Vous êtes sur la page 1sur 82

MINISTERE DE L’INDUSTRIE, DU COMMERCE ET REPUBLIQUE DU MALI

DE LA PROMOTION DES INVESTISEMENTS Un Peuple – Un But - Une Foi

---------------- --------------

CENTRE DE RECHERCHE ET DE Bakary Textile (BATEX-CI) SAU


FORMATION POUR L’INDUSTRIE

TEXTILE (CERFITEX)
MEMOIRE DE FIN DU CYCLE DU
MASTER :

THEME :
Projet alimentation de système d’éclairage de l’usine BATEX-ci en énergie solaire
photovoltaïque.
Préparer ET Présenter PAR KARIM TRAORE
Pour l’obtention du diplôme de Master de Génie Industriel
Spécialité : Electricité Industrielle

Encadrants académiques : membres de jury :


M. Abdoulaye Hamane TOURE,
M. Bourama COULIBALY.
Promotion :
2018-2020.

1
Dédicace :
Je dédie ce travail,
 A mes très chers parents, pour tous leurs sacrifices, leur amour, leur
tendresse, leur soutien et leurs prières tout au long de mes études.
 A mes chers frères et sœurs pour leurs encouragements et leur soutien
moral.
 A tout le corps professoral du CERFITEX, pour la qualité de leur
enseignement et leur intérêt incontestable qu’ils portent à tous les
étudiants.
 Aux êtres chers auxquels je ne saurais exprimer ma gratitude et ma
reconnaissance.
 A mes amis et tous mes camarades de classe et du Centre de la promotion
2018-2020.

2
Remerciement :
Je tiens à remercier en premier lieu DIEU le tout puissant, pour ses faveurs et ses gratitudes, de m’avoir
donné le courage, la santé et la patience pour terminer ce travail et tous ceux qui m’ont encadré au cours de
la rédaction de ce mémoire, et même à ceux qui ont eu la gentillesse de faire de ce mémoire un moment très
profitable.
Aussi, je remercie mes encadrants du centre M. Abdoulaye Hamane TOURE et M. Bourama COULIBALY,
qui m’ont assisté et accompagné tout au long de ce travail avec beaucoup de patience et de pédagogie.
Je remercie également les personnels de BATEX-CI qui m’ont toujours soutenu et fourni des aides afin que
je puisse réaliser ce document dans les meilleures conditions.
Je remercie aussi le DG de BATEX-CI, de m’avoir donné l’accès dans son établissement pour recueillir les
informations nécessaires pour la rédaction du document, de même je remercie Madame la Directrice
Générale du centre (CERFITEX) de m’avoir offert la chance de développer mes compétences
professionnelles dans le Centre.
Je souhaite par ailleurs souligner la contribution de mes collègues étudiants (licence, master) des autres
agents du Centre ainsi que les agents de l’usine BATEX-ci pour leurs expertises qui m’ont été d’un très grand
recours.
Je tiens à remercier ma famille et mes amis qui m’ont toujours soutenu, et toutes autres personnes qui
auraient contribué à la concrétisation de ce travail dont je suis particulièrement fier.

3
SOMMAIRES :
Dédicace :.............................................................................................................................................................1
Remerciement :....................................................................................................................................................2
SOMMAIRES :......................................................................................................................................................3
INTRODUCTION GENERALE :.........................................................................................................................12
1. Présentation du CERFITEX :.................................................................................................................13
2. Historique et présentation générale de BATEX-CI SAU :......................................................................15
I. Production de l’énergie électrique :............................................................................................................17
CHAPITRE I : ETUDE GENERALE SUR LA PRODUCTION DE L’ENERGIE ELECTRIQUE.........................17
1. Energie thermique :................................................................................................................................17
a. Principe de fonctionnement d’une centrale thermique :....................................................................17
b. Avantages et inconvénients d’une centrale thermique :....................................................................18
2. Energie hydraulique :.............................................................................................................................18
a. Types de centrales hydrauliques :.....................................................................................................18
b. Principe de fonctionnement d’une centrale hydraulique :..................................................................19
c. Diagramme d’une centrale hydraulique :...........................................................................................19
d. Avantages et inconvénients d’une centrale hydraulique :.................................................................19
3. Energie géothermique :..........................................................................................................................20
a. Principe de fonctionnement :.............................................................................................................20
b. Avantages et inconvénient :...............................................................................................................20
c. Diagramme d’une centrale géothermique :........................................................................................21
4. Energie éolienne :..................................................................................................................................21
a. Fonctionnement d’une éolienne :.......................................................................................................21
b. Avantages et inconvénients :.............................................................................................................22
5. Energie solaire :.....................................................................................................................................22
a. Le soleil :............................................................................................................................................23
b. Rayonnement solaire :.......................................................................................................................23
c. L’ensoleillement :...............................................................................................................................24

4
d. Les coordonnées solaires :................................................................................................................25
e. Les appareils de mesures du rayonnement solaire :.........................................................................25
6. Energie solaire thermique :....................................................................................................................28
a. Application :........................................................................................................................................29
7. Energie solaire photovoltaïque :............................................................................................................29
a. Introduction :.......................................................................................................................................29
b. Energie solaire PV :...........................................................................................................................30
c. Principe de fonctionnement :.............................................................................................................30
8. Conclusion :............................................................................................................................................30
Chapitre II : Etude des équipements solaires...................................................................................................31
I. Panneaux solaires photovoltaïques :.........................................................................................................31
1. Définition :..............................................................................................................................................31
2. Les différents modèles des panneaux solaires :...................................................................................31
a. Les panneaux solaires en silicium (monocristallin) :.........................................................................31
b. Les panneaux solaires en silicium (poly cristallin) :...........................................................................31
c. Les panneaux solaires amorphes :....................................................................................................31
3. Fonctionnement d’une cellule photovoltaïque :.....................................................................................32
4. De la cellule au module :........................................................................................................................32
5. Couplage des modules :........................................................................................................................32
a. Mise en série d’un module :...............................................................................................................32
b. Mise en parallèle des modules :........................................................................................................33
6. Facteurs influençant le fonctionnement des modules :.........................................................................33
a. Influence de l’ombre sur les cellules :................................................................................................33
b. Influence de la température :.............................................................................................................34
c. Influence de l’inclinaison :..................................................................................................................34
d. Influence de la saleté :.......................................................................................................................34
e. Orientation des panneaux :................................................................................................................34
7. Principe de dimensionnement des panneaux :......................................................................................34
a. Estimation de l’ensoleillement journalière en (Whm²/j) :....................................................................34
8. Les caractéristiques électriques d’un panneau solaire :........................................................................35
a. Puissance de sortie............................................................................................................................35
9. Modélisation d’une cellule PV :..............................................................................................................37

5
a. Le modèle du panneau solaire :.........................................................................................................38
b. Modélisation d’un module photovoltaïque :.......................................................................................41
c. Modélisation sous l’environnement Matlab :......................................................................................41
Système de stockage :.......................................................................................................................................42
1. Les types de batteries :..........................................................................................................................42
a. Critères de Choix d’une batterie d’accumulateurs :...........................................................................42
2. Description :...........................................................................................................................................43
a. Les batteries à plomb ouvert :............................................................................................................43
b. Les batteries à plomb AGM :.............................................................................................................44
c. Les batteries à GEL :.........................................................................................................................44
d. Les batteries à lithium :......................................................................................................................45
3. Types de raccordements des accumulateurs :......................................................................................46
a. Raccordement série :.........................................................................................................................46
b. Raccordement parallèle :...................................................................................................................46
c. Le raccordement mixte :.....................................................................................................................46
d. Caractéristiques :...............................................................................................................................47
4. Principe de dimensionnement du parc des batteries :...........................................................................48
5. Influence de la température sur les batteries :.......................................................................................48
Système de régulation :......................................................................................................................................49
1. Rôle :......................................................................................................................................................49
2. Fonctionnement :....................................................................................................................................49
3. Les types de régulateur :........................................................................................................................49
a. Le régulateur PWM :..........................................................................................................................49
b. Le régulateurs MPPT :.......................................................................................................................50
c. Critère de choix d’un régulateur :.......................................................................................................50
1. Eclairage public :....................................................................................................................................50
a. Eclairage public autonome indépendante :........................................................................................50
b. Eclairage public standard :.................................................................................................................51
2. Le choix de système d’éclairage :..........................................................................................................51
a. Eclairage à système totalement autonome :......................................................................................51
b. Système hybride :..............................................................................................................................52
Les moyens d’éclairage :....................................................................................................................................52

6
1. Les lampes à incandescences :.............................................................................................................52
a. Les lampes à incandescence classique :..........................................................................................52
b. Lampes incandescentes à halogène :...............................................................................................53
2. Les lampes luminescences :..................................................................................................................54
a. Les lampes fluorescentes :................................................................................................................54
b. Les lampes à LED :............................................................................................................................55
Les lampadaires :...............................................................................................................................................56
1. Le mat :...................................................................................................................................................56
a. Les types de mat :..............................................................................................................................56
b. La résistance des mats :....................................................................................................................56
2. Les types d’implantation :.......................................................................................................................56
3. Les lampadaires solaires :.....................................................................................................................58
Les contrôleurs de temps d’allumage :..............................................................................................................59
1. Les Horloges :........................................................................................................................................59
Détermination de la section du câble :...............................................................................................................59
Les onduleurs :...................................................................................................................................................60
1. Introduction :...........................................................................................................................................60
2. Définition d’un onduleur :.......................................................................................................................60
CHAPITRE III : ETUDE DU PROJET................................................................................................................62
I. Introduction :...............................................................................................................................................62
II. Cahier de charge :......................................................................................................................................62
III. Plan du projet :.......................................................................................................................................62
1. L’installation extérieure :........................................................................................................................63
a. Dimensionnement :............................................................................................................................63
b. Implantation des mats :......................................................................................................................66
2. Installation intérieure :............................................................................................................................67
a. Dimensionnement des kits :...............................................................................................................67
CHAPITRES VI : SYSTEME DE MAINTENANCE DE L’INSTALLATION.........................................................70
I. Introduction :...............................................................................................................................................70
II. Maintenance des panneaux :.....................................................................................................................70
III. Maintenance des batteries :...................................................................................................................70
1. Contrôle de la charge des batteries :.....................................................................................................71

7
2. Réparation des fuites :...........................................................................................................................72
3. Suivi des bornes :...................................................................................................................................72
4. Fixation des causses..............................................................................................................................72
IV. La maintenance des régulateurs :..........................................................................................................72
1. Vérification des câbles de connexion :..................................................................................................72
V. Conclusion générale :.................................................................................................................................73

8
LISTES DES FIGURES :
Figure 1 : Représente l'image du CERFITE......................................................................................................12
Figure 2 :Représente l'image du BATEX-CI SA...............................................................................................14
Figure 3 : Représente l'image d'une centrale thermique...................................................................................16
Figure 4 : Représente le diagramme d'une centrale hydraulique......................................................................18
Figure 5 : Représente l'image d'une centrale géothermique.............................................................................20
Figure 6 : Représente l'image de l'éolienne......................................................................................................21
Figure 7 : Représente l'image des rayonnements solaire.................................................................................23
Figure 8 : Représente l'image du pyrhéliomètre................................................................................................24
Figure 9 : Représente l'image d'un pyranomètre...............................................................................................25
Figure 10 : Représente l'image d'un l'albédo mètre..........................................................................................25
Figure 11 : Représente l'image d'un héliographe..............................................................................................26
Figure 12 : Représente l'image d'un solarimètre...............................................................................................26
Figure 13 : Représente l'image du thermocouple..............................................................................................27
Figure 14 : Représente l'image d'une centrale solaire thermique.....................................................................27
Figure 15 : Représente le diagramme d'un panneau solaire PV.......................................................................29
Figure 16 : Représente les images des modèles de panneaux........................................................................31
Figure 17 : Représente les images de l'effet de l'ombrage sur les cellules......................................................32
Figure 18 : Représente l'image du model du courant de court-circuit PV.........................................................34
Figure 19 : Représente l'image du model de la tension à circuit ouvert...........................................................35
Figure 20 : Représente l'image de la caractéristique courant-tension PV........................................................35
Figure 21 : Représente l'image de la caractéristique puissance-tension PV....................................................36
Figure 22 : Représente l'image du modèle d’un cellule PV...............................................................................36
Figure 23 : représente l’image du model d’un panneau solaire........................................................................37
Figure 24 : Représente l’image de la modélisation d’un module panneau solaire...........................................40
Figure 25 : Représente l'image de la modélisation d'un panneau sous Matlab................................................41
Figure 26 : Représente l'image des batteries connectée en série....................................................................45
Figure 27 : Représente l'image des batteries connectée en parallèle..............................................................45

9
Figure 28 : Représente l'image des batteries connectée en mixte...................................................................45
Figure 29 : Représente l'image de l’éclairage publique autonome...................................................................49
Figure 30 : Représente l'image de l’éclairage publique standard.....................................................................50
Figure 31 : Représente l’image d’une lampe incandescence classique...........................................................51
Figure 32 : Représente l’image d’une lampe incandescence halogéné...........................................................52
Figure 33 : Représente l’image d’une lampe luminescence à LED..................................................................53
Figure 34 : Représente l’image d’une implantation unilatérale.........................................................................54
Figure 35 : Représente l’image d’une implantation bilatérale...........................................................................55
Figure 36 : Représente l’image d’une implantation bilatérale vis à vis.............................................................55
Figure 37 : Représente l’image d’une implantation axiale.................................................................................55
Figure 38 : Représente l’image d’une implantation pour les espaces publique................................................56
Figure 39 : Représente l’image d’un lampadaire solaire...................................................................................56
Figure 40 : Représente l’image du plan de l’une implantation à BATEX-CI.....................................................63

