Vous êtes sur la page 1sur 50

République Algérienne Démocratique et

Populaire

Ministère de l'enseignement Supérieur et

La Recherche Scientifique

Université de Ghardaïa

Faculté des Sciences et Technologie


Département d hydraulique
Et de Génie civil
R apport de stage en vue de l'obtention du diplôme de
Licence académique en génie civil
Spécialité :génie civil

THEME:

Réalise par: Encadr e par:


-- Mme .AZZOUZ
-

ANNEE UNIVERSITAIRE
2019/2020
SOMMARE
Introduction………………………………………………………………………………02

Création ……………………………………………………………………………………03

I. Organisation générale

Activités ………………………………………………………………………03

Dénomination et statut juridique……………………………………………….04

Portée du système de gestion ……………………………………………………..04

Champ d'action/ organigramme……………….…………………………………04

II. LES ESSAIS AU LABORATOIRE

L'analyse granulométrique…………………………………………………………06

La masse volumique des granulats ……………………………………………11

Las Angeles………………………………………………………………………………14

Limites datte berg ……………………………………………………………………18

Mesure de coefficient d'aplatissement………………………………………23

La teneur en eau ………………………………………………………………………25

D'équivalent de sable…………………………………………………………………27

Essai micro deval ………………………………………………………………………30

III. Essai sur béton

Composition des béton………………………………………………………………33

Béton prêt al empiol…………………………………………………………………36

Essai d'affaissement …………………………………………………………………38

Essai décrassement d'éprouvette………………………………………………42

Conclusion générale…………………………………………………………………46

Bibliographie……………………………………………………………………………46

1
Introduction
La construction d'un élément en béton arme se compose dune succession
détapes dont aucune ne doit être négligée. Apres la conception se la
forme et des détails et le dimensionnement de la section et des armatures ,
intervient le choix définitif des matériaux nécessaires (type de béton et
d'aciers), les critères déterminant étant la résistance (état de ruine),la
déformabilité (état de service), la durabilité (protection des armatures) et
la mise en place (réseau d'armatures et ouvrabilité du béton). Suivant les
spécifications , les composants du béton peuvent être choisis pour
optimiser les performances selon l'un ou l'autre de ces critères parfois
contradictoires . le contrôle de la qualité lors du bétonnage et un
traitement de cure approprie (protection du béton contre la dessiccation et
les hautes ou basses températures pendant le durcissement) sont deux
éléments primordiaux.

:Création

2
LTP-Sud a été crée le 12 mars 1983 par décret n 83 -186 en octobre
1989 ,il est devenu une entreprise autonome dont le propriétaire est le
holding public réalisations et Grands Travaux et en 1998 , il a été
. transforme en filiale faisant partie du groupe LCTP

Organisation générale:

1- Activités :
 Il est spécialise dans les domaines suivants(détails du champ
d'activités):
 Les études géotechniques routières et aéroportuaires .
 Les études géotechniques pour sol de fondation.
 Les études géométriques et géophysique.
 Les études géométriques des traces routiers et des
infrastructures aéroportuaires .
 Les études techniques des petites retenues d'eau .
 Les études d'assainissement et d A.E.P.
 Le contrôle et suivi de réalisations de routes, aérodromes ,
ouvrages d'art et bâtiments.
 Contrôle des matériaux(béton , liants hydrocarbonés, granulats ,
eau , etc.…).
 Auscultation des chaussées au HWD.
 Mesure d'uni au RSPS mark III L2.2.
 Contrôle de l'adhérence RST et tache de sable.
 Contrôle de signalisations horizontales.
Dénomination et statut juridique:
Le laboratoire des Travaux Publics du Sud dénomme en abrège(LTPS) est
une entreprise publique économique (EPE) société par actions , a
caractère commercial .
Portée du système de gestion:
Le système de gestion du LTPS s'applique aux activités
detudes,controles, d'expertises, essais en laboratoire et in-situ

Champ d'action:

3
Le L-T-P-sud étend son champ d'action pratiquement sur 3/4 de la
superficie de lacerie il est implante dans les wilayat mentionnées ci-
dessous , ce qui lui permet de répondre aux sollicitions de la clientèle sur
la majeure partie du territoire national.
1.Adrar 2.El-Bayad 3.EL-Oued 4.Ghardaïa 5.Illizi 6.Laghouat
7.Msila 8.Ouargla 9.Tamanrasset

Organigramme:
DIRECREUR GENERQL
DEPARTEMETN
TECHNICO
Secrétariat GD
COMMERCIAL
Hygiène et sécurité
Responsable
management
Cellule audit

Service
DFC
informatique
Dept combtabili DEPT
TE D.T FINACES D.A.L

DEPT RH ET Service Departemen


S.GSTION
FORMATION maintenance Tessai spéciaux
MATERIEL

CONTENTIEUX Unité de Ghardaïa

Département la Antenne de UNITE DE OURGLA


boratoire Laghouat
DEPARTEMENT DEPARTEMENT
Département Antenne d el LABORATOIRE COMPTABILITE
DT ADM
Département Antenne
Département étude
contrôle Tamanrasset Antenne d el - oued

Département contrôle
Service sondage Antenne d Adrar Antenne d – Illizi
Service gestion
Service gestion parc Antenne d in – Salah Antenne Boussaâda
Service gestion parc
BUT parc

4
DEUXIEME PARTIE
LES ESSAIS AU LABORATOIRE

5
L’analyse granulométrique
: INTRODUCTION

L’analyse granulométrique d’un sol est l’étude des dimensions des


diamètres des grains, leur distribution, de différencier les sols entre eux,
roche, gravier, argile .La détermination de la distribution de la taille des
particules, ou en composition granulométrique du sol, est appelée analyse
granulométrique d’un sol. Les sols sont classés en fonction de leurs
.grosseurs déterminées par tamisage sur des tamis ou passoirs

Tamisât : Le tamisât (passant) désigne la quantité totale des grains qui


.traverse un tamis

Refus : On entend par refus la quantité des grains retenue par un tamis
.donné

: But de l’essai
Le but de l’essai se matérialise par plusieurs points. Nous avons entre
: outré

 Le dimensionnement des particules qui varie entre 10-6 mm à


1000 mm.
 La classification utilisée pour caractériser les grains de différentes
dimensions.
 L’établissement de la courbe granulométrique qui donne
des informations très précises sur le sol étudié.

