Vous êtes sur la page 1sur 20

En partenariat avec

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION : MOHAMMED HAITAMI MARDI 24 AVRIL 2018

SIAM 2018

La logistique pour pérenniser


la chaîne des valeurs agricoles
Ph. Saouri
En partenariat avec

2 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018


Ph. Saouri

13e édition du Salon international de l'agriculture au Maroc

La grand-messe annuelle de la logistique


et du développement agricole
Sous le Haut Patronage de S.M. le Roi placer l'agriculture marocaine au centre des tenant compte de la question de la ressource haute productivité (agrumes, olives, maraî-
Mohammed VI, la 13e édition du Salon in- préoccupations du monde de l'agriculture. hydrique, l’opportunité pour inverser la chage, horticulture, céréales, lait, aviculture
ternational de l'agriculture au Maroc (SIAM tendance et faire du secteur un moteur de et viande bovine) ont été développées, et ce
2018), initiée cette année sous le thème «Lo- Une bonne campagne agricole l’économie, offrant au Maroc une chance de selon une approche transactionnelle autour
gistique et marchés agricoles», se déroule en perspective rééquilibrer sa balance commerciale. Dans de 700 à 900 projets d'agrégation.
du 23 au 29 avril à Meknès, avec la partici- L’organisation de ce Salon intervient au mo- ce cadre, des modèles réussis au niveau D’un autre côté, l’approche de contractua-
pation de plus d'un millier d'exposants en ment où la saison agricole 2017-2018 s'an- national et international, en particulier lisation des engagements entre les diffé-
provenance de quelque 70 pays. Les Pays- nonce sous les meilleurs auspices, grâce au l’essor de plusieurs productions destinées à rentes parties prenantes sera généralisée à
Bas, qui sont dotés d’un réseau logistique cumul pluviométrique moyen national qui l’export, ont été développés, dont la fraise, l’ensemble des régions et des filières dans
de premier plan et représentent l’une des a atteint 367,7 mm au 16 avril 2018, soit une le développement de la filière laitière «coo- le cadre du PMV. Celui-ci prévoit, dans
places centrales du commerce européen et hausse de 16% par rapport à la normale pérative agricole COPAG» et l’amélioration le cadre de son Pilier II, un accompagne-
mondial pour les produits agricoles, seront (316,7 mm). Et selon les dernières don- de la production ovine et caprine «ANOC». ment solidaire de la petite agriculture avec
l’invité d’honneur de cette édition. nées du secrétariat d'État chargé de l'Eau, Concernant les moyens institutionnels et comme principaux objectifs la moderni-
la réserve des barrages à usage agricole s’est managériaux, le ministère de l’Agriculture sation solidaire de la petite agriculture afin

L
a veille du SIAM est marquée par l'or- nettement améliorée par rapport au démar- s'est focalisé sur ses missions régaliennes, de lutter contre la pauvreté et l’intégration
ganisation des Assises nationales de rage de la campagne. Les précipitations ont la création d’une agence de développe- de ces axes dans une stratégie de déve-
l'agriculture de Meknès, tenues cette contribué à la hausse des retenues des prin- ment agricole ainsi que l’institutionnali- loppement rural intégré et de développe-
année sous le thème «La jeunesse, principal cipaux barrages nationaux qui ont atteint sation d’un comité de pilotage interminis- ment de sources alternatives de revenu.
moteur et bénéficiaire du développement plus de 10,3 milliards de m3, soit un taux de tériel. Quant à l’approche adoptée, elle se Entre 600.000 et 800.000 exploitants sont
agricole», en partenariat avec l’Organisa- remplissage de 68,3%. Ces conditions ont base sur des contrats programmes portant concernés par cette stratégie.
tion des Nations unies pour l’alimentation un impact bénéfique sur l’ensemble du sec- sur les filières du maraîchage, des agrumes, Les investissements prévus sont estimés à
et l’agriculture (FAO). Il s’agit d’un ren- teur agricole, tant pour la production végé- des fruits, de l’oléiculture, de l’aviculture, 15 milliards de dirhams. Trois millions de
dez-vous annuel consacré au fil des années tale qu'animale. des viandes rouges, du lait, des céréales et ruraux devraient voir leurs conditions de
comme un carrefour de rencontre de haut Dans ce sens, le ministère de l’Agriculture, du sucre, opérés à travers une déclinaison vie améliorées. Ainsi, le PMV constitue une
niveau des décideurs du secteur agricole de la pêche maritime, du développement régionale des actions stratégiques. aubaine pour le développement du sec-
nationaux et internationaux. Ministres et rural et des eaux et forêts rassure sur la Les plans d'agrégation que préconise le teur de l’industrie agroalimentaire, dans
grandes personnalités du monde agricole «bonne évolution» de la campagne agricole PMV permettent, notamment, l'accès aux le sens où il va permettre de résoudre les
d’Europe, d’Afrique et du monde arabe s’y et le «bon état» phytosanitaire des cultures. intrants, au financement et aux marchés, problématiques liées à l’approvisionne-
retrouvent pour délivrer leurs visions sur En se basant sur les données de la pluvio- sur la base de modèles socialement équi- ment, la commercialisation, la qualité ou
les perspectives d’une agriculture plus que métrie et la situation du couvert végétal tables. Dans le cadre du premier pilier du l’exportation. n
jamais interpellée pour des défis majeurs arrêtées au mois de mars, Bank Al Maghrib PMV, sept filières à haute valeur ajoutée/ El Mahjoub Rouane
liés à la protection des populations, des ter- table sur une production céréalière proche
ritoires et de l’équilibre de la planète. de 80 millions de quintaux et sur une hausse
Le SIAM 2018 se démarque par l'élargisse- de 2,3% de la valeur ajoutée agricole. La saison agricole 2017-2018 s'annonce sous
ment de la superficie d'exposition à 180.000
m², dont 87.000 couverts, avec la participa-
En effet, le secteur agricole dispose d'un
certain nombre d'atouts liés notamment
les meilleurs auspices
tion de plus de 1.400 exposants. À l'instar des à la compétitivité en termes de coût de Afin de garantir la réussite de la campagne 60.000 hectares, soit 55% du programme
autres éditions, le Salon reconduit les 9 pôles main-d'œuvre, à la proximité géogra- agricole en cours, à l’image des précédentes global. Ces mesures portent également sur
thématiques, à savoir le «Pôle Régions», le phique du marché de l’Union euroéenne, campagnes, et pour promouvoir la dyna- des opérations de planification et de suivi
«Pôle Sponsors et Institutionnels», «le Pôle aux avantages comparatifs liés à sa situation mique positive engendrée par le Plan Maroc de l’allocation des quotas d’eau d’irrigation
International», le «Pôle Agro-fourniture», agro-climatique favorable pour les fruits vert à l’horizon 2020, le ministère a pris une (3,22 milliards de m3) dans le but d’assurer
«le Pôle Nature et Vie», «le Pôle Produits», et légumes frais, ainsi qu’au développe- série de mesures. Il s'agit notamment de la le démarrage des plantations de céréales et
«le Pôle Produits du Terroir», «le Pôle Éle- ment d'une industrie de transformation de planification d'une superficie de 594.000 des cultures sucrières et de garantir les be-
vage» et «le Pôle Machinisme». produits agroalimentaires potentiellement hectares pour l'irrigation au niveau des soins en eau pour l’arboriculture fruitière,
Au programme de cet événement interna- compétitive. La stratégie lancée est axée grands périmètres ; de la mise en œuvre du à travers notamment la rationalisation des
tional figurent l'organisation de plusieurs sur l'accompagnement de la petite agricul- Programme national pour l'économie d’eau quotas dans les régions de Melouya, Tafilalet
conférences, de tables rondes et d'ateliers, ture, le développement d'une agriculture à d'irrigation (PNEEI) à travers l’équipement et Issen qui souffrent déjà de déficit en eau.
de concours d'élevage, en plus de la remise haute valeur ajoutée, le développement du des exploitations en système de goutte-à- En ce qui concerne le marché des engrais, le
de trophées et des rencontres BtoB. Selon potentiel des filières de la tomate, la fraise, goutte sur 50.000 hectares supplémentaires, ministère prévoit son approvisionnement
le commissaire du SIAM, Jaouad Chami, 32 le sucre, le lait et de l'élevage ovin et caprin. pour atteindre 420.000 hectares, soit 76% avec plus de 500.000 tonnes, relavant que
colloques seront animés par des experts et Pour répondre aux enjeux stratégiques du du programme ; en plus de l’achèvement la cartographie des sols liée à la rationalisa-
des chercheurs marocains et étrangers. Les secteur agricole, la vision stratégique bapti- des travaux de modernisation du réseau tion de l'utilisation des engrais sera complé-
organisateurs soulignent que cette manifes- sée Plan Maroc vert (PMV) est aujourd’hui d'irrigation pour la reconversion collective tée, afin de couvrir les 1,6 million d'hectares
tation de grande envergure ambitionne de présente, à travers sa démarche intégrée et en irrigation localisée sur une superficie de restants.
En partenariat avec

4 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Développement agricole

Plan Maroc Vert : Dix ans au service de l'agriculture marocaine


Secteur vital de l'économie nationale,
l’agriculture s’érige en un incontournable
levier de développement économique et
social du Maroc, avec à la clé une pano-
plie d’acquis réalisés à la faveur d'une
constante mobilisation autour du Plan
Maroc Vert (PMV). Une stratégie aussi
ambitieuse qu’intègre qui se porte, pour
toute une décennie, au chevet du secteur
agricole marocain.

