 78
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

T(x) = −R B + p1 x
0 ≤ x ≤ 1.3 { p
M(x) = −R B x + 21 x²

Figure.VIII.7. Diagramme des moments à l’ELU

Figure.VIII.8. Diagramme de l’effort tranchant à l’ELU


De même on détermine les sollicitations à l’ELS :

Figure.VIII.9. Diagramme des moments à l’ELS

Figure.VIII.10. Diagramme de l’effort tranchant à l’ELS

ENIS 2015/2016 79
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5. Calcul de ferraillage

Pour déterminer le ferraillage de l’escalier, on va prendre une bande de 1 m comme une


poutre de largeur b = 1 m et de hauteur h = 0,2 m

5.1. Armatures en travées


 Dimensionnement à l’ELU :
Mu
μu =
bd2 fbu

avec: - b=1m
- d = 0,9 h =0,18m
- Mu = 58,01 kN.m
0.85 fc28 0,85×25
- fbu = = = 14,17 MPa
θ×γb 1×1.5

58.01
μu = = 0.126 ≤ 0.39  pas d’aciers comprimés
1×0.182 ×14.17×1000

𝛼 = 1.25(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) =1.25(1 − √1 − 2 × 0.126) = 0.169


z = d – 0.4 α d = 0.18-0.4× 0.169 × 0.18 =0.168 m
fe 400
fsu = = = 348 MPa
γs 1.15

Mu 58.01 10−3
Ast = = = 9.9 cm²
z fsu 0.168×348
 Les armatures: 7 HA14 (10.77 cm²)

 Vérification de la condition de non fragilité :


𝑓𝑡28
Amin = 0.23 b d
𝑓𝑒
ft28 = 0.6 + 0.06 fc28 = 0.6 + 0.06 × 25 = 2.1 MPa
avec {
fe = 400 MPa
 Amin = 2.17 cm² (vérifié)

 Vérification de la contrainte à l’ELS :


Mser
𝜎𝑏𝑐 = × y1 ≤ ̅̅̅̅
σbc
ISRH
avec ̅̅̅̅
σbc = 0.6 × fc28 = 0.6 × 25 = 15MP
 Position de l’axe neutre y1 :

ENIS 2015/2016 80
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

𝑏
y1 2 + 15 𝐴𝑠𝑡 (y1 − d) = 0
2
0.5y12 + 15 × 10.77 10−4 (y1 − 0.18) = 0
 y1 = 0.062 m
 Moment d’inertie ISRH :
b 1
ISRH = 3 y13 + 15 Ast (d − y1 )2 = 3 0.0623 + 15 10.77 10−4 (0.18 − 0.062)2

ISRH = 3.04 10−4 m4


 Vérification :
41.98 10−3
𝜎𝑏𝑐 = × 0.062 = 8.58 MPa ≤ 15MPa vérifié
3.04 10−4

5.2. Armatures sur appuis


Le moment en appui est de 0.15 Mu
 Dimensionnement à l’ELU :
M𝑎 0.15 Mu
μu = =
bd2 f bu bd2 fbu

Avec: - b=1m
- d = 0.9h =0.18m
- Mu = 58.01 kN.m
0.85 ×fc28
- fbu =
θ×γb

0.15×58.01×10−3 8.7×10
−3
μu = = 2 = 0.019 ≤ 0.39  Pas d’aciers comprimés
1×0.182 ×14.17 1×0.18 ×14.17

𝛼 = 1.25(1 − √1 − 2𝜇𝑢 ) = 0.024


z = d – 0.4 α d = 0.178 m
fe 400
fsu = = = 348 MPa
γs 1.15

Mu 8.7×10−3
Ast = = = 1.4 cm²
z× fsu 0.178×348

Le choix des armatures: 3 HA8 (1.51 cm²)


 Vérification de la condition de non fragilité :
𝑓𝑡28
Amin = 0.23 b d
𝑓𝑒

ENIS 2015/2016 81
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

f = 0.6 + 0.06 fc28 = 2.1 MPa


avec { t28
fe = 400 MPa
 Amin = 2.17 cm² > Ast
 Les armatures vont prendre la valeur de ferraillage minimal  𝐀 𝐬𝐭 = 𝟐. 𝟏𝟕 𝐜𝐦²
 Les armatures retenues : 5 HA8 (2.51 cm²)
 Vérification de la contrainte à l’ELS :
0.15 Mser
𝜎𝑏𝑐 = × y1 ≤ ̅̅̅̅
σbc = 0.6 fc28 = 15MPa
ISRH

 Position de l’axe neutre y1 :


𝑏
y1 2 + 15 Ast (y1 − d) = 0
2
0.5y12 + 15 × 2.51 10−4 (y1 − 0.18) = 0
 y1 = 0.033 m
 Moment d’inertie ISRH :
b 1
ISRH = 3 y13 + 15 Ast (d − y1 )2 = 3 0.0333 + 15 2.51 10−4 (0.18 − 0.033)2

ISRH = 9.33 10−5 m4


 Vérification :

0.15 41.98 10−3


𝜎𝑏𝑐 = × 0.033 = 2.22 MPa ≤ 15MPa (vérifié)
9.33 10−5

5.3. Armatures de répartition


Ast 10.77 cm2
Ar = = = 2.69  soient 6 HA8
4 4 m
𝐜𝐦𝟐
D’où Ar = 3.01 𝐦

5.4. Vérification de la contrainte tangentielle


Vu max = 40.34kN
Vu max
τu = ≤ ̅̅̅
τu ; 𝑎𝑣𝑒𝑐 { b =1m
bd
d = 0.9 h = 0.18 m
40.34
τu = 0.18×1 = 0.22 MPa

Puisque l’armature d’âme est droite et la fissuration et peu préjudiciable, on a :


fc28 25
τu = min (0,2
̅̅̅ ; 5MPa) = min (0,2 ; 5MPa) = 3.33MPa
γb 1.5

τu ≤ ̅̅̅
τu vérifiée
D’où pas d’acier transversal

ENIS 2015/2016 82
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5.5. Armatures anti-fissuration


Si l’épaisseur de la paillasse est supérieure ou égale à 16 cm, on ajoute une nappe supérieure
anti-fissuration de section égale à Amin.
Amin = 2,17 cm²/ml  les armatures : 5 HA8/ml

6. Schéma du ferraillage

Figure.VIII.11. Ferraillage du volée 1 de l’escalier

ENIS 2015/2016 83
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

IX. Calcul d’un mur voile

1. Introduction

Le mur voile est un mur en béton armé qui entoure le niveau sous-sol. Il joue le rôle d’un
mur de soutènement ; il soutient les charges provenantes de la poussée du sol et de l’eau et les
surcharges appliquées sur le terrain, au voisinage du bâtiment. De plus le mur est considéré porteur
qui supporte les charges appliquées par les poteaux.
Le mur étudié est d’épaisseur 25 cm et de hauteur 3 m. Pour l’étudier, on va l’assimiler à
une poutre encastrée en bas (au niveau de la semelle) et articulée en haut (au niveau du plancher).

2. Données de calcul

2.1. Hypothèses de calcul


Vu les données fournis par le rapport géotechnique, On va considérer les critères suivantes :
 Poids volumiques du sol : γsol = 18 kN/m3 (pour toutes les couches)
 Fissuration très préjudiciable (sol
fortement agressif)
 Angle de frottement interne : 𝜑 =
30
 Cohésion du sol : C = 0 (remblai et
sable)
 Surcharge du terrain : q = 5 kN
 La nappe phréatique, d’après le
rapport géotechnique, est située au
niveau de -3.00 m du TN (aout
2011) mais on va faire le calcul
pour le niveau d’eau à 0.00 m TN

2.2. Méthode de calcul


Pour déterminer la méthode de
calcul on tient compte des paramètres
suivants :
 Surface du sol est rectiligne
 Frottement sol/voile est nul
 Milieu en état d’équilibre
 On utilise la méthode de RANKINE
Sable 1 : sable fin à moyen localement tufeux marron
Sable 2 : sable fin à moyen quartzeux marron
Sable 3 : sable fin à moyen quartzeux légèrement limoneux beige à marron

ENIS 2015/2016 84
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3. Actions exercées sur le voile

3.1. Action du sol


Pour déterminer la contrainte horizontale du sol, on détermine la contrainte verticale puis on
multiplie par ka : σh = ka σv
π φ
k a = tg 2 ( − ) = 0.33
4 2

Puisque on va prendre la profondeur de la nappe phréatique à 0.00 m du TN


σv = γ′ z
déterminons γ’ :
Ws
On a γd = où Ws = γs × Vs
V

On prend Vs = 1 m3 et γs = 27 kN/m3 Ws = 27 kN


W 27
V = Vs + Vv = 1 + Vv  γd = 1+Vs = 1+V = 18 kN
v v

 Vv = 0,5 m3
Ws +Ww 27+10×0,5
γsat = = = 21,33 𝑘𝑁/𝑚3
Vs +Vv 1+0,5

 γ′ = γsat − γw = 21,33 − 10
σv = 11,33 × 3 = 34 kPa
σh = 0.33 × 34 = 11,22 kN

3.2. Poussée de l’eau


En tenant compte de la possibilité de la saturation du sol, on va considérer l’action de l’eau
sur toute la hauteur du voile (nappe phréatique à 0.00 TN)
à z = 0, u= 0 kPa
à z = h = 3 m, u = ρw h = 10x3 = 30 kPa

3.3. Action de la surcharge


La surcharge appliquée sur le terrain au voisinage du bâtiment est 5 kN/m² puisqu’il s’agit
d’une voie de circulation routière.
ka
σh = q k aq ; avec k aq = = ka
cos(λ−β)

σh = 5 0.33 = 1.65 kPa

ENIS 2015/2016 85
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.4. Charge verticale exercée sur le voile


Le voile étudié est un voile porteur donc il s’agit des forces concentrées verticales provenant
des poteaux naissants sur le voile. On va faire le dimensionnement pour la charge concentrée la plus
grande (G = 541 kN , Q = 62kN)

Ensemble des actions exercées sur le voile

3.5. Récapitulation des charges


 Charge répartie
Chargement répartie à l’ELU et l’ELS
z=0 z=3m
chargement à l'ELU (kN/m) 2,475 58,122
chargement à l'ELS (kN/m) 1,65 42,87

 Charge concentrée :
Charge concentrée
Nu (kN) 823,35
Nser (kN) 603

ENIS 2015/2016 86
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4. Calcul des sollicitations

Afin de déterminer les sollicitations provoquées par les charges réparties, nous avons utilisé
le logiciel RDM6. Les résultats sont présentés ci-dessus :

Figure.IX.1. Moment fléchissant et effort tranchant à l’ELU

Figure.IX.2. Moment fléchissant et effort tranchant à l’ELS

5. Calcul de ferraillage

Comme le voile est porteur, on doit faire le calcul de ferraillage qui s’oppose à l’action des
charges concentrées des poteaux. De plus on va calculer le ferraillage qui s’oppose à la flexion
simple due aux actions du terrain. Puisque les armatures de flexion sont verticales, il peut supporter

ENIS 2015/2016 87
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

les charges verticales exercées par les poteaux. Donc après on calcul les armatures en flexion et les
armatures en compression et on prend le maximum des deux.

