Vous êtes sur la page 1sur 20
Elément de Droit Privé L’Organisation Judiciaire Prof. Mr. Mustapha BENTAHAR Par Ali EL KADIRI BOUTCHICH

Elément de Droit Privé L’Organisation Judiciaire

Prof. Mr. Mustapha BENTAHAR

Par Ali EL KADIRI BOUTCHICH Droit Français tronc commun Semestre 2 Année universitaire 2010/2011

ali_elkadiri@yahoo.fr

Par Ali EL KADIRI BOUTCHICH Droit Français tronc commun Semestre 2 Année universitaire 2010/2011 ali_elkadiri@yahoo.fr
2
2

L’Organisation Judiciaire

Les juridictions نكبحولا
Les juridictions
نكبحولا
L’Organisation Judiciaire Les juridictions نكبحولا Les référés ةيلبجعتسلاا بيبضقلا Droit

Les référés

ةيلبجعتسلاا بيبضقلا

Droit commun

مبعلا ىونبقلا

بيبضقلا Droit commun مبعلا ىونبقلا Tribunaux de 1iere instance ةيئادتبلاا
بيبضقلا Droit commun مبعلا ىونبقلا Tribunaux de 1iere instance ةيئادتبلاا

Tribunaux de

1iere instance

ةيئادتبلاا نكبحولا

Les cours d’appel

فبنئتسلاا نكبحه

Les juridictions

spécialisées

ةصتخولا نكبحولا

spécialisées ةصتخولا نكبحولا Les tribunaux نكبحولا Les cours
spécialisées ةصتخولا نكبحولا Les tribunaux نكبحولا Les cours

Les tribunaux

نكبحولا

Les cours

فبنئتسلاا

La cours suprême coiffe toutes les juridictions

ىلعلأا سلجولا

coiffe toutes les juridictions ىلعلأا سلجولا Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire 01 - Tanger

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

01 - Tanger

02 - Tétouan

03 - Al Hoceima

04 - Nador

05 - Kénitra

06 - Fès

07 - Taza

08 - Oujda

09 - Rabat

10 - Casablanca

11 - Meknès

12 - El Jadida

13 - Settat

14 - Khouribga

16 - Safi

17 - Marrakech

18 - Errachidia

19 - Ouarzazate

20 - Agadir

21 - Laâyoune

ali_elkadiri@yahoo.fr

3
3

Les décisions judiciaires

نكبحولا تارارق

Tribunaux de

Les cours d’appel

Les référés

1iere instance

فبنئتسلاا نكبحه

ةيلبجعتسلاا بيبضقلا

ةيئادتبلاا نكبحولا

بيبضقلا ةيئادتبلاا نكبحولا Des jugements مبكحأ Des arrêts تارارق Des

Des jugements

مبكحأ

Des arrêts

تارارق

Des ordonnances par le président du tribunal ou de la cours d’appel

رهاوأ

Liens utiles :

www.justice.gov.ma www.sgg.gov.ma

http://lexinter.net/LOTWVers4/code_de_procedure_civile_maroc.htm

Notions de justice (l’évolution historique)

On a souvent l’habitude d’identifier le terme Droit et Justice. Le rôle du Droit est de concrétiser la justice. La justice a plusieurs facettes qui comportent plus d’une signification. La justice sociale :

réduire les inégalités sociales qui peuvent exister entre les groupes sociaux ; La justice individuelle :

créer des règles pour protéger ses droits, l’individu est le sujet de Droit ; L’ensemble des institutions qui rendent la justice entre les particuliers eux même ou entre particuliers et l’Etat au sens général. La notion de justice a évolué durant l’histoire. Elle est liée à la condition de l’homme. Ex : Dans la société romaine, le créancier avait la possibilité de retenir le débiteur comme esclave. La justice tribale contraire parfois à la justice instaurée par l’Etat.

Définition étymologique

Le terme justice vient du latin Justicia qui provient du mot Justus qui signifie conforme au Droit. Jus-juris -> jurale -> juré (la parole sacrée).

Pour rendre la justice il faut un personnel et des institutions (Une organisation juridique). Notre système ressemble au système français. Or l’organisation judiciaire française remonte à l’époque de la révolution (Loi du 16 et 24 Aout 1790) qui a créée et mis en place les juridictions de l’ordre judiciaire et dont les grandes lignes subsistent jusqu’à aujourd’hui. Le système français inspire profondément notre système juridictionnel marocain dans ses grandes lignes. Le système marocain a connu une évolution lente mais riche et variée après l’indépendance.

et qui

L’organisation judiciaire appartient à une matière appelée Droit judiciaire appelé ……… englobe à la fois …………. L’organisation judiciaire s’intéressera aux institutions et aux organes juridictionnels.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

4
4

L’étude des institutions juridictionnelles permettra de traiter les tribunaux et les cours existantes au Maroc, à savoir le personnel judiciaire tel que le magistrat, le greffier, les auxiliaires de justice, notaire, expert…

Section I : Genèse et évolution du système judiciaire marocain

Principes généraux

1912 le protectorat espagnol et français au Maroc.

Confection nouvelle du système juridictionnel sans abandonner l’ancien système.

Au nord et sud du Maroc le système français.

A Tanger statut particulier car elle était une zone internationale.

Au reste du Maroc le système français.

