Vous êtes sur la page 1sur 8

PRESENTATION DE LA BANCASSURANCE AU MAROC

Introduction

La bancassurance est apparue en Europe au début des années 1980. Cette synergie banque-
assurance ne s’est réellement développée au Maroc qu’au début des années 1990.

La bancassurance consiste à la distribution des produits d’assurance par les établissements


bancaires. Elle présente des intérêts pour chacun des partenaires.

La bancassurance au Maroc a connu un développement rapide a cause le l’amélioration du cadre


légal et réglementaire régissant cette activité.
A travers ce chapitre, nous allons essayer de comprendre : « La place de la bancassurance au
Maroc ? » et « Le gain des banques marocaines de l’activité de la bancassurance ? ».

Partie I : Présentation et analyse de la bancassurance.

Chapitre I : Présentation de la bancassurance.

I – Aperçu historique sur la bancassurance


La frontière entre la banque et l'assurance a progressivement disparu avec l'apparition du modèle
de la bancassurance.
La bancassurance s'est développée en Europe dans les années 80 à l'initiative des banques,
d'abord dans l'assurance vie, où elles représentent les deux tiers du chiffre d'affaires, et plus
récemment dans l'assurance dommages.

En Europe, dans les années 80, l’activité bancaire était caractérisée par la « sur
bancarisation » de la clientèle et l’érosion des marges d’intermédiation à cause de
l’intensification de la concurrence ce qui a poussé les banques européennes à diversifier leurs
activités. Elles ont recherché de nouveaux produits voisins de ceux bancaires.

Dans ce contexte, les banques européennes se sont orientées vers d’autres activités
génératrices de commissions telles que la commercialisation des produits d’assurance, en vue
d’accroître leur rentabilité et de conquérir de nouveaux marchés.D’où l’apparition de la
bancassurance.

Au Maroc, c’est à partir des années 90 que le secteur financier marocain a connu un
rapprochement entre les établissements de crédit et les compagnies d'assurance : Dans un
premier temps, la réforme de la loi bancaire en 1993 était en faveur de la déréglementation et la
libéralisation progressive des acteurs financiers. Par la suite, la promulgation du code des assurances
en 2002 a renforcé le cadre juridique du secteur des assurances. En effet, ce code a permis
notamment d’institutionnaliser l’activité bancassurance en autorisant les banques expressément à
distribuer les produits d’assurance de personnes, d’assistance et de crédit, après agrément de la
DAPS.
LES PRINCIPAUX ACTEURS DE LA BANCASSURANCE
Banques Stratégie de bancassurance Compagnies d’assurance
Attijariwafa Bank Filiale assurance Wafa assurance

BMCE Groupe RMA Watanya


banque - assurance
Société Générale Filiale assurance Marocaine vie

Banque Populaire Accord de distribution CNIA Es Saada


Atlanta
RMA watanya
BMCI Accord de distribution Axa assurance
Atlanta
RMA Watanya
Crédit du Maroc Accord de distribution Axa assurance
Wafa assurance
RMA Watanya

Ils commercialisent deux grandes familles de contrats :


 Les contrats d’assurance vie comprennent des produits de prévoyance, d’épargne retraite,
d’éducation et d’hospitalisation.
 Les contrats d’assurances non-vie comprennent, eux, des produits d’assistance et
d’assurance dommages.

Les bancassureurs poursuivent leur stratégie de diversification et de fidélisation de la clientèle en


développant leurs activités sur un marché en pleine croissance.

La bancassurance marocaine bénéficie aujourd’hui d’une fiscalité réduite sur les produits
d’assurances, de réseaux de commercialisation denses, d’une base de clientèle familiarisée avec
les produits financiers et d’une grande expertise des banquiers dans les domaines de placement et
d’épargne ce qui favorise le succès de cette branche.

II – Concept de la « bancassurance ».

La bancassurance est un concept financier qui a permis graduellement l’interpénétration des services
de la banque et de l’assurance.

La complémentarité d’intérêts entre la banque et l’assurance est derrière la bancassurance. De ce fait,


la bancassurance ne peut constituer un rival mais une complémentarité à la distribution
classique qui agit traditionnellement et continuera de jouer son rôle.

