Vous êtes sur la page 1sur 58

LES

AUTEURS LATINS
 ’   
PAR DEUX TRADUCTIONS FRANÇAISES
’         
     
’      

Cet ouvrage a été expliqué littéralement par M. D. Delaunay, avec des sommaires et des notes
professeur à la Faculté des lettres de Rennes. La traduion française
est celle de M. J. Baillard. PAR UNE SOCIÉTÉ DE PROFESSEURS
  

SÉNÈQUE
Restitution v. 0 : Gérard Gréco © 2010 Cette création est mise à diosition DE LA VIE HEUREUSE
selon le Contrat Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage des Condi-
tions Initiales à l’Identique 2.0 France dionible en ligne http ://creativecom-
mons.org/ licenses/ by-nc-sa/ 2.0/fr/ ou par courrier postal à Creative Com-
mons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco, California 94105, USA.

 
,  -, 
ARGUMENT ANALYTIQUE.

Le traité de la Vie Heureuse peut se diviser en quatre parties :


1° L’auteur expose la théorie stoïcienne sur le bonheur, qui est
constitué exclusivement par la raison et la volonté chap.  à ).
AVIS 2° Il explique en quoi sa dorine diffère de la dorine d’Épicure, à
laquelle il reproche son impuissance et ses conséquences dangereuses,
     tout en reconnaissant que les exemples donnés par Épicure valent
mieux que ses préceptes ; mais les vertus personnelles du philosophe
On a réuni par des traits, dans la traduion juxtalinéaire, ne sauraient justifier son principe (chap.  à ).
les mots français qui traduisent un seul mot latin. 3° Sénèque montre ensuite que sa dorine se distingue également
On a imprimé en italique les mots qu’il était nécessaire de la dorine péripatéticienne (chap. ).
d’ajouter pour rendre intelligible la traduion littérale, et qui 4° Il défend la morale stoïcienne contre des objeions malveil-
n’avaient pas leur équivalent dans le latin. lantes qui l’atteignaient personnellement. — Les faiblesses de l’homme
Enfin, les mots placés entre parenthèses, dans le français, ne prouvent rien contre ses principes. — L’opulence, que l’on reproche
doivent être considérés comme une seconde explication, plus à Sénèque, n’est pas, en elle-même, contraire aux dogmes stoïciens ; le
intelligible que la version littérale. sage du Portique ne repousse pas les dons de la fortune : à ses yeux,
la richesse est au nombre des choses préférables, sans être au rang
des biens ; il sait en user, et elle lui fournit l’occasion de pratiquer
certaines vertus, à la fois plus faciles et plus brillantes que les autres,
telles que la tempérance, la modération, la libéralité ; enfin il ne s’y
attache pas ; elle n’est pas un élément nécessaire de son bonheur. Il
faut donc admettre que le sage préfère, sans se méprendre sur leur
véritable nature, les choses qui fournissent aux efforts de la volonté
et de la raison une matière plus aisée. Sénèque met en scène Socrate,
dans la bouche duquel il place une éloquente protestation contre les
détraeurs de la philosophie et des philosophes (chap.  à ).

1
DE DE
VITA BEATA. LA VIE HEUREUSE.

I. Vivere, Gallio frater, omnes beate volunt : sed ad per- I. Gallio frater, I. Gallion, mon frère,
videndum, quid sit quod beatam vitam efficiat, caligant. omnes volunt vivere beate : tous veulent vivre heureusement.
sed caligant Mais ils ne-voient-pas-clair
Adeoque non est facile consequi beatam vitam, ut ab ea ad pervidendum à distinguer
quisque eo longius recedat, quo ad illam concitatius fertur, quid sit quod efficiat qu’est-ce qui produit
si via lapsus est : quæ ubi in contrarium ducit, ipsa velo- vitam beatam. la vie heureuse.
Estque adeo non facile Et il est tellement peu facile
citas majoris intervalli causa fit. Proponendum est itaque consequi vitam beatam, d’atteindre la vie heureuse,
primum, quid sit quod appetamus : tunc circumicien- ut quisque recedat ab ea, que l’on s’écarte d’elle,
dum est, qua contendere illo celerrime possimus : intel- si est lapsus via, si l’on s’est trompé de route,
eo longius quo fertur d’autant plus loin qu’on se porte
leuri in ipso itinere, si modo reum erit, quantum quo-
concitatius ad illam : plus vivement vers elle :
tidie profligetur, quantoque propius ab eo simus, ad quod quæ ubi ducit et quand cette route conduit
nos cupiditas naturalis impellit. Quamdiu quidem passim in contrarium, à l’opposé,
vagamur, non ducem secuti, sed fremitum et clamorem velocitas ipsa la rapidité même de la marche
fit causa devient la cause
dissonum in diversa . . . . . . . . . . . . . . . . . . majoris intervalli. d’un plus grand éloignement.
Itaque primum C’est pourquoi premièrement
I. Vivre heureux, mon frère Gallion, voilà ce que veulent tous est proponendum nous devons-mettre-sous-nos-yeux
quid sit quod appetamus ; quel est le but que nous poursuivons ;
les hommes : quant à bien voir ce qui fait le bonheur, quel nuage tunc est circumiciendum puis nous devons chercher,
sur leurs yeux ! Et il est si difficile d’atteindre à la vie heureuse, qua possimus celerrime par quel moyen nous pouvons le plus vite
qu’une fois la route perdue, on s’éloigne d’autant plus du but contendere illo ; nous-diriger vers-ce-but :
qu’on le poursuit plus vivement ; toute marche en sens contraire intelleuri in itinere ipso, devant comprendre dans le voyage même,
ne fait, par sa rapidité même, qu’accroître l’éloignement. Il faut si modo erit reum, si toutefois il est dire,
quantum profligetur combien d’efforts on perd
donc d’abord déterminer la fin vers laquelle nous devons tendre, quotidie, chaque-jour,
ensuite chercher les moyens les plus dires pour l’atteindre ; quantoque simus propius et combien nous sommes plus près
une fois en route, si nous sommes engagés sur la bonne voie, ab eo ad quod de ce but vers lequel
nous comprendrons quelle perte produit chaque jour une mau- cupiditas naturalis le désir naturel
nos impellit. nous pousse.
vaise direion, et combien est plus voisin de nous ce but vers le-
Quamdiu quidem vagamur Tant-que certes nous errons
quel nous pousse l’inclination naturelle. Mais tant qu’on marche passim, çà et là,
à l’aventure, sans guide et suivant le hasard des vagues rumeurs secuti non ducem. ayant suivi non pas un guide,
et des clameurs contradioires qui nous      sed fremitum mais la rumeur
4   .    . 5

vocantium, conteritur vita inter errores, brevis, etiamsi et clamorem dissonum et le cri discordant
vocantium des gens qui nous appellent
dies noesque bonæ menti laboremus. Decernatur itaque in diversa, dans des direions opposées,
et quo tendamus, et qua ; non sine perito aliquo, cui explo- vita brevis, la vie qui est courte,
etiamsi dies noesque même-si jours et nuits
rata sint ea, in quæ procedimus : quoniam quidem non laboremus nous travaillions
eadem hic, quæ in ceteris peregrinationibus, conditio est. menti bonæ, pour avoir une âme saine,
conteritur inter errores. est usée dans les égarements.
In illis comprehensus aliquis limes, et interrogati incolæ Itaque decernatur C’est pourquoi qu’il soit décidé
non patiuntur errare : at hic tritissima quæque via, et ce- et quo tendamus, et vers-quel-but nous devons-tendre,
et qua ; et par-quel-moyen ;
leberrima, maxime decipit. Nihil ergo magis præstandum non sine aliquo perito, non sans quelque guide habile,
est, quam ne, pecorum ritu, sequamur antecedentium gre- cui sint explorata ea par qui aient été explorées ces régions
in quæ procedimus ; dans lesquelles nous nous avançons ;
gem, pergentes non qua eundum est, sed qua itur. Atqui quoniam quidem conditio puisque en vérité la condition
nulla res nos majoribus malis implicat, quam quod ad ru- non est eadem hic n’est pas la même ici
quæ in ceteris que dans les autres
morem componimur : optima rati ea, quæ magno assensu peregrinationibus. voyages.
recepta sunt, quodque exempla pro bonis multa sunt : nec In illis aliquis limes Dans ceux-ci un sentier
comprehensus, battu,
ad rationem, sed ad similitudinem vivimus. Inde ista tanta et incolæ interrogati et les habitants interrogés
coacervatio aliorum super alios ruentium. Quod in strage non patiuntur errare : ne permettent pas de s’égarer :
at hic quæque via mais ici chaque route
hominum magna evenit, quum ipse . . . . . . . . . . tritissima et celeberrima la plus frayée et la plus fréquentée
decipit maxime. trompe le plus.
Nihil ergo Rien donc
appellent vers mille points opposés, on consume dans de vains est præstandum magis quam ne doit être effeué plus que ceci,
ne sequamur que nous ne suivions pas
écarts cette vie déjà si courte, alors même que l’on consacrerait gregem antecedentium, le troupeau de ceux qui nous précèdent,
ses jours et ses nuits à l’étude de la sagesse. Déterminons donc ritu pecorum, à la manière des bêtes,
la fin et les moyens, non sans consulter un guide expérimenté pergentes non qua allant non par-où
est eundum, on doit aller,
qui ait déjà exploré cette route où nous devons marcher ; car les sed qua itur. mais par-où l’on va.
conditions de ce voyage sont tout autres que celles d’un voyage Atqui nulla res Or aucune chose
nos implicat ne nous enlace
ordinaire, où un sentier battu, les indications fournies par les malis majoribus, dans des maux plus grands
gens du pays, empêchent qu’on ne s’égare : ici ce sont les chemins quam quod componimur que ceci, que nous nous réglons
ad rumorem : sur la rumeur publique :
les plus suivis et les plus fréquentés qui trompent le mieux. Ainsi, rati ea optima convaincus que ces aes sont les meilleurs
par dessus tout, gardons-nous de suivre en stupide bétail la tête quæ sunt recepta qui sont accueillis
du troupeau, et de nous diriger où l’on va plutôt qu’où l’on doit magno assensu, avec une grande approbation,
quodque exempla multa et ceci, que des exemples nombreux
aller. Or il n’est rien qui nous jette en d’inextricables misères sunt pro bonis : sont à-la-place-(tiennent lieu) de bons :
comme de nous régler sur le bruit public, regardant comme le nec vivimus ad rationem, et nous ne vivons pas selon la raison,
sed ad similitudinem. mais selon la ressemblance.
mieux ce que la foule applaudit et adopte, ce dont on voit le Inde ista tanta De là cette si-grande
plus d’exemples, et vivant, non pas d’après la raison, mais d’après coacervatio ruentium accumulation de gens qui tombent
autrui. De là ce vaste entassement d’hommes qui se renversent aliorum super alios. les uns sur les autres.
Quod evenit in Ce qui arrive dans
les uns sur les autres. Comme en une déroute générale   magna strage hominum, une grande chute d’hommes,
6   .    . 7

se populus premit, nemo ita cadit ut non alium in se attra- quum populus ipse quand la foule elle-même
se premit, s’écrase,
hat, primi exitio sequentibus sunt : hoc in omni vita acci- nemo cadit quand personne ne tombe
dere videas licet ; nemo sibi tantummodo errat, sed alieni ita ut non attrahat de-telle-sorte qu’il n’entraîne pas
alium in se, un autre sur lui,
erroris et causa et auor est. Nocet enim applicari antece- primi sunt exitio et quand les premiers sont à perte
dentibus : et dum unusquisque mavult credere quam ju- sequentibus : à ceux qui les suivent :
licet videas il est-possible que tu voies
dicare, nunquam de vita judicatur, semper creditur : ver- hoc accidere cela arriver
satque nos et præcipitat traditus per manus error, alie- in vita omni ; dans la vie en-général ;
nemo errat nul ne s’égare
nisque perimus exemplis. Sanabimur, si modo separemur sibi tantummodo, pour soi seulement,
a cœtu : nunc vero stat contra rationem, defensor mali sed est et causa et auor mais il est et la cause et l’auteur
erroris alieni. de l’égarement d’-autrui.
sui, populus. Itaque id evenit, quod in comitiis, in quibus Nocet enim Il est-nuisible en effet
eos faos prætores iidem qui fecere mirantur, quum se applicari antecedentibus : de s’attacher à ceux qui vont-devant :
et dum unusquisque mavult et pendant que chacun préfère
mobilis favor circumegit. Eadem probamus, eadem repre- credere quam judicare, croire plutôt que juger,
hendimus ; hic exitus est omnis judicii, in quo secundum nunquam judicatur jamais on ne juge
de vita, sur la vie,
plures datur. semper creditur : toujours l’on croit :
II. Quum de beata vita agitur, non est quod mihi illud errorque traditus per manus et l’erreur transmise de main-en-main
nos versat et præcipitat, nous roule et nous précipite,
discessionum more reondeas : « Hæc pars major esse perimusque exemplis et nous périssons par les exemples
alienis. d’-autrui.
videtur. » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sanabimur, si modo Nous nous guérirons, si seulement
separemur a cœtu : nous nous séparons de la foule :
nunc vero populus mais maintenant le peuple
où, les masses se refoulant sur elles-mêmes, nul ne tombe sans faire stat contra rationem, se-dresse contre la raison,
choir quelque autre avec lui ; les premiers entraînent la perte de ceux defensor comme défenseur
qui suivent ; de même, dans tous les rangs de la vie, nul ne s’égare pour mali sui. du mal qui-lui-est-propre.
Itaque id evenit C’est pourquoi cela arrive
soi seul : on est la cause, on est l’auteur de l’égarement des autres. Car quod in comitiis, qui arrive dans les comices,
il n’est pas bon de s’attacher à ceux qui marchent devant ; et comme in quibus iidem dans lesquels les mêmes hommes
chacun aime mieux croire que juger, de même au sujet de la vie, jamais qui fecere prætores qui ont fait les préteurs
mirantur eos faos, s’étonnent qu’ils aient été faits,
on ne juge, on croit toujours : ainsi nous joue et nous précipite l’ erreur quum favor mobilis quand la faveur capricieuse
transmise de main en main, et l’ on périt viime de l’exemple. Nous se circumegit. s’est retournée.
serons guéris à condition de nous séparer de la foule ; car tel est le Probamus eadem, Nous approuvons les mêmes choses,
reprehendimus eadem ; nous blâmons les mêmes choses ;
peuple : il tient ferme contre la raison, il défend le mal qui le tue. Aussi hic est exitus telle est l’issue
arrive-t-il ce qui a lieu dans les comices, où les éleeurs eux-mêmes omnis judicii in quo de tout jugement dans lequel
s’étonnent d’avoir choisi tel ou tel préteur, quand la faveur capricieuse datur la sentence est donnée
secundum plures. suivant le-plus-grand-nombre.
a fait un retour contraire. On approuve et on blâme tour à tour les II. Quum agitur II. Quand il s’agit
mêmes choses ; telle est l’issue de tout jugement où la majorité décide. de vita beata, de la vie heureuse,
II. Quand c’est de la vie heureuse qu’il s’agit, ne va pas, comme non est quod il n’y a pas lieu que
mihi reondeas illud tu me répondes ceci
lorsqu’on se partage pour aller aux voix, me répondre : « Ce côté-ci more discessionum : à la façon des votes-par-division :
paraît le plus nombreux. » Par là même        « Hæc pars « Ce côté-ci
8   .    . 9

Ideo enim pejor est. Non tam bene cum rebus humanis videtur esse major. » parait être plus nombreux. »
Ideo enim est pejor. Pour-ce motif en effet il est pire.
agitur, ut meliora pluribus placeant : argumentum pes- Non agitur tam bene II n’est pas agi si bien
simi, turba est. Quæramus, quid optimum faum sit, non cum rebus humanis, envers les choses humaines,
ut meliora que les idées meilleures
quid usitatissimum : et quid nos in possessione felicita- placeant pluribus : plaisent au-plus-grand-nombre :
tis æternæ constituat, non quid vulgo, veritatis pessimo turba la foule
est argumentum pessimi. est une preuve du pire.
interpreti, probatum sit. Vulgum autem tam chlamydatos Quæramus quid sit faum Cherchons quel est l’ae
quam coronatos voco. Non enim colorem vestium, qui- optimum, le meilleur,
non quid usitatissimum : non quel est le plus usité ;
bus prætexta corpora sunt, adicio : oculis de homine et quid nos constituat et ce qui nous établit
non credo ; habeo melius certiusque lumen, quo a falsis in possessione en possession
felicitatis æternæ, d’un bonheur éternel,
vera dijudicem : animi bonum animus inveniat. Hic, si un- non quid sit probatum vulgo, non pas ce qui est approuvé de la foule,
quam illi reirare et recedere in se vacaverit, o quam sibi pessimo interpreti veritatis. très mauvais juge de la vérité.
Voco autem vulgum Or j’appelle foule
ipse verum, tortus a se, fatebitur, ac dicet : « Quidquid feci tam chlamydatos. autant les porteurs-de-chlamydes
adhuc, infeum esse mallem : quidquid dixi quum reco- quam coronatos. que les porteurs-de-couronnes.
Non enim adicio Je ne regarde pas en effet
gito, mutis invideo : quidquid optavi, inimicorum exse- colorem vestium, la couleur des vêtements,
crationem puto ; quidquid timui, dii boni, quanto melius quibus corpora dont les corps
sunt prætexta ; sont couverts ;
fuit, quam quod concupivi ! Cum multis inimicitias gessi, non credo oculis je ne me-fie pas aux yeux
de homine ; sur l’homme ;
et in gratiam ex odio (si modo . . . . . . . . . . . . . habeo lumen j’ai une lumière
melius certiusque, meilleure et plus sûre,
quo dijudicem vera par laquelle je peux-distinguer le vrai
il est le moins sage. L’humanité n’est pas tellement favorisée que le a falsis : du faux :
meilleur parti plaise au plus grand nombre : le pire se reconnaît à la animus inveniat que l’âme trouve
bonum animi. le bien de l’âme.
foule qui le suit. Cherchons ce qu’il y a de mieux à faire, non ce qui est Hic, si unquam Celle-ci, si jamais
le plus habituel ; ce qui met en possession d’une félicité stable, non ce vacaverit illi, loisir-est à elle
qu’approuve le vulgaire, le plus sot interprète de la vérité ; et j’entends reirare et recedere in se, de reirer et de rentrer en soi,
o quam, tortus a se, ô combien, torturée par elle-même,
par vulgaire aussi bien les obscurs porteurs de chlamydes que les por- ipse sibi fatebitur verum, elle-même s’avouera la vérité,
teurs de couronnes. Car ce n’est pas à la couleur du vêtement dont le ac dicet : « Mallem et dira : « J’aimerais-mieux
corps s’enveloppe que s’arrêtent mes yeux ; je ne juge pas l’homme sur quidquid feci adhuc tout ce que j’ai fait jusqu’-ici
esse infeum : ne pas avoir été fait :
leur témoignage : j’ai un flambeau meilleur et plus sûr pour démêler quum recogito quand je réfléchis
le faux du vrai. C’est l’âme qui doit juger sur le bien de l’âme. Oh ! si quidquid dixi, à-tout-ce-que j’ai dit,
jamais il lui était loisible de reirer et de se retirer en elle-même, et de invideo mutis : j’envie les muets :
s’imposer une torture salutaire, comme elle se confesserait la vérité et puto exsecrationem je regarde comme une malédiion
inimicorum d’ennemis
s’écrierait : « Tout ce que j’ai fait jusqu’ici, j’aime rais mieux ne l’avoir quidquid optavi ; tout-ce-que j’ai souhaité ;
point fait ; quand je me rappelle tout ce que j’ai dit. je porte envie aux dii boni, dieux bons.
êtres muets ; tous les vœux que j’ai formés sont à mes yeux des impré- quanto quidquid timui combien tout-ce-que j’ai craint
fuit melius quam eût été meilleur que
cations d’ennemis ; tout ce j’ai craint, ô dieux ! m’eût valu mieux mille quod concupivi ! ce que j’ai désiré !
fois que ce que j’ai désiré ! J’ai eu des inimitiés avec bien    Gessi inimicitias J’ai eu des inimitiés
10   .    . 11

ulla inter malos gratia est) redii : mihi ipsi nondum amicus cum multis. avec beaucoup,
et redii ex odio et je suis revenu de la haine
sum. Omnem operam dedi, ut me multitudini educerem, in gratiam à la concorde
et aliqua dote notabilem facerem : quid aliud quam telis (si modo ulla gratia (si toutefois aucune concorde
est inter malos) : existe entre méchants) :
me opposui, et malevolentiæ, quod morderet, ostendi ? » nondum sum amicus je ne suis pas-encore ami
Vides istos, qui eloquentiam laudant, qui opes sequuntur, mihi ipsi. de moi-même.
Dedi omnem operam J’ai donné tout mon soin
qui gratiæ adulantur, qui potentiam extollunt ? omnes aut ut me educerem pour que je m’arrachasse
sunt hostes, aut (quod in æquo est) esse possunt. Quam multitudini, de la multitude,
et me facerem notabilem et me rendisse remarquable
magnus mirantium, tam magnus invidentium populus aliqua dote : par quelque mérite :
est. quid aliud quam qu’ai-je fait autre chose que
me opposui telis, je me suis exposé aux traits,
Quin potius quæro aliquid usu bonum, quod sentiam, et ostendi malevolentiæ et ai montré à la malveillance
non quod ostendam ? ista quæ eantur, ad quæ consis- quod morderet ? » quelque chose qu’elle pouvait-mordre ? »
Vides istos Vois-tu ces hommes
titur, quæ alter alteri stupens monstrat, foris nitent, in- qui laudant eloquentiam, qui vantent l’éloquence,
trorsus misera sunt. qui sequuntur opes, qui suivent la richesse,
qui adulantur gratiæ, qui flattent le crédit,
III. Quæramus aliquid non in eciem bonum, sed so- qui extollunt potentiam ? qui exaltent la puissance ?
lidum et æquabile, et a secretiore parte formosius ; hoc Omnes aut sunt hostes Tous ou sont des ennemis,
aut (quod est in æquo) ou (ce qui est en égalité (égal)
eruamus. Nec longe positum est ; invenietur ; scire tantum possunt esse. peuvent être des ennemis.
Populus invidentium Le peuple des envieux
opus est, quo manum porrigas. Nunc velut in tenebris vi- est tam magnus est aussi nombreux
cina transimus, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . quam magnus qu’est nombreux
mirantium. celui des admirateurs.
Quin quæro potius Que-ne cherché-je plutôt
des hommes ; puis de la guerre je suis revenu à la paix, s’il est une paix aliquid bonum usu, quelque chose de bon dans la pratique,
possible entre les méchants, et je n’ai pu encore rentrer en grâce avec quod sentiam, que je sente,
non quod ostendam ? non que je montre ?
moi -même. Je me suis consumé en efforts pour me tirer des rangs du ista quæ eantur, ces biens qui sont regardés,
vulgaire, pour me signaler par quelque mérite : qu’ai-je obtenu, que de ad quæ consistitur, devant lesquels on s’arrête,
m’exposer aux traits de la malveillance, que d’indiquer où l’on me pouvait quæ alter stupens que l’un stupéfait
mordre ? » Ces hommes que tu vois préconiser l’éloquence, courtiser monstrat alteri, montre à l’autre,
nitent foris, brillent au-dehors,
la fortune, adorer le crédit, exalter le pouvoir, sont tous des ennemis, sunt misera introrsus. sont misérables intérieurement.
ou, ce qui revient au même, peuvent le devenir. Tout ce grand nombre III. Quæramus aliquid III. Cherchons quelque bien
d’admirateurs n’est qu’un grand nombre d’envieux. non bonum in eciem, qui soit non bien en apparence,
Pourquoi ne pas chercher plutôt un bien qui profile, qui se sente, non sed solidum et æquabile, mais massif et homogène,
et formosius et qui soit plus beau
un bien de parade ? Ces choses qui font eacle, qui arrêtent la foule, que a parte secretiore ; dans sa partie plus intime ;
l’on se montre avec ébahissement, brillantes à l’extérieur, ne sont au fond eruamus hoc. exhumons ce bien-là.
que misères. Nec est positum longe ; Et il n’est pas placé loin ;
III. Je veux un bonheur qui ne soit pas pour les yeux ; je le veux substan- invenietur ; il sera trouvé ;
tiel, partout identique à lui-même, et que la partie la plus cachée en soit la opus est tantum scire besoin est seulement de savoir
quo porrigas manum. où tu dois-tendre la main.
plus belle ; voilà le trésor à exhumer. Il n’est pas loin : on peut le trouver : Nunc velut in tenebris Maintenant comme dans les ténèbres
il ne faut que savoir où porter la main. Mais nous passons à côté, comme transimus vicina, nous passons devant les objets voisins,
12   .    . 13

offensantes ea ipsa, quæ desideramus. Sed ne te per circui- offensantes ea ipsa heurtant ceux mêmes
quæ desideramus. que nous désirons.
tus traham, aliorum quidem opiniones præteribo : nam et Sed ne te traham Mais pour que je ne te traîne pas
enumerare illas longum est, et coarguere : nostram accipe. per circuitus, par des détours,
præteribo quidem je passerai à la vérité sous silence
Nostram vero quum dico, non alligo me ad unum aliquem opiniones aliorum : les opinions des autres :
ex Stoicis proceribus : est et mihi censendi jus. Itaque ali- nam est longum car il serait trop long
et illas enumerare, et de les énumérer,
quem sequar, aliquem jubebo sententiam dividere : for- et coarguere : et de les réfuter :
tasse et post omnes citatus, nihil improbabo ex his quæ accipe nostram. écoute la nôtre.
Quum vero dico nostram, Mais quand je dis la nôtre,
priores decreverint, et dicam : « Hoc amplius censeo. » In- non me alligo je ne m’attache pas
terim, quod inter omnes Stoicos convenit, rerum naturæ ad aliquem unum à quelqu’un
ex proceribus Stoicis : des chefs stoïciens :
assentior ; ab illa non deerrare, et ad illius legem exem- jus censendi est et mihi. le droit d’opiner est aussi à moi.
plumque formari, sapientia est. Beata est ergo vita, conve- Itaque sequar aliquem, C’est pourquoi je suivrai l’un,
jubebo aliquem je prierai tel autre
niens naturæ suæ ; quæ non aliter contingere potest, quam dividere sententiam : de diviser son avis :
si primum sana mens est, et in perpetua possessione sani- et fortasse et même peut-être
citatus post omnes, appelé après tous,
tatis suæ ; deinde, si fortis ac vehemens, tum pulcherrima improbabo nihil ex his quæ je ne désapprouverai rien de ce que
et patiens, apta temporibus, corporis sui pertinentiumque priores decreverint, les premiers auront décidé,
et dicam : et je dirai :
ad id curiosa, non anxie : tunc aliarum rerum quæ vitam « Censeo hoc amplius. » « Je pense ceci de plus. »
Interim, quod convenit Cependant, ce qui est convenu
instruunt, diligens, sine admiratione cujusquam : usura inter omnes Stoicos, entre tous les stoïciens,
fortunæ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . assentior naturæ rerum ; je veux-suivre la nature ;
non deerrare ab illa, ne pas s’écarter d’elle,
et formari ad illius legem et se former d’après sa loi
dans les ténèbres, nous heurtant même contre l’objet désiré. Pour ne pas exemplumque, et son modèle,
te traîner par des circuits sans fin, j’omettrai les dorines étrangères est sapientia. est la sagesse.
qu’il serait trop long d’énumérer et de combattre. Voici la nôtre, à Beata est ergo vita, Heureuse est donc la vie,
nous ; et quand je dis la nôtre, ce n’est pas que je m’enchaîne à un chef conveniens naturæ suæ ; s’accordant avec sa nature propre ;
quæ non potest contingere laquelle vie ne peut se-réaliser
quelconque de l’école stoïcienne : j’ai droit aussi de parler pour mon aliter quam si primum autrement que si d’abord
compte. Ainsi je serai de l’opinion de tel, j’exigerai que tel autre divise mens est sana, l’âme est saine,
la sienne : et peut-être, appelé moi-même le dernier, sans improuver en et in possessione perpetua et en possession perpétuelle
suæ sanitatis ; de sa santé ;
rien les préopinants, je dirai : « Voici ce que j’ajoute à leur avis. » Du si deinde fortis si ensuite elle est forte
reste, d’après le grand principe de tous les stoïciens, c’est la nature que ac vehemens, et énergique,
je prétends suivre ; ne pas s’en écarter, se former sur sa loi et sur son tum pulcherrima puis très belle
exemple, voilà la sagesse. La vie heureuse est donc une vie conforme à et patiens, et patiente,
apta temporibus, s’ajustant aux circonstances,
la nature ; mais nul ne saurait l’obtenir, s’il n’a préalablement l’âme saine curiosa sui corporis prenant-soin de son corps
et en possession constante de son état sain ; si celte âme n’est énergique pertinentiumque id, et de ce qui s’y rapporte,
et ardente, belle de ses mérites, patiente, propre à toute circonstance, non anxie : sans-anxiété :
tunc diligens aliarum rerum puis s’occupant des autres choses
prenant soin du corps et de ce qui le concerne, sans anxiété toutefois, quæ instruunt vitam, qui soutiennent la vie,
ne négligeant pas les choses qui font le matériel de la vie, sans s’éblouir sine admiratione cujusquam : sans étonnement pour aucune :
d’aucune, et usant des dons de la fortune,        usura muneribus fortunæ devant se servir des dons de la fortune,
14   .    . 15

muneribus, non servitura. Intelligis, etiamsi non adjiciam, non servitura. ne devant pas s’y asservir.
Intelligis, Tu comprends,
sequi perpetuam tranquillitatem, libertatem, depulsis his, etiamsi non adjiciam, même-si je ne l’ajoute pas,
quæ aut irritant nos, aut territant. Nam pro voluptatibus, tranquillitatem perpetuam une tranquillité perpétuelle
et libertatem sequi, et la liberté venir-à-la-suite,
et pro illis quæ parva ac fragilia sunt, et in ipsis flagitiis his depulsis, ces causes ayant été écartées,
noxia, ingens gaudium subit, inconcussum, et æquabile ; quæ aut irritant qui ou irritent
aut territant nos. ou effraient nous.
tum pax et concordia animi, et magnitudo cum mansue- Nam pro voluptatibus Car au lieu des plaisirs
tudine. Omnis enim ex infirmitate feritas est. et pro illis quæ sunt et au lieu de ces avantages qui sont
parva et fragilia, chétifs et fragiles,
IV. Potest aliter quoque definiri bonum nostrum, id est et noxia et nuisibles
eadem sententia, non iisdem comprehendi verbis. Que- in flagitiis ipsis, dans les désordres mêmes,
subit gaudium ingens, arrive une joie grande,
madmodum idem exercitus modo latius panditur, modo inconcussum et æquabile ; imperturbable et constante ;
in angustum coaratur, et aut in cornua, sinuata media tum pax et concordia animi, puis la paix et l’accord de l’âme,
et magnitudo et la grandeur
parte, curvatur, aut rea fronte explicatur ; vis illi, ut- cum mansuetudine. avec la douceur.
cumque ordinatus est, eadem est, et voluntas pro iisdem Omnis enim feritas Car toute cruauté
est ex infirmitate. provient de la faiblesse.
partibus standi ; ita finitio summi boni alias diffundi po- IV. Bonum nostrum IV. Le bien tel-que-nous-le-concevons
test et exporrigi, alias colligi, et in se cogi. Idem utique potest definiri quoque aliter, peut être défini aussi autrement,
id est eadem sententia c’est-à-dire la même pensée peut
erit, si dixero : Summum bonum est, animus fortuita des- comprehendi verbis être exprimée par des mots
non iisdem. non identiques.
piciens, virtute lætus ; aut, invia vis . . . . . . . . . . Quemadmodum De-même-que
idem exercitus la même armée
modo panditur latius, tantôt est déployée plus largement,
sans en être l’esclave. On comprend, quand je ne le dirais pas, que modo coaratur tantôt est resserrée
in angustum, à l’étroit,
l’homme devient à jamais tranquille et libre, quand il s’est affranchi de et aut curvatur in cornua, et ou est courbée en ailes,
tout ce qui nous irrite ou nous terrifie. Car au lieu des voluptés, de ces parte media sinuata, la partie du milieu étant infléchie,
avantages chétifs et fragiles qui flétrissent l’homme en le perdant, on aut explicatur ou est développée
fronte rea ; avec un front droit ;
trouve une satisfaion sans bornes, inébranlable, toujours égale ; alors utcumque est ordinatus, de-quelque-façon-qu’elle ait été rangée,
l’âme est en paix, en harmonie avec elle-même, et réunit la grandeur à vis est eadem illi, la force est la même à elle,
la bonté. Toute cruauté en effet vient de faiblesse. et voluntas standi et la volonté de tenir
IV. On peut encore définir autrement le bonheur tel que nous l’en- pro iisdem partibus ; pour le même parti ;
ita finitio summi boni ainsi la définition du souverain bien
tendons, c’est-à-dire exprimer la même idée dans des termes différents. potest alias diffundi peut tantôt être développée
Tout comme la même armée tantôt se développe au large, tantôt se et exporrigi, et être étendue,
masse sur un terrain étroit, ou se courbe au centre eu forme de croissant, alias colligi et cogi tantôt, être repliée et être réduite
in se. en elle-même.
ou déploie de front toute sa ligne, sans perdre de sa force, quelle que soit Erit utique idem, Ce sera complètement identique,
sa distribution, sans changer d’erit ni de drapeau ; ainsi la définition si dixero : Summum bonum si j’aurai dit : Le souverain bien
du souverain bien peut s’allonger et s’étendre, selon les goûts divers, est animus est une âme
comme se resserrer et se réduire. Ce sera donc tout un, si je dis : « Le deiciens fortuita, méprisant les choses fortuites,
lætus virtute ; joyeuse par la vertu ;
souverain bien, c’est une âme qui dédaigne toute chose fortuite, et qui aut, vis animi invia, ou, une force d’âme invincible,
fait sa joie de la vertu ; » ou bien : « C’est l’invincible énergie d’une âme perita rerum, ayant-l’-expérience des choses,
16   .    . 17