10
LISTE DES TABLEAUX :
Tableau 1 : représente les valeurs de A selon la technologie du panneau.......................................................39
Tableau 2 : Représente l'avantage et inconvénient d’une batterie à plomb ouvert...........................................42
Tableau 3 : Représente l'avantage et inconvénient d’une batterie à plomb AMG............................................43
Tableau 4 :Représente l'avantage et inconvénient d’une batterie à GEL.........................................................44
Tableau 5 : Représente la plage de la tension en fonction de la puissance.....................................................46
Tableau 6 : Représente des valeurs de la chute de tension.............................................................................58
Tableau 7 : Représente les besoins pour l’installation extérieure.....................................................................62
Tableau 8 : Représente les besoins pour l’installation intérieure......................................................................65
Tableau 9 :Représente l’état de la batterie........................................................................................................67
Tableau 10 :Représente les valeurs de la correction de la tension selon la température.................................67

11
LISTE DES ABREVIATIONS :
CERFITEX : Centre de recherche et de formation pour l’industrie textile,
BATEX-ci: Bakari textile commerce industrie,
LED: light emitting diode,
ESITEX : école supérieure des industries textiles,
CEDAO : communauté économique de développement de l’Afrique de l’ouest,
DC : direct current,
AC : alternating current,
TSE : terminal science exacte,
TSExp : terminal science expérimentale,
DEF : diplôme d’étude fondamentale,
GM : génie mécanique,
GMI : génie minier,
GEL : génie électronique,
GC : génie civile,
GEN : génie énergétique,
PV : photovoltaïque,
ITEMA : industrie textile du Mali,
CFA : franc des colonies Française,
TVA : taxe sur les valeurs ajoutées,
A : azimut,
 : delta la déclinaison,
 : Latitude géographique,
H : l’angle horaire,
Si : silicium,
Ge : germanium,
Se : sélénium,
MPPT: Maximum Power Point Tracking,
AMG : métal active gaz,

12
Co2 : dioxyde de carbone,
EVA: Ethylene vinyl Acetates,
STC: standard test condition,
UV: ultraviolet,
PWM: Pulse Width Modulated.

13
INTRODUCTION GENERALE :
La lumière constitue un élément fondamental pour l’activité humaine, les 12 heures de la journée sont déjà
éclairées par le soleil par contre quand la nuit tombe, l’homme fait face à l’obscurité. De ce fait il lui est
nécessaire de chercher des moyens adéquats qui lui facilitent la perception visuelle pour garantir sa sécurité.
Pour cela l’homme a utilisé l’éclairage comme moyen pour la vision intérieure et extérieure dans les
domiciles, le milieu industriel et les espaces publics.
Les moyens d’éclairage ont connu un très grand développement depuis leurs apparitions en l’an 1000. De la
lampe à l’huile aux lampes à LED. Pour alimenter ces lampadaires on distingue différentes sources d’énergie
(l’eau pour les centrales hydrauliques, le vent pour l’éolienne, les rayons solaires pour les centrales solaires
thermiques et photovoltaïques et les combustibles pour les centrales thermiques). Dans ce document les
études seront basées sur l’énergie photovoltaïques une installation à réaliser chez BATEX-ci Mali.
Sur le globe terrestre l’énergie solaire est disponible surtout dans des régions tropicales dont le Mali en fait
partie avec une irradiation solaire très importante de 5 à 7 KWh/m 2/j bien repartie sur le territoire et un
ensoleillement d’environ 10 heures par jour soit 3650 ensoleillements par an.
Ce document sera décomposé en quatre chapitres (04), le premier chapitre sera consacré sur une étude
générale sur la production de l’énergie électrique, le deuxième sur l’étude des onduleurs DC/AC, le troisième
sur l’étude du projet et en fin le quatrième sur le système de maintenance de l’installation.

14
1. Présentation du CERFITEX :

Figure 1: L'image du bâtiment administratif du CERFITEX.

Le Centre de Recherche et de Formation pour l’Industrie Textile (CERFITEX) est un établissement public à
caractère scientifique et technologique qui a été créé en 2004 sur les cendres de l’Ecole Supérieure des
Industries Textiles (ESITEX) de la communauté économique de développement l’Afrique de l’Ouest (CEAO)
par la Loi No04-003 du 14 janvier 2004 qui fixe l’organisation et les modalités de son fonctionnement.
La mission du CERFITEX est d’assurer la formation initiale et continue et de contribuer à la promotion de la
recherche dans le domaine des textiles et annexes au niveau national, sous régional et régional. Les
formations initiales proposées actuellement par le centre sont :
 Le master en Génie Industriel,
 Le master en Technologie Textile,
 La licence en Génie Électrique et Informatique industrielle,
 La licence en Chimie Appliquée,
 La licence en technologie Textile,
 Le brevet de technicien en Technologie Textile,

15
 Le brevet de technicien en Mécanique et Maintenance Industrielle,
 Le brevet de technicien en Chimie Appliquée.
Peuvent être admis par inscription ou sur étude de dossier au master, les titulaires d’une licence en génie
électrique et en informatique industrielle ou en technologie textile ou d’un diplôme équivalent.
Peuvent être admis sur concours ou sur dossiers en licence, les titulaires d’un baccalauréat série scientifique
(TSE, TSExp) et techniques (GM, GEL, GMI, GEN, GC) ou d’un diplôme équivalent.
Pour le cycle BT, l’admission se fait sur sélection de dossiers pour les titulaires du Diplôme d’Étude
Fondamentale (DEF).
En plus des formations initiales, le centre offre aussi des formations continues visant à assurer le
perfectionnement des agents déjà opérationnels dans le domaine industriel notamment :
 En maintenance industrielle et automatisme,
 En électricité photovoltaïque et maintenance électronique,
 Dans les métiers de la filature et du tissage,
 En métrologie textile,
 En teinture et impression,
 En techniques d’analyse chimiques.
Le centre dispose d’une cité universitaire de cent (100) places d’accueil et d’hébergements des étudiants,
élèves, enseignants et des partenaires au bord du fleuve Niger, d’un plateau sportif et d’une infirmerie bien
équipée.
Le centre est aussi doté d’une salle informatique avec une trentaine d’ordinateurs pour les activités
bureautiques, des laboratoires de chimie, d’électricité, d’électrotechnique et d’automatisme et de métrologie,
d’une cantine et d’un lieu de loisirs. Bref, toutes les commodités, équipements et dispositifs nécessaires pour
la recherche textile et la formation technologique sont réunis.

16
2. Historique et présentation générale de BATEX-CI SAU :

Figure 2 : Image du bâtiment administratif de BATEX-CI SAU.

Bakary textile commerce industrie (BATEX-CI SAU) est née des cendres de l’ex Industrie Textile du Mali
(ITEMA.SA) dans le contexte du programme de privatisation lancé par le président de la république du Mali
après son avènement au pouvoir en 2002.
ITEMA était une société où l’Etat détenait une part importante dans son capital social. Elle a été liquidée en
2003 et rachetée par M. CISSE Bakary.
BATEX-CI SAU est une société anonyme unipersonnelle avec un capital d’un milliard cinq cent millions de
franc CFA (1 500 000 000 FCFA). Cette industrie fait un textile intégré donc compte en son sein une unité de
filature avec capacité d’installation de 1000 tonnes par an, une unité d’ennoblissement avec une capacité
installée de 20 millions de m de tissu imprimé par an.
BATEX-CI sau évolue dans le régime juridique de la zone franche. Par conséquent, elle devient une société
exportatrice avec une obligation d’exporter 80% de sa production annuelle. Du fait de son extraterritorialité,
elle est exonérée de tout droits et taxes pour trente ans à compter de date d’ouverture sur sa fiscalité de
porte comme la fiscalité intérieure. Sauf le reversement de la TVA et les vignettes autos.
Pour gérance nous avons à sa tête du fait de l’unicité de l’actionnariat, un admirateur général.

17
BATEX –CI SAU est financée sous fonds propre par l’actionnaire unique à hauteur de six milliards pour la
réhabilitation et l’achat d’équipements nouveaux. Dans la convention qui la lie avec l’Etat du Mali, elle a
accepté de recruter en priorité l’ancien personnel de l’ex ITEMA SA qui a en moyenne 20 ans d’expérience.
 ORGANIGRAMME :

Du fait de l’actionnariat unique, dans son organigramme BATEX-CI SAU dispose :


 D’un Administrateur Général qui détient tous les pouvoirs décisionnels ;
 D’un Administrateur Général Délégué qui reçoit toute délégation et assure l’intérim pour toutes
décisions stratégiques en cas d’absence de l’Administrateur Général ;
 D’un Directeur Général qui coordonne toutes les unités de fabrique et planifie les productions
journalières après avoir reçu le tableau des commandes ;
 D’un Directeur Technique qui gère l’outil de fabrique et la maintenance de toute la chaîne de
production ;
 D’un Directeur Financier qui s’occupe des finances et des comptes de l’entreprise assisté par un
comptable ;
 D’un Contrôleur de Gestion qui s’occupe de la comptabilité analytique et de la gestion des stocks ;
 D’un Chef du Personnel qui gère le personnel et toute la sécurité sociale ;
 D’un chef d’atelier dans chacune des unités de fabrique (Filature, Impression et Maintenance) qui
sont secondés par des adjoints.
Dans la filature, après l’adjoint d’atelier, il y a un contremaître pour chaque quart et quatre chefs d’équipes de
production pour chaque quart.

18
CHAPITRE I : ETUDE GENERALE SUR LA PRODUCTION DE
L’ENERGIE ELECTRIQUE.
I. Production de l’énergie électrique :
La production de l’énergie électrique est basée sur le principe d’une turbine et d’un alternateur quel que soit
le type de centrale hormis les centrales solaires photovoltaïques et thermiques. La turbine reçoit l’énergie
mécanique provenant d’une source primaire et le transmet sur l’arbre de l’alternateur qui la transforme en
énergie électrique.
1. Energie thermique :
Une centrale thermique est une centrale dédiée à la production de l’énergie électrique à travers une source
de chaleur selon le principe des machines thermiques. Il fonctionne grâce à la vapeur d’eau produite par la
chaleur. Elle est constituée de trois parties ; la première partie est la cause de la création de l’énergie
mécanique, la deuxième partie est le groupement turbo-alternateur, qui est la source de production électrique
et à l’adaptation de l’énergie électrique produite.
a. Principe de fonctionnement d’une centrale thermique :
Les combustibles sont brulés dans une chaudière ; elle dégage une chaleur qui est absorbée par l’eau
circulant dans une série de tubes. Un réservoir contenant de l’eau et de la vapeur à haute pression achemine
la vapeur à travers les conduites. Cette vapeur est dirigée vers la turbine qui le permet de tourner grâce à
l’énergie mécanique produite par la chaleur. La turbine étant couplée mécaniquement à l’alternateur,
provoque une rotation. L’alternateur en tournant produit de l’énergie électrique. La vapeur est ainsi
condensée dans un condenseur et acheminée vers le réservoir grâce à la pompe d’alimentation.

Figure 3 : centrale thermique.

19
b. Avantages et inconvénients d’une centrale thermique  :
 Avantages :
o Simple à construire,
o Fonctionne en produisant une grande puissance,
o L’adaptation à la demande est très facile,
o La production est indépendante des conditions extérieures il dépend des combustibles.
 Inconvénients :
o Cette technologie engendre des émissions de produits polluants et de gaz à effet de serre,
o En raison de la loi suisse sur le CO2, les coûts de compensation des émissions sont élevés,
o La destruction de l’environnement,
o Le fonctionnement est à courte et moyenne termes car les matières premières sont limitées.

3. Energie hydraulique :
Les centrales hydroélectriques convertissent l’énergie de l’eau en mouvement en énergie électrique.
L’énergie provenant de la chute d’une masse d’eau est tout d’abord transformée par une turbine hydraulique
en énergie mécanique. Cette turbine entraine un alternateur à partir duquel l’énergie mécanique est
transformée en énergie électrique.
a. Types de centrales hydrauliques :
Elles sont classées en trois types à savoir : centrale hydraulique à haute chute, centrale à moyenne chute et
la centrale à basse chute.
 Centrale à haute chute :
Elles sont situées en montagne de hauteur supérieure à 300 m. L’alimentation en eau des turbines s’effectue
grâce à une conduite forcée. L’énergie produite par ces centrales sert généralement aux heures de pointe,
du fait de la rapidité de sa mise en production. Les turbines utilisées sont de type Pelton.
 Centrale à moyenne chute :
Elles sont situées en moyenne montagne dont la hauteur est comprise entre30 m et 300 m. L’énergie
produite par ces centrales servent à la régulation quotidienne ou hebdomadaire de la production. Elle utilise
des turbines de types Francis.
 Centrale à basse chute :

20
On les appelle aussi centrales au fil de l’eau, leur hauteur est inférieure à 30 m. Elles sont caractérisées par
une faible chute, et un débit important. Ces centrales fournissent de l’énergie en permanence. Elles utilisent
des turbines de type Kaplan.
b. Principe de fonctionnement d’une centrale hydraulique  :
Une centrale hydraulique est composée essentiellement de :
 Un barrage :
Ils servent à concentrer la chute près de l’usine de production, dans certain cas on crée des réserves d’eau
pour la compensation en cas d’insuffisance de débit pendant la période de sécheresse. Ils peuvent être en
béton, en enrochement ou en terre.
 Un Conduit d’amenée :
Elle conduit l’eau du barrage jusqu’à la turbine. A l’extérieur de l’usine, elle est constituée par un canal, un
tunnel ou un tuyau, la partie intérieure appelée conduite forcée est en béton, en acier ou en fonte. On
dispose à l’entrée de la conduite forcée, des vannes qui permettent de contrôler l’admission de l’eau. Ces
vannes sont commandées par le régulateur de vitesse.
 Un Conduit d’échappement :
Après le passage dans les turbines, l’eau retourne dans la rivière par la conduite d’échappement. Cette
dernière comporte une cheminée de succion et un canal de fuite qui peut être le lit même de la rivière.
c. Diagramme d’une centrale hydraulique  :

a.