5.1. Armatures longitudinales

5.1.1. Armatures en travée et sur appui

Exemple de calcul : (appui : encastrement à la semelle filante) :

A. Dimensionnement à l’ELU :
Mu = 36.17 kN.m ; d = h - 5.5
Mu 36,17
μu = = = 0,067 ≤ 0,39
b d2 fbu 1 × 0,1952 × 14,17 × 1000
 pas d’armatures comprimées (Asc = 0 cm²)
𝛼 = 1,25(1 − √1 − 2μu ) = 0,087
z = d(1 − 0,4α) = 0,188
Mu 36,17
Ast = = = 5,53 cm²
z fsu 0,188 × 348 × 1000

B. Dimensionnement à l’ELS :
Mser = 26,59 kN.m ;
D’après le rapport géotechnique, le sol est classé fortement agressif (teneur en sulfate à
l’ordre de 4653mg/l). Donc on considère des fissurations très préjudiciables
σbc = 0,6 fc28 = 15 MPa
̅̅̅̅
f 400
σst ≥ min ( 2e ; 90√η × ftj ) = min (
̅̅̅̅ ; 90√1,6 × 2,1) = 165 MPa
2
9 fc28 9×25
σ1 =
̅̅̅
̅̅̅̅̅+9
= = 0,577
σst fc28 165+9×25
Mser 26,59
μser = = = 0.0466
b d2 ̅̅̅̅̅
σbc 1×0,1952 ×15×1000
1 ̅̅̅̅
σ1
μrb = 2 ̅̅̅
σ1 (1 − ) = 0.233
3
30 Mser 30×26.59 3
𝜆=1+ =1+ = 1.127  cos(φ) = 𝜆−2 = 33,32°
b d2 ̅̅̅̅̅
σst 1×0.1952 ×165×1000
φ
𝛼1 = 1 + 2√𝜆 cos (240° + 3 ) = 0,312
α1 ̅̅̅̅̅
σst 0.312 165
σbc = ( )×( ) = (1−0.312) × ( 15 ) = 5 MPa ≤ ̅̅̅̅
σbc
1−α1 15

b d α21 1×0,195×0,312²
Ast =
)
= = 9,23 cm²
30(1−α1 30(1−0,312)

ENIS 2015/2016 88
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 On prend l’acier du cas le plus critique (ELS) Ast = 9,226 cm²


 L’armature : 6 HA14 (9,23 cm²)
C. Condition de non fragilité :
ft28 2,1
Amin = 0,23 b d 0,23 × 1 × 0,195 × 1000 = 2,35 cm2 ≤ (9,23 = Ast ) (vérifiée)
fe 400

On donne le tableau de ferraillage de l’appui (encastrement de à la semelle filante) et en


travée (le long du voile)
Tableau récapitulatif des armatures longitudinales en appui et on
travée
appui travée
dimensionnement à l'ELU
Mu (kN.m) 36,17 16,44
μ 0,067 0,031
Asc (cm²) 0 0
α 0,087 0,039
z 0,188 0,192
ELU
Ast 5,525 2,462
choix des armatures 5 HA12/ml 5 HA8/ml
AstELU (choisi) (cm²/ml) 5,65 2,51
dimensionnement à l'ELS
Mser (kN.m) 26,59 12,07
μser 0,0466 0,0212
μrb 0,233 0,233
Asc (cm²/ml) 0 0
λ 1,127 1,058
ξ 0,58 0,40
α1 0,312 0,220
σbc (Mpa) 5,00 3,11
σbc ≤ σ ̅̅̅̅
bc Ok ok
ELS
Ast 9,226 4,05
choix des armatures 6 HA14/ml 4 HA12/ml
AstELS (choisi) (cm²/ml) 9,23 4,52
condition de non fragilité
Amin (cm²/ml) 2,35 2,35
Amin <AstELS (choisi) ok ok

5.1.2. Armatures s’opposant à la charge du poteau:

La force concentrée provenante du poteau effectue un effort de compression sur le voile peut
provoquer un poinçonnement. Pour s’opposer à ce phénomène, on va dimensionner un ferraillage
qui travaille à la compression.

ENIS 2015/2016 89
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Tout d’abord on vérifie les contraintes appliquées par rapport les contraintes limites. On va
procéder le calcul pour 2 niveaux du voile ; sous le plancher haut sous-sol et à mi-hauteur d’étage.

Figure.IX.3. Influence de la force concentrée

Vérification des contraintes :

 Au niveau sous plancher haut sous-sol (sous le poteau) :


On prend a = 0,25 m et d = 0,3 (dimensions du poteau)
Longueur de flambement : Lf = 0,85 L = 0,85x3 = 2,55 m (voile armée verticalement)
Lf √12 2,55 √12
Elancement : λ = = = 35.33<5
a 0,25
0,85
Elancement : α = λ 2
= 0,706
1+0,2( )
35

Aire réduite : Br = d (a-0.02) = 0,3 (0,25-0,02) = 0,069 m²


Acier minimal (à priori) : As = 0,001 a = 2,5 cm²
r c28 B f As fe 0,069×25 2,5 10−4 ×400
Charge limite ultime : Nu lim = α [ 0,9 + ] = 0,706 [ + ]
γ b γs 0,9×1,5 1,15

Nu lim = 0,96 MN
Nu lim 0,96
Contrainte limite ultime : σu lim = = = 12,85 MPa
ad 0,25×0,3

En tenant compte de la présence d’un appui de planchers situé d’un seul côté du voile
(poutre (35x80) : G2 = 40kN ; Q2 = 22 kN), la contrainte qui provient de ce poutre est
2N2
σ2 = a (h>a)
ah(2−h)

ENIS 2015/2016 90
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

2×87 10−3
N2 = 1,35 G2 + 1,5 Q2 = 87 kN  σ2 = 0,25 = 1,55 MPa
0,25×0,35(2−0,35)

N1
 Pour la charge du poteau et de la poutre (G1 = 541kN ; Q1 = 62 kN), σ1 =
ad
N1 = 1,35G1 + 1,5Q1 = 823,35 kN
823,35 10−3
σ1 = = 10,98 MPa
0,25×0,3

Contrainte appliquée : σu = σ1 + σ2 = 9,82 + 1,55 = 12,52 MPa


 σu ≤ σu lim contrainte vérifiée
 A mi- hauteur :
On prend a = 0,25 m et d = L tan(θ) = 1,664 m
Lf = 0,85x3 = 2,55 m (voile armée verticalement)
2,55 √12
λ= = 35.33<5
0,25

α = 0,706
Br = d (a-0.02) = 1,664 (0,25-0,02) = 0,383 m²
As = 0,001 a = 2,5 cm²
Br fc28 As fe 0,383×25 2,5 10−4 ×400
Nu lim = α [ + ] = 0,706 [ + ] = 5,06 MN
0,9 γb γs 0,9×1,5 1,15
Nu lim 5,06
Contrainte limite ultime : σu lim = = = 12,18 MPa
ad 0,25×1,664

La contrainte appliquée est la somme de la contrainte résultante de la force concentrée et la


contrainte résultante de la demi hauteur du voile.
823,35 10−3
σu = + 1,5 × 25 10−3 = 2,02MPa
0,25×1,664

 σu ≤ σu lim contrainte vérifiée

Armatures minimales :

Suite à la vérification des contraintes, les armatures qui vont être utilisées sont les aciers
minimaux. Ils sont déterminés à partir de la formule suivante :
400θ 3 σu
Asv ≥ d a Max[0,001; 0,0015 ( −1)]
fe σu lim

θ = 1,4 pour un voile de rive


avec {
θ = 1 pour un voile intermédiaire
Puisque la formule est en fonction de σu et σu lim , on va déterminer l’cier minimal par
l’itération avec :

ENIS 2015/2016 91
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

γs a d σu lim Br fc28
Acal = Max{ 0; ( − )}
fe α 0,9γb
α B f Acal fe
σu lim = ( r c28 +
ad 0,9γ γs
)
b

400θ 3 σu
Amin = d a Max[0,001; 0,0015 ( − 1)]
fe σu lim

As = Max [Amin ; Acal]


 Au niveau sous plancher haut sous-sol :
a=0,25 ; d = 0,3 ; Br = 0,3 (0,25-0,02) = 0,069
1,15 0,25×0,3×σu lim 0,069×25
Acal = Max{ 0; ( − )}
400 0,706 0,9×1,5