I. Avant 1912 (avant le protectorat) : la justice du Makhzen et du Chraâ.

Le régime d’avant le protectorat s’est caractérisé par une justice avec plusieurs facettes.

a) La justice du Chraâ inspirée de la Chariaâ basée sur la loi religieuse (le Fiqh, Ossol Fiqh, le Coran, la Sunna, le Qiass et l’Ijmaâ), la coutume non contraire à la loi religieuse. En pratique on a constaté que ces juges 1 se limitaient aux litiges immobiliers et mariage.

b) Le tribunal judiciaire du Makhzen assure par les représentants du pouvoir central Pacha, Caïd aussi se sont des représentants administratifs et s’étaient fait attribués des pouvoirs judiciaires, surtout en affaires pénales. Par la suite les affaires civiles et commerciales, et petite à petit, ils ont empiété sur les compétences du juge (Cadi). Mais ce pouvoir n’étais pas exclusif dans la mesure où les justiciables avaient le choix d’aller devant le cadi. Le plus souvent les justiciables préféraient aller devant le caïd car les procédures étaient plus expéditives que celles du chraâ qui étaient formalistes. Aussi le caïd était représentant et teneur de la force public (jugement et exécution).

c) La justice fondée sur la coutume et l’arbitrage : s’était une justice rendue par des gens neutres, notables et gens respectés se basant sur la convention tribale, la coutume, mais ce genre de tribunaux jouaient un rôle important dans les zones qui étaient en dehors du

un rôle important dans les zones qui étaient en dehors du territoire et le pouvoir du

territoire et le pouvoir du Makhzen ( ). Ce tribunal ne jugeait pas les affaires de

dimension religieuse (ex : l’héritage).

d) Les tribunaux rabbiniques (tribunal pour les israélites) : ils jugeaient les litiges entre les membres de la communauté israélite (juive), ils étaient surtout spécialisés en affaire du statut personnel qui parfois était étendu à tous les litiges.

e) Les privilèges de juridiction : une justice qui était jugé par les consuls des les états que leurs ressortissants étaient en litige (déjà les prémisses pour le protectorat), donc étaient soumis à des juridictions consulaires ou même parfois à des juridictions pluri consulaires et le droit qui étais applicable est le droit appliqué dans le pays du consul, si non une convention entre les différents consuls.

1 La justice était rendue par le juge musulman, le Cadi. Sa compétence était générale et universelle. Le Cadi était compétent pour connaître des affaires de droit commun. Dans la pratique, les parties se présentaient devant le Cadi, seules ou assistées d’un mandataire Oukil, ancêtre de l’avocat. Elles pouvaient présenter des consultations appelées fétouas rédigées par des jurisconsultes musulmans appelés les mouftis. Après échange de « conclusions » le Cadi rendait sa sentence. Après enregistrement du jugement, le représentant de l’autorité Makhzen, Pacha ou caïd se chargeait de l’exécution de la décision rendue.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

5
5

II. L’organisation judiciaire après la colonisation (pendant le protectorat)

Le Maroc était divisé en 3 grandes parties

La zone sud par le traité du 30 Mars 1912 à Fès sous le protectorat français.

La zone nord sous le protectorat espagnole.

La zone de Tanger qui était internationale.

a) L’organisation judiciaire sous le protectorat français

Les formes de juridictions traditionnelles ont été maintenues (maintenance de la dispersion juridictionnelle, tribunal du Chraâ, Makhzen…). A côté des juridictions locales, la France a crée des juridictions nouvelles qui ont continué à influencer nos juridictions jusqu’à aujourd’hui. Elle a institué les tribunaux de paix et les tribunaux de 1iere instance et une cours d’appel à Rabat. Pour les cours de cassassions elles étaient appelées à Paris. Ces tribunaux étaient compétant chaque fois que l’une des parties était non marocain (remplacement des tribunaux consulaires), et jugeaient exclusivement et pour tout le monde y compris les marocains, certaines matières importantes concernant le droit des affaires, l’immatriculation des immeubles, les assurances, la propriété intellectuelle, les banques … et pour lesquelles la législation locale était promulguée (ex : D.O.C.).

b) L’organisation judiciaire dans la zone nord

Il y avait 3 sortes de juridictions

Les tribunaux hispano-khalifiens (le tribunal du Makhzen en quelque sorte).

Les tribunaux de paix et 1 iere instance et une cours d’appel à Tétouan. Elles appliquent les lois instaurées par la loi espagnole civile, pénale, commerce. Ces tribunaux jugeaient les affaires dont les parties étaient espagnoles, soit des marocains protégés par l’Espagne et les nationaux qui n’avaient pas de privilèges au Maroc.

o La justice dans la ville de Tanger : ce régime était régi par la convention de Tanger (la France, l’Espagne et la Grande Bretagne). Il s’agissait d’une juridiction spéciale appelée tribunal mixte avec magistrats des pays signataires. Elle appliquait les codes tels que code sur la condition civile des étrangers code de commerce, code pénal, code foncier… ce tribunal étant compétant pour juger les affaires où les parties étaient des ressortissants des pays signataires et des autres ressortissants étrangers. Il fût réformé en 1953, et remplacé par une juridiction internationale qui comprenait une cours d’appel, un tribunal criminel et un tribunal de paix, et cette juridiction se composait de 12 magistrats de différentes nations 2 . Les magistrats étaient nommés par Dahir sur présentation des gouvernements. Cette juridiction s’appliquait aux étrangers en matière civile, commerciale et administrative.

Le tribunal du Mendoub (en partie française s’était le Pacha) : il existait aussi une juridiction du Makhzen pour juger les marocains. Le Mendoub avait la fonction du Pacha. Il était compétant en matière administrative, judiciaire, militaires et financières.

