Vous êtes sur la page 1sur 30

UNION

AFRICAINE

L’Afrique au chevet de la Libye

P. 9 SYRIE DERAA AU MOINS 35 MORTS DONT 10 MILITAIRES P. 9
P. 9
SYRIE
DERAA
AU MOINS 35 MORTS
DONT 10 MILITAIRES
P. 9

SAUVEGARDE DE LA CASBAH

600

familles

prochainement

relogées

P. 32

Championnat de Ligue 1 (20 e journée)

Le WAT s’enfonce, l’USM Annaba respire

e journée) Le WAT s’enfonce, l’USM Annaba respire Pour les quatre rencontres dispu- tées hier à

Pour les quatre rencontres dispu- tées hier à 16h00 pour le compte de la 20 e journée du championnat de Ligue 1, c’est assurément la contre- performance du WA Tlemcen, tenu en échec par la JSM Béjaia (1-1) qui est à signaler. Le WA Tlemcen a raté ainsi l’occasion de s’offrir une vic- toire qui lui aurait permis de sortir de la zone dangereuse des potentiels reléguables. Il est vrai qu’en face, l’équipe de Tlemcen avait affaire à la coriace formation béjaouie qui a toujours réalisé de bons résultats à l’extérieur. Ce nul n’arrange pas le WA Tlemcen. L’USM Annaba a réussi à résis- ter aux assauts des attaques dange- reuses du MC Saida avant de réaliser l’exploit et d’inscrire presqu’en fin de la partie, un but par l’entremise de Mekaoui.

suite en page 32

Salon international de l’eau

Une

valeur

stratégique

P. 3

23 Djoumada El Aoual 1432 - Mardi 26 Avril 2011 - N°14187 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

LE NOUVEAU BILLET DE 2000 DINARS EN CIRCULATION CE JEUDI

Rédha Hamiani

président du Forum des chefs d’entreprise

“Notre marché n’a pas pu évoluer vers le chèque’’

Abdelhak Lamiri

économiste et expert en management

“C’est une mesure bienvenue’’

Abderrahmane

BENKHALFA

délégué général de l’ABEF

“Le phénomène de la thésaurisation doit cesser”

LIre notre dossier Economie en PP. 6-7

général de l’ABEF “Le phénomène de la thésaurisation doit cesser” LIre notre dossier Economie en PP.

2

2 EL MOUDJAHID c o n t i n u e r o n t c

EL MOUDJAHID

continuerontcontinueront

pluiespluies

wilayaswilayas

LesLes

plusieursplusieurs

d'affecterd'affecter

prochainesprochaines

lesles

durantdurant

(ONM)(ONM)

heuresheures

2424

orageuses conti-

d'averses

sous forme

les pro-

pays durant

parfois

Des pluies

nueront d'affecter plusieurs wilayas du

l'Office national

heures, a indiqué hier

bulletin météorologique

chaines vingt-quatre

(ONM) dans un

des wilayas de Tipasa, Blida, Médéa, Alger,

de la météorologie

Skikda,

Boumerdès, Tizi-Ouzou, Bouira, Bejaia, Jijel,

spécial. Il s'agit

l'ONM.

Ahras, précise

et Souk

jusqu'au mardi

Guelma

Annaba, El-Tarf,

s'étalera

à 18 h, tandis que les cumuls estimés atteindront ou dépas-

prévisions

ces

validité de

La

même source.

selon la

50 mm,

seront localement

Météo 23° à Alger, 34° à Adrar
Météo
23° à Alger,
34° à Adrar

Aujourd’hui, le temps sera passagèrement nuageux sur les régions nord du pays, avec localement quelques pluies sur les régions du Centre et de l'Est, annoncent les services météo, en signa- lant ensuite une activité plu- vio-orageuse localisée vers les régions de l'intérieur. Une nette tendance à l'améliora- tion sera observée d’ici demain. Les vents seront en général faibles à modérés. Les régions sud seront en revanche caractérisées par un temps généralement enso- leillé.

Les vents seront en géné- ral modérés, avec localement des soulèvements de sable. Les températures (maxi- males-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit : Alger (23°-11°), Oran (23°-12°), Annaba (19°-11°), Tlemcen (23°-11°), Constantine (15°-8°), Batna (17°-7°), Chlef (22°-12°), Tiaret (16°-4°), Bechar (27°- 16°), Ghardaïa (23°-14°), El Oued (27°-16°), Tindouf (31°-13°), Tamanrasset (32°- 15°), Djanet (33°-18°), Adrar

(34°-17°).

Ce matin, à 9h30, au Conseil de la nation

Présentation et débat du projet de loi relatif aux assurances sociales

Le Conseil de la nation tiendra ce matin à 9 h 30, une séance plénière consacrée à la présen- tation et au débat du projet de loi amen- dant et complétant la loi 11-83 du 02 juillet 1983, portant aux assurances sociales.

11-83 du 02 juillet 1983, portant aux assurances sociales. Ce matin, à 9 h, au siège

Ce matin, à 9 h, au siège de l’APN

Journée d’information sur le réseau APNAC de lutte contre la corruption

sur le réseau APNAC de lutte contre la corruption Le siège de l’Assemblée Populaire Nationale abritera

Le siège de l’Assemblée Populaire Nationale abritera

tion.

ce matin à 9 h, une jour- née d’information sur le réseau parlementaire africain de lutte contre

la corruption en Algérie

(APNAC), présidé par

M me Farida Ilimi, ses

objectifs et les princi- pales lois nationales et internationales relatives

à la prévention et la

lutte contre la corrup-

CeCe matinmatin àà 99 h,h, àà l’INSPl’INSP d’Eld’El BiarBiar

JournéeJournée dede sensibilisationsensibilisation sursur lala prévention,prévention, lele diagnosticdiagnostic etet lala priseprise enen chargecharge desdes handicapéshandicapés

A l’initiative

de

la

Fédération algérienne des personnes handica- pées (FAPH), l’Institut national de la santé publique (INSP), sis che- min El Bakri, El Biar, abritera ce matin à 9 h, une journée de sensibili- sation sur la prévention, le diagnostic et la prise en charge précoce des han- dicapés.

et la prise en charge précoce des han- dicapés. Ce matin à 10 h… …et à
Ce matin à 10 h… …et à 14 h Célébration de la journée internationale sur
Ce matin à 10 h…
…et à 14 h
Célébration de la journée
internationale
sur le 3 e âge
Signature d’un accord
de partenariat
entre les SMA
et l’association Iqraa
Dans le cadre de la célébration de la journée
internationale du 3 e âge, l’association «Ihcène» du
3 e âge, organise en coordination avec le journal
El Moudjahid, une rencontre-débat sur le thème
demain, à 10 h, au centre de presse Mohamed
Abderrahmani d’El Moudjahid.
Le centre de presse d’El Moudjahid abritera cet
après-midi à 14 h, une cérémonie de signature d’un
accord de partenariat entre les Scouts musulmans
algériens et l’association Iqraa’.
CeCe matinmatin àà 1010 h,h, ArzewArzew (Oran)(Oran) àà h, ConférenceConférence L’association sursur 4 son
CeCe matinmatin àà 1010 h,h,
ArzewArzew (Oran)(Oran)
àà
h, ConférenceConférence L’association sursur 4 son
dede
pressepresse
sursur
rue lala
semainesemaine
d’informationd’information
l’emploil’emploi
organise
matin
une
conférence
presse
siège,
ce Didouche de
consacrée
la
d’information
sur
9 d’Arzew, en Mourad, semaine l’emploi, au thème
prévue
du
27
à Nasr avril
mai
sur
les
lieux,
sur
le à
«L’emploi,
l’économie
et le marché
».

Demain à 8 h 30, au Conseil de la nation

Journée d’étude parlementaire « La formation, l’emploi et la jeunesse :

réalités et perspectives »

Le Conseil de la nation orga- nisera demain matin, à la salle des conférences, en son siège, une journée d’étude parlemen- taire portant sur la formation, l’emploi et la jeunesse avec les réalités et les perspectives. La manifestation réunira des experts, des parlementaires des deux Chambres, des chercheurs et des spécialistes de la problé- matique en débat.

centre culturel Aïssa-

Demain après-midi, à 14h30, au centre culturel d’Hussein Dey

Conférence sur les dimensions stratégiques militaires de la politique française au Sahara

L’Association culturelle Mohamed Lamine Lamoudi d’Alger organise demain après-midi à 14h30, une confé-

rence sur les dimensions straté- giques militaires de la politique française au Sahara algérien,

au Messaoudi d’Hussein Dey et animée par le moudjahed Mohamed Zeroual.

Ce matin à 10h30, au palais de la Culture Moufdi-Zakaria de Kouba

Conférence de Bouguerra Soltani sur son livre Des systèmes face à la tempête

Le palais de la Culture Moufdi-Zakaria de Kouba, abritera ce matin une conférence de M. Bouguerra Soltani, président du MSP, portant sur son dernier livre Des systèmes face à la tempête.

Demain à 9 h, au Palais des Raïs (ex-Bastion 23) JournéeJournée dede sensibilisationsensibilisation sursur lala
Demain à 9 h, au Palais des Raïs (ex-Bastion 23)
JournéeJournée dede sensibilisationsensibilisation
sursur lala loiloi relativerelative auxaux
constructionsconstructions etet leurleur achèvementachèvement
A l’initiative du Collège natio-
nal des experts architectes
(CNEA), une journée de sensibili-
sation sur la loi 08-15 du 20 juillet
2008, fixant les règles de mise en
conformité des constructions et
leur achèvement (bilan de 3 ans),
s’ouvrira demain à 9 h, au Centre
des arts et de la culture, Palais
des Raïs (ex-Bastion 23), Alger.
DjezzyDjezzy rree nndd hhoommmmaaggee aa uuxx ee nnttrree pp rrii ssee ss ddee ll’’ EE
DjezzyDjezzy rree nndd hhoommmmaaggee
aa uuxx ee nnttrree pp rrii
ssee ss ddee ll’’ EE sstt

Après les belles cérémonies de l’Ouest et du Centre, c’était au tour de Constantine d’abriter la soirée Djezzy dédiée aux entreprises de l’Est. Bien entendu, toutes les sociétés qui ont été invitées par le leader

de

télépho-

nie mobile sont venues témoigner leur fidéli- té à leur opérateur préféré. L’ambiance typiquement constanti- noise, mélange de raffinement et de chaleur humaine, a permis à tous les invités de passer une très agréable soirée. Il faut dire que Djezzy n’a lésiné sur aucun moyen pour faire de cette rencontre une réussite à la hauteur de la relation qui la lie aux entreprises de l’Est. Le discours des responsables commerciaux a été axé sur les valeurs et la solidité des liens qui se

sont tissés depuis longtemps entre le premier opérateur qui a offert les solutions entreprises, en Algérie, et les entreprises qui ont pu connaître, grâce à ces

nou-

veau-

tés, de

solides

ont pu connaître, grâce à ces nou- veau- tés, de solides la perfor- mances leur permettant

la

perfor-

mances leur permettant d’être toujours au top. Si elles sont restées fidèles à Djezzy, c’est parce qu’elles trouvent l’écoute permanente, le service clientèle toujours réactif et disponible ainsi que les offres ciblées qui leur conviennent. Cette soirée a été aussi l’occa- sion d’un échange très fructueux entre les responsables commer- ciaux et les chefs d’entreprise. Les uns et les autres ont consolidé les solides liens éprouvés par l’expé- rience du terrain.

Mardi 26 Avril 2011

Nation

3

EL MOUDJAHID

Hydraulique

Ouverture de la 7 e édition du Salon international des équipements de l’eau (Pollutec)

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

L e 7 e édition du Salon inter- national des équipements, des technologies et des ser-

vices de l'eau (SIEE - Pollutec 2011) s’est ouverte hier, en présen- ce du ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, en présen- ce de la ministre déléguée chargée de la Recherche scientifique, M me

Souad Bendjaballah. La manifestation qui se déroule du 25 au 28 avril 2011 sur l’espla- nade de l’hôtel Hilton d’Alger, accueille près de trois cents expo- sants du secteur de l’eau et dont la majorité, soit 70%, sont des entre- prises algériennes, et 30% des opé- rateurs étrangers.

A l'issue d'une tournée dans les

différents stands de l'exposition, M. Sellal a relevé une nette évolu- tion en matière du nombre de par- ticipants et aussi des technologies, services et solutions proposés. « Cela reflète la croissance et la diversification des besoins de l'Algérie en la matière », a ajouté le ministre.

De son côté, M me Bendjaballah a appelé les organisateurs du Salon à prévoir des stands dédiés à la recherche et développement pour les prochaines éditions.

Il faut dire qu’avec son design

innovant et ses structures exposant ses équipements de dernière tech- nologie, le Salon se promet d’of- frir aux visiteurs professionnels (quelque 8.000 attendus) de trou- ver les solutions adaptées à l’Algérie dans tous les secteurs de l’eau : matériel et prestataires de service dans les domaines du trai- tement de l’eau et des eaux usées, de la distribution de l’eau, du trai-

tement des pollutions industrielles, de l’analyse, mesure, contrôle et de l’irrigation.

« En fait, le challenge pour

nous, est que l’eau ait un Salon à la hauteur des enjeux nationaux », a affirmé dans ce contexte, Sylvie Fourn, commissaire générale des Salons Pollutec, qui expliquera que l’ambition de cette manifesta- tion est d’accompagner le vaste programme d’investissement du pays en mettant à la disposition du secteur, des systèmes d’informa- tion géographique dans les études de crues et inondations en Algérie, des techniques de gestion des sys- tèmes complexes, des modes de financement de projets de traite- ment des eaux usées par recours au MDP,…. A noter cette année la présence

officielle, après la France et l’Espagne, de deux nouveaux pays, la Belgique et les Pays-Bas. Amel Zemouri

Abdelmalek Sellal :

“ GDF Suez devra soumissionner à l’appel d’offres, comme tout le monde ”

P ar ailleurs, le ministre a appelé les maîtres d'ouvrages du secteur à encourager les compétences nationales capables, selon lui, de fournir des équipements et services

à la hauteur des normes internationales requises. Selon lui, une démarche a été engagée par les pouvoirs publics afin « d'interdire l'importations de biens d'équipements et de services lorsque ces derniers sont localement produits et

conformes aux normes de qualité. Evoquant l’annonce de la résiliation, il y a une semaine, du contrat de gestion déléguée dans les wilayas de Annaba et d'El Tarf, avec l'opérateur allemand Gelssen-Wasser, le ministre a indiqué qu’un appel d'offres international sera prochainement lancé pour désigner la société qui prendra en charge la gestion déléguée des services de l'eau dans les wilayas et qu’en atten- dant, un intérimaire algérien a été désigné pour assurer la conti- nuité de la gestion de la distribution de l'eau dans cette région. Dans ce contexte il expliquera qu'un audit a été engagé par ses services pour évaluer et définir le montant des réparations dont l'opérateur allemand devrait verser à l'Algérie. Le ministre a rappelé que la résiliation de ce contrat interve- nait après une troisième et dernière mise en demeure adressée il

y a plus d'un mois à Gelssen- Wasser, qui s'est montré incapable

d'honorer ses engagements contractuels. Dans ce sens, il s'est montré « optimiste » quant à l’issue de cette affaire car, a-t-il répété, c'est l'opérateur allemand qui n'a pas pu tenir ses engage- ments. Enfin, à la question de savoir si la société française Suez- GDF, partenaire dans la gestion déléguée des services de l'eau dans la capitale, s'est proposée pour remplacer Gelssen-Wasser, M. Sellal a souligné que même si cette société s'est vraiment pro- posée, « elle devra passer par l'appel d'offres comme tout le monde ». Reste à retenir que cette manifestation a été organisée par Reed Expositions France en partenariat avec le ministère des Ressources en eau. Elle est dédiée exclusivement aux profes- sionnels de l'eau. L’édition 2010, s’est tenue à Oran. A. Z.

Amenhyd ou l’investissement algérien par excellence

P our son PDG, Chelghoum Djamel Eddine, le groupe- ment Amenhyd a su s'im-

poser, grâce à son savoir-faire, sa technicité et son management, comme « un leader dans son domaine d'activité qui est l’eau ».

Il est présent sur plusieurs grands chantiers. Pour diversifier et étof- fer encore son portefeuille, il a l'ambition de s'intéresser à la réali- sation des transferts d'eau, des grands barrages, des stations de traitement de l'eau, d'épuration et de dessalement. En effet, en l’espace d’une quinzaine d’années d’existence le groupe Amenhyd, est devenu un des leaders nationaux dans les domaines de l'hydraulique, de l'environnement et des travaux publics, il participe pour la 7 e fois au Salon Pollutec d’Alger.

Réunissant cinq filiales spécia- lisées dans l'environnement et l'hydraulique, le groupe veut faire part, à travers cette participation, de sa maîtrise des « technologies de prévention et de traitement des pollutions » et plus généralement de « la préservation de l'environ- nement et de la mise en œuvre du développement durable », selon M. Chelghoum. Plusieurs actions sont à l'actif de ce groupe, parmi elles, on peut citer la réduction de la vulnérabili- té des zones urbaines de la wilaya d'Alger contre les inondations, l'étanchéité de la station d'épura- tion de Oued Souf, le transfert de la chaîne côtière ouest d'Alger… Quant aux projets en cours de réa- lisation, on notera encore le pro- gramme de protection de la vallée du Mzab contre les crues, la réali-

sation des stations d'épuration de Ghardaïa et Tamanrasset, des centres d'enfouissement, la réhabi- litation de sites de décharges… Aussi, le groupe, selon son pre- mier responsable, agit dans la nou- velle réforme économique et sociale de l'Etat pour répondre à la deman- de du marché en procurant un pro- duit de qualité, en contribuant à la création d'emploi et l'extension de la relance économique du pays. « Notre ambition aujourd’hui est d’avoir des partenariats tant avec le secteur privé que public pour pou- voir répondre à la demande. Il faut dire qu’il y a de la place pour tout le monde, dans le vaste programme d’investissement du pays », a enfin expliqué ce jeune chef d’entreprise, très fier d’avoir pu réaliser et réussir ses projets dans son propre pays. Amel Z.

ALGÉRIE-PNUD

Signature d’une convention d’appui à la modernisation de la justice

U ne convention portant "appui à la consolidation

aujourd’hui à Alger entre le ministère de la

Justice et le Programme des Nations unies pour le déve- loppement (PNUD), a-t-on appris hier auprès de ce ministère. La convention vise essentiellement à déve- lopper de nouvelles actions de modernisation au moyen, notamment, du développement d’un système d’informa- tion intégré, a-t-on précisé de même source. Il s’agit aussi de développer des programmes de formation garantissant le succès de l’e-justice et des mesures favo- risant l’accès à la justice aux personnes vulnérables. Les bénéficiaires directs de ces actions sont les magistrats, les greffiers et les techniciens du ministère de la Justice. La signature de cette convention fait partie du program- me global de modernisation du secteur de la justice pour

de la modernisation de la justice" sera signée

la période 2011-2013.

