Traité Politique : Forces, faiblesses et limites de la démocratie

« il ne peut se faire que l’âme d’un homme appartienne entièrement à un autre ; personne en effet ne peut transférer à un autre, ni être contraint d’abandonner son droit naturel ou sa faculté de faire de sa raison un libre usage et de juger de toutes choses. e gou!ernement par suite est tenu pour !iolent, qui prétend dominer sur les âmes et une majesté sou!eraine para"t agir injustement contre ses sujets et usurper leur droit, quand elle !eut prescrire à chacun ce qu’il doit admettre comme !rai ou rejeter comme fau#, et aussi quelles opinions doi!ent émou!oir son âme de dé!otion en!ers $ieu % car ces choses sont du droit propre de chacun, un droit dont personne, le !oul&t'il, ne peut se dessaisir. ( Spinoza. , chapitre xx.

Préface : 4 lois politiques fondamentales et un axiome

Partie I : Du suffra e uni!ersel

"xiome # : Le suffrage universel est l'apanage de tous les systèmes politiques depuis la démocratie jusqu'aux totalitarismes. Commentaire : uisque le suffrage universel exprime la volonté du peuple et que celle!ci a remplacé la volonté divine, il en a rev"tu en quelque sorte son caractère sacré, ce qui explique qu'il soit adopté y compris dans les régimes totalitaires mais dans ces derniers pour "tre s#r du résultat de la votation il faut écarter tous ceux qui pourraient voter de manière non conforme au pouvoir en place d'o$ la loi % & ' suivante : Loi n&'( )ans les régimes totalitaires, l'élimination physique des opposants est universelle. Corollaire'( l'opposant est défini soit de manière ethnique, soit et*ou sociale soit et*ou économique. Corollaire +( ,'il est défini de manière économique et sociale, tout le monde , - tout moment peut "tre considéré comme opposant. Commentaire: l'élimination des opposants est donc .ien une loi universelle. C./.0.). Loi n&+( Le suffrage universel a horreur des extr"mes. Corollaire '( 1 la faveur d'une crise économique, sociale et politique de grande ampleur, les partis extr"mes peuvent accéder au pouvoir - cause de la division des partis modérés et de leur impuissance, soit par ruse en arguant de leur intention de respecter la li.erté des

citoyens soit par un coup de force. Corollaire +( 2n régime totalitaire le suffrage universel n'est pas supprimé mais dénaturé par la candidature unique et le non!respect de l'anonymat du suffrage. Commentaire : C'est dire la force du suffrage universel dont m"me les régimes totalitaires estiment ne pas devoir se passer. Corollaire 3( our renforcer leur légitimité les régimes totalitaires s'arrangent pour o.tenir lors des élections des résultats massivement en leur faveur, de l'ordre de 456 contre '56 pour l'opposition et plus souvent proche des 446. Corollaire 7( 2n démocratie, la victoire électorale s'o.tient au mieux avec 8'*8+6 des suffrages, très exceptionnellement au!del- de cette .arre. Commentaire: C'est pourquoi les candidats sont si soucieux de la moindre voix, parce qu'ils savent que c'est cette voix de madame 9 ou de monsieur : qui leur donnera la victoire. L'a.stentionniste prétend souvent qu'il s'a.stient parce qu'une voix de plus ou de moins ne changera rien au résultat, en quoi il se trompe parce qu'il est potentiellement la goutte d'eau qui fera dé.order le vase en faveur de tel ou tel candidat.

Partie II : $es causes de l%alternance

Loi n&3( 2n démocratie, la droite au pouvoir privilégie la plus grande production de richesses possi.le. Corollaire '( Les inégalités économiques et sociales augmentent. Corollaire +( ;algré l'amélioration générale du niveau de vie de tous y compris des plus pauvres, le mécontentement s<accro=t du fait de la jalousie de tous contre tous.

Loi n&7( 2n démocratie, la gauche au pouvoir privilégie la plus grande égalité possi.le. Corollaire '( Les inégalités économiques et sociales diminuent. Corollaire +( )u fait de l'universelle jalousie de tous contre tous, malgré le recul des inégalités, comme une parfaite égalité ne peut "tre atteinte, le mécontentement s<accro=t. Corollaire 3( La production n'étant plus l'o.jectif essentiel, le ch>mage fait son apparition qui ajoute au mécontentement, l'inquiétude. Commentaire: C'est cette montée des mécontentements qui expliquent l'alternance gauche droite. "xiome &( 2n période de crise économique il est plus adéquat que la droite exerce le pouvoir et en période de croissance, la gauche. Commentaire: )ans le cas contraire la paralysie gagne les gouvernements. 2n période de croissance la droite au pouvoir ne fait que suivre l'enrichissement des plus riches et ne met pas un frein - l'accroissement des inégalités qui deviennent d'autant plus insupporta.les que les citoyens n'ignorent rien de cette augmentation de la richesse dont ils pensent - juste titre qu'elle est accaparée par les plus riches. 2n période de crise la gauche au pouvoir ne fait qu'accompagner l'appauvrissement général par une répartition plus égalitaire de cet appauvrissement qui ne s'avère d'aucune manière une consolation pour les plus pauvres qui n'ignorent pas que les inégalités persistent et qui ont le sentiment qu'elles augmentent du fait de la détérioration de leur niveau de vie et de la montée du ch>mage, idem pour les classes moyennes qui constatent un phénomène compara.le pour elles.

Partie III : $es 'ommes politiques en démocratie

"xiome (( la nature d'un homme politique ne peut changer. Commentaire pour le citoyen de gauche : L'homme politique de gauche chérit l'égalité et a.horre l'argent, l'homme politique de droite chérit l'argent et a.horre l'égalité. Commentaire pour le citoyen de droite : L'homme politique de gauche chérit l'assistanat et a.horre la réussite, l'homme politique de droite chérit la réussite et a.horre l'assistanat. Commentaire conjoncturel : C'est le cas aujourd'hui en 0rance de l'équipe gouvernementale au pouvoir dont tout le monde constate la paralysie, maladroitement cachée par un activisme sociétal qui ne joue pas son r>le de détournement de l'attention comme le démontre les sondages qui n'ont que la valeur que l'on veut .ien leur accorder ? pour ce qui me concerne aucune valeur autre que d'"tre un .aromètre qui nous indique qu'il a fait mauvais temps hier comme tout le monde a pu le constater sur la C>te d'1@ur et qu'aujourd'hui il fait .eau comme tout le monde peut le constater(. Ahéorème '( L' homme politique s'apparente pour la férocité au tigre mangeur d'homme. Ahéorème +( L' homme politique s'apparente pour la dureté de la peau, autrement dit la capacité - su.ir des avanies, au rhinocéros. Ahéorème 3( L' homme politique s'apparente pour la mémoire des avanies - l'éléphant. Ahéorème 7( L' homme politique s'apparente pour esquiver ses responsa.ilités en cas de scandale - l'anguille. Ahéorème 7 .is( L' homme politique s'apparente au caméléon pour s'adapter - toute nouvelle conjoncture. Commentaire: 1utrement dit il est orfèvre en l'art du retournement de veste. Ahéorème 8( L' homme politique est tout entier tourné vers son succès électoral. Corollaire '( L'homme politique n'a que faire du .ien commun. Commentaire: Bl se peut qu'un homme politique soit un homme d' Ctat soucieux du .ien

commun . our ce faire les citoyens doivent lui permettre d'accéder au pouvoir, autrement dit faire un pari. Corollaire +( L'homme politique une fois élu, s'il ne se révèle pas un homme d' Ctat a toutes les chances d'"tre réélu au contraire de celui qui se sera hissé - ce rang. Commentaire: ,urtout en période de crise, l'homme politique au pouvoir peut parfois hypothéquer ses chances de réélection en se comportant en chef d' Ctat soucieux du .ien pu.lic, en imposant les réformes douloureuses nécessaires. Le plus souvent, il ne le fera pas, se révélant un homme politique normal, autrement un homme politique surtout soucieux de se maintenir au pouvoir comme précisé par le corollaire ' de la loi n&8 et les théorèmes ' et + de la loi n&D. Corollaire 3( our qu' un homme politique - la réputation d homme d' Ctat, arrive au pouvoir il faut que le pays soit au .ord du gouffre. Commentaire: Les exemples de Clemenceau en '4'E, de Churchill en '475, de )e Faulle en '478 et en '48D, de ;endès 0rance en '483, le démontrent. Corollaire 7( /uant la situation d'un pays est redevenue normale, les électeurs élisent un homme politique normal, autrement dit qui n'est pas un homme d' Ctat et se dé.arrassent de l'homme d'Ctat qui a sorti le pays de sa situation anormale. Commentaire: Gne fois encore les exemples de Clemenceau, de Churchill, de )e Faulle, de ;endès 0rance sont l- pour étayer ce corollaire.

