Vous êtes sur la page 1sur 460

MUSEUM LESSIANUM – SECTION PHILOSOPHIQUE Nř 7

Joseph MARÉCHAL, S. J.

LE POINT DE DÉPART MÉTAPHYSIQUE

DE LA

LEÇONS SUR LE DÉVELOPPEMENT HISTORIQUE ET THÉORIQUE DU PROBLÈME DE LA CONNAISSANCE

CAHIER V

Le Thomisme devant la Philosophie critique

Table des matières

Préliminaires

 

1

Aantpropos de l’éditeur

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

1

Avant-propos

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

4

I .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

4

II .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

7

III .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

16

Introduction

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

18

II .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

18

III .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

22

IV .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

23

LIVRE I

 

27

Chapitre unique : Les deux voies de la critique

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

28

§1. La critique métaphysique de l’objet

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

29

§2. La critique transcendantale de l’objet

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

31

§3. Comparaison des deux critiques

 

41

LIVRE II. Théorie de la connaissance (métaphysique thomiste) 47

Préliminaires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

48

Section I. CH. unique : : Préambule critique

 

51

. §2. - L’absolu, posé dans toute application du premier principe

§1. - L’attitude critique initiale .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

52

54

Section II : Analyse de la connaissance objective

 

67

Préliminaires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

68

Ch.I. Ontologie générale de la connaissance

 

70

§1. - La notion de vérité logique

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

70

§2. - Ontologie de la connaissance

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

73

§3. - Vérité logique et jugement .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

84

Ch.II.Termes du jugement 1 : Les données sensibles

.

.

.

.

.

.

.

.

89

§1. - Préliminaires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

89

§2. - La matière des la connaissance objective, la pure sensation 91 a) Ce que la sensation présuppose hors du sujet et dans

91

le sujet .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Table des matières

96

§3. - Le problème de l’a priori dans la connaissance sensible . 100

b) La relativité de la pure sensation

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

a) Généralités sur l’à priori dans la connaissance

 

100

b) L’apriorité réceptive de la sensibilité

 

.

.

.

.

.

.

.

.

108

c) Les sensible communs

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

122

Ch.III.Termes du jugement 2 : spontanéité intellectuelle

 

127

§1. - Nécessité et nature de l’intellect-agent

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

128

§2. - L’activité de l’intellect-agent relative au phantasme

 

133

a) Descriptions métaphoriques

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

133

b) Analogies métaphysiques

 

135

c) La fonction de l’intellect-agent interprétée par la théorie générale des puissances

 

138

§3. L’espèce intelligible

. Ch.IV.Termes du jugement 3 : L’unité intelligible du concept

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

148

155

§1. – Unité intelligible et unité universelle

 

155

§2. – De l’unité intelligible a l’unité numérique (La fonction spéculative et la fonction pragmatique de l’intelligence) 160

§3. – L’analogie de l’unité intelligible

 

171

§4. – Les degrés de l’abstraction

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

179

a) L’abstraction directe de l’universel

.

.

.

.

.

.

180

b) L’abstraction mathématique

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

181

c) L’abstraction des concepts transcendantaux . 190

Ch.V. La forme du jugement

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

193

§1. – La forme synthétique du jugement

 

193

a)Le mode synthétique de concrétion

193

b)

Le mode temporel de la synthèse judicative

.

.

.

.

.

200

§2. – Synthèse judicative et synthèse aperceptive

 

.

.

.

.

.

.

.

203

a) L’unité objective de l’aperception

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

203

b) La fonction objective du jugement

 

205

§3. – L’affirmation comme fonction objective du jugement

 

206

§4. – La nature de l’affirmation .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

210

Section III. Déduction de l’affirmation ontologique

 

219

Ch.1 Théoremes préparatoires

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

221

§1. – L’objet de l’affirmation et l’objet de la REPRÉSENTA-

 

TION

. §2. – L’actualité de l’objet, mesure de l’affirmation

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

221

224

§3. – L’affirmation, substitut dynamique de l’intuition intel-

.

lectuelle

. Ch.II. Le réalisme dans le finalisme

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

239

246

. Ch.III. Analyse du mouvement et de la finalité

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

250

Table des matières

Ch.IV Analyse de la finalité dans l’intelligence

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

257

§1. – La forme du dynamisme intellectuel

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

257

§2. – Le devenir intellectuel. – Priorité réciproque du vrai et

 

du bien

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

262

a) Science spéculative et science pratique

.

