Vous êtes sur la page 1sur 10

Généralités sur l’activité d’assurance

Généralités sur l’activité d’assurance


❖ Contrat d’assurance
Non défini dans le code des assurances
De façon empirique c’est un contrat par lequel :
- une partie: l’assureur (ou la mutuelle)
- garantit à une autre partie: l’assuré (ou le sociétaire)
- contre le paiement d’une somme la prime (ou la cotisation)
− le versement d’un montant, déterminé ou non déterminé, en cas
▪ de survenance d’un événement fortuit
- le sinistre ou le rachat anticipé
▪ échéance du terme du contrat
− à une personne (le bénéficiaire)
▪ déterminée (assuré, bénéficiaire désigné, ayants droits) ou non
déterminée (victime)

❖ Définition des principaux éléments du contrat


La prime : c’est le prix (fixe ou variable) de l’assurance c’est-à-dire la somme
que l’assuré paie pour être couvert.
A la différence d’un industriel, l’assureur ne connaît pas à l’avance le prix de
revient de son produit c’est à dire le coût total des paiements (inversion du cycle
de vente).
− Prime commerciale = Prime pure + Chargements
− Prime pure = Coût moyen x fréquence
La cotisation : c’est la prime que paie les adhérents (sociétaires) d’une mutuelle
Le risque : événement dommageable contre lequel on cherche à se prémunir
Le sinistre : événement dommageable susceptible d’entraîner la garantie de
l’assureur.

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

La prestation : garantie financière de l’assureur. On distingue les indemnités


(déterminées après la survenance du sinistre en fonction de son importance) et
les prestations forfaitaires (déterminées) à la souscription du contrat.
La note de couverture : est un document constatant une garantie provisoire à
effet immédiat et pour une durée limitée (n’est soumise à aucune condition de
forme).
La police : comporte au minimum les conditions générales et les conditions
particulières et peut être accompagnée de la quittance (facture). Elle constitue la
preuve du contrat d’assurance.
L’Information précontractuelle :
- fiche indiquant prix et garanties,
- exemplaire du projet de contrat et pièces, annexes,
- proposition (n’engage ni l’assureur, ni l’assuré).
Seule la police ou la note de couverture constate l’engagement réciproque
assuré / assureur.
Droit de résiliation par les deux parties (préavis de 2 mois + lettre
recommandée).
Les primes sont normalement payables comptant (calcul actuariel). En cas de
non paiement :
- avis de mise en demeure, 10j au plus tôt après l’échéance,
- le contrat peut être suspendu 30j après l’envoi de l’avis,
- le contrat peut être résilié 40 j après l’envoi de l’avis.

❖ La Coassurance
C’est une technique de division des risques entre assureurs.
C’est un partage proportionnel d’un même risque sans solidarité entre
plusieurs assureurs.
L’assureur qui apporte l’affaire au pool de co-assureurs est l’apériteur
(coassurance acceptée ou apéritée). Il en choisit chacun des membres et a un
recours contre chacun d’entre eux.

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

Dans la pratique, il y a émission d’une seule police. Il s’agit d’une police


collective à quittance unique.
Mais le client final ne connaît que l’apériteur

La distinction se fait entre entreprises :


Assurance Vie Assurances non vie

• Répartition • Répartition
- Décès (assurances de personnes) - biens et responsabilités
• Capitalisation (assurances de dommages)
- Epargne (assurances de - maladie, accidents corporels
personnes) (assurances de personnes)

❖ Activités
• Les assurances de dommages ont pour but de réparer les conséquences d’un
événement dommageable affectant le patrimoine de l’assuré.
• Les assurances de personnes ont pour conséquence de réparer les
conséquences d’un événement dommageable affectant la personne.

