Vous êtes sur la page 1sur 89

Techniques bancaires et

financières :

Université CADI AYYAD

Ecole supérieure de technologie


Définition de la Banque:
Une entreprise de services qui exerce son activité en
faveur de sa clientèle dans plusieurs domaines. Chacun de
ces domaines doit être générateur de rentabilité:
• Elle collecte les ressources;
• Elle accorde des crédits;
• Elle met à disposition des clients des moyens de
paiement contre paiement de frais;
• Elle effectue en faveur de la clientèle de prestations de
divers services( change, banque à distance,
bancassurance…)
La rentabilité de la banque se situe principalement dans les
frais perçus, les commissions et les marges sur taux
d’intérêt.
Définition de la Banque:
Le client est au centre du modèle économique de la
banque: C’est lui qui fournit les ressources nécessaires à la
pérennité de la banque, c’est lui qui utilise les produits et
services de la banque moyennant paiement.
La banque cherche donc en permanence à adapter la
gamme de ses produits et services aux besoins et aux
attentes des clients et des prospects.
Les types de banques
• Le système se compose d'entités ayant des statuts
juridiques différents.
Banque publique:
C'est le cas de la banque Al-Maghrib dont le rôle
consiste à contrôler les banques, à assurer la stabilité de
la monnaie nationale et à veiller sur la réalisation des
objectifs de la politique monétaire, elle est aussi appelée
institut d'émission où banque centrale.
Banque privée
Ce sont des établissements privés de droit marocain
ayant une activité universelle c'est-à-dire traitant toutes
les opérations bancaires.
L’environnement bancaire
I- L’évolution historique du système bancaire marocain:
A-Avant l’indépendance :
• en1802 la naissance de la première banque au Maroc, la
banque Moses Pariente, qui s’est spécialisée dans les
opération de change;
• 1943: le Dahir du 31 Mars 1943 a constitué les bases d’une
réglementation de la profession au Maroc
B- 1967/ Promulgation de la loi bancaire de 1967
C-Désencadrement du crédit janvier 1991
D- Modernisation du système bancaire marocain: loi bancaire
de 1993 et renforcement des règles prudentielle;
C- Lois bancaire 2006:Adaptation aux contraintes de la
mondialisation et aux réformes de Bale II.
Clientèles de la banque
Le marché de la banque se subdivise en trois
segment de clientèle:

1.Les particuliers;

2.Les professionnels;

3.Les entreprises
Clients Particuliers
Définition:
Un particulier est une personne physique qui exprime des besoins
bancaires en dehors de toute activité professionnelle, à titre
personnel et privé. Les salariés et les retraités ainsi que les
professions libérales et les commerçants pour leur opérations non
professionnelles sont considérés comme des particuliers.
Le segment des particuliers est très large. Il s’étend des clients à
faible revenus (lib) à des clients patrimoniaux (fortunés).
Disposant d’un revenu, le client particulier a des préoccupations
liées à la gestion de ce revenu et à sa vie quotidienne.
Ces préoccupations varient suivant l'âge, le niveau de revenu, le
profil psychologique, la situation familiale …Elles se traduisent par
des besoins auxquels la banque cherche à apporter des réponses
de plus en plus spécifiques.
Intérêt du segment des
particuliers pour la Banque
Cet intérêt se justifie par la forte rentabilité qu'il présente et
par les nombreux atouts qu’il possède:
• Des ressources non rémunérées, donc pratiquement
gratuite pour la banque;
• Une sources de commissions qui vient renforces le PNB
des banque;
• Une division et une bonne répartition des risques (des
clients nombreux et des crédits diversifiés).
Le marché des particuliers est donc la cibles de toutes les
banques qui s’efforcent d’en acquérir la plus grande part.
Les besoins de bases du
particulier
On distingue habituellement quatre besoins de base qui
peuvent le motiver à entrer en relation avec une banque:
1.Besoin de sécurité(vol, maladie, accident…);
2.Besoin de commodité;(utilisation facile de son argent,
carte de paiement, banque à distance…);
3.Besoin de placement (fructifier son épargne…);
4.Besoin de crédit (financer ses besoins…).