Partie I) : $a force des cito*ens en démocratie

Loi n& 8( La peur du citoyen est le sentiment fondamental de tout gouvernement en démocratie. Corollaire'( L'inaction est le mode de gouvernement en démocratie. Corollaire+( La création de commission d'experts pour résoudre les pro.lèmes son ali.i.

Loi n&H( Cette peur est alimentée par les corps intermédiaires arc!.outés sur la défense des droits de leur mandants. Commentaire: Les syndicats sont un .on exemple de ces corps intermédiaires. La 0rance vieux pays de corporations donc de corporatismes est un terrain privilégié pour l'action de ces corps intermédiaires. Loi n&E( L'opposition en démocratie s'oppose. Corollaire'( our elle le gouvernement ne prend que des mesures néfastes. Bl n'est pas question de lui reconna=tre le moindre mérite. Corollaire +( Lorsque l'opposition gagne les élections et revient au pouvoir, elle commence donc par défaire tout ce qui a été fait par le précédent gouvernement. Corollaire3( l'ancien gouvernement revenu dans l'opposition s'oppose au nouveau gouvernement. Corollaire 7( our elle ce nouveau gouvernement ne prend que des mesures néfastes. Bl n'est pas question de lui reconna=tre le moindre mérite. Commentaire: ce jeu de massacre systématique explique l'alternance gauche*droite.

Partie ) : Du mécontentement énéralisé en démocratie

Loi n& D( 2n démocratie le citoyen ne peut "tre que désenchanté de la politique. Commentaire: )'autant qu' au jeu de massacre présenté avec la loi n&E et ses quatre corollaires deux théorèmes viennent aggraver ce désenchantement: Ahéorème': 1 l'épreuve du pouvoir le nouvel élu se voit rapidement contraint au renoncement des promesses irréalistes faites aux électeurs. Ahéorème+: Aenir ses promesses si celles!ci étaient mesurées ne sert en rien au nouvel élu. Commentaire du théorème ': Comme les promesses de campagne étaient irréalistes en essayant de les tenir, le nouvel élu conduit son pays au .ord du gouffre comme en 0rance en '4D', ce qui entra=ne une désappro.ation massive de son action gouvernementale puisqu'il est o.ligé de renoncer - celles qui n'ont pas été mises en Iuvre, d' amputer celles déj- mises en Iuvre ou pire de les annuler. )'o$ l'inaction d'un gouvernement qui a perdu toute crédi.ilité voir le corollaire'( de la loi n&8. Commentaire du théorème +: ,oit ses promesses étaient mesurées, par exemple une augmentation du salaire minimum de '6 ? ou + 6 pour 0ranJois hollande( qu'il réalise, mais qui déJoit tous ceux qui ont voté pour lui parce qu'ils avaient .ien compris qu'il y aurait une augmentation du salaire minimum et n'avaient pas voulu entendre qu'elle serait limitée parce que l'une des raisons essentielles qui a conduit cette majorité de citoyens voter pour lui est que littéralement elle a pris ses désirs de jours meilleurs pour une réalité. donc qu' elle espérait au minimum du minimum une augmentation de +5 6. de ce salaire. C./.0.). Corollaire'( )'o$ le recours - la manifestation de rue. Corollaire +( Le recours - la manifestation de rue est donc une remise en cause du suffrage universel. Corollaire3( Aout gouvernement qui cède - la manifestation de rue, - la fois se maintient au pouvoir, se discrédite, et accélère le mépris du citoyen pour le fonctionnement de la démocratie. Corollaire7( le suffrage universel est dévalorisé. Corollaire8( 1ux élections le parti des a.stentionnistes ne cessent de gagner des voix.

"xiome 4( La déception est le fondement de la démocratie. Commentaire: /ue l'on se souvienne du fameux slogan Kélections piège - consL. Ahéorème % & ' : 2n démocratie les partis politiques ne divisent pas mais ils unissent les citoyens en plus ou moins grandes familles politiques que l'on peut regrouper en deux : '( la famille de gauche, autrement dit les réformistes, les partisans du mouvement, qui réunit les citoyens qui pensent que la situation actuelle n'est pas satisfaisante et qu'il faut l'améliorer, voire la transformer et m"me la révolutionner. +( La famille de droite , autrement dit les conservateurs, les partisans de l'ordre éta.li qui réunit les citoyens qui pensent que la situation actuelle est accepta.le et qu'elle ne peut "tre ni améliorée si ce n'est - la marge, ni transformée , encore moins révolutionnée. C./.0.). Commentaire: ,i nous sommes devant un pays qui a le génie de la division, ces deux grandes familles vont se diviser au moins en H partis: '( Le parti de la gauche de la gauche qui désire la révolution. 2xemple autrefois du C0 ? arti Communiste 0ranJais( en 0rance. +( Le parti de gauche qui désire de grandes réformes. 2xemple du , ? arti ,ocialiste( en 0rance. 3( Le parti de la droite de la gauche qui désire des réformes surtout sociétales et qui se veut le grand défenseur de la laMcité. 2xemple du parti radical, aussi dénommé parti radical de gauche. 7( Le parti de la gauche de la droite qui désire des réformes surtout sociétales et qui se veut le défenseur du fédéralisme - l'intérieur comme - l'extérieur. 2xemple le parti dit du centre sous différente dénomination y compris parti radical de droite. 8( Le parti de droite, conservateur et favora.le au li.éralisme économique, sous différentes dénominations o$ le mot central est celui non de parti mais d'union ou de rassem.lement. 2xemple de l'G; .?Gnion pour un ;ouvement opulaire( qui a succédé au N N ?Nassem.lement our la Népu.lique(. H( le parti de la droite de la droite, qualifié d'extr"me droite, nationaliste, chauvin si ce n'est ouvertement raciste. 2xemple du 0ront national. Loi n& ': Les parti de la gauche de la gauche et de la droite de la droite, tant que les élections sont li.res voir loi n&+ de l'axiome ' ne peuvent accéder au pouvoir.

Commentaire: 1 chaque élection, leurs partisans sont donc déJus, ce qui rend corro.ore l'axiome 7.

Ahéorème ' : ,i les partis de gauche gagnent les élections, il faut ajouter aux déJus des partis extr"mes les déJus des partis de droite. Ahéorème +: ,i les partis de droite gagnent les élections, il faut ajouter aux déJus des partis extr"mes les déJus des partis de gauche. Commentaire: 1 chaque élection, on a donc en démocratie, - peu de chose près, - quelques milliers de voix, au mieux - quelques di@aines de milliers de voix près, une moitié des citoyens déJus, ce qui corro.ore l'axiome3, d'autant qu'il faut ajouter très vite les déJus des partis de gauche ou de droite du fait d'une action gouvernementale qui ne correspond pas aux espérances qu'ils avaient eu en votant pour les dits partis. Ooir les lois n&'8 et n&'H avec son corollaire et ses commentaires . La déception est .ien le fondement de la démocratie ?axiome3( et les partis y contri.uent fortement parce que pour s'assurer de leur direction puisqu'ils sont un tremplin pour accéder au pouvoir, des luttes féroces sont menées par leurs dirigeants pour en contr>ler l'appareil. Bls démontrent par l-!m"me que ce n'est pas l'avenir de leur pays qui est leur principale préoccupation mais le leur. C./.0.).