.

.

.

.

.

.

263

b) La forme intelligible considérée comme forme spé- cificatrice de l’appétit rationnel

264

c) La causalité réciproque de l’intelligence et de la vo- lonté dans l’intellection

268

Influence réciproque des actes seconds intellectuels et

 

volontaires .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

268

§3. – La fin dernière du devenir intellectuel et la destinée sur-

 

naturelle

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

285

§4. – Le principe initial du dynamisme intellectuel. L’exem-

plarisme thomiste

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

293

. Ch.V. L’objectivation dans la finalité

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

304

Ch.VI L’évidence objective

. §1. – Le critère de l’évidence objective

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

326

326

§2 L’évidence de la form et l’évidence de l’acte

a)

b)

Synthèse et conscience

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

328

§3. Constructivité de l’operation intellectuelle

A priori synthétique et Objet

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

333

333

337

. §4. Nécessité subjective ou nécessité objective ?

.

.

.

.

.

.

.

.

341

LIVRE III. Critique Thomiste de la connaissance transformée 353

Ch.I. Du raisonnement transcendental

 

354

Ch.II. Sommaire d’une critique transcendantale

 

360

Prologue

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

360

§1. – Analyse de l’objet comme tel

 

362

1.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

362

2.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

363

3.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

363

4.proposition

. §2. La réalité nouménale, comme postulat pratique

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

367

369

PROPOSITION UNIQUE :

 

370

§3. La réalité nouménale, comme nécessité spéculative

 

372

1.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

373

2.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

376

3.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

378

4.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

379

5.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

380

6.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

382

Table des matières

7.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

387

8.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

387

SCOLIE

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

388

9.proposition

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

391

. Scolie Sue le premier principe

COROLLAIRE.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

392

392

CONCLUSIONS GÉNÉRALES DU CAHIER V

 

399

I.Réfutation du Kantisme

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

400

II. Solution scolastique des antinomies kantiennes

 

401

Première

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

404

Deuxième antinomie.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

406

Troisième antinomie.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

407

Quatrième antinomie.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

408

REMARQUE SUR LA QUATRIÈME ANTINOMIE . 409

III. Critique de la critique

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

413

. V. Sujet du cahier suivant

IV. Vie et conscience

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

418

419

A propos du point de départ de la métaphysique

 

421

I. – Sources de malentendus

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

421

II. – Positions doctrinales

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

423

III. – Lacunes

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

427

Index et Table

 

429

INDEX ALPHABÉTIQUE ET ANALYTIQUE

429

TABLE DES MATIÈRES

 

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

450

7
7

Préliminaires

Aantpropos de l’éditeur

La publication récente du Cahier IV de l’œuvre du P. Maréchal a suscité chez beaucoup l’attente d’une réédition prochaine du Cahier V. Voici cette attente satisfaite. La première édition du Cahier V remonte à l’année 1926. Épuisée assez rapidement, il eût fallu qu’elle connût, depuis longtemps déjà, un nouveau tirage. Mais l’auteur, sollicité bien souvent d’une manière très pressante, s’était toujours refusé à reproduire sans changement son premier texte : Au- tant que quiconque il avait conscience des difficultés que causait au lecteur la marche sinueuse de sa pensée ; pour prévenir les malentendus les plus étran-

gement divers, sa première rédaction avait multiplié les précautions et les reprises ; les années passant, il apercevait de plus en plus la possibilité d’al- léger son ouvrage et d’en dégager la ligne continue ; en somme il nourrissait

le dessein, non point certes de la moindre remise en question de sa doctrine,

mais d’une refonte de son exposé. Malheureusement, la maladie et la mort empêchèrent l’exécution de son projet. Ce projet, personne ne pouvait le reprendre à sa place. Si donc nous nous proposions de rééditer le Cahier V, force nous était de revenir au texte de

1926 et de le présenter sans altération (à l’exception de quelques très rares et menues corrections faites par l’auteur lui-même sur l’exemplaire du Cahier

V qui était à son usage). C’est ce texte que le lecteur aura ici sous les yeux,

texte amendé, cela va sans dire, des fautes et omissions recueillies aux pages XXIII, XXIV de la première édition. Nous nous sommes bornés à une seule

addition. En 1938, le P. Maréchal fit paraître, dans la Revue Néo-Scolastique de Philosophie, un court article intitulé « A propos du point de départ de la métaphysique » : il constatait, écrivait-il, que « des interprétations inexactes du Cahier V, propagées en divers milieux, menacent de cristalliser » ; pour y parer, il publiait ces quelques pages destinées à « rétablir, sur quelques

points décisifs, le sens authentique de nos positions essentielles » ; véritable

« mise au point » - ainsi l’auteur parlait-il lui-même - que nous ne pouvions pas omettre de reproduire. Nous aurions pu avantageusement la placer en tête du volume, comme un avertissement préventif contre des méprises qui guettent le lecteur. Mais, à son début, l’œuvre comporte déjà, outre notre

8
8

Préliminaires

avant-propos, un avant-propos et une introduction de l’auteur ; pour ne pas retarder davantage la mise en marche, nous avons donc préféré reproduire l’article cité en fin d’ouvrage, après les conclusions générales et avant l’Index. Cet article, on le verra, relève une série de « malentendus » . Mais il est curieux que parmi ceux-ci ne figure pas une erreur d’interprétation souvent commise par les lecteurs du Cahier V, et contre laquelle, nous le savons par ailleurs, l’auteur s’était plus d’une fois exprimé dans le privé. Nous croyons utile de l’indiquer brièvement. Elle concerne la question de savoir si le Ca- hier V confère une fonction épistémologique à la doctrine du désir naturel de la béatitude parfaite. L’auteur, chacun le sait, prend parti pour cette doc- trine : selon lui, il y a, au cœur de l’esprit, un désir de vision béatifique, une aspiration à la possession immédiate de Dieu, que réussit à déceler la seule analyse des implications de la connaissance objective : au demeurant, désir naturel, nécessairement exercé en chacune de nos démarches spirituelles ; implicite et confus, et non pas formé distinctement au point de départ ; de soi inefficace, incapable de susciter en nous une proportion, un droit à son exaucement ; conditionné, plus exactement désir d’une fin condition-

née, dont l’obtention demeure subordonnée à une faveur divine, totalement indue : en raison de quoi, le « philosophe » est autorisé à conclure à la pos- sibilité absolue (et à elle seule) de la vision de Dieu. Or, on s’est demandé quel rôle exactement le P. Maréchal attribuait dans son épistémologie à cette possibilité absolue et il n’a pas manqué de lecteurs pour le comprendre comme suit : c’est la possibilité de la fin surnaturelle qui fonde en définitive aux yeux du P. Maréchal la valeur objective de la connaissance métaphysique ; niez-la et vous vous enlevez toute chance de réussir, contre Kant, dans votre tâche critique. Il n’est pas douteux que ces lecteurs faisaient erreur ; le Cahier V prévient suffisamment par lui-même contre cette méprise, puisque dans la troisième partie, où, précisément, l’auteur tente, contre Kant, ce qu’il ap- pelle la « déduction transcendantale » de l’affirmation ontologique, il néglige d’en appeler encore le moins du monde à la thèse de la possibilité de la fin

surnaturelle (voir, en particulier, p.

Au surplus, l’auteur a repoussé expressément cette interprétation de sa pensée, dans un texte demeuré inédit. Nous avons sous les yeux quelques pages latines, datées de 1930, et intitulées « De naturali perfectae beatitudinis desiderio » . Nous y lisons ceci : pour fonder la valeur ontologique de notre connaissance, il faut certes avoir montré la présence, au cœur de nos actes, d’un désir naturel de l’Être absolu et transcendant, avoir montré, en d’autres termes, que Dieu inquiète notre vie spirituelle à la manière d’une fin ultime objective ; mais il n’est pas requis de savoir en outre, si la possession de Dieu que nous poursuivons ainsi, est une possession immédiate ; du point de vue de notre tâche critique contre Kant, il suffit bien qu’apparaisse la présence d’un désir de possession indéterminée, d’une possession qui pourrait se borner à

541

378).

Aantpropos de l’éditeur

une connaissance analogique, à une saisie de Dieu non pas en lui-même, mais dans ses simples participations créées, dans ses reflets finis. Voici les mots mêmes de l’auteur : « Imprimis notare velim, hoc unum ad stabiliendam doctrinam meam epistemologicam fuisse logice requisitum, ut ostenderem Ens absolutum in omni operatione intellectuali naturaliter appeti, tanquam finem ultimum obiectivum : quod profecto verum manet, sive in immediata Dei visione, sive in analogica Eius obiectivum : quod profecto verum manet, sive in immediata Dei visione, sive in analogica Eius cognitione reponamus finem nostrum ultimum subiectivum » . Si pourtant le P. Maréchal, dans le livre II du Cahier V,

s’était attaché à déceler, en nous, une aspiration à la vision béatifique, c’était

à seule fin de manifester, par delà toute préoccupation critique immédiate,

toute l’ampleur réelle des causes ontologiques de notre connaissance et à quel point Dieu lui-même mettait en branle l’activité de l’esprit.

Reste à dire que ce Cahier V termine l’œuvre entière, Le Point de dé- part de la Métaphysique. Il la termine en fait, mais non pas en droit :

car, ici et là, il y est annoncé un Cahier VI, en complément indispensable du précédent. Malheureusement, ce Cahier VI n’a jamais été composé. Sans doute, nous l’avons dit dans l’Avant-propos des Éditeurs du Cahier IV, Le

Point de départ de la Métaphysique a passé, dans son ensemble, par un premier état de rédaction où le sujet n’était pas distribué en six cahiers, mais en trois livres. Cette rédaction ancienne (elle remonte aux années 1917 et 1918) existe encore en manuscrit ; or, elle du moins n’est pas demeurée inachevée, et nous y trouvons plusieurs chapitres dont le contenu devait, sans doute, dans l’intention de l’auteur, reparaître, notablement transformé, dans la rédaction du Cahier VI : chapitres consacrés à Renouvier, à M. Blondel,

à Bergson. Mais outre que ces pages s’insèrent mal dans la trame présente

des Cahiers, elles sont en elles-mêmes dépassées par l’état récent de la phi- losophie bergsonienne (qu’on se souvienne de la date des Deux sources de la Morale et de la Religion : 1932) et plus encore de la philosophie blon- délienne. A de bons juges, il a paru que leur publication aurait rencontré le désaveu de l’auteur. Tel quel, et malgré son inachèvement, Le Point de départ de la Mé- taphysique de l’auteur. Tel quel, et malgré son inachèvement, méritera longtemps encore, on peut le penser, la méritera longtemps encore, on peut le penser, la méditation des philosophes. Sans doute, aujourd’hui la majorité de ceux-ci s’applique à dé- crire les « essences » directement données dans « l’intuition » (au sens husserlien de ces deux mots), bien plus qu’à discerner par l’analyse réflexive les présupposés non donnés qu’impliquent ces essences et nommément leur condition commune «.d’objet phénoménal» ; par là la philosophie de l’heure distrait son intérêt immédiat des problèmes envisagés par le Cahier V, et plus encore suspend provisoirement l’usage de ses méthodes. Mais, par-dessous les fluctuations inévitables d’une actualité toujours mouvante, l’esprit ne cessera d’éprouver une inquiétude foncière portant sur la valeur de son affirmation métaphysique. C’est à cette inquiétude que donnera réponse, demain comme

Préliminaires

hier, l’auteur du présent Cahier ; réponse qu’on demanderait bien en vain à la seule méthode phénoménologique, même appliquée à l’analyse de la connais- sance des personnes et de leur compréhension par le langage ; car s’il est vrai, comme l’a pensé Husserl (et après lui, Heidegger), qu’il est loisible à l’esprit de « mettre en parenthèses », sans contradiction logique, l’existence des autres, il nous faut renoncer à l’espoir chimérique de fonder la métaphy- sique critiquement et en toute rigueur contre Kant à partir de la perception de cette existence. D’autant plus, ne l’oublions pas, que l’affirmation stricte- ment métaphysique est celle d’un absolu, c’est-à-dire d’une nécessité d’être, soit sous la forme de l’existence nécessaire, soit sous la forme de l’essence « en soi », de la possibilité « ontologique » . Pour la justification critique de la métaphysique ainsi comprise comme il se doit, il n’y a pas apparence qu’on puisse tourner le dos à la philosophie exposée ici, en cet ouvrage.

Avant-propos

L. MALEVEZ, S. J.

II n’est peut-être pas, en philosophie, de questions plus épineuses, plus su- jettes à malentendu, que les problèmes d’épistémologie. Nous ne redoutons guère, avouons-le, que des lecteurs attentifs, abordant ce Cahier sans préven- tions et avec une certaine connaissance déjà des problèmes en cause, se mé- prennent bien gravement sur notre pensée. L’accueil presque universellement sympathique réservé aux Cahiers précédents nous enhardit à cette confiance. Néanmoins, pour diminuer encore, si possible, le risque d’être mal compris, nous grouperons ici, par manière d’Avant-propos, quelques éclaircissements que nous souhaitons utiles sans laisser de les espérer superflus.

13
13

I

1. D’abord, ce Cahier n’offre point un tableau d’ensemble de la philosophie thomiste, ni même seulement de la noétique thomiste. Plu- sieurs problèmes importants de logique – réalité du monde physique, valeur des concepts abstraits génériques et spécifiques, objet et méthode des sciences positives, etc. – ne seront traités que dans la mesure où ils intéressent notre thème principal : la possibilité de l’affirmation métaphysique. Pourquoi, du reste, aurions-nous tâché à refaire les exposés excellents qui existent, et qui sont universellement appréciés : tels (pour ne mentionner que deux ou trois ouvrages généraux écrits en français) le magistral S. Thomas d’Aquin du R. P. Sertillanges, 0. P. ; ou encore, le livre brillant et vigoureux du regretté P. Pierre Rousselot, S. J., L’intellectualisme de S. Thomas ; ou bien : Le

Avant-propos

Thomisme de M. Gilson, résumé historique clair, exact et rapide des doc- trines philosophiques de S. Thomas ; ou enfin, si l’on cherche en même temps une élaboration didactique de ces doctrines, le grand Cours de philosophie publié par le cardinal Mercier et ses collaborateurs ?

14
14

2. Le but spécial de nos pages est exprimé dans le sous-titre qu’elles portent : Le Thomisme devant la Philosophie critique . Cette étude comparative ne vise point à l’actualité immédiate : par « Tho- misme » nous entendons l’œuvre de S. Thomas lui-même, directement inter- prétée, et par « philosophie critique » le criticisme kantien, dans sa forme historique, tel que l’ont décrit nos Cahiers III et IV. Faut-il dire que nous n’avons aucune velléité de renier le dessein que nous annoncions dès l’Introduction générale de cet ouvrage : « Si nos connais- sances directes, disions-nous alors, ne vont pas, d’emblée, atteindre l’objet en soi, nous demeurons, de droit, confinés à l’intérieur du sujet comme tel, nous sommes emmurés dans le relatif, et aucun artifice de démonstration ne nous permettra de « jeter un pont » vers l’extérieur et l’absolu. Loin de nous, par conséquent, la pensée de rouvrir ici la décevante quaestio de ponte Si nous atteignons la vérité métaphysique, ce sera, en dernière ana-

lyse, à la lumière d’une évidence objective immédiate » (Cahier I 3 , p. 12). « Mais, ajoutions-nous, tout n’est peut-être pas dit par là » (Ibid.) ; car l’on- tologisme cartésien se réclame également de l’évidence objective immédiate :

on conviendra que c’est là, pour le moins, un allié compromettant. D’autre part, contre les adversaires de la métaphysique, nous ne songions pas non plus à nous rendre la tâche trop légère : « On ne surmonte vraiment une

erreur qu’en y faisant éclater la contradiction ;

pour s’opposer victorieusement au relativisme, doit revêtir une nécessité « théorique », et non pas seulement une nécessité « morale » ou « pratique » (Ibid., p. 13). Ce volume doit achever de dégager notre parole, en ce qui concerne l’ag- nosticisme kantien. Il y a deux manières de revendiquer, devant les exigences méthodologiques de la Critique moderne, les droits du réalisme intellectualiste traditionnel : 1 o Contester, en tout ou en partie, la légitimité des exigences critiques. 2 o Mon- trer que le réalisme métaphysique y satisfait – fussent-elles, en soi, exagérées ou arbitraires. De ces deux tactiques, également efficaces, la première n’exclut pas la se- conde : nous les emploierons l’une et l’autre. Déjà nous avions consacré quatre volumes à exposer dans quelle mesure les points de départ de la Critique de Kant furent commandés, historiquement et logiquement, par le relâchement fatal que subit la synthèse métaphysique

métaphysique,

l’affirmation

15
15

Préliminaires

à partir du XIV e siècle : si nous ne nous trompons, c’était bien là contester la légitimité absolue et universelle, sinon l’opportunité relative, des exigences méthodologiques du Kantisme. Dans ce V e tome, nous voudrions démontrer plus directement, par les doctrines mêmes, qu’un réalisme métaphysique, fondé sur l’évidence première de l’affirmation ontologique, échappe à toute contradiction interne et peut se passer de tout étai artificiel. C’est encore là contester en fait la légitimité absolue des exigences critiques formulées par Kant. Vers la fin du Cahier (Livre III), nous userons de la seconde tactique indi- quée plus haut, c’est-à-dire que nous rechercherons si les postulats initiaux du Kantisme (objet phénoménal et méthode transcendantale d’ana- lyse) ne recèleraient pas, quoi qu’en ait cru Kant, l’affirmation implicite d’un véritable objet métaphysique. Qu’il faille répondre à cette question par un oui ou par un non, la valeur permanente du réalisme ancien n’en demeure pas moins établie à nos yeux ; nous ne jugeons pas toutefois ce surplus d’en- quête totalement oiseux ; car il y aurait bien quelque intérêt à constater que le réalisme métaphysique compénètre à tel point la pensée humaine qu’il est en- veloppé déjà, de nécessité logique, dans la simple représentation « objective » d’une donnée quelconque. Notre volume proposera donc, à l’appui du réalisme métaphysique, une double démonstration, l’une principalement doctrinale, l’autre principale- ment polémique. La première, partant du réalisme fondamental de la connais- sance intellectuelle, tant directe que réfléchie (Livre II, Sect. I), traitera la connaissance elle-même comme un ensemble de relations ontologiques entre sujet et objet, et trouvera, dans ces relations ontologiques, la caractéristique logique de nos diverses facultés (Livre II, Sect. II et III). La seconde (Livre III), côtoyant d’abord le Kantisme pour le mieux dépasser, aura pour point d’arrivée cette même thèse de la valeur ontologique de l’intelligence qui consti- tuait le point de départ de la première démonstration. Nous prions qu’on veuille bien, en lisant les Livres II et III, se souvenir de cette opposition de perspectives, qui confère une signification épistémologique très différente à des analyses partielles matériellement identiques.

3. Notre but même nous met dans la fâcheuse nécessité d’écrire à la fois pour plusieurs catégories de lecteurs, dont les habitudes d’esprit, les préoccupations philosophiques et la terminologie diffèrent nota- blement. Ce qui, à l’un, paraîtra un axiome ou un lieu commun, suscitera, chez l’autre, un premier mouvement interrogateur ou méfiant ; tour à tour, le lecteur scolastique et le lecteur non-scolastique estimeront superflus, voire naïfs, certains développements auxquels nous nous résignerons, ou bien, au contraire, jugeront trop brèves certaines indications qui nous paraissaient

Avant-propos

suffisantes. A pareil mal, il n’est d’autre remède que la bonne volonté sympa- thique du lecteur lui-même : nous devrons compter souvent sur son endurance et sur sa collaboration intelligente. Nous ne nous dissimulons pas non plus que l’extrême morcellement analy- tique du contenu de ce Cahier en masquera, aux yeux de plusieurs, l’étroite unité. Et pourtant, les divers chapitres développent une seule idée fonda- mentale, qui, progressivement, se détaille, s’approfondit, se concentre et se transpose : les apparentes sinuosités mènent droit au but, et les apparentes redites sont réellement des phases naturelles du thème unique. Si l’on veutAvant-propos repérer d’avance l’idée centrale, animatrice de nos pages, on la trouvera expri- mée, en termes

repérer d’avance l’idée centrale, animatrice de nos pages, on la trouvera expri- mée, en termes métaphysiques, dans les paragraphes consacrés à la « notion de vérité logique » et à 1’ « ontologie de la connaissance » (Livre II, Section

105

70-

125

II, chap. 1, paragraphes 1 et 2, pp.

tout l’essentiel de la pensée thomiste en la matière.

84). Nous croyons avoir condensé là

II

II nous reste à formuler quelques constatations, à la fois élémentaires et grosses de problèmes – nous allions dire : quelques « apories » – que nous proposons spécialement à nos lecteurs scolastiques.

1. La critique, étant œuvre de réflexion, a pour objet immédiat

l’objet immanent. – La réflexion critique 1 ne crée pas en nous la vérité ; elle juge de la vérité qui est en nous. Son terme immédiat n’est donc pas l’objet même de l’appréhension directe (objet en soi, ou « intelligible en puissance »), mais bien le contenu objectif présent, comme « intelligible en acte », dans le sujet ; disons plus brièvement : 1’ « objet immanent » . Chose étrange, dont témoigne mainte polémique stérile, il n’est point telle- ment aisé, en parlant épistémologie, de garder présent à l’esprit ce caractère essentiellement réfléchi de la critique ; trop souvent l’on en vient à confondre l’objet externe de la connaissance directe et l’objet immanent ; à partir de cette méprise, les plus extravagants quiproquos s’enchaînent à perte de vue.

2. La critique considère à la fois les deux termes, subjectif et ob-

jectif, du rapport de vérité. – Puisque la critique est d’ordre réfléchi et porte jugement sur la vérité logique, c’est-à-dire sur le rapport entre l’intelli- gence et l’objet, on ne s’étonnera pas qu’elle utilise, à cet effet, les propriétés du sujet lui-même, celles du moins par lesquelles le sujet intervient dans lajectif, du rapport de vérité.

1. Nous employons ce mot au sens générique, et non dans le sens plus restreint de « critique kantienne » ou de « critique moderne » .

Préliminaires

constitution du « cognoscible en acte », objet immanent. Pour juger d’un rapport, il faut en dominer les deux termes. Mais n’est-ce point là, dans une certaine mesure, la condition de tout ju- gement ? nous en convenons volontiers : l’intelligence, en jugeant « de l’objet », juge toujours, au moins implicitement, « de la vérité de la connaissance même » . S. Thomas assure que notre intelligence ne juge qu’en reconnaissant en elle un « quoddam proprium », dont elle prononce (« dicit ») la confor- mité avec le réel. La réflexion élémentaire, latente en cette opération, prélude vraiment à la réflexion critique : le jugement le plus simple est déjà une sorte de recul intérieur que se donne le sujet devant son assimilation primitive de l’objet. Aussi le jugement occupe-t-il, dans notre connaissance, une position singulière, à mi-chemin entre la saisie naïve du réel et l’acceptation critique de ce réel.

18
18

3. La critique s’érige en juge de l’évidence objective. – Apprécier

réflexivement la vérité de la connaissance directe ne va pas sans une apprécia- tion (acceptation ou refus) de l’évidence même de cette connaissance directe. On saisit la différence entre les trois propositions : « Ceci est » (jugement direct) ; « Je vois ceci à l’évidence » (expérience psychologique) ; « J’ai rai- son de me livrer à cette évidence particulière » (jugement critique). Mais

cette troisième proposition, qui juge l’évidence même des objets, sur quelle nécessité rationnelle ou, si l’on préfère, sur quelle évidence plus fondamentale repose-t-elle ? Bornons-nous ici à poser la question : la réponse sera donnée, par échelons au cours de ce volume, et formulée, en termes généraux, dans le

Corollaire de la page

En tout cas, la réflexion critique, puisqu’elle émet un jugement de valeur sur notre connaissance des objets et occupe ainsi un niveau logique supérieur à celui de l’évidence directe de ceux-ci, procède par des méthodes qui lui sont propres et n’est point astreinte à retracer les étapes psychologiques des assentiments spontanés. Quoique médiate, la justification critique reste donc conciliable avec le réalisme immédiat de notre connaissance primitive des objets.

560

392.

4. L’évidence de l’objet métaphysique ne se confond pas avec celle

de l’objet physique. – L’objet immédiat de notre connaissance directe, celui dont l’évidence objective s’impose d’abord, c’est l’objet physique, l’ens mobile, qui est déjà, à vrai dire, tant en soi que dans l’implicite de notre pensée, objet métaphysique, mais dont les attributs métaphysiques ne nous sont révélés, formellement et explicitement, qu’à la réflexion. Sans rien préjuger de la nature de cette réflexion, notons que le double moment – physique et métaphysique – de notre connaissance explicite des objets éche-

19
19

Avant-propos

lonne sur deux degrés le problème de l’évidence : l’évidence « quoad nos » de l’objet métaphysique (en tant que métaphysique) dépend de conditions

moins élémentaires que l’évidence directe de l’objet physique. Nous devrons, au moment voulu, tenir compte de la différence ici marquée (voir, par ex.,

pp.

479

333-

485

337).