1 ET 2 besoins communs à tous les clients particuliers


3 ET 4 Selon la situation économique de la personne
Réponse des banques par des produits et services
Clients professionnels
Définition;
Un professionnel est un entrepreneur individuel, ayant une
affaire personnelle et travaillant pour son propre compte.il se
définit avant tout par son activité professionnelle exercée dans
un but lucratif, non limitée à la gestion d’un patrimoine privé, non
salariée, organisée autour d’une seule personne et de taille
modeste.
Le client professionnel a des préoccupations liées à la gestion
de son activité au quotidien et des attentes propres à son statut.
Par ailleurs, le professionnel est aussi un particulier et la banque
sera donc attentive à ce double aspect de cette clientèle et
mènera des actions commerciales en conséquence.
Clients professionnels
Typologie des professionnels:

On distingue généralement deux grandes catégories de


professionnels ou sont regroupées des professions différentes:
1.les professions libérales;
2.les commerçants;
3. artisans;
4.agriculteurs
Besoins des professionnels
Les attentes des professionnels vont au-delà des moyens de
paiement, des crédits ou de placement.
Les besoins financiers , les risques qu’induisent les activités,
les textes de loi, la fiscalité auxquelles ses clients sont
confrontés dans le cadre de leur activité nécessitent un large
éventail de compétences et de connaissances (comptables,
juridiques, fiscales et financières). Cet environnement difficile a
contribué à renforcer les attentes du client professionnel vis-à-
vis de son banquier. Il recherche en lui un spécialiste capable
de le guider et de le conseiller efficacement.
Clientèle Entreprise
Définition:
On peut définir une entreprise comme l’activité d’une personne
ou d’un groupe de personnes qui travaillent pour fournir des
biens ou des services à des client. L’objectif d’une entreprise est
alors de satisfaire ses client pour gagner de l’argent(but lucratif).
Classification des entreprises:
• Entreprise artisanale;
• Entreprise commerciale: achats et ventes sans
transformation;
• Entreprise industrielle: transformation des matières premières
et vente des produits finis ou semi-finis;
• Entreprise de services: elle revend un travail sans fabrication
d’objets physiques
Clientèle Entreprise
• TPE: moins de 10 salariés;

• PME: entre 10 et 500 salariés

• Grande entreprise: plus de 500 salariés


besoins des entreprises et
réponse de la banque
Services de financement , de paiement et de placement avec
un niveau d’exigence et attentes accru vis-à-vis de la
banque:

• Crédits d’investissement

• Crédits d’exploitation;

• Crédits par signature


Compte bancaire et services liés
au compte
• Compte chèque: enregistre des opérations au débit et au
crédit du compte;
• Moyens de paiement:
• chèque: certifié, de banque, barré, non endossable
• Virement: transfert de fonds d’un compte à un autre…
ordinaire et permanent
• Prélèvement automatique: tel par ex
• Mise à disposition: mise de fonds à la disposition d’une
autre personne
• Cartes bancaires: cartes de retrait et cartes de paiement
• Bancassurance(assistance, epargne,éducation,MRH…
• Change manuel
• Achat et vente de devises
La réglementation des comptes:

Le compte en banque peut s’analyser comme


une convention liant un établissement
bancaire( dépositaire et pourvoyeur de
fonds) à son client (déposant ou emprunteur).
(La loi bancaire du 14 Février 2006, Art 113).

17
1- Les comptes individuels.

Ce sont des comptes ouverts à une


personnes qui en est le titulaire et seul
autorisé à y effectuer des opérations.
Bien entendu le titulaire de compte,
peut à tout moment habiliter une ou
plusieurs personne à faire fonctionner son
compte moyennant une procuration de sa
part.
18
Le compte collectif:

L’article 490 du code de commerce


stipule à cet effet, que « l’établissement
bancaire peut ouvrir des comptes
collectifs avec ou sans solidarité »
Le compte collectif peut être un compte
joint entre époux ou un compte indivis
entre autres indivisaires.
19
Le compte joint;

Le compte joint peut fonctionner


sous signature séparée ou conjointe, selon
la volonté exprimée par les Co-titulaires
dans l’acte régissant les conditions
particulières du « compte Joint entre
époux »

17/12/2019 20
Les cotitulaires du compte joint, sont
responsables et solidaires des
opérations accomplis par l’un et l’autre;
ils sont ensemble créanciers ou
débiteurs du solde de leur compte.