Loi n&+( La remise en cause de la démocratie est un de ses éléments essentiels. Corollaire'( Le discrédit du personnel politique est généralisé. Corollaire+( Le discrédit de l'action politique est généralisé. Corollaire3( Le discrédit des partis politiques est généralisé. Commentaire: d'autant que l'inaction devient le mode de gouvernement fondamental, comme le démontre la loi n&8 avec ses corollaires ' et +. et que trop souvent les partis politiques donnent l'image de la haine entre leurs dirigeants. Ahéorème 3( )e plus en plus de citoyens sont persuadés qu'entre la gauche et la droite il n'y

a aucune différence. Commentaire: un grand nom.re de lois de ce traité démontre le contraire, par exemple les lois 3 et 7 avec leurs corollaires. C'est pourquoi l'on peut affirmer que la politique est une science dure au m"me titre que la physique. 2n effet, qu'il soit de gauche ou de droite, créationniste ou évolutionniste, nul ne peut remettre en cause le fait qu'une pomme tom.e, donc la loi de la gravitation universelle, dont voici la définition: )eux corps ponctuels de masse ;1 et ;P s'attirent avec une force proportionnelle chacune des masses, et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. Cette force a pour direction la droite passant par le centre de gravité de ces deux corps. La force exercée sur le corps P par le corps 1 est vectoriellement donnée par

o$ F est la constante de gravitation, qui vaut QH,HER'5S'' %m+*Tg+, et est un vecteur de longueur unité allant de 1 vers P. Le signe S ?moins( dans l'expression de la force signifie donc .ien que la force est attractive, allant dans le sens opposé au vecteur unitaire . )e m"me, personne qu'il soit de droite ou de gauche, créationniste ou évolutionniste ne peut remettre en cause la loi de paupérisation universelle de ,erge ongtong : )CU)PU) V GW o$ )C est le déficit commercial d'un pays )P le déficit .udgétaire ) la dette pu.lique résultante de l'accumulation des déficits .udgétaires et commerciaux GW la paupérisation universelle mesurée par le ralentissement de la croissance et*ou la .aisse de l' indice de développement humain ?B)X( et la dégradation du rang d'un pays dans le classement mondial de cet indice calculé par l'équation: , o$ 1, est l'indice de longévité ), est l'indice du niveau d'éducation 2, l'indice de niveau de vie. "ppendice n+# : $a noci!ité des partis de l% ambi u,té Le , tel qu'il existe depuis le congrès d' 2pinay en '4E' doit dispara=tre Y Aant qu'il y aura en son sein une gauche gauchisante qui continuera - proclamer qu' elle est pour l'2urope mais pas celle de la finance, pour l' 2uro mais seulement celui o$ les uns

paieront pour les autres sans contrepartie, ce qui s'appelle la mutualisation des dettes, vouloir appliquer un crypto programme marxiste de lutte des classes pour renverser le K Zapitalisme L, comme si ce système économique était une option alors qu'il correspond profondément - la nature humaine du K travailler!plus!si!je!veux!pour!gagner!plus L, vouloir pendre - la lanterne les patrons, - penser que la mondialisation est une option, comme si la gravitation était une option, tant qu'il y aura cette gauche K pure L, intégriste qui pense qu'il y a un K peuple de gauche L, qu'il est possi.le de changer la société, le système économique, qui entretient - chaque élection cette illusion du K demain!on!rasera! gratis L en reprenant tout - ces ploutocrates qui ne sont que des voleurs, des Tleptocrates aux mains sales, des salauds, ce parti pourra gagner les élections et comme le montre l'expérience de '4D' et celle de +5'+, engendrera aussit>t la désillusion, le désarroi parmi les 0ranJais. Bl est temps d'en finir avec ce parti, il doit dispara=tre comme ont disparu le parti communiste et la démocratie chrétienne par exemple en Btalie. Les partis de l'am.iguMté qui sem.le pr>ner une politique pour une fois au pouvoir en faire une autre sont une plaie de la démocratie. Le président Xollande - essayer de promettre le moins possi.le, mais puisqu'il était de ce parti de l'am.iguMté, ?dont il était devenu un ma=tre en tant que secrétaire, par ses synthèses chefs!d'oeuvre d'am.iguMté elles aussi( n' a pu s'emp"cher de laisser espérer aux 0ranJais, au K peuple de gauche L qu'ils seraient rasés gratuitement au lendemain de son élection. C'est pourquoi il perd du temps deux ans pour se résoudre - mettre en Iuvre la seule politique vala.le pour le moment en 0rance, une politique de l'offre, autrement dit de rigueur, autrement dit d'austérité, parce qu'il sait que demain comme en Frèce, - Chypre ou ailleurs on ne pourra plus payer les fonctionnaires, les retraités et que nous ne sommes plus au temps .éni de la guerre froide dans les années 75 et 85 o$ nos K grands argentiers L comme on disait alors pour parler de nos ministres des finances, pouvaient se précipiter en fin de mois - [ashington pour quémander de quoi payer nos fonctionnaires, nos retraités.

"ppendice n+& : -écessité d%une réforme constitutionnelle en France. 2n 0rance, une réforme constitutionnelle qui introduirait un mode de scrutin proportionnel l' allemande pour l'élection de ses représentants para=t de plus en plus la seule voix pour tenter de résoudre les pro.lèmes qui se posent. Bl faut espérer qu' après plus d'un demi!siècle de système électoral uninominal majoritaire - deux tours, les citoyens 0ranJais seront dé.arrassés de leur f\cheuse tendance - la division pour, comme en 1llemagne, en arriver un gouvernement de ]grande coalition] seul suscepti.le d'entreprendre les réformes dont ce pays - .esoin. ;"me s' il y a la possi.ilité d' un retour - l'insta.ilité gouvernementale de la BO & Népu.lique caractérisée par une durée de vie moyenne des gouvernements n'excédant guère les six mois, les deux plus longs étant celui de l' illustre Fuy ;ollet qui a duré 'H mois et celui de l' illustre ;. /ueuille qui a duré '3 mois, durée qui rendait impossi.le ou, - tout le moins difficile, une politique autre qu'- court terme. ;ais un tel fossé s'est creusé entre les citoyens et leurs représentants, qu'il faut en courir le risque. ;ais cette seule mesure n'est pas suffisante il faut y ajouter le recours au référendum