: Principe de l’essai
L’essai consiste à classer les différents grains constituant l’échantillon en
utilisant une série de tamis, emboités les uns sur les autres, dont les
dimensions des ouvertures sont décroissantes du haut vers le bas. Le

6
matériau étudié est placé en partie supérieure des tamis et le classement
.des grains s’obtient par vibration de la colonne de tamis

Avant l’opération de tamisage, l’échantillon est lavé au dessus d’un tamis


de 0.063 mm afin d’éliminer les fines et éviter ainsi l’agglomération des
grains, ceci pouvant fausser les résultats de l’analyse. L’analyse
granulométrique est conduite sur la fraction refusée par le tamis de 0.063
.mm

: Parties théorique
: Materiel utilisé

 une série de tamis normalisés.


 une étuve à température constante.
 Une balance.
 Un tamiseur mécanique.
 Une série de tares pesées préalablement.

: Mode d’opératoire

On sépare les grains par tamisage sur la série de tamis disposés en colonne
dans l’ordre décroissant (c’est-à-dire que l’ouverture de tamis décroit de
haut en bas) comme suit : On emboite notre série normalisée de tamis les
un sur les autres en s’assurant de l’ordre décroissant d’ouverture (la plus
grande ouverture en haut jusqu’au plus petite en bas). On met la série dans
une tamiseuse mécanique, on verse lentement notre échantillon dans le
tamis supérieur et on met notre tamiseur en marche pendant 5 minutes.
.Après l’arrêt de la tamiseuse mécanique on pèse le refus de chaque tamis

7
Tamiseuse mécanique Tamis

: Parties pratique
: Le tableau

tamisât Refuse
)%( cumuli )%( cumuli )%( refuse refuse (g) D
98,73 1,27 1,27 25,33 16
89,43 10,57 9,30 185,98 14
75,93 24,07 13,51 270,18 12,5
50,13 49,87 25,79 515,88 10
31,41 68,59 18,72 374,36 8
15,02 84,98 16,39 327,84 6,3
10,47 89,53 4,55 91,05 5,6
3,86 96,14 6,61 132,10 4
2,26 97,74 1,61 32,11 Fond

8
: Les résultats
Mg =2kg =2000 g

: )%( Calcule de refus

D=16mm (25.33*100)/2000= 1,27%

D=14mm (185.98*100)/2000= 9.30%

D=12.5mm (270.18*100)/2000= 13.51%

D=10mm (515.88*100)/2000= 25.79%

D=8mm (374.36*100)/2000= 18.72%

D=6.3mm (327.84*100)/2000= 16.39%

D=5.6mm (91.05*100)/2000= 4.55%


D=4mm (132.10*100)/2000= 6.61%

Fond (32.11*100)/2000= 1,61%

: )%(Calcule de refus cumulé

% D=16mm 0+1,27 = 1,27

% D=14mm 1,27 + 9.30 = 10,57

% D=12.5mm 10,57+ 13.51= 24.07

% D=10mm 24.07+25.79= 49.87

% D=8mm 49.87+18.72=68.59

% D=6.3mm 68.59+16.39=84.98

% D=5.6mm 84.98+4.55=89.53

% D=4mm 89.53+6.61=96.14

% Fond 96.14+1.61=97.74

: )%( Calcule de Tamisât cumulé

D=16mm 100-1.27=98.73%

D=14mm 100-10.57=89.43%

9
D=12.5mm 100-24.07=75.93%

D=10mm 100-49.87=50.13%

D=8mm 100-68.59=31.41%

D=6.3mm 100-84.98=15.02%

D=5.6mm 100-89.53=10.47%

D=4mm 100-96.14=3.86%

Fond 100-97.74=2.26%

: Le graphe

)%( élumuc tasimat


00.021

00.001

00.08
)%( élumuc tasimat
00.06

00.04

00.02

00.0
61 41 5,21 01 8 3,6 6,5 4 dnof

: Calcule de coefficient de HAZEN

Cu = d60/d10 = 11.5/5.6 Cu = 2.1

: Calcule de coefficient de CORBURE

Cc= d230/d10*d60= 82/5.6*11.5 Cc = 0.99

10
: Conclusion
L’analyse granulométrique d’un sol a pour but de déterminer les
dimensions des grains qui le Constituent, par conséquent elle nous permet
de connaître la nature de notre sol. D’une manière générale, les particules
d’un sol ont une forme quelconque et la définition de leur dimension
n’est pas aisée. Les grains de sol sont analysés par des tamis ou passoire.
La dimension d’un grain est alors, par définition le diamètre de tamis qui
.le laisse juste passer

la masse volumique des granulats


: Introduction
La masse volumique, aussi nommable densité volumique de masse est
une grandeur physique qui caractérise la masse d'un matériau par unité
.de volume
Elle est généralement notée par les lettres grecques ρ (rhô) ou µ (mu). On
utilise ces deux notations en fonction des habitudes du domaine de
travail. Toutefois, le Bureau international des poids et mesures (BIPM)
: recommande d'utiliser la notation ρ. Elle est déterminée par le rapport
ρ=m/v
• La masse volumique apparente d'un matériau est la masse
volumique d'un mètre cube du matériau pris en tas, comprenant à la
fois des vides perméables et imperméables de la particule ainsi que
les vides entre particules.
• La masse volumique apparente d'un matériau pourra avoir une
valeur différente suivant qu'elle sera déterminée à partir d'un
matériau compacté ou non compacté.

: But de l’essai
Cet essai permet de déterminer la masse volumique apparente et absolue
.d’un corps (sable, gravier)

: Principe de l’essai
: Mesurer La masse volumique apparente et absolue avec deux méthodes
.Méthode de l'éprouvette graduée et Méthode du ballon

: Partie théorique

11
: Matériel utilisé
 Eprouvette
 Granulats
 Eau
 Récipient

: Mode d’opératoire
1. Remplir une éprouvette graduée avec un volume V1 d'eau.
2. Peser un échantillon sec M de granulats (300 g) et l'introduire dans
l'éprouvette en prenant soin d'éliminer toutes les bulles d'air.
3. Lire le nouveau volume V2.