L
ancé en avril 2008 avec pour principales
ambitions une forte amélioration du
revenu agricole et une nette augmen-
tation du PIB agricole et des exportations dans
10 à 15 années, le PMV a engrangé des résul-
tats significatifs et tangibles allant de la mon-
tée en puissance des investissements jusqu’à
l’accélération de la production des différentes
filières, tout en passant par l’amélioration des
conditions de vie du petit agriculteur. En effet,
son Pilier I, qui cible l'agriculture moderne et à
forte valeur ajoutée, a pour objectif de conso-
lider une agriculture performante adaptée
au marché, en favorisant les investissements
privés et les nouveaux modèles d'agrégation
équitables.
Résultat, la valeur des exportations du secteur

Ph. Fotolia
de l’agriculture et de l’agroalimentaire a aug-
menté de 3% à fin mars 2018 à près de 17,5
milliards de dirhams, portée particulièrement La valeur ajoutée du secteur agricole a enregistré une nette hausse de 14,8% en 2017, en raison notamment de la réalisation de l’une des meilleures récoltes céréalières depuis
le lancement du PMV.
par le comportement favorable des ventes à
l’étranger de l’industrie agroalimentaire qui tion des agrumes a augmenté de 15% en 2017, cation des efforts d’amélioration génétique. Sur l’amélioration de la productivité et l’appui à la
ont bondi de +4,9% à plus de 9 milliards de DH. en raison de l’augmentation des superficies et un autre plan, le nombre de tracteurs a connu reconversion vers des secteurs de production
Quant à la valeur ajoutée du secteur agricole, du rajeunissement des vergers dans le cadre une hausse notable de +60% (8 pour 1.000 ha rémunérateurs. Plus encore, le deuxième pilier
elle a enregistré une nette hausse de 14,8% en des actions du PMV, indique la DTFE qui relève contre 5‰ en 2008), alors que le taux d’uti- PMV soutient en particulier une agriculture
2017, en raison notamment de la réalisation de du ministère de l’Économie et des finances. De lisation des semences certifiées pour les blés solidaire et rémunératrice pour les femmes
l’une des meilleures récoltes céréalières depuis même, la production des primeurs s’est amé- a enregistré une progression de +35% contre rurales, à travers des projets dédiés aux orga-
le lancement du PMV. liorée de 5%, contribuant ainsi à une augmen- 17,7% en 2008. En ce qui concerne le volet re- nisations féminines agricoles. Ainsi, le nombre
Outre les bonnes conditions climatiques, cette tation de l’ordre de 11% des exportations des latif à l’économie de l’eau, près de 540.000 ha de coopératives créées dans le cadre de la dy-
bonne performance du secteur agricole est liée produits agricoles, tandis que les cultures su- sont déjà équipés en irrigation localisée contre namique du PMV dans différentes filières agri-
également à la sensible hausse de 52% de l’uti- crières ont enregistré une progression de 1,2%, un objectif de 550.000 ha en 2020, avec un vo- coles a marqué une progression louable avec
lisation des semences certifiées pour atteindre permettant ainsi de couvrir 42% des besoins lume d’économie d’eau de 950.000 millions de environ 1.779 coopératives regroupant près
1,66 million de quintaux, selon la dernière nationaux en sucre. m3. Selon la DTFE, les efforts déployés depuis de 32.126 femmes en 2017. In fine, l’approche
note de conjoncture réalisée par la Direction De son côté, la production oléicole au titre de le lancement du PMV et à fin 2017 ont permis filière adoptée par le PMV dans les plans de
du Trésor et des finances extérieures (DTFE). la campagne 2017-2018 devrait enregistrer un la mobilisation de 75 milliards de DH d’inves- développement, l’organisation des filières
D'ailleurs, l’augmentation des niveaux d’uti- volume record estimé à 1,56 million de tonnes, tissements publics, dont près de 30 milliards et interprofessions et la synergie créée entre
lisation des semences certifiées est l’un des en hausse de 47,8% par rapport à la campagne de DH auprès de bailleurs de fonds. Cet effort l’État et ses interprofessions via des contrats
principaux objectifs du PMV à l’horizon 2020 précédente. La superficie consacrée aux olives d’investissement, qui a porté sur 1.782 projets programmes sont autant de concepts qui font
: 45% pour les céréales et la pomme de terre, a légèrement dépassé l’objectif d'un million et près de 1,18 million de bénéficiaires, a per- la force du modèle du développement agricole
100% pour la betterave, la canne et le tourne- d'ha arrêté dans le PMV, dont 879.000 ha sont mis l’amélioration des revenus ruraux de 68% marocain. Le Salon international de l'agricul-
sol et 10% pour les légumineuses alimentaires. déjà productifs. Quant à la filière de l’éle- et la création de 45 millions de journées de tra- ture au Maroc (SIAM), qui souffle cette année
Adoptant une approche globale, le PMV inclut vage, elle a enregistré une progression de 4% vail supplémentaires. sa 13e bougie, réservera à cet effet une place de
l'ensemble des acteurs du secteur agricole en au titre de la production des viandes rouges, Fort de sa vision intègre, le PMV a également choix au Plan Maroc Vert, ainsi qu'à ses orien-
s'appuyant sur un renforcement des investis- sous l’effet notamment de l’élargissement des permis d’améliorer l’insertion, à travers le tations stratégiques en faveur de l’avenir de
sements et une meilleure intégration des fi- superficies fourragères à travers l’exploitation procédé de l’agrégation, de la petite agricul- l’agriculture nationale. n 
lières amont et aval. Dans ce sillage, la produc- de 10% de terres non utilisées et de l’intensifi- ture dans les marchés et les échanges grâce à  L.M.

Un plan national pour adapter l'agriculture au changement climatique


miers résultats du programme de la FAO dit
«Mosaicc» (Modelling System for Agricul-
tural Impacts of Climate Change) de simu-
lation de l’impact des changements clima-
tiques sur l’agriculture marocaine avaient
été présentés. «Les projections sur les
rendements agricoles sont alarmantes»,
avait prévenu Riad Balaghi, coordinateur
pour le Maroc du programme «Mosaicc»
et chercheur à l’Institut national de la re-
cherche agronomique.
Selon les projections du programme «Mo-
saicc», les précipitations diminueraient
D’ici à 2050, au Maroc de 17 à 20% durant la période
les rende- 2040-2069 et les températures maxi-
ments du blé males augmenteraient sur tout le pays de
1,9 à 3,4°C. «Mosaicc» est une plateforme
tendre dimi- en ligne regroupant les données relatives
nueraient de aux différents aspects de l’agriculture : res-
33% les an- sources hydriques, météorologie et forêts.
nées sèches, Face à cette situation, et en plus du secteur
de l'énergie qui représente le premier poste
soit plus du
d’émission de gaz à effet de serre, l’effort
triple de leur d’adaptation au changement climatique
Ph. Fotolia

baisse en an- a également porté sur l’agriculture. Pré-


née humide. senté au Chef du gouvernement en 2015,
Selon l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation, les entrepris, en collaboration avec le groupe le Plan national d’adaptation du secteur
émissions de gaz à effet de serre issues du secteur agricole représentent envi- de la Banque mondiale et les institutions de l’agriculture vise, à l’horizon 2020, la
ron 24% des émissions mondiales, juste après la production d'énergie. Le même nationales, une étude de l’impact du chan- reconstitution de 200.000 hectares de fo-
schéma est observé au Maroc où l'agriculture arrive en deuxième position, après gement climatique sur 50 productions rêts, la généralisation de l’irrigation locali-
le secteur énergétique. Le Royaume s’est engagé à réduire de 42% d'ici 2030 de agricoles. Cette étude a révélé que le cli- sée sur 550.000 hectares et la substitution
telles émissions. mat plus sec et plus chaud prévu au Maroc des prélèvements des nappes souterraines
aurait des effets négatifs sur les principales par les eaux de surface à raison de 85 mil-

A
u niveau mondial, les terres culti- pourraient continuer à augmenter de 30% cultures pluviales. D’ici à 2050, les rende- lions de m3 par an. À l’horizon 2030, il est
vées, les pâturages et les forêts, qui d'ici 2050, si les efforts pour les réduire ne ments du blé tendre diminueraient de 33% prévu d’atteindre un taux de 100% d’épu-
représentent 60% de la surface de sont pas intensifiés, selon les estimations les années sèches, soit plus du triple de leur ration des eaux usées et l’économie de
la Terre, sont progressivement exposés à de l’Organisation des Nations unies pour baisse en année humide. Ces baisses de 2,4 milliards m3 par an. À cette échéance,
la variabilité accrue et au changement du l’agriculture et l’alimentation (FAO). Au rendement, dues au réchauffement, sont 1 million d’hectares de céréaliculture
climat. Les émissions de l'agriculture, des Maroc, comme ailleurs, l’agriculture est le directement liées au changement clima- seraient reconvertis en arboriculture
forêts et des pêches ont quasiment doublé premier secteur qui pâtit des impacts des tique, selon cette étude. Lors de la COP 22 sous-irriguée. n
au cours des cinquante dernières années et changements climatiques. Aussi, la FAO a à Marrakech en novembre 2016, les pre- Samir Banmalek
En partenariat avec

6 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Agropastoralisme

Un cadre juridique pour gérer les parcours pastoraux


Les parcours pastoraux sont pris en compte dans la stratégie agricole du en zones semi-arides et arides et qui consti-
Maroc. Activité qui table essentiellement sur l’élevage comme principale tuent traditionnellement les principales res-
source d’occupation et de revenu. Malgré leur immensité, les terrains de par- sources pastorales pour les populations se
cours, estimés à 53 millions d'hectares, nécessitaient un cadre juridique spé- trouvant dans ces zones, populations dont
cifique pour réguler leur utilisation et résoudre les conflits qui peuvent sur- l’activité d’élevage constitue la principale
gir. C'est à cet impératif que répond la loi sur la transhumance pastorale, la source d’occupation et de revenu. Or ces
gestion et l’aménagement des espaces pastoraux publiée en 2016 et dont les zones connaissent une réduction de plus en
textes d’application viennent d’être adoptés. plus importante de la superficie pastorale et
une dégradation des terrains de parcours.

L’
Organisation des Nations unies pour biens et des services écologiques essentiels. Ces phénomènes s'accompagnent d’une
l’alimentation et l’agriculture (FAO) S’ils sont bien gérés et évalués correctement, perte de diversité biologique menant à un
insiste beaucoup sur le fait que les ces systèmes peuvent contribuer à réduire la déséquilibre environnemental et une rup-
forêts et les systèmes agro-sylvo-pastoraux pauvreté et à assurer la sécurité alimentaire ture de l’équilibre entre offre fourragère et
en terres arides jouent des rôles économique, et des moyens d’existence durables à deux besoins alimentaires du cheptel.
social et environnemental essentiels. Cela milliards de personnes dans le monde. Répondant aux recommandations de la FAO
participe notamment à l’amélioration de Conscient de cette réalité, le Maroc s’est ins- et pour faire face à ces aléas et bien d’autres,
la durabilité de l’environnement et la rési- crit dans cette perspective à travers sa stra- le Maroc a jugé bon de réagir à cette situa-
lience des territoires ou des paysages. La FAO tégie agricole. En effet, il faut le souligner, au tion, et ce à travers un cadre juridique spé-
souligne que les forêts et les systèmes agro- Maroc les terrains de parcours couvrent 53 cifique et approprié à même d’apporter des
sylvo-pastoraux en terres arides abritent des millions d'hectares hors forêts et 9 millions solutions aux problèmes d’aménagement
espèces qui sont adaptées à des conditions d'hectares dans le domaine forestier alfa- et de gestion des parcours – comme cela a Les décrets d’application de la loi ont été adoptés en Conseil de gouvernement
écologiques extrêmes et fournissent des tier. Des surfaces situées dans leur majorité d’ailleurs lieu dans plusieurs pays du Sahel, au début d'avril.