d'initiative populaire, pour arriver - un usage de cet appel - l'ensem.le des citoyens, sem.la.le - celui qui en est fait en ,uisse o$ je le rappelle le peuple ?dont on se méfie .eaucoup trop en 0rance, legs de la monarchie, o$ celui!ci était vu comme une plè.e au mieux ou comme une populace ayant .esoin d'une aristocratie no.iliaire pour le contr>ler, puis sous la répu.lique d'une aristocratie des plus compétents, sorte de despotes éclairés collectifs pour le guider( montre non seulement son .on sens mais encore un courage que nos hommes politiques n'ont guère montré, rejetant ainsi par référendum le passage de 3 semaines de congés payés annuels - 8 semaines et, plus proche de nous la limitation des écarts de salaire, ? mesure qui en 0rance pays de la haine sociale, m"me si sa contre! productivité économique est prouvée, est inimagina.le. Bl n'y a qu'- voir l'appro.ation l'adoption de ces fameux E8 6 de taxation au!dessus d'un revenu de un million d'euros qui découragerait n'importe quel Pill Fates, ^eff Pe@os, ,teve ^o.s ou ;arT _ucTer.erg d'entreprendre(, tout récemment le dérem.oursement de l'interruption volontaire de grossesse, et il y a quelques jours - 85,3 6 acceptant la limitation de K l'immigration massive d'étrangers et de requérants d'asile L dans leur pays. Oous voye@ l'avantage d'un tel référendum d'initiative populaire, redonner aux citoyens le sentiment que la politique de leur pays ne se fait pas au!dessus de leur t"te, en dépit de leurs intér"ts, donc leur permettre de se réinvestir dans la politique et ainsi renforcer l' imparfait système de la démocratie représentative et finalement contrairement - aujourd'hui o$ ils ont perdu le sentiment d'appartenir - une m"me communauté, retrouver ce sentiment. 1insi se constituerait une démocratie qui marcherait sur ses deux jam.es, celle de la démocratie représentative, celle de la démocratie directe. Le mauvais pli qui a été donné par le général )e Faulle, qu'il me pardonne, - l'usage du référendum comme moyen de renouer la confiance entre le président et ses concitoyens doit a.solument "tre effacé parce qu'il a rendu son utilisation quasiment impossi.le. Certes au dé.ut, mauvais pli pris, les 0ranJais continueront de ne pas répondre - la question posée, pour s'amuser - ce jeu de massacre qui consiste - dire K non L systématiquement, contrecarrer systématiquement la politique du gouvernement en qui ils n'ont plus confiance - juste titre, mais paradoxe, qu'ils ont élu. ? voir l'axiome 7, ses lois et théorèmes : K la déception est le fondement de la démocratie L (. C'est pourquoi il n'y aura pas trop de tout un septennat pour qu'ils finissent par comprendre, averti par leur président '( que s' il tiendra compte du résultat pour faire voter ou pas telle ou telle loi +( en aucun cas il ne se considérera comme désavoué si au lieu de répondre oui - la question sur le projet proposé ils répondent non. ^e ne doute pas que les 0ranJais finissent par se conduire comme les citoyens suisses, c'est! -!dire en citoyens compétents étudiant soigneusement les arguments des pour et des contre en se prononJant en toute connaissance de cause ensuite, avec courage, sans démagogie en tous les cas j'en suis s#r avec plus de courage et moins de démagogie que leurs représentants dont le .ut prépondérant pour ne pas dire unique est de conserver leur mandat comme souligné dans le théorème 8 de l'axiome 3: K Ahéorème 8( L' homme politique est tout entier tourné vers son succès électoral. Corollaire '( L'homme politique n'a que faire du .ien commun. L our que cette sixième Népu.lique fonctionne pour le mieux, en tous les cas .ien mieux que

l' actuelle cinquième Népu.lique il faut ajouter, trois autres réformes, '( la limitation des mandatures dans le temps - ne pas confondre avec le non cumul des mandats ? ,onge@ que l'on peut "tre élu maire ou député - 35 ans et continuer - "tre député ou maire - plus de E8 ans sans interruption, ce qui a fait rentrer dans les usages le terme de ]fief électoral] comme si la Névolution n'avait pas eu lieu(, +( L'a.andon du cumul des mandats électifs qui transforme nos hommes politiques en seigneurs inamovi.les dans leur fief électoral et qui a l'inconvénient entre autres d'emp"cher un renouvellement de notre personnel politique et son rajeunissement, m"me s'il n'est pas question ici de céder au jeunisme am.iant. 3( La limitation - un seul mandat de E ans, du mandat présidentiel comme préconisé par 2douard Palladur en son temps, qui éviterait aux citoyens 0ranJais des présidents qui dans leur premier mandat ont le souci de ménager la chèvre et le chou, la corporation des coupeurs de cheveux en quatre et celle des experts dans l'étude du sexe des anges, en espérant se faire réélire, et en réalité, - faire perdre - ce pays 8 ans comme actuellement. Bl n'est pas question de vouloir dépasser la démocratie li.érale comme les communistes voulaient la dépasser en leur temps pour créer la ]vraie] démocratie, la démocratie populaire. `n sait - quoi cela a a.outi, - un désastre politiqueY C'est dire qu'un tel dépassement est une vue de l'esprit, mais gr\ce aux précédentes propositions concernant une nouvelle Népu.lique et avec ces nouvelles armes données aux citoyens avec internet et ses réseaux sociaux, peut!"tre un meilleur fonctionnement de de la démocratie est!il possi.le. Nécapitulons, si les citoyens franJais veulent une OB & Népu.lique qui les réconcilie avec la démocratie et refasse de leur peuple une communauté, il leur faut : '( Gn président élu pour un seul mandat de E ans au suffrage universel +( Gn mode de scrutin - la proportionnelle, d'autant plus facile - instaurer que le mode de scrutin n'est pas inclus dans la constitution, voir le retour - ce mode en '4D8 sous la première présidence de ;itterrand qui a a.outi - la coha.itation, 3( La limitation des mandatures dans le temps 7( Le non!cumul des mandats politiques, vers quoi sem.le nous mener notre actuel gouvernement si le sénat, très réticent, ne trouve pas un su.terfuge pour détourner ce ]coup de feu déloyal] du non!cumul qui les frapperait plus directement. 8( L' adoption du référendum - initiative populaire, au contraire du référendum - initiative partagée prévu par les alinéas 3 - H introduits en +55D dans l'article '' de la constitution sous la présidence de %icolas ,arTo@y qui indiquent notamment qu<K un référendum portant sur un o.jet mentionné au premier alinéa peut "tre organisé - l'initiative d'un cinquième des mem.res du arlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales L. )ans notre cas l'initiative reviendrait aux électeurs, par exemple 855555, soutenue par 85 députés sans ce que ce soutien soit impératif.

"ppendice n+ ( : Plus ou moins d%.urope /

Comment en démocratie contr>ler efficacement le capitalisme financier mondialisé du 99Be pour mener la politique de progrès social qui manque - l'2urope actuellement et qui provoque son rejet .ien compréhensi.le par ses citoyens plongés dans le ch>mage et le désespoir. Gne monnaie unique avec 'D dettes pu.liques différentes sur lesquelles les marchés peuvent li.rement spéculer, et 'D systèmes fiscaux et sociaux en concurrence sans foi ni loi, les uns avec les autres, cela ne fonctionne pas, et cela ne fonctionnera que quand les poules auront des dents et les 0ranJais un sens pragmatique plus formé autant dire - la ,aint!Flinglin. )e plus un tel système est une vraie manne pour nos ]gentils et .ienfaisants] .anquiers, fli.ustiers, traders et autres optimiseurs de fiscalité. ,eul, chaque pays est floué par les multinationales de tous les pays et les .anques, qui jouent sur les failles et les différences entre les législations nationales pour ne payer aucun imp>t nulle part. 2n cette matière, la souveraineté nationale est devenue un mythe. Les pays de la @one euro ont fait le choix de partager leur monnaie, et donc de renoncer l'arme de la dévaluation, sans pour autant se doter de nouveaux instruments économiques, sociaux, fiscaux et .udgétaires communs adaptés - la mondialisation. Cet entre!deux est la pire des situations, .ien entendu par pour nos hommes politiques qui ont ainsi une .onne excuse pour se laver de leur incapacité et incompétence quand ce n'est pas de leur malhonn"teté en dénonJant cet état de fait comme s'ils n'y étaient pour rien, avec le désormais fameux K C'est!la!faute!-!Pruxelles Y C'est!la!faute!-!la!commission Y . '( Concrètement, la première proposition du ;anifeste pour une politique de l' euro est que les pays de la @one euro, - commencer par la 0rance et l'1llemagne, mettent en commun leur imp>t sur les .énéfices des sociétés ?B,(. Pien entendu devra "tre généralisée très rapidement au sein de la @one euro l'échange automatique d'informations .ancaires et "tre développée une politique concertée de réta.lissement de la progressivité de l'imp>t sur les revenus et les patrimoines. 2nfin une politique active commune de lutte contre les paradis fiscaux internes et externes - la @one. +( K our voter l'assiette de l'imp>t sur les sociétés, et plus généralement pour dé.attre et adopter démocratiquement et souverainement les décisions fiscales, financières et politiques que l'on décidera - l' avenir de mettre en commun, L il faut étendre les prérogatives du parlement européen ou K créer une Cham.re nouvelle, fondée sur la réunion d'une partie des députés des arlements nationaux a par exemple, 35 députés franJais issus de l'1ssem.lée nationale, 75 députés allemands issus du Pundestag, 35 députés italiens, etc., en fonction du poids démographique de chaque pays, suivant un principe simple : un citoyen, une voix. L Cette seconde solution reprend l'idée de Cham.re européenne formulée par ^oschTa 0ischer en +5'', qui est selon les signataires du ;anifeste la seule formule permettant d'avancer vers l'union politique. Bl est en effet chimérique d'espérer déposséder les arlements nationaux de leur pouvoir de voter l'imp>t qui est avec le vote des lois leur principale prérogative. C'est au contraire en s'appuyant sur les parlements nationaux que l'on peut .\tir une souveraineté parlementaire européenne partagée. )ans ce schéma, l'Gnion européenne comporterait deux Cham.res : le arlement européen actuel, élu directement par les citoyens des +D pays, et la Cham.re européenne, représentant les Ctats au travers de leurs arlements nationaux. ? Gn peu comme dans tout état fédéral, en 1llemagne ou aux Ctat!Gnis par exemple( )ans un premier temps un ministère des finances de la @one euro serait créé et - terme un vérita.le gouvernement européen responsa.le devant la Cham.re européenne. 3( La troisième proposition concerne directement la crise de la dette. K la seule faJon d<en

