Vous êtes sur la page 1sur 2

2.4. Quelle nature pour le rôle du dirigeant ?

2.4.1. Diriger selon Inamori, c’est quoi ?


Le modèle d’Inamori, nous l’avons vu, est fondé sur l’idée que l’entreprise a pour mission de
contribuer au bien-être matériel, intellectuel et émotionnel de ses employés. Car ce sont tous les
hommes et les femmes qui la constituent qui la font vivre et qui lui permettent de se développer.
Cela a une conséquence sur la relation des leaders avec le pouvoir qui se transforme en
responsabilité vis-à-vis de la communauté entrepreneuriale.

Quelle est la nature du rôle du leader ? A quel modèle d’organisation pouvons-nous faire référence
? Quelles sont les valeurs clés qui permettent de perpétrer ce modèle ? En quoi le sens de
l’entreprise au service de ses employés modifie-t-il la nature du pouvoir des leaders ?

Inamori parle non pas de pouvoir, mais de responsabilité vis-à-vis des employés de son entreprise. Le
rôle du leader est de créer et d’articuler la mission de l’entreprise et d’y insuffler sa passion, et, à
travers ses décisions quotidiennes, de modeler l’environnement et les processus de l’entreprise en
harmonie avec ses principes de justice et d’équité. Telles sont les attentes des employés et telle est
la responsabilité du leader, selon Inamori.

Comment l’entreprise peut-elle contribuer au bien-être matériel de ses employés ?

Pour Inamori, la réponse est simple : en offrant des conditions financières de travail qui satisfont les
employés et qui leur permettent de réaliser leurs vœux personnels d’avenir. Pour cela, l’entreprise
doit se développer et dégager des bénéfices, ce qui n’est possible qu’à travers l’engagement de
chacun.

En faisant de chaque employé un acteur important pour le succès de l’entreprise, Inamori évite la
relation paternaliste que pourrait susciter la mission de l’entreprise. Chacune des parties de la
relation s’engage en effet à fournir à l’autre ce dont elle a besoin pour réaliser sa mission, les
mettant ainsi sur un pied d’égalité.

Ainsi, le lien qui existe entre le développement de l’entreprise et son impact sur les conditions de
travail de chacun est clairement défini et peut devenir une source de motivation pour chacun. Cet
ingrédient est indispensable mais il n’est pas suffisant pour offrir un environnement qui soit
favorable à l’épanouissement de chacun.
Quel environnement permet à chacun de s’épanouir intellectuellement et émotionnellement ?

Une fois les objectifs de l’entreprise clairement déterminés et compris, chacun peut déterminer
comment y parvenir. Cette latitude d’autonomie est un espace où la diversité des choix et actions est
suffisamment grande pour permettre à chacun d’investir son rôle de sa personnalité et de chercher à
donner le meilleur de soi-même. La latitude d’autonomie associée aux objectifs partagés sont les
deux ingrédients indispensables à un environnement propice à un développement intellectuel et
émotionnel fondé sur la confiance. Tout le défi consiste à créer un tel espace de liberté et
d’autonomie qui permet à chacun de développer leur potentiel personnel et donner le meilleur de
soi-même.

Quelles valeurs peut-on cultiver pour tisser les liens de confiance à la base de cette autonomie ?
Dans la prochaine capsule, nous découvrirons l’avis de Kazuo Inamori sur le sujet.