17/12/2019 21
Le compte indivis:

Le compte indivis fonctionne sous


signature de tous les Co-titulaires, sauf
mandat réciproque ou mandat confié
expressément par tous les Co-titulaires à
l’un d’entre eux, voir à un tiers.
En cas de mandat réciproque, la
révocation d’un mandat emporte
révocation de l’autre.
17/12/2019 22
Les comptes à vue

Au terme de l’article 493 du code


de commerce « le compte à vue est un
contrat par lequel la Banque convient avec
son client d’inscrire sur un relevé unique,
leurs créances réciproques sous forme
d’articles de crédit et de débit.

17/12/2019 23
Les comptes à vue sont de
trois catégories:

- Les comptes courants;


- Les comptes de chèques;
- Les Comptes sur Carnet.

17/12/2019 24
Les comptes à terme:

Ces comptes sont régis par les


articles 506, 507 et 508 du code de
commerce et réglementés par la Circulaire
de BAM n°9 G 94.

17/12/2019 25
LA MONNAIE:

Le moyen de paiement susceptible d’être


immédiatement employé en vue d’effectuer des
règlements.

17/12/2019 26
1-La monnaie fiduciaire:

Elle est composée de la monnaie métallique et de


billets de banque ou monnaie de papier en circulation.

17/12/2019 27
2- La monnaie Scripturale:

Représentée par les avoirs créditeurs


disponible à vue (comptes courants bancaires). dans les
comptes bancaires, dans les comptes de BAM, des
comptes chèques Postaux et du Trésor.

Ces avoirs peuvent provenir de l’épargne ou des


crédits bancaires.

17/12/2019 28
Les Agrégats monétaires ou les
composantes de la masse
monétaire:

M 1= Monnaie Fiduciaire + Monnaie Scripturale

M 2= M1 + comptes d'épargne sur livret.

M 3= M2 + les placements à terme+ avoirs en


devises.

29
17/12/2019
Les marchés de capitaux
•Les marchés de capitaux mettent en
relation les agents économiques
excédentaires et les agents économiques
déficitaires. Grâce à cette jonction, les
marchés de capitaux permettent notamment
le financement de l’économie.
•Traditionnellement, le marché des capitaux
est divisé en 2 segments : le marché
monétaire (actifs très liquides) et le marché
financier (actions et obligations).
17/12/2019
30
LE CHEQUE:

Au Maroc, le chèque est régi par le


code de commerce (loi n° 15-95 promulguée
le 1er aout 1996).
Le chèque est définis comme étant un
moyen de paiement à vue. C’est l’écrit par
lequel le client d’une Banque donne l’ordre à
celle-ci de payer une certaine somme pour
lui même ou pour le profit d’une tierce
personne.
17/12/2019 31
Les caractéristiques du Chèque:

- Conditions de forme.
. La dénomination de « Chèque »;
. Le mandat de payer;
. Les non du tiré et du tireur;
. L’indication du lieu du paiement;
. L’indication de la date et lieu ou le chèque
est crée;
. La signature de celui qui émet le chèque.
17/12/2019 32
Les conditions de fond:

. La provision correspondant au
montant indiqué sur le chèque doit exister
au moment de sa présentation au
paiement;
. Le chèque ne peut être tiré que sur
un établissement bancaire.

17/12/2019 33
Les différentes formes de transmission
et d’utilisation du chèque:

- La transmission du chèque.

.Au porteur;
.A ordre de;
.Endossement.

17/12/2019 34
Le paiement du Chèque.

L’article 267 du Code de Commerce


stipule que « le chèque est payable à
vue ».

