Vous êtes sur la page 1sur 2

Grippe n° 5

2010-2011
mercredi
6 octobre

à La Réunion 2010

Les GROG sont membres


des réseaux européens
EISN
En partenariat avec EuroFlu
l’Institut de Veille Sanitaire Fluresp
I-Move

Installation progressive de l’activité « saisonnière » des infections respiratoires aiguës


en France métropolitaine. Les rhinovirus tiennent le haut de l’affiche.
Si la grippe reste très discrète en Europe, elle est active dans certaines zones de l’hémisphère
sud, comme à La Réunion. N’hésitez pas à prélever vos patients « grippés ».
En métropole. Depuis la reprise de la surveillance, la part des IRA au sein des actes de médecine générale et de
pédiatrie suit sa traditionnelle courbe ascendante. Retour des enfants en collectivité, arrivée de l’automne, autant
de bonnes raisons pour que les virus respiratoires circulent plus intensément. Comme chaque année, le rhinovirus
« ouvre le bal » avec son cortège de rhumes et rhino-pharyngites plus ou moins fébriles. Le virus grippal reste très
discret, voire absent : un virus grippal de type B a été diagnostiqué chez un jeune homme âgé de 17 ans, qui a
consulté le 13 septembre un médecin généraliste du GROG Ile-de-France. L’analyse complète de ce virus a mon-
tré qu’il était de lignage Victoria, proche du lignage inclus dans la composition vaccinale 2010-2011. Par ailleurs,
un cas hospitalier de grippe B a été signalé en Haute-Normandie. Un cas de grippe A(H3N2) vient d’être confirmé
par le GROG Bourgogne, chez un patient âgé de 33 ans, malade depuis le 26 septembre et prélevé le lendemain.
A la Réunion (source : http://ars.ocean-indien.sante.fr). La fin de l’hiver austral est une période habituelle de recrudes-
cence de la grippe. Depuis fin août, l’activité grippale augmente. Les virus A(H1N1) et B co-circulent. Depuis le
mois de juillet 2010, 16 cas confirmés de grippe ont été hospitalisés dont 4 formes graves en réanimation. Deux
certificats de décès faisant mention d’un lien direct avec un syndrome grippal ont été enregistrés. Ces décès sont
survenus chez des personnes présentant des facteurs de risque.

Vaccination antigrippale : paroles et questions de vigies GROG

Bons de vaccination gratuite adressés aux MG cette démarche aux pédiatres, aux pharmaciens et aux
kinésithérapeutes.
D’un MG vigie GROG Nord-Pas-de-Calais.
« Cette année j'ai reçu un bon de vaccination antigrippa- Revaccination grippe des enfants
le par la CPAM. Comme tous les ans, je ferai cette vac- D’un pédiatre vigie GROG PACA.
cination, j'adhère à l'idée que les soignants doivent se « J'ai vacciné l'an dernier un nourrisson avec du vaccin
vacciner pour protéger les patients. Cet acte (envoi du grippe saisonnière (2 x 0,25 ml) puis H1N1. Cette année
bon nominatif par la caisse) est fort. Il renforce le mes- il a 26 mois. Dois-je faire 1 seule injection de 0,5 ou
sage. Je ne regarde pas sa valeur en euros puisque je 0,25 ml ou 2 injections de 0,25 à 1 mois d'intervalle ? »
pourrais me le payer et le prendre en compte dans les Réponse GROG. Jusqu’à l’âge de 9 ans, la première
frais professionnels. J'espère que ces invitations seront vaccination antigrippale des enfants nécessite 2 injec-
récompensées par des actes responsables des profession- tions à 1 mois d'intervalle.
nels. Il serait vraiment bienvenu que les CPAM nous Si l'enfant est à risque, il l'est pour les 3 souches de
donnent quelques bon vierges ou imprimables à partir grippe A(H1N1), A(H3N2) et B.
du site Ameli pour nos patients qui ne reçoivent pas leur Pour cette saison, ne recevront qu’une injection les en-
bon ou qui l'ont perdu. » fants de moins de 9 ans ayant déjà eu :
D’un pédiatre vigie GROG Centre. - une « primovaccination » (2 injections à un mois d’in-
« Les pédiatres ne sont pas à risque ? » tervalle) avec un vaccin saisonnier au moins une fois au
Réponse GROG. Si bien sûr, les pédiatres sont au cours des saisons précédentes,
contact du principal réservoir du virus, les enfants, et - ET une vaccination contre la grippe A(H1N1)2009 (2
des moins de 6 mois fragiles devant le virus grippal. injections de Panenza® ou 1 injection de Pandemrix® )
Nous réclamions depuis plusieurs années ce principe ou ayant eu une grippe A(H1N1)2009 documentée au
d’envoi de bons de vaccination aux libéraux. Cette an- cours de la saison dernière.
née, première victoire avec le ciblage des médecins gé- Entre 6 et 35 mois, la primovaccination se fait avec
néralistes, des infirmières et des sages-femmes. deux 1/2 doses puis 1/2 dose l'année suivante. A partir
Nous avons d’ores et déjà rappelé l’importance d’élargir de 36 mois, on utilise une dose complète.
Prélèvements GROG : apposez votre cachet au dos ! Situation épidémiologique de la grippe
en France métropolitaine
Au cours de la dernière saison, l’émergence du virus pan-
démique nous a amenés à mettre à plat, avec les responsa-
bles de La Poste, tout le circuit des prélèvements GROG.
Tous les envois sont aujourd’hui faits selon une règle standardisée et
avec un étiquetage particulier. L’autorisation du transport des prélève-
ments GROG a fait l’objet de plusieurs circulaires diffusées dans tous
les bureaux de poste de France.
Pourtant, récemment, un patient à qui le médecin vigie GROG avait
demandé de mettre l’enveloppe à La Poste s’est vu refuser le dépôt de
son prélèvement. Afin que cela ne se reproduise pas, nous avons fait le
point avec les personnes en charge du dossier. Dans le circuit mis en
place, c’est le médecin qui devrait déposer les prélèvements à La Poste.
Si, pour gagner du temps, vous confiez le prélèvement au patient,
La Poste demande que le cachet du médecin préleveur soit apposé
au dos de l’enveloppe à l’endroit de la fermeture. Une preuve que
les enveloppes GROG ne sont pas utilisées par quelqu’un d’autre et une
habitude à prendre pour éviter que les enveloppes soient refusées.

Activité des médecins généralistes Activité des pédiatres OCP médecins IRA SMOG
(305 sur 438) bronch (76 sur 112) bronch activité
GROG actes/j % IRA/a % AT/a particip <2 ans actes/j % IRA/a particip <2 ans en b.100 % IRA/consult.
Données Basse-Normandie 26 11% 3% 84% 34 19% 67%
cliniques Bretagne 27 11% 4% 79%
activité
23 12% 100%
activité
Centre 25 7% 3% 27% 29 10% 75% 0,2
faible faible
Haute-Normandie 40 11% 8% 75% 16 11% 67%
Pays-de-la-Loire 26 12% 4% 83% 20 16% 67%
Ile-de-France 24 12% 7% 80% activité faible 23 12% 85% activité faible 0,4

Base 100 en cours de Calcul

Base 100 en cours de Calcul


Alsace 25 13% 6% 60% 23 19% 52%
Semaine 2010/39 Bourgogne 26 11% 4% 71%
Champagne-Ardenne 30 12% 6% 57% 24 5% 60%
du 27 sept 2010 Franche-Comté 27 12% 5% 67%
activité activité
0,0
faible faible
Lorraine 24 17% 4% 84% 22 5% 100%
au 03 oct 2010 Nord-Pas-de-Calais 25 8% 5% 37%
Picardie 29 13% 6% 90%
Auvergne 29 17% 3% 67% 21 7% 36%
Lang.-Roussillon 21 6% 2% 60% activité activité
0,2
PACA 22 14% 5% 69% faible 26 18% 43% faible
Rhône-Alpes 27 11% 5% 73% 21 11% 81%
Aquitaine 25 15% 5% 65% 25 0% 100%
Limousin activité activité
Source : Midi-Pyrénées 24 13% 4% 63% faible 25 19% 71% faible
0,0
Réseau des GROG Poitou-Charentes 29 13% 5% 59%
France 26 12% 5% 70% 23 13% 68% 0,2

Agents Isolement Séro- Agents Isolement Séro- Bulletin rédigé par :


Confirmations infectieux Détections logie infectieux Détections logie
Anne Mosnier, Jean Marie Cohen,
virologiques
Grippe A(H1N1) 0 0 Métapneumovirus 0 - Isabelle Daviaud, Marion Quesne,
Marie Forestier, Françoise Barat et
Semaine 2010/38 Grippe A(H3N2) 1 0 Rhinovirus 78 - Tan Tai Bui avec l’aide de Michèle
du 20 au 26 Grippe A non typée 0 2 Adénovirus 0 1 Terrisse, Chantal Barrière, Laurent
septembre 2010 Verniest, Jean-Louis Bensoussan,
Grippe B 0 0 Entérovirus 17 0 Martine Valette, Sylvie van der
Sources : Werf, Dominique Rousset, Bruno
VRS 8 0 Chlamydia 0 2 Lina, Vincent Enouf, Pierre Pothier,
34 laboratoires de
Para-influenza 1 2 0 Mycopl. Pneu. 1 6 Emmanuel Debost, Marcel Ruetsch,
virologie et Hervé Berche, Marie-Claire Servais,
CNR des virus Para-influenza 2 0 0 Fièvre Q 0 4 Sylvie Laganier et des membres du
influenzae Réseau des GROG et des réseaux
Para-influenza 3 5 0
Régions Nord et RENAL, EISN, Euroflu, viRgil et I-
Sud Para-influenza 4 1 0 Move.

Réseau des GROG France 2010-2011


Financement : Institut de Veille Sanitaire, Laboratoires Sanofi Pasteur MSD, Laboratoire Abbott Products SAS, Laboratoire Roche, Laboratoire Argène,
Laboratoire GSK.
Autres partenariats : Institut Pasteur, Service de Santé des Armées, SCHS Mairie de St Etienne, Service médical PSA Citroën Rennes, EDF-GDF,
OCP-Répartition, SOS Médecins France, MEDI’call Concept, Association Médecins de Montagne, DomusVi, RENAL, Open Rome.
Responsabilité scientifique : Réseau des GROG, CNR des virus influenzae Régions Nord (Institut Pasteur-Paris) et Sud (HCL-Lyon), virologie CHU Dijon.
Coordination nationale : Réseau des GROG avec l’aide d’Open Rome, 67 rue du Poteau, 75018 Paris.
Tél: 01.56.55.51.68 Fax: 01.56.55.51.52 E-mail: grog@grog.org Site Web http://www.grog.org
Bulletin national du Réseau des GROG 2 n° 5 - mercredi 6 octobre 2010