TRAVAUX PUBLICS

Ouverture de nombreux ouvrages d'art à la circulation à Alger

P lusieurs ouvrages d'art ont été ouverts hier à la circulation au niveau de la capitale et de sa ban-

lieue à la faveur de la visite effectuée par le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul à de nombreux projets du secteur. Dans la commune de Ain Benian, un viaduc a été ouvert à la circulation au

niveau de la route nationale n°11. Cet ouvrage facilitera la circulation dans les zones urbaines situées à l'ouest de la capitale notamment durant la saison esti- vale. M. Ghoul a procédé, à l'est de la capitale, à la mise en service de la tré- mie reliant Ain Taya et Heraoua, ainsi que des ouvrages similaires dans la com- mune de Bordj El Bahri sur l'axe de la route nationale n° 24 où des travaux sont en cours pour le dédoublement de la voie entre Mohammadia et Reghaia. Le coup d'envoi a été donné, lors de cette visite, pour la réalisation de plu-

sieurs projets notamment le dédouble- ment du chemin de wilaya n° 121 reliant Rouiba à Ain Taya sur une distance de 8 km et le chemin de wilaya n° 122 sur une distance de 4 km entre Heraoua et Reghaia. Les travaux de dédoublement du che- min de wilaya n° 149 reliant Bordj El Bahri et la rocade sud d'Alger ont été également lancés. Ces nouveaux projets s'inscrivent dans le cadre du plan d'orientation de la direction des travaux publics d'Alger pour lesquels une enveloppe de 100 mil- liards de dinars a été consacrée contre 50 milliards de dinars pour les projets ins- crits au titre du plan quinquennal 2004- 2009. Le ministre a indiqué, dans une déclaration à la presse, que tous les pro- jets inscrits au titre de l'année en cours à Alger ont été lancés, tout en se félicitant de la qualité des travaux.

RÉFORMES POLITIQUES

Démocratie,

transparence,

responsabilité

L’ adoption par l’Assemblée populaire nationale (APN) dimanche dernier de l’impor-

tant texte de loi régissant le mode d’organisation et de fonctionnement des communes intervient au moment où démarrent les travaux des commis- sions mises en place par le ministère de l’Intérieur pour la révision de la série de lois mentionnées par le Président de la République dans son discours à la nation et auxquels sont invités à participer les acteurs de la vie politique et sociale. Sans préjuger du débat lors de l’examen du texte au niveau de la Chambre haute, des constatations instructives peuvent être faites sur la base de la série d’amende- ments apportées au texte original, mais également en tenant compte de la nature des dispositions qui organisent la démocratie locale, avec les prin- cipes et valeurs modernes de participa- tion, de décentralisation, de citoyenne- té. Sur le plan de la méthode, le fait qu’un grand nombre de propositions jugées pertinentes, allant dans le sens de l’approfondissement de la démocra- tie et de la performance dans la ges- tion soient retenues, renseigne claire- ment sur la volonté de consacrer des réformes porteuses de progrès et de modernité. La satisfaction exprimée par une large majorité de député est compréhensible sachant que les dispo- sitions tendant à une meilleure clarifi- cation des prérogatives des élus et celles des représentants de l’adminis- tration, la consécration de l’efficacité dans la prise de décision et bien d’autres articles novateurs s’inscrivent parfaitement dans la logique de la bonne gouvernance. Des désaccords, des critiques ont certes été exprimés au sein de l’Hémicycle à l’endroit du texte de loi ce qui est dans la nature de toute démocratie, celle-ci autorisant l’oppo- sition à donner son avis et à prendre position sur les choix qui engagent le pays. Mais de toute évidence la démarche bat en brèche les accusa- tions des unilatéralisme et d’absence d’ouverture. Au moment où se met en place un cadre de réflexion invitant les acteurs et personnalités crédibles jouissant d’une expertise à apporter leur contri- bution aux réformes annoncées les avancées enregistrées dans la dyna- mique de réforme tant au plan poli- tique qu’économique, ce dernier étant loin d’être le parent pauvre avec les mesures améliorant l’environnement économique au profit des investis- seurs, les citoyens sont en droit de s’attendre à d’autres avancées dans la voie tracée par le Premier magistrat du pays. Consolider l’Etat de droit et approfondir la démocratie passe iné- luctablement par la consécration dans les faits de certaines règles, mais éga- lement par la mise en place de rouages qui ont montré leur utilité dans les pays de longue tradition démocratique. Des pays dont on envie la bonne santé des droits de l’homme et des libertés, le sentiment de bien-être, de liberté ressenti par tous les citoyens convaincus qu’ils sont des citoyens à part entière jouissant de tous leurs droits. Les attentes des citoyens met- tent au rang des priorités l’exigence de transparence et donc le rejet de la ges- tion occulte qui a fait tant de mal par le passé, tant source d’iniquités et d’ir- responsabilité. Or la démocratie nécessite que les responsables rendent compte de leur gestion à ceux qui les ont élus. Les citoyens veulent aussi que les libertés qui leur sont reconnues par les lois ne souffrent aucune atteinte. Ils seront d’autant plus rassurés qu’ils constate- ront que les abus et dépassements seront sanctionnés conformément à la loi.

M. Brahim

Nation

4

EL MOUDJAHID

SALON NATIONAL INVERSÉ DE LA SOUS-TRAITANCE (SANIST 2011)

Accroître l’intégration industrielle nationale

L’ALGÉRIE IMPORTE ANNUELLEMENT L’ÉQUIVALENT DE 3 MILLIARDS D’EUROS DE PIÈCES DÉTACHÉES

DE 3 MILLIARDS D’EUROS DE PIÈCES DÉTACHÉES O rganisé par la Chambre d’industrie (CACI) en par-

O rganisé par la Chambre

d’industrie (CACI) en par-

tenariat avec le ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement et en collaboration avec la Safex et les Bourses algériennes de sous- traitance et du partenariat, ce Salon qui durera quatre jours, a été inauguré, hier, au niveau du palais des Expositions (Pins Maritimes) par le ministre du MIPPI, M.

algérienne de commerce et

Mohammed Benmeradi. Placé sous le haut patronage du Président de la République, ce Salon inversé (contrairement au classique, les exposants étant les acheteurs qui exposent leurs besoins en services, produits et fournitures) revêt un intérêt écono- mique certain pour le secteur

industriel, en ce sens, il contribue au rapprochement entre les don- neurs d’ordres et les receveurs d’ordres. Aussi, SANIST 2011 qui est exclusivement ouvert aux entreprises et sous-traitants natio- naux ainsi qu’aux sociétés de droit algérien, soit plus de 50 entre- prises participantes, s’inscrit, a affirmé, le ministre dans la «logique d’intégration de la pro- duction nationale et de sa diversi- fication» et constitue «une oppor- tunité pour les PME sous-trai- tantes pour faire valoir leur savoir- faire et exposer leur potentiel. Il s’agira, d’autre part, de traduire sur le terrain, les orientations des plus hautes autorités du pays, pour promouvoir, développer et proté- ger la production nationale et de contribuer à substituer progressi- vement aux importations. A ce propos, le DG de la CACI, M. Mohammed Chami, a déclaré que l’objectif consiste à réduire la fac- ture d’importation de pièces déta- chées de 30 % soit 1,5 milliard de dollars dans les trois années à venir. Dans le même ordre d’idées, M. Mohammed Benmeradi a affir- mé, dans un point de presse animé, en marge du Salon que, l’Algérie importe 3 milliards d’euros de pièces détachées précisant que pour le cas du groupe Sonatrach, moins de 1 % de ses produits de fonctionnement proviennent de la production nationale, le reste étant importé, d’où la nécessité d’aug- menter le taux d’intégration de l’industrie nationale. M. Benmeradi a, d’autre part affirmé

que le gouvernement est en train de mettre en place des mécanismes pour autoriser le gré à gré entre les entreprises et l’Etat en renforce- ment des décisions déjà prises dans le cadre du code des marchés publics dont la mesure qui consacre la préférence nationale en matière d’accès aux marchés publics à hauteur de 25 %. Le ministre a affirmé, dans le même contexte que son département pro- cèdera à l’identification des entre- prises qui présentent des capacités pour pouvoir les accompagner dans le processus de certification de leurs produits. Sur un autre registre, M. Benmeradi a qualifié de «positive», sa récente visite en France. A ce titre, le ministre a souligné la compréhension de la partie française en ce qui concerne le principe du 49 %/51 % préci- sant, par la même occasion que cette mesure ne sera pas révisée. « Les règles juridiques de fonction- nement de l’économie nationales sont maintenues et le gouverne- ment œuvre à améliorer le climat des affaires dans les prochains mois» dira t-il dans ce sens. Aussi, le ministre a déclaré que 180 PME françaises sont disposées à investir en Algérie sur la base des fonde- ments institués par le gouverne- ment algérien. Concernant le dos- sier Renault, le ministre fera état de la mise en place de groupes de travail pour étudier les aspects liés au projet notamment au plan de la commercialisation du produit et de sa viabilité. D. Akila

M. Benmeradi qualifie de "positive" sa récente visite de travail en France

L e ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, M.

Mohamed Benmeradi, a qualifié lundi à Alger la visite de travail qu'il a effectué la semaine dernière en France de "positive" et de "très bénéfique". "Cette visite (21 et 22 avril) a été, à la fois, une occasion de revoir des dossiers particuliers mais aussi les perspectives de la coopération algéro-française en général", a-t-il expliqué dans une déclaration à la presse en marge de l'inauguration du 1er Salon natio- nal inversé de la sous-traitance (SANIST). "Ma récente visite à Paris s'inscrit dans le cadre du dos- sier économique algéro-français. Nous étions partis sur un ensemble de dossiers qui avaient connu un certain nombre de contraintes. Nous les avons évalué mais en plus nous sommes en train d'es- sayer de bâtir un partenariat avec les entreprises françaises", a-t-il ajouté. M. Benmeradi a souligné

que son déplacement à Paris, à l'invitation de l'ancien Premier ministre français et vice-président du Sénat, M. Jean Pierre Raffarin, a constitué une occasion pour ren- contrer les représentants de quelque 180 PME françaises inté- ressées par l'investissement en Algérie. "Nous avons discuté avec eux. Je leur avais annoncé que le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a donné ordre au gouvernement de tra- vailler au cours des prochains mois pour améliorer le climat de l'investissement de manière géné- rale", a-t-il précisé. Interrogé sur un éventuel amendement de la réglementation régissant l'inves- tissement, le ministre a répondu :

"j'avais parlé du climat d'investis- sement dans les règles juridiques où rien n'est annoncé. La seule chose qui est annoncée aujourd'hui c'est de travailler pour améliorer les règlements de fonctionnement. Mais dans les règles générales qui

régissent l'investissement, rien n'est annoncé pour le moment". Concernant les négociations avec le constructeur français Renault pour l'implantation d'une usine de

fabrication de voitures en Algérie, M. Benmeradi a indiqué que "le dossier Renault est un dossier très lourd. Il continue à avancer. Les négociations comprennent des aspects technologiques, écono- miques et commerciaux". "Nous avons mis en place des groupes de travail qui sont en train d'avancer sur l'aspect technologique, le taux d'intégration (de la sous-traitance

algérienne) (

L'aspect écono-

mique porte, quant à lui, sur les facilitations et les encourage- ments que l'Etat (algérien) peut donner, notamment", a-t-il dit. "Nous sommes en train d'étudier tout cela point par point pour que le projet soit viable", a-t-il souli- gné.

).

M. RACHID BENAISSA DANS LA CAPITALE MAROCAINE

Une participation algérienne massive au Salon international de l’agriculture

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Rachid Benaissa, est depuis hier, dans la capi- tale marocaine à l’invitation de son homologue marocain pour prendre part à la sixième édition du Salon interna- tional de l’Agriculture qui se tiendra du 27 avril au 1 Mai dans la ville de Meknès. L’Algérie qui occupera le deuxième plus grand stand en terme de superficie sera représentée à cette manifestation par une quarantaine de professionnels du secteur notamment ceux de l’industrie agroalimentaire, du machinisme ,de la production ani- male et végétale et des produits du terroir . Des opéra- teurs économiques publics et privés, des organismes relevant du ministère de l’Agriculture ainsi que la Chambre nationale de l’agriculture font également partie de la délégation algérienne. Les participants à ce Salon international présenteront les grands axes de la politique agricole nationale. Rappelons que l’Algérie a engagé depuis 2009 une politique de relance de l’économie agri- cole qui s’est traduite par plusieurs actions et réalisa- tions. On citera notamment les credits sans intérêt accor- dés aux agriculteurs, les contrats de performance entre ces derniers et le ministère a travers lequel l’Etat s’enga- ge à racheter les surplus de production, l’organisation des filières… Une politique qui risque de faire des émules chez nos voisins qui semblent intéressés par les actions initiés dans le secteur. Pour ce qui de ce Salon international, il faut savoir que la journée du 29 sera a ce titre dédiée a l’Algérie avec comme thématique «la poli- tique de renouveau agricole et rurale» Des communica- tions axées sur les reformes introduits par cette politique et la relance du secteur vont être exposées. Par ailleurs et, en marge du Salon la journée du 27 avril sera consa- crée a une rencontre d’affaires algero-marocaine entre les professionnels du secteur. Il faut reconnaitre en effet que la coopération entre l’Algérie et le Maroc dans le domaine agricole reste très faible et les tentatives de pro- mouvoir les échanges entre les opérateurs des deux pays dans ce secteur restent figées. Parmi les rares relations de partenariats établies dans le domaine agricole, citons l’accord conclu entre la Fondation algérienne “Filaha” et l’Association marocaine des producteurs et exportateurs de fruits et légumes qui a été paraphé en novembre der- nier .

Farida Larbi

10 e SYMPOSIUMINTERNATIONAL SUR LA PROGRAMMATION ET SYSTÈMES (ISPS)

Les dernières innovations technologiques à la page

Evènement incontournable depuis 1991 pour la communauté des informaticiens et programmateurs, la 10 e édition du colloque international sur la program- mation et systèmes, ISPS qui se tient du 25 au 27 avril est dédiée cette année aux évolutions des systèmes, sécurité et réseaux, la programmation et les technolo- gies du web.

L’ISPS 2011, co-organisé par le département d'in- formatique de l’université des Sciences et Technologies Houari Boumediène et le laboratoire Lissi de Paris-Est Créteil Université (UPEC - France) coïncide avec la célébration du 37 e anniversaire de l’USTHB.

Le symposium qui bénéficie également du parrai- nage et de la coopération technique EEE Communications Society, qui est en soi un apport considérable pour les chercheurs, portera sur la pré- sentation des résultats de recherches à travers une tren- taine de communications rattachées aux quatre confé- rences principales traitant respectivement de la sécuri- té informatique, la préservation et l’informatisation du patrimoine culturel, la vérification des systèmes, les systèmes en réel et les systèmes embarqués. La responsable du département informatique à l’université de Bab Ezzouar et présidente de la confé- rence, le Pr Malika Boukala Iwalalen, informe qu’en plus de la pubication de toutes les présentations dans les actes du symposium, les meilleurs articles seront édités dans un journal de renommée internationale et les trois premiers travaux seront primés. Les organisateurs de l’ISPS 2011, marqué par la participation de plusieurs chercheurs étrangers dont des français, roumains, saoudiens, vietnamiens, cana- diens, aux côtés des universitaires algériens des quatre coins du pays, tiennent à souligner la quantité et la qualité des travaux soumis à l’appréciation des évalua- teurs qui n’ont au final retenu que 30% des documents présentés, 29 exactement. Hamida B.

Mardi 26 Avril 2011

Nation AU CENTRE DES ÉTUDES STRATÉGIQUES DU JOURNAL ECHAÂB

Conférence-débat:«Lesecteur de l’audiovisuel, enjeux et défis»

EL MOUDJAHID

5

JOURNÉES D’INFORMATION SUR LES FORCES AÉRIENNES À SÉTIF

Technologies de haut vol

“C es journées d’informations devront conforter la poli- tique de communication de proximité décidée voilà déjà des années, par le haut commandement de

l’Armée nationale populaire, et le rapprochement de nos conci- toyens en vue de consolider les liens entre notre société civile et son armée”. Ces propos du général Mameri Saïd, commandant Air de la 5 e Région militaire qui a procédé hier à Sétif à l’ouverture officiel- le des journées d’information sur les forces aériennes en présen- ce des autorités civiles et militaires de cette wilaya, sont en effet plus que révélateurs de la volonté de notre armée de faire dans une politique de proximité qui traduit dans sa dimension de com- munication, le plan général approuvé par le haut commandement de l’ANP au titre de l’exercice 2011. Organisées au centre d’information territorial relevant à Sétif

de la 5 e région militaire, ces journées d’information qui s’étale- ront sur 3 jours, se veulent être aussi, pour les nombreux visi- teurs, des jeunes notamment comme nous l’avons constaté hier, à l’issue de la première journée, une opportunité certaine desti- née à faire connaître et mettre en exergue, les avancées remar- quables enregistrées par nos forces aériennes ces dernières années au titre des mutations profondes que connaît notre armée. Dans ce contexte, le commandant Air des forces aériennes au niveau de la 5 e Région militaire, ne manquera justement pas de souligner, face à ces avancées technologiques et ces mutations importantes que connaît le monde, les efforts consentis dans les domaines de l’organisation, de la formation, de la la gestion, la maintenance et de modernisation des matériels aéronautiques, accordant une importance particulière au facteur humain qui constitue la clef de voûte de toutes ces avancées. Après quoi, il déclarera ouvertes, au nom du général major Abdelkader Lounes, commandant des forces aériennes, ces jour- nées d’information qui seront marquées au préalable par des interventions du Commandant de l’école de spécialisation sur hélicoptères de Aïn Arnet, le colonel Ourabah Zoubir qui revien- dra sur les grands objectifs de ces journées d’information, souli- gnant par le même la compétence de son encadrement dont l’im- pact qualitatif sur le produit de la formation n’est plus à démon- trer animé de surcroît par toutes ces fortes valeurs de la fidélité, du courage et du sens du sacrifice pour la nation. La présentation de l’école de spécialisation sur hélicoptère au titre de laquelle il faudra mettre à l’actif, la formation de pas moins de 1307 pilotes, laissera ensuite place à la projection d’un documentaire sur les forces aériennes autant dans une rétrospec- tive que dans les formidables avancées qu’elles auront connues. Ces journées d’information qui viendront à leur terme le 27 de ce mois sont marquées par une imposante exposition de matériels didactiques, de photos illustrant les différents types d’aéronefs au sein des forces aériennes ainsi que la diffusion de films docu- mentaires et la remise de prospectus. F. Z.