17/12/2019s 35
Le paiement d’un chèque remis à un
tiré s’effectue:
- soit par la remise d’espéces entre
les mains du bénéficiaire;
- Soit par le crédit de son compte s’il
est client de l’établissement;
- Soit par le virement du montant du
chèque auprès de la banque présentatrice
au cours de la compensation.
17/12/2019 36
L’opposition au paiement:

Au terme de l’article 271 du Code de Commerce


« Il n’est admis d’opposition au paiement du chèque
qu’en cas de perte, de vol, d’utilisation frauduleuse
ou de falsification du chèque, de redressement ou de
liquidation judiciaire du porteur ».

17/12/2019 37
Les paiement particuliers:

1- Le paiement partiel du chèque:

Si la provision est inferieur au montant du chèque,


l’établissement bancaire tiré est tenu de proposer le
paiement jusqu’à concurrence de la provision disponible.
Le porteur comme le tiré, ne peuvent refuser un
paiement partiel.

17/12/2019 38
Le paiement en cas de décès ou
d’incapacité:

Lorsque la banque est avisée du décès ou de l’incapacité


d’un de ses clients, elle bloque ses avoirs en compte
jusqu’au règlement de la succession ou la détermination
du régime de tutelle du tireur.

17/12/2019 39
Les chèques émis avant le décès ou
l’incapacité gardent tous leurs effets et
sont payables à vue par la banque tirée.

17/12/2019 40
Les mesures de prévention et de lutte contre
l’émission de chèques sans provision

Depuis 1989, les banques sous l’égide du


Ministère des Finances et Banque Al
Maghrib, ont signé une convention donnant
création au Service Central des Incidents
de Paiement (SCIP).

17/12/2019 41
Le Code de commerce du 1er Aout 1996
est venu renforcer le dispositif de lutte
contre l’émission de chèques sans
provision.

17/12/2019 42
1- Les mesures générales:

- A l’ouverture du compte;

- A la délivrance du premier chéquier;

- L’information du public.

17/12/2019 43
Les mesures dissuasives et
répressives

- Les interdictions d’émission de


chèques;

- Les amendes fiscales;

17/12/2019 44
Les répressions des violations
d’interdiction par le tireur:

1 mois à 2 ans de prison et une amende


de 1 mdh à 10 mdh à ceux qui émettent
des chèques en dépit d’interdiction.

17/12/2019 45
La responsabilité de la banque à
l’égard du porteur:

Délivrance du certificat de refus de


paiement sinon ( amende pouvant aller de
5 m dh à 50 m dh )

17/12/2019 46
LE VIREMENT

Au terme de l’article 519 du Code de


Commerce, : LE VIREMENT est
l’opération bancaire par laquelle le compte
d’un déposant est, sur l’ordre écrit de
celui-ci, débité pour un montant destiné à
être porté au crédit d’un autre compte »

17/12/2019 47
Les virement ordinaires;

Les virements permanents

17/12/2019 48
MISE A DISPOSITION

Une mise à disposition ( MAD ) est


un transfert de fonds en faveur d’un
bénéficiaire qui ne dispose pas de
compte auprès d’un autre guichet de la
banque du donneur d’ordre

17/12/2019 49
LES CARTES BANCAIRES

Le Code de Commerce fait référence


dans son article 329, à la monétique en
évoquant les conventions entre
Organismes émetteurs, commerçants et
titulaires desdits moyens de paiement
électroniques.

17/12/2019 50
Les terminaux de paiement
électroniques
( TPE )

17/12/2019 51
Les différents types de cartes
monétiques:

- Les cartes de retraits;


- les cartes privatives
- Les cartes de paiement;
- Les cartes de Crédit;
- Les cartes à l’internationales.
17/12/2019 52
La lettre de change

La lettre de change est un écrit par


lequel le tireur ( créancier )ordonne à un
tiré ( banque ) de payer une somme à une
tierce personne (bénéficiaire) à une date
déterminée, indiquée à l’avance (terme de
la lettre de change)

17/12/2019 53
. Les mentions obligatoire de la LCN
suivant art 159 du Code de commerce
sont:
- La dénomination de lettre de change;
- Le mandat pur et simple de payer;
- L’intitulé de celui qui doit payer;
- L’indication de l’échéance;
- Le lieu du paiement;
17/12/2019 54
- Le nom de celui à qui le paiement
doit être fait;
- L’indication de la date et le lieu de
création de la LCN;
- La signature de celui qui a émit la
lettre.