sortir définitivement est de mettre en commun les dettes des pays de la @one euro L. ,inon la spéculation sur les taux d<intér"t ,telle l'Xydre de Lerne recommencera sempiternellement. C'est aussi la seule faJon pour que K la PC2 puisse mener une politique monétaire efficace et réactive, - l<image de la 0ederal Neserve 1méricaine ?qui aurait elle aussi .ien du mal faire son travail correctement si elle devait ar.itrer chaque matin entre la dette du Aexas, du [yoming et de la Californie(. La mutualisation des dettes a de facto déj- commencé avec le ;écanisme 2uropéen de ,ta.ilité, l<Gnion Pancaire en gestation, ou les `;A de la Panque centrale, qui impliquent les contri.ua.les de la @one euro. ?`utright monetary transactions. Bl s'agit du rachat par la PC2 de titres de dettes privés des Ctats ( )epuis la naissance de la monnaie unique, malgré les lamentations de tous les ^érémies de pacotille aucun signe tangi.le de changement n'a été donné. L'idée européenne a m"me plut>t reculé. ,i rien ne .ouge en matière économique ?relance de la croissance(, fiscale ?suppression des paradis fiscaux européens et harmonisation de l'imp>t(, sociale ?rapprochement des modèles franJais et allemand, pour le moment diamétralement opposés(, le fédéralisme restera une utopie et l'union 2uropéenne sera de plus en plus menacée `n voit tout de suite le pro.lème il s'agit d'une seul coup de sortir de cet entre!deux mortel dans lequel se trouve figée l'G2 par un saut politique vers plus de fédéralisme. `r, certains pensent qu' il serait peut!"tre plus réaliste de s'attaquer aux dysfonctionnements économiques dus au fait que la @one euro est la seule région du monde o$ les parités monétaires sont fixes alors que partout ailleurs elles s' ajustent en temps réel, que pour réduire le ch>mage de masse et stopper sa désindustrialisation, le retour - une monnaie commune mais flexi.le entre pays européens dans des limites accepta.les serait peut!"tre la solution la plus accessi.le. `n reviendrait alors - un ,;2 ?système monétaire européen( comme avant l'euro, ou plut>t une sorte de ,;,2 ?,ystème ;onétaire ,olaire 2uropéen ( constitué d'un euro soleil central et gravitant autour des planètes euro plus ou moins éloignées de ce soleil, c'est!-!dire, un euro fort celui de l'1llemagne et des pays du nord puis un euro*franc, un euro*lire, un euro*peseta, un euro*drachme, moins forts. `n en voit l'inconvénient. `n ne pourrait s'emp"cher de penser qu'il y a l- un retour en arrière, un recul de l'2urope, de l'idée 2uropéenne qui ouvrirait la .oite de andore - tous ceux qui pensent que revenir - son pré!carré national est la solution des solutions pour sortir des pro.lèmes que la mondialisation pose. our avoir une idée des résultats de cette solution de retour au pré!carré national, le mieux est de regarder la Corée du %ord o$ elle est appliquée dans sa plus grande perfection. )onc si la voix d' un fédéralisme plus grand n'est pas choisie, l'2urope restera, comme le pensent .eaucoup, une @one o$ les forces contradictoires entre plus d' 2urope et moins d'2urope, o$ les forces de fragmentation - l'intérieur des Ctats, feront d'elle un acteur essentiellement imprévisi.le qui ne cessera de perdre du poids dans le monde et o$ la démocratie sera de plus en plus fragilisée par la montée des populismes de gauche et de droite.

Partie )I : Durabilité de la démocratie par rapport aux ré imes totalitaires

"xiome 01 La démocratie est un régime politique dura.le. Commentaire: puisque la démocratie est fondée sur la déception ? Corollaire ',+,3,7 de la loi n&E( et la montée de l'a.stentionnisme ?Corollaire 8 de la loi n&D( il y a un désintér"t vis vis de la politique. La majorité s'accommode de ce régime politique qui ne remet pas en cause les fondements de la société ? loi n&''( telle qu'elle existe.

Loi n& '( La longévité de la démocratie est .ien plus grande que celles des totalitarismes. Commentaire: Ce sont des circonstances tout - fait exceptionnelles, crises de l'après!guerre de '4'7!'4'D, qui expliquent que la démocratie en Nussie n'a duré que de février - octo.re '4'E, en Btalie que de '4'3 - '4+8 et en 1llemagne de '4'D - '433. Corollaire '( our qu'une démocratie disparaisse, il faut la conjonction d'une grave crise telle celle provoquée par la guerre de '4'7!'4'D, économique, sociale, politique et morale avec le fait qu'elle soit encore dans ses premiers .al.utiements.

Commentaire: 2n Nussie, lorsque la démocratie dispara=t elle n'a que quelques mois, D, en Btalie quelques années, '+, - partir de l'instauration du suffrage universel en '4'3 jusqu'aux lois fascistissimes en '4+8!+H et en 1llemagne, '8ans, de '4'D - l'accession de Xitler au pouvoir en '433. Corollaire +( Les dictatures sont des systèmes politiques fragiles qui ne durent que quelques années malgré la mise en place d'un régime de surveillance universelle et d'élimination universelle des opposants. Commentaire: Cette fragilité se révèle dans les guerres qu'elles n'ont pas peur de provoquer ou qu'elles envisagent sans hésitations. 2n effet, leur dérive ultranationaliste les poussent aller toujours plus loin dans la provocation vis - vis des autres nations parce qu'elles les méprisent, surtout si elles ont un régime démocratique, les entra=nant dans la guerre, la défaite et leur chute. L'GN,, est une exception dans la mesure o$ elle a été intégrée - son corps défendant, voir le pacte germano!soviétique en '434, dans la Frande 1lliance contre les na@is qui l'avait envahie en '47'. Loi n& +( L'universelle surveillance des citoyens explique la durée des régimes totalitaires qui savent se préserver de la guerre mais ne suffit pas - leur assurer une durée de vie compara.le - celle des démocraties. Commentaire: Les citoyens y sont atomisés, réduits - leur solitude, sans espoir d'action collective de protestation, sans aucun autre hori@on que celui de cette surveillance universelle. Bls se réfugient donc dans une désertion passive vis - vis de cette dictature qui