Ph. : Archives
Ph. : Archives

L e sujet abordé par des spé- cialistes de la communica- tion dans le cadre des

cycles de rencontres et d’échanges d’idées initiés par le Club de l’école supérieure de journalisme, n’a pas manqué de susciter un intérêt évident et una- nimement partagé. M. Ahmed Adimi, universitai- re et spécialiste de la communica- tion, s’est déclaré partisan fer- vent de l’ouverture du champ de l’audiovisuel dans notre pays, estimant que le repli sur soi, n’est pas de bon conseil dans un ciel ouvert à toutes les influences. Au préalable l’orateur a démontré très brièvement, que les outils de la communication ont autant d’impact sinon plus que les armes de destruction massive. Les chaînes de T.V. sont deve- nues des parlements qui fonc- tionnent selon des objectifs bien précis. Elles n’ont rien d’inno- cent, citant des exemples concrets d’opérations de déstabi- lisations des Etats. Il cite le cas des charniers de Timisoara qui ont concouru à la chute du régime de Ceausescu. Ce n’est pas un cas isolé. Des chaînes arabes ciblent des Etats et font l’impasse sur d’autres qui ne sont pas des exemples de démocratie. Le problème de l’influence qu’exercent les chaînes satelli- taires sur les citoyens, ne date pas d’hier. Le contrôle des medias est un élément important dans toute stratégie de domina- tion. En Algérie, observe le confé- rencier, il y a plusieurs chaînes de T.V. arabes qui diffusent leurs programmes.

Les chaînes publiques algé- riennes ne peuvent pas répondre aux besoins exprimés par nos compatriotes, d’autant plus qu’en Algérie, l’absence d’un espace médiatique fiable, pousse les téléspectateurs à chercher ailleurs ce qu’ils ne trouvent pas chez eux. Il affirme que l’ouverture du champ de l’audiovisuel est vitale pour la sécurité nationale. Il faut veiller à transférer les débats qui touchent notre pays en

Algérie. Abondant dans le même sens, M. Boualem Aissaoui, pro- ducteur privé, trouve injustifié le fait que les pouvoirs publics ter- giversent et il juge que l’ouver- ture de l’audiovisuel au capital privé est une réalité incontour- nable car elle va combler un retard stratégique dans le paysage médiatique algérien. La libérali- sation entraînera l’émergence des talents dormants, contribuera à l’absorption du chômage, atté- nuera l’emprise parabolaire qui prévaut dans notre pays, dont la fabrication de sa propre image est un impératif décisif. «L’ouverture du champ de l’audiovisuel ne dégagera pas la voie à l’instauration d’un infor- mel politique» a-t-il fait remar- quer dans son exposé. Il avance des propositions en

préconisant la création d’une commission nationale de l’audio- visuel, la mise en place de chaînes d’informations conti- nues, d’un conseil de l’éthique et de la déontologie. Le renouveau de l’Algérie dépend de l’ouvertu- re de ce secteur a-t-il clôturé son intervention. Mazouz Rezigui, autre spécia- liste de la communication à inter- venir dans le cadre de cette conférence, a mis l’accent sur les mécanismes de régulation, essen- tiels à cette ouverture. La démo- nopolisation du secteur de l’au- diovisuel, comme qu’alternative, ne peut se passer de la régulation qui agit en tant qu’arbitrage entre les libertés fondamentales. Les statuts de l’audiovisuel doivent être protégés par la loi. M. Bouraïb

doivent être protégés par la loi. M. Bouraïb L es travaux de la session ordinaire de

L es travaux de la session ordinaire de l'Assemblée populaire de la wilaya (APW) d'Alger ont débuté, hier,

pour prendre fin aujourd’hui, à la salle de

réunion de la wilaya (ex. CPVA). A l’ordre

SESSION ORDINAIRE DE L’APW D’ALGER

200.000 postes d’emploi seront créés entre 2010-2014

du jour de cette session, le

dossier relatif à la sauvegarde

de la Casbah ainsi que la jeu-

nesse et le sport. Le wali d’Alger, M. Mohamed El Kebir Addou,

qui a présidé, cette rencontre

a déclaré, que des efforts

consentis par les pouvoirs publics visent à satisfaire les besoins exprimés par la jeu-

nesse algérienne. «La satis- faction de notre jeunesse est l’affaire de tout le monde, tous les secteurs doivent être complémentaires pour répondre aux attentes de cette jeunesse», dira le premier magistrat d’Alger. S’exprimant également sur

le dossier de la jeunesse et des

sports, le wali d’Alger a indi-

qué que le programme de développement de tous les secteurs consacre une place non négligeable à la jeunesse. Mohamed El Kebir Addou a appelé les jeunes des quartiers de la capitale à s’or-

ganiser en «associations et clubs sportifs et artistiques pour mettre en valeur leur créativité et leur aptitude, en exploitant tous les espaces qui leurs sont dédiés». En termes de chiffre, le wali d’Alger mettra en valeur les efforts consentis, par son institution, dans le domaine de la créa-

tion la de l’emploi pour la jeunesse algé- roise « nous avons pu créer, dans le cadre du plan quinquennal 2005-2009, pas moins de 800.000 postes tandis qu’en 2010 il a été crée un peu plus de 99.000 emplois. Durant les trois premiers mois 2011, nous avons enregistré 13.000 autres et nous espérons la création de 200.000 postes supplémentaires, entre 2010- 2014, dans les secteurs du logement, l’éducation, travaux publics, les PME, l’agriculture pour ne citer que ceux-là. Par ailleurs, cette session de deux jours sera

sanctionnée par l’adoption de plusieurs recommandations relatives à la prise en charge des besoins de la jeunesse algéroi- se dans les domaines du sport et des acti- vités artistiques dont le nombre est de 1.350.000 âgés entre 5 et 29 ans. M. M.

Dossier

7

EL MOUDJAHID

Abderrahmane BENKHALFA, délégué général de l’ABEF :

« Le phénomène de la thésaurisation doit cesser »

S’ exprimant sur la probléma- tique de manque de liquidité au niveau des guichets de

paiement, le délégué général de l’as- sociation des banques et établisse- ments financiers (ABEF) a d’emblée affirmé que la banque centrale fait un effort important pour atténuer cette pression à travers l’émission, dès le 28 avril courant, d’un nouveau billet de 2. 000 DA. M. Abderrahmane Benkhalfa dira, dans ce sens que « nous avons eu une année particulière qui n’est pas diffi- cile mais que c’est la demande sur la liquidité qui a augmenté d’une façon vertigineuse ». Donnant plus d’expli- cations, il précisera que ce n’est pas au niveau de l’offre qu’il y a eu défaillance mais plutôt au niveau de la demande. «Cette dernière s’est élevée parce qu’il y a eu des améliorations salariales en 2010, des rappels aussi. Ce qui était souhaitable c’est que les rappels n’aillent pas tous à la consom- mation et qu’une partie aille à l’épargne ». Or le retrait massif d’ar- gent a fait que la demande sur la liqui- dité ait atteint 50 %, 60 % et même 100 % sur certains sites, fera t-il remarquer. D’autre part, ajoutera M. Benkhalfa, cette pression est le fait de comportements d’acteurs, qu’ils soient formels ou informels, qui reti- rent 1 millions, 2 millions de dinars et parfois plus pour les placer dans le coffre personnel alors que le coffre est destiné à être à la poste. Un compor- tement incompréhensible d’autant plus que, dans les grandes localités, on peut maintenant retirer, à tout

BENKHALFA Abderrahmane
BENKHALFA Abderrahmane

moment, son argent par carte bancaire estime M. Benkhalfa. «S’il est vrai qu’on ne pas retirer 100 millions d’un distributeur auto- matique de billets, il est possible de m fragmenter le montant par tranches de 10 000 DA et ce toutes les minutes» ajoutera t-il. Par conséquent, avertira t-il, de tels comportements donnent lieu à un autre phénomène, la thésau- risation, pratique qui porte atteinte, non seulement à l’économie nationale mais également aux petites bourses. Par ailleurs, et «indépendamment du dispositif légal, estime le délégué général de l’ABEF, les opérateurs économiques doivent progressive- ment cesser de travailler avec le cash». Car si les ménages, les familles qui dépensent 5.000, 10.000 ou 15.000 dinars, dépensent le montant en monnaie cash, c’est compréhen- sible et dans ce cas précis, le secteur bancaire ou le CCP est à leur disposi- tion». Aussi, ce cas précis est justifié

« parce que nous savons que le cash n’est pas complètement développé», a-t-il souligné. Mais, il est inconce-

vable que les opérateurs et les institu- tionnels se fassent payer mutuelle- ment par ce procédé, insistera le délé- gué général de l’ABEF. Sur un autre registre, M. Abderrahmane Benkhalfa

a affirmé qu’il est insensé qu’une

dépense durable allant au-delà des 5

millions de dinars soit réglée par cash, l’acheteur étant dans l’obligation de retirer 50 millions de centimes pour les verser dans le compte de la socié-

té qui lui a vendu le bien.

« C’est pourquoi, nous sommes en train d’interpeller tous les opérateurs économiques qui travaillent avec des montants importants pour que ces flux

transitent, désormais, par virement car

le chèque est aujourd’hui fabriqué,

codifié, contrôlé scanné, lu dans les mêmes conditions de sécurité qu’un billet. Même le papier utilisé est spé- cial, fera t-il savoir. Aussi, si la demande était restée dans les canaux de la monnaie scrip- turale, si cette demande était, en par- tie, épargnée, on ne serait pas, aujour- d’hui dans cette situation. «Je ne suis pas en train de dédouaner le secteur bancaire, ce dernier opère sa mue avec les moyens dont il dispose». Donc à l’avenir il y a ce nouveau billet qui va un peu diminuer la pres-

sion sur la liquidité. Toutefois, une partie des revenus doit aller à l’épargne pour ne pas emballer la demande», conclura le délégué géné- ral de l’ABEF.

D. Akila

Ph : DR
Ph : DR
Rédha Hamiani : président du Forum des chefs d’entreprise “Notre marché n’a pas pu évoluer
Rédha Hamiani :
président du Forum des chefs d’entreprise
“Notre marché n’a pas pu
évoluer vers le chèque’’
P our le pré-
sident du
Forum des
chefs d’entre-
prises, Rédha
Hamiani, la déci-
sion d’émettre un
nouveau billet
d’une valeur de
2.000 dinars, est,
en réalité, ‘’un
constat d’échec’’
d’une restructura-
tion de notre
masse monétaire
et de la façon
dont on organise
les
flux
d’échanges. Dans
tous les pays, il y
a le virement, le
chèque, le crédit
et il y a la masse
Rédha Hamiani
fudiciaire, ce
qu’on appelle les espèces. ‘’Malheureusement, on arrive
pas à faire évoluer notre masse monétaire vers ce que les
économistes appellent la monnaie scripturale, c’est-à-dire
sur le papier, sur les livres. On est encore attaché pour des
questions de culture, pour des questions de facilité et de
marché informel, qui a une lourde responsabilité dans cette
emprise de la masse monétaire importante, donc notre
façon d’organiser notre économie dans la relation entre les
moyens monétaires et la production est caractérisée à hau-
teur de 60 %, peut être plus de billets’’, a-t-il expliqué. A la
question de savoir si l’intérêt dans ce cas là ne réside pas
dans l’émission de billet de grande valeur ? Notre interlo-
cuteur souligne qu’effectivement, de ce point de vue ‘’vaut
mieux avoir des billets en coupures de 2.000 dinars. Mais
d’un autre côté aussi ça consacre la perte de valeur de notre
monnaie, qui à cause de l’inflation, de la parité du dinar,
qui a évolué sur de longues périodes en perdant beaucoup
de sa substance, en raison de l’augmentation de l’euro et du
dollar’’. Ainsi, cette émission du billet de 2.000 dinars, pré-
occupe les acteurs économiques, parce qu’elle consacre un
décalage important dans la production d’une masse moné-
taire qui va en augmentation. Il faut reconnaître que c’est
aussi un souci de simplification, qui malheureusement, fait
que ‘’notre marché n’a pas pu évoluer vers le chèque, donc
en attendant, on donne la possibilité au citoyen de pouvoir
s’acquitter de certains gros montants avec des billets d’une
grande valeur. C’est préoccupant, il faut surveiller de près
cette politique de mettre sur le marché des coupures de
valeur de plus en plus forte’’, a-t-il mis en garde.
Propos recueillis par Farid B.

Abdelhak Lamiri, économiste et expert en management :

“C’est une mesure bienvenue’’

Abdelhak Lamiri
Abdelhak Lamiri

D prime abord, il sou-

tient qu’il est nécessai-

e

re

de mettre ce billet de

2000 DA sur le marché. Notre interlocuteur avance comme arguments ‘’la hausse au cours de ces trois dernières années, du volume d’activités écono- miques. Il y a aussi l’augmen- tation des salaires. Certains ont doublé, nous avons à peu près entre 20 et 40 % d’augmenta- tion salariale générale, si ce n’est plus. Et puis on a eu, des prix qui ont augmenté, donc il y a une inflation. Une pression inflationniste commence à se dessiner, qui serait de 5,7 %, selon le chiffre officiel’’. A par- tir de là, il est tout indique qu’on doit augmenter la masse monétaire en Algérie mais dans des proportions raisonnables, a-t-il soutenu. Ainsi, technique- ment, la banque centrale doit augmenter la monnaie en circu-

lation, mais elle doit l’augmen- ter avec prudence, pour ne pas

avoir des poussées inflation- nistes. A la question de savoir à quel niveau doit se situer cette augmentation de la masse monétaire ? Il répond qu’elle devrait l’être ‘’entre 10 à 20 % et jusqu’à 25 % de la masse monétaire globale’’. Cela va permettre aux gens d’avoir des liquidités, d’autant plus qu’ on utilise très peu le chèque et la carte bancaire. Pour ce qui est de L’argent qui circule en dehors du circuit formel ‘’ il ne pourrait être récupéré que petit à petit, en diminuant la propor- tion de l’économie informelle, et cela est possible par le déve- loppement de l’économie for- melle, la fiscalité et des incita- tions’’, explique Lamiri. Dans ce sens, il est à retenir, en fait, que notre compte à peine, environ 450.000 entreprises,

alors qu’au Maroc ils ont plus d’un million d’entreprises, la création de l’activité écono- mique est nécessaire pour absorber l’informel et petit à petit aller vers des modalités de fonctionnement économique normal. En ce qui concerne les solutions pour encourager les moyens de paiement adoptés partout ailleurs, Lamiri plaide pour ‘’la création des bureaux de changes normaux, comme dans tous les autres pays pour permettre une meilleure traça- bilité sur les sommes d’argent qui circulent. Petit à petit on peut émettre des cartes ban- caires et imposer pourquoi pas une taxe pour les paiements en liquidités, alors que les paie- ments par chèque ne seront pas taxés…ce sont ce genre de mesures qui vont absorber la masse monétaire en circula- tion. L’Etat aussi peut émettre

des obligations, en empruntant de l’argent et engager des grands travaux pour absorber une bonne partie de cette masse qui circule’’, a-t-il indiqué. A propos du risque inflationniste, il fait savoir qu’il pourrait sur- venir si on exagère dans l’émission de ce billet. ‘’Si on fabrique trop de billets, si cela dépasse 50 % de la masse monétaire, on aura beaucoup d’argent dans les poches pour les mêmes produits, c’est à ce moment là qu’on aura une poussée inflationniste. C’est une mesure bienvenue à condi- tion quand la limite dans des proportions raisonnables, ne dépassant pas 25 % d’augmen- tation de cette masse monétai- re’’, a-t-il averti.

Propos recueillis par Farid B.

Nation

8

EL MOUDJAHID

FORUM D’EL MOUDJAHID

RÉFORME DE LA PROFESSION COMPTABLE

Formation, contrôle de qualité, éthique

D es experts-comptables et commissaires aux comptes étaient présents, hier, au

centre de presse d’El Moudjahid pour expliquer les principaux axes qu’elle renferme concernant l’organisation de la profession. C’est une loi qui vient après l’ap- plication de celle de 1991 qui a montré toutes ses limites avec l’évolution de la profession, les nouvelles réalités financières et économiques nationales et inter- nationales. L’accent est aujourd’hui mis sur la formation, note M. Djerad Djamel, à travers la création d’un institut supérieur de la formation comptable. C’est un établissement qui est placé sous la tutelle admi- nistrative du ministère des Finances et aura pour tutelle péda- gogique, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique. Cet insti- tut ouvrira ses portes lors de la prochaine rentrée universitaire. Dans l’ancien système, la posses- sion d’une licence suffisait pour accéder à la profession, moyen- nant deux années de stage dans un cabinet professionnel. Aujourd’hui, l’accès à l’Institut se fait sur concours. Le programme d’enseignement est conforme aux normes internationales. M. El Djama Belaid dira qu’il n’aura rien à envier aux diplômes délivrés pour la profession par les universités occidentales. Parallèlement, il y aura prise en charge de personnes qui n’ont pas passé d’examen depuis de longues années, note M. Yahi. M. Mazouz Ali évoque pour sa part les autres nouveautés intro- duites par la loi sur le contrôle de qualité, la création d’une commis-

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

sion d’agrément, une commission chargée de la déontologie et la commission de discipline. Les intervenants ont tous fait remarquer que les nouveaux textes s’inscrivent bien dans le phénomène de globalisation de l’économie, parce que l’Algérie ne pouvait rester dans un domaine aussi important en retrait de ce qui se passe dans le monde. M. El Djamma souhaite après cela, que l’Algérie intègre l’IFAC, qui est l’Institut international respon- sable de la publication de normes concernant la profession d’expert- comptable, comptable agréé et commissaires aux comptes. Les nouvelles dispositions législatives impliquent grande- ment les professionnels, pour l’amélioration de l’image de la profession et pour en rappeler son importance dans les débats, la question de l’indépendance du professionnel a été évoquée. Les intervenants ont assuré que les dispositions de la loi ne compromettaient en rien cette indépendance, le professionnel

sort même renforcé. M. Mazouz confirme que la loi renforce le crédit de la profession. Cette image sortira d’autant plus grandie que l’Algérie s’intè- grera à un réseau international qu’elle a déserté depuis long- temps. A travers la participation aux congrès internationaux, à la publication de communications, en appliquant les normes interna- tionales comptables, de l’Audit international, la profession assure sa mise à niveau. C’est ce à quoi, la loi de 2010, la destine. M. Djerad a rappelé que l’Algérie est favorable à la créa- tion ou à l’intégration d’unions régionales (UMA, etc.) qui n’ont pu voir le jour pour certaines, à cause de contingences politiques. Globalement, les professionnels se disent satisfaits des nouvelles orientations telles que définies dans la nouvelle loi et estiment que la balle est désormais dans leur camp.

