Vous êtes sur la page 1sur 105

p 


 

M. Omar Issadik

 

p  
         |
 

MODULE 1 : Introduction à la consolidation des


comptes

MODULE 2 : Principes généraux de consolidation et


notions de base

MODULE 3 : Processus de consolidation

p  
         6
  

À À  ÀÀ 





p  
         ÿ


D ÔOTIOÔ DE GROUPE
½  ½
½p p

D OBJECTIFS GEÔERAUX DE LA COÔSOLIDATIOÔ

D EÔ IROÔÔEMEÔT RÉGLEMEÔTAIRE EÔ MATIÈRE DE COÔSOLIDATIOÔ

p  
         


D Tendance naturelle des entreprises à la croissance pour leur


développement

D Phénomène de concentration de plus en plus fréquent. Les modalités


économiques, juridiques ou financières sont diverses
      
      

   

  
      
 
 !  
 "

 
   #
    $ 
%%%&
   '  
 !       #   (  
)  
  *   !
      
 +  !  

 # 
  
 '   #  )   
 %

D C¶est dans ce dernier cas que l¶on peut parler de Groupe.

p  
         ]


D '   !½½ ,*  


 
   


 
  
 
 
    
 
 

 

 

 
  
    
 




  

p  
         -

CARACTERISTIQUES D ¶UÔ GROUPE

* 
! 
 + 
    #
   -   !  
 
    


  !  .  -
' 
/  "    
 ( 
 '   ! ) ! !  -

 
 #          )
' 
 &

  
     '
    

 )     /


 + 
        -
 '     
 
  !
-  
! 
          %

p  
         o

COMPTABILITE DE GROUPE

Obstacles juridiques, comptables et fiscaux à la reconnaissance


du groupe:

´ La notion de groupe n¶existe pas juridiquement, celui-ci n ¶ayant


aucune personnalité morale propre

´ Les comptes sociaux sont utiles aux actionnaires pour se prononcer sur
la répartition des bénéfices et la rémunération des capitaux investis, et
à l ¶Etat pour prélever les impôts.

´ Les règles comptables traditionnelles, applicables aux entités


individuelles, seront insuffisantes pour traduire économiquement
l ¶activité d ¶un groupe.

p  
         

COMPTABILITE DE GROUPE

Obstacles pratiques
Il conviendra de trouver des méthodes pour

´ uniformiser les comptes des entités et les adapter à la logique du


groupe

´ traduire le contrôle de la maison mère sur ses filiales

'  0


   
1   
 
   ' 
      ' 
/ !   

    "
 +      ' 
  &# -  

1
    )  %

p  
         d
!"##$
OBJECTIFS GEÔERAUX DE LA COÔSOLIDATIOÔ

POUR LE MAÔAGEMEÔT
´    ! '      1      1  -   

  / '       
!   -
- 

´ p  ''    '   * #    


    %

POUR LES TIERS


´ p      
  - 

´    !  -      ' 


/ 

´ ½    

p  
         |
%#
SUR LE PLAÔ IÔTERÔATIOÔAL

SEPTIEME DIRECTI E EUROPEEÔÔE


´ / 
   -    -      
   ½"&
´  2)  345    
 
 
  ( ! 
  
6 

 

´ ½½$ 6 


ÔORMES AMERICAIÔES US GAAP (FAS 52, FAS 109,..)

IÔTERÔATIOÔAL FIÔAÔCIAL REPORTIÔG STAÔDARDS (IFRS)


´    7# 4# 23 !     
 
 
´ '    -      -       
 /   

    
1 -  

p  
         ||
%#
SUR LE PLAÔ ÔATIOÔAL


1 5½        ½   
    
  /-   


  ) 1  -  *


 
 
     
        
 3

! 
258   
 32   -      
       

 
 %

! 
 
 
  %p½½    

1 ( 
     /-   
   / 

Ë  
    
p  
         |6
%#
SUR LE PLAÔ ÔATIOÔAL

! 
39    /    -      
 

    
 '    
( ! - 

!  : 5½     ½     ;


5 
      
   / 



 #    *-   
      

 
  

Ë  
    
p  
         |ÿ

PREMIER BILAÔ COÔSOLIDE

D PREMIERE APPROCHE DU PROBLEME

LE PROCESSUS DE COÔSOLIDATIOÔ A COÔSISTER :


´ (    
      


´  
  #(          
 

   

p  
         |

EXEMPLE

Soit une Société A constituée avec un capital de 1.000.000 MAD entièrement financé par des
disponibilités. A souscrit 100% du capital de la Société B qui s¶élève à 400.000 MAD.
Le bilan de chacune des deux sociétés se présente de la manière suivante :


  p 
p &''('''
p ('''('''
 p )  *''('''

  ('''('''   ('''('''


)
 p )  &''('''
p &''('''

  &''('''   &''('''

L¶examen de ces deux bilans laisserait à penser que l¶actif net total s¶élève à 1.400.000 MAD(
1.000.000 MAD chez A et 400.000 MAD chez B), alors que les disponibilités s¶élèvent
effectivement à 1.000.000 MAD.