❖ Assurance Vie
➢ Contrat d’assurance en cas de vie
Permettent la constitution d’une épargne et le versement de celle-ci sous
forme de capital ou de rente si l’assuré est en vie au terme du contrat. ces
contrats peuvent être assortis d’une contre assurance en cas de décès
➢ Contrat de capitalisation (retraite, épargne…)
Les compagnies font fructifier l’épargne constituée et garantissent un capital
déterminé à l’issue du contrat.
➢ Raisons du succès
- une forte demande des ménages
• Face aux enjeux de l’avenir des retraites
• Pour la préparation de leur succession

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

- Une offre accrue


• De nouveaux distributeurs : les banques
• Une plus grande souplesse : avances, rachats partiels ou programmés

Mode de souscription
- contrats à souscription individuelles
- contrats collectifs
Contrats souscrits par les entreprises pour leurs salariés (concurrence des
institutions de prévoyance et des mutuelles)
Souscrits à l’occasion d’un emprunt (enjeu important des relations banque /
assurance)

❖ Assurance non vie


L’assurance non vie comprend en zone CIMA, les branches suivantes :
- automobile
- assurances de personnes (maladie, acc. Corporels)
- incendie et dommages aux biens
- responsabilité civile générale
- transport
- autres risques (protection juridique, assistance, assurance crédit…)

Forte dépendance du grand courtage : ACCI, GRAS SAVOYE (+50% du


marché) qui crée une grande pression sur les tarifs mais émergence de canaux
parallèles de distribution : réseaux d’agents, bureaux directs…
Niveau très élevé des arriérés de primes (au moins un an de ca)
Coût d’intermédiation moyen élevé et peu favorable à l’exposition d’un
véritable marché de masse (taux de chargement 40% et taux moyen de com =
15%).
La concentration des acteurs :
- AGF / NSIA / UAT / GABON
- TISSERINS/ CNA / SNAR LEYMA / GTA-C2A

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

- COLINA COTE D’IVOIRE / MALI / BURKINA / TOGO/ BENIN


- … et celles à venir
➢ Des enjeux :
• Restructuration et réorganisation
- Des réseaux
- De la gestion
- Des systèmes d’information
• Restauration des équilibres techniques

➢ L’Assurance automobile
- La plus forte part de marché
- La couverture souscrite est essentiellement la couverture obligatoire (RC)
et rarement la couverture dommage.
- On estime que près de 50% du parc auto n’est pas ou est mal assuré
- Une mauvaise tarification des primes qui ne favorise pas la responsabilisation
des assurés.
➢ Les Assurances de personnes
- Risques maladie et individuel comprenant les assurances « personnes
transportées » associées aux contrats automobile.
- L’absence de régime publique de prise en charge des dépenses de soin et
l’absence de régulation tarifaire ont laissé le marché s’organiser sur le
principe de l’offre et de la demande.
- Absence d’équilibre technique
- Développement de « structures » de filières de soin : MCI, SEGMA
fonctionnant grâce à des honoraires et avec des chargements plus élevés que les
compagnies.
- La définition du bénéficiaire peut être très large car la couverture peut être
de type « famille élargie »
- Bon taux de recouvrement des primes qui conditionne le droit aux
remboursements

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

➢ Incendie et autres dommages aux biens


- Le marché constitué d’entreprises internationales (couverture accordée par
le courtage captif des groupes internationaux)
- Il s’agit de risques qui ne font pas généralement l’objet de prévention
régulière (installations vétustes ou défaillantes…)
- Incendie et autres dommages aux biens
- Le marché ne cherche pas encore une situation d’équilibre d’exploitation des
risques pour chaque nature de risque
- Niveau des impayés très élevé
➢ La réassurance
Un contrat par lequel :
- une entreprise d’assurance
la cédante
- s’assure à son tour auprès d’une autre société
Le réassureur ou cessionnaire
- pour tout ou partie des risques qu’elle assure
- contre rémunération
Niveau élevé de la sinistralité

❖ Les intervenants du marché de l’assurance


LES ASSURES
Individuels
Personnes physiques
Personnes morales
Groupes
LES « ASSUREURS »
Compagnies d’assurance Code CIMA
Mutuelles Code de la mutualité
Institutions de prévoyance et de retraites Code de la sécurité sociale
Sociétés d’assistance prestataires de services

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

Les réassureurs
Les « distributeurs »
- Courtiers
- Agents généraux
- Réseaux
Réseaux internes (salariés)

❖ Réassurance
La cédante :
- Augmente sa capacité de souscription
- Liste l’effet des sinistres sur le résultat
- Centralise les risques au sein d’un groupe
- Finance le développement de portefeuilles.
Le réassureur :
- Activité internationale, pluri-monétaire et très capitalistique
USA (23 Mds $), Allemagne (37 Mds $) Suisse (10 Mds $) et Bermudes (10
Mds $)
- Activité à forte technicité et à forte informatisation
Profit de portefeuille, Plein de souscription ou de conservation
- Activité à grande liberté et complexité contractuelle
Traité / Facultative, Proportionnel / Non Proportionnel.

