Vous êtes sur la page 1sur 29

LU A T IO N D E S IN D I CE S

L’ÉVA
B O U R S I ER S
E : M.BE NMA HANE MU STAPHA
SOUS L’ENCADREMENT D

la Kh a r b o uche fouzia
sofiane Barakati khaou
fdel
Présenté par : A Lahmicha zakaria
zzahra
Zarhloul fatima e
PLAN
• PARTIE 1 : LES INDICATEURS BOURSIERS
• LA CAPITALISATION BOURSIÈRE
• LE FLOTTANT
• PARTIE 2 : L’ÉVALUATION DES INDICES BOURSIERS
• LES INDICES BOURSIERS
• MÉTHODE DE CALCUL DE MASI ET MADEX
• AUTRES INDICES
• PARTIE 3 : TECHNIQUES D’ÉVALUATION BASÉES SUR LES INDICES BOURSIERS
• PRICE EARNING RATIO (PER)
• TAUX DE RENDEMENT (DIVIDEND YIELD)
• CONCLUSION
PARTIE 1 LES INDICATEURS BOURSIERS
SECTION 1 : LA CAPITALISATION BOURSIÈRE
• LA CAPITALISATION D’UNE SOCIÉTÉ COTÉE S’OBTIENT EN MULTIPLIANT LE
DERNIER COURS DE BOURSE PAR LE NOMBRE D’ACTIONS COMPOSANT SON
CAPITAL.

• LA CAPITALISATION BOURSIÈRE CORRESPOND À LA SOMME DE TOUS LES TITRES


ÉMIS PAR LES SOCIÉTÉS COTÉES, ET S’OBTIENT EN SOMMANT LA
CAPITALISATION DES SOCIÉTÉS COTÉES.

• LA CAPITALISATION BOURSIÈRE, QU’ELLE SOIT GLOBALE OU FLOTTANTE


LA CAPITALISATION BOURSIÈRE

• LE CAPITAL D’UNE SOCIÉTÉ A EST COMPOSÉ DE 200 000 TITRES, À UNE DATE
DONNÉE (J), LE TITRE

• VAUT SUR LE MARCHÉ 200 DH, SA CAPITALISATION GLOBALE EN J EST DE : 200 000
X 200, SOIT 40 000 000 DH.

• SI LE CAPITAL FLOTTANT DE L’ENTREPRISE EST DE 10% DU CAPITAL GLOBAL,


SOIT 20 000 X 200, SOIT 4 000 000 DH.
SECTION 2:LE FLOTTANT
• FLOTTANT LA TOTALITÉ DES TITRES ADMIS À LA COTE À L’EXCEPTION DES BLOCS «STABLES»
QUI N’ONT PAS VOCATION À FAIRE L’OBJET DE TRANSACTIONS RÉGULIÈRES SUR LE MARCHÉ, À
SAVOIR :
• L’AUTO CONTRÔLE
• LES ACTIONS DÉTENUES PAR L’ÉTAT
• LES BLOCS DE CONTRÔLE
• LES ACTIONS LIÉES PAR UN PACTE D’ACTIONNAIRES
• LES ACTIONS DÉTENUES PAR LES FONDATEURS
• LES PARTICIPATIONS ANALYSÉES COMME STABLES
PARTIE 2 : L’EVALUATION DES INDICES BOURSIERS
SECTION 1 : LES INDICES BOURSIERS
• LES PRINCIPAUX INDICES BOURSIERS MAROCAINS