: Le schéma

: Partie pratique
La masse volumique
apparente : ρ app = M/V
Gravier
1.35
0.0019477
693.12
Sable de me
1.35
0.0019477
693.12
Sable de carrière (co
1.45
0.0019477
744.46

La masse volumique absolue : ρ abs = M/(V2-V1)

Gravier
0.395 M(kg)

12
V1= 0.0005 V2=0.000635 V(m3)
2925.92 ρ app(kg/m3)
Sable de mer
0.345 M(kg)
V1= 0.0005 V2=0.00061 V(m3)
3136.36 ρ app(kg/m3)
Sable de carrière (concasseur)
0.395 M(kg)
V1= 0.0005 V2=0.00063 V(m3)
3038.46 ρ app(kg/m3)

: Conclusion
La masse volumique est une grandeur utilisée essentiellement avec les
substances se présentant sous forme de granulés, on désigne également
par masse volumique apparente le rapport de la masse d'un ensemble
hétérogène à composition définie de substances distinctes, éventuellement
.stockées séparément, par le volume total occupé par ces substances

Los Angeles
: Introduction
Les caractéristique intrinsèques des gravillons sont liées à la nature
même de la roche mère et ne peuvent pas être améliorées par le
technicien. Il s’agit de dureté, la résistance à l’usure par frottement et la
.résistance au polissage

La dureté est destinée à évaluer la résistance des granulats à la


fragmentation sous l’action du trafic. Elle est mesurée par l’essai « los

13
Angeles » ou par l’essai de fragmentation rapide ; ce dernier est plus
.rapide, mais nécessite une confirmation par le los Angeles

: Définition et But de l’essai


C’est un essai d’usure par fragmentation autrement dit de résistance aux
.chocs des roches et granulat
Ce mode opératoire est issu de l’essai américain défini par la norme
ASTM C.131.55
L’essai (N.F. P18.573) permet de mesurer les résistances combinées à
fragmentation par chocs et à l’usure par frottements réciproques des
.éléments d’un granulat
Il s’applique aux granulats utilisés pour la constitution des assises de
.chaussée, y compris les couches de roulement

Le matériau évolue pendant l’essai,


d’une part par suite du choc des boulets
sur le granulat (rupture fragile des
éléments), d’autre part par frottement des
éléments les uns sur les autres, sur le
.cylindre de la machine et sur les boulets

: Domène d’application-
 Gravillons pour chaussées et béton
hydraulique.
 Détermination de la résistance aux chocs.

: Principe
L'essai Los Angeles est utilisé pour déterminer la résistance à la
fragmentation d'un échantillon de granulat. Le coefficient Los Angeles
obtenu est le pourcentage de l'échantillon initial passant au tamis de 1.6
mm après fragmentation dans un cylindre de la machine los Angeles en
présence de boulets d'acier 500 en rotation. Plus le pourcentage Los
Angeles (noté LA) est bas, plus l'échantillon est résistant à la
.fragmentation

: APPAREILLAGE

14
En plus des appareillages usuels de laboratoire il convient de disposer
: de

machine Los Angeles, composée d'un cylindre et d'un moteur. Le -


cylindre mesure à l'intérieur (508 +/- 5) mm et a un diamètre de (711 +/-
5) mm et fabriqué avec une tôle de 12 mm d'épaisseur. Le moteur doit
permettre d'entrainer ce cylindre à une vitesse comprise entre 31 et 33
tours par minute et être équipé d'un compte tours permettant un arrêt
.automatique après 500 tours

.boulets d'acier 12 -

.balance précise au gramme de porte 20kg-

.colonne de tamis de 1,6 mm-

MODE OPERATOIRE : Pour ce essai, préparer par lavage et tamisage


la masses de classe granulaire B suivante le tableau, en rajoutant le
: nombre de boulets indiqués

D C B A Classes
granulaires
6 9 11 12 Nombre de
boulets
2510g 3340g 4600g 5010g Poids a 20g
prés

1. Mettre la prise d'essai et les boulets replaces le couvercle et serrer


les boulons de fixation.
2. Mise en route de l’essai en faisant effectuer à la machine 500
rotations à une vitesse régulière comprise entre 30 et 35 tr/mn.
3. Enlever le granulat après l’essai.

Après Avant

15
4. Recueillir le granulat dans un bac placé sous l’appareil, en ayant
soin d’amener l’ouverture juste au dessus de ce bac, afin d’éviter
les pertes de granulat.
5. tamiser le matériau contenu dans le bac, sur le tamis de 1,6mm ; le
matériau étant pris en plusieurs fois afin de faciliter l’opération.
6. Recueillir et laver les granulats restant au tamis de 1.6 mm en
éliminant tous le passant à ce tamis.
7. Sécher et peser le refus à 1.6 mm

: Formulation
Si M est la masse du matériau soumis à l'essai et m la masse des
éléments inférieurs à 1,6 mm produits au cours de l'essai, la
résistance à la fragmentation aux chocs est exprimé par le
coefficient Los Angeles LA

.LA=100(mi-mf)/mi

Cet essai est également utilisé pour vérifier la sensibilité au gel des
-gravillons conformément à la norme NF P18

: Interprétation-
NATURE DE GRANULAT Coefficient LA
Très dur 20<
Dur à 25 20
Assez dur à 30 25
mi-dur à 40 30
Tendre à 50 40

: Calcule
5000g=

16
Mi :le poids initial de gravier

4724g
Mf : le poids final =
de gravier après tamisage

LA= 100×(5000-4724) /5000 5,52% =


LA=5,52%%%%%%

Alors Solon le tableau ci-dessus en va classifier notre sol

.LA <20 Granulat très dur

: CONCLUSION

L’essai de los Angeles nous permet de connaître la naturedu granulat

pour leur utilisation dans le domaine de construction.

Cet essai est très important pour l’ingénieure de génie civil par ce que il

besoin de cet essai dans la vie professionnelle pour fait une classification

de granulat.