animi, perita rerum, placida in au, cum humanitate placida in au, calme dans l’aion,
cum multa humanitate, avec grande humanité,
multa, et conversantium cura. Libet et ita finire, ut beatum et cura conversantium. et soin de ceux qui vivent-avec elle.
dicamus hominem eum, cui nullum bonum malumque Libet et finire ita On peut encore définir de sorte
ut dicamus que nous appelions
sit, nisi bonus malusque animus ; honesti cultor, virtute eum hominem beatum, cet homme-là heureux,
contentus, quem nec extollant fortuita, nec frangant ; qui cui nullum sit pour qui rien n’est
bonum malumque, bon ou mauvais,
nullum majus bonum eo, quod sibi ipse dare potest, nove- nisi animus sinon une âme
rit ; cui vera, voluptas erit voluptatum contemptio. Licet, bonus malusque ; bonne ou mauvaise ;
cultor honesti, cultivant l’honnête,
si evagari velis, idem in aliam atque aliam faciem, salva contentus virtute, se-contentant de la vertu,
et integra potestate, transferre. Quid enim prohibet nos quem fortuita que les choses fortuites
nec extollant nec frangant ; ne peuvent-altérer ni briser ;
beatam vitam dicere, liberum animum, et ereum, et in- qui noverit nullum bonum qui ne connaît aucun bien
territum ac stabilem, extra metum, extra cupiditatem po- majus eo quod ipse plus grand que celui que lui-même
potest sibi dare ; peut se donner ;
situm ; cui unum bonum honestas, unum malum turpi- cui vera voluptas erit pour qui le vrai plaisir sera
tudo ? Cætera vilis turba rerum, nec detrahens quidquam contemptio voluptatum. le mépris des plaisirs.
Licet, si velis evagari, Il t’est permis, si tu veux t’étendre,
beatæ vitæ, nec adjiciens, sine auu ac detrimento summi transferre idem de faire-passer la même définition
boni veniens ac recedens. Hoc ita fundatum necesse est, in aliam sous une autre
atque aliam faciem, puis une autre forme,
velit nolit, sequatur hilaritas continua, et lætitia alta atque potestate salva et integra. sa valeur étant sauve et intae.
Quid enim prohibet Quoi en effet empêche
ex alto veniens, ut quæ suis gaudeat, nec majora domesti- nos dicere vitam beatam nous dire la vie heureuse être
cis cupiat. Quidni ista penset bene cum . . . . . . . . animum liberum et ereum, une âme libre et élevée,
et interritum ac stabilem, et imperturbable et stable,
positum extra metum, placée hors de la crainte,
éclairée sur les choses de la vie, calme dans l’aion, toute bienveillante et extra cupiditatem ; hors du désir ;
du commerce le plus obligeant. » Je suis libre de dire encore : « Celui-là cui unum bonum honestas, pour qui l’unique bien est l’honnêteté ;
est heureux pour lequel il n’est de bien ou de mal qu’une âme bonne ou unum malum turpitudo ? l’unique mal l’infamie ?
dépravée ; qui cultive l’honnête, et, content de sa seule vertu, ne se laisse ni Cætera vilis turba rerum, Le reste est une vile foule de choses,
nec detrahens nec adjiciens qui ni n’enlève, ni n’ajoute
enfler ni abattre par les événements ; qui ne connaît pas de plus grand bien quidquam vitæ beatæ, rien à la vie heureuse,
que celui qu’il peut se donner lui-même, et pour qui la vraie volupté est le veniens ac recedens venant et se retirant
mépris des voluptés. » Tu peux, si tu veux te donner carrière, faire prendre sine auu ac detrimento sans accroissement et diminution
successivement à la même idée des formes différentes, sans en compromettre summi boni. du souverain bien.
ni en altérer la valeur. Par exemple, qui nous empêche d’appeler le bonheur Est necesse Il est nécessaire
hilaritas continua qu’une gaieté continue
une âme libre, élevée, intrépide et constante, placée en dehors de la crainte, et lætitia alta et une joie profonde
en dehors de toute cupidité, aux yeux de laquelle l’unique bien est l’honnête, atque veniens ex alto, et venant d’une source profonde,
l’unique mal l’infamie, et tout le reste un vil amas d’objets qui n’ôtent rien à ut quæ gaudeat attendu qu’elle se réjouit
la vie heureuse, n’y ajoutent rien, et, sans accroître ou diminuer le souverain suis, de ses biens propres,
bien, peuvent arriver ou s’en aller ? L’homme établi sur une telle base aura, nec cupiat et ne souhaite pas
majora domesticis, des biens plus grands que ceux-de-chez-elle,
ne le cherchât-il point, pour compagnes nécessaires une perpétuelle sérénité, sequatur hoc suivent cette situation
une satisfaion profonde comme la source d’où elle sort, heureux de ses fundatum ita, fondée ainsi,
propres biens et ne souhaitant rien de plus grand que ce qu’il trouve en soi. velit nolit. que l’âme le veuille ou ne-le-veuille-pas.
De tels biens                 Quidni penset bene Comment ne compenserait-elle pas bien
18   .    . 19

minutis, et frivolis, et non perseverantibus corpusculi mo- ista cum motibus ces avantages avec les mouvements
minutis et frivolis chétifs et frivoles
tibus ? quo die infra voluptatem fuerit, et infra dolorem et non perseverantibus et non persistants
erit. corpusculi ? d’une misérable-chair ?
Quo die fuerit Le jour où elle aura été
V. Vides autem, quam malam et noxiam servitutem infra voluptatem, au-dessous du plaisir,
serviturus sit, quem voluptates doloresque, incertissima erit et infra dolorem. elle sera aussi au-dessous de la douleur.
V. Vides autem V. Or tu vois
dominia impotentissimaque, alternis possidebunt. Ergo quam malam combien mauvaise
exeundum ad libertatem est ; hanc non alia res tribuit, et noxiam servitutem et nuisible servitude
sit serviturus quem devra subir celui que
quam fortunæ negligentia. Tum illud orietur inæstimabile voluptates doloresque, les plaisirs et les douleurs,
bonum, quies mentis in tuto collocatæ, et sublimitas ; ex- dominia incertissima tyrannies très inconstantes
impotentissimaque, et très arbitraires,
pulsisque terroribus, ex cognitione veri gaudium grande possidebunt alternis. posséderont alternativement.
et immotum, comitasque et diffusio animi : quibus delec- Ergo est exeundum Donc il faut s’élancer
ad libertatem ; vers la liberté ;
tabitur non ut bonis, sed ut ex bono suo ortis. Quoniam non alia res hanc tribuit pas d’autre moyen ne la donne
liberaliter agere cœpi, potest beatus dici, qui nec cupit, nec quam negligentia fortunæ. que l’indifférence pour la fortune.
Tum orietur Alors naîtra
timet, beneficio rationis. Quoniam et saxa timore et tristi- illud bonum inæstimabile, ce bien inappréciable,
tia carent, nec minus pecudes ; non ideo tamen quisquam quies mentis le calme de l’erit
collocatæ in tuto, établi en sûreté,
felicia dixerit, quibus non est felicitatis intelleus. Eodem et sublimitas ; et la hauteur de l’âme ;
terroribusque expulsis, et les terreurs ayant été bannies,
loco pone homines, quos in numerum pecorum et anima- gaudium grande une joie grande
lium redegit hebes natura, . . . . . . . . . . . . . . . et immotum et immuable
ex cognitione veri, résultant de la connaissance du vrai,
comitasque et la douceur
ne sont-ils pas une ample compensation de ces mouvements de la chair, et diffusio animi : et l’expansion du cœur ;
chétifs, misérables et inconstants ? Le jour où l’homme subira la lot du quibus deleabitur avantages desquels il sera charmé
plaisir, il subira aussi celle de la douleur. non ut bonis, non pas comme de biens,
sed ut ortis mais comme d’avantages nés
V. Or tu vois combien sera mauvaise et funeste la servitude de celui que ex bono suo. de son bien propre.
le plaisir et la douleur, ces deotes capricieux et passionnés, se diute- Quoniam cœpi Puisque j’ai commencé
ront tour à tour. Élançons-nous donc vers la liberté, que rien ne donne, agere liberaliter, à agir libéralement,
hormis l’indifférence pour la fortune. Alors commencera ce bonheur in- beatus potest dici, l’homme heureux peut être défini,
qui beneficio rationis celui qui par le bienfait de la raison
appréciable, ce calme d’un erit retiré en un asile sûr d’où il domine nec cupit nec timet. ne craint ni ne désire.
tout ; alors plus de terreurs ; la possession du vrai nous remplira d’une joie Quoniam et saxa Parce que les pierres aussi
immense, inaltérable, et de sentiments affeueux et expansifs que nous nec minus pecudes et non moins les bêtes
savourerons non comme des biens, mais comme des fruits du bien qui carent tristitia et timore, sont-exemptes de tristesse et de crainte,
non ideo tamen quisquam ce-n’est-pas un-motif-pour-que quelqu’un
nous est propre. Puisque j’ai déjà prodigué les définitions, disons qu’on dixerit felicia, les ait dites heureuses,
peut appeler heureux celui qui, grâce à la raison, est sans désir comme quibus non est elles à qui n’est pas
sans crainte. Tout comme les rochers n’éprouvent ni nos craintes, ni nos intelleus felicitatis. l’intelligence du bonheur.
tristesses, non plus que les animaux, sans que pourtant on les ait jamais Pone eodem loco Mets au même rang
homines quos natura hebes les hommes que leur nature émoussée
dits heureux, puisqu’ils n’ont pas le sentiment du bonheur ; il faut mettre et ignoratio sui et l’ignorance d’eux-mêmes
sur la même ligne tout homme qu’une nature émoussée et l’ignorance de redegit in numerum a réduits au nombre
20   .    . 21

et ignoratio sui. Nihil interest inter hos, et illa : quoniam pecorum et animalium. des troupeaux et des animaux.
Nihil interest Rien ne diffère
illis nulla ratio est, his prava et malo suo atque in perver- inter hos et illa : entre ceux-ci (les hommes) et ceux-là :
sum solers. Beatus enim nemo dici potest, extra veritatem quoniam illis ratio est nulla, car à ceux-là la raison n’est pas,
his prava à ceux-ci elle est dépravée
projeus ; beata ergo vita est, in reo certoque judicio sta- et solers suo malo et habile pour son malheur
bilita, et immutabilis. Tunc enim pura mens est, et soluta atque in perversum. et dans un mauvais sens.
Nemo enim, Personne en effet,
omnibus malis, quum non tantum lacerationes, sed etiam projeus extra veritatem, jeté hors de la vérité,
vellicationes effugerit ; statura semper ubi constitit, ac se- potest dici beatus ; ne peut être dit heureux ;
ergo beata est vita donc heureuse est la vie
dem suam, etiam irata et infestante fortuna, vindicatura. stabilita et immutabilis affermie et immuable
Nam quod ad voluptatem pertinet, licet circumfundatur in judicio reo certoque. dans un jugement droit et sûr.
Tunc enim mens est pura Alors en effet l’âme est pure
undique, per omnes vias influat, animumque blandimen- et soluta omnibus malis, et dégagée de tous maux,
tis suis leniat, aliaque ex aliis admoveat, quibus totos par- quum effugerit puisqu’elle a échappé
non tantum lacerationes, non seulement aux déchirements,
tesque nostri sollicitet : quis mortalium, cui ullum super- sed etiam vellicationes ; mais encore aux égratignures ;
est hominis vestigium, per diem noemque titillari velit, statura semper devant se tenir ferme toujours
ubi constitit, où elle s’est établie,
deserto animo, corpori operam dare ? ac vindicatura suam sedem, et devant défendre son domaine,
VI. « Sed et animus quoque, inquit, voluptates habebit etiam fortuna irata même la fortune étant irritée
et infestante. et faisant-la-guerre.
suas. » Habeat sane, sedeatque luxuriæ et voluptatum ar- Nam quod pertinet Car pour ce qui se-rapporte
ad voluptatem, au plaisir,
biter, impleat se omnibus iis, quæ obleare sensus solent : licet circumfundatur quoiqu’il se répande-à-l’entour
deinde . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . undique, de-tous-côtés,
influat per omnes vias, se glisse par toutes les voies,
leniatque animum et flatte l’âme
soi relèguent au rang des troupeaux et des brutes, dont rien ne le distingue. suis blandimentis, par ses caresses,
admoveatque alia et emploie d’autres moyens
Car si la raison chez ceux-ci est nulle, celui-là en a une dépravée, qui n’est ex aliis, quibus après d’autres, par lesquels
habile qu’à le perdre et à pervertir toutes ses voies. Le titre d’heureux n’est sollicitet totos il puisse-nous-essayer tout-entiers
pas fait pour l’homme jeté en dehors de la vérité ; partant, la vie heureuse partesque nostri : et les parties de notre être :
est celle dont un jugement droit et sûr fait la base immuable. I1 n’est quis mortalium, qui parmi les mortels,
cui superest à qui reste
d’erit serein et dégagé de toute affliion que celui qui, échappant aux ullum vestigium hominis, quelque vestige de l’homme,
plaies déchirantes comme aux moindres égratignures, reste à jamais ferme velit titillari voudrait être chatouillé
où il s’est placé, certain de garder son assiette en dépit des colères et des per diem noemque, pendant le jour et la nuit,
assauts de la fortune. Quant à la volupté, dût-elle nous assiéger de toutes animo deserto et son âme étant délaissée,
parts, s’insinuer par tous nos sens, flatter notre âme de ses mille caresses dare operam corpori ? donner son soin au corps ?
VI. « Sed et animus quoque VI. « Mais l’âme même elle aussi
successivement renouvelées, et solliciter ainsi tout notre être et chacun de habebit suas voluptates, » aura ses plaisirs propres, »
nos organes, quel mortel, si peu qu’il lui restât de l’homme, voudrait être inquit. dit l’épicurien.
chatouillé nuit et jour, et renoncer à son âme pour ne plus songer qu’à son Habeat sane, sedeatque Qu’elle les ait assurément, et siège
corps ? arbiter luxuriæ arbitre de la mollesse
et voluptatum ; et des plaisirs ;
VI. « Mais l’âme aussi, dit l’épicurien, aura ses voluptés. » Qu’elle les ait impleat se omnibus iis qu’elle se remplisse de tous ceux
donc, qu’elle siège en arbitre de la mollesse et des plaisirs, saturée de tout ce quæ solent obleare sensus : qui ont-coutume de charmer les sens :
qui délee les sens ; qu’elle porte encore ses regards en arrière et s’exalte au deinde reiciat ensuite qu’elle regarde-derrière elle
22   .    . 23

præterita reiciat, et exoletarum voluptatum memor ex- præterita, [ tarum, les jouissances passées,
et memor voluptatum exole- et se souvenant des plaisirs flétris,
sultet prioribus, futurisque jam immineat, ac es ordinet exsultet prioribus, qu’elle bondisse des plaisirs précédents,
suas, et dum corpus in præsenti sagina jacet, cogitationes jamque immineat futuris, et déjà se penche-vers ceux futurs,
ac ordinet suas es, et qu’elle diose ses eérances,
ad futura præmittat ! hoc mihi videtur miserior, quoniam et dum corpus jacet et pendant que le corps est couché
mala pro bonis legere dementia est. Nec sine sanitate quis- in sagina præsenti, dans sa graisse présente,
præmittat cogitationes qu’elle envoie-en-avant ses pensées
quam beatus est, nec sanus, cui obfutura pro optimis ap- ad futura. vers l’avenir.
petuntur. Beatus est ergo judicii reus : beatus est præ- Videtur mihi miserior hoc, Elle me semble plus malheureuse par cela,
quoniam legere parce que choisir
sentibus, qualiacumque sunt, contentus, amicusque rebus mala pro bonis le mal pour le bien
suis : beatus est is, cui omnem habitum rerum suarum ra- est dementia. est folie.
Nec quisquam est beatus Ni personne n’est heureux
tio commendat. Videt et in illis, qui summum bonum vo- sine sanitate, sans la santé,
luptatem dixerint, quam turpi illud loco posuerint. Itaque nec sanus cui ni il n’est sain celui par qui
obfutura appetuntur des choses qui-lui-nuiront sont recherchées
negant posse voluptatem a virtute diduci, et aiunt, nec pro optimis. au lieu des meilleures.
honeste quemquam vivere, ut non jucunde vivat, nec ju- Beatus est ergo Heureux est donc
reus judicii : celui qui est droit de jugement :
cunde, ut non honeste quoque. Non video, quomodo ista beatus est contentus heureux est l’homme content
diversa in eamdem copulam conjiciantur. Quid est, oro præsentibus des choses présentes,
qualiacumque sunt, quelles qu’elles soient,
vos, cur separari voluptas a virtute non possit ? videlicet, amicusque suis rebus : et ami de ses propres affaires :
beatus est is cui ratio heureux est celui à qui la raison
quia omne bonis ex virtute principium est ; ex hujus radi- commendat omnem habitum rend-agréable tout état
cibus etiam ea, quæ vos et amatis et expetitis, . . . . . . suarum rerum. de ses affaires.
Videt et in illis. Il voit aussi chezceux
qui dixerint voluptatem qui ont dit le plaisir
souvenir des débauches passées ; qu’elle dévore en eoir et déjà diose summum bonum, être le souverain bien,
celles où elle aire, et, tandis que le corps s’engraisse et dort dans le loco quam turpi dans une situation combien honteuse
posuerint illud. ils ont placé celui-ci.
présent, qu’elle anticipe l’avenir par la pensée. Elle ne m’en paraît que plus Itaque negant voluptatem C’est pourquoi ils nient le plaisir
misérable : car laisser le bien pour le mal est une haute folie. Sans la raison posse diduci a virtute, pouvoir être séparé de la vertu,
point de bonheur ; et la raison n’est point chez l’homme qui néglige les et aiunt et disent
meilleurs aliments et n’a faim que de poisons. Pour être heureux il faut nec quemquam vivere qu’aucun ne peut-vivre
honeste ut non vivat jucunde, honnêtement qu’il ne vive agréablement
donc un jugement sain ; il faut que, content du présent, quel qu’il soit, on nec jucunde et qu’aucun ne vivra agréablement
sache aimer ce que l’on a ; il faut que la raison nous fasse trouver du charme ut non quoque honeste. qu’il ne vive aussi honnêtement.
dans toute situation. Chez ceux-là mêmes qui disent : « Le souverain bien, Non video quomodo Je ne vois pas comment
c’est la volupté, » le sage voit dans quelle place infime ils le mettent. Aussi ista diversa conjiciantur ces idées contraires sont jetées
in eamdem copulam. dans le même lien.
nient-ils que la volupté puisse être détachée de la vertu ; selon eux, point Quid est, vos oro, Quel est le motif, je vous prie,
de vie honnête qui ne soit en même temps agréable, point de vie agréable cur voluptas non possit pour que le plaisir ne puisse pus
qui ne soit en même temps honnête. Je ne vois pas comment des choses si separari a virtute ? être séparé de la vertu ?
diverses se laisseraient accoupler ainsi. Pourquoi, je vous prie, la volupté Videlicet quia Sans doute c’est parce que
ne saurait-elle être séparée de la vertu ? L’on veut dire, sans doute, que la omne principium bonis tout principe pour les biens
est ex virtute ; vient de la vertu ;
vertu étant le principe de tout bien, elle produit, comme les autres biens, etiam ea quæ vos même ces avantages que vous
ceux que vous aimez et que vous recherchez. Mais si la vertu    et amatis et expetitis, et vous aimez et vous chercher,
24   .    . 25

oriuntur. Sed si ista indiscreta essent, non videremus quæ- oriuntur ex radicibus hujus. naissent des racines de celle-ci.
Sed si ista Mais si ces éléments
dam jucunda, sed non honesta ; quædam vero honestis- essent indiscreta, étaient inséparables,
sima, sed aera, et per dolores exigenda. non videremus quædam nous ne verrions pas certains aes
jucunda, être agréables,
VII. Adjice nunc, quod voluptas etiam ad vitam tur- sed non honesta, mais non honnêtes,
pissimam venit : at virtus malam vitam non admittit ; et quædam vero certains au contraire
honestissima, être très honnêtes,
infelices quidam non sine voluptate, immo ob ipsam vo- sed aera, mais pénibles,
luptatem sunt : quod non eveniret si virtuti se voluptas et exigenda et devant être accomplis
per dolores. par les souffrances.
immiscuisset, qua virtus sæpe caret, nunquam indiget. VII. Adjice nunc, VII. Ajoute maintenant,
Quid dissimilia, immo diversa componitis ? Altum quid- quod voluptas que le plaisir
venit etiam ad vitam vient même à la vie
dam est virtus, excelsum, regale, invium, infatigabile : turpissimam : la plus honteuse :
voluptas humile, servile, imbecillum, caducum, cujus sta- at virtus non admittit mais la vertu n’admet pas
vitam malam ; une vie mauvaise ;
tio ac domicilium fornices et popinæ sunt. Virtutem in et quidam sunt infelices et certains hommes sont malheureux
templo convenies, in foro, in curia, pro muris stantem, non sine voluptate, non sans le plaisir,
immo ob voluptatem ipsam : bien-plus à cause du plaisir même :
pulverulentam, coloratam, callosas habentem manus : vo- quod non eveniret ce qui n’arriverait pas
luptatem latitantem sæpius, ac tenebras captantem ; circa si voluptas se immiscuisset si le plaisir s’était confondu
virtuti, avec la vertu,
balnea ac sudatoria, ac loca ædilem metuentia ; mollem, qua virtus caret sæpe, duquel plaisir la vertu se-passe souvent
nunquam indiget. n’a jamais besoin.
enervem, mero atque unguento madentem, pallidam aut Quid componitis Pourquoi mettez-vous-ensemble
fucatam, et medicamentis pollutam. Summum . . . . . dissimilia, des éléments dissemblables,
immo diversa ? ou-plutôt contraires ?
Virtus est quiddam altum, La vertu est chose élevée,
et le plaisir étaient inséparables, nous ne verrions pas certains aes excelsum, regale, invium, sublime, royale, invincible,
déshonnêtes être agréables, tandis que d’autres aes très honnêtes sont infatigabile : infatigable :
voluptas, humile, servile, le plaisir est chose basse, servile,
pénibles et ne s’accomplissent pas sans douleur. imbecillum, caducum, faible, caduque,
VII. Ajoutez que le plaisir se rencontre même dans la vie la plus in- cujus fornices et popinæ dont les mauvais-lieux et les cabarets
fâme ; or la vertu n’admet pas une telle vie, et certains hommes sont mal- sunt statio et domicilium. sont le séjour et la demeure.
heureux, non pas sans le plaisir, mais par le plaisir même. Cela ne pourrait Convenies virtutem Tu rencontreras la vertu
in templo, dans le temple,
pas être si le plaisir ne faisait qu’un avec la vertu, qui ne le trouve pas tou- in foro, in curia, au forum, au sénat,
jours mais n’en a jamais besoin. Pourquoi allier des éléments différents stantem pro muris, debout devant les remparts,
ou plutôt opposés ? La vertu est quelque chose de grand, de sublime, de pulverulentam, coloratam, poudreuse, hâlée,
souverain, d’invincible, d’infatigable ; la volupté est chose basse, servile, habentem manus callosas : ayant les mains calleuses :
voluptatem la volupté
impuissante, caduque, qui a son poste et son domicile aux mauvais lieux latitantem sæpius se cachant plus souvent
et aux tavernes. La vertu, tu la trouveras dans le temple, au forum, au sé- ac captantem tenebras ; et recherchant les ténèbres ;
nat, debout sur les remparts, le corps poudreux, le teint hâlé, les mains circa balnea ac sudatoria, autour des bains et des étuves,
calleuses ; la volupté le plus souvent va cherchant le mystère et appelle les ac loca metuentia ædilem ; et des lieux qui craignent l’édile ;
mollem, enervem, molle, énervée,
ténèbres ; elle rôde autour des bains, des étuves, des lieux qui redoutent madentem mero humeée de vin pur
l’édile, efféminée, sans vigueur, ruisselante de vins et de parfums, pâle ou atque unguento, et de parfums,
fardée                  pallidam aut fucatam, pâle ou fardée,
26   .    . 27

bonum immortale est, nescit exire : nec satietatem habet, et pollutam medicamentis. et souillée par des drogues.
Summum bonum Le souverain bien
nec pœnitentiam ; nunquam enim rea mens vertitur ; est immortale, est immortel,
nec sibi odio est, nec quidquam mutavit, quia semper se- nescit exire ; il ne sait-pas s’en aller ;
habet nec satietatem il n’admet ni satiété
cuta est optima : at voluptas tunc, quum maxime deleat, nec pœnitentiam ; ni repentir ;
exstinguitur. Nec multum loci habet ; itaque cito implet : nunquam enim mens rea jamais en effet l’erit droit
vertitur, n’est tourné,
et tædio est, et post primum impetum marcet. Nec id un- nec odio est sibi ; ni n’est à haine à lui-même ;
quam certum est, cujus in motu natura est. Ita ne potest nec mutavit quidquam, et il n’a rien changé,
quia semper parce que toujours
quidem ulla ejus esse substantia, quod venit transitu ce- secuta est optima : il a suivi le meilleur parti :
lerrime, in ipso usu sui periturum. Eo enim pervenit, ubi at voluptas exstinguitur mais la volupté s’éteint
tunc, quum deleat maxime. alors que elle charme le plus.
desinat : et dum incipit, eat ad finem. Nec habet Et elle ne possède pas
VIII. Quid, quod tam bonis, quam malis, voluptas in- multum loci ; beaucoup de place ;
itaque implet cito, aussi la remplit-elle vite ;
est, nec minus turpes dedecus suum, quam honestos egre- et est tædio, et elle est à ennui,
gia deleant. Ideoque præceperunt veteres, optimam se- et marcet et se-flétrit
post primum impetum. après le premier essor.
qui vitam, non jucundissimam : ut reæ ac bonæ volun- Nec id cujus natura Ni cette chose dont l’essence
tatis non dux, sed comes voluptas sit. Natura enim duce est in motu consiste dans le mouvement
est unquam certum. n’est jamais fixe.
utendum est : hanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . Ita ulla substantia Ainsi quelque réalité
ejus quod venit celerrime d’une chose qui vient très rapidement
transitu, en passant,
periturum in usu ipso sui, devant périr dans l’ae même d’elle,
et souillée des drogues de la toilette. Le souverain bien est impéris- ne potest quidem esse. ne peut pas même être.
sable : il ne sort pas du cœur où il règne, il n’a ni satiété, ni repen- Pervenit enim Elle arrive en effet
tir. Car une conscience droite ne dévie jamais, n’est jamais odieuse eo ubi desinat : au terme où elle doit-cesser :
et dum incipit, et pendant qu’elle commence,
à elle-même, et ne change jamais rien à sa ligne de conduite, parce eat ad finem. elle regarde vers sa fin.
que toujours elle suit la meilleure. La volupté, au contraire, s’éteint VIII. Quid quod voluptas VIII. Que dire de ce que la volupté
au moment même où son charme est le plus puissant. Son domaine inest tam malis se trouve autant chez les méchants
quam bonis ? que chez les bons ?
est limité ; aussi le remplit-elle promptement ; le dégoût arrive, et dès et suum dedecus et que leur infamie
qu’elle a pris son essor, elle languit. Une chose dont le mouvement est non minus turpes, ne charme pas moins les infâmes,
l’essence, n’a jamais de fixité, et ce qui ne vient que pour passer rapide- quam egregia que les aions nobles
ment et périr en se réalisant, n’a même rien du positif : venir et cesser deleant honestos. ne charment les honnêtes gens.
Ideoque veteres Et pour-cela les anciens
d’être ne font qu’un seul moment, et le commencement touche à la fin. præceperunt sequi prescrivirent de suivre
VIII. N’est-il pas vrai aussi que le plaisir est commun aux bons et vitam optimam, la vie la meilleure,
aux méchants ? L’homme dépravé trouve dans son infamie des plaisirs non jucundissimam : non la plus agréable :
ut voluptas de telle sorte que la volupté
non moins intenses que l’honnête homme dans sa belle conduite. C’est sit non dux, soit non le guide,
pour cela que les anciens prescrivent d’avoir pour but, non pas une sed comes mais la compagne
vie agréable, mais une vie honnête : de telle sorte que le plaisir soit voluntatis reæ ac bonæ. de la volonté droite et bonne.
Utendum est enim duce Il faut en effet user pour guide
pour la volonté droite et bonne, non pas un principe direeur, mais natura : de la nature :
un accompagnement. La nature, en effet, est le guide qu’il faut  ratio observat hanc, la raison observe celle-ci,
28   .    . 29