encouragés dans ce sens par la FAO. Ce cadre


juridique prévoit également les règles d’uti-
lisation et d’exploitation des espaces pasto-
raux, l’organisation, la régulation et la réso-
lution des conflits qui peuvent surgir lors de
cette utilisation.
C’est dans ce sens qu’a été adoptée la loi 113-
13 (publiée en mai 2016, au Bulletin officiel
daté du 19 mai 2016) sur la transhumance
pastorale, la gestion et l’aménagement des
espaces pastoraux, loi dont les décrets d’ap-
plication ont été adoptés en Conseil de gou-
vernement au début de ce mois. Ce cadre
juridique définit tout d’abord les règles et
les principes de gestion, d’aménagement et
de création des espaces pastoraux. Il défi-
nit aussi le phénomène de transhumance
pastorale en vue d’assurer des conditions
durables et les ressources de vie aux popula-
tions concernées et leurs cheptels.
La loi définit les principes et règles régissant
le phénomène afin d’assurer l’exploitation
rationnelle des ressources et des biens des
espaces concernés et des collectivités terri-
toriales d’accueil. Elle prévoit, parallèlement,
des sanctions et des pénalités afin d’éviter
tout conflit à travers la responsabilisation
des parties (État, collectivités territoriales et
bénéficiaires). Le cadre juridique détermine
aussi les instances et organes chargés de la
transhumance pastorale à travers la mise en
place de structures spécifiques chargées de
la gestion du phénomène et des conflits qui
en découlent (associations ou organisations
professionnelles pastorales…).
Ce cadre juridique vient à point nommé,
tant en raison des conflits générés sur le
terrain qu’au vu de la taille de la population
concernée, malgré la nette régression de
son effectif. En effet, le dernier recensement
national (septembre 2014) révèle qu’au
Maroc, l’effectif de la population nomade
s’élève à 25.274 personnes, contre 68.540
en 2004, soit une baisse de 63%. Le nombre
de ménages nomades s’établit à 4.044, ce
qui correspond à une taille moyenne de 6,2
personnes, contre 4,6 au niveau national. La
structure familiale de cette population est
encore dominée par les ménages de grande
taille. Environ 68,2% des ménages nomades
sont constitués de cinq personnes et plus
(dont 32,8% sont formés de huit personnes
et plus), 10,6% de quatre, 8,1% de trois, 7,1%
de deux et seulement 6,1% sont formés
d’une seule personne.
Sur le plan régional, Draâ-Tafilalet totalise
près des deux tiers de la population nomade,
soit 60,8%. La région de Guelmim-Oued
Noun (21%) vient en seconde position, sui-
vie par Laâyoune-Sakia El Hamra (6,6%) et
Souss-Massa (6,3%). En revanche, les ré-
gions de l’Oriental, Eddakhla-Oued Edda-
hab et Fès-Meknès enregistrent les propor-
tions les plus faibles, respectivement 2,2, 2,1
et 1% de l’ensemble des nomades.
Les provinces à forte concentration de
nomades, à savoir Tinghir (21,5%), Midelt
(20,3%), Assa-Zag (13,8%) et Errachidia
(13,8%), enregistrent un peu moins des trois
quarts de la population nomade du pays.
Les provinces à concentration moyenne (2 à
6%) sont par ordre d’importance : Guelmim,
Tata, Zagora, Boujdour et Tarfaya. Les pro-
vinces à faible concentration (moins de 2%)
concernent : Tan-Tan, Es-Smara, Aousserd,
Figuig, Guercif, Taroudant, Oued Eddahab,
Agadir-Ida-Ou-Tanane, Taza, Tiznit, Sidi
Ifni, Chtouka-Aït Baha, Laâyoune, Taounate,
Ifrane, Jerada et Chichaoua. n
Brahim Mokhliss
Agro Supply Chain Focus :

Traçabilité Maîtrise des flux Compétitivité

SNTL Group accompagne la chaîne de valeur des filières agricoles et agro-alimentaires,


de l’approvisionnement des matières premières jusqu’à la distribution finale aux consommateurs.

www.sntlgoup.ma
En partenariat avec

8 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Entretien avec Désirée Bonis, ambassadeur du Royaume des Pays-Bas au Maroc

«Les Pays-Bas peuvent beaucoup contribuer au développement


des secteurs de l’agriculture et de l’élevage au Maroc»
Pour cette édition 2018 du Salon international de l'agriculture du Maroc, les orga-
nisateurs ont choisi les Pays-Bas comme pays à l'honneur. Superpuissance agri-
cole à la pointe de la technologie, le pays constitue un partenaire d'envergure
mondiale du Maroc dans le secteur agricole. Bien que le pays compte parmi les
plus petits États de l’Union européenne en termes de superficie, les Pays-Bas
sont le deuxième exportateur agricole et agroalimentaire au monde derrière les
États-Unis et l’un des trois plus grands exportateurs des fruits et légumes dans le
monde. Les principales filières d’exportations agroalimentaires sont les produits
de l'horticulture, la viande, les produits laitiers et les fruits et les légumes issus
notamment de la culture sous serre. Entretien avec S.E. Désirée Bonis, ambassa- Désirée Bonis.
deur du Royaume des Pays-Bas au Maroc.

Le Matin : Vous êtes pays hôte de cette Quels sont les axes sur lesquels vous
édition du SIAM. Qu'est-ce que cela allez baser votre participation ?
représente pour vous ? Les secteurs représentés au pavillon
Désirée Bonis : Nous sommes très hono- Holland sont l'horticulture, le secteur
rés d’être pays à l’honneur pendant cette laitier, l’agro-logistique et l’industrie
édition du SIAM. Le salon est une plate- agroalimentaire. D'une part, ces sec-
forme pour réunir les entreprises néer- teurs mettent en avant nos spécialités
landaises et marocaines ; le «Holland pa- dans le secteur agricole et, d'autre part,
villon» invite 30 entreprises actives, qui ils répondent aux besoins du côté maro-
sont venues partager leurs connaissances cain, puisqu’ils représentent les secteurs Il est
et engager des contacts commerciaux. de croissance du Maroc. De plus, il est formidable
Les Pays-Bas sont le deuxième exporta- nécessaire de concentrer l'agriculture que les Pays-
teur mondial des produits agricoles. davantage sur le développement durable
Bas puissent
Ceci est d’autant plus impressionnant dans un contexte où le changement cli-
considérant la taille modeste du pays, matique représente le défi principal au se présenter
qui de plus est entouré de mer, ce qui im- Maroc, et nous sommes prêts à échanger au SIAM en
plique la nécessité de faire preuve de gé- nos connaissances dans ce domaine. tant qu'expert
nie en termes de gestion de l’eau. Consi- dans le tut agronomique et vétérinaire IAV Has- partie de l'exportation bénéficie d’un ré-
dérant ces contraintes, la productivité est Quelles sont les priorités au niveau de san II, projet réalisé en partenariat avec seau agro-logistique sophistiqué. Le sec-
d’un niveau très élevé. la coopération agricole entre le Maroc et domaine l’Université de Wageningen aux Pays- teur est représenté au Holland Pavillon
Les Pays-Bas peuvent beaucoup contri- les Pays-Bas ? de l'agro- Bas. En ce qui concerne le secteur laitier, par des entreprises dans le commerce
buer au développement des secteurs de Dans le domaine de l’agriculture, les logistique, nous soutenons les petits producteurs et le stockage maraîcher, ainsi qu’une
l’agriculture et de l’élevage au Maroc, et Pays-Bas favorisent une approche du- le thème de lait dans la région de Doukkala pour grande entreprise du secteur automo-
le SIAM est une très bonne occasion de le rable. Les secteurs laitier et horticole, une meilleure gestion de leurs vaches de bile comme DAF. Cet élément essentiel
montrer. Une grande partie de l'expor- ainsi que la culture de pommes de terre
principal de race néerlandaise afin qu’elles donnent de la chaîne logistique a été travaillé dans
tation comprend également un réseau et d’oignons sont tous touchés par le l’édition 2018 la quantité de lait attendue, avec une nos entreprises, ports, voies navigables,
agro-logistique sophistiqué. changement climatique et motivent la du SIAM. meilleure alimentation, une meilleure ferroviaires et routières. Un expert de
Il est formidable que les Pays-Bas nécessité d’optimiser l’utilisation des hygiène et un meilleur équipement des l’Université de Wageningen, Peter Ra-
puissent se présenter au SIAM en tant ressources naturelles. L'horticulture uti- écuries. vensberger, prononcera un discours à ce
qu'expert dans le domaine de l'agro-lo- lisant des serres économiques en eau en sujet le mercredi 25 avril au SIAM. Nous
gistique, le thème principal de l’édition est un exemple. L’expertise néerlandaise Qu'en est-il du secteur de la logistique espérons pouvoir échanger nos connais-
2018 du SIAM. Nous aimerions partager est sollicitée pour la mise en place d’un qui est le thème de cette édition ? sances dans ce domaine pendant toute la
ces connaissances acquises aux Pays-Bas modèle de démonstration sur le site du En tant que deuxième exportateur mon- semaine de cette édition du salon. n
avec le Maroc. complexe horticole d’Agadir de l’Insti- dial des produits agricoles, une grande Propos recueillis par Souad Badri

«Triple A»

Une initiative marocaine pour l'Adaptation de l'agriculture africaine


L’année 2018 est celle de la concrétisa-
tion de l’initiative pour l'Adaptation de
l'agriculture africaine (AAA). Lancée en
amont de la COP 22 organisée à Mar-
rakech en 2016, l’initiative a pour objec-
tif de réduire la vulnérabilité de l’Afrique
et de son agriculture aux changements
climatiques. Elle propose plusieurs so-
lutions pour assurer la mise à niveau du
secteur agricole sur tout le continent.