Acal = Max{ 0; 3,05σu lim − 36,74}


0,706 0,069×25 Acal ×400
σu lim = ( + )
0,25×0,3 0,9×1,5 1,15

σu lim = 12,03 + 0,3274 Acal


400×1,4 3 σu
Amin = 0,3 0,25 Max[0,001; 0,0015 ( − 1)]
400 σu lim

3 σu
Amin = Max[0,75; 1.575 ( − 1)]
σu lim

 Au niveau de la mi-hauteur de voile :


a=0,25 ; d = 0,3 ; Br = 1664 (0,25-0,02) = 0,383
1,15 0,25×1,664×σu lim 0,383×25
Acal = Max{ 0; ( − )}
400 0,706 0,9×1,5

Acal = Max{ 0; 16,94 σu lim − 203,9}


0,706 0,383×25 Acal ×400
σu lim = ( + )
0,25×1,664 0,9×1,5 1,15

σu lim = 12,03 + 0,059 Acal


400×1,4 3 σu
Amin = 1,664 × 0,25 Max[0,001; 0,0015 ( − 1)]
400 σu lim

3 σu
Amin = Max[4,16; 8,74 ( − 1)]
σu lim

Aciers minimales en fonction de σu lim par itération


σu Acal σu lim Amin As σu lim Amin As σu lim Amin As σu lim Amin As
(MPa) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²)
12,52 1,51 12,52 3,15 3,15 13,06 2,96 2,96 13,00 2,98 2,98 13,00 2,98 2,98
2,02 0 12,03 4,16 4,16 12,28 4,16 4,16 12,28 4,16 4,16 12,28 4,16 4,16
 Pour le niveau sous plancher haut sous-sol, on a une section d’armatures de 2,98 cm²
répartie sous la section du poteau (25x30). Pour le niveau mi-hauteur, on a une section d’armatures

ENIS 2015/2016 92
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

de 4,16 cm² pour une section de (25x1,664) d’où on prend une section d’armatures de 2,5 cm²/ml
(4,16/1,664)
A1 = 2,98 cm²  4 HA10  A1 = 3,14 cm²
► A2 = 2,5 cm²/ml  5 HA8  A2 = 2,51 cm²
On a la section des armatures calculées à la flexion plus grande que la section des armatures
qui s’oppose à l’action des poteaux donc on ne tient compte que des armatures de flexion.

5.1.3. Armatures de répartition :

Ce sont des armatures horizontales permettant la répartition des efforts sur les armatures
principales. Leur section est déterminée par un quart de la section la plus importante des armatures
principales.
As 9,23
Ar = = = 2,3 cm2 /ml
4 4
Or Amin = 2,35 cm²/ml donc Ar = 2,35/ml  5 HA8 /ml

5.1.4. Armatures anti-fissuration :

Pour un voile d’épaisseur supérieur ou égale à 20 cm (dans ce cas 25 cm), il faut ajouter des
armatures anti-fissuration de section Amin.
Amin = 2,35 cm²  5 HA8 /ml

5.1.5. Arrêt de barres :

A. En travée (nappe intérieur) :


 Longitudinale (flexion simple) : (4HA12/ml)
On les dispose barre par barre : une sur toute la hauteur du voile et l’autre à une distance de
0,1L = 30 cm du plancher
 Transversale (armatures de répartition) : (5HA8/ml) :
Filant sur la longueur du voile
B. En travée (nappe extérieur) :
 Longitudinale (anti-fissuration) : (5HA8/ml) :
Le long de la hauteur du voile
 Transversale (armatures de répartition) : (5HA8/ml) :
Filant sur la longueur du voile
C. Sur appui : (6HA14/ml)
On les dispose barre par barre de longueur l et l’

ENIS 2015/2016 93
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

l = max{0,25L; ls } = max{0,25 × 3; 40Φ } = 75 cm


l 75
l′ = max { ; ls } = max { ; 40Φ } = 56 cm l′ = 60 cm
2 2
D. Armature s’opposant à la force concentrée :
 Au niveau sous plancher haut sous-sol :
On a sous le poteau 4 barres HA10 dont l’arrêt de barres est ls = 40 Φ = 40 cm
 Au niveau de la mi-hauteur de voile :
Les barres calculées à ce niveau sont étendues sur toute la hauteur du voile. Il s’agit de 5
barres HA8 dont 3 sont posé à la nappe extérieur et 2 à la nappe intérieur

6. Schéma de ferraillage

Figure.IX.4. Nappe extérieur du voile

ENIS 2015/2016 94
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.IX.5. Nappe intérieur du voile

Figure.IX.6. Coupe transversale d’une portion d’un mètre (sous le poteau)

ENIS 2015/2016 95
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.IX.7. Coupe longitudinale du voile

ENIS 2015/2016 96
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

X. Etude de fondation

1. Introduction

La fondation d’un ouvrage est l’élément assurant la transmission des efforts de cette structure
sur le sol. Le choix du type de fondation dépend des charges appliquées, les caractéristiques du sol
et la profondeur de la couche d’assise. Pour cela, on a besoin d’une étude géotechnique qui a été
réalisée par la société «AFRICSOIL».

2. Données géotechniques

La campagne géotechnique réalisée comporte 2 sondages pressiomètriques jusqu’à une


profondeur de 15 m avec des mesures tous les mètres et une analyse chimique de la teneur en
sulfate SO42-.

2.1. Caractéristique hydrologique du site


Au moment de la réalisation de deux sondages pressiomètriques, la nappe phréatique a été
rencontrée à un niveau moyen de l’ordre de -3m/TN.

2.2. Stratigraphie du sol


D’après la coupe des deux sondages pressiomètriques la séquence stratigraphique est marquée
essentiellement par les couches suivantes :
Stratigraphie du sol

0,00 m - 1,00 m Remblai


1,00 m - 1,50 m Sable fin à moyen localement tufeux marron
1,50 m - 2,50 m Sable fin à moyen quartzeux marron
Sable fin à moyen quartzeux légèrement
2,50 m - 5,70 m
limoneux beige à marron
5,70 m - 15,00 m Sable fin à moyen quartzeux beige à marron

2.3. Caractéristique chimique


La teneur en sulfate mesurée sur l’échantillon liquide prélevé de la nappe phréatique a donné
une valeur maximale de l’ordre de 4653 mg/l ce qui prouve que le sol est classé fortement agressif.
Donc l’utilisation d’un ciment HRS s’impose.

ENIS 2015/2016 97
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

2.4. Caractéristiques mécaniques :


Les caractéristiques mécaniques ont été mesurées sur site par les essais pressiomètriques. Les
résultats des essais sont présentés par le tableau suivant :
Tableau récapitulatif des résultats des essais pressiomètriques

SP1 SP2
Profondeur (m)
pl* (Mpa) Em (Mpa) pl* (Mpa) Em (Mpa)
1 0,41 4,6 0,64 7,6
2 0,61 8,2 0,5 8,3
3 0,69 7,3 0,67 6,5
4 0,76 7,9 0,84 9,1
5 0,83 9,6 0,72 7
6 0,97 18,1 0,98 9,6
7 1,1 14,7 1,13 10,9
8 1,08 15,5 1,29 16,9
9 1,26 14 1,32 22,3
10 1,46 15,5 1,56 15,9
11 1,9 26,9 1,82 20,9
12 2,1 29,7 2,01 25,5
13 1,88 24,2 1,98 26,5
14 2,18 27,8 2,18 31,2
15 2,11 32,2 2,2 39,2

Avec : pl* : pression limite nette ; Em : module pressiomètrique

3. Détermination de la contrainte admissible

Il s’agit deux méthodes pour déterminer la contrainte admissible; soit par les essais de
laboratoire en déterminant c et φ, soit par la méthode pressiomètrique. Puisque les essais de
laboratoire de détermination de c et φ ne sont pas envisagés dans le rapport géotechnique, on va
procéder par la méthode pressiomètrique.
Pour mener le calcul, on a choisi la semelle qui rapporte le poteau le plus chargé de section
(55 x 55).
De plus, on a prévu dans la conception de réaliser un dallage au niveau du bas du sous-sol. Ce
dallage sera appuyé sur des poutres noyés qui transmettent les charges appliquées aux semelles. Le
prédimensionnement de ces dalles est effectué comme le montre le tableau suivant :
lx 5,7
Pour la dalle de la plus grande surface : = = 0,89 ≥ 0,4
ly 6,34

 La dalle porte dans les 2 sens


L
Comme les dalles sont continues, on choisit l’épaisseur 40 ≤ e

Donc 14,25 cm ≤ e

ENIS 2015/2016 98
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

On pose h = 25 cm ( puisqu’on a un milieu agressif)


La surface d’influence du dallage sur la semelle est :
(6,34+0,45+5,18)(4,73+0,6+3,94)
S= = 27,74 m²
4
D’où les charges appliquées sur la semelle :
Charges appliquées par le poteau :
G = 1729 kN ; Q = 304kN
Charges appliquées par le dallage :
G′ = 173,4 kN ; Q′ = 96,35 kN
 Les efforts appliqués :
Nser = G + G′ + Q + Q′ = 2302,75 kN
{
Nu = 1,35(G + G′ ) + 1,5(Q + Q′ ) = 3168,77 kN

En posant σsol = 2 bars, les dimensions de la semelle sont

a Nser 0,45 2302.75×10−3


B=√ =√ = 3,22m tel que B est la largeur de la semelle
b σsol 0,5 0,2

b Nser 0,5 2302.75×10−3


L=√ =√ = 3,57m tel que L est sa longueur
a σsol 0,45 0,2

On prend B = 3,3 m et L = 3,7 m


On doit vérifier que les couches situées au-dessous de la semelle peuvent supporter les
charges transmises en tenant compte des coefficients de sécurité (à l’ELU F = 3; à l’ELS F = 2).
Une fois la contrainte est vérifiée, on vérifie que le tassement ne dépasse pas l limites admissibles.
La détermination de la contrainte admissible se fait par deux éléments : la capacité portante et le
tassement.