LIMITES DATTEBERG
Définitions
Limes limites d’atte berg sont des constantes physiques conventionnels
: qui marquent les seuils entre

17
- le passage d’un sol de l’état liquide à l’état plastique (limite de
liquidité w l ).
- le passage d’un sol de l’état plastique à l’état solide (limite de
plasticité w p ).
La transition d'un état à un autre est très progressive, c'est pourquoi
toute tentative pour fixer la limite entre deux états comporte une
part d'arbitraire. Néanmoins, on utilise les limites définies par Atte
.berg et précisées ensuite par Casa grande

: On définit

la limite de liquidité, notée ws qui sépare l'état liquide de l'état -


,plastique

la limite de plasticité, notée wp qui sépare l'état plastique de -


,l'état solide

la limite de retrait, notée ws qui sépare l'état solide avec retrait -


.de l'état solide sans retrait

La différence I p = w l−w p qui définit l’étendue du domaine plastique


.est particuliérement importante, c’est l’indice de plasticité

Principe de l’essai
L’essai s’effectue en deux phases

.recherche de la limite de liquidité à l’aide de l’appareil de casa grande/1

recherche de la limite de plasticité par formation de rouleaux de 3mm /2


.de diamètre

18
Préparation de l’échantillon
.a/ prendre l’échantillon du sol et l’imbiber dans l’eau pendant 24heures

b/ tamiser l’échantillon imbibé par voie humide sur un tamis de 040mm.


.Laisser décanté pendant 12heures

c/ l’eau claire surnageant est siphonnée l’eau excès dentaire étau évaporée
à l’étuve(60°c)

Limite de liquidité w1
Méthode de Casa grande
But de l’essai
Recherche de la teneur en l’eau pour laquelle un rainure dans un sol
placé dans la coupelle de casa grande se referme sur 1cm lorsqu’il est
.à 25 chocs répétés

Matériels utilisé
- appareille de casa grande.
- outil a rainuré.
- Coupelle.
- Verres de montres tarés.
- Pissette.
- Spatule.
- Bascule électronique.
- Four électrique.

Appareillage pour la détermination de la limite de liquidité

19
Mode opération
- rempli la coupelle de casa grand d’une certaine manière avec
l’échantillon.
- Réaliser la rainure au milieu de la couple.
- Soumettre la couple a une série de choc régulier.
- Note le nombre de coups pour la rainure se referme sur 1cm
environ.
- Prélever à l’aide de la spatule 1 échantillon au voisinage de
l’endroit au la rainure s’est refermée.
.Mesurer la teneur en eau de ce échant ion

Par définition, la limite de liquidité est la teneur en eau qui


.correspond à une fermeture en 25 chocs

Si on étudie la relation qui lie le nombre de chocs N à la teneur en


eau w, on constate que la courbe représentative de cette relation est
une droite en coordonnées semi-logarithmi- ques (échelle
arithmétique pour les teneurs en eau, logarithmique pour le nombre
de chocs) lorsque le nombre de chocs est compris entre 15 et 35. On
réalise cinq essais qui doivent s'échelonner régulièrement entre 15 et
35 ou, mieux, entre 20 et 30 chocs. La droite la plus représentative
est ensuite tracée à partir des points expérimentaux

Limite de liquidité

Pour le même intervalle des valeurs de N, la formule approchée


0 . 121
N en eau du sol au moment de l’essai
w : teneur
w l=w ( )
N :25
nombre de choc correspondant a la fermeture

20
Limite de plasticité wp
But de l’essai
’Recherche de la teneur en eau manuellement se fissure au se casse lorsqu

.on le roule ou lorsqu’ on le soulève de 1cm environ en son centre

Mode opération
- sécher le sol malaxant sur le marbre et en l’étalant.
- Former une boulette avec une partie de l’échantillon puis roules
la à la main sur la marbre de façon à former un rouleau de 3mm
de diamètre ape père,sur une largueur de 10/15cm environ.
- Si aucune fissure n’apparait, le rouleau est réintégrer à la
boulette.la pote est de nouveau malaxée tout en la séchant un peu.
- La limite de plasticité est obtenue quand le rouleautte int 3mm sur
15cm et qu’il se fissure lorsqu’ou le souléve de 1cm en son
centre.
- Effectuer une mesure en eau de a rouleau.
.On exécute en général, 2 essais pour déterminer cette limite

:Indice vide plasticité


L’indice de plasticité Ipest la différence entre la limite de plasticité et
la limite
de liquidité, il mesure l’étendue du domaine de plasticité du sol. Il
s’exprime
: donc par la relation

21
Ip = WL – Wp

conclusion
Nous pouvons dire que pour tout projet de construction, que se soit
une route, un pont ou un bâtiment, l’étude complète s’avère nécessaire
d’où une bonne connaissance de ce sol. La reconnaissance du terrain en
place est donc un des préliminaires indispensables ; l’un des moyens les
.plus sûres est de prélever des échantillons autant que possible intacts
Il faut dans tout les cas compléter cette indication par une analyse

Mesure de cœfficient d’Aplatissement


1. BUT  :
L'élaboration des bétons de ciment, ainsi que la réalisation des
corps de chaussées et des couches de roulement, nécessitent de
n'utiliser que des granulats ayant une forme assez ramassée à
l'exclus

22
.ion des granulats plats

La détermination du coefficient d'aplatissement est


l'un des tests permettant de caractériser la forme
.plus ou moins massive des granulats

2. MATÉRIELS NÉCESSAIRES  :
Le CA s’obtient en faisant une double analyse
granulométrique, en utilisant successivement, et pour le même
: échantillon de granulats

une série de tamis normalisés à mailles carrées -

.une série des grilles -

3. FORME D'UN GRANULAT ET COEFFICIENT


D'APLATISSEMENT :
La forme d'un granulat est définie par trois grandeurs
: géométriques

La longueur L, distance minimale de deux plans parallèles -


,tangents aux extrémités du granulat

L'épaisseur E, distance minimale de deux plans parallèles -


,tangents au granulat

La grosseur G, dimension de la -
maille carrée minimale du tamis qui laisse
.passer le granulat

Le coefficient d'aplatissement A d'un -


ensemble de granulats est le pourcentage
pondéral des éléments qui vérifient la
: relation

PRINCIPE DE L’ESSAI :
: L’essai consiste en une double opération de tamisage

.Tamisage classique sur une colonne de tamis à mailles carrées .1

23
Les différentes classes granulaires d/D sont tamisées sur les .2
.grilles correspondantes

.On pèse le refus de chaque tamis à mailles carrées -

On tamise le refus (Mg) de chaque classe granulaire d/D sur la grille -


.correspondante, soit (Me) les passants sur la graille

La correspondance entre classes granulaires d/D et grilles de largeur E est


: donnée dans le tableau suivant

EXPRESSION DU COEFFICIENT

D’APLATISSEMENT :
Pour une classe granulaire d/D donnée, on peut définir un
: coefficient d’aplatissement partiel