17/12/2019 55
LA GESTIONS DES COMPTES
Les comptes sur livret
Ce sont des comptes de dépôt. A l'ouverture vous devez verser au minimum 100
DH. Par la suite les versements sont libres est limité en terme de solde créditeur à
400mDH. Leur rémunération est fixée par BAM. Les intérêts sont calculés à la
quinzaine. La Banque du Maroc est chargée de garantir que la rémunération de
l’épargne soit supérieure à l’inflation et pourra procéder à des ajustements
semestriels.
Les comptes plan d'épargne
Ce sont des comptes de dépôt qui doivent être alimentés régulièrement pendant
une durée fixée préalablement. Selon le produit dont il s’agit, une rémunération
variable est versée. A l’expiration du délai d’épargne, le client a droit a certains
avantages : prêts a taux préférentiels, versement du capital et des intérêts, etc.…

56
LA GESTION DES COMPTES
Les comptes titres
Ce sont des comptes qui permettent d’opérer en bourse. Avec un compte titre
vous pouvez donc acheter ou vendre des actions, des obligations...sur toutes les
valeurs mobilières négociables sur la Bourse de Casablanca.
Les comptes chèques
Les comptes chèques sont des comptes qui constituent le droit commun des
comptes bancaires. Ce sont les comptes courants, sur lesquels vous effectuez
vos opérations de paiement des dépenses et d'encaissements des recettes.

57
LA GESTIONS DES COMPTES
Les comptes courants
Compte courant ou compte chèques, caratéristiques et fonctionnement
En plus des simples opérations bancaires de crédit et de débit sur le compte,
correspondant à des paiements ou à des encaissements, il y a également des
informations sur les principales caractéristiques des comptes courants,
notamment sur le compte rémunéré, le compte joint et les dates de valeur.

58
LA GESTIONS DES COMPTES
Compte courant rémunéré
La Maroc a abrogé l’interdiction de rémunération des comptes courants. Ces
comptes peuvent donc produire des intérêts. .
Les intérêts produits par un compte rémunéré sont soumis à l’impôt sur le revenu
et aux prélèvements fiscaux. Le montant des intérêts figure sur l’imprimé fiscal
unique fourni par la banque chaque année. Sur ce document sont récapitulés
également toutes les opérations sur valeurs mobilières et revenus de capitaux
mobiliers.

59
LA GESTIONS DES COMPTES
Le relevé d'identité bancaire
Le relevé d’identité bancaire ou RIB, est un document émis par la banque sur
lequel figurent les coordonnées bancaires d’un client. Celui-ci peut donc, en le
remettant aux personnes ou aux organismes avec lesquels il est en relation, faire
inscrire sur son compte bancaire, un virement ou prélèvement, les sommes dont
il est destinataire ou débiteur.

60
LA GESTIONS DES COMPTES
Les dates de valeur
Contrairement a ce qu’on pourrait penser, un chèque remis par un client au
guichet d’une banque n’est pas obligatoirement enregistré immédiatement au
crédit de son compte. Il peut exister un décalage entre la réalisation effective
d’une opération bancaire et sa transcription comptable.
Les dépôts de sommes d’argent et les encaissements de chèques sur un compte
ne sont crédités au mieux que le lendemain de l’opération.

61
LA GESTIONS DES COMPTES
Les dates de valeur
A l’inverse, les retraits d’argent et les émissions de chèques sur un compte sont
avancés par rapport à la date de l’opération.
Le système des dates de valeur permet aux banques de gagner en termes d’agios
débiteurs. . Le dispositif des dates de valeur allonge en effet artificiellement la durée
du découvert, laquelle sert de base au calcul des agios.

62
OPERATIONS DE FINANCEMENT
Financement à court terme (financement d’exploitation ou financement du BFR): Ce sont des
financements destinés à couvrir le Besoin en Fond de Roulement (BFR) de
l’entreprise.
Ces financements peuvent se traduire soit par les décaissements (crédits de
trésorerie) soit par des garantis (crédits par signature).
1- Crédits de trésorerie :
Facilité de caisse :
il s’agit d’un dépannage de très courte durée accordé à un client à titre de
soudure entre les décaissements et les encaissements. Elle convient d’une
activité régulière à forte rotation de flux (négoce) d’une durée de 15 à 30 jours,
elle est rechargeable.