3.1. Détermination de la contrainte admissible à partir du critère de portance


La capacité portante d’une fondation superficielle est calculée comme :
q ult = k × p∗le + γ D
avec D est la profondeur d’encastrement
ple* est la pression limite équivalente
k est le facteur de portance
γ est le poids volumique du sol (18 kN/m3)
On détermine tout d’abord la pression limite équivalente ple* qui est calculée comme étant la
valeur moyenne géométrique sur la zone de sol sous la fondation comprise entre [D; D + 1,5 B] :
p∗le = n√p∗l1 × … × p∗ln

ENIS 2015/2016 99
Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.X.1. Détermination de ple*


On détermine la catégorie du sol d’après le tableau suivant :
Catégories conventionnelles du sol

Puis pour déterminer le facteur de portance k, on calcul la profondeur d’encastrement


équivalente De :
1 D ∗
De = ∫ p (z)dz
p∗le 0 l

ENIS 2015/2016 100


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.X.2. Détermination du facteur de portance k

Données du problème
charge appliquée à l'ELU Nu (kN) 3022
charge appliquée à l'ELS Nser (kN) 2200
largeur B(m) 3,5
longueur L(m) 3,5
profondeur d'encastrement D(m) 1,4
largeur de référence B0(m) 0,6
contrainte du sol σsol (MPa) 0,2
La contrainte admissible est donnée par :
q ult − γD k p∗le
σadm = = ; (Fs ≥ 3 ELU et Fs ≥ 2 ELS)
Fs Fs
Contrainte admissible du sol par SP1
profondeur d'encastrement équivalent De(m) 1,05
profondeur de calcul D + 1,5 B 6,65
pression limite nette équivalente (Mpa) ple* 1,04
sable de classe A
type du sol sous la fondation
k = [1+0,35(0,6+0,4B/L)De/B] 1,10
capacité portante (MPa) k x ple*= qult-γD 1,15
contrainte appliquée à l'ELS Nser/(LxB) 0,18
contrainte appliquée à l'ELU Nu/(L B) 0,25
ELS ELU
contrainte admissible 0,38 vérification 0,57 vérification
coefficient de sécurité Fs 6,39 >3 4,65 >2

ENIS 2015/2016 101


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Contrainte admissible du sol par SP2


profondeur d'encastrement équivalent De(m) 1,09
profondeur de calcul D + 1,5 B 6,65
pression limite nette équivalente (Mpa) ple* 1,06
sable de classe A
type du sol sous la fondation
k = [1+0,35(0,6+0,4B/L)De/B] 1,11
capacité portante (MPa) k x ple*=qult-γD 1,18
contrainte appliquée à l'ELS Nser/(LxB) 0,18
contrainte appliquée à l'ELU Nu/(LxB) 0,25
ELS ELU
contrainte admissible 0,39 vérification 0,59 vérification
coefficient de sécurité Fs 6,56 >3 4,77 >2

3.2. Détermination de la contrainte admissible à partir du critère de tassement


Le tassement final d’une fondation placée à une profondeur De > B à partir des essais au
pressiométre de Ménard est déterminer par :
α 2 𝐵
s = sc + s d ; avec sd = q λc B et sc = 9E q 𝐵0 ( λc )𝛼
9Ec d 𝐵0

où sc : tassement sphérique ; sd : tassement déviatorique


q : supplément de contrainte apporté par la fondation
B0 : largeur de référence
λc et λd : coefficients de forme fonction du rapport géométrique de L/B
α : coefficient rhéologique
Ec et Ed représentent les modules pressiométriques calculés comme des valeurs moyennes
dans le cas d’un sol hétérogène.
4 1 1 1 1 1
𝐸𝑐 = 𝐸1 ; = + + + +
Ed E1 0,85 E2 E3,5 2,5 E6,8 2,5 E9,16
n 1 1
Où Eij est déterminer par : = +⋯+
Eij E1 E𝑛

ENIS 2015/2016 102


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.X.3. Répartition du sol selon les modules pressiomètriques


Dans notre cas on n’a pas les valeurs de E6,8 et E9,16 donc pour déterminer Ed :
3,2 1 1 1
= E + 0,85 E + E
Ed 1 2 3,5

Détermination des modules pressiométriques sphérique et


déviatorique
E1 (Mpa) E2 (Mpa) E3,5 (Mpa) Ed(Mpa) Ec(Mpa)
SP1 13,18 14,70 19,46 15,44 13,18
SP2 8,20 10,90 20,71 11,50 8,20
Pour les coefficients α, λc, λd

Détermination de α, λc, λd

ENIS 2015/2016 103


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Coefficient de calcul
coefficients de forme coefficient rhéologique
λd λc α
SP1 1,12 1,10 0,33
SP2 1,12 1,10 0,50

Dans notre cas, on a De < B, donc on doit majorée le tassement trouvé par la méthode de
Ménard. Ce coefficient peut atteindre jusqu’à 20% (dépend de De/B)

Figure.X.4. Détermination du coefficient de majoration


Coefficient de majoration

De/B coefficient de majoration

SP1 0,32 1,14


SP2 0,33 1,13

D’où le tassement final (sf) :


Tassement final
sc (cm) sd (cm) s (cm) sf (cm)
SP1 0,19 0,29 0,48 0,55
SP2 0,47 0,53 1,00 1,14

D’après le rapport géotechnique, on a le tassement admissible à 4,00m/TN est 1,5 cm. Vu que
les deux essais pressiomètriques donne un tassement < 1,5 cm, on peut adopter σsol = 2 bars.
Pour optimiser notre choix, on a refait le calcul en variant σsol entre 2 bars et 3 bars. On a obtenu
σsol = 2,5 bars la valeur maximale qui vérifie le critère de portance et la contrainte admissible. Donc
on a choisi 2,5 bars la contrainte admissible. Les résultats de calcul sont présentés ci-dessous : (on
présente les résultats de SP2 l’essai le plus défavorable)

ENIS 2015/2016 104


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Données du problème
charge appliquée à l'ELU Nu (kN) 3190
charge appliquée à l'ELS Nser (kN) 2319
largeur B(m) 3,2
longueur L(m) 3,2
profondeur d'encastrement D(m) 1,4
largeur de référence B0(m) 0,6
contrainte du sol σsol (MPa) 0,2

Contrainte admissible du sol par SP2


profondeur d'encastrement équivalent De(m) 1,09
profondeur de calcul D + 1,5 B 6,20
pression limite nette équivalente (Mpa) ple* 1,06
sable de classe A
type du sol sous la fondation
k = [1+0,35(0,6+0,4B/L)De/B] 1,12
capacité portante (MPa) k x ple*=qult-γD 1,19
contrainte appliquée à l'ELS Nser/(L B) 0,22
contrainte appliquée à l'ELU Nu/(L B) 0,31
ELS ELU
contrainte admissible 0,40 vérification 0,59 vérification
coefficient de sécurité F 5,49 >3 3,81 >2

Tassement final
sc (cm) sd (cm) s (cm) sf (cm)
SP1 0,21 0,33 0,55 0,62
SP2 0,52 0,64 1,15 1,31

4. Etude d’une semelle isolée

Pour cette partie la notation des semelles sera A : largeur et B : longueur

4.1. Evaluation des charges


Les charges transmises par le poteau de section (35 x 50) sont :
- Charge permanente G : G = 1036 kN
- Charge d’exploitation Q : Q = 262 kN
Les charges appliquées par le dallage :
- Charge permanente G’ : G’ = 85,94 kN
- Charge d’exploitation Q’ : Q’ = 34,38 kN
Donc on obtient les efforts normaux à l’ELS et à l’ELU :
- Nser = G + G’+ Q + Q’ = 1418,3 kN
- Nu = 1,35(G + G’) + 1,5(Q + Q’)= 1959,2 kN

ENIS 2015/2016 105


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.2. Dimensionnement de la semelle


Vu que les fissurations sont très préjudiciables, on va dimensionner la semelle à l’ELS. L’effort
normal de service appliqué sur la semelle par Nser = 1418,3 kN
Pour éviter que la semelle soit de grandes dimensions, elle va être reposé sur du gros béton. Le
contact (semelle/gros béton) est rigide-rigide ce qui donne une répartition de contrainte bitriangulaire.
3
D’où la nécessité de multiplier les efforts appliqués sur la semelle par un coefficient de
2
3 Nser 3 Nser
σ≥2 AB ≥ 2
AB σ𝐺𝐵

𝐴 𝑎 0,35
Puisque la semelle est homothétique avec le poteau alors = = = 0,7
𝐵 𝑏 0,5

De plus la semelle se repose sur un gros béton ce qui donne une répartition de contrainte
3
bitriangulaire. Donc on multiplie les efforts appliqués sur la semelle par un coefficient de
2

3 a Nser 3 𝑏 𝑁𝑠𝑒𝑟
A ≥√ ; B ≥√
2 b σ𝐺𝐵 2 𝑎 𝜎𝐺𝐵

3 0,35 1418,3 3 0,5 1418,3


A ≥√ ; B ≥√
2 0,5 0,6×1000 2 0,35 0,6×1000

 A ≥ 1,57 m ; B ≥ 2,25 m
On prend A = 1,7 m et B = 2,4 m
Pour déterminer les hauteurs utiles da et db, ils doivent respecter :
B−b 2,4−0,5
≤ da ; db ≤ A − a  ≤ da ; db ≤ 1,7 − 0,35
4 4
0,475 ≤ da ; db ≤ 1,35
On pose d = da = db = 0,55 m
Pour obtenir la hauteur totale de la semelle, on ajoute l’enrobage (5 cm) à la hauteur utile :
h = d +0,05 = 0,55 + 0,05 = 0,6 m
Ainsi les dimensions de la semelle sont (1,7 m × 2,4m × 0,6 m)
N’ser = Nser + PPsemelle ; PPsemelle : poids propre de la semelle
N’ser = 1418,3 + 1,7 × 2,4 × 0,6 × 25 = 1479,5kN
N’u = Nu + 1,35 PPsemelle
N’u = 1959,2 + 1,35 × 1,7 × 2,4 × 0,55 × 25 = 2041,8 kN
On vérifie le dimensionnement de la semelle :