Figure 4 : diagramme d'une centrale hydraulique.

21
d. Avantages et inconvénients d’une centrale hydraulique  :
 Avantages :
o Energie hydraulique est verte et non polluante ;
o Energie hydraulique est renouvelable ;
o Energie hydraulique est flexible ;
o Energie hydraulique sure.
 Inconvénients :
o Coût élevé,
o Impact des conditions météorologiques ;
o Réservoirs de production sont limités ;
o Conséquence pour l’environnement par le changement de l’écosystème.

4. Energie géothermique :
Une centrale géothermique produit de l'électricité grâce à la chaleur de la terre qui transforme l'eau contenue
dans les nappes souterraines en vapeur et permet de faire tourner une turbine couplée à l’alternateur, qui
produit le courant électrique.
a. Principe de fonctionnement :
L'eau de pluie ou de mer s'infiltre dans les fractures de la croûte terrestre pour constituer un réservoir dans le
sous-sol, appelé nappe aquifère, à haute température, de 150 à 350 °C. Grâce à un forage dans le sous-sol,
l'eau chaude est pompée jusqu'à la surface. Pendant sa remontée, elle perd de sa pression et se transforme
en vapeur ; La pression de cette vapeur fait tourner une turbine qui fait à son tour fonctionner un alternateur.
Grâce à l'énergie fournie par la turbine, l'alternateur produit un courant électrique alternatif.
b. Avantages et inconvénients :
 Avantages :
o La centrale n’est pas polluante ;
o Pas d’émission d’effet de serre ;
o Elle est renouvelable ;
o Elle n’a pas besoin d’être stocké, pas besoin d’évacuation.
 Inconvénients :
o Le cout d’installation très élevé,
o L’affaissement du sol,

22
o La profondeur du forage est très grande,
o Accès très difficile.

c. Diagramme d’une centrale géothermique  :

Figure 5 : Représente
l'image d'une centrale géothermique.
5. Energie éolienne :
L’énergie éolienne est produite par la force exercée par le vent sur les pales d’une hélice. Il est possible
ainsi de produire deux sortes d’énergie. Premièrement, les hélices peuvent être reliées à un système
mécanique servant à moudre les grains ou à pomper l’eau. Il est aussi possible de rattacher à un générateur
de transformation d’énergie mécanique en énergie électrique.
Une masse du vent animée d'un mouvement rectiligne renferme une énergie sous forme cinétique. On
exprime par la relation :
Ec = ½ MV2 Ou M la masse du vent et V la vitesse du vent.
La masse instantanée du vent balayant les pales de l’éolienne est donné par l’expression suivante.
M = A ρ V ou A est la surface balayée, ρ la densité de l’air et V sa vitesse.
La puissance théorique qu'une éolienne pourrait retirer de l'action du vent est donc :
Pmax = ½ A ρ V3
a. Fonctionnement d’une éolienne :
L’éolienne, encore appelée aérogénérateur, permet de transformer l’énergie cinétique produite par le vent en
énergie mécanique dans le but de produire l’énergie électrique.

23
Il existe deux types d’éolienne : certaines ont un axe horizontal, parallèle au sol, et d’autres avec un axe
vertical, perpendiculaire au sol. L’éolienne à axe horizontal est munie de pales (généralement deux ou trois)
qui tournent dans un plan vertical. Ainsi l’éolienne doit s’orienter face au vent pour une bonne efficacité. Les
pales des éoliennes à axe vertical tournent quant à elles dans un plan horizontal et prennent alors le vent
plus facilement.
b. Avantages et inconvénients :
 Avantages :
o Elle est non polluante pour l’air et pour l’eau,
o Le temps de construction est peu,
o Elle est 100% renouvelable,
 Inconvénients :
o L’énergie éolienne est intermittente,
o L’énergie éolienne dépend fortement de la situation géographique du site et des donnés
météorologiques.
a. Diagramme d’une centrale éolienne :

Figure 6 : l'image de l'éolienne.

24
6. Energie solaire :
L'énergie solaire est une source d'énergie qui dépend du soleil. Cette énergie permet de fabriquer de
l'électricité à partir de panneaux photovoltaïques ou des centrales solaires thermiques, grâce à la lumière du
soleil captée par des panneaux solaires.

a. Le soleil :
Le soleil est une étoile formée de gaz extrêmement chauds, il est constitué de 75%d’hydrogène, 23%
d’hélium et 2% d'autres molécules. Les atomes d’hydrogène sont transformés en hélium par une réaction de
fusion thermonucléaire massive. La masse est alors transformée en énergies selon la formule d’Einstein
(E=mc²). Cette réaction maintient la surface du soleil à une température approximative de 5800 °K. L’énergie
du soleil est transformée sous forme de rayonnement dans l’espace de manière uniforme et dans toutes les
directions. Lorsqu’elle a parcouru 150 millions de kilomètres du soleil vers la terre, sa densité extraterrestre
totale diminue à 1367 W/m². Cette valeur est connue sous le nom de constante solaire. En une heure, la
terre reçoit suffisamment d’énergie du soleil (1,2.1017 W) pour combler ses besoins pour presque une
année. Les panneaux photovoltaïques permettent de profiter de cette énergie gratuite en la transformant en
énergie électrique.
b. Rayonnement solaire :
Le rayonnement solaire est une propagation d’ondes de longueur qui varie entre 0.2et 4.10-6 m. Il arrive au
sol après la perte d’une grande partie de son intensité. Il existe plusieurs types de rayonnement.
 Le rayonnement direct :
Le rayonnement direct est le rayonnement solaire atteignant directement la surface de la terre depuis le
soleil. Il dépend de l’épaisseur atmosphérique que la radiation solaire doit traverser et l’inclinaison des rayons
par rapport au sol. Le pyrhéliomètre est l’instrument permettant de mesurer les rayonnements directs  ; il est
doté d’un dispositif chargé de l’orienter en permanence vers le soleil. Le rayonnement direct dépend de la
hauteur du soleil au-dessus de l’horizon.
 Le rayonnement diffus :
Le rayonnement diffus se manifeste lorsque le rayonnement solaire direct se disperse dans les nuages et les
particules atmosphériques. Le rayonnement diffus résulte de la diffraction de la lumière par les nuages et les
molécules diverses en suspension dans l’atmosphère, et de sa réfraction par le sol. Il s’agit donc d’un
rayonnement qui ne suit pas une direction définie par le soleil en direction du point d’observation à la surface
de la Terre.

25
 Le rayonnement réfléchi :
Rayonnement réfléchi est le rayonnement qui est réfléchi par le sol ou par des objets se trouvant à sa
surface de la terre. Ce rayonnement réfléchi peut être important lorsque le sol est particulièrement
réfléchissant (eau, neige).

 Le rayonnement global :
Le rayonnement global est l’énergie rayonnante totale du soleil, qui atteint une surface horizontale à la
surface de la Terre au cours d’une unité de temps précise. Il est d’environ 1.000 W/m² pour un rayonnement
solaire vertical. En France, le rayonnement global correspond environ à 1.100 kWh/m2, tandis qu’à
l’Équateur, il est de 2.200 kWh/m². Il s’obtient en ajoutant trois (3) rayonnement à savoir le rayonnement
direct, réfléchi et diffus.

Figure 7 : Représente l'image des rayonnements solaire.


c. L’ensoleillement :
L'ensoleillement, aussi appelé insolation, est la mesure du rayonnement solaire que reçoit une surface au
cours d'une période donnée, s'exprimant en mégajoules par mètre carré, MJ/m 2.
 La durée de l’ensoleillement :
La durée d'ensoleillement, ou durée de l'insolation, est un indicateur climatique qui mesure la durée
temporelle pendant laquelle un endroit, un lieu de le terre est soumis à l'insolation, c'est-à-dire soumis à un
rayonnement solaire suffisamment intense et puissant pour produire des ombres bien distinctes. Elle est
déterminée par cette équation.

26
Tj = 24*[1- (accros (tag ()*tag ())] / π

27
d. Les coordonnées solaires :
 Azimut :
L'azimut solaire est l'angle mesuré dans le sens des aiguilles d'une montre entre le point cardinal Sud (dans
l'hémisphère nord) ou Nord (dans l'hémisphère sud) et la projection sur le plan horizontal local de la droite
reliant la terre au soleil. Elle est obtenue à travers cette équation :
Tan (A) = [cos  * sin H] / [sin  * cos  * cos H – cos  * sin  ]
Avec :
o A : azimut,
o : delta la déclinaison,
o : Latitude géographique,
o H : l’angle horaire.
 Longitude :
La longitude correspond à l'angle que fait le plan passant par le méridien du point en question avec le plan
passant par le méridien d'origine, c'est-à-dire, le méridien de Greenwich. La longitude définit donc le
positionnement est/ouest d'un point sur la terre. Elle s’exprime en degré, minute et seconde arc.
e. Les appareils de mesures du rayonnement solaire  :
 Le pyrhéliomètre :
Le pyrhéliomètre est un instrument destiné à mesurer l’irradiation solaire directe. Il est généralement
constitué par une thermopile peinte en noir, donc très absorbante, et monté sur un système de suivi vers le
soleil [4].

Figure 8 : l'image du pyrhéliomètre.

28
 Le pyranomètre :
Le pyranomètre permet la mesure de la puissance du rayonnement solaire total en watts par mètre carré. Le
pyranomètre est utilisé, par exemple, lors de la mesure de rayonnement solaire en serre, évalué en
comparaison de la valeur du rayonnement en extérieur pour estimer les pertes d’énergie directe lors de la
traversée des toitures. L’unité de mesure du rayonnement est celle de l’éclairement énergétique, le watt par
mètre carré (W/m2) [5].

Figure 9 : l'image d'un pyranomètre.

 L’albédo mètre :
L’albédo mètre est un instrument permettant de mesurer les rayonnements diffus. Sa valeur est comprise
entre 0 et 1, il est composé d’un ou plusieurs pyranomètres [6], [7].

Figure 10 : l'image d'un l'albédo mètre.

29
 L’héliomètre :
Héliomètre est un instrument météorologique utilisé dans le but de mesurer la valeur journalière de la durée
d’ensoleillement en un point de la surface de la terre [8].

Figure 11 : l'image d'un héliographe.

 Le solarimètre :
Le solarimètre est un instrument permettant de mesurer, en watt par mètre carré, l’intensité du rayonnement
solaire reçue en un point en un point de la terre [9].

Figure 12 : l'image d’un solarimètre.

30
 Le thermocouple :
Le thermocouple, dans une installation d’un champ photovoltaïque est utilisé pour la mesure de la
température [8].

Figure 13 : l'image du thermocouple.

7. Energie solaire thermique :


Le principe consiste à capter le rayonnement solaire et le stocker dans le cas des systèmes passifs (véranda,
serre, façade vitrée) ou, s'il s'agit de système actif, à redistribuer cette énergie par le biais d'un fluide
caloporteur qui peut être de l'eau, un liquide antigel ou même de l'air.
Un capteur solaire thermique est diffèrent d’un module photovoltaïque. En effet un capteur solaire thermique
produit, à partir du rayonnement solaire, de la chaleur qui est restituée par un fluide caloporteur (de l’eau
glycolée généralement) par contre un module photovoltaïque produit directement de l’électricité à partir de
l’ensoleillement.

31
Figure 14 : centrale solaire thermique.

a. Application :
L’énergie solaire thermique est utilisée dans de nombreuse application comme :
o La production d’eau chaude,
o Le chauffage des maisons,
o Le chauffage de l’eau des piscines,
o Le séchage des récoltes,
o Réfrigération par absorption pour les bâtiments,
o La production de très haute température.

8. Energie solaire photovoltaïque :


a. Introduction :
La limitation des réserves en ressources fossiles ainsi que leur impact négatif sur l’environnement d’une part,
et la croissance de la demande en énergie, font naître un nouveau principe de production d’électricité
utilisant des énergies renouvelables tel que l’énergie photovoltaïque. Le terme « photovoltaïque » souvent
abrégé par l’acronyme « PV », a été formé à partir des mots « photo » qui est un mot grec signifiant lumière
et « Volta » qui est le nom du physicien italien Alessandro Volta, l’inventeur de la pile électrochimique en
1800. L’effet photovoltaïque est la conversion directe de l’énergie lumineuse des rayons solaires (photon) en
électricité. Il utilise les modules photovoltaïques composés de cellules. Ces cellules photovoltaïques sont
constituées de semi-conducteurs à base de silicium (Si), de germanium (Ge), de sélénium (Se), etc. Le
silicium est actuellement le matériau le plus utilisé pour fabriquer les cellules photovoltaïques.
Dans la plupart des systèmes photovoltaïque, il est nécessaire d’intégré la technique MPPT « Maximum
Power Point Tracking » qui permet de suivre le point de puissance maximale du générateur PV. On trouve
aussi dans ces systèmes des convertisseurs (hacheur, onduleur, …) qui sont utilisés pour charger des
batteries de stockage et/ou pour transformer le courant continu en courant alternatif. L’énergie solaire n’étant
pas disponible à tout moment, il est donc nécessaire d’équiper les systèmes photovoltaïques par de batteries
d’accumulateurs qui permettent de stocker l’énergie et de la restituer en temps voulu. Dans ce chapitre, nous
allons présenter des définitions sur l’énergie solaire. Puis, nous détaillerons le principe de fonctionnement
d’une cellule, module et panneau photovoltaïque ainsi que leurs constituants. Enfin, nous présenterons
l’ensemble des éléments d’une installation photovoltaïque incluant les convertisseurs statiques.