L’
agriculture en Afrique se déve-
loppe et l’expertise marocaine
en la matière y est pour quelque
chose. Initiant «la triple A» ou l’initia-
tive pour l'Adaptation de l'agriculture
africaine (AAA), le Maroc a érigé la mise
à niveau de l’agriculture dans le conti-
nent en priorité. Un objectif partagé par L’initiative
bon nombre de pays africains et orga- «Triple A»
nisations internationales. En témoigne
le soutien apporté à l’initiative par 25 apporte des
pays africains, la Convention-Cadre des réponses à la
Nations unies sur les changements cli- problématique
matiques (CCNUCC) et l’Organisation de la pénurie
des Nations unies pour l’alimentation et
l’agriculture (FAO). L’initiative favorise la mise en place de projets concrets pour améliorer la gestion des sols, la maîtrise de l’eau agricole ainsi que la gestion des risques
d’eau agricole
Lancée en amont de la COP 22 organi- climatiques. Ph. Fotolia au niveau
sée à Marrakech en 2016, l’initiative a de plusieurs
pour objectif de réduire la vulnérabi- de tout le continent. Selon ses élabo- changements climatiques et s’inscri- mise en valeur. Dans un continent où zones du
lité de l’Afrique et de son agriculture rateurs, cette stratégie «constitue non vant dans le cadre de la vision africaine environ 66% des territoires se situent en
continent.
aux changements climatiques. Dans ce seulement une réponse clé aux chan- de S.M. le Roi Mohammed VI, l’initia- zones arides ou semi-arides et souffrent
sens, elle promeut et favorise la mise en gements climatiques, mais également à tive parviendra, selon les spécialistes, à du manque d'eau, les solutions propo-
place de projets concrets pour améliorer l'insécurité alimentaire». Se fixant l’ob- réduire l’écart agricole entre les pays du sées par l’initiative tombent à point.
la gestion des sols, la maîtrise de l’eau jectif de mettre l'Adaptation de l'agri- continent. Cinq axes prioritaires ont d’ailleurs été
agricole, la gestion des risques clima- culture africaine au cœur des débats et S’intéressant, entre autres, au volet des identifiés pour atteindre les objectifs
tiques et le renforcement des capacités des négociations climatiques et de cap- ressources hydriques, l’initiative «Triple escomptés.
et solutions de financement. ter une partie substantielle des fonds A» apporte des réponses à la problé- On y compte, en plus du renforcement
L’initiative a d’ailleurs été au menu des climat, l’initiative est passée au stade de matique de la pénurie d’eau agricole au de la mobilisation du potentiel hydrique
discussions lors de la dernière édition contribution au déploiement de projets niveau de plusieurs zones du continent. à travers la réhabilitation des ouvrages
du Forum Crans Montana, tenue en agricoles concrets. Les solutions en question sont orientées existants pour optimiser leurs capaci-
mars dernier dans la ville de Dakhla. L’année 2018 est considérée d’ailleurs résultats et production, précisent les tés et la construction de nouveaux ou-
Réunis dans le cadre d’un panel sur la comme celle de la mise en œuvre de experts en charge de la mise en œuvre vrages structurants, le développement
sécurité alimentaire et nutritionnelle cette initiative qui a recueilli le soutien de cette stratégie. Dans ce sens, l’ini- volontariste de l’irrigation complémen-
pour tous et l’agriculture durable en du groupe de la Banque mondiale, de tiative recherche une complémentarité taire. Cette liste comprend, entre autres,
Afrique, des responsables et des experts l’Agence française de développement entre aménagements de mobilisation de l’accompagnement volontariste du dé-
africains avaient mis en avant l’impor- et du gouvernement allemand. Accom- l'eau, aménagements hydro-agricoles, veloppement de l’irrigation par le ren-
tance d’une telle initiative afin de ga- pagnant les différents projets visant aménagement des parcelles, exploita- forcement des capacités. n
rantir la sécurité alimentaire au niveau à adapter l’agriculture africaine aux tion et renforcement des institutions et Ayoub Lahrache
En partenariat avec

MARDI 24 AVRIL 2018 Spécial SIAM 9

Produits du terroir

La valorisation et la promotion, la recette de l’Agriculture pour bien


positionner la filière sur les marchés
Le ministère de l’Agriculture a accéléré ces du pays. Au début de ce mois d’avril, le départe-
dernières années les actions de promotion ment de l’Agriculture a recruté une expertise tech-
et de valorisation des produits du terroir nique pour l’accompagner dans le développement
marocains. Le Plan Maroc vert prévoit des produits du terroir de Marrakech-Safi et la mise
d’ailleurs une multitude de mesures pour à niveau des coopératives de la région.
permettre au terroir marocain de pénétrer «La valorisation des produits du terroir, tout en
les marchés local et étranger. Appellation veillant sur la maitrise de la qualité, permet non
d’origine, mise à niveau des coopératives, seulement de profiter au système de production,
plan de valorisation… des projets à la pelle mais aussi de dynamiser le développement rural et
pour bien positionner la filière. sa continuité. Il convient, pour cela, dans le pro-
gramme d’accompagnement des coopératives, de

L
es produits du terroir marocain bénéficient créer une synergie entre l’amélioration de la qua-
d’un bon positionnement à cette 13e édition lité et le renforcement des ressources locales», ex-
du Salon international de l’agriculture du pliquent les services de Aziz Akhannouch. Concrè-
Maroc (SIAM). Leurs promotion et valorisation fi- tement, les objectifs attendus de cette assistance Fin 2017, l’Agriculture avait fait appel à une assistance technique pour élaborer un plan de développement des produits du
terroir de la région de Daraâ-Tafilalet.
gurent en bonne place dans le Plan Maroc vert. sont la mise à niveau des coopératives, et ce, à tra-
Ce dernier prévoit d’ailleurs plusieurs actions pour vers l’encadrement des unités pour l’amélioration et des outils de contrôle de la qualité. Sans oublier pour élaborer un plan de développement des pro-
permettre à ces produits de mieux pénétrer les de la qualité des produits existants et le dévelop- l’appui aux coopératives pour la réalisation des bi- duits du terroir de la région de Daraâ-Tafilalet avec
marchés local et à l’export. Ces actions se sont tra- pement de nouveaux produits. Il s’agit également lans financiers et le calcul des prix appropriés pour l’identification géographique protégée. L’opération
duites par plusieurs opérations de promotion et de de transférer des méthodes de transformation, des commercialiser leurs produits. Fin 2017, l’Agri- consiste en une délimitation géographique de pro-
valorisation ciblant pratiquement toutes les régions techniques de conditionnement et de conservation culture avait fait appel à une assistance technique duction du henné et du couscous de blé dur avec
la détermination des niveaux actuels et potentiels
de production et de productivité (superficies, pro-
ductions, rendements, etc.). À cela s’ajoutent la
caractérisation du matériel végétal du henné et du
blé dur existants et la connaissance de l’état orga-
nisationnel des secteurs et le niveau d’adhésion
des agriculteurs. Le plan ainsi concocté doit pré-
voir plusieurs actions, notamment l’exploitation
optimale et durable des potentialités de la région,
la valorisation optimale de la filière henné et cous-
cous de blé dur, la mobilisation des acteurs et orga-
nisation des professionnels et l’amélioration de la
commercialisation des produits.
Il s’agit également de proposer les projets et actions
à entreprendre pour le développement des pro-
duits de la région et de décliner les opérations à
mettre en œuvre afin de mettre à niveau et renfor-
cer les capacités des techniciens et des profession-
nels du secteur. Le projet fait partie du pilier Il du
Plan Maroc vert, lequel est consacré au développe-
ment d’une agriculture solidaire et sociale, domi-
nant principalement les zones de montagnes, les
oasis et les zones semi-arides. n 
 S.N.

Six produits sélectionnés


parmi 650 seront
primés lors du Salon

L’
argan, l’huile d’olive de Tyout-Chiadma, le
safran de Taliouine ou encore les dattes Ma-
jhoul du Tafilalet sont les produits emblé-
matiques du terroir marocain. Au-delà de la diver-
sité culturelle dont ils sont les témoins, les produits
du terroir représentent également un business qui
marche. En 2016, le chiffre d’affaires à l’export des
produits du terroir est passé de près de 10 millions
de DH à 320 millions. Mais cette niche a ceci de
particulier d’être portée essentiellement par des
coopératives généralement de petite taille.
Pour le développement de cette niche, le Plan Ma-
roc vert a axé sa stratégie sur la consolidation des
connaissances spécifiques à chaque produit afin
de professionnaliser les produits du terroir pour
aborder de manière professionnelle le secteur et
valoriser l'offre à travers la diversification et l'in-
tensification de la production, comme le souligne
le département de l’Agriculture. C’est dans cette
optique que l'Institut agronomique et vétérinaire
(IAV) Hassan II à Rabat a abrité, en mars dernier,
la troisième édition du concours des produits du
terroir, organisé par l'Agence de développement
agricole (ADA). Lors de ce concours, 650 produits
ont fait l'objet de dégustations. Six d'entre eux
seront primés en avril, en marge du SIAM par un
prix d'excellence. Le nombre de produits issus
du terroir et qui participent à ce concours est en
constante évolution et a triplé entre 2014 et 2018.
L’objectif est d’arriver à 1.000 produits en 2020. Les
produits du concours sont répartis en cinq catégo-
ries : miel, produits à base de fruits et légumes, pro-
duits laitiers, produits à base de céréale et huile ali-
mentaire. Les producteurs primés pourront utiliser
un label déposé à l'OMPIC en 2014 par le ministère
de l'Agriculture.
Ces labels servent aux producteurs comme un
outil de promotion lors des salons organisés à
l'international et des rencontres de business. Cette
labellisation a commencé en 2008 par la pro-
mulgation d’un dahir qui a créé le cadre juridique
indispensable qui permet la reconnaissance et la
protection des produits du terroir. Il est évident que
c'est l’argan qui reçoit la première indication géo-
graphique déposée par l’Association marocaine de
l’indication de l’huile d’olive de Tyout-Chiadma, la
clémentine de Berkane, le safran de Taliouine et les
dattes Majhoul du Tafilalet. L’agneau laiton a reçu
le label agricole déposé par l’Association nationale
ovine et caprine. n
Samir Benmalek
En partenariat avec

12 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Entretien avec Tariq Sijilmassi, président de directoire du Groupe Crédit Agricole du Maroc

«Nous entamons 2018 avec sérénité»


Ph. Fotolia

Avec plus de 50 ans au service du Cela passe par la banque classique, à tra-
monde agricole et rural, le Groupe vers notre filiale Tamwil El Fellah, ou via
Crédit Agricole du Maroc se réjouit de notre fondation ARDI pour le microcré-
pouvoir mener au quotidien sa mission dit. Nous avons aussi mis à la disposition
de service public dans le cadre d’une des agriculteurs un portail dénommé
vision globale alliant performance so- Fellah-trade.com, qui se veut une pla-
ciale et commerciale. Après une bonne teforme riche en informations agricoles
année 2017, il entame 2018 avec séré- et agro-industrielles au service de tous
nité et beaucoup d'ambitions. les professionnels, agriculteurs et entre-
Tariq Sijilmassi.
Le CAM accompagne les agriculteurs prises. Celle-ci répond aussi aux besoins
à travers le développement de plu- de conseil en termes de production, de
sieurs solutions comme le portail Fel- transformation et de commercialisation
lah-trade.com et l’espace CAM Trade aussi bien au niveau national qu’inter-
dédié à la promotion des activités liées national. Nous avons aussi créé CAM
aux opérations à l’international. CAM Trade (qui est le diminutif de Club Agro
entame l’année 2018 avec sérénité et Maroc Trade, Ndlr), un espace de rela-
beaucoup d’ambitions. tions publiques dédié à la promotion des
activités liées aux opérations à l’inter-
Le Matin-Éco : Le SIAM a retenu pour national et au profit des professionnels
l’édition 2018 le thème «Logistique des secteurs agricole et agro-industriel.
et marchés agricoles». Quelle place Ce club s’inscrit dans une dynamique
accorde le groupe au financement des volontariste et mène des actions axées
projets logistiques dédiés à l’agricul- sur la facilitation des échanges écono-
ture ? miques et l’accompagnement person-
Nous accor- Tariq Sijilmassi : Le Groupe Crédit Agri- nalisé des entreprises. Ce qui va leur
dons un inté- cole du Maroc (CAM) intervient dans permettre de mieux appréhender la
tous les maillons des chaines de valeur nature et les défis des marchés interna-
rêt particulier
Ph. Fotolia

agricoles. Il propose des accompagne- tionaux.