3 a 𝑁𝑠𝑒𝑟 ′
3 b 𝑁𝑠𝑒𝑟
A ≥ √2 ; B ≥ √2
b σ𝐺𝐵 a σ𝐺𝐵

A ≥ 1,61 m ; B ≥ 2,25 m  vérifié

ENIS 2015/2016 106


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4.3. Dimensionnement du gros béton


Le gros béton se repose sur le sol. Puisque le contact gros béton/sol est rigide-souple, la
répartition de la contrainte est rectangulaire.
N′ A′ A 1,7
 A′B′ ≥ σser ; ′ = = = 0,708
sol B B 2,4

A 𝑁′ B 𝑁′
 A′ ≥ √ B σ𝑠𝑒𝑟 ; B′ ≥ √ A σ𝑠𝑒𝑟
𝑠𝑜𝑙 𝑠𝑜𝑙

1,7 1479,5 2,4 1479,5


A′ ≥ √ ; B′ ≥ √
2,4 250 1,7 250

A′ ≥ 2,04 ; B′ ≥ 2,9
On pose A’= 2,1 m et B’= 3 m
Pour déterminer la hauteur du gros béton, on doit tenir compte de la bielle du béton dont
l’angle β est compris entre 45° et 55°.
Soit β = 50°
A′ − A B′ − B 2,1 − 1,7 3 − 2,4
Hg = max { tg(β); tg(β)} = max { tg(50°); tg(50°)}
2 2 2 2
Hg = 0,354 m
On prend Hg = 0,4 m
D’où les dimensions du gros béton sont : (2,1 m × 3 m × 0,4 m)

4.4. Vérification des contraintes


- Contrainte appliquée sur la semelle :
Nser 1,418
= = 0,347 MPa ≤ (σGB = 0,6 MPa)
𝐴𝐵 1,7×2,4

- Contrainte appliquée sur le gros béton :



𝑁𝑠𝑒𝑟 1,418+2,4×1,7×0,6×25×10−3
= = 0,234MPa ≤ (σsol = 0,25 MPa)
𝐴′ 𝐵′ 2,1×3

 Les contraintes sont vérifiées

4.5. Vérification vis-à-vis le poinçonnement :


On doit vérifier le dimensionnement de la semelle pour que le poteau porté par celle-là ne
poinçonne pas. La condition à vérifier est :
P r ≤ 0,045 uc h fc28
(a+2h)(b+2h) (0,35+2×0,6)(0,5+2×0,6)
avec P r = Nu (1 − ) = 2,041(1 − )
AB 1,7×2,4

P r = 0,694 MN

ENIS 2015/2016 107


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

uc = 2(a + b + 2h) = 2(0,35 + 0,5 + 2 × 0,6) = 4,1 m


fc28 = 22 MPa
 P r = 0,694 MN ≤ (0,045 × 4,1 × 0,6 × 22 = 2,435 MN)

4.6. Ferraillage de la semelle

4.6.1. Armatures principales

La détermination des armatures se fait par la méthode des bielles. Les efforts appliqués sur la
semelle sont transmis par des bielles obliques. Ces efforts déterminent les armatures nécessaires à la
base de la semelle.
On obtient des armatures dans deux sens (et sens de B) :
 Sens de la largeur A :
N′u (A−a) 2,041×(1,7−0,35)
Aa = = = 18 cm² 16 HA12 Aa choisit : 18,09 cm²
8 da fsu 8×0,55×348
𝑓𝑒 400
(fsu = = 1,15 = 348 MPa)
𝛾𝑠

Espacement des armatures suivant A est déterminée par :


𝐵−2×𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒 2,4−2×0,05
𝑠𝑡𝐴𝑎 = = = 15,33 𝑐𝑚  𝑠𝑡𝐴𝑎 = 15 𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠−1 25−1

 Sens de la longueur B :
N′u (B−b) 2,041×(2,4−0,5)
Ab = = 8×0,55×348 = 25,32 cm² 13 HA 16  Ab choisit : 26,13 cm²
8 db fsu

Espacement des armatures suivant A est déterminée par :


𝐴−2×𝑒𝑛𝑟𝑜𝑏𝑎𝑔𝑒 1,7−2×0,05
𝑠𝑡𝐴𝑏 = = = 13,33 𝑐𝑚  𝑠𝑡𝐴𝑎 = 13 𝑐𝑚
𝑛𝑏𝑟𝑒 𝑑𝑒 𝑏𝑎𝑟𝑟𝑒𝑠−1 18−1

 Type d’ancrage :
On détermine tout d’abord la longueur de scellement ls :
Φ fe
ls = ×
4 τs

fe = 400 MPa
ψ2𝑠 ft28
= 0,6 × 1,52 × 1,92 = 2,592 MPa
{ τs = 0,6
ft28 = 0,6 + 0,06 fc28 = 0,6 + 0,06 × 22 = 1,92 MPa
Φ ∶ diamètre des aciers
Pour les barres de Aa :
1,2 400
ls = × = 46,29 cm
4 2,592
A 170
(4 = 4
= 42,5 cm) ≤ (ls = 46,29 cm)

ENIS 2015/2016 108


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 Les barres suivant A doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle mais
peuvent ne pas comporter de crochet.
Pour les barres de Ab :
1,6 400
ls = × = 61,72 cm
4 2,592
B 240
(4 = = 60 cm) ≤ (ls = 61,72 cm)
4

 Les barres suivant B doivent être prolongées jusqu’aux extrémités de la semelle mais
peuvent ne pas comporter de crochet.

5. Schéma de ferraillage :

Figure.X.5. Armatures suivant la cote B

Figure.X.6. Armatures suivant la cote A

ENIS 2015/2016 109


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.X.7. Répartition des armatures et l’espacement entre les barres

ENIS 2015/2016 110


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

XI. Etude de contreventement

1. Introduction

Les bâtiments de grande hauteur sont soumis à des sollicitations horizontales telles que l’action
du vent et des séismes accompagner par les sollicitations verticales. Le contreventement est l’étude
des éléments de construction destinés à assurer la stabilité du bâtiment. Les solutions susceptibles
d’être choisies pour assurer le contreventement général des bâtiments sont évidemment liées aux
contraintes qui peuvent être imposées par la partie architecturale.
Un contreventement peut être réalisé par des voiles (contreventements verticaux) ou des plaques
(contreventements horizontaux) en béton armé, en maçonnerie, en bois ou en tôle ondulée ; ou par
des treillis en bois ou en acier. Un contreventement est particulièrement utilisé dans la création d'une
ossature ou d'une structure d'un bâtiment. On s’intéresse dans notre étude à un seul voile exister dans
le bâtiment qui représente le cache d’ascenseur.

2. Hypothèses de calcul

 Z = 21.85 m ; Hauteur totale de bâtiment.


 Le projet se trouve dans un site normal de la région II.
 De1 = 30.70 m et De2 = 23. 68 la plus grande distance entre extrémités des faces au vent.
 Le bâtiment est composé de six niveaux (RDC + 5 étages).

Figure.XI.1. Les cas de vent étudié

ENIS 2015/2016 111


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3. Calcul des pressions dus au vent

3.1. Coefficient de calcul

3.1.1. Coefficient de trainée Ct

On assimile l'ouvrage à un prisme de section rectangulaire.


 ct0 : Coefficient global de traînée, fonction de la catégorie et de la géométrie de la construction.
Ct0 = 1.3
 γ0 : Coefficient de la catégorie du bâtiment qui dépend de l’élancement de la construction.
ct = ct0 γ0
𝑍 21.85 𝑏 23.68
𝜆𝑎 = = = 0.71 > 0.5 ; = = 0.77 ==> γ0 = 1
𝐷𝑒 30.7 𝑎 30.7
𝑍 21.95
𝜆𝑏 = = = 0.93 < 1 ; 𝜆𝑎 = 0.71 ==> γ0 = 1
𝐷𝑒 23.68

3.1.2. Coefficient de majoration dynamique β

β = (1 + ξτ): dépend de la période propre des vibrations


ξ ∶ Coefficient de réponse, varie en fonction du matériau de construction et de la période de
vibration.
τ ∶ Dépend du coefficient de pulsation
La période propre de vibration T est :

Z Z 21.95 21.95
𝑇1 = 0.08 √ = 0.08 ×√
√De De + Z √30.70 30.70 + 21.95

𝑇1 = 0.2𝑠 → ξ = 0.17 ; β = (1 + ξτ) → β = (1 + 0.17τ)

Z Z 21.95 21.95
𝑇2 = 0.08 √ = 0.08 ×√
√De De + Z √23.68 23.68 + 21.95

𝑇1 = 0.25𝑠 → ξ = 0.2 ; β = (1 + ξτ) → β =  × (1 + 0.2τ)


 = 0.7 Pour H≤ 30𝑚

3.1.3. Coefficient de réduction tenant compte de l'effet des dimensions δ

Le coefficient de réduction tenant compte de l’effet des dimensions est donné par les règles
NV65 en fonction de la hauteur de la construction et du niveau pris en considération.
Pour max (Z, De ) = max(21.95;30.70)=30.70 et 𝐳 ≤ 𝟑𝟎 d'où δ1=0.76
Pour max (Z, De ) = max(21.95;23.68)=23.68 et 𝐳 ≤ 𝟑𝟎 d'où δ2=0.78

ENIS 2015/2016 112


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.1.4. Coefficient du site Ks