ne reJoit d'eux aucun soutien si ce n'est de faJade. 1ujourd'hui comme le démontrent les soulèvements des peuples du ;aghre. et du ;achreq les citoyens ont a leur disposition une arme qui leur permet de sortir de leur atomisation, de leur isolement, de rendre moins pérennes les régimes totalitaires : l'arme des réseaux sociaux sur internet et sur téléphone mo.ile dans la mesure o$ il est plus difficile de les censurer que les médias traditionnels. Ahéorème '( La faJade imposante des dictatures n'est qu'une faJade de village otemTine. Commentaire: C'est ce qui explique la rapidité avec laquelle une dictature s'effondre, au grand étonnement de ceux qui vivaient devant cette faJade en trompe l'Iil, mais pas de ceux qui vivaient derrière ce décor, qui connaissaient donc son envers et savaient que plus personne ne la soutenait. )'autant que les réseaux sociaux sont devenus un important moyen de mo.ilisation - la disposition de citoyens autrefois désarmés, voir le commentaire de la loi n& +. "xiome 21 `n ne peut faire dispara=tre dans l'homme son désir de li.erté. Commentaire: ta.lant sur sa l\cheté et en le privant de tout moyen d'action collective en supprimant les partis, les associations, les syndicats, les corps intermédiaires ou en les contr>lant étroitement on ne peut que retarder le moment o$ le .esoin de li.erté d' un homme deviendra irrépressi.le et comme la démocratie est le régime politique qui laisse l'homme cette li.erté on comprend pourquoi elle est un régime politique .ien plus dura.le, d'autant qu'il suffit de laisser - l'homme sa li.erté pour qu'il n'en fasse pas usage ou .ien un usage très limité ou .ien encore un usage pour restreindre la li.erté des autres. "xiome 3( `n ne peut faire dispara=tre en l'homme son désir de justice. Commentaire : Ce désir de justice est aussi irrépressi.le que son désir de li.erté. `n peut m"me affirmer qu'il est plus pressant puisqu'il prend souvent le pas sur celui de li.erté. C'est ce désir de justice qui explique l'appétence pour l'égalité d'autant que celle!ci satisfait notre jalousie. ^alousie de conserver ce que nous possédons que les autres n'ont pas, jalousie d'avoir ce que les autres possèdent et que nous ne possédons pas.

Loi n&'( Gn gouvernement de droite cherchera dans son action politique - s'appuyer sur ce désir de li.erté ?loi n&3( et se heurtera constamment au désir d'égalité plus pressant des citoyens, d'o$ son échec final. Loi n& +( Gn gouvernement de gauche cherchera dans son action politique - s'appuyer sur le désir de justice des citoyens, ?loi n& 7( autrement dit ?commentaire de l'axiome H( sur leur appétence pour l'égalité, autrement dit sur leur jalousie. Commentaire : 2n théorie, satisfaisant notre jalousie, autrement dit notre appétence pour l'égalité, autrement dit notre désir de justice .ien plus pressant que notre désir de li.erté, un gouvernement de gauche devrait constamment "tre au pouvoir. `r il n'en est rien, d'o$ le corollaire ci!dessous: Corollaire'( 2n démocratie, m"me s'ils répondent - notre désir de justice, autrement dit notre appétence pour l'égalité, autrement dit - notre jalousie, les gouvernements de gauche ne peuvent en permanence occuper le pouvoir. Commentaire : 2n cherchant - satisfaire notre jalousie, c.-.d. notre appétence pour l'égalité, c.-.d. notre désir de justice, les gouvernements de gauche ne font que l'aviver parce que la réduction des inégalités '( n'est pas telle qu'elles disparaissent, ? voir le deuxième paragraphe du commentaire de l'axiome '( +( parce qu' il arrive un moment o$ une majorité des citoyens s'aperJoit que cette réduction des inégalités se fait - leur détriment, du fait de la hausse des prélèvements fiscaux qui ne touchent pas que les riches mais aussi les classes moyennes. L'opposition qui a .eau jeu de dénoncer cette situation, discrédite cette volonté de réduire les inégalités et peut ainsi gagner les élections et revenir au pouvoir. Ahéorème '( La dura.ilité de la démocratie fondée sur notre désir de li.erté et notre désir de

justice, autrement dit notre appétence pour l'égalité qui n'est autre que notre jalousie, n'a pas d'équivalent parmi tous les autres régimes politiques. Commentaire : C'est évident, puisque l'homme est un animal politique, "ristote : $es Politiques, I, &, #&0& a, trad. P. Pelle rin, Paris, 4arnier5Flammarion, #667, p. 67., puisqu'il a enraciné en lui ces deux désirs de li.erté et de justice que la démocratie est le seul système - satisfaire tout - tour du fait de l'alternance de la gauche et de la droite au pouvoir. C./.0.). "xiome 81 Xomo animal politicum democraticum est. ?L'homme est un animal politique démocratique(. Commentaire: Bl sem.le plus que pro.a.le que la démocratie est le mode naturel d'organisation politique de l'homme. 2ffectivement, des études scientifiques tendraient - le prouver comme elles ont prouvé qu'il y avait une mémoire de l'eau, que la vitesse de la lumière pouvait "tre dépassée et que les `.F.;. sont néfastes aux souris pourvu de choisir celles!ci en adéquation avec le résultat scientifique espéré. ar exemple le remplacement de %éanderthal par Cro!magnon, notre anc"tre direct, serait d# peut!"tre - la supériorité conférée au premier sur le second par l'activation che@ le premier des gènes de la li.erté et de la justice gr\ce - la démocratie dont nous avons vu qu'elle est le seul système politique qui permet leur épanouissement. C./.0.).

Ahéorème n&'( our assurer leur pérennité les états totalitaires veulent créer un homme nouveau Commentaire: %ous avons vu que par l'axiome E que l'homme est un animal politique démocratique, par l'axiome 8 et H qu'on ne peut faire dispara=tre en lui son désir de justice et son désir de li.erté, il faut donc le remplacer par un autre homme, autrement dit réactiver la sélection naturelle par l'élimination soit physique, cas na@i, soit morale et*ou physique, cas fasciste ou communiste, de l'ancien homo sapiens sapiens. Corollaire'( Le régime communiste a cherché - créer un nouvel homme, entièrement soumis - la collectivité, autrement dit dé.arrassé de son désir de li.erté. Corollaire +( Le régime fasciste a cherché - créer un surhomme, entièrement soumis - l'état, autrement dit dé.arrassé de son désir de li.erté mais aussi d'égalité. Corollaire3( Le régime na@i a cherché - créer un surhomme racialement pur et entièrement soumis - un fbhrer, c'est!-!dire dé.arrassé de son désir de li.erté mais aussi d'égalité Commentaire: 1u fond ces régimes totalitaires voulaient créer un homme nouveau ou un surhomme qui n'aurait été qu'un homme de masse, totalement interchangea.le. 1 la place de homo sapiens sapiens, homo multitudinis. A\che extr"mement difficile et pleine de déconvenue tant l'ancienne nature d'homo sapiens sapiens offre de résistance - l'apparition de ce nouvel homme, autrement dit de ce