3 types de contrat pour céder un risque :


- Réassurance obligatoire ou traité : accord général obligeant l’assureur à
céder et le réassureur à accepter tous les risques correspondants.
- Réassurance facultative : accord ponctuel pour la cession d’un risque ne
respectant pas les traités en vigueur.
- Facob (open cover) : accord cadre permettant à l’assureur de céder à volonté
des risques correspondant à un descriptif précis que le réassureur s’oblige à
respecter

2 méthodes pour atteindre une rétention :

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

- Réassurance proportionnelle : réassurer systématiquement chaque police,


en cédant une part de la prime initiale, et en recouvrant la même part des
sinistres affectant la police
- Réassurance non proportionnelle : réassurer seulement les sinistres
dépassant la rétention, la prime étant tarifée en fonction du niveau de
sinistres cédés

❖ Intermédiaires d’assurance
➢ Dispositions générales
Les opérations d’assurance ne peuvent être présentées que par des courtiers, des
agents généraux et autres intermédiaires.
Ces intermédiaires peuvent être des personnes physiques ou des personnes
morales.
Les intermédiaires ne sont pas des sociétés d’assurance.
Des conditions d’honorabilité sont exigées pour exercer ces fonctions (pas de
condamnations réglementaires, civiles ou judiciaires).
Ces intermédiaires doivent être des personnes capables (majorité légale).
Ils ne peuvent exercer qu’après avoir obtenu la carte professionnelle délivrée par
le Ministère de tutelle. Cette carte est valable pendant deux ans.
Cette carte se justifie par la présentation du diplôme requis, du livret de stage
professionnel (stage de un an au moins) et de l’attestation de fonction.
Tout intermédiaire est tenu à tout moment de justifier d’une garantie financière
qui s’élève au moins à F CFA 10 000 000 et qui ne peut être inférieur au double
du montant moyen mensuel des fonds perçus.

➢ Agents généraux
Les agents généraux sont les mandataires de la société d’assurance. Leurs droits
et obligations sont définis dans leur traité de nomination.
Un agent général ne peut être lié que par une entreprise d’assurance.
Par contre, une entreprise d’assurance peut avoir plusieurs agents généraux.

➢ Courtiers

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

Les courtiers sont des commerçants. Ils sont réputés être les mandataires de
l’assuré et sont indépendants des sociétés d’assurance.
En pratique, ils peuvent être mandatés par les sociétés d’assurance tant pour la
souscription que pour d’autres tâches comme la gestion des contrats ou le
règlement des sinistres. Cela correspond à un mandat écrit express ou spécial.
L’exercice du métier de courtier est soumis à l’agrément du Ministère de tutelle.
Les courtiers peuvent être liés à plusieurs compagnies d’assurance.
Ils doivent souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle devant
les couvrir des conséquences pécuniaires de sa responsabilité.
Il leur est interdit d’encaisser des primes sauf mandat express de la société
d’assurance.
Les primes encaissées sont à reverser dans un délai maximum de 30 jours.

❖ Activité financière
La gestion financière des sociétés d’assurance
Une fonction à part entière de la Direction
- Allocation d’actifs qui doit être adaptée aux engagements pris (durée et
rémunération contractuelle)
- Protection de la marge de solvabilité
- Equilibre des comptes
Sécurité, liquidité, rentabilité
Niveau élevé des investissements dans l’immobilier par l’intermédiaire des SCI
Montant élevé des actifs délocalisés qui permettent d’intervenir sur d’autres
marchés financiers que ceux de la zone CIMA

Lionel METCHRO M2TCF


Généralités sur l’activité d’assurance

Lionel METCHRO M2TCF