Coefficient Ks

Site Région
  
protégé 0,8 0,8 0,8
normal 1 1 1
exposé 1,35 1,3 1,25

étant implanté dans la région II et dans un site normal, on a Ks = 1.00

3.2. Pression réglementaire au niveau z , qz


La pression réglementaire qz est déterminée en fonction de la région et la hauteur z des
différents niveaux.
Tableau récapitulatif des coefficients de calcul dû au vent1
cote Ct0 0 Ct     Ks qz qn
21,95 1,3 1 1,3 0,342 0,17 0,741 0,76 1 61 86
21 1,3 1 1,3 0,343 0,17 0,741 0,76 1 57,5 85
17,8 1,3 1 1,3 0,348 0,17 0,741 0,76 1 55 81
14,6 1,3 1 1,3 0,352 0,17 0,742 0,76 1 51,5 76
11,4 1,3 1 1,3 0,358 0,17 0,743 0,76 1 48 72,5
8,2 1,3 1 1,3 0,36 0,17 0,743 0,76 1 44 67
5 1,3 1 1,3 0,36 0,17 0,743 0,76 1 37,5 64,5
0,2 1,3 1 1,3 0,36 0,17 0,743 0,76 1 0 52,8
0 1,3 1 1,3 0,36 0,17 0,743 0,76 1 0 52,5

Tableau récapitulatif des coefficients de calcul dû au vent2


cote Ct0 0 Ct     Ks qz qn
21,95 1,3 1 1,3 0,342 0,2 0,75 0,78 1 86 86
21 1,3 1 1,3 0,343 0,2 0,75 0,78 1 85 85
17,8 1,3 1 1,3 0,348 0,2 0,75 0,78 1 81 81
14,6 1,3 1 1,3 0,352 0,2 0,75 0,78 1 76 76
11,4 1,3 1 1,3 0,358 0,2 0,75 0,78 1 72,5 72,5
8,2 1,3 1 1,3 0,36 0,2 0,75 0,78 1 67 67
5 1,3 1 1,3 0,36 0,2 0,75 0,78 1 64,5 64,5
0,2 1,3 1 1,3 0,36 0,2 0,75 0,78 1 52,8 52,8
0 1,3 1 1,3 0,36 0,2 0,75 0,78 1 52,5 52,5

ENIS 2015/2016 113


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

3.3. Pression et force de trainée et Sollicitations d'ensemble

La force de traînée T par unité de longueur est la composante de la force du vent dans la
direction parallèle à celle de vent.
 Pression de trainée Pn = ct β δ
 Force de trainée Tn = ct β δ q De
Tn +Tn+1
 Effort tranchant Hn = ∆z + Hn+1
2
Hn +Hn+1
 Moment fléchissant Mn = ∆z + Mn+1
2

Calcul de la pression et forces de trainée et sollicitation d'ensemble


pour vent1
cote De CL ' ' h Tn Hn Mn
21,95 30,7 0,2 21 0,8 0 0,02 0 0
21 30,7 0,2 21 0,8 0,95 0,02 0,02 0,01
17,8 30,7 0,2 21 0,8 3,2 0,02 0,08 0,16
14,6 30,7 0,2 21 0,8 3,2 0,02 0,13 0,50
11,4 30,7 0,2 21 0,8 3,2 0,02 0,19 1,02
8,2 30,7 0,2 21 0,8 3,2 0,02 0,24 1,70
5 30,7 0,2 21 0,8 3,2 0,01 0,29 2,54
0,2 30,7 0,2 21 0,8 4,8 0,01 0,35 4,06
0 30,7 0,2 21 0,8 0,2 0,01 0,35 4,13

Figure.XI.2. Courbe des forces et sollicitations de vent1 exercées sur le refend

ENIS 2015/2016 114


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

cote De CL ' ' h Tn Hn Mn


21,95 16,83 0,2 21 0,8 0 0,011 0 0
21 16,83 0,2 21 0,8 0,95 0,011 0,01 0,00
17,8 19,08 0,2 21 0,8 3,2 0,012 0,05 0,10
14,6 20,28 0,2 21 0,8 3,2 0,012 0,08 0,30
11,4 21,93 0,2 21 0,8 3,2 0,012 0,12 0,63
8,2 23,68 0,2 21 0,8 3,2 0,012 0,16 1,09
5 23,68 0,2 21 0,8 3,2 0,012 0,20 1,66
0,2 23,68 0,2 21 0,8 4,8 0,010 0,25 2,74
0 23,68 0,2 21 0,8 0,2 0,009 0,25 2,79
Calcul de la pression et forces de trainée et sollicitation d'ensemble
pour vent2

Figure.XI.3. Courbe des forces et sollicitations de vent2 exercées sur le refend

ENIS 2015/2016 115


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

4. Calcul des sollicitations sur le refend

4.1. Caractéristiques géométriques du refend

Figure.XI.4. Caractéristiques géométriques du refend

 La surface du refend Ai = hi ei S = A1 − (A2 + A3 ) = 2.3 × 2.3 − 1.8 × 2.05 = 1.6 m2


 Les moments statiques du refend Sx = 2.3 × 2.3 × 1.15 − 2.05 × 1.8 × 1.15 = 1.84 m3
Sy = 2.3 × 2.3 × 1.15 − 2.05 × 1.8 × 1.275 = 1.38 m3
Sy Sx
 Coordonnées du centre de gravité du refend X′g = = 0.86 m ; Y′ = = 1.15 m
S g S

 Les inerties du refend selon les axes (1-1) et (2-2)


ei hi 3 hi ei 3
Ii1 = ; Ii2 =
12 12
Avec :
𝑒𝑖 : Epaisseur de l'élément et ℎ𝑖 : Hauteur de l'élément
 Les inerties par rapport au centre de gravité
IG1 = I11 + (x′G − x′g1 )2 s1 − [(I12 + (x ′ G − x ′ g2 )2 s2 ) + (I13 + (x ′ G − x ′ g3 )2 s3 )]
IG2 = I12 + (y′G − y′g1 )2 s1 − [(I22 + (y ′ G − y ′ g2 )2 s2 ) + (I23 + (y ′ G − y ′ g3 )2 s3 )]

 Les coordonnées du centre de torsion de l’ensemble


On détermine les coordonnées du centre de torsion. Se sont les même que le centre de gravité
Xc = 0.86 m ; Yc = 1.15 m.
 Les inerties du refend selon les axes (X'-X') et (Y'-Y')
I′x′ = I1 cos2 θ + I2 sin2 θ ; I′y′ = I1 sin2 θ + I2 cos2 θ ; I′x′y′ = (I1 − I2 ) sinθ cosθ

ENIS 2015/2016 116


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Calcul des caractéristiques géométriques du refend


Désignation 1 2 Total
Dimensions hi (m) 2,3 1,80 -
ei (m) 2,3 2,05 -
Aire Ai (m²) 5,29 3,69 1,60
Centre de gravité x′gi (m) 1,15 1,27 -
5
y′gi (m) 1,15 1,15 -
Centre de gravité global x′G (m) - - 0,86
y′G (m) - - 1,15
Centre de torsion x'c 0,86
y'c 1,15
Inertie par rapport aux centres de gravité des I1 (m4 ) 2,33 0,99 -
surfaces 6
I2 (m4 ) 2,33 1,29 -
Distance entre centre de gravité du refend et (y′G − y′gi ) (m) 0 0 -
ses éléments (x′G − x ′ gi )(m) -0,29 - -
0,41
5
Inerties par rapport au centre de gravité du I1 (m4 ) 2,33 0,99 1.34
refend 6
I2 (m4 ) 2.78 1.93 0,85
Moment d'inertie global Ix=1.34
Iy=0.85

4.2. Effet de vent par rapport au centre de torsion


Calcul de la pression et de la force de trainée et sollicitation
d’ensemble pour vent
W1 W2
Hy 0,25 0
Hx 0 0,35
ex - -0,9
ey 4,67 -
M 1,17 -0,32
My 2,79 -
Mx - 4,13

ENIS 2015/2016 117


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.5. Effet de vent par rapport au centre de torsion

5. Vérification des contraintes

5.1. Données d’exécution de voile d’ascenseur

Données d’exécution d’ascenseur


Xg (m) 0,86
Yg (m) 1,15
v'y (m) -1,15
vy (m) 1,15
v'x (m) -1,44
vx (m) 0,86
fc28(MPa) 22
b 1,5
s 1,15
Fe (MPa) 400

ENIS 2015/2016 118


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

5.2. Evaluation des charges


Tableau récapitulatif de la descente de charge à partir d'Arche
Ossature

charge G Q ex ey MxG MyG MxQ MyQ


5ème 0,147 0,031 0,238 0,170 0,025 0,035 0,005 0,007
4ème 0,108 0,029 -1,343 0,290 0,031 -0,145 0,008 -0,039
3ème 0,107 0,027 -1,343 0,290 0,031 -0,144 0,008 -0,036
2ème 0,109 0,026 -1,343 0,290 0,032 -0,146 0,008 -0,035
1er 0,108 0,027 -1,343 0,290 0,031 -0,145 0,008 -0,036
RDC 0,111 0,027 -1,343 0,290 0,032 -0,149 0,008 -0,036
somme 0,690 0,167 0,182 -0,694 0,045 -0,175

Poids propre de refend= 21.7*A*22=0.76 MN


Charge total appliqué

G(MN) 1,454
Q(MN) 0,167

5.3. Détermination des contraintes appliquées sur le refend

5.3.1. Contraintes appliquées due aux (-vent 1)

Tableau récapitulatif des contraintes appliquées due aux vent1 (-)