aux coopé- ments adaptés aux besoins des opéra-
ratives agri- teurs du secteur, que cela concerne la Quel est votre bilan 2017 ainsi que vos
coles, pour production, la commercialisation, l’ap- approche d’accompagnement de tous pertise cumulée depuis plus de 50 ans perspectives pour l’année 2018, qui
provisionnement ou la distribution. les maillons des chaines de valeur ali- au service du monde agricole et rural, promet une bonne campagne agricole ?
lesquelles
mentaires selon leurs spécificités. En ef- nous sommes en mesure de prendre en 2017 a été une bonne année avec une
nous avons Le CAM a décliné une stratégie sur fet, cette offre a été déclinée en 8 packs compte chaque problématique du sec- nette amélioration de tous nos indica-
mis en place mesure pour accompagner le plan de composés chacun de produits dédiés à teur et y apporter des solutions finan- teurs financiers, nos efforts ont été cou-
des solutions développement de l’agro-industrie. Où chaque phase allant de la fourniture des cières. Objectif : Lever les contraintes ronnés de succès. Le secteur agricole
adaptées afin en êtes-vous dans l’exécution de cette intrants et des équipements agricoles à qui entraveraient le développement des reste notre cœur de métier, et fait partie
stratégie ? l’exportation, en passant par la produc- projets agricoles. de notre ADN. Nous avons une mission
de commer- Suite à la signature du contrat-pro- tion, la valorisation du produit et le dé- Pour ce qui est de l’accès aux marchés, de service public, qui n’est dévolue à
cialiser des gramme de l’industrie agroalimentaire, veloppement commercial des marchés nous accompagnons les projets d’agré- aucune autre institution bancaire de la
produits du entre le gouvernement et les représen- marocain et étranger. gation à travers une approche globale. place, et nous sommes fiers de pouvoir la
terroir. tants de la profession du secteur agroa- Celle-ci inclut le financement aussi mener au quotidien dans le cadre d’une
limentaire en avril dernier 2017, nous Des opérateurs agricoles sont perfor- bien de l’agrégateur que des agrégés. vision globale alliant la performance
avons élaboré et mis en place une offre mants en termes de production et de À l’export, nous mettons à disposition sociale et commerciale. C’est d’ailleurs
complète et innovante. Notre offre qui qualité, mais ils trouvent des difficul- des opérateurs une gamme complète de notre credo pour l’année 2018 que nous
est aujourd’hui proposée par nos points tés à accéder au marché. Est-ce que le produits. Ainsi, nous accordons un inté- entamons avec sérénité et pour laquelle
de vente dédiés à l’agriculture et à CAM a développé des solutions pour rêt particulier aux coopératives agri- nous avons de grandes ambitions, sur-
l’agro-industrie est structurée en packs accompagner ces agriculteurs ? coles, pour lesquelles nous avons mis tout avec le bon niveau de pluie enregis-
et permettra d’arrimer l’amont agricole Partant de notre profonde connaissance en place des solutions adaptées pour tré jusque-là. n 
à l’aval industriel, et ce à travers une du secteur agricole marocain et de l’ex- commercialiser des produits du terroir.  Propors recuilleis par Souhir Benkirane
En partenariat avec

MARDI 24 AVRIL 2018 Spécial SIAM 13

Logistique des produits agroalimentaires

CMA CGM fait la promo de sa solution Reeflex au Salon


Le géant des mers français CMA CGM participe au Salon international de l’agri-
culture de Meknès. Dans son stand abrité par le Pôle produits, le groupe fait la
promotion de sa gamme de solutions de transport et logistique, notamment son
nouveau produit Reeflex, destiné à l'industrie agroalimentaire.

L
e géant français du transport CGM de faire la promotion de ses solu-
maritime, CMA CGM, prend de tions de transport et logistique, notam-
nouveau part au Salon inter- ment celle baptisée Reeflex. Il s’agit
national de l’agriculture de Meknès d’une solution de transport taillée sur
(SIAM). Dans son stand qu'abrite le Pôle mesure pour les liquides. «CMA CGM
produits, CMA CGM met en avant son s’engage à offrir à ses clients un service
offre de service de 20 lignes maritimes, de la plus haute qualité et de traiter les
combinée avec sa filiale MacAndrews, marchandises précieuses avec la plus
dont 6 lignes dédiées à l’export des grande efficacité.
produits agricoles marocains. «Lors du Les produits finis comme les boissons,
Salon, le groupe présentera son exper- en cours de traitement, et les liquides
tise Reefer, sa qualité de services, son sont des cargaisons sensibles. Pendant
réseau mondial d’agences et ses atouts leur transport, ils exigent une attention
commerciaux», indique l’entreprise toute particulière. En partenariat avec
tricolore. «Logistique et marchés agri- Liqua et Teconja, CMA CGM offre la
coles» est le thème de cette 13e édition solution de transport la plus innovante
du SIAM. Une occasion donc pour CMA pour les liquides dans les conteneurs Les conteneurs Reeflex ont une composition particulière : polyéthylène, polypropylène et acier inoxydable.

Reefer de 40 pieds», détaille le groupe.


Ce dernier indique que sa solution per-
met de préserver la qualité du produit
transporté. «La solution est hygiénique
et respectueuse de l’environnement.
Les conteneurs Reeflex ont une com-
position particulière : polyéthylène,
polypropylène et acier inoxydable.
Ils disposent d’une capacité de 12.000
à 24.000 litres avec une vanne de dé-
charge à verrouillage scellé», souligne
CMA CGM. «Nombreux sont les pro-
duits qui nécessitent une tempéra-
ture, une humidité ou une atmosphère
contrôlée.
Pour ces marchandises sensibles fai-
sant appel au transport par conteneur
réfrigéré, le moindre détail fait toute
la différence. C'est pour cela que CMA
CGM s'appuie sur sa large flotte de
conteneurs réfrigérés, les nombreux
atouts inhérents à sa nature de leader
mondial du transport maritime, et ses
nombreux experts Reefer pour dépas-
ser les attentes des clients», fait valoir
CMA CGM.
Dirigé par Rodolphe Saadé, le groupe
basé à Marseille, est présent dans plus
de 160 pays à travers un réseau de plus
de 755 bureaux, employant plus de 30.
000 personnes dans le monde dont
4.500 en France. Doté d’une flotte jeune
et diversifiée de 504 navires, CMA CGM
affirme desservir plus de 420 ports de
commerce sur 521 mondiaux.
Il est présent sur toutes les mers du
globe avec plus de 200 services mari-
times. Grâce à cette présence mondiale
et ses navires performants tels que le
CMA CGM Bougainville, le groupe a
transporté l'année dernière un volume
de 18,95 millions d'EVP (équivalent 20
pieds). n 
 S.N.

Carte de visite

Basé à Marseille, le Groupe CMA CGM


rayonne dans plus de 160 pays à travers
son réseau de plus de 755 bureaux, em-
ployant plus de 30.000 personnes dans
le monde (dont 4.500 en France).
Doté d’une flotte jeune et diversifiée de
504 navires, le Groupe CMA CGM des-
sert plus de 420 ports de commerce sur
521 mondiaux. Il est présent sur toutes
les mers du globe avec plus de 200 ser-
vices maritimes. Grâce à cette présence
mondiale et ses navires performants tels
que le CMA CGM Bougainville, le Groupe
CMA CGM a transporté l'année dernière
un volume de 18,95 millions d'EVP.
Le siège social du Groupe, la Tour CMA
CGM, réunit à Marseille 2.400 collabo-
rateurs. Il est à l’image d’un acteur éco-
nomique français majeur. En effet, CMA
CGM compte 6.300 clients français et le
Groupe est le premier employeur privé
de Marseille, ville où il a été créé en 1978.
En partenariat avec

14 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Agrobusiness

Cap sur le développement des chaines de valeur


En partenariat avec la Banque mondiale, le ministère de l’Agriculture lancera
cette année un programme de développement des chaines de valeur agro-ali-
mentaires. Cette initiative, qui prévoit plusieurs mesures sur le plan logistique,
permettra aux petites et moyennes entreprises de l’agrobusiness d’accéder à de
nouvelles opportunités de marché, localement et à l’international.