La bancassurance traduit une idée de collaboration entre la banque et l’assurance, chacun de ces
acteurs cherchant par le biais de cette stratégie à proposer une offre financière la plus
complète possible.

La bancassurance désigne la distribution des produits d'assurance via le réseau bancaire. Dans ce
sens, les produits d’assurance distribués par les guichets bancaires ont des produits simples
standardisés et parfois même « packagés » avec les offres bancaires.

III – Les modèles de la bancassurance.


La bancassurance est le résultat du rapprochement banque-assurance. Les conséquences de ce
rapprochement sont différentes selon que celui-ci aura été réalisé sous la forme d’accord de
coopération commerciale, de prise de participation ou de création d’une filiale.

1- Accord de coopération entre la banque et la compagnie d’assurance

La coopération fut la première mise en œuvre pour rapprocher les deux secteurs. Elle consiste en la
conclusion d’accord de commercialisation des produits de l’assurance par les guichets des banques.

Cette stratégie permet l’élargissement de l’offre de produits d’épargne au-delà des produits bancaires,
elle permet aussi à la banque d’optimiser l’exploitation de leurs fichiers declientèle.

Au Maroc, la coopération commerciale banque et compagnies d’assurance, relève principalement de


simples accords commerciaux dont l’objectif est la rentabilisation du réseau de distribution de
la banque et l’accès pour l’assureur à une clientèle plus importante et plus solvable.

Les partenariats entre banques et compagnies d’assurance au Maroc


Banques Compagnies d’assurance
Attijariwafa Bank Wafa assurance
Banque populaire CNIA assurance / axa assurance
BMCE RMA / Al Wataniya
BMCI Axa assurance /Al wataniya/Issaf
Société Générale Al Wataniya/ La marocaine vie
Crédit du Maroc Axa assurance/Atlanta

CIH Axa assurance

2- La prise de participation stratégique entre la banque et la compagnie


d’assurance.

La signature d’un partenariat avec prise de participation stratégique entre la banque et la compagnie
d’assurance est une forme de bancassurance plus engagée.

Les prises de participation constituent un moyen de stabiliser la relation commerciale et permettent


d’élaborer une stratégie de commercialisation commune et durable entre les deux entre les deux
entités.

Les participations des compagnies d’assurance dans les banques ont été beaucoup plus nombreuses
que celles d’établissements bancaires dans des sociétés d’assurance.

Le tableau suivant témoigne les fortes participations stratégiques des compagnies d’assurance dans
les capitaux des établissements financiers.

Les principales participations des compagnies d’assurance dans les établissements bancaires
Taux de
Compagnies d’assurance Banques
participation
BMCE Bank 8,28 %
RMA Al Watanya
Attijariwafa Bank 7,04 %

Atlanta BMCI 7,18 %

BMCI 20,06 %
Axa assurance Maroc CIH 12,08 %
Attijariwafa Bank 10,05 %
BNDE 5,16 %
CNIA
CIH 2,14 %
RMA Al Watanya BMCE Bank 21,94 %

Sanad BMCI 5,79 %

3 – La création ou l’acquisition majoritaire de filiales

La mise en place d’une filiale d’assurance par la banque peut être soit sous forme d’une entreprise
soit d’un cabinet de courtage d’assurance. Cette stratégie nécessite des investissements
importants dans le développement des compétences et des infrastructures adaptées. Cette formule
est coûteuse, mais en cas de succès, les retombées financières reviennent à l’établissement
initiateur.

Tableau récapitulatif des stratégies de la bancassurance au Maroc en

Filiales d’assurance Accords de distribution

Banques Compagnies Banques Compagnies d’assurance


d’assurance

Attijariwafa Isaaf
Bank Axa assurance
BMCE Isaaf
Attijariwafa Wafa assurance Maroc assistance
Bank Banque CNIA Assurance
populaire
BMCI Axa assurance
RMA Al Watanya
Isaaf
Crédit du Axa Assurance
Maroc Maroc assistance
Wafa assurance
Atlanta
BMCE Bank RMA ALWatanya RMA Al Watanya
CIH Axa assurance
CNIA
Isaaf
Barid A RMA Al Watanya
Maghrib Isaaf
Wafa assurance

Chapitre II : Analyse de la bancassurance


I – Fonctionnement de la bancassurance

1- Le cadre juridique, fiscal et comptable

a- Cadre juridique

Les deux partenaires à savoir les banques et les compagnies d’assurance partagent l'objectif principal
qui consiste à vendre des produits d'assurance à travers le réseau des agences bancaires.