.Mgi = la masse de refus de chaque classe granulaire d/D

.Mei = la masse passante à travers la grille correspondante

Le coefficient d’aplatissement global A s’exprime en


intégrant les valeurs partielles déterminées sur chaque
: classe granulaire

24
La Teneur en eau
1. BUT DE L'ESSAI :
Il s'agit de déterminer la proportion pondérale de l'eau contenue
.dans un Échantillon de sol

2. PRINCIPE DE L’ESSAI :
Un échantillon de sol comprend des éléments solides, liquides et
:gazeux. D'une manière générale, le sol est donc compose de

Grains solides ·

L’eau ·

L’air ·

,V : volume total de l’échantillon ·

,Va: volume d’air contenu dans l’échantillon ·

,Vw: volume d’eau contenu dans l’échantillon ·

,Vs: volume des grains solides contenus dans l’échantillon ·

W : masse total de l'échantillon ·

,Wa: masse de l’air contenu dans l’échantillon (Wa ≈ 0) ·


,Ws: masse des grains solides contenus dans l’échantillon ·

Ww: masse de l’eau contenue dans l’échantillon ·

L'essai consiste à déterminer la masse Ww de l'eau contenue dans


un échantillon de sol en pesant le matériau en état, puis après l'avoir
sécher pour éliminer toute l'eau. On obtient alors Ws, la masse des grains
.solides (la masse de l'air étant Supposé nulle)

Il existe plusieurs moyens de séchage. Ce cours se limite au cas de


.séchage en laboratoire par la mise à l'étuve ou au four à micro-onde

1. MATÉRIEL NÉCESSAIRE :

Echantillonneur (éventuellement) _

Cuillères ou louche de laboratoire _

Récipients métalliques _

Tares _

,Etuve ou four à micro-onde 700 W _

.Balance de précision (0,1g) _

2. MODE OPERATOIRE :

Peser le matériau dans l’état dans lequel il se trouve, c’est-à-dire ·


humide : Mh

Le sécher (étuve 105C / 24) ·

Le peser sec : Ms ·

3. EXPRESSION DES RESULTATS :

: )%( La teneur en eau s'exprime en pourcentage

 = 100 x (Mh – Ms) / Ms


Essai d’équivalent de sable
1. BUT:

Essai utilisé de manière courante pour évaluer la propreté des sables


entrant dans la composition des bétons. Il consiste à séparer les particules
fines contenues dans les éléments sableux plus grossiers. Une procédure
normalisée permet de déterminer un coefficient d’équivalence de sable
.qui quantifie sa propreté

2. MATÉRIEL NÉCESSAIRE :

.Eprouvettes en Plastique, avec deux traits repères et leurs bouchons ·

L’échantillonneur .

.Entonnoir pour introduire le sable ·

.Solution lavant, le siphon et le tube souple ·

.Tube laveur métallique plongeant ·

.Machine agitatrice (Si disponible) ·

.Réglet métallique pour la mesure des hauteurs des sables et floculats ·

.Piston tare à masse de 1 kg pour la mesure de l'ES ·

3. PRÉPARATION DE L’ÉCHANTILLON POUR L’ESSAI :

 On prépare une masse comprise entre 500 et 700g de la


fraction 0/5mm, l’humidifie afin d’éviter la perte d’éléments fins.
Après, on prépare trois échantillons comme suit :
 Le 1er échantillon dont sa masse comprise entre 100 et 200
sert à déterminer la teneur en eau
 Le reste diviser sur l’échantillonneur a fin de calculer la
masse prise à l’essai des deux autres échantillons et qui est égale à :
M=120× (1+/100)

MODE OPÉRATOIRE :

On remplit les deux éprouvettes avec la solution lavante jusqu’au


repère inférieur.
On verse l’échantillon préparé à l’aide de l’entonnoir en frappant
la base de l’éprouvette par la paume de la main pour éliminer les
bulles d'air.
On laisse les éprouvettes reposer pendant 10min.
on bouche les éprouvettes et on les agite par des mouvements
rectilignes, pendant 30 seconds a laide d’un agitateur.
Laver et remplir les éprouvettes jusqu’au 2eme trait repère, avec le
tube plongeur.
on laisse les éprouvettes décanter à nouveau pendant 20min en
évitant toute vibration.
Mesurer a vue l’hauteur h1, à l’aide d’une règle métallique.
Descendre le piston taré dans le liquide à travers le floculat, le
manchon prenant appui sur le bord supérieur de l'éprouvette, et
l'immobiliser au contact du sable. Mesurer alors h2.
Ces opérations sont identiques pour les 2 éprouvettes réalisées sur
chaque sable.
Les mesures h1, h2 doivent être faites avec la précision du mm.

la hauteur h1 : sable propre + éléments fins


 la hauteur h2 :
sable propre
seulement
4. EXPRESSION DES RÉSULTATS :

L’équivalent de sable est par définition le rapport entre la hauteur de dépôt


: solide h2 et la hauteur de floculat h1
Les materiels pour lessa
agitater electrique

Essai Micro Deval


BUT :
L’essai Micro Deval permet de déterminer la résistance à
.l’usure des roches

PRINCIPE :
L’essai consiste mesurer l’usure des granulats produite par
frottement dans un cylindre en rotation dans des conditions bien
déterminer par frottement entre les granulats et les charges
.abrasives

MATÉRIEL NÉCESSAIRE :

 Tamis : 1.6 – 4 – 6.3 – 8 – 10 – 14 – 25 – 50.