En réalité, seul un bilan d¶ensemble dans lequel la participation serait éliminée donnerait la
véritable situation, soit :
)   
 )
 p )  +, ('''('''
p +, ('''('''

  ('''('''   ('''('''

½    ,   


p  
         |]
  -


À À

 ÀÀ 

p  
         |-
p

D ÔOTIOÔS CLES EÔ COÔSOLIDATIOÔ


p
p½ 
p½ ½ !
66p½
½< ½ 

D METHODES DE COÔSOLIDATIOÔ
  
 pp
 ½

D ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ

p  
         |o
#
ÔOTIOÔ DE GROUPE

De façon très synthétique, la notion de groupe peut être présentée comme


suit :

##
.

##
# ## ##
# 


p#.

p#.

p  
         |
#
PERIMETRE DE COÔSOLIDATIOÔ

D 6

 / 


  
  !     
  = 
     
 
  ,
´ entreprise consolidante
´ entités contrôlées (de manière exclusive)
´ entreprises contrôlées conjointement
´ entreprises sur lesquelles est exercée une influence notable

  /-        


   
/   
   '     $'        > 
1? 
 + 
!   %

p  
         |d
#
PERIMETRE DE COÔSOLIDATIOÔ

D OBJECTIF

    / 


  /   

  


 
 (  
      
 #
   
     
1 
 
    
½  + !*
 
/    '  

       1  


  
  (

1
   

p  
         6
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE
D COÔTRÔLE

p    -     ' 


/     @ 
    ' @     -   


p    /  # 


    
  
@   '   #        

´ Sauf s'il peut être clairement démontré que cette détention ne permet
pas le contrôle

p  
         6|
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE

D COÔTRÔLE

Existe lorsque la mère, détenant la moitié ou moins des droits de


vote, dispose
´ Du pouvoir sur plus de la moitié des droits de vote (accord avec
d'autres investisseurs)

´ Du pouvoir de diriger les politiques financière et opérationnelle

´ Du pouvoir de nommer ou de révoquer la majorité des membres du


conseil d'administration ou

´ Du pouvoir de réunir la majorité des droits de vote dans les réunions


du conseil d'administration

p  
         66
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE

D IÔFLUEÔCE ÔOTABLE

Pouvoir de participer aux décisions de politique financière et


opérationnelle de l'entreprise détenue

Toutefois, pas de contrôle sur ces politiques

Présumée si détention, directement ou indirectement, de 20% ou


plus des droits de vote

p  
         6ÿ
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE
D COÔTRÔLE COÔJOIÔT

Le contrôle conjoint est le partage en vertu d¶un accord


contractuel du contrôle d¶une entreprise exploitée en commun par
un nombre limité d¶associé ou d¶actionnaire

L¶accord contractuel qui:


´ Prévoit l¶exercice du contrôle conjoint sur l¶activité économique de
l¶entreprise exploitée en commun

´ établit les décisions qui sont essentielles à la réalisation des objectifs


de l¶entreprise exploitée en commun et qui nécessitent le
consentement de tous les associés ou actionnaires qui participent au
contrôle conjoint

La notion de contrôle conjoint implique qu¶aucun associé ou


actionnaire pris individuellement ne soit en mesure d¶imposer ses
décisions

p  
         6
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE

D Cas particulier des entités ad hoc

Il s¶agit d¶une structure juridique distincte, créée spécifiquement


pour gérer une opération ou un groupe d¶opérations similaires
pour le compte d¶une entreprise.

L¶entité ad hoc est structurée ou organisée de telle manière que


son activité n¶est, en fait, exercée que pour le compte de cette
entreprise, par mise à disposition d¶actifs ou fourniture de biens,
de services ou de capitaux

Une entité ad hoc doit être consolidée lorsque, en substance, elle


est contrôlée par une autre entreprise

p  
         6]
#
DEFIÔITIOÔ DES TYPES DE COÔTROLE
D Principales caractéristiques

L'entreprise pour le compte de laquelle l'entité ad hoc est créée


transfère fréquemment des actifs à cette entité

Elle obtient souvent le droit d'utiliser les actifs détenus par


l'entité ad hoc ou réalise des services pour son compte

Elle conserve généralement une part d'intérêt importante dans


les activités de l'entité ad hoc
´    =   @  '       
*
   
 

L'entité ad hoc fonctionne souvent en "pilotage automatique"


´ ½  )         
       ( @ - 
 
  *    @ 1

p  
         6-
#
PERIMETRE DE COÔSOLIDATIOÔ

D EXCLUSIOÔS

 / 


  
              

/ *
 
 +    ' 

´     
 !  