Or chacune des deux activités est soumise à un régime juridique propre qui lui accorde une exclusivité
de principe. La bancassurance doit donc se mettre en œuvre dans le respect des règles du droit
bancaire et sans enfreindre les prescriptions du droit des assurances. L'examen respectif du cadre
juridique de l'activité bancaire puis celui des assurances nous permettra de comprendre d'une part,
dans quelle mesure les banques peuvent vendre des contrats d'assurances de personnes; d'autre
part, quelles sont les précautions à prendre par une banque qui désire diffuser des contrats
d’assurance dommages.

Avant le 07 Novembre 2002 : La loi bancaire de 1993

Les articles 1 à 12 de la loi bancaire de 1993 (Dahir portant loi n° 1-93-147 relatif à l’exercice de
l’activité des établissements de crédits et de leur contrôle) délimitent les opérations que peuvent
effectuer lesdits établissements. L’intermédiation en assurance n’y figure absolument pas.

Cela n’a pas empêché les banques de placer les produits correspondants. D’un point de vue
orthodoxe, les banques opéraient donc « illégalement » et la loi bancaire n’était pas respectée au
sens strict. Cependant, le 3ème alinéa de l’article 6 de la loi précitée allait être une échappatoire pour
les banques. En effet, il dispose que les établissements de crédit peuvent aussi effectuer, sous
réserve du respect des dispositions législatives et réglementaires applicables en la matière, les
opérations connexes à leur activité, tels que « le placement, la souscription, l'achat, la gestion, la
garde et la vente de valeurs mobilières ou de tout produit financier ». Les banques justifiaient donc
leur position en se présentant en tant que simples souscripteurs de produits d’assurance pour le
compte de leurs clients.

Cette situation confuse arrangeait en fait les trois acteurs principaux que sont les assurances, les
établissements de crédits et la banque centrale. Les premiers trouvaient dans les banques un réseau
de proximité, géographiquement bien implanté et disposant d’un portefeuille-clients important pour
vendre leurs produits. Les établissements bancaires généraient des bénéfices considérables grâce
aux rémunérations facturées aux clients, satisfaisant ainsi la banque centrale soucieuse entre autres
du dynamisme du secteur bancaire.

Après le 07 Novembre 2002 : Le nouveau code des assurances

Les anciens textes qui datent des années 1930-1940 ne prévoyaient pas la bancassurance (vide
juridique), en revanche le code des assurances en 2002 (Dahir 1-02-238 du 03 Octobre 2002 portant
promulgation de la loi n° 17-99 portant code des assurances et publié au bulletin officiel le 07
Novembre) à introduit ce terme pour la première fois ; ce nouveau code est venu clarifier l’ambiguïté
légale sur le rôle des banques en matière d’assurance.

Les zones de perméabilité de la bancassurance

* La distribution des assurances par les banques en tant qu'activité connexe

A l’aide de l’article 7 de la loi bancaire qui stipule : « Les établissements de crédit peuvent aussi
effectuer, sous réserve du respect des dispositions législatives et réglementaires applicables en la
matière, les opérations connexes à leur activité, telles que :

La présentation au public des opérations d'assurance de personnes, d'assistance et d'assurance-


crédit ;………………… etc. ».
Et de l’article 289 de code des assurances qui stipule : « les opérations d'assurances autres que
celles afférentes aux assurances de personnes, à l'assistance et à l'assurance crédit, ne peuvent être
présentées aux banques et à Barid Al-Maghrib que par les intermédiaires d'assurances définis à
l'article 291 »

Donc à chaque fois que la banque peut démontrer la relation d'un contrat d'assurance avec une
opération bancaire, celle-ci peut être qualifiée de connexe. Et ces produits peuvent être obligatoire ou
volontaire comme par exemple assurance de personne, assurance crédit et l’assistance.