63
OPERATIONS DE FINANCEMENT
Escompte commercial :
il s’agit d’avance de fond garantie par des effets de
commerce dont l’usance maximale est de 120 jours.
L’opération d’escompte consiste à prélever des commissions
selon la formule des intérêts simples. Cette opération permet
à la banque de détenir une garantie : celle du client
immédiat et de l’émetteur de l’effet voir même des
endosseurs.

64
OPERATIONS DE FINANCEMENT
Crédit de compagne :
il s’agit d’un financement qui convient à une activité dont le cycle d’exploitation est
irrégulier (activité saisonnière). Il s’agit soit d’activité dont les achats sont
concentrés sur une courte période, et les ventes sont étalées sur l’exercice (cas
des conserves végétales : concentré de tomate), soit d’activité dont les achats et
les ventes sont concentrés (cas des joués, des glaces …).

65
OPERATIONS DE FINANCEMENT
L’avance sur marchandise (ASM) :
il s’agit du financement d’un stock de produits finis
dans l’attente de la vente (cas des minoteries,
conserveries).
Pour bénéficier de cette facilité, le client doit
produire un état de stock mis à jour ainsi que des
prévisions de ventes.

66
OPERATIONS DE FINANCEMENT
Avance sur marché public nanti :
les entreprises engagées sur des marchés publics soufrent
de problèmes de trésorerie en raison du poids des dépenses
d’une part et de l’incertitude du règlement du trésor d’autre
part, donc l’entreprise aurait besoin d’avances garanties par
un nantissement du marché.
La banque consentira des avances en attendant les
virements du trésor afin de ne pas retarder les travaux.

67
OPERATIONS DE FINANCEMENT
Préfinancement à l’export :
il s’agit d’avance de fond accordée à une entreprise ayant une commande
ferme à l’export et la production d’un budget de trésorerie.
Généralement, pour se protéger contre le risque d’impayé, la banque
exigerait à ce que la commande soit assortie d’un crédit documentaire
(Credoc) irrévocable et confirmé.
Avance sur créance née à l’étranger (ACNÉ) :
il s’agit d’une mobilisation de facture en devise assimilée à l’escompte en
devise.

68
OPERATIONS DE FINANCEMENT
2- Crédits par signature :
Il s’agit de facilités, comportant la garantie de la banque, données au profit des
tiers. On distingue trois catégories de crédit : les cautions, le crédit documentaire
et les avales.
a- Cautions :
On distingue trois catégories de cautions : les cautions administratives, les
cautions douanières et les cautions diverses.
 Cautions administratives :
Les cautions administratives sont délivrées au client pour lui permettre de
participer et d’exécuter un marché.

69
OPERATIONS DE FINANCEMENT
- Les cautions provisoires : délivrées au client pour lui permettre de
soumissionner à un marché public d’une valeur de 1,5% du montant du marché.
- Les cautions définitives : elles sont appelées à succéder à la caution
provisoire et elles doivent permettre de protéger l’administration contre la
défaillance du promoteur.
- Les cautions pour retenu de garantie : elles sont exigées pour garantir la
bonne exécution du marché, d’une valeur de 10% du marché et elle sera
conservée par l’administration pendant une durée allant de un à deux ans.

70
OPERATIONS DE FINANCEMENT
 Cautions en douane :
Ce sont des cautions délivrées à un client pour lui permettre de différer ou de
suspendre les droits de douane.
On distingue les cautions suivantes : le crédit d’enlèvement, l’admission temporaire,
l’importation temporaire, l’exportation temporaire, l’obligation cautionnée, la caution
de transit (acquit à caution).
- Crédit d’enlèvement : pour permettre à un client de prendre possession de sa
marchandise après constatation par la douane (contrôle de conformité) et avant le
calcul des droits et taxes. Pour garantir le paiement de ses droits, la douane exige
une caution bancaire (crédit d’enlèvement) permettant d’assurer le paiement des
droits après leur calcul. D’une durée de 15 à 30 jours, elle est délivrée au client
donnant des garanties à la banque.