• LE MASI (MOROCCAN ALL SHARES INDEX) EST UN INDICE DE CAPITALISATION

• LE MADEX (MOROCCAN MOST ACTIVE SHARES INDEX), EST UN INDICE COMPACT,


COMPOSE DES VALEURS LES PLUS ACTIVES DE LA COTE, EN TERMES DE LIQUIDITE
2 MÉTHODE DE CALCUL DE MASI ET MADEX
FACTEUR DE PLAFONNEMENT
• LA PONDÉRATION MAXIMUM D’UNE SOCIÉTÉ DANS LE MASI ET DANS LE MADEX
EST PLAFONNÉE À 20% DE LA CAPITALISATION DE L’INDICE.
• LES FACTEURS DE PLAFONNEMENT SONT RÉVISÉS ANNUELLEMENT.
• DES RÉVISIONS EXCEPTIONNELLES DES FACTEURS DE PLAFONNEMENT PEUVENT
AVOIR LIEU POUR LES VALEURS DONT LA PONDÉRATION DANS L’INDICE
VIENDRAIT À ÊTRE MODIFIÉE SIGNIFICATIVEMENT SUITE À DES OPÉRATIONS
EXCEPTIONNELLES.
APPLICATION

• EXEMPLE DE DÉTERMINATION DU FACTEUR DE PLAFONNEMENT:

• SUPPOSONS UNE CAPITALISATION FLOTTANTE TOTALE DE L’INDICE EST DE 100 MILLIARDS MAD ET
QU’UNE SEULE VALEUR DÉPASSE LE POIDS MAXIMAL DE 20%. LA CAPITALISATION FLOTTANTE DE
CETTE VALEUR EST DE 24 MILLIARDS CORRESPONDANT À 24 MILLIONS DE TITRES AVEC UN PRIX DE
2000 MAD ET UN FACTEUR FLOTTANT DE 0.5. SON POIDS THÉORIQUE EST DE 24/100 = 24%.

• L’APPLICATION DU PLAFONNEMENT DE 20% VA RÉDUIRE LE NOMBRE DE TITRES DE CETTE VALEUR


PRIS EN COMPTE TOUT EN MAINTENANT CELUI DES AUTRES VALEURS NON SOUMISES AU
PLAFONNEMENT. LA CAPITALISATION FLOTTANTE DES VALEURS NON SOUMISES AU PLAFONNEMENT
EST ALORS 100 - 24 = 76 MILLIARDS MAD. ELLE DOIT REPRÉSENTER 100% - 20% = 80% DE LA
CAPITALISATION RETENUE.
• ON EN DÉDUIT :

1 - LA CAPITALISATION FLOTTANTE TOTALE RETENUE :

76 MILLIARDS / 80% = 95 MILLIARDS MAD

2 - LA CAPITALISATION FLOTTANTE RETENUE POUR LA VALEUR SOUMISE AU PLAFONNEMENT :

95 MILLIARDS X 20% = 19 MILLIARDS MAD SOIT 19 000 000 TITRES RETENUS.

3 - LE FACTEUR DE PLAFONNEMENT EST ALORS :

19 MILLIARDS / 24 MILLIARDS = 0.79166


LES FORMULES DE CALCUL DES INDICES
• FORMULE DE LA CAPITALISATION BOURSIÈRE:
• LA FORMULE DE LA CAPITALISATION TOTALE :
I=1000 ∑ QIT .CIT/BO. KT
• LA NOUVELLE FORMULE BASÉE SUR LE FLOTTANT :
I=1000 ∑ FIT .FIT .QIT .CIT/BO. KT
OÙ T : INSTANT DE CALCUL

• N : NOMBRE DES VALEURS DE L’ÉCHANTILLON

• FIT : FACTEUR FLOTTANT

• FIT : FACTEUR DE PLAFONNEMENT


• QIT : NOMBRE DE TITRES TOTAL DE LA VALEUR I EN T

• CIT : COURS DE LA VALEUR I EN T

• BO : CAPITALISATION DE BASE AU 31/12/1991


• KT : COEFFICIENT D’AJUSTEMENT EN T DE LA CAPITALISATION DE BASE
APPLICATION 1
APPLICATION 2
SECTION 2 AUTRES INDICES

rentabilité sectoriel

En devise
PARTIE 3 LES TECHNIQUES D’ÉVALUATION DES
INDICES BOURSIÈRES

• 1.PER
• 2.TAUX DE RENDEMENT
PRICE EARNING RATO (PER)

