Vous êtes sur la page 1sur 15

Module: Agronomie II

Partie animale

Présenté par : HOMRANI Mounia

Université Abdelhamid Ibn Badis de Mostaganem


Année 2020
Partie I- Utilisation et constitution des
aliments destinées à l’alimentation animale

a. Notion d’aliment et d’alimentation


b. Anatomie comparée de l’appareil digestif
a- Notions d’aliment et d’alimentation
animale

1. Aliments pour animaux d’élevage


> Définition
> Constituants
> Classification
> Contrôle de la qualité
2. Alimentation animale
> Définition
> Concept de ration
> Concept de besoin alimentaire
> L’ingestion
> La capacité d’ingestion
> Quelques définitions
1. Les Aliments- Définition
> Toute substance composée d’un ou plusieurs ingrédients, transformée, semi-transformée ou brute
destinée à l’alimentation directe des animaux dont les produits sont destinés à la consommation humaine

> Les principaux aliments pour animaux d’élevage sont


 Fourrages Fourrages verts (herbe) graminées (dactyle- fléol..etc)
Foins Légumineuse(trèfle blanc-luzerne…etc)

 Aliments concentré simple


Céréale (grains) : (Blé- orge- avoine-seigle- Maïs – triticale(hybride de blé et de seigle))
Tourteaux : Résidus solide obtenu après extraction de fruits ou de grains oléagineux
EX: tourteau de colza, de lin, de soja
 pailles : tige de graminée céréalière à complète maturité des grains
 Coproduit/sous-produits
Les coproduits de récolte : fanes de pois et d'arachide, collets et feuilles de betteraves ...
Drèches : coproduit de la transformation par voie humide de différentes céréales
Pulpes
Mélasse
 Aliments industriels : L'industrie peut fournir la ration complète des animaux d'élevage, adaptée à chaque
situation. C'est généralement le cas en élevage avicole et cunicole

Notions d’aliment et d’alimentation animale 4


1.Les Aliments–
Constituants
Eau

Celluloses fructose
hémicellulose glucose
Lignine Saccharose
pectines amidon
Aliments
pariétaux végétaux Cytoplasmiques
«fibres»

Macro-éléments
(ca, p, Cl, Na, S, Mg, K
Glucides Matière sèche
(MS)

lipides
(glycérides- Matière matière
stérides-
organique minérale
cérides)
matières azotées
Protidiques Non protidiques
vitamines liposolubles (Acide aminés libres- oligo-éléments,
(Amides-amines-
et hydrosolubles (A, peptides-polypeptides- ammoniac-bases (Fe, Cu, Zn, Co, Mn, I, Se)
D3, E, K, B1, B2) protéines) azotées)

Notions d’aliment et d’alimentation animale 5


Les Aliments –
>
Classification
Classification selon les apports nutritifs
Les aliments énergétiques : riches en glucides et en lipides ( céréales et le fourrages vert )
Les aliments azotés : produits riches en protéines, (tourteaux, les protéagineuses).
Les aliments riches en minéraux et vitaminiques : produits naturels /de synthèse renfermant une grande quantité
de minéraux et de vitamines

> Classification selon leurs utilisations en élevage En fonction des différents stades physiologiques
de la vie des animaux,(les aliments d’allaitement, de sevrage, de croissance, d’engraissement

> Classification selon l’encombrement dans le tube digestif basée sur la teneur en matière
sèche des aliments et du volume qu’il occupe dans le tube digestif. deux catégories :

Les aliments grossiers : aliments volumineux + faible concentration énergétique et azotée. On distingue plusieurs types d’aliments
grossiers:

 Fourrages verts (10 - 20 % de MS) : sont consommés en l'état dans la prairie, sur les parcelles cultivées ou dans l'étable.
 Les ensilages (20 - 50 % MS): Ce sont des fourrages conservés par fermentation lactique
 les foins (50-85% MS): Ce sont des fourrage conservés par séchage et contiennent entre
Les aliments concentrés
 apportent beaucoup d’éléments nutritifs pour un faible encombrement.
 riches en matière sèche (Plus de 85% MS).
 utilisés dans l’alimentation animale pour subvenir à leurs besoins énergétiques et azotés.
 la base de la complémentation de l’alimentation des ruminants. EX : (farines ou grains aplatis de céréales tels que orge, maïs,

6
1. Les Aliments- contrôle de la qualité

> Les aliments pour animaux devraient être en bon état et répondre aux normes de qualité
généralement acceptées.