surhomme, sans manipulation génétique qui éradiquerait en lui son désir de li.erté et de justice. Ahéorème % & +( our assurer leur pérennité les dictatures ajoutent - la surveillance universelle et - l'élimination universelle des opposants, l'universel enrichisse@!vous. Commentaire: 2n quelque sorte pour Ksauver les meu.lesL les dictateurs devenus des gérontocrates pr"ts - tout pour se maintenir au pouvoir, Kl\chent du lestL et accordent leurs citoyens une part de li.erté, la li.erté économique de s'enrichir. 1 eux la direction politique, aux citoyens la li.erté d'entreprendre pour s'enrichir. Corollaire'( 1vant de dispara=tre les régimes totalitaires deviennent des Tleptocraties, autrement dit des régimes de voleurs. Commentaire: Ce corollaire est illustré par la situation de la Chine en cette année +5'+ et auparavant par la Corée du sud. L'universel enrichisse@!vous, accompagné par un mercantilisme assumé se traduit par une rapide croissance de la richesse. ;ais outre que cette richesse se répartit régionalement et socialement de manière très inégale, les hommes au pouvoir ne peuvent résister - la tentation de s'enrichir eux!aussi et sans commune mesure puisqu'ils ont aussi le pouvoir politique. Bls deviennent des Tleptocrates, autrement dit des accapareurs, autrement dit des voleurs. Corollaire+( Les dictatures devenues des Tleptocraties deviennent le lieu des plus grandes inégalités. Commentaire: Comme il y a en l'homme un désir très fort de justice, autrement dit une appétence pour l'égalité, autrement de la jalousie ? voir axiome H avec son commentaire(, le mécontentement social grandit qui conduit - des trou.les réprimés mais inélucta.lement la fin du régime Tleptocratique. )'o$ la loi n& ' suivante. Loi n&'( La Tleptocratie est le dernier stade avant la démocratie. Commentaire: Bl ne sera donc pas étonnant d'assister plus vite qu'on le croit - l'instauration de la démocratie en Chine comme ce fut le cas en Corée du sud. C./.0.). 1ddenda : /ue les Tleptocrates chinois se rassurent. 2n effet le passage - la démocratie leur permettra s'ils ont l'ha.ileté suffisante ce dont nous ne doutons pas, d'accaparer la représentation du peuple et de devenir comme en 0rance par une utilisation .ien comprise

du cumul des mandats électifs, des seigneurs dans leur fief électoral, ils pourront transformer leur Tleptocratie en une ploutocratie, comme les études démontrent qu' ont tendance - le devenir nos démocraties o$ les hommes politiques se sont transfigurés en une classe de riches.

Partie )II : 9eli ions, sciences et arts en démocratie

"xiome 6 : 1u contraire des régimes totalitaires dans une démocratie la croyance en un au! del- réparateur des injustices est le fait d'un nom.re plus ou moins grand des citoyens, autrement dit dans une démocratie une part importante des citoyen ne peut se passer de religion ou de tous ses multiples succédanés Commentaire: 2n effet par l' axiome3 nous savons que la déception est un des fondements de la démocratie. )'autre part par l'axiome H nous savons qu'il y a en l'homme un désir pressant de justice et par la loi n&'H et son corollaire que l'action ou l'inaction de la gauche au pouvoir ne com.le pas les inégalités et donc ne satisfait pas ce désir pressant de justice. Comme ce désir de justice en l'homme est accompagné de ce sentiment qu'il doit exister une .alance égale des joies et des peines et qu'il constate qu'il n'en est rien ici!.as, qu'au

contraire très souvent le méchant jouit d'une vie meilleure que l'homme .on, que spontanément l'homme est créationniste, autrement qu'il pense que cet ici!.as est une création d'un dieu, que ce dieu ne peut "tre que juste, par conséquent, tout naturellement, l'homme en vient - penser que cette injustice ici!.as sera réparée dans un au!del- réparateur, autrement dit un au!del- compensateur o$ le méchant recevra sa peine et l'homme .on sa récompense.

C./.0.).

Loi % & '( )ans une démocratie il n'y pas ni de la part de la droite, au contraire, ni de la part de la gauche de volonté d'éradiquer la religion.

Ahéorème '( dans une démocratie la laMcité est le moyen utilisé par les gouvernements surtout de gauche pour limiter la volonté des églises et*ou des clergés de régir la vie du citoyen. Commentaire: )ans les religions monothéistes, il y a une pente totalitaire, autrement dit une volonté de contr>ler totalement la vie des personnes, arc!.outée sur la croyance en la vérité de la parole divine infiniment supérieure - celle de l'homme. 2t ce, m"me dans la religion catholique malgré le rende@ - César ce qui est - César. our les églises et*ou leur clergé, le seul .on régime politique est la théocratie, - la rigueur la monarchie a.solue ou le monarque est le vicaire du christ, chargé d'appliquer temporellement la volonté divine tandis que la clergé se chargera de son application spirituelle. Aout un aspect du com.at des Lumières et de Ooltaire est de dévoiler cette pente totalitaire des religions, autrement dit de l'homme, pour leur*lui faire accepter la li.erté des personnes de croire ou de ne pas croire, de croire en un messie ou non, que ;ahomet est un prophète inspiré de dieu on non, autrement dit pour leur*lui faire accepter la tolérance. "xiome #7 : Le com.at pour la tolérance est une condition de la dura.ilité de la démocratie. Commentaire: ourquoi utiliser ce terme de guerrier de com.at c arce que malgré les apparences, les religions, les églises, les clergés, autrement dit l'homme, ont du mal accepter l'idée de tolérance comme on peut le constater dans le monde - chaque coin de pays, notamment au ;oyen!`rient terre de naissance des religions monothéistes. 2n un certain sens, le triomphe du monothéisme sur le polythéisme a aggravé la situation du point de vue de la tolérance.

Loi % & '( 1vec la laMcité le développement de la science est indispensa.le - la dura.ilité de la démocratie. Commentaire: face - l'offensive de tous ses ennemis et, des plus redouta.les d'entre eux, les croyants qui instrumentalisent leur religion, autrement dit, qui en font une arme pour imposer leur dogme et la détruire, la démocratie a .esoin de la science non seulement pour ses découvertes qui démontrent les erreurs de ces dogmes religieux pris au sens littéral, mais encore parce que, par ses méthodes notamment hypothético!déductive, la science ne peut "tre qu'une école de tolérance, et aussi parce qu' - y regarder de près, ses résultats, ses découvertes ne rendent pas le monde aride ou a.strait, mais en montre toute la complexité ce qui ne peut que nous enchanter comme un conte de faits*de fée d'une .eauté incompara.le en tous cas égal voir m"me supérieur aux dogmes religieux. ar exemple une étude scientifique nord!américaine montre que les mamans orques, vivent jusqu'- quarante ans après leur ménopause, ce qui par rapport - la théorie de l'évolution dans le cadre de la survie de ces orques est apparemment inutile, mais en fait tout - fait adéquat avec cette théorie. Les scientifiques ont en effet constaté que les enfants orques qui peuvent disposer pendant ces quarante années de la survie de leur mère avec qui ils gardent contact, ont une espérance de vie .ien plus longue que ceux dont un accident, un impondéra.le les a privé de leur mère plus t>t. C./.0.).

Corollaire'( La science qui trouve dans la démocratie une plus grande li.erté que dans les régimes totalitaires, par ses avancées, permet un développement technologique et économique plus important dans celle!ci que dans ceux!l-, autrement dit permet un accroissement de la richesse plus important dans celle!ci que dans ceux!l- et la renforce leur détriment. Commentaire: 2n démocratie, l'accroissement de la richesse rendu possi.le par le développement scientifique et technologique ne peut "tre accaparé par une minorité ou par une oligarchie. ;"me le citoyen au plus .as de l'échelle .énéficie d'une part de cette richesse, plus fai.le avec un gouvernement de droite, plus forte avec un gouvernement de gauche d'après les lois n&3 et 7 et leurs corollaires. )e ce fait l'acceptation voir l'adhésion elle sont .ien plus élevées que l'adhésion au dictateur ou - la gérontocratie au pouvoir dans les régimes totalitaires, donc sa dura.ilité y est plus assurée que celle de ces derniers, voir l'axiome 7 et la loi n&'+ avec ses corollaires. ,e crée donc un cercle vertueux entre démocratie et science. Aout développement de la science renforce la démocratie. Aout renforcement de la démocratie renforce la science. C'est pourquoi toute confrontation ou économique ou militaire avec les régimes totalitaires tourne - l'avantage des démocraties - qui la science fournit des moyens économiques et militaires plus efficaces. %ous avons l'exemple de l'effondrement de l'ex G.N.,.,. dont le système économique n'a pu rivaliser avec celui des Ctats Gnis d'1mérique et de l' 2urope occidentale. )e m"me, dans le domaine spatial, les Ctats unis ont été les premiers - pouvoir envoyer un homme sur la lune. /uant au ^apon impérial il a cruellement expérimenté cette supériorité - Xiroshima et %agasaTi. C./.0.).