Al Anouar

Tahar Mohamed

CODIFICATION DES PRODUITS

Plaidoyer pour la généralisation en Algérie des standards internationaux

P lusieurs experts et professionnels ont plaidé, hier, à Alger, pour la généralisation en Algérie de l'utilisa- tion des standards internationaux de codification

des produits notamment les produits agroalimentaires. "L'Algérie est, à ce stade de développement, en retard en raison du caractère de la réglementation nationale en matière de codification et de traçabilité qui est peu contraignante", a indiqué le président de GS1 Algérie, M. Halim Recham, à l'occasion du 3 e séminaire internatio- nal sur la traçabilité par les standards GS1 dans le sec- teur de l’agro-alimentaires. Selon le président de GS1, une organisation algérien- ne chargée de la codification des articles, "peu de méca- nismes réglementaires" permettent de sécuriser réelle- ment un bien ou un produit et les opérateurs écono- miques en l'absence d'une obligation juridique et régle- mentaire sont peu nombreux à faire le pari de la transpa- rence. Il a expliqué, cette situation également par le coût de l'opération, relevant de la mise en place d'une standardi- sation nécessite des frais supplémentaires pour les entre-

prises et les distributeurs d'où la réticence des opérateurs

à appliquer ces standards. Cependant, a-t-il poursuivi, l'émergence d'une régle- mentation de plus en plus strict au plan international aura un impact sur l'usage des standards internationaux en Algérie dans la mesure où le pays ne peut se permettre de devenir un déversoir de marchandises et de produits non identifiés, non sécurisés et objets de contrefaçon. Autre facteur susceptible d'encourager les fabricants et les dis- tributeurs à recourir à l'utilisation des standards interna- tionaux a trait, a-t-il dit, "aux avantages incontestables de la standardisation en matière de gestion des stocks, de gestion des flux et de traçabilité de produits". Initialement conçus par des fabricants et des distributeurs afin d'assurer une distribution efficace des produits ali- mentaires et de grande consommation vers les grandes

surfaces, les standards GS1 sont aujourd'hui appliqués par des millions d'entreprises dans le monde dans de mul- tiples domaines. En Algérie, plus de 2.800 entreprises et distributeurs ont rejoint GS1. L'analyse du marché des industries alimentaires en Algérie fait ressortir un manque de contrôle et de sécuri- té alimentaire en Algérie, a affirmé l'expert Redouane Zemirli pour qui des dysfonctionnements et des carences sont constatés dans la protection du consommateur. Il a plaidé, à ce titre, pour l'adhésion des entreprises à l'appli- cation des standards de traçabilité afin de jouir des avan- tages et bienfaits de l'encodage dans tous les domaines, et notamment celui de l’agro-alimentaires. M. Zemirli a souligné dans le même sens les avan- tages de la traçabilité, soutenant qu'elle veille à garantir le respect de la conformité des produits et services dans toutes les étapes de leur mise à la consommation, en ren- forçant les mesures de contrôle et en instaurant des mesures de protection de la santé et de la sécurité des consommateurs. L'apport des standards GS1 en tant qu'assurance de qualité, de fiabilité, de sécurité et de visi- bilité, peuvent contribuer à l'amélioration de la sécurité des consommateurs et l'efficacité de la chaîne d'approvi- sionnement, a estimé, pour sa part, M. Kaci Belazzouz de GS1 France. A noter que GS1 Algérie est une organisation algé- rienne de codification des articles, affiliée à GS1 interna- tional. Elle est dédiée à la conception et à la mise en œuvre de standards et des solutions internationaux desti- nés à améliorer l'efficacité et la fiabilité des chaînes d'ap- provisionnement. Le portefeuille de GS1 Algérie comprend les codes à barre (GS1 BarCodes), des outils de commerce électro- nique (GS1 eCom) ainsi que des technologies et des solutions de nouvelle génération pour la traçabilité des articles.

FAMILLES DE VICTIMES DU TERRORISME

En quête d’un statut

Des familles de victimes du terrorisme ont organisé hier, un sit-in devant l’Assemblée populaire nationale. Estimées à une trentaine, les contestataires ont mis à profit cette opportunité pour exprimer un certain nombre de revendications dont la plus importante a trait à la promulgation d’un statut pour les vic- times du terrorisme, qui consacrerait la «sauvegarde» de la mémoire collective et les intérêts moraux et matériels aussi bien des victimes que des ayants droit. «Nos parents, époux et enfants se sont sacrifiés pour que vive une Algérie libre et digne. Et je crois que la meilleure façon pour l’Etat d’exprimer sa reconnaissance et sa gratitude est de promulguer un statut qui soit à la hauteur des sacrifices consentis dans ce sens», affirme une dame d’un certain âge. Affichant leur «dépendance» des organisations et autres associa- tions de familles des victimes du terrorisme, les protestataires affir- ment qu’il existe de nombreuses familles, 500 précisément, qui ne sont pas structurées au sein de l’ONVT et de l’ONVTAD. “Elles vont jusqu’à exiger leur dissolution. Elles n’ont plus de crédibilité», tance l’une des contestataires. Parmi les autres doléances, on citera l’ins- tauration d’une instance étatique chargée des affaires des victimes du terrorisme (ministère ou secrétariat d’Etat) et de décréter une journée nationale à la mémoire de victimes du terrorisme. S. A. M.

Algérie-commerce

Hausse de plus de 25 % de l'excédent commercial de l'Algérie au 1 er trimestre 2011 (Douanes)

L' excédent de la balance commerciale de l'Algérie s'est établi

de dollars contre 3,37 à la même période en 2010, ont affir-

mé hier, les douanes algériennes. Les exportations ont atteint 14,99 milliards de dollars (mds usd) au cours des trois premiers mois de l'année 2011, contre 13,15 mds usd à la même période en 2010, en hausse de 13,96 %, selon un bilan provisoire du Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes (Cnis). Quant aux importations, elles se sont établies à 10,75 mds usd contre 9,78, enre- gistrant une hausse de 9,94 %, précise le Cnis. Cette "nette" amélio- ration du commerce extérieur s'explique en premier lieu par la haus- se de près de 13,30 % des exportations des hydrocarbures, induite par la bonne tenue à la hausse des prix du pétrole, qui ont atteint en moyenne plus de 105 dollars le baril au cours de cette période. En effet, cette tendance à la hausse "plus rapide" pour les exportations s'est répercutée sur le taux de couverture des importations par les exportations qui est passé de 134 % durant les trois premiers mois 2010 à 139 % à la même période en 2011. Les hydrocarbures ont représenté l'essentiel des exportations algériennes avec une part de 96,68 % du volume global des expéditions, soit 14,49 mds usd durant le 1 er trimestre 2011contre 12,79 mds usd à la même période de l'an- née écoulée, soit une évolution de 13,29 %, précise le centre. Quant aux exportations hors hydrocarbures, avec un volume global de 3,3 %, soit l'équivalent de 497 millions, elles ont enregistré une hausse de 38 % par rapport à la période de référence. Les principaux produits hors hydrocarbures exportés, qui ont participé à cette haus- se, sont constitués du groupe "demi-produits" avec 402 millions usd (+ 66,12%). Les exportations des autres groupes ont connu des baisses relativement "importantes". Il s'agit des produits bruts avec 40 millions usd (-29,82%), des biens de consommation non alimen- taires avec 3 millions usd (-57,14%), et les biens alimentaires avec 47 millions usd (-4,08%), indique le même bilan des douanes. Quant aux importations, deux groupes de produits ont enregistré des baisses : il s'agit des énergie et lubrifiants qui se sont établis à 143 millions usd (-37,28%) et demi-produits avec 2,32 mds usd (- 9,19%), selon les douanes. Les autres groupes de la structure des importations ont par contre enregistré des hausses relativement "importantes", notamment pour les groupes "alimentation" qui ont totalisé 2,22 mds usd (+ 41,04%), celui des "biens d'équipements agricoles" avec 104 millions usd (+44,44%), les biens de consommation non alimentaires avec 1,59 milliard usd (+27,66%) et les "produits bruts" avec 415 millions usd (+25,76%), précise le Cnis. Les importations ont été financées durant les trois premiers mois de 2011, essentiellement par cash, à raison de 47,64 % du volume global (5,12 mds usd), malgré une baisse de 9,87 % par rapport à la même période 2010 et par les lignes de crédit qui ont financé 40,91 % (4,39 mds usd) des achats à l'étranger, en hausse de 43,85 %. De janvier à fin mars dernier, les cinq principaux clients de l'Algérie étaient les USA (3,43 mds usd), l'Italie (1,82 md), l'Espagne (1,54 mds), le Canada (1,30 md us) et la France (1,29 md). Quant aux four- nisseurs, la France occupe toujours la 1 re place avec 1,62 md usd, sui- vie de l'Italie (1,28 md), la Chine (927 millions), l'Espagne (726 mil- lions) et l'Allemagne (600 millions). La répartition par régions éco- nomiques montre que les pays de l'UE restent toujours les principaux partenaires de l'Algérie, avec 53,37 % des importations et 47,28 % des exportations. Par rapport au 1 er trimestre 2010, les importations en provenance de l'UE ont enregistré une hausse de 6,12%, passant de 5,41 mds usd à 5,74 mds usd, alors que les exportations de l'Algérie vers ces pays ont augmenté de 818 millions usd (+13,05%). Les pays de l'OCDE (hors UE) viennent en deuxième position avec 12,33% des importations et de 38,76% des exportations de l'Algérie vers ces pays. Par rapport au 1 er trimestre 2010, il y a lieu de signaler une diminution des importations réalisées avec les pays de l'OCDE (hors UE), passant de 1,54 md usd à 1,33 mds usd (-14%), par contre les exportations de l'Algérie vers ces pays ont enregistré une hausse de 17,97%. Les échanges commerciaux entre l'Algérie et les autres régions du monde restent marqués par de "faibles proportions", selon le Cnis. Ainsi, les échanges avec les Asiatiques étaient de 3,15 mds usd, contre 2,58 mds usd au 1 er trimestre 2010 (+22%). Le volume des échanges avec les pays arabes, dans le cadre de la zone arabe de libre échange (ZALE) mise en œuvre depuis le 1 er trimestre 2010, a enregistré une augmentation de 63,7 %, passant de 375 millions à 614 millions usd. La balance commerciale de l'Algérie avait réalisé un excédent de 16,45 milliards de dollars en 2010, contre 5,90 milliards de dollars en 2009.

en hausse de 25,64 % au 1 er trimestre 2011 à 4,24 milliards

Mardi 26 Avril 2011

Monde

9

EL MOUDJAHID

UNION AFRICAINE

L’Afrique au chevet de la Libye

L'Union africaine tentera une nouvelle fois de désamorcer la crise libyenne en organisant cette réunion à Addis Abeba, de son Comité ad hoc de haut niveau sur la Libye, en préparation de la réunion ministérielle, prévue aujourd’hui, du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA, consacrée essentiellement à la situation dans ce pays.

L es membres du Comité ad hoc de l'UA, le CPS de l'UA, les pays voisins de la Libye et les partenaires internationaux, prennent part à

la réunion de lundi qui s'inscrit dans le cadre des efforts de la médiation africaine dans le règlement de la crise libyenne par des moyens pacifiques. Le Comité de l'UA, qui s'était rendu récem- ment en Libye où il avait rencontré les protago- nistes de la crise libyenne, tentera une nouvelle fois à Addis Abeba de rapprocher les points de vue entre les belligérants en engageant des dis- cussions avec des représentants du gouvernement libyen et avec le Conseil national de Transition (CNT, représentant les rebelles), selon un com- muniqué de l'Union africaine. Mis en place le 10 mars dernier, le Comité ad hoc de haut niveau de l'UA sur la Libye est composé, des présidents sud-africain Jacob Zuma, malien Amadou Toumani Touré, mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz et congolais Denis Sassou Nguesso ainsi que du ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello et du président de la Commission de l'UA, M. Jean Ping. Ce panel a pour mandat d'interagir avec toutes les parties en Libye et d'évaluer continuellement l'évolution de la situation sur le terrain, de facili- ter un dialogue inclusif entre les parties libyennes sur les réformes appropriées à entreprendre et d'interagir avec les partenaires de l'UA, afin de faciliter la coordination des efforts et de solliciter leur appui pour la résolution rapide de la crise, déclenchée en février dernier. Le Comité a établi une feuille de route pour résoudre la crise en Libye. Celle-ci a été accep- tée par le dirigeant libyen, le colonel Maâmmar El Gueddafi mais rejetée par le CNT Ce plan souligne la nécessité d'une "cessation immédiate de toutes les hostilités, de la coopéra- tion des autorités libyennes concernées pour faci- liter l'acheminement diligent de l'assistance humanitaire aux populations dans le besoin et de la protection des ressortissants étrangers, y com- pris les travailleurs migrants africains vivant en Libye". La feuille de route appelle également à "enga- ger un dialogue entre les parties libyennes et à assurer la gestion inclusive d'une période transi- toire en vue de l'adoption et la mise en oeuvre des réformes politiques nécessaires pour l'élimina-

Ph : DR
Ph : DR

tion des causes de la crise actuelle, en prenant dûment en compte les aspirations légitimes du peuple libyen à la démocratie, à la réforme poli-

tique, à la justice, à la paix et à la sécurité, ainsi qu'au développement socio-économique". Présenté par le CPS de l'UA lors de sa 265 e réunion tenue à Addis-Abeba le 10 mars dernier, le plan africain sur la résolution de la crise en Libye avait été jeudi au menu de discussions à Washington entre la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et une délégation de l'UA condui- te par Jean Ping, dans le cadre de la deuxième réunion de haut niveau USA/UA tenue les 20 et

21 avril à Washington.

Au cours de cette réunion, le Commissaire pour la Paix et la Sécurité auprès de l'Union afri- caine, M. Ramtane Lamamra, membre de la délé- gation de l'UA, avait souligné que "la feuille de route de l'Union africaine pour une solution paci- fique de la crise en Libye est maintenant mieux comprise par la partie américaine, et son poten- tiel pour impulser la recherche d'une solution politique est appréciée à sa juste valeur par les Etats-Unis". Ce diplomate algérien avait, par ailleurs, indi- qué que les actions entreprises par le Comité ad- hoc de chefs d'Etat africains seraient évaluées par le CPS de l'UA lors de sa réunion ministérielle,

mardi à Addis Abeba afin, a-t-il expliqué, de dégager des perspectives pour le renforcement de cette action en direction des parties libyennes et des acteurs internationaux concernés. M. Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, prendra part à la réunion du CPS de l'UA dont l'ordre du jour portera sur les questions de paix et de sécu- rité en Afrique, selon un communiqué du minis- tère des Affaires étrangères qui précise que l'Algérie avait été invitée à y participer "en sa qualité de pays voisin de ce pays en conflit inter- ne". Dimanche, le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, avait indiqué que l'Algérie, qui souscrit aux résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, et qui "s'y confor- me scrupuleusement", a appelé dès le début des événements au règlement de la crise libyenne par "des voies pacifiques, convaincue que seuls l'ar- rêt de l'effusion de sang et des hostilités permet- tront aux belligérants d'engager des négociations, sans ingérence aucune, pour une issue politique de la crise". M. Medelci, qui s'exprimait devant les chefs des missions diplomatiques et les repré- sentants des organisations internationales accrédi- tées à Alger, a aussi rappelé que cette solution était préconisée par l'UA.

Frappe de l’Otan sur le quartier de Maâmar Kadhafi

Le bureau du colonel Maâmar Kadhafi,

situé dans son immense résidence à Tripoli,

a été totalement détruit par une frappe

aérienne de l'Otan dans la nuit de dimanche à lundi, tandis que de fortes explosions ont

été ressenties dans plusieurs quartiers de la capitale survolés par des avions, ont consta-

té des journalistes de l'AFP. 45 personnes

ont été blessées, dont 15 grièvement, dans le bombardement du bureau du colonel Kadhafi, a indiqué un responsable libyen accompagnant les journalistes sur place, en affirmant ignorer s'il y avait d'autres vic- times sous les décombres. "Il s'agit d'une tentative d'assassinat du colonel Kadhafi", a-t-il affirmé. Une salle de réunion, en face du bureau du colonel Kadhafi, a été touchée par le souffle de l'explosion et partiellement détruite, a constaté un journaliste de l'AFP. L'Otan avait déjà visé, vendredi soir, le secteur de Bab Al-Aziziya, où se trouve la résidence du dirigeant libyen, touchée par une frappe aérienne dès le 19 mars dernier. De fortes explosions avaient été ressenties hier vers 00H10 locale (22 H10 GMT dimanche) dans plusieurs quartiers de la capitale libyenne, cible depuis vendredi de raids intensifs de l'Otan. Les détonations, les plus fortes ayant secoué la capitale jusqu'ici, ont fait trembler l'hôtel hébergeant les cor- respondants de la presse étrangère à Tripoli, non loin du centre-ville. La retransmission des émissions des télévisions d'Etat libyennes a été coupée momentanément tout de suite après les explosions, avant de reprendre quelques minutes plus tard, ont constaté des journalistes de l'AFP. Une coalition internationale est interve- nue en Libye le 19 mars, sur mandat de l'ONU, pour mettre un terme à la répression sanglante de la révolte entamée mi-février contre le régime de Maâmar Kadhafi, au pouvoir depuis 41 ans. L'Otan a pris les commandes de l'intervention militaire le 31 mars.

SYRIE

DERAA : Au moins 35 morts dont 10 militairs

A u moins 35 per-

soldats, ont été

tuées lundi lors de vio- lences au cours de nou- velles manfestations à Deraa, dans le sud de la Syrie où plus de 3.000 membres de forces de sécurité ont été déployés pour rétablir l'ordre dans cette ville, épicentre des contesta- tions populaires. Selon la télévision publique syrienne, au moins dix soldats ont été tués sur le coup dans une embuscade tendue par des individus armés dans le village de Nouaïma près de la ville de Deraa (sud). Dans la matinée, plus de 3.000 membres des forces de sécurité syriennes appuyés par des blindés ont pénétré dans la ville de Deraa, épicentre du mouve- ment de contestation qui secoue le pays depuis la mi-mars. Selon les médias qui citent des témoins, "des snipers ont pris position sur les toits et les chars sont dans le centre ville" de Deraa où plu-

sonnes, dont 10

sieurs personnes auraient été tuées et d'autres blessées. Au moins 25 personnes ont trouvé la mort lors de la dispersion par les forces de l'ordre d'une manifestation tenue à Deraa, selon les mêmes sources. Dimanche, des heurts avaient entre manifestants et forces de l'ordre près de Lattaquié dans le nord- ouest de la Syrie, ont fait quatre morts et plu- sieurs blessés. Ces troubles en Syrie conti- nuent cependant de soulever davantage d'inquiétudes et de pré- occupationsde plu- sieurs pays et organisa- tions mondiales qui appellent à l'arrêt des violences et à l'ouvertu- re du dialogue entre les parties syriennes afin d'entamer les réformes politiques dans le pays annoncées par les auto- rités syriennes. Dans un communiqué, la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a appelé lundi à "l'arrêt immé- diat" des violences émaillant les manifes-

tations en Syrie. Mme Pillay a en outre appelé "les forces de sécurité syriennes à la retenue" et à "protéger les mani- festants pacifiques et le droit de manifester pacifiquement". Dans la foulée du mouve- ment de contestation qui secoue le pays depuis le 15 mars der- nier, réclamant des réformes politiques et économiques, le prési- dent syrien Bachar El- Assad avait annoncé d'importantes réformes, dont notamment la levée de l'état d'urgence qui a été imposée depuis 1963, et la for- mation d'un nouveau gouvernement. La levée de l'état d'urgence, était l'une des principales revendi- cations des opposants au début de la contesta- tion, mais ils réclament aussi des réformes démocratiques, la libé- ration des détenus poli- tiques et la fin de la mainmise des services de sécurité sur la socié-

té. Après l'annonce des réformes effectuées, de

nouvelles manifesta- tions émaillées de vio- lences ont eu lieu dans certaines villes de la Syrie, au cours des- quelles plusieurs per- sonnes ont été tuées, dont des militaires. Dans une récente décla-

ration en réaction à ces violences, le ministère syrien de l'Intérieur a vivement dénoncé "une rébellion armée" qui nuit à la sécurité du pays, disant qu'"il faut la réprimer". "Les évè- nements dans certains gouvernorats, notam- ment à Homs (sud) et à Banias (nord-ouest) où des soldats, des poli- ciers et des civils ont été tués et des biens publics et privés

montrent

détruits (

qu'il s'agit d'une rébel- lion armée de groupes salafistes", a affirmé le ministère. Devant ce climat d'instabilité, le Premier ministre syrien, Adel Safar, a annoncé une série de législations à effectuer dans les tout prochains jours dans le cadre de la réforme politique en cours dans le pays.