 
 !*
     6 ,   0   != 
  A 
        65      

/   
    

p  
         6o
#
PERIMETRE DE COÔSOLIDATIOÔ

D Entrée

Date d¶acquisition des titres

Date de prise de contrôle ou d¶influence notable, si l¶acquisition a eu lieu en


plusieurs fois

Date prévue par le contrat

D Sortie

Date de perte de contrôle ou d¶influence notable

p  
         6
#
POURCEÔTAGE DE COÔTROLE

D Définition
p 
 -       @    
 
"B/ B& 
   
 

D Mode de calcul
   
 -        



    /   
 
 +  *
  

 
 -     

´ des droits attachés aux actions émises et en circulation (actions
ordinaires)
´ des actions à vote double (cf.art. 257 s.a)
´ des certificats d¶investissement

p  
         6d
#
POURCEÔTAGE DE COÔTROLE

 
 -     
-     
    ,

´ Prise en compte des droits de vote potentiels pour déterminer le


contrôle ou l¶influence

´ Consolidation en fonction du pourcentage d¶intérêt actuel et


affectation des droits de vote potentiel en intérêts minoritaires

D Permet de déterminer la méthode de consolidation à appliquer

p  
         ÿ
#
POURCEÔTAGE D¶IÔTERET

D Définition

p 
    
/  
    
 
   
 


D Mode de calcul

p  
1
1? '  #      
 - 
  
1

  
1?     
 
 - 
1
1? 

D Permet de déterminer la quote-part de capitaux propres et de résultat


revenant au groupe

p  
         ÿ|
#
POURCEÔTAGE DE COÔTROLE / POURCEÔTAGE D¶IÔTERET
Ces deux notions peuvent être récapitulées comme suit :

p/ p0#1

´ #.4 ´ ".
2  "
´ p#
´ !5#5 ##
.+
´ #6 ,
  7 #. ´
+#1
3(((,
7 #8
´ p%# ´ p#

´ / ´ 
 

 ###
###
###
Y  

 

  
  


p  
         ÿ6
#
POURCEÔTAGE DE COÔTROLE / POURCEÔTAGE D¶IÔTERET

EXEMPLES :


  9
  9-
  9:

*';  -';  *'; 

 ';  &';  :<;

-'; ) *'; ) -'; )

p0#1) p/)


  9 
  9 -
  9 :
  9 
  9 -
  9 :
 '; &'; :<;  '; &'; :<;
p## -; -; -; p## -'; 7 -';
--; <-; &=; :'; &'; <<;

p  
         ÿÿ
#
METHODES DE COÔSOLIDATIOÔ
1 
 (    .
 + 
!*
 /    ! (
 

 
 ´  -  -  

 
   ´  -      

À    ´     


p   !      


     
   

 + 
)  %",       p&

    #


1  =       

     ( !   ! =- 

p  
         ÿ
#
METHODE DE COÔSOLIDATIOÔ
EXEMPLE :
EÔOÔCE :
Soit la société A ayant les participations suivantes dans les sociétés E et F :

 -';

<'; <<;

) -';


:'; ';
&'; *';

 2

Déterminer les pourcentages de contrôle et d¶intérêt de A dans E et dans F,


ainsi que la méthode de consolidation des sociétés E et F dans A%

p  
         ÿ]
#
METHODE DE COÔSOLIDATIOÔ
SOLUTIOÔ :
1. Détermination des pourcentages de contrôle
 2
 -';  7
 ';  &';
 :';
 *';  &';

2. Détermination des pourcentages d¶intérêt


 2
 -'; 
 
<';$:'; <; <<;$&'; --;
<<;$'; <3<; -';$*'; -;
 &'3<;  :&;

3. E sera consolidée dans A selon la méthode de l¶intégration globale, le


pourcentage de contrôle de A dans E étant supérieur à 50 %
F sera consolidée dans A selon la méthode de la mise en équivalence, le
pourcentage de contrôle de A dans F étant inférieur à 50 %, mais
cependant supérieur à 20 %.

p  
         ÿ-
p

D ÔOTIOÔS CLES EÔ COÔSOLIDATIOÔ


p
p½ 
p½ ½ !
66p½
½< ½ 

D METHODES DE COÔSOLIDATIOÔ
  
 pp
 ½

D ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ

p  
         ÿo
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D DEFIÔITIOÔ
      
  
/   !   
   !
' '    '  
*    



  
   =   

D EÔ PRATIQUE, OÔ PROCEDE DE LA SORTE :


½  (   ' 
 
* 
/  


%½ 
 
*.    ' ! )    
    
  

          
           
   
*            =   
  
´      
 -@  =
´     =      -' #      = )    '
        - 
    '


       


   @     - -   

p  
         ÿ
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D Il est possible de schématiser ce qui précède de la manière suivante :
 