 L’appareil micro-Deval, comporte 4 cylindres creux, fermés
en extrémités.
 Charges abrasives en acier inox.
 Un moteur une vitesse de rotation régulière de 100
tr/min.
 Un compte-tours arrêté automatiquement a la fin de l’essai.
Cylindre creux Charges abrasives

MODE OPÉRATOIRE :

 Laver l’échantillon, le sécher à l’étuve jusqu’à masse constante


et le tamiser à sec sur les tamis de la classe granulaire choisie.
Introduire dans le tambour une masse (M) de 500g±2 de
l’échantillon préparé pour les gravillons compris entre 4-
14mm et de 10Kg pour les granulats compris entre 25-
50mm.
 Ajouter une masse de charges abrasives suivant les classes
granulaires (voir tableau page suivante) :
observations Charges Masse Classe
abrasives d’échantillon granulaire
(g) pour essai (mm)
(g)

------  5 2000 500 6.3 - 4 Gravillons


compris
------  5 4000 500 10 - 6.3
entre 4 et
------  5 5000 500 14 - 10 14 mm

Contient 60% de 25 Sans 10000 50 - 25 Granulas


– 40 charges compris
abrasives entre 25 et
50 mm

 Ajouter une quantité de 2.5l d’eau pour effectuer un essai en


présence d’eau et 2l pour les classes 25-50.
 Placer le tambour dans l’appareil Micro Deval à une vitesse
de rotation de 100tr/min pendant 2 heures.
 Recueillir les granulats et la charge abrasive
dans un bac, il faut éviter la perte de matériau, laver à l’aide de la
pissette l’intérieur du cylindre.
 Tamiser le matériau dans le bac sur les tamis
de 1.6mm puis le sécher le refus a 1.6mm l’étuve et peser ce
refus de masse m.

1. EXPRESSION DES RÉSULTATS :

: Le coefficient de Micro Deval MDE ou MDS

.Avec m est la masse sèche des refus de 1,6mm

Appareil Micro Deval


composition du béton

INTRODUCTION:
Les méthodes de calcul de la composition du béton sont nombreuses et il
n’existe pas de méthode qui soit universellement reconnue comme étant
la meilleure. Une composition de béton est toujours le résultat d’un
.compromis entre une série d’exigences généralement contradictoires
Une méthode de composition du béton pourra être considérée comme
Satisfaisante si elle permet de réaliser un béton répondant aux exigences
: suivantes

 Le béton doit présenter, après durcissement, une certaine


résistance,
 Le béton frais doit pouvoir facilement être mise en œuvre
(ouvrabilité),
 Le béton doit présenter un faible retrait et fluage peu important,
 Le coût du béton doit rester le plus bas possible,
Parmi les méthodes de composition les plus connues on peut citer celles
de Bolomey, Dreux, Faury, Joisel et Valette. Les différences principales
entre ces méthodes résident entre autres dans la définition de la courbe
granulométrique de référence, selon que l'on inclue ou non le ciment dans
les matières fines. Pourtant, toutes ont un point commun, elles dépendent
de paramètres qui sont intimement reliés aux caractéristiques
morphologiques

Des matériaux utilisés (nature et qualité des granulats, type de liant, etc.).
C'est pourquoi, connaissant la nature éminemment variable des
composants du béton et surtout des granulats, il est absolument nécessaire
lors de la définition d'une composition de béton de compléter le calcul
théorique des quantités des divers composants par un essai de gâchage et
par des essais de résistance après durcissement. Pour le béton frais, l'essai
de gâchage permet de contrôler que les propriétés du béton frais sont
conformes aux exigences, ou sinon d'effectuer les corrections nécessaires
.(soit en agissant sur la composition, soit au moyen d'adjuvants)

Il faut noter aussi qu’une étude effectuée en laboratoire doit généralement


être adaptée ultérieurement aux conditions réelles du chantier
: COMPOSITION DES BETON
:  DEFINITIONS )1
: Le béton est constitué de deux parties essentielles

LES GRANULATS LA PATE DE CIMENT

ß ß

SABLE+GRAVILLON CIMENT + EAU


L’étude de la composition d'un béton consiste à définir le mélange de ces
différents constituants pour obtenir un béton dont les qualités soient celles
.recherchées pour la construction de l'ouvrage à réaliser

Presque toujours, il s'agit de rechercher deux qualités essentielles :

L'OUVRABILITE LA RESISTANCE
ß ß

Affaissement au Résistance en compression

cône d'Abrams : A du béton à 28 jours : fc28

Mais il faudra, en fonction de l'utilisation du béton, rechercher d'autres


...qualités: Etanchéité, résistance au gel, parement, etc

Il n'existe pas une composition type, mais des méthodes de composition


(FAURY, BOLOMEY, VALLETTE, DREUX-GORISSE,...). Elles sont
toutes basées sur une adaptation de resultants expérimentaux

: FACTEURS ESSENTIELS DE COMPOSITION


: LA PATE DE CIMENT :2.1
Dans le béton frais, la pâte de ciment permet à la fois d'assurer la
fluidité du béton et la cohésion du mélange (plasticité). Ces deux
caractéristiques sont liées à la viscosité de la pâte de ciment et à sa
proportion dans le mélange.
Dans le béton durci, après la réaction d'hydratation du ciment, la pâte de
ciment se transforme en un enchevêtrement de cristaux qui assure le
collage " des granulats et la résistance du béton. Cette fois, c'est la nature
de la pâte qui est fondamentale (nature du ciment et quantité d'eau).
Des expériences ont montré que:
La résistance d'un béton ne dépend que du rapport ciment/eau
(C/E) et de la classe du ciment.
Il faut tout de même une quantité suffisante de pâte de ciment (
)correspondant à environ 200 kg de ciment / m3

La quantité d'eau nécessaire à la réaction d'hydratation du ciment


correspond à un rapport C/E compris entre 1,5 et 2,5. Si on réduit ce
rapport, on introduit une quantité d'eau non liée assimilable à du vide.
.On a donc un affaiblissement de la résistance

Avec un dosage en ciment C constant, l'ouvrabilité augmente


quand le rapport C/E diminue.
L'augmentation de la quantité d'eau E dans le mélange diminue la
.viscosité de la pâte de ciment et augmente la fluidité du béton frais

Le rapport C/E étant constant, l'ouvrabilité croît avec le dosage en ciment.


L'augmentation du dosage C en ciment implique une augmentation de la
quantité de pâte de ciment et donc une plus grande plasticité du béton
frais.