ratio observat, hanc consulit. Idem est ergo beate vivere, et consulit hanc. elle consulte celle-ci.
Vivere beate Vivre heureusement
secundum naturam. Hoc quid sit, jam aperiam : si corpo- et secundum naturam et vivre selon la nature
ris dotes et apta naturæ conservabimus diligenter et impa- est ergo idem. est donc identique.
Jam aperiam Maintenant j’expliquerai
vide, tanquam in diem data et fugacia ; si non subierimus quid sit hoc : ce qu’est cela :
eorum servitutem, nec nos aliena possederint ; si corpori si cette condition sera réalisée si
conservabimus diligenter nous conservons soigneusement
grata et adventitia eo nobis loco fuerint, quo sunt in castris et impavide et sans-crainte
auxilia, et armaturæ leves. Serviant ista, non imperent : ita dotes corporis les qualités du corps
et apta naturæ, et les biens attachés à la nature,
demum utilia sunt menti. Incorruptus vir sit externis, et tanquam data in diem comme des biens donnés pour un jour
insuperabilis, miratorque tantum sui ; fidens animi, atque et fugacia ; et fugitifs ;
si non subierimus si nous ne nous-mettons-pas-sous
in utrumque paratus, artifex vitæ. Fiducia ejus non sine servitutem eorum, la servitude d’eux,
scientia sit, scientia non sine constantia : maneant illi se- et aliena et si des choses qui nous sont étrangères
non nos possederint ; ne nous possèdent pas ;
mel placita, nec ulla in decretis ejus litura sit. Intelligitur, si grata corpori si les choses agréables au corps
etiamsi non adjecero, compositum ordinatumque fore ta- et adventitia et adventices
fuerint nobis sont pour nous
lem virum, et in his quæ aget, cum comitate magnificum. eo loco quo sunt à ce rang où sont
Erit vera ratio sensibus . . . . . . . . . . . . . . . . . in castris auxilia dans un camp les auxiliaires
et armaturæ leves. et les troupes légères.
Ista serviant, Que ces choses servent,
suivre ; c’est elle qu’observe, elle que consulte la raison. C’est donc non imperent : ne commandent pas :
une même chose que vivre heureux et vivre selon la nature. Or ita demum à-cette-condition seulement
sunt utilia menti. elles sont utiles à l’âme.
voici comment il faut l’entendre : nous devons conserver les qua- Vir Que l’homme-véritable
lités physiques et les avantages naturels avec soin et sans inquié- sit incorruptus soit incorruptible
externis, aux choses extérieures
tude, comme des objets prêtés pour un jour et fugitifs ; nous ne et insuperabilis, et invincible,
devons pas nous mettre sous leur dépendance, ni nous assujettir miratorque tantum sui ; et admirateur seulement de son-bien-propre ;
à ce qui nous est étranger, et il faut que les biens corporels et ad- fidens animi, atque paratus confiant dans soit courage, et préparé
in utrumque, à l’une-et-l’-autre fortune,
ventices soient placés dans notre vie au rang que tiennent dans les artifex vitæ. artisan de sa propre vie.
camps les auxiliaires et les troupes légères. Que tout cela serve et ne Fiducia ejus non sit Que sa confiance ne soit pas
sine scientia, sans science,
commande point ; à ce titre seulement l’âme en tirera profit. Que non scientia ni sa science
l’homme de cœur soit incorruptible aux choses extérieures, touché sine constantia : sans fermeté :
d’admiration seulement pour son bien propre, plein de confiance, semel placita que les résolutions une fois arrêtées
maneant illi, soient maintenues par lui,
également prêt à l’une et l’autre fortune, et artisan de sa vie. Que et nulla litura sit et qu’aucune rature ne soit
l’assurance chez lui n’aille pas sans la science, ni la science sans la in decretis ejus. dans les décrets de lui.
fermeté ; que ses résolutions tiennent, une fois prises, et que dans Intelligitur, On comprend,
etiamsi non adjecero, même si je ne l’aurai pas ajouté,
ses décrets il ne se glisse pas de rature. On conçoit, sans que je talem virum fore qu’un tel homme sera
l’ajoute, quelle paix, quelle concordance régnera dans un tel erit, compositum ordinatumque, réglé et ordonné,
et magnificum cum comitate et grand avec bienveillance
et que tous ses aes seront empreints d’une dignité bienveillante. in his quæ aget. dans ces choses qu’il fera.
Chez lui la véritable raison sera greffée sur les sens, et y prendra Vera ratio erit La vraie raison sera chez lui
30   .    . 31

insita, et capiens inde principia : nec enim habet aliud insita sensibus, greffée sur les sens,
et capiens inde principia : et prenant de-là ses principes :
unde conetur, aut unde ad verum impetum capiat ; in nec enim habet aliud elle n’a pas en effet d’autre point
se revertatur. Nam mundus quoque cuna compleens, unde conetur, d’où elle puisse-s’efforcer,
aut unde capiat impetum ou d’où elle puisse-prendre son essor
reorque universi Deus, in exteriora quidem tendit, sed ad verum, vers la vérité,
tamen in totum undique in se redit. Idem nostra mens fa- revertatur in se. et puisse-revenir sur elle-même.
Nam mundus quoque Car le monde aussi
ciat : quum secuta sensus suos, per illos se ad externa por- compleens cuna, qui embrasse tout,
rexerit, et illorum et sui potens sit. Hoc modo una efficie- Deusque reor universi, et Dieu qui gouverne l’univers,
tendit quidem in exteriora, tend, il-est-vrai, vers l’extérieur,
tur vis ac potestas, concors sibi : et ratio illa certa nascetur, sed tamen redit undique mais cependant revient de-partout
non dissidens nec hæsitans in opinionibus comprehensio- in totum in se. dans le tout en lui-même.
Nostra mens faciat idem : Que notre âme fasse la même chose :
nibusque, nec in sua persuasione. Quæ quum se diosuit, quum secuta suos sensus lorsqu’ayant suivi ses sens
et partibus suis consensit, et (ut ita dicam) concinuit, sum- se porrexerit per illos elle se sera étendue par eux
ad externa, jusqu’aux choses extérieures,
mum bonum tetigit. Nihil enim pravi, nihil lubrici super- potens sit qu’elle soit maîtresse
est ; nihil in quo arietet, aut labet. Omnia faciet ex impe- et illorum et sui. et d’eux et d’elle-même.
Hoc modo efficietur De cette façon seront réalisées
rio suo, nihilque inopinatum accidet : sed quidquid aget, vis ac potestas una, une force et une puissance une,
in bonum exibit, facile et parate, et sine tergiversatione concors sibi : d’accord-avec elle-même :
et nascetur ratio illa certa, et naîtra cette raison sûre,
agentis. Nam pigritia et hæsitatio pugnam et inconstan- non dissidens nec hæsitans ne se-contredisant pas et n’hésitant pas
in opinionibus dans les opinions
tiam ostendit. Quare audaer . . . . . . . . . . . . . comprehensionibusque, et les compréhensions,
nec in persuasione ni dans l’assentiment
ses éléments : car il n’a pas d’autre point d’appui pour faire effort et sua. qui-lui appartient-en-propre.
Quæ, quum se diosuit, Celle-ci, quand elle s’est diosée,
prendre son élan vers le vrai, puis se replier sur lui-même. Le monde et consensit et s’est-mise-d’-accord
aussi, qui embrasse tout, et ce Dieu qui régit l’univers, malgré leur suis partibus, dans ses éléments,
et (ut dicam ita) et (pour que je dise ainsi)
tendance vers le dehors, rentrent néanmoins de toutes parts dans le concinuit, s’est-harmonisée,
grand tout et en eux-mêmes. Qu’ainsi fasse l’erit humain : lorsque, tetigit summum bonum. a atteint te souverain bien.
en suivant les sens dont il diose, il se sera porté par eux à l’extérieur, Nihil enim pravi, Rien en effet qui soit de travers,
nihil lubrici, rien de glissant,
qu’il soit maître d’eux et de lui-même. C’est seulement à cette condi- nihil in quo arietet, rien à quoi elle puisse-se-heurter,
tion que sera réalisée l’unité d’une force et d’une puissance toujours aut labet, ou puisse-chanceler,
d’accord avec elle-même, une raison mûre, sans contradiion ni superest. ne reste en elle.
Faciet omnia Elle fera tout
hésitation dans les opinions, les compréhensions et l’assentiment. ex suo imperio, de sa propre autorité,
Quand elle a mis cet ordre, ce plein accord entre toutes ses parties ; nihilque accidet et rien n’arrivera
quand elle s’est, pour ainsi dire, harmonisée, le souverain bien est inopinatum : qui soit imprévu :
sed quidquid aget mais tout-ce-qu’elle fera
conquis. Il ne reste plus de fausse voie, de passage où l’on glisse, où exibit in bonum, aboutira au bien,
l’on se heurte, où l’on chancelle. Tout se fait par sa libre autorité, facile et parate, facilement et aisément,
rien n’arrive contre son attente ; chacun de ses aes tourne à bien et et sine tergiversatione et sans tergiversation
agentis. d’elle agissant.
s’exécute avec cette facilité prompte et cette allure qui ne tergiversent Nam pigritia et hæsitatio Car la lenteur et l’incertitude
jamais. La lenteur, l’incertitude, trahissent la lutte et l’inconsistance ostendit pugnam manifestent une lutte
32   .    . 33

licet profitearis, summum bonum esse animi concordiam. et inconstantiam. et un manque-de-fermeté.


Quare licet C’est pourquoi il est permis
Virtutes enim ibi esse debebunt, ubi consensus atque uni- profitearis audaer que tu déclares hardiment
tas erit : dissident vitia. summum bonum esse que le souverain bien est
concordiam animi. l’harmonie de l’âme.
IX. « Sed tu quoque, inquit, virtutem non ob aliud co- Virtutes enim debebunt Les vertus en effet devront
lis, quam quia aliquam ex illa eras voluptatem. » Pri- esse ibi ubi erit être là où sera
consensus atque unitas l’accord et l’unité
mum, non, si voluptatem præstatura virtus est, ideo prop- vitia dissident. les vices sont-en-désaccord.
ter hanc petitur ; non enim hanc præstat, sed et hanc : IX. « Sed tu quoque IX. « Mais toi aussi.
inquit, dit l’épicurien,
nec huic laborat, sed labor ejus, quamvis aliud petat, hoc non colis virtutem tu ne cultives pas la vertu
quoque assequetur. Sicut in arvo, quod segeti proscissum ob aliud quam quia pour un autre motif que parce que
eras ex illa tu attends d’elle
est, aliqui flores internascuntur, non tamen huic herbulæ, aliquam voluptatem. » quelque plaisir. »
quamvis deleet oculos, tantum operis insumptum est : Primum si virtus D’abord si la vertu
præstatura est voluptatem, est devant procurer le plaisir,
aliud fuit serenti propositum, hoc supervenit : sic et vo- non petitur ideo elle n’est pas cherchée à-cause-de-cela
luptas non est merces, nec causa virtutis, sed accessio : propter hanc ; en-vue-de celui-ci,
non enim præstat hanc, en effet elle ne procure pas celui-ci,
nec quia deleat, placet ; sed si placet, et deleat. Sum- sed et hanc : mais et celui-ci en-plus :
mum bonum in ipso judicio est et habitu optimæ mentis : nec laborat huic, et elle ne travaille pas pour celui-ci,
sed labor ejus, mais le travail d’elle,
quæ quum suum ambitum implevit et finibus se suis cin- quamvis petat aliud, quoiqu’il vise un autre objet,
assequetur hoc quoque. obtiendra cela en-outre.
xit, consummatum est . . . . . . . . . . . . . . . . . Sicut in arvo, De-même-que dans un champ,
quod proscissum est segeti, qui a été ouvert en vue de la moisson,
des pensées. Oui, prononce-le hardiment : le souverain bien, c’est aliqui flores quelques fleurs
internascuntur, naissent-au-milieu,
l’harmonie de l’âme ; car les vertus doivent être où se trouvent tantum operis tamen tant de travail pourtant
l’accord et l’unité : le désaccord est le propre des vices. non est insumptum n’a pas été dépensé
IX. « Mais vous aussi, me dira-t-on, vous ne cultivez la vertu qu’en huic herbulæ, pour cette petite-végétation,
quamvis deleet oculos ; quoiqu’elle charme les yeux ;
vue d’une jouissance quelconque que vous en eérez. » D’abord, si aliud propositum fuit un autre but fut
la vertu doit procurer le plaisir, il ne s’ensuit pas que ce soit pour cela serenti, au cultivateur,
hoc supervenit ; cela est venu en plus ;
qu’on la cherche ; ce n’est pas le plaisir seul qu’elle apporte, mais elle sic et voluptas de même aussi le plaisir
l’apporte en plus ; et, sans y travailler, ses efforts, quoique ayant un non est merces nec causa n’est pas le prix ni la cause
autre but, arrivent en outre à celui-là. Comme en un champ labouré virtutis, de la vertu,
sed accessio : mais un accessoire :
pour la moisson quelques fleurs naissent par intervalles, bien que nec placet, et la vertu n’est pas aimée
ce ne soit pas pour de minces bluets, qui pourtant réjouissent les quia deleat, parce qu’elle réjouit,
yeux, qu’on a dépensé tant de travail ; l’objet du semeur était autre : sed si placet, et deleat. mais si elle est aimée, elle réjouit aussi.
Summum bonum est Le souverain bien est
la fleur est venue par surcroît ; de même le plaisir n’est ni le salaire, in judicio ipso dans le jugement même
ni le mobile de la vertu, il en est l’accessoire ; ce n’est pas parce et habitu mentis optimæ : et dans l’état d’une âme excellente :
qu’elle donne du plaisir qu’on l’aime ; c’est parce qu’on l’aime qu’elle quum quæ implevit quand celle-ci a rempli
suum ambitum son développement
donne du plaisir. Le souverain bien est dans le jugement même et la et cinxit se suis finibus, et s’est renfermée dans ses limites,
diosition d’un erit excellent ; quand celui-ci a rempli le cercle de summum bonum le souverain bien
34   .    . 35

summum bonum, nec quidquam amplius desiderat. Nihil est consummatum, est consommé,


nec desiderat quidquam et ne demande rien
enim extra totum est, non magis quam ultra finem. Itaque amplius. de plus.
erras, quum interrogas quid sit illud propter quod virtu- Nihil enim est extra totum, Rien en effet n’est en dehors du tout,
non magis quam pas plus que
tem petam ? quæris enim aliquid supra summum. Inter- ultra finem. au-delà de la fin.
rogas quid petam ex virtute ? ipsam ; nihil enim habet me- Itaque erras, C’est pourquoi, tu te trompes,
quum interrogas quand tu me demandes
lius, ipsa pretium sui. An hoc parum magnum est, quum quid sit illud propter quod quelle est cette fin en-vue-de laquelle
tibi dicam ; Summum bonum est infragilis animi rigor et petam virtutem. je cherche la vertu.
Quæris enim aliquid Tu cherches en effet quelque chose
providentia, et subtilitas, et sanitas, et libertas, et concor- supra summum. au-delà du sommet des choses.
dia, et decor ? Aliquid et jam nunc exigis majus, ad quod Interrogas quid petam Tu me demandes ce-que je cherche
ex virtute ? dans la vertu ?
ista referantur ? Quid mihi voluptatem nominas ? Homi- ipsam ; elle-même ;
nis bonum quæro, non ventris, qui pecudibus ac belluis habet enim nihil melius ; elle n’a en effet rien de meilleur ;
ipsa pretium sui. elle-même est le salaire d’elle-même.
laxior est. An hoc est parum magnum Est-ce que cela est peu grand à tes yeux,
X. « Dissimulas, inquit, quid a me dicatur : ego enim quum tibi dicam : quand je te dis :
Summum bonum est Le souverain bien est
nego quemquam posse jucunde vivere, nisi simul et ho- rigor animi infragilis, la rigidité d’une âme indestruible,
neste vivat : quod non potest mutis contingere animali- et providentia et subtilitas, et la prévoyance et la pénétration,
et sanitas et libertas, et la santé morale et l’indépendance,
bus, nec bonum suum cibo metientibus. Clare, inquam, et concordia et decor ? et l’harmonie et la beauté ?
Exigis et jam nunc Exiges-tu encore maintenant
ac palam testor, hanc vitam, quam ego jucundam voco, aliquid majus quelque chose de plus grand
non sine adjea virtute . . . . . . . . . . . . . . . . ad quod ista referantur ? à quoi ces attributs soient rattaches ?
Quid mihi nominas Pourquoi me nommes-tu
voluptatem ? la volupté ?
son développement et s’est retranché dans ses limites propres, le souverain Quæro bonum hominis, Je cherche le bien de l’homme,
bien est complet, il ne veut rien de plus. Car il n’y a rien en dehors du tout, non ventris, non celui du ventre,
qui est laxior qui est plus large
non plus qu’au delà du dernier terme. Vous vous méprenez donc quand pecudibus ac belluis. chez les bêtes et chez les brutes.
vous demandez pour quel motif j’aire à la vertu ; c’est chercher quelque X. « Dissimulas, X. « Tu-feins-de-ne-pas-comprendre,
chose au-dessus du sommet des choses. Vous demandez ce que je cherche inquit, dit l’épicurien,
dans la vertu ? elle-même : elle n’a rien de meilleur, elle est à elle-même son quid dicatur a me : quelle chose est dite par moi :
ego enim nego moi en effet je nie
salaire. Trouvez-vous que ce soit trop peu ? Si je vous dis : Le souverain quemquam posse qu’aucun puisse
bien, c’est une inflexible rigidité, c’est une prévoyance judicieuse ; c’est la vivere jucunde, vivre agréablement,
sagesse, l’indépendance, l’harmonie, la dignité, exigerez-vous encore un nisi simul à moins qu’en même temps
principe plus élevé pour y rattacher tous ces attributs ? Pourquoi me parler vivat et honeste : il ne vive aussi honnêtement :
du plaisir ? Je cherche le bien de l’homme, non pas le bien du ventre qui, quod non potest contingere ce qui ne peut pas échoir
animalibus mutis aux êtres muets,
chez les bêtes et les brutes, a plus de capacité. nec metientibus ni aux hommes mesurant
X. « Vous feignez, me dit l’épicurien, de ne pas entendre ce que je dis ; suum bonum cibo. leur bien aux aliments.
je prétends, en effet que l’on ne peut pas vivre agréablement si l’on ne vit Testor, inquam, J’atteste, dis-je,
pas honnêtement : or cette condition est inaccessible à la brute, et aux clare ac palam, tout-haut et, ouvertement,
hanc vitam quam cette vie que
hommes qui mesurent leur bonheur à leurs aliments. Oui, je l’atteste tout ego voco jucundam, moi j’appelle agréable,
haut et publiquement, cette vie que j’appelle agréable      non contingere ne pas échoir
36   .    . 37

contingere. » Atqui quis ignorat plenissimos esse volupta- sine virtute adjea. » sans la vertu étant ajoutée. »
Atqui quis ignorat Pourtant qui ignore
tibus vestris stultissimos quosque ? et nequitiam abundare quosque stultissimos que tous les plus insensés
jucundis, animumque ipsum non tantum genera volupta- esse plenissimos sont les plus comblés
vestris voluptatibus ? de vos plaisirs ?
tis prava, sed multa suggerere ? in primis insolentiam et et nequitiam et que la perversité
nimiam æstimationem sui, tumoremque elatum supra ce- abundare jucundis, regorge d’agréments.
animumque ipsum et que l’âme elle-même
teros, et amorem rerum suarum cæcum et improvidum : suggerere suggère
delicias fluentes, ex minimis ac puerilibus causis exsulta- genera voluptatis des genres de plaisir,
non tantum prava non seulement mauvais
tionem ; jam dicacitatem, et superbiam contumeliis gau- sed multa ? mais nombreux ?
dentem, desidiam dissolutionemque segnis animi indor- in primis insolentiam en premier lieu l’insolence
et æstimationem nimiam et l’estime excessive
mientis sibi. Hæc omnia virtus discutit, et aurem pervellit, sui, de soi-même,
et voluptates æstimat, antequam admittat : nec quas pro- tumoremque elatum et une vanité qui s’élève
supra ceteros, au-dessus des autres,
bavit, magni pendit (utique enim admittit), nec usu ea- et amorem suarum rerum et un amour de ses biens
rum, sed temperantia læta est ; temperantia autem, quum cæcum et improvidum : aveugle et imprévoyant :
fluentes delicias, de molles délices,
voluptates minuat, summi boni injuria est. Tu voluptatem exsultationem ex causis des tranorts pour des causes
compleeris : ego compesco ; tu voluptate frueris : ego minimis et puerilibus ; minimes et puériles ;
jam dicacitatem, ensuite la causticité,
utor ; tu illam summum bonum putas : ego nec bonum ; et superbiam gaudentem et un orgueil qui est-heureux
contumeliis, des affronts qu’il fait.
tu omnia voluptatis causa facis : ego nihil. desidiam dissolutionemque l’apathie et le relâchement
animi segnis d’une âme indolente
n’est pas possible sans le concours de la vertu. » — Mais qui ignore indormientis sibi. qui-s’endort sur elle-même.
Virtus discutit omnia hæc, La vertu dissipe tous ces défauts.
que les hommes les plus étrangers à la sagesse sont les plus comblés et pervellit aurem, et nous tire l’oreille,
de ces plaisirs que vous vantez ; que les jouissances sont prodiguées à et æstimat voluptates et juge les plaisirs
la perversité, et que l’âme elle-même se crée des satisfaions à la fois antequam admittat : avant de les admettre :
nec pendit magni et elle ne prise pas beaucoup
nombreuses et mauvaises ? C’est d’abord l’insolence, l’estime excessive de quas probavit ceux qu’elle a approuvés
soi-même, une vanité par laquelle on se met au-dessus de tous les autres, (utique enim admittit), (car tout au plus elle les admet),
un amour-propre aveugle et imprévoyant, une mollesse énervante, des nec læta est usu, et elle n’est pas heureuse par l’usage,
tranorts de joie pour les motifs les plus minces et les plus puérils ; c’est sed temperantia earum ; mais par la modération de ces plaisirs :
temperantia autem, or la modération,
aussi un ton railleur, un orgueil qui se plaît à humilier autrui, l’apathie, quum minuat voluptates, vu-qu’elle diminue les plaisirs,
l’affaissement d’une âme qui s’endort sur sa propre lâcheté. Toutes ces injuria est summi boni. est une atteinte à votre souverain bien.
folies, la vertu les dissipe en nous prenant par l’oreille ; elle pèse les Tu compleeris voluptatem, Toi tu embrasses le plaisir,
plaisirs avant de les admettre, et quand elle les a trouvés de bon aloi, ego compesco ; moi je le comprime ;
tu frueris voluptate, toi tu jouis du plaisir,
elle n’en fait pas grand cas ; c’est tout au plus si elle les tolère, heureuse, ego utor ; moi j’en use ;
non pas d’en user, mais de les tempérer : or la tempérance, en enlevant tu illam putas toi tu le regardes-comme
quelque chose au plaisir, porte atteinte à votre souverain bien. Vous vous summum bonum, le souverain bien,
jetez dans les bras du plaisir, moi je le tiens à distance ; vous l’épuisez, ego nec bonum ; moi même-pas comme un bien ;
tu facis omnia toi tu fais tout
moi je le goûte ; vous y voyez le bien suprême, pour moi il n’est même causa voluptatis : en-vue-du plaisir :
pas un bien ; vous faites tout pour lui, et moi rien. ego nihil. moi, rien.
38   .    . 39

XI. Quum dico me nihil voluptatis causa facere, de illo XI. Quum dico me facere XI. Quand je dis que je ne fais
nihil voluptatis causa. rien en-vue-du plaisir,
loquor sapiente, cui soli concedis voluptatem. loquor de illo sapiente, je parle de ce sage,
Non voco autem sapientem, supra quem quidquam est, cui soli concedis auquel seul lu accordes
voluptatem. le plaisir.
nedum voluptas. Atqui ab hac occupatus, quomodo re- Non autem voco sapientem Mais je n’appelle pas sage
sistet labori, ac periculo, egestati, et tot humanam vitam supra quem est quidquam, celui au-dessus duquel est quelque chose,
nedum voluptas. encore moins si c’est le plaisir.
circumstrepentibus minis ? quomodo coneum mor- Atqui occupatus ab hac, D’ailleurs absorbé par celui-ci,
tis, quomodo doloris feret ? quomodo mundi fragores, et quomodo resistet comment l’homme résistera-t-il
labori ac periculo, à la fatigue et au danger,
tantum acerrimorum hostium, a tam molli adversario vic- egestati et tot minis à la pauvreté et à tant de menaces
tus ? Quidquid voluptas suaserit, faciet. Age, non vides circumstrepentibus qui grondent-autour-de
vitam humanam ? la vie humaine ?
quam multa suasura sit ? « Nihil, inquis, poterit suadere quomodo feret Comment supportera-t-il
turpiter, quia adjuna virtuti est. » Non vides iterum, coneum mortis, la vue de la mort,
quomodo doloris ? comment la vue de la douleur ?
quale sit summum bonum, cui custode opus est, ut bo- Quomodo fragores mundi Comment les fracas du ciel
num sit ? Virtus autem quomodo voluptatem reget quam et tantum hostium et de tant d’ennemis
acerrimorum, très acharnés,
sequitur, quum sequi parentis sit, regere imperantis ? a vius ab adversario lui vaincu par un adversaire
tergo ponis, quod imperat. Egregium autem habet virtus tam molli ? si mou ?
Faciet quidquid Il fera tout-ce-que
apud vos officium, voluptates prægustare ! Sed videbimus, voluptas suaserit. le plaisir lui aura conseillé.
Age, non vides quam multa Allons, ne vois-tu pas combien de choses
an apud quos tam contumeliose traata virtus est, adhuc sit suasura ? il est devant lui conseiller ?
virtus sit : quæ habere nomen . . . . . . . . . . . . . « Poterit, inquis, « Il ne pourra, dis-tu,
suadere nihil turpiter, conseiller rien honteusement,
quia est adjuna virtuti. » parce qu’il est attaché à la vertu. »
XI. Quand je dis moi, je veux parler du sage à qui seul vous accordez le Non vides iterum Ne vois-tu pas encore-une-fois
plaisir. quale sit summum bonum, quel est un souverain bien,
cui opus est custode à qui besoin est d’un surveillant
Mais je n’appelle point sage l’esclave de quoi que ce soit, et moins que ut sit bonum ? pour qu’il soit un bien ?
tous, l’esclave de la volupté. Comment, une fois dominé par elle, résistera- Quomodo autem virtus Comment d’autre-part la vertu
t-il à la fatigue, aux périls, à l’indigence, à tant de menaces qui grondent reget voluptatem dirigera-t-elle le plaisir
autour de la vie humaine ? Comment soutiendra-t-il l’ae de la mort, quam sequitur, qu’elle suit,
quum sequi puisque suivre
l’ae de la douleur, le fracas d’un ciel en courroux, et une foule d’attaques sit parentis est le propre de qui obéit,
acharnées, lui qu’un si mol adversaire a vaincu ? Tout ce que lui aura regere imperantis ? diriger de qui commande ?
conseillé la volupté, il le fera. Et ne voyez-vous pas que de choses elle lui Ponis a tergo Tu places par derrière
conseillera ? « Elle ne saurait, dites-vous, l’engager à rien de honteux : elle a quod imperat. ce qui commande.
Virtus autem Eh bien ! La vertu
la vertu pour compagne. » Mais, encore une fois, qu’est-ce qu’un souverain habet apud vos a chez vous
bien qui ne peut être tel que s’il est surveillé ? D’ailleurs, comment la egregium officium. une noble fonion,
vertu gouvernera-t-elle le plaisir auquel elle est subordonnée ? Ce qui est prægustare voluptates ! essayer-en-goûtant les plaisirs !
subordonné doit obéir à ce qui gouverne. Vous mettez derrière ce qui Sed videbimus an virtus Mais nous verrons si la vertu
commande. Le bel emploi pour la vertu ! Vous la réduisez à faire l’essai sit adhuc virtus apud quos est encore vertu chez ceux chez qui
est traata elle a été traitée
des plaisirs ! Nous verrons plus tard si, chez des hommes qui l’ont si tam contumeliose : si outrageusement :
outrageusement traitée, elle est encore la vertu, elle qui ne peut garder son quæ non potest elle qui ne peut pas
40   .    . 41

suum non potest, si loco cessit ; interim, de quo agitur, habere suum nomen, garder son nom,
si cessit loco ; si elle a quitté son rang ;
multos ostendam voluptatibus obsessos, in quos fortuna interim, de quo agitur, en attendant, ce dont il-est-question,
omnia munera sua effudit, quos fatearis necesse est ma- ostendam multos je montrerai beaucoup d’hommes
obsessos voluptatibus, assiégés par les plaisirs,
los. Aice Nomentanum et Apicium, terrarum ac maris in quos fortuna effudit sur qui la fortune a versé
(ut isti vocant) bona conquirentes, et super mensam reco- omnia sua munera toutes ses faveurs,
quos est necesse lesquels il est nécessaire
gnoscentes omnium gentium animalia. Vide hos eosdem e fatearis malos. que tu reconnaisses méchants.
suggestu rosæ exeantes popinam suam ; aures vocum Aice Nomentanum Regarde Nomentanus
et Apicium, et Apicius,
sono, eaculis oculos, saporibus palatum suum delec- conquirentes bona recherchant les biens
tantes. Mollibus lenibusque fomentis totum lacessitur eo- (ut isti vocant) (comme ils les appellent)
terrarum et maris des terres et de la mer,
rum corpus : et ne nares interim cessent, odoribus variis et recognoscentes et passant-en-revue
inficitur locus ipse, in quo luxuriæ parentatur. Hos esse super mensam sur leur table
animalia omnium gentium. des animaux de toutes les nations.
in voluptatibus dices : nec tamen illis bene erit, quia non Vide hos eosdem Vois ces mêmes hommes
bono gaudent. exeantes suam popinam attendant leur bonne-chère
e suggestu rosæ ; du-haut-d’un lit de roses ;
XII. « Male, inquit, illis erit, quia multa interveniunt, deleantes aures charmant leurs oreilles
quæ perturbant animum et opiniones inter se contrariæ sono vocum, par le son des voix,
oculos eaculis, leurs yeux par des eacles,
mentem inquietabunt. » Quod ita esse concedo ; sed nihi- suum palatum saporibus. leur palais par des saveurs.
Totum corpus eorum Tout le corps d’eux
lominus illi ipsi stulti, et inæquales et sub iu pœnitentiæ lacessitur fomentis est provoqué par des excitations
positi, magnas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . mollibus lenibusque : caressantes et douces :
et ne nares interim et de peur que leur nez pendant-ce-temps
cessent, ne reste-inaif,
ipse locus in quo ce lieu dans lequel
nom dès qu’elle perd son rang ; eu attendant, pour parler de ce qui nous parentatur une fête-funèbre-est-célébrée
occupe, je vous montrerai nombre d’hommes entourés par les plaisirs, sur luxuriæ, à la mollesse,
lesquels la fortune a répandu tous ses dons, et que vous serez forcé de inficitur odoribus variis. est rempli de parfums variés.
reconnaître méchants. Voyez un Nomentanus, un Apicius, recherchant à Dices hos esse Tu diras que ces gens-là sont
grands frais ce qu’ils appellent les biens de la terre et de l’onde, et passant in voluptatibus : dans tes plaisirs :
nec tamen bene erit illis, et cependant bien ne sera pas à eux,
en revue sur leur table les animaux de tous les pays. Voyez-les du haut d’un quia non bono gaudent. car ce n’est pas du bien qu’ils se réjouissent.
lit de roses contempler l’orgie qu’ils ordonnent, charmer leurs oreilles par le XII. « Male erit illis, XII. « Mal sera à eux,
son des voix, leurs yeux par des eacles, leur palais par d’exquises saveurs. inquit, dit l’ épicurien,
La moelleuse et douce pression des coussins caresse tout leur corps ; et quia multa interveniunt, parce que bien des causes interviennent,
pour que leurs narines mêmes prennent part à la fête, des parfums variés quæ perturbant animum, qui troublent complètement l’âme,
et opiniones et des opinions
embaument jusqu’aux salles où sont offerts à la mollesse des repas qu’on contrariæ inter se contraires entre elles
peut dire funèbres. Ces gens-là, allez-vous dire, nagent dans les délices ; mais inquietabunt mentem. » agiteront leur erit. »
ils auront à souffrir, parce que ce n’est pas le vrai bien qui fait leur joie. Quod concedo esse Ce que je concède être ainsi :
XII. « Ils auront à souffrir, dites-vous, parce que leur vie est sous le coup de sed nihilominus mais néanmoins
illi stulti ipsi, ces insensés eux-mêmes,
mille causes de trouble moral, et le conflit des opinions agitera leurs erits. » et inæquales, et capricieux,
Cela est vrai, je vous l’accorde ; mais ces erits égarés, capricieux et sous le et positi et placés
coup du repentir, n’en perçoivent pas moins de vives      sub iu pœnitentiæ, sous le coup du repentir,
42   .    . 43