L
e ministère de l’Agriculture le développement de la logistique.
planche sur un programme Sur ce volet, un soutien financier et
de renforcement des chaines technique sera accordé aux interpro-
de valeur agroalimentaires. Ce pro- fessions, essentiellement Maroc Citrus
gramme quinquennal (2018-2022), et Interprolive, afin de leur permettre
financé par la Banque mondiale pour de devenir des plateformes efficaces
environ 2 milliards de DH, a pour ob- et inclusives pour les acteurs de la
jectif de faciliter l’accès aux marchés filière. En outre, le programme pré-
pour les producteurs agricoles, les voit d'apporter des ajustements aux
PME agro-industrielles et le secteur instruments du PMV existants pour
de l’agrobusiness en général, grâce à la promotion de l'investissement
la valorisation des produits agricoles privé en vue d'améliorer leur impact
et au renforcement des plateformes structurant sur certaines chaînes de
logistiques. Un accent particulier sera valeur ainsi que l'inclusion et l'accès
mis sur les chaînes de valeur de l'oli- au financement pour les petites et
vier et des agrumes. Ce projet, qui moyennes entreprises et les produc-
est piloté par la direction de déve- teurs.
loppement des filières de produc- À ce niveau, il est prévu l’amende-
tion, a essentiellement pour objec- ment de la loi 04-12 sur l'agrégation
tif d’appuyer la mise en œuvre de la afin de permettre la vente directe
seconde phase Plan Maroc vert (PMV) de fruits et légumes issus des projets
Le projet est piloté par la direction de développement des filières de production, relevant du ministère de l'Agriculture.
qui accorde une attention particulière d'agrégation à la grande et moyenne
au développement de l’aval industriel. distribution et à d'autres plateformes des mesures sur le plan logistique. Le naux qu’à l’export. Cet axe a pour
Il s’appuie pour sa mise en œuvre sur de commercialisation modernes. De marché de gros dont la préparation est objectif également d’améliorer la ca-
les contrats-programmes filières et le même, de nouvelles incitations à l’in- Le programme la plus avancée est celui de la région pacité des PME productrices et agro-
contrat-programme agroalimentaire vestissement dans les unités de valo- comprend de Rabat-Salé-Kénitra. Par ailleurs, le industrielles à valoriser leurs produits
(signé en avril 2017). risation des filières olives et agrumes programme vise à améliorer la trans- via l'innovation. Quatre sous-pro-
deux axes
Globalement, 4 objectifs «ambitieux» sont envisagées dans le cadre du ré- parence de l'information sur les mar- grammes seront inclus, dont l’amélio-
sont à atteindre : «L’augmentation gime d'aide universel du Fonds de d’interven- chés et à la rendre plus accessible aux ration de la sécurité sanitaire des ali-
du volume de la production agri- développement agricole (FDA). S’y tion, dont petits et moyens producteurs. Ceci à ments (renforcement de la capacité de
cole valorisée», «Le renforcement ajoute, pour ces filières, la conduite l'un porte sur travers la modernisation de la plate- l'Office national de sécurité sanitaire
des investissements privés dans les d’une expérience pilote d’un nouveau l’amélioration forme existante Asaar, le renforcement des produits alimentaires) et la pro-
chaines de valeur sélectionnées (olive mécanisme de soutien (alliances pro- de l'unité de suivi et d'analyse des prix motion des normes de qualité et des
et agrumes)», «La mise en conformité ductives) au profit des groupements de l'efficacité de marché, ainsi que l'intégration de systèmes de certification. S’y ajoutent
des opérateurs privés aux normes de de producteurs souhaitant conclure et de l’inté- nouveaux outils TIC (applications mo- le renforcement des services de déve-
qualité et de sécurité sanitaire des pro- des partenariats commerciaux avec gration du biles, SMS, etc.) pour atteindre jusqu’à loppement commercial et de soutien
duits alimentaires» ainsi que «L’appui les acheteurs. marché, via 200.000 utilisateurs. technique au secteur agroalimentaire
au développement de l’innovation». Concernant toujours l’amélioration S’agissant du second axe d’interven- (création de 2 centres d'innovation
Pour la réalisation de ces objectifs, de l'efficacité et de l’intégration du
notamment tion, il vise à améliorer la valeur ajou- agroalimentaire) ainsi que le lance-
le programme comprend deux axes marché, le programme soutiendra le dévelop- tée des produits agroalimentaires, y ment d’un mécanisme de finance-
d’intervention. Le premier porte sur la création de nouveaux marchés de pement de la compris les aspects sanitaires, afin ment des projets d'innovation de PME
l’amélioration de l'efficacité et de l’in- gros ainsi que la modernisation de la logistique. d’aider les professionnels à accéder à et d'organisations de producteurs. n
tégration du marché, via notamment gestion de ceux déjà existants, avec de nouveaux débouchés tant natio- Moncef Ben Hayoun

Matériel agricole

Les bonnes prévisions de la campagne feront-elles repartir les ventes ?


Les importateurs et distributeurs de
matériel agricole misent gros sur le
SIAM. La récolte agricole qui s'annonce
bonne devrait faire repartir à la hausse
les ventes. En tout cas, les profession-
nels y croient et mettent les petits
plats dans les grands pour conclure de
bonnes affaires.

L
es professionnels du matériel agri-
cole doivent certainement se frot-
ter les mains. La grand-messe de
l’agriculture (SIAM), qui démarre ce 24
avril à Meknès, constitue, en effet, une Le taux de
véritable aubaine pour les importateurs mécanisa-
et distributeurs de matériel agricole. Pour
tion, estimé
certains, les commandes engrangées lors
du SIAM représentent jusqu’à la moitié actuellement
de leur chiffre d’affaires annuel. L’Asso- à 0,4 ch/ha,
ciation marocaine des importateurs du reste en deçà
matériel agricole (AMIMA) y croit et met des objectifs
les bouchées doubles pour une meil-
leure visibilité au SIAM qui accueille des fixés par la
centaines de milliers de visiteurs. Si les FAO et le Plan
ventes de tracteurs ont accusé le coup ces Maroc vert, à
dernières années, le marché s'annonce savoir 1 ch/ha.
À fin février 2018, les ventes de tracteurs neufs ont bondi de 20% à 266 unités contre 219 la même période de 2017.
prometteur en ce début d’année. À fin
février 2018, les ventes de tracteurs neufs tions survenues ces dernières semaines par l'État, notamment les subventions et améliorer ce taux, des discussions sont en
ont bondi de 20% à 266 unités contre augurent d’une bonne récolte céréalière, l'accès au financement, devraient faire cours entre les professionnels et le minis-
219 la même période de 2017. Pour l’en- autour de 98,2 millions de quintaux, repartir à la hausse les ventes de maté- tère de l’Agriculture afin de mettre à jour
semble de l’année écoulée, la croissance a comme annoncé lundi lors des Assises de riel agricole. D’ailleurs, la 13e édition du le référentiel des subventions, dont les
été de 22% à 2.350 tracteurs commercia- l'agriculture. En effet, le cumul pluviomé- Salon est placée sous le thème de la logis- procédures d’octroi seront encore assou-
lisés. «Il est à noter que l’année 2016 avait trique moyen national a atteint 367,7 mm tique et des marchés agricoles. Elle met- plies. Autre élément important : le finan-
enregistré le plus bas niveau des ventes au 16 avril 2018, soit une hausse de 16% tra notamment en exergue les différents cement. En 2013, une convention avait
des 10 dernières années, avec seulement par rapport à la normale (316,7 mm), a mécanismes et efforts déployés par le été signée entre Crédit Agricole du Maroc
1.934 unités, soit une baisse de 35% par annoncé la semaine dernière le minis- Plan Maroc vert pour une meilleure mé- et l’AMIMA. Elle a permis aux agricul-
rapport à 2015. Malgré une légère évolu- tère de l'Agriculture. Ce dernier a rassuré canisation des exploitations, comme les teurs de bénéficier d’un financement plus
tion en 2017, l’activité marquait toujours sur la bonne évolution de la campagne subventions destinées aux agriculteurs. souple et plus rapide. Cette convention
un recul par rapport à la moyenne des agricole et le bon état phytosanitaire des «Ces aides étatiques ont constitué un le- sera révisée incessamment afin de redy-
cinq dernières années. C'est également le cultures. De même, les réserves des bar- vier important dans le développement de namiser le secteur et améliorer le taux
volume le plus faible, après 2016, depuis rages à usage agricole se sont nettement la mécanisation et permis au secteur de de mécanisation. Une révision que les
l’avènement du Plan Maroc Vert (PMV)», améliorées par rapport à leur niveau de connaitre une croissance notable. Néan- professionnels espéraient avant le SIAM.
détaille l’AMIMA. démarrage de la campagne, se situant à moins, et malgré ces aides étatiques, le Contactée par «Le Matin», Nima Guitou-
Avec le relatif dynamisme des deux pre- 8,88 milliards de m3, soit un taux de rem- taux de mécanisation, estimé actuelle- ni, chargée de mission auprès de l’AMI-
miers mois de l'année, l’espoir est per- plissage de 67%, contre 54% la campagne ment à 0,4 ch/ha, reste en deçà des objec- MA, nous confie qu’elle aura lieu après le
mis grâce à une campagne agricole qui précédente à la même date. Tous ces élé- tifs fixés par la FAO et le Plan Maroc vert, SIAM. n
s’annonce prometteuse. Les précipita- ments, mais aussi les mesures déployées à savoir 1 ch/ha», regrette l’AMIMA. Pour Mohamed Amine Hafidi
En partenariat avec

MARDI 24 AVRIL 2018 Spécial SIAM 15


Entretien avec Ronan De Hercé, directeur de Syngenta Morocco

«Syngenta investit plus de 1,3 milliard de dollars en Recherche


et Développement annuellement»
Syngenta Maroc, société spécialisée dans la protection et région du Souss. À l’échelle du conti-
l'amélioration des cultures, participe cette année à la 13e nent africain, ce sont plus de 3.000
édition du SIAM. Cette filiale du géant mondial Syngenta personnes qui travaillent sur plus de 50
est fortement présente sur le marché marocain à travers pays, avec toujours ce même objectif qui
une large gamme de produits et une équipe d'ingénieurs est la devise de notre société : «Libérer
régionaux entièrement dédiée au conseil et à l'orientation le potentiel des plantes» (Bringing plant
de l'agriculteur. potential to life).
Le Matin : Parlez-nous de l’activité
Syngenta Maroc et son rôle en matière Vous avez annoncé avoir mis en place
de sécurité alimentaire. une stratégie d'entreprise en ligne avec
Ronan De Hercé : Syngenta Maroc se po- les prérogatives du Plan Maroc vert et
sitionne de manière stratégique dans la les exigences du développement res-
chaîne de valeur au service de la sécurité ponsable. Dites-nous-en plus...
alimentaire dans et en dehors des fron- Syngenta a annoncé en 2013 le lance-
tières du Royaume. En effet, notre mis- ment du «Good Growth Plan», une ini-
sion sur le continent africain consiste à tiative à l’échelle du monde au travers
accompagner les producteurs à toujours de laquelle notre société a pris 6 enga-
Ronan De Hercé. mieux satisfaire la demande en quantité gements forts, tangibles et dont les per- La portion de notre offre qui comporte Votre activité appelle des investis-
et en qualité de la part des marchés lo- formances sont auditées annuellement des produits de protection des plantes fait sements importants en matière de
caux et mondiaux. Cela passe par le dé- via des observateurs externes et objec- en effet régulièrement l’objet de discus- recherche. Quelle est votre stratégie
veloppement et l’apport d’innovations tifs. Parmi ces engagements figurent sions, voire de polémiques. Nous restons dans ce sens ?
et leur accompagnement au quotidien ceux d’améliorer la condition des petits absolument à l’écoute des challenges qui Syngenta investit plus de 1,3 milliard
dans le déploiement de celles-ci, avec producteurs et de rendre les cultures nous sont adressés, en prenant à chaque de dollars en Recherche et Développe-
comme destination finale de meilleurs plus efficientes, tout en préservant la fois la peine d’en vérifier l’exactitude ment annuellement.
rendements et une rentabilité accrue. biodiversité et en protégeant les opéra- scientifique. À ce titre, il est essentiel de Il s’agit d’une portion significative de
C’est ainsi que Syngenta Maroc se posi- teurs. Au-delà des intentions, la mise rappeler les mesures de contrôle impor- notre chiffre d’affaires, qui se décline
«Notre por- tionne auprès de ses clients, depuis le en œuvre de chacun de ces chantiers il- tantes qui existent en amont de la mise dans les domaines de la protection des
tefeuille de grand groupe exportateur jusqu’au plus lustre parfaitement l’alignement de nos sur le marché de nos produits et de leur plantes et des semences. Cette alloca-
solutions modeste producteur. activités avec le Plan Maroc vert. Notre homologation. Dans ce domaine, le Ma- tion ne pourra être réduite dans les an-
innovantes se portefeuille de solutions innovantes se roc ne fait pas exception, en maintenant nées à venir, car il s’agit là de la raison
Quel est votre positionnement sur le décline en effet par filière et est achemi- de hauts standards définis et contrôlés d’être de notre société.
décline par
marché national et continental dans le né au plus près du terrain via un réseau par des équipes particulièrement com- Elle pourra cependant s’étendre et se
filière et est domaine de la protection et de l'amé- de distribution régional, le tout accom- pétentes au sein de l’Office national de spécialiser via des acquisitions ou des
acheminé au lioration des cultures ? pagné par nos équipes d’ingénieurs et sécurité sanitaire des produits alimen- partenariats, tout en se rapprochant des
plus près du Notre filiale marocaine regroupe 50 techniciens spécialisés. Il ne fait aucun taires (ONSSA). Nous nous considérons problématiques du marché, des besoins
terrain via employés, en charge du déploiement doute que ces éléments participent de partenaires de l’ONSSA et entendons des agriculteurs et des exigences des
technique de la commercialisation de la modernisation de l’agriculture ma- rester parfaitement alignés sur la règle- consommateurs.
un réseau de nos technologies dans les deux do- rocaine en maintenant une attention mentation locale. Mais notre offre va au- À ce titre, le digital est appelé à jouer un
distribution maines distincts que sont la protection particulière aux bénéfices que les petits delà des produits, et peu de sociétés sont rôle majeur et les récentes acquisitions
régional.» des plantes et les semences. Une struc- exploitants tireront de cette révolution. en mesure de proposer un tel accom- de Syngenta montrent notre volonté de
ture parallèle en charge de la recherche- pagnement qui, à terme, permettra une ne pas rester au bord du chemin dans ce
développement et de la production de À l’ère où les produits de protection des réduction des intrants via une utilisation domaine. n
semences de maraîchage emploie éga- cultures sont décriés de part et d’autre, plus efficiente et de meilleures pratiques Propos recueillis par
lement plus de 200 personnes dans la qu’en est-il de votre offre ? agricoles. Mounia Senhaji
En partenariat avec

