Vous êtes sur la page 1sur 9

Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent

II.1 Introduction
La conduction est le phénomène par lequel la chaleur se transmet d'une région à haute
température vers une autre à basse température à l'intérieur d'un milieu solide (liquide ou
gazeux sous certaines conditions) ou entre différents milieux mis en contact.
Le transfert d'énergie se fait par transmission de l’énergie cinétique d'agitation
thermique des particules qui ont une énergie cinétique plus grande dans les régions à
température élevée vers les régions à température plus faible.
Dans la résolution des problèmes de transfert de chaleur par conduction dans les corps
solides on s'intéresse souvent à connaitre le champ de température, ainsi que le flux de
chaleur transmis. Ces données importantes sont essentielles pour optimiser le
dimensionnement de ces corps soumis aux échanges de chaleur, notamment les épaisseurs
de couches d'isolation thermique. Pour cela nous avons besoin de l'équation de base qui
réunit tous les paramètres caractérisant le phénomène de conduction dans un corps solide.
Cette équation est appelée l'équation d'énergie.
I.2 L’équation générale d’énergie
L'équation d'énergie appelée aussi équation de la diffusion de la chaleur ou bien
encore équation différentielle de la chaleur a pour but de permettre de déterminer le champ
de température dans l'espace et dans le temps du corps étudié. Une fois la distribution de
la température est connue, on peut aisément calculer le flux de chaleur transmis par
conduction.

Dans un système de coordonnées cartésien  O, x, y, z  Fig.II.1, l'équation de la


conduction de la chaleur peut être développée en considérant un volume infinitésimal V et
en effectuant le bilan thermique relatif à ce volume pendant le temps dt.
Nous supposons la présence d'une source de chaleur à l'intérieur de ce volume qui
génère une énergie thermique volumique de puissance Q& . g

Nous considérons les hypothèses suivantes :


 Le milieu étudié est homogène (  n’est fonction que de T) et isotrope
   x   y  z  .
 Les paramètres physiques   , CP ,   .
 La déformation du volume élémentaire due à la variation de la température est
négligeable.

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :1


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent

Fig. 11.1 Volume de contrôle en coordonnées cartésiennes.

Le volume de contrôle est soumis à un ensemble de quantité d'énergie à ses surfaces


limitrophes (énergies entrant et sortant) et à l'intérieur (énergie générée et stockée) qui se
résument comme suit :
 Les quantités d'énergies entrant dans le volume de contrôle sont désignées par le flux de
chaleur : Qx , Qy , Qz .
 Les quantités d'énergies sortant par les facettes opposées  x  dx, y  dy, z  dz  il en sort
un flux de chaleur : Qxdx , Qy dy , Qz dz .
 Le développement en série de Taylor de ces grandeurs et en négligeant les termes de rang
élevé, nous obtenons :
Q
Qx  dx  Qx  x dx
x
Q
Qy  dy  Qy  y dy (II.1)
y
Q
Qz  dz  Qz  z dz
z
A l'intérieur du volume de contrôle est générée une certaine énergie à cause de la
présence d’une source de chaleur. Cette énergie générée s’exprime par :

Q& g  qdV  q.dxdydz (II.2)

Où : q est un flux générée par unité de volume en W / m 2 


A l'intérieur du volume de contrôle l'énergie stockée d'exprimée sous forme :
dU
Q& st   dV (II.3)
dt
La variation de l’énergie interne du volume de contrôle en fonction du temps est égal à :
dU dT
C (II.4)
dt dt

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :2


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent
Ainsi, l'énergie stockée dans le volume de contrôle est égale à :
dT
Q& st  CP dxdydz (II.5)
dt
Bilan d’énergie :

Le flux de
Qe + Qg = Qs + Qst chaleur stockée
Le flux de
chaleur entrant

Le flux de chaleur Le flux de


générée chaleur sortant

Qx  Qy  Qz   Qxdx  Qy dy  Qz dz   qdV


dT
&  CP dV (II.6)
dt
Relativement à la section perpendiculaire à l’axe des x, les quantités de chaleur
s'expriment grâce à la loi de Fourier :
T
dQx    dydz 
x

dQx  dx  dQx   dQx  dx  ...  série de Taylor 
x
T   T 
dQx  dx    dydz      dydz   dx
x x  x 
  T 
dQx  dx   T  dx dydz
x  x 