III. L’organisation judiciaire après l’indépendance (après 1956)

L’indépendance du Maroc en 1956 a entrainé l’unification du pays. L’unification s’est faite par la disparition du régime international de Tanger et l’abolition du protectorat français et de la

2 Répartition des magistrats selon la nationalité : 2 espagnoles, 2 français, 1 belge, 1 anglais, 1 italien, 1 suédois 1 marocain, 1 hollandais, 1 portugais et 1 américain.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

6
6

domination espagnole.

judiciaires. Le Maroc a procédé à différentes transformations :

Cette

unification

n’avait

pas

pour

effet

immédiat

sur

les

diversités

Transformation du tribunal du Makhzen en tribunal de droit Commun divisé en 2 juridictions :

o

Les tribunaux régionaux

o

Les tribunaux du Sadad

La séparation des pouvoirs administratifs et l’autorité judiciaire et ainsi les Pachas et les Caïds n’avaient qu’un rôle administratif.

Suppression des tribunaux coutumiers.

Suppression du Haut Tribunal Chérifien qui a été remplacé par la cours suprême.

Les tribunaux de type français sont devenus les tribunaux modernes.

Dans la zone de Tanger, on a abandonné l’ancien système en le remplaçant par des juridictions unifiées naissant de la fusion des tribunaux de droit commun avec les tribunaux modernes et on a installé une cours d’appel à Tanger

IV. La justice marocaine après 1965

L’unification des juridictions

L’arabisation et la marocanisation des juridictions

A. L’unification des juridictions

L’ART 1 du Dahir du 26/01/1965 « Sont unifié en vertu de la présente loi sur l’ensemble du territoire du royaume toutes les juridictions marocaines à l’exception du tribunal militaire et de la haute cours de justice… ». L’ART 2 du même Dahir ajoute que: « Les juridictions ainsi unifiées comportent les tribunaux suivants : les tribunaux de Sadad, les tribunaux régionaux, les cours d’appel et la cours suprême. ». Les nouveaux tribunaux du Sadad apporté par la loi de 1965 sont compétant en affaire du statut personnel musulman et israélite. Ils connaissent certaines affaires civiles au x conflit et accidents de travail. Les tribunaux régionaux constituent les tribunaux de droit commun qui étaient compétant en matière civile, commercial et en matière d’immeuble et immatriculation.

B. La marocanisation et l’arabisation de la justice

L’ART 4 de la loi précitée : « Nul ne peut exercer les fonctions de magistrat auprès des juridictions marocaines s’il n’est pas de nationalité marocaine ». L’ART 4 ajoute : « Seule la langue arabe est admise devant les tribunaux marocains, tant pour les débats et plaidoiries que pour la rédaction des jugements ».

V. La justice marocaine après 1974

La réforme la plus importante est celle apportée par la loi du 15/01/1974. Cette loi a supprimé le tribunal du Sadad en le remplaçant par le tribunal communal et d’arrondissement et les tribunaux régionaux ont changé d’appellation « les tribunaux de 1 iere instance ». Aujourd’hui il y a en tout :

Les tribunaux communaux et d’arrondissement 3

Les tribunaux de 1 iere instance

3 Cette juridiction est abrogée par la loi 07-11 du 07/03/2011. La loi en arabe a été promulguée dans le Bulletin officiel (BO) n°5923 du 7 mars 2011. Sa version française est disponible dans le BO n°5926 du 17 mars 2011

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

7
7

Les cours d’appel Ces juridictions sont de droit commun

La cours suprême

2 juridictions spécialisées administratif et du commerce

Section II : Les principes fondamentaux de l’organisation judiciaire

I. Le principe de séparation de pouvoir

A. Le rapport entre le pouvoir judiciaire et législatif

Cela signifie que le pouvoir législatif ne doit pas se mêler de la fonction judiciaire. Ainsi le parlement ne doit pas se substituer aux tribunaux pour donner sa propre interprétation d’une loi à l’occasion d’un litige. En revanche, si le législateur constate que la loi est obscure, équivoque ou pose problème d’interprétation, il peut réviser, amender, réformer, arranger les dispositions pour les rendre plus claires ou les compléter. De l’autre côté le juge ne peut pas légiférer ni réviser les décisions prises par le législateur. De plus d’après l’ART 25 du code des procédures civiles : « Il est interdit aux juridictions de se prononcer sur la constitutionalité d’une loi ou d’un décret ».

B. Le rapport entre le pouvoir judiciaire et l’exécutif

Le juge ne peut pas prendre des décisions qui relèvent de l’exécutif. Cependant, dans le cas où l’exécution d’un jugement pourrait provoquer la perturbation de l’ordre public, l’administration a le droit de s’opposer à son exécution. En principe, l’administration doit indemniser le bénéficiaire de la décision du jugement non exécuté.

II. Le principe de l’égalité devant la justice

Au Maroc, tout plaideur (justiciable) national ou étranger, des mêmes juridictions.

III. La règle du double degré de juridiction

musulman ou autre peut s’adresser

Elle permet à tout justiciable de saisir une deuxième fois une juridiction supérieure pour trancher un litige qui a été jugé en 1 ier degré.

IV. La gratuité de la justice

Les juges ne sont pas payés par les justiciables, mais il y a encore l’assistance de justice

(
(

) pour ceux qui n’ont pas les moyens.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

8
8

Partie I : les juridictions marocaines

Les juridictions de droit commun.

Les juridictions spécialisées

Chapitre I : les juridictions de droit commun

A. Le tribunal communal et d’arrondissement

1. organisation

D’après le Dahir du 15 février 1974, ce tribunal peut être composé de magistrats professionnels et de magistrats non professionnels. Ces magistrats de carrière sont désignés conformément au Dahir de 1974 relatif au statut de la magistrature. Pour les juges non professionnels le choix est complexe :

2. fonctionnement

B. le tribunal de 1iere instance (

)
)

La compétence de ces tribunaux est générale et ne connaît des exceptions que par un texte spécial (affaire ou personne), ou dans les cas où l’affaire doit être jugée par un tribunal spécialisé. A ce propos, l’ART 5 de la loi de 1974 stipule : « Sauf lorsque la loi attribue formellement compétence à une autre juridiction, le tribunal de 1iere instance est compétent en premier et dernier ressort, soit à charge d’appel dans les conditions déterminées par le code des procédures civiles, le code pénal et le cas échéant le texte particulier. ».