32
b. Energie solaire PV :
L’énergie photovoltaïque est obtenue directement à partir des rayonnements du soleil. Les modules
photovoltaïques composés des cellules photovoltaïques à base de silicium ont la capacité de transformer les
photons en électrons.
c. Principe de fonctionnement :
L’effet photovoltaïque utilisé dans les cellules solaires permet de convertir directement l’énergie lumineuse
des rayons solaires en électricité par le biais de la production et du transport.

Figure 15 : diagramme d'un panneau solaire PV.


9. Conclusion :
Ce chapitre, comme son nom l’indique était consacré à un aperçu sur les équipements intervenant dans une
installation d’une centrale de production électrique. Il m’a parmi d’avoir une idée générale sur ces
équipements leurs rôles et leurs utilisations dans la production d’énergie électrique. De même, il m’a permis
également de choisir les équipements adaptés pour la construction d’une centrale électrique.

33
I.

Chapitre II : Etude des équipements solaires. P

anneaux solaires photovoltaïques :


1. Définition :
Les panneaux solaires photovoltaïques, appelés  modules photovoltaïques, ou improprement panneaux
solaires, convertissent une partie du rayonnement solaire en électricité. Le regroupement de nombreux
panneaux solaires à un même endroit est dénommé centrale solaire photovoltaïque.
10. Les différents modèles des panneaux solaires :
Les principaux types de panneaux solaires sont :
a. Les panneaux solaires en silicium (monocristallin) :
Un panneau solaire monocristallin est composé d’un même cristal, ce qui permet un rendement très efficace
de 18 à 24%. Ce type de panneau est néanmoins très coûteux.
En termes de garantir la durée de vie est de l’ordre de 20 à 25 ans, cela dépend du constructeur  ; en termes
de production la durée de vie peut atteindre jusqu’à 40 ans. Il compense plus vite l’émission du gaz
carbonique (CO2).
b. Les panneaux solaires en silicium (poly cristallin) :
De la même famille que les panneaux monocristallins, les polycristallins sont constitués de nombreux
cristaux. Ils sont généralement moins efficaces, avec un rendement d’efficacité de 14 à 18% en moyenne. Ils
sont moins coûteux.
c. Les panneaux solaires amorphes :
Plus, souple que le silicium cristallin, le silicium amorphe est généralement utilisé comme une membrane
solaire, et est donc plus facile à poser que des panneaux classiques grâce à sa souplesse. Sa facilité et sa
légèreté ont néanmoins un prix : leur rendement n’atteint en général que 8%, ce qui reste très moyen. En
contrepartie, ils sont généralement moins coûteux à poser.

34
Silicium Mono cristallin Silicium poly cristallin Silicium amorphe

Figure 16 : modèles de panneaux.

11. Fonctionnement d’une cellule photovoltaïque :


Le fonctionnement d’une cellule photovoltaïque est le suivant : les photons venant du rayonnement solaire
pénètrent légèrement dans le silicium, déplacent quelques électrons du métal. Le métal semi-conducteur ne
permettant de déplacement des électrons que dans un sens, les électrons déplacés par la lumière doivent
passer par le circuit extérieur pour revenir à leur place ce qui engendre un courant. Ainsi elles produisent
l’électricité chaque jour si elles sont placées sous soleil, même dans le cas où le ciel est nuageux, par contre
le rendement est moins important. Ces cellules sont regroupées sous forme de panneau photovoltaïque [12].
12. De la cellule au module :
Le module PV est donc composé de plusieurs cellules associées en série et/ou parallèle, disposées en
rangées. Cet assemblage de cellules se fait de manière différente suivant les technologies et peut
entrainer des pertes supplémentaires à celles déjà évoquées précédemment au sein de la cellule
(pertes optiques et électriques) [12].
13. Couplage des modules :
a. Mise en série d’un module :
La mise en série des modules permet d’augmenter la tension du champ. Pour déterminer le nombre de
panneaux à connecter en série, il faut connaître la tension nominale nécessaire et la tension de
fonctionnement des modules.
Pour des systèmes autonomes chargeant des batteries, la tension nominale est le plus souvent un multiple
de 12 V, tension de charge prévue pour les panneaux ayant de 33 à 40 cellules. Le choix dans
ce cas dépend de la température ambiante du site qui détermine le choix du module, les panneaux aux
grands nombres de cellules pour les pays chauds, le nombre de cellules est plus faible pour les pays
tempérés. Ensuite on connecte en série le même nombre de panneaux que de batteries 12 V en série [19].

35
b. Mise en parallèle des modules :
La mise en parallèle des modules ne pose pas de problème particulier. Plusieurs panneaux connectés en
parallèle vont travailler à la même tension, leurs courants respectifs s’additionnant [19].
14. Facteurs influençant le fonctionnement des modules :
a. Influence de l’ombre sur les cellules :
Le courant d’un panneau ou est limité par la plus mauvaise cellule ou du plus mauvais panneau. L’ombre
joue les mêmes effets : si une seule cellule de la chaîne est à l’ombre, le courant total sera limité par le
courant de cette cellule. Il est donc impératif d’éviter au maximum les ombres provoquées par les obstacles
proches. Un piquet devant un champ photovoltaïque pourra considérablement réduire la puissance si son
ombre balaie le champ durant la course du soleil.
Un autre effet beaucoup plus insidieux apparaît lorsqu’une cellule est ombrée, le reste du panneau étant au
soleil : cet effet est appelé Hot Spot (point chaud) et il peut entraîner la destruction de la cellule ombrée [19],
[12], [11].
 Protection par une diode by-pass contre l’influence de l’ombrage :

Pour protéger les panneaux de hot spot, on installe en dérivation et en polarité inverse des diodes de by-
pass (ou antiparallèle). Si une cellule ou un groupe de cellule est ombragé, le courant passera par la diode
by-pass et on évite ainsi un échauffement trop intense de ces cellules. Généralement, une diode by-pass est
installée en parallèle à une branche de 18 cellules au silicium cristallin associées en série. Une cellule
ombragée ne peut alors être polarisée que par 17 cellules au maximum. En fonctionnement normal, la diode
by-pass doit pouvoir être polarisée avec une tension inverse égale à la tension de travail du module [19],
[12], [11].

Panneau en plein lumière Panneau avec le côté droit ombré

Figure 17 : effet de l'ombrage sur les cellules.

36
b. Influence de la température :
L'effet de la température sur le panneau varie en fonction de l'éclairement, de la température ambiante, de la
vitesse du vent, du montage du module (intégré au toit ou aéré) et tous ces paramètres changent en fonction
du site choisi pour l'installation des modules. De plus les coefficients liés à la température diffèrent en
fonction des matériaux utilisés pour la fabrication du module. Par exemple, la puissance d'un module PV en
silicium cristallin décroit approximativement de 0.4% (relative) par °C au-dessus de 25°C alors que la
température a moins d'influence sur les modules au silicium amorphe [19], [12], [11].
c. Influence de l’inclinaison :
Quel que soit le module, la lumière incidente doit traverser plusieurs couches successives avant de
pouvoir atteindre la cellule (verre trempé, couche antireflet, EVA). Dans les conditions STC, les rayons
lumineux arrivent perpendiculairement au plan du module. Or, en condition réelle d'utilisation, les
rayons peuvent provenir de n'importe quelle direction. Ce qui engendre une perte proportionnelle
au cosinus de l'angle d'incidence, mais également une perte liée aux réflexions sur le verre qui
peuvent s'ajouter aux pertes globales pour des angles d'incidence supérieurs à 50° [19], [12], [11].
d. Influence de la saleté :
En haut, nous avons vu que l’ombre est un facteur influent, pour la production des panneaux  ; de même
lorsque les panneaux deviennent sales, leurs productions en énergie chutent également, car la poussière et
les débris des feuilles d’arbre sont considérés comme de l’ombre pour les modules [19], [12], [11].
e. Orientation des panneaux :
Le choix d’une orientation est soumis à de nombreuses considérations, telles que la vue, dans différentes
directions, la position du bâtiment par rapport aux voies, la topographie du site, la position des sources de
nuisances, le rayonnement solaire et ses effets d’échauffement, ainsi que la ventilation en rapport avec la
direction des vents dominants. Il place le concept de l’orientation au centre des éléments influant sur les
ambiances intérieures d’un bâtiment [19], [12], [11].
15. Principe de dimensionnement des panneaux :
a. Estimation de l’ensoleillement journalière  en (Wh/m²/j) :
L’ensoleillement sur le plan incliné est calculé pour toutes les heures de la journée. Le total quotidien Ht est
alors obtenu par la sommation de ces valeurs horaires. A l’aide de cartes ou de logiciels, on peut déterminer
l’irradiation journalière minimum Hmin (Wh/m²/j) estimée en fonction de l’inclinaison (horizontal, vertical,
quelconque, etc.) et l’orientation (sud, sud-est, etc.) des panneaux PV.

37
 Détermination de la puissance crête Pc en (Wc) :

Elle se détermine avec cette équation.

besoinjournalière (Wh )
Pc=
Hmin∗ᶯbatterie∗ᶯelec

 Détermination du nombre de
panneaux ou modules :

puissancecretetotal ( Wc ) Pc (totale )
nombredemodule= '
=
puissancecrete d unpanneau(Wc ) Pc ( panneau)

16.
Les caractéristiques électriques d’un panneau solaire :
Elles sont les suivantes :
 Puissance nominale,
 Tension nominale,
 Tension à puissance maximum,
 Courant à puissance maximum,
 Tension à circuit ouverte,
 Courant de court-circuit,
 Durée de vie.
a. Puissance de sortie.
La puissance nominale (P = U * I) d’un panneau est le produit de la tension par le courant généré par les
cellules photovoltaïques. Ces deux grandeurs dépendent de la propriété électrique des cellules mais aussi de
la charge électrique à ces bornes.
 Le courant de court-circuit (Icc) :

Le courant de court-circuit est le courant qui traverse une cellule lorsqu’il est court-circuité, c’est-à-dire
lorsque la borne positive est reliée à la borne négative, la tension est alors nulle d’où la puissance est nulle.

38
Figure 18 : model du courant de court-circuit PV.

 La tension à circuit ouvert (Uc0) :

La tension à circuit ouvert est la tension aux bornes de la cellule lorsque la borne positive et la bornes
négative sont isolée I = 0, donc la puissance est nulle également.

Figure 19 : model de la tension à circuit ouvert.

 Caractéristique courant-tension :

La puissance d’une cellule est le produit de la tension et le courant fourni par cette cellule.

39
Figure 20 : caractéristique courant-tension PV.

 Caractéristique puissance-tension :

A partir de la caractéristique courant-tension, il est possible de dessiner le graphe de la puissance (P = U ×I)


en fonction de la tension U, qu’on appelle aussi caractéristique puissance-tension (courbe verte).

Figure 21 : Représente l'image de la caractéristique puissance-tension PV

17. Modélisation d’une cellule PV :


En générale un système photo voltaïque est composé de quatre blocs dont le premier représente la source
d’énergie(panneau solaire), son rôle est de convertir l’éclairement solaire reçu en énergie électrique, le
second représente un convertisseur statique continu-continu, utiliser dans le réseau pour l’adaptation de
l’énergie convertie, le troisième représente le système de contrôle MPPT basé sur l’algorithme qui permet
d’agir sur le rapport cyclique pour extraire en permanence la puissance maximum, le quatrième représente la
charge à alimenter [24].

40
Figure 22 : du modèle d’un cellule PV.

a. Le modèle du panneau solaire :


 Circuit équivalent :
Un module PV est composé d’un certain nombre de cellules connectées en série ou en parallèle, pour
obtenir un niveau de tension et de courant désiré. Une cellule de panneau solaire est essentiellement d’une
jonction de semi-conducteur du type P-N. lorsqu’il est exposé à la lumière solaire un courant continu est
généré.
Le circuit du modèle se compose d’un photo-courant (Iph), d’une diode, d’une résistance parallèle (Rp)
exprimant un courant de fuite et d’une résistance en série (Rs) due au contact entre les semi-conducteurs et
les parties métalliques [24].

Figure 23 : model d’un panneau solaire.

 Les équations de la cellule PV :


En appliquant la loi de Kirchhoff on a :

Ipv = Iph - I0 - Ip

Avec : IP= le courant qui circule dans la résistance parallèle.