"%
p+ %,


 # #% ½ 
# 
 ,
"% p"% #%
#
##
" p8
  % #%
 #
 p8

#
p"%

p

p
2  


p+ %, p8

"% #
p
p"% #

p8

p  
         ÿd
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D EXEMPLE


2  2 p 2  2
```````````````````````````````````````` ``````` ``````` ```````````````````````` ``````` ```````
  :(<'' :''
 -(''' <''
p2 &'' 7 #% >'' 7
? (''' *' # <'' <'
" -('' >'  :(*'' ''
@@@@@ @@@@@ @@@@@ @@@@@
$ =(''' *<' $ =(''' *<'
AAAA AAAA AAAA AAAA

Etablir le bilan consolidé du groupe SM ± F (supposons que SM détient


80% des droits de vote et du capital de F)

p  
         
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D Au journal du groupe, les écritures suivantes ont été passées :
REPRISE DU BILAÔ DE SM
  :(<''
p2 &''
? ('''
" -(''

 -('''
#% >''
# <''
 :(*''

REPRISE DU BILAÔ DE F
  :''
? *'
" >'

 <''
# <'
 ''

  75".%# 


350#(

p  
         |
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE

D Le cumul, poste à poste, des états financiers de la société mère SM et de la


société F donne le bilan du groupe suivante ,


2 p 2
```````````````````````````````````````````````````````````````` ``````````````````````````````````````````````````
 +:(<''B:'', :(C''
+-('''B<'', -(<''
p+&'', &'' #%+>'', >''
?+('''B*', (*' #+<''B<', <<'
"+-(''B>', -(->' +:(*''B'', :(=''
@@@@@ @@@@@
$ =(*<' $ =(*<'
AAAA AAAA

p  
         6
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE

D Il faut éliminer le compte ³Titres de participations´ de SM dans F, et en


contrepartie, il faut annuler le poste capital social et indiquer la part des
actionnaires minoritaires

Ces mouvements comptables se traduisent ainsi au journal :

½
 
   





   


 
 



  
 

 

p  
         ÿ
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D Il reste que 80 % des bénéfices réalisés par F reviennent au groupe : il faut
donc, en troisième lieu, faire apparaître dans deux comptes distincts la part du
groupe et celle hors du groupe dans le résultat, soit :




   


!   


" 


 
 
 

  

 

p  
         
#8
IÔTEGRATIOÔ GLOBALE
D En définitive, le véritable bilan du groupe est le suivant :

2 p 2
```````````````````````````````````` ````````````````````````````````````
  :(C'' #16
? (*'
  -('''
" -(->' #%  >''
#  <''
p#2 &'
@@@@

$ :(&&'

#16
 ''
# '
@@@
#1 '

 :(=''

 

=(-<' =(-<'
AAAA AAAA

p  
         ]
#8
IÔTEGRATIOÔ PROPORTIOÔÔELLE
D DEFIÔITIOÔ

      


  
/   ' 
 
      =  
/       !
'
 '    '  
*    !    


p 
 !  =   

D EÔ PRATIQUE, OÔ PROCEDE DE LA SORTE :

½  (   ' 


  
/  
' 
      !  =     
' #  
 ' #      
1 -  
 - 
     % 
 
* ' ! )
       
  


       


  
 

     


  
/   
 - #

  ' 
     
*   
 $
%

p  
         -
#8
IÔTEGRATIOÔ PROPORTIOÔÔELLE
EXEMPLE :
## ##2+#<';,
 -''
 ('''
8 ('''
 <''

8 ('' # -'' # ''
 ''  &''
@@@@@ @@@@@ @@@@@ @@@@@
:'' :'' ''' '''

Cumul des retraitements


B2 
#

 
 -'' +-'', 7

8 (*'' 7 (*''
@@@@@
 (*''


 (-<' +-<', ('''
# -<' 7 -<'
)D <' <'
 :'' 7 -''
@@@@@
 (*''

p  
         o
#8
MISE EÔ EQUI ALEÔCE

D En pratique, on procède de la manière suivante:

   
#   (   
    
! 
#   
*   ".
      &
 !      

½   #  #(        


  '  
      $      %'' 

     1         
    
   


          .  


         
       (  $  

p  
         
#8
MISE EÔ EQUI ALEÔCE

´ On peut schématiser ce qui précède de la façon suivante :

 

"

p
%

     

#%
p
 # # "
% #%
#
" p" 
% %
#

#5% 
""# 
#
2   
"

p % p"
7
%

p 

" # 7


% 
#

p"
%

p  
         d
#8
MISE EÔ EQUI ALEÔCE
D EXEMPLE :
      '  
        ,


2   p 2  
```````````````````````````````````````` ``````` ``````` ```````````````````````` ``````` ```````
  :(<'' (<''
 -(''' =''
 &'' 7 #% >'' :''
? (''' <'' # <'' ''
" -('' >''  :(*'' (C''
@@@@@ @@@@@ @@@@@ @@@@@
$ =(''' -(>'' $ =(''' -(>''
AAAA AAAA AAAA AAAA

      
$6# 
1  9C ! 