1.

organisation

ce tribunal comprend :

un président

. 1. organisation ce tribunal comprend :  un président  des juges  des juges

des juges

ce tribunal comprend :  un président  des juges  des juges suppléants  un

des juges suppléants

 un président  des juges  des juges suppléants  un ministère public est représenté

un ministère public est représenté par un procureur du roi

ministère public est représenté par un procureur du roi  un ou plusieurs substituts du procureur

un ou plusieurs substituts du procureur du roi

du roi  un ou plusieurs substituts du procureur du roi  un greffe  secrétariat

un greffe

ou plusieurs substituts du procureur du roi  un greffe  secrétariat du parquet qui joue

secrétariat du parquet qui joue parfois un rôle administratif

du parquet qui joue parfois un rôle administratif Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

9
9

Selon le décret du 16/07/1974 pris en application du Dahir relatif à l’organisation judiciaire, les tribunaux de 1 ière instance doivent se réunir chaque année en assemblée générale dans la première

quinzaine de décembre. D’autres

jugera nécessaire. L’assemblée générale comprend l’ensemble des magistrats du siège et du parquet ainsi que le secrétaire greffier en chef. Son rôle :

assemblées doivent être convoquées lorsque le président le

elle peut fixer les sections.

elle peut préciser les jours et les heures des audiences.

la répartition des affaires entre les différentes chambres et sections si elles existent. Le décret du 16/07/1974 prévoit 7 sections :

civile

statut personnel et successoral

immobilier

social (employeurs et salariés)

pénal

commerciale

administrative

Les deux dernières sections sont maintenant des tribunaux spécialisés. Cependant en l’absence de magistrature spéciale, ces sections peuvent valablement instruire et juger les affaires qui leurs sont affectées quelque soient leurs natures.

2.

organisation

I. la formation du tribunal de 1 ière instance

a. les audiences publiques ordinaires

En général, le tribunal tient ces audiences au siège. La composition est depuis le 10/09/1996 est collégiale, 3 juges dont 1 président et 2 accesseurs et assisté par 1 greffier. Toutefois, dans certaines affaires le tribunal siège à juge unique avec un greffier. Ces affaires sont :

Toutes les affaires ne dépassant pas 3000DH en 1 ier et dernier ressort et qui relève de ce tribunal.

Toutes les demandes qui visent à obtenir une déclaration judiciaire de décès ou de naissance.

Lorsqu’il s’agit d’une enquête effectuée en matière d’accidents de travail ou de maladies professionnelles.

En cas de procédure de conciliation dans les affaires relatives aux accidents de travail et maladies professionnelles.

Les enfants concernant les enfants mineurs.

Les contraventions qui sont sanctionnées par des amandes et dont le code de procédure pénale donne compétence au tribunal de 1 ière instance. Les assesseurs sociaux participent aux jugements des affaires sociaux (notamment en affaires et litiges du travail). Cette disposition prévoit que lorsqu’il statue dans le genre des affaires en matière de conflits de travail, le tribunal est assisté de par 4 assesseurs et 3 juges. Mais les assesseurs sont

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

10
10

désignés par les parties elles mêmes. La présence du ministère public est facultative, sauf si une partie principale le prévoit (intérêt général ou intérêt de l’Etat).

b. les audiences foraines (à l’air libre)

En principe, le tribunal de 1 ière instance peut tenir des audiences foraines surtout dans les régions reculées du royaume, le juge résident, suivant le Dahir de 1974, un ou plusieurs magistrats détachés des tribunaux de 1 ière instance peut être appelé à exercé à titre permanent par arrêté du ministre de la justice (ces juges sont appelés le juges résidents). Sur le plan de la compétence, ils détiennent les compétences qui sont reconnus au tribunal de 1 ière instance d’attache.

II. Le président de l’audience publique

C’est un juge pour diriger le tribunal de 1 ière instance (le chef hiérarchique). Il a un pouvoir hiérarchique sur tout le personnel et un rôle de juge. Il a un pouvoir sur les magistrats assis et debout. Il possède deux types d’attributions (prérogative, pouvoir) :

Les attributions administratives : il est chargé de la direction générale du tribunal, et ce rôle se concrétise par un droit de surveillance sur le service du greffe et sur les magistrats de siège de son tribunal. Il exerce un certain contrôle sur les magistrats de parquet, de sorte à ce que l’un de ces magistrats manque gravement à ses devoirs, il doit avoir le signaler au procureur et faire son rapport au président de la cours d’appel (qui est son supérieur hiérarchique sur le plan administratif). Le président a aussi une mission de répartition des affaires entre les différentes sections si elles existent (les chambres).

Les attributions judiciaires : il rend des ordonnances sur référés. Les référés au niveau

des ordonnances sur référés. Les référés au niveau d’un tribu nal traitent les affaires en urgence

d’un tribunal traitent les affaires en urgence ( ) prévus par la loi (ex :

l’injonction de payer). L’ART 148 du code de procédure civile :

o

Les ordonnances sur requête qui autorisent des constats

o

Autorisation de saisie sur le mobilier et immobilier (avant de saisir il faut envoyer des sommations « mise en demeure »)

o

Des injonctions de payer

C. Les cours d’appel (

)
)

Ces tribunaux constituent des juridictions de droit commun de 2 ième degré car elles jugent les décisions émanant du tribunal de 1 ière instance susceptibles d’appel.

1.

Organisation

La cours d’appel se compose d’un certain nombre de chambres suivant l’importance de la cours. Mais elle doit obligatoirement comprendre :

Une chambre de statut personnel et successoral.