V p+ I PV∗R S
Ip = RS

41
I0 = le courant dans la diode proportionnel au courant de saturation I . s

Avec :
 Is : est le courant de saturation inverse exprimé en ampère (A),
 q : la charge d’électrons (1.6 x 10-19 c),
 k: constant de Boltzmann (1.36 x 10-23 J/K),
 Tc : température de cellule en kelvin (K),
 A : est un facteur idéal,
 Rs : est une résistance série.
En remplaçant I0 dans Ipv on a :

La photo courante dépend principalement de


l'ensoleillement et de la température de fonctionnement de

 Isc : est le courant de court-circuit de la cellule à 25 ° C et 1000W / m2,


 Ki : le coefficient de température du courant de court-circuit de la cellule,
 Tref : est la température de référence de la cellule, en Kelvin (K) (= 25C ° + 273),
 G : est l'ensoleillement en watt /mètre carré (W / m2),
 Gref : est l'insolation de référence de la cellule (= 1000W / m2).
D'autre parts, le courant de saturation de la cellule varie avec la température de la cellule, qui est décrite
comme suit [24].

42
 Irs : le courant de saturation inverse de la cellule à une température de référence et un
rayonnement solaire,
 Eg : est l'énergie de gap du semi-conducteur utilisé dans la cellule en électronvolt (eV),
 A : est le facteur idéal qui dépend de la technologie PV et est répertorié dans le tableau.
Tableau de la valeur de A selon la technologie du panneau :
Technologie du panneau Valeur de A

Si-mono 1.2

Si-poly 1.3

a-Si-H 1.8

a-Si-H tandem 3.3

a-Si-H triple 5

CdTe 1.5

CIS 1.5

AsGa 1.3

Tableau 1 : représente les valeurs de A selon la technologie du panneau.

Le courant de saturation inverse est donné par l’équation suivante [24].

Avec :
 Ns : nombre des cellules en série d'un module PV,
 Isc : est le courant de court-circuit,
 Voc : est la tension en circuit ouvert.

43
b. Modélisation d’un module photovoltaïque  :
Une cellule PV typique produit moins de 2W à 0,5V environ ; les cellules doivent être connectées en
série-parallèle sur un module pour produire suffisamment de puissance. Une matrice PV est un groupe
de plusieurs modules PV qui sont connectés électriquement en série et en parallèle pour générer le
courant et la tension requis. Le circuit équivalent pour un module solaire disposé d’un nombre Ns des
cellules montées en série et d’un nombre Np des cellules montées en parallèle est représenté sur la figure ci-
dessous [24].

Figure 24 : modélisation
d’un module panneau solaire.

L'équation terminale pour le courant et la tension d’un module PV devient la suivante [24] :

c. Modélisation sous
l’environnement Matlab :
Le modèle donne la possibilité de connaitre le comportement du module photovoltaïque pour
différentes valeurs d’irradiation G. Les courbes des graphes ci-dessous ont été tracées pour trois valeurs
différentes de G avec une température constance de 25°C : 600W/m2, 800W/m2et 1000W/m2.
Un panneau solaire donne des caractéristiques I(V) et P(V) présentées sur la figure ci-dessus, et ces
courbes mettent en évidence un point où la puissance absorbée par la charge est maximale. Ce point est
appelé point de puissance maximale, PPM. Cette puissance se dégrade en fonction de l’ensoleillement et la

44
température. La charge impose également sa propre caractéristique qui est en général différente du
PPM [24].

Figure 25 : modélisation d'un panneau sous Matlab.

Système de stockage :
Un accumulateur est un appareil stockant l’énergie électrique pendant le temps de charge puis la restitue
pendant le temps de décharge.
1. Les types de batteries :
Il existe quatre principaux types de batteries utilisées pour stocker l’électricité produite par les panneaux
solaires photovoltaïques à savoir :
o Les batteries à plomb ouvert,
o Les batteries à plomb AGM,
o Les batteries à plomb GEL,
o Les batteries à lithium.

a. Critères de Choix d’une batterie d’accumulateurs :


Les conditions relatives au choix d’une batterie incluent évidemment :
o Le coût,
o La durée de vie,

45
o La capacité de stockage,
o La profondeur de décharge.

2. Description :
a. Les batteries à plomb ouvert :
Jusqu’à tout récemment, la batterie plomb ouvert était la seule technologie de batterie pratique pour stocker
l’électricité solaire. Ce type de batterie fonctionne notamment avec une solution d’acide sulfurique liquide.
Elles sont les mêmes que les batteries utilisées dans les voitures, mais les versions de stockage solaire sont
beaucoup plus importantes. 
On l’entrepose plutôt dans des endroits frais ou climatisés, car la chaleur réduit considérablement sa durée
de vie. Il faut aussi que le lieu soit aéré, car en se chargeant la batterie plomb ouvert libère de l’hydrogène.
Evitez également de l’installer en plein air, au risque de la voir geler à cause du froid.
Sa réputation de technologie éprouvée et son prix accessible en font une batterie toujours utilisée, bien qu’il
existe de nos jours d’autres modèles plus élaborés. On l’utilise surtout sur des résidences secondaires où
elle est sollicitée de manière irrégulière, de façon à mieux préserver sa durée de vie. La batterie plomb ouvert
a donc pour elle d’afficher un coût initial bas, mais le compromis se présente sous forme de maintenance
chaque mois, vous devez vérifier le niveau d’eau, en ajoutant de l’eau distillée pour la maintenir à niveau. 
 Avantages et inconvénients :

Avantages Inconvénients
 Moins cher,  Nécessite un entretien régulier,

 Technologie faible et robuste.  Faible durée de vie (400 à 500 cycles),

 Profondeur de décharge entre 60 et 80 %,

 Volumineuse,

 Elle émet de l’hydrogène et nécessite d’être


placé dans un endroit aéré,

 Toxique pour l’environnement.


Tableau 2 : Représente l'avantage et inconvénient d’une batterie à plomb ouvert.

46
b. Les batteries à plomb AGM :
Elle se présente sous la forme d’une batterie au plomb scellée. Son principal avantage est le fait qu’elle ne
nécessite pas d’entretien. Elle présente en plus l’intérêt d’être étanche et de ne pas dégager d’hydrogène ni
de chaleur durant les cycles de charge ou de décharge. Plus adaptée aux utilisations quotidiennes, elle peut
faire l’objet d’une utilisation régulière, sans que ses performances en soient affectées. 
Comme toutes les batteries au plomb, la batterie AGM est particulièrement sensible à l’élévation de la
température. Elle est également plus chère que sa version au plomb ouvert et présente une faible durée de
vie en cyclage en plus de présenter une profondeur de décharge de 80 % en général. 
 Avantage et inconvénient :

Avantages Inconvénients
 Ne nécessite pas d’entretien,  Un peu plus chère,

 Ne dégage pas d’hydrogène ou de chaleur.  Faible durée de vie (600 à 700 cycles),

 Profondeur de décharge entre 80 % dans la


plupart des cas,

 Toxique pour l’environnement.


Tableau3 : avantage et inconvénient d’une batterie à plomb AMG.
c. Les batteries à GEL :
La technologie de la batterie gel a tendance à supplanter les autres modèles à base de plomb de par ses
caractéristiques plus performantes. Sur le marché du solaire, elle est considérée comme l’évolution haut de
gamme des batteries au plomb. 
Les batteries gel, à l’instar des batteries AGM, sont étanches et ne nécessitent pas d’entretien sous forme
d’ajout d’eau distillée. Elles supportent également mieux les décharges profondes. À 50 % de décharge, elles
peuvent durer plus de 1000 cycles. En termes de durée de vie, cela représente entre 6 et 10 ans pour une
application solaire. 
Notez néanmoins que la batterie gel supporte mal une vitesse élevée de charge et de décharge. Il lui faut
donc une application en décharge lente pour optimiser son nombre de cyclages. De plus, elle présente un
prix élevé environ le double de la batterie plomb ouvert. Il faudra également la conserver dans un lieu frais ou
climatisé.

47
 Avantage et inconvénients :
Avantages Inconvénients
 Ne nécessite pas d’entretien,  Double prix d’une batterie à plomb ouvert,

 Ne dégage pas d’hydrogène ou de chaleur,  Sensible aux rythmes élevés de charge et


décharge.
 Durée de vie importante : elle peut atteindre
les 2500 cycles,

 Profondeur de décharge d’environ 50%.


Tableau 4 : avantage et inconvénient d’une batterie à GEL.
d. Les batteries à lithium :
En pleine expansion, cette technologie se retrouve partout dans notre quotidien : dans nos voitures et nos
Smartphones. Les batteries à lithium sont plus légères et plus compactes que les batteries au plomb. Elles
peuvent également être déchargées plus profondément que les batteries au plomb. Elles sont
particulièrement sollicitées pour leur durée de vie étendue : elles peuvent  monter jusqu’à 6 000 cycles à un
taux de décharge de 80%. La batterie lithium fait aussi figure de bon élève comparativement aux batteries au
plomb : son niveau de recyclage est proche de 70 %.
Leur principal inconvénient, du moins pour le moment, est qu’elles sont nettement plus onéreuses que les
batteries au plomb pour un stockage identique, ce qui en font un investissement encore peu rentable
aujourd’hui.
 Avantages et inconvénients :
Avantages Inconvénients
 Meilleure durée de vie : jusqu’à 6000 cycles,  Prix onéreux : entre 600 à 1000 € pour kWc,

 La décharge est plus profonde que les autres  Malgré le prix il a la même de stockage que
batteries, les autres batteries ; ce qui fait un
investissement peu rentable.
 Ne nécessite pas assez d’entretien,

 Compact elle prend moins de place,

 Incarne le futur des moyens de stockage.

48
3. Types de raccordements des accumulateurs :
Selon la tension et l’intensité désirées, pour alimenter le système trois types raccordements du parc est
possible. À savoir ; le raccordement série, le raccordement parallèle et le raccordement mixte [23].

a. Raccordement série :
Dans ce cas figure deux ou plusieurs batteries sont raccordées en série c’est-à-dire la borne négative d’une
batterie est reliée à la borne positive de la batterie suivante ainsi de suite : la borne plus de la première
batterie et la borne moins de la dernière batterie sont reliées au circuit extérieur [23].
.

Figure 26 : batteries connectées en série.


b. Raccordement parallèle :
Les bornes positives sont reliées entre eux et les bornes négatives sont reliées entre eux ; pour ce type de
montage le coutant du parc augmente par contre les tensions restent le même [23].

Figure 27 : Représente l'image des batteries connectée en parallèle


c. Le raccordement mixte :
Il est composé des deux types de raccordement ; il est nécessaire dans le cas où la taille du parc est large et
dans le cas où on veut réaliser plusieurs groupements. Il est aussi important dans des situations ou on a
besoin d’une intensité ou d’une tension importante.
Dans le montage ci-dessous les batteries sont reliées en série puis les groupements en série identiques sont
raccordés en parallèle [23].

49
Figure 28 : batteries connectées en mixte.
d. La connexion en les équipements  :
La connexion se fait comme suit :
o Batterie vers le régulateur,
o Panneau vers régulateur,
o Charge vers batterie
o La déconnexion se fait dans le sens inverse.

e. Caractéristiques :
 Plage de la tension en fonction de la puissance :
Le choix de la tension de raccordement en fonction de la puissance du module est très important pour le bon
fonctionnement du système [13].
Tension de raccordement des batteries Puissance crète produite par le PV
12 voltes Pc < 150 Wc
24 voltes 150 < Pc < 1000 Wc
48 voltes Pc > 1000 Wc

Tableau 5 : Représente la plage de la tension en fonction de la puissance.


 Le courant de charge :
Le courant de charge, le courant reçu par le parc pendant l’ensoleillement ; la charge des batteries croit plus
vite du moment où l’éclairement devient plus important [13].
 Le courant de décharge :
Le courant de décharge est le courant consommé par les récepteurs fonctionnant sous la tension. Le courant
consommé par les récepteurs doit être inférieur au courant des batteries.
Le degré de la décharge (DD) et le degré de la décharge quotidien (DDQ) en % peuvent être exprimés par
cette relation [13].

besoinquotidien ( Ah ) . autonomie ( jour )


DD (%)=
capacité delabatterie( Ah)
50
Cu besoinquotidien ( Ah ) DD
DDQ(% )= = =
Cn capacité delabatterie( Ah) autonomie


Profondeur de décharge :
Les batteries ne doivent pas être déchargées au-dessous d’un certain seuil qui est son degré de décharge
(DD) maximale ou profondeur de décharge, sinon on risque de les endommagée. En pratique la profondeur
de décharge est de 50 à 70%. Lorsque la profondeur de décharge dépasse ce seuil, la durée de vie des
batteries décroisent progressivement.
4. Principe de dimensionnement du parc des batteries :
Le nombre de jours d’autonomie (j) variera de 4 jours à 1 mois selon le lieu géographique et l’application. On
fixe un degré de décharge des batteries à ne pas dépasser (50 à 70%).
 Détermination du nombre de batterie :

besoinjournalièreBj ( Wh ) . autonomie ( jour)


chargedelabat ( Ah) ≥
tensoin batterie ( V )∗dégrededécharge ( % )

Nous avons estimé la capacité d’une batterie du parc ; en divisant la capacité totale obtenue grâce à la
formule précédente par la capacité d’une seule batterie du parc. Cette méthode est utilisée, s’il le système
est autonome standardisé, c’est-à-dire tous les lampadaires sont connectés sur une même source
d’éclairage. Le nombre est estimé par cette équation.

capacité totalebatterie ( Ah)


nombredebatterie=
capacité d ' uneseulebatterie( Ah)

5. Influence de la
température sur les batteries :
De tous les facteurs environnementaux, la température est celui qui influe le plus sur le comportement de la
batterie en termes de charge et décharge. L'explication réside dans les réactions électrochimiques

51
dépendantes de la température qui se produisent à l'interface électrode / électrolyte, qui peut être considérée
comme le cœur de la batterie.
Si la température baisse, le rendement de la réaction sur l'électrode décroît également. En supposant que la
tension de la batterie reste constante, le courant de décharge diminue, il en va de même pour la puissance
restituable de la batterie.
L'effet opposé apparaît si la température s'accroît, la puissance restituable de la batterie augmente alors, la
température a donc un effet sur la vitesse des réactions chimiques dans l'électrolyte et son électrode
poreuse.
Une augmentation de la température accélère les réactions, une baisse de la température les ralentit. Les
performances de charge / décharge de la batterie peuvent ainsi être affectées.
L'effet de l'humidité dépend du système de batterie. Elle joue un rôle important dans les systèmes de batterie
"ouverts" (contrairement aux systèmes de batterie fermés). Pour le bon fonctionnement des batteries la
température normale est comprise entre 10°C et 30°C [13].