percipiunt voluptates : ut fatendum sit, tam longe tum illos percipiunt perçoivent
magnas voluptates : de grands plaisirs :
ab omni molestia abesse, quam a bona mente : et (quod ut sit fatendum tellement qu’il faut avouer
plerisque contingit) hilarem insaniam insanire, ac per ri- illos tum abesse qu’ils sont éloignés alors
tam longe ab omni molestia, aussi loin de toute souffrance,
sum furere. At contra sapientium remissæ voluptates, et quam a mente bona : que d’un erit sage :
modestæ, ac pæne languidæ sunt, compressæque, et vix et (quod contingit plerisque) et (ce qui arrive à la plupart)
insanire insaniam hilarem, qu’ils sont fous d’une folie gaie,
notabiles : ut quæ neque arcessitæ veniant, nec quamvis ac furere per risum. et qu’ils sont-en-délire dans le rire.
per se accesserint, in honore sint, neque ullo gaudio per- At contra Mais au contraire
voluptates sapientium les plaisirs des sages
cipientium exceptæ. Miscent enim illas, et interponunt sunt remissæ, sont détendus,
vitæ, ut ludum jocumque inter seria. Desinant ergo in- et modestæ, et modérés,
ac pæne languidæ et presque languissants,
convenientia jungere, et virtuti voluptatem implicare, per compressæque, et contenus,
quod vitium pessimis quibusque adulantur. Ille effusus in et vix notabiles : et à peine sensibles :
ut quæ veniant attendu qu’ils viennent
voluptates, ruabundus semper atque ebrius, quia scit se neque arcessitæ, et n’ayant pas été cherchés,
cum voluptate vivere, credit et cum virtute : audit enim et quamvis accesserint et quoique ils soient venus
per se, par (d’) eux-mêmes,
voluptatem separari a virtute non posse : deinde vitiis suis non sint in honore, qu’ils ne sont pas en honneur
sapientiam inscribit, et abscondenda profitetur. Ita non ab neque exceptæ ni accueillis
ullo gaudio avec quelque joie
Epicuro impulsi luxuriantur, sed . . . . . . . . . . . . percipientium. de ceux qui les perçoivent.
Miscent enim Ils mêlent en effet
et interponunt illas vitæ, et interposent eux dans leur vie,
voluptés ; aussi faut-il avouer que, s’ils sont loin alors de tout ut ludum jocumque comme une distraion et un jeu
malaise, ils ne le sont pas moins de la sagesse ; que, pour la plu- inter seria. entre les choses sérieuses.
Desinant ergo jungere Qu’on cesse donc d’allier
part, leur joie est une folie délirante, et leur rire un rire de fu- inconvenientia, des éléments incompatibles,
rieux. Tout au contraire, les plaisirs du sage sont modérés, dis- et implicare et de mêler
voluptatem virtuti, le plaisir à la vertu,
crets, presque languissants, tout intérieurs et à peine sensibles per quod vitium adulantur défaut par lequel on flatte
au dehors ; car ce n’est point à sa sollicitation qu’ils viennent, quibusque pessimis. tous les plus pervers.
Ille effusus in voluptates, Tel abandonné aux plaisirs,
et, bien qu’ils se présentent d’eux-mêmes, il ne leur fait point semper ruabundus toujours rotant
fête, il les accueille et les goûte sans aucun tranort. Il les mêle atque ebrius, et ivre,
à la vie comme un intermède et un jeu pour égayer le sérieux du quia scit se vivere parce qu’il sait qu’il vit
cum voluptate, avec le plaisir,
drame. Que l’on cesse donc d’allier des choses incompatibles et credit et croit qu’il vit aussi
d’accoler la vertu à la volupté, faux assemblage qui flatte les pen- cum virtute : avec la vertu :
audit enim il entend-dire en effet
chants les plus dissolus. Tel homme livré au plaisir et la bouche voluptatem non posse que le plaisir ne peut
toujours pleine des fumées de l’ivresse, sachant qu’il suit la vo- separari a virtute : être séparé de la vertu :
deinde inscribit sapientiam ensuite il intitule sagesse
lupté, croit aussi suivre la vertu. Il entend dire en effet qu’elles suis vitiis, ses vices,
sont inséparables, puis sur ses vices il écrit sagesse et affiche ce et profitetur abscondenda. et affiche des choses devant être cachées.
qu’il devrait cacher à tous les yeux. Ainsi ce n’est pas Épicure Ita non impulsi Ainsi non pas poussés
ab Epicuro par Épicure
qui pousse ces hommes à la débauche ; ce sont eux    luxuriantur, ils se-livrent-à-la-débauche,
44   .    . 45

vitiis dediti luxuriam suam in philosophiæ sinu abscon- sed dediti vitiis mais livrés aux vices
abscondunt suam luxuriam ils cachent leur corruption
dunt, et eo concurrunt, ubi audiunt laudari voluptatem. in sinu philosophiæ, dans le sein de la philosophie,
Nec æstimant voluptas illa Epicuri (ita enim mehercules et concurrunt eo et accourent-tous là
ubi audiunt où ils entendent-dire
sentio) quam sobria et sicca sit ; sed ad nomen ipsum ad- voluptatem laudari. le plaisir être loué.
volant, quærentes libidinibus suis patrocinium aliquod ac Nec æstimant quam Et ils n’apprécient pas combien
illa voluptas Epicuri ce plaisir d’Épicure
velamentum. Itaque quod unum habebant in malis bo- sit sobria et sicca est sobre et sec
num, perdunt, peccandi verecundiam. Laudant enim ea (ita enim sentio (ainsi en effet je pense
mehercules) ; par Hercule) ;
quibus erubescebant, et vitio gloriantur : ideoque ne re- sed advolant mais ils accourent
surgere quidem adolescentiæ licet, quum honestus turpi ad nomen ipsum, au nom même (seul),
quærentes suis libidinibus, cherchant pour leurs désordres
desidiæ titulus accessit. aliquod patrocinium quelque patronage
Hoc est, cur ista voluptatis laudatio perniciosa sit, quia et velamentum. et quelque voile.
Itaque perdunt C’est pourquoi ils perdent
honesta præcepta intra latent : quod corrumpit, apparet. unum bonum le seul bien
XIII. In ea quidem ipse sententia sum (invitis hoc nos- quod habebant in malis, qu’ils avaient dans leur perversité,
verecundiam peccandi. la honte de pécher.
tris popularibus dicam), sana Epicurum et rea præci- Laudant enim ea Ils louent en effet ces choses
pere, et, si propius accesseris, tristia : voluptas enim illa ad quibus erubescebant, dont ils rougissaient,
et gloriantur vitio : et se glorifient du vice :
parvum et exile revocatur, et quam nos virtuti legem di- ideoque ne licet quidem et aussi n’est-il même plus possible
adolescentiæ resurgere, à la jeunesse de se-relever,
cimus, eam ille dicit voluptati : jubet illam parere naturæ. quum titulus honestus lorsqu’un titre honnête
Parum est autem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . accessit desidiæ turpi. s’est joint à la mollesse honteuse.
Hoc est cur Ceci est cause que
ista laudatio voluptatis cet éloge du plaisir
qui, livrés à tous les excès, cachent leurs goûts dépravés dans le sein sit perniciosa, est pernicieux :
quia præcepta honesta c’est que les préceptes honnêtes
de la philosophie, et volent en foule aux lieux où ils apprennent qu’on latent intra : sont cachés intérieurement ;
vante le plaisir. Ils ne comprennent pas combien le plaisir d’Épicure est quod corrumpit apparet. ce qui séduit parait au dehors.
sobre et austère (telle est vraiment ma pensée) ; c’est au nom seul qu’ils XIII Sum quidem ipse XIII. Je suis en vérité moi-même
in ea sententia dans ce sentiment
accourent, cherchant pour leurs désordres une autorité favorable et un (dicam hoc (je dirai ceci
voile. II en résulte qu’ils perdent le seul bien qui leur restât dans leurs invitis nostris popularibus), malgré nos confrères),
maux : la honte du péché ; ils louent ce dont ils rougissaient, ils se font Epicurum præcipere qu’Épicure donne-des-préceptes
sana et rea, vertueux et justes,
gloire de leur corruption ; et se relever de sa chute est impossible à cette et, si accesseris propius, et même, si tu t’approches de plus près,
jeunesse qui décore d’un titre honorable ses turpitudes et sa lâcheté. tristia : des préceptes austères :
Voilà ce qui rend cette apologie du plaisir pernicieuse : les préceptes illa enim voluptas ce plaisir-là en effet
honnêtes se cachent au fond de la dorine ; la séduion est à la surface. revocatur est réduit
ad parvum et exile, à quelque chose de faible et de pauvre,
XIII. Je découvrirai ma pensée, dussé-je déplaire à mes confrères et ille dicit voluptati et il (Épicure) die au plaisir
du Portique : la dorine d’Épicure est pure et morale, et même, à y eam legem quam nos cette loi que nous autres
regarder de près, elle est austère : la volupté, telle qu’il la conçoit, se dicimus virtuti : nous dions à la vertu :
jubet illam il ordonne lui (le plaisir)
réduit à quelque chose d’étroit et de pauvre ; la loi que nous imposons parere naturæ. obéir à la nature.
à la vertu, il l’impose au plaisir. Il le veut soumis à la nature ; or, c’est Quod autem est satis Or ce qui est assez
46   .    . 47

luxuriæ, quod naturæ satis est. Quid ergo est ? ille quis- naturæ, pour la nature
est parum luxuriæ. est peu pour la mollesse.
quis desidiosum otium, et gulæ ac libidinis vices felici- Quid est ergo ? Quel est donc le mal ?
tatem vocat, bonum malæ rei quærit auorem : et dum Ille quisquis Celui qui, quel-qu’il-soit,
vocat felicitatem appelle bonheur
illo venit, blando nomine induus, sequitur voluptatem, otium desidiosum, un repos inoccupé,
non quam audit, sed quam attulit : et vitia sua quum cœ- et vices et l’alternative
gulæ ac libidinis, de la gourmandise et de la débauche
pit putare similia præceptis, indulget illis non timide, nec quærit auorem bonum cherche une autorité reeable
obscure, luxuriatur et jam nude, aperto capite. Itaque non malæ rei : pour une mauvaise cause :
et dum venit illo, et tandis qu’il vient là,
dicam, quod plerique nostrorum, seam Epicuri flagitio- induus nomine blando, séduit par un nom flatteur,
rum magistram esse ; sed illud dico : « Male audit ; infamis non sequitur voluptatem il ne suit pas le plaisir
quam audit, dont il entend-parler,
est, et immerito. » Hoc scire qui potes, nisi interius admis- sed quam attulit : mais celui qu’il a apporté :
sus ? Frons ipsa dat locum fabulæ, et ad malam em irri- et quum cœpit putare et quand il s’est mis à croire
sua vitia ses vices
tat. Hoc tale est, quale vir fortis stolam indutus. Constante similia præceptis, conformes aux préceptes,
tibi pudicitia virilitas salva est : nulli corpus tuum patien- illis indulget il s’y abandonne
non timide nec obscure, non timidement et dans-l’ombre,
tiæ vacat, sed in manu tympanum est. Titulus itaque ho- et jam luxuriatur et dès-lors il se-livre-à-la-débauche
nestus eligatur, et inscriptio ipsa excitans animum ad ea nude, capite aperto. à-nu, la tête découverte.
Itaque non dicam, C’est pourquoi je ne dirai pas,
repellenda, quæ statim enervant, quum . . . . . . . . quod plerique nostrorum, ce que disent la plupart des nôtres,
seam Epicuri esse que la see d’Épicure est
magistram flagitiorum ; . une institutrice d’infamies ;
bien peu pour la mollesse que ce qui suffit à la nature. D’où vient sed dico illud : mais je dis ceci :
donc le mal ? De ce que ceux qui mettent le bonheur dans une oisi- « Audit male ; « Elle entend-parler mal d’elle,
est infamis, elle est décriée.
veté nonchalante, dans les jouissances alternatives de la table et des et immerito. » et sans-le-mériter. »
femmes, cherchent pour une mauvaise cause un patron reeable. Qui potes scire hoc Comment peux-tu savoir cela
Ils s’en viennent, attirés par un nom qui séduit ; ils suivent, non la nisi admissus sinon ayant été admis
interius ? dans -l’ -intérieur de cette école ?
volupté qu’il enseigne, mais celle qu’ils lui apportent ; croyant voir Frons ipsa La façade elle-même
dans leurs passions les préceptes du maître, ils s’y abandonnent sans dat locum fabulæ, donne lieu au propos,
réserve et sans feinte, et la débauche enfin court tête levée. Je ne dis et irritat ad malam em. et excite à une mauvaise attente.
Hoc est tale C’est une chose telle,
donc pas, comme presque tous les nôtres : « La see d’Épicure est quale vir fortis qu’un homme courageux
une école de scandale ; » mais je dis : « Elle a mauvais renom ; on la indutus stolam. revêtu d’une longue-robe.
diffame, sans qu’elle le mérite. » Qui peut bien connaître le temple, Pudicitia constante tibi, La-pudeur se-maintenant en toi,
virilitas est salva : ta virilité est sauve :
s’il n’est admis dans l’intérieur ? Le fronton seul donne li eu aux faux tuum corpus vacat ton corps n’est accessible
bruits et invite à une coupable eérance, il y a là comme qui dirait nulli patientiæ, à aucune complaisance-coupable.
sed tympanum est in manu. mais un tambour est dans la main.
un héros en habit de femme. Tu gardes les lois de la pudeur, et la di- Itaque titulus honestus, C’est pourquoi qu’une enseigne honnête
gnité humaine est sacrée pour toi : ta personne ne se prête à aucune eligatur, soit choisie,
souillure, mais tu as à la main le tambour de Cybèle. Choisis donc et inscriptio excitans ipsa et une inscription excitant elle-même
animum l’âme
un honnête drapeau et une devise qui par elle-même excite les âmes ad repellenda ea vitia à repousser ces vices
à repousser des vices dont l’approche        quæ, quum venerunt, qui, quand ils sont venus,
48   .    . 49

venerunt, vitia. Quisquis ad virtutem accessit, dedit gene- enervant statim. amollissent aussitôt.
Quisquis accessit Quiconque s’est rangé
rosæ indolis ecimen ; qui voluptatem sequitur, videtur ad virtutem, du-côté-de la vertu,
enervis, fraus, degenerans a viro, perventurus in turpia, dedit ecimen a donné l’indice
indolis generosæ ; d’un caraère généreux ;
nisi aliquis distinxerit illi voluptates, ut sciat, quæ ex iis in- qui sequitur voluptatem, qui suit le plaisir,
tra naturale desiderium sistant, quæ in præceps ferantur, videtur enervis, fraus, semble énervé, brisé,
degenerans a viro, dégénérant de l’homme,
infinitæque sint et, quo magis implentur, eo magis inex- perventurus in turpia, devant en venir aux infamies,
plebiles. Agedum, virtus antecedat : tutum erit omne ves- nisi aliquis à-moins-que quelqu’un
distinxerit illi voluptates, n’ait distingué pour lui les plaisirs,
tigium ; et voluptas nocet nimia : in virtute non est veren- ut sciat de façon qu’il sache
dum, ne quid nimium sit, quia in ipsa est modus. Non est quæ ex iis sistant lesquels d’entre eux se tiennent
intra desiderium naturale, en-deçà du désir naturel,
bonum, quod magnitudine laborat sua. quæ ferantur in præceps, lesquels se portent en-avant,
XIV. Rationabilem porro sortitis naturam, quæ melius sintque infinitæ, et sont sans-bornes,
et magis inexplebiles eo et plus insatiables par cette raison
res quam ratio proponitur ? et si placet ista junura, si hoc quo magis implentur. qu’ils sont plus rassasiés.
placet ad beatam vitam ire comitatu, virtus antecedat, co- Agedum, virtus antecedat : Eh bien, donc ! que la vertu marche-devant :
omne vestigium erit tutum ; chaque pas sera sûr ;
mitetur voluptas, et circa corpus, ut umbra, versetur. Vir- et voluptas nocet nimia : le plaisir aussi nuit s’il est excessif :
tutem quidem, excellentissimam omnium, voluptati tra- non est verendum in virtute il n’est pas à craindre dans la vertu
ne sit quid nimium, qu’il n’y ait quelque excès,
dere ancillam, nihil magnum animo capientis est. Prima quia modus est in ipsa. car la mesure est en elle-même.
Quod laborat Ce qui souffre
virtus sit, hæc ferat signa : habebimus nihilominus volup- sua magnitudine de sa propre grandeur
tatem, sed domini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . non est bonum. n’est pas un bien.
XIV. Porro quæ res XIV. En outre quel but
melius quam ratio mieux que la raison
proponitur sortitis est proposé à des êtres ayant-en-partage
seule nous amollit. Quiconque passe au camp de la vertu est présumé un naturam rationabilem ? une nature raisonnable ?
noble caraère ; qui s’enrôle sous la volupté est aux yeux de tous dépourvu Et si junura ista placet, Et si l’alliance dont-tu-parles te plaît,
de ressort et d’énergie, déchu de la dignité d’homme, voué à de honteux si placet ire hoc comitatu s’il te plaît d’aller avec ce cortège
excès, si on ne lui montre à faire la distinion des plaisirs, s’il ne sait pas ad vitam beatam, à la vie heureuse,
lesquels se renferment dans les besoins de la nature lesquels se précipitent et virtus antecedat, que la vertu marche-devant,
voluptas comitetur, que le plaisir accompagne,
n’ont plus de bornes, d’autant plus insatiables qu’on les rassasie davantage. et versetur ut umbra et se-tourne comme l’ombre
Eh bien, donc ! que la vertu marche la première : tous nos pas seront assurés. circa corpus. autour du corps.
L’excès du plaisir est nuisible ; dans la vertu pas d’excès à craindre car elle Tradere quidem virtutem, Livrer vraiment la vertu,
est elle-même le principe régulateur. Ce n’est pas un bien qu’une chose qui excellentissimam omnium, la plus excellente de toutes les choses,
souffre de son propre accroissement. ancillam voluptati, pour servante au plaisir,
est capientis animo est d’un homme qui ne conçoit dans l’erit
XIV. Homme, tu as en partage une nature raisonnable : quel meilleur nihil magnum. rien de grand.
guide te proposer que la raison ? Et si l’on veut marier la vertu à la volupté, Virtus sit prima, Que la vertu soit la première,
et n’aller au bonheur qu’ayant toutes les-deux pour compagnes, que la vertu hæc ferat signa ; qu’elle porte l’étendard ;
précède et que l’autre suive, comme l’ombre suit le corps. Faire de la vertu, habebimus nihilominus nous n’en aurons pas moins
voluptatem, le plaisir,
de ce qu’il y a de plus relevé au monde, la servante de la volupté, c’est l’œuvre sed erimus mais nous serons
d’un erit incapable de toute idée grande. Que la vertu aille en tête, qu’elle domini et temperatores ejus ; maîtres et modérateurs de celui-ci ;
porte l’étendard ; nous n’en aurons pas moins la volupté, mais nous en serons exorabit nos par-des-prières-il-obtiendra de nous
50   .    . 51

ejus et temperatores erimus ; aliquid nos exorabit, nihil aliquid, quelque chose,
coget nihil. n’imposera rien.
coget. At hi qui voluptati tradidere principia, utroque ca- At hi qui tradidere Mais ceux qui ont livré
ruere ; virtutem enim amittunt ; ceterum non ipsi volup- principia voluptati, le quartier-général au plaisir,
caruere utroque ; ont manqué de-l’un-et-de-l’autre bien ;
tatem, sed ipsos voluptas habet : cujus aut inopia tor- amittunt enim virtutem ; ils perdent en effet la vertu ;
quentur, aut copia strangulantur. Miseri, si deseruntur ceterum non ipsi de plus eux-mêmes ne possèdent pas
voluptatem, le plaisir,
ab illa : miseriores, si obruuntur ! sicut deprehensi mari sed voluptas habet ipsos : mais le plaisir les possède eux-mêmes :
Syrtico, modo in sicco relinquuntur, modo torrente unda cujus aut inopia duquel ou par le manque
torquentur, ils sont tourmentés,
fluuantur. Evenit autem hoc nimia intemperantia, et aut copia strangulantur. ou par l’excès ils sont étranglés.
amore cæco rei ; nam mala pro bonis petenti, periculo- Miseri, si deseruntur Malheureux, s’ils sont abandonnés
ab illa : par lui :
sum est assequi. Ut feras cum labore periculoque vena- miseriores, si obruuntur ! plus malheureux, s’ils sont écrasés !
mur, et captarum quoque illarum sollicita possessio est, sicut deprehensi comme les navigateurs saisis
mari Syrtico, dans la mer des-Syrtes,
sæpe enim laniant dominos, ita habentes magnas volup- modo relinquuntur in sicco, tantôt ils sont laissés à sec,
tates in magnum malum evasere, captæque cepere. Quæ modo fluuantur tantôt ils sont ballottés
unda torrente. par la vague impétueuse.
quo plures majoresque sunt, eo ille minor ac plurium ser- Hoc autem evenit Or cela arrive
vus est, quem felicem vulgus appellat. Permanere libet in intemperantia nimia, par l’intempérance excessive
et amore cæco rei ; et l’amour aveugle de la fortune ;
hac etiam nunc hujus rei imagine ; quemadmodum qui nam est periculosum car il est dangereux
petenti mala pro bonis, pour qui cherche le mal pour le bien,
bestiarum cubilia indagat, et laqueo captare feras magno assequi. d’atteindre le but.
æstimat, et magnos canibus circumdare saltus, ut illarum Ut venamur feras Comme nous chassons les bêtes-féroces
cum labore periculoque, avec fatigue et danger,
vestigia premat, potiora deserit, multisque officiis renun- et possessio illarum et comme la possession d’elles
tiat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . captarum quoque prises même
est sollicita, est pleine-d’-inquiétude,
sæpe enim laniant dominos, car souvent elles déchirent leursmaîtres,
maîtres et modérateurs ; nous céderons quelque chose à ses prières, et rien à ses ordres. ita habentes de même ceux qui-ont
Celui au contraire qui donne le pas à la volupté n’obtient ni l’une ni l’autre ; il laisse magnas voluptates, de grands plaisirs,
evasere in magnum malum, sont arrivés à un grand mal,
échapper la vertu, et encore, loin de posséder les plaisirs, les plaisirs le possèdent : ou
captæque cepere. et les plaisirs conquis les ont conquis.
leur absence le torture, ou leur excès le suffoque : malheureux, s’ils le délaissent ; plus Quæ quo sunt Lesquels plaisirs par cela que ils sont
malheureux, s’ils l’assiègent en foule ! Comme le navigateur, surpris dans les mers des plures majoresque, nombreux et plus grands,
Syrtes, tantôt il demeure à sec, tantôt la vague le roule et l’emporte au loin. Tel est l’effet eo ille quem vulgus par cela celui que la foule
d’une intempérance excessive et d’un aveugle amour des richesses ; car à qui prend appellat felicem, appelle heureux,
un but mauvais pour un bon, il est dangereux de réussir. C’est avec fatigue et péril est minor ac servus plurium. est plus faible et esclave de plus de maîtres.
que nous chassons les bêtes féroces ; leur capture même ne donne qu’une possession Libet permanere etiam nunc Il me plaît de rester encore maintenant
inquiète : souvent en effet elles ont mis leurs maîtres en pièces. De même, quiconque in hac imagine hujus rei : dans cette image de cette question :
a de grandes voluptés sous la main se trouve n’avoir pris que des monstres ; il est la quemadmodum, qui indagat de-même-que celui qui cherche
proie de ses captifs. Plus ceux-ci sont forts et nombreux, plus il devient chétif esclave, cubilia bestiarum, les repaires des bêtes-sauvages,
et plus il a de maîtres, lui que le vulgaire appelle heureux. Pour suivre jusqu’au bout la et æstimat magno et estime d’un grand prix
similitude, l’homme qui fouille les retraites du gibier, qui met une si grande importance captare feras laqueo de prendre les fauves dans un filet
et circumdare canibus et de cerner avec des chiens
...à lui tendre ses rets, Qui de sa meute ardente investit les forêts, magnos saltus, les grands bois,
celui-là, pour relancer des animaux, abandonne de plus        deserit potiora, abandonne des choses plus importantes,
52   .    . 53

ita qui seatur voluptatem, omnia postponit, et primam renuntiatque multis officiis, et renonce à beaucoup de devoirs,
ut premat afin qu’il foule
libertatem negligit, ac pro ventre dependit ; nec voluptates vestigia illarum, les traces de ces bêtes sauvages ;
sibi emit, sed se voluptatibus vendit. ita qui seatur voluptatem, ainsi celui qui poursuit le plaisir.
postponit omnia, place-après toutes choses,
XV. « Quid tamen, inquit, prohibet in unum virtu- et negligit illam libertatem et néglige cette liberté,
tem voluptatemque confundi, et effici summum bonum, primam, le premier des biens,
ac dependit pro ventre ; et la dépense pour (la sacrifie à) sonventre ;
ut idem et honestum, et jucundum sit ? » Quia pars ho- nec emit sibi voluptates, et il n’achète pas pour lui les plaisirs,
nesti non potest esse, nisi honestum, nec summum bo- sed se vendit voluptatibus. mais se vend aux plaisirs.
XV. « Quid prohibet tamen, XV. « Qui empêche cependant,
num habebit sinceritatem suam, si aliquid in se viderit dis- inquit, dit l’épicurien.
simile meliori. Ne gaudium quidem quod ex virtute oritur, virtutem voluptatemque que la vertu et le plaisir
confundi in unum, soient fondus ensemble,
quamvis bonum sit, absoluti tamen boni pars est : non ma- et summum bonum effici, et que le souverain bien soit fait,
gis quam lætitia et tranquillitas, quamvis ex pulcherrimis ut honestum et jucundum de façon que l’honnête et le plaisir
sit idem ? » soient une même chose ? »
causis nascantur. Sunt enim ista bona, sed consequentia Quia non potest esse C’est que rien ne peut être
summum bonum, non consummantia. Qui vero volupta- pars honesti, une partie de l’honnête,
nisi honestum, si-ce-n’est l’honnête,
tis virtutisque societatem facit, et ne ex æquo quidem, fra- nec summum bonum ni le souverain bien
gilitate alterius boni quidquid in altero vigoris est hebetat, habebit suam sinceritatem, n’aura sa pureté,
si viderit in se s’il aura vu en lui-même
libertatemque illam ita demum, si nihil se pretiosius novit, aliquid dissimile meliori. un élément différent du meilleur.
Ne gaudium quidem Pas même la joie
inviam, sub jugum mittit. Nam . . . . . . . . . . . . quod oritur ex virtute, qui naît de la vertu,
quamvis sit bonum, quoiqu’elle soit un bien,
utiles soins, et renonce à une foule de devoirs ; ainsi le seateur du est tamen pars boni absoluti : n’est cependant une partie du bien absolu :
non magis quam lætitia pas plus que l’allégresse
plaisir lui sacrifie tout, ne tient nul compte du premier des biens, la et tranquillitas, et le calme,
liberté, qu’il aliène aux plus vils penchants : il se vend au plaisir, quand quamvis nascantur quoiqu’ils naissent
il pense l’acheter. ex causis pulcherrimis. des causes les plus belles.
XV. « Cependant, qui empêche que la vertu et le plaisir ne se confon- Ista sunt enim bona, Ce sont en effet des biens,
sed consequentia, mais qui suivent,
dent, et ne réalisent le souverain bien, de telle sorte que l’honnête et non consummantia et-non qui complètent
l’agréable soient une même chose ? » C’est que l’honnête seul peut faire summum bonum. le souverain bien.
partie de l’honnête, et que le souverain bien n’aurait pas toute sa pureté Qui vero facit societatem Or celui qui fait une alliance
voluptatis virtutisque, du plaisir et de la vertu,
s’il admettait en soi quelque alliage de moindre prix. La joie même qui et ne ex æquo quidem, et pas même à titre égal,
naît de la vertu, quoique étant un bien, ne fait point partie du bien hebetat fragilitate affaiblit par la fragilité
absolu ; non plus que le calme et la sérénité, quelque beaux qu’en soient alterius boni d’un-des-deux biens
les motifs. Car ces choses ne sont des biens que comme conséquences quidquid est vigoris tout-ce-qu’il-y-a de force
in altero, dans l’autre,
du bien suprême, non comme compléments. Mais quiconque associe là mittitque sub jugum et envoie sous le joug
vertu et le plaisir, sans même leur faire part égale, émousse par la fragilité libertatem la liberté
de l’un tout ce que l’autre a de vigueur ; cette liberté, qui n’est invincible inviam ita demum, invincible à-cette-condition seulement,
si novit nihil si elle ne connaît rien
qu’autant qu’elle ne voit rien de plus précieux qu’elle-même, il la met pretiosius se. de plus précieux qu’elle-même.
sous le joug. Car il commence dès lors à avoir besoin de la fortune, et Nam incipit illi Car il commence pour lui
c’est là                  (quæ est maxima servitus) (ce qui est la plus grande servitude)
54   .    . 55

(quæ maxima servitus est) incipit illi opus esse fortuna ; opus esse fortuna ; à être besoin de la fortune ;
vita anxia, suiciosa. une vie anxieuse, soupçonneuse,
sequitur vita anxia, suiciosa, trepida, casuum pavens ; trepida, pavens casuum, troublée, craignant les hasards,
temporum suensa momenta sunt. Non das virtuti fun- sequitur ; suit (en est la suite) ;
momenta temporum les changements des circonstances
damentum grave, immobile, sed jubes illam in loco volu- sunt suensa. sont le tenant-en-suens.
bili stare. Quid autem tam volubile est, quam fortuitorum Non das virtuti Tu ne donnes pas à la vertu
fundamentum une base
exeatio, et corporis rerumque corpus afficientium va- grave, immobile, pesante, immobile,
rietas ? Quomodo hic potest Deo parere, et quidquid eve- sed jubes illam stare mais tu ordonnes elle se tenir-debout
in loco volubili. sur un point mobile.
nit, bono animo excipere, nec de fato queri, casuum suo- Quid autem est tam volubile Qu’y a-t-il, en effet, d’aussi mobile
rum benignus interpres, si ad voluptatum dolorumque quam exeatio que l’attente
fortuitorum, des choses fortuites,
puniunculas concutitur ? Sed ne patriæ quidem bonus et varietas et les révolutions
tutor aut vindex est, nec amicorum propugnator, si ad vo- corporis rerumque du corps et des objets
afficientium corpus ? qui affeent le corps ?
luptates vergit. Illo ergo summum bonum ascendat, unde Quomodo hic potest comment cet homme-là peut-il
nulla vi detrahatur ; quo neque dolori, neque ei, neque parere Deo obéir à Dieu
et excipere animo bono et accueillir avec une âme bien-disposée
timori sit aditus, nec ulli rei quæ deterius summi boni jus quidquid evenit, tout-ce-qui arrive,
faciat. Escendere autem illo sola virtus potest ; illius gradu nec queri de fato et ne pas se plaindre du sort,
interpres benignus étant un interprète bienveillant
clivus iste frangendus est : illa fortiter stabit, et quidquid suorum casuum, de ses chances,
si concutitur s’il est ébranlé
evenerit feret, non patiens tantum, sed etiam volens ; om- ad puniunculas aux petites-piqûres
nemque temporum difficultatem . . . . . . . . . . . . voluptatum dolorumque ? des plaisirs et des douleurs ?
Sed ne patriæ quidem Mais pas-même de sa patrie
est bonus tutor aut vindex, il n’est bon proteeur ou vengeur,
la plus grande des servitudes ; de là une vie d’anxiété, de soupçons, nec propugnator amicorum, ni bon défenseur de ses amis,
d’alarmes ; il redoute les événements, il est suendu à leurs moindres si vergit ad voluptates. s’il penche vers les plaisirs.
chances. Ce n’est pas là donner à la vertu un fondement fixe et inébran- Ergo summum bonum Donc que le souverain bien
ascendat illo, soit élevé là,
lable : c’est la vouloir ferme sur un point mobile. Quoi de plus mobile, unde detrahatur nulla vi ; d’où il ne soit renversé par aucune violence ;
en effet, que l’attente des choses fortuites, que les révolutions du corps quo sit aditus neque dolori, où il-n’y-ait accès ni pour la douleur,
et des objets qui l’affeent ? Comment peut-il obéir à Dieu, prendre en neque ei, neque timori, ni pour l’eérance, ni pour la crainte,
bonne part tout ce qui arrive, ne pas se plaindre du destin, et expliquer neque ulli rei quæ ni pour aucune chose qui
faciat deterius rende moindre
favorablement ses disgrâces, l’homme qu’agitent les plus légères pointes jus summi boni. le pouvoir au souverain bien.
de la douleur ou du plaisir ? On n’est pas même bon pour défendre ou Sola autem virtus potest Or, seule la vertu peut
venger sa patrie, ni pour soutenir ses amis, quand le cœur penche vers les escendere illo ; monter là ;
iste clivus frangendus est cette pente doit être brisée (adoucie)
voluptés. Que le souverain bien s’élève donc à une hauteur d’où nulle vio- gradu illius ; par la marche d’elle ;
lence ne l’arrache, où n’aborde ni la douleur, ni l’eérance, ni la crainte, illa stabit fortiter, elle se tiendra bravement,
ni rien qui porte atteinte à son sublime privilège. Or une telle hauteur et feret quidquid evenerit, et supportera tout-ce-qui sera arrivé,
n’est accessible qu’à la seule vertu ; ces âpres sentiers ne seront gravis non tantum patiens, non-seulement patiente (avec patience),
sed etiam volens ; mais encore voulant (volontiers) ;
que par elle ; elle s’y tiendra ferme et supportera, voudra même tout ce scietque et elle saura
qui pourra survenir, car elle saura que toutes ces difficultés accidentelles omnem difficultatem que toute difficulté
sont une loi de la nature.             temporum des circonstances
56   .    . 57

sciet legem esse naturæ ; et, ut bonus miles, feret vul- esse legem naturæ ; est une loi de la nature ;
et ut bonus miles et de même qu’un bon soldat
nera, enumerabit cicatrices, et transverberatus telis, mo- feret vulnera, endurera les blessures,
riens, amabit eum, pro quo cadet, imperatorem ; habebit enumerabit cicatrices. comptera ses cicatrices,
et transverberatus telis, et, tranercé de traits,
in animo illud vetus præceptum : Deum sequere. Quis- amabit moriens aimera en mourant
quis autem queritur, et plorat, et gemit, imperata facere vi eum imperatorem ce général
pro quo cadet ; pour lequel il tombera ;
cogitur, et invitus rapitur ad jussa nihilominus. Quæ au- habebit in animo elle aura dans l’âme
tem dementia est, potius trahi quam sequi ? tam, meher- illud vetus præceptum : cet antique précepte :
Sequere Deum. Suis Dieu.
cule, quam, stultitia et ignorantia conditionis suæ, dolere, Quisquis autem queritur, Quiconque, d’autre part, se plaint,
quod est aliquid aut incidit durius, æque ac mirari, aut in- et plorat et gemit, et pleure et gémit,
cogitur vi est contraint par la force
digne ferre ea, quæ tam bonis accidunt quam malis ; mor- facere imperata, à faire ce qui a été prescrit,
bos dico, funera, debilitates, et cetera ex transverso in vi- et invitus et malgré lui
rapitur nihilominus est entraîné néanmoins
tam humanam incurrentia. Quidquid ex universi consti- ad jussa. à ce qui a été ordonné.
tutione patiendum est, magno suscipiatur animo ; ad hoc Quæ autem dementia est Or, quelle folie est-ce
trahi potius de se-laisser-traîner plutôt
sacramentum adai sumus, ferre mortalia, nec perturbari quam sequi ? que de suivre volontairement ?
his, quæ vitare non est nostræ potestatis. In regno nati su- Tam mehercule C’est aussi fou par Hercule
quam dolere stultitia que de s’affliger par sottise
mus : Deo parere libertas est. et ignorantia et par ignorance
suæ conditionis de sa condition,
XVI. Ergo in virtute posita est vera felicitas. Quid hæc quod aliquid durius que quelque chose de trop pénible
tibi suadebit ? ne quid aut bonum, aut malum existimes, est aut incidit, soit ou survienne,
ac æque mirari et également devoir-avec-surprise
quod nec . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . aut ferre indigne ou de supporter avec-révolte
ea quæ accidunt ces accidents qui arrivent
tam bonis quam malis : autant aux bons qu’aux méchants :
De même qu’un brave soldat supportera ses blessures, domptera fièrement ses dico morbos, funera, je veux-dire les maladies, les deuils,
debilitates et cetera les infirmités et les autres disgrâces
cicatrices, et, tout percé de traits et mourant, bénira le général pour qui il suc- incurrentia ex transverso qui se jettent de travers
combe, elle aura, gravé dans son âme, cet antique précepte : Suis Dieu. Le lâche in vitam humanam. sur la vie humaine.
qui se plaint, qui pleure, qui gémit, n’en est pas moins forcé d’exécuter ce qu’on Quidquid est patiendum Que tout-ce-qui doit être subi
ordonne et violemment ramené au devoir Or, quelle démence de se faire traî- ex constitutione universi, en-vertu-de l’ordre de l’univers,
ner plutôt que de suivre ! Non moindre, en vérité, est la sottise de ces gens, suscipiatur magno animo ; soit supporté avec une grande âme ;
oublieux de leur condition, qui s’affligent s’il leur arrive quelque chose de pé- adai sumus nous avons été poussés
ad hoc sacramentum à ce serment,
nible, qui s’étonnent, qui s’indignent à l’ une de ces disgrâces communes aux ferre mortalia, de souffrir les maux des-mortels,
bons et aux méchants, je veux dire les maladies, les morts, les infirmités et nec perturbari his et de ne pas être troublés par ces choses
les milles traverses auxquelles la vie de l’homme est en butte. Tout ce que la quæ vitare non est lesquelles éviter n’est pas
constitution de l’univers nous impose de souffrances, acceptons-le intrépide- nostræ potestatis. de notre pouvoir.
ment. On nous enrôla sous serment pour subir toute épreuve humaine, pour Nati sumus in regno : Nous sommes nés dans une monarchie :
ne point nous laisser bouleverser par les choses qu’il n’est pas en nous d’éviter. parere Deo est libertas. obéir à Dieu est notre liberté.
XVI. Ergo vera felicitas XVI. Donc le vrai bonheur
Nous sommes nés dans une monarchie : obéir à Dieu, voilà notre liberté, est posita in virtute. est placé dans la vertu.
XVI. C’est donc dans la vertu que réside le vrai bonheur. Et que te conseil- Quid hæc tibi suadebit ? Quelle chose celle-ci te conseillera-t-elle ?
lera-t-elle ? de ne pas regarder comme un bien         ne existimes aut bonum que tu ne juges ni bonne
58   .    . 59

virtute, nec malitia continget ; deinde, ut sis immobilis et aut malum aliquid ni mauvaise une-chose
quod continget qui n’arrivera
contra malum ex bono ; ut, qua fas est, Deum effingas. nec virtute, nec malitia ; ni par la vertu, ni par la méchanceté ;
Quid tibi pro hac expeditione promittit ? ingentia et æqua deinde ut sis immobilis ensuite que tu sois inébranlable
et contra malum même en-face du mal
divinis. Nihil cogeris : nullo indigebis : liber eris, tutus, ex bono ; résultant du bien ;
indemnis : nihil frustra tentabis, nihil prohibeberis. Om- ut effingas Deum, que tu reproduises Dieu en toi,
qua est fas. en-tant-que cela est-permis.
nia tibi ex sententia cedent : nihil adversum accidet, ni- Quid tibi promittit Que te promet-elle
hil contra opinionem ac voluntatem. Quid ergo ? virtus pro hac expeditione ? pour cet affranchissement ?
Ingentia Des choses grandes
ad vivendum beate sufficit ? perfea illa et divina quidni et æqua divinis. et égales aux divines.
sufficiat ? immo superfluit. Quid enim deesse potest extra Cogeris nihil : Tu ne seras contraint en rien
indigebis nullo : tu ne manqueras de rien :
desiderium omnium posito ? quid extrinsecus opus est ei, eris liber, tutus, indemnis : tu seras libre, en sûreté, indemne :
qui omnia sua in se collegit ? Sed ei qui ad virtutem ten- tentabis nihil frustra tu ne tenteras rien en vain,
prohibeberis nihil. tu ne seras arrêté en rien.
dit, etiamsi multum processit opus est tamen aliqua for- Omnia cedent tibi Tout ira pour toi
tunæ indulgentia, adhuc inter humana luanti, dum no- ex sententia : à souhait :
nihil accidet adversum, rien n’arrivera de fâcheux,
dum illum exsolvit, et omne vinculum mortale. Quid ergo aut contra opinionem ou qui soit contre ton opinion
interest ? quod alii alligati sunt, alii adstrii, alii destrii ac voluntatem. et ta volonté.
Quid ergo ? virtus sufficit Quoi donc ? la vertu suffit-elle
quoque : hic qui ad superiora progressus est, et se altius ad vivendum beate ? pour vivre heureusement ?
Quidni sufficiat Pourquoi ne suffirait-elle pas
extulit, laxam catenam trahit, nondum liber, jam tamen illa perfea et divina ? elle qui est parfaite et divine ?
pro libero. immo superfluit. bien plus, elle surabonde.
Quid enim potest deesse Quoi en effet peut manquer
posito extra à-qui-est-placé hors
ni comme un mal ce qui n’est l’effet ni de la vertu ni de la méchanceté ; puis desiderium omnium ? du désir de toutes choses ?
d’être inébranlable à tout mal qui résulterait du bien, et de te rendre, comme Quid opus est extrinsecus ei Quel besoin est au-dehors à celui
tu dois l’être, l’image de la divinité. Pour une telle entreprise que te promet- qui collegit in se omnia sua ? qui a rassemblé en lui tous ses biens ?
on ? Un privilège immense, égal à celui de Dieu même. Plus de contrainte, Sed ei qui tendit ad virtutem, Mais à celui qui tend vers la vertu,
etiamsi multum processit, même-s’il s’est beaucoup avancé,
plus de privation ; te voilà libre et inviolable ; plus de perte à subir, plus de opus est tamen besoin est cependant
vaine tentative, plus d’obstacles. Tout marche selon tes vœux ; tu ne connais aliqua indulgentia fortunæ, de quelque complaisance de la fortune,
plus de revers ; rien ne contrarie tes prévisions ni tes volontés. « Eh quoi ! la luanti adhuc à lui qui se débat encore
vertu suffirait pour vivre heureux ? » Parfaite et divine qu’elle est, pourquoi n’y inter humana, au milieu des choses humaines,
suffirait-elle pas ? Elle a même plus qu’il ne faut. Que peut-il manquer, en effet, dum exsolvit illum nodum, pendant qu’il délie ce nœud,
et omne vinculum mortale. et toute chaîne mortelle.
à un être placé en dehors de toute convoitise ? Qu’a-t-elle affaire de l’extérieur, Quid interest ergo ? Quelle différence-y-a-t-il donc ?
l’âme qui rassemble tout en elle ? Quant à l’homme qui chemine vers la vertu, quod alii sunt alligati, c’est que les uns sont attachés,
quels que soient déjà ses progrès, il a besoin de quelque indulgence de la alii adstrii, les autres enchaînés,
fortune, lui qui lutte encore dans l’embarras des choses humaines, tant qu’il n’a alii destrii quoque : les autres garrottés même
pas délié ce nœud et rompu tout lien mortel. Où donc est la différence ? C’est hic qui progressus est celui qui s’est avancé
que les uns sont attachés, les autres enchaînés ; d’autres n’ont pas un membre ad superiora jusqu’aux régions supérieures
et se extulit altius, et s’est élevé plus haut,
qui soit libre. L’homme qui touche à la région supérieure, qui a gravi plus près trahit catenam laxam traîne une chaîne lâche,
du faîte, ne traîne après lui qu’une chaîne lâche ; sans qu’il soit libre encore, il nondum liber, pas-encore libre,
est déjà bien près de l’être. jam tamen pro libero. déjà cependant comme libre.
60   .    . 61

XVII. Si quis itaque ex istis qui philosophiam conla- XVII. Itaque si quis XVII. C’est pourquoi si quelqu’un
ex istis qui de ceux qui
trant, quod solent, dixerit : « Quare ergo tu fortius loqueris conlatrant philosophiam, aboient-après la philosophie,
quam vivis ? Quare superiori verba summittis ; et pecu- dixerit, quod solent : aura dit, ce qu’ils ont-coutume de dire :
« Quare ergo tu loqueris « Pourquoi donc toi parles-tu
niam necessarium tibi instrumentum existimas, et damno fortius quam vivis ? plus courageusement que tu ne vis ?
moveris, et lacrimas, audita conjugis aut amici morte, de- Quare summittis verba Pourquoi baisses-tu la voix
superiori ; devant un supérieur ;
mittis, et reicis famam, et malignis sermonibus tange- et existimas et estimes-tu
ris ? Quare cultius rus tibi est quam naturalis usus deside- pecuniam instrumentum l’argent un meuble
necessarium tibi, nécessaire pour toi,
rat ? cur non ad præscriptum tuum cœnas ? cur tibi niti- et moveris damno, et es-tu ému par une perte,
dior supellex est ? cur apud te vinum ætate tua vetustius et demittis lacrimas et laisses-tu-couler tes larmes,
morte conjugis aut amici la mort de ta femme ou d’un ami
bibitur ? cur arvum dionitur ? cur arbores præter um- audita, ayant été apprise,
bram nihil daturæ conservantur ? quare uxor tua locuple- et reicis famam et considères-tu la renommée,
et tangeris et es-tu touché
tis domus censum auribus gerit ? quare pædagogium pre- sermonibus malignis ? par les propos malveillants ?
tiosa veste succingitur ? quare ars est apud te ministrare, Quare rus Pourquoi une terre
est tibi cultius est-elle à toi plus cultivée
nec temere et ut libet, collocatur argentum, sed perite ser- quam usus naturalis que le besoin naturel
vatur, et est aliquis scindendi obsonii magister ? » Adjice, desiderat ? ne le demande ?
cur non cœnas pourquoi ne dînes-tu pas
si vis : « Cur trans mare possides ? . . . . . . . . . . . ad tuum præscriptum ? selon ton précepte ?
cur supellex nitidior pourquoi un mobilier plus brillant
est tibi ? est-il à toi ?
XVII. Or maintenant, qu’un de ces hommes qui vont aboyant cur vinum pourquoi un vin
contre la philosophie me dise, selon l’usage : « Pourquoi donc ton vetustius tua ætate plus vieux que ton âge
bibitur apud te ? est-il bu chez toi ?
langage est-il plus brave que ta conduite ? Pourquoi baisses-tu le cur arvum pourquoi ta terre
ton devant un supérieur ? Pourquoi regardes-tu l’argent comme un dionitur ? est-elle plantée artistement ?
meuble qui t’est nécessaire, et te montres-tu sensible à une perte ? cur arbores pourquoi des arbres
daturæ nihil ne devant donner rien
Et ces larmes quand on t’annonce la mort de ta femme ou d’un præter umbram que de l’ombre
ami ? D’où vient que tu tiens à l’opinion, que les malins discours conservantur ? sont-ils conservés ?
te blessent, que tu as une campagne plus élégante que le besoin quare tua uxor pourquoi ta femme
gerit auribus censum porte-t-elle à ses oreilles le revenu
ne l’exige, et que tes repas ne sont point selon tes préceptes ? À domus locupletis ? d’une maison opulente ?
quoi bon ce brillant mobilier, cette table où tu fais boire des vins quare pædagogium pourquoi ton école domestique
succingitur veste pretiosa ? est-elle vêtue d’une étoffe précieuse ?
plus âgés que toi, cette terre bien diosée, ces plantations qui ne quare est ars pourquoi est-ce un art
doivent produire que de l’ombre ? D’où vient que ta femme porte à ministrare apud te, de servir-à-table chez toi,
ses oreilles le revenu d’une opulente famille ; que tes jeunes esclaves et argentum collocatur et pourquoi l’argenterie est-elle posée
non temere et ut libet, non au-hasard et comme il plaît,
sont habillés d’étoffes précieuses ; que chez toi servir à table est sed servatur perite, mais est-elle arrangée savamment,
un art ; qu’on y voit l’argenterie non placée au hasard et à volonté, et est aliquis magister et pourquoi y-a-t-il un maître
mais savamment symétrisée ? Que fais-tu d’un maître en l’art de obsonii scindendi ? » de la viande devant être découpée ? »
Adjice, si vis : Ajoute, si tu veux :
découper ? » Qu’on ajoute, si l’on veut : « Pourquoi possèdes-tu au Cur possides « Pourquoi possèdes-tu
delà des mers,              trans mare ? au delà de la mer ?
62   .    . 63

cur plura quam nosti ? turpiter aut tam negligens es, ut cur plura pourquoi possèdes-tu plus de biens
quam nosti ? que tu n’en connais ?
non noveris pauculos servos ; aut tam luxuriosus, ut plures Es turpiter Tu es à-ta-honte
habeas, quam quorum notitiæ memoria sufficiat. » Adju- aut tam negligens ou si négligent
ut non noveris que tu ne connais pas
vabo postmodum convicia, et plura mihi quam putas, ob- pauculos servos ; de très-peu-nombreux esclaves ;
jiciam ; nunc hoc reondebo tibi. Non sum sapiens, et, aut tam luxuriosus ou si fastueux
ut habeas plures quam ut que tu en as trop pour que
ut malevolentiam tuam pascam, nec ero. Exigo itaque a memoria sufficiat ta mémoire suffise
me, non ut optimis par sim, sed ut malis melior ; hoc mihi notitiæ eorum. » [ modum, à la connaissance d’eux. »
Adjuvabo convicia post- J’aiderai tes injures tout à l’heure
satis est, quotidie aliquid ex vitiis meis demere, et errores et mihi objiciam plura. et me reprocherai plus de choses
meos objurgare. Non perveni ad sanitatem, ne perveniam quam putas ; que tu ne penses ;
nunc tibi reondebo hoc : maintenant je te répondrai ceci :
quidem : delinimenta magis quam remedia podagræ meæ Non sum sapiens, Je ne suis pas sage,
compono, contentus si rarius accedit, et si minus vermi- et ut pascam et pour que je repaisse
tuam malevolentiam, ta malveillance,
natur. Vestris quidem pedibus comparatus, debilis cursor non ero. je ne le serai pas.
sum. Itaque exigo a me C’est pourquoi j’exige de moi
non ut sim par optimis, non pas que je sois égal aux meilleurs,
XVIII. Hæc non pro me loquor, ego enim in alto vitio- sed ut mais que je sois
rum omnium sum, sed pro illo, cui aliquid ai est. « Ali- melior malis ; meilleur que les méchants ;
hoc satis est mihi, ceci est assez pour moi,
ter, inquit, loqueris, aliter vivis. » Hoc, malignissima ca- demere quotidie aliquid de supprimer chaque jour quelque chose
ex meis vitiis, de mes vices,
pita et optimo cuique inimicissima, Platoni objeum est, et objurgare meos errores. et de gourmander mes égarements.
objeum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Non perveni, Je ne suis pas arrivé,
ne perveniam quidem je n’arriverai même pas
ad sanitatem ; à la santé ;
et as-tu des biens que ta n’as jamais vus ? C’est une honte que d’être négligent compono delinimenta je compose des lénitifs
au point de ne pas pouvoir connaître un petit nombre d’esclaves, ou fastueux magis quam remedia plutôt que des remèdes
au point d’en posséder un nombre tel que la mémoire est impuissante à en meæ podagræ, pour ma goutte,
garder la connaissance. » J’aiderai tout à l’heure à ces reproches et m’en ferai contentus si accedit rarius, heureux si elle vient plus rarement,
et si verminatur minus. et si elle me démange moins.
plus que l’agresseur ne pense : ici je répondrai seulement : Je ne suis pas un Comparatus quidem Comparé il est vrai
sage, et pour donner pâture à ta jalousie, je ne le serai jamais. Ce que j’exige vestris pedibus, avec vos pieds,
de moi, c’est d’être, sinon l’égal des plus vertueux, du moins meilleur que debilis sum cursor. quoique infirme, je suis un coureur.
les méchants ; il me suffit de me défaire chaque jour de quelque vice et de XVIII. Non loquor hæc XVIII. Je ne dis pas cela
gourmander mes erreurs. Je ne suis point parvenu à la santé, je n’y parviendrai pro me, pour moi,
ego enim sum in alto car moi je suis dans l’abîme
même pas : ce sont des lénitifs plutôt que de vrais remèdes que j’élabore pour omnium vitiorum, de tous les vices,
ma goutte, heureux si ses accès deviennent plus rares, si je sens moins ses mille sed pro illo cui mais je le dis pour celui pour qui
aiguillons. Mais à comparer mes jambes aux vôtres, tout infirme que je suis, est aliquid ai. il y a quelque chose de fait.
je suis un coureur ! « Loqueris aliter, « Tu parles différemment,
XVIII. Encore n’est-ce pas pour moi que je dis cela, pour moi qui suis inquit, dit l’Épicurien,
plongé dans l’abîme de tous les vices ; c’est pour quiconque a déjà fait quelques vivis aliter. » tu vis différemment. »
Capita malignissima Êtres très malveillants
progrès. « Autre est mon langage, autre ma conduite ! » Hommes pétris de et inimicissima et très ennemis
malignité et ennemis des plus pures vertus, on a fait le même reproche à cuique optimo, pour tout homme très vertueux,
Platon, on l’a fait à Épicure, on l’a fait à Zénon. Tous ces      hoc est objeum Platoni, cela a été reproché à Platon,
64   .    . 65

Epicuro, objeum Zenoni. Omnes enim isti dicebant, non objeum Epicuro, reproché à Épicure,
objeum Zenoni. reproché à Zénon.
quemadmodum ipsi viverent, sed quemadmodum viven- Omnes enim isti Tous ceux-là en effet
dum ipsis esset. De virtute, non de me loquor, et quum dicebant disaient
non quemadmodum non pas comment
vitiis convicium facio, in primis meis facio ; quum po- viverent ipsi, ils vivaient eux-mêmes,
tuero, vivam quomodo oportet. Nec malignitas me ista sed quemadmodum mais comment
esset vivendum ipsis. il aurait dû être vécu par eux-mêmes.
multo veneno tina deterrebit ab optimis ; ne virus qui- Loquor de virtute, Je parle de la vertu,
dem istud, quo alios argitis, vos necatis, me impediet non de me, non pas de moi,
et quum et quand
quominus perseverem laudare vitam, non quam ago, sed facio convicium vitiis, je fais du tapage contre les vices,
quam agendam scio ; quominus virtutem et ex intervallo facio in primis meis ; j’en fais surtout contre les miens ;
quum potuero, quand je l’aurai pu,
ingenti reptabundus sequar. Exeabo scilicet, ut quid- vivam quomodo oportet. je vivrai comme il faut.
quam malevolentiæ inviolatum sit, cui sacer nec Rutilius Et ista malignitas Et cette malveillance
tina multo veneno imprégnée de beaucoup de poison
fuit, nec Cato ? Curet aliquis an istis dives nimis videa- non me deterrebit ne me détournera pas
tur, quibus Demetrius Cynicus parum pauper est ? Virum ab optimis ; des meilleures choses ;
ne quidem virus istud pas même ce venin
acerrimum, et contra omnia naturæ desideria pugnantem, quo argitis alios, avec lequel vous arrosez les autres,
hoc pauperiorem quam ceteri Cynici, quod quum sibi in- vos necatis, et vous vous tuez vous-mêmes,
me impediet ne m’empêchera
terdixerint habere, interdixit et poscere, . . . . . . . . quominus perseverem que je ne continue
laudare à louer
vitam non quam ago, la vie non pas que je mène,
philosophes, en effet, ne nous entretenaient pas de leur vie, à eux, sed quam scio agendam ; mais celle que je sais devoir être menée ;
mais de celle qu’il faut se proposer. C’est de la vertu non de moi que quominus sequar virtutem, et que je ne suive la vertu,
et reptabundus même en me traînant
je parle : et quand je fais la guerre aux vices, je la fais avant tout aux ex ingenti intervallo. à une énorme distance.
miens ; quand j’en aurai le pouvoir, je vivrai comme je le dois. Et Exeabo scilicet, J’attendrai sans doute
la malveillance aura beau tremper à loisir ses traits dans le fiel, elle ut sit quidquam qu’il-y-ait quelque chose
inviolatum malevolentiæ, reeé par l’envie,
ne me détournera pas du mieux ; ce venin que vous distillez sur les cui nec Rutilius pour laquelle ni Rutilius
autres, et qui vous tue, ne m’empêchera pas d’applaudir sans relâche nec Cato fuit sacer ? ni Caton n’a été sacré ?
à des principes que je ne suis pas, sans doute, mais que je sais qu’il Aliquis curet an videatur Quelqu’un se préoccuperait-il s’il paraît
nimis dives istis, trop riche à ces gens,
faudrait suivre ; ne m’empêchera pas d’adorer la vertu et, bien qu’à quibus Demetrius Cynicus pour qui Démétrius le cynique
un long intervalle, d’aller me traînant sur sa trace. J’attendrai, n’est- est parum pauper ? est trop-peu pauvre ?
Negant virum acerrimum Ils nient qu’un homme très énergique
ce pas, que cette malveillance apprenne à reeer quelque chose, et pugnantem contra et combattant contre
quand rien ne fut sacré pour elle, ni Rutilius, ni Caton ? Comment omnia desideria naturæ, tous les désirs de la nature,
aussi ne leur paraîtrait-on pas trop riche, à ceux qui ne jugent pas pauperiorem quam plus pauvre que
ceteri Cynici, les autres cyniques,
Démétrius le cynique assez pauvre ?Cet homme si énergique, qui hoc quod, en ceci que,
lutta contre tous les désirs naturels, plus pauvre que tous ceux de quum sibi interdixerint quand eux se sont interdit
son école, puisque à la loi qu’ils s’imposaient de ne rien avoir, il a habere, de posséder,
interdixit et poscere, lui s’est interdit même de demander,
joint celle de ne rien demander, n’est point, selon eux, assez dénué egere satis ! soit pauvre assez !
de tout. Car,               Vides enim ? Vois-tu en effet ?
66   .    . 67

negant satis egere ! Vides enim ? non virtutis scientiam, Professus est Il a professé
non scientiam virtutis, non pas la science de la vertu,
sed egestatis professus est. sed egestatis. mais la science de la pauvreté.
XIX. Diodorum, Epicureum philosophum, qui intra XIX Negant Diodorum, XIX. On nie que Diodore,
philosophum Epicureum, philosophe épicurien.
paucos dies finem vitæ suæ manu sua imposuit, negant qui intra paucos dies qui en-deçà-de quelques jours
ex decreto Epicuri fecisse, quod sibi gulam præsecuit : alii imposuit finem suæ vitæ a mis fin à sa vie
sua manu, de sa propre main,
dementiam videri volunt faum hoc ejus, alii temerita- fecisse ex decreto Epicuri, ait agi suivant le dogme d’Épicure
tem. Ille interim beatus, ac plenus bona conscientia, red- quod sibi præsecuit parce qu’il s’est coupé
gulam : la gorge :
didit sibi testimonium vita excedens, laudavitque ætatis in alii volunt hoc faum ejus les uns veulent que cette aion de lui
portu et ad ancoram aæ quietem, et dixit, quod vos inviti videri dementiam, paraisse de la folie,
alii temeritatem. les autres de l’irréflexion.
audistis, quasi vobis quoque faciendum sit : Ille interim beatus, Lui cependant heureux,
ac plenus bona conscientia et plein d’une bonne conscience
Vixi, et quem dederat cursum fortuna, peregi. sibi reddidit testimonium, s’est rendu témoignage
excedens vita, en sortant de la vie,
De alterius vita, de alterius morte diutatis, et ad no- laudavitque quietem et a vanté le calme
men magnorum ob aliquam eximiam laudem virorum, si- ætatis aæ in portu d’une existence passée dans le port
et ad ancoram, et à l’ancre,
cut ad occursum ignotorum hominum minuti canes, la- et dixit quod vos et a dit ce que vous
tratis. Expedit enim vobis, neminem videri bonum : quasi audistis inviti, vous avez entendu malgré-vous,
quasi sit faciendum comme-si cela devait être fait
aliena virtus exprobratio deliorum vestrorum sit. Inviti vobis quoque : par vous aussi :
lendida cum sordibus vestris confertis, nec intelligitis « Vixi et peregi cursum « J’ai vécu et j’ai achevé la course
quem fortuna que la fortune
quanto id vestro detrimento audeatis. Nam si illi qui vir- dederat. » m’avait assignée. »
tutem sequuntur, avari, . . . . . . . . . . . . . . . . Diutatis Vous discutez
de vita alterius, sur la vie de l’un,
de morte alterius, sur la mort de l’autre
voyez-vous, ce n’est pas la dorine de la vertu, c’est la dorine de l’indigence et latratis ad nomen et vous aboyez au nom
qu’il professait !
virorum magnorum des hommes grands
ob aliquam laudem pour quelque mérite
XIX. Diodore philosophe épicurien qui, ces jours derniers, mit volontairement eximiam, éminent,
fin à son existence, n’agit pas, dit-on, suivant les préceptes du maître en se coupant sicut minuti canes comme les petits chiens
la gorge. Les uns veulent qu’on voie là un ae de folie ; et les autres, un ae ad occursum à la rencontre
d’irréflexion. Lui, cependant, heureux et fort d’une bonne conscience, se rendait hominum ignotorum. de personnes inconnues.
témoignage en sortant de la vie, et bénissait le calme de cette vie passée dans le Expedit enim vobis Il est-utile, en effet, pour vous
port et à l’ ancre. Il disait (et pourquoi murmuriez-vous de l’entendre, comme s’il neminem videri bonum que personne ne passe-pour bon
vous fallait l’imiter ?) il disait : quasi virtus aliena comme-si la-vertu d’-autrui
sit exprobratio était un blâme
J’ai vécu, j’ai rempli toute ma destinée. vestrorum deliorum. de vos fautes.
Vous diutez sur la vie ou la mort d’autrui, et vous aboyez aux grands noms Confertis inviti Vous comparez malgré-vous
qu’ennoblit un mérite éminent, comme font de petits chiens à la rencontre de lendida les choses brillantes
cum vestris sordibus, avec vos souillures,
personnes qu’ils ne connaissent pas. Il vous importe en effet que nul ne passe pour nec intelligitis et vous ne comprenez pas
homme de bien : il semble que la vertu d’autrui soit la censure de vos méfaits. Vous quanto detrimento vestro avec quel-grand préjudice votre
êtes blessés de ce pur éclat auquel vous opposez vos souillures, sans comprendre audeatis id. vous osez cela.
combien tant d’audace tourne à votre détriment. Car si ceux qui prennent  Nam si illi qui Car si ceux qui
68   .    . 69

libidinosi, ambitiosique sunt, quid vos estis, quibus ip- sequuntur virtutem. suivent la vertu,
sunt avari, sont cupides,
sum nomen virtutis odio est ? Negatis quemquam præs- libidinosi ambitiosique, débauchés et ambitieux,
tare quæ loquitur, nec ad exemplar orationis suæ vivere. quid vos estis quibus qu’êtes-vous, vous à qui
nomen ipsum virtutis le nom même de la vertu
Quid mirum ? quum loquantur fortia, ingentia, omnes est odio ? est à haine ?
humanas tempestates evadentia ? quum refigere se cruci- Negatis quemquam Vous niez que personne
præstare quæ loquitur, exécute ce qu’il dit
bus conentur, in quas unusquisque vestrum clavos suos nec vivere ad exemplar et vive selon le modèle
ipse adigit ? ad supplicium tamen ai stipitibus singulis suæ orationis. de (donné par) son langage.
Quid mirum, Quoi d’étonnant,
pendent : hi qui in se ipsi animum advertunt, quot cupidi- quum loquantur quand les sages parlent
tatibus, tot crucibus distrahuntur : et maledici, in alienam fortia, ingentia, d’aes héroïques, sublimes,
evadenti échappant
contumeliam venusti sunt. Crederem illis hoc vacare, nisi omnes tempestates humanas ? à toutes les tempêtes humaines ?
quidam ex patibulo suos eatores conuerent. quum conentur quand ils s’efforcent
se refigere crucibus de s’arracher des croix
XX. Non præstant philosophi quæ loquuntur ? multum in quas sur lesquelles
tamen præstant quod loquuntur, quod honesta mente unusquisque vestrum chacun de vous
adigit ipse suos clavos ? enfonce lui-même ses clous ?[ supplice
concipiunt. Utinam quidem et paria diis agerent ! quid Tamen ai ad supplicium Cependant ceux qui-ont-été-menés au
esset illis beatius ? interim non est quod contemnas bona pendent stipitibus singulis : sont-suendus à des gibets isolés :
hi qui ipsi ceux qui eux-mêmes
verba, et bonis cogitationibus plena præcordia. Studio- advertunt animum in se, tournent leur erit contre eux-mêmes,
distrahuntur tot crucibus sont déchirés par autant de croix
rum salutarium, etiam citra effeum, laudanda traatio quot cupiditatibus : que de passions ;
est. Quid mirum, si non . . . . . . . . . . . . . . . . et maledici, sunt venusti et médisants, ils sont irituels
in contumeliam alienam. pour l’outrage d’-autrui.
Crederem hoc illis vacare Je jugerais que cela leur est-loisible,
nisi quidam conuerent si certains hommes ne conuaient
pour fin la vertu, sont cupides, débauchés, ambitieux, qu’êtes-vous donc, ex patibulo du haut du gibet
vous à qui le nom seul de vertu est odieux ? Vous soutenez que pas un ne suos eatores. leurs eateurs.
réalise ce qu’il dit et ne conforme sa vie à ses maximes. Quoi d’étonnant, XX. Philosophi [ tur ? XX. Les philosophes
quand leurs paroles sont si héroïques, si sublimes, dominent de si haut non præstant quæ loquun- n’exécutent pas ce qu’ils disent ?
Præstant tamen multum Ils exécutent pourtant beaucoup
toutes les tempêtes de la vie humaine ; quand ils ne visent pas à moins qu’à quod loquuntur, par cela même qu’ils disent,
s’arracher de ces croix, où tous, tant que vous êtes, vous enfoncez de vos quod concipiunt par ce qu’ils conçoivent
mains les clous qui vous déchirent ? Le supplicié du moins n’est suendu mente honesta. dans leur erit honnête.
qu’à un seul poteau ; ceux qui se font bourreaux d’eux-mêmes subissent Utinam quidem Plût-aux-dieux-que certes
autant de croix que de passions qui les tiraillent ; et dans leur médisance ils et agerent ils fissent aussi
paria diis ! des choses conformes à leurs paroles !
trouvent de l’erit pour insulter autrui. Je les laisserais faire si ce n’était pas du quid esset beatius illis ? quel être serait plus heureux qu’eux ?
haut de leur propre gibet que certains hommes crachent sur les eateurs. Interim non est quod En-attendant il-n’y-a pas lieu que
XX. Les philosophes ne réalisent pas leurs propres paroles ? cependant ils contemnas bona verba, tu méprises de sages paroles,
font beaucoup par ces paroles mêmes et par la conception de l’honnête. Si et præcordia plena et des cœurs remplis
leurs aes étaient à la hauteur de leur langage, quelle félicité surpasserait bonis cogitationibus. de bonnes pensées.
Traatio Le maniement
la leur ? En attendant qu’il en soit ainsi, il n’y a pas lieu de mépriser de studiorum salutarium, d’études salutaires,
bonnes paroles et des cœurs pleins de bonnes pensées. L’application aux etiam citra effeum, même en-deçà-de 1’ (sans) effet,
études salutaires, restât-elle en deçà du but, est louable      est laudanda est louable
70   .    . 71

escendunt in altum ardua aggressi ? sed si vir es, suice, Quid mirum si, Quoi d’étonnant si,
aggressi ardua marchant dans des voies escarpées
etiamsi decidunt, magna conantes. Generosa res est, re- non escendunt in altum ? ils n’arrivent pas au sommet ?
icientem non ad suas, sed ad naturæ suæ vires, conari Sed si vir es, Mais si tu es un homme,
suice, regarde-avec-admiration,
alta, tentare, et mente majora concipere, quam quæ etiam etiamsi decidunt, même s’ils tombent,
ingenti animo adornatis effici possint. Qui sibi hoc pro- conantes magna. ceux qui tentent de grandes choses.
Est res generosa C’est une chose généreuse
posuit : « Ego mortem eodem vultu cum quo audiam, et conari alta, que de tenter des choses hautes,
videbo ; ego laboribus, quanticumque illi erunt, parebo, reicientem en regardant
non ad suas vires, non pas à ses propres forces,
animo fulciens corpus ; ego divitias et præsentes et ab- sed ad suæ naturæ, mais à celles de sa nature,
sentes æque contemnam : nec, si alicubi jacebunt, tris- tentare que d’essayer [ trop grands
et concipere mente majora et de concevoir dans l’erit des aes
tior ; nec, si circa me fulgebunt, animosior ; ego fortu- quam quæ possint effici pour qu’ils puissent être exécutés
nam nec venientem sentiam, nec recedentem ; ego terras etiam adornatis même par ceux qui sont doués
ingenti animo. d’une grande âme.
omnes tanquam meas videbo, meas tanquam omnium ; Qui sibi proposuit hoc : Celui qui s’est proposé ceci :
ego sic vivam, quasi sciam aliis me natum, et naturæ re- « Ego et videbo mortem « Moi je verrai même la mort
eodem vultu du même air
rum hoc nomine gratias agam : quo enim melius genere cum quo audiam ; avec lequel j’entendrai mon arrêt ;
negotium meum agere potuit ? unum me donavit omni- ego parebo laboribus, moi je me soumettrai aux épreuves,
quanticumque illi erunt, quelque-grandes-qu’elles seront,
bus, uni mihi omnes. Quidquid habebo, nec sordide cus- fulciens corpus animo ; soutenant mon corps par mon âme
ego contemnam æque moi je mépriserai également
todiam, nec prodige argam ; nihil magis possidere me divitias les richesses
credam, . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . et præsentes et absentes : soit présentes, soit absentes :
nec tristior, ni n’étant plus triste,
si jacebunt alicubi, si elles sont ailleurs que chez moi,
encore. Faut-il s’étonner qu’on ne parvienne pas jusqu’au sommet, quand on nec animosior si ni plus fier si
place son but à une telle hauteur ? Un homme de cœur, au contraire, admirera fulgebunt circa me ; elles brillent autour de moi ;
ceux qui, lors même qu’ils tombent, montrent cependant une audace géné- ego sentiam fortunam moi je ne sentirai pas la fortune
reuse. Elle est noble, l’ambition de l’homme qui, consultant moins ses forces nec venientem, ni quand elle viendra,
que celles de la nature humaine, s’essaye à de grandes choses, fait effort et nec recedentem ; ni quand elle se-retirera ;
ego videbo omnes terras moi je regarderai toutes les terres
se crée en lui-même des types de grandeur que les âmes le plus virilement tanquam meas, comme miennes,
douées seraient impuissantes à reproduire. L’homme qui s’est dit d’avance :. meas tanquam omnium ; les miennes comme à tous ;
« Un arrêt de mort et l’ae du supplice me laisseront également impas- ego vivam sic quasi sciam moi je vivrai ainsi comme-si je savais
sible ; toutes les épreuves, quelles, qu’elles soient, je les subirai, et mon âme me natum aliis, que je suis né pour les autres,
prêtera sa force à mon corps. Absentes ou présentes, les richesses m’inirent et agam gratias et je rendrai grâce
naturæ rerum à la nature du monde
le même mépris : je ne serai ne affligé si je les vois ailleurs que chez moi, ni lier hoc nomine : à ce titre :
si elles m’entourent de leur éclat. Que la fortune me vienne ou se retire, je ne quo enim genere de quelle manière en effet
m’en apercevrai pas. Je regarderai toutes les terres comme à moi, les miennes potuit agere melius eût-elle pu faire mieux
comme à tous. Je vivrai en homme qui se sent né pour ses semblables, et je meum negotium ? mon affaire ?
rendrai grâce à la nature d’une si belle mission. Pouvait-elle mieux pourvoir donavit me unum elle a donné moi, un individu,
omnibus, à tous les êtres,
à mes intérêts ? Elle m’a donné moi seul à tous, et tous à moi seul. Ce que omnes mihi uni. tous les êtres à moi, un individu.
j’aurai, quoi que ce soit, je ne le garderai pas en avare, je ne le sèmerai pas en Nec custodiam sordide, Ni je ne garderai sordidement
prodigue : je ne croirai rien posséder mieux         nec argam prodige ni je ne sèmerai en-prodigue
72   .    . 73

quam bene donata : non numero, nec pondere beneficia, quidquid habebo ; tout-ce-que j’aurai ;
credam me possidere je croirai que je ne possède
nec ulla, nisi accipientis æstimatione, pendam. Nunquam nihil magis rien plus
id mihi multum erit, quod dignus accipiet. Nihil opinionis quam bene donata ; que ce que j’ai bien donné ;
pendam beneficia je n’évaluerai mes bienfaits
causa, omnia conscientiæ faciam : populo eante fieri non numero, nec pondere, ni par le nombre ni par le ooids,
credam, quidquid me conscio faciam. Edendi mihi erit bi- nec ulla æstimatione ni par aucune autre estimation
nisi sinon par celle que je ferai
bendique finis, desideria naturæ restinguere, non implere accipientis ; de celui qui-recevra ;
alvum, et exinanire. Ergo amicis jucundus, inimicis mi- quod dignus accipiet, ce que quelqu’un qui en sera dignerecevra
nunquam erit multum mihi. ne sera jamais beaucoup pour moi.
tis et facilis, exorabor antequam roger ; honestis precibus Faciam nihil Je ne ferai rien
occurram. Patriam meam esse mundum sciam, et præ- causa opinionis, en-vue-de l’opinion,
omnia conscientiæ : tout en-vue-de ma conscience :
sides deos, hos supra me, circaque me stare, faorum dic- credam quidquid faciam je croirai que tout-ce-que je ferai
torumque censores. Quandocumque autem natura iri- me conscio moi seul en ayant-conscience
fieri populo eante. est fait la foule regardant.
tum repetet, aut ratio dimittet, testatus exibo, bonam me Restinguere Éteindre
conscientiam amasse, bona studia : nullius per me liber- desideria naturæ, les désirs de la nature,
non implere alvum non pas remplir mon estomac
tatem diminutam, minime meam. » et exinanire, et le vider faicement,
XXI. Qui hoc facere proponet, volet, tentabit, ad deos erit mihi finis sera pour moi la fin
edendi bibendique. du manger et du boire.
iter faciet : næ ille, etiamsi non tenuerit, magnis tamen Ergo jucundus amicis, Donc agréable à mes amis,
mitis et facilis inimicis doux et traitable à mes ennemis,
excidet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . exorabor antequam roger, je serai fléchi avant que je sois prié,
occurram precibus honestis. j’irai-au-devant des prières honnêtes.
que ce que j’aurai sagement donné. J’estimerai mes bienfaits, non d’après Sciam mundum Je saurai que le monde
leur poids ou leur nombre, mais d’après le mérite de celui qui les rece- esse meam patriam, est ma patrie,
et deos præsides : et que les dieux y président :
vra ; je ne croirai jamais avoir dépassé la juste mesure quand l’obligé en hos stare supra me, que ceux-ci se tiennent au-dessus-de moi,
sera digne. Je ne ferai rien en vue de l’opinion, et je ferai tout en vue circaque me, et autour de moi,
de ma conscience : seul devant ma conscience, j’agirai comme si tout le censores diorum censeurs de mes paroles
faorumque. et de mes aions.
inonde me regardait. J’aurai pour terme du manger et du boire de satis- Quandocumque autem Or à quelque-instant-que
faire les appétits naturels, non de remplir mon estomac, puis de le vider natura repetet la nature redemandera
faicement. Agréable à mes amis, doux et traitable à mes ennemis, je aut ratio dimittet iritum, ou la raison congédiera la vie,
ferai grâce avant qu’on m’implore, je préviendrai toute légitime prière. exibo testatus me amasse je sortirai attestant que j’ai aimé
bonam conscientiam, la bonne conscience,
Je saurai que ma patrie c’est le monde, que les dieux y président, que bona studia ; les bonnes études ;
sur ma tête, qu’autour de moi, veillent ces juges sévères de mes aes et libertatem nullius que la liberté de personne
de mes paroles. Et à quelque instant que la nature redemande ma vie, diminutam per me, n’a été diminuée par moi,
meam minime. » et la mienne pas du tout. »
ou que la raison me presse de partir, je m’en irai avec le témoignage XXI. Qui proponet facere XXI. Qui se proposera de faire cela
d’avoir aimé la bonne conscience, les bonnes études, de n’avoir pris sur volet, tentabit, [hoc, le voudra, le tentera,
la liberté de personne, ni laissé prendre sur la mienne. » faciet iter ad deos : fera route vers les dieux :
XXI. Qui se proposera d’agir ainsi, qui le voudra, qui le tentera, næ ille, certes celui-là
etiamsi non tenuerit, même-s’il n’aura pas touché le but,
s’acheminera vers les dieux ; et dût-il s’arrêter en route, il échouera du excidet tamen tombera cependant
moins dans une noble entreprise. Vous autres       magnis ausis. du haut d’une grande entreprise.
74   .    . 75

ausis. Vos quidem, quod virtutem cultoremque ejus odis- Vos quidem facitis Vous certes vous ne faites
nihil novi, rien de nouveau,
tis, nihil novi facitis ; nam et solem lumina ægra formi- quod odistis virtutem en-ce-que vous détestez la vertu
dant, et aversantur diem lendidum nourna animalia, cultoremque ejus ; et l’adorateur d’elle ;
nam et lumina ægra car et les yeux malades
quæ ad primum ejus ortum stupent, et latibula sua pas- formidant solem, redoutent le soleil,
sim petunt, abduntur in aliquas rimas timida lucis. Ge- et animalia nourna et les animaux nournes
aversantur diem lendidum, se détournent du jour éclatant,
mite, et infelicem linguam bonorum exercete convicio ; quæ stupent eux qui restent-engourdis
hiscite, commordete ; citius multo frangetis dentes, quam ad primum ortum ejus, au premier lever de ce jour,
et petunt passim et gagnent de-tous-côtés
imprimetis ! « Quare ille philosophiæ studiosus est, et tam sua latibula, leurs retraites,
dives vitam agit ? quare opes contemnendas dicit, et ha- abduntur in aliquas rimas se cachent dans quelques crevasses
timida lucis. craignant la lumière.
bet ? vitam contemnendam putat, et tamen vivit ? valelu- Gemite et exercete Gémissez et exercez
dinem contemnendam, et tamen illam diligentissime tue- linguam infelicem votre langue maudite
convicio bonorum ; par l’insulte des bons ;
tur, atque optimam mavult. Et exsilium nomen vanum pu- hiscite, commordete ; ouvrez-la-bouche, mordez-tous-ensemble ;
tat, et ait : Quid est enim mali, mutare regiones ? et tamen, frangetis dentes vous vous casserez les dents
multo citius, beaucoup plus vite,
si licet, senescit in patria. Et inter longius tempus et bre- quam imprimetis ! que vous ne les imprimerez !
vius nihil interesse judicat : tamen si nihil prohibet, exten- « Quare ille « Pourquoi celui-ci
est studiosus philosophiæ, est-il ami de la philosophie,
dit ætatem, et in multa seneute placidus viret. » Ait ista et agit vitam tam dives ? et passe-t-il sa vie si riche ?
quare dicit pourquoi dit-il
debere contemni, non, . . . . . . . . . . . . . . . . . opes contemnendas, que les richesses doivent être méprisées,
et habet ? et en possède-t-il ?
qui haïssez et la vertu et son adorateur, vous ne faites là rien putat pourquoi pense-t-il
vitam contemnendam, que la vie est méprisable
d’étrange ; car les vues malades redoutent le soleil, et le grand jour et vivit tamen ? et vit-il cependant ?
est antipathique aux animaux nournes : éblouis de ses premiers valeludinem contemnendam, que la santé est méprisable,
rayons, ils regagnent de tous côtés leurs retraites et fuient dans et tamen tuetur illam et cependant soigne-t-il elle
diligentissime, très attentivement.
d’obscures crevasses cette lumière qui les effraye. Gémissez, exer- atque mavult optimam ? et la préfère-t-il très bonne ?
cez votre langue maudite à outrager les bons ; acharnez-vous, mor- Et putat exsilium Et il estime l’exil
dez tous à la fois : vos dents se briseront sur eux bien avant qu’elles vanum nomen, un vain nom,
et ait : et il dit :
ne s’y impriment. « Pourquoi cet amant de la philosophie mène-t-il Quid enim mali est Quoi de mal en effet est-ce,
une existence si opulente ? Il dit qu’il faut mépriser l’or, et il en pos- mutare regiones ? de changer de pays ?
sède ; qu’il faut mépriser la vie, et il reste avec les vivants ; la santé, et tamen, si licet, et cependant, s’il lui est-permis,
senescit in patria. il vieillit dans sa patrie.
et pourtant il soigne la sienne, il la préfère excellente. L’exil est un Et judicat nihil interesse Il juge aussi que rien ne-diffère-entre
vain mot, selon lui ; il s’écrie : Quel mal y a-t-il à changer de pays ? tempus longius un temps plus long
et brevius : et un temps plus court :
et pourtant, s’il le peut, il vieillira dans sa patrie. Il prononce qu’une tamen si nihil prohibet, cependant si rien ne l’empêche,
existence plus ou moins longue est indifférente ; toutefois, tant que extendit ætatem, il prolonge sa vie,
rien ne l’en empêche, il prolonge la sienne, et, dans une vieillesse et viret placidus et il-reste-vert paisible
in multa seneute. » dans une grande vieillesse. »
avancée, il conserve en paix sa verdeur. » Il dit, en effet, qu’on doit Ait ista debere Il dit que ces avantages doivent
mépriser tous ces avantages ;           contemni, être méprisés,
76   .    . 77

ne habeat, sed ne sollicitus habeat ; non abigit illa a se, non ne habeat, non pour qu’il ne les possède pas,
sed ne habeat mais pour qu’il ne les possède pas
sed abeuntia securus prosequitur. Divitias quidem ubi tu- sollicitus ; étant inquiet ;
tius fortuna deponet, quam ibi, unde sine querela red- non illa abigit a se, il ne les repousse pas de lui,
sed prosequitur abeuntia mais il les suit quand-ils-se-retirent
dentis receptura est ? M. Cato quum laudaret Curium et securus. tranquille (d’un œil tranquille).
Coruncanium, et seculum illud in quo censorium crimen Ubi quidem fortuna Où en-vérité la fortune
deponet divitias déposera-t-elle les richesses
erat paucæ argenti lamellæ, possidebat ipse quadringen- tutius quam ibi, plus sûrement que là,
ties sestertium : minus sine dubio quam Crassus, plus ta- unde est receptura d’où elle est devant les retirer
sine querela reddentis ? sans plainte de celui qui les rendra ?
men quam censorius Cato. Majore atio, si comparentur, Marcus Cato quum laudaret Marcus Caton quand il louait
proavum vicerat, quam a Crasso vinceretur. Et si majores Curium et Coruncanium, Curius et Coruncanius,
et illud seculum in quo et ce siècle dans lequel
illi obvenissent opes, non revisset ; nec enim se sapiens erat crimen censorium c’était un grief pour-les-censeurs
indignum ullis muneribus fortuitis putat. Non amat divi- paucæ lamellæ argenti, que quelques lames d’argent,
possidebat ipse possédait lui-même
tias sed mavult : non in animum illas, sed in domum reci- quadringenties sestertium : quatre-cents-fois cent milliers de sesterces :
pit : nec reuit possessas, sed continet, et majorem virtuti minus sine dubio moins sans doute
quam Crassus, que Crassus,
suæ materiam subministrari vult. plus tamen plus cependant
XXII. Quid autem dubii est, quin major materia sa- quam Cato censorius. que Caton l’ancien-censeur.
Vicerat proavum, Il avait dépassé son bisaïeul,
pienti viro sit animum explicandi suum in divitiis, quam si comparentur, en-admettant qu’ils soient comparés,
atio majore d’une distance plus grande
in paupertate ? quum in hac unum genus virtutis sit, non quam vinceretur a Crasso. qu’il n’était dépassé par Crassus.
inclinari, nec deprimi : . . . . . . . . . . . . . . . . . Et si opes majores Même si des richesses plus grandes
illi obvenissent, lui étaient échues,
non revisset ; il ne les eût pas dédaignées ;
mais ce qu’il défend, c’est la possession inquiète, et non la possession elle- et enim sapiens et en effet le sage
non se putat indignum ne se croit pas indigne
même ; il ne repousse pas ces choses, mais si elles se retirent de lui, il les suit ullis muneribus fortuitis. d’aucuns dons fortuits.
dans leur retraite d’un œil tranquille. Où la fortune déposera-t-elle ses ri- Non amat divitias, Il n’aime pas les richesses
chesses plus sûrement que chez l’homme qui les lui rendra sans murmure ? sed mavult : mais il les préfère :
Quand M. Caton louait Curius, et Coruncanius, et ce siècle où l’on était non recipit illas il ne reçoit pas elles
in animum, dans son âme.
coupable aux yeux du censeur pour posséder quelques lames d’argent, lui, sed in domum : mais dans sa maison :
Caton avait quarante millions de sesterces : moins sans doute que Crassus, nec reuit possessas, et il ne repousse pas elles possédées,
mais plus que Caton le censeur. C’était, si l’on compare, dépasser son bis- sed continet, mais il les maîtrise,
aïeul de bien plus que lui-même ne fut dépassé par Crassus ; et si de plus et vult materiam majorem et veut qu’une matière plus ample
grands biens lui étaient échus, il ne les eût pas dédaignés. Car le sage ne subministrari soit fournie
suæ virtuti. à sa vertu.
se croit indigne d’aucun des dons du hasard ; non qu’il aime les richesses, XXII. Quid autem dubii XXII. Or quel doute
mais il les préfère : ce n’est pas dans son âme, c’est dans sa maison qu’il est y-a-t-il
les loge ; il n’en répudie pas la possession, mais il les domine : il n’est point quin sit materia major qu’il-n’y-ait une matière plus ample
fâché qu’une plus ample matière soit fournie à sa vertu. viro sapienti pour l’homme sage
explicandi suum animum de déployer son âme
XXII. Eh ! qui doute que pour le sage il n’y ait plus ample manière à in divitiis dans les richesses
déployer son âme dans la richesse que dans la pauvreté ? Toute la vertu quam in paupertate ? que dans la pauvreté ?
de celle-ci est de ne point plier ni           quum in hac puisque dans celle-ci
78   .    . 79

in divitiis, et temperantia, et liberalitas, et diligentia, et ait unum genus virtutis, il-y-a un-seul genre de vertu,
non inclinari, savoir ne pas être plié,
diositio, et magnificentia, campum habeat patentem. nec deprimi : et ne pas être abattu ;
Non contemnet se sapiens, etiamsi fuerit minimæ sta- in divitiis, et que, dans les richesses,
et temperantis et la tempérance,
turæ ; esse tamen se procerum volet : et exilis corpore, et liberalitas, et la libéralité,
ac amisso oculo valebit ; malet tamen sibi esse corpo- et diligentia et l’ordre,
et diositio, et l’économie,
ris robur. Et hoc ita, ut sciat esse aliud in se valentius ; et magnificentia, et la magnificence,
malam valetudinem tolerabit, bonam optabit. Quædam habeat campum patentem. ont une carrière ouverte.
Sapiens Le sage
enim, etiamsi in summam rei parva sunt, et subduci sine non se contemnet, ne se méprisera pas,
ruina principalis boni possunt, adjiciunt tamen aliquid ad etiamsi fuerit même-si il aura été
minimæ statutæ ; de très petite taille ;
perpetuam lætitiam, et ex virtute nascentem. Sic illum af- volet tamen il souhaitera cependant
ficiunt divitiæ, et exhilarant, ut navigantem secundus et se esse procerum : soi être grand :
valebit il sera-fort
ferens ventus, ut dies bonus, et in bruma ac frigore apri- et exilis corpore, môme chétif de corps,
cus locus. Quis porro sapientum, nostrorum dico, quibus ac oculo amisso : et un œil perdu ;
malet tamen robur corporis il préférera pourtant la force du corps
unum est bonum virtus, negat etiam hæc quæ indifferentia esse sibi. être à soi.
vocamus habere in se aliquid pretii, et alia . . . . . . . Et hoc ita, Et cela ainsi,
ut sciat bien qu’il sache
esse in se aliud valentius ; qu’il-y-a en lui un autre principe plus fort ;
tolerabit il supportera
malam valetudinem, la mauvaise santé,
s’abattre ; dans l’autre la tempérance, la libéralité, l’erit d’or- optabit bonam. souhaitera la bonne.
dre, l’économie, la magnificence, ont un champ vaste et libre. Le Quædam enim, Certaines choses en effet,
etiamsi sunt parva quoiqu’elles soient petites
sage ne se méprisera pas s’il est d’une taille exiguë, et pourtant in summam rei, relativement à l’ensemble de l’être,
il préférera une grande taille ; avec un corps chétif et privé d’un et possunt subduci et puissent être retirées
œil, il aura toute sa force, et pourtant il préférera une constitu- sine ruina sans la ruine
principalis boni, du souverain bien,
tion robuste. Il saura qu’il a en lui-même un principe de vi- adjiciunt tamen aliquid ajoutent pourtant quelque chose
gueur supérieur à tous ces avantages ; cependant il supportera ad lætitiam perpetuam, à la joie perpétuelle,
et nascentem ex virtute. et naissant de la vertu.
les infirmités, et souhaitera la santé. Car il est des choses qui, Divitiæ afficiunt Les richesses touchent
tout en étant d’une valeur insignifiante par rapport à la perfec- et exhilarant illum, et égayent lui,
sic ut ventus secundus de-même qu’un vent favorable
tion de l’être, de telle sorte qu’elles se hissent enlever sans en- et ferens et qui le porte
traîner la ruine du souverain bien, ajoutent cependant à cette navigantem ; touche et égaye le navigateur ;
ut bonus dies, comme un beau jour,
joie perpétuelle qui naît de la vertu. Les richesses sont au sage ce et in bruma ac frigore et dans l’hiver et le froid
qu’est au navigateur un bon vent qui l’égaye et facilite sa course ; locus apricus. un endroit exposé-au-soleil.
Quis porro sapientum, Or qui d’entre les sages,
ce qu’est un beau jour, et, par un temps brumeux et froid, une dico nostrorum, je dis d’entre les nôtres,
plage que réchauffe le soleil. Et quel sage de notre école, où la quibus virtus pour lesquels la vertu
vertu est le seul bien, ne reconnaîtra pas que ces choses mêmes est unum bonum, est le seul bien,
nogat etiam hæc nie que même ces choses
que nous appelons indifférentes ont en elles un certain prix quæ vocamus indifferentia que nous nommons indifférentes
80   .    . 81

aliis esse potiora ? Quibusdam ex his tribuitur aliquid ho- habere in se aient en soi
aliquid pretii, quelque prix.
noris, quibusdam multum. Ne erres itaque, inter potiora et alia esse et que les unes soient
divitiæ sunt. « Quid ergo, inquis, me derides, quum eum- potiora aliis ? préférables aux autres ?
Aliquid honoris Quelque-peu de considération
dem apud te locum habeant, quem apud me ? » Vis scire tribuitur est attribué
quam non habeant eumdem locum ? mihi divitiæ si ef- quibusdam ex his, à quelques-unes d’elles,
quibusdam multum. à quelques-unes beaucoup.
fluxerint, nihil auferent, nisi semetipsas : tu stupebis, et Ne erres itaque, Ne t’y trompe donc pas,
videberis tibi sine te relius, si illæ a te recesserint ; apud divitiæ sunt les richesses sont
inter potiora. parmi les choses préférables.
me divitiæ aliquem locum habent ; apud te, summum ac « Quid ergo, inquis, « Pourquoi donc, dis-tu,
postremum ; divitiæ meæ sunt, tu divitiarum es. me derides, me railles-tu,
quum habeant apud te puisqu’elles ont chez toi
XXIII. Desine ergo philosophis pecunia interdicere ; eumdem locum le môme rang
nemo sapientiam paupertate damnavit. Habebit philoso- quem apud me ? » que chez moi ? »
Vis scire quam Veux tu savoir à-quel-point
phus amplas opes, sed nulli detraas, nec alieno san- non habeant elles n’ont pas
guine cruentas, sine cujusquam injuria partas, sine sordi- eumdem locum ? le même rang ?
si divitiæ si les richesses
dis quæstibus, quarum tam honestus sit exitus quam in- mihi effluxerint, m’auront échappé,
troitus, quibus nemo ingemiscat, . . . . . . . . . . . . auferent nihil elles n’emporteront rien
nisi semetipsas : sinon elles-mêmes :
tu stupebis, toi, tu seras interdit,
et que les unes sont préférables aux autres ? Il en est auxquelles on ac- et videberis tibi et tu paraîtras à toi-même
relius sine te, laissé sans toi,
corde un peu d’importance, il en est auxquelles on en accorde beau- si illæ recesserint a te ; si elles se seront retirées de toi
coup. Ne vous y trompez donc pas, la richesse est du nombre des divitiæ habent apud me les richesses ont chez moi
aliquem locum ; quelque place ;
choses préférables. « Pourquoi alors, direz-vous, me railler quand apud te, summum chez toi, la plus haute
elle tient chez vous le même rang que chez moi ? » — Voulez-vous ac postremum ; et la dernière au sommet ;
savoir combien je suis loin de lui donner le même rang ? Quelle divitiæ sunt meæ, les richesses sont miennes (à moi),
tu es divitiarum. toi tu es des (aux) richesses.
richesse m’échappe, elle ne m’enlèvera rien qu’elle-même ; vous, si XXIII. Desine ergo XXIII. Cesse donc
elle vous quitte, vous resterez frappé de stupeur, comme un homme interdicere d’interdire
qui, dans son abandon, ne se trouverait plus lui-même. Chez moi pecunia philosophis ; l’argent aux philosophes ;
nemo damnavit personne n’a condamné
les richesses tiennent une certaine place, tandis que chez vous elles sapientiam paupertate. la sagesse à la pauvreté.
occupent la plus haute ; enfin, moi je les possède ; vous, vous êtes Philosophus habebit Le philosophe possédera
possédé par elles. opes amplas, des richesses considérables,
sed detraas nulli, mais enlevées à personne,
XXIII. Cesse donc d’interdire l’argent aux philosophes : personne nec cruentas ni ensanglantées
n’a condamné la sagesse à la pauvreté. Oui, le philosophe aura sanguine alieno, du sang d’autrui,
d’amples richesses ; mais elles ne seront ravies à qui que ce soit, ni partas sine injuria acquises sans préjudice
cujusquam, de (pour) qui-que-ce-soit,
souillées du sang d’autrui, ni acquises au détriment de personne sine quæstibus sordidis ; sans gains sordides ;
ou par de sordides profits ; mais elles sortiront de chez lui aussi quarum exitus sit dont la sortie soit
tam honestus aussi honnête
honorablement qu’elles y seront entrées ; mais elles ne feront gémir quam introitus, que l’entrée,
que l’envie. Exagérez-les            quibus nemo ingemiscat, dont personne ne gémisse,
82   .    . 83

nisi malignus. In quantum vis exaggera illas, honestæ nisi malignus. sinon l’envieux.
Exaggera illas Entasse-les
sunt : in quibus, quum multa sint quæ quisque sua di- in quantum vis, autant que tu veux,
cere velit, nihil est quod quisquam suum possit dicere. Ille sunt honestæ elles sont honorables :
in quibus, elles dans lesquelles,
vero fortunæ benignitatem a se non submovebit, et patri- quum sint multa quoiqu’il y ait beaucoup de choses
monio per honesta quæsito nec gloriabitur, nec erubescet. quæ quisque velit dicere sua, que chacun voudrait dire siennes,
est nihil quod quisquam il-n’y-a rien que personne
Habebit tamen etiam quo glorietur, si aperta domo, et ad- possit dicere suum. puisse dire sien.
missa in res suas civitate, poterit dicere : Quod quisque Ille vero Lui d’un autre côté
non submovebit a se ne repoussera pas de lui-même
agnoverit, tollat ! » O magnum virum, optime divitem, si benignitatem fortunæ, la bienveillance de la fortune,
post hanc vocem tantumdem habuerit ! ita dico, si tutus et nec gloriabitur, et ni il se-glorifiera
nec erubescet ni il rougira
et securus scrutationem populo præbuerit, si nihil quis- patrimonio quæsito de son patrimoine acquis
quam apud illum invenerit, quo manus injiciat : audaer per honesta. par des moyens honnêtes.
Habebit tamen etiam Il aura cependant même
et propalam erit dives. Sapiens nullum denarium intra li- quo glorietur, de quoi il pourra-se-glorifier,
men suum admittet male intrantem ; magnas opes, mu- si domo aperta, si sa maison étant ouverte,
et civitate admissa et la ville étant admise
nus fortunæ, fruumque virtutis non repudiabit, nec ex- in suas res, au-milieu-de ses biens,
cludet. Quid enim est, quare illis bonum locum invideat ? poterit dicere : il pourra dire :
« Quisque tollat « Que chacun emporte
veniant, hoitentur. Nec jaabit illas, nec . . . . . . . quod agnoverit ! » ce qu’il aura reconnu ! »
O magnum virum, Ô le grand homme,
optime divitem, excellemment riche,
tant que vous voudrez, elles sont honorables : s’il s’y trouve bien si post hanc vocem si après cette parole
habuerit tantumdem ! il aura eu autant qu’avant !
des choses que chacun voudrait pouvoir dire siennes, on n’y voit Ita dico, Oui, je le dis,
rien dont personne puisse dire : C’est à moi. Le sage ne repous- si tutus et securus si sans-crainte et sans-inquiétude
sera pas les faveurs de la fortune, et un patrimoine loyalement ac- præbuerit il aura offert
scrutationem populo, cette enquête au public,
quis ne lui inirera ni orgueil ni honte. Je me trompe : il éprou- si quisquam nihil invenerit si personne n’aura rien trouvé
vera quelque orgueil si, ouvrant sa porte et exposant sa richesse apud illum chez lui
quo injiciat manus : sur-quoi il mette les mains :
aux regards publics, il peut dire : « Que quiconque y reconnaît erit dives il sera riche
son bien le reprenne. » Oh ! qu’il est grand, qu’il mérite sa for- audaer et propalam. hardiment et ouvertement.
Sapiens admittet Le sage ne recevra
tune celui qui resterait après ce défi aussi riche qu’avant ! Oui, intra suum limen en-dedans de son seuil
s’il peut sans crainte et impunément provoquer l’inventaire de nullum denarium aucun denier
tous, si nul n’y trouve à exercer la moindre revendication, c’est intrantem male ; entrant malhonnêtement ;
non repudiabit il ne repoussera pas
hardiment et au grand jour qu’il sera riche. Si, d’un côté, pas un nec excludet et n’exclura pas
denier n’entre chez le sage par de mauvaises voies, de l’autre, les magnas opes, de grandes richesses,
munus fortunæ, don de la fortune,
trésors que la fortune lui donne ou qui sont le fruit de ses mérites fruumque virtutis. et fruit de sa vertu.
ne seront pas répudiés ni exclus par lui. Pourquoi les refuserait- Quid est enim Qu’y-a-t-il en effet
cur [quare] illis invideat pour qu’il leur refuse
il quand ils sont si bien placés chez lui ? Qu’ils viennent, qu’ils y bonum locum ? une bonne place ?
trouvent l’hoitalité, il n’en fera ni étalage      Veniant, Qu’elles viennent,
84   .    . 85

abscondet ; alterum infruniti animi est ; alterum timidi hoitentur. qu’elles soient hébergées.
Nec jaabit Ni il n’affichera,
et pusilli, velut magnum bonum intra sinum continen- nec abscondet illas ; ni il ne cachera elles ;
tis. Nec, ut dixi, ejiciet illas e domo. Quid enim dicet ? alterum est l’un est
animi infruniti ; d’un erit déraisonnable ;
utrumne : « Inutiles estis ? » an, « Ego uti divitiis nescio » ? alterum timidi et pusilli, l’autre d’un erit timide et étroit.
Quemadmodum etiam si pedibus suis poterit iter confi- continentis intra sinum renfermant (la richesse) dans sa bourse
velut magnum bonum. comme un grand bien.
cere, escendere tamen vehiculum malet : sic pauper, si po- Nec ejiciet illas Et il ne chassera pas elles
terit esse dives, volet ; et habebit itaque opes, sed tanquam e domo, ut dixi. de sa maison, comme je l’ai dit.
Quid enim dicet ? Que dira-t-il en effet ?
leves et avolaturas ; nec ulli alii, nec sibi graves esse patie- utrumne : est-ce-ou :
tur. Quid ? Donabit ? Credo, erexistis aures. Quid expe- « Estis inutiles ; » « Vous êtes inutiles ; »
an : ou bien :
ditis sinum ? Donabit aut bonis, aut iis quos facere pote- « Ego nescio uti divitiis » ? « Moi je ne-sais-pas user des richesses » ?
rit bonos. Donabit cum summo consilio, dignissimos eli- Quemadmodum etiam si De-même-que même si
poterit conficere iter il pourra faire route
gens, ut qui meminerit tam expensorum quam accepto- suis pedibus, avec ses pieds,
rum rationem esse reddendam. Donabit ex rea et pro- malet tamen il préférera cependant
escendere vehiculum ; monter-sur un char ;
babili causa ; nam inter turpes jauras malum munus est. sic pauper, de même pauvre,
Habebit sinum facilem, non perforatum ; ex quo multa si poterit esse dives, s’il pourra être riche,
volet ; il le voudra ;
exeant, nihil excidat. et habebit itaque opes, et il possédera donc les richesses,
sed tanquam leves mais comme étant légères
et avolaturas ; et devant s’envoler ; [ pesantes
ni mystère : le premier est d’un sot imprudent ; le second, d’un nec patietur esse graves et il ne supportera pas qu’elles soient
homme timide et pusillanime qui pense tenir dans sa bourse un ulli alii à aucun autre
nec sibi. ni à lui-même.
bien inestimable. Non, encore une fois, il ne chassera pas de sa Quid ? Donabit ? Comment ? Il donnera ?
maison les richesses. Leur dirait-il : « Vous ne m’êtes bonnes à Erexistis aures, credo. Vous avez dressé les oreilles, je crois.
rien ; » ou : « Je ne sais pas me servir de vous » ? Le sage, quand il Quid expeditis sinum ? Pourquoi dépliez-vous le pan-de-votre
Donabit aut bonis, Il donnera ou aux bons, [-robe ?
pourrait cheminer à pied, aimera cependant mieux monter sur un aut iis quos poterit ou à ceux qu’il pourra
char ; de même, s’il est pauvre et qu’il puisse être riche, il acceptera facere bonos. rendre bons.
la richesse : il l’aura, sans doute, mais comme chose fugitive et qui Donabit Il donnera
cum summo consilio, avec la plus grande réflexion,
doit s’envoler ; il ne souffrira qu’elle pèse ni à personne ni à lui- eligens dignissimos, choisissant les plus dignes,
même. Comment ? Il donnera ? dites-vous. Il me semble que vous ut qui meminerit en homme qui se souvient
rationem esse reddendam compte devoir être rendu
avez dressé l’oreille. Pourquoi tendez-vous le pan de votre robe ? tam expensorum autant des dépenses
Il donnera aux bons ou à ceux qu’il pourra rendre tels. Il donnera quam acceptorum. que des recettes.
avec mûre réflexion, choisissant les plus dignes, en homme qui se Donabit ex causa Il donnera pour un motif
rea et probabili ; juste et plausible ;
souvient qu’il faut rendre compte de la dépense non moins que de nam munus malum car un présent mal-placé
la recette. Il donnera d’après des motifs justes et plausibles ; car c’est est inter jauras turpes. est du-nombre-des pertes humiliantes.
une perte des plus humiliantes qu’un présent mal placé. Sa bourse Habebit sinum facilem, Il aura une bourse facile,
non perforatum, non percée,
ne sera ni fermée ni percée ; on y puisera abondamment, mais elle ex quo multa exeant. de laquelle beaucoup sorte
ne laissera rien tomber. nihil excidat. rien ne tombe.
86   .    . 87

XXIV. Errat, si quis existimat facilem rem esse donare. XXIV. Quis errat, XXIV. Quelqu’un se trompe,
si quis existimat s’il croit
Plurimum ista res habet difficultatis, si modo consilio tri- donare esse rem facilem. donner être chose facile.
buitur, non casu et impetu argitur. Hunc promereor, illi Ista res habet Cette chose a
plurimum difficultatis, beaucoup de difficulté,
reddo ; huic succurro, hujus misereor. Illum instruo, di- si modo si toutefois
gnum quem non deducat paupertas, nec occupatum te- tribuitur consilio, il est accordé avec réflexion,
non argitur et s’il n’est pas semé
neat. Quibusdam non dabo, quamvis desit : quia, etiamsi casu et impetu. au hasard et par élan.
dedero, erit defuturum ; quibusdam offeram ; quibusdam Promereor hunc, J’oblige celui-ci,
reddo illi ; je rends à celui-là ;
etiam inculcabo. Non possum in hac re esse negligens : succurro huic, je secours l’un,
nunquam magis nomina facio quam quum dono. « Quid ? misereor hujus. j’ai-pitié d’un autre.
Instruo illum, J’équipe cet homme,
tu, inquis, recepturus donas » ? immo non perditurus. Eo dignum quem paupertas digne que la pauvreté
loco sit donatio, unde repeti non debeat, reddi possit. Be- non deducat, ne l’abatte pas,
nec teneat occupatum. ni ne le tienne occupe.
neficium collocetur, quemadmodum thesaurus alte obru- Non dabo quibusdam, Je ne donnerai pas à certains hommes,
tus : quem non eruas, nisi fuerit necesse. Quid ? domus quamvis desit : quoiqu’il y-ait-dénuement :
quia, etiamsi dedero, parce que, même si j’aurai donné,
ipsa divitis viri, quantam habet benefaciendi materiam ? erit defuturum ; il y aura-dénuement ;
Quis enim liberalitatem tantum ad togatos vocat ? homi- offeram quibusdam ; j’offrirai à quelques-uns ;
quibusdam etiam chez quelques-uns même
nibus prodesse natura me jubet : servi liberine sint, inge- inculcabo. je ferai-entrer-de-force mes bienfaits.
Non possum esse Je ne peux pas être
nui an libertini, justæ libertatis, an inter . . . . . . . . negligens in hac re : négligent dans cette affaire :
nunquam facio nomina jamais je ne fais de billets (de placements)
XXIV. On se trompe si l’on croit que donner soit une chose facile. magis quam quum dono. plus (mieux) que quand je donne.
« Quid ? inquis, tu donas « Quoi ? dis-tu, toi, tu donnes
Elle présente beaucoup de difficulté pour qui du moins donne avec [quasi] recepturus ? » comme devant recouvrer ? »
réflexion, sans semer au hasard et par boutade. Ici j’oblige sans rien Immo, non perditurus. Non-mais comme ne devant pas perdre.
devoir, là je m’acquitte ; j’accours à la voix du malheur, ou poussé par Donatio sit eo loco, Que le don soit dans ce placement,
unde non debeat repeti, d’où il ne doive pas être réclamé,
la seule pitié ; je relève un homme qui ne mérite pas que la pauvreté le possit reddi. mais puisse être rendu.
dégrade et le retienne dans ses entraves ; je refuse à d’autres, bien qu’ils Beneficium collocetur Qu’un bienfait soit placé
aient besoin, parce que lors même que j’aurais donné, ils seront toujours quemadmodum thesaurus comme un trésor
dans le dénuement. Tantôt j’offrirai simplement, tantôt j’userai d’une obrutus alte : enfoui profondément :
quem non eruas, lequel tu n’exhumerais pas,
sorte de pression. Puis-je montrer ici de la négligence, moi qui ne place nisi fuerit necesse. à moins qu’il n’ait été nécessaire.
jamais mieux que lorsque je donne ? « Quoi ! vous ne donnez que pour Quid ? domus ipsa Quoi ? la maison même
recouvrer ? » Dites mieux : pour ne pas perdre. Tel doit être le placement viri divitis, d’un homme riche,
de nos dons, que nous n’ayons pas droit de réclamer, mais qu’on puisse quantam materiam habet quelle-grande matière elle a
benefaciendi ? de (pour) faire-le-bien ?
nous rendre. Qu’il en soit du bienfait comme d’un trésor profondément Quis enim vocat Qui en effet appelle
enfoui, que l’on n’exhume qu’en cas de nécessité. Et la maison même liberalitatem la libéralité
du riche, quelle large hère n’ouvre-t-elle pas à sa bienfaisance ! Car tantum ad togatos ? seulement sur les hommes-en-toge ?
Natura jubet La nature ordonne
qui oserait n’appeler la libéralité que sur des hommes libres ? Faites du me prodesse hominibus : moi être-utile aux hommes :
bien aux hommes, nous dit la nature ; esclaves ou libres, ingénus ou qui refert en quoi importe-t-il
affranchis, affranchis              sint servi liberine ? qu’ils soient esclaves ou-libres ?
88   .    . 89

amicos datæ, qui refert ? ubicumque homo est, ibi bene- ingenui an libertini, ingénus ou libres,
libertatis justæ, d’une liberté légale,
ficii locus est. Potest itaque pecuniam etiam intra limen an datæ inter amicos ? ou donnée entre amis ?
suum diffundere, et liberalitatem exercere : quæ non quia Ubicumque est homo, Partout-où est un homme,
ibi est locus beneficii. là est la place d’un bienfait.
liberis debetur, sed quia a libero animo proficiscitur, ita Itaque potest C’est pourquoi il peut
nominata est. Hæc apud sapientem nec unquam in turpes diffundere pecuniam répandre de l’argent
et exercere liberalitatem et exercer sa libéralité
indignosque impingitur ; nec unquam ita defatigata er- etiam intra suum limen : même en dedans de son seuil :
rat, ut non, quoties dignum invenerit, quasi ex pleno fluat. quæ ita est nominata, laquelle libéralité a été ainsi nommée,
non quia debetur non parce qu’elle est due
Non est ergo quod perperam exaudiatis, quæ honeste, for- liberis, aux hommes libres,
titer, animose, a studiosis sapientiæ dicuntur ; et hoc pri- sed quia proficiscitur mais parce qu’elle part
ab animo libero. d’une âme libre.
mum attendite : aliud est, studiosus sapientiæ : aliud, jam Hæc apud sapientem Celle-ci chez le sage
nec impingitur unquam ni n’est jetée jamais
adeptus sapientiam. Ille tibi dicet : « Optime loquor, sed in turpes indignosque ; sur des hommes flétris et indignes ;
adhuc inter mala volutor plurima. Non est quod me ad nec unquam ni jamais
errat defatigata, ne s’égare fatiguée,
formulam meam exigas : quum maxime facio me et formo, ita ut non fluat de-telle-sorte qu’elle ne coule pas
et ad exemplar ingens attollo ; si processero quantum pro- quasi ex pleno, comme d’abondance,
quoties invenerit chaque-fois-qu’elle aura trouvé
posui, exige ut diis faa reondeant. » Assecutus vero dignum. un sujet digne.
humani boni summa, aliter tecum aget, et dicet : « Pri- Non est ergo quod Il n’est donc pas de motif pour que
exaudiatis perperam vous entendiez de travers
mum, non est quod tibi permutas de . . . . . . . . . . quæ dicuntur honeste. ce qui est dit honnêtement,
fortiter, animose, courageusement, généreusement,
a studiosis sapientiæ ; par les amis de la sagesse ;
devant le préteur ou devant nos amis, il n’importe : partout où il y a un et attendite hoc primum : et faites-attention-à ceci d’abord :
homme, il y a place pour le bienfait. Le sage peut donc aussi répandre aliud est, autre chose est,
l’argent dans son particulier et y pratiquer la libéralité, vertu ainsi appelée studiosus sapientiæ, l’ami de la sagesse ;
aliud, jam adeptus autre chose, celui qui a déjà acquis
non qu’elle se doive aux hommes libres seuls, mais parce qu’elle part sapientiam. la sagesse.
d’un cœur libre. Les bienfaits du sage ne se jettent jamais à des hommes Ille tibi dicet : Le premier te dira :
flétris et indignes, comme aussi jamais ne s’épuisent et ne s’éparpillent « Loquor optime, « Je parle très bien,
sed volutor adhuc mais je me roule encore
tellement, qu’à l’ae de qui les mérite ils ne puissent plus couler à inter mala plurima. au milieu de vices très nombreux.
pleine source. N’allez donc pas interpréter à faux ce que disent de moral, Non est quod me exigas Il n’est pas de motif pour que tu me juges
de courageux, de magnanime les airants de la sagesse ; et d’abord, ad meam formulam : selon ma règle :
prenez-y bien garde : autre est l’airant, autre est l’adepte de la sagesse. quum maxime alors surtout que
me facio et formo, je me façonne et me forme,
Le premier vous dira : « Je parle vertu ; mais je me débats encore au et attollo et m’élève
milieu d’une foule de vices. Ne me jugez pas d’après la règle que j’ai ad exemplar ingens ; vers un modèle sublime ;
posée moi-même ; en ce moment je travaille à me faire, à me former, je si processero quand j’aurai avancé
quantum proposui, autant-que je me le suis proposé,
m’élève vers un idéal sublime. Quand j’aurai atteint complètement mon exige ut faa exige que mes aes
but, vous pourrez exiger que mes œuvres répondent à mon langage. » reondeant diis. » répondent à mes paroles. »
Mais l’homme arrivé au bien suprême plaidera autrement sa cause, et Assecutus vero summa Mais l’homme arrivé aux sommets
dira : « D’abord il ne vous appartient pas de vous porter juges de ceux boni humani du bien humain
aget aliter tecum, parlera autrement avec-toi.
qui                   et dicet : et dira :
90   .    . 91

melioribus ferre sententiam ; mihi jam, quod argumen- « Primum, non est quod « D’abord il est pas de motif pour-que
tibi permutas tu te permettes
tum est rei, contingit malis dilicere. Sed ut tibi ratio- ferre sententiam de porter un jugement
nem reddam, qua nulli mortalium invideo, audi quid pro- de melioribus ; sur des hommes meilleurs que toi ;
jam mihi contingit, déjà il m’arrive,
mittam, et quanti quæque æstimem. Divitias nego bonum quod est argumentum rei, ce qui est une preuve du bien,
esse : nam si essent, bonos facerent ; nunc quoniam quod dilicere malis. de déplaire aux méchants.
Sed ut tibi reddam Mais pour que je te rende
apud malos deprehenditur, dici bonum non potest, hoc rationem qua invideo un compte que je ne refuse
illis nomen nego ; ceterum et habendas esse, et utiles, et nulli mortalium, à aucun des mortels,
audi quid promittam, écoute ce que j’avance,
magna commoda vitæ afferentes, fateor. et quanti æstimem quæque. et de-quel-prix j’estime chaque chose.
XXV. Quid ergo est ? quare illas non in bonis nume- Nego divitias Je nie que les richesses
esse bonum : soient un bien ;
rem, et quid in illis præstem aliud quam vos, quoniam in- nam si essent, car si elles étaient un bien,
ter utrosque convenit habendas, audite. Pone in opulentis- facerent bonos ; elles rendraient les hommes bons ;
nunc quoniam quod maintenant puisque ce qui
sima me domo, pone ubi aurum argentumque in promis- deprehenditur apud malos, se trouve chez les méchants,
cuo usu sit : non suiciam me ob ista, quæ etiamsi apud non potest dici bonum, ne peut pas être appelé un bien,
illis nego hoc nomen ; je leur refuse ce nom ;
me, extra me tamen sunt. In Sublicium pontem me trans- ceterum fateor du reste je reconnais elles
fer, et inter egentes abige : non ideo tamen me deiciam, et esse habendas, et être bonnes-à-posséder,
et utiles, et utiles,
quod in illorum numero . . . . . . . . . . . . . . . . et afferentes et apportant
magna commoda vitæ. de grands avantages à la vie.
XXV. Quid est ergo ? XXV. Qu’est-ce donc ?
valent mieux que vous : pour moi, déjà, preuve que je tiens le droit quoniam convenit puisqu’il est convenu
chemin, j’ai le bonheur de déplaire aux méchants. Mais je veux bien inter utrosque entre les deux partis
habendas, les richesses être bonnes-à-posséder,
vous rendre un compte que je ne refuse à aucun mortel : écoutez audite quare écoutez pourquoi
ma profession de foi, et apprenez quel cas je fais de toute chose. non illas numerem je ne les compte pas
Je nie que les richesses soient un bien ; autrement, elles rendraient in bonis, parmi les biens,
et quid aliud et quel caraère autre
l’homme bon ; puisque donc ce qui se rencontre chez les méchants quam vos que vous
ne peut pas être appelé un bien, je refuse ce titre aux richesses ; du præstem in illis. je mets en elles.
reste, qu’elles soient permises, utiles, et d’une grande commodité Pone me in domo Place-moi dans une maison
opulentissima, très opulente,
dans la vie, je le confesse. pone ubi place-moi où
XXV. Mais il faut s’expliquer : vous me demandez comment, en aurum argentumque sit l’or et l’argent soient
refusant d’admettre les richesses au nombre des biens, je leur assigne in usu promiscuo : en usage commun :
non me suiciam je ne m’admirerai pas
un autre caraère que vous, et cela quand nous convenons l’un et ob ista, pour ces avantages,
l’autre qu’on peut les posséder ? Écoutez-moi donc. Placez-moi dans quæ etiamsi apud me, qui quoique chez moi,
sunt tamen extra me. sont cependant hors de moi.
la plus opulente maison, en un lieu où l’or et l’argent soient de l’usage Transfer me Tranorte-moi
le plus commun, je ne m’enorgueillirai pas de ces choses qui, bien in pontem Sublicium, sur le pont Sublicius,
qu’étant chez moi, n’en seront pas moins hors de moi. Tranortez- et abige inter egentes : et pousse-moi parmi les pauvres :
non me deiciam tamen, je ne me mépriserai pas pourtant,
moi sur le pont Sublicius, jetez-moi parmi les nécessiteux : je ne me ideo quod consideo pour-ce la que je suis assis
mépriserai pas pour me voir assis aux côtés de      in numero illorum au nombre de ceux
92   .    . 93

consideo, qui manum ad stipem porrigunt ; quid enim ad qui porrigunt manum qui tendent la main
ad stipem ; à l’aumône :
rem, an frustum panis desit, cui non deest mori posse ? quid enim ad rem, qu’importe en effet à l’affaire,
Quid ergo est ? domum illam lendidam malo, quam an frustum panis desit, si un morceau de pain manque,
cui non deest posse mori ? à qui il ne manque pas de pouvoir mourir ?
pontem. Pone in stramentis lendentibus, et delicato ap- Quid est ergo ? Qu’est-ce donc ?
paratu : nihilo me feliciorem credam, quod mihi molle erit Malo illam domum J’aime mieux cette maison
lendidam lendide
amiculum, quod purpura in conviviis meis substernetur. quam pontem. que le pont.
Mutas magnificentiam meam : nihilo miserius ero, si lassa Pone Place-moi
in stramentis lendentibus sur des tapis brillants
cervix mea in manipulo fœni acquiescet, si super Circense et apparatu delicato : et dans une magnificence raffinée :
tomentum, per sarturas veteris lintei effluens, incubabo. me credam je ne me croirai
nihilo feliciorem, en rien plus heureux,
Quid ergo est ? malo quid mihi animi sit ostendere præ- quod mihi erit parce que à moi sera
textatus et gausapatus, quam nudis scapulis aut semitec- amiculum molle, un vêtement moelleux,
quod purpura que la pourpre
tis. Omnes mihi dies ex voto cedant, novæ gratulationes substernetur sera étendue-sous moi
prioribus subtexantur ; non ob hoc mihi placebo. Muta in in meis conviviis. dans mes festins.
Mutas Tu changes
contrarium hanc indulgentiam temporis : hinc illinc per- meam magnificentiam : ma magnificence :
cutiatur animus damno, luu, incursionibus variis, nulla ero nihilo miserius. je ne serai en rien dans-un-état-plus-
si mea cervix lassa si ma tête fatiguée [malheureux,
omnino hora sine aliqua querela sit : non ideo me dicam acquiescet se reposera
in manipulo fœni, sur une poignée de foin,
inter miserrima miserum, non ideo . . . . . . . . . . si incubabo super si je me-coucherai-sur
tomentum Circense effluens de la bourre du-cirque s’échappant
ceux qui tendent la main vers l’aumône. Car qu’importe qu’on manque per sarturas veteris lintei. par les reprises d’une vieille toile.
d’un morceau de pain, quand le pouvoir de mourir ne manque pas ? Quid est ergo ? Qu’est-ce donc ?
Malo ostendere J’aime-mieux montrer
Que dirai-je pourtant ? Que cette maison opulente, je la préfère au pont quid animi sit mihi, combien de courage est en moi,
Sublicius. Placez-moi sur des tapis lendides, au milieu des recherches prætextatus et gausapatus, vêtu-d’une-prétexte et d’une gausape,
de la mollesse, je ne m’en croirai nullement plus heureux pour avoir un quam scapulis que les épaules
nudis aut semiteis. nues ou à demi-couvertes.
manteau moelleux et, dans mes festins, la pourpre pour lit. Un chan- Omnes dies Que tous les jours
gement m’enlève tout le luxe : je ne serai en rien plus à plaindre, si je cedant mihi ex voto, marchent pour-moi selon mon vœu
n’ai qu’une poignée de foin pour reposer ma tète fatiguée, et, pour dor- novæ gratulationes que de nouvelles félicitations
mir, qu’un paillasson du cirque dont la bourre s’échappe par les reprises subtexantur prioribus ; se cousent aux précédentes ;
non mihi placebo ob hoc. je ne me complairai pas pour cela.
d’une vieille toile. Que dirai-je encore ? Que j’aime mieux montrer ma Muta in contrarium Change en sens contraire
valeur morale sous la prétexte ou la chlamyde, que les épaules nues ou à hanc indulgentiam cette bienveillance
demi-couvertes. Que tous mes ours s’écoulent à souhait, que des félicita- temporis : du temps :
animus percutiatur que mon âme soit frappée
tions nouvelles s’enchaînent aux précédentes félicitations, je ne m’en fe- hinc illinc, damno, luu, d’-ici de-là par les pertes, le deuil,
rai pas accroire pour cela. Changez en rigueur cette indulgence du sort : incursionibus variis, par des assauts variés,
que de toutes parts mon âme ait à sabir des pertes, des chagrins, des as- nulla hora omnino sit qu’aucune heure absolument ne soit
sauts de tout genre ; que chaque heure m’apporte son sujet de plainte : sine aliqua querela : sans quelque sujet-de-plainte :
non me dicam ideo je ne me dirai pas pour-cela
non, au milieu des plus grandes misères, je ne me dirai pas misérable ; miserum malheureux
non, je ne                 inter miserrima. au milieu des choses les plus malheureuses,
94   .    . 95

aliquem exsecrabor diem ; provisum est enim a me, ne non exsecrabor ideo je ne maudirai pas pour-ce-motif
aliquem diem. quelque jour.
quis mihi ater dies esset. Quid ergo est ? malo gaudia tem- Provisum est enim a me Il a été pourvu en effet par moi
perare quam dolores compescere. Hoc tibi ille Socrates di- ne quis dies pour qu’aucun jour
esset ater mihi. ne fût sombre pour moi.
cet : « Fac me viorem universarum gentium ; delicatus Quid est ergo ? Qu’est-ce donc ?
ille Liberi currus triumphantem usque ad ebas a so- Malo temperare gaudia J’aime-mieux tempérer des joies
quam compescere dolores. que comprimer des douleurs
lis ortu vehat ; jura reges Persarum petant : me hominem Ille Socrates Ce-fameux Socrate
esse tum maxime cogitabo, quum deus undique consalu- tibi dicet hoc : te dira ceci :
« Fac me viorem « Fais-moi vainqueur
tabor. Huic tam sublimi fastigio conjunge protinus præci- gentium universarum ; des peuples tous-ensemble ;
pitem mutationem : in alienum imponar ferculum, exor- ille currus delicatus Liberi que ce char voluptueux de Bacchus
me vehat triumphantem me promène triomphant
naturus vioris superbi ac feri pompam : non humilior ab ortu solis du levant du soleil
sub alieno curru agar, quam in meo steteram. » Quid ergo usque ad ebas ; jusqu’à èbes ;
reges Persarum que les rois des Perses
est ? vincere tamen, quam capi malo. Totum fortunæ re- petant jura : me demandent des lois :
gnum deiciam : sed ex illo, si dabitur eleio, meliora cogitabo me esse hominem je songerai que je suis homme
tum maxime quum undique alors surtout que de-partout
sumam. Quidquid ad me venerit, bonum fiet : sed malo consalutabor deus. je serai salué dieu.
faciliora ac jucundiora veniant, et minus vexatura traan- Conjunge protinus Joins sans-interruption
huic fastigio tam sublimi à ce sommet si élevé
tem. Non est enim quod ullam existimes esse sine labore mutationem præcipitem : un changement brusque :
imponar que je sois placé
virtutem, sed quædam virtutes stimulis, quædam . . . . in ferculum alienum, sur le brancard d’-autrui,
exornaturus pompam devant orner le cortège
maudirai aucun de mes jours ; j’ai pourvu à ce qu’il n’y en ait point vioris superbi ac feri : d’un vainqueur superbe et farouche :
non agar humilior je ne serai pas poussé plus humble
de néfaste pour moi. Que vous dirai-je pourtant que j’aimerais mieux sub curru alieno sous le char d’-autrui
avoir à tempérer mes joies qu’à maîtriser mes douleurs. Voici ce que quam steteram in meo. » que je n’étais debout sur le mien. »
vous dira le grand Socrate. « Faites-moi vainqueur de toutes les nations ; Quid est ergo ? Qu’est-ce donc ?
Malo tamen vincere J’aime-mieux pourtant être-vainqueur
que le voluptueux char de Bacchus me promène triomphant jusqu’à quam capi. que d’être pris.
èbes depuis les lieux où naît le jour ; que les rois perses me demandent Deiciam Je dédaignerai
mes lois, je ne me souviendrai jamais mieux que je suis homme qu’à totum regnum fortunæ : tout l’empire de la fortune :
ce moment où toutes les voix me salueront dieu. De ce faîte de gloire, sed ex illo, mais de cet empire-là
si eleio dabitur, si le choix me sera donné,
précipitez-moi par un brusque retour sur le brancard ennemi pour orner sumam meliora. je prendrai le meilleur.
la pompe d’un triomphateur cruel et superbe : on ne me traînera pas Quidquid venerit ad me Tout ce qui sera arrivé vers moi,
plus humilié sous son char que quand j’étais debout sur le mien. » Que fiet bonum : sera rendu un bien :
vous dirai-je pourtant ? J’aimerais mieux être vainqueur que captif. Tout sed malo faciliora mais je préfère que des choses plus faciles
ac jucundiora et plus agréables
le domaine de la fortune, je le dédaignerai ; mais de ce domaine, si on et vexatura minus et devant tourmenter moins
me donne le choix, je prendrai ce qu’il a de plus doux. Tout ce qui traantem, veniant. moi les maniant, m’arrivent.
m’adviendra se transformera en bien ; mais je préfère des éléments plus Non est enim quod Il n’est pas en effet de motif pour que
faciles, plus agréables, moins rudes à mettre en œuvre. Car ne croyez pas existimes ullam virtutem tu croies qu’aucune vertu
esse sine labore, soit sans travail,
qu’aucune vertu soit exempte de travail : seulement les unes ont besoin sed quædam virtutes mais certaines vertus
d’aiguillon,                egent stimulis, ont besoin d’aiguillons,
96   .    . 97

frænis egent. Quemadmodum corpus in proclivi retineri quædam frænis. certaines de freins.
Quemadmodum corpus De-même-que le corps
debet, adversus ardua impelli, ita quædam virtutes in pro- debet retineri in proclivi, doit être retenu sur un endroit en-pente,
clivi sunt, quædam clivum subeunt. An dubium sit quin impelli adversus ardua, être poussé contre ceux qui-montent,
ita quædam virtutes de même certaines vertus,
escendat, nitatur, obluetur patientia, fortitudo, perse- sunt in proclivi, sont sur une pente,
verantia, et quæcumque alia duris opposita virtus est, et quædam subeunt clivum. certaines gravissent une côte.
An sit dubium Est-ce-qu’il serait douteux
fortunam subigit ? Quid ergo ? non æque manifestum est quin patientia, que la patience,
per devexum ire liberalitatem, temperantiam, mansuetu- fortitudo, perseverantia le courage, la persévérance
et quæcumque alia virtus et toute autre vertu qui
dinem ? In his continemus animum, ne prolabatur : in est opposita duris est opposée aux épreuves
illis exhortamur, incitamusque. Acerrimas ergo pauper- et subigit fortunam, et dompte la fortune,
escendat, nitatur, ne monte, ne s’efforce,
tati adhibebimus illas, quæ impugnatæ fiunt fortiores : di- obluetur ? ne lutte-contre ?
vitiis illas diligentiores, quæ suensum gradum ponunt, Quid ergo ? Quoi donc ?
Non est æque manifestum N’est-il pas également évident
et pondus suum sustinent. liberalitatem, que la libéralité,
XXVI. Quum hoc ita divisum sit, malo has in usu mihi temperantiam, la tempérance,
mansuetudinem la mansuétude
esse, quæ exercendæ tranquillius sunt, quam eas, quarum ire per devexum ? vont le long-d’une pente ?
experimentum sanguis et sudor est. Ergo non aliter, inquit In his continemus animum, Dans celles-ci nous contenons notre âme
ne prolabatur : pour qu’elle ne tombe pas-en-avant :
sapiens, vivo quam loquor, sed vos aliter auditis. Sonus in illis, exhortamur, dans celle-là nous l’exhortons,
incitamusque. et nous la stimulons.
tantummodo verborum ad aures vestras pervenit ; quid Ergo adhibebimus Donc nous appliquerons
significet, non . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . paupertati à la pauvreté
illas acerrimas, ces vertus très énergiques,
quæ impugnatæ qui attaquées
comme les autres de frein. De même que sur une descente il faut au fiunt fortiores : deviennent plus courageuses :
corps une force qui le retienne, et, pour monter, une impulsion ; ainsi divitiis illas aux richesses ces autres vertus
certaines vertus suivent un plan incliné, d’autres gravissent laborieuse- diligentiores plus soigneuses
quæ ponunt qui posent
ment. Doutez-vous qu’il y ait ascension, effort, lutte opiniâtre dans la pa- gradum suensum, un pied suendu (qui n’appuie pas)
tience, le courage, la persévérance, dans toute vertu qui fait face aux dures et sustinent suum pondus. et soutiennent leur poids (équilibre).
épreuves de la vie et qui dompte le sort ? Et, d’autre part, n’est-il pas ma- XXVI. Quum hoc sit XXVI. Puisque cela est
nifeste que la libéralité, la modération, la mansuétude, ne font qu’aller sur divisum ita distingué ainsi,
malo esse mihi in usu j’aime-mieux être à moi en usage
une pente ? Là nous retenons notre âme qui pourrait glisser trop avant : has quæ sunt exercendæ ces vertus qui sont à-exercer
ailleurs nous l’exhortons, nous la stimulons. Ainsi nous emploierons en tranquillius, plus paisiblement,
présence de la pauvreté les plus énergiques vertus, celles chez qui les at- quam eas que celles
taques augmentent le courage : et nous réserverons à la richesse les plus quarum experimentum dont l’épreuve
est sanguis et sudor. est du sang et de la sueur.
soigneuses, qui vont d’un pas circone et savent tenir leur équilibre. Ergo, inquit sapiens, Donc, dit le sage,
XXVI. Cette distinion ainsi faite, je préférerai pour mon usage celles non vivo aliter je ne vis pas autrement
dont l’exercice est plus paisible à celles dont l’essai veut du sang et des quam loquor, que je ne parle,
sueurs, « Ce n’est donc pas moi, dira le sage, qui vis autrement que je ne sed vos auditis aliter. mais vous l’entendez autrement.
Sonus verborum Le son des mots
parle ; c’est vous qui entendez autrement. Le son des paroles frappe seul tantummodo seulement
votre oreille ; leur sens, vous ne le cherchez pas. » « Quelle est   pervenit ad vestras aures ; arrive à vos oreilles ;
98   .    . 99

quæritis. « Quid ergo inter me stultum, et te sapientem non quæritis vous ne cherchez pas
quid significet. ce qu’il signifie.
interest, si uterque habere volumus ? » Plurimum. Divi- « Quid ergo interest « Quoi donc diffère
tiæ enim apud sapientem virum in servitute sunt, apud inter me stultum entre moi insensé
et te sapientem, et toi sage,
stultum in imperio ; sapiens divitiis nihil permittit, vobis si uterque volumus habere ? » si l’un-et-l’autre nous voulons posséder ? »
divitiæ omnia. Vos, tanquam aliquis vobis æternam pos- Plurimum. Beaucoup.
Divitiæ enim Les richesses, en effet,
sessionem earum promiserit, assuescitis illis, et cohære- sunt in servitute sont en esclavage
tis : sapiens tunc maxime paupertatem meditatur, quum apud virum sapientem, chez l’homme sage ;
apud stultum chez l’insensé,
in mediis divitiis constitit. Nunquam imperator ita paci in imperio. elles sont au pouvoir.
credit, ut non se præparet bello, quod, etiamsi non geri- Sapiens permittit nihil Le sage ne permet rien
divitiis ; aux richesses ;
tur, indium est. Vos domus formosa, tanquam nec ar- vobis divitiæ omnia. à vous les richesses permettent tout
dere nec ruere possit, insolentes vos opes, tanquam per- Vos illis assuescitis Vous, vous vous y habituez
et cohæretis, et vous vous y attachez,
iculum omne transcenderint, majoresque sint quam qui- tanquam aliquis comme-si quelqu’un
bus consumendis satis virium habeat fortuna, obstupefa- vobis promiserit vous avait promis
possessionem æternam la possession éternelle
ciunt ! Otiosi divitiis luditis, nec providetis illarum per- earum : d’elles :
iculum : sicut barbari plerumque inclusi, et ignari machi- sapiens meditatur le sage médite
paupertatem, sur la pauvreté,
narum, segnes laborem obsidentium eant, nec quo illa tunc maxime quum constitit alors surtout qu’il se-tient
in mediis divitiis. au milieu des richesses.
pertineant, quæ ex longinquo struuntur, . . . . . . . . Nunquam imperator Jamais un général
credit ita paci ne croit tellement à la paix
ut non se præparet bello, qu’il ne se prépare à une guerre
donc la différence entre moi, le fou, et vous, le sage, si vous comme quod, etiamsi non geritur, qui, quoiqu’elle ne se fasse pas,
moi nous voulons posséder ? » Elle est très grande. Chez le sage, est indium. a été déclarée.
la richesse est esclave ; chez l’insensé, elle est souveraine ; le sage Formosa domus, Une belle maison,
tanquam possit comme-si elle ne pouvait
n’attribue aucun droit sur lui même aux richesses, et vous, c’est d’elles nec ardere, nec ruere, ni brûler, ni s’écrouler,
que vous tenez tout. Vous, comme si l’on vous en eût garanti l’éternelle vos ; vous frappe de stupeur ;
possession, vous vous y affeionnez, vous faites corps avec elles : le opes insolentes, des richesses inaccoutumées,
tanquam transcenderint comme si elles avaient dépassé
sage, au contraire, ne pense jamais tant à la pauvreté que quand il nage omne periculum tout danger
dans l’opulence. Comme un non général, il ne croit jamais tellement sintque majores et étaient trop grandes
à la paix qu’il ne se prépare à une guerre qui, alors même que les quam ut fortuna pour que la fortune
habeat satis virium eût assez de forces
hostilités ne sont pas engagées, est pourtant déclarée. Vous êtes fiers eis consumendis, pour elles devant être détruites,
d’une maison magnifique, comme si elle ne pouvait ni prendre feu vos obstupefaciunt ! vous frappent-de-stupeur !
ni s’écrouler ; vos yeux s’éblouissent d’une fortune inaccoutumée, Otiosi luditis divitiis, Oisifs vous jouez avec les richesses,
nec providetis et vous ne prévoyez pas
comme si elle avait franchi tout écueil, désormais assez colossale pour periculum illarum : le danger d’elles :
que toutes les attaques du sort soient impuissantes à la ruiner. Vous sicut plerumque barbari comme d’ordinaire les barbares
jouez indolemment avec les richesses, vous n’en prévoyez pas le péril ; inclusi, enfermés dans une place,
et ignari machinarum et ignorant les machines
ainsi d’ordinaire les barbares qu’on assiège ne connaissant pas nos eant segnes contemplent indolents
machines, regardent les travaux des assaillants sans bouger et ne com- laborem obsidentium, le travail des assiégeants,
100   .    . 101

intelligunt. Idem vobis evenit : marcetis in vestris rebus, nec intelligunt et ne comprennent pas
quo pertineant illa où tendent ces ouvrages
nec cogitatis quot casus undique immineant, jam jamque quæ struuntur qui s’élèvent
pretiosa olia laturi Sapienti quisquis abstulerit divitias, ex longinquo. au loin.
Idem vobis evenit : La même chose vous arrive :
omnia illi sua relinquet : vivit enim præsentibus lætus, marcetis in vestris rebus, vous vous flétrissez dans vos biens,
futuri securus. « Nihil magis, Socrates inquit, aut aliquis nec cogitatis quot casus et ne songez pas combien de hasards
immineant undique, vous menacent de-toutes-parts,
alius, cui idem jus adversus humana atque eadem potes- laturi jam jamque devant emporter d’un instant à l’autre
tas est, persuasi mihi, quam ne ad opiniones vestras aum pretiosa olia. vos précieuses dépouilles.
Quisquis abstulerit Quiconque aura enlevé
vitæ meæ fleerem. Solita conferte undique verba : non sapienti divitias, au sage les richesses,
conviciari vos putabo, sed vagire velut infantes miserri- illi relinquet lui laissera
omnia sua ; tous ses biens propres ;
mos. » Hæc dicet ille, cui sapientia contigit ; quem animus vivit enim il vit en effet
vitiorum immunis increpare alios, non quia odit, sed in lætus præsentibus, satisfait du présent,
securus futuri. insouciant de l’avenir.
remedium, jubet. Adjiciet his illa : « Existimatio me vestra « Persuasi mihi nihil « Je ne me suis persuadé rien,
non meo nomine, sed vestro movet, quia calamitatis est inquit Socrates, dit Socrate,
aut aliquis alius ou quelque autre
odisse, et lacessere virtutem bonæ ei ejuratio est. Nul- cui est idem jus auquel est le même droit
lam mihi injuriam facitis ; sicut ne diis quidem hi qui aras atque eadem potestas et le même pouvoir
adversus humana, contre les choses humaines,
evertunt : sed malum propositum . . . . . . . . . . . magis quam ne fleerem plus que de ne pas plier
ad vestras opiniones à vos opinions
aum meæ vitæ. la conduite de ma vie.
prennent pas à quoi tendent ces ouvrages qui s’élèvent si loin d’eux. Conferte undique Ramassez de-tous-côtés
verba solita : vos propos habituels :
La même chose vous arrive : engourdis au milieu de votre avoir, vous putabo vos non conviciari, je croirai que vous n’injuriez pas,
ne songez pas combien d’accidents de toutes parts vous menacent, sed vagire mais que vous vagissez
qui tout à l’heure vous raviront ces précieuses dépouilles. Ôtez au velut miserrimos infantes. » comme de très malheureux enfants. »
Ille cui sapientia contigit, Celui à qui la sagesse est échue.
sage les richesses, tous ses vrais biens lui resteront ; car il vit satisfait quem animus qu’une âme
du présent, tranquille sur l’avenir. « Il n’est rien, dira Socrate ou immunis vitiorum exempte de vices
quiconque pourra juger les choses humaines avec la même autorité, jubet increpare alios, invite à gourmander les autres,
non quia odit, non parce qu’il les hait,
il n’est rien que je me sois autant promis que de ne pas plier à vos sed in remedium, mais pour leur guérison,
préjugés la conduite de ma vie. Ramassez de tous côtés contre moi dicet hæc. dira cela.
vos propos ordinaires, je ne prendrai pas cela pour des injures, mais Adjiciet his illa : Il ajoutera à ces paroles celles-ci :
« Vestra existimatio « Votre appréciation
pour de misérables vagissements d’enfants. » Ainsi parlera l’homme me movet, me touche
en possession de la sagesse, l’homme auquel une âme exempte de non meo nomine, non en mon nom,
tout vice fait une loi de gourmander les autres, non qu’il les haïsse, sed vestro, mais au vôtre,
quia odisse est calamitatis, parce-qu’haïr la vertu, c’est du malheur,
mais pour les guérir. Il ajoutera encore : « Votre opinion m’inquiète, et lacessere virtutem et que persécuter la vertu
non pour mon compte, mais pour le vôtre ; c’est un malheur que de est ejuratio bonæ ei. est l’abjuration du bon eoir.
haïr et de harceler la vertu, c’est abjurer l’eoir de revenir au bien. Facitis mihi Vous ne faites à moi
nullam injuriam, aucun tort,
Vous ne me faites, à moi, aucun tort, pas plus qu’aux dieux ceux qui sicut hi qui evertunt aras de même-que ceux qui renversent les autels
renversent leurs autels ; mais l’intention mauvaise est manifeste, et le ne diis quidem : n’en font non-plus aux dieux :
102   .    . 103

apparet, malumque consilium, etiam ibi ubi nocere non sed propositum malum mais un dessein coupable
malumque consilium et une coupable résolution
potuit. Sic vestras halucinationes fero, quemadmodum Ju- apparet etiam ibi ubi se manifestent même là où
piter optimus maximus ineptias poetarum : quorum alius non potuit nocere. ils n’ont pu nuire.
Fero Je supporte
illi alas imposuit, alius cornua, alius adulterum illum in- vestras halucinationes, vos hallucinations,
duxit, et abnoantem, alius sævum in deos, alius ini- sic quemadmodum Jupiter de-la-même-façon que Jupiter
optimus maximus très bon, très grand
quum in homines, alius raptorum ingenuorum corrupto- ineptias poetarum, supporte les impertinences des poètes,
rem, et cognatorum quidem ; alius parricidam, et regni quorum alius dont l’un
illi imposuit alas, lui a donné des ailes,
alieni paternique expugnatorem. Quibus nihil aliud ac- alius cornua, l’autre des cornes,
tum est, quam ut pudor hominibus peccandi demeretur, alius illum induxit l’autre l’a représenté
adulterum adultère
si tales deos credidissent. Sed quamquam ista me nihil læ- et abnoantem, et découchant,
dant, vestra tamen vos moneo causa : suicite virtutem. alius sævum in deos, l’autre, cruel envers les dieux,
alius iniquum in homines. l’autre, injuste envers tes hommes,
Credite his, qui illam diu secuti, magnum quiddam ipsos, alius corruptorem l’autre, corrupteur
et quod in dies majus appareat, sequi clamant. Et ipsam ingenuorum, d’hommes libres,
et quidem et même
ut deos, et professores ejus ut antistites colite, et quoties cognatorum raptorum ; de ses parents enlevés par lui ;
mentio sacra litterarum intervenerit, favete linguis ! » Hoc alius parricidam l’autre, parricide
et expugnatorem et usurpateur
verbum non, ut plerique existimant, . . . . . . . . . . regni alieni paternique. du trône d’-autrui et paternel.
Quibus nihil aliud Par lesquelles impertinences rien d’autre
est aum n’a été fait
dessein est coupable, lors même qu’il n’a pu nuire. Je supporte vos quam ut pudor peccandi sinon que la honte de mal-faire
hallucinations comme le grand Jupiter souffre dans sa bonté les im- demeretur hominibus, fût enlevée aux hommes,
si credidissent deos tales. s’ils avaient cru les dieux tels.
pertinences des poètes qui l’ont affublé, celui ci d’un plumage, celui- Sed quamquam ista Mais quoique ces (vos) propos
là de cornes ; qui l’ont représenté adultère et découchant ; qui en ont me lædant nihil, ne me blessent en rien,
fait un maître cruel envers les dieux, injuste envers les hommes, ra- vos moneo tamen je vous avertis cependant
vestra causa : dans votre intérêt ;
visseur et corrupteur de nobles adolescents, de ses proches même, suicite virtutem. admirez la vertu.
enfin parricide et usurpateur du trône de son roi, de son père. Tout Credite his qui Croyez ceux qui
cela n’allait à autre chose qu’à ôter aux hommes la honte de mal faire, illam secuti diu, l’ayant suivie longtemps,
clamant ipsos sequi proclament qu’ils suivent
s’ils avaient cru que les dieux fussent ainsi. quiddam magnum, quelque chose de grand,
Mais si vos propos ne me blessent en rien, toutefois, c’est pour et quod appareat et qui leur apparaît
l’amour de vous que je vous avertis : reeez la vertu. Croyez-en majus in dies. plus grand de jours en jours.
Colite et ipsam ut deos, Honorez et elle même comme les dieux,
ceux qui l’ont suivie longtemps, et qui vous crient qu’ils suivent en et professores ejus et les professeurs d’elle
elle quelque chose de grand, quelque chose qui de jour en jour leur ut antistites, comme les pontifes,
et quoties mentio sacra et chaque-fois-que la mention sacrée
apparaît plus grand encore. Honorez-la, elle aussi bien que les dieux, litterarum des lettres (des ouvrages des philosophes)
et ceux qui la prêchent, aussi bien que ses pontifes ; et à chaque intervenerit, sera intervenue,
souvenir des livres sacrés que par moment on invoquera : prêtez un favete linguis ! » soyez-favorables par vos langues ! »
Hoc verbum non trahitur Cette formule n’est pas tirée
silence favorable. » Cette formule n’indique pas, comme le croit la a favore, de la faveur,
foule, une faveur qu’on réclame ; mais on       ut plerique existimant ; comme la plupart se le figurent ;
104   .    . 105

a favore trahitur ; sed imperatur silentium, ut rite peragi sed silentium imperatur, mais le silence est commandé
ut sacrum possit pour que le sacrifice puisse
possit sacrum, nulla voce mala obstrepente. peragi rite, être accompli selon-les-rites,
XXVII. Quod multo magis necessarium est imperari nulla voce mala aucune parole de-mauvais-augure
obstrepente. ne le troublant.
vobis, ut, quoties aliquid ex illo proferetur oraculo, intenti XXVII. Quod est XXVII. Ce qui est
et compressa voce audiatis. Quum sistrum aliquis concu- multo magis necessarium bien plus nécessaire
vobis imperari, que l’on vous commande,
tiens ex imperio mentitur ; quum aliquis secandi lacer- ut quoties aliquid c’est que chaque-fois-que quelque parole
tos suos artifex, brachia atque humeros suensa manu proferetur ex illo oraculo, sera prononcée par cet oracle,
audiatis intenti vous écoutiez attentifs
cruentat ; quum aliquis genibus per viam repens ululat, et voce compressa. et votre voix étant étouffée.
laurumque linteatus senex, et medio lucernam die præ- Quum aliquis Quand un-homme
concutiens sistrum agitant un sistre
ferens, conclamat iratum aliquem deorum : concurritis mentitur ex imperio ; ment par ordre ;
et auditis, et divinum esse eum, invicem mutuum alentes quum aliquis artifex quand un-homme habile
secandi suos lacertos, à taillader ses bras,
stuporem, affirmatis. Ecce Socrates ex illo carcere, quem cruentat manu suensa ensanglante d’une main légère
intrando purgavit, omnique honestiorem curia reddidit, brachia atque humeros ; ses bras et ses épaules ;
quum aliquis ululat quand un-homme hurle
proclamat : « Quis iste furor ? quæ ista inimica diis ho- repens genibus per viam, rampant sur les genoux par la rue.
minibusque natura est, infamare virtutes, et malignis ser- senexque linteatus et qu’un vieillard en-robe-de-lin
præferens laurum tenant-devant lui un laurier
monibus sana violare ? Si potestis, bonos laudate : si mi- et lucernam medio die, et une lanterne en plein jour,
conclamat crie-de-toutes-ses-forces
nus, transite. Quod si vobis exercere tetram istam licen- aliquem deorum iratum, que quelqu’un des dieux est irrité,
tiam placet, alter in alterum incursitate ; . . . . . . . . concurritis vous accourez-tous
et auditis, et écoutez,
et affirmatis eum esse et vous affirmez qu’il est
divinum, iniré-par-les-dieux,
commande le silence pour que les saintes pratiques puissent s’achever dans alentes invicem nourrissant les-uns-chez-les-autres
l’ordre prescrit, sans que nulle parole funeste les vienne troubler. stuporem mutuum. un ébahissement mutuel.
XXVII. Il est bien plus essentiel encore de vous commander ce silence, Ecce Socrates proclamat Voici que Socrate crie
pour qu’à chaque oracle énoncé par elle vous écoutiez avec l’attention la plus ex illo carcere de cette prison
quem purgavit intrando, qu’il a purifiée en y entrant,
recueillie. Qu’un imposteur par état s’en vienne agitant son sistre ; qu’un reddiditque honestiorem et a rendue plus noble
homme, habile à se taillader les membres, ensanglante d’une main légère ses omni curia : que tout palais-du-sénat :
bras et ses épaules ; qu’un autre hurle en rampant sur ses genoux dans les rues, « Quis iste furor ? « Quel est ce délire
ou qu’un vieillard en robe de lin, tenant une branche de laurier et une lanterne quæ est ista natura inimica quelle est cette nature ennemie
en plein jour, crie de toute sa force que quelque dieu est irrité, vous accourez diis hominibusque, des dieux et des hommes,
infamare virtutes, de calomnier les vertus,
tous, vous êtes tout oreilles : il est iniré, affirmez-vous ; et de l’ébahissement et violare sana et de violer les choses saintes
des uns s’augmente rehaussement des autres. Mais voici Socrate qui, de celte sermonibus malignis ? par des propos malveillants ?
prison purifiée par sa présence et devenue plus reeable que pas un sénat, Si potestis, Si vous le pouvez,
vous adresse ce langage : « Quelle est cette frénésie ? quelle est cette nature laudate bonos : louez les hommes de bien
ennemie des dieux et des hommes, qui vous fait diffamer les vertus, et dans si minus, transite. sinon, passez.
Quod si vobis placet Que s’il vous plaît
vos propos malfaisants violer les choses saintes ? Si vous le pouvez, louez les exercere d’exercer
bons ; sinon, passez outre. Que s’il vous plaît de donner cours à votre odieuse istam licentiam tetram, cette licence odieuse
licence, ruez-vous les uns contre les autres. Lorsque       incursitate jetez-vous
106   .    . 107

nam quum in cælum insanitis, non dico, sacrilegium fa- alter in alterum ; l’un sur l’autre ;
nam quum car lorsque
citis, sed operam perditis. Præbui ego aliquando Aristo- insanitis in cælum, vous êtes-furieux contre le ciel.
phani materiam jocorum : tota illa comicorum poetarum non dico, je ne dis pas,
facitis sacrilegium, vous faites un sacrilège,
manus in me venenatos sales suos effudit. Illustrata est sed perditis operam. mais vous perdez votre peine.
virtus mea, per ea ipsa per quæ petebatur ; produci enim Ego præbui aliquando Moi j’ai fourni autrefois
Aristophani à Aristophane
illi et tentari expedit ; nec ulli magis intelligunt quanta sit materiam jocorum : une matière de plaisanteries :
quam qui vires ejus lacessendo senserunt. Duritia silicis tota illa manus toute cette poignée
poetarum comicorum de poètes comiques
nulli magis quam ferientibus nota est. Præbeo me non ali- effudit in me a répandu sur moi
ter quam rupes aliqua in vadoso mari destituta, quam fluc- suos sales venenatos. ses sarcasmes empoisonnés.
Mea virtus est illustrata Ma vertu a été mise-en-lumière
tus non desinunt, undecumque moti sunt, verberare : nec per ea ipsa par ces moyens mêmes
ideo aut loco eam movent, aut per tot ætates crebro in- per quæ petebatur ; par lesquels elle était attaquée ;
expedit enim illi il est-avantageux en effet pour elle
cursu suo consumunt. Assilite, facite impetum : ferendo produci et tentari ; d’être produite et d’être éprouvée
vos vincam. In ea, quæ firma et insuperabilia sunt, quid- nec ulli magis intelligunt et aucuns ne comprennent mieux
quanta sit, combien-grande elle est,
quid incurrit, malo suo vim suam exercet. Proinde quæ- quam qui que ceux qui
rite aliquam mollem cedentemque materiam, in quam tela senserunt vires ejus ont senti les forces d’elle
lacessendo. en la persécutant.
vestra figantur. Vobis autem vacat aliena . . . . . . . . Duritia silicis La dureté du caillou
nota est nulli n’est connue de personne
magis quam ferientibus. plus que de ceux qui le frappe.
en effet votre folie s’attaque au ciel même, je ne dis pas que Præbeo me non aliter Je présente moi non autrement
vous faites un sacrilège, mais vous perdez votre peine. Moi, j’ai quam aliqua rupes destituta qu’un rocher isolé
in mari vadoso, sur une mer semée-de bas-fonds,
fourni jadis matière aux bouffonneries d’Aristophane : toute quam fluus que les flots
cette poignée de poètes burlesques a vomi contre moi ses sar- non desinunt verberare, ne cessent pas de battre,
undecumque sunt moti ; de-quelque-côté-qu’ils soient poussés ;
casmes envenimés. Ma vertu a dû son plus beau lustre aux at- nec ideo ni pour-cela
teintes qu’on lui portait : car le grand jour et les persécutions la aut eam movent loco, ou ils ne le font-bouger de place,
aut per tot ætates ou pendant tant de siècles
servent, et nul n’apprécie mieux tout ce qu’elle vaut que ceux qui consumunt ils ne le détruisent
ont éprouvé ses forces en la provoquant. La dureté du caillou suo incursu crebro. par leur attaque répétée.
ne se fait bien connaître qu’à ceux qui le frappent. Je me livre Assilite, Élancez-vous-sur moi,
facite impetum : donnez l’assaut :
à vos coups comme un rocher isolé sur une mer houleuse : les vincam ferendo vos. je triompherai, en vous supportant.
flots, quelque vent qui les pousse, le battent incessamment, sans Quidquid incurrit Tout-ce-qui se-jette-sur
ea quæ sunt firma ces obstacles qui sont fermes
pour cela l’ébranler de sa base ni, malgré tant de siècles et des at- et insuperabilia, et insurmontables,
taques perpétuelles, le détruire. Attaquez-moi, donnez l’assaut : exercet suam vim exerce sa force
suo malo. à son détriment.
c’est en vous supportant que je triompherai. Contre une force in- Proinde quærite Donc cherchez
surmontable, toute agression, si vive qu’elle soit, ne fait tort qu’à aliquam materiam quelque matière
mollem cedentemque, molle et non-résistante,
elle-même. Cherchez donc quelque matière plus molle, plus in quam vestra tela dans laquelle vos traits
prompte à céder, où puissent s’enfoncer vos traits. Avez-vous figantur. puissent-être-enfoncés.
108   .    . 109

scrutari mala, et sententias ferre de quoquam ? Quare hic Vacat autem vobis Mais loisir-est-il à vous
scrutari mala aliena de sonder les maux d’-autrui
philosophus laxius habitat, quare hic lautius cœnat ? Pa- et ferre sententias et de porter des jugements
pulas observatis alienas, obsiti plurimis ulceribus. Hoc de quoquam ? sur qui-que-ce-soit ?
Quare hic philosophus Pourquoi ce philosophe
tale est, quale si quis pulcherrimorum corporum næ- habitat laxius ? est-il logé plus au large ?
vos aut verrucas derideat, quem fœda scabies depascitur. quare hic cœnat pourquoi celui-ci soupe-t-il
lautius ? plus magnifiquement ?
Objicite Platoni quod petierit pecuniam ; Aristoteli quod Observatis papulas alienas, Vous observerez les boutons d’-autrui,
acceperit ; Democrito, quod neglexerit ; Epicuro, quod obsiti plurimis ulceribus. couverts de très nombreux ulcères.
Hoc est tale Cela est tel
consumpserit ; mihi ipsi Alcibiadem et Phædrum objec- quale si quis que si quelqu’un
tate. O vos usu maxime felices, quum primum vobis imi- quem scabies fœda qu’une gale hideuse
depascitur, dévore,
tari vitia nostra contigerit ! Quin potius mala vestra cir- derideat nævos se moquait des signes
cumicitis, quæ vos ab omni parte confodiunt, alia gras- aut verrucas corporum ou des verrues des corps
pulcherrimorum. les plus beaux.
santia extrinsecus, alia in visceribus ipsis ardentia ? Non Objicite Platoni Reprochez à Platon
eo loco res humanæ sunt, etiamsi statum vestrum parum quod petierit pecuniam ; qu’il a demandé de l’argent ;
Aristoteli quod acceperit ; à Aristote qu’il en a reçu ;
nostis, ut vobis tantum otii supersit, ut in probra melio- Democrito quod neglexerit, à Démocrite qu’il l’a dédaigné ;
rum agitare linguam vacet. Epicuro quod consumpserit à Épicure qu’il l’a dépensé :
objeate mihi ipsi reprochez-sans-cesse à moi-même
XXVIII. Hoc vos non intelligitis, et alienum fortunæ Alcibiadem et Phædrum Alcibiade et Phèdre.
O vos maxime felices usu, Ô vous bien heureux en pratique,
vestræ vultum geritis : sicut plurimi quibus in circo aut in quum primum aussitôt que
theatro desidentibus, jam funesta domus est, nec annun- vobis contigerit il vous sera échu
imitari nostra vitia ! d’imiter nos vices !
tiatum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Quin circumicitis Que-ne regardez-vous-autour-de vous
potius vestra vitia plutôt vos vices
bien le loisir de scruter les faibles d’autrui, de vous faire juges de qui que ce quæ vos confodiunt qui vous poignardent
soit ? « Pourquoi ce philosophe est-il si largement logé ? Pourquoi ce sage a- ab omni parte, de toute part,
t-il si bonne table ? » Vous prenez garde aux pustules d’autrui, vous, sillonnés alia grassantia extrinsecus les uns marchant sur vous du-dehors
alia ardentia les autres brûlant
de tant d’ulcères. C’est comme qui rirait des taches rares d’un beau corps in visceribus ipsis ? dans vos entrailles mêmes ?
ou des moindres verrues, quand une lèpre hideuse le dévorerait lui-même. Res humanæ non sunt Les choses humaines ne sont pas
Reprochez à Platon d’avoir demandé de l’argent, à Aristote d’en avoir reçu, à eo loco, dans une situation telle,
Démocrite de s’en être peu soucié, à Épicure de l’avoir dissipé ; reprochez-moi etiamsi nostis parum quoique vous connaissiez peu
sans cesse Alcibiade et Phèdre. Ô trop heureuse la vie dont vous jouirez, le jour vestrum statum, votre état,
ut vobis supersit qu’il vous reste
où il vous sera donné d’imiter nos vices ! Que ne tournez-vous plutôt votre tantum otii tant de loisir
clairvoyance sur ces mauvaises passions qui de tous côtés vous poignardent, ut vacet qu’il vous soit-loisible
les unes vous assaillant du dehors, les autres consumant jusqu’à vos entrailles ? agitare linguam in probra d’exercer votre langue en injures
Non, les choses humaines n’en sont pas à ce point que, malgré l’ignorance où meliorum. contre des hommes meilleurs que vous
vous êtes de votre situation, vous ayez du loisir assez pour exercer vos langues XXVIII. Vos XXIII. Vous,
à insulter qui vaut mieux que vous. » non intelligitis hoc, vous ne comprenez pas cela
et geritis vultum et vous portez un visage
XXVIII. Voilà ce que vous ne comprenez pas ; vous portez un visage mal- alienum vestræ fortunæ malséant à votre fortune
séant à votre fortune, comme tant d’autres, tranquillement assis au cirque ou sicut plurimi comme beaucoup
au théâtre, quand déjà leur              quibus desidentibus à qui étant assis
110   .    . 111

malum. At ego ex alto proiciens, video quæ tempes- in circo aut in theatro au cirque ou au théâtre
tates aut immineant vobis, paulo tardius rupturæ nimbum domus est jam funesta, la maison est déjà en-deuil,
nec malum annuntiatum. sans que le malheur ait été annoncé.
suum, aut jam vicinæ vos ac vestra rapturæ, propius acces- At ego proiciens ex alto, Mais moi regardant-au-loin d’en haut,
serint. Quid porro ? nonne nunc quoque (etiamsi parum video quæ tempestates je vois quelles tempêtes
aut vobis immineant, ou vous menacent,
sentitis) turbo quidam animos vestros rotat, et involvit, rupturæ paulo tardius devant crever un peu plus tard
fugientes petentesque eadem, et nunc in sublime alleva- suum nimbum, leur nuage,
tos, nunc in infima allisos rapit ?... aut jam vicinæ ou déjà voisines
accesserint propius, sont arrivées plus près,
rapturæ vos ac vestra. devant enlever vous et vos biens.
maison est en deuil d’une catastrophe qu’ils ne connaissent point. Moi Quid porro ? Quoi de plus ?
qui d’en haut vois plus loin que vous, j’aperçois les orages qui grossissent Nonne quidam turbo rotat Est-ce qu’un certain tourbillon ne roule pas
sur vos têtes pour éclater un peu plus tard, ou qui. déjà proches et et involvit nunc quoque et n’enveloppe pas maintenant même
imminents, vont vous balayer vous et vos biens. Et que dis-je ? à présent (etiamsi sentitis parum) (quoique vous le sentiez peu)
vestros animos fugientes vos âmes qui fuient
même, bien qu’à peine vous le sentiez, une sorte de tourbillon roule et
petentesque eadem, et cherchent les mêmes choses,
enveloppe vos âmes tour à tour détachées et rapprochées des mêmes et rapit nunc allevatos et ne les entraîne pas tantôt élevées
objets : tantôt il vous élève jusqu’aux nues, tantôt il vous précipite et in sublime, dans les airs,
vous brise au fond des abîmes... » nunc allisos in infima ?... tantôt brisées dans les abîmes ?...
Le reste manque.
112   .

Imp. d’Éditions, 9, Rue Édouard-Jacques, Paris,