Vous êtes sur la page 1sur 9

Les charges

Poussée des terres :


Méthode de Rankine
Les hypothèses requises sont vérifiées :
 Sol homogène
 La présence de la paroi ne modifie pas la répartition des contraintes
verticales
La rupture correspondant à l’état de poussée et à l’état de butée pour un sol
pulvérulent est illustré par la figure suivante :

𝜎′ℎ𝑎 𝜋 𝜑′
 = 𝑡𝑎𝑛2 ( − ) = 𝐾𝑎
𝜎′𝑣 4 2
𝜎′ℎ𝑝 2 𝜋 𝜑′
 = 𝑡𝑎𝑛 ( + ) = 𝐾𝑝
𝜎′𝑣 4 2

Le cas d’un sol cohésif nous aurons les expressions suivantes :


 A court terme :
 𝜎ℎ𝑎 = 𝜎𝑣 − 2𝜎𝑢
 𝜎ℎ𝑝 = 𝜎𝑣 + 2𝜎𝑢
 A long terme :
 𝜎′ℎ𝑎 = 𝐾𝑎 𝜎′𝑣 − 2𝜎𝑢 √𝐾𝑎
 𝜎′ℎ𝑝 = 𝐾𝑝 𝜎′𝑣 + 2𝜎𝑢 √𝐾𝑝
Méthode de Coulomb
Nous avions choisi d’utiliser la
méthode de Coulomb qui tient
compte du frottement entre la
paroi et le sol. Dans notre cas,
nous avons un mur vertical (𝜂 =
𝜋/2) sans inclinaison du sol (𝛽 =
0).
Pour un sol homogène, la
1
résultante de poussée des terres est 𝐹 = 𝐾𝛾𝐻².
2

Pour la poussée active :


−2
𝑠𝑖𝑛²(𝜂 + 𝜑) sin(𝜑 + 𝛿) sin(𝜑 − 𝛽)
𝐾𝑎 = [1 + √ ⁡]
𝑠𝑖𝑛2 (𝜂)sin⁡(𝜂 − 𝛿) sin(𝜂 − 𝛿) sin(𝜂 + 𝛽)

Elle devient dans notre cas :


−2
𝑐𝑜𝑠²(𝜑) sin(𝜑 + 𝛿) sin(𝜑)
𝐾𝑎 = [1 + √ ⁡]
cos⁡(𝛿) cos(𝛿)

Pour la poussée passive :


−2
𝑠𝑖𝑛²(𝜂 − 𝜑) sin(𝜑 + 𝛿) sin(𝜑 + 𝛽)
𝐾𝑝 = [1 − √ ⁡]
𝑠𝑖𝑛2 (𝜂)sin⁡(𝜂 + 𝛿) sin(𝜂 + 𝛿) sin(𝜂 + 𝛽)

Elle devient alors


−2
𝑐𝑜𝑠²(𝜑) sin(𝜑 + 𝛿) sin(𝜑)
𝐾𝑝 = [1 − √ ⁡]
cos⁡(𝛿) cos(𝛿)

Poussée de l’eau :
Pour considérer le cas le plus défavorable au renversement, on prend les niveaux
d’eau suivant :
 Cotée terre : PHMV +2 m/Zh
 Cotée mer : PBMV 0 m/Zh

1
 𝐹𝑎 = 𝛾𝑤 (𝐻 + 2)2
2
1
 𝐹𝑝 = 𝛾𝑤 𝐻 2
2

Force d’amarrage et d’accostage :


Le quai est muni d’un double bollard chacun supportant un effort de 200T
chaque 20m. L’effort est supposé incliné d’un angle 30° par rapport à
l’horizontale.
Nous nous rapportons au mètre linéaire et nous écrivons les composantes
comme suit :
400 cos(30)
 𝑅ℎ = = 17.3𝑡
20
400sin⁡(30)
 𝑅𝑣 = = 10𝑡
20

La réaction maximale d’un choc de navire pendant l’accostage est


donnée : R=2855KN.

La surcharge d’exploitation :
La surcharge générale appliquée sur la zone de stockage est de 6 T/m².
Une surcharge d’exploitation de q=4 T/m² est appliquée sur le bord à
quai, sur 60 m à partir de la magistrale.
Cette incrément de charge développe une contrainte horizontale sur le
mur de la paroi égale à 𝜎ℎ (𝑠𝑢𝑟𝑐ℎ𝑎𝑟𝑔𝑒) = 𝐾𝑎 𝑞.
Force sismique
L’eurocode 8 et l’AFPS90 indiquent que la méthode statique
équivalente est valable. La méthode de Mononobe-Okabe considère
qu’un élément du sol est soumis à une pression horizontale 𝑘ℎ 𝛾𝑧 et une
pression verticale ±𝑘𝑣 𝛾𝑧 .

𝐾ℎ
Avec Arctan[ ]
1±𝐾𝑣

Détermination des coefficients sismique k ℎ


et k 𝑣 selon (AFPS90)
Catégorie de kℎ k𝑣
site S1 S2 S1
Ouvrage poids 0.5𝑎𝑁 𝜏/𝑔 0.45𝑎𝑁 𝜏/𝑔 0.4𝑎𝑁 𝜏/𝑔
Ouvrage ancré 𝑎𝑁 𝜏/𝑔 0.9𝑎𝑁 𝜏/𝑔 0.8𝑎𝑁 𝜏/𝑔 0.4k ℎ
Ouvrage non 1.3𝑎𝑁 𝜏/𝑔 1.15𝑎𝑁 𝜏/𝑔 𝑎𝑁 𝜏/𝑔
déplaçable

 Le coefficient d’amplification topographique 𝜏 est égal à 1 (car


le sol ne présente aucune inclinaison).
 Le type de site est S2, puisqu’il s’agit d’un sol ferme à
moyennement ferme.
 L’accélération du sol considérée est 𝑎𝑁 = 0.19𝑔.
Action sismique dû au poids propre Epd :
Les actions sismiques horizontales et verticales appliquées sur le poids
propre du quai engendrent des efforts de renversement pour la
composante horizontale et de soulagement du poids ou
d’augmentation du poids pour la composante verticale suivant le cas
où elle est ascendante (séisme ascendant) ou descendante (séisme
descendant)
𝐸ℎ = 𝑃𝑝𝑟 × k ℎ
𝐸𝑣 = 𝑃𝑝𝑟 × ±k 𝑣
Poussée dynamique du remblai
En ce qui concerne le massif de terre soutenu, ces sollicitations
conduisent à ajouter à la résultante de la poussée sous sollicitation
statique Pas une poussée complémentaire dynamique Ead. Cette
poussée complémentaire est la différence entre la poussée dynamique
et celle statique
1
𝐸𝑎𝑑 = 𝑃𝑎𝑑 − 𝑃𝑎𝑠 = 𝛾𝐻²((1 ± kℎ ) × 𝐾𝑎𝑑 − 𝐾𝑎𝑠 )
2
Le coefficient de poussée dynamique est :
−2
𝑐𝑜𝑠²(𝜑 − 𝜃) sin(𝜑 + 𝛿) sin(𝜑 − 𝜃)
𝐾𝑎𝑑 = [1 + √ ⁡]
𝑐𝑜𝑠(𝜂 + 𝜃)cos⁡𝜃 cos(𝜃 + 𝛿)

(nappe située au-dessous du mur)


Incrément dynamique de la poussée due aux surcharges uniformes
𝐸𝑠𝑢𝑟𝑑 = 𝑞𝐻((1 ± kℎ ) × 𝐾𝑎𝑑 − 𝐾𝑎𝑠 )

Surpression hydrodynamique :
Pour les murs de quai, la face avant du parement est également
soumise pendant les séismes à des effets hydrodynamiques.
Pour le calcul de la surpression dynamique, on prendra
l’hypothèse qui consiste à schématiser cette dépression par une courbe
de pression parabolique telle que :

Sa résultante est donnée par :

Elle est appliquée à 0,4H à partir de la base.


Dépression hydrodynamique :
Pour le calcul de la dépression hydrodynamique, on prendra
l’hypothèse qui consiste à schématiser cette surpression par une
courbe de pression parabolique telle que :

Sa résultante est :

à 0.4h de la base.

Figure 1 : Répartition de la surpression hydrodynamique


Figure 2: Répartition de la dépression hydrodynamique

Détermination de la fiche
Combinaisons des charges :
Le calcul de la fiche sera réalisé selon les combinaisons vis-à-vis de
l’état-limite de la stabilité d’ensemble de l’article 5.3 :

Notation des charges :


Actions permanentes :
- Gp : Actions due au poids propre des blocs ;

- Gs : Action gravitaire du remblai sur les chaises ;


- Pas : Actions dues au sol (poussées du sol) ;
- Pe : Action due à l’eau (poussée et sous-pression hydrostatique de l’eau).
Actions variables :
- Qtp : Charge de terre-plein ;
- Fam : Action d’amarrage.
Actions accidentelles ou sismiques :
L’effet du séisme se traduit par l’apparition de nouvelles actions dynamiques qui
résultent toutes de l’accélération sismique :
- Epd : Effort dynamique dû au poids de la structure du quai ;
- Esd : Effort dynamique dû au poids du remblai sur les chaises ;
- Ead : Incrément de la Poussée dynamique des terres ;
- Etpd : Incrément de la Poussée dynamique des surcharges répartie ;
- Edw : Dépression hydrodynamique à l’aval ;
- Eww : Surpression hydrodynamique à l’amont

Dans l’hypothèse d’un écran simplement buté en pied, le seul inconnu


est la traction T dans le tirant d’ancrage. La fiche est déterminée par
expression de l’équilibre des moments au point A.
Nous effectuons alors des itérations sur la longueur de la fiche D
jusqu’à obtenir l’équilibre des moments par rapport au point d’ancrage
: ∑ 𝑀/𝐴 = 𝑀𝑟 − 𝑀𝑠 = 0.

La tension T est calculée en écrivant l’équilibre des forces


horizontales : ∑ 𝐹ℎ = 𝐵 − 𝑃 − 𝑇 = 0 .