Système de régulation :
Le régulateur choisit doit correspondre à la caractéristique des panneaux et à celle des batteries.
1. Rôle :
Le régulateur a pour rôle de joindre la source d’énergie aux parcs de batterie, il permet également de
protéger la batterie contre les surcharges et les décharges profondes, aussi il permet de protéger le
générateur contre le retour du courant. Il adapte la tension du générateur aux parcs de batterie.
2. Fonctionnement :
Le régulateur de contrôle arrête la charge dès que le parc de la batterie atteint les 100% de charge il
transforme le restant de l’énergie en chaleur, selon le type il peut analyser la charge de la batterie et le
déconnecter aussi tôt que possible.
3. Les types de régulateur :
On distingue deux types de contrôleur de charge à savoir :
o Le régulateur PWM (Pulse Width Modulated),
o Le régulateur MPPT (Maximum Power Point Tracking).

a. Le régulateur PWM :
C’est un régulateur qui adapte la tension des panneaux aux parcs des batteries. Il ne transforme pas
l’énergie supplémentaire produite par les panneaux, cette énergie est considérée comme l’énergie perdue.

52
Ce type de contrôleur abaisse la tension produite par les cellules pour l’adapter aux batteries. Avec ce type,
les batteries sont chargées à une tension optimale pour leur bon fonctionnement, avec un faible coût, il est
généralement utilisé dans les petites installations. On peut citer deux modèles de ce type de régulateur  : le
type série et le type shunt :

53
b. Le régulateur MPPT :
Il est plus complet qu’un WPM ; il permet de vérifier l’état des batteries ainsi que le potentiel des panneaux.
Le MPPT permet d’obtenir le maximal d’énergie provenant des panneaux en cas de mauvais temps.
Après le PWM et le MPPT il y’a aussi deux autres modèle à savoir le régulateur série et le régulateur shunt.
 Le type série :  
Ce type de régulateur maintient une tension constante aux bornes de la batterie lorsque celle-ci atteint sa
pleine charge. L’avantage est que la charge totale de la batterie est garantie, le désavantage est que la
puissance non utilisée du panneau en fin de la charge doit est dissipée par un transistor (interrupteur
fonctionne en linéaire et non en commutation) en parallèle ce qui lui limite ce régulateur aux petits courant
[26].
 Le type shunt :
C’est le modèle le plus répandu car facile à fabriquer. Convient aux applications de petite puissance
comportant 1 ou 2 panneaux PV. Lorsque la batterie atteint la pleine charge, le courant provenant des
panneaux PV est dérivé par l’intermédiaire d’un interrupteur (transistor). Son inconvénient est le problème de
protection contre les surtensions, dissipation thermique, risque de hotspot quand l’interrupteur est fermé (la
tension inverse répercutée sur la cellule ombrée étant plus élevée) [26].
c. Critère de choix d’un régulateur :
Le courant du régulateur se détermine avec l’équation suivante :

P = U*I d’où I = P/U


Avec :
  P : la puissance totale des panneaux,
 U : la tension de sortie des panneaux qui est égale à la tension d’entrée du régulateur,
 I : le courant du régulateur.
Le choix du régulateur dépend de la tension (v) et du courant par heure (Ah).

54
Les systèmes d’éclairage solaire sont :
1. Eclairage public :
Eclairage extérieur ou communément appelé éclairage public signifie l’ensemble des moyens d’éclairage
mise en œuvre dans les espaces publics, à l’extérieur et à l’intérieur des villes, très généralement en bordure
des voiries et places publiques. On distingue deux types d’éclairage public dans les installations
photovoltaïques, à savoir l’installation autonome et l’installation standard.
Son but est d’augmenter la sécurité, réduire le nombre des accidents pendant la nuit, assure le confort des
conducteurs et de piétons, la valorisation de la ville [19], [12], [11].
a. Eclairage public autonome indépendante  :
L’éclairage autonome est un système d’éclairage dont tous les lampadaires sont alimentés indépendamment.
Dans ce genre d’installation chaque poteau à sa propre source d’énergie, son système de sécurité, son
stockage et son contrôleur de charge indépendant. Son avantage est que si une des sources d’énergie ou le
système de stockage est défaillant les autres fonctionnent normalement par contre le cout d’installation est
très élevé.

Figure 29 :
éclairage publique autonome.
b. Eclairage public standard :
Pour ce type d’éclairage tous les lampadaires sont reliés sur la même source d’énergie, la même sécurité et
le même système de stockage. Dans le système d’énergie solaire ce système est peu avantageux car du
moment où la source d’énergie devient défaillante les éclaireurs s’éteignent.

55
Figure 30 : Représente l'image de l’éclairage publique standard.
2. Le choix de système d’éclairage :
Le choix d’éclairage dépend du temps de fonctionnement du système d’éclairage et l’endroit à éclairer. Il peut
être classé en deux systèmes : à savoir l’éclairage de système totalement autonome et l’éclairage de
système hybride :
a. Eclairage à système totalement autonome  :
Comme son nom l'indique, le système autonome est complet et ne comporte aucune source d'énergie
d'appui. Ce genre d’éclairage peut fonctionnée avec ou sans batterie d’accumulateur. Pour les systèmes qui
fonctionne uniquement pendant la journée ne nécessitent pas l’utilisation d’une batterie d’accumulation, par
contre pour les systèmes fonctionnant pendant la nuit ont besoins d’un moyen de stockage d’énergie [22].
b. Système hybride :
La plupart des systèmes hybrides comportent une batterie d'accumulateurs qui alimente la charge
de consommation. Ils sont accompagnés par d’autre source d’énergie comme (groupe électrogène, une
éolienne) qui charge les accumulateurs pendant la nuit ou le moment que le ciel est couvert. Un tel système
contient dans le cas où l’énergie est utilisée toute la journée par exemple dans les hôpitaux dotés d’un
système d’éclairage PV, dans les grandes structures à l’intérieur duquel se trouvent des logements sociaux,
dans les usines etc… [22].

Les moyens d’éclairage :


Les éclairages depuis leur apparition avec la lampe à incandescence n’ont cessé de suivre une grande
mutation à travers les lampes à décharge, la lampe fluorescente jusqu’aux lampes à LED [25].

56
1. Les lampes à incandescences :
À l’intérieur de ces lampadaires se trouve un filament chauffé par le courant électrique sous une haute
température. On distingue deux (2) types : lampes à incandescence classique et à incandescence halogéné
[25].
a. Les lampes à incandescence classique  :
Les ampoules à incandescence contiennent un filament de tungstène qui sous une haute température par le
passage d’un courant électrique émet de la lumière. Les ampoules sont généralement remplies d’un gaz
inerte comme l’argent ou le krypton, qui permet d’éviter la d’extériorisation du filament. Ces lampes sont peu
avantageuses à cause de leur consommation d’énergie [25].

Figure 31 : lampe
incandescence classique.

 Avantage :

Ces avantages sont les suivantes :


o La qualité de la lumière grâce à sa couleur,
o Le coût,
o Allumage instantané.
 Inconvénient :
o Durée de vie très courte,
o Rendement de la lumière produite faible (12 à 20 lm/W),
o L’efficacité lumineuse diminue sensiblement en fonction du temps.
o Risque de brulure dus à l’échauffement de l’ampoule.

57
b. Lampes incandescentes à halogène :
Ce sont des lampes à incandescence remplie d’un gaz diatomique appartenant à la famille des halogènes ou
un de leurs dérivés de plus en évitant la sublimation il y’aura pas de vapeurs de tungstène qui se déposeront
sur les parois [25].
 Avantage :

o Rendement lumineux 30% supérieur à celui une ampoule classique,


o Très bon rendu des couleurs,
o La gamme des halogènes est très entendue allant de 20 à 500 watts.
 Inconvénients :
o Durée de vie limitée (2000 heures),
o Ne supportent pas les marches/arrêts répété.

Figure 32 : lampe incandescence halogéné.

2. Les lampes luminescences :


Luminescence est le rayonnement (non thermique...) émis par un gaz ou une vapeur métallique soumis à
des décharges électriques.
a. Les lampes fluorescentes :
Les lampes fluorescentes ou encore lampes fluocompactes, sont des lampes à base consommation
d’énergie, équipées d’un tube fluorescent et d’un ballast électronique. Elles sont constituées d’un mélange

58
d’argon, de la vapeur de mercure et de poudres fluorescents qui émet de la lumière fluorescente sous l’effet
du courant électrique [21], [26].
 Avantages et inconvénients :
o En termes de consommation elles sont économiques,
o Leurs durées de vie est plus élevées que celles de la lampe incandescente,
o A l’intérieur de ces lampes se trouve de la vapeur de mercure ce qui est nuisible pour le corps
humain.

Figure 33 : lampe luminescence


fluorescente.
b. Les lampes à LED :
Elles sont vite devenues une référence en termes d’éclairage grâce à leur efficacité. Elles éclairent
puissamment tout en consommant peu d’énergie. En termes de vie elles sont efficaces car leurs durées de
vie varient entre 25 et 30 ans. La LED (light-emitting diode), ou DEL (diode électroluminescente) est un
composant électronique. Lorsqu’un courant traverse la diode dans le sens passant celle-ci émet de la lumière
contrairement aux sources lumineuses conventionnelles [25].
Avantages et inconvénients :
o Rendement lumineux intéressant,
o Faible consommation de l’énergie,
o Pas de production d’UV contrairement aux autres lampes,
o Son inconvénient est que son prix est très élevé.

59
Figure 34 : lampe luminescence à LED.

Les lampadaires :
Un lampadaire est un dispositif d’éclairage public placé en périphérie des voies de circulation publiques, les
parcs et les jardins, etc.… Un lampadaire photovoltaïque est constitué principalement : le mat et le luminaire
[25].
1. Le mat :
Un mat est un support permettant de fixer un ou plusieurs lampadaires dans une position désirable et une
hauteur désirée. Ils sont verticalement fixés sur le sol. Ils sont constitués principalement par trois (3)
parties [25] :
o Un fut qui est la partie principale du mat,
o Une plaque d’appui qui assure la fixation du mat sur le sol,
o Une crosse qui assure la déporte des luminaires au-dessus de la chaussé.

a. Les types de mat :


Ils sont au nombre de trois (3) à savoir [25] :

o Les poteaux en acier ; ils sont les plus utilisés,


o Les poteaux en alliage d’aluminium ; ils sont les plus résistant contre la corrosion même en
atmosphère polluée et ne nécessitent aucun entretien,
o Les poteaux en béton fonte et bois.

b. La résistance des mats :


Ils doivent pouvoir résister aux [25] :

o Vent, chocs et vibrations,


o Aux intempéries (pluie, vents, températures, neige) et à la corrosion,

60
o Être ancré solidement au sol ou sur la façade d’immeuble.

2. Les types d’implantation :


Selon la position de la cour, les voiries et les espaces publics, il y’a différents types d’implantation des
poteaux [25].
 Implantation unilatérale :

Ce type d’implantation constitue d’un seul rangé des lampadaires dans le même côté de la route ou l’espace
à éclairer. Elle est recommandée que dans le cas où la largeur de la rue est voisine ou inférieure à la hauteur
de mat. Son avantage est qu’elle est moins couteuse et l’encombrement est limité d’un seul côté de la route
[25].

Figure 34 : Représente l’image d’une implantation unilatérale.

 Implantation bilatérale en quinconce :

Ce type d’implantation constitue deux rangés des deux côtés de la route, mais les poteaux sont décalés.
Elles sont utilisées dans les jardins et les routes non courbées. Son avantage est esthétique par contre elle à
un investissement très important et l’uniformité de luminance plus complexe à obtenir [25].

Figure 35 : implantation
bilatérale.

 Implantation bilatérale vis-à-vis :

61
Ce type d’implantation constitue deux rangés des deux côtés de la route, mais les poteaux sont vis-à-vis des
deux côtés de la route [25].
Avantageux par son adaptation aux chaussées de largeur plus importante, et la limitation possible de la
hauteur de feu (H=L/2), mais il nécessite un Investissement plus important.

Figure 36 : implantation
bilatérale vis à vis.

 Implantation axiale :

Ce type constitué d’un rangé des lampes au milieu de la route (axe).


Avantageux par un investissement limité (une seule rangée de mâts), mais l’uniformité den luminance réduite
du côté opposé et la maintenance est difficile. Utilisé dans les voiries mixtes [25].

Figure 37 : Représente l’image d’une implantation axiale.