16 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Région

Le Loukkos, ce périmètre à fort potentiel


De par sa position stratégique et son Une zone à vocation agricole
climat méditerranéen, le périmètre du Les cultures au Loukkos sont multiples  :
Loukkos regorge d’importantes poten- cultures sucrières (308.579 tonnes),
tialités en termes de richesses naturelles cultures oléagineuses (22.848,4 t), cé-
et humaines permettant de créer de la réales (183.437,2 t), fourrages (362.480
valeur et de générer des revenus, surtout t), maraîchage (512.472,4 t), arbo-
avec l’appui du Plan Maroc Vert. riculture (133.502,8 t). Ce qui porte
le nombre total de productions des
cultures à 1.534.359,8 tonnes. Cela

L
imité à l'ouest par l'Océan At- confirme que le secteur agricole est
lantique et débordant du qua- réellement au centre des préoccupa-
drilatère formé par les villes de tions de développement de la région.
Larache et Ksar El Kébir et les centres En plus de sa contribution à l’économie
autonomes de Moulay Bousselham nationale, son impact social revêt une
et Lalla Mimouna, le périmètre du importance réelle, de par sa contribu-
Loukkos couvre une superficie de tion à générer des revenus et à favoriser
2.560 km². Situé au nord-ouest du Ma- la création d'emplois. L’Office régional
roc entre les régions du Tangérois et du de la mise en valeur agricole est, entre
Gharb et se trouvant au milieu de l'axe autres, engagé dans cette mission.
Rabat-Tanger, cette zone présente les
caractéristiques des bassins d'oueds Les petits fruits rouges,
côtiers : un relief de collines marneuses renommée internationale
entourant une plaine basse initialement du territoire
marécageuse en quelques endroits. Le Loukkos accapare la production
Cette plaine est actuellement protégée nationale de la filière des petits fruits
par le barrage Oued El Makhazine et un rouges, qui englobe les cultures de la
endiguement approprié. La population fraise, de la framboise et de la myrtille.
de la zone d’action de l’Office s’élève à Selon les données officielles commu-
535.174 habitants (RG 2004), dont po- niquées, les petits fruits rouges sont en
pulation urbaine : 240.597 habitants, plein développement et font la renom-
population rurale : 294.577 habitants et mée internationale du territoire. Il en
agriculteurs : 29.400. ressort que la superficie de la fraise au
Côté climat, la zone est caractérisée niveau national est de 3.300 ha, dont 2
par l'alternance d'une saison humide 600 ha dans le périmètre du Loukkos,
et fraîche de novembre à avril (tem- 616 ha dans le périmètre du Gharb et 84
pérature moyenne en hiver de 11 °C) ha dans le périmètre de Souss-Massa.
et d'une saison sèche très accusée et La répartition en pourcentages par péri-
chaude de mai à octobre (température mètre s'établit comme suit :
moyenne en été de 25 °C). La pluvio- • Périmètre du Loukkos : 78,8%.
métrie moyenne annuelle est d'environ • périmètre du Gharb : 18,7%.
700 mm concentrée pour sa quasi-to- • Périmètre de Souss-Massa : 2,5%.
talité entre le 15 octobre et le 15 avril En ce qui concerne les exportations performance s’explique notamment par
avec une pluviométrie intéressante. marocaines des fruits rouges durant la les actions entreprises dans le cadre de
Palette de production diversifiée, péri- campagne précédente (2016-2017) et la stratégie du Plan Maroc Vert.
mètre irrigué du Loukkos avec possi- conformément aux chiffres officiels de
bilité de cultures diversifiées et à haute l'Établissement autonome de contrôle L'élevage monte en production
valeur ajoutée, avantages compara- et de coordination des exportations Le secteur de l’élevage n’est pas en reste.
tifs pour plusieurs produits destinés à (EACCE), le Maroc a produit 140.000 Cette branche a connu une forte muta-
l’export (fruits, légumes…), offre im- tonnes de fraise et en a exporté 72.054 tion enregistrant une croissance écono-
portante et typique de produits du ter- tonnes, 20.219 tonnes à l'état frais et mique importante. Les statistiques du
roir reflétant la spécificité et la richesse 51.835 tonnes à l'état surgelé. Le reste cheptel faisaient état de 110.000 têtes
naturelle et culturelle de la région, sa- est écoulé sur le marché national. Pour de bovins, dont 87% améliorés. 308.400
voir-faire et main-d’œuvre qualifiée, la framboise, la production est de 15.900 têtes d'ovins et 52.100 têtes de caprins.
infrastructure développée : autoroute, tonnes et la quantité exportée est de La production laitière est estimée quant
réseau routier et pistes, infrastructure 14.317 tonnes, 13.308 tonnes à l'état frais à elle à 160,2 millions de litres. Ces diffé-
portuaire importante… Ce sont là autant et 1.009 tonnes à l'état surgelé. rentes espèces jouent un rôle de premier
d’atouts qui aident l’Office régional de La production de la myrtille est de 16.825 plan dans la production alimentaire. La
la mise en valeur agricole à exécuter tonnes et la quantité exportée est de collecte laitière est de 103,2 millions de
les programmes du Plan Maroc Vert. 15.984 tonnes, 15.367 tonnes à l'état frais litres, soit 64,4% de la production totale.
De plus, cette zone est très proche de et 617 tonnes à l'état surgelé. La destina- Pour ce qui est de la viande rouge, elle
l’Europe (150 km) et dotée d’un des tion principale des fruits rouges expor- est de 7.165 tonnes par carcasse. n
plus grands ports de la Méditerranée : tés est essentiellement les marchés de Najat Mouhssine
Tanger Med. l'Union européenne. Cette remarquable Reportage photos Aissa Saouri

Entretien avec Mohamed Doudouch, ingénieur en chef département du développement agricole ORMVA du Loukkos

«Il est temps de diversifier les marchés agricoles pour augmenter


les exportations»
L’Office régional de la mise en valeur coopératives agricoles pour les produc- ment solidaire de la petite agriculture. agricole du Loukkos accompagne les
agricole est engagé dans le développe- teurs de pomme de terre et d’arachide. Concernant le pilier I, l’Office régional coopératives pour obtenir les attesta-
ment d’une agriculture à forte valeur Pour les producteurs de pomme de de mise en valeur agricole du Loukkos tions sanitaires. Certains produits ont
ajoutée. Quelles sont vos actions dans terre, deux unités frigorifiques pour le accompagne les investisseurs dans le été labellisés.
ce sens ? stockage de pomme de terre verront le cadre incitatif innovant (subventions Concernant l’aspect commercialisa-
Depuis le lancement du Plan Maroc jour dès l’année prochaine. Le coût de ciblées) et l’accès au foncier ; et les sen- tion, ces coopératives participent aux
Vert, l’Office régional de mise en va- ces deux unités dépasse les 30 millions sibilise aux avantages de l’agrégation. différents salons agricoles, à l’échelle
leur agricole du Loukkos a réalisé un de DH. Une agropole est programmée dont les nationale et internationale.
ensemble de projets importants qui études ont déjà démarrés.
portent sur la préparation de l’infras- Mohamed Doudouch. Quel état des lieux au titre de l’année Quant au pilier II, différents projets ont Un mot sur la 13e édition du SIAM
tructure de base pour le développe- 2017/2018 ? été installés : deux fromageries de valo- Le thème de la 13e édition du Sa-
ment d’une agriculture à forte valeur La campagne agricole en cours se passe risation du lait de chèvre, une unité de lon international de l’Agriculture au
ajoutée. dans des conditions normales. Les séchage de figues par l’énergie solaire, Maroc(SIAM) qui se déroulera à Meknès
Le premier projet concerne l’aménage- précipitations dépassent les 750 mm une unité de séchage et distillation des du 24 au 28 Avril 2018 est la «Logistique
ment d’un nouveau secteur, le secteur contre 580 l’année passée à la même plantes aromatiques et médicinales, et Marchés Agricoles».
Dar Khroufa, d’une superficie de 21.000 Voir la vidéo sur date, avec une bonne répartition dans une grande unité et deux petites de Cet évènement annuel est devenu
lematin.ma
ha, totalement irrigué en goutte-à- le temps. Ceci a permis un bon déve- trituration des olives et plantation de un des plus grands évènements de
goutte à partir d’un nouveau, barrage loppement des différentes cultures 1.000 ha d’olivier et 560 ha de figuier. l’Afrique et le rendez-vous incontour-
Dar Khroufa. Le coût de ce projet est de (céréales, cultures sucrières, légumi- Ces projets ont été cédés. nable de l’agriculture et des opérateurs
trois milliards de DH. neuses, pomme de terre…). du secteur agricole. Le plan Maroc vert
Le second projet porte sur le change- Les rendements pour les céréales par Qu’en est-il de l’accompagnement des a franchi plusieurs étapes (organisa-
ment de mode d’irrigation en passant exemple dépasseront les 30 quintaux à agriculteurs ? tion, encouragement des investisse-
de l’aspersion au goutte-à-goutte dans l’hectare. L’Office régional de mise en valeur agri- ments, agrégation, production, valo-
le cadre du projet national d’économie cole du Loukkos accompagne à travers risation, qualité…) maintenant il est
d’eau d’irrigation, sur une superficie de Quels sont les efforts déployés pour des actions d’encadrement (formation, temps de diversifier les marches agri-
23.000 ha. Le coût de ce projet est de accompagner le Plan Maroc Vert ? conseil agricole) les projets réalisés au coles pour augmenter les exportations.
sept cents millions de DH. Le plan Maroc vert s’articule autour de profit des coopératives bénéficiaires; La logistique est désormais un enjeu
Toujours dans les secteurs irrigués, deux piliers, le pilier I qui vise le déve- une attention particulière a été accor- majeur pour la pérennisation de notre
surtout au niveau des petits agricul- loppement accéléré d’une agriculture à dée aux aspects de la qualité, notam- agriculture et le développement de
teurs, l’Office régional de mise en forte valeur ajoutée et à forte produc- ment l’aspect sanitaire. Dans ce cadre ses débouchés. n
valeur agricole du Loukkos a créé des tivité et le pilier II par l’accompagne- L’Office régional de mise en valeur Propos recueillis par N.M.
En partenariat avec

MARDI 24 AVRIL 2018 Spécial SIAM 17

Développement

Le SIAM, un véritable levier socio-économique


de Meknès et sa région
Avec un flux dépassant les 800.000 visi-
teurs et la large couverture médiatique
qu'il suscite tout au long de ses six jours,
le Salon international de l’agriculture de
Meknès (SIAM) est devenu au fil des ans
un véritable levier socio-économique de
la ville et sa région et une vitrine pour la
promotion de l’agriculture locale, régio-
nale et nationale.

À
l’heure de l’ouverture de la 13e
édition de cette messe de l’agri-
culture marocaine, les autorités
locales et les organisateurs du SIAM sont
à pied d’œuvre pour optimiser au maxi-
mum les retombées socio-économiques
de ce rendez-vous agricole d’envergure,
que ce soit en matière de création d’em-
ploi, de stimulation de l’investissement
ou de promotion touristique de la capi-
tale ismaélienne.
C’est au niveau des unités hôtelières de
la ville que l’impact du SIAM est le plus
visible. En effet, tous les hôtels de la
place, toutes catégories confondues, af-
fichent complet à l’approche de l’ouver-
ture du Salon. Les participants et les vi-
siteurs venus d’ailleurs prennent en effet
le soin de réserver leurs hôtels des mois Tous les hôtels de la place, toutes catégories confondues, affichent complet à l’approche de l’ouverture du Salon.
à l’avance. Et comme la capacité litière
de la ville n’est pas en mesure d’absorber quable. Si la première édition n'a enre- jusqu'au 28 avril, est placée sous le «Pôle Produits», le «Pôle Produits du
la forte demande à l’occasion du Salon, gistré que 25 coopératives seulement, thème «Logistique et marchés agri- Terroir», le «Pôle Élevage» et le «Pôle
des Meknassis transforment leurs domi- le SIAM-2018 connaîtra la participation coles». Déployé sur une superficie de Machinisme».
ciles en maisons d’hôte pour la circons- du nombre record de 393 unités, sachant 180.000 m², dont 87.000 couverts, ce Sa- Les Pays-Bas sont l’invité d’honneur
tance. Au-delà des centaines d’emplois que 750 demandes ont été formulées lon devrait accueillir plus de 1.400 expo- Le Salon est de cette édition. Considéré comme la
directs générés par cette manifestation, cette année. Outre la grande diversité sants issus de 67 pays et plus de 850.000 devenu la «porte de l’Europe», ce pays bénéficie
le SIAM est devenu la locomotive d’une des produits, les initiateurs du SIAM visiteurs. Le SIAM, qui compte parmi locomotive d’un réseau logistique de premier plan
véritable économie locale, dont bénéfi- notent une amélioration nette en ce qui les plus grands événements de l’Afrique et représente l’une des places centrales
d’une véri-
cient habitants, commerçants, hôteliers concerne la qualité des produits et des dédiés à l’agriculture et aux opérateurs du commerce européen et mondial pour
et restaurateurs, qu’ils soient à Meknès, packagings, ce qui s'est répercuté sur le du secteur agricole, est organisé autour table écono- les produits agricoles. Le modèle néer-
Fès, El Hajeb ou à Ifrane. plan de la commercialisation. Plus de de 9 pôles, à savoir le «Pôle Régions», mie locale. landais constitue un benchmark inté-
Selon les organisateurs, l'évolution de 65% du chiffre d'affaires est réalisé lors le «Pôle Sponsors et Institutionnels», ressant par rapport à la thématique de
la participation des acteurs de l'écono- du SIAM, précise-t-on. le «Pôle International», le «Pôle Agro- cette édition. n
mie solidaire est aussi plus que remar- La 13e édition du SIAM, qui se tient fourniture», le «Pôle Nature et Vie», le Said Youssi (MAP)
En partenariat avec

18 Spécial SIAM MARDI 24 AVRIL 2018

Formation

Le SIAM, une grande opportunité pour conforter l’ouverture


de l’ENA de Meknès sur le monde socioprofessionnel
Ph. Fotolia

Le Salon international de l'agriculture au Maroc (SIAM), qui se tiendra du 24 au


28 avril courant, constitue une «grande opportunité» pour conforter l’ouverture
de l’École nationale d'agriculture (ENA) de Meknès sur le monde socioprofes-
sionnel, institutionnel et universitaire aux niveaux national et international, a
affirmé le directeur adjoint à la recherche, à la coopération et au partenariat à
l’ENA-Meknès, Abdellah Aboudrare.

L
e SIAM, qui en est à sa 13e édi- conférences et débats scientifiques
tion, est un espace de ren- organisés au sein du SIAM sur des
contres et d’échanges entre tous problématiques diverses de l’Agricul-
les acteurs intervenant dans le sec- ture et du développement rural.
teur de l’Agriculture et ses domaines Selon lui, le SIAM constitue une occa-
connexes, à savoir les décideurs, les sion pour les étudiants et les jeunes
institutionnels, les établissements lauréats pour établir des contacts
d’enseignement et de recherche, les avec les entreprises et les profession-
agriculteurs, les professionnels, les nels, en vue de décrocher des stages
investisseurs, les sociétés de services, de pré-embauche et contribuer à l’in-
les banques et les consommateurs, sertion des lauréats dans le marché
a-t-il indiqué dans un entretien à la du travail, relevant qu’il s’agit là d’une
MAP. grande opportunité pour les étudiants
À travers l’espace de Formation- d’effectuer au sein du SIAM, dans le
Recherche-Innovation, l’ENA de cadre de leurs projets de fin d’études
Meknès, aux côtés des autres institu- (PFE), des études, des enquêtes et Le SIAM
tions du système national de la forma- des entretiens auprès des organismes constitue une
tion et de la recherche agricole, dont privés et publics, des sociétés ou des occasion pour
l'Institut agronomique et vétérinaire organisations associatives et coopéra-
les étudiants
Hassan II, l'École nationale forestière tives sur des questions diverses liées à
d'ingénieurs et l’Institut national de l’Agriculture et l’agro-alimentaire. et les jeunes
la recherche agronomique, présente Le directeur adjoint à la recherche, lauréats pour
aux visiteurs, professionnels et grand à la coopération et au partenariat à établir des
public, ses actions de formation et ses l’ENA-Meknès a mis l’accent sur la contacts avec
acquis de recherche-développement thématique de la 13e édition du SIAM En termes de formation, les aspects de transport et logistique agricoles,
et de transfert de technologies en re- 2018, à savoir «Logistique et mar- les entreprises de marchés agricoles et de logistiques un partenariat avec les organisations
lation avec la thématique du SIAM, a chés agricoles», tout en rappelant et les profes- sont présents dans les programmes et professionnelles pour faciliter leur
poursuivi le chercheur. l’importance de la logistique dans la sionnels. les activités pédagogiques de l’École, intégration au marché et une collabo-
Il a noté que l’ENA noue aussi des chaine de valeur agricole, notam- notamment à travers la filière «Ingé- ration scientifique et technique avec
contacts avec divers acteurs de ment en matière de bonne gestion nierie agro-économique» avec des les entreprises de transport et logis-
l’Agriculture, professionnels, insti- des flux des produits et de l’infor- modules et des cours spécifiques aux tique agricoles.
tutionnels et universitaires, qui se mation depuis l’achat des matières marchés agricoles, a-t-il dit, ajoutant Déployé sur une superficie de 180.000
concrétisent généralement par des et des composants jusqu’à l’utilisa- que des stages, des séminaires et des m², dont 87.000 couverts, le SIAM de-
collaborations et des conventions de tion du produit fini par le client. Il projets de fin d’études sont également vrait accueillir plus de 1.400 exposants
partenariat dans les domaines de spé- a aussi fait savoir que l’ENA, en tant axés sur le marché des produits agri- issus de 67 pays et plus de 850.000 vi-
cialisation de l’École. M. Aboudrare a qu’établissement public d’enseigne- coles et agro-alimentaires et sur la siteurs. Le SIAM, qui compte parmi les
aussi rappelé que l’ENA de Meknès ment supérieur agricole, créé en 1942 logistique agricole. plus grands évènements de l’Afrique
reçoit à cette occasion diverses délé- et ayant contribué à la formation de M. Aboudrare a aussi fait observer dédiés à l’agriculture et aux opéra-
gations nationales et étrangères de plus de 3.600 ingénieurs agronomes, qu’en matière de recherche et déve- teurs du secteur agricole, est organisé
haut niveau, notamment des pays dont plus de 250 originaires des pays loppement, plusieurs actions sont autour de 9 pôles à savoir «Pôle Ré-
de l’Afrique, lesquelles rencontres de l’Afrique subsaharienne, accorde entreprises en relation avec la théma- gions», «Pôle Sponsors et Institution-
se concrétisent souvent par des ac- une grande importance aux aspects tique de la 13e édition du SIAM, dont nels», «International», «Agro-four-
cords de partenariat, précisant que le de marchés agricoles et de logistique une équipe de recherche travaillant niture», «Nature et Vie», «Produits»,
SIAM constitue également une occa- dans ses programmes de formation, sur des axes relatifs aux marchés agri- «Produits du Terroir», «Élevage» et
sion pour les enseignants-chercheurs de recherche-développement et de coles et la formation des prix, un pro- «Machinisme». n
et les étudiants pour participer aux transfert de technologies. gramme de recherche sur les questions Nour-Dine Nassiri (MAP)