)

TCHAD

Le président sortant Deby appelle à un vote massif

Le président sortant Idriss Deby Itno a appelé lundi les électeurs tchadiens à "sortir mas- sivement" voter "dans le calme" pour le premier tour de l'élection présidentielle lancé

aujourd'hui.

massivement remplir leur devoir civique aujourd'hui, dans le calme et la sérénité", a déclaré le président Deby, donné grand favori pour ce scrutin boycotté par ses trois prin- cipaux opposants. "C'est un renforcement du processus démocratique au Tchad qui se concrétise avec cette deuxième étape après les législatives" du 13 février largement dominées par son parti le Mouvement patriotique du salut (113 des 188 sièges à l'Assemblée nationale), a ajouté le président. Une troisième étape est prévue avec l'orga- nisation d'élections locales en juin. Saleh Kebzabo, de l'Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), Wadal Abdelkader Kamougué, de l'Union pour le renouveau et la démocratie (URD) et Ngarlejy Yorongar, de la Fédération action pour la République (FAR) ont décidé de suspendre leur participation au scrutin de lundi et appelé à son boycott. Ces trois rivaux de M. Deby, au pouvoir depuis 1990, réclament notamment de nouvelles cartes d'électeurs pour la présidentielle après leur défaite aux législatives de février qu'ils ont qualifiées de "mascarade électorale". Outre Idriss Deby, le ministre Albert Pahimi Padacké et l'huissier opposant Nadji Madou restent en lice. Quelque 4,8 millions de Tchadiens sont appelés à voter dans le pays pour élire un président pour un mandat de cinq ans, selon la Commission électorale nationale indépendante (Céni).

"Je voudrais demander à tous les Tchadiens et les Tchadiennes de sortir

AFGHANISTAN

Evasion spectaculaire de 500 Talibans

La présidence afghane a qualifié lundi de "désastre" l'évasion la veille, grâce à un tunnel de près de 500 talibans détenus à la prison de Kandahar, la grande ville du sud afghan, selon le porte-parole de la présidence afghane. "C'est un coup. C'est quelque chose qui n'aurait pas dû se produire", a indiqué Waheed Omar, porte-parole du président afghan Hamid Karzaï, interrogé au sujet de cette évasion lors d'une conférence de presse à

Kaboul.

passé exactement et ce qui doit être fait pour réparer le désastre qui a eu lieu à Kandahar", a-t-il ajouté. "Ce problème nous rappelle que nous avons des lacunes", a-t-il poursuivi soulignant qu'une enquête a été ouverte. Selon le directeur de cette prison, le général Ghulam Dastageer Mayar, "un tunnel long

de plusieurs centaines de mètres a été creusé entre le sud de la prison et l'intérieur et

476 prisonniers politiques se sont échappés".

de la rébellion talibane contre les forces gouvernementales et celles de la coalition inter- nationales qui multiplient les opérations militaires en vue de déloger les rebelles.

"Maintenant que cela s'est produit, nous cherchons à découvrir ce qui s'est

La ville de Kandahar est l'un des bastions

10 Publicité EL MOUDJAHID
10
Publicité
EL MOUDJAHID
S.G.P / E.R.G.T.HY HYDRO-AMENAGEMENT S.P.A RN n°5 - Z.I - BP. 31 - ROUIBA -
S.G.P / E.R.G.T.HY
HYDRO-AMENAGEMENT S.P.A
RN n°5 - Z.I - BP. 31 - ROUIBA - WILAYA D'ALGER
Tél.: 021 81.18.15 / 81.18.80 —Fax : 021 81.21.66 / 70
E-mail : hydroamhydro@yahoo.com
————————————————————————
Date le 18/04/2011
Avis d’appel d’offres national
et international
N°01/2011
L'Entreprise Nationale des Aménagements Hydrauliques " HYDRO-AME-
NAGEMENT R.N n° 5, BP 31 - Z.I de Rouiba - Wilaya d'Alger lance un appel
d'offres national et international pour l'acquisition de :
Matériel topographique :
> 15 Niveaux automatiques
> 06 tacheomètres électriques
> 06 Distomats
Les soumissionnaires peuvent retirer le cahier des charges contre le paie-
ment de la somme de 2.000 DA auprès de :
HYDRO-AMENAGEMENT - SPA
Direction Générale
Route Nationale N°05- BP 31 - Z.I de Rouiba
Les offres doivent parvenir à l'adresse indiquée ci-dessus sous double enve-
loppe cachetée, l'enveloppe extérieure devra être strictement anonyme et ne
comporter aucun signe distinctif, celle-cidevra porter la mention :
APPEL D'OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL
N°01/2011
NE PAS OUVRIR
La date limite de remise des offres sous double pli cacheté est fixée à 21
jours après la première parution de cet présent avis d'appel d'offres dans les
quotidiens nationaux.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée
de quatre-vingt-dix(90) jours à compter de la date limite de dépôt des offres.
El Moudjahid/Pub
ANEP 845026 du 26/04/2011

République Algérienne Démocratique et Populaire MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE 2 È REGION MILITAIRE

AVISD’APPELD’OFFRESRESTREINT

N°16/2011/201

Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres restreint en vue :

Travaux de réfection en TCE des blocs + Remise en état du réseau chauffage +

Réfection de l’éclairage extérieur à Saïda Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis détenant le degré de qualification deux (02) et plus en TCE se présenter au siège de la :

2 è REGION MILITAIRE B.P Nº 08 RP TERRE II ECKMUHL - ORAN Pour retirer le cahier des charges contre paiement de la somme de 5.000,00 DA (Cinq Mille Dinars Algériens). Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ou procuration notarié;

- d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission;

- d’une copie légalisée du registre du commerce ;

- d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics) ou de l’agrément (pour les Bureaux d’Etudes)

- d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus.

Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront être scindées en deux (02) parties :

1. Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges.

2. Une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des

charges. Les offres (technique et financière) contenue dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse di-après. DIRECTION REGIONALE DES FINANCES 2 è REGION MILITAIRE - ORAN BUREAU ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES B.P Nº 08 R.P TERRE II ECKMUHL - ORAN

L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

“SOUMISSION” A NE PAS OUVRIR AVIS D’APPEL D’OFFRES RESTREINT N°16/2011/201” Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant le ……… La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 120 jours à compter de la date limite de dépôt des offres. La date limite de dépôt des offres est fixée à 30 jours à compter de la première date de publication du présent avis au BOMOP ou l’un des quotidiens nationaux.

El Moudjahid/Pub

ANEP 851460 du 26/04/2011

S.G.P / E.R.G.T.HY HYDRO-AMENAGEMENT S.P.A RN n°5 - Z.I - BP. 31 - ROUIBA -
S.G.P / E.R.G.T.HY
HYDRO-AMENAGEMENT S.P.A
RN n°5 - Z.I - BP. 31 - ROUIBA - WILAYA D'ALGER
Tél.: 021 81.18.15 / 81.18.80 —Fax : 021 81.21.66 / 70
E-mail : hydroamhydro@yahoo.com
————————————————————————
Date le 18/04/2011
National and international
invitation to tenders
N°01/2011
The National Company of Hydraulic Installations 'HYDRO-AMENAGE-
MENT "RN n°5 ZI de Rouiba- BP 31 - Province of Algiers launches a natio-
nal and international invitation to tender for the acquisition of :
Topographic materiel :
> 15 Automatic levels
> 06 tacheometres electric
> 06 Distomats
The tenderers can withdraw the contract conditions against the payment of
the sum of 2.000 DA near by:
HYDRO-AMENAGEMENT - Company by Shares
Direction Generale
RN n°5 - Z.I - BP. 31 - Rouiba - Province of Algiers
The offers must arrive at the address indicated above in double envelope
sealed, the outer envelope will have to be strictly anonymous and not compri-
se any distinctive sign, this one will bear the mention:
National and international invitation to tenders N° 01/2011
DO NOT OPEN
The date limits discount of the offers under doubles sealed fold is fixed to
21 days after the first release ofthis present opinion of call of offers in the
national dailies.The tenderers will remain committed by their offers throu-
ghout one hundred ninety (90) days as from the limiting date of deposit
offers.
ANEP 845026 du 26/04/2011
El Moudjahid/Pub
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE
MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE
2 ème REGION MILITAIRE
AVIS D’APPEL D’OFFRES
NATIONAL RESTREINT
N° 002/2011/279
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d’appel d’offres restreint en vue de :
REALISATION DE 50 LOGEMENTS DE FONCTION DE TYPE F3 ET F4 AU PROFIT
DE LA DIRECTION DE PROJET DES VEHICULES LEGERS TOUT TERRAIN /2°RM
DE TIARET
Les entreprise et société intéressées par le présent avis détenant le degré de qualification trois (03)
et plus en TCE peuvent se présenter au siège de la :
DIRECTION RÉGIONAL DES FINANCES
2° REGION MILITAIRE ORAN
BP, N° 08 RP TERRE 02-ORAN
Pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme 5.000.00 DA, au compte ouvert,
auprès de la Trésorerie d’Oran.
Les personnes déléguées pour le retrait des cahiers des charges doivent se munir :
• d’une lettre d’accréditation notariée;
• d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
• d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission;
• d’une copie légalisée du registre du commerce de la société;
• d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée-ci-dessus.
• d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelle
(pour les entreprises de bâtiment et travaux publics, ou de l’agrément (pour les bureaux
d’études).
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront
être scindées en deux (02) parties :
1 - une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le cahier des
Charges.
Les offres (technique et financières), contenus dans deux enveloppes distinctes, doivent
parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCIES - 2° Région Militaire
BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES
B.P 08 RP TERRE 02 - ORAN
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention
:
“SOUMISSION À NE PAS OUVRIR”
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT
Nº002/2011/279
La date limite de dépôt des offres est fixées à trente (30) jours à compter de la date de
publication du présent avis d’appel d’offre au bulletin officiel des marchés de l’opérateur
public, ou aux quotidiens nationaux ou locaux
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs pendant une durée de quatre-vingt-dix
(90) jours, àcompter de la date limitede dépôt des offres.
El Moudjahid/Pub
ANEP 851121 du 26/04/2011

Mardi 26 Avril 2011

11 EL MOUDJAHID Publicité
11
EL MOUDJAHID
Publicité
Le Ministère du Tourisme et de l'Artisanat et L'Office National du Tourisme (ONT) Organisent Le
Le Ministère du Tourisme et de l'Artisanat
et
L'Office National du Tourisme (ONT)
Organisent
Le 12 e Salon International du Tourisme et des Voyages SITEV 2011, qui se tiendra du
18 au 21 Mai 2011, au Palais des Expositions - Pins Maritimes - SAFEX Alger, sous le
thème « la Promotion Touristique des Régions».
Le Salon est ouvert aux professionnels du Tourisme et des Voyages, de l'Hôtellerie,
aux Etablissements de Formation, Promoteurs et Opérateurs de l'industrie du Tourisme,
Compagnies Aériennes et Maritimes, aux Opérateurs de Téléphonie, Bureaux d'Etudes,
Assurances, Banques, Agences de Communication et Médias Spécialisés, aux Entreprises
Commerciales de l'industrie du Tourisme (équipements hôteliers
Cette 12 e édition est une opportunité pour s'informer sur l'offre touristique proposée
pour la circonstance et la promotion des potentialités touristiques que recèlent« Les
Régions d'Algérie », et l'occasion pour l'organisation de séjours touristiques et voyages.
Pour toute inscription veuillez consulter le site Internet du
SITEV: www.visitsitev.com
Pour toute information complémentaire, contacter le bureau d'information de l'Office
National du Tourisme
Adresse: 02 rue lsmail Kerrar Alger
Tel: 021 43 09 87
Fax: 021 43 80 66
E mail: sitev@ont-dz.org
El Moudjahid/Pub
ANEP 851958 du 26/04/2011

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES DIRECTION GENERALE DE LA SÛRETE NATIONALE DIRECTION DE L’ADMINISTRATION GENERALE SOUS-DIRECTION DU BUDGET BUREAU DES MARCHES

AVIS D’ANNULATION

La Direction Générale de la Sûreté Nationale informe l’en- semble des soumissionnaires concernés que les avis d’attri- bution provisoire des marchés, concernant les appels d’offres suivants, sont annulés, il s’agit de :

• L’Appel d’offres national restreint N° 85/2008 (1 re et 2 e

publication), en vue de la réalisation des travaux d’entretien

et d’aménagement des immeubles et de leurs installations techniques des services de police situées au niveau des wilayas, relevant de la compétence du SRFE Blida.

• L’Appel d’offres national restreint N°86/2008, en vue de

la réalisation des travaux d’entretien et d’aménagement des immeubles et de leurs installations techniques des services de police situées au niveau des wilayas, relevant de la com- pétence du SRFE Oran.

• L’Appel d’offres national restreint N° 87/2008 (1 re et 2 e

publication), en vue de la réalisation des travaux d’entretien

et d’aménagement des immeubles et de leurs installations techniques des services de police situées au niveau des wilayas, relevant de la compétence du SRFE Constantine.

EL-Moudjahid /pub

ANEP Nº 851937 du 26/04/2011

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’INTERIEUR ET DES COLLECTIVITES LOCALES DIRECTION GENERALE DE LA SURETE NATIONALE DIRECTION DE L’ADMINISTRATION GENERALE SOUS-DIRECTION DU BUDGET BUREAU DES MARCHES

AVIS D'ANNULATION DE L’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT

Nº94/2009

La Direction Générale de la Sûreté Nationale informe l'ensemble des sociétés intéressées par l’Appel d’Offres National Restreint Nº94/2009, ayant pour objet la réalisation des travaux d’entretien et d’aménagement des immeubles et de leurs installations techniques des services de police situés au niveau des wilayas d’Alger et Boumerdès, répar- tis en quatorze (14) zones distinctes, à savoir :

- ZONE Nº1 :

- ZONE Nº2 :

- ZONE Nº3 :

- ZONE Nº4 :

- ZONE Nº5 :

- ZONE Nº6 :

- ZONE Nº7 :

- ZONE Nº8 :

- ZONE Nº9 :

- ZONE Nº10 :

- ZONE Nº11 :

- ZONE Nº12 :

- ZONE Nº13 :

- ZONE Nº14 :

Que cet appel d’offres a été annulé.

Daïra de : Bir Mourad-Raïs (ALGER)

Daïra de : Sidi-M’hamed (ALGER)

Daïra de : HUSSEIN-DEY (ALGER)

Daïra de : Bab El-Oued (ALGER)

Daïra de : Baraki (ALGER)

Daïra de : Dar El-Beïda (ALGER)

Daïra de : El Harrach (ALGER)

Daïra de : Rouiba (ALGER)

Daïra de : Bouzaréah (ALGER)

Daïra de : Birtouta (ALGER)

Daïra de : Draria (ALGER)

Daïra de : Chéraga (ALGER)

Daïra de : Zéralda (ALGER)

Wilaya de : Boumerdès

El Moudjahid/Pub

ANEP 851935 du 26/04/2011

Mardi 26 Avril 2011

12 Publicité EL MOUDJAHID
12
Publicité
EL MOUDJAHID

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L’HABITAT ET DE L’URBANISME OFFICE DE PROMOTION ET DE GESTION IMMOBILIÈRE DE LA WILAYA DE TEBESSA

Avis d’appel d’offres national ouvert

n°06/OPGI/2011

L’Office de Promotion et de Gestion Immobilière de la wilaya de Tébessa lance un avis d’appel d’offres ouvert conformément à l’article 28 et 29 du décret présidentiel Nº10/236 du 07/10/2010 modifié et complété par le décret présidentiel Nº11/98 du 01/03/2011 portant réglementation des marchés publics pour la réalisation des projets suivants :

Réalisation 14A/50/2080 Logts Sociaux RHP à EL MERIDJ (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 14B/50/2080 Logts Sociaux RHP à EL MERIDJ (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 14C/50/2080 Logts Sociaux RHP à EL MERIDJ (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08/50/2080 Logts Sociaux RHP à EL MERIDJ (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : DJAALALI Abdelhamid - Cité 100 Logts participatifs Rte de Constantine TEBESSA Réalisation12/20/2080 Logts Sociaux RHP à GUIRIGUER (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08/20/2080 Logts Sociaux RHP à GUIRIGUER (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : SNOUSSI et BAHI - Cité Bel Air TEBESSA - Réalisation12/20/2080 Logts Sociaux RHP à EL HOUIDJBET (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08A/28/2080 Logts Sociaux RHP à EL HOUIDJBET (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08B/28/2080 Logts Sociaux RHP à EL HOUIDJBET (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : BOUTRAA Samir - Cité Bel Air TEBESSA - Réalisation 12/20/2080 Logts Sociaux RHP à AIN FADHA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08/20/2080 Logts Sociaux RHP à AIN FADHA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : AZZAZ Hacene - Quartier de La Paix - TEBESSA - Réalisation 08A/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08B/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 10A/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 10B/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12A/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12B/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12C/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12D/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12E/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12F/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 12G/120/2080 Logts Sociaux RHP à AIN ZERGA (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : AHMED CHAOUCHE Ahmed Amar - Cité EPLF TEBESSA - Réalisation 06A/20/2080 Logts Sociaux RHP à EL MALABIOD (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 06B/20/2080 Logts Sociaux RHP à EL MALABIOD (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08/20/2080 Logts Sociaux RHP à EL MALABIOD (Pr 2080 logts RHP Tr 2010)

B.E.T : MERAD Rima - Cité EPLF TEBESSA - Réalisation 08A/20/2080 Logts Sociaux RHP à THLIDJENE (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 08B/20/2080 Logts Sociaux RHP à THLIDJENE (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) Réalisation 04/20/2080 Logts Sociaux RHP à THLIDJENE (Pr 2080 logts RHP Tr 2010) B.E.T : ZAIDI Abdallah - Cheria TEBESSA - Les entreprises intéressées par cette annonce dont la qualification professionnelle et demandée de 01 re catégorie et plus aux domaines tous corps d’état comme activité principale ou secondaire peuvent retirer les cahiers des charges auprès de l’Office de Promotion et de Gestion Immobilière de la wilaya de Tébessa (OPGI Cité BEL-AIR - TEBESSA Service des Marchés R.D.C) contre paiement 2.000,00 DA représen- tant les frais d’impression. Les entreprises intéressées par cette annonce peuvent participer dans un seul lot ou plus. Les offres doivent être présentées sous double enveloppe, dont la première contient l’offre technique et la deuxième contenant l’offre financière, l’enveloppe extérieure doit être anonyme portant l’adresse et le projet concerné

“A ne pas ouvrir” à Monsieur le Directeur Général de l’OPGI. “Cité Bel Air Tébessa” Les offres doivent être présentées en deux (02) copies dont une porte la mention “ORIGINAL” et l’autre porte la mention : “COPIE” dans le cas où il aurait une contradiction entre les deux copies, la copie originale faisant fois. Les deux copies doivent être signées et visées par le soumissionnaire ou bien par la personne chargée de la soumission par une procuration officielle. Les offres doivent comporter les pièces réglementaires suivantes :

Pli portant l’offre technique :

Déclaration à souscrire signée et visée par le soumissionnaire;

Copie légalisée du registre du commerce;

Copie légalisée du certificat de qualification “en cours de validité”;

Copie originale du casier judiciaire Nº3 du gérant de l’entreprise “”en cours de validité” (en cas de non-présentation de ladite pièce, le soumissionnaire sera éliminé);

Bilans des trois (03) dernières années;

Dossier fiscal et parafiscal “CNASAT, CASNOS, CACOBATPH”,

Copie légalisée de l’extrait de rôle;

Liste des moyens humains et matériels;

Références professionnelles de l’entreprise;

Certificat de dépôt des comptes au CNRC (EURL - SARL - SNC) (pièce éliminatoire)

Copie légalisée des statuts des sociétés et les établissements actionnaires.