> Le contrôle officiel des aliments pour animaux (COAA) est le premier contrôle au long de la chaîne
alimentaire.

> les bonnes pratiques agricoles (BPA), les bonnes pratiques de fabrication (BPF) et les principes de
l’analyse points critiques pour leur maîtrise des risques (HACCP) devraient être suivis pour contrôler
les risques pouvant apparaître dans l’alimentation.

> Des analyses chimiques destinées sont effectuées afin de connaître la composition chimique des
aliments et de contrôler leur qualité

Notions d’aliment et d’alimentation animale 7


1. Les Aliments- contrôle de la qualité
Principales méthodes utilisées pour les analyses physicochimiques des
aliments destinés aux animaux d’élevage
Paramètre Méthode
Humidité Séchage dans une étude à 103°C pendant 24 heures (jusqu’à un poids constant), lyophylisation.
Cendres (Matière Incinération à 550°C + ou – 5°C pendant 3 heures (obtention de cendres blanches)
minerale)
Matières azotées totales minéralisation de l’azote, de type Kjeldahl
Matière grasse brut basées sur l'extraction des substances lipidiques par une solvant (éther diéthylique, éther de pétrole,
hexane).
Cellulose brute Méthode « de Weende » basée sur une hydrolyse acide suivie d'une hydrolyse basique, telles que AFNOR NF
V03-40 (1993). La mesure de la cellulose brute constitue une détermination par défaut de la teneur en parois
végétales qui est en réalité de 2 à 4 fois plus importante.
Paroi végétale Van Soest (N.D.F. = neutral detergent fibre),  parois végétales obtenues par action de dodécylsulfate en
milieu neutre, avec l’utilisation éventuelle d’enzymes (amylase et protéase).

Lignocellulose Van Soest (A.D.F. = acid detergent fibre), ligno-cellulose obtenue par action de cétyletriméthylammonium
bromure (CTAB) en milieu acidifié par H2SO4 à partir du résidu NDF
Lignine Van Soest (ADL = Acid Detergent Lignin), lignine estimée après destruction de la cellulose vraie par
H2SO4 72% à partir du résidu ADF

Amidon Méthode polarimétrique « Ewers »


Acides aminés Les méthodes utilisées consistent en une hydrolyse acide (HCl 6N) suivie d’une analyse par chromatographie.
Selon les méthodes, l’hydrolyse peut durer de 24 à 48 heures et la température varier de 110 à 145°C.

Notions d’aliment et d’alimentation animale 8


2. L’alimentation animale -Définition

> Action d’alimenter ,de nourrir après établissement d’une ration adaptée à une espèce
donnée et en fonction de ses besoins à un moment donné de sa vie

> Au cours des dernières décennies  augmentation de la demande de produits


alimentaires d’origine animale (viande et produits laitiers)  augmentation du nombre
de cheptels au niveau mondial  hausse de la demande d’aliments pour animaux 
l’alimentation animale absorbe une part importante de la production mondiale de
certaines cultures également utilisées pour l’alimentation humaine.

Notions d’aliment et d’alimentation animale 9


L’alimentation animale – Concept de ration

> C’est la quantité d’aliment distribuer par jour

> Elle doit apporter


 les principes énergétiques apportés par les glucides, les lipides et les glucides

 Les principes non énergétiques mais indispensable à la vie


 L’eau, élément capital, un fort déficit en eau entraient une déshydratation mortelle
 Les minéraux
 Les vitamines

 Par ailleurs il ne suffit pas que ces éléments soient tous présents, il faut en outre
qu’ils respectent entre eux des proportions précises. Ex le rapport calcium/phosphore qui doit avoisiner 1 à
2 selon l’espèce.

Notions d’aliment et d’alimentation animale 10


L’alimentation animale – Concept de besoins

> C’est les quantités d’aliments nutritifs devant être ingéré chaque jour par l’animal pour
réaliser les performances souhaitées, dans la limite de ses capacités de production.