-vent1
Désignation charge My N/S (MPa) My*vx/Ix My*v'x/Ix
G(MN) 1,45 -------- 0,91 -0,45 0,74
Q(MN) 0,17 -------- 0,10 -0,11 0,19
Hx(MN) 0,35 4,13 0 2,66 -4,43
coef de pondération 1,35 1,5 1,8 1,2
1,35*G - - 1,23 -0,60 1,01
1,5*Q - - 0,16 -0,17 0,28
1,8*W - - 4,79 -7,98
contrainte pondérées
combinaison 1 2
1,35*G+1,5*Q+1,8*W 5,40 -5,31
1,35*G+1,5*Q-1,8*W -4,18 10,65
G+1,8*W 3,12 -6,33
G-1,8*W -4,33 9,63

ENIS 2015/2016 119


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.6. Déférent contrainte appliquer sur le refend (- vent1)

Figure.XI.7. Répartition de contrainte due au vent1 (-)

ENIS 2015/2016 120


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Tableau récapitulatif des contraintes appliquées due aux vent1


vent1
N/S
Désignation charge My My*vx/Ix My*v'x/Ix
(MPa)
G(MN) 1,45 - 0,91 0,74 -0,45
Q(MN) 0,17 - 0,10 -0,188 0,113
Hx(MN) 0,35 4,13 0 4,43 -2,66
coef de pondération 1,35 1,5 1,8 1,2 -
1,35*G - - 1,23 1,01 -0,60
1,5*Q - - 0,16 -0,28 0,17
1,8*W - - 7,98 -4,79
contrainte pondérées
combinaison 1 2
1,35*G+1,5*Q+1,8*W 10,08 -3,84
1,35*G+1,5*Q-1,8*W -5,87 5,74
G+1,8*W 6,09 -4,33
G-1,8*W -6,33 5,25

Figure.XI.8. Déférent contrainte appliquer sur le refond (vent1)

ENIS 2015/2016 121


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.9. Répartition de contrainte due au vent1 avant/arrière

5.3.2. Contraintes appliquées due au vent 2

Tableau récapitulatif des contraintes appliquées due au vent 2


vent 2
Désignation charge Mx N/S (MPa) Mx*vy/Iy Mx*v'y/Iy
G(MN) 1,45 - 0,91 0,25 -0,25
Q(MN) 0,17 - 0,10 0,06 -0,06
Hy(MN) 0,25 2,79 0 3,77 -3,77
coef de pondération 1,35 1,5 1,8 1,2 -
1,35*G - - 1,23 0,33 -0,33
1,5*Q - - 0,16 0,09 -0,09
1,8*W - - 6,79 -6,79
contrainte pondérées
combinaison 1 2
1,35*G+1,5*Q+1,8*W 8,60 -5,83
1,35*G+1,5*Q-1,8*W -4,98 7,75
G+1,8*W 4,93 -6,13
G-1,8*W -5,63 7,45

ENIS 2015/2016 122


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.10. Déférent contrainte appliquer sur le refond (vent1)

Figure.XI.11. Répartition de contrainte due au vent1

5.3.3. Résultante de contrainte

Les contraintes de compression et de traction maximales sont présentées sur les diagrammes ci-
dessous :

ENIS 2015/2016 123


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.12. Résultante des contraintes appliquées sur les différentes parties de refend
vent 1

Figure.XI.13. Résultante des contraintes appliquées sur les différentes parties de refend
vent 2

5.4. Contraintes limites


On effectuera le calcul des contraintes limite au niveau RDC.
 l0 = 4.5m ; Longueur libre entre nus du plancher
 a = 0.25: Epaisseur du refend
 𝑑 = 1m ; Longueur unitaire du voile

ENIS 2015/2016 124


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Calcul de la contrainte limite ultime


voile non armé voile armé
longueur de flambement Lf=0,85*L 3,83 Lf=0,8*L 3,60
élancement = Lf*racine(12)/a 53,00 = Lf*racine(12)/a 49,88
=
coefficient  0,40 = 0.85/(1+0.2*(35)^2) 0,60
0,65/(1+0,2*(/30)^2)
Acier minimal As=0 0,00 As=0,001*a 0,00025
Aire réduit Br=d*(a-0,02) 0,23 Br=d*(a-0,02) 0,23
Nult=*(Br*fc28/(0,9*b)+As*fe/
Effort Limite Nult=*Br*fc28/(0,9*b) 1,50 2,32
s)
contrainte Limite ulim=Nult/(a*d) 6,00 ulim=Nult/(a*d) 9,27

5.5. Vérification

5.5.1. Vérification des contraintes normales

A. Vent 1 (-) :
σcmax = 5.40 MPa ≤ σulim = 9.27 MPa
on n’a pas besoin d’armature puisque σcmax = 5.40 MPa ≤ σulim = 6.00 MPa de béton
non armé.
σtmin = −6.33MPa ≤ 0
Nécessité de prévoir un ferraillage pour le refend sollicité à la traction.
B. Vent 1 :
σcmax = 10.08 MPa ≥ σulim = 9.27 MPa
Nécessité de prévoir un ferraillage pour le refend sollicité à la compression.
σtmin = −4.33 MPa ≤ 0
Nécessité de prévoir un ferraillage pour le refend sollicité à la traction.
C. Vent 2:
σcmax = 8.40 MPa ≤ σulim = 9.27 MPa
L’acier minimal est suffisant, on peut donc ferrailler avec l'acier minimal en considérant
la facilité d'exécution.
σtmin = −6.13 MPa ≤ 0

Nécessité de prévoir un ferraillage pour le refend sollicité à la traction.

5.5.2. Vérification du cisaillement

On définit la contrainte de cisaillement :

ENIS 2015/2016 125


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

A. vent1 :
V 0.35
τu = = = 0.78 MPa
0.9ad 0.9 × 2 × 0.25
τu < 0.05fc28 = 1.10 MP𝑎
G = 1454KN > 0.9𝑉 = 0.9 × 350 = 315 KN
La vérification à l'effort tranchant n’est pas nécessaire
B. vent2 :
V 0.25
τu = = = 1.10 MPa
0.9ad 0.9 × 0.25
τu < 0.05fc28 = 1.10 MP𝑎
G = 1558KN > 0.9𝑉 = 0.9 × 250 = 225 KN
La vérification à l'effort tranchant n’est pas nécessaire

6. Calcul de ferraillage

6.1. Section d'aciers verticaux

6.1.1. Aciers de traction

A. Section d’acier due aux contraintes maximales :


 La quantité d’acier verticale nécessaire pour armer la partie tendue du refend par ml est égale à :
 Contrainte -6.33 :
σt ×e×γs 6.33×0.25×1.15×104
Ast = = = 45.5 cm2 /ml
fe 400

On estime donc la section d'acier par lit par ml


Ast 45.5
Ast/ml = = = 22.75 cm2
2 2

 Contrainte -4.33 MPa :


σt × e × γs 4.33 × 0.25 × 1.15 × 104
Ast = =
fe 400
Ast = 31.12 cm2 /ml
On estime donc la section d'acier par lit par ml
Ast 31.12
Ast/ml = = = 15.56 cm2
2 2

 Contrainte -6.13 MPa :


σt × e × γs 6.13 × 0.25 × 1.15 × 104
Ast = =
fe 400

ENIS 2015/2016 126


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Ast = 44.06 cm2 /ml


On estime donc la section d'acier par lit par ml
Ast 44.06
Ast/ml = = = 22.03 cm2
2 2

B. Répartition des aciers de traction sur chaque partie de refend :

Figure.XI.14. Section d’acier de traction

Distribution des aciers de traction (partie 1 et 2)


Acier de traction sur 1-2

Y (à partir de 1,44-Y (à As (par lit et par


2 espacement
centre de voile) partir de bord u (MPa) As (cm ) tronçon de 1,43-
(cm)
(m) de voile) (m) Y)
1,44 0 -6,33 22.75
1.29 0,15 -6.13 22.03 2HA16 7
-0.86 2.3 -6.13 22.03 16HA20 13
Distribution des aciers de traction (partie3)
Acier de traction sur 3
u As
Y (à partir de centre 1,15-Y (à partir de As (par lit et par espacement (cm)
(MPa) (cm2)
de voile) (m) bord de voile) (m) tronçon de 1,43-Y)
1,15 0 -6,13 22,03
0,87 0,28 -4,33 15,56 2HA20 12
0 1,15 -4,33 15,56 7HA16 12

ENIS 2015/2016 127


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

6.1.2. Aciers de compression

A. Détermination de la section :
On doit calculer la section d'acier de compression par itération car elle est fonction de σu et
de σu,lim .
Υs a σu,lim Br fc28
Acal = Max[0; [ − ]
fe α 0.9Υb
1.15 0.25 σu,lim 0.23 × 25
Acal = Max[0; [ − ] × 10−4 [cm2 ]
400 0.6 0.9 × 1.5
Br fc28 fe Acal 0.23 × 25 400 × Acal
σu,lim = α[ + ] = 0.6[ + ]
0.9Υb Υs 0.9 × 1.5 1.15
400 × Acal
= 10.30 + 0.6 × 10−4 × [MPa]
1.15
400θ 3 σu
Amin = d × a × Max[0.001; 0.0015 ( − 1)]
fe σu,lim
θ = 1 pour un voile intermaidiaire
Tel que {
θ = 1.4 pour un voile de rive
Puisqu'il s'agit d'un seul refend, on le considéré donc voile de rive d’où θ = 1.4,
400 × 1.4 3 σu
Amin = 0.25 Max[0.001; 0.0015 ( − 1)
400 σu,lim
As = Max(Acal , Amin )