Pli portant l’offre financière :

Lettre de soumission signée et visée par le soumissionnaire;

Cahier des prescriptions spéciales signé et visé par le soumissionnaire;

Bordereau des prix unitaires arrêtés en chiffres et en lettres;

Devis quantitatif et estimatif signé par le soumissionnaire.

La date de dépôt des offres est arrêté en (21 e ) jours à partir de la 1 re parution dans les quotidiens natio- naux à 11h du matin. L’ouverture des plis fera le même jour à 13H30 au siège de la Direction Générale de l’Office “CITE BELAIR - TEBESSA -”. Tout pli reçu auprès la date de dépôt des offres sera considéré comme nul. Toutes les offres doivent être déposées directement en la date de dépôt des offres comme il est indi- qué ci-dessus. Les offres envoyées par voie postale sont recevable avant la date de dépôt des offres. Le cachet de la poste ne faisant pas foi. Les soumissionnaires resteront engagées par leurs offres pendant cent quarante (120) jours à partir de la date limite de dépôt des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP 852194 du 26/04/2011

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT N° 07/DM/2011 SOUS-TRAITANCE TRANSPORT DU PERSONNEL DU SIEGE

La société ALTRO/Spa lance un avis d’appel d’offres national restreint pour la sous-traitance du transport de personnel du Siège, sur plusieurs axes, comme indiqué au cahier des charges. Les prestataires spécialisés et intéressés peuvent retirer le cahier des charges auprès du secrétariat de la commission d’ouverture des plis, au niveau de la direction générale de ALTRO/Spa, contre paiement par virement au compte CPA N° 00400304401715000167, de la somme de 1000 DA. Les offres établies conformément aux clauses du cahier charges doivent être déposées, accompagnées des pièces administratives et fiscales, à l’adresse suivante :

Société Algérienne des Travaux Routiers -Altro Zone d’Activités, Route de Hamadi Krouma, BP 189-Skikda Secrétariat de la Commission d’Ouverture des Plis L’enveloppe extérieure contenant les 2 offres (offre technique et offre financière) doit être anonyme, sans aucun signe distinctif, et composer obligatoirement la seule mention suivante :

“AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL RESTREINT N°07/DM/2011 “SOUS-TRAITANCE TRANSPORT DU PERSONNEL DU SIEGE” “A NE PAS OUVRIR” La date de préparation des offres est de 15 jours à partir de la date de la première parution dans la presse nationale ou le BOMOP. Les soumissionnaires restent engagés par leurs offres pendant une durée de 120 jours calendaires à compter de la date d’ouverture des plis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 851240 du 26/04/2011

date d’ouverture des plis. El Moudjahid/ Pub ANEP 851240 du 26/04/2011 ANEP 5431 du 26/04/2011 Mardi
ANEP 5431 du 26/04/2011
ANEP 5431 du 26/04/2011

Mardi 26 Avril 2011

14 Publicité EL MOUDJAHID
14
Publicité
EL MOUDJAHID

People’s Democratic Republic of Algeria Ministry of Water Resources National Agency of Dams and Transfers NIF / 000516097080625

National and international restricted bid-tender N° 13/2011

Elaboration of studies and plans dam’s execution, controlling and the follow-up of works dam of BOUKHROUFA Wilaya of EL TARF”.

The NationalAgency of Dams and Transfers invites by this national and international restricted bid tender, the studies offices

and the studies offices grouping to present their technical and financial propositions to assure the elaborations of studies and plans dam’s execution, controlling and the follow-up of works dam of “BOUKHROUFA Wilaya of El TARF”. The project is composed by :

Dam : Type : Dam of earth with an alluvial materials core

- Total capacity : 125 hm 3

- Dam’s high : 87 m

Intake Type : Circular of concrete armed

- The high : 66 m Works volume

- Volume of excavation 1 305 100 m 3

- Volume of concrete

- Embankments coffer dam 4 297 000 m 3

- Injections 15 950 m 2

79 600 m 3

Tenderers admitted have to compete must :

Eligibility : To be eligible to the present national and international restricted bid-tender, the tenderer has to satisfy the follo- wing conditions :

B) A unique studies office : it must have realized :

1 has already elaborated, during ten years ago, at least (01) one study of before detailed project or one execution study or a

technical assistance or has followed-up a realization works of project dam all type (earth dam, stone dam, concrete BCR-BCV), the dam is about at least 10 meters height.

2 - has realized yearly a business deal means, superior or equal, to three hundred (300) millions Algerian dinars or the equi- valent to the currency in three (03) years ago.

3 - Has a general experience in the domain, superior or equal to fifty (15) years.

4 - Has not participated to before detailed project, relating to the project being the subject of the present bid-tender. Grouping studies offices :

1 - Chief of line : The grouping chief of line must relate to the following conditions :

1.1 Must be majority and must have to his asset, during ten (10) years ago, at least a study of before detailed project or an

executon study or a technical assistance or has followed-up a realization works project dam all type (earth dam, stone dam, cement

BCV-BCR), The dam is about at leats 10 meters height.

1.2 Has realized a business deal means, superior or equal, to three hundred (300) millions Algerian dinars or the equivalent

to the currency in three (03) years ago.

1.3 Has a general experience in the meadow, superior or equal to fifty (15) years.

1.4 Has not participated to before detailed project, relating to the project which is the subject which is the subject of he present

bid-tender. 2- Grouping members :

1.1 Having realized, during ten (10) years ago, a study on a project dam of one from the following missions : execution stydu

or a technical assistance or following-up of a realization works of project dam of (earth dam, stone dam, concrete BCR-BCV), the dam is about at least 10 meters height.

2.2 has not participated to the elaboration of a study before detailed proect, relating to the project being the subjecr of the pre-

sent bid-tender. Supplying general consistence : it is awarded to the studies office the following missions :

Mission 1 : “Elaboration of the execution plans, complementary studies” Mission 2 : “Technical assistance” Mission 3 : “Follow-up of works” Mission 4 : “Final documents” The withdrawal of specifications book will be done against putting down a banking check, certified to the profit of the National Agency of Dams and Transfers (ANBT) amount of ten thousand Algerian dinars (10 000 DA) not repayable. The studies offices and the grouping of studies officies interested by the present opinion are invited to withdraw the file of the bid-tender from :

The National Agency of Dams and Transfers Regiment and Contentious Business Home A Public Market Department 3, Street of Mohamed Allilet B.P 235, Kouba - Algiers Fax : 213. 21.29.94.71

El Moudjahid/Pub

The offers accompanied of professional references and administrative pieces required by the in force regimentation must be put back under sealed duplicate envelop. National and international restricted bid-tender N° 13 having for : The elaboration of studies dans plans dam’s execu- tion, controlling and the follow-up of works dam of BOUKHROUFA Wilaya of EL TARF” - Do not open-

It will contain tow envelops :

- First envelop : a technical offer wich must contain the following pieces.

- A presentation letter of the tender.

- A declaration of subscribe (to fill according to the model join in appendix of the specifications book). In case of grouping, every member must provide a declaration to subscribe.

- Declaration of probity (to fill according to the model join in appendix of the specifications book). In case of grouping, every member must provide a declaration to subscribe.

- A technical memory.

- The attestation of visit of the site.

- The organisation chart of the team of the project.

- Curriculums detailed vitae.

- The general planning of the supplying realization.

- References of the tenderer accompanied by attestations of good execution authenticated.

- In case of grouping, the okay protocol.

- The delegation of powers of studies officies forming the grouping to the chief of line (chief of line be having to majority).

- The copy either certified compliant of the statue of the studies officie as well as main shareholder or partners.

- The number of activity years as well as the financial balances of the three (03) last years duly certified by a government auditor and aimed by services of taxes as well as the banking references.

- The attestation of deposit of the social accounts for the national studies officies.

- The present specifications book with all initialed pages, structural the date, the seal and the tenderer’s signature, proceeded of the “read mention and approved”.

- The approval of the studies office for tederers ofAlgerian right or the equivalent for the foreign tenderers under validity cer- tified by the consular services for the foreign tenderers. For tenderers of Algerian right :

- The expert of the police record (less than 03 months) of the tenderer whend it is about a physical person, and the Manager

or leading general when it is about a society.

- The fiscal situation in Algeria and in the country of their social sat for the national and strangers having worked in Algeria.

- The situation to the consideration of organisms of the social security for the national and strangers having worked in Algeria.

- Attestations of the trade room (or of a professional organism) of the place of the social seat, structural on the domain of expertise of the study office.

- All the tenderers Algerian right have to tender in local currency (Algerian dinars). Second envelop : a financial offer which must include the following pieces :

1. The letter of the tender-bid (according to the model join in appendix of the specifications book).

2. The unit price slip.

3. The quantities and approximate detail.

4. The under detail of prices.

5. Justification of the transferable part.

The offers must be closed and put back in :

The National Agency of Dams and Transfers Regiment and Contentions Business Home A Public Market Department 3, Street of Mohamed Allilet B.P 235, Kouba - Algiers

- The preparation during of the offers is fixed to Sixty (60) days since the day of it’s first publication in the trade official sta- tement of the public operator (BOMOP) or in the news-papers.

- The putting back of the offers is fixed for the 22 Juin 2011 from 8h00 to 12h00. The opening of folds will be in the same

day at 14h00.

- tenders will remain engaged by their offers during the period of the offers “preparation adding (3) months starting by the first day of the deposit of their offers.

ANEP 850842 du 20/04/2011

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N°04/2011 La Laiterie Numidia SPA Filiale GIPLAIT sise à Chaâb-Ersas

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT N°04/2011

La Laiterie Numidia SPA Filiale GIPLAIT sise à Chaâb-Ersas BP 237, Constantine, lance un Avis d’Appel d’Offres National ouvert aux entreprises spécialisées en vue de la fourniture, l’installation et la mise en service des équipements suivants :

Lot N°01 : Groupes de froid autonomes (Kits complets). Lot N°02 : Pompes centrifuges eau glacée (Pompe verticale, pompe horizontale). Lot N°03 : Cellules modulaires transformateurs. Lot N°04 : Pompes centrifuges lait. Lot N°05 : Pompe de transfert eau chaude. Lot N°06 : Imprimantes à jet d’encre pour conditionneuses pâtes fraîches. Lot N°07 : Tapis convoyeur sacs de poudre. Lot N°08 : 02 camions frigorifiques 2.5 tonnes. Le retrait des cahiers de charge se fera dès la parution de l’Avis d’Appel d’Offres par les entreprises intéressées ou leurs mandataires conre le paiement (reçu) de la somme de 3000,00 DA non remboursables, représentant les frais de reprographie. (mandatement + Cachet entreprise obligatoires pour le retrait). Le retrait des cahiers de charges se fera au :

DIRECTION ADMINISTRATION ET DES FINANCES Laiterie Numidia SPA Chaâb-Ersas, BP 237 Constantine

Les Offres doivent être accompagnées des pièces règlementaires :

I - Offre technique II - Offre financière Les Offres doivent être remises accompagnées des pièces règlementaires sous double enveloppe :

La première enveloppe comportera l’Offre technique et portera la mention (Offre technique) la seconde enveloppe comportera l’Offre fnancière et portera le mention (offre financière). Les enveloppes intérieures porteront le nom et l’adresse du soumissionnaire, les deux enveloppes seront mises à leur tour dans une enveloppe (extérieure) anonyme et fermée qui devra porter les mentions suivantes :

A ne pas ouvrir ‘Avis d’Appel d’Offres National ouvert pour travaux d’étanchéité des bâtiments de la laiterie. La date limite de dépôt des offres est fixée à 21 jour à compter de la première parution dans les quotidiens nationaux. Les soumissionaires resteront engagés par leurs Offres pendant une durée de 120 jours, à compter de la date limite de dépôt des Offres.

EL-Moudjahid /pub

ANEP Nº 5430/C1 du 26/04/2011

GROUPE INDUSTRIELDES CIMENT D'ALGERIE (G.I.C.A) SOCIETE DES CIMENTS DE HAMMA BOUZIANE (SCHB-SPA) AU CAPITAL DE
GROUPE INDUSTRIELDES CIMENT D'ALGERIE
(G.I.C.A)
SOCIETE DES CIMENTS DE HAMMA BOUZIANE
(SCHB-SPA) AU CAPITAL DE 2.200.000,000 DA
Avis d’Appel d'Offres National
et International restreint
N°03/DAC/SCHB/2011
La Société des Ciments de Hamma Bouziane lance un avis d'Appel d'Offres National
et International restreint, auprès des fabricants, pour la fourniture de bandes
transporteuses:
Les soumissionnaires intéressés par cet Appel d'Offres peuvent retirer le cahier des
charges, contre le paiement de la somme de vingt cinq milles (25.000) Dinars Algériens
auprès du secrétariat de la commission des marchés de la Direction Générale de la SCHB
Sis à Hamma Bouziane-Constantine -Algérie
Les offres doivent être déposées sous double plis cacheté au plus tard dans un délai
de trente jours (30) calendaires à compter de la date de la première parution du présent
avis d'Appel d'Offres sur la presse nationale et ce à l'adresse suivante:
SIEGE SOCIAL de la SCHB
SECRETARIAT DE LA COMMISSION DES MARCHES
SIS : HAMMA- BOUZIANE - CONSTANTINE - ALGERIE
L'enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne porter que la mention
suivante :
-A.O.N.I RESTREINT N°03/DAC/SCHB/2011 - A NE PAS OUVRIR-
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de quatre-
vingt dix (90) jours après la date limite de réception de l'offre.
El Moudjahid/Pub
ANEP 5427 du 26/04/2011

Mardi 26 Avril 2011

15 EL MOUDJAHID Publicité
15
EL MOUDJAHID
Publicité
République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de la Défense Nationale 5° Région Militaire
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de la Défense Nationale
5° Région Militaire
République Algérienne Démocratique et Populaire
Ministère de la Défense Nationale
5° Région Militaire
Avis d’appel d’offres national ouvert
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº41/2011/D4/T/5°RM
Nº40/2011/D4/T/5°RM
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d'appel d'offres
national ouvert en vue de la réfection des blocs hébergement/AIN
M’LILA.
Les entreprises et sociétés intéressées, par le présent avis peuvent se
présenter au siège de la :
Le Ministère de la Défense Nationale lance un avis d'appel d'offres
national ouvert en vue de la réalisation d’un stand de tir+bloc
douche + atelier de réparation/JIJEL
Les entreprises et sociétés intéressées, par le présent avis peuvent se
présenter au siège de la :
5° REGION MILITAIRE
Sis à Plateau du Mansourah - Constantine
5° REGION MILITAIRE
Sis à Plateau du Mansourah - Constantine
pour retirer le cahier des charges, contre le paiement de la somme de 5.000 DA cinq
mille dinars; pour les sociétés de droit algérien, au compte
nº008-25001-5250000288/93 ouvert auprès de la trésorerie publique - Wilaya de
Constantine.
Les personnes déléguées pour le retrait des cahiers des charges doivent se munir :
pour retirer le cahier des charges, contre le paiement de la somme de 5.000 DA cinq
mille dinars; pour les sociétés de droit algérien, au compte
nº008-25001-5250000288/93 ouvert auprès de la trésorerie publique - Wilaya de
Constantine.
Les personnes déléguées pour le retrait des cahiers des charges doivent se munir :
• d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
• d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;
• d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission;
• d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission;
• d’une copie légalisée du registre du commerce de la société;
• d’une copie légalisée du registre du commerce de la société;
• d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelle (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics) de catégorie 01
et plus.
• d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification
professionnelle (pour les entreprises de bâtiment et travaux publics) de catégorie 03
et plus.
• d’une copie du bon de versement de la somme citée-ci-dessus
• d’une copie du bon de versement de la somme citée-ci-dessus
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges
devront être scindées en deux (02) parties :
Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges
devront être scindées en deux (02) parties :
1- une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le
cahier des charges.
Les offre (technique et financières), contenues dans (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
1- une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges;
2 - une offre financière commerciale comprenant les documents requis par le
cahier des charges.
Les offre (technique et financières), contenues dans (02) enveloppes distinctes,
doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :
Direction Régionale des Finances de la 5° Région Militaire
Bureau d’administration des cahiers des charges
BP 73 Plateau du Mansourah - Constantine
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que
Direction Régionale des Finances de la 5° Région Militaire
Bureau d’administration des cahiers des charges
BP 73 Plateau du Mansourah - Constantine
L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que
la mention : “Soumission” à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº41/2011/D4/T/ 5° RM
Les soumissions doivent être adressée ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus,
avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la première date
de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180
jours égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
la mention : “Soumission” à ne pas ouvrir
Avis d’appel d’offres national ouvert
Nº40/2011/D4/T/5° RM
Les soumissions doivent être adressée ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus,
avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la première date
de publication.
La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges.
Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 180
jours égale à celle de préparation des offres fixée dans le cahier des charges.
El Moudjahid/Pub
ANEP 851490 du 26/04/2011
El Moudjahid/Pub
ANEP 851496 du 26/04/2011
Direction Régionale de Blida NIF : 000916099002151 Avis d’Appel D’Offres National Ouvert N° 007/2011 Un

Direction Régionale de Blida

NIF : 000916099002151

Avis d’Appel D’Offres National Ouvert N° 007/2011

Un avis d’appel d’offres national ouvert est lancé la réalisation du projet suivant :

PROJET : 20/318 logts à SIDI MOUSSA (BLOC F)

LOT : STRUCTURE Les entreprises intéressées par le présent appel d’offres peuvent procéder au retrait du cahier des charges auprès de la Direction Régionale de l’ENPI/Blida sise à Cité 110 logts Bab Dzair Centre Ville Blida, Tel : 025-41-20-86 / 025-41- 75-85/86, contre paiement de 8 000,00 DA. Les offres doivent comporter une offre technique et une financière et accompagnées des pièces administratives réglementaires et professionnelles suivantes :

- Déclaration à souscrire

- Certificat de qualification et de classification professionnelle

- Statut de l’Entreprise et attestation de dépôt légal des comptes sociaux

- Registre du commerce et matricule fiscale

- Bilans financiers et références bancaires

- Attestations fiscales et parafiscales

- Extrait du Casier judiciare

- Moyens humains et matériels

- Références professionnelles

- Déclaration de probité

(voir liste des pièces détaillées dans le cahier des charges). • Les offres techniques et financières doivent être insérées dans deux enveloppes distinctes. • Les deux enveloppes seront insérées dans une autre enveloppe anonyme, comportant les mentions suivantes :

A Monsieur le DIRECTEUR REGIONAL DE L’ENPI DE BLIDA AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL N° 007/2011 “SOUMISSION A NE PAS OUVRIR” PROJET ; 20/318 lots à SIDI MOUSSA (BLOC F) LOT : STRUCTURE • La date limite de dépôt des offres est fixée au 10/05/2011 à 9 H 30. • Les soumissionnaires sont invités à la séance d’ouverture des plis programmée le jour de la date limite de dépôt des offres à 10 H 00 • Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant 120 jours.