Loi % & +: Les arts contri.uent - la dura.ilité de la démocratie. Commentaire: )e m"me que la science .énéficie dans la démocratie d'une plus grande li.erté et donc d'une plus grande efficacité, les 1rts .énéficie dans la démocratie de cette plus grande li.erté et de ce fait d'une inventivité qui enchante la vie des citoyens. ensons au cinéma, par exemple avec Kles enfants du paradisL de ;arcel Carné, - la littérature avec K la métamorphoseL de ZafTa, - la poésie avec KCtierL de Fuillevic, - la peinture avec Xopper, - la musique avec ,tocThausen, - la sculpture avec Fiacometti, l'architecture avec le centre ompidou de ;et@, au thé\tre avec ;arivaux, aux séries AO avec Adin eaTs de )avid Lynch et ;arT 0rost, - la .ande dessinée avec K;aussL de 1rt ,piegelman, - la chanson avec ,ouchon... Le .ut d'une liste si partielle est de nous plonger dans l'immensité de toutes les autres Iuvres et tous les autres artistes qui ont notre préférence : autant de citoyens autant de liste - l'infini. Fr\ce - ces Iuvres, ces artistes, nous vivons dans le meilleur des mondes possi.les, dans un multivers de mondes possi.les, chaque citoyen disposant du sien. 2t ce en fin de compte gr\ce - la démocratie. C./.0.).

Partie )III : $es femmes dans la démocratie

"xiome ## : %on seulement la démocratie accepte l'égalité de l'homme et de la femme mais la promeut. Loi n&': L'égalité de l'homme et de la femme permet - la démocratie de disposer du travail, du génie de toutes ses citoyennes et de tous ses citoyens, ce qui lui assure une supériorité sur les régimes plus ou moins totalitaires qui refusent cette égalité. Commentaire: Le mythe des androgynes présenté par 1ristophane dans KLe .anquetL de laton nous raconte que jadis il existait ces "tres nommés androgynes qui réunissaient en eux le sexe féminin et le sexe masculin. Les dieux jaloux de ces "tres qui voulaient rivaliser avec eux les tranchèrent et les séparèrent en deux moitiés pour les punir et les affai.lir. L'égalité de l'homme et de la femme en quelque sorte annule cette terri.le décision divine qui avait pour .ut d'affai.lir l'humanité constituée de ces androgynes, puisqu'elle permet de nouveau une entière colla.oration entre ces deux moitiés dans la société, - tous les plans. L'inégalité de l'homme et de la femme entérine cette cruelle division et contri.ue l'affai.lissement de l'humanité, puisqu'elle maintient dans la sujétion, hors de la société toute la moitié féminine de l'humanité. C./.0.).

Partie I: : $e mal fonctionnement de la démocratie

"xiome #& : La démocratie possède les imperfections de toute institution créée par l' homme. Loi % & ' : Bl n' y a pas de vraie démocratie au sens de gouvernement du peuple par le peuple, mais gouvernement des hommes politiques élus par le peuple du fait de leurs promesses. Commentaire : )e plus ces hommes politiques une fois au pouvoir dont l' "tre est caractérisée par la permanence ? axiome +( , mais aussi par la férocité du tigre, par la dureté de peau du rhinocéros, par la mémoire de l'éléphant, par l'art de l'esquive de l'anguille, par l'art du retournement de veste du caméléon, ?Ahéorème % &',+,3,7 et 7 .is de l'axiome 3(, n'ont que faire du .ien commun, puisqu'ils sont surtout préoccupés de leur réélection, de tenir leurs promesses, d'assurer la prospérité de l'ensem.le des citoyens, et donc ne respectent par le troisième terme de la définition de la démocratie au sens de gouvernement du peuple par le peuple pour le peuple. ?Ahéorème 8 et son corollaire ' de l'axiome 3 (. Loi % & + : Bl n'y a pas de vraie démocratie au sens o$ la majorité dicte sa loi - la minorité. Commentaire : la majorité impose - la minorité une dictature au sens premier du mot en lui imposant ses lois. C'est pourquoi 1l.ert Camus a souligné qu'une vraie démocratie K ne repose pas sur la loi de la majorité, mais la protection de la minorité L Loi % &3 : Bl n' y a pas de vraie démocratie au sens o$ ce sont les citoyens ou corporations qui ont la plus grande capacité de nuisance qui accaparent l'essentiel des fonds pu.lics. Commentaire : Les citoyens ou corporations ou syndicats qui ont la plus grande capacité de nuisance sont ceux qui peuvent .loquer l'activité du pays, comme par exemple les cheminots ou les routiers, de ce fait les gouvernements cèdent devant leurs revendications. ar conséquent la démocratie ne permet pas d'assurer une plus grande égalité entre les citoyens. Ahéorème '( La démocratie divise les citoyens en lutte pour accaparer l'essentiel des fonds pu.lics et contri.ue au développement du communautarisme. Commentaire : La démocratie ne favorise pas le sentiment des citoyens d'appartenance -

une m"me communauté mais au contraire aiguise les rivalités entre citoyens qui se rendent compte qu'ils seront d'autant plus efficaces pour o.tenir gain de cause qu'ils se seront regroupés en corporations, syndicats, plus grave en communautés exigeant un statut - part l' exemple des islamistes en 0rance. )e ce fait les comportements antisociaux de parasitisme, de délinquance, de criminalité se développent. Ahéorème + ( La démocratie favorise le gaspillage des .iens pu.lics. Commentaire : uisqu'il y a une compétition pour o.tenir la plus grande part des fonds pu.lics entre les citoyens organisés en corporations, syndicats et communautés ? voir loi n & 3 et 7 et son commentaire de l' axiome '5(, ceux!ci sont répartis non pas pour le .ien de tous avec le souci de la plus grande efficacité et utilité, mais en fonction de la plus ou moins grande capacité de nuisance de telles ou telles corporations, tels ou tels syndicats, telles ou telles communautés. C./.0.). Loi % & 7 : La démocratie n'assure pas aux citoyens la plus grande li.erté possi.le au contraire elle la restreint chaque jour un peu plus. Commentaire : Fr\ce - une .ureaucratie pléthorique, avec la justification d'assurer leur .onheur, les gouvernements imposent aux citoyens une tyrannie de plus en plus tatillonne. K Le ta.ac tue. La pollution tue. Les vaccins tuent. rendre des médicaments tue. La vitesse tue. L'alcool tue. ,e droguer tue. ;anger tue. Nespirer tue. Oivre tue. L )'o$ un mécontentement renforcé des citoyens si cela était encore possi.le. ? voir la loi % & D de l'axiome + et le commentaire de l'axiome 3( Loi % & H : La démocratie favorise les politiques court!termistes et la démagogie. Commentaire : ar le théorème % & 8 et son corollaire ' de l'axiome 3 et le commentaire de la loi % & ' de l'axiome '' nous avons vu que les homme politiques au pouvoir n'ont que faire du .ien commun mais sont surtout préoccupés par leur réélection, de ce fait il pratique une politique qui consiste - satisfaire les intér"ts immédiats de des corporations, syndicats ou communautés qui ont la plus grande capacité de nuisance et font des promesses irréalistes pour se faire réélire. Gn .on exemple est celui de la Frèce qui devance la 0rance seulement de quelques longueurs sur la voie de la )émagogie.

Postface : ## )érités et contre5!érités sur la démocratie

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful