Vous êtes sur la page 1sur 27

Management et pilotage de la

RSE

Master 2 AE
F. Villesèque-Dubus
Plan du cours

 Introduction: les fondements de la RSE

 Chapitre 1: Stratégie et pilotage de la RSE


 Chapitre 2: Les outils du management et
pilotage de la RSE
Bibliographie

 Capron M., Quairel-Lanoizelée F. (2004),


Mythes et réalités de l’entreprise
responsable, La Découverte
 Capron M., Quairel-Lanoizelée F. (2010). La
responsabilité sociale d’entreprise. La
Découverte, 126 p.
 Gond JP. ( 2010), Gérer la performance
sociétale de l’entreprise, Vuibert Fnege
Thèmes des dossiers:

 A partir des rapports DD et / ou du rapport


sociétal des entreprises, dresser un portait
RSE de l’entreprise. Choisir une entreprise
cotée au CAC 40. Développer les deux
parties suivantes:
1- Stratégie RSE
2- Outils de pilotage mobilisés

 Travail en groupe de 2 étudiants maxi.


 15 pages maximum
INTRODUCTION: LES
FONDEMENTS DE LA RSE

1. Historique et définitions
2. Comprendre les parties
prenantes
1.1. Historique et définitions

 Concept RSE très présent depuis les années 2000


en Europe construction fort ancienne et origine
américaine.

 Manuels de « Business Ethics » enseignés aux


étudiants de business school américaines traitent
de la RSE depuis les années 60.

 Aujourd’hui: la RSE est associée à l’intégration,


dans les décisions de l’entreprise, de l’impact de
ses activités sur l‘environnement naturel et la
société.
Origines de la RSE

- Éthique protestante qui a marqué l’esprit du capitalisme en


Europe et Etats Unis (fort ancrage religieux)
- Développement de la philanthropie en Angleterre et aux Etats
Unis à partir du 19ème siècle. Cf. Carnegie (acierie fin 19ème),
Rockfeller…
- Différences entre les pratiques en Europe et Etats-Unis: la
question sociale est de l’ordre du public en France, et du privé
aux Etats Unis
Evolution de la RSE: approche éthique, utilitariste et
Business and Society

1- Approche éthique (Business Ethics) : fondée sur les valeurs


morales et religieuses. Naissance aux Etats Unis.
 Sources d’inspiration:

 « paternalisme utopique » du 19ème siècle: « l’entreprise a le devoir


moral de participer à l’intérêt collectif »;
 « morale protestante » et « charity principle »: « obligation pour les
personnes fortunées de venir en aide aux plus démunies ».
 Idée empruntée à Weber: « la dynamique entrepreneuriale n’est
pas uniquement économique mais repose sur des bases éthiques ».
Place la philanthropie au cœur du modèle économique.
2- Approche utilitariste:

 Vision managériale de la RSE et développée à partir de 1980.


Repose sur la recherche de performance économique et
affirme que la RSE permet d’envisager des stratégies « gagnant-
gagnant ».

 Même si le lien entre performance financière et démarches RSE


n’est pas prouvé, certaines entreprises ont construit le courant du
« busines case », qui présente les avantages économiques à
mettre en œuvre une politique RSE.
3- Approche « Business and Society » :

 Entre vision éthique et utilitariste, peut être déclinée selon la vision


que l’on a de l’intérêt de la société: parties prenantes ou
développement durable (DD).

 La vision des intérêts de la société s’est substituée au concept


d‘éthique lorsque le concept de RSE est apparu en Europe: approche
tridimensionnelle du concept de RSE: économique,
environnementale, sociale et sociétale.

 La performance d’une entreprise doit alors s’apprécier dans les


domaines économiques, environnemental, social ou sociétal.
L’approche Triple Bottom Line
Economique:
Recherche de
performance
économique

Environnemental: Social et sociétal:


préserver la nature maintenir al paix et
et l’écologie la cohésion sociale
Naissance du DD et de la RSE à
l’international et en Europe
 Concept de développement durable formalisé en 1987 par les
travaux de la Commission Mondiale sur l'Environnement et le
Développement, dans le rapport Brundtland, du nom de la
présidente de la commission.

 Le développement durable se définit comme " un développement


qui répond aux besoins du présent sans compromettre la
capacité des générations futures à répondre aux leurs " .

 Appliqué à l'économie, le développement durable intègre trois


dimensions :
 économique (efficacité, rentabilité),
 sociale (dimension sociale et sociétale)
 environnementale (responsabilité environnementale).
La déclaration de Rio en 1992: poursuite de l’internationalisation
du DD
 Les acteurs mondiaux (collectivités, associations, particuliers) sont invités à
réinterroger leurs pratiques et à agir en faveur d'actions innovantes et
exemplaires, lors du Sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992.

 Cette conférence est marquée par l’adoption par 173 chefs d'État d’un texte
fondateur de 27 principes intitulé « Déclaration de Rio sur l’environnement
et le développement ».

Extraits :
« Principe 1 - Les êtres humains sont au centre des
préoccupations relatives au développement durable. Ils ont droit à
une vie saine et productive en harmonie avec la nature.

Principe 4 - Pour parvenir à un développement durable, la


protection de l’environnement doit faire partie intégrante du
processus de développement et ne peut être considéré
isolément. »
Pour répondre à ces grands principes, un programme d'actions
concrètes pour le développement durable au XXIe siècle est également
adopté : c'est l'Agenda 21.
La RSE: définitions
 Commission Européenne (2001): la RSE est «un concept qui désigne
l’intégration volontaire, par les entreprises, de préoccupations
sociales et environnementales à leurs activités commerciales et
leurs relations avec leurs parties prenantes».
 ISO 26000: Responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de
ses décisions et de ses activités sur la société et sur
l’environnement, se traduisant par un comportement transparent et
éthique qui :
- contribue au développement durable y compris à la santé et
au bien-être de la société
- prend en compte les attentes des parties prenantes
- respecte les lois en vigueur et est compatible avec les normes
internationales
- est intégré dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre
dans ses relations.
Nouvelle définition de la Commission européenne
(2011)
 « La Commission propose de redéfinir la RSE comme étant «la responsabilité des
entreprises vis-à-vis des effets qu’elles exercent sur la société». Pour assumer
cette responsabilité, il faut au préalable que les entreprises respectent la
législation en vigueur et les conventions collectives conclues entre partenaires
sociaux. Afin de s’acquitter pleinement de leur responsabilité sociale, il convient
que les entreprises aient engagé, en collaboration étroite avec leurs parties
prenantes, un processus destiné à intégrer les préoccupations en matière sociale,
environnementale, éthique, de droits de l’homme et de consommateurs dans leurs
activités commerciales et leur stratégie de base, ce processus visant:
 – à optimiser la création d’une communauté de valeurs pour leurs
propriétaires/actionnaires, ainsi que pour les autres parties prenantes et
l’ensemble de la société;
 – à recenser, prévenir et atténuer les effets négatifs potentiels que les entreprises
peuvent exercer. » P.8
1.2. Comprendre les parties
prenantes
 La RSE ne peut s’envisager sans tenir compte des parties
prenantes …
 Qui sont-elles?
 Plusieurs définitions de la notion de partie prenante (PP):
 « Individu ou groupe d’individus qui peut influencer ou être
influencé par la réalisation des objectifs de l’organisation »
Freeman 1984
 Hill et Jones (1992): « Participants possédant un droit légitime sur
l’entreprise » (notion de contrat)
Parties prenantes et RSE

Clients

Etat Fournisseurs

ENTREPRISE
Associations,
salariés
collectivités

Financeurs Prestataires
 Figure 1 –Extrait de Acquier et Aggeri
 Une représentation des modèles d’intention
 Source : à partir de Freeman (1984)
Difficultés de mise en place de la RSE liées à la
multiplicité des PP et attentes différentes (ISO 26000):
ISO 26000
RSE: les 7 questions centrales

6.8* 6.3*
Communautés Droits
et développement de l’Homme
local

6.7* 6.2* 6.4*


Questions Gouvernance de Relations et
relatives aux conditions de
l’organisation travail
consommateurs

6.6* 6.5*
Loyauté des L’environnement
pratiques

Interdépendance
 http://www.carrefour.com/fr/content/la-
gouvernance-de-la-rse
Exemple cas Algopack