Le bilan thermique relativement à l’axe des (x) est donnée par :


T T  2T   T 
dQx  dQx  dx   dydz   dydz   2 dxdydz   dxdydz
x x x x  x 
(II.7)
  T 
 dQx  dQx  dx   dxdydz
x  x 
Le bilan des quantités de chaleur transmise par conduction à travers le volume dV est
exprimée par :
dQx  dQx  dx  dQy  dQy  dy  dQz  dQz  dz 
   T    T    T   (II.8)
          dxdydz
 x  x  y  y  z  z  
Le bilan énergétique final est donné par :

T    T    T    T  
 CP dxdydz              dxdydz  qdxdydz
&
t  x  x  y  y  z  z  

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :3


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent

T    T    T    T 
 CP             q& (II.9)
t  x  x  y  y  z  z 

En divisant par  et en introduisant le coefficient de diffusivité de chaleur : a  , nous
 CP
obtenons l'équation de conduction de chaleur sous la forme générale :
 2T  2T  2T q& 1 T
    (II.10)
x 2 y 2 z 2  a t
 T 
 Si la conduction est stationnaire   0  on retrouve l'équation de Poisson :
 t 
 2T  2T  2T q&
   0 (II.11)
x 2 y 2 z 2 
 S’il n’y a pas de génération d'énergie à l’intérieur du système  q&  0  on retrouve
l’équation :
 2T  2T  2T 1 T
   (II.12)
x 2 y 2 z 2 a t
 T 
 Si la conduction est stationnaire   0  , en l’absence de la chaleur générée,
 t 
l’équation porte le nom de Laplace :
 2T  2T  2T
  0 (II.13)
x 2 y 2 z 2
Pour le cas d'étude de la conduction monodimensionnelle, l'équation (II.13) devient :
 2T
0 (II.14)
x 2
II.2.1 L’équation d’énergie en coordonnées cylindriques
Le passage des coordonnées cartésiennes aux coordonnées cylindriques se fait à l’aide
des relations suivantes :

 x  r cos 

 y  r sin 
En appliquant le bilan énergétique au volume de contrôle, on obtient la forme d’équation
de conduction de chaleur en coordonnées cylindrique :

1   T  1   T    T  T
 r  2       q&   CP (II.15)
r r  r  r     z  z  t

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :4


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent

Fig.11.2 : Système de coordonnées cylindriques.

II.2.2 L’équation d’énergie en coordonnées sphérique


Le passage des coordonnées cartésiennes aux coordonnées sphérique se fait à l'aide des
relations suivantes :
 x  r cos  sin 

 y  r sin  sin  Les nouveaux paramètres sont : r , et 
 z  r cos 

Fig.Il.3 : Système de coordonnées sphériques.

En appliquant le bilan énergétique au volume de contrôle, on obtient l’équation de la


conduction de la chaleur en coordonnées sphériques sous la forme :

1   2 T  1   T  1   T  T
 r  2 2   2   sin    q&   CP (II.16)
r 2 r  r  r sin      r sin      t

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :5


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent
II.3 Transfert Unidirectionnel
II.3.1 Paroi plane
On considère un mur (voir fig.11.4) d'épaisseur e, de conductivité thermique  . Et de grandes
dimensions transversales dont les faces extrêmes sont à des températures T1 et T2. Sans source de
chaleur et en régime permanent l’équation de conduction de chaleur se réduit à :

d 2T
0
dx 2
d  dT  dT
 dx  dx  dx  dx  C1
d
 dx T  dx  T  x   C1x  C2
e

Fig .II.4 : Mur plan.


Les constantes d'intégration C1, et C2, sont déterminées à partir des conditions aux limites
ci-dessous :
 à x0  T  0   T1  C2
T2  T1
 à xe  T  e   C1  e   C2  T2  C1e  T1  C1 
e
T2  T1
La solution s’écrit : T  x  x  T1 (II.17)
e
Le flux de chaleur est constant en régime permanent et la loi de Fourier permet
d’exprimer :
dT T T
Q  S.   S   S 2 1 (II.18)
dx e
dT T2  T1
 , est la pente de droite de figure II.4
dx e
e
L'expression de la résistance thermique est donnée par : Rth 
S
Qui peut être représenté par le schéma d'analogue électrique suivant :

T2 . .T 1

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :6


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent
Exemple II.1
Le mur d'un bâtiment est fait de briques ayant une épaisseur 38 cm, et la conductivité
thermique   0, 78 W / mK  . Les températures sur les faces limitatrices du mur sont égales à
18 °C et -15 °C respectivement.