Plus la proportion de pâte de ciment est importante, plus les risques de


.retrait et de fluage sont importants

Composition granulaire :
Il s'agit avant tout d'un problème économique: Le ciment étant le
constituant le plus coûteux du béton, on a intérêt à en limiter la
proportion.
Le principe retenu est donc de déterminer une composition granulaire
( rapport G/S ) conduisant à un mélange laissant un minimum de vides,
qui seront comblés par la pâte de ciment .
La plupart des méthodes sont fondées sur la recherche d'une courbe
granulométrique de référence conduisant à ce minimum de vides inter
granulaire.
:BETON PRET A L'EMPLOI
:  DEFINITIONS ..
Les bétons prêts à l'emploi sont des bétons élaborés en centrales
fixes ou mobiles à partir d'un mélange de ciment, de granulats courants
naturels ou artificiels, d'eau et éventuellement d'adjuvants et d'additions,
dont les composants sont dosés et malaxés pour être livrés prêts à être mis
en place sans autre traitement.
Ils sont transportés de la centrale au lieu d'utilisation dans des véhicules
spécialement équipés de cuves tournantes, ou dans des véhicules à
bennes, ou livrés directement dans un instrument de levage ou de
manutention (benne de grue, pompe...)
TYPE DE BETON :
Le type de béton est désigné en abrégé par les lettres NA (non armé), BA
(béton armé) ou BP (béton précontraint)

BETONS A CARACTERES NORMALISES : BCN


Ce sont des bétons qui, à la commande, sont désignés par BCN suivi de :
la désignation normalisée du ciment et de l'addition éventuelle
entrant dans la composition du liant équivalent;
la consistance désignée par la valeur en centimètres de l'affaissement
mesuré au cône ou par une lettre;
la résistance caractéristique, valeur de la résistance à la compression
à 28 jours désignée par la lettre B suivie de cette résistance en méga
pascals;
la granularité désignée par les dimensions d et D en millimètres du
plus petit et du plus gros grain des granulats;
la classe d'environnement;
le type de béton;
L'utilisateur peut également spécifier des caractères complémentaires
(nature et provenance des constituants, dosage minimal en ciment ou en
liant équivalent, aspect du parement...).

Bétons à caractères spécifiés : BCS


Bétons définis à la commande par BCS suivi de :
la désignation normalisée du ciment et de l'addition éventuelle
entrant dans la composition du liant équivalent;
la granularité désignée par les dimensions d et D en millimètres du
plus petit et du plus gros grain des granulats;
le dosage en eau ou le rapport eau efficace/liant équivalent, ou la
consistance;
la classe d'environnement;
le type de béton;
L'utilisateur peut également spécifier des caractères particuliers autres
que la résistance.

ABAQUE N° 1
Abaque permettant d'évaluer approximativement le dosage en ciment à
prévoir en fonction du rapport C/E et de l'ouvrabilité désirée
(affaissement A au cône d’Asrams)

+
ESSAI D'AFFAISSEMENT
Cet essai est également appelé ESSAI AU CONE D'ABRAMS ou
.SLUMP - TEST

1. But de l'essai:
Il s'agit de contrôler l'ouvrabilité d'un béton, c'est à dire vérifier son
adaptation au moyen de mise en œuvre.
2. Limites d'utilisation:
Ce type d'essai n'est applicable que pour des bétons dont la dimension
maximale D des granulats est £à 40 mm.
3. Matériel utilise: (Voir la photo page suivant)
: L’étude pratique de cet essai nécessite l’usage du matériel suivant

MALAXEUR A BETON DE LABORATOIRE POUR LE


MALAXAGE.
DEUX Le MOULE CYLINDRIQUES METALLIQUES 16X32:
en acier, forme tronconique et sans fond. (voir photo -1-)
 Dimensions : 1) Æ du cercle de base inférieure ...... : 160 mm
: 160 mm Æ du cercle de base supérieure .....)2

3) Hauteur ........................................... : 320 mm


CONE D’ABRAMS EN ACIER GALVANISE A FIXATION
RAPIDE
: Comprenant

 La TIGE de PIQUAGE : en acier, extrémités arrondies.


mm : 16 1) Æ ................................ Dimensions :

mm : 6OO longueur ..................... )2

 Le PORTIQUE DE MESURE : deux montants verticaux reliés


par une traverse à la partie supérieure, sur laquelle coulisse un
réglet.
 MOULE TROCONIQUE
 1ENTONOIRE
La SURFACE D'APPUI de l'ENSEMBLE : rigide, en acier.
Des matériaux (sable, gravie, ciment et eau).
2 éprouvettes graduées en plastique.
Une balance sensible au gramme d’une portée maximum au moins
égale à 30 kg.
Huile pour nettoyer le moule et facilite de décoffrage.
Des bacs et broses métalliques.
Pelle à main, truelle, mains métalliques, spatules, balayette
pinceaux, chronometer.

Moule Malaxeur à béton de laboratoire

Une balance

Mode opératoire:
Préparation des éprouvettes pour l'essai de compression de béton
 Peser les différents matériaux.(prendre: de gravie et de sable).
 L'eau sera mesurée à l'aide d'éprouvette graduée de 3 litres.
 Malaxage du béton à l'aidée de malaxeur.
 - Phase 1: (malaxage 2 minutes) Malaxage à sec du mélange
gravier.
 Phase 2 : (malaxage 3 minutes) Introduction de l'eau, ciment et
sable.
 Huiler légèrement l'intérieur du moule et le fixer sur la plaque
d'appui qui aura été humidifiée.
 Introduire le béton dans le moule, en 3 couches de même
épaisseur. Piquer chaque couche 25 fois à l'aide de la tige.
 Araser la dernière couche en roulant la tige sur le bord du moule.
 Positionner le portique et lire A0.

 Démouler en soulevant le moule avec précaution, lentement,


verticalement et sans secousses.
 Mesurer A1 sur le point le plus haut du béton affaissé.
L’ensemble des applications possibles est résumé dans la figure 1 ci-
dessous.
 Réalisation des éprouvettes

1. Mise en place par 3. Soulèvement du 4. Mesure de


piquage en 3 couches 2. Arasement moule tronconique l'affaissement A
Expression des résultats:
 L'affaissement est exprimé par un nombre entier A :
Un seul essai : A = A1 - A0 *

Trois essais : Effectuer les 3 mesures au ½ centimètre *


.prés

 L'affaissement A est la moyenne des lectures arrondies au


centimètre prés.
En à trouve dans notre essai les résultats suivant:
A1= ; A0= A= - =

Interprétation des résultats:(CONSISTANCE)


D'après la norme NF P 18-010
Désignation simplifiée Classification Affaissement au cône (cm)
F Ferme de 0 à 4

P Plastique à95

TP Très plastique à 15 10

FL Fluide 16 ³

:CONCLUSION

Les essais d'étude sont exécutés sur le béton préparé dans un


laboratoire; les essais de convenance et de contrôle sont exécutés sur le
béton gâché dans la bétonnière ou le malaxeur utilisés sur le chantier.
Les essais sur béton frais sont effectués avant la mise en place du béton.
L'essai d'affaissement permet de connaître le mode de mise en place pour
la confection des éprouvettes.
ESSAI décrassement d'éprouvette
INTRODUCTION