3. Les lampadaires solaires :


Les lampadaires solaires ou les candélabres sont des lampadaires qui sont alimentés avec l’énergie solaire
soit par un champ photovoltaïque soit par un module PV incorporé, qui convertissent la lumière du soleil
pendant le jour en énergie électrique, ainsi produite est stockée dans une batterie d’accumulateurs
électrochimiques pour être restituée à la lampe pendant la nuit. Le lampadaire solaire présenté est constitué

62
des éléments suivants : un module photovoltaïque, des batteries, un régulateur, le luminaire, un poteau [19],
[12], [11].

Figure 39 : lampadaire solaire.

Les contrôleurs de temps d’allumage :


Les contrôleurs de temps d’allumage sont les appareils qui assurent l’allumage des lampadaires pendant le
temps d’usage et l’extinction pendant le jour, ils fonctionnent de façon autonome, ils sont généralement
utilisés dans les installations publiques. On peut citer les horloges, cellules photoélectriques, détecteurs de
présence et les réducteurs de puissance [10], [19], [12], [11].
1. Les Horloges :
L’Horloge ou bien la Minuterie qui exerce un contrôle temporel, c’est un relais "mémorisant" sa position
(contact fermé) pendant un certain temps réglable. Il y a deux types de dispositif de contrôle.
 Horloges mécaniques :

Permettent de motoriser l'allumage des luminaires pour des horaires déterminées. Ce système n’est pas
avantageux puisqu’il ne prend pas en compte la variation de luminosité pendant l’année.
 Horloges astronomiques :

Très précises et déterminent automatiquement, par des calculs mathématiques, l’heure à laquelle il est
nécessaire de déclencher l’éclairage. Contrairement aux horloges mécaniques, l’horaire ’allumage varie donc
de jour en jour.
 Cellule photoélectrique :

63
 Elle commande l’éclairage en fonction de la luminosité. C’est la commande automatique la plus simple qui
prend le mieux en compte les conditions atmosphériques réelles. Cet appareil est orienté de sorte à ne pas
subir l’effet de sources lumineuses aléatoires, Toute cellule photoélectrique doit être située hors de la portée
du public. Avantageuse par leur encombrement réduit, et qu’elle est moins chère que l’horloge astronomique.
 Réducteur de puissance :

Le Réducteur de puissance permet de réduire l’éclairement en pleine nuit, donc réduire un peu la pollution
lumineuse et génère d’importantes économies d’énergie tout en maintenant un niveau d’éclairement suffisant
pour les besoins.

Détermination de la section du câble :


La détermination de la section du câble est très importante pour le transport de l’énergie, ça permet de
réduire la chute de tension en ligne et les pertes par effet joule. Il est nécessaire de choisir la section
optimale par un calcul selon l’équation [15].
S = (ρ*l*I) / ΔU
Avec:
o S : la section du câble à utiliser en mm²,
o ρ : la revisitée du câble, sa valeur est de 0.017,
o l : la longueur du câble en mètre,
o I : l’intensité du courant en Ampère,

o ΔU : Chute de tension acceptée au niveau des câbles exprimée en Volts. ΔU varie en fonction de la
tension du système.
Entre le parc et l’onduleur.
ρ ×2 ×l ×i
S=
ε×v
o S : la section du câble à utiliser en mm²,
o ρ : la revisitée du câble, sa valeur est de 0.017,
o l : la longueur du câble en mètre,
o I : l’intensité du courant en Ampère,
o ε : chute de tension,
o V : la tension du réseau.

64
Tableau de la valeur de ΔU (la chute de tension) :
Tension du réseau Chute de tension admissible
12 volts 0,3 volt
24 volts 0,6 volt
48 volts 0,9 volt
Tableau 6 : Représente des valeurs de la chute de tension

Les onduleurs :
1. Introduction :
. L’énergie produite sous forme continue est ondulée pour alimenter les charges alternatives. Cette
conversion est réalisée par les onduleurs avec d’excellent rendement [19], [12], [11].
2. Définition d’un onduleur :
Un onduleur est un dispositif électronique permettant de transformer en alternatif une énergie électrique de
type continue [19], [12], [11]. Ils sont utilisés en électrotechnique pour :
 Fournir des tensions ou courant alternatifs de fréquence et amplitude variables.
 Fournir une ou des tensions alternatives à fréquence et amplitude fixes. C’est le cas en particulier
des alimentations de sécurité destinées à se substituer au réseau en cas de défaillance.
On distingue les onduleurs de tension et les onduleurs de courant, en fonction de la source d’entrée
continue. La technologie des onduleurs de tension est la plus maîtrisée et est présente dans la plupart des
systèmes industriels, dans toutes les gammes de puissance (quelques Watts à plusieurs MW).

65
CHAPITRE III : ETUDE DU PROJET.

I. Introduction :
L’éclairage d’un lieu de travail est un facteur essentiel pour assurer au personnel des conditions de travail
adaptées aux tâches à effectuer. Il faut considérer plusieurs facteurs :
 Apport de la lumière du jour,
 Choix des luminaires et des lampes,
 Couleur des lampes,
 Contraintes spatiales,
 Situation des postes.
L’éclairage des locaux de travail ne se fait pas au hasard. Il existe des normes et des recommandations
assez strictes afin d’assurer un éclairage permettant la sécurité et la santé des travailleurs.
Ce projet a pour objectif d’installer un champ solaire PV, permettant d’alimenter les éclairages intérieur et
extérieurs de l’usine BATEX-CI SAU de Bamako. L’usine est implantée dans la ville de Bamako, à la zone
industrielle (rive gauche).

II. Cahier des charges :


Dans le cadre de mon projet de fin d’étude, BATEX-ci a demandé la réalisation d’un système d’alimentation
solaire dont le contenu du cahier de charge est donné comme suite :
 Eclairage extérieur de l’usine en 37 lampadaires,
 Eclairage intérieur des ateliers d’impression, filature et tissage en système classique,
 Mise en place d’un système de maintenance de l’installation.

III. Plan du projet :


Le projet est divisé en deux parties, à savoir l’installation extérieure et intérieure. En toute première lieu nous
allons faire le dimensionnent de l’installation extérieure et après celui de l’installation intérieur. Après avoir
dimensionné cette installation, nous allons établir un plan de maintenance.

66
1. L’installation extérieure :
Cette installation consiste à éclairer la cour de l’usine avec les lampadaires. L’usine comprend trois bâtiments
5 m de hauteur, de longueur 105 m et de largeur 55 m.

105 m

55 m IMPRESSION

105 m

55 m
TISSAGE

105 m

55 m
FILATURE

a. Dimensionnement :
Il consiste à déterminer la dimension du système photovoltaïque, donc nous devrions connaitre les types
d’appareils électriques utilisés, leurs temps de fonctionnement, leurs puissances. il se fera en 4 étapes.
 Etape 1 : estimation de la puissance du panneau solaire 
Elle se détermine en fonction de la puissance crête. Il s’agit de déterminer la puissance pour un poteau
d’éclairage pour fonctionner durant toute la nuit. Les calculs effectués ont donné le tableau ci-dessous.
Tableau des besoins pour l’installation extérieure :
Désignation Quantité H. fonctionnement P. récepteur P. totale E. consommée
Ampoule 1 12 80 W 80 W 960 WH

o Les formules liées aux calculs des données pour le tableau ci-dessus sont :
P. totale = ∑ (quantité × P. récepteur).
E. consommée = ∑ (P. totale × H. fonctionnement).
o La puissance à produire par jour :

67
Elle se calcule en fonction de l’énergie consommée et les pertes dues aux facteurs influent qui est compris
entre 55% et 85% (température, nuage, …).
PP/J =∑ (E. cons) / Ps.
Avec Ps, les pertes du système.
PP/j = 960 / 0,6 = 1600 watt/j.
o La puissance produite par mètre carré ou puissance crête :
Elle est obtenue en fonction de la puissance produite par jour et l’irradiation journalière. L’irradiation
journalière dépend de la zone à laquelle le champ PV est installé. Elle est comprise en 5 et 7 au Mali, donc
nous avons une moyenne qui vaut 6.
Pc = PP/j / G.
Avec G, l’irradiation de la zone.
PC = 1600 / 6 = 266,66 WC/m2.
o Détermination de la puissance du panneau à choisir :
Dans le cas présent nous avons utilisé les panneaux à puissance de 300 W / 24 V.
 Etape 2 : estimation de la capacité de la batterie.
Tout d’abord il faut calculer la capacité de la batterie. Cette capacité se calcule avec les paramètres
suivants : l’énergie totale consommée, le nombre de jour sans soleil, la tension de la batterie, le rendement
de la batterie, le rendement de l’onduleur s’il est utilisé et la profondeur de décharge de la batterie comme
indique la formule ci-dessous.
Capacité. Batteries = (E. conso*n. jours) / (ᶯbatterie*ᶯonduleur* P. décharde* (V). Batterie).
Capacité batterie.
CB = (960 × 1,5) / (12*0,8*0,6).
CB = (1 440) / (5,76) = 250Ah/j.
La batterie choisie est de capacité de 250 Ah/j 12 V.
 Étape 3 : estimation du courant du régulateur.
Le courant du régulateur se calcule en divisant la puissance du panneau par le courant de court-circuit.
I(PV) = Ppv / Icc (PV).
I(PV) = 300 / 30,13 = 9,95 A. avec 30,13 le courant de court-circuit
IG = 9,95 × 1,2 = 11,95 A.
IG = 12 A.
 Etape 4 : Calcul de la section de câble :

68
La connaissance de la section du câble est très importante, car elle permet d’éviter les pertes en ligne,
l’effondrement du câble dû à la supériorité de l’intensité du courant qui lui traverse. Elle est déterminée par
expression suivante.
S = I / d mm²
Avec :
 S : la section du câble en mm²,
 I : l’intensité du courant qui travers le câble en A,
 d : la densité de la conductivité en A / mm².
AN :
I = IG = 12 A,
d = I / S.
La valeur de S varie selon l’intensité du courant.

 5A 1.5 mm2 de section


 10 A 2.5 mm² de section
 16 A 4 mm² de section
 20 A 4 mm² de section
 25 A 6 mm² de section
 32 A 10 mm² de section
 55A 16 mm² de section
D’où d = 12 / 4 = 3 A/mm2.
S = 12 / 3 = 4 mm2.
NB = cette étude n’est qu’une étude d’un seul poteau qui est valable pour les restants des poteaux de
l’installation.

69
 Quantité des matériels :
Matériels Quantité Caractéristiques
Module mono cristallin 37 300 Wc / 12 V
Lampadaire 37 80 W
Mat 37 8 mètres
Batterie à lithium 37 12 V / 250 Ah
Régulateur MPPT 37 12 V / 12 A
Câble Longueur S = 4mm2
Tableau 7 : Représente les besoins pour l’installation extérieure.

b. Implantation des mats :


Pour la profondeur des fondations nous tenons compte de la hauteur des mats afin qu’ils puissent résistés à
des diverses contraintes (vent, inondation et aux chocs). La profondeur est exprimée par cette équation :
PI = 50cm + H / 10
 Type d’implantation :
Comme annoncé dans une des pages précédentes le type d’implantation dépend de la zone mais aussi de
l’utilisateur s’il s’agit de l’éclaire domestique, usine ou autre. Dans ce cas présent le DG du BATEX-CI a
exigé deux types d’implantation à savoir l’implantation bilatérale en quinconce entre les bâtiments et
l’implantation unilatéral sur la largeur des bâtiments comme indique dans l’image ci-dessous.

Figure 40 :
plan de l’une implantation à BATEX-CI.

70
2. Installation intérieure :
Cette installation consiste à éclairer l’intérieure des bâtiments. Dans ce cas, un autre appareil entre en jeu,
qui est le convertisseur. Le rôle du convertisseur est d’adapter la tension du PV à la tension existante.
a. Dimensionnement des kits :
Les lampes existantes sont alimentées en courant alternatif de tension 230 V. le bâtiment est éclairé par les
ampoules de 230 V et de puissance 24 V.
 Détermination du nombre de panneau :
Désignation Quantité H. de fonctionnement P. récepteur P. total E. consommée
Ampoules 1155 24 H 20W 23 100 W 554 400 Wh
o La puissance à produire par jour :

E . conso 554400
PPj= = =924 000 Wh/ j
Hmin 0.6
o La puissance
PPj 924000 produite ou puissance crête :
Pc= = =154 000Wc /m²
G 6

o Détermination du nombre de panneaux :


Sachant que la puissance unitaire des modèles de panneau choisi est de 250Wc
Nous aurons un nombre de panneaux (modules PV) fourni par l’équation :

Pc 154000
Np= = =616 Panneaux
P( panneau) 250

o Détermination du nombre des batteries :


La capacité de stockage est donnée par l’expression ci-dessous :

E . conso∗autonomie 554400∗1.5
Cb= = =584 000 Ah
T . batterie∗ᶯbatterie∗ᶯelect ∗P . decharge 2∗0.7∗0.75∗0.5

Sachant que nous avons opté pour des accumulateurs de 2V-500Ah, nous aurons un nombre de batteries à
connecter sous forme mixte donnée par la formule suivante

71
NB : pour les éclairages l’autonomie est anodine, on peut ne pas le considérée comme on peut prendre 1,5.

Cb 584 000
Nb= = =3168 batteries
I (batterie) 500

o Détermination du courant du contrôleur de charge :

Ppannaux 250
Ipv= = =8.29 A
courantdecourt −circuit 30.13

Ipv=8.29× 1.2=9.948 A
Pour obtenir le courant total des panneaux on
multiplie la valeur calculée en haut par le
nombre des panneaux.