Déterminer :
1- Le flux surfacique qui traverse le mur.
2- La profondeur du mur ou la température est 0°C.

Exemple II.2 :
Quelle est la distribution de températures en régime permanent à l'intérieur d’un mur d'une
maison ? Considérer que le mur sépare une pièce chauffée à 22 °C de l'intérieur à 0°C. En
Supposant que la source de chaleur à l’intérieur du mur est négligeable (q = 0).

II.2.3 Mur plan en contact avec deux fluides :


On considère un mur plan en contact avec deux fluides, où on ne connaît que les températures
des fluides Tf 1 et T f 2 en contact avec les deux parois de mur

Fluide à Fluide à

Fig.11.5 : Mur plan juxtaposée à deux fluides.

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :7


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent
En régime permanent, le flux de chaleur se conserve lors de la traversée du mur et s’écrit :
Q  Q f 1  Qmur  Q f 2

h1S T f 1  T1  
T1  T2   h S
e / S
2 T
2  Tf 2 

Tf 1  Tf 2
Q (II.19)
1 e 1
 
h1S  S h2 S
Pour déterminer la valeur de la température à une distance x de la paroi :
x
T f 1  T  x    Rthf 1  R  x   Q où R  x  
S
C’est-à-dire :
 x Tf 1  Tf 2
T  x   T f 1   Rthf 1   (II.20)
 S  Rthf 1  Rth _ mur  Rthf 2

Exemple II.3 :
La paroi d'un échangeur de chaleur est constituée d'une plaque de cuivre de 9,5mm
d'épaisseur. Les coefficients d'échange de chaleur sur les deux côtés de la plaque sont 2340 et
6100 Kcal / hm2 C correspondant respectivement aux températures 82°C et 32°C de fluide. En
Supposant que la conductivité thermique de la paroi est 344,5 Kcal / hm2 C . Evaluer la densité
du flux de chaleur et calculer les températures des surfaces.

Tf 2 , h2
T f 1 , h1

II.3.3 Mur multicouches


On considère un mur constitués de plusieurs couches de matériaux différents et où on ne
connaît que les températures Tf 1 et T f 2 des fluides en contact avec les deux faces du mur de surface
latérale S.

Fluide à
TP1 . Q
. TP2
Fluide à

Fig.11.6 : Mur multicouche juxtaposée à deux fluides.


En régime permanent, le flux de chaleur se conserve lors de la traversée du mur et s'écrit :

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :8


Chapitre II Transfert de chaleur par conduction en régime permanent
Q  Q f 1  Qcouche1  Qcouche 2  Qcouche3  Q f 2

Q  h1S T f 1  TP1  
TP1  T1   T1  T2   T2  TP 2   h S
e1 / 1S e2 / 2 S e3 / 3 S
2 T
P2  Tf 2 

Q
T
 Tf 2 
f1
(II.21)
1 e e e 1
 1  2  3 
h1S 1S 2 S 3 S h2 S
Dans le cas d'un mur à n-couches, nous en déduisons l'expression de flux de chaleur
est exprimé par la relation suivante :
T T
Q  1n i 1 (II.22)
ei

i 1 i S

Exemple II.4 :
La paroi d’un four est constituée de trois matériaux isolants en série :
 Une couche intérieure de 18 cm d’épaisseur est en briques réfractaires (𝜆1 = 1,175 W/m. °C)
 Une couche de briques isolantes de 15 cm d’épaisseur (𝜆2 = 0,259 W/m. °C)
 Et une épaisseur suffisante de briques (𝜆3 = 0,693 W/m. °C)
1) - Quelle épaisseur de briques doit-on utiliser pour réduire la perte de chaleur à 721 W/m2, lorsque
les surfaces extérieures et intérieures sont respectivement à 38°C et 820°C ?
2) - Lors de la construction on maintient un espace libre de 0,32 cm, ( 𝜆𝑒 = 0,0317 W/m. °C) entre
les briques isolantes et les briques. Quelle épaisseur de briques est alors nécessaire ?
3) - La température ambiante étant de 25°C, calculer le coefficient de transfert convectif hC à
l’extérieur de la paroi.

Cours de transfert de chaleur 3éme Licence Electromécanique Page :9