La résistance a l'écrasement ;est lune des propriétés techniques les plus


importantes du béton elle se mesure a laide dune machine de
compression adaptée par des essais décrassement sur des cubes de béton
ou ,le plus souvent ,sur des cylindres de béton

Les tests requis différent d'un pays a l'autre

Pour la conception des constructions , on se protège en divisant la


résistance a l'écrasement ainsi mesurée par un coefficient de sécurité

PRINCIPE

Le test de résistance a l'écrasement consiste a mesurer la charge de


compression nécessaire a provoquer la déformation , la fracturation,
l'éclatement ou l'écroulement d'un échantillon ce type de test peut être
effectue sur une grande variété de produits notamment le carton ondule le
verre les roulements les briques le béton ou tout échantillon pour lequel
une résistance a l'écrasement est importante Ce test est couramment
utilise dans la conception et la validation d'emballages en général un test
de résistance a l'écrasement comporte une limite de charge le matériau
teste est compresse et compare a la limite de charge la charge maximale
la charge a la rupture et le travail a la charge maximal sont calcules

:Descriptif de l'appareillage

La machine utilisée : essai de compression nécessitant une machine


renforcée et un capteur de force de capacité élevée ill. se compose d une
structure rigide que se divise en deux parties

Une partie gauche : d'environ 1.5m de hauteur et dune base carrée


d'environ 400cm de surface dans cette petite chambre on met notre
éprouvette en gardant le centrage sur un plateau inferieur qui se trouve au
niveau de 40cm au –dessus de la terre .Ce plateau mobile en fonction de
la charge appliquée .pendant l'essai operateur de l'appareil est protège par
.un fenêtre de Sécurité

Une partie droite: c'est ou on trouve le moteur qui travaille avec un


système hydraulique avec une certaine capacité de charge maximale.
Aussi un écran qui nous permet de contrôler la vitesse que doit effectuer
la mise en charge. Pour une eprouvette30 cm *15 cm

L'éprouvette utilisée: c'est une éprouvette cylindrique pour l'essai de


béton en diamètre 15 cm hauteur 30 cm . on utilise pour obtenir une
éprouvette 15*30 le moule cylindrique le nombre de couche et le mode de
serrage dépend de la consistance du béton pour une éprouvette cylindriqu
le remplissage se fait en deux couches d'éprouvette est dans un premier
temps remplient moitie le béton ait l'affaissement inferieur 9cm et met en
place avec une aiguille vibrante l'éprouvette est ensuite rempli totalement
et vibrée dune manière identique a la première couche et arasée afin
soutenir une surface plane âpres deal de 24h au cour du quel que béton a
ait prise les éprouvette sont démoulées dentifiées par un numéro et datées
puis conservée en une chambre humide le surfaçage au souffre et la
rectifieuse ces deux méthode assurent la planéité des surfaces en contact
et leur perpendicularité aux génératrices de l'éprouvette le centrage
.permet une compression optimale et régulière de l'éprouvette

Mise en place de l'éprouvette Représentation du plateau


inf
La machine
La machine utilisée dans
notre
:Conduite de l'essai

: Apres surfaçage de l'éprouvette , on procède comme suit

Placer l'éprouvette sur le centre de plateau de la presse. -


- Mettre en marche l'appareil en appliquant une charge croissante
poussivement a une vitesse de 6 mm/s jusqu'a la rupture
-La charge maximale sera enregistrée au cour de l'essai sur la partie
commande.
– L'essai doit être pratique sur 3 éprouvette au minimum , la moyenne des
résultats correspond a la résistance maximum a la compression de béton
.essaye . Mais ce nets pas le cas parce qu' on a utilise une seule éprouvette

:Remarque

Avant d'avoir la rupture de l'éprouvette on a observe la fissuration sur les


parois

Résultats:
âge du béton :7jours

Réf Densité Poids Charge RC RC


éprouvette t/m G Total kn Mpa Moyenne
MP
1 2.50 13300 868 49.14
2 2.49 13200 968 54.81 53.2
3 2.50 13300 983 55.65

RC: la résistance a la compression en Mpa


P: la charge maximal en N
S: la section de l'éprouvette en cm2
: On a trouve

:Par exemple

V=π*R*H V= 3.14*(7.5)2*30 → V=5301.43cm3



00231
: Densité p/v→ 34.1035
D = 2.49t/m3 → D=

:La surface S= 17662.cm2


P la charge : → P = 868KN
3
868 ∗01
= RC RC =49.14Mpa
5.26671

EGRAHC
¿
ECAFRUS
RC

Age du béton : 28 jours

Ref Densite Poids Charge RC RC


eprouvette )t/m3( )G( Total(KN) )Mpa( Moyenne(Mpa)
1 2.55 13290 1230.9 68.50
2 2.51 13279 1228.2 65.56 65.70
3 2.49 13183 1225.5 65.77

:Interprétation de résultats

La résistance a la compression de cette éprouvette a lange de 7 jours est


.de 49.17Mpa et lange 28 jours est de 69.63 Mpa

.C'est très bonne résultat pour la construction

:Conclusion
Pour avoir une bonne résistance a la compression il fau bien respecter les
quantités de dosages des ingrédients , et respecter le rapport eau /ciment
.qui est très important
Conclusion générale
Ce rapport de stage nous a permis d’avoir une idée sur les problèmes que
l’on peut rencontrer dans le domaine pratique et de trouver solution la
plus fiable en mettant la sécurité en premier lieu et l’économie en second
lieu.Ce travail nous a permis d’approfondir nos connaissances et les
mettre en œuvre. Enfin, nous souhaitons que ce projet soit comme un
point de départ pour des autres projets dans notre vie professionnelle, et
.un bon document à ceux qui le consulteront

:Bibliographie

R.dupain :j.c Saint livre de granulats , sols , ciment , et béton.1

Livre de granulats sols, ciments et béton. Caractérisation des matériaux .2


de génie civil par les essais de laboratoire. Terminale STI Génie civil-
BTS bâtiment BTS Travaux publics – DUT – Génie civil MST Génie
.civil – Ecolesd’ingénieurs