El Moudjahid/Pub

ANEP 845053 du 24/03/2011

Condoléances Le Président-Directeur Général, M. BENABBES Hamidou, de la Société Algérienne des Travaux Routiers
Condoléances Le Président-Directeur Général, M. BENABBES Hamidou, de la Société Algérienne des Travaux Routiers

Condoléances

Condoléances
Le Président-Directeur Général, M. BENABBES Hamidou, de la Société Algérienne des Travaux Routiers (ALTRO) et

Le Président-Directeur Général, M. BENABBES Hamidou, de la Société Algérienne des Travaux Routiers (ALTRO) et l’ensemble du personnel, très touchés par le décès de leur collègue :

Monsieur ALI BOUREBOUNE Cadre Supérieur ALTRO/SPA.

Monsieur ALI BOUREBOUNE Cadre Supérieur ALTRO/SPA.

Présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent de toute leur sympathie. Qu’Allah

Présentent à sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent de toute leur sympathie. Qu’Allah Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

El Moudjahid /Pub

ANEP 845060 du 26/04/2011

Mardi 26 Avril 2011

Société

16

EL MOUDJAHID

CONTREFAÇON DE PIÈCES AUTOMOBILES

CONTREFAÇON DE PIÈCES AUTOMOBILES
CONTREFAÇON DE PIÈCES AUTOMOBILES
Une Une menace menace pour pour la la sécurité sécurité

UneUne menacemenace pourpour lala sécuritésécurité

Une Une menace menace pour pour la la sécurité sécurité
pièces. Aujourd’hui, le marché de la pièce de rechange est prin- cipalement alimenté par des

pièces. Aujourd’hui, le marché de la pièce de rechange est prin- cipalement alimenté par des produits d’origine asiatique. Il faut dire aussi que la pièce de rechange automobile chinoise, chez nous, figure au point culminant de la pyramide des pays d’importation. La situation est drama- tique d’autant plus que la contrefaçon qui touche 25 à 30% des articles commer- cialisés, concerne un secteur vital en rap- port direct avec les automobilistes, de plus en plus exposés, à des dangers mortels

La contrefaçon touche de plus en plus de secteurs d’activités et l’in- dustrie automo- bile n’est pas épargnée par ce fléau, devenu, ces dernières années, plus qu’une tri- cherie ou infrac- tion, à caractère économique, mais un phéno- mène de société, au regard de son ampleur.

L’ importation

pièce

de

la

mais un phéno- mène de société, au regard de son ampleur. L’ importation pièce de la

automobile contrefai-

te ne connaît toujours pas de répit même si le commerce de celle-ci, est strictement inter- dit, depuis novembre 2009. Cette loi, en fait, qui soumet l’introduction des équipe- ments, accessoires et autres parties de véhicules à des certi- ficats d’homologation du constructeur automobile, lui- même, ne parvient pas à lutter contre ce fléau, enraciné, en dépit du danger qu’il représen- te pour la sécurité des automo- bilistes. Le marché algérien continue à faire face à la circu- lation de la pièce « Taiwan » qui inonde les magasins spé- cialisés dans la vente des

articles automobiles. En effet, la rareté des automobiles de certaines marques, conjuguée plus ou moins aux prix modé- rés de celles-ci, font, aujour- d’hui, que la demande sur ces articles ne semble pas connaître de résistance ou de fléchissement même après les dernières mesures prises par les pouvoirs publics pour la régu- lation de ce type de commerce. Le rapport du ministère du Commerce, pour le 1 er semestre 2010 fait état, d’une hausse de 1.190 tonnes de pièces automo- biles non conformes, par rap- port à l’année 2009 où l’on a enregistré l’introduction sur le marché national 2.500 tonnes,

pour une valeur de plus de 10 millions de dollars. Les mesures drastiques, adoptées, en fait, par le ministère du Commerce, pour l’interdiction d’importation des pièces qui ne sont pas fabriquées par des équipementiers automobiles ou dans le meilleur des cas, l’im- position à l’importateur d’un certificat de conformité pour les pièces fabriquées sous licence, se heurte à la réalité du terrain, voire à une mentali- té qui favorise l’article « bon marché ». Les statistiques de la tutelle relèvent, pour la même période 4.390 infractions, dont 275 soldées par la sanction des commerçants qui écoulent ces

au regard de l’utilisa- tion de pièces automobiles qui ne répondent pas forcément aux normes prescrites par le constructeur, aussi bien en termes de qualité mais égale- ment de sécurité. Le phénomè- ne de la contrefaçon qui a gagné toutes les activités, y compris ceux considérés comme sensibles, d’où l’intérêt aujourd’hui, de sensibiliser le consommateur quant au danger de recourir à des produits copiés, notamment lorsqu’il s’agit de pièces de rechange automobiles car il y va de la vie des automobilistes. Samia D.

Détournement d’une aide de l’ANDI de Béjaïa

Cinq individus sous mandat de dépôt

Cinq personnes viennent d’être placées sous mandat de dépôt par le magistrat ins- tructeur près le tribunal de Bejaia pour "asso- ciation de malfaiteurs", "faux et usage de faux" et "évasion fiscale", a-t-on appris auprès de la sûreté de wilaya. Ce groupe d’individus, a été arrêté récem- ment, par la brigade économique de la Sûreté de wilaya de Bejaia et déféré au par- quet pour avoir "indûment" profité des avan- tages accordés au titre de l’aide à l’investis- sement par l’Agence nationale pour le déve- loppement de l’investissement (ANDI), a indiqué la même source. Les mis en cause ont agi avec "la complicité" présumée de cer- tains employés du service des cartes grises de la wilaya, selon la même source.L’affaire, survenue en mai 2010, repose sur l’acquisi- tion par des particuliers au nombre de cinq, d’un lot de 36 bus de transport de voyageurs dans le cadre du dispositif ANDI. Seulement, sitôt le matériel acquis, il a été revendu à des tierces personnes, au mépris de la loi, qui interdit sa revente durant une période de cinq ans, a-t-on expliqué. Pour rendre fiable leur cession, ils ont recouru à l’aide de certains fonctionnaires pour "soustraire la mention d’incessibilité sur les cartes grises délivrées", a-t-on ajouté. Informée par la wilaya, la police, après une enquête de plusieurs mois a fini par confondre tous les membres du réseau, com- posé de sept personnes. Déférés devant le parquet, deux bénéficiaires de bus, le chef de service des cartes grises et un agent infor- matique ont été placés sous mandat de dépôt. Deux entrepreneurs et un intermédiaire ont également écopé de la même sentence alors qu’une sixième personne, un commer- çant de son état, à quant à lui, été mis sous contrôle judiciaire.

PROTECTION CIVILE

2.4232.423 interventionsinterventions enen deuxdeux joursjours

• Un homme et un bébé décèdent par asphyxie à Alger.

L es services de la Protection civile ont enregistré en deux jours 2.423 interventions liées

essentiellement aux évacuations sani- taires, aux accidents de la circulation, incendies et autres accidents domes- tiques et chutes accidentelles,

apprend-on auprès de la cellule de la communication de la direction généra- le de la Protection civile.

A Alger, le gaz butane a encore fait

des siennes, un homme de 38 ans et son enfant, un bébé de 6 mois sont décédés par asphyxie dans la nuit du 24 au 25 avril aux Eucalyptus sis à la cité Renault de Cherarba ainsi que deux autres membres de la famille ont

été incommodés à l’intérieur de leur domicile. Toujours à Alger, et dans la même journée, le corps sans vie d’une personne de 39 ans a été découvert à bord d’un camion stationné à la gare routière du Caroubier.

A Grarem Gouga (Mila), une per-

sonne de 61 ans a été découverte morte à Mechtet Ouarziz plus précisé- ment, tandis qu’un homme de 83 ans a été victime d’une chute mortelle du 3 e étage d’un immeuble, sis à la cité 100

logements, dans la commune d’Ahmar El Ain.

A Laghouat, ce sont les intempéries

qui on causé la mort par noyade d’une fillette de 13 ans été emportée par les eaux pluviales au village Bordj S’noussi. Concernant par ailleurs les acci- dents de la circulation, le bilan dressé par la Protection civile est lourd dans la mesure où l’on compte 4 morts et 28 blessés dans divers accidents survenus les 24 et 25 avril. A Boussaâda, une

accid ents survenus les 24 et 25 avril. A Boussaâda, une collision entre un camion et

collision entre un camion et un véhi- cule léger, survenue sur la RN46, au lieu-dit Oued Chekoura de la commu- ne de Bensrour a causé un décès (un homme de 28 ans) et un blessé. A Boumerdès, deux accidents de

circulation ont causé 3 décès et 5 bles- sés. Le premier est survenu sur la RN22, commune de Boudouaou, où une télécospage entre deux véhicules légers a fait deux morts, une femme de 21 ans et un homme de 31ans, et 4 blessés alors que sur la RN5, au lieu- dit Ben Adjal, également dans la com-

mune de Boudouaou, une femme âgée de 51 ans est décédée et une autre a été blessée suite à une collision entre un véhicule léger et un camion semi- remorque. La même chose à Constantine où une personne de 25 ans a péri et une autre blessée après une collision entre un bus et deux véhi- cules légers, survenue sur la RN20, au lieu-dit Manimane, dans la commune d’Aïn Abid.

Dans la wilaya de Tipasa, les élé- ments de la Protection civile ont éva- cué vers l’hôpital de Koléa cinq per- sonnes blessées dont trois gendarmes et ce, suite à une collision entre 2 véhi- cules légers survenue sur le CW 69, commune de Bou Ismail tandis qu’à d’Ahmar El Ain, un homme de 24 ans a été mortellement heurté par un véhi- cule léger sur la RN42. A Médéa, ce sont sept personnes qui ont été blessées, suite à une colli- sion entre deux véhicules légers, sur- venue sur la RN1, dans la commune de Ben Chicao, de même qu’à Blida, on compte 7 blessés après un heurt entre un camion et un bus de transport de voyageurs, survenu sur l’axe autorou- tier Chiffa vers Blida. Enfin, six per- sonnes ont été évacuées vers l’hôpital de Sougueur (Tiaret) suite à un déra- page d’un bus de transport de voya- geurs qui a percuté un arbre, au lieu- dit Zone Sidi El Abed. SAM

CRIMINALITÉ AU 1 ER TRIMESTRE

Plus de 20.000 personnes interpellées par la police

Les services de la police judiciaire, implantés sur le territoire national ont enregistré, durant les trois pre- miers mois de cette année, 33.134 affaires liées aux diverses forces de criminalité, ayant entraîné l’implica- tion de 20.946 personnes, a-t-on appris auprès de la cellule de communication de la Direction générale de la Sûreté nationale. Par familles d’infractions, les atteintes aux personnes prédominent, avec 17256 affaires enregistrées, mettant en cause 11.724 indivi- dus, suivies des atteintes aux biens, avec 13902 affaires, impliquant 4883 individus. Les affaires éco- nomiques et financières, quant à elles, s’élèvent à 1.009, mettant en cause 1.987 individus. Par ailleurs, les affaires liées au trafic de stupéfiants et substances psychotropes ont connu une hausse sensible avec 511 affaires, impliquant un total de 713 personnes, outre la saisie de 241 kg et 178 g de résine de cannabis et 34.209 comprimés de substances psychotropes, préci- se la même source.

M.M

Maghnia

15 kg de kif traité saisis par la police judiciaire

Suite à une information parvenue aux services de la police judiciaire de la sûreté de daïra de Maghnia il a été découvert, au domicile du nommé B.A, âgé de 30 ans, sans profession, une quantité de plus de 15 kilo- grammes de kif traité en provenance de la frontière marocaine, a indiqué la cellule de communication de la Direction générale de la sûreté nationale. Présenté au tribunal de Maghnia, le susnommé a été placé sous mandat de dépôt, pour le chef d’inculpation d’importation illicite de stupéfiants, en attendant son jugement.

M.M

Mardi 26 Avril 2011

Culture

17

EL MOUDJAHID

RENCONTRE AUTOUR DE LA SORTIE DE «BIENTÔT FINIRA LA PEINE», UN ROMAN DE BOUZIANE BEN ACHOUR

Une singulière histoire d’amour

Depuis le lancement du café littéraire, les écrivains et journalistes se succèdent au siège de l’union des écrivains. L’espace ne désemplit pas autour des discussions avec les auteurs dans une ambiance feutrée et intimiste où trônent les portraits d’écrivains disparus.

C ’était au tour de notre confrère d’El-Watan, Bouziane Ben Achour en présence de Smail. K. modérateur de la séance, de présenter son septième roman

paru aux éditions françaises «Mon petit éditeur» dans la collection publibook. Avec une longue carrière dans le journa- lisme, plus d’une trentaine d’années, l’au- teur qui est aussi essayiste puisqu’il a pro- duit trois essais dont deux sur le théâtre et un sur la musique intitulé «Les Figures du terroir», est connu en tant que dramaturge avec l’écriture en arabe populaire de 13 pièces depuis les années 1994 et de romans en langue française publiés pour la plupart en Algérie à partir de l’année 1998. L’auteur est, actuellement, sur le travail d’une pièce de théâtre intitulée « Syphax » qui sera montée bientôt dans le cadre de la manifestation « Tlemcen, capi- tale de la culture islamique ». Il faut dire que notre écrivain a plusieurs cordes à son arc, mais surtout une seule passion : celle de l’écriture d’où le cheminement parallè- le de la pratique de l’écriture théâtrale et celle des fictions littéraires qu’il conçoit comme un nécessaire prolongement de la première. Son dernier roman, sa deuxième publication en France, vient de paraître tout récemment et sera probablement édité ici prochainement. L’auteur en a fait, dimanche dernier, la présentation devant un nombreux public en relatant l’histoire

Ph. Louiza .
Ph. Louiza .

de son écriture. Cette fiction par trop sin- gulière part d’un fait qui pourrait s’avérer être vrai dans la mesure où elle s’inspire de la trajectoire d’un lecteur de Coran entre les villes de Nédroma et Ghazaouet situées à 10 km l’une de l’autre. L’histoire est ainsi entamée sur ce récitant de textes sacrés dans les cimetières. L’auteur nous précise que dans la ville d’El-Bayad les cimetières musulmans, chrétiens et juifs sont situés à proximité les uns des autres. Un jour donc, ce lecteur de Coran se trom- pe de cimetière et se dirige vers le cime- tière chrétien où il fait la connaissance d’une descendante de pieds-noirs venue se recueillir sur la tombe d’un de ses aïeux. Lorsqu’elle écoute la psalmodie du Coran, elle est subjuguée par l’homme qui la lit. L’auteur tisse alors une histoire d’amour entre l’Européenne et cet homme qui est en fait un handicapé visuel. Un jour, cette femme s’en va et lui essaye de trouver à tout prix un moyen pour la rejoindre. Pour elle, l’aveugle devient un harraga qui va traverser la mer pour être finalement arrê- té aux frontières et détenu dans un centre de rétention. C’est là, que commence la véritable histoire du roman qui raconte l’écriture enflammée des lettres virtuelles que le prisonnier envoie à cette femme, lettres où il raconte sa vie dans ce centre : «J’ai essayé en tant que journalis- te de faire un mixage entre le roman et

l’écriture du reportage. J’ai une grande conviction pour la littérature et en ma capacité à traduire une période précise de l’histoire» déclare l’auteur avant d’ajou- ter : «Je ne suis pas un historien, ni un anthropologue, ni un sociologue. J’ai cette fibre littéraire qui me permet d’exprimer les choses que je ressens sans contrainte.» Bouziane Ben Achour qui est passé de l’écriture dramaturgique où se lisait son intérêt accru pour les cultures populaires à l’écriture romanesque a conservé dans ses livres le sens des proverbes populaires, tout en s’imprégnant de ses lectures de Dib ou de Kateb Yacine, il tente de trans- crire dans ses livres sa conscience person- nelle des choses en privilégiant l’expres- sion profonde de son moi. Pour lui, sa pro- duction romanesque est une tentative voire une volonté de laisser, par rapport à la littérature des années 70 qui avait ses propres caractéristiques, quelques traces tangibles. Dans la multitude des romans qu’il écrit, il n’a pas une préoccupation pour une écriture militante ou de combat bien que l’auteur possède ses opinions, et comme il l’explique devant l’assistance, il n’ya pas de messages explicite à trans- mettre mais au contraire un désir de pla- cer l’homme comme valeur humaine au cœur du sujet romanesque en façonnant des personnages qui l’habitent. Lynda Graba

MOIS DU PATRIMOINE, SÉMINAIRE NATIONAL À EL OUED

La lutte contre le trafic transfrontalier de pièces archéologiques

L a lutte contre le trafic de pièces archéologiques, via les frontières terrestres, sera au centre d'un séminaire national prévu à partir de

demain à El Oued, a-t-on indiqué auprès de la direction de la culture de la wilaya. Sur le thème du ''patrimoine culturel et la société de proximité'', cette rencontre, de sept jours, prévoit une série de com- munications sur le sujet, animées par des responsables de la préservation du patri- moine des offices des parcs nationaux du Tassili et de l'Ahaggar (OPNT et OPNA), en présence de représentants du secteur de la culture et de corps constitués (douane, sûreté et gendarmerie). Les travaux du séminaire seront axés sur l'examen de la problématique de la lutte contre le trafic de pièces archéolo- giques, via les frontières terrestres, à tra- vers un diagnostic exhaustif qui donne

terrestres, à tra- vers un diagnostic exhaustif qui donne une idée sur les personnes se livrant

une idée sur les personnes se livrant aux vols du patrimoine national, leurs objec- tifs et les voies et moyens utilisés, a-t-on indiqué à la direction de la culture d'El- Oued. La rencontre vise aussi la coordina- tion des efforts entre institutions offi-

cielles, société civile et acteurs dans le domaine du tourisme, ainsi que la sensibi- lisation des citoyens sur la nécessaire pré- servation du patrimoine matériel et imma- tériel national, a-t-on ajouté. L'information et la formation des diffé- rents intervenants dans la protection du patrimoine national, l'ancrage de relations de coopération et de concertation entre les parties chargées de la préservation de ce patrimoine, sont d'autres objectifs assi- gnés à cette rencontre. Initiée par la direc- tion de la culture de la wilaya d'El Oued, avec le concours des offices OPNA et OPNT, la rencontre sera sanctionnée par l'adoption de recommandations. En marge des travaux, seront organi- sées des sorties sur certains sites et monu- ments archéologiques protégés dans la région, suivies de programmes d'applica- tion au niveau des Offices OPNT et OPNA.