• LE PER EST UNE NOTION FRÉQUEMMENT UTILISÉE POUR ÉVALUER UNE ACTION,
SON UTILISATION EST TRÈS LARGE PUISQUE À LA DIFFÉRENCE DU BNPA IL PEUT
ÊTRE UTILISÉ POUR COMPARER LE PRIX DE DIVERSES ACTIONS ET LE FAIT
QU'ELLES SOIENT SUR OU SOUS-VALORISÉES.

• SON CALCUL EST EXTRÊMEMENT SIMPLE :


PER = COURS DE L'ACTION/BNPA
EXEMPLE DE PER

• SOIT LA SOCIÉTÉ LAMBDA DONT LE COURS DE BOURSE EST DE 200 EUROS LE 15 JUILLET
2015, SON BNPA EST DE 10 EUROS.
LE PER EST DONC ÉGAL À 200 / 10 = 20
SI LE COURS DE BOURSE PASSE À 150 EUROS LE 28 JUILLET, LE PER DEVIENT ÉGAL À : 150 /
10 = 15

• LE PER D'UNE ACTION FLUCTUE AU JOUR LE JOUR CAR IL EST DÉPENDANT DES COURS DE
L'ACTION DE LA SOCIÉTÉ CONCERNÉE.

• LE PER EXPRIME LE NOMBRE D'ANNÉES PENDANT LESQUELLES IL FAUDRA DÉTENIR


L'ACTION POUR QU'ELLE SOIT REMBOURSÉE PAR LES BÉNÉFICES DE L'ENTREPRISE.
PER DE SECTEUR

• UNE AUTRE UTILISATION SERA LA COMPARAISON DU PER D'UNE SOCIÉTÉ AVEC


LE PER MOYEN DU SECTEUR D'ACTIVITÉ, CELA DONNERA UNE IDÉE DE LA
VALORISATION RELATIVE DE LA SOCIÉTÉ AU SEIN D'UN ENSEMBLE ASSEZ
HOMOGÈNE.

• POUR CELA ON PEUT BÂTIR UN AUTRE INDICATEUR LE PER RELATIF, LE CALCUL EST LE SUIVANT

PER RELATIF = PER DE LA SOCIÉTÉ / PER DU SECTEUR


EXEMPLE
• SOIT LES QUATRE SOCIÉTÉS SUIVANTES ET LEURS PER RESPECTIFS ENTRE
PARENTHÈSES : SOCIÉTÉS W (20), X (24), Y (16), Z (26)

• LE PER DU SECTEUR EST ÉGAL À : (20+24+16+26)/4 = 21,5

• LE PER RELATIF DE LA SOCIÉTÉ Y EST DE 16/21,5 = 0,74, IL EST INFÉRIEUR À 1 ET


INDIQUE QUE LA SOCIÉTÉ EST MOINS BIEN VALORISÉE QUE LA MOYENNE DU
SECTEUR, ELLE RECÈLE DONC PEUT ÊTRE UNE OPPORTUNITÉ D'ACHAT.
TAUX DE RENDEMENT

• LE RENDEMENT EST LA MESURE DES REVENUS QUE RAPPORTE UNE ACTION PAR
RAPPORT À SON COÛT D'ACQUISITION, ON RENCONTRE PLUSIEURS NOTIONS
DONT VOICI LES MODALITÉS DE CALCUL :

• RENDEMENT GLOBAL = (DIVIDENDE NET + AVOIR FISCAL) / COURS DE L'ACTION

• RENDEMENT NET = DIVIDENDE NET / COURS DE L'ACTION


• TOUT COMME LE PER, LE RENDEMENT NET ÉVOLUE AU GRÉ DES FLUCTUATIONS
DE L'ACTION, IL EST DONC VALABLE À UN INSTANT T. HORS PLUS-VALUES
ÉVENTUELLES LORS DE LA CESSION DE L'ACTION, LE DIVIDENDE EST LE SEUL
REVENU.