> On distingue
 Les besoins d’entretien liés au fonctions vitales(circulation sanguine-digestion- respiration
– renouvellement des tissus), de l’animal adulte, au repos, sous climat tempéré. Besoins
augmentant globalement avec le poids de l’animal. Ex : eau besoin primordiale
- Valeurs indicatrices des besoins en eau (L/j): vache 20-40

mouton 5-12
Cheval 20-70

Lapin 0,2-2
 Les besoins de production dépendant de la nature et de l’intensité de la production ,qui
permettent l’accroissement de l’animal et les productions de lait, de viande, de laine, de
fœtus. Ex: les besoins des bovins de races laitières : supérieurs à ceux des races à viande
Les besoins des ♂ entier sont supérieurs a ceux des ♂ castrés
Les besoins sont plus élevés chez les jeunes animaux que chez les adultes.

> Les besoins totaux de chaque animale correspondent à la somme d’entretien et de production

Notions d’aliment et d’alimentation animale 11


L’alimentation animale – Règle de base d’une alimentation rationnelle

> Abreuvement suffisant: eau potable fraiche


> Respect des transitions alimentaires: toute modification alimentaire doivent se faire
progressivement à une semaine par exemple
> Repas particulier
> Contrôle des quantités distribuées
> Régime équilibré : tous les nutriments nécessaires en quantité suffisante, dans les proportions adoptées au
format, au statut physiologique, à l'âge de l’animal
> choix d’un aliment adapté : croissance –entretien - lactation
> Utilisation rationnelle : suivi du mode d’emploi du fabricant. Si l’aliment est complet ne rien donner d’autre.
> économie en évitant les carences, les excès ou les gaspillages résultant d’une élaboration défectueuse de la
ration
> hygiène de l’aliment garantie de salubrité, souillure, moisissure, poussière
> contrôle des résultats individuels: qualité du pelage, aspect des fèces, observation du comportement
alimentaire, contrôle du poids
> Aucun aliment ne suffit à lui seul sauf l’herbe, le foin pour l’entretien ou une production modeste par
exemple d’un herbivore

Notions d’aliment et d’alimentation animale 12


L’alimentation animale – Ingestion

> Définition Introduction par la bouche d’aliment ou de boissons


> Contrôle de l’ingestion : Hypothalamus
Centre de la faim centre de la satiété

Consommation alimentaire arrêt de la consommation

> Les facteurs de régulation de l'ingestion


 la concentration du sang en nutriments (pour les monogastriques, notamment la glycémie),
 la satisfaction des besoins énergétiques,
 la température ambiante,
 l'activité physique
 le photopériodisme, le type d'animal.
 Chez les ruminants, il s'agit d'une régulation physique par encombrement du rumen (en fonction du
temps de séjour des aliments dans le rumen).

Notions d’aliment et d’alimentation animale 13


L’alimentation animale -Capacité d’ingestion (CI)

> Définition : quantité d’aliment distribuée à volanté que l’animal ingère spontanément.

> La CI

 Avec le poids vif (pv), avec le niveau de production

 En fin de gestation (l’utèrus gravide comprimant la cavité abdominale.

 S’exprime en Kg de MS/j ou en Kg de MS/100Kg de VP/j


 Unités d’encombrement (UEM, UEL, UEB)

Notions d’aliment et d’alimentation animale 14


L’alimentation animale –Quelques
définitions

> Appétit: disposition physiologique d’un animal qui manifeste le désir de manger

> Appétence: avidité manifeste d’un animal pour un aliment particulier

> Appétibilité : Ensemble des caractéristiques physiques (dont la préhensibilité) et chimiques d'un aliment
qui le fait rechercher par l'animal, qui agissent sur son appétence. L'appétibilité d'un fourrage à un certain
stade ou d'une ration peut être exprimée en chiffres. On peut mesurer la quantité ingérée en g par kg de
poids métabolique (le poids à la puissance 0,75 : P 0,75 ). C'est un critère de sélection des fourrages.

> Palatabilité : définit le caractère agréable d'un aliment. Il résulte de la perception qu’a le sujet du goût,
de l'odeur et de la texture de cet aliment.

> Rassasiement : processus progressif mettant un terme à un épisode de prise alimentaire.

Notions d’aliment et d’alimentation animale 15