SEMAINE DU FILM ALGÉRIEN À EL TARF

ChafiaBoudraâenstar

Ph : DR
Ph : DR

U ne semaine du film algérien a été ouverte dimanche après-midi à la maison de jeunes Ahmed-Betchine d’El Tarf avec la projection de «Hors-la-loi» de Rachid Bouchareb, en présence de l’actrice prin-

cipale de ce long-métrage, Chafia Boudraâ, et d’un nombreux public. La semaine du film algérien constitue une occasion en «or» pour le public cinéphile d'El Tarf, dans la mesure où la manifestation lui permet de renouer avec le 7 e art, d’autant que le programme concocté est des plus alléchants avec, entre autres, «La place» de Dahmane Ouzid, «Les palmiers blessés» de Abdellatif ben Ammar et «Les ailes brisées» de Rachid Djigouadi. Dans une brève intervention, le directeur de la cultu- re, Ali Talbi, a estimé que cette manifestation, première du genre à El Tarf, est de nature à «ancrer une culture du cinéma» dans cette région en rupture de ban, depuis de longues années, avec l’atmosphère des salles obscures. La direction de la culture a honoré à cette occasion M me Chafia Boudraâ, qui a reçu une standing-ovation digne de son talent, ainsi que les artistes Rania Sirouti, Djamel-Eddine Hazourli, Dahmane Ouzid, Abdennour Zehzah et Mouaness Khemmar. Emue par tant d’égards, l’inoubliable «L’la Aïni» de l’Incendie, de Mustapha Badie, a souligné que cet honneur revient avant tout à (son) public par lequel (elle) respire avec fierté. Elle a révélé à cette occasion sa participation au tour- nage, à Rome (Italie) d’un film intitulé "Nassim El- Djazaïr’ et à un autre film de Bouchareb, à New-York (Etats-Unis), dont elle n’a cependant pas divulgué le titre.

TLEMCEN, CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE

Le festival de la musique andalouse et des musiques anciennes débute demain

D ix-huit

ensembles

musicaux

représentant

divers pays

arabes, d’Europe et d’Asie prendront part, à partir de demain au festival internatio- nal de la Musique andalouse et des musiques anciennes au nouveau palais de la culture de Tlemcen, a-t-on indiqué auprès des organisateurs. Ces ensembles d’Iran, d’Inde, d’Afghanistan, de Tunisie, de Syrie, du Maroc, de Chine, du Portugal,

d’Espagne et d’Algérie étale- ront au public, dix jours durant, leurs riches réper- toires de musique andalouse et de musiques anciennes. Deux représentations sont programmées chaque soirée, a-t-on annoncé. Des hommages seront rendus, à cette occasion, à plusieurs chantres tlemce- niens dont notamment Redouane Bensari, Mustapha Berksi, Abdelkrim Dali, Larbi Bensari et

Cheikha Tetma. En Parallèle, de nom- breuses conférences sont, également, au menu de cette manifestation musicale inter- nationale, a-t-on ajouté. Divers thèmes ayant trait à la musique seront présentés par des experts nationaux et étrangers. Ils aborderont, entre autres, "l’évolution de la facture et du répertoire du violon", "l’histoire de la musique andalousienne :

nouvelle approche", "les luths à travers les âges" et "la structure et problématique de la nawba tunisienne". D’autres thèmes, égale- ment, feront l’objet de confé- rences comme "les caracté- ristiques du chant d’Alep", "les modes et les structures de la nawba marocaine" et "la fonction des pièces ins- trumentales dans la nawba algérienne" qui sera présenté par le maestro algérien Rachid Guerbas.

Régions

18

EL MOUDJAHID

SIDI BEL ABBES

Résorption de l’habitat précaire

Relogement des 200 familles de la cité Caïd Rabah

P luvieuse comme pour raviver l’espoir

secheresse, une journée certainement

pas comme les autres pour les habitants de la cité Caïd Rabah qui arrivaient difficile- ment à contenir leur joie et leur émotion après des années d’attente et d’angoisse surtout face à la menace de la précarité de leur habitation. Des habitations construites durant la période coloniale sans l’observa- tion d’une quelconque décence. Absolument, située à proximité du cimetiè- re, la construction de cette cité répondait plus à un semblant d’amélioration des conditions d’indigènes ou en fait à un souci de confiner une partie de la population dans un espace réduit pour mieux la maîtriser et contrôler le mouvement de la foule. Depuis, ces immeubles ont connu une certaine dégradation en dépit de toutes les opéra- tions d’aménagement engagées par inter- mittence. Au gré de la nouvelle dynamique déclenchée il y a quelques mois, toute une approche fut conçue pour la restructuration du tissu urbain et la lutte contre l’habitat précaire à l’effet de redorer le blason d’une ville en mutation. La démolition du vieux quartier El Graba a été la première action annonçant le coup d’envoi d’un programme de réhabilitation qui s’étale dans le temps devant les retards accumulés et la com- plexité parfois de la tâche. Ainsi le rendez-vous était pris, hier, pour le relogement des familles de la cité Caïd Rabah après les phases de recensement et de traitement des dossiers. Tous les moyens de la commune et de l’OPGI étaient mobili- sés pour les besoins du transfert de ces habitants dans leurs nouveaux appartements fraichement réceptionnés. 200 familles ont

et rompre avec des semaines de

200 familles ont et rompre avec des semaines de pu bénéficier de logements neufs dotés de

pu bénéficier de logements neufs dotés de toutes les commodités pour favoriser l’épa- nouissement et la progression. De la joie et du soulagement notam- ment, autant de sentiments se dégageaient des visages de ces citoyens confortés en la circonstance par un élan de solidarité tra- duit particulièrement par le paiement des engagements de location pour les démunis.

On relève à cet égard le geste du premier responsable de la wilaya et de l’association Sidi Boutkhil. Un geste vivement apprécié par la population locale qui a manifesté par la voix des représentants de la société civi- le sa gratitude et sa reconnaissance.

A. Bellaha

Annaba

Une liste de 100 attributaires de logements sociaux contestée

L es mal logés de la cité Seybouse, dans la commune de Annaba, se sont rassemblés, devant le siège de la daïra, pour contester la liste établie par la commission d’attri-

bution de logements sociaux. Les protestataires se disent lésés et demandent conséquemment la révision, voire l’annulation de la liste d’une centaine d’attributaires. Outre le rassemblement ayant requis la mobilisation des forces de l’ordre, les protesta- taires envisagent aussi de faire barrage, sur site, devant les

bénéficiaires pour qu’ils ne puissent pas rejoindre leurs loge- ments. En attendant la suite que donnera l’autorité de daïra au recours que comptent introduire les demandeurs de logements,

les manifestants campaient l’après-midi sur leur position et n’entendaient pas céder d’un seul iota du terrain de la revendi- cation. A l’exception des perturbations causées à la circulation routière sur cet axe à grand trafic, aucun acte de violence n’a été enregistré. L’entrée du siège de la daïra étant bien sécuri- sée. Les autorités qui prévoient le relogement de 230 autres familles dans la daïra d’El Hadjar se préparent en conséquence à raser le site d’habitations précaires pour éviter la revente des baraques comme ce fut le cas par le passé. S. L.

Mascara

Une journée de sensibilisation sur la résistance des antibiotiques

La Maison de jeunes d’Oued Taria a abrité une journée de sensibilisation par les services de la santé de proximité et le centre de santé de Oued Taria, sur le thème : Agir aujourd’hui pour soigner encore demain. Une journée animée par des médecins en présence de citoyens de la commune, le premier conférencier a expliqué aux présents que cette journée est une occasion pour attirer l’attention des populations de la commune de Oued Taria sur le mauvais usage et la large consommation des antimicrobiens qui peuvent favoriser l’augmentation du nombre et la diversi- té des micro-organismes résistants à ces médicaments. Ce qui entraîne, aujourd’hui, des millions de décès, pourtant évitables, sans oublier les souffrances et les incapacités injusti- fiables. Cette situation, a-t-il laissé entendre, risque d’être dramatique si

rien n’est fait, elle est liée à plusieurs facteurs dont l’insuffisance dans la sur- veillance des médicaments, la produc- tion et la vente de médicaments de mauvaise qualité, le non-respect du dosage, et l’automédication, etc. Par conséquent, ne pas agir aujourd’hui, c’est ne plus pouvoir se soigner demain. Au moment où le monde est frappé par de multiples calamités, nous ne pouvons permettre la perte de médi- caments essentiels, indispensables pour guérir des millions de personnes. Et nous ne voulons pas que ces pertes soit à l’origine de la prochaine crise mon- diale, a indiqué. Les médecins confé- renciers qui se sont relayé à la tribune durant cette journée médicale de vulga- risation et de sensibilisation ont fait savoir de leur côté aux présents, que la résistance aux médicaments est néces- saire et urgente si on veut véritable-

ment éviter de revenir à l’époque où les antibiotiques étaient encore inconnus. La vente illicite des médicaments est devenue, de nos jours, une gangrène pour le système de la santé. Le combat contre ce phénomène est engagé. Car, le détournement des médicaments est un crime, il faut que tout le monde se mobilise pour mettre un terme à un tel état de fait qui perdure prenant pour ainsi dire des proportions inquiétantes eu égard à l’ampleur du phénomène parmi la société où les soins palliatifs sont légion sans aucune consultation médicale appropriée dans des condi- tions adéquates car force est de consta- ter que lorsque la pathologie s’installe, le préventif n’est plus de mise puisque le curatif prend le dessus.

A. Ghomchi

ANGEM

356 projets

opérationnels

durant le premier trimestre

Les différents sièges des organismes chargés de soutien à l’emploi et de l’accompagnement des jeunes opérateurs dans la réalisation de leurs projets d’investissement se sont transformés, ces derniers temps, en de véritables ruches bourdonnantes au vu de l’engouement manifesté, particulièrement, à la suite des mesures d’encouragement prises par le Président de la République lors du dernier Conseil des ministres. Et le wali de Sidi Bel Abbès veille, personnellement, au processus d’inscription et de réception des dossiers insistant au gré d’instructions fermes sur une rapidité dans l’exécution des formalités administratives et financières. 356 projets ont été financés et demeurent opérationnels déjà au titre du dispositif de micro-crédit durant le premier trimestre de l’année en cours sur les 741 dossiers déposés après la délivrance de 637 attestations d’éligibilité. C’est dire toute la dynamique provoquée à la faveur de cette nouvelle approche ayant ravivé un sentiment d’espoir au sein de la masse juvénile appelée seulement à faire valoir un esprit d’imagination et d’entreprise, les opportunités de promotion qui lui sont offertes. «Appuyer les jeunes et leur faciliter la tâche dans l’accomplissement des formalités demeurent notre seule motivation pour justement s’inscrire dans l’option du Chef de l’Etat…», Précise le coordinateur de wilaya de l’ANGEM avant de s’étaler sur le programme d’action de cette structure. Un programme reposant sur la sensibilisation et la vulgarisation du dispositif en question. On signale que 22 cycles de formation sont à organiser prochainement de concert avec d’autres structures pour permettre une meilleure intégration et un parfaite adaptation. Même les établissement pénitenciers ne sont pas exclus après notamment la convention signée avec l’administration de ce département où il est question de favoriser cette couche et lui délivrer des cartes d’artisan. Un document permettant à cette frange de la population d’acquérir du matériel et de créer des petites entreprises. Au caractère de globalité donc assez elevé, le dispositif se veut une forme d’insertion également et un moyen de développement de ressources et de valorisation des capacités d’une jeunesse. Aux élus locaux cependant de prendre le relais dans l’orientation et le soutien de ces jeunes volontaires pleins d’ambitions. La création des zones d’activité telle que recommandée dans les instructions du Chef de l’Etat pourrait s’assimiler à un premier signal en direction de ces jeunes et une manière forte de donner une efficacité à ce dispositif. A. B.

Aïn-Defla

Des précipitations bienfaitrices

Les fortes précipitations enregistrées depuis ces trois derniers jours ont ravivé au-delà de toute espérance l’espoir d’une autre année, encore meilleure sur le plan de la récolte céréalière. C’est que au niveau des spécialistes et des fellahs aver- tis c’était carrément «la pré-alerte» au regard des nombreuses parcelles qui commençaient à roussir sous l’effet d’une sécheresse qui s’est précoce- ment installée avec des pics de températures esti- vaux. Certains avaient même commencé leur irri- gation d’appoint pour sauver ce qui pouvait l’être. Du côté de la Chambre de l’agriculture de la wilaya de Aïn-Defla les responsables de la filière céréaliculture avancent eux le non respect de l’iti- néraire technique, à commencer par le calendrier des labours -semailles. Les plants qui ont le plus souffert sont ceux semés en retard et les parcelles qui ont le plus souffert sont celles dont leurs exploitants ont toujours recours au labour de sur- face, le «cover-crop», alors que tant au niveau des rencontres directes avec les agriculteurs, lors des rencontres de vulgarisation ou les sorties sur ter- rain, il est toujours recommandé d’opter pour le labour profond, de procéder au traitement des sur- faces et de leur engraissement selon les normes. A.M.A

19 EL MOUDJAHID Publicité
19
EL MOUDJAHID
Publicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA SANTE, DE LA POPULATION ET DE LA

REFORME HOSPITALIERE CENTRE HOSPITALO UNIVERSITAIRE MUSTAPHA Place du 1 er mai Alger NIF : 095 516029000145

AVIS D'APPEL D'OFFRES NATIONAL RESTREINT

N°12/2011

Le Centre Hospitalo-universitaire Mustapha lance un Appel d'Offres national restreint pour :

L'Approvisionnement en réactifs et produits chimiques «En lots séparés »

Il s'adresse aux fabricants, importateurs et grossistes ayant l'agrément du

Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière Les soumissionnaires peuvent soumissionner pour un ou plusieurs lots.

Ils pourront retirer Le cahier de charges contre paiement de la somme de 2000,00

DA auprès de : Trésorier du CHU Mustapha.

Les offres doivent être déposées à l'adresse sus-indiques accompagnées des pièces réglementaires énumérées dans le cahier des charges à savoir :

1- l'offre technique en deux exemplaires valide et légalisé, à insérer dans une

enveloppe à part portant la mention offre technique et doit comprendre :

1. La déclaration à souscrire selon le modèle ci-joint datée et signée.

2. Une caution de soumission, dans une enveloppe fermée à part, portant la

mention «Caution de soumission», pour les offres d'un montant supérieur à 150.000.000 DA.

3. La déclaration de probité selon le modèle ci-joint datée et signée.

4. La copie légalisée de l'extrait du registre du commerce ;

5. L'attestation de situation fiscale.

6. Copie certifiée conforme de la Carte d'immatriculation fiscale

7. L'extrait du casier judiciaire en cours de validité du soumissionnaire.

8. Copie certifiée conforme du Statut de l'entreprise

9. Copies certifiées conformes aux Attestation de mise à jour CNAS

10. Copie certifiée conforme de l'Attestation de mise à jour CASNOS

11. Agrément du Ministère de la Santé et de la Population et de la Réforme

Hospitalière.

12. Les bilans financiers des trois dernières années certifiés par les services des

impôts et visés par un comptable ou un commissaire aux comptes

13. les références bancaires.

14. Copie conforme de l'attestation de dépôt légal des comptes sociaux pour les

sociétés commerciales dotées de la personnalité morale de droit algérien.

15. Numéro d'identification fiscale (NIF) pour les soumissionnaires nationaux

et les soumissionnaires étrangers ayant travaillé en Algérie.

16. références professionnelles et attestations de bonne exécution

17. La proposition technique conforme aux listes annexées au cahier des charges.

18. Les catalogues, documentation technique et scientifique et obligatoirement

la présentation des échantillons conformes aux normes en vigueur.

19. Pour les importateurs, l'engagement solidaire fabricant/Importateur ;

20. Le présent cahier des prescriptions spéciales dûment signé et approuvé par

le soumissionnaire. 2)- L'offre financière doit comprendre

1. une lettre de soumission selon le modèle ci-joint.

2. Le bordereau des prix unitaires

3.

.

Le détail quantitatif estimatif de l'offre.

. La durée de préparation des offres est fixée à 20 Jours à compter de la date de la première publication de cet avis dans la presse. Si le dernier jour de dépôt des

offres coïncide avec un jour férié ou un jour de repos légal, la durée de préparation des offres sera prorogée jusqu'au jour ouvrable suivant. Le jour de dépôt des offres correspond au dernier jour de la durée de préparation des offres, à 13 h 30 mm, heure limite de dépôt des offres.

• Les soumissionnaires présenteront deux offres l'une technique et l'autre

financière. Chaque offre fermée et anonyme comportera les mentions suivantes selon le contenu de l'enveloppe.

APPEL D'OFFRE N° 12-2011 Offre technique

APPEL D'OFFRE N°12-2011 Offre Financière

L'enveloppe extérieure contenant les deux offres doit être fermée et anonyme ne comportant aucun signe distinctif et ne doit porter uniquement les indications suivantes :

A Monsieur le directeur général du C.H.U MUSTAPHA Bureau des marchés Alger Appel d'offres national restreint (Objet) N°12