71
OPERATIONS DE FINANCEMENT
- Admission temporaire :
il s’agit d’une caution permettant de suspendre le paiement des droits et taxes
applicables à des matières destinées à subir une transformation avant d’être
réexportée dans un délai de rigueur de 6 mois.
L’importateur peut réexporter par tranches, mais il n’obtiendra la main levée définitive
qu’après avoir soldé son compte vis-à-vis de la douane.
-Importation temporaire :
il s’agit d’une caution permettant le passage en douane d’un bien destiné à séjourner
provisoirement au Maroc et sans subir de transformations (le cas de la marchandise
destinée à des foires, ou des matériels pour un chantier …).

72
OPERATIONS DE FINANCEMENT
- Exportation temporaire : c’est une caution destinée à assurer une exportation
temporaire de biens en assurant le retour (la réimportation) en franchise de droits et
taxes.
- Obligation cautionnée : c’est une caution permettant de différer le paiement de
droits et taxes sur une durée pouvant atteindre 120 jours. Dans ce cas, la douane
comptabilise des intérêts de retard sur cette période à un taux fixé par le ministère
des finances. Cette caution prend la forme d’un billet souscrit par le client à l’ordre du
service de douane et avalisé par la banque.

73
OPERATIONS DE FINANCEMENT
b- Crédit documentaire :
Cette modalité de paiement constitue le mode le plus sûre. Il fait intervenir quatre
parties : le client, la banque du client (banque émettrice), le vendeur et la banque du
vendeur (banque notificatrice).
Il implique le respect de l’ensemble des closes qui sont inscrites (le non respect
d’une clause peut engendrer le non paiement par la banque émettrice ou par le
client). Pour se faire, on doit suivre cette démarche :

Demande d’ouverture d’un crédit documentaire (établie par l’acheteur et faite à sa


banque) ;
Cette demande doit comporter toutes les clauses du contrat d’achat.
Le crédit documentaire doit être irrévocable ;
Confirmation par la banque locale du vendeur ;

74
OPERATIONS DE FINANCEMENT
-La banque émettrice transmet le crédit documentaire à la banque du vendeur qui le
notifie au vendeur.

Il est important de respecter toutes les conditions exigées (mais négociées au


préalable) par le client dont les documents doivent être présentés à la banque
notiificatrice qui les remet à la banque émettrice pour paiement.

75
OPERATIONS DE FINANCEMENT
-Aval :

Il s’agit d’une garantie délivrée à un client en faveur d’un fournisseur ou une banque.
Il se matérialise soit par un acte séparé sous forme d’attestation, soit sous forme d’un
cachet et de deux signatures sur le verso de l’effet suivi de la mention « bon pour
aval ».

76
LES RISQUES BANCAIRES
Une banque, dans l’exercice de ses activités, s’expose à une série de risques :
- Risque de change : lié au flottement des devises.
- Risque opérationnel : lié aux erreurs humaines ou des systèmes d’information et
de transmission.
- Risque de marché : lié aux fluctuations économiques (inflation, crises
économiques …).
- Risque de taux : Il s’agit d’un régime découlant de la coexistence de la variabilité
et de la fixité des taux en matière d’emplois et de ressources.

77
L es règles prudentielles
A- capital minimum: est fixé à 200 millions DHS entièrement
libérés pour les banques en général;
B-coefficient minimum de liquidité: couverture des engagements à
court terme par des actifs liquides .Ce ratio que les banques
doivent observer quotidiennement et fixé actuellement à un
minimum de 100%(Engts CT /Actif liquides sup ou= 1)

C-Coefficient maximum de division des risques : fixé au maximum


à 20% le total risques encourus sur un même bénéficiaire ou sur
un même groupe et leurs fonds propres: (risque
client/FP=20%max)
Les règles prudentielles

D- Ration de solvabilité (Mc Donough): (sup ou égal à 8%)