#  
    
%

p  
         ]
#8
MISE EÔ EQUI ALEÔCE

L¶établissement du bilan consolidé du groupe SM-A se fera de la manière


suivante :
´              
*   #
   
  # ,

½
    
# $ 

½
  %
  &



''''
$ 


( # $ ) 

p  
         ]|
#8

MISE EÔ EQUI ALEÔCE

´ Le poste ³Titres de participation A´ doit donc figurer à l¶actif de SM pour


440, soit une participation de 40 (440 - 400) correspondant à la part
du groupe dans les résultats de la filiale A (100 x 40% = 40).

L¶écriture qui solde le compte ³Titres de Participation A´ en


contrepartie du compte Titres de Participation A mis en équivalence
pour 440 est la suivante :




#
 *   




# 

+
`
  


 
 *   

p  
         ]6
#8
MISE EÔ EQUI ALEÔCE
En définitive, le bilan consolidé se présente ainsi :


2 p 2
777777777777777777777777777777777777 777777777777777777777777777777777777
  :(<'' #1
#5% &&'
 -('''
? (''' #% >''
" -('' #  <''
7
# &'
@@@@@

$
 :(&&'

 :(*''
@@@@@ @@@@@
 =('&'  =('&'
AAAA AAAA

p  
         ]ÿ
p

D ÔOTIOÔS CLES EÔ COÔSOLIDATIOÔ


p
p½ 
p½ ½ !
66p½
½< ½ 

D METHODES DE COÔSOLIDATIOÔ
  
 pp
 ½

D ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ

p  
         ]
.
LES RESER ES DE COÔSOLIDATIOÔ
D DEFIÔITIOÔ

Techniquement :
'' 
    $ 
*       
   
1D 
/ %
½      (   $  (   $ 



Comptablement :
p !    !
 ,


$

 

 #1

 #%

p  
         ]]
.
LES RESER ES DE COÔSOLIDATIOÔ

Économiquement :

 $  ' "   &

    '    


     / 
 %

Principe de l ¶intangibilité de la situation nette d ¶ouverture

Réserves consolidées Ô-1


+
Résultat consolidé Ô-1
-
Dividendes versés par l ¶entité consolidée
+/-
ariation de capital de l ¶entité consolidée
____________________________________
Réserves consolidées Ô

p  
         ]-
.
LA PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ PEUT RESULTER :

De la consolidation d¶une nouvelle société provenant :


´  !
  ! 

 #
´  !     / ! 
       
- #  ! 
 %

De l¶établissement pour un groupe, pour la première fois, de


comptes consolidés.

p  
         ]o
.
DEFIÔITIOÔ :

Techniquement :

'' 
   
E!
        

/         '  #    
   / 
 %

Comptablement :

Permet d¶équilibrer l¶écriture, lors d¶une première consolidation


½
  

,
  -  

½


½

 
 


p  
         ]
.
ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ
D¶un point de vue ³économique´, cet écart correspond au surprix´
que l¶acheteur a accepté de payer ; il se décompose en :
    

 

.   


  $        *  
1D '    
!
     F

  '   G
 
!  H%
   ''
 %
´ Si ce solde est positif#
   '  # 
 !H 
H
 '"- I &%  !-!      ,
    
  #
          '  #
     -
 " '' &%

´ Si le solde est négatif (badwill),  =  



 ,
  (
  
   !
  #
!       '  #
     -
 %

p  
         ]d
.
ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ
EXEMPLE 1 :
EÔOÔCE :
La société M acquiert 60 % de la société F pour 200 au 31/12/Ô

##2

8 <' -<'

'' #%
77777 77777
-<' -<'
CALCUL DE L¶ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ :
200 - ( 60 % x (150 + 100) ) = 50

ECRITURE COMPTABLE :


½
   

,
  -  
 
½

 
½

 
 
 

p  
         -
.
ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ

Les écarts d¶évaluation suivent le même traitement que dans les


comptes sociaux

Concernant, les écarts d¶acquisition :


%%
5#056

p 2 E2
+ED, +)D,

## #

¦ 
         
 
    ! "

        
 

   
   

      

   
      


p  
         -|
.

ECART DE PREMIERE COÔSOLIDATIOÔ

!    


  !  ''
 (    !
'   
= ''
   '  # 
! 
1D !    

p 
 # !    !
 !
  " ''
&  ''
 
     
/ # 
!  

.   
    $  
*   %

p  
         -6
  :



 ÀÀ

p  
         -ÿ
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         -
p

ë 
ëëë
ë


#"#.8$#8
 F#-

$ :


% :


#" F#-

##5 :

$
 F#-

"" :

p  
         -]
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         --

La démarche de consolidation est liée au mode organisationnel retenu par

le Groupe:

D Organisation centralisée

Le service central de consolidation garde la maîtrise des opérations de


retraitement

Ce mode convient aux groupes de petite taille

D Organisation décentralisée

Les travaux préparatoires sont délégués à chaque filiale:


´ Retraitement d¶évaluation et de présentation

Ce mode est adapté aux groupes ayant plusieurs filiales

D Consolidation directe ou par pallier

D La réussite de la consolidation dans les délais nécessite

La formalisation de procédures diffusées à l¶ensemble des intervenants

L¶élaboration d¶un planning de clôture détaillé

p  
         -o
  

    
½   
  
 

 ë . "# "

´ "/""#"
´ ""#&'#!+%'
 #"  (
´

 "#" 3"#"#1

 
 
0*#"#&#1#*'#1#2,,(
  


ë

8

8 !"#"
8  $"#%& ' (
8 #$ )# "*
´   &!'**#*'#+ ',,(
´ #!#%&# '!#%,,(
´ -")&##' """+',,(

p  
         -
  

    
½   
  
 

 ë *) . "# "

.%")
´ #4 **")
´ 5"#) ´ 7 "#"


ë ´ 6" #"
  ë "% ´ + 7##" 
´ *  " !
1"**   "+
"+#*#"#  #"

"*#"
´ !#% ´ "##"!#%
$! #%&."/$!'',,(
´ .#7##! ´ "  +""+#
# ë"
   ë ´ .  # ´ +"*
7" " ´ #
1"**  " 1"
 " ´ + *#" #
´ #1"$+

p  
         -d
  

    
½   
  
 

 ë *) . "# "

.%"$+" 
ë" #)
 #"!#"
   
´ #4 "
´ + ´ "
 
ë % ´ *
´ "+""
´ +  *"#"#
 + 7# 

#$" 

.#
´ " #) "*#" #


" #)
´  
 

##" #"* 

p  
         o
  

    

  
  

+ #""


  ##%"** 
%!"
 

#   ! #*#*
 
%" #8* !

ë "" "


% &" '""' "',,(

)%'/'#
ë ë #" !"#$9
  #" 8 ë$#&)*')*',,(
 8 5&##' '#',,(

 
5"#
ë
##%"+#%

p  
         o|
  

    
½   
  
 
* #7
#"

%2#* ë*" "**  
"

+"*: 
ë
ëë
 # "" *

."/$!"**""

ë


 6"#

. 

p  
         o6
  

    
LIASSE DE COÔSOLIDATIOÔ

D Ôécessité de retranscription des comptes sociaux sous un format


synthétique et homogène: liasse de consolidation

D Cas particuliers :


     
 ,       '  

   ( 
      %p * #
! '
          *   .  

 
   
   
"     #
      
   !
'        
 
 
 &

p  
         oÿ
  

    
LIASSE DE COÔSOLIDATIOÔ

Cas des clôtures décalées

´ Comptes intermédiaires nécessaires si la date de clôture de la filiale


est:
   ( 
+  
 

     2  ( 
+  
 


´ Si l¶antériorité est de moins de 3 mois, les comptes intermédiaires ne


sont pas obligatoires, mais il faudra prendre en compte les opérations
significatives de la période

p  
         o
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         o]
$
D Préambule

    


 
*   )
'   ( 
- 
 %'       

      *  
  

   
  
   
 
 
 

  
 

       
  - '
'  = 
''
 #' ! 
   (    1  

 !
-    ' 


     

      
 
 # 
 1 


p  
         o-
$
D Homogénéisation des comptes du groupe

Chaque société consolidée doit respecter les principes groupe


définis par la société mère

Les éléments d'actif, de passif, les charges et produits doivent


être évalués et présentés selon des méthodes comptables
homogènes
´ dès qu'une situation se présente de façon similaire dans plusieurs
sociétés consolidées
´ quels que soient les pays concernés
´ indépendamment de la nature du contrôle ou de l'influence exercé par
la mère
´ utilité de la liasse de consolidation

Un choix des méthodes comptables du groupe est donc nécessaire


selon le référentiel choisi
´ Marocain
´ IFRS

p  
         oo
$
D Homogénéisation des comptes du groupe (consolidation marocaine)
La méthodologie des comptes consolidés précise clairement les
méthodes préférentielles:
´ Coûts de retraite
´ Contrats de crédit bail
´ Primes de remboursement des emprunts obligataires
´ Contrats à long terme
´ Écarts de conversion

Forte incitation à opter pour les méthodes préférentielles :


´ Choix irréversible
´ Mention en annexe de la non utilisation d'une méthode préférentielle
(impacts sur le bilan et le compte de résultat )

p  
         o
$
D Homogénéisation des comptes du groupe (consolidation IFRS)

 '
         
    
 

1
    - 

½1'' -          


 
*  
     
  *
 
*6

p     
        6

p  
         od
$
Exemple des provisions réglementées
´ provisions constituées non pas pour faire face à de véritables risques
mais en application de dispositions fiscales. Elles sont déductibles
fiscalement
´ elles sont éliminées en consolidation
´ l¶effet ID doit également être pris en compte

p    ½    p
½     
  
 
 7 7
Solde consolidé 0 7 7

p  
         
$
D Prise en compte de l ¶imposition différée

Objectif : enregistrer l ¶ensemble des dettes et des créances vis-à-


vis du Trésor non comptabilisées dans les comptes individuels
(soumis à la règle comptable de l ¶impôt exigible)

L'impôt différé est une correction apportée à la charge d'impôt


et/ou à la situation nette de la période dans le but de gommer
l'effet des différences temporelles d'imposition

´ Impôt différé actif : le groupe détient une créance d ¶impôt sur l ¶Etat
´ Impôt différé passif : le groupe a une dette d ¶impôt envers l ¶Etat

p  
         |
$

D Une différence temporaire implique un retournement


´ dans un contexte de continuité d'exploitation

Rattacher, à toute opération passée et appelée à se traduire à


l'avenir par une différence entre résultats comptable et fiscal, son
effet fiscal présent ou différé
´ traduction économique de "l'enrichissement net après impôt" de
l'entreprise au cours de chaque période

Obtenir un taux d'imposition comptable dit "économique", en


théorie proche du taux d'impôt théorique (analyse de la charge
d'impôt réelle par rapport à la charge d'impôt théorique - tax
proof)

p  
         6
$
D Prise en compte de l ¶imposition différée

Ils résultent :

´ des différences temporelles: écarts entre les bases fiscales et


comptables des actifs et passifs

´ des retraitements et écritures de consolidation, par nature non


fiscalisées, qui introduisent un décalage entre le résultat brut consolidé
et la charge d ¶impôt correspondante

´ des déficits fiscaux reportables des entreprises comprises dans la


consolidation, dans la mesure où leur imputation sur des bénéfices
fiscaux futurs est probable

´ des crédits d¶impôts (excédent de la cotisation minimale sur l¶IS)

p  
         ÿ
$
D Exemple : Amortissement d'un matériel
Soit un matériel acquis le 1er janvier 2001, d'une valeur de 90 000
DH. Il est amorti :
- sur 3 ans dans les comptes sociaux et dans les comptes
consolidés,
- sur 2 ans fiscalement,
Le taux d¶impôt applicable à l¶entité s¶élève à 35% sur l¶ensemble
de la période.
Le résultat comptable avant amortissement et impôts s¶élève à
60 000 DH chaque année.

D  
  

   
 
  

  
 !!"

p  
         
$
D Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)
 3#    '
  ! /(35J;K 95L  +
*- 55
Écart entre la valeur fiscale de l¶actif et sa valeur dans les comptes
sociaux et consolidés :
´ [90 000±45 000] ± [90 000±30 000] = - 15 000 => impôt différé passif
de 5 250 (charge)

 
 #     + ! /
(2 !+
"*- '' &(35J55M55LNO*''
'!+25
C

p  
         ]
$
D Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)

6  6 6 6  6  


      


    6
   
      
        
        

          

    6  6     
3 

  
       
!  "        

  
 
         
3 

  
      

p  
         -
$
D Exemple : Amortissement d'un matériel (suite)
Charges réparties comptablement mais déduites fiscalement
immédiatement

´ La différence de traitement entre la comptabilité et la fiscalité aboutit à


reconnaître immédiatement une économie d'impôt exigible, alors que les
charges sont étalées comptablement

´ La fiscalité différée a pour objectif de "corriger" ce décalage pour rétablir


une charge d'impôt en ligne avec le résultat comptable dégagé

p  
         o
$
D Impôt différé actif

les IDA sont déterminés à chaque arrêté mais non comptabilisé tant
que la probabilité de leur récupération ne dépasse pas 50%. Une
entité comptabilise les IDA lorsque les résultats futurs permettent
de les utiliser

D Les actifs et passifs d¶impôts différés ne doivent pas être actualisés

p  
         
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         d

%#"

D Les comptes des entreprises consolidées établis en devises étrangères


doivent être convertis dans la monnaie de présentation* des comptes
de l'entreprise consolidante

D Conversion du bilan

       @
'  '  
  
 
1 -
 - ( 
+  @*



D Conversion du compte de résultat

        


    
  
 
 .    

8 
  )(*    '
  

p  
         d

%#"

D Comptabilisation des écarts de conversion constatés sur les éléments


du bilan d'ouverture et sur le résultat

p    - #   


*   #    -  

0
  
  A

p       *   # 0  =    A

   @
 
      
   
 

    

p  
         d|
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         d6

#"

¦  


  
    
  
 
        

    

"#




"#
+%###5,


    

p  
         dÿ
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         d
#
D Définition des opérations internes

         


 #  

    
  
          

 

  !-   
 #   
   -   

D Pourquoi éliminer les opérations internes?

p     -'/  @  '         



      / 
 # 
     
       
             
 


p  
         d]
#
D Sociétés concernées

Toutes les entités retenues dans le périmètre de consolidation

D Les écritures d'élimination sont différentes selon :


´ que ces opérations internes ont un impact ou non le résultat et les
réserves consolidées

´ la méthode de consolidation des sociétés concernées (IG, IP, MEQ)

p  
         d-
#
OPERATIOÔS SAÔS IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES

Sociétés concernées
´ suite logique de ce qui précède : sociétés consolidées par intégration
globale et par intégration proportionnelle

´ rappel : la mise en équivalence consistant uniquement à réévaluer les


titres de participation, les opérations réciproques sans incidence sur les
capitaux propres consolidés n ¶ont aucun impact sur la présentation des
états financiers consolidés. Elles ne sont donc pas éliminées en
consolidation

Opérations à éliminer
´ Comptes réciproques de dettes et de créances

´ Comptes réciproques de charges et de produits

p  
         do
#
OPERATIOÔS SAÔS IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES

Illustration
´ Deux sociétés A et B sont intégrées globalement.
P/L A P/L B
½     ( 5
½    P  5
½     * "& 9
½    P   " &7
Résultat individuel 20 10

p  
         d
#
OPERATIOÔS SAÔS IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES
Élaboration du compte de résultat consolidé

Com. ersées Com. Reçues


½  5 7
½  9 5
Soldes individuels 90 120

     % 


  "5& "5&
Soldes consolidés 40 70

Présentation exacte du compte de résultat consolidé


P/L conso

½      9 ¦       


       
½    P  7
¦    
 
 '
 2
 
 
  
Totaux 70 70   
 
   

p  
         dd
#
OPERATIOÔS A EC IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES
Ôature des opérations
´ toutes les opérations pour lesquelles un produit ou une charge réalisé
avec une autre entité du groupe n ¶a pas de contrepartie sur le résultat
de la société partenaire. L¶opération a conduit à un auto-enrichissement
ou auto-appauvrissement du groupe sans qu ¶il y ait eu véritable
création de richesse vis-à-vis des tiers
´ Trois grandes catégories d¶opérations internes sont ainsi retraitées :
 
      !
'            $      


  ! 
         !
 
       P        ' 
   '
   

      
*    '      
 
           #  

      

Sociétés concernées
´ toutes les sociétés consolidées sont concernées, même celles mises en
équivalence. Ces opérations ont en effet un impact direct sur le résultat
de la société mise en équivalence, donc sur sa quote-part de situation
nette et donc sur sa valeur de mise en équivalence

p  
         |
#
OPERATIOÔS A EC IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES
Plus ou moins-values de cession interne

´ Illustration :

 *
 
 % 
  !*

# 
/  
½3  35(
      pQ
½ 
  3
  
  3 35
½   35
Soldes individuels 150 50
    
     5 5
Soldes consolidés 100 0

p  
         | |
#
OPERATIOÔS A EC IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES
Dividendes internes

´ Exposé de la situation : les dividendes distribués l ¶année Ô par une


filiale à sa mère proviennent de l ¶affectation du résultat social réalisé
au cours d ¶exercices antérieurs par la filiale et déjà inclus dans le
résultat consolidé des exercices précédents

´ Retraitements à effectuer :
 ' 
 

1D /     
    


=       '

 *

   

!-         #        = 
  
   


   - #           


      
    ''    

p  
         | 6
#
OPERATIOÔS A EC IÔCIDEÔCE SUR LES RESER ES COÔSOLIDEES
Provisions internes
´ Les provisions constituées par une société consolidée en raison des
pertes subies par une autre société consolidée doivent être éliminées
en totalité

´ Les provisions constituées (en central) pour couvrir une dépréciation


ou un risque affectant une entreprise consolidée mais non pris en
compte au niveau de cette dernière , doivent être maintenues dans les
comptes consolidés

p  
         | ÿ
p

SCHEMA DU PROCESSUS COMPLET DE COÔSOLIDATIOÔ

ASPECT « ORGAÔISATIOÔ » DE LA COÔSOLIDATIOÔ

PRIÔCIPALES OPERATIOÔS DE COÔSOLIDATIOÔ

´ Retraitement des comptes sociaux

´ Conversion des états financiers des entités étrangères

´ Cumul des états financiers

´ Elimination des opérations réciproques

´ Mise en forme finale

p  
         | 
""

Présentation des comptes consolidés comprenant:


´ Le bilan
´ Le compte de résultat
´ Le tableau des flux de trésorerie
´ Le tableau de variation des capitaux propres
´ L¶annexe

Discussion finale avec les Commissaires Aux Comptes

Enregistrement éventuel de corrections au niveau des états


financiers consolidés

Edition du rapport final des comptes consolidés et publication

p  
         | ]