* La distribution des assurances par les banques en tant qu'activité annexe

L’annexite des produits d’assurance figure dans l’article 9 de la loi bancaire qui stipule : « Les
établissements de crédit peuvent être autorisés à effectuer des opérations autres que celles visées
aux articles premier et 7 de la loi bancaire ».

Donc l’article 9 permet de commercialisé les produits extra bancaire comme les assurances
dommages

Et pour vendre les produits annexes à savoir les assurances dommage il faut être conforme avec la
loi.

Les zones de perméabilité de la bancassurance

Schématisation :

Connexe Annexe
Article 289 du Article 9 de
Article 7 de
Code des assurances la loi bancaire
la loi bancaire

Produits obligatoires + Produits volontaires Produits extra bancaire

Assurance de personnes,
Les assurances dommages
Assurance crédit,

Assistance

* La Solution afin d’être conforme à la loi :


Les banques ne peuvent pas être à la fois vendeur et souscripteur de contrat. Elles devront choisir
entre les deux donc les banques ne peuvent qu’encaisser les primes et régler les sinistres dans le
cadre de contrats individuels pour le compte des compagnies d’assurances, cela contre une
commission, et pour se faire il faut demander un agrément Qui devaient être déposées à la direction
des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS) conformément à la loi. Pour obtenir cet agrément,
«les établissements bancaires devaient justifier d’une structure adéquate et d’un personnel qualifié et
apte à conseiller les clients concernant la souscription des produits d’assurances».

* Individualisé les contrats groupe

Les établissements bancaires ne peuvent plus commercialiser les produits bancassurance dans le
cadre d'un contrat groupe négocié avec les compagnies, toutes catégories confondues. Les contrats
doivent être dorénavant individualisés, donc pour être conforme a l’article 109 afin de percevoir des
rétributions il faut transformer tous les contrats groupes en contrats individuels

* Les bureaux de courtage

Les établissements bancaires ont créé leurs propres bureaux de courtage. Il s’agit de cabinets
«captifs», visant à contourner l’article 109 et de leur permettre de percevoir des commissions et de
pouvoir commercialiser n’importe quel type de produit d’assurance. Ainsi les banques préservent les
revenus des activités bancassurance.

Selon l’article 299 de code des assurances :

« La société de courtage doit être constituée sous la forme de société anonyme ou de société a
responsabilité limitée. »

Et selon l’article 304

* Etre régies par le droit marocain et avoir leur siège au Maroc;

* Avoir cinquante pour cent (50%) au moins du capital détenu par des personnes physiques de
nationalité marocaine ou des personnes morales de droit Marocain

Autres articles de loi


* L’encaissement des primes

► Alinéa 3 de l'article 302 de code des assurances : « L'encaissement d'un montant de prime
supérieur a celui fixé par l'entreprise auprès de laquelle le contrat est souscrit ainsi que l'octroi aux
assures de toute ristourne de commission ou escompte sur prime sous quelque forme que ce soit ».

Commentaire : Les banques ne peuvent pas encaisser un montant de prime supérieur à celui fixé par
la compagnie d’assurances.

* Les intermédiaires en assurance

► L’article 289 de code des assurances : « Les opérations d'assurances autres que celles afférentes
aux assurances de personnes, à l'assistance et à l'assurance crédit, ne peuvent être présentées aux
banques et à Barid Al-Maghrib que par les intermédiaires d'assurances définis à l'article 291 »

Commentaire : Il y a certains produits d’assurance que les entités bancaires peuvent commercialiser
et peuvent même mieux vendre : des contrats d’assurance-vie, produits d’assurances liés aux crédits,
à l’épargne pour le financement des études des enfants et à la retraite complémentaire ils ne
nécessitent en effet ni technicité ni compétence particulières.

Pour les autres produits, comme les assurances multirisques, responsabilité et dommages qu’on
trouve dans les compagnies d’assurance, “les banques ne doivent pas les commercialiser. Elles ne
disposent pas au sein de leurs agences, de conseillers en assurance pouvant orienter les clients vers
les produits adéquats c’est pourquoi il faut s’aligner avec les intermédiaires en assurance (agents
généraux et courtiers), ces intermédiaires peuvent être des personnes morales par exemple dans le
cas ou la banque crée son propre bureau de courtage elle fera appel à des agents et des courtiers en
assurances