• A CE TITRE ON CHERCHERA À SAVOIR QUEL EST LE RENDEMENT D'UN


PLACEMENT EN ACTIONS DANS L'HYPOTHÈSE OÙ LES COURS NE VARIENT PAS.
• EXEMPLE DE MÉTHODES BASÉES SUR LE TAUX DE RENDEMENT
• UNE STÉ A ACQUIS UNE ACTION 200 EUROS ET LE DIVIDENDE VERSÉ EST DE 10 EUROS, LE RENDEMENT
NET DE VOTRE PLACEMENT EST DONC DE 5% PAR AN.

• DEUX FACTEURS JOUENT SUR LE NIVEAU DU RENDEMENT : L'IMPORTANCE DU DIVIDENDE ET LE COURS


DE L'ACTION. PAR CONSÉQUENT SI UN RENDEMENT EST ÉLEVÉ LES CAUSES PEUVENT ÊTRE MULTIPLES:

• - LA SOCIÉTÉ A FAIT DE BONS RÉSULTATS ET EN DISTRIBUE UNE GRANDE PART AUX ACTIONNAIRES
(C'EST SOUVENT LE CAS DES SOCIÉTÉS FONCIÈRES QUI SONT CONNUES POUR VERSER DE GROS
DIVIDENDES)

• - LE COURS DE L'ACTION EST TRÈS BAS, CE QUI DONNE UN RENDEMENT ÉLEVÉ

• - UN MÉLANGE DES DEUX FACTEURS PRÉCÉDENTS


• SI LA SOCIÉTÉ FAIT DES PERTES, LE RENDEMENT SERA NUL. CEPENDANT SI
LES PERSPECTIVES DE RÉSULTAT DES ANNÉES FUTURES SONT IMPORTANTES,
LES INVESTISSEURS NE DÉNIGRERONT PAS POUR AUTANT CETTE ACTION
DONT LE RENDEMENT S'AMÉLIORERA AU COURS DES ANNÉES.
LES AUTRES MÉTHODES D’ÉVALUATION
• LE MODÈLE DE CROISSANCE DES DIVIDENDES MODÈLE GORDON-SHAPIRO : LE MODELE DIT DE
CROISSANCE DES DIVIDENDES S’ÉTABLIT À PARTIR DE LA VALEUR FONDAMENTALE D’UNE ACTION.

• LE Q DE TOBIN : EST COMME ÉTANT LE RAPPORT DE LA VALEUR DE MARCHÉ D’UNE SOCIÉTÉ SUR LA
VALEUR DE SON CAPITAL COUT DE DE RENOUVELLEMENT CE RATIO EST UNE BONNE MESURE DE LA
VALORISATION QUE FONT LES MARCHÉS DES INVESTISSEMENT DE L’ENTREPRISE ET SEMBLE
POSSÉDÉE UN POUVOIR PRÉDICTIF DE L’INVESTISSEMENT.
CONCLUSION
• NOUS CONCLURONS EN DISANT QUE LES INDICES BOURSIERS SONT CALCULÉS ET N
FONT PAS L’OBJET D’ÉCHANGE, AUSSI LEUR IMPORTANCE S’EST CONSIDÉRABLEMENT
ACCRUE CES DERNIÈRES ANNÉES, CELLE-CI ÉMANANT DE L’INTÉRÊT SUSCITÉ PAR
LES GESTIONNAIRES DE PORTEFEUILLES À LEUR ÉGARDS EN LEUR SERVANT DE
PORTEFEUILLE DE RÉFÉRENCE (BENCHMARK), ET AUSSI PAR LE FAIT QUE CEUX-CI
PERMETTENT D’APPRÉCIER LA RENTABILITÉ DES MARCHÉS.