Tableau de calcul des aciers pour la contrainte de compression


1ere tour 2emme tour 3emme tour 4emme tour
Acal ulim Amin As ulim Amin As ulim Amin As ulim Amin As
u
(cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²) (MPa) (cm²) (cm²)
6,00 0 9,06 5,18 5,18 9,50 4,70 4,70 9,46 4,74 4,74 9,46 4,74 4,74
5,40 0 9,06 4,13 4,13 9,41 3,79 3,79 9,38 3,81 3,81 9,38 3,81 3,81
8,60 0 9,06 9,69 9,69 9,88 8,46 8,46 9,79 8,59 8,59 9,79 8,59 8,59
9,27 2,5 9,27 10,50 10,50 9,95 9,43 9,43 9,87 9,55 9,55 9,87 9,55 9,55
10,08 12,16 10,08 10,51 12,16 10,08 10,51 12,16 10,08 10,51 12,16 10,08 10,51 12,16

ENIS 2015/2016 128


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

B. Répartition des aciers de compression sur chaque partie de refont

Figure.XI.15. Section d’acier comprimé


Répartition des aciers sur la zone comprimée (partie 1 et 2)
Acier de compression sur 1-2

Y (a partir de 1,44-Y (a As (par lit et


espacement
centre de partir de bord u (Mpa) As (cm2) par tronçon
(cm)
voile) (m) de voile) (m) de 1,43-Y)

1,44 0 10.08 12.16/2=6.08


1.20 0,24 8.60 8.59/2=4.30 2HA10 11
-0.86 2.30 8.60 8.59/2=4.30 12HA10 17

Répartition des aciers sur la zone comprimée (partie 3)


Acier de compression partie 3

Y (a partir de 1,44-Y (a partire As (par lit et


espasement
centre de voile) de bord de voile) u (MPa) As (cm2) par troncon
(cm)
(m) (m) de 1,43-Y)

1,15 0 8,6 8,59/2=4,30


0,74 0,41 6 0 3HA10 13
0 1,15 6 0 - milieu

ENIS 2015/2016 129


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

C. Choix des aciers


Ferraillage de refend
Partie 1 Partie 2 Partie 3
X Acier st X HA st Y HA st
1,29 - 1,44 2HA16 6 1,29 - 1,44 2HA16 6 0.87 - 1.15 2HA20 12
(-0,86) - 1,29 16HA20 13 (-0,86) - 1,29 16HA20 13 0.00 - 0.87 7HA16 12

6.2. Aciers transversaux (perpendiculaires au parement)


Seuls les acier verticaux (de diamètres; Φl = 16 mm,Φl = 20mm ) pris en compte dans le
calcul de Nulim sont à maintenir par des armature transversales (de diamètreΦt )
On a 12 < Φl = 16 mm ≤ 20 mm, on reprend donc tout les barres verticale par des épingle
de diamètre Φt = 6 mm avec un espacement str ≤ 15Φl = 24 cm ansi
str ≤ 30cm.

6.3. Section d'aciers horizontaux


A. Vent1 :
2×ρvmax
Ash /ml ≥ dh × max(0.001; )
3

On définit ρvmax le pourcentage vertical de la bande la plus armée


400 ×  σu
ρvmax /m2 = max (0.001; 0.0015 × × (3 × − 1)
fe σu,lim
400 × 1.4 10.08
= max (0.001; 0.0015 × × (3 × − 1) = 4.75 × 10−3
400 9.27
2
Ash /ml ≥ 4.75 × × 10−3 × 1 × 0.25 = 7.92 cm
3
Soit 11 HA10 ainsi Ash /ml(verticale) = 8.64 cm2
100
L'espacement trouvé est Ssh = = 9 cm < 33𝑐𝑚   (Vérifiée)
11

B. Vent2 :
2×ρvmax
Ash /ml ≥ dh × max(0.001; )
3

On définit ρvmax le pourcentage vertical de la bande la plus armée


400 ×  σu
ρvmax /m2 = max (0.001; 0.0015 × × (3 × − 1)
fe σu,lim
400 × 1.4 8.60
= max (0.001; 0.0015 × × (3 × − 1) = 3.75 × 10−3
400 9.27
2
Ash /ml ≥ 3.45 × 3 × 10−3 × 1 × 0.25 = 6.25 cm

Soit 8HA10 ainsi Ash /ml(verticale) = 6.28 cm2

ENIS 2015/2016 130


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

100
L'espacement trouvé est Ssh = = 12 cm < 33𝑐𝑚   (Vérifiée)
8

6.4. Aciers de chainages


Il s'agit d'acier mis dans les volumes communs aux planchers et aux voiles
400 400
CH = 1.5 × = 1.5 × 400 = 1.5 cm2 Soit 3HA8
fe

6.5. Aciers de renfend


Tableau de calcul d'aciers de refend
Acier de renfort Acier verticaux (𝐜𝐦𝟐 ) Acier horizontaux (𝐜𝐦𝟐 )

Etage courant au 400 400 -


RV = 0.85 × = 0.85 × = 0.85
droit des fe 400
ouvertures soit 1HA12
Plancher terrasse 400 400 400 400
CV = 1.5 × = 1.5 × = 1.5 RH = 1.5 × = 1.5 × = 1.5
fe 400 fe 400
soit 3HA8 soit 3HA8

7. Plan de ferraillage

Figure.XI.16. Vue de dessus de ferraillage de refont

ENIS 2015/2016 131


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

Figure.XI.17. Ferraillage de refont coupe A-A

Figure.XI.18. Ferraillage de refont coupe B-B

ENIS 2015/2016 132


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

XII. Calcul de la structure en utilisant le logiciel Arche

Après avoir terminé la phase conception en utilisant le logiciel AutoCAD, on a exporté notre
structure vers le logiciel ARCHE pour dimensionner les différents éléments en suivant ces étapes :
 On prépare le plan de coffrage de chaque étage
 On regroupe les axes des poutres, des voiles et des poteaux en leur créant un style de point
dans un fichier séparé
 On choisit un point commun pour tous les étages, puis, on choisit un point séparé sur
AUTO-CAD et on donne un numéro pour le calque de chaque type des éléments.
 On ramène tous les plans au point choisi, on clique sur (W entrée) et on enregistre chaque
plan sous forme DXF.
 On ouvre Arche ossature et on choisit les matériaux correspondant à notre ouvrage.
Pour notre exemple :
 béton quelconque de densité nul pour les dalles.
 béton de 25 MPa pour les poutres, les dalles et les voiles.
 béton de 22 MPa pour les poteaux, le voile d’ascenseur et les semelles.
 On exporte notre plan DXF vers Arche en donnant le numéro de calque à chaque élément
correspondant.
 On génère les panneaux de dalles en indiquant leurs chargements et on les définit selon le
sens choisi dans les plans de coffrages
 Les charges permanentes pour les planchers à corps creux, on considère des dalles de
densité nulle et on fait le saisi manuel du poids propre du plancher. Pour les dalles pleines,
on les génère par un béton de densité 25 kN/m3 et on les charge par le poids propre de
revêtement
 On charge les poutres et les raidisseurs qui supportent des murs par la charge linéaire
correspondante.
 On choisit un style de ferraillage pour chaque type des éléments structuraux selon leur
emplacement par exemple : style de poutre et de dalle qui résistent au feu pour le sous-sol.
 On génère les semelles de fondation.
 La vérification de toutes les options prises par le logiciel est indispensable à ce stade (fc28, fe,
poids volumique du béton, contrainte admissible du sol).
Avant de lancer la procédure de modélisation, il est nécessaire de s’assurer de la
validité et de la cohérence de notre modèle :

ENIS 2015/2016 133


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

 Activation de l’option (modifier-fusionner) : le programme va nettoyer la structure en


supprimant les éléments confondus.
 Activation de l’option (analyser-vérifier) : le programme va préparer le modèle en
vue de calcul.
 Activation de l’option (analyser-modéliser) : le programme va préparer un premier
résultat de la descente de charges.
 Activation de l’option (analyser-calculer DDC) le programme va lancer le calcul de
la structure.
 Activation de l’option (analyser-calculer DDC) le programme va lancer le calcul de
ferraillage de la structure.

L’ARCHE nous offre une note de calcul trop détaillée, un métré complet du bâtiment et les
différents plans de ferraillage des différents éléments.

Figure.XII.1. L’ossature en 3D par le logiciel Arche

ENIS 2015/2016 134


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

XIII. Conclusion :

Pour conclure, ce projet a été une occasion pour appliquer nos connaissances théoriques pour
affronter des problèmes réels.
La conception structurale est la partie la plus délicate. Le problème majeur confronté dans
cette partie a été l’emplacement des poteaux vu l’existence de retraits et les couloirs de circulation
et les places de stationnement.
On a retenu une structure poutre-poteau. Les planchers des étages courants sont adoptés à
corps creux alors que le plancher du sous-sol est en dalle pleine. De plus nous avons envisagé des
voiles porteurs pour la périphérie du sous-sol. Pour assurer l’encastrement des voiles nous avons
conçu un dallage. La cage ascenseur a été dimensionnée pour assurer le contreventement.
Les caractéristiques du sol nous a permis de choisir une fondation superficielle sur semelles.
La présence de la nappe phréatique a imposé un dallage étanche au niveau du sous-sol.
Le dimensionnement des éléments structuraux a été effectué à l’aide du logiciel. Quelques
éléments sont dimensionnés manuellement.
Enfin nous avons essayé de dimensionner les différents types d’éléments manuellement, on
cite : nervure, poutre, poteau, escalier, voile et semelle. La cage ascenseur a été dimensionnée pour
assurer le contreventement. Malheureusement par faute de temps, le dallage du sous-sol n’a pas été
traité.

ENIS 2015/2016 135


Etude d’un immeuble (SS+RDC+5étages) Rami Turki & Ramzi Rhouma

BIBLIOGRAPHIE

Henry THONIER; Conception et Calcul des structures de bâtiments tome 3


Jean PERCHAT, Jean ROUX ; Pratique du BAEL 91
Jean PERCHAT, Jean ROUX ; Maitrise du BAEL 91 et DTU associés
NF P06-001 : (Bases de calcul des constructions-charges d’exploitations)
Règles NV 65

ENIS 2015/2016 136