D’où :

Ipv=Irg=616 × 9.948 A A=6200 A


 Détermination de la puissance du
convertisseur :

Précep × 3 23000× 3
Pond= = =34500 W
2 2

Section du câble :
Entre panneaux et régulateurs.
S = (ρ*L*I) / PT
S = (0.017 * 20 * 768) / 0.9 = 7,5 mm².
Entre régulateurs en batteries.
S = (ρ*L*I) / PT
S = (0.017 × 10 × 1550) / 0.9 =

72
 Quantités des besoins :
Matériels Quantité Caractéristiques
Module mono cristallin 616 250 Wc / 24 V
Ampoules 1155 20 W
Batterie à lithium 3168 2 V / 500 Ah
Régulateur MPPT 4 48 V / 1550 A
Un onduleur 1 48 V / 34 500 W
Câble souple PV-REG Longueur S = 8 mm2
Tableau 8 : besoins pour l’installation intérieure.

73
I.
CHAPITRES VI : SYSTEME DE MAINTENANCE DE
I
L’INSTALLATION.

ntroduction :
Comme tous les sites de production de l’électricité, la maintenance de équipements étant nécessaire afin que
le site soit rentable, il en est de même pour les sites équipés des panneaux solaires. Dans ce document nous
avons parlé sur l’influence de la saleté sur la production des panneaux solaires, nous avons vu qu’a un
certain niveau ça devient néfaste ; donc pour une installation PV le nettoyage de panneaux et la maintenance
des équipements du système est très avantageux [17].

II. Maintenance des panneaux :


Le verre des panneaux solaires est composé d’un revêtement autonettoyant. Il est antiadhésif et évite lui-
même que les impuretés s’y accumulent. Néanmoins, ce revêtement est fragile. Frotter avec un balai brosse
télescopique risque d’enlever une partie de ce revêtement et le rendra plus salissant lorsqu’il sera nettoyé
(un comble). C’est pour cela qu’il est recommandé ainsi de ne pas abuser du nettoyage des panneaux
solaires ; Il est tout à fait raisonnable de laver les panneaux solaires avec l’eau propre une fois par mois en
évitant que la pression de l’eau soit trop forte, surtout les installations proches des arbres, à la proximité des
oiseaux et dans les zones où il y’a trop de poussières. Pour le nettoyage le chiffon est préférable [17].
D’autre actions sont nécessaires il s’agit :
o De vérifier mensuellement les supports de fixation des panneaux si ceux-ci ne sont pas desserrés,
puisque les panneaux sont soumis à des forces lié au vent il est possible que les supports de fixation
soient desserrés,
o Vérifier que la corrosion n’a pas atteint les supports si ceci est fait du fer,
o Mesurer les tensions des modules,

III. Maintenance des batteries :


Dans un système solaire ou il existe les batteries, l’inspection est exigée [17]. Cette inspection devrait
inclure :

74
o La propreté des batteries,
o Le niveau de l’électrolyte pour les batteries ouvertes
o L’état des bornes des batteries voire la cause,
o L’état des cuves des batteries,
o Le niveau de la tension.

1. Contrôle de la charge des batteries :


Pour maximiser la durée de vie d'un parc de batteries il est mieux de s'assurer que ces dernières reçoivent
régulièrement une charge optimale. Pour cela la vérification de la tension de chaque batterie est nécessaire.
Pour faire une telle action, l’arrêt du système est recommandé afin d’obtenir des résultats fiables. Cependant
pour éviter la destruction des régulateurs (contrôleurs de charge) il est très important de débrancher les
panneaux en première position, de même après maintenance brancher les panneaux au régulateur en
première position [17].
Le tableau ci-dessous donne les indices de l’état des batteries selon leurs tensions respectives, ces valeurs
sont valables lorsque les batteries ne reçoivent aucune charge ou décharge. Les valeurs du tableau sont
utilisées dans le cas où les batteries se trouvent sous une température de 25 °C.

Tension nominale Mauvais Seuil d’économie ou emploie Bon Voir caractéristiques


2V < 1.9 V 1.9 V – 2.0 V 2 V à 2.2 V >2.4 V
12 V <11.4 V 11.4V – 12.0 V 12 V à 13.2 V >14.4 V
24 V <22.8 V 22.8 V – 24.0 V 24 V à 26.4 V >28.8V
48 V <45.6 V 45.6 V – 48 V 48 V à 52.8 V >57.6 V
Tableau 9 : état de la batterie.

Nb : lorsque les batteries fonctionnent sous une température différente de 25°C les valeurs du tableau ci-
dessous sont des facteurs de correction à ajouter à la valeur de l’intensité mesurée.

Température -10 °C 0°C 10°C 20°C 25°C 30°C


Facteur appliqué à la correction 0.72 0.83 0.91 0.98 1.00 1.05
Tableau 10 : valeurs de la correction de la tension selon la température.

75
2. Réparation des fuites :
Les fuites font parties des causes principales du mauvais fonctionnement des batteries, pour y remédier on
utilise une colle spéciale [17].
3. Suivi des bornes :
La corrosion et le mauvais contact entre causses-bornes fonts la dégradation des bornes, une action de
maintenance dans le laboratoire de la maintenance les taches sont [17] :
 Nettoyage des bornes,
 Remplissage des tubes pour le plomb,
4. Fixation des causses.
Pendant fixation des causses, il est très nécessaire de faire extrêmement attention, car certaines batteries
peuvent explosées par des mauvaises actions. En effet durant la charge, il se crée une réaction électro-
chimique (électrolyse), une petite partie de l'eau contenue dans la batterie se transforme en gaz (hydrogène
et oxygène) un mélange explosif. Si en cas de mauvais débranchement avant le nettoyage ou mauvais
branchement, après le nettoyage les batteries s’échauffent, et ceux dont l’état est un peu mauvais peuvent
explosées. Il est préférable de brancher la borne positive en premier et après la borne négative et pour le
débranchement il est préférable de débrancher la borne négative en premier. Si les batteries sont couvertes
de la poussière il est important de les nettoyer [17].

IV. La maintenance des régulateurs :


Les régulateurs ne nécessitent pas une grande maintenance, il suffit juste de voir si le câble lié au régulateur
n’est pas rouillé, si c’est le cas desserrer et nettoyer [17] :
 Veille à ce que les connexions soient bien faites,
 Vérifiez que les boitiers dans lesquels se trouve les régulateurs sont bien fixés.
1. Vérification des câbles de connexion :
Les câbles non pas besoin d’une maintenance particulier, par contre il est important de faire une inspection
trimestrielle ou annuelle pour assurer la protection des câbles, et la présence de la corrosion. En vieillissant,
les bornes sont amenées à lâcher [17].

76
V. Conclusion générale :
La rédaction de ce document a été très bénéfique pour moi, car ça m’a permis d’avoir une profonde idée sur
la conception des différentes centrales de production de l’électricité, leurs fonctionnements, leurs avantages
et leurs inconvénients ; de même ça m’a permis de me familiariser avec les équipements solaires
photovoltaïques, de plus ça m’a donnée une idée sur de quoi on a besoin pour construire un champs solaire
photovoltaïque. Etant donné que la construction d’un champ solaire a besoin d’un certain niveau sur le
dimensionnement des besoins ; après la rédaction du document je me suis fait une connaissance sur
comment dimensionner les équipements pour l’étude de la réalisation d’un champ solaire PV. Les
équipements, après l’installation ont besoins d’entretien. En plus de ces connaissances recueillies pendant la
rédaction des chapitres précédents, j’ai également eu une connaissance sur la méthodologie du planning de
la maintenance des équipements solaires.
Résumé :
Dans le monde entier, toute structure (étatique, semi-étatique ou privée) a impérativement besoins d’énergie
pour le fonctionnement de ses outils de travail ou l’éclairage de ses bureaux. Pour l’obtention du diplôme de
master j’ai choisi un thème de mémoire dont les études ont été consacrées à l’étude d’un projet
d’alimentation du système d’éclairage de l’usine BATEX-ci en énergie solaire photovoltaïque. L’énergie
photovoltaïque est une énergie produite par les panneaux solaires à travers les rayonnements solaires, cette
énergie est ainsi stockée grâce à des moyens de stockage d’énergie et aussi transformée en autre forme si
le besoin y existe. C’est pour cela dans ce document j’ai fait un aperçu sur les appareillages intervenants à la
transformation, au stockage et à l’utilisation de celle-ci dans les meilleures conditions. En outre, ces
appareillages ont besoin de maintient afin d’éviter les pannes ou les microcoupures, raison pour laquelle j’ai
également fait un aperçu sur la Méthodologie de maintenance de ces appareils. De même dans le corps du
document j’ai effectué un aperçu sur les différentes centrales de production de l’énergie électrique.
Tableau récapitulatif des besoins pour la réalisation du projet :
Matériels Quantité Caractéristiques
Module mono cristallin 37 300 Wc / 12 V
Lampadaire 37 80 W
Mat 37 8 mètres
Batterie à lithium 37 12 V / 250 Ah
Régulateur MPPT 37 12 V / 12 A
Câble Longueur S = 4mm2
Module poly cristallin 616 250 Wc / 24 V
Ampoules AC 1155 20 W

77
Batterie à lithium 3168 2 V / 500 Ah
Régulateur MPPT 4 48 V / 1550 A
Un onduleur DC-AC 1 48 V / 34 500 W
Câble souple PV-REG Longueur S = 8 mm2

78
Bibliographie :
[1] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Dur%C3%A9e_d%27ensoleillement,
[2] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Ensoleillement,
[3] : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/terre-longitude-935/,
[4] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyrh%C3%A9liom%C3%A8tre,
[5] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pyranom%C3%A8tre,
[6] : https://fr.wikipedia.org/wiki/Alb%C3%A9do,
[7] : https://en.wikipedia.org/wiki/Albedometer,
[8] : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/meteorologie-heliographe-16181/,
[9] : https://www.futura-sciences.com/planete/definitions/meteorologie-solarimetre-14925/,
[10] : These_NAIM_Houcine_partie_2,
[11] : Ms.ELN.Tahraoui+Halil,
[12] : VD2_MAMBRINI_THOMAS_16122014,
[13] : Cours Energies Renouvelables_03-07 juillet 2017,
[14] : https://www.solaris-store.com/content/39-installer-un-regulateur,
[15] : http://solarsud.blogspot.com/2014/11/calcul-de-la-section-du-cable.html,
[16] : https://mon-panneau-solaire.info/installation/entretien-panneaux-solaires/,
[17] : https://www.memoireonline.com/07/08/1419/la-maintenance-d-un-systeme-photovoltaique-
autonome.html,
[18] :https://unmundosalvadorsoler.org/_Files/foro/Manuel%20Pratique%20de%20petits%20syste%CC
%80mes%20photovoltai%CC%88ques.pdf,
[19] : GUIDE_PERSEUS_2007-20001.pdf,
[20] : https://www.climatsetvoyages.com/climat/mali,
[21] : http://theatretec.chez.com/Lumiere/Incandes.htm
[22] : VD2_MAMBRINI_THOMAS_16122014.pdf,
[23] : installation photovoltaïque,
[24] : ModlisationetsimulationdunmodulePV.pdf,
[25] : Etude Pratique et Dimensionnement d’un Systèm,
[26] : coursCA1,
[27] : Lampes_electriques.

79
Les Annexes :
Annexes 1 :
Les données métrologiques de Bamako  :
Dans la capitale, Bamako, les précipitations atteignent les 1 000 mm, et la saison des pluies devient un peu
plus longue, et les premières averses qui précèdent la mousson se produisent déjà en mai, puis il y a un
maximum de 300 millimètres en août, et les dernières pluies tombent au début octobre.
Voici la moyenne des précipitations.
Précipitations moyennes  :
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Jui Aou Sep Oct Nov Déc An
Préci. (mm) 1 1 2 20 55 130 225 290 165 65 5 1 991
Jours 0 0 1 3 6 8 17 18 15 6 0 0 74

Dans cette zone du sud, les mois où la température pendant la journée est plus basse sont même ceux de
l'été, en raison de la couverture nuageuse et de la pluie, quand la moyenne oscille autour de 30/32 degrés,
tandis qu'en hiver, en décembre et en janvier, le soleil méridional pousse les températures diurnes autour de
33 degrés, même si l'air est sec et les nuits sont assez fraîches. À Bamako le mois le plus chaud est avril,
lorsque les maximales se situent autour de 40 degrés, parce que déjà en mai la température s'abaisse un
peu sous la poussée des premiers orages. Voici les températures moyennes.
Température moyenne  :
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Jui Aou Sep Oct Nov Déc
Min (°C) 17 20 23 25 25 24 22 22 22 21 18 17
Max (°C) 33 36 39 40 39 35 32 31 32 35 35 33

À Bamako les heures de soleil en été diminuent plus que dans les zones centrales, et août est le mois le
moins ensoleillé.
Ensoleillement  :
Mois Jan Fév Mar Avr Mai Juin Jui Aou Sep Oct Nov Déc
Ensoleil… 9 9 9 8 7 7 6 5 6 7 8 7

Annexe 2 :

80
L’angle d’inclinaison  :
Angle d’inclinaison est angle d’une surface par rapport à l’horizontal. On parle souvent d’incidence normale
lorsque α = 0, c’est-à-dire les rayons sont perpendiculaires au capteur.
Cos α = cos β sin HS + sin β cos HS cos (AZ-γ).

81