Fonds propres réglementaires/85% risques crédit+5% risque de
marché + 10% risque opérationnel)
Capacité à faire face aux risques éventuels
Dispositions comptables
Les règles prudentielles s’appuient sur un dispositif comptable
spécifique(le Plan Comptable des Etablissement de Crédit)
PCEC. Le PCEC offre aux établissements de crédit un
référentiel parfaitement adapté à leur activité. Il permet aussi
de faciliter la mise en œuvre des dispositions liées aux
accords de Bâle II.
Dispositions comptables
Les différentes classe du PCEC:
Le plan de comptes des établissements de crédit comporte une
architecture de comptes répartis en catégories homogènes
appelées "classes".
Les classes comprennent :
- les classes de comptes de situation : 1à 5
• Classe I: comptes de trésorerie et d’opérations
interbancaires
• Classe II: comptes d’opérations avec la clientèle
• Classe III: comptes de portefeuille
• Classe IV: autres comptes financiers
• Classe V: Comptes de valeurs immobilisées et de capitaux
permanents
Dispositions comptables
- les classes de comptes de gestion : 6 et 7 :
• Classe VI: comptes de charges
• Classe VII: comptes de produits

- la classe de comptes de hors-bilan 8.


• Classe VIII: comptes hors bilan

Chaque classe est subdivisée en comptes faisant l'objet d'une


classification décimale à quatre chiffres.
Système de classification et de
provisionnement des créances en soufrance
Selon leur degré de risque, les créances en souffrance
sont réparties en;
• Créances pré-douteuses
• Créances douteuses;
• Créances compromises
Créances pré-douteuses

• Les encours de crédit amortissables dont une échéance


non réglée 90 jours après son terme;
• Les encours des crédits remboursables en une seul
échéance non réglée 90 jours après leur terme;
• Les encours de crédit par décaissement ou par signature
consentis à des clients dont la situation financière ne
peut être évaluée faute de disponibilité de l’information
ou de la documentation nécessaire à cet effet;
Créances douteuses

• Les soldes débiteurs des comptes à vue qui


n’enregistrent pas pendant une période de 180 jours des
mouvements(géle de compte);
• les encours de crédit amortissables dont une échéance
non réglée 180 jours après son terme;
• Les encours des crédits remboursables en une seul
échéance non réglée 180 jours après leur terme;
• Les encours de crédit par décaissement ou par signature
consentis à des clients dont le recouvrement est
incertain(dégradation de la situation de débiteur);
Créances compromises

• Les soldes débiteurs des comptes à vue qui


n’enregistrent pas pendant une période de 360 jours des
mouvements(gel de compte);
• les encours de crédit amortissables dont une échéance
non réglée 360 jours après son terme;
• Les encours des crédits remboursables en une seul
échéance non réglée 360 jours après leur terme;
• Les encours de crédit par décaissement ou par signature
consentis à des clients dont le recouvrement est
incertain(perte de 75% de sa situation nette, cessation
d’activité, contestation par voie judiciaire de la créance,
liquidation judiciaire);
provisionnement des CES
Les créances pré-douteuses, douteuses et compromises doivent
donner lieu à la constitution de provision égales au moins,
respectivement à 20%; 50%; 100% de leur montant, déduction fait
des agios réservés et des garanties énoncées par BAM.
Quotité de 100%:
•Garanties reçues de l’état
Quotité de 80%:
•Garanties reçues des établissements de crédit et d’assurance de
crédit
•Garanties reçues des autre fonds marocains de garantie CCG
Quotité de 50%:
•Les hypothèques
•Les attestations de droits constatés des marchés publics
•Le nantissement des véhicules neufs
Illustration de provisionnement des CES

Un compte gelé depuis 6 mois affiche un solde débiteur de


1million de DHS.
La banque prêteuse détient une hypothéqué en 1er rang;
Détermination de la provision à constituer ?
Illustration de provisionnement des CES

Un compte gelé depuis 6 mois affiche un solde débiteur de


1million de DHS.
La banque prêteuse détient une hypothéqué en 1er rang;
Détermination de la provision à constituer :
La créance est considérée comme douteuse 1 000 000
La garantie est déduite à raison de 50% - 500 000
Soit une assiette de provisionnement de = 500 000
% de provisionnement x 50%
Montant à provisionner = 250 000