5. Dans l’intellection se trouvent associées une réception objective et une construction immanente. – Une théorie de la connaissance ne peut négliger, ni l’aspect passif, ni l’aspect actif de l’acte intellectuel : exagérer l’aspect passif, c’est glisser vers l’empirisme ; exagérer l’aspect actif, c’est friser l’ontologisme ou l’idéalisme. Dans les pages qui suivent, nous nous efforcerons de maintenir, en toute rigueur, le point de vue moyen de l’aristotélisme thomiste. Le lecteur com- prendra d’autant plus aisément notre pensée qu’il entrera davantage dans l’esprit des théories traditionnelles de l’intellect-agent et du verbe men- tal : elles offrent pour nous un intérêt spécial, puisqu’elles analysent deux phases successives de l’activité interne de l’intelligence. Du reste, l’objet immanent, dont nous devrons parler si souvent, n’est autre chose que la « conceptio » ou le « verbum interius » de S. Thomas. Plaçons donc notre recherche sous l’égide de deux ou trois textes bien caractéris- tiques de ce dernier ; nous y soulignons les expressions les plus significatives :

in intelligendo ad quatuor potest habere ordinem : scilicet

ad rem quae intelligitur, ad speciem intelligibilem qua fit intellectus in actu, ad suum intelligere, et ad conceptionem intellectus. Quae quidem conceptio a tribus praedictis differt. A re quidem intellecta, quia res in- tellecta est interdum extra intellectum ; conceptio autem intellectus non est nisi in intellectu ; et iterum conceptio intellectus ordinatur ad rem in- tellectam sicut ad finem ; propter hoc enim intellectus conceptionem

rei in se format ut rem intellectam cognoscat. Differt autem a specie intelligibili ; nam species intelligibilis, qua fit intellectus in actu, considera-

tur ut principium actionis intellectus

quia praedicta conceptio consideratur ut terminus actionis, et quasi

quoddam per ipsam constitutum. Intellectus enim format rei de- finitionem, vel etiam propositionem affirmativam seu negativam.

Hujus-

Haec autem conceptio intellectus in nobis proprie verbum dicitur

modi ergo conceptio, sive verbum, qua intellectus noster intelligit rem aliam

a se, ab alio exoritur et aliud repraesentat. Oritur quidem ab intellectu per suum actum, est vero similitudo rei intellectae » (De potentia Dei,

VIII, art 1, corp.). – « Hoc ergo est primo et per se intellectum, quod intellectus in seipso concipit de re intellecta, sive illud sit definitio, sive

In intellectu speculativo,

enuntiatio » (op. cit., IX, art. 5, corp.). – «

« Intelligens

Differt autem ab actione intellectus :

20
20

Préliminaires

videmus quod species, qua intellectus informatur ut intelligat actu, est pri- mum quo intelligitur ; ex hoc autem quod est effectus in actu, per talem formam, operari jam potest formando quidditates rerum et compo- nendo et dividendo ; unde ipsa quidditas formata in intellectu, vel etiam compositio et divisio, est quoddam operatum ipsius, per quod tamen intellectus venit in cognitionem rei exterioris ; et sic est quasi secundum quo intelligitur » (De Veritate, III, art. 2, corp.). Ces textes nous livrent des indications très nettes : intervention du verbe mental (et non seulement de la « species impressa »), comme « médium quo » ou « in quo », dans toute connaissance intellectuelle d’objets ; construction du verbe par l’activité interne de l’intelligence ; expression du verbe dans la définition et le jugement ; relation naturelle entre le verbe immanent et la connaissance objective qu’il nous procure : relation si étroite que l’objet connu, en tant que connu, est prédéfini et mesuré par le verbe comme une fin est déterminée dans les principes prochains qui la commandent. Cela étant, dira-t-on que le point de vue thomiste interdit tout espoir d’éclairer, par l’analyse réfléchie de l’objet immanent ou du verbe mental, la nature et la portée de l’intellection directe 1 ?

6. L’intellection, en tant qu’action formatrice du verbe mental, se règle sur des dispositions à priori qui expriment la nature même

de l’intelligence. – Cette proposition découle de la précédente, comme un corollaire. Le terme immanent d’une action est nécessairement conforme

à la nature de l’agent. L’objet immanent – le « verbum,

definitio, sive enuntiatio » – reflète donc tout au moins certaines conditions à priori, exprimant la nature de l’agent intellectuel. Et comme une corrélation doit exister entre la nature de l’intelligence et les caractères universels de

sive illud sit

l’intelligible, on pressent déjà que l’à priori fonctionnel ou subjectif, dont nous parlons, n’est point dépourvu de toute signification logique ou objective. (On

146

100-