Une chambre civile

Une chambre criminelle qui connaîtra les crimes en 1ier et dernier ressort (crimes de 5 ans et plus de réclusion).

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

11
11

En faite, cette répartition en chambre n’a qu’un intérêt organisationnel, puisque chaque chambre peut connaître de toutes les affaires quelque soient leurs natures.

de toutes les affaires quelque soient leurs natures. Toutefois, les affaires criminelles doivent être jugées

Toutefois, les affaires criminelles doivent être jugées par 7 magistrats (les conseillés ).

La cours d’appel comporte un ministère public (procureur

général du roi

substituts généraux

).
).

et

les

Elle

comporte

aussi un ou plusieurs magistrats chargés d’instruction (le juge

d’instruction

).
).

Elle prévoit un ou plusieurs magistrats chargés des mineurs de 16 à 18 ans (

).
).
magistrats chargés des mineurs de 16 à 18 ans ( ).  Un greffe.  Un

Un greffe.

Un secrétariat du parquet général.

Un premier président est à la tête de chaque cours d’appel, et à latête de chaque chambre il y a un président. La cours d’appel statue sur les décisions des juridictions inferieures (tribunal de 1 ière instance) qui sont susceptibles d’appel et se prononce sue les ordonnances des référés.

2.

fonctionnement

I. la formation de la cours d’appel

a. Pour siéger, la cours d’appel doit statuer par une audience de 3 juges et un greffier sauf dans les affaires où la loi en dispose autrement (les affaires criminelles 5 magistrats).

b. La participation du procureur général du roi n’est pas obligatoire que lorsqu’il y a un bien public en litige

c. D’après l’ART 43 du code de procédure civile : « Les audiences sont publiques à moins

procédure civile : « Les audiences sont publiques à moins que la loi en décide autrement…

que la loi en décide autrement… » (audience à huis clos ) ex : litige qui

porte sur l’ordre public et les bonnes mœurs lorsqu’un mineur est partie.

d. L’assemblé générale comme c’est le cas du tribunal de 1ière instance, c'est-à-dire : la cours d’appel doit se réunir chaque année en assemblée générale dans la première quinzaine de décembre. D’autres assemblées doivent être convoquées lorsque le président le jugera nécessaire. L’assemblée générale comprend l’ensemble des magistrats du siège et du parquet ainsi que le secrétaire greffier en chef.

e. En cas de nécessité où elle est amenée à tenir des audiences en dehors de la cours d’appel aux tribunaux de 1 ière instance (problème de logistique).

II. Le premier président

Il est le chef de la cours d’appel et il peut présider toutes les chambres. Il est chargé de l’inspection des juridictions de son ressort, il s’agit d’une responsabilité personnelle non délégable. Il exerce une surveillance sur tout les magistrats de siège de sa juridiction et des tribunaux de 1 ière instance de son ressort et sur les services de greffe de ces juridictions. Il statue sur les référés. Le code de procédure civile dans son :

Titre IV Des Procédures en Cas d'Urgence- Procédure d'Injonction de Payer. Chapitre I : Des Ordonnances sur Requête et des Constats :

Article 148 : Les présidents des tribunaux de première instance sont seuls compétents pour statuer sur toute requête aux fins de voir ordonner des constats, des sommations ou autres mesures d'urgence en quelque matière que ce soit non prévue par une disposition spéciale et ne préjudiciant

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

12
12

pas aux droits des parties. Ils répondent par ordonnance rendue hors la présence des parties et sans l'assistance du greffier, à charge de leur en référer en cas de difficulté. En cas de rejet de la demande, sauf en matière de constat ou de sommation, l'ordonnance rendue est susceptible d'appel dans le délai de quinze jours de son prononcé. Cet appel est porté devant la cour d'appel. Lorsque le président est empêché, il est remplacé par le juge le plus ancien. L'agent du greffe chargé d'une sommation ou d'un constat dresse un procès-verbal dans lequel il mentionne succinctement les dires et les observations du défendeur éventuel ou de son représentant. Ce procès-verbal peut, sur la demande de la partie qui a requis la sommation ou le constat, être notifié à toute partie intéressée qui peut s'en faire délivrer dans tous les cas une expédition. Quand la constatation requise ne peut être faite utilement que par un homme de l'art, un expert chargé d'y procéder peut être désigné par le juge. Chapitre II : Des Référés Article 149 : En dehors des cas prévus à l'article précédent où le président du tribunal de première instance peut être appelé à statuer comme juge des référés, ce magistrat est seul compétent pour connaître, en cette même qualité et toujours en vertu de l'urgence, de toutes les difficultés relatives à l'exécution d'un jugement ou d'un titre exécutoire, ou pour ordonner une mise sous séquestre, ou toute autre mesure conservatoire, que le litige soit ou non engagé, devant le juge du fond. En cas d'empêchement dûment constaté du président, les fonctions de juge des référés sont exercées par le juge le plus ancien. Si le litige est soumis à la cour d'appel, ces mêmes fonctions sont exercées par le Premier président de cette juridiction. Les jours et heures des référés sont fixés par le président. Article 150 : En dehors des jours et heures indiqués pour les référés, la demande peut, s'il y a extrême urgence, être présentée au juge des référés, soit au siège de la juridiction et avant inscription sur le registre tenu au greffe, soit même à son domicile. Le juge fixe immédiatement le jour et l'heure auxquels il sera statué. Il peut statuer même les dimanches et jours fériés. Article 151 : Sauf en cas d'extrême urgence, le juge ordonne la convocation de la partie adverse dans les conditions prévues aux articles 37, 38 et 39. Article 152 : Les ordonnances sur référés ne statuent qu'au provisoire et sans préjudice de ce qui sera décidé sur le fond. Article 153 : Les ordonnances sur référés sont exécutoires par provision. Le juge peut, cependant, en subordonner l'exécution à la production d'un cautionnement. Dans les cas d'absolue nécessité, le juge peut prescrire l'exécution de son ordonnance sur minute. Ces ordonnances ne sont pas susceptibles d'opposition. Sauf dans les cas où la loi en décide autrement, l'appel doit être formé dans la quinzaine de la notification de l'ordonnance. Il est jugé d'urgence. La notification est effectuée conformément aux dispositions de l'article 54. Toutefois, lorsque les parties sont présentes au moment du prononcé, la notification leur est faite verbalement à ce moment ; leur présence et la constatation de cette notification sont mentionnées dans l'ordonnance. Article 154 : Le juge des référés peut, suivant les cas, statuer sur les dépens ou même ordonner qu'ils seront réservés pour être joints aux dépens sur le fond. Les minutes des ordonnances sur référés sont déposées au greffe et il en est formé un registre spécial. En voici le texte original en langue arabe :

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

13
13
841
841
13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr

841

13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr
13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr
13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr
13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr
13 841 841 851 Update 29 mai 2011 L’Organisation Judiciaire ali_elkadiri@yahoo.fr
851
851

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

14
14
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées

73

858

71 71
71 71

851

14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées
857
857
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées
54
54
854
854
14 73 858 71 71 851 857 54 854 Enfin, il statue sur les décisions prononcées

Enfin, il statue sur les décisions prononcées par le bâtonnier de l’ordre des avocats (

prononcées par le bâtonnier de l’ordre des avocats ( ) en matière de litige relatif aux

) en matière de litige relatif aux honoraires des avocats.

D. La cours suprême (

)
)

Elle se place au sommet de toutes les juridictions, elle coiffe toutes les juridictions de droit commun ou spéciales. Historiquement le pouvoir de cassation a été traité par la cours de cassation de Paris et de Madrid. La cours suprême a été crée au lendemain de l’indépendance par le Dahir 1.57.223 du

27/09/1957

Elle assure l’unité de l’interprétation de la loi. Elle veuille sur la bonne application du droit. Elle ne juge pas les faits.

1.

Organisation

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

15
15

La cours suprême est composée de :

1 président qui est à sa tête.

Des présidents de chambre et des conseillers.

Un procureur général du roi assisté d’avocats généraux.

Un greffe + 1 secrétariat

Un secrétariat général du parquet

Une 1 ière et une 2 ième chambre civile

Une chambre commerciale

Une chambre du statut personnel et successoral

Une chambre pénale

Une chambre sociale

Une chambre administrative Chaque chambre a à sa tête un président, et chaque chambre peut créer des sections.

2.

Fonctionnement

La composition ou la formation pour siéger : les audiences sont en principe publiques, la cours siège avec 5 magistrats assistés d’un greffier

La formation comprenant 2 chambres et formation toutes chambres réunies : le premier président, le président de la chambre saisie et cette dernière elle-même, peuvent décider d’envoyer une affaire à une formation constituée par 2 chambres réunies. La chambre appelée à s’adjoindre avec la chambre saisie est désignée par le premier président

La formation constituée par 2 chambres peut elle-même renvoyer l’affaire à une formation toutes chambres réunies (les 7 chambres).

La présence du ministère public est obligatoire dans toutes les audiences.

La cours suprême organise une audience publique solennelle d’entrée durant la 1 ière semaine de Janvier. Pendant cette audience à laquelle tous les magistrats sont présents. Le 1 ier président expose les décisions importantes et les questions du droit qui ont suscité un intérêt. Le procureur général du roi expose le résultat de l’année judiciaire.

Le 1 ier président exerce une surveillance sur les magistrats de siège de la cours suprême aussi bien que sur les présidents des cours d’appel

Le procureur général du roi exerce son autorité sur les membres du parquet de cette cours et sur le service de secrétariat du parquet général.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

16
16

Chapitre II : les juridictions spécialisées

Nous

étudierons

dans

ce

chapitre

les

juridictions

administratives

et

les

juridictions

de

commerce.

A.

Les juridictions administratives (

)
)
 

Nous

allons

étudier

dans

cette

section,

le

tribunal

administratif

et

la

cours

d’appel

administrative.

I. Le tribunal administratif

Ils ont vu le jour par la loi 41-90 du 10 Septembre 1993 promulguée par le Dahir 1-91-225 avec un décalage pour l’entrée en vigueur pour le début Mars 1994

1.

Organisation

Le tribunal administratif est composé de :

1 président

Plusieurs magistrats

1 greffe + secrétariat

Parmi les magistrats le président désigne pour une période de 2 ans et sur proposition de l’assemblée générale 1 ou plusieurs commissaires royaux de la loi

et de droit (

)
)

L’assemblée générale définit les règles internes de fonctionnement de ces tribunaux. Elle se réuni annuellement dans la 1 ière quinzaine du mois de Décembre pour arrêter le nombre de sections, leurs compositions, les jours et heures des audiences ainsi que la répartition des affaires des sections, car il peut y avoir des affaires selon la nature des affaires.

Le tribunal est saisi par une requête introductive d’instance ( )

est saisi par une requête introductive d’instance ( ) écrite, signé et déposée par un avocat.

écrite, signé et déposée par un avocat. Le greffier va délivrer un récépissé de dépôt de la requête.

Après le dépôt de la requête et son enregistrement, le président du tribunal transmet immédiatement le dossier au juge rapporteur qui désigne le juge et au commissaire royal de loi et de droit.

Les audiences sont tenues publiquement, elles sont entendues par 3 magistrats assistés par un greffier. L’audience est présidée par le président du tribunal administratif ou par un magistrat désigné à cette instance. Il est désigné à cette fonction par l’assemblée générale annuelle

La présence du commissaire royal de la loi et de droit est obligatoire et ce dernier ne défend pas l’administration, il peut seulement présenter ses observations et conclusions écrites ou orales.

2. Fonctionnement ou compétence

Le recours pour annulation pour excès de pouvoir, le défaut de motif ou violation de la loi.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

17
17

Les litiges relatifs aux contrats administratifs (clauses abusives, dérogatoires ou discrétionnaire).

Les actions de réparation causées par les actes ou les activités des personnes publiques à l’exclusion toutefois de ceux causés sur la voie publique par un véhicule quelconque appartenant à une personne publique.

Les litiges qui sont nés à l’occasion de l’application de la législation et de la réglementation des cautions et du capital de l’essai des agents de l’Etat des collectivités locales, des établissements publics et du personnel de l’administration, des chambres des représentants.

Les litiges qui découlent de la législation et de la réglementation en matière électorale et fiscale.

Les litiges relatifs à l’expropriation pour cause d’utilité publique.

Les actions contentieuses relatives aux recouvrements des créances du trésor public.

Les litiges relatifs à la situation individuelle des fonctionnaires et agents de l’Etat, des collectivités locales et des établissements publics. Toutefois pour certaines affaires, la cours suprême reste compétente pour statuer en 1ier et dernier ressort, il s’agit :

Les recours en annulation pour excès de pouvoir dirigé contre les actes individuels ou réglementaires du 1ier ministre

Les recours contre les décisions administratives dont le champ d’application s’étend au- delà du ressort territorial d’un tribunal administratif.

3. De la compétence territoriale

Les règles de compétence territoriale prévues par les ART 27 à 30 du code de procédure civile sont applicables devant les tribunaux administratifs sauf disposition contraire prévue par la loi ou texte particulier. Parmi les exceptions qui sont de la compétence du tribunal administratif de Rabat :

Les contentieux à situation individuelle des personnes nommées par Dahir ou par décret

Les contentieux relevant des compétences administratives nées en dehors du ressort du tribunal administratif.

Article 27 : La compétence territoriale appartient au tribunal du domicile réel ou élu du défendeur. Si celui-ci n'a pas de domicile au Maroc, mais y possède une résidence, elle appartient au tribunal de cette résidence. Si le défendeur n'a ni domicile, ni résidence au Maroc, il pourra être traduit devant le tribunal du domicile ou de la résidence du demandeur ou de l'un d'eux s'ils sont plusieurs. S'il y a plusieurs défendeurs, le demandeur peut saisir, à son choix, le tribunal du domicile ou de la résidence de l'un d'eux. Article 28 : Par dérogation aux dispositions de l'article précédent, les actions sont portées devant les juridictions suivantes :

- en matière immobilière, y compris les actions pétitoires ou possessoires, le tribunal de la situation des biens litigieux ;

- en matière mixte portant à la fois sur la contestation d'un droit personnel et d'un droit réel,

devant le tribunal de la situation des lieux ou celui du domicile ou de la résidence du défendeur ;

- en matière de pension alimentaire, devant le tribunal du lieu du domicile ou de la résidence du défendeur ou du demandeur, au choix de ce dernier ;

- en matière de prestations de soins médicaux ou de nourriture, devant le tribunal du lieu où les soins ont été donnés ou la nourriture fournie ;

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

18
18

- en matière de réparations de dommages, devant le tribunal du lieu où le fait dommageable

s'est produit ou devant celui du domicile du défendeur, au choix du demandeur ;

- en matière de fournitures, travaux, locations, louages d'ouvrages ou d'industrie, devant le

tribunal du lieu où la convention a été contractée ou exécutée, lorsque l'une des parties est domiciliée en ce lieu ; à défaut, devant le tribunal du lieu du domicile du défendeur ;

- en matière de travaux publics, devant le tribunal du lieu où les travaux ont été exécutés ;

- en matière de contrats dans lesquels l'Etat ou une autre collectivité publique est partie, devant le tribunal du lieu où le contrat a été signé ;

- en matière de contestations relatives aux correspondances, objets recommandés et envois de

valeurs déclarées et colis postaux, devant le tribunal du domicile de l'expéditeur ou devant celui du

domicile du destinataire, au choix de la partie la plus diligente ;

- en matière d'impôts directs et de taxes municipales, devant le tribunal du lieu où l'impôt ou la taxe est dû ;

- en matière de succession, devant le tribunal du lieu où la succession est ouverte ;

- en matière d'incapacité, d'émancipation, d'interdiction ou de révocation d'un tuteur datif ou

testamentaire, devant le tribunal du lieu d'ouverture de la succession ou du domicile de ceux qui

sont frappés d'incapacité, au choix de ceux-ci ou de leur représentant légal ; s'ils n'ont pas de domicile au Maroc, devant le tribunal du lieu du domicile du défendeur ;

- en matière de société, devant le tribunal du lieu du siège social ;

- en matière de faillite, devant le tribunal du lieu du domicile ou de la dernière résidence du failli ;

- en toute autre matière commerciale, le demandeur peut, au choix, porter son action, soit devant le tribunal du domicile du défendeur, soit devant celui dans le ressort duquel l'exécution devait être effectuée ;

- en matière d'assurances, dans toutes les instances relatives à la fixation et au règlement des

indemnités dues, devant le tribunal du domicile ou de la résidence de l'assuré, ou devant le tribunal

du lieu où s'est produit le fait dommageable, à moins que, s'agissant d'immeubles ou de meubles par nature, la compétence ne soit attribuée, dans ce cas, au tribunal du lieu de la situation des objets assurés. La compétence territoriale en matière sociale est déterminée ainsi qu'il suit :

1° En matière de contrat de travail et d'apprentissage, devant le tribunal de la situation de

l'établissement lorsque le travail a lieu dans un établissement ou celui du lieu où l'engagement a été contracté ou exécuté pour le travail en dehors de l'établissement ; 2° En matière de sécurité sociale, celui du domicile du défendeur ; 3° En matière d'accidents du travail, celui dans le ressort duquel s'est produit l'accident. Toutefois, lorsque l'accident s'est produit dans le ressort d'un tribunal autre que celui dans lequel réside la victime, celle-ci ou ses ayants droit peuvent opter pour le tribunal de leur résidence ; 4° En matière de maladies professionnelles, celui de la résidence du travailleur ou de ses ayants droit. Article 29 : Par dérogation aux dispositions du dernier alinéa de l'article précédent, le tribunal compétent est :

- en matière de sécurité sociale, celui de Casablanca lorsque le domicile de l'assuré est situé à

l'étranger ;

- en matière d'accidents du travail, s'il y échet, celui de la résidence de la victime ou de ses ayants

droit lorsque l'accident s'est produit hors du Maroc ;

- en matière de maladies professionnelles, s'il y échet, celui du lieu où la déclaration de la

maladie a été déposée lorsque le domicile du travailleur ou de ses ayants droit est situé à l'étranger. Article 30 : Les demandes en garantie et autres demandes incidentes, les interventions et les demandes reconventionnelles doivent être portées devant le tribunal saisi de la demande principale, sauf à ce tribunal, s'il apparaît, de toute évidence, que la demande initiale a été portée devant lui pour traduire la partie appelée hors de sa juridiction normale, à renvoyer le demandeur à se mieux pourvoir.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

19
19

II. La cours d’appel administrative

1. Organisation

La cours comprend :

Un premier président.

Des présidents de chambre et des conseillers.

Un greffe

La cours peut être divisée en chambres selon la nature des affaires.

Le premier président de la cours dappel administrative désigne sur proposition de lassemblée générale pour une période de 2 ans renouvelable parmi les conseillers (juges) 1 ou plusieurs commissaires royaux de la loi et de droit. Les audiences et la décision sont rendus publiquement par 3 conseillers dont lun est président assisté par un greffier. La présence du commissaire royal de la loi et de droit est obligatoire. Le commissaire royal de la loi et de droit explique ses avis en toute indépendance oralement (explicitement) sur les circonstances de faites comme sur les règles de Droit applicables. Ses avis sont expliqués en audience publique. Comme chez le procureur du roi il ne participe pas aux délibérations.

2. Compétence ou fonctionnement

Les cours dappel administratives connaissent en appel des jugements rendus par les tribunaux administratifs et des ordonnances de leurs présidents, sauf disposition contraire prévue par la loi. En effet, le 1 ier président et le 1 ier vice-président exercent les compétences du jury lorsque la cours est saisie de litige. Pour faire appel, le délai est de 30 jours à partir de la notification de la copie du jugement

( .).
(
.).

B. Les juridictions commerciales (

)
)

Les juridictions commerciales ont été créées par la loi n° 53-95 du 6 janvier 1997, promulguée par le dahir n° 1.97.65 du 12 février 1997. Ces juridictions fonctionnent depuis mai 1998.

Nous

allons

commerciale.

étudier

dans

cette

section,

I. Le tribunal de commerce

1.

Organisation

Ce tribunal comprend :

le

tribunal

de

commerce

et

la

cours

d’appel

1 président

1 vice-président

Des magistrats

Un ministère public composé du procureur du roi et des substituts du procureur du roi

1 greffe et un secrétariat du ministère public

Le tribunal de commerce peut être divisé en chambres suivant la nature des affaires quelle saisi.

Mais toute chambre peut juger nimporte quelle affaire.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr

20
20

Le président sur décision de lassemblée générale, désigne un magistrat chargé du suivi des procédures dexécution. La formation du tribunal est collégiale.

2. Compétence ou fonctionnement

Sont compétentes pour connaître les affaires dont les valeurs excédent 20.000 DH + ou 1878 USD pour les affaires suivantes :

Les actions relatives aux contrats commerciaux.

Les actions entre commerçant à loccasion de leurs activités commerciales.

Les actions relatives aux effets de commerces (lettres de change, chèques, traites).

Le différant entre associés des sociétés commerciales

Le différant à raison de fond de commerce Sont exclus de la compétence du tribunal de commerce :

Les affaires relatives aux accidents de la circulation

Un commerçant et un non commerçant. Le tribunal accepte si le non commerçant accepte par arrangement.

Entre également dans la compétence des présidents des tribunaux de commerce la surveillance des formalités du registre du commerce. A cet effet, ils peuvent chaque année désigner un juge responsable du registre de commerce.

3. Attributions du président du tribunal de commerce

Le président est compétent en matière de procédure dinjonction de payer pour les litiges dont le montant excède 20.000DH relatifs aux effets de commerce. Laction est basée ou sur un acte des titres authentiques.

II. La cours dappel de commerce

1. Organisation

Cette cours comprend :

Un président

Un vice-président et des conseillers

Un ministère public composé dun procureur général du roi et des substituts

Un greffe et un secrétariat du ministère public

La cours dappel de commerce peut être divisée en chambres suivant la nature des affaires dont elle est saisie. Toutefois chaque chambre peut saisir des affaires qui nentrent pas dans sa spécialité.

2. Fonctionnement

En principe, les audiences sont tenues et les jugements rendus par 3 magistrats dont lun est président assisté par un greffier. Elle statue sur les appels formés des jugements des tribunaux de commerce. Le président statue contre les ordonnances des présidents des tribunaux de commerce.

Update 29 mai 2011

L’Organisation Judiciaire